Navigation – Plan du site
Penser les ratés de terrain
La recherche en actes
Penser les ratés de terrain

Étudier le vieillissement en prison

Quand la sociologue de la vieillesse cherche en vain son objet
Studying Aging in Prison. When the Sociology of Aging is Looking in Vain for its Object
Cornelia Hummel

Résumés

Que se passe-t-il lorsqu’une chercheuse est amenée à travailler sur un objet a priori inscrit dans son champ d'étude, mais qui se dérobe à toutes les tentatives de prises analytiques exercées sur lui ? Ce phénomène très déstabilisant est à l'œuvre dans ma participation à une étude constituée d'entretiens semi-directifs menés auprès de détenus et détenues âgés dans des pénitenciers suisses. Équipée de ma boîte à outils conceptuelle issue de la sociologie de la vieillesse, je me lance dans l'analyse des entretiens. Je me lance, et je me trouve face à une béance : je ne peux tirer sur aucun fil, je ne parviens pas à attraper mon objet, la vieillesse. Que se passe-t-il ? La réponse à cette question passe par une analyse « en creux » et constitue une mise à l'épreuve à la fois du sociologue et de son champ d'étude : derrière les barreaux, la vieillesse est un impensé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Article 59 du Code pénal suisse.
  • 2 Source : Office fédéral de la statistique, « Exécution des sanctions: Exécution des peines et des m (...)

1Les pénitenciers occidentaux sont confrontés à un phénomène inédit : le vieillissement de la population carcérale. Cette tendance concerne également la Suisse, sous l’effet de l’élévation moyenne de l’âge d’entrée en prison, de l’allongement des peines, ainsi que de changements législatifs qui permettent le maintien en détention des personnes ayant purgé leurs peines mais présentant un risque important de récidive (mesures thérapeutiques accompagnées de privation de liberté 1). Si, en vingt ans, la proportion de personnes de 50 ans et plus à l’incarcération a légèrement augmenté (passant de 7,5% à 9%), l’augmentation est très importante si l’on considère les effectifs, tant en proportion (les 50 ans et plus représentent 9% de l’ensemble des détenus en 1984 et 13% en 2013) qu’en chiffres absolus qui montrent un triplement des 50 ans et plus (212 détenus en 1984, 616 détenus en 2013). On assiste aussi à une augmentation spectaculaire des personnes détenues en régime de dites « mesures » qui passent de 28 à 179 2.

  • 3 Enquête « Handicaps, incapacités, dépendance ».

2Le phénomène du vieillissement en détention se voit reformulé en objet de recherche, notamment dans le domaine de la médecine, du droit, de l’éthique et des sciences sociales. Des études épidémiologiques montrent que le seuil consensuel de 65 ans utilisé dans les études sur le vieillissement dans la population générale doit être abaissé de 10 ou 15 ans lorsqu’il s’agit de la population carcérale. Un « détenu âgé » est donc un détenu de plus de 50 ans, son état de santé étant comparable à celui d'un homme ordinaire de 65 ans. L’observation d’un « vieillissement accéléré » de 10-15 ans (Handtke et al, 2012 ; Kim & Peterson, 2014) est l’occasion de réinterroger la classique distinction, en gérontologie, entre effet d’âge (biologie humaine) et effet de mode de vie (environnement), en posant la question de l’impact des années de vie en détention sur la santé (Wangmo et al, 2015). L’enquête française HID 3-Prison, menée sur un large échantillon, montre que les incapacités physiques (par exemple avoir des difficultés à marcher) et psychiques (par exemple avoir des difficultés d’orientation dans le temps) sont nettement plus fréquentes chez la population carcérale que chez la population libre et ceci en particulier chez les plus de 50 ans où un détenu sur deux présente au moins une incapacité. Il en est de même pour les déficiences, puisque plus d’un tiers des détenus âgés souffrent de déficiences auditives, visuelles, cardio-vasculaires ou dentaires (Désesquelles, 2005), celles-ci étant le fruit tant d’un effet de sélection (mauvaise santé au moment de l’incarcération) que d’un effet de détention.

  • 4 En Suisse, article 5 de la directive éthico-médicale « Exercice de la médecine auprès de personnes (...)
  • 5 Etude « Agequake in prisons » dirigée par Bernice Elger (Institut d’éthique biomédicale de l’Univer (...)

3Les résultats des études menées sur la santé des détenus en Europe et aux USA mettent à l’épreuve le principe d’équivalence des soins tel qu’il est promu par des instances internationales telles que l’ONU ou le Conseil de l’Europe et intégré dans des directives nationales 4. C’est dans ce contexte de questionnement scientifique et éthique que j’ai été contactée en 2011 pour faire partie du comité scientifique d’une recherche interdisciplinaire (éthique, médecine, droit, psychologie) portant sur le vieillissement en prison 5, avec un volet qualitatif prévoyant l’analyse de dossiers médicaux de détenus et un volet qualitatif avec des entretiens.

Lorsque les données tombent du ciel…

4En trois ans, j’ai assisté à quelques échanges de courriels et survolé une grille d’entretien encore passablement en chantier – rien d’exceptionnel dans ce procédé, on connait le statut ambigu des comités scientifiques ou dits « d’experts ». Soudain, en 2014, on m’a proposé de collaborer à la recherche et en particulier sur les entretiens de détenus âgés qui avaient été réalisés entre 2012 et 2013, au motif que ce matériau pourrait (devrait ?) intéresser une sociologue.

  • 6 L’une avec une formation initiale en biologie, l’autre en droit. Je tiens à préciser qu’il ne s’agi (...)

5Me voici avec un corpus d’entretiens qui me tombe du ciel… Des entretiens que je n’ai pas menés moi-même, sur la base d’un guide d’entretien à l’élaboration duquel je n’ai pas participé. Après quelques hésitations, j’accepte et reçoit le corpus sous forme de transcriptions in extenso (puis, après quelque insistance, également les fichiers audio des enregistrements) : 35 entretiens en allemand et en français, réalisés par des doctorantes en éthique biomédicale 6 dans douze pénitenciers suisses, auprès de cinq femmes et 30 hommes âgés de 51 à 75 ans et dont la durée d’incarcération allait de quatre mois à 25 ans.

  • 7 Le dit guide d’entretien tenait, à vrai dire, plutôt du questionnaire que du guide d’entretien.

6Cette situation inhabituelle du point de vue du rapport du chercheur à ses données prend une forme plus précise lorsque je commence à explorer le matériau. Deux aspects ont suscité perplexité et frustration : l’extrême soin apporté à l’anonymat des détenus et la conduite d’entretien. Les informations à disposition sur les détenus sont minimales (sexe, âge, durée d'incarcération au moment de l’entretien, pénitencier) et je ne sais rien du délit, de la durée de la peine ou de la mesure, du statut conjugal/familial, de la profession, de la formation, du lieu de résidence avant l’incarcération. Ces informations n’ont pas été récoltées pour préserver l’anonymat des détenus. L’écoute des entretiens confirme mes craintes sur un guide d’entretien très directif 7 et centré sur la santé, mais me fait aussi découvrir que la conduite des entretiens ne laissait que peu, voire pas de marge aux détenus pour évoquer des éléments qui sortaient des rails étroits de la série de questions. Lors des tentatives de récit, ils étaient fréquemment interrompus et « recentrés » sur la question suivante. En voici un exemple :

- Vous avez des douleurs aux jambes ?
- Oui, ça me fait mal le soir, j’ai de la peine le soir… quand je travaillais encore comme peintre en bâtiment, je faisais de longues journées debout et déjà c’était un problème, oui… j’étais peintre, j’aimais bien ce métier mais j’envisageais de changer car les conditions étaient difficiles et…
- (Interruption) Et au dos, vous avez mal au dos ?

  • 8 Voir Fassin (2015).

7Il convient de souligner aussi ma difficulté à comprendre le contexte carcéral (cadre législatif, régimes de détention, règlements des pénitenciers, pratiques), ce d’autant que, fédéralisme oblige, le système de détention peut prendre des formes diverses selon les cantons. Je passe beaucoup de temps à me documenter, en me disant qu’il est plus facile pour un sociologue familier du domaine carcéral de se pencher sur la problématique du vieillissement en prison que l’inverse. Une nuit, je rêve que j’offre les entretiens à Didier Fassin 8 !

8Au fil des mois, les tentatives d’analyse des entretiens prennent la forme d’une longue errance. Je ne parviens pas à « tirer sur les fils » analytiques, je ne trouve pas de « prise », les entretiens ne « parlent » pas – ne me parlent pas. Je commence à ne plus les supporter et à énoncer des jugements sans appel du type « il n’y a rien dedans ! ». Évidemment que ces entretiens ne sont pas vides : ils comportent de nombreuses informations – notamment sur l’énoncé et l’évaluation par le détenu de son état de santé (santé subjective) – mais ces informations ne me permettent pas de créer une porte d’entrée analytique. Le renoncement s’impose, fondé sur le verdict « ces entretiens ne sont pas un bon matériau pour moi ».

Ce que la prison fait à la (sociologue de la) vieillesse

9Cet article est l’occasion de questionner ce renoncement et de reprendre la phrase « ces entretiens ne sont pas un bon matériau pour moi ». Dans un premier temps, j’ai attribué l’échec à la qualité des entretiens : ils ne constitueraient pas un « bon » matériau pour un sociologue puisqu’ils sont produits par des chercheurs d’autres disciplines à l’aide d’un outil conçu pour récolter des données sur la santé et l’accès aux soins dans une perspective d’éthique biomédicale. Dans un deuxième temps, je me suis interrogée sur l’impact plus général de mon absence dans le processus de production des données : non seulement je n’ai pas collaboré à l’élaboration du guide d’entretien ni mené des entretiens, mais je ne suis jamais entrée dans une prison. Je ne sais rien des cellules dont il est question, ni des couloirs, des ateliers où travaillent les détenus, des cours de promenade. Je ne peux pas visualiser les locaux des services médicaux dans lesquels les entretiens ont été menés. Je ne sais pas à quoi ressemble l’environnement qui constitue le cadre de vie des détenus et en particulier l’environnement architectural si présent dans les entretiens.

  • 9 La nécessité ou non du chercheur d’avoir été lui-même sur le terrain est une question qui prête à d (...)

10Si la question du sociologue sur le terrain est importante 9, elle ne suffit néanmoins pas à expliquer le malaise, le blocage même, que j’ai vécu face à ces entretiens. Dans le verdict « ces entretiens ne sont pas un bon matériau pour moi », je mets de côté le questionnement sur le matériau pour m’interroger aujourd’hui sur le « pour moi » – à savoir moi qui ai inscrit l’ensemble de ma trajectoire de recherche dans le cadre de la sociologie de la vieillesse et du vieillissement, moi qui ai tenté durant des mois de « prendre » les entretiens de détenus âgés avec les outils conceptuels propre à ce champ d’études. La façon dont m’ont été transmis les entretiens n’est, ici, pas anodine : c’est parce que je suis « sociologue de la vieillesse » que ces entretiens m’ont été confiés, avec le message implicite de l’intérêt que représentent forcément, pour moi, des entretiens menés avec des personnes dont une des caractéristiques, l’âge, constitue le point de contact avec mon domaine de spécialisation.

11Prenant au sérieux, sans en être vraiment consciente, ce message qui avec le recul prend la forme d’une injonction, j’ai tenté de prendre appui sur mes bases. La sociologie de la vieillesse et du vieillissement étudie la dimension sociale de l’avancement en âge sous trois angles : la construction sociale de la vieillesse, les représentations sociales qui lui sont associées, ainsi que la mise en forme des rapports entre générations (notamment par le biais des institutions) ; les modes de vie des personnes âgées en tant que groupe social pluriel ; l’expérience du vieillissement, du point vue de des individus âgés, mais aussi de ceux qui sont au contact des individus vieillissants dans le cadre familial, professionnel, etc. (Caradec, 2008 ; Mallon, Hummel & Caradec, 2014).

  • 10 Article 81 du Code pénal suisse. On notera que la retraite est oblitérée tant dans les pays où les (...)
  • 11 À la lecture de cette citation, on ne peut s’empêcher de penser à la revendication des groupements (...)

12En prison, aucun de ces angles n’est opératoire. La retraite, en tant qu’institution majeure dans le façonnage social des âges, n’existe pas dans les pénitenciers suisses puisque les détenus sont soumis à l’astreinte au travail quel que soit leur âge 10. Le droit au repos dans la dernière étape de sa vie, tel qu’il a été obtenu au milieu du xxème siècle après des décennies de lutte, disparaît derrière les barreaux. Le seul motif qui peut conduire à une réduction du temps de travail, voire à l’arrêt de travail, est la maladie. Il s’agit alors d’un arrêt-maladie (de plus ou moins longue durée) et non d’une prise en compte des vicissitudes de l’âge. L'usure du corps, la fatigue et les douleurs ne sont pas des catégories médicales ouvrant à des arrêts-maladie. Ce détenu de 71 ans dit ainsi, à propos de son arrêt de travail : « J'aurais voulu que ce soit pas un certificat médical. J’aurais voulu que ce soit reconnu par rapport à mon âge, ainsi qu'à l'âge des autres détenus, à partir de la vieillesse, qu'on puisse bénéficier d'un horaire allégé. Mais ça, c'est encore loin d'être le cas » 11.

13Le soulagement du corps apporté par un arrêt de travail comporte, par ailleurs, un revers de médaille puisqu’il renvoie le détenu âgé dans sa cellule où il passe désormais la majeure partie de la journée. Ce renforcement d’une immobilité déjà omniprésente (Scheer, 2015) est aussi nocif pour la santé du détenu âgé qu’une trop lourde charge de travail, sachant qu’aucune activité de loisir ou de mobilisation corporelle adaptée au grand âge n’est prévue dans les pénitenciers (Touraut, 2015).

14Mobiliser les concepts développés dans l’étude des prises en charge de la vieillesse, par exemple les services de maintien à domicile ou l’hébergement en maison de retraite, ne fait aucun sens. Emboitant le pas à Isabelle Mallon (2004), Iris Loffeier souligne que la sociologie de la vieillesse a bien du mal à se défaire des « spectres de l’institution totale et disciplinaire » lorsqu’il s’agit d’étudier la vie en maison de retraite (Loffeier, 2015). Pourtant, le recours à des travaux récents sur les pratiques contemporaines d’individualisation et d’humanisation se déployant autour et avec la personne vieillissante se heurte à un obstacle prosaïque : le gardien de prison n’est ni un proche aidant ni un professionnel du care. L’étude menée par Barbara Baumeister et Samuel Keller dans trois pénitenciers suisses montre que le soutien que peuvent apporter les gardiens aux détenus âgés est ponctuel et arbitraire puisque ce soutien n’est formalisé par aucun règlement ni aucune directive (Baumeister & Keller, 2011). Tout en critiquant l’inadéquation des infrastructures carcérales s’agissant des détenus en perte d’autonomie, les gardiens sont pris en tension entre la norme de traitement égalitaire de tous les détenus ainsi que l’application stricte des consignes de sécurité, et des sentiments allant de l’empathie (le pauvre vieux) au rejet (le détenu dangereux).

  • 12 La Suisse dispose d’une unité spéciale pour détenus âgés (60 ans et plus) et condamnés à de longues (...)

15Reprendre les cadres conceptuels d’Erving Goffman et Michel Foucault tels qu’ils ont inspiré les travaux sur les hospices au xixème siècle, puis foyers et maisons de retraite au siècle suivant (Thomas, 2005 ; Causse, 2006 ; Macia et al., 2008) n’est pas envisageable non plus : si vieillir en prison c’est bel et bien vieillir dans une institution totale et disciplinaire, cette institution est non-spécifique à la vieillesse 12. Le serpent se mord la queue.

16En prison, tout ce qui « fait » la vieillesse comme objet d’étude semble absent : les âgés y sont dépouillés de leur droits sociaux spécifiques (en premier lieu la retraite), ils ne font pas l’objet d’un traitement social particulier par le biais de dispositifs ciblés (par exemple le maintien à domicile, les clubs d’aînés), ils ne sont pas au contact d’agents spécialisés. Les détenus âgés ne constituent donc pas un groupe social particulier dont on pourrait étudier les modes de vie – les détenus âgés sont avant tout des détenus, plus ou moins valides, plus ou moins malades.

17L’entrée sociologique par le biais de l’expérience individuelle du vieillissement, enfin, est sans issue. Les entretiens suggèrent que si les détenus vivent effectivement l’avancement en âge, ils n’en font qu’une expérience privée, intime et souvent uniquement corporelle. Les rares traces d’un « nous » âgé ne se laissent pas lire de façon univoque : ainsi, lorsqu’un prisonnier mentionne la salle de musculation de son pénitencier en s’exclamant « qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse avec ces machines, nous ? », le doute sur la catégorie de référence subsiste. Qui est ce « nous », le « nous, les âgés » ou le « nous, qui sommes diminués dans notre santé » ? En prison, le « miroir de la vieillesse » que constitue l’expérience sociale du vieillissement serait absent, l’âge n’étant ni une catégorie de pensée ni une catégorie d’action.

18Je repense aux entretiens et me rends compte que ce qui me trouble le plus, c’est que l’expérience personnelle du vieillissement n’est pas mise en mots par les détenus. Les occurrences des termes vieillesse, vieux, âgé sont très rares. Pourtant, au moment du recrutement des détenus participant à l’étude, le thème du vieillissement en prison était clairement présenté.

19À l’issue de l’écriture de mon échec à opérer un travail analytique sur ces entretiens, je repense au magnifique livre de l’historienne Arlette Farge, Le Cours ordinaire des choses. Je me remémore les fragments d’archives judiciaires du xviiième siècle qu’elle y présente et tente un parallèle, une esquisse de réponse aux questions de l’impensé, l’invisible, l’insaisissable. Dans un dernier geste, je vais rechercher dans le monceau de débuts d’analyse des extraits d’entretiens, des fragments qui avaient retenu mon attention.

20Je fais le choix de terminer cet article par des paroles de détenus âgés qui disent la vieillesse en prison, à mots couverts, à mots prudents, en creux. Je les lie à l’introduction d’Arlette Farge, en remplaçant le « longtemps » de l’histoire, par « l’ailleurs » de la prison :

« Ils sont de source sûre, ces fragments d’archives. […] Ces sont des paroles simples, tenues à ras la trame, dans la tranquille cruauté de circonstances advenues il y a longtemps. À leur statut se mêle un halo brumeux, celui du temps d’il y a longtemps qui modifie – pense-t-on – les corps et les cœurs. Ils sont de source sûre et là gît l’essentiel pour expliquer la démarche d’ici. Elle est simple, aussi contemplative qu’explicative » (Farge, 1994, pp. 7-8).

Déplier « le cours ordinaire des choses » en prison

21La cour :

« On n’a pas de vrais habits d’hiver, par exemple ici. On n’a pas de grosse veste qui tient chaud pour aller se promener. Alors on met trois tee-shirts les uns par-dessus les autres et on se noue un pull autour du cou parce que on n’a pas le droit non plus d’avoir une écharpe. On prend des chaussettes et on les met sur les mains, parce qu’on a pas le droit d’avoir des gants non plus. Imaginez-vous ça. Tout ça pour le mot-clé "sécurité". Un bonnet, ça on a le droit d’avoir, un bonnet » (Homme, 53 ans).
« La cour de promenade est située en plein soleil, et les bancs en béton… ça je ne peux plus, ça je ne supporte plus, je ne supporte plus le soleil comme ça » (Homme, 67 ans).
« Bien sûr, quand on ne bouge pas assez, les problèmes de santé arrivent plus vite. Ce sont les problèmes que nous avons ici, nous les gens âgés. En hiver on ne peut pas sortir, si tu sors et il fait un froid de canard et il gèle, tu ne peux pas rentrer à nouveau, donc tu dois rester dehors et donc plein de gens ne sortent plus du tout. On ne bouge pas du tout, zéro » (Homme, 66 ans).

22La chaise :

- « Lorsque j'étais malade et que j'ai eu cette infection, j'ai demandé d'avoir une chaise où je peux avoir un dossier pour m'appuyer. Mais il a fallu attendre que moi je sois extrêmement malade et que je puisse même plus m'asseoir. De devoir demander une chaise au docteur, que le docteur me prescrive une chaise… pour avoir ce confort ou ce luxe. C'est un luxe ici d'avoir un dossier, parce qu'on a qu'un tabouret. Et ça c'est encore, je trouve, moyenâgeux. Si on peut déjà pas bouger dans la cellule, c'est pas justifié de ne devoir être que couché dans la cellule. Avoir un confort, d'être assis dans la cellule, je trouve que ça serait obligatoire au xxième siècle d'avoir ce confort d'être bien assis au moins dans sa cellule. Et non pas ou debout ou couché. Parce que les tabourets, ça va dix minutes, ça va une heure. Mais si on veut regarder un film, c'est soit couché, et ça je trouve détestable ce manque de sensibilité du bien-être du prisonnier. Alors maintenant j'ai ma chaise, mais j'ai peur que maintenant que je suis guéri on me la retire. Alors maintenant c'est le stress que chaque jour, le gardien ouvre la porte, c'est de pas qu'il voie la chaise. Alors chaque fois qu'il rentre, vite je dois me lever, je pousse ma chaise pour pas qu'il voie que je suis assis sur ma chaise. Alors je suis toujours debout quand il ouvre, quand il ferme. C'est un stress tous les jours, continuel. Quand ça rentre dans l'habitude, c'est des réflexes, on s'auto-conditionne et voilà. Mais à partir d'un certain âge, d'avoir un bon siège avec un dossier. J'ai remarqué des fois le soir je peux finalement m'appuyer. Et puis regarder la télé. Au lieu de… le lit, il est pas du tout confortable. Il faut s'appuyer contre le mur qui est froid. Anatomiquement parlant, morphologiquement il n'est pas adapté. Ça c'est vraiment… on peut dire que c'est presque voulu pour que… vu qu'on nous fait à manger, qu'on ouvre les portes, qu'il y ait quelque chose quand même qui fasse chier les gens, le prisonnier qui souffre. Il y a quand même quelque chose qui veut qu'on souffre quand même. Rien que ce fait d'avoir qu'un tabouret, ça démontre un petit peu, ça révèle ce…
- Donc vous n'avez reçu cette chaise que grâce au certificat médical ?
- Voilà exactement, oui. Et chaque fois que je m'assis dessus, je suis content d'avoir cette chaise. Parce que le tabouret il est en bois. Il n'y a pas de… et puis ça va une heure, mais après une heure, excusez-moi, mais j'ai mal au cul. Et puis il faut que je bouge, je dois mettre un coussin. Ce coussin, si je m'assieds dessus, je ne vais pas l'utiliser pour mettre ma tête après pour dormir dessus. Alors spécialement pour les personnes âgées… je sais pas, d'avoir un fauteuil. Une chaise un peu plus confortable » (Homme, 56 ans).

23La lampe :

« Maintenant j’ai une lampe de chevet, j’ai dû lutter pour l’obtenir. Ça c’est déjà un grand progrès, ça a été une grande bataille, une grande fatigue, mais ce n’était plus possible : sortir du lit la nuit, aller jusqu’au fond de la cellule et là sur le mur il y a un interrupteur pour la lumière. Ça c’est trop pour un homme âgé. Surtout pour ceux qui ne sont pas en bonne santé. Quelques-uns se sont cognés contre l’armoire durant la nuit et se sont blessés. Alors finalement ils ont accepté de très mauvais cœur [la lampe de chevet] » (Homme, 57 ans).

24Les dents :

« Mes dents doivent être refaites et le bridge là-derrière ne tient plus, il est planté dans l’os et je ne peux plus mâcher. J’ai essayé d’obtenir de la nourriture très cuite mais ça n’a pas marché, je recevais la même nourriture que les autres. Ensuite ils ont dit qu’ils allaient mixer : ils ont pris la viande, ils ont pris les légumes, ils ont pris les pâtes, ils ont tout mis dans une casserole et sch-sch-sch [imite le bruit du bâton mixeur] et ils m’ont balancé tout cela sur l’assiette. On aurait dit du vomis… ça je ne mange pas. Le médecin a essayé d’intervenir, mais en cuisine ils sont têtus. Ca, ce sont des problèmes qu’on a en prison et qui pourraient être résolus si on vivait dans un autre endroit. Je mange ce que je peux des assiettes des autres, des pâtes, des spaghettis. Je perds du poids, mes muscles fondent parce que je ne peux pas manger donc je ne mange pas. Parfois j’ai faim en allant me coucher… Normalement, on devrait recevoir de la cuisine des choses qui contiennent des vitamines. Ils pourraient faire des compotes de fruits, mais ils ne le font pas. Ils disent qu’il y a le kiosque où on peut acheter des comprimés de vitamines, comme le magnésium aussi. Mais on ne le reçoit pas gratuitement, il faut l’acheter. Même si on a un certificat qui atteste d’une carence en vitamines, il faut l’acheter. Ça c’est mauvais, là je dois leur faire un peu des reproches : si quelqu’un ne peut plus manger de salade, ni des légumes cuits normalement, ni de fruits, la cuisine devrait adapter le régime, compenser. Mais ça, ils ne le font pas » (Homme, 66 ans).

Épilogue : cachez cette vieillesse que je ne saurais voir

  • 13 On hésite à qualifier de loisirs les heures de promenades dans la cour ainsi que la menue offre spo (...)

25La prison est une institution qui nie les spécificités de l’âge. L’architecture, l’organisation de la vie quotidienne (travail, repas, « loisirs » 13), le cahier des charges des professionnels, tout en prison est pensé pour un détenu type (homme) qui est en pleine possession de ses ressources de santé. La cours de promenade est pensée pour des hommes valides qui y feront leur footing quelle que soit la météo, la chaise est fonctionnelle pour un usage ponctuel car le détenu est supposé être la majorité du temps hors de sa cellule (au travail, à la salle de fitness, dans la cour de promenade), la lumière n’a pas besoin d’être allumée la nuit parce que le détenu n’a pas à se lever de nuit et la nourriture est adaptée pour des détenus pensés comme possédant une dentition adéquate.

26La prison n’est pas construite ni réglementée pour des personnes qui ont peur de chuter sur le sol gelé de la cour de promenade ou sur le seuil de la douche, pour des personnes ayant des problèmes de prostate qui doivent aller aux WC la nuit, pour des personnes qui ont la vision qui baisse. Le bref extrait de « la lampe » porte en elle toute la difficulté à faire reconnaître une atteinte de santé et son corollaire, l’aménagement qui est supposé adapter la cellule à cette atteinte. L’homme a un problème à la prostate, ce qui a pour conséquence de fréquents besoins d’uriner, y compris la nuit, sa vision nocturne est mauvaise et l’interrupteur du plafonnier est loin…

  • 14 Arrêt 6B_182/2013 du 18 juillet 2013.

27Le détenu type qui modèle l’univers carcéral est aussi porteur des aspirations à la réinsertion. L’astreinte au travail, telle qu’elle existe en Suisse, a ainsi pour fonction de permettre une réinsertion professionnelle une fois la peine purgée et nul n’est sensé s’y soustraire (sauf incapacité de travail avérée). Un arrêt du Tribunal fédéral a ainsi rejeté le recours d’un détenu âgé de 68 ans souhaitant être dispensé de l’obligation de travailler compte tenu du fait qu’il avait atteint l’âge de travailler 14. L’arrêt indique que l’institution juridique de l’assurance-vieillesse ne s’applique pas au système carcéral, puisque cette assurance doit assurer une subsistance aux personnes qui, dans le « système économique ordinaire », ne sont plus en mesure de travailler. Point de retraite, donc, dans le système économique extra-ordinaire de la prison.

28L’expérience de la prison par les détenus âgés est à lire en creux, à travers les absences, les obstacles et les impossibilités auxquels répondent les renoncements – renoncer à la promenade car le soleil tape trop fort ou parce que le froid est trop mordant. La fragilisation du corps vieillissant – ce corps vieillissant sur lequel se penchent les spécialistes du vieillissement – prend une forme inédite dans un contexte de privation de liberté, car le corps enfermé est nié dans son avancement en âge.

Haut de page

Bibliographie

Baumeister B. & S. Keller (2011), Alt werden im Straf-und Massnahmenvollzug, Zürich, Infostelle ZHAW.

Caradec V. (2008), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Éditions Armand Colin.

Causse L. (2006), « L’univers des aides-soignantes en maison de retraite médicalisées : un travail dévalorisé et occulté », dans Cours-Salies P. & S. Le Lay, Le Bas de l'échelle. La construction sociale des situations subalternes, Toulouse, Éditions Erès, pp. 67-79.

Désesquelles A. (2005), « Le handicap en milieu carcéral en France », Population, vol. 60, pp. 71-98.

Farge A. (1994), Le Cours ordinaire des choses. Dans la cité du XVIIIe siècle, Paris, Éditions du Seuil.

Fassin D. (2015), L’Ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale, Paris, Éditions du Seuil.

Handtke V., Bretschneider W., Wangmo T. & B. S. Elger (2012), « Facing the Challenges of an Increasingly Ageing Prison Population in Switzerland: In Search of Ethically Acceptable Solutions », Bioethica Forum, vol. 5, pp. 134-141.

Kim K. & B. Peterson (2014), Aging Behind Bars. Trends and Implications of Graying Prisoners in the Federal Prison System, Washington, Urban Institute.

Loffeier I. (2015), Panser des jambes de bois ? La vieillesse, catégorie d’existence et de travail en maison de retraite, Paris, Presses universitaires de France.

Macia E., Chapuis-Lucciani N., Cheve D. & G. Boetsch (2008), « Entrer et résider en maison de retraite : des relations de pouvoir autour du corps », Revue française des affaires sociales, n° 1, pp. 191-204

Mallon I. (2004), Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Mallon I., Hummel C. & V. Caradec (2014), « Vieillesses et vieillissements : les enjeux d’un ouvrage », dans Hummel C., Mallon I. & V. Caradec (dir), Vieillesses et vieillissements. Regards sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 9-19.

Scheer D. (2015), « Condamnés à l’immobilité. La prison contemporaine en quête de discipline », SociologieS, Dossier La mobilité dans tous ses états, https://sociologies.revues.org/5176.

Thomas H. (2005), « Le "métier" de vieillard. Institutionnalisation de la dépendance et processus de désindividualisation dans la grande vieillesse », Politix, n° 72, pp. 33-55.

Touraut C. (2015), « Corps vieillissants en prison : expériences des personnes détenues "âgées" », Gérontologie et Société, n° 148, pp. 111-121.

Wangmo T., Meyer A. H., Bretschneider W., Handtke V., Kressig R. W., Gravier B., Büla C. & B. S. Elger (2015), « Ageing Prisoner’s Disease Burden: Is Being Old a Better Predictor than Time Served in Prison ? », Gerontology, vol. 61, pp. 116-123.

Haut de page

Notes

1 Article 59 du Code pénal suisse.

2 Source : Office fédéral de la statistique, « Exécution des sanctions: Exécution des peines et des mesures», http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/19/03/05/key/vollzug_von_sanktionen/strafvollzug.htm. Nous attirons l’attention du lecteur sur le fait que dans cet article, le terme « personne » ou « détenu » désigne essentiellement des hommes, puisque ceux-ci représentent, en Suisse, 95% de la population carcérale.

3 Enquête « Handicaps, incapacités, dépendance ».

4 En Suisse, article 5 de la directive éthico-médicale « Exercice de la médecine auprès de personnes détenues », Académie suisse des sciences médicales, 2002, http://www.samw.ch/fr/Ethique/Exercice-de-la-medecine-carcerale.html.

5 Etude « Agequake in prisons » dirigée par Bernice Elger (Institut d’éthique biomédicale de l’Université de Bâle) et financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique.

6 L’une avec une formation initiale en biologie, l’autre en droit. Je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas ici de critiquer les personnes qui ont conduit les entretiens (avec beaucoup de respect et de délicatesse), mais de souligner qu’un entretien sociologique a des spécificités, du point de vue de son élaboration et de sa conduite.

7 Le dit guide d’entretien tenait, à vrai dire, plutôt du questionnaire que du guide d’entretien.

8 Voir Fassin (2015).

9 La nécessité ou non du chercheur d’avoir été lui-même sur le terrain est une question qui prête à débat. Certains affirmeront d’emblée que oui, évidemment que le chercheur doit aller sur le terrain, sur « son terrain » et ils estimeront qu’évidemment mon raté était programmé. Toutefois, on ne peut nier la tendance actuelle au chercheur « manager de recherche » qui délègue à des tiers, souvent chercheurs débutants et doctorants, le travail de terrain, autrement dit de récolte de données. Au terme de cette première expérience (qui n’était pas une expérience de délégation puisque je ne dirigeais pas la recherche), je ne peux répondre à la question du terrain que pour mon cas personnel : mon activité de chercheuse est indissociable de la pratique du terrain.

10 Article 81 du Code pénal suisse. On notera que la retraite est oblitérée tant dans les pays où les détenus sont dans une situation durable de travail (la Suisse) que dans les pays où le travail en prison est minoritaire (par exemple la France), les détenus étant alors dans une situation durable de non travail.

11 À la lecture de cette citation, on ne peut s’empêcher de penser à la revendication des groupements d’aînés, reprise par les gérontologues : « la vieillesse n’est pas une maladie ! ».

12 La Suisse dispose d’une unité spéciale pour détenus âgés (60 ans et plus) et condamnés à de longues peines au sein de la prison de Lenzburg (canton d’Argovie). Le régime de détention y est plus souple et du personnel spécialisé soutient les détenus dans leur vie quotidienne. Il est intéressant de mentionner que dans nos entretiens, l’évocation de cette unité a suscité une approbation sur le principe d’une prise en charge spécialisée mais aucun détenu, même parmi ceux qui étaient très atteints dans leur santé, ne souhaitait envisager un transfert là-bas. Être détenu à Lenzburg, ce n’est plus seulement vieillir en prison, mais envisager de mourir en prison. La prise en charge de la vieillesse dépendante au sein de cette unité spécifique reste une terre à explorer.

13 On hésite à qualifier de loisirs les heures de promenades dans la cour ainsi que la menue offre sportive (lorsqu’il y a une salle de sport ou de fitness) et culturelle (bibliothèque) qu’offrent le pénitencier type. Cette hésitation de vocabulaire illustre bien les difficultés que posent les référentiels de la vie ordinaire, dite civile, lorsqu’il s’agit de décrire la vie en prison.

14 Arrêt 6B_182/2013 du 18 juillet 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cornelia Hummel, « Étudier le vieillissement en prison  », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Penser les ratés de terrain, mis en ligne le 23 mai 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6086

Haut de page

Auteur

Cornelia Hummel

Maître d’enseignement et de recherche, Département de sociologie/Institut de recherches sociologiques, Université de Genève (Suisse) - Cornelia.hummel@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page