Skip to navigation – Site map
Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs

Enquêter sur l’« emploi des seniors » quand on est « une petite jeune de 25 ans » : un terrain dans un rapport social d’âge

Conducting a research on older workers by a 25-year-old: a fieldwork in an age relation
Claire Lefrançois

Abstracts

Age is a structuring element in fieldwork. Based on a research on older workers carried out by a 25-year-old, this article shows how interviews were caught in an age relation. Taking this into account enables to distance oneself from the issues and discomforts of the fieldwork. Moreover it provides a starting point to analyse materials.

Top of page

Full text

  • 1 La notion de rapport social s’inscrit dans une perspective de domination. Son intérêt réside dans l (...)

1De la même manière que l’âge n’a pas été considéré comme un critère pertinent en sociologie avant les années 1960 (Caradec, 2012), il a tenu une place périphérique dans les retours réflexifs que les chercheurs opèrent sur les conditions de recueil de leurs matériaux. La relation d’enquête a été principalement perçue sous l’angle de l’origine sociale et du genre (Demazière, 2008). On sait que les données de terrain sont recueillies et coproduites au cours d’interactions. Les discours dépendent en partie de la manière dont est définie la situation et celle-ci n’est pas exempte d’ambiguïtés. Les enquêtés s’appuient alors sur différents repères pour préciser la définition de la situation et l’âge – au même titre que le sexe, la couleur de la peau, l’habillement, le langage, etc. – est un marqueur social (Strauss, 1992 ; Hughes, 1996). Il constitue un indice qui permet de caractériser l’interlocuteur et le cadre de l’interaction. Plus généralement, la relation d’enquête ne peut s’extraire des rapports sociaux dans lesquels elle est prise (Beaud, 1996) 1. Les rapports de classe (Mauger, 1991 ; Pinçon & Pinçon-Charlot, 1991 ; Chamboredon et al., 1994 ; Bessière & Houseaux, 1997), de sexe (Le Renard, 2010) et de race (Mazouz, 2008) ont été bien étudiés, mais peu dans le cas de l’âge (Fournier, 2006 ; Lignier, 2008).

2Cet article se propose de montrer en quoi la prise en compte de l’âge dans l’enquête constitue une démarche heuristique. L’objectivation de son rôle apporte en effet tout à la fois des enseignements méthodologiques sur les conditions d’enquête et des éléments de connaissance sur l’objet de recherche, en mettant au jour les rapports de domination qui prévalent dans le groupe étudié. Pour ma part, ma recherche s’est trouvée prise dans un rapport social d’âge identifié à partir de l’analyse des relations d’enquête. Pour mettre en évidence la manière dont le retour sur les conditions de recueil du matériau a permis de révéler ce rapport social, je procéderai en deux temps. Dans un premier temps, j’évoquerai comment la notion de rapport d’âge a émergé du terrain. Je montrerai plus précisément en quoi le fait d’être perçue par les enquêtés comme « une petite jeune de 25 ans » a permis de le mettre en exergue et quelles difficultés il a entraînées du point de vue de la conduite de l’enquête. Dans un deuxième temps, nous verrons que l’analyse plus fine des relations enquêtés-enquêtrice montre que ce rapport d’âge est indissociable d’autres rapports sociaux, de sexe et de classe. C’est, en effet, l’articulation de l’âge à ces deux variables qui permet d’objectiver les inscriptions différenciées des individus dans ce rapport social.

  • 2 Outre une allocation de recherche, le terrain britannique a été cofinancé par le Collège Doctoral E (...)

Encadré méthodologique
Cet article repose sur une recherche doctorale portant sur la mise en cause du critère d’âge et ses ambivalences, en France et au Royaume-Uni. Depuis une à deux décennies, l’âge est perçu comme un critère arbitraire pour encadrer des parcours qui se singularisent. Cette mise en cause s’est cristallisée dans l’adoption de lois qui interdisent la discrimination sur l’âge, de part et d’autre de la Manche. Pour analyser cette moindre légitimité de l’âge, j’ai ciblé mon questionnement sur les politiques de l’emploi encourageant les chômeurs âgés à se maintenir sur le marché du travail. Celles-ci ont en effet pris appui sur la mise en cause du critère d’âge pour justifier le retour à l’emploi de ce public. Dans cette recherche, j’ai recueilli entre 2008 et 2010 deux types de matériaux en France et au Royaume-Uni 2. J’ai observé, d’une part, des ateliers de recherche d’emploi dédiés aux chômeurs de plus de 50 ans. D’autre part, j’ai réalisé une cinquantaine d’entretiens auprès de chômeurs d’une cinquantaine d’années, de milieux sociaux variés. Ces chômeurs ont été rencontrés via des structures ou des ateliers dédiés au retour à l’emploi des plus de 50 ans. Ce mode d’accès au terrain explique que j’ai atteint une population particulière : ils étaient peu nombreux à être désengagés du marché du travail et j’ai réalisé peu d’entretiens avec des chômeurs touchés par des problèmes de santé rendant leur retour à l’emploi difficile. Ceux que j’ai rencontrés étaient, en revanche, plutôt investis dans la recherche d’emploi (certains en ayant même retrouvé un au moment de l’entretien).
J’ai été insérée dans ce rapport social de manière très atténuée au Royaume-Uni et, pour cette raison, l’analyse porte exclusivement dans cet article sur les entretiens français. La relation d’enquête a en effet été marquée par une différence importante selon les contextes nationaux. Au Royaume-Uni, avant d’être perçue comme « une petite jeune de 25 ans », j’ai été considérée comme étrangère (Simmel, 2004). Si les enquêtés anglais identifient le même rapport social d’âge qu’en France, j’y ai été moins prise individuellement. Perçue comme extérieure aux enjeux de l’emploi britanniques, j’ai été moins prise à partie et moins d’indices témoignent du fait que les enquêtés m’ont principalement considérée du point de vue de l’âge. Dans les interactions, par exemple, il est rarement fait mention de mon âge. A contrario, les entretiens ont souvent été scandés par des expressions telles que « dans ce pays » ou par des inquiétudes quant à ma compréhension de l’anglais (« si je parle trop vite »). Les enquêtés se sont également régulièrement renseignés sur mes conditions de séjour en Angleterre et m’ont posé de nombreuses questions sur la France. Ces différents indices témoignent du fait qu’ils m’ont avant tout perçue comme étrangère. Le fait de ne pas être anglaise constituait mon « statut principal » (Hughes, 1996).

Une enquête prise dans un contexte de concurrence entre les jeunes et les seniors

3Que l’âge constitue un élément de structuration de rapports sociaux n’a a priori rien d’évident (Lima, 2010). Mon objet de recherche a toutefois été pris dans un rapport d’âge que j’ai mis au jour à partir du terrain, sur lequel je reviendrai dans un premier temps. Je m’attacherai à le contextualiser dans la mesure où, comme d’autres rapports sociaux, il s’inscrit dans des contextes nationaux, historiques et politiques particuliers. J’évoquerai, dans un deuxième temps, les malaises découlant de ce contexte qui ont ponctué l’enquête et je présenterai les stratégies déployées dans la conduite du terrain pour composer avec ceux-ci.

Deux publics opposés sur le marché du travail

  • 3 La mise à l’agenda de l’emploi des quinquagénaires s’est accompagnée, en France, d’un changement de (...)

4Les entretiens que j’ai réalisés auprès des chômeurs mettent en évidence leur vision du fonctionnement du marché du travail. De leur point de vue, l’emploi est réparti entre groupes d’âge et, dans ce découpage du travail selon l’âge, ils opposent l’emploi des jeunes au leur. Ils ont le sentiment de faire partie des seniors 3 ou d’être assignés à ce public, ce qu’ils peuvent déplorer par ailleurs. En outre, sans que jamais leur soit posée de question à ce sujet dans les entretiens, ils se sont systématiquement situés vis-à-vis des jeunes. Ces derniers constituent, dans leurs récits, la figure de référence à partir de laquelle ils perçoivent leur place sur le marché du travail. Nombreux sont ceux qui se sentent en concurrence avec eux : ils estiment que leur candidature a moins de chances d’être retenue face à un jeune. Lors des entretiens, les chômeurs ont donc tous évoqué deux groupes d’âge sur le marché du travail, en les envisageant sous l’angle de l’opposition, voire de la concurrence (diplôme vs expérience).

5De mon côté, j’ai été perçue à partir du critère d’âge tout au long du terrain. J’ai plus particulièrement été identifiée comme une « petite jeune de 25 ans » et de nombreux indices ponctuent les entretiens. Ils sont fugaces, énoncés au détour d’une phrase : « vous qui êtes jeune », « vous, vous êtes jeune ». On m’a appelée « mon petit », « jeune fille ». On m’a souvent demandé de préciser mon âge. Bien que m’étant présentée comme étudiante, j’ai été quelques fois assimilée à une stagiaire ou à une jeune chômeuse. Souvent, aussi, lorsque j’étais introduite par les animateurs d’ateliers de recherche d’emploi, il était d’abord fait mention de mon âge. Pour plaisanter, les conseillers expliquaient que j’étais « la nouvelle senior du groupe », afin de souligner mon écart d’âge avec les participants. Aux yeux des enquêtés, j’appartenais donc à ce groupe des jeunes sur lequel ils développent un ensemble de discours.

  • 4 Cependant, si tous identifient ce rapport social, nous verrons dans la deuxième partie que les mani (...)

6Ces interpellations régulières sur mon âge, l’évocation systématique des jeunes, m’ont amenée à considérer l’importance de la figure des jeunes dans la perception que ces chômeurs se font de leur place sur leur marché du travail. Quelles que soient leur position à l’égard de l’emploi et leurs démarches de recherche d’emploi, ils les ont justifiées au regard de leur vision de ce que devrait être le partage du travail entre les âges (cf. infra). Cette piste d’analyse, issue des conditions d’enquête, m’a amenée à retravailler mon questionnement sous l’angle d’un rapport social d’âge. En évoquant le groupe des jeunes, en m’y inscrivant, en se positionnant parmi les seniors, ces chômeurs évoquent un rapport d’âge qui structure selon eux le fonctionnement du marché du travail 4 et qui, de surcroît, relève d’une construction sociale.

7Ce rapport social d’âge s’enracine en effet dans le fait qu’à partir des années 1970, les actifs en fin de carrière ont vu leur place sur le marché du travail discutée. Ces dernières décennies ont été marquées par une réduction des besoins en main-d’œuvre et, dans le même temps que le chômage des jeunes était construit comme un problème public, un compromis social s’est formé autour de l’idée qu’il fallait partager le travail entre les âges. Un ensemble de politiques ont alors incité les plus âgés à se retirer du marché de l’emploi pour favoriser l’insertion des jeunes (Guillemard, 2010). Dans le partage du travail entre les âges, la lutte contre le chômage des jeunes paraît plus légitime que l’emploi des plus âgés. Les jeunes sont devenus une cible privilégiée des politiques de l’emploi (Erhel, 2009), tandis que les plus âgés ont fait l’objet de mesures les soustrayant du marché du travail. Les taux d’emploi des quinquagénaires ont fortement diminué depuis les années 1970 et, si depuis quelques années les politiques cherchent à les maintenir ou à les ramener vers l’emploi, les jeunes demeurent la cible privilégiée des politiques publiques. Ce qu’on appelle aujourd’hui l’« emploi des seniors » s’est ainsi construit sur un rapport social d’âge. Celui-ci se fonde également sur une évolution structurelle du marché des diplômes et des modes de formation des différentes générations (Bourdieu, 1984). Avec la hausse du niveau moyen de qualification, cohabitent dans les entreprises des « cadres maison » sans diplôme et des jeunes diplômés, censés être sous leurs ordres (Beaud & Pialoux, 1999). Sur le marché du travail, les dispositions et les savoir-faire dont sont porteurs les seniors sont dévalués. En outre, la thématique du conflit entre les générations a connu un net essor ces dernières années (Peugny & Van de Velde, 2013). Dans les médias notamment, l’idée d’« une guerre des âges » est avancée et elle se manifesterait dans les relations de travail, dans le financement des retraites et dans les « destins collectifs » des générations (Chauvel, 1998). Il n’est pas question ici de revenir sur la pertinence de l’idée d’un conflit de générations, par ailleurs discutée (Attias-Donfut & Arber, 2000 ; Mauger, 2011), mais ce contexte a des effets performatifs qui se repèrent dans les récits.

Malaises dans l’enquête

8Être inscrite dans ce rapport social a été source de malaises dans la mesure où cela me situait dans un rapport antagonique, voire concurrentiel avec mes interlocuteurs d’autant plus que l’insertion des jeunes paraît toujours plus légitime que la réinsertion des chômeurs âgés. « Vous avez l’expérience mais vous êtes trop vieux. Vous êtes très sympa, vous êtes jeune, vous êtes agréable à regarder, vous pouvez avoir le poste, ça n’a pas d’importance ce que vous savez » déplore ainsi un chômeur. Face à ces discours, j’hésitais sur les manières de réagir et de me positionner. Cet échange avec un ancien chômeur témoigne des enjeux liés à la gestion de ces entretiens. Après s’être enquis de mon âge, il expose son avis sur la qualité de la main-d’œuvre plus jeune.

- Les banques ont foutu tous les vieux dehors. Les banques et les assurances. Quel âge avez-vous ?
- 23
- Ben allez dans une agence bancaire, vous ne verrez que des gens qui ont votre âge [silence]
- Et ça marche pas maintenant étant donné que la clientèle vieillit… ?
- Moi c’est mon opinion de client de banque. C’est une catastrophe. Et là, vous avez un beau sujet sur [il s’arrête] ce que c’est quand on sort tous les vieux quoi. […] Ils vous ont balancé comme ça des tombereaux de jeunes diplômés, inexpérimentés, dans les agences bancaires, c’est une catastrophe ! (47 ans, conseiller bancaire)

9S’il ne m’assimile pas directement à ces jeunes, il m’associe à ce groupe d’âge en me prenant à partie et, compte tenu de son discours tout au long de l’entretien sur ce public, cet entretien a été mené dans une tension persistante. Cette gêne que j’ai pu ressentir régulièrement s’est trouvée renforcée par le sentiment d’être testée. Plusieurs enquêtés m’ont en effet demandé s’il y avait un âge à partir duquel on devenait senior, c’est-à-dire implicitement l’âge à partir duquel on devient vieux sur le marché du travail. Répondre à cette question me paraissait délicat car il me semblait que cela pouvait mettre l’entretien en difficulté en cas de « mauvaise » réponse. C’est ainsi qu’un autre ancien chômeur demande :

- On me dit toujours « les seniors sont vieux », moi je vais vous poser une question : à quel âge est-on senior ? [silence]
- Vous me la posez à moi ?
- Ouais
- Ah mais y’a pas… [j’hésite] je pense qu’y a pas d’âge et puis senior c’est un terme tellement… [je m’arrête]
- Senior, c’est quoi ? C’est 50 ans ? 60 ? 45 ? 40 ? On ne sait plus. Avant, c’était peut-être… on disait un senior c’était 50-55 ans, maintenant c’est peut-être 40 ans […]. Moi j’ai embauché des jeunes commerciaux : à 30 ans, ils étaient déjà fatigués ! (50 ans, ingénieur).

10À quelques reprises, j’ai essayé de m’extraire de ces prises à partie en mentionnant l’hétérogénéité sociale du groupe des jeunes, comme au cours de cet entretien :

- Les jeunes comme vous…
- [Je l’interromps] J’suis en socio quand même ! [rires]
- Non mais ceux qui sortent de HEC machin, pour eux le monde est à eux quoi. Donc ils font affront (Richard, 57 ans, cadre supérieur).

11Le rappel de ma discipline a permis de me distinguer des jeunes mais ces moments sont restés rares. J’ai plutôt cherché à me mettre à distance de ce rapport social par une stratégie de présentation. La présentation de soi dans l’enquête recouvre d’importants enjeux. Pour ma part, j’insistais sur le fait d’être étudiante, un statut qui, on le sait (Beaud & Weber, 2003), confère à l’enquêteur beaucoup d’atouts. Me présenter ainsi me semblait permettre d’adopter, en particulier, une position plus neutre. L’entrée dans la vie active supposant la fin des études, être étudiante signifiait être encore en apprentissage. Ce faisant, je me plaçais en dehors du marché du travail et j’avais le sentiment de me mettre hors de ce rapport social. À travers ce statut, je tentais d’éviter qu’ils m’assimilent à ces jeunes dont ils parlaient tant. Je complétais cette présentation en apportant un soin particulier à mon apparence d’étudiante en sociologie. En matière vestimentaire, j’ai privilégié des jeans et des ballerines, un sac à dos, plutôt que des vêtements ou des accessoires qui auraient pu davantage me rapprocher du début de la vie active. Lors d’un atelier de recherche d’emploi destiné à des femmes de plus de 45 ans, l’une d’elles a remarqué, avec une pointe de dédain, que ma tenue était « cool » mais qu’en revanche, elle correspondait de son point de vue à mon âge et à ma situation : j’étais alors en jean, chemise et pull.

12Au cours des premiers entretiens, ce malaise m’a d’ailleurs conduite à une forme d’autocensure à propos des questions relatives à l’âge qui semblaient délicates à poser. D’une part, parce que ces chômeurs se trouvaient dans une situation dépréciée et que leur âge était identifié comme le principal frein dans l’accès à l'emploi. D’autre part, leur situation pouvait leur apparaître comme la conséquence de choix politiques en faveur des jeunes. Je craignais alors que mon âge cristallise ces tensions et renforce leur sentiment d’être dans une position minorée. Ce malaise s’est dissipé avec le temps, dans la mesure où ils ne montraient pas de réticences à parler d’âge. En revanche, tout au long du terrain, j’ai été gênée à l’idée de pointer certaines contradictions, qu’au final je n’ai pas relevées : celles par exemple d’enquêtés qui déplorent d’être jugés selon l’âge, alors qu’ils opèrent une naturalisation similaire à l’encontre des jeunes. Au contraire, j’acquiesçais souvent d’autant plus que leurs propos sur les jeunes étaient dévalorisants et naturalisants, pour les encourager à continuer.

Quand milieu social et genre s’emmêlent

13Si ce rapport d’âge traverse l’ensemble de mon terrain, si les chômeurs que j’ai rencontrés identifient tous ce rapport social, ils s’y inscrivent en revanche de manière contrastée – ce qui se repère notamment au niveau de la manière dont la relation d’enquête s’est jouée. Les groupes d’âge sont en effet traversés par des clivages sociaux structurants (Bourdieu, 1984). Deux variables permettent de distinguer leur positionnement vis-à-vis de ce rapport social et des jeunes : le milieu social et, dans une moindre mesure, le sexe. Ce rapport d’âge s’articule donc étroitement à d’autres rapports sociaux (Kergoat, 2009). Trois positionnements, que nous présentons successivement, se dégagent. Ils ont été construits à partir des rapports à l’emploi et des perceptions différentes des relations entre les âges sur le marché du travail.

Sentiment d’apogée professionnelle et mise en concurrence

14Il y a tout d’abord la position des hommes qui ont occupé des fonctions hiérarchiques élevées et qui, faisant l’expérience de difficultés dans le retour à l’emploi, s’inscrivent fortement dans ce rapport social. Ils se sentent en concurrence avec les jeunes et, avec eux, les entretiens ont été relativement difficiles à gérer. Ils se sont souvent emportés et énervés ; leur ressentiment était fort. Il a parfois été difficile de maintenir l’empathie envers ces enquêtés, avec qui la distance sociale était grande et dont les discours sur les jeunes étaient naturalisants. Ces entretiens étaient d’autant plus délicats à gérer lors de prises à partie. Lorsque je demande à un chômeur comment il réagirait si on insinuait qu’à cause de son âge, on ne pouvait pas l’embaucher, il répond : « Tout dépend de la personne que j’ai en face de moi. C’est sûr que si j’ai une petite jeune qui a votre âge, ou qui a un peu plus de votre âge, je vais lui rentrer dedans » (Thierry, 52 ans, responsable commercial).

15Leur position se comprend au regard de leur sentiment d’être à leur apogée professionnelle (Boltanski, 1982). Alors qu’ils ont intériorisé l’idée d’une carrière professionnelle ascendante selon l’âge, le chômage est venu bouleverser l’idée qu’ils s’étaient faite de leur carrière. Les difficultés dans le retour à l’emploi sont alors interprétées comme la conséquence de recrutements fondés sur l’âge – critère qu’ils considèrent arbitraire et illégitime puisqu’il entrave l’accès à l’emploi. De surcroît, ils se sentent désavantagés dans la recherche d’emploi par rapport à d’autres catégories de main-d’œuvre sur lesquelles ils avaient l’habitude d’exercer leur ascendant (comme les jeunes, voire les jeunes femmes). Ces hommes font ainsi l’expérience d’un renversement de la domination habituelle, particulièrement mal vécue, qui se révèle dans la relation d’enquête (Wax, 1979).

16L’enjeu pour ces chômeurs est alors de légitimer leur place sur le marché du travail. Pour ce faire, ils dénigrent les jeunes. Les propos de cet ancien cadre supérieur constituent un exemple saillant de la mise en concurrence des jeunes et des plus âgés :

« Le jeune qui arrive, frais émoulu de l’école, avec ses trois valises de diplômes et toutes ses mentions, on lui a dit qu’il serait le meilleur […], il a des connaissances théoriques qu’on a bien voulu lui inculquer mais qui sont tellement loin des préoccupations de l’entreprise. […] Or qui peut leur ouvrir les yeux, sinon les seniors ? […] Si on dégage tous ces seniors, il part où le savoir-faire ? Dites-moi, il part où ? Ben y’en a plus » (Charles, 59 ans, cadre technique).

17Ils soutiennent même qu’il est irrationnel économiquement et politiquement de favoriser l’emploi des jeunes au détriment des plus âgés.

18Les femmes cadres supérieures se distinguent de leurs homologues masculins. Elles identifient également ce rapport social et elles regrettent d’être assignées au critère d’âge. Elles aussi développent des discours qui tendent à les opposer aux jeunes. Elles prennent d’ailleurs souvent l’exemple de la supposée plus grande disponibilité des femmes de leur âge :

« [Les recruteurs] ont beaucoup plus de raisons, je trouve, de prendre une femme – ce serait pareil pour un homme – de 45 ans, elle est plus disponible, ses enfants en général sont grands, elle ne va plus s’absenter pour aller à la crèche en 4ème vitesse […], elle a de l’expérience et en plus, encore plus si elle a 50-52 ans ou 53 ans, elle va rester dans l’entreprise » (Agnès, 50 ans, commerciale).

19Dans cet extrait, les jeunes femmes sont opposées aux femmes de plus de 45 ans dont les impératifs de conciliation travail et famille semblent moins aigus. Cependant, les propos sont moins dévalorisants et moins agressifs à l’égard des jeunes : ils portent sur la disponibilité et non sur les compétences ou le savoir-être.

20Du point de vue de la relation d’enquête, ces entretiens se sont déroulés dans des conditions agréables, marquées par une connivence de genre, où les sourires ont remplacé les tensions et les crispations. À plusieurs reprises, ces femmes m’ont d’ailleurs délivré des conseils en prévision de mon insertion : « J’ai appris en entretien qu’il ne faut jamais dire non. Sachez ça » (Nadège, 47 ans, responsable des ventes). Sans appartenir à la même tranche d’âge, nous partageons des « contraintes de genre » (Le Renard, 2010) et cette connivence rend le rapport social d’âge caduc. Si elles arguent aujourd’hui de leur plus grande disponibilité par rapport aux jeunes femmes, elles peuvent évoquer le fait qu’elles ont dû elles aussi en début de carrière, se positionner par rapport à un projet éventuel de maternité.

« Prenez une jeune de 30 ans, si elle est pas enceinte et qu’elle veut un enfant, elle va se dire [elle se reprend], l’entreprise va vous dire “vous désirez avoir un enfant ?” Ben faut pas dire non d’ailleurs, moi j’ai jamais dit non quand j’ai cherché, j’ai dit : “ben oui bien sûr”, […] vous pouvez dire : “ben écoutez pas pour l’instant” » (Nadège, 47 ans, responsable des ventes).

Inquiétudes et mise en équivalence des difficultés

21Les demandeurs d’emploi ayant un niveau de diplôme moins élevé, appartenant aux professions intermédiaires ou qui sont devenus cadres de manière autodidacte, s’inscrivent différemment dans ce rapport social. Leurs discours à l’égard des jeunes sont moins prégnants et, de surcroît, moins tranchés. Plutôt qu’une mise en concurrence, ils opèrent une mise en équivalence des difficultés rencontrées par les jeunes et les plus âgés dans l’emploi. « C’est comme ne pas proposer du boulot aux jeunes parce qu’ils en ont jamais eu », estime Florence (50 ans, prestataire culturelle). S’ils mettent en évidence des compétences et des savoir-être différents en fonction de l’âge, ils ne se mettent pas pour autant en compétition avec les plus jeunes. Ils ne les dévalorisent pas non plus. Ils soulignent tout autant les compétences des jeunes et des plus âgés qui, de leur point de vue, se complètent plus qu’elles n’entrent en concurrence. « Les jeunes sont compétents et les vieux aussi et c’est pas les mêmes compétences et ces compétences-là sont complémentaires » (Jean-Paul, 57 ans, éducateur spécialisé).

22En ce qui concerne la relation d’enquête, ces entretiens ont été moins conflictuels et plus faciles à gérer. Malgré leurs inquiétudes, les enquêtés se sont rarement énervés et ils étaient beaucoup plus souriants. En outre, ils ont anticipé les difficultés que je pourrais rencontrer sur le marché du travail et ont fait montre d’empathie. À propos de ses difficultés d’accès à l’emploi, Anne considère par exemple que « c’est aussi grave, je crois, que de pas trouver un emploi quand, comme vous, on a moins de 25, hein. C’est pareil » (50 ans, clerc de notaire). Une autre m’encourage : « J’espère que vous trouverez un boulot aussi ! » (Françoise, 55 ans, directrice commerciale sans diplôme).

23Ce positionnement différencié s’explique par une plus grande distance vis-à-vis de l’emploi. Ces individus ont en effet souvent connu des carrières discontinues ou des difficultés sur le marché de l’emploi (comme une expérience antérieure du chômage). Contrairement aux enquêtés précédents, ils se sentent peu armés sur le marché du travail, notamment par rapport aux jeunes, du fait de l’évolution de la structure des diplômes qui leur donne le sentiment que leurs compétences et leur expérience sont caduques (Bourdieu, 1984). Dans ce contexte, l’âge revêt pour un eux un caractère ambivalent. Il renforce leurs inquiétudes quant au retour à l’emploi mais, si les individus regrettent les pratiques de sélection à l’embauche selon l’âge, ils l’énoncent sur le mode du constat et de la fatalité plutôt que de la dénonciation. Par ailleurs, leur ambivalence se manifeste dans le fait d’accepter, voire de justifier les raisons des employeurs à ne pas recruter des quinquagénaires. Certains reprennent ainsi les arguments que pourraient donner les recruteurs pour préférer l’embauche de jeunes à la leur : « je serais chef d’entreprise, je ferais pareil. Je prendrais une direction avec un certain âge, une certaine expérience. Mais tous les autres, ben je prendrais pas des seniors. C’est évident […], je sais qu’un p’tit jeune bien managé est nettement meilleur » (Thierry, 52 ans, commercial).

Retrait du marché du travail et légitimité de l’insertion des jeunes

24Enfin, pour les demandeurs d’emploi d’origine sociale modeste, ayant occupé des fonctions d’employé ou d’ouvrier, ils se mettent encore moins en concurrence avec les jeunes et ils n’opèrent pas non plus seulement une mise en équivalence des difficultés d’accès à l’emploi. Ils considèrent que l’insertion des jeunes est plus légitime que leur propre retour à l’emploi. S’ils mettent en exergue ce rapport de concurrence entre les plus jeunes et les plus âgés, ils s’y inscrivent peu personnellement et ils formulent, au contraire, le souhait de s’en dégager en se retirant du marché du travail. Au cours des entretiens, l’expression « place aux jeunes » est ainsi souvent revenue.

  • 5 Les chômeurs précédents, notamment les premiers mentionnés, font plus souvent état de l’insertion « (...)

25Ils ont développé de manière générale une attitude bienveillante à mon égard. Ils relient ma situation à celles que connaissent ou qu’ont pu connaître leurs enfants (lorsqu’ils en avaient), étudiants ou en phase d’insertion sur le marché du travail, avec lesquels je partage une condition d’âge. La plupart des chômeurs ont en fait mentionné la situation professionnelle de leurs enfants. Cependant, les enfants des enquêtés de milieux populaires ont rencontré davantage de difficultés dans l’accès à l’emploi que ceux des chômeurs précédents 5. Cela explique également leur position distanciée par rapport à l’emploi et vis-à-vis des jeunes. L’entretien avec Monique (58 ans, secrétaire) est, à ce titre, révélateur : « On se demande ce qu’il faut et comment on arrive à avoir un job, quoi. Parce que c’est vrai que quand on voit que vous, les jeunes, ben, le mal tout de même que vous avez à trouver un emploi et nous, nous faire encore travailler… » Un peu plus tard, elle établit un parallèle entre sa situation et celle de son fils. Ce faisant, elle souligne la légitimité qu’elle accorde au partage de l’emploi selon les âges. De ce point de vue, l’âge est un critère légitime pour réguler les entrées et les sorties du marché du travail. Elle déplore notamment le fait que son conseiller à l’emploi lui demande de retrouver du travail alors que son fils a reçu des conseils inverses en début de carrière :

- C’était d’ailleurs la chose à ne pas dire, à un jeune… [elle s’arrête]
- Son mari rapporte les propos de la conseillère de son fils : « Vous allez pas vous emmerder ! Vous vivez chez vos parents ? Vous allez pas vous emmerder à chercher du travail pour le salaire qu’ils vont vous donner ! » [rires]
- Monique poursuit : […] à son âge, à 20 ans, il avait quoi ? 22 ouais, dire ça à un jeune ? Ben je dis d’accord, et moi j’y vais, à 56 ans… « Faut y aller, faut y aller, faut travailler hein ! » [rires].

26Leur position s’explique parce qu’ils estiment qu’ils ne retrouveront pas d’emploi ou que celui-ci sera déqualifié. Ces chômeurs sont également ceux dont l’état de santé est plus fragile, ayant connu une carrière professionnelle marquée par la pénibilité du travail et qui aspirent à la retraite (Aouici et al., 2007).

27Ce rapport d’âge s’articule donc étroitement à d’autres rapports sociaux, de classe et de sexe. De ce fait, les enquêtés s’y inscrivent différemment selon leur milieu social, ce qui transparaît du point de vue de la relation d’enquête. Celle-ci a été placée sous le signe de la concurrence avec les premiers (dans une moindre mesure avec les femmes) ; de l’expérience de difficultés similaires d’accès à l’emploi avec les deuxièmes ; du partage du travail selon les âges avec les troisièmes. La mise en évidence de ces différentes configurations permet, d’une part, de fournir de précieuses pistes d’analyse (en l’occurrence l’intérêt de croiser rapport d’âge avec d’autres rapports sociaux) ; d’autre part, elle permet de visibiliser ce qui se joue dans les interactions d’enquête. Dans mon cas, les entretiens ont été plus ou moins aisés à gérer. Ils n’ont pas été accompagnés par les mêmes manifestations physiques selon les enquêtés : des tensions et des crispations avec les premiers ; des rires et des sourires avec les autres. De ce fait, j’avais, à leur égard, plus ou moins d’empathie. Avec les cadres supérieurs, elle était difficile à maintenir. Lors de ces entretiens, mes sentiments étaient ambivalents : la lassitude, l’exaspération, l’indignation se mêlaient à la nécessité de continuer à sourire et à acquiescer pour finir l’entretien dans les meilleures conditions possibles. Mettre au jour ce rapport social d’âge et, plus encore, identifier les différentes manières des enquêtés de s’y inscrire et de m’y inscrire, permet de ne pas vivre l’enquête de terrain uniquement sous le prisme des interactions avec les cadres supérieurs et de comprendre les propos des enquêtés les plus hostiles envers les jeunes.

Conclusion

28L’analyse des interactions avec les chômeurs âgés a permis de mettre en évidence un rapport social d’âge qui s’incarne sur un marché du travail pensé par les enquêtés comme concurrentiel, construit par des politiques de l’emploi qui opposent les publics les uns aux autres. Visibiliser ce rapport social donne à voir les enjeux qui traversent l’objet de recherche. La centralité des discours sur les jeunes dit quelque chose de la manière dont ces chômeurs perçoivent leur place sur le marché du travail et la légitimité de leur retour à l’emploi.

29De surcroît, l’analyse des relations d’enquête permet de montrer que ce rapport d’âge est étroitement lié à d’autres rapports sociaux. En l’occurrence, les rapports de classe modulent ce rapport d’âge tandis que les rapports de sexe le rendent en partie caduque. Les discours les plus dépréciatifs à l’égard des jeunes proviennent ainsi d’hommes, cadres supérieurs, qui se placent dans un rapport concurrentiel avec eux. Les chômeurs moins diplômés identifient également ce rapport social d’âge mais, plus éloignés de l’emploi, ils se situent moins dans un registre compétitif que dans la mise en équivalence des difficultés rencontrées, voire dans la légitimation de l’emploi des jeunes pour justifier leur propre retrait du marché du travail.

30La prise en compte de l’âge et son articulation à d’autres rapports sociaux fournit ainsi des clés d’analyse et méthodologiques. Les rapports d’âge, souvent invisibilisés, constituent un élément structurant des relations d’enquête dont l’objectivation permet, à l’instar d’autres rapports sociaux, de donner à voir les enjeux auxquels est confronté le groupe social étudié mais également de composer avec le terrain (Schwartz, 1993). En l’occurrence, cette objectivation a permis de m’apercevoir que les malaises et les prises à partie étaient circonscrits à une catégorie particulière d’enquêtés, les plus virulents à l’égard des jeunes. Elle facilite alors la mise à distance les sentiments à l’égard des enquêtés et l’analyse compréhensive de leurs discours.

Top of page

Bibliography

Aouici S., Carillon S. & C. Mette (2008), « Choisir l’âge de sa retraite : un arbitrage lié aux contextes économiques et professionnels », Retraite et société, n° 54, pp. 190-209.

Attias-Donfut C. & S. Arber (2000), « Equity and Solidarity across the Generations », dans Arber S. & C. Attias-Donfut (dir.), The Myth of Generational Conflict: The Family and State in Ageing Societies, London, Routledge Editor, pp. 1-21.

Beaud S. (1996), « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’"entretien ethnographique" », Politix, n° 35, pp. 226-257.

Beaud S. & F. Weber (2003), Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte.

Beaud S. & M. Pialoux (1999), Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Éditions Fayard.

Bessière C. & F. Houseaux (1997), « Suivre des enquêteurs », Genèses, vol. 29, n° 1, pp. 100-114.

Boltanski L. (1982), Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (1984), « La jeunesse n’est qu’un mot », dans Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, pp. 143-154.

Caradec V. (2012), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Éditions Armand Colin.

Chamboredon H., Pavis F., Surdez M. & L. Willemez (1994), « S’imposer aux imposants. À propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, n° 16, pp. 114-132.

Chauvel L. (1998), Le Destin des générations. Structure sociale et cohortes en France au XXe siècle, Paris, Presses universitaires de France.

Demazière D. (2008), « L’entretien biographique comme interaction. Négociations, contre-interprétations, ajustement de sens », Langage et société, n° 123, pp. 15-35.

Erhel C. (2009), Les Politiques de l’emploi, Paris, Presses universitaires de France.

Fournier P. (2006), « Le sexe et l’âge de l’ethnographe : éclairants pour l’enquêté, contraignants pour l’enquêteur », ethnographiques.org, n°11 – En ligne : http://www.ethnographiques.org/2006/Fournier

Guillemard A.-M. (2010), Les Défis du vieillissement. Âge, emploi, retraite. Perspectives internationales, Paris, Éditions Armand Colin.

Hughes E. C. (1996), Le Regard sociologique : essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS.

Kergoat D. (2009), « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », dans Dorlin E. (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, pp. 111-125.

Lefrançois C. (2012), « “L’emploi des seniors”. Une nouvelle expression pour un changement de politiques », dans Legrand M. & I. Voléry (dir.), Genre et parcours de vie : vers une nouvelle police des corps et des âges ?, Nancy, Presses universitaires de Nancy, pp. 265-277.

Le Renard A. (2010), « Partager des contraintes de genre avec les enquêtées. Quelques réflexions à partir du cas saoudien », Genèses, vol. 4, n° 81, pp. 128-141.

Lignier W. (2008), « La barrière de l’âge. Conditions de l’observation participante avec des enfants », Genèses, n° 4, pp. 20-36.

Lima L. (2010), « Les différences de situations entre générations dans le débat public », Regards croisés sur l’économie, vol. 1, n° 7, pp. 71-79.

Mauger G. (1991), « Enquêter en milieu populaire », Genèses, n° 6, pp. 125-143.

Mauger G. (2011), « Préface de la deuxième édition », dans Mannheim K., Le Problème des générations, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 3-20.

Mazouz S. (2008), « Les mots pour le dire. La qualification raciale, du terrain à l’écriture », dans Bensa A. & D. Fassin (dir.), Les Politiques de l’enquête, Paris, Éditions La Découverte, pp. 81-98.

Peugny C. & C. Van de Velde (2013), « Repenser les inégalités entre générations », Revue française de sociologie, vol. 54, n° 4, pp. 641-662.

Pinçon M. & M. Pinçon-Charlot (1991), « Pratiques d’enquête dans l’aristocratie et la grande bourgeoisie : distance sociale et conditions spécifiques de l’entretien semi-directif », Genèses, n° 3, pp. 120-133.

Schwartz O. (1993), « L’empirisme irréductible. La fin de l’empirisme ? », dans Anderson N., Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 265-308.

Simmel G. (2004), « Digressions sur l’étranger », dans Grafmeyer Y. & I. Joseph, L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions Flammarion, pp. 53-59.

Strauss A. L. (1992), Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Paris, Éditions Métailié.

Wax R. H. (1979), « Gender and Age in Fieldwork and Fieldwork Education », Social Problems, vol. 26, n° 5, pp. 509-522.

Top of page

Notes

1 La notion de rapport social s’inscrit dans une perspective de domination. Son intérêt réside dans le fait de distinguer les rapports sociaux des relations sociales (Kergoat, 2009). Les relations sociales font référence aux relations interpersonnelles tandis qu’un rapport social désigne la tension autour notamment de la division et de la répartition du travail entre des groupes socialement constitués, portant des intérêts antagonistes et entretenant des rapports de domination.

2 Outre une allocation de recherche, le terrain britannique a été cofinancé par le Collège Doctoral Européen et le CeRIES.

3 La mise à l’agenda de l’emploi des quinquagénaires s’est accompagnée, en France, d’un changement de vocabulaire (Lefrançois, 2012). Or, les mots ne sont pas neutres. Depuis les années 2000, ces actifs sont qualifiés de seniors. Ce terme permet d’accompagner le changement de référentiel de l’action publique et de présenter cette main-d’œuvre comme employable et non plus à tenir à l’écart de l’emploi. Je l’utilise pour parler de ce groupe d’âge en tant que public des politiques de l’emploi. Par ailleurs, pour éviter d’alourdir le texte, je n’utilise pas les guillemets, qui ne font que signaler un malaise, pour encadrer les termes jeunes et seniors.

4 Cependant, si tous identifient ce rapport social, nous verrons dans la deuxième partie que les manières de s’y positionner sont socialement différenciées.

5 Les chômeurs précédents, notamment les premiers mentionnés, font plus souvent état de l’insertion « réussie » et plutôt « aisée » de leurs enfants.

Top of page

References

Electronic reference

Claire Lefrançois, « Enquêter sur l’« emploi des seniors » quand on est « une petite jeune de 25 ans » : un terrain dans un rapport social d’âge », SociologieS [Online], Research experiments, Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs, Online since 21 February 2017, connection on 23 June 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6029

Top of page

About the author

Claire Lefrançois

Maître de conférences en sociologie à l’université de Tours, CITERES (France) - claire.lefrancois@univ-tours.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page