Navigation – Plan du site
Charles Wright Mills
Découvertes / Redécouvertes
Charles Wright Mills

Les actions situées et les vocabulaires de motifs

Traduit et présenté par Jean-Baptiste Lamarche
Situated Actions and Vocabularies of Motive
Charles Wright Mills

Résumés

Traduction par Jean-Baptiste Lamarche de l’article de Charles Wright Mills « Situated Actions and Vocabularies of Motive », paru dans American Sociological Review, vol. 5, nº 6 (décembre 1940), pp. 904-913 (révision d’une communication présentée à The Society for Social Research de l’Université de Chicago, les 16 et 17 août 1940).

Haut de page

Notes de la rédaction

Les particularités de présentation de l’article original ont été conservées. La présentation de ce texte par Jean-Baptiste Lamarche est accessible à l’adresse : https://sociologies.revues.org/6044

Texte intégral

  • 1 . Voir C. Wright Mills, Bibliographical Appendices", Section I, 4 : "Sociology of Language" in Cont (...)

1La réorientation majeure des récentes théories et observations en sociologie du langage a émergé avec le renversement de la notion wundtienne selon laquelle le langage a pour fonction « l’expression » d’éléments préalablement présents dans l’individu. Le postulat simple qui sous-tend l’étude du langage moderne est que nous devons aborder le comportement langagier non pas en le référant aux états privés des individus, mais en observant sa fonction sociale de coordination de l’action diversifiée. Plutôt que d’exprimer quelque chose qui le précède et se trouve dans la personne, la langue est considérée par les autres personnes comme un indicateur d’actions futures 1.

  • 2 . Voir George Herbert Mead, "Social Psychology as Counterpart of Physiological Psychology", Psychol (...)

2Dans cette perspective, voici des suggestions concernant le problème des motivations. Ce texte vise à présenter un modèle analytique d’explication des motifs qui se fonde sur une théorie sociologique de la langue ainsi que sur une psychologie sociologique 2.

3Contre la conception inférentielle des motifs, qui en fait les « ressorts » (« springs ») subjectifs de l’action, les motifs peuvent être considérés comme des vocabulaires typiques ayant des fonctions vérifiables dans des situations sociales délimitées. Les acteurs humains vocalisent et s’imputent des motifs à eux-mêmes et aux autres. Expliquer le comportement en le référant à un « motif » inféré et abstrait est une chose. Analyser les mécanismes langagiers observables de l’imputation et des aveux de motifs tels qu’ils fonctionnent dans la conduite en est une autre. Plutôt que d’être des éléments fixes « dans » un individu, les motifs sont les termes par lesquels procède l’interprétation de la conduite par des acteurs sociaux. Les imputations et les aveux de motifs par les acteurs sont des phénomènes sociaux à expliquer. Les différentes raisons que les hommes donnent de leurs actions ne sont pas elles-mêmes sans raisons.

  • 3 . L’importance de cette tâche initiale pour la recherche est claire. La plupart des recherches sur (...)

4Premièrement, nous devons délimiter les conditions générales sous lesquelles de tels imputations et aveux de motifs semblent se produire 3. Ensuite, nous devons fournir une caractérisation du motif en termes identifiables et fournir un paradigme expliquant pourquoi certains motifs sont verbalisés plutôt que d’autres. Enfin, nous devons indiquer les mécanismes qui lient les vocabulaires de motifs à des systèmes d’actions. Nous voulons une analyse de la fonction d’intégration, de contrôle et de spécification qu’un certain type de discours remplit dans des actions socialement situées.

  • 4 . Sur la « question » et la « conversation », voir Grace Andrus De Laguna, Speech: Its function and (...)

5La situation générale dans laquelle des imputations et des aveux de motifs surviennent implique, premièrement, la conduite sociale ou les programmes (déclarés) de créatures langagières, c’est-à-dire, des programmes et des actions orientées en référence aux actions et aux paroles des autres ; deuxièmement, l’aveu et l’imputation des motifs sont concomitants avec la forme de discours connue comme la « question ». Les situations derrière les questions impliquent généralement des programmes ou des actions alternatives ou inattendues dont les phases dénotent analytiquement des « crises » 4. La question se distingue en ce qu’elle suscite habituellement une autre action verbale, et non pas une réponse motrice. La question est un élément dans la conversation. La conversation peut s’intéresser aux caractéristiques factuelles d’une situation (telles qu’elles sont vues ou telles qu’on croit les voir), ou bien elle peut chercher à intégrer et à promouvoir un ensemble d’actions sociales variées en référence à la situation et à son modèle d’attente normatif. C’est dans cette dernière phase de la conversation, dans cette phase d’assentiment et de dissentiment, que le discours et le vocabulaire de persuasion et de dissuasion apparaissent. Car les hommes vivent dans des actes immédiats d’expérience et leur attention est dirigée en dehors d’eux-mêmes jusqu’à ce que des actes soient d’une certaine manière frustrés. C’est alors que la conscience de soi et du motif se produisent. La « question » est un indicateur langagier de telles conditions. L’aveu et l’imputation de motifs sont des caractéristiques des conversations qui surviennent dans des situations de « question ».

  • 5 . Kenneth Burke, Permanence and Change, New York, 1936, p. 45. Je suis redevable à ce livre pour pl (...)

6Les motifs sont imputés ou avoués en tant que réponses à des questions interrompant des actes ou des programmes. Les motifs sont des mots. Dans leur ensemble, à quoi se référent-ils ? Ils ne dénotent pas un quelconque élément « dans » les individus. Ils représentent (« stand for ») les conséquences situationnelles anticipées de la conduite questionnée. L’intention ou le but (énoncé comme un « programme ») est la conscience de la conséquence anticipée ; les motifs sont des noms pour les situations consécutives, et des substituts pour les actions qui y conduisent. Derrière les questions se trouvent des actions alternatives possibles avec leurs conséquences terminales. « Nos mots introspectifs pour les motifs sont des descriptions grossières, sténographiques, de certains modèles typiques de stimuli discordants et contradictoires 5 ».

7Le modèle de conduite intentionnelle associé au nom de Dewey peut être brièvement indiqué. Des individus faisant face à des « actes alternatifs » accomplissent l’un ou l’autre sur la base des conséquences différentes qu’ils anticipent. Ce schéma utilitaire dénudé est insuffisant parce que : (a) les « actes alternatifs » de la conduite sociale « apparaissent » le plus souvent sous une forme langagière, comme une question, énoncée par soi-même ou un autre ; (b) il est plus adéquat de dire que les individus agissent en fonction de l’anticipation des conséquences nommées.

  • 6 . Voir des expériences telles que Carl N. Rexroad, "Verbalization in Multiple Choice Reactions", Ps (...)
  • 7 . Cf. John Dewey, « Théorie de la valuation » (in John Dewey, La formation des valeurs, Paris : La (...)

8Parmi de tels noms et dans certaines lignes d’action techniquement orientés, des termes tels que « utile », « pratique », « commode », etc., peuvent figurer ; des termes si « ultimes » aux yeux des pragmatistes, et aussi, dans ces situations délimitées, de certains secteurs de la population américaine. Toutefois, d’autres secteurs de la population ont des vocabulaires de motifs différents. Le choix des lignes d’action est accompagné par des représentations de leurs terminus situationnels (« their situational termini ») et par une sélection entre eux. Les hommes discernent les situations avec des vocabulaires particuliers, et c’est dans les termes d’un certain vocabulaire délimité qu’ils anticipent les conséquences de la conduite 6. Des vocabulaires de motifs stables lient les conséquences anticipées et des actions spécifiques. Il n’est pas nécessaire d’invoquer des termes « psychologique » comme « désir » ou « souhait » comme explications, car ceux-ci doivent eux-mêmes être expliqués socialement 7. L’anticipation est une nomination (« naming ») sous-vocale ou déclarée des phases terminales et/ou des conséquences sociales de la conduite. Lorsqu’un individu nomme des conséquences, il suscite les comportements pour lesquels le nom est un signal réintégrateur. Dans une situation sociétale, la dimension sociale des motifs est implicite dans les noms des conséquences. Par l’entremise de tels vocabulaires, des types de contrôles sociétaux opèrent. En outre, les termes dans lesquels la question est posée contiennent souvent les deux termes de l’alternative : « par amour ou par devoir? » (« Love or Duty? »), « pour les affaires ou le plaisir? » (« Business or Pleasure? ») Des situations institutionnellement différentes ont différents vocabulaires de motifs adaptés à leurs comportements respectifs.

  • 8 . Karl Mannheim, Man and Society, London, 1940, p. 249.
  • 9 . À laquelle on répond conventionnellement en se référant à des « facteurs subjectifs » dans les pe (...)

9Cette conception sociologique de motifs en tant que phases langagières relativement stable de situations délimitées est tout à fait compatible avec le programme de Mead visant à aborder la conduite socialement et de l’extérieur. Elle garde clairement à l’esprit que « les motifs comme les actions trouvent très souvent leur origine non pas à l’intérieur des individus mais dans la situation dans laquelle ils se trouvent…8 ». Elle traduit la question du « pourquoi 9 » en un « comment », auquel on peut répondre selon la situation et son vocabulaire typique des motifs, à savoir ceux qui accompagnent traditionnellement cette situation type et fonctionnent en tant que signaux et en tant que justifications pour les actions normatives qui s’y produisent.

  • 1 0. « On appelle "motivation" une configuration de sens qui apparaît à l’acteur lui-même, ou à l’obs (...)

10Nous avons indiqué que la question est généralement un indice de l’aveu et l’imputation de motifs. Max Weber définit le motif comme un complexe de sens qui semble être, à l’acteur lui-même ou à l’observateur, un fondement adéquat de sa conduite 10. L’aspect du motif que cette conception saisit est son caractère intrinsèquement social. Un motif satisfaisant ou adéquat est un motif qui satisfait le questionneur d’un acte ou d’un programme, que ce soit celui de l’autre ou celui de l’acteur. Comme mot, un motif tend à être celui qui, pour l’acteur et les autres membres d’une situation, est une réponse incontestée aux questions concernant la conduite sociale et langagière. Un motif stable est final dans la conversation justificative. Les mots qui dans une situation typique remplissent cette fonction sont circonscrits par le vocabulaire des motifs acceptables dans de telles situations. Les motifs sont des justifications acceptées pour des programmes ou actes présents, futurs ou passés.

11Les appeler des justifications ne revient pas à nier leur efficacité. Souvent, les anticipations des justifications acceptables contrôlent la conduite. (« Si je faisais cela, que pourrais-je dire ? Que diraient-ils ? ») Les décisions peuvent être, en tout ou en partie, délimitées par les réponses à de telles requêtes.

12Un homme peut commencer un acte pour un motif. Pendant qu’il l’accomplit, il peut adopter un motif auxiliaire. Cela ne signifie pas que le second motif apologétique est inefficace. L’attente vocalisée d’un acte, sa « raison », n’est pas seulement une condition de médiation de l’acte ; elle est aussi une condition prochaine et contrôlante, pour laquelle le terme « cause » n’est pas inapproprié. Elle peut renforcer l’acte de l’acteur. Elle peut lui gagner de nouveaux alliés pour son acte.

  • 1 1. Bien sûr, puisque les motifs sont communiqués, ils peuvent être des mensonges, mais cela doit êt (...)

13Quand les motifs en appellent à (« appeal to ») d’autres personnes impliquées dans son acte, ils sont des stratégies d’action. Dans de nombreuses actions sociales, d’autres doivent être d’accord, tacitement ou explicitement. Ainsi, les actes sont souvent abandonnés si on ne parvient pas à trouver une raison que d’autres accepteront. La diplomatie dans le choix du motif contrôle souvent le diplomate. Le choix diplomatique du mobile fait partie de la tentative visant à motiver les actes aux yeux d’autres membres dans une situation. Des motifs ainsi prononcés défont les nœuds et intègrent les actions sociales. Une telle diplomatie n’implique pas nécessairement des mensonges intentionnels. Elle indique simplement qu’un vocabulaire de motifs approprié est utilisé – qu’ils sont des conditions de certaines lignes de conduite 11.

  • 1 2. Voir Florian Znaniecki, Social Actions, New York, 1936, p. 30.

14Quand un agent vocalise ou impute des intentions, il ne cherche pas à décrire son action sociale vécue. Il n’énonce pas seulement des « raisons ». Il exerce une influence sur d’autres – et sur lui-même. Bien souvent, il trouve de nouvelles « raisons » qui médiatisent son action. Ainsi, nous n’avons pas à traiter une action comme étant divergente de « sa » verbalisation, car dans de nombreux cas, la verbalisation est un nouvel acte. Dans de tels cas, il n’y a pas une divergence entre un acte et « sa » verbalisation, mais une différence entre deux actions hétérogènes, motrice-sociale et verbale 12. Cette langagisation (« lingualization ») additionnelle (ou « ex post facto ») peut impliquer un appel à un vocabulaire de motifs associé à une norme sur laquelle s’accordent les deux membres impliqués dans la situation. En tant que tel, elle est un facteur d’intégration, dans des phases à venir de l’action sociale originale ou encore dans d’autres actes. En solutionnant les conflits, les motifs sont efficaces. Bien souvent, si des « raisons » n’étaient pas fournies, un acte ne se produirait pas et des actions diverses ne seraient pas intégrées. Les motifs sont des terrains d’ententes (common grounds) pour les comportements médiatisés.

  • 1 3. General Theory of Value, New York, 1936, p. 292-293.
  • 1 4. Ibid., p. 392.
  • 1 5. L’« appât du gain » (« profits motive ») de l’économie classique peut être considéré comme un vo (...)

15Perry présente sommairement la conception freudienne de motifs « comme la conception selon laquelle les motifs réels de la conduite sont ceux qu’on a honte d’admettre, que ce soit à nous-mêmes ou aux autres » 13. On peut rendre compte de ces faits simplement en disant que les scrupules (c’est-à-dire les vocabulaires moraux de motifs) sont souvent efficaces et que les hommes modifient leurs actes et s’en détournent en fonction de motifs de cette sorte. L’une des composantes d’un « autrui généralisé », en tant que mécanisme de contrôle sociétal, est un vocabulaire de motifs acceptables. Par exemple, un homme d’affaires rejoint le Rotary Club et proclame son vocabulaire civique 14. Si cet homme ne peut pas mettre en scène une conduite commerciale (« act out business conduct ») sans avoir à le faire, il s’ensuit que ce vocabulaire de motifs est un facteur important de son comportement 15. Celui qui, pendant longtemps, met en scène un rôle, avec ses motifs appropriés, est souvent amené à devenir celui qu’il avait d’abord simplement cherché paraître. Les changements dans les vocabulaires de motifs qui sont utilisés ultérieurement par un individu révèlent un aspect important des diverses intégrations de ses actions dans les différents groupes concomitants.

  • 1 6. Social Actions, p. 73.

16Les motifs qui sont effectivement utilisés pour justifier ou critiquer un acte le lient définitivement à des situations, intègrent l’action d’un homme avec celle d’un autre et alignent la conduite sur des normes. Les motifs soutenus sociétalement – substituts de situations – sont tout à la fois des contraintes et des incitations. Les vocabulaires de motifs typiques (« typal ») de différentes situations sont des déterminants importants de la conduite : voilà une hypothèse qui mérite d’être testée et qui peut l’être. En tant que segments langagiers de l’action sociale, les motifs orientent les actions en permettant la discrimination entre leurs objets. Des adjectifs comme « bon », « agréable » et « mauvais » promeuvent l’action ou la dissuadent. Quand ils constituent des composantes d’un vocabulaire de motifs, c’est-à-dire quand ils sont des accompagnements typiques et relativement incontestés de situations typiques, de tels mots fonctionnent souvent comme des directives et des incitatifs en vertu du fait qu’ils sont les jugements des autres, tels que l’acteur les anticipe. En ce sens, les motifs sont des « instruments sociaux, puisqu’en modifiant ces données, l’agent est en mesure d’exercer une influence [sur lui-même ou sur d’autres] » 16. Le « contrôle » des autres n’est généralement pas direct, mais passe plutôt par la manipulation d’un champ d’objets. Nous influençons un homme en nommant ses actes ou en leur – ou « lui » – imputant des motifs. Les motifs qui accompagnent les institutions de la guerre, par exemple, ne sont pas « les causes » de la guerre, mais ils promeuvent une participation intégrée continue et ils varient d’une guerre à l’autre. Les carrières des vocabulaires de motifs opérants sont tissées dans des étoffes institutionnelles changeantes.

17Génétiquement, les motifs sont imputés par d’autres avant d’être avoués par soi. La mère contrôle l’enfant : « ne fait pas ça, c’est égoïste ». L’enfant apprend ainsi non seulement ce qu’il doit faire et ne pas faire, mais on lui fournit des motifs standardisés qui encouragent les actions prescrites et dissuadent les actions proscrites. En apprenant les règles et les normes d’actions de situations variées, nous apprenons le vocabulaire des motifs appropriés à ces situations. Ce sont les motifs que nous utilisons, puisqu’ils font partie de notre langage et sont des composantes de notre comportement.

18La recherche de « véritables motifs », supposément opposés aux « simples rationalisations », repose souvent sur l’idée métaphysique selon laquelle les motifs « réels » sont en quelque sorte biologiques. Des recherches de cette sorte, pour trouver quelque chose de plus réel derrière la rationalisation, sont accompagnées de la thèse, soutenue par de nombreux sociologues, selon laquelle la langue est une manifestation extérieure ou concomitante de quelque chose qui la précède, quelque chose de plus authentique, plus « profond » dans l’individu. Opposer les « attitudes réelles » aux « simples verbalisations » ou aux « opinions » implique que nous pouvons au mieux inférer, à partir de ses propos, ce qu’est « vraiment » l’attitude ou le motif de l’individu.

  • 1 7. Bien sûr, nous pourrions inférer ou interpréter des constructions posées dans l’individu, mais c (...)
  • 1 8. Ce qui ne revient pas à dire que, physiologiquement, il n’y ait pas de crampes dans les parois d (...)

19Or, que pourrait-on possiblement inférer de cette manière ? De quoi la verbalisation est-elle précisément symptomatique ? Nous ne pouvons pas inférer les processus physiologiques des phénomènes langagiers. Tout ce que nous pouvons inférer et vérifier de façon empirique 17 est une autre verbalisation de l’agent, qui, croyons-nous, orientait et contrôlait le comportement au moment où l’acte a été accompli. Les seuls éléments sociaux qui peuvent « être situés plus profondément » sont d’autres formes langagières 18. Le « motif ou l’attitude réel » n’est pas quelque chose d’une nature différente de la verbalisation ou de l’« opinion ». Ils s’avèrent n’être différents que relativement et temporellement.

20L’expression « motif inconscient » est également malheureuse. Tout ce qu’elle peut vouloir dire, c’est qu’un motif n’est pas explicitement vocalisé, mais de telles situations n’entraînent pas nécessairement qu’il faille inférer des motifs inconscients et les poser ensuite comme des éléments présents dans les individus. L’expression découle de la persistance de la notion inutile et sans fondement selon laquelle « toute action a un motif » et elle est favorisée par l’observation d’intervalles entre les verbalisations relativement fréquentes dans les situations quotidiennes. On peut rendre compte des faits que vise cette expression avec deux assertions : les hommes ne formulent pas toujours explicitement leurs motifs et toutes les actions ne pivotent pas autour du langage. J’ai déjà indiqué les conditions dans lesquelles les motifs sont généralement avoués et imputés.

21Dans la perspective considérée, le motif verbalisé n’est pas utilisé comme un indice de quelque chose présent dans l’individu, mais comme le fondement permettant d’inférer un vocabulaire typique de motifs d’une action située. Lorsque nous demandons la « véritable attitude » plutôt que « l’opinion », le motif « réel » plutôt que la « rationalisation », nous ne pouvons rien demander qui fasse sens, si ce n’est la forme de discours contrôlante, qui a été présentée d’une manière embryonnaire ou complète dans l’acte accompli ou dans la série d’actes accomplie. Il n’existe aucun moyen de sonder dans un individu derrière la verbalisation afin d’y vérifier directement notre quête de mobile, mais il existe une manière empirique par laquelle nous pouvons guider et limiter, dans des situations historiques données, les enquêtes sur les motifs. À savoir, par la construction de vocabulaires des motifs typiques qui existent dans des types de situations et d’actions. Les imputations des motifs peuvent être contrôlées en se référant à la constellation typique des motifs qu’on observe être liés sociétalement à des classes d’actions situées. Certains des « vrais » motifs qui ont été imputés à des acteurs n’étaient pas même connus d’eux. De la manière dont je vois les choses, les motifs sont limités par le vocabulaire de l’acteur. La seule source d’une terminologie des motifs est le vocabulaire des motifs effectivement et habituellement verbalisés par les acteurs dans des situations spécifiques.

22Apparemment, les vocabulaires de motifs individualistes, sexuels, hédonistes et pécuniaires sont aujourd’hui dominants dans de nombreux secteurs de l’Amérique urbaine du xxème siècle. Sous un tel ethos, la verbalisation d’alternatives de conduites dans ces termes est la moins susceptible d’être contestée parmi des groupes dominants. Dans ce milieu, les individus sont sceptiques quant aux motifs religieux avoués par Rockefeller pour rendre compte de sa conduite des affaires, parce que de tels motifs ne sont pas présentement les termes du vocabulaire qui accompagnent conventionnellement et d’une manière prépondérante les situations d’entreprises commerciales. Un moine du Moyen-Âge écrivait qu’il avait donné à manger à une femme pauvre mais jolie « pour la gloire de Dieu et le salut éternel de son âme ». Pourquoi sommes-nous portés à le remettre en question et à lui imputer de motifs sexuels ? Parce que le sexe est un motif influent et très répandu dans notre société et à notre époque. Les vocabulaires religieux d’explication et de motifs sont maintenant sur le déclin. Dans une société dans laquelle les motifs religieux ont été assez largement discrédités, certains penseurs sont sceptiques de ceux qui les proclament en toutes circonstances. Les motifs religieux ont été abandonnés par certaines portions des populations modernes et d’autres motifs sont devenus « ultimes » et opératoires. Mais nous n’avons aucune preuve que les vocabulaires religieux ne furent pas opératoires dans de nombreuses situations, dans les monastères de l’Europe médiévale.

23Un dirigeant syndical dit qu’il accomplit un certain acte parce qu’il veut obtenir de meilleures conditions de vie pour les travailleurs. Un homme d’affaires dit que c’est là une rationalisation, ou un mensonge ; qu’en réalité il l’accomplit parce qu’il veut lui-même mettre la main sur l’argent des travailleurs. Un radical dit qu’un professeur de collège ne s’implique pas dans des mouvements radicaux parce qu’il craint pour son emploi et que de plus il est un « réactionnaire ». Le professeur de collège dit que c’est parce qu’il aime simplement découvrir comment les choses fonctionnent. Ce qui est une raison pour un homme est une rationalisation pour un autre. La variable est le vocabulaire de motifs accepté, l’ultime du discours du groupe dominant de chaque homme, celui dont l’opinion lui importe. La détermination de tels groupes, de leur localisation et de leur nature, permettrait la délimitation et le contrôle méthodologique de l’attribution de motifs à des actes spécifiques.

  • 1 9. Paraphrasé par K. Mannheim, op. cit., p. 316-317.

24Insister sur cette idée nous mènera à des enquêtes sur la compartimentation des motifs opératoires dans les personnalités, suivant la situation et les types et conditions généraux de vocabulaires des motifs dans des types de sociétés variés. Les structures motivationnelles des individus et des formes (patterns) de leurs buts sont relatives à des cadres sociétaux. Par exemple, nous pourrions étudier les motifs en fonction de lignes stratifiées ou occupationnelles. Max Weber a observé que « dans une société libre, les motifs qui incitent les gens à travailler varient selon […] différentes classes sociales […] Il y a normalement une échelle graduée de motifs qui poussent au travail les hommes de différentes classes sociales. Quand un homme change de rang, il passe d’une série de motifs à une autre » 19.

  • 2 0. "The Motivation of Economic Activities", p. 67, in Charles William Merton Hart, Essays in Sociol (...)

25Les liens langagiers qui les lient ensemble réagissent sur les personnes en constituant des cadres de dispositions et de motifs. Récemment, Talcott Parsons a indiqué, en se référant aux différences dans les actions dans les professions et dans les affaires, que l’on ne peut pas sauter de « l’analyse économique aux motivations ultimes ; les formes institutionnelles constituent toujours un élément crucial du problème » 20. Je suggère que nous analysions, indexions et mesurions cet élément en nous concentrant sur ces appendices verbaux spécifiques des actions instituées variées que nous avons appelé les vocabulaires des motifs.

  • 1 1. Parmi les ethnologues, Ruth Benedict est presque parvenue à un point de vue authentiquement soci (...)
  • 2 2. Par ailleurs, des motifs imputés et avoués dans un système d’action peuvent être diffusés dans d (...)

26Dans les sociétés traditionnelles (« folk societies »), les constellations de motifs associés à des secteurs variés du comportement tendent à être généralement stables et ne restent associés qu’avec leur seul secteur. Dans les sociétés typiquement primaires, sacrés et rurales, les motifs des personnes sont régulièrement compartimentés. Les vocabulaires des motifs qui règlent différentes situations stabilisent et guident le comportement et l’attente des réactions des autres. Dans les situations qui leur conviennent, les motifs verbalisés ne sont généralement pas questionnés 11. Dans des structures secondaires, séculières et urbaines, des vocabulaires de motifs variés et concurrents opèrent les uns à côté des autres et les situations dans lesquelles ils conviennent ne sont pas clairement délimitées. Des motifs autrefois incontestés dans des situations définies y sont maintenant remis en question. Des motifs variés peuvent déclencher des actes similaires dans une situation donnée. Par conséquent, des personnes différemment situées sont confuses et tentent de deviner quel motif a « activé » la personne. Un tel questionnement a entraîné intellectuellement des mouvements tels que la psychanalyse avec son dogme de la rationalisation et son attribution systématique de motifs (« systematic motive-mongering »). De tels phénomènes intellectuels sont sous-tendus par des sections divisées et conflictuelles d’une société individuée qui est caractérisée par l’existence de vocabulaires de motifs concurrents. Des constellations complexes de motifs, par exemple, sont des composantes de l’entreprise commerciale en Amérique. De telles formes ont empiété sur le vocabulaire à l’ancienne de la relation vertueuse des hommes et des femmes : le devoir, l’amour, l’amabilité. Parmi certaines classes, les motifs romantiques, vertueux et pécuniaires se confondent. Poser la question : « est-ce un mariage d’amour ou d’argent ? » est significatif, car le motif pécuniaire est maintenant un motif constant et presque omniprésent, un dénominateur commun à beaucoup d’autres 22.

27Derrière les « motifs mixtes » et les « conflits motivationnels » on retrouve des modèles situationnels concurrents ou divergents et leurs vocabulaires de motifs respectifs. En raison des situations changeantes et interstitielles, chacune des nombreuses alternatives peut appartenir à des systèmes d’actions disparates ayant des vocabulaires de motifs divergents qui leur conviennent. De tels conflits manifestent des modèles de vocabulaires qui se sont chevauchés chez un individu marginal et ne sont pas facilement compartimentés dans des situations clairement délimitées.

  • 2 3. Kuno Mittenzwey, "Zur Soziologie der Psychoanalystischer Erkenntnis", in Max Scheler (ed.), Vers (...)
  • 2 4. Ce fait est interprété par certains comme appuyant les théories freudiennes. Néanmoins, il peut (...)
  • 2 5. Voir la discussion pénétrante de Freud dans K. Burke, op. cit., première partie.

28En plus de promettre d’expliquer une zone de fait langagière et sociétale, ce regard sur les motifs devrait nous permettre de fournir des comptes rendus sociologiques d’autres théories (terminologies) des motifs. C’est là une tâche pour la sociologie de la connaissance. Je ne peux mentionner ici que quelques-unes de ces théories. J’ai déjà fait allusion à la terminologie freudienne des motifs : il est évident que ces motifs sont ceux d’un groupe patriarcal de la haute bourgeoise dont l’orientation est fortement sexuelle et individualiste. Lorsqu’ils entreprenaient une introspection sur les divans de Freud, ses patients utilisaient le seul vocabulaire de motifs qu’ils connaissaient ; Freud a usé de son intuition et a guidé les propos qu’ils ont tenus par la suite. Mittenzwey a longuement abordé des questions analogues 23. Largement diffusé dans l’époque de l’après-guerre, la psychanalyse n’a jamais été populaire en France, où le contrôle du comportement sexuel n’est pas puritain 24. Aux personnes converties qui se sont habituées à la terminologie psychanalytique des motifs, toutes les autres semblent des manières de se leurrer 25.

29De même, pour beaucoup de ceux qui croient dans la terminologie marxiste du pouvoir, de la lutte et des motifs économiques, tous les autres motifs, y compris ceux de Freud, sont dus à l’hypocrisie ou à l’ignorance. Une personne qui a complètement assimilé les seuls ensembles commerciaux de motifs tentera de les appliquer à toutes les situations, maison et femme inclus. Il convient de noter que la terminologie des motifs commerciale, tout comme la psychanalyse et le marxisme, possède sa formulation intellectuelle.

  • 2 6. Les vocabulaires moraux méritent une déclaration spéciale. Dans le cadre du point de vue exposé (...)

30Il est significatif que depuis la période socratique de nombreuses « théories de la motivation » aient été liées à des terminologies éthiques et religieuses. Le motif est ce qui dans l’homme le pousse à faire le bien ou le mal. Sous l’égide d’institutions religieuses, les hommes utilisent un vocabulaire de motifs moraux : ils appellent des actes et des programmes « bons » et « mauvais » et imputent ces qualités à l’âme. Un tel comportement langagier fait partie du processus de contrôle social. Les pratiques institutionnelles et leur vocabulaire de motifs exercent un contrôle sur une gamme délimitée de situations possibles. On pourrait faire un catalogue typique des motifs religieux à partir de textes religieux largement lus et tester leur pouvoir explicatif dans différentes confessions et sectes 26.

31Dans de nombreuses situations de l’Amérique contemporaine, la conduite est contrôlée et intégrée par un langage hédoniste. Pour de larges secteurs de la population, dans certaines situations, le plaisir et la douleur sont maintenant des motifs incontestés. Pour des époques et des sociétés données, ces situations devraient être déterminées empiriquement. Le plaisir et la douleur ne devraient pas être réifiés et imputés à la nature humaine comme des principes sous-jacents de toute action. Il faut souligner que l’hédonisme en tant que doctrine psychologique et morale a pris son essor dans le monde moderne à peu près au moment où des motifs moraux-religieux plus anciens étaient discrédités (debunked) et simplement écartés par des penseurs de la « classe moyenne ». Derrière la terminologie hédoniste se trouve un modèle social émergent et un nouveau vocabulaire de motifs. Le remplacement des motifs incontestées contrôlant les communautés de l’Europe a atteint son dénouement lorsque, dans la réconciliation, la terminologie religieuse plus ancienne et la terminologie hédoniste ont été identifiées l’une avec l’autre : le « bon » est l’« agréable » (« the pleasant »). La situation conditionnante était similaire dans le monde hellénistique avec l’hédonisme des Cyrénaïques et des épicuriens.

32Il faut prendre toutes ces terminologies de motifs et les situer en tant que vocabulaires de motifs dans des époques historiques et des situations spécifiées. Les motifs n’ont aucune valeur en dehors des situations sociétales délimitées pour lesquelles ils sont les vocabulaires appropriés. Ils doivent être situés. Les terminologies de motifs socialement non localisés constituent au mieux des tentatives inachevées pour bloquer les zones sociales de l’imputation et de l’aveu de motifs. Les motifs varient en contenu et en caractère avec les époques historiques et les structures sociétales.

33Plutôt que d’interpréter les actions comme des manifestations extérieures d’éléments subjectifs qui reposeraient plus profondément dans les individus, le travail de recherche doit localiser des types d’action particuliers dans des cadres typiques d’actions normatives et d’ensembles de motifs sociétalement situés. Subsumer différents vocabulaires de motifs sous une certaine terminologie ou liste n’a pas de valeur explicative. Une telle procédure ne fait qu’embrouiller l’explication des cas spécifiques. Les données que sont les langages des situations (« languages of situations as given ») doivent être considérés comme une partie précieuse des données à interpréter et à relier à leurs conditions. Simplifier ces vocabulaires de motifs en le transformant en une terminologie abstraite du social (« a socially abstracted terminology »), c’est détruire l’utilisation légitime du motif dans l’explication des actions sociales.

Haut de page

Notes

1 . Voir C. Wright Mills, Bibliographical Appendices", Section I, 4 : "Sociology of Language" in Contemporary Social Theory, éd. par Harry Elmer Barnes, Howard Becker et Frances Bennett Becker, New York, 1940.

2 . Voir George Herbert Mead, "Social Psychology as Counterpart of Physiological Psychology", Psychological Bulletin, VI : 1909, p. 401-408 ; Karl Mannheim, Man and Society in an Age of Reconstruction, New York, 1940 ; Leopold Von Wiese-Howard Becker, Systematic Sociology, part I, New York, 1932 ; John Dewey : « toute psychologie est soit de la biologie, soit de la psychologie sociale » ("The Need for Social Psychology", Psychological Review, vol. 24 : 1917, p. 276).

3 . L’importance de cette tâche initiale pour la recherche est claire. La plupart des recherches sur le niveau verbal posent simplement des questions abstraites aux individus, mais si nous pouvons provisoirement délimiter les situations dans lesquelles certains motifs peuvent être verbalisés, nous pouvons utiliser cette délimitation pour construire des questions situationnelles, puis tester des déductions de notre théorie.

4 . Sur la « question » et la « conversation », voir Grace Andrus De Laguna, Speech: Its function and Development, p. 37 (et l’index), New Haven, 1927. Sur les motifs dans les crises, voir James Mickel Williams, The Foundations of Social Science, New York, 1920, p. 435 et suiv.

5 . Kenneth Burke, Permanence and Change, New York, 1936, p. 45. Je suis redevable à ce livre pour plusieurs des pistes qui sont systématisées dans le présent énoncé.

6 . Voir des expériences telles que Carl N. Rexroad, "Verbalization in Multiple Choice Reactions", Psychological Review, Vol. 33 : 458, 1926.

7 . Cf. John Dewey, « Théorie de la valuation » (in John Dewey, La formation des valeurs, Paris : La Découverte, 2011, p. 67-171).

8 . Karl Mannheim, Man and Society, London, 1940, p. 249.

9 . À laquelle on répond conventionnellement en se référant à des « facteurs subjectifs » dans les personnes. Robert M. MacIver, "The Modes of the Question Why", Journal of Social Philosophy, April, 1940. Cf. aussi son "The Imputation of Motives", American Journal of Sociology, July 1940.

1 0. « On appelle "motivation" une configuration de sens qui apparaît à l’acteur lui-même, ou à l’observateur, comme la "raison" signifiante d’un comportement. On dira d’un comportement qui se déroule selon une configuration déterminée qu’il est "adéquat quant au sens", dans la mesure où la relation entre les éléments qui le composent est reconnue par nous, selon les habitudes moyennes de penser et de sentir, comme constituant une configuration de sens typique (nous avons coutume de dire : "juste" [richtig]) » (Max Weber, Concepts fondamentaux de sociologie, Paris : Gallimard, 2016, p. 104.)

1 1. Bien sûr, puisque les motifs sont communiqués, ils peuvent être des mensonges, mais cela doit être prouvé. Les verbalisations ne sont pas des mensonges simplement parce qu’ils sont socialement efficaces. Dans le présent texte, je m’intéresse d’avantage à la fonction sociale des motifs prononcés qu’à la sincérité de ceux qui les prononcent.

1 2. Voir Florian Znaniecki, Social Actions, New York, 1936, p. 30.

1 3. General Theory of Value, New York, 1936, p. 292-293.

1 4. Ibid., p. 392.

1 5. L’« appât du gain » (« profits motive ») de l’économie classique peut être considéré comme un vocabulaire idéal-typique des motifs pour des situations et des comportements économiques délimités. Pour les phases tardives du capitalisme monopoliste et réglementé, ce type requiert une modification ; les vocabulaires du profit et du commerce se sont approprié d’autres ingrédients. Voir Noobar Retheos Danielian, AT&T : The Story of Industrial Conquest, New York, 1940, pour un compte rendu suggestif du comportement et des motifs non-économiques des bureaucrates des affaires.

1 6. Social Actions, p. 73.

1 7. Bien sûr, nous pourrions inférer ou interpréter des constructions posées dans l’individu, mais celles-ci ne sont pas facilement contrôlées et elles ne sont pas explicatives.

1 8. Ce qui ne revient pas à dire que, physiologiquement, il n’y ait pas de crampes dans les parois de l’estomac ou de l’adrénaline dans le sang, etc., mais le caractère de la « relation » de tels objets à l’action sociale est tout à fait discutable.

1 9. Paraphrasé par K. Mannheim, op. cit., p. 316-317.

2 0. "The Motivation of Economic Activities", p. 67, in Charles William Merton Hart, Essays in Sociology, Toronto, 1940.

1 1. Parmi les ethnologues, Ruth Benedict est presque parvenue à un point de vue authentiquement sociologique de la motivation. Son point de vue reste vague parce qu’elle n’a pas clairement vu que les différentes « motivations » dans des cultures divergentes sont identiques avec les vocabulaires de motifs existant et approuvés. « La compréhension intelligente de la relation de l’individu à sa société […] implique toujours la compréhension des types de motivations et de capacités humaines capitalisés dans sa société » ("Configurations of Culture in North America", American Anthropologist, Jan.-Mar. 1932, p. 25 ; voir aussi : Patterns of Culture, Boston, 1935, p. 242-243). Elle transforme cette observation en une quête du « génie » unique de chaque culture et met un terme à sa recherche avec des mots comme « apollinien ». Si elle tentait de manière constructive d’observer les vocabulaires de motifs qui déclenchent les actes à accomplir, mettent en œuvre des programmes et fournissent les motifs qui sont approuvés pour eux dans des situations circonscrites, elle serait mieux en mesure d’énoncer des problèmes précis et de leur répondre au moyen d’observations supplémentaires.

2 2. Par ailleurs, des motifs imputés et avoués dans un système d’action peuvent être diffusés dans d’autres domaines et en venir progressivement à être acceptés par certains comme un portrait complet de la motivation des hommes. Cela s’est passé dans le cas de l’homme économique et ses motivations.

2 3. Kuno Mittenzwey, "Zur Soziologie der Psychoanalystischer Erkenntnis", in Max Scheler (ed.), Versuche zu einer Soziologie des Wissens, Munich, 1924, p. 365-375.

2 4. Ce fait est interprété par certains comme appuyant les théories freudiennes. Néanmoins, il peut tout aussi adéquatement être compris dans le programme esquissé ici.

2 5. Voir la discussion pénétrante de Freud dans K. Burke, op. cit., première partie.

2 6. Les vocabulaires moraux méritent une déclaration spéciale. Dans le cadre du point de vue exposé ici de nombreux nœuds concernant les « jugements de valeur », etc., peuvent être démêlés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Wright Mills, « Les actions situées et les vocabulaires de motifs », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Charles Wright Mills, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6041

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page