Skip to navigation – Site map
Théories et recherches
Théories et recherches

Quand la science construit des problèmes exemplaires

Insects as icons of biodiversity. When science shapes prototypical problems
Philippe Deuffic and Jacqueline Candau

Abstracts

This paper scrutinizes the different roles played by scientists when they built and put on the agenda biodiversity conservation as a public problem, by taking dead wood preservation as an example. By playing six roles successively or simultaneously, they succeeded in transforming this neglected by-product of forest management in an essential indicator of forest biodiversity in less than a decade. This evolution was effective because of an intense work of categorisation, and unexpected climatic catastrophe, and the emergence of international environmental standards. This combination of factors led to a new reinterpretation of traditional forestry cognitive frames and their alignment on the ecologization of productive practices, more favourable to dead wood conservation.

Top of page

Full text

Introduction

1Science « diagonale » empruntant entre autres à l’agronomie, la biologie, la géographie (Puyo, 1999), la science forestière accompagne et oriente les politiques de l’État depuis plus de deux siècles. Ensemble, scientifiques et décideurs publics ont ainsi défini et légitimé certains objectifs de politique forestière, qu’il s’agisse de reboiser les terrains de montagne au xixème siècle (Whited, 2000) ou d’intensifier la production de bois dans les années 1960 (Arnould et al., 2002). Cette science s’est aussi faite critique notamment au tournant des années 1980 quand certains scientifiques, souvent issus du champ de l’écologie, ont alerté les décideurs publics des conséquences associées à ce modèle productiviste (Umans, 1993), incitant ces derniers à adopter une politique de gestion durable des forêts (Barthod, 1996). Ce retour en force de l’écologie s’est traduit par des plans de protection d’espèces forestières emblématiques telles que le grand tétras, le lynx, le loup, ou l’ours. Mais à côté de cette biodiversité remarquable, objet de toutes les attentions, des pans entiers de la diversité biologique forestière ont été ignorés, y compris des spécialistes de la forêt. Cela vaut en particulier pour la faune et la flore associées aux bois morts qui représentent pourtant plus de 30% des espèces forestières. Jusqu’au début des années 1970, les arbres morts ainsi que la faune et la flore associées étaient en effet considérés par l’administration des Eaux et Forêts (Bartoli & Gény, 2005) et par les scientifiques eux-mêmes (Kellert, 1993 ; Dunn, 2005) comme un sous-produit, voire un déchet, à éliminer. Pourtant, au tournant des années 2000, une partie de la communauté scientifique liée à la biologie de la conservation s’est engagée dans la défense de cet élément singulier. Mais qu’est-ce qui a incité cette frange de la communauté scientifique à exhumer cet objet alors que les pères de la science forestière l’avaient ignoré depuis presque deux siècles ? Et comment sont-ils parvenus à convaincre les autorités publiques de financer des programmes de recherches sur un tel objet ?

2Cet article propose donc de comprendre d’une part les mécanismes et les interactions qui ont permis de transformer une revendication apparemment perdue d’avance en un problème public sectoriel et d’autre part d’analyser le rôle exact tenu par les scientifiques dans ce processus. L’hypothèse suggérée pour expliquer l’ascension de cette problématique au sein d’une partie de la communauté scientifique tient selon nous à la configuration particulière d’acteurs, d’événements et de politiques qui s’est cristallisée autour de cette question. Nous verrons en effet que cette configuration a associé dans un même cadre d’interaction 1) des scientifiques dont le rôle social n’est habituellement pas celui de porteurs de revendication, 2) une série d’événements dramatiques qui ont affecté les forêts françaises au cours des années 2000 et 3) une relecture des cadres interprétatifs de la gestion forestière au prisme d’une métanorme internationale de plus en plus prégnante, à savoir la préservation de la biodiversité. Nous verrons également que, pour défendre leur cause, les scientifiques interprèteront différents rôles. Reprenant la typologie proposée par Leonard Susskind (1994), certains de ces scientifiques seront des trend spotters qui vont repérer les changements et alerter leurs collègues et les autorités publiques des dangers qui menacent cette forme de biodiversité. Puis, des theory builders proposeront des explications à ces phénomènes nouveaux sur la base de modèles théoriques que des theory testers tenteront de valider sur le terrain. Certains endosseront un peu tous ces rôles à la fois à la manière des boundary spannners (Tushman et al., 1981 ; Löfmarck & Lidskog, 2017) ou de « passeurs de frontières » (Jollivet, 1992), n’hésitant pas à franchir les barrières disciplinaires au moins dans le champ des sciences de la vie et à fédérer une communauté épistémique autour de cet objet. D’autres deviendront même, le temps d’un colloque, des science communicators, qui diffuseront ces résultats auprès des médias et du grand public. Enfin une petite partie d’entre eux agira comme des applied policy analysts c'est-à-dire comme experts auprès des décideurs publics chargés de traduire les résultats scientifiques en politiques publiques.

Matériel et méthodes

3Ces différentes figures de scientifiques ont été identifiées lors d’une étude menée entre 2006 et 2012 auprès d’une trentaine de responsables de laboratoires français (CNRS, INRA, Irstea, Universités…) impliqués dans l’appel d’offre « Biodiversité et gestion forestière » au cours des années 2000, de chercheurs publiant au niveau international ou ayant communiqué sur la question des bois morts, de responsables nationaux et régionaux d’associations de protection de la nature et de l'environnement (ONGE) et de responsables institutionnels des ministères en charge de la forêt et de l’environnement (Deuffic, 2012). Dans ce cadre, nous avons également interviewé des scientifiques canadiens et scandinaves lors de colloques internationaux sur le bois mort (Chambéry en 2004, Québec en 2011) afin de resituer l’importance de cet objet de recherche en dehors de l’Hexagone. Parallèlement, une recension bibliographique a été réalisée à partir des publications de ces chercheurs, qui nous a permis d’opérer une première sélection à œil d’expert des articles les plus fréquemment cités qui semblaient donc faire référence dans la communauté de recherche entre les années 1960 et 1980. Mais devant certaines limites de cette approche, une analyse quantitative de ces articles a également été effectuée sur la période 1980-2015. Nous avons de la sorte repéré les laboratoires les plus actifs sur cette thématique et retracé sur un laps de temps de près de 30 ans l’émergence d’une littérature scientifique spécifique sur les bois morts. Ce même travail d’identification des références aux bois morts a été mené dans les documents institutionnels publiés par divers ministères et dans les supports de communication édités notamment par les organisations non gouvernementales environnementales (ONGE) (« livre blanc » sur l’importance de la biodiversité liée aux bois morts, plaquettes grand public, pages web, etc.).

4Au cours de ce travail, nous avons mobilisé les outils théoriques et analytiques de la construction des problèmes publics en partant du postulat selon lequel toutes les questions sociales n’ont pas vocation à être des problèmes publics mais qu’elles le deviennent à l’issue d’un processus de définition collective (Blumer, 2004 [1971]). Nous avons alors porté un intérêt particulier aux phases de définition des problèmes (Gilbert & Henry, 2012), de condensation de la rumeur et d’expression d’une inquiétude (Céfaï, 1996) qui permettent de transformer un trouble éprouvé en un problème constitué (Trom & Zimmerman, 2001). Dans le cas de la biodiversité associée aux bois morts, nous verrons ainsi comment les scientifiques ont préparé et annoncé les changements dans les façons de voir une situation jusqu’à présent considérée comme non problématique, en effectuant à la fois un travail de catégorisation de l’objet bois mort et en développant une argumentation à caractère souvent catastrophiste. Puis nous verrons comment ces mêmes scientifiques ont porté cet objet dans les arènes de débats publics jusqu’à en faire un des indicateurs de synthèse de la biodiversité des écosystèmes forestiers au niveau français et européen.

Le bois mort, un non-objet des sciences forestières

5Toute science a ses objets de prédilection et ses non-objets. Si les sociologues ont longtemps renâclé à intégrer les objets de nature dans leurs schémas théoriques (Catton & Dunlap, 1978 ; Leroy, 2001 ; Barbier et al., 2012), les pères de la science forestière ont eu, eux aussi, quelques difficultés à étudier certaines composantes de l’espace forestier, en particulier celles qui n’avaient pas d’intérêt productif immédiat comme les bois morts. Cela semble d’autant plus paradoxal que si cet objet était invisible pour les forestiers, il était vital pour les populations rurales qui s’en servaient comme bois de chauffage. Qu’est-ce qui a amené les spécialistes de la forêt à effacer cet objet de la surface de la terre et pourquoi l’ont-ils exhumé et réhabilité un siècle plus tard ?

Une science forestière au service de la technique

6Si la science forestière est la fille de l’Histoire naturelle – Henri Louis-Duhamel du Monceau (1780) et Georges-Louis de Buffon en furent les précurseurs – elle n’a été instituée comme discipline scientifique qu’à partir de 1824 avec la création de l’École forestière de Nancy. Bernard Lorentz, son premier directeur, crée ainsi un enseignement inédit. Il définit cette nouvelle discipline – la sylviculture – de « science complexe qui emprunte aux mathématiques, à la physique, à la chimie, à l’histoire naturelle, au droit et à l’économie politique » (Lorentz, 1855). Bernard Lorentz et ses successeurs privilégient toutefois une approche très techniciste, utilitariste et pratique des avancées de ces différentes sciences. Adolphe Parade, second directeur de l’École forestière de Nancy, parlera même de « science d’application ». Selon Jean-Yves Puyo, « cette conception française d’une science forestière très techniciste est responsable du désintérêt du monde scientifique pour le domaine forestier », la sylviculture étant considérée au milieu du xixème siècle comme « une pratique vulgaire » (Puyo, 1999). Sous la Troisième République, les forestiers effectuent un rapprochement avec les géographes dont la science gagne progressivement ses galons en tant que science (Ibid., p. 621). Ensemble, ils reprennent en chœur toute une série de thèmes chers aux forestiers : « le viol des lois de la nature, la cupidité des populations montagnardes dévastant les peuplements forestiers pour satisfaire égoïstement des besoins immédiats, le nécessaire reboisement des montagnes » (Ibid.). Dans ce contexte général où une vision très utilitariste et productive des espaces forestiers prédomine, le bois mort n’a pas sa place. En 1888, les forestiers lui attribuent même un statut distinct du bois vivant afin d’accélérer son élimination de manière légale. Selon Michel Bartoli et Bernard Gény, « les arbres morts ont été pourchassés dans l’ensemble des forêts non par des usagers mais par le gestionnaire lui-même » qui considérait son usage comme « le moins important de tous les droits au bois » (Bartoli & Gény, 2005). Pour l’élite scientifique et administrative forestière du xixème siècle, cette « chasse » au bois mort a pour but d’offrir des meilleures conditions de croissance au bois vivant et d’éviter la prolifération des insectes.

  • 1 INRA : Institut national de la recherche agronomique crée en 1946
  • 2 CERAFER : Centre national d'études techniques et de recherches technologiques pour l'agriculture, l (...)

7Ostracisé par les forestiers, cet objet va resurgir dans un champ scientifique nouveau, celui de l’écologie. Construite elle aussi sur une base pluridisciplinaire, l’écologie emprunte ses concepts aux mêmes disciplines que celles de la sylviculture : la biologie, la botanique, la zoologie, la géologie mais aussi les mathématiques et la thermodynamique. Mais cette nouvelle discipline va mettre beaucoup de temps à franchir les portes des écoles forestières alors qu’elle trouve sa place à l’université et au CNRS qui organise même le premier colloque international d’écologie à Paris en 1950 (Matagne, 2003). Cette reconnaissance sera d’autant plus tardive qu’une partie de la recherche forestière se fait à partir de 1964 au sein de l’INRA 1 et du CERAFER 2 dont les orientations productivistes ne laisseront guère de place aux approches écologiques de la nature (Dupuy, 2004). De fait, au cours des années 1960-70, une génération de scientifiques forestiers se spécialise sur la description des potentialités productives des stations forestières et sur la pathologie des arbres, en particulier les insectes ravageurs. Quant à l’administration forestière, elle défend et promeut cette ligne productiviste caractérisée par une modernisation et une mécanisation de plus en plus poussées des itinéraires sylvicoles. Dans un article de la revue forestière française dont le siège éditorial est situé au sein même de l’école forestière de Nancy, Louis Bourgenot, directeur technique de l’ONF, se lance ainsi dans un vibrant plaidoyer pour la forêt cultivée. Au « mythe de la forêt naturelle », « encombrée d’arbres mourants et d’arbres morts », cet auteur répond par « l’extraction systématique, dès qu’ils se manifestent, ou que la vieillesse en a raison, des arbres morts, mourants, dépérissants, des arbres cassés ou renversés par les vents, afin d’éviter que les parasites animaux ou végétaux, insectes ou champignons, qui prolifèrent sur de tels terrains de choix, ne viennent à leur tour s’attaquer aux arbres sains et les faire disparaître » (Bourgenot, 2073). L’écologie, et avec elle les arbres morts, reste donc à la porte des sciences forestières malgré le développement d’une « phytosociologie » forestière à partir des années 1980 dont l’objectif originel vise à décrire les communautés végétales et animales et leur fonctionnement. Mais pour les forestiers, la phytosociologie va surtout permettre de mieux adapter les essences de production aux conditions de sol et de climat.

L’écologie au secours des bois morts

8Pourtant à la fin des années 1980, l’émergence d’un nouveau paradigme scientifique – la diversité biologique ou biodiversité – interroge cette vision essentiellement utilitariste de la nature et en particulier des espaces forestiers (Takacs, 2001 ; Arnould, 2005). Constituée en catégorie générique d’appréhension du monde, cette notion de biodiversité reconfigure le champ de la recherche dans les sciences du vivant en les restructurant autour de l’écologie et de la biologie de la conservation et en s’imposant comme paradigme majeur de la gestion des espaces naturels. Avec l’institutionnalisation de la biodiversité, écologues et spécialistes de la conservation ont l’opportunité d’inscrire la conservation des espèces et des écosystèmes au centre du développement durable (Dumoulin & Rodary, 2005). Ce repositionnement de l’écologie profite aussi aux scientifiques inscrits aux marges des champs classiques de la recherche forestière. Sur fond de crise de légitimité et de marginalisation institutionnelle (Barberousse & Samadi, 2013), des disciplines comme la taxonomie connaissent un regain d’intérêt notamment dans le domaine de l’entomologie forestière. Il ne s’agit plus alors de décrire de manière exhaustive la diversité du vivant – reproche souvent adressé à la taxonomie – mais de montrer en quoi celle-ci permet de réinterpréter les relations entre compartiments de l’écosystème forestier. La question du bois mort constitue à cet égard un bon support pour illustrer la complexité de ces relations. Des forestiers américains (Thomas, 1979 ; Maser & Trappe, 1984) et scandinaves (Samuelsson et al., 1994 ; Jonsson & Kruys, 2001) commencent ainsi à intégrer les concepts de l’écologie pour étudier à la manière de theory testers la dynamique des bois morts et son rôle sur la fertilité des sols. Certains d’entre eux au profil de theory builders modélisent et proposent un cadre interprétatif généraliste de la dynamique du bois mort via des publications des revues d’écologie théorique (Harmon et al., 1986). À l’instar de définisseurs primaires posant les fondements de la réalité d’un problème (Hall et al., 1978), ceux-ci renouvellent profondément les cadres interprétatifs de l’écologie du bois mort et dessinent les prémices des futurs axes de recherche, notamment sur l’estimation des volumes et les dynamiques de dégradation. Le point d’orgue de la construction d’une problématique autour du bois mort sera atteint à l’occasion des deux colloques scientifiques organisés en 1999 à Reno aux USA et à Umeå en Suède.

  • 3 Ces chercheurs appartiennent à des laboratoires d’écologie du CNRS et de l’Université de Savoie, du (...)

9Mais, à cette date, les chercheurs français sont encore invisibles à la tribune de ces arènes de débats scientifiques. Pourtant certains d’entre eux – à titre individuel puis au sein de petits collectifs de travail – ont commencé depuis le milieu des années 1990 à s’intéresser à ce compartiment de l’écosystème 3. Il est intéressant de constater que ces chercheurs sont issus autant du domaine de l’écologie que de celui des sciences forestières et que beaucoup d’entre eux prônent une approche pluridisciplinaire de ces questions de bois morts. Sortes de « passeurs de frontières » ou de « boundary spanners », leur objectif est de comprendre ce qui se passe autour de cet objet en mobilisant plusieurs disciplines. Ce rapprochement entre écologie et sciences forestières paraît d’autant plus facile a priori que ces deux sciences se sont finalement construites sur un socle commun de disciplines et qu’elles investissent finalement les mêmes terrains d’études. Quant aux reproches faits à la science forestière de n’être qu’une science d’application, son intégration au sein de l’Inra et l’évolution de cet organisme scientifique au cours des années 1980 ont amené les chercheurs à mobiliser de plus en plus fréquemment les théories, les concepts et les outils de disciplines fondamentales. De fait, l’ancienne frontière entre science forestière et écologie est aujourd’hui de plus en plus ténue.

Alignement et convergence des causes

10Si une petite communauté scientifique de forestiers écologues et d’écologues forestiers se structure autour de la question des bois morts, un défi de taille demeure : comment persuader les autorités publiques de redéfinir la place et le rôle des arbres morts en forêt ? Et comment les convaincre que le bois mort est un problème au moins aussi important, voire plus, que le dépérissement des forêts, l’acidification des sols, l’extinction de la biodiversité, etc. ?

11Reprenant l’idée d’une compétition pour l’accès aux arènes publiques (Blumer, 2004 [1971] ; Hilgartner & Bosk, 1988), une double rhétorique de la dénonciation et de la dramatisation mêlant absence de moyens, incohérence des actions et inadéquation des dispositifs de traitement, va permettre aux entrepreneurs de la cause du bois mort de différencier leurs revendications d’autres problèmes déjà inscrits dans les débats publics sur la forêt. Ils reprennent à leur compte les discours sur la « perte » et « l’extinction » prévisible de certaines espèces. Les discours autour de la pénurie de bois mort dans les forêts françaises sont donc alignés et connectés à ces récits plus englobants, universels et documentés sur la perte de biodiversité au niveau mondial. Cela amplifie la portée argumentative des cadres d’interprétation mobilisés par les promoteurs du problème et fait monter leur problème en généralité. Ils s’appuient aussi sur des diagnostics – pourtant très sommaires – du manque supposé de bois morts dans les forêts européennes et font ainsi du bois mort le « maillon faible » de la biodiversité des forêts françaises (IFN, 2007).

12À cette mise en intrigue censée mobiliser l’opinion publique et les médias, s’ajoute une « fenêtre d’opportunité » (Kingdon, 1995) qui accélère la mise en débat de ce problème ignoré, voire dénié, par les acteurs dominants. Tempêtes d’une ampleur inégalée, les cyclones Lothar et Martin balaient la France en décembre 1999 et laissent à terre 150 millions de m3 de bois. Dans les deux années qui suivent, plusieurs scientifiques avancent l’idée qu’il pourrait être plus intéressant de conserver un certain volume de bois morts plutôt que de les évacuer systématiquement. Mais comme ils manquent de recul sur les impacts d’une telle mesure, ils suggèrent aussi de mener des recherches sur ce sujet. Un moyen pour eux et déjà entrevu par André Micoud (1992) de suspendre les actions d’éradication du bois mort – au moins temporairement – consiste à transformer, via le langage, les catégories incriminées, à les renommer, les distinguer et euphémiser leur degré de nuisance et l’urgence supposée à agir. Certains scientifiques suggèrent ainsi de distinguer les « parasites de faiblesse agressifs », « peu agressifs » ou « indifférents », rappelant que tous les insectes du bois mort ne sont pas forcément nuisibles aux arbres vivants (Nageleisen, 2003). D’anciens chercheurs, devenus responsables d’ONG environnementales, proposent de renverser complètement les termes de la problématique en faisant du bois mort non plus un problème mais une solution aux aléas naturels. Ils invitent les gestionnaires forestiers à conserver une partie des bois tombés au sol afin de favoriser la biodiversité présentée comme « une des garanties majeures d’une résilience maximale après tempête » (Vallauri, 2000). Les défenseurs de ce point de vue parviennent à rendre plausible ce changement complet de paradigme sur le plan rhétorique car ils connectent des cadres interprétatifs jusqu’à présent séparés qui se trouvent « réalignés » par le développement d’un discours sur l’intérêt général du bois mort pour la biodiversité forestière. Le bois mort trouve ainsi sa place parmi d’autres concepts et objets réhabilités par le renouvellement des questions écologiques, il devient un « attribut vital des forêts gérées » (Vallauri et al., 2002). Enfin, un dernier argument milite pour des recherches sur le bois mort. À la suite de la ratification de la Convention sur la diversité biologique (CDB) en 1992, le gouvernement français s’est engagé à mettre en place des indicateurs permettant d’évaluer la biodiversité des forêts. Or selon le comité d’experts français chargé de les évaluer, celui sur le bois mort est complètement obsolète : « Compte tenu des données existantes, l'indicateur proposé est […] pratiquement inutilisable et peu en lien avec son sujet. Un gros travail de modification du protocole doit donc être entrepris pour qu'un indicateur crédible de ce type puisse voir le jour » (IFN, 2007). Cet avis constitue un argument de plus en faveur de recherches approfondies sur ce sujet, opportunité aussitôt saisie par plusieurs chercheurs qui entrevoient là une chance inespérée de voir leurs travaux soutenus par le ministère en charge des forêts.

De l’objectivation scientifique à l’inscription politique du problème (2000-2010)

13Si l’intérêt de programmes de recherche sur les bois morts ne fait plus de doute au mitan des années 2000, il reste quand même à établir clairement la réalité du problème, sa mesure et son contenu précis et à convaincre les acteurs publics de financer des recherches spécifiques sur ce sujet. Plusieurs équipes de recherche françaises s’engagent alors autour de cette cause commune. Leurs chefs de projets sont soit issus des sciences forestières soit de l’écologie et ils vont de fait se retrouver à nouveau en compétition pour l’accès aux ressources allouées à cette nouvelle thématique de recherche. Mais si certains vont jouer la concurrence entre disciplines, d’autres vont au contraire jouer sur leur complémentarité avec, au final, des résultats aux appels d’offres très différents.

Construire une argumentation audible par ses pairs et les décideurs publics

  • 4 AERES : Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

14Si les chercheurs revendiquent une autonomie dans l’orientation de leurs recherches, cette liberté n’est qu’apparente. Comme d’autres professions, ils sont contraints par des orientations stratégiques et par le management de la recherche : évaluations de l’AERES 4, nécessité de publier régulièrement, dépendance vis-à-vis de financeurs externes à qui ils doivent rendre des comptes, invitation pressante à « l’excellence » (Jouvenet, 2011). Les chercheurs ne peuvent guère investir des sujets qui les mèneraient dans une impasse, qui les isoleraient du reste de la communauté scientifique ou qui ne seraient pas suffisamment « rentables » du point de vue des critères de l’évaluation scientifique, voire socio-économique. A contrario, il leur faut aussi trouver des questions de recherche suffisamment originales pour se distinguer des projets concurrents de leurs pairs (Barrier, 2011). Le fait de travailler sur le bois mort participe de cette tension entre acuité et originalité du sujet d’une part et absence d’intérêt de la communauté de pairs et des décideurs publics d’autre part. Pour que sa recherche soit soutenue, il faut donc convaincre sa hiérarchie, ses pairs, les financeurs potentiels, les professionnels de la filière, voire les médias de l’intérêt de son sujet. Or le scepticisme est d’autant plus grand que des stratégies de déni d’agenda se mettent en place au même moment. Fervents défenseurs des normes établies, les tenants de l’élimination des bois morts parmi lesquels les représentants des instances professionnelles forestières, voire les propriétaires forestiers eux-mêmes, minimisent l’intérêt écologique de la préservation des bois morts en faisant de cette question un enjeu localisé ou limité à quelques espèces très particulières (Deuffic, 2010). En revanche, ils insistent lourdement sur le coût de cette mesure. Le directeur technique et commercial de l’ONF rappelle que, si la production de bois fournit l’essentiel des recettes, les différents programmes de conservation des bois morts sont à la seule charge de l’ONF (Gamblin, 2009). Ils mettent aussi en doute l’existence et la légitimité des groupes organisés porteurs de la revendication ainsi que l’absence de données susceptibles d’étayer la réalité et l’ampleur du problème. Il est vrai que les chercheurs français disposent alors de peu de données. Les listes d’espèces inféodées aux bois morts sont souvent incomplètes et les études étrangères traitent d’écosystèmes forestiers peu présents en France.

15Il faut donc transformer les troubles éprouvés et les intuitions ténues en un problème scientifique qui résiste à une évaluation ex ante et cela en l’absence même de données précises. Pour cela, les scientifiques mobilisent des arguments de type catastrophiste, utilitariste et même éthique. L’analyse de la partie « contexte » des projets scientifiques, des rapports et des articles qui abordent la question des bois morts montre que la construction de cet argumentaire est pratiquement toujours la même. La justification du problème commence souvent par un rappel du déficit en bois morts – déficit basé, à ce stade, seulement sur des estimations – et comparé avec des situations où la conservation du bois mort semble meilleure. Au même moment, deux types de trend spotters, voire de lanceurs d’alertes, se dégagent au sein même de la communauté scientifique. D’un côté il y a ceux qui s’en tiennent à défendre un cas particulier, souvent régionalisé et qui insistent sur sa dimension autochtone, endémique, spécifique, ce qui en fait sa rareté. De l’autre, il y a ceux qui amassent les preuves – bibliographiques et de terrain – comme quoi des situations similaires existent ailleurs en France et en Europe et qui tentent de monter leur problème en généralité. Pour eux, il ne s’agit pas de s’attarder sur des cas extrêmement localisés, voire caricaturaux comme celui du pique-prune, insecte inscrit à la liste des espèces protégées et qui bloqua pendant près de six ans la construction de l’autoroute A28 (Billet, 2006), mais d’explorer la biodiversité des forêts tempérées d’Europe occidentale. Ces chercheurs citent à cet effet les études nord-américaines et scandinaves dont une partie des résultats leur semble extrapolable en France. La mobilisation de ces travaux – même décalés par rapport au contexte français – joue aussi le rôle de garde-fou et de caution. Travailler sur le bois mort n’apparaît pas comme une lubie de quelques chercheurs français mais un thème partagé par une communauté épistémique au niveau mondial où collaborent des chercheurs issus des sciences forestières comme de l’écologie. De fait, plutôt qu’opposer écologie et sciences forestières, productivisme et conservation de la biodiversité, arbres vivants et arbres morts, ils proposent de concilier ces différentes approches au sein de leurs projets de recherche.

16Paradoxalement, le manque de données au niveau français – qui aurait pu fragiliser la réalité du problème – renforce l’intérêt des recherches sur le bois mort. Celles-ci reposent sur l’hypothèse majeure selon laquelle la situation de rareté et de menace sur le bois mort en France est probablement identique à celle des autres pays européens mais qu’il serait bon de le prouver. Si cette mobilisation des travaux de pairs aide à légitimer leurs propres recherches, les projets portés par les équipes françaises doivent aussi s’en différencier pour ne pas donner l’impression de reproduire des résultats déjà éprouvés. L’argument consiste donc à dire que le déficit de biodiversité saproxylique déjà établi pour les forêts scandinaves reste à prouver et à quantifier pour les forêts françaises tempérées. De même, la pertinence des indicateurs et des méthodes mises en œuvre dans les forêts boréales est relativisée par les chercheurs français eu égard au contexte des forêts continentales, majoritairement feuillues et abritant des espèces potentiellement différentes. En remettant partiellement en cause les modèles explicatifs scandinaves sur la base de leurs observations de terrain, les chercheurs français changent aussi progressivement de posture, se présentant non plus seulement comme des theory testers mais en potentiels theory builders pour les forêts tempérées d’Europe de l’Ouest.

17Outre un vide à combler dans les connaissances, les porteurs de projets de recherche mobilisent des arguments utilitaristes qui concernent autant les humains que les non-humains. Les fonctions écologiques du bois mort sont rappelées : « L’importance écologique du bois mort réside dans ses multiples rôles fonctionnels dans l’écosystème forestier : recyclage des nutriments dans l’écosystème et maintien de la fertilité des sols, stockage temporaire du carbone, structuration du sol et réservoir d’humidité […]. Il est source de micro-habitats et/ou ressource trophique pour une biodiversité riche et originale » (Bouget, 2006). Si la rhétorique de l’« originalité » est importante pour se distinguer d’autres programmes de recherche, les arguments utilitaristes ne font en revanche pas toujours l’unanimité dans la communauté scientifique. Certains chercheurs, plutôt issus de l’écologie, souhaiteraient que la vision des enjeux environnementaux soit détachée de ces considérations matérielles. Or, comme les arguments économiques sont convaincants dans d’autres univers sociaux et notamment auprès des gestionnaires forestiers, ils finissent par les mobiliser, à contrecœur et a minima, là où les chercheurs en sciences forestières assument plus facilement une visée utilitariste de leurs travaux.

18Afin de répondre aux attendus de ces appels d’offre, les porteurs de projets de recherche tentent aussi de couvrir la problématique de la manière la plus exhaustive possible. Cette montée en généralité s’avère stratégique dans la compétition entre équipes de recherche. Alors que les trend spotters « locaux » insistent sur l’étude de quelques taxons généralement situés sur un site d’étude pilote sur la base de méthodes éprouvées, les trends spotters « généralistes » proposent de travailler sur plusieurs cortèges d’espèces, dans deux ou trois sites d’études représentant la diversité des écosystèmes forestiers français, et si possible avec des méthodes ou des protocoles innovants. Outre un profil plus généraliste, les coordinateurs de ces projets endossent aussi le rôle de boundary spanners en montrant qu’il sont capables de mobiliser leurs réseaux d’experts et de développer des stratégies d’alliance afin de multiplier les terrains d’études, les groupes taxonomiques étudiés (insectes, mousses, champignons) et les regards disciplinaires (sciences forestières, écologie fonctionnelle, mycologie et même sciences humaines). L’évolution des postures théoriques et des cadres analytiques dans le domaine de la biodiversité contribue aussi à l’émergence de ces collectifs de recherche autour des écologues et des biologistes de la conservation au détriment d’autres équipes et notamment des taxonomistes (Mallet & Willmott, 2003). Ce déclassement de certaines disciplines pose parfois problème, notamment dans le domaine de la biodiversité associée aux bois morts où les porteurs de projets ont des difficultés à trouver des spécialistes de la microfaune.

  • 5 ANR : Agence nationale de la recherche.

19Conscients que l’argumentaire écologique ne suffit pas et dans l’idée de conforter leur profil de « passeurs de frontières » en plus d’être spécialistes de leur discipline, certains chefs de projets en appellent à la nécessité de « répondre à une demande sociale » censée renforcer la pertinence de la recherche. Le volet social de ces projets vise souvent à cerner les représentations du bois mort par différentes catégories d’acteurs sociaux et de comprendre les registres dans lesquels opèrent les adhésions et les blocages. Dans l’esprit des porteurs de projets, la présence de ce volet social augmente d’autant plus les chances de succès que l’intégration de chercheurs en sciences sociales est vivement conseillée et devient un critère d’éligibilité quasi obligatoire dans les appels d’offre de recherches du ministère de l’Environnement ou de l’ANR 5. Il constitue même un critère de distinction entre projets concurrents. Vu la diversité quasi infinie du vivant, un projet à qui il manquerait l’étude d’un groupe taxonomique a moins de chance d’être rejeté qu’un projet sans volet socio-économique comme l’apprendront à leurs dépens les candidats à l’appel d’offre « biodiversité et gestion forestière 2005-2009 » du ministère de l’Environnement

20Au cas où la qualité intrinsèque du projet ne garantirait pas le succès aux appels d’offre, les porteurs de projets cherchent enfin « à se réserver un accès plus sûr aux règles du jeu, en se rapprochant des foyers décisionnaires » (Jouvenet, 2011) ou à y envoyer un « portier ». Ce dernier constitue une aide indéniable car il définit l'orientation de la recherche, l'évaluation de ses résultats et assure un contrôle des acteurs de la communauté (Shinn & Ragouet, 2005). En inscrivant la question du bois mort comme l’un des axes de recherches du futur appel d’offre « biodiversité et gestion forestière » du Ministère de l’environnement en 2005, un de ces portiers a fortement contribué à l’émergence de cette problématique. Ainsi sur les 35 projets déposés, seuls huit ont été retenus dont un seul sur cette thématique du bois mort. Qui plus est, ce projet a reçu le montant d’aide le plus élevé. Outre les facteurs évoqués précédemment, ce succès s’explique par le choix du chef de projet de s’allier le support de plusieurs disciplines, de généraliser sa problématique au-delà de quelques groupes taxonomiques et de le faire sur plusieurs terrains d’études. Ce projet réunissait aussi au sein d’un même collectif des profils de scientifiques complémentaires, avec aussi bien des trend spotters, que des theory testers et un chef de projet qui jouait le rôle de boundary spanners. Aucun de ces profils ne prédominait vraiment et ce qui aurait pu être une faiblesse s’est révélé être un atout. Dans les projets concurrents, certains scientifiques faisaient partie des tout premiers trend spotters et prêchaient depuis plus de dix ou quinze ans pour que la question des bois morts soit mieux prise en compte mais ils n’ont pas su ou pu fédérer d’autres profils de scientifiques autour d’eux. Dans d’autres cas, le manque de passeur de frontières a fait craindre le risque d’une interdisciplinarité difficile à concrétiser en cours de projet.

Définir des catégories, qui est « in » ou « out »

  • 6 À l’échelle des temps géologiques, la terre a connu cinq extinctions majeures dont la dernière a eu (...)

21Une fois les crédits obtenus, les scientifiques peuvent désormais dénombrer, quantifier et attester de la généralité du problème ou, au contraire, du particularisme de la situation. Cette phase d’objectivation du problème passe souvent par une phase de collecte de données. Dans le cas de la biodiversité, cette étape est longue, fastidieuse et coûteuse mais nécessaire dans le processus de démonstration de l’existence du problème. La rhétorique catastrophiste d’une sixième extinction 6 peut être de nouveau mobilisée à cette occasion car elle agit comme une « fiction essentielle, qui contribue à affirmer la nécessité et l’urgence de ces inventaires » (Mauz, 2011). Au cours de ce travail d’objectivation, un profil de scientifique émerge un peu au-dessus des autres. Ce n’est pas un trend spotter car il ne se fie pas qu’à quelques données localisées et des intuitions de terrain pour étayer la réalité du problème. Ce n’est pas non plus un theory builder dans la mesure où il s’appuie sur des concepts fondamentaux de sa discipline mais sans forcément en créer de nouveaux. Il s’apparente plutôt au theory tester, qui dans le cadre d’une science normale et sous l’égide des règles dictées par les paradigmes de sa discipline, s’attache à vérifier et à valider la pertinence des modèles théoriques. Ce type de scientifique identifie, décrit et classe une multitude d’objets et de situations. Ce travail de production catégorielle repose sur un corpus de connaissances spécialisées, des répertoires de classification éprouvés et des procédés d'inventaire normalisés (Trom & Zimmerman, 2001). En créant des bases de données, écologiques, statistiques, cartographiques, il contribue à nommer et à fabriquer des entités collectives à partir d’enregistrements individuels, à définir et à qualifier les objets, en l’occurrence les espèces et leurs habitats. Cette phase de production catégorielle est aussi une phase de qualification. La définition catégorielle des bois morts fait aussi l’objet de débats d’experts, chaque laboratoire proposant sa nomenclature. Aux huit catégories de bois morts proposés par Chris Maser et James M. Trappe (Maser & Trappe, 1979), le WWF en ajoute huit autres (WWF, 2004) et des scientifiques suisses plus de 60 (Schaepfer and Bütler, 2004). Pourtant en France, jusqu’en 2005, la seule catégorie de bois mort reconnue par l’Inventaire forestier national est le « volume de bois chablis ayant moins de cinq ans ». Or les bois mettent 20, 30 ou 50 ans à se décomposer. Ce type de mesure sous-estime donc largement le volume total de bois mort. Cette imprécision de la donnée amène ces theory testers à remettre en cause les catégories définies jusque-là et à affiner les méthodes et les protocoles d’échantillonnages. Ceux-ci sont stabilisés en 2009 lorsque l’Inventaire forestier national (IFN) préconise de mesurer les bois morts au sol d’un diamètre supérieur à 2,5 centimètres et les arbres morts debout, les souches et les chandelles d’un diamètre 7,5 cm sans limite d’âge (Teissier du Cros & Lopez, 2009).

22En l’espace de cinq ans, l’objet catégoriel bois mort et les méthodes de mesure changent donc radicalement. Si les opérations de classification clarifient certaines catégories d’objets étudiés, elles complexifient la perception du monde vivant en changeant les repères, les frontières et les critères de distinction. Les inventaires faunistiques et floristiques montrent ainsi très vite que le bois mort n’est finalement que le support et le réceptacle d’une biodiversité beaucoup plus vaste que celle envisagée à l’origine des projets de recherche. Mesurer le contenant, c'est-à-dire le volume bois mort, ne suffit pas ; il faut aussi caractériser son contenu. Comme leurs homologues européens et nord-américains, les scientifiques français mettent donc de l’ordre dans les catégories du vivant dignes d’être inventoriées. Vu la lourdeur des dispositifs de collecte, le choix de l’objet d’étude devient également stratégique. Il s’agit de choisir un objet qui « réponde bien », c'est-à-dire qui reflète et traduise le phénomène étudié à l’image d’une espèce « parapluie » ou « clef de voûte ». Plusieurs laboratoires français s’orientent alors vers l’étude des insectes saproxyliques. Dans un article intitulé « mise au point sémantique » qui en dit long sur le flou qui entoure la nomenclature des insectes liés au bois mort, des chercheurs proposent « une terminologie harmonisée » des groupes consommateurs de matière ligneuse, en fonction de la nature et de l'état physiologique des tissus consommés (Bouget et al., 2005). Mais la profusion des groupes potentiellement étudiables oblige les chercheurs à faire des choix. Dans les travaux menés dans le cadre de l’appel d’offre « biodiversité et gestion forestière » entre 2005 et 2009, certains compartiments du vivant sont inventoriés – mousses, champignons, insectes – alors que d’autres – oiseaux, reptiles, mollusques – sont intentionnellement ignorés, faute de budget et de spécialistes en nombre suffisant ou disponibles. Cette phase de classification et d’inventaire est donc aussi une phase de choix plus ou moins affichés et assumés : « La première contrainte est le nombre d’espèces d’insectes (plus de 10 000 espèces forestières en France). Il n’est pas possible de tout inventorier ni de tout suivre. Il faut donc se limiter à certains groupes clés en fonction des objectifs souhaités » (Nageleisen & Bouget, 2009). Le fait d’écarter et d’ignorer certains aspects du problème engendre parfois des frustrations et des récriminations de la part de certains acteurs. Cela peut conduire ultérieurement à une phase d’ajustement visant à compléter les données manquantes.

23Si cette phase d’inventaire demeure fastidieuse et peu gratifiante, elle est essentielle à l’objectivation du problème. Elle donne à celui qui la réalise le statut de définisseur primaire de données et renforce son rôle de theory tester. Ce statut est un moyen de s’autonomiser par rapport à ses confrères. En disposant de ses propres données et de son propre référentiel, le définisseur primaire peut plus facilement évaluer les résultats de ses pairs à l’aune de ses propres travaux, relativiser la portée des modèles construits par d’autres, les critiquer et proposer des alternatives, devenant à son tour un theory builder. Dans ce champ concurrentiel pour le monopole de la compétence scientifique, les jeunes chercheurs et les équipes nouvelles sur de tels sujets ont peu d’alternatives : soit ils explorent des voies nouvelles et originales, soit ils emboîtent le pas aux leaders du domaine, quitte à faire à leur tour de la science normale voire hypernormale (Lemaine, 1980). Concernant les chercheurs français enquêtés, la situation est contrastée. Au niveau national, ces chercheurs sortent des sentiers battus et font figure de précurseurs, voire de theory builders, dans la mesure où ils revisitent et renouvellent les questions d’entomologie et d’écologie forestière. En revanche, au niveau européen, ils posent les mêmes questions et mobilisent les mêmes outils que leurs collègues scandinaves. Dans un espace de la recherche de plus en plus ouvert et concurrentiel, l’innovation en-deçà des frontières françaises apparait parfois comme de l’hypernormalité au-delà. Or cet état de la science est souvent transitoire. Un collectif de chercheurs est souvent amené à faire de la science normale pour éprouver des thèses déjà existantes ou simplement faire un état de l’art pour l’aire géographique qui les concerne. Après cette phase de « mise à niveau », il peut trouver une voie de recherche originale à force de détecter des « anomalies » que la théorie générale ou les autres cas d’études n’expliquent pas, s’en émanciper et proposer sa propre théorie.

Une médiatisation limitée mais pas sans effet

24Une fois le problème public établi, certains scientifiques porteurs du problème peuvent être tentés d’endosser le rôle de science communicators (Susskind, 1994). Mais le risque est que la diffusion des connaissances ne dépasse pas le cercle d’une communauté restreinte d’auditeurs déjà convaincus. Si la médiatisation est un des modèles possibles de l’inscription du problème à l’agenda politique (Garraud, 1990), elle ne s’improvise pas. Certains scientifiques savent interpeller les médias et maîtrisent l’art de la communication, d’autres n’en ont ni le talent, ni l’envie, ni le temps, ni les moyens. Il leur faut alors trouver des diffuseurs et des vulgarisateurs de l’information scientifique capables de mobiliser des défenseurs de la cause dans la sphère publique et d’interpeller les décideurs politiques. Des spécialistes de la médiatisation comme les ONG environnementales de dimension nationale ou internationale peuvent alors entrer en jeu. Outre une capacité à mobiliser les médias, ces organisations ont un savoir-faire en matière de communication. Elles ont aussi un accès privilégié aux arènes de débat technocratiques des ministères allant même jusqu’à conseiller les États et à susciter l’institutionnalisation des politiques de conservation de la biodiversité (Dumoulin & Rodary, 2005). Mais, comme pour les scientifiques, investir un problème environnemental émergent est un pari risqué pour une ONG. Elles y engagent des fonds et espèrent un retour sur investissement, symbolique et économique. Certaines problématiques sont aussi plus faciles à médiatiser – la nature et la vie sauvage, la pollution de l’air, le climat, les énergies renouvelables – d’autres le sont moins a priori comme le bois mort.

25Alors pourquoi certaines ONG ont-elles finalement soutenu cette thématique ? L’élément déclencheur de leur participation est d’abord lié aux relations de coopération et d’interconnaissance nouées avec les chercheurs. On trouve ainsi au sein de ces ONG françaises d’anciens docteurs en écologie ou en sciences forestières qui partagent le même univers de pensée que les scientifiques qui objectivent la question du bois mort et qui ont travaillé dans leur laboratoire. La question du bois mort leur est assez vite apparue comme une problématique conforme à leurs valeurs mais aussi à leurs intérêts stratégiques, médiatiques et politiques. Ces ONG n’ont donc pas choisi de médiatiser un sujet intraitable mais un sujet abordable, situé dans les limites de leurs compétences techniques, scientifiques et financières, compréhensible par les destinataires du message (même s’il n’est pas forcément accepté) et stratégique vu sa dimension prescriptive grandissante (Deuffic, 2012). Mais comment communiquer sur un objet aussi chargé cognitivement ?

26En 2004, un collectif de scientifiques et le WWF organisent à Chambéry un colloque intitulé « Bois mort et à cavités. Une clé pour des forêts vivantes ». Faire le choix du bois mort comme thème central d’un colloque est un pari osé, quatre ans à peine après les tempêtes Lothar et Martin. Mais comme le rappellent les coordonnateurs du colloque, alors que l’idée même d’un colloque sur les bois morts en aurait fait sourire plus d’un, « ce qui, il y a à peine quinze ans, aurait semblé une utopie, est aujourd’hui une réalité » (Vallauri et al., 2005). Avec plus de 300 participants dont une grande majorité de Français, le colloque rassemble la communauté scientifique francophone. Il y a cependant à peine 10 % d’étrangers dont une délégation québécoise (huit personnes) et une vingtaine d’autres participants venant de six pays européens. Le fait que le colloque se soit tenu en langue française explique sans doute pour partie l’absence des étrangers, notamment des Scandinaves. Côté orateurs, le comité d’organisation a gagné son pari puisqu’une grande partie de la communauté scientifique française travaillant sur le bois mort ou ses composantes se retrouve à la tribune de l’événement, soit près de 90 auteurs et plus de 60 communications. Mais une fois le soufflé médiatique retombé, que s’est-il passé ? Sur le plan scientifique, les débats ont permis de faire avancer certaines problématiques associées au bois mort comme la notion de naturalité, la question des forêts matures et des méthodes d’échantillonnage, etc. Les actes du colloque de Chambéry constituent également la seule monographie pluridisciplinaire disponible dans le monde francophone, qui plus est sur les forêts européennes continentales tempérées et atlantiques. Vu la qualité du document produit, il se situe au même niveau que les actes du colloque de Reno ou d’Umeå. Mais les deux actes précités sont en anglais et connaissent donc une large diffusion dans la sphère scientifique internationale, alors que les actes de Chambéry sont en français et leur diffusion beaucoup plus restreinte. Qui plus est, les Scandinaves ont décidé de publier les actes dans une revue scientifique (Ecological bulletins) là où les Français ont opté pour un ouvrage aux contenus variés (approche théorique, comptes rendus expérimentaux, témoignages de praticiens...). Enfin, la portée médiatique de ce colloque n’a pas forcément touché le grand public ni changé son regard sur le bois mort. Un sondage réalisé par l’ONF auprès d’un échantillon de la population française montrait en 2004 comme en 2010 que la présence d’arbres morts symbolisait une absence d’entretien pour près de la moitié des Français (Dobré et al., 2006).

Une modification marginale des référentiels d’action

  • 7 PEFC : programme de reconnaissance des certifications forestières qui promeut une gestion durable d (...)

27Une fois le bois mort bien ancré dans le champ des objets de recherche légitimes, certains scientifiques se sont enfin essayés au rôle d’applied policy analysts en vue d’assister les décideurs publics dans la traduction des résultats scientifiques en politiques publiques. Ils ont ainsi redéfini et aligné l’indicateur bois mort sur les standards européens. La production de connaissances dans ce domaine a été telle que, sur les 35 indicateurs produits, le volume de bois mort est l’un des deux seuls indicateurs retenus par l’Office national de la biodiversité (ONB) pour refléter de manière synthétique le niveau de biodiversité en forêt. Le bois mort est ainsi passé du statut d’indicateur inutilisable en 2005 à celui d’indicateur de référence en 2011. Les scientifiques ont en revanche eu une influence beaucoup plus limitée pour ce qui concerne les changements des référentiels de gestion. Quatre articles du Code forestier préconisent toujours l’élimination des bois morts. Quant à l’instruction biodiversité de l’ONF, le référentiel technique de PEFC 7 ou les codes de bonnes pratiques sylvicoles, ils proposent une conservation a minima des arbres morts qui n’a guère changé entre 1993 et aujourd’hui. Assez rapidement, les chercheurs impliqués auprès des décideurs publics dans la rédaction de divers documents de gestion ont aussi renoncé à proposer des seuils planchers ou des objectifs quantifiés de volume de bois mort à conserver par hectare. Cette prudence vis-à-vis de valeurs seuil n’est pas motivée que par des considérations scientifiques, comme l’absence de corrélation claire entre le volume de bois mort et le niveau de biodiversité associée. Les chercheurs ont aussi conscience que de telles propositions chiffrées pourraient heurter les gestionnaires forestiers avec le risque de les voir rejeter tout en bloc : l’indicateur, les seuils et le principe même de conservation du bois mort. De fait, ils ont plutôt proposé des indicateurs relatifs (en fonction des objectifs de biodiversité que les acteurs souhaitent se fixer), régionalisés et négociés notamment avec les responsables forestiers régionaux.

Conclusion

28Dans le processus de construction des problèmes publics, les rôles sociaux des acteurs impliqués sont généralement distribués de manière assez claire : aux militants associatifs le rôle d’alerter les pouvoirs publics, à la communauté scientifique celui d’objectiver le problème selon des méthodes éprouvées (Trom & Zimmerman, 2001) et aux décideurs publics de proposer les instruments de l’action publique permettant de résoudre le problème (Lascoumes & Le Galès, 2005). Au sein même de la communauté scientifique, une division des tâches dans le travail de production cognitive existe aussi : aux uns la primeur de la découverte d’« anomalies troublantes », à d’autres la construction de modèles théoriques explicatifs, la mission de tester ces modèles, de vulgariser les connaissances vers le grand public ou d’aider les décideurs politiques à calibrer les instruments d’actions publiques (Susskind, 1994).

  • 8 Robert K. Merton identifie un ensemble de normes intériorisées par les scientifiques pendant leur a (...)

29Il est pourtant des situations où cette distribution des rôles est moins tranchée. Dans le cas du bois mort, le rôle de lanceur d’alerte a été essentiellement joué par les scientifiques. Les associations de protection de la nature et les ONG ne sont intervenues que dans un second temps pour épauler les scientifiques dans la diffusion et la publicisation de leurs questions. Au sein de la communauté scientifique elle-même, les chercheurs travaillant sur le bois mort ont aussi endossé plusieurs rôles à la fois, quitte à jouer avec les limites de l’ethos scientifique classique 8 et à s’écarter de la dimension en principe très normative et cadrée du processus d’objectivation. En tant que porteurs du problème, ils ont utilisé les mêmes effets rhétoriques que ceux habituellement mobilisés par les associations tels que la dimension dramatique, exceptionnelle, sous-évaluée et trop longtemps négligée du problème soulevé. Ces stratégies sont nécessaires pour convaincre les autorités publiques mais elles ne sont pas toujours suffisantes. L’objectivation quantitative et qualitative du problème, sa mise en forme argumentée, la mobilisation d’acteurs clefs ayant accès aux sphères de décisions publiques, la résistance aux tentatives de déni sont autant d’aspects qui contribuent à l’émergence, la stabilisation, voire la prise en compte du problème. Ces étapes sont d’autant plus importantes que d’autres modes d’inscription à l’agenda comme la médiatisation ne fonctionnent pas ou peu, en particulier dans le cas de problèmes a priori mineurs comme ceux relatifs à la conservation de la biodiversité associée aux bois morts.

30Les scientifiques n’ont pas non plus été aidés par la dimension symbolique du bois mort. Mobiliser le grand public autour d’un objet souvent qualifié de sale, dangereux et morbide pouvait paraître un pari perdu d’avance. Mais les scientifiques ont surmonté cet obstacle en alignant et connectant leur problématique sur un master frame au sens d’Erving Goffman (1991) érigé en métanorme internationale prônant la préservation de la biodiversité. Cet élargissement de la problématique aurait pu être contre-productif : face à la disparition d’espèces plus emblématiques, préserver la faune et la flore des bois morts peut paraître dérisoire. L’écueil a été contourné par l’usage des mêmes arguments rhétoriques généraux concernant la sixième extinction des espèces et, dans le même temps, par le recours à un registre argumentatif plus spécifique sur l’utilité et la singularité fonctionnelle des bois morts pour la durabilité des écosystèmes forestiers. À cela s’est ajoutée la nécessité de renseigner un indicateur attendu par les instances internationales en charge de la biodiversité et que les autorités françaises étaient alors incapables de fournir. Allant bien au-delà du rôle qui leur est généralement dévolu, les scientifiques ont donc été des agents « producteurs de significations » ; ils ont avancé des diagnostics, déplacé les repères d'expérience des acteurs et les cadres juridiques et institutionnels et articulé des horizons de justification et de légitimation en termes éthiques, juridiques et politiques (Céfaï & Trom, 2001).

31Si le cas du bois mort illustre et confirme l’importance de la communauté scientifique dans l’émergence de certains types de problèmes publics, elle pose aussi la question de l’inclusion ou de la marginalisation d’autres acteurs dans la définition du problème. Dans le cas de problèmes publics environnementaux très spécifiques comme celui des invasions biologiques ou des disparitions d’espèces très peu connues du grand public, cette définition est d’abord le fait de spécialistes. Ils sont les premiers et souvent les seuls à pouvoir repérer l’émergence de ce type de phénomène et en accumulant des données dites objectives, ils renforcent encore plus la définition initiale du problème. Or la dimension très normative de ces phases d’inventaire fait passer au second plan d’autres façons de voir et de décrire le problème. Le souci de cette définition entre soi, c’est que la dimension « problématique » de la situation ne l’est finalement que pour ceux qui la définissent comme telle (Gilbert, 2008). Dans le cas du bois mort, si l’objet est connu des forestiers de terrain, son caractère problématique ne leur paraît en revanche ni évident ni posé dans les mêmes termes. Pourtant l’écueil d’une définition exclusive par des spécialistes du sujet a été en partie évité. Les enquêtes menées auprès des propriétaires forestiers concernant la diversité des définitions, des pratiques et des jugements de ces gestionnaires de terrain vis-à-vis des bois morts ont montré qu’ils ont pu faire entendre leurs craintes vis-à-vis des valeurs seuils, des risques assurantiels en matière d’accident corporels, leurs doutes sur l’innocuité de la faune et de la flore associées aux bois morts (Deuffic & Lyser, 2012). Mais au final, la confrontation des définitions et des principes de gestion du bois mort a été malgré tout largement le fait des scientifiques, des décideurs publics et de quelques représentants de la filière forêt-bois. Les gestionnaires de terrain, au premier rang desquels les propriétaires forestiers, n’étaient présents que de manière indirecte via leurs représentants syndicaux et à travers les témoignages recueillis lors des enquêtes sociologiques.

32De fait le caractère réellement public de ce problème est très relatif car il interpelle d’abord les scientifiques mais relativement peu les gestionnaires forestiers et encore moins le grand public. On se trouve ainsi dans une situation paradoxale d’un problème discuté dans des instances internationales sur la base d’avis de quelques spécialistes seulement alors même que les organisations étatiques et non gouvernementales pourraient s’appuyer sur la mobilisation du grand public pour légitimer la prise en compte de cette problématique au niveau mondial comme elles le font parfois pour d’autres espèces forestières emblématiques menacées (tigre ou panda par exemple). À travers l’exemple du bois mort, on voit donc se dessiner une configuration non identifiée à ce jour de problèmes publics que nous appelons des problèmes publics sectoriels. L’originalité de ce type de problème est de se trouver à l’intersection de plusieurs mondes sociaux, celui des scientifiques, des acteurs de la protection de l’environnement et d’acteurs d’un secteur technico-professionnel particulier, en l’occurrence, dans notre cas, celui des forestiers. Le caractère sectoriel de ces problèmes tient aussi au fait qu’ils ne mobilisent pas l’opinion publique comme le montrent les sondages sur la perception des bois morts en forêt en France (Dobré et al., 2006) comme ailleurs dans le monde (Hauru et al., 2014 ; Kohsaka & Handoh, 2006). Peut-on alors parler d’un caractère vraiment « public » des problèmes de bois morts ? De fait, l’audience de ces problèmes est limitée à une sphère de spécialistes mais qui, par leur accès privilégié à certaines sphères de décision publique, parviennent tout de même à les inscrire sur l’agenda politique, même si cela se fait de manière confinée et collusive (Gilbert & Henry, 2012). Cette inscription semble se faire d’autant plus « naturellement » que les entrepreneurs de cause parviennent à connecter le cadre d’interprétation de leur problème sectoriel à celui d’un problème « cardinal », à savoir celui de l’environnement et de la biodiversité dont tout est fait pour qu’il prenne aujourd’hui une dimension publique.

Top of page

Bibliography

Arnould P. (2005), « Biodiversité : quelle histoire ? », dans Marty P., Vivien F.-D., Lepart J. & R. Larrère (dir.), Les Biodiversités. Objets. Théories. Pratiques, Paris, CNRS Éditions.

Arnould P., Marty P. & L. Simon (2002), « Deux siècles d'aménagements forestiers : trois situations aux marges méridionales de la France », Ería, n° 58, pp. 251-267.

Barberousse A. & S. Samadi (2013), « La taxonomie dans la tourmente », Revue d'anthropologie des connaissances, n° 7, pp. 411-431.

Barbier R., Boudes P., Bozonnet J.-P., Candau J., Dobré M., Lewis N. & F. Rudolf (dir.) (2012), Manuel de sociologie de l'environnement, Montréal, Presses de l’Université Laval.

Barrier J. (2011), « La science en projets : financements sur projet, autonomie professionnelle et transformations du travail des chercheurs académiques », Sociologie du travail, n° 53, pp. 515-536.

Barthod C. (1996), « La gestion durable des forêts tempérées : quelques défis pour le XXIe siècle », Revue forestière française, n° XLVIII, pp. 235-252.

Bartoli M. & B. Gény (2005), « Il était une fois... le bois mort dans les forêts françaises », Revue forestière française, n° LVII, pp. 443-456.

Billet P. (2006), « La prise en compte de la faune sauvage dans le cadre des procédures d'aménagement, de gestion et d'occupation de l'espace : réalités d'une apparence juridique », Natures Sciences Sociétés, Supp. n° 1/2006, pp. 13-21.

Blumer H. (2004 [1971]), « Les problèmes sociaux comme comportements collectifs », Politix, n° 17, pp. 185-199, (traduction d'un article publié en 1971, Blumer H., "Social problems as collective behavior", Social Problems, vol. 18, n° 3).

Bouget C. (2006), Le Bois mort dans la gestion forestière : représentations sociales et intérêts pour la biodiversité, Paris, Proposition de recherche dans le cadre du programme « Biodiversité et gestion forestière », GIP-Ecofor, MEEDDAT.

Bouget C., Brustel H. & L.-M. Nageleisen (2005), « Nomenclature des groupes écologiques d'insectes liés au bois : synthèse et mise au point sémantique », Comptes Rendus Biologies, n° 328, pp. 936-948.

Bourgenot L. (1973), « Forêt vierge et forêt cultivée », Revue forestière française, n° XXV, pp. 339-360.

Catton W. R. & R. E. Dunlap (1978), « Environmental Sociology. A New Paradigm », The American Sociologist, n° 13, pp. 15-47.

Céfaï D. (1996), « La construction des problèmes publics. Définition de situations dans des arènes publiques », Réseaux, n° 75., pp 43-66.

Céfaï D. & D. Trom (2001), Les Formes de l'action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, Éditions de l'EHESS.

Deuffic P. (2010), « Du bois mort pour la biodiversité. Des forestiers entre doute et engagement », Revue forestière française, n° 62, pp. 71-86.

Deuffic P. (2012), Produire et négocier les normes environnementales. Écologues et forestiers face à la biodiversité associée aux bois morts, Bordeaux, Université Victor Segalen.

Deuffic P. & S. Lyser (2012), « Biodiversity or Bioenergy: Is Deadwood Conservation an Anvironmental Issue for French Forest Owners? », Canadian journal of forest research, n° 42, pp. 1491-1502.

Dobré M., Lewis N. & A.-M. Granet (2006), « Comment les Français voient la forêt et sa gestion », Rendez-vous techniques, n° 11, pp. 55-63.

Duhamel du Monceau H. L. (1780), Des Semis et des plantations des arbres et de leur culture, Livre V., Paris, Éditions Veuve Desaint.

Dumoulin D. & E. Rodary (2005), « Les ONG, au centre du secteur mondial de la conservation de la biodiversité », dans Aubertin C. (dir.), Représenter la nature ? ONG et biodiversité, Paris, IRD Éditions.

Dunn R. R. (2005), « Modern Insect Extinctions, the Neglected Majority », Conservation Biology, n° 19, pp. 1030-1036.

Dupuy M. (2004), Les Cheminements de l'écologie en Europe : une histoire de la diffusion de l'écologie au miroir de la forêt, Paris, Éditions L'Harmattan.

Gamblin B. (2009), « Éditorial », Rendez-vous techniques, n° 25-26, p. 2.

Garraud P. (1990), « Politiques nationales : élaboration de l'agenda », L'Année sociologique, n° 40, n° 17-41.

Gilbert C. (2008), « Quand les débats de séparent de l’action. À propos des risques collectifs », dans Giraud O. & P. Warin (dir.), Politiques publiques et démocratie, Paris, Éditions La Découverte.

Gilbert C. & E. Henry (2012), « La définition des problèmes publics : entre publicité et discrétion », Revue française de sociologie, n° 531, pp. 35-59.

Goffman E. (1991), Les Cadres de l'expérience, Paris, Les Éditions de Minuit, [1ère édition en anglais 1974].

Hall S., Crichter C., Jefferson T., Clarke J. & B. Roberts (1978), Policing the Crisis: Mugging, the State, and Law and Order, London, MacMillan Editor.

Harmon M. E., Franklin J. F., Swanson F. J., Collins P., Gregory S. V., Lattin J. D., Anderson N. H., Cline S. P., Aumen N. G., Sedell J. R., Lienkaemper G. W., Cromack K. J. & K. W. Cummins (1986), « Ecology of Coarse Woody Debris in Temperate Ecosystems », Advances in Ecological Research, n° 15, pp. 133-302.

Hauru K., Koskinen S., Kotze D. J. & S. Lehvävirta (2014), « The Effects of Decaying Logs on the Aesthetic Experience and Acceptability of Urban Forests. Implications for Forest Management », Landscape and Urban Planning, n° 123, pp. 114-123.

Hilgartner S. & C. L. Bosk (1988), « The Rise and Fall of Social Oroblems. A Public Arenas Model », American journal of sociology, n° 94, pp. 53-78.

IFN (2007), Évaluation des indicateurs nationaux de biodiversité forestière, Paris, Gip ECOFOR, Inventaire forestier national.

Jollivet M. (dir.) (1992), Sciences de la nature. Sciences de la société. Les passeurs de frontières, Paris, CNRS Éditions.

Jonsson B. G. & N. Kruys (2001), « Ecology of Woody Debris in Boreal Forests », Ecological Bulletins, n° 49, pp. 1-280.

Jouvenet M. (2011), « Profession scientifique et instruments politiques : l'impact du financement "sur projet" dans des laboratoires de nanosciences », Sociologie du travail, n° 53, pp. 234-252.

Kellert S. R. (1993.), « Values and Perceptions of Invertebrates », Conservation Biology, n° 7, pp. 845-855.

Kingdon J. W. (1995 [1984]), Agendas, Alternatives, and Public Policies, New York, Longman Classics Edition.

Kohsaka R. & I. C. Handoh (2006), « Perceptions of "Close-to-Nature Forestry" by German and Japanese Groups: Inquiry Using Visual Materials of "Cut" and "Dead" Wood », Journal of Forest Research, n° 11, pp. 11-19.

Lascoumes P. & P. Le Galès (2005), « Introduction : L'action publique saisie par ses instruments », dans Lascoumes P. & P. Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

Lemaine G. (1980), « Science normale et science hypernormale. Les stratégies de différenciation et les stratégies conservatrices dans les sciences », Revue française de sociologie, n° XXI, pp. 499-527.

Leroy P. (2001), « La sociologie de l'environnement en Europe. Évolution, champs d'action et ambivalences », Natures Sciences Sociétés, n° 9, pp. 29-39.

Löfmarck E. & R. Lidskog (2017), « Bumping against the Boundary: IPBES and the Knowledge Divide », Environmental Science & Policy, n° 69, pp. 22-28.

Lorentz M. & A. Parade (1855), Cours élémentaire de culture des bois, Paris-Nancy, 3ème édition, Huzard & Grimblot, imprimerie impériale forestière.

Mallet J. & K. Willmott (2003), « Taxonomy: Renaissance or Tower of Babel? », Trends in Ecology & Evolution, n° 18, pp. 57-59.

Maser C. & J. Trappe (1984), The Seen and Unseen World of the Fallen Tree, USDA Forest Service, Pacific Northwest Forest and Range Experiment Station, General Technical Report PNW-164, [en ligne] http://digitalcommons.usu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1163&context=barkbeetles, consulté le 1er avril 2011].

Matagne P. (2003), « Aux origines de l'écologie », Innovations, Cahiers d'économie de l'innovation, n° 18, pp. 27-42.

Mauz I. (2011), « Le renouveau des inventaires naturalistes au début du XXIe siècle », Quaderni, n° 76, pp. 13-23.

Micoud A. (1992), « La production sociale de normes en matière d'environnement », dans Fritsch P. (dir.), L'Activité sociale normative, Paris, CNRS Éditions.

Nageleisen L. (2003), « Les arbres morts sont-ils dangereux pour la forêt ? », Forêt wallone, n° 66, pp. 7-15.

Nageleisen L. M. & C. Bouget (2009, « L’étude des insectes en forêt : méthodes et techniques, éléments essentiels pour une standardisation. Synthèse des réflexions menées par le groupe de travail "Inventaires Entomologiques en Forêt" » (Inv.Ent.For.), Paris, Les Dossiers Forestiers n°19, Office national des forêts.

Puyo J.-Y. (1999), « La science forestière vue par les géographes français, ou la confrontation de deux sciences "diagonales" (1870-1914) », Annales de Géographie, n° 108, pp. 615-634.

Samuelsson J., Gustafsson L. & T. Ingeloeg (1994), Dying and Dead Trees. A Review of their Importance for Biodiversity, Uppsala (Sweden), Swedish Environmental Protection Agency.

Schaepfer R. & R. Bütler (2004), « Critères et indicateurs de la gestion des ressources forestières : prise en compte de la complexité et de l'approche écosystémique », Revue forestière française, n° LVI, pp. 431-444.

Shinn T. & P. Ragouet (2005), Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l'activité scientifique, Paris, Éditions Raisons d'agir.

Susskind L. (1994), Environmental Diplomacy: Negotiating more Effective Global Agreements, New York, Oxford University Press.

Takacs D. (2001), « Historical awarness of biodiversity », dans Levin S. (dir.), Encyclopedia of Biodiversity, New York, Academic Press.

Teissier du Cros R. & S. Lopez (2009), « Preliminary Study on the Assessment of Deadwood Volume by the French National Forest Inventory », Annals of Forest Science, n° 66, p. 302.

Thomas J. W. (dir.) (1979), Wildlife Habitats in Managed Forests: The Blue Mountains of Oregon and Washington, Washington D.C., Agriculture Handbook n° 553, Department of Agriculture.

Trom D. & B. Zimmerman (2001), « Cadres et institution des problèmes publics. Les cas du chômage et du paysage », dans Céfaï D. & D. Trom (dir.), Raisons pratiques n°12, Les formes de l'action collective, Paris, Éditions de l'EHESS.

Tushman M. L. & T. J. Scanlan (1981), « Boundary Spanning Individuals: Their Role in Information Transfer and Their Antecedents », The Academy of Management Journal, n° 24, pp. 289-305.

Umans L. (1993), « A Discourse on Forestry Science », Agriculture and human values, vol. 10, n° 4, pp. 26-40.

Vallauri D. (2000), Si la forêt s'écroule. Quels fondements pour la gestion forestière française après les tempêtes ?, Paris, WWF France.

Vallauri D., André J. & J. Blondel (2002), Le bois mort, un attribut vital de la biodiversité de la forêt naturelle, une lacune des forêts gérées, Paris, Rapport scientifique, WWF, Université de Savoie-LDEA, CEFE-CNRS.

Vallauri D., André J., Dodelin B., Eynard-Machet R. & D. Rambaud (dir.) (2005), Bois mort et à cavités. Une clé pour des forêts vivantes, Paris, Éditions Lavoisier.

Whited T. (2000), « Extinguishing Disaster in Alpine France: The Fate of Reforestation as Technocratic Debacle », Geojournal, n° 51, pp. 263-270.

WWF (2004), Deadwood. Living forests. The importance of veteran trees and deadwood to biodiversity.

Top of page

Notes

1 INRA : Institut national de la recherche agronomique crée en 1946

2 CERAFER : Centre national d'études techniques et de recherches technologiques pour l'agriculture, les forêts et l'équipement rural créé en 1965 et qui deviendra en 1981 le Cemagref (Centre d’études du machinisme agricole, du génie rural et des eaux et forêts), aujourd’hui Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture).

3 Ces chercheurs appartiennent à des laboratoires d’écologie du CNRS et de l’Université de Savoie, du Muséum national d’Histoire naturelle, du Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier, de l’Inra, du Cemagref, etc.

4 AERES : Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

5 ANR : Agence nationale de la recherche.

6 À l’échelle des temps géologiques, la terre a connu cinq extinctions majeures dont la dernière a eu lieu il y a 66 millions d’années et a vu la disparition des dinosaures. La sixième extinction serait celle créée par l’homme depuis l’époque moderne.

7 PEFC : programme de reconnaissance des certifications forestières qui promeut une gestion durable des forêts.

8 Robert K. Merton identifie un ensemble de normes intériorisées par les scientifiques pendant leur apprentissage et qu’il présente comme la quintessence de la science moderne : l’universalisme (l’émergence de la vérité est liée à l’application de critères impersonnels préétablis), le communalisme (la science est une activité publique qui aboutit à la production collective de biens publics), le désintéressement (les scientifiques sont acquis à la recherche de la vérité), le scepticisme organisé (les scientifiques exercent un scepticisme soutenu à l’égard des découvertes et des théories) (Merton, 1942).

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Deuffic and Jacqueline Candau, « Quand la science construit des problèmes exemplaires », SociologieS [Online], Theory and research, Online since 23 May 2017, connection on 22 November 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6058

Top of page

About the authors

Philippe Deuffic

Irstea, Unité de recherche Environnement, Territoires et Infrastructures, Bordeaux (France) - philippe.deuffic@irstea.fr

By this author

Jacqueline Candau

Irstea, Unité de recherche Environnement, Territoires et Infrastructures - Bordeaux (France) - jacqueline.candau@irstea.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page