Navigation – Plan du site
Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs

Les rapports sociaux d’âge : une dimension (im)pertinente de la relation d’enquête ?

How does age shape the relationship between researchers and social actors? Reflections on childhood and old age
Isabelle Mallon

Résumés

Dans la lignée des réflexions initiées en sociologie de l’enfance, cet article met en évidence l’emprise des perceptions ordinaires de l’âge sur les pratiques d’enquête, d’autant plus forte qu’elle est moins consciente. Il plaide pour un retour réflexif sur les rapports sociaux d’âge dans les relations d’enquête, non pour faire de l’âge un déterminant unique ou essentiel de la relation d’enquête, des matériaux produits et des analyses réalisées, mais pour identifier la manière dont l’âge se compose avec d’autres rapports sociaux (de sexe, de classe sociale) durant l’enquête, afin d’approfondir la rupture épistémologique garante de l’objectivation sociologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf . par exemple, Darmon, 2005.

1Les enquêtes sociologiques qualitatives amènent les sociologues à nouer avec leurs enquêté-e-s des relations qui n’ont pas d’équivalent dans la pratique sociale, même si elles présentent des parentés avec d’autres relations d’enquêtes, plus ordinaires, qu’elles soient journalistiques, sociales, thérapeutiques et parfois policières. Distinctes dans leurs objectifs de ces autres enquêtes, puisque les matériaux qu’elles recueillent visent à produire une connaissance scientifique, les enquêtes sociologiques exigent pour cette raison même un rapport réflexif des chercheur-e-s aux matériaux produits dans les rencontres avec « leurs » enquêté-e-s. Cette réflexivité des chercheur-e-s contribue à objectiver les matériaux et à dessiner les limites de validité des résultats ainsi produits. Dans la littérature abondante consacrée aux conditions sociales de l’enquête, la réflexivité des chercheurs a davantage été travaillée à partir des rapports sociaux de sexe, de classe ou de race, qu’à partir des rapports sociaux d’âge, sans doute en raison d’une sous-estimation du poids et des effets sociologiques de l’âge dans l’analyse des activités ou des faits sociaux (Hummel, Mallon & Caradec, 2014, pp. 10-13). Les retours réflexifs des chercheurs sur leurs enquêtes s’appesantissent peu sur les rapports sociaux d’âge, sinon quand ils redoublent d’autres rapports de domination, de sexe ou de classe 1. L’âge est rarement constitué comme objet de réflexivité à part entière, sinon quand il est constitué explicitement dans l’enquête, soit a priori par le chercheur, soit dans son cours même par les enquêté-e-s, comme un élément de différenciation et de distance, avérées et potentiellement problématiques pour le recueil des données, entre enquêteur ou enquêtrice et enquêté-e-s. La comparaison d’enquêtes menées avec des personnes situées à différents âges de la vie rend alors les rapports sociaux d’âge entre enquêteur ou enquêtrice et enquêté-e-s plus saillants, et plus visible l’intérêt méthodologique et épistémologique d’une réflexivité à leur sujet. Ainsi, la comparaison entre des enquêtes menées auprès de vieilles personnes et d’enfants (cf. encadré méthodologique infra) invite à questionner les manières dont les rapports sociaux d’âge modèlent la relation d’enquête, c’est-à-dire les manières dont elle se noue, les proximités et les distances qu’elle crée entre l’enquêteur ou l’enquêtrice et ses enquêté-e-s, les mises en scènes de soi ou les censures qu’elle entraîne, tant chez les chercheur-e-s que chez les enquêté-e-s. Si l’âge est souvent inquestionné dans les analyses réflexives des chercheurs sur leur terrain (1), je montrerai comment et combien les relations d’enquêtes sont prises dans des rapports d’âge (2), dont les chercheurs et leurs enquêté-e-s n’ont le plus souvent qu’une conscience intermittente, en raison du caractère flou de cette donnée sociale. J’insisterai enfin sur la double vertu, méthodologique et épistémologique, du retour réflexif sur les effets de l’âge (3), dans son intersection avec le sexe et la classe sociale, ou la race : approfondir la rupture épistémologique.

Encadré méthodologique
Les réflexions de cet article s’appuient principalement sur trois enquêtes :
1. Une recherche de thèse sur la reconstitution d’un chez-soi en maison de retraite (Mallon, 2004), dont le terrain a été mené entre 1996 et 1999, selon une méthode combinant entretiens et observations. Elle a permis de produire des matériaux de type ethnographique, qui peuvent être déclinés en trois corpus :
- des entretiens qualitatifs, semi-directifs, auprès de 32 résidents de huit établissements d’hébergement pour personnes âgées. La moyenne d’âge est de 83,3 ans, l’amplitude des âges allant de 60 à 90 ans. Les personnes interrogées sont issues de milieux sociaux variés (avec une forte présence des milieux populaires). Six hommes et 26 femmes ont été interrogés.
- des photographies des décors des chambres ont été prises à l’occasion de ces entretiens
- des observations approfondies ont été menées dans trois structures, avec un statut différent à chaque fois : deux observations participantes, l’une d’un mois comme « faisant fonction d’aide-soignante » dans un établissement ardéchois ancien au fonctionnement encore très collectiviste, l’autre comme bénévole pour la lecture du journal durant une année universitaire dans une maison de retraite associative d’un quartier périphérique de Rennes. Une observation d’un mois sans participation comme stagiaire dans une maison de retraite municipale récente au projet gérontologique innovant et aux services très individualisés située en banlieue parisienne.
2. Une enquête collective sur le vieillissement en milieu rural isolé (Gucher et alii, 2007), combinant questionnaires auprès d’anciens agriculteurs (n = 441), monographies de deux territoires situés en Creuse et en Ardèche et entretiens. La réflexion s’est ici appuyée essentiellement sur ces entretiens, recueillis auprès de 34 hommes et femmes âgés de plus de 60 ans, ayant toujours vécu au pays pour les uns (23), s’étant réinstallés au moment de la retraite après avoir fait carrière ailleurs pour les autres (4), ou s’étant installés sur le tard de leur vie dans le pays pour les derniers (7). Les entretiens ont été répétés à neuf mois d’intervalle afin de saisir dans le processus même du vieillissement les éléments d’évolution et de stabilité de la vie quotidienne et l’appréhension de la vieillesse au fur et à mesure de l’écoulement du temps. En raison des aléas de santé, mais également des modes d’investigation, puisque les entretiens des couples et des fratries ont été enregistrés à plusieurs voix, le corpus d’entretiens est constitué de 63 discours.
3. Une enquête collective en cours sur les territoires urbains des enfants, comparant les modes de vie urbains d’enfants vivant en quartier populaire et en quartier bourgeois, à Paris et à San Francisco. Le recrutement des enfants enquêtés s’est opéré par l’intermédiaire d’écoles – publiques dans les quartiers populaires, privées dans les quartiers bourgeois – au sein desquelles une classe de CM1 ou CM2 (ou leurs équivalents américains) a été choisie. Cette enquête repose sur la réalisation d’« ateliers quartier » réalisés en classe, où les enfants dessinent leur quartier, et sur des entretiens individuels avec les enfants habitant le quartier où se situe leur école. 75 entretiens avec des enfants âgés de 9 à 11 ans ont été rassemblés, complétés par des entretiens avec certains de leurs parents (23).

La récente découverte de l’âge comme une condition sociale de l’enquête

  • 2 Stéphane Beaud et Florence Weber, par exemple, recommandent aux étudiants de demander s’il est poss (...)

2L’enjeu des relations d’enquête, dans les observations comme dans les entretiens, est d’établir suffisamment de confiance pour pouvoir recueillir des matériaux riches, pertinents pour la problématique, fiables et en quantité suffisante. Or, le recueil des matériaux repose sur des demandes qui apparaissent d’abord comme étranges (au double sens de bizarres et d’étrangères) aux personnes qui acceptent de participer à l’enquête. Dans le cas des observations, les sociologues demandent en effet à leurs enquêté-e-s d’agir comme s’ils n’étaient pas là, ou en tout cas pas là pour les observer. Anette Lareau demandait ainsi aux familles observées dans son enquête ethnographique, Unequal Childhood, de traiter les différents enquêteurs comme « le chien de la famille » (Lareau, 2011, p. 9). Dans le cas des entretiens, ils leur demandent de se faire les ethnographes de leur propre vie, les chroniqueurs de leurs pratiques. Les exigences en termes de rigueur, de précision, de fidélité de la description sont transférées des chercheur-e-s aux enquêté-e-s, alors mis en situation, par les questions et les relances, de dater, de dénombrer, de préciser (Péneff, 1995). Accepter de participer à une enquête sociologique est ainsi non seulement inhabituel, mais aussi difficile et étrange, car elle inscrit des demandes extraordinaires dans un cadre qui demeure ordinaire ; elle procède à rebours de certaines conventions tout en restant prise dans les règles de vie et de sociabilité communes. Les entretiens formels demandent des discours beaucoup plus longs, précis, argumentés que les discussions ordinaires auxquelles les demandes d’entretien les réfèrent pourtant implicitement 2. Les observateurs demandent aux individus de se conduire de manière habituelle, ou normale, alors même que l’observation introduit une perturbation.

3Pour réduire la perturbation ou l’étrangeté des situations d’enquête, les sociologues insistent sur les effets de la durée, qui permet de se familiariser progressivement avec la présence du sociologue, dans le cas des observations (Lareau, 2011, p. 355 ; Schwartz, 1990, p. 47), avec ses demandes et la situation d’interview, dans le cas des entretiens. Le rappel, en début d’enquête, de la déontologie professionnelle du chercheur, de sa neutralité, de la préservation de l’anonymat des enquêté-e-s et de son accueil sans jugement de tous les actes, de tous les récits et de toutes les opinions, permet également de susciter la confiance des enquêtés. Dans le cas précis des entretiens, la relation d’enquête est construite entre deux pôles, idéaux-typiques : soit la relation est structurée par une logique de confession, où la condition du discours authentique est l’assurance de ne plus revoir le chercheur ; soit elle l’est par une logique de confidence, fondée sur la proximité, voire le partage, de certaines situations ou de certaines expériences vécues par les acteurs. Selon les entretiens, mais également au cours d’un même entretien, la relation oscille entre ces deux pôles, entre des moments où la neutralité et la distance se font plus fortes (en particulier quand nos enquêtés développent des opinions politiquement ou moralement très éloignées des nôtres) et des moments où la complicité et l’empathie dominent.

4Les effets de ces distances et de ces proximités dans les relations d’enquête ont été étudiés principalement sous l’angle de leurs fondements de classe, c’est-à-dire des dissonances ou des consonances entre les trajectoires et les appartenances de classe des enquêteurs ou enquêtrices et de leurs enquêté-e-s (Mauger, 1991 ; Schwartz, 1990 ; Péneff, 1994 ; Chamboredon et alii, 1994 ; Pinçon & Pinçon-Charlot, 1997). Les différences de classe construisent des rapports de domination au sein même de la relation d’enquête, entraînant des mises en scène de soi, qui vont de la dissimulation à la surexposition de pratiques et d’opinions, intentionnelles ou non. Ces sociologues sont ainsi revenus sur différentes tactiques d’euphémisation ou de réduction des distances sociales, afin de limiter les effets perturbateurs de ces rapports de domination sur les informations qu’on cherche à recueillir. Le port de la cravate et la proscription de tout « négligé » dans les entretiens avec les grands bourgeois (Pinçon & Pinçon-Charlot, 1997) ou l’adoption de « manières de langue » (Fournier, 2006) adaptées aux enquêtés rencontrés constituent des mises au diapason de l’enquêteur ou de l’enquêtrice avec ses enquêté-e-s, qui favorisent l’expression de leurs discours. Geneviève Pruvost a également attiré l’attention sur les manières dont elle a travaillé son insertion sur le terrain dans un commissariat de police pour adopter « le genre féminin non accentué, exigé des femmes policiers » (Pruvost, 2007, p. 143). Plus rarement la réflexion a porté sur les ajustements « spontanés » liés à la proximité sociale des protagonistes de l’entretien, ou d’expériences vécues par chacun d’entre eux. Enfin, une partie de la réflexion s’est centrée sur les effets heuristiques des dissonances sociales entre enquêtés et enquêteurs : il n’est en effet pas toujours possible de réduire la perturbation qui naît de l’intrusion de l’enquêteur dans la vie des enquêté-e-s, et Olivier Schwartz propose alors de « l’utiliser » comme une voie d’accès aux principes organisateurs des mondes sociaux des enquêté-e-s (Schwartz, 1990). Identifier l’origine, les formes et les effets de censure ou de mise en scène de soi par la perturbation permet alors de rendre compte du façonnage des matériaux dans l’enquête et contribue à préciser les contextes de validité des analyses.

  • 3 En tout cas en France. C’est moins le cas dans la sociologie anglo-saxonne où les questions d’âge s (...)
  • 4 Everett Hughes définit ainsi le travail de terrain comme « l’observation des gens in situ » (Hughes (...)
  • 5 De moins en moins nombreux, certes, tant différents auteurs ont insisté sur la difficulté à mainten (...)

5Comme le sexe, l’âge est « une donnée biologique socialement manipulée et manipulable » (Bourdieu, 1984, p. 145). À l’instar de toute autre catégorie sociale, il est une construction sociale, bien mise en évidence par des détours historique (Bourdelais, 1993), anthropologique (Peatrik, 1999) ou par la comparaison internationale (Guillemard, 2010). L’âge est un principe organisateur de rapports sociaux, c’est-à-dire inégalitaires, ou de domination entre les différents groupes qu’il constitue. Or, malgré ce savoir théorique, la réflexion méthodologique et épistémologique consacrée aux effets de l’âge sur la construction et le déroulement de l’enquête, sur les relations entre enquêteurs ou enquêtrices et enquêté-e-s, est pour l’heure relativement faible 3. Si l’âge est parfois évoqué parmi d’autres dimensions sociales susceptibles de jouer dans la relation d’enquête, peu de chercheurs ont centré leur réflexion sur les rapports sociaux d’âge dans l’enquête. En effet, en France, cette réflexion est principalement développée par une sociologie de l’enfance naissante (Danic, Delalande & Rayou, 2006 ; Lignier, 2008). Cette réflexivité sur l’âge dans l’enquête me paraît liée aux démarches ethnographiques privilégiées dans les enquêtes réalisées auprès ou avec des enfants. William Andy Corsaro, dans son manuel de sociologie de l’enfance (Corsaro, 2015), dédie deux pages et demie aux méthodes quantitatives (macrolevel studies), regroupant les enquêtes démographiques, les questionnaires et les démarches historiques, alors qu’il consacre six pages aux méthodes qualitatives (micro-level studies). Au sein de ce dernier ensemble, la réflexion est centrée sur l’observation ethnographique, les entretiens individuels et de groupe étant plus rapidement présentés. Or, l’exigence d’une réflexivité, définie comme la restitution des modes d’intervention des chercheurs sur leur terrain et leur analyse à la lumière de leurs appartenances et de leurs trajectoires sociales, afin d’objectiver les résultats et de préciser leurs contextes de validité, est un impératif de l’enquête de terrain, particulièrement lorsque cette dernière recourt de manière soutenue – et parfois exclusive – aux observations 4. Les effets sur l’enquête des négociations de places ou de rôles sur le terrain ont ainsi d’abord été pensés dans le cadre de démarches ethnographiques, qui ont permis de discuter, d’enrichir et de dépasser la « neutralité bienveillante » présentée comme la clé d’une relation d’enquête réussie dans certains manuels de méthode 5.

  • 6 Gardiens ou gardiennes.
  • 7 Les manuels de sociologie du vieillissement ne dédient pas de chapitre spécifique aux méthodes d’en (...)

6Cette négociation de la place sur le terrain est spécifique lorsque l’enquête s’effectue auprès d’enfants. En effet, l’enfance est dans nos sociétés un âge protégé : l’accès aux enfants n’est pas direct, il faut le négocier auprès de « gatekeepers 6 », ceux qui en ont la responsabilité, parents, enseignants, animateurs de loisir, médecins ou thérapeutes selon les cas. En outre, la différence d’âge entre enquêteur adulte et enfants a pu être constituée comme objet d’une réflexivité parce que cette différence d’âge est évidente, traduite physiquement dans des différences de taille, de poids, d’apparence, d’hexis corporelle, de tenue vestimentaire, de maîtrise de la langue construites socialement (Corsaro, 2015, pp. 51-53 ; Lignier, 2008). Mais les différences objectives ne suffisent pas à expliquer l’apparition de cette réflexivité sur l’âge dans les enquêtes auprès des enfants : pour s’en convaincre, il suffit d’examiner le champ des recherches en sociologie de la vieillesse. Les différences de taille, de poids, d’apparences, d’hexis corporelles, de tenues vestimentaires, de maîtrise du discours entre chercheur-e-s et enquêté-e-s sont tout aussi importantes. Pour autant, peu de sociologues du vieillissement ont réfléchi aux effets de l’âge dans les situations d’enquête qui les confrontent aux personnes âgées ou très âgées 7. De même l’ethnographie est plus rare en ce qui concerne ces populations, sinon dans des institutions où elles reçoivent un statut souvent minoré, les maisons de retraite (Mallon, 2004) ou les EHPAD (Jaujou, Minnaert & Riot, 2006 ; Trépied, 2014), et le regard est alors plus souvent centré sur les institutions et leurs personnels (Bastien & Rick, 2010 ; Rimbert, 2011) que sur les résidents. Cette inattention relative aux différences d’âge, au profit d’autres distances sociales comme celles du sexe ou de la classe sociale, est d’autant plus étonnante que la sociologie de la vieillesse a longtemps peiné à prendre en compte de manière forte les distinctions de classe dans la structuration des modes de vie à la vieillesse et des processus de vieillissement.

Les relations d’enquête prises dans des rapports sociaux d’âge

Susciter la confiance : des présentations de soi et de l’enquête variables selon les âges des enquêtés

  • 8 Sonia Frisch (dir.), Jean-Yves Authier, Anaïs Collet, Isabelle Mallon, financée par la Mairie de Pa (...)
  • 9 Cet atelier a consisté en la production d’un dessin de son quartier par chaque enfant.
  • 10 Seuls les enfants habitant dans le quartier de l’école étaient concernés par cette phase de l’enquê (...)

7Cette asymétrie dans le traitement sociologique des groupes d’âges dans l’enquête de terrain est liée aux rapports sociaux d’âge qui structurent le plus souvent de manière inconsciente les enquêtes auprès des différents groupes d’âge. C’est parce que les enfants sont socialement construits comme plus différents des adultes que les personnes âgées que les chercheurs analysent les effets des différences d’âges sur l’établissement et le déroulement de la relation d’enquête et sur les matériaux recueillis. Dans nos représentations sociales des âges, les enfants vont devenir des adultes, alors que les vieux sont toujours adultes. Et les manières dont nous présentons nos démarches à nos enquêtés pour obtenir leur accord ou la possibilité de les interviewer, de les côtoyer, de partager des fragments de leurs expériences ou de leur vie, restent très largement informées par ces rapports sociaux d’âge. La comparaison d’enquêtes sociologiques auprès d’enfants et auprès de personnes âgées permet de montrer combien la présentation du « contrat de communication » (Blanchet & Gotman, 1994) ou du « pacte d’entretien » (Beaud & Weber, 2003) diffère avec l’âge des enquêtés. Ainsi, pour l’enquête « 30 ans en 2030 » 8, centrée sur les différenciations sociales des modes de vie urbains des enfants, dans quatre quartiers, deux bourgeois et deux populaires, à Paris et à San Francisco, nous avons mené des entretiens individuels avec 75 enfants en fin d’école primaire (CM1 et CM2 à Paris, 4th et 5th grade à San Francisco), âgés de 9 à 11 ans. Dans chaque quartier, nous sommes passés par une école pour recruter nos enquêtés, avons pris contact avec une enseignante qui nous a autorisés à venir présenter notre recherche dans sa classe, à y organiser un « atelier quartier » 9 et à demander à chaque enfant 10 s’il souhaitait participer à un entretien individuel. Dans chaque classe, nous sommes intervenus à deux, trois ou quatre chercheurs, selon nos possibilités. Nous nous sommes à chaque fois présentés professionnellement, en cherchant à savoir ce que les enfants comprenaient de nos métiers : nous avons aussi donné des définitions rapides de ce que sont la sociologie et la géographie. Nous avons également évoqué des éléments de notre biographie personnelle, et notamment nos enfants, pour ceux qui en avaient, dont certains étaient très proches en âge des enfants enquêtés, ce qui à notre sens permettait d’instaurer une proximité avec nos futurs enquêtés. Nous avons enfin présenté l’enquête, la comparaison internationale notamment et avons engagé les enfants à nous poser des questions à ce propos.

  • 11 Ma ligne de conduite était jusqu’alors plutôt conforme à ce qui s’enseigne : en dire suffisamment p (...)

8Ayant jusque-là mené des observations et des entretiens avec des personnes âgées et très âgées, dans différents contextes, je n’avais jamais explicité d’emblée mon âge, ni ma position dans le cycle de vie à mes vieux enquêtés, pas plus que je ne leur avais expliqué, même rapidement, ce qu’était la sociologie 11. Au contraire, tant dans ma thèse que dans les recherches ultérieures avec des vieilles personnes, les éléments les plus formels de mon identité professionnelle (étudiante en thèse, maître de conférences à l’Université de Lyon) semblaient suffire à persuader du sérieux et de l’intérêt de l’enquête et à emporter l’acceptation d’être interviewé. La mise en place du travail d’investigation est ainsi prise dans les rapports sociaux usuels qui règlent les relations entre les âges. Présenter l’enquête en classe, présenter rapidement notre métier de sociologue nous a paru non seulement évident, mais recommandé, en raison d’un présupposé implicite d’incompétence des enfants. Dans nos sociétés, l’enfant est d’abord un individu qui ne sait pas et qui doit apprendre. L’exigence d’explicitation des motivations et des objectifs de l’enquête, du choix des enquêtés, prenait d’autant plus d’importance. C’est également parce qu’il est construit comme un être de sentiments plus que de raison, que nous avons évoqué nos propres enfants, cherchant à jouer davantage sur le tableau de la complicité que du sérieux académique. En revanche, dans les enquêtes avec les vieilles personnes, j’ai toujours considéré les personnes âgées comme des adultes, dans une logique de mise à distance de l’âgisme, qui tend à dévaloriser les vieux. Il paraissait inopportun de leur expliquer ce qu’était la sociologie, comme à d’autres enquêtés adultes, ou encore de faire référence à mes grands-parents d’emblée. Or, ainsi que le signale Toni Calasanti, considérer les vieux « seulement » comme des adultes, ou comme des adultes « comme les autres » entraîne une forme plus subtile d’âgisme, puisqu’elle conduit, en soulignant l’identité des conditions adultes de l’enquêteur et de l’enquêté-e à invisibiliser ce qui les sépare, à minorer les distances entre des personnes situées à différents âges de la vie (Calasanti, 2008, p. 155). Cela revient à maintenir dans l’enquête l’âge adulte comme l’étalon (relativement abstrait et impensé, d’ailleurs) à partir duquel penser les autres âges. La comparaison des manières d’enquêter deux âges de la vie différents signale ainsi l’inachèvement de nos ruptures avec les prénotions d’âge et les façons dont nous surdéterminons l’incompétence des enfants, leur différence avec les adultes, et dont nous effaçons l’âge des vieux, en accentuant leur ressemblance avec les adultes.

Une conscience intermittente des rapports sociaux d’âge

9Lorsque les questions d’âge sont au cœur de l’enquête, le rapport social d’âge semble cadrer d’emblée l’entretien ou les observations : rapport de proximité et d’égalité lorsqu’on enquête auprès de personnes du même âge que soi, rapport de distance et de domination lorsqu’on enquête auprès d’individus d’âges différents. Pourtant, ce rapport d’âge est flou et instable : si les personnes âgées sont minorées comme groupe social, cette minoration varie selon les enquêtes, les situations des personnes et les méthodologies déployées. Ainsi, j’ai été prise de manière beaucoup plus forte dans le rapport de domination usuel qui fait des personnes âgées des êtres vulnérables, à protéger et de peu d’importance, dans les observations que j’ai réalisées en maison de retraite en tant qu’aide-soignante ou lectrice bénévole de journal que dans les entretiens que j’ai pu mener avec d’autres personnes, dont certaines étaient cependant tout aussi âgées ou vulnérables qu’en institution. En outre, même si le rapport d’âge place l’enquêtrice dans une position dominante, le « matériau humain [avec lequel nous travaillons] n’est pas inerte » (Goffman, 1968, p. 128), ni sans possibilité de contestation de la domination. Ainsi, « amenant madame S. dans la salle à manger pour le petit déjeuner, je ne vois pas l’agent de service qui s’occupe des résidents. Je demande : "il n’y a personne ?" Instantanément, une réplique fuse du petit groupe de résidents attablés : "Comment ça, il n’y a personne ! Et nous alors ? La salle est pleine de monde et vous dites qu’il n’y a personne !" Je rougis et me confonds en excuse avant de me replier assez précipitamment vers l’infirmerie » (journal de terrain du 10/11/1998).

10Par intermittences, le rapport social d’âge parvient ainsi à la conscience de l’enquêteur, à l’occasion de sa contestation, voire de son renversement, ou tout simplement de son signalement par l’enquêté-e. Ainsi madame Ferrachat (88 ans, veuve d’ingénieur, sans profession) m’expose la raison profonde de son entrée en maison de retraite, « l’antichambre de la mort » : « Qu’est-ce que vous voulez ! On est là pour se préparer tout de même ! ». Et elle rajoute, devant mon air plus interdit que neutre sans doute : « Vous ne pouvez pas comprendre. Moi, à votre âge, je n’aurais pas compris ». Parfois, c’est au fil de l’entretien que le rapport social d’âge se fait sentir de manière pesante, lorsque l’interaction telle qu’elle se noue et se déroule ne parvient pas à lever la réserve de l’enquêté-e. Cette distance liée à l’âge a été plus sensible dans l’enquête avec les enfants. Même si leur accord formel pour l’entretien leur a été demandé, en début d’entretien, l’enquête leur a largement été imposée, dans le cadre scolaire qui plus est, rendant le refus d’y participer délicat. Dans le cadre d’un entretien, aucun des enfants n’a dit à l’enquêteur qui lui faisait face « vous ne pouvez pas comprendre », quelle que soit l’envie qu’ils en aient eue. Certains enfants se sont cependant dérobés durant l’entretien, répondant par monosyllabes, avec des réponses courtes, ou cherchant à couler le récit de leur existence personnelle dans les formes normales au sens d’attendues d’une vie d’enfant. Ainsi, ce n’est qu’à la fin de l’entretien que R. a renoncé à parler de ses parents et à évoquer non seulement sa mère, qui l’élève seule avec son père, mais également son tuteur, dans des termes d’ailleurs assez admiratifs.

  • 12 Et il est certain qu’au fur et à mesure que les rides s’accumulent, il est plus difficile de passer (...)

11Pierre Fournier, dans une réflexion sur « le sexe et l’âge de l’ethnographe » dans l’enquête, définit l’âge comme une donnée « externe » à l’enquêteur, une donnée « qu’il ne peut cacher », une des « rares informations indiscutables » dont l’enquêté peut se saisir pour caractériser l’enquêteur et compléter le « contrat incomplet » de communication que lui propose ce dernier (Fournier, 2006). Cela incite nos interlocuteurs à nous attribuer des places dans la relation que nous tissons avec eux, que nous endossons volontiers lorsqu’elles servent nos intérêts de recherche ou que nous essayons de refuser lorsqu’elles les desservent. Ainsi, je me suis coulée sans effort dans des relations de forme quasi familiale avec les femmes âgées rencontrées pour ma thèse, tandis que j’ai eu plus de difficultés avec les définitions de la situation d’entretien sous le signe d’une séduction courtoise par les résidents de maison de retraite (Mallon, 2014). Ma présentation comme « mère d’enfants de 3, 6 et 10 ans » a eu des effets ambivalents sur les entretiens conduits avec les enfants vivant à Paris ou à San Francisco. Avoir mené des entretiens enceinte a été un bon déclencheur auprès de femmes âgées de récits sur la conciliation de l’activité professionnelle et de la vie de famille. Si apparaître comme manifestement enceinte constitue effectivement un indice « indiscutable » de la position dans le cycle de vie, cette situation de vie, outre qu’elle est sexuellement distribuée, est objectivement peu fréquente dans l’enquête. Le plus souvent, même si l’information concernant l’âge peut paraître indiscutable 12, elle est le plus souvent pour l’enquêté qui l’attribue, floue et approximative. C’est alors le/la chercheur/se qui au fil de l’entretien ou dans le cours des observations peut délivrer un certain nombre d’informations biographiques, dont certaines relatives à l’âge, qui permettent à ses enquêté-e-s de le caractériser plus finement socialement, de conforter ou de réviser ses premières impressions, et de trouver une certaine forme de confort dans l’enquête (Fournier, 2006).

Expliciter et objectiver les rapports sociaux d’âge dans l’enquête

12La faible conscience des rapports sociaux d’âge dans la relation d’enquête en rend les effets d’autant plus difficile à anticiper et à contrôler. Expliciter et objectiver ces rapports sociaux permet d’identifier dans quelle(s) mesure(s) ils ont construit l’enquête, facilité ou contraint la production des matériaux et orienté les analyses. Un tel retour sur les effets de l’âge dans l’enquête permet non seulement d’améliorer les méthodes d’investigation et de préparer des enquêtes futures, mais signale également, dans le cours de l’enquête, des pistes d’analyse.

  • 13 À l’exception notable du quartier populaire à San Francisco où les réserves – et même les réticence (...)
  • 14 Notamment en les réalisant dans des lieux moins marqués scolairement (bibliothèque, petite salle de (...)

13Si les sociologues insistent sur la nécessaire euphémisation des rapports de domination, notamment lorsque c’est le chercheur qui domine socialement ses enquêté-e-s, ils insistent rarement sur les ambivalences de cette domination, et les manières dont la position dominante du chercheur peut parfois servir l’enquête sont en général passées sous silence. Or, l’enquête menée avec les enfants montre bien comment la recherche s’est implicitement appuyée sur ces rapports d’âge, ici plutôt favorables aux chercheurs. En effet, les interlocuteurs dans la négociation du terrain ont d’abord été les adultes responsables des enfants auxquels nous souhaitions accéder, prioritairement les enseignants, et lorsque cela a été nécessaire, les parents. Si nous avons ensuite présenté notre enquête de la manière la plus attrayante possible pour les enfants, en soulignant l’importance de leur parole pour nous, en mettant en valeur le côté ludique de l’atelier quartier et en positionnant les entretiens durant les temps de classe (leur faisant ainsi louper l’école), ils n’étaient guère en position de refuser de participer à l’enquête 13. Et de fait, cette entrée sur le terrain a été extrêmement productive, au sens où elle a permis de rassembler en un temps record de nombreux entretiens : 41 en moins d’un mois. Pour autant, ce rapport de domination qui restreint les possibilités des enfants d’échapper à l’exercice a des effets sur les manières dont ils s’y prêtent : quelques entretiens sont ainsi faiblement informatifs, tant du point de vue des pratiques objectives que des manières dont les enfants se représentent leur vie dans le quartier. Néanmoins, les apports de ce passage par l’école, en usant du rapport de domination qu’instaure l’institution, tout en essayant de le minimiser par la suite dans l’organisation et la conduite des entretiens 14, nous ont paru supérieurs à ses inconvénients.

  • 15 Dans quelques cas, les larmes de l’enquêté-e m’ont dissuadée d’approfondir le questionnement. J’ai (...)

14Inversement, l’euphémisation du rapport de domination peut apparaître dans certains cas d’une faible utilité. Ainsi, le souci de « ne pas fatiguer » les personnes âgées guide de manière générale les relations d’enquête auprès de personnes âgées ou très âgées. Explicitement rappelé par les institutions ou les personnes qui les accompagnent, ce souci conditionne non seulement la possibilité même des entretiens, mais aussi leur organisation pratique. Ainsi, j’ai toujours offert la possibilité à « mes » vieux enquêtés de fractionner l’entretien en plusieurs temps, s’ils se sentaient trop fatigués et de revenir ultérieurement pour compléter leur discours. Une préoccupation similaire a guidé les enquêteurs qui ont participé à la grande enquête collective dirigée par Christian Lalive d’Épinay sur les modes de vie à la retraite. Dans la « Note sur la méthode », celui-ci rappelle que « l’enquêteur avait pour consigne de ne pas poursuivre l’entretien au-delà d’une heure, par respect pour la personne âgée et aussi pour que l’entretien suivant puisse être préparé » (Lalive d’Épinay, 1991, p. 282). Or, dans les enquêtes que j’ai réalisées, les vieilles personnes se sont peu saisies d’une telle possibilité de fractionner l’entretien en plusieurs temps, et dans le cas d’entretiens fleuves, c’est le plus souvent moi qui ai proposé d’interrompre la conversation et de revenir le lendemain. Ainsi, notre prise en compte des différences d’âge se fixe parfois sur des points peu problématiques pour les enquêté-e-s concerné-e-s. Si la minimisation de la domination rate ainsi parfois son but, c’est que nous identifions souvent mal les ressorts subtils par lesquels elle s’exprime. Nous nous centrons sur les asymétries de position les plus apparentes et organisons les conditions matérielles de l’enquête en conséquence. Dans une volonté de rupture avec le sens commun, qui fait de la vieillesse un « naufrage » selon le mot du général de Gaulle, les sociologues du vieillissement s’attachent à explorer non seulement les épreuves biographiques – chômage, décès, maladie, handicap – que les personnes âgées ou très âgées sont plus susceptibles de connaître au fil du temps, mais aussi les transformations plus positives ou plus ambivalentes de l’existence – naissances, reprises d’étude, déménagements – ainsi que les pratiques et les représentations de la vie quotidienne. Mais la mise à distance de la prénotion de la vieillesse comme moment d’un déclin irréversible peut induire une écoute plus attentive aux récits qui se démarquent de cette prénotion qu’aux discours qui la confirment et ce d’autant plus que les événements ou les transformations évoqués sont douloureux pour les enquêté-e-s qui nous les confient. Il n’est pas si simple en effet d’offrir une écoute empathique aux récits de pertes, de restrictions d’activités et de relations, aux expressions de désintérêt pour le monde, de désarroi devant la mort d’un époux ou d’un fils, aux sentiments d’exclusion et d’incompréhension du monde. Parce que l’entretien résonne dans la vie de l’enquêté bien au-delà du moment de sa réalisation, l’écoute neutre de telles difficultés est délicate. Mon attitude a dans ces cas oscillé entre l’embarras et la compassion maladroite, réponses ordinaires à de telles émotions et souvent interdit d’explorer plus loin les événements évoqués 15. Une manière de ne pas reconduire ce rapport de domination ou cet âgisme de second degré, qui sans l’interdire tout à fait, laisse peu de place à l’expression des difficultés de l’avancée en âge, consisterait à anticiper ces difficultés, à ne pas regarder ailleurs lorsqu’elles surgissent, mais à les prendre en considération, c’est-à-dire à essayer d’aider la personne à les surmonter. Une meilleure compréhension des expériences du vieillissement et de l’avancée en âge suppose ainsi une écoute plus symétrique des bonheurs et des difficultés de la vieillesse.

  • 16 Même s’ils n’étaient qu’une partie de notre objet.

15Par ailleurs, les effets de l’âge se composent toujours avec d’autres effets, liés aux appartenances et aux trajectoires sociales des individus. Les distances et les proximités sociales, aux effets de domination contingents, sont liées à la manière dont s’articulent les appartenances d’âge, de classe, de sexe ou de race chez les enquêté-e-s comme chez les enquêteurs ou enquêtrices, et à leurs dissonances ou à leurs consonances. Ainsi, la domination liée à l’âge a paru d’autant plus éclatante auprès des enfants issus de catégorie populaire qu’elle redoublait une domination de classe. En effet, notre guide d’entretien explorait de manière large différentes dimensions de la vie urbaine des enfants. Une rubrique était réservée aux activités et aux loisirs des enfants et cherchait à en identifier les différents lieux. Or, la formulation même du guide détaillait les activités extérieures – le sport, notamment en club, les loisirs cultivés, avec la fréquentation de bibliothèques, de cinéma, les pratiques musicales amateurs – et passait plus rapidement sur les loisirs d’intérieur, sur ce que les enfants faisaient à leur domicile, dans une logique proche de l’organisation des loisirs dans les catégories moyennes et supérieures. Les discours des enfants des classes populaires sont sur ces points bien moins riches que ceux des enfants de catégories bourgeoises. Il y a là non seulement un effet du guide d’entretien, les réponses négatives se succédant lorsque nous cherchions à savoir s’ils allaient à la piscine en dehors de l’école, s’ils faisaient du sport, s’ils allaient à la bibliothèque ou au cinéma, mais un effet des enquêteurs eux-mêmes, les relances ayant été peu nombreuses sur les manières d’occuper le temps dans les squares à proximité des domiciles, sur les différentes émissions regardées ou sur les usages d’Internet 16. Par comparaison, les enfants des catégories supérieures ont des discours d’autant plus riches qu’ils ont plus d’activités, plus variées, exercées dans des lieux multiples. En outre, leur « aisance discursive » (Pinçon & Pinçon-Charlot, 2006, p. 49), sensible par l’usage d’un registre de langue soutenu, par la précision des descriptions, par la mobilisation d’anecdotes bien racontées, et frappante par sa précocité, ainsi que leur maîtrise des relations avec les adultes (Lareau, 2011) a pu, sinon renverser totalement, au moins euphémiser largement la domination liée à l’âge.

16Les multiples dimensions de nos identités sociales peuvent en effet entraîner aussi bien des manifestations soudaines des différences sociales entre enquêté-e-s et enquêteurs qu’offrir des points d’appui (parfois tout aussi inattendus) pour réduire la distance entre eux. Lors d’une enquête sur le vieillissement en milieu rural isolé, l’entretien initial avec madame Duroux a débuté plutôt fraîchement, peut-être en raison de sa jeunesse relative, source d’une forme d’ambivalence vis-à-vis d’une enquête sur le vieillir en milieu rural isolé. Cette ancienne professeure de lettres, alors âgée de 67 ans, ayant longuement vécu à l’étranger (Maroc, Madagascar, Canada) pour suivre son mari, ingénieur géologue, avant de venir s’installer dans le XVIème arrondissement parisien à la fin de sa vie professionnelle, m’a reçue dans un salon meublé de manière moderne – grande bibliothèque blanche, chaise longue Le Corbusier, table Knoll), qui tranchait avec les intérieurs plus modestes ou la maison de retraite où j’avais mené les autres entretiens de la recherche. La première partie de l’entretien, centrée sur le récit de l’enfance, est marquée par une grande réserve, une réticence à donner des détails sur une enfance caractérisée comme « normale », quand les conditions de vie évoquées (maison spacieuse, chauffage central, personnel de maison – jardinier et cuisinière) apparaissent au contraire comme spécifiques d’une catégorie sociale supérieure, le père de madame Duroux étant ingénieur dans des mines. C’est au moment d’évoquer sa maternité et la difficile conciliation de sa vie privée et de sa vie professionnelle qu’une forme de complicité s’établit entre nous, lorsque je m’autorise à évoquer ma propre manière de jongler entre mes impératifs professionnels et maternels. La confiance s’est ici établie sur une connivence plutôt féminine, qui a permis d’euphémiser les autres rapports inégaux de classe et d’âge, qui freinaient le récit. Ces variations de la confiance et de la distance entre enquêté-e-s et enquêteurs durant le travail de terrain invitent alors à multiplier les enquêtes collectives qui font varier les rapports sociaux entre les protagonistes de la relation d’enquête, ainsi qu’a pu le faire Anette Lareau par exemple. Elles invitent également à analyser la perception qu’ont nos enquêtées de nos appartenances et de nos trajectoires sociales, afin d’identifier, dans le cours de l’enquête et en prévision d’enquêtes futures, à quels types sociaux ils nous réfèrent implicitement.

Conclusion

17Opérer un retour réflexif sur les rapports sociaux d’âge permet de les désencastrer des autres rapports sociaux avec lesquels ils sont entremêlés, dans la pratique courante comme dans les comptes-rendus sociologiques. Ainsi s’intéresser aux différences ou aux proximités d’âge permet de mettre en lumière d’autres effets que ceux qui sont liés à des positions sociales qui sont aussi construites sur l’âge, mais dont cette dimension n’est que rarement prise en compte pour elle-même. Dans différentes enquêtes, les chercheurs reviennent sur leur jeunesse ou vieillesse relative par rapport à leurs enquêté-e-s, mais dans des termes qui agrègent au rapport d’âge d’autres rapports d’autorité. La discussion des effets des positions d’enseignant ou plus souvent encore d’étudiants est ainsi une des manières les plus fréquentes de prendre l’âge en considération dans le déroulement de l’enquête, tout en le faisant disparaître derrière le rapport d’autorité pédagogique. Cette inattention des sociologues aux effets d’âge dans l’enquête, à l’exception récente de travaux en sociologie de l’enfance, est liée à la position historiquement seconde de l’âge dans l’analyse des faits sociaux en France. Les manières dont les rapports sociaux d’âge construisent relations d’enquête, matériaux et analyses sont cependant d’autant plus importantes à prendre en compte que les enquêtes portent précisément sur des processus d’avancée en âge, ou sur des groupes d’âge, distincts ou non de celui du chercheur.

18Un tel retour réflexif sur des enquêtes auprès d’enfants comme de vieilles personnes a permis de mettre en évidence les emprises de nos perceptions ordinaires des âges de la vie sur nos manières de présenter et de conduire les enquêtes, d’établir les relations avec les enquêté-e-s, de produire nos données. La présomption d’incompétence des enfants, leur situation évidemment dominée dans les pratiques sociales ordinaires a pour effet une attention accrue aux effets de domination par les chercheurs dans l’enquête, que les sociologues cherchent à neutraliser ou à utiliser ces effets. En revanche, la rupture avec la perception du sens commun qui fait des vieux des individus dominés ou socialement exclus peut induire un âgisme de second degré qui tend à en faire des adultes avant tout, et rendre l’enquêteur moins attentif à des difficultés ou des épreuves plus fréquentes ou spécifiques de la grande vieillesse, dans une logique d’évitement similaire aux refus ou aux incapacités ordinaires de prêter attention à de telles épreuves. Prêter attention aux effets de l’âge dans l’enquête ne signifie pas cependant en faire le ressort unique ou principal de la relation nouée entre enquêteur et enquêté, mais bien en cerner les articulations ou les contradictions avec d’autres rapports sociaux (de classe et de sexe, en particulier). Une telle attention aux différents rapports sociaux noués entre les protagonistes de l’enquête permet, à travers leurs manifestations – discrètes, intermittentes, diffuses, subtiles, ou massives et évidentes – d’objectiver davantage les données produites, de préciser les limites de validité des analyses, mais également de signaler des pistes interprétatives, dans un approfondissement d’une rupture épistémologique toujours à conquérir.

Haut de page

Bibliographie

Bastien C. & O. Rick (2010), « La spatialisation de la violence symbolique en maison de retraite », Transeo, n° 2-3, en ligne : http://www.transeo-review.eu/La-spatialisation-de-la-violence.html (consulté le 30/05/2014).

Beaud S. (1996), « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’entretien "ethnographique" », Politix, vol. 9, n° 35, pp. 226-257.

Beaud S. & F. Weber (2003), Le Guide de l’enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Blanchet A. & A. Gotman (1994), L’Enquête et ses méthodes. L’entretien, Paris, Éditions Nathan.

Bourdelais P. (1993), L’Âge de la vieillesse, Paris, Éditions Odile Jacob.

Bourdieu P. (1984), « La jeunesse n’est qu’un mot », dans Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, pp. 143-154.

Calasanti T. (2008), « A Feminist Confronts Ageism », Journal of Aging Studies, n° 22, pp. 152-157.

Chamboredon H., Pavis F., Surdez M. & L. Willemez (1994), « S’imposer aux imposants. À propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, n° 16, pp. 114-132.

Corsaro W. (2015 [1997]), The Sociology of Childhood, London, Sage Editor.

Danic I., Delalande J. & P. Rayou (2006), Enquêter auprès d’enfants et de jeunes. Objets, méthodes et terrains de recherche en sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Darmon M. (2005), « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d’un refus de terrain », Genèses, n° 58, pp. 98-112.

Fournier P. (2006), « Le sexe et l’âge de l’ethnographe : éclairants pour l’enquêté, contraignants pour l’enquêteur », ethnographiques.org, n° 11, en ligne : http://www.ethnographiques.org/2006/Fournier.htlm (consulté le 30/05/2014).

Galland O. (1991), Sociologie de la jeunesse. L’entrée dans la vie, Paris, Éditions Armand Colin.

Goffman E. (1968 [1961]), Asiles. Essai sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Gucher C., Mallon I. & V. Roussel (2007), Vieillir en milieu rural isolé. Chance ou risque de vulnérabilité accrue ?, Rapport pour le GIS Institut de la longévité, disponible sur hal-shs http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/37/11/94/PDF/vieillir_en_milieu_rural.pdf

Guillemard A.-M. (2010), Les Défis du vieillissement. Âge, emploi, retraite : perspectives internationales, Paris, Éditions Armand Colin.

Hughes E. C. (1996), Le Regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Textes rassemblés et présentés par Jean-Michel Chapoulie.

Hummel C., Mallon I. & V. Caradec (2014), Vieillesses et vieillissements. Regards sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Jaujou N., Minnaërt E. & L. Riot (2006), L’EHPAD pour finir de vieillir. Ethnologie comparée de la vie quotidienne en institution gériatrique, Paris, Rapport de la Fondation Maison des sciences de l’Homme pour le Centre d’analyse stratégique.

Kaufmann J.-C. (1996), L’Entretien compréhensif, Paris, Éditions Nathan.

Lalive d’Épinay C. (1991), Vieillir ou la vie à inventer, Paris, Éditions L’Harmattan.

Lareau A. (2011), Unequal Childhoods. Class, Race and Family Life, Berkeley Los Angeles, University of California Press.

Lignier W. (2008), « La barrière de l’âge. Conditions de l’observation participante avec des enfants », Genèses, n° 73, pp. 20-36.

Mallon I. (2004), Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Mallon I. (2014), « Une sociologue et des résident(e)s en maison de retraite. Des relations d’intimité familiale et de séduction courtoise », dans Pugeault C. & A. Montjaret, Le Sexe de l’enquête, ENS Éditions, pp. 85-97.

Mauger G. (1991), « Enquêter en milieu populaire », Genèses, n° 6, pp. 125-143.

Naudier D. & M. Simonet (2011), Des Sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, Éditions La Découverte.

Peatrik A.-M. (1999), La Vie à pas contés. Génération, âge et société dans les hautes terres du Kenya (Meru Tigania-Igembe), Nanterre, Société d’ethnologie.

Péneff J. (1994), « Les grandes tendances de l’usage des biographies dans la sociologie française », Politix, vol. 7, n° 27, pp. 25-31.

Péneff J. (1995), « Mesure et contrôle des observations dans le travail de terrain. L’exemple des professions de service », Sociétés contemporaines, n° 21, pp. 119-138.

Pinçon M. & M. Pinçon-Charlot (2006 [1997]), Voyage en grande bourgeoisie, Paris, Presses universitaires de France.

Pruvost G. (2007), « Enquêter sur les policiers. Entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde privé », Terrain, n° 48, pp. 131-148.

Riley M. W. (1987), « On the Significance of Age in Sociology », American Sociological Review, vol. 51, pp. 1-14.

Rimbert G. (2011), Vieillards sous bonne garde. Réparer l’irréparable en maison de retraite, Paris, Éditions du Croquant.

Schwartz O. (1990), Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Presses universitaires de France.

Trépied V. (2014), « La médicalisation pour souffrance psychique des comportements déviants : étude de cas entre deux Ehpad, public et privé », Retraite et société, n° 67, pp. 93-110.

Haut de page

Notes

1 Cf . par exemple, Darmon, 2005.

2 Stéphane Beaud et Florence Weber, par exemple, recommandent aux étudiants de demander s’il est possible de discuter un peu longuement de telle ou telle question (Beaud & Weber, 2003, p. 190).

3 En tout cas en France. C’est moins le cas dans la sociologie anglo-saxonne où les questions d’âge sont depuis plus longtemps prises au sérieux (cf. par exemple, Riley, 1986 ; Galland, 1991).

4 Everett Hughes définit ainsi le travail de terrain comme « l’observation des gens in situ » (Hughes, 1996, p. 267).

5 De moins en moins nombreux, certes, tant différents auteurs ont insisté sur la difficulté à maintenir une « neutralité » d’un bout à l’autre des entretiens, ou discuté des formes, des intérêts et des limites de l’engagement du sociologue sur son terrain, dans les entretiens comme dans les observations (Kaufmann, 1996 ; Beaud, 1996 ; Beaud & Weber, 2003 ; Naudier & Simonet, 2011).

6 Gardiens ou gardiennes.

7 Les manuels de sociologie du vieillissement ne dédient pas de chapitre spécifique aux méthodes d’enquête auprès des personnes âgées.

8 Sonia Frisch (dir.), Jean-Yves Authier, Anaïs Collet, Isabelle Mallon, financée par la Mairie de Paris, en cours.

9 Cet atelier a consisté en la production d’un dessin de son quartier par chaque enfant.

10 Seuls les enfants habitant dans le quartier de l’école étaient concernés par cette phase de l’enquête.

11 Ma ligne de conduite était jusqu’alors plutôt conforme à ce qui s’enseigne : en dire suffisamment pour que les personnes acceptent le principe de l’entretien, mais ne pas en dire trop pour éviter les discours trop rôdés, les projections et les anticipations erronées sur ce qui pouvait m’intéresser dans leur expérience. Cette ligne avait d’ailleurs été source de malentendus à diverses reprises.

12 Et il est certain qu’au fur et à mesure que les rides s’accumulent, il est plus difficile de passer pour un perdreau de l’année. Ceci dit, on peut toujours être un étudiant débutant, même âgé, dans le cas d’une reprise d’études par exemple.

13 À l’exception notable du quartier populaire à San Francisco où les réserves – et même les réticences – de l’enseignante, et les conditions posées à l’enquête auprès des enfants (notamment l’exigence d’une autorisation parentale, jamais demandée dans les autres quartiers) ont entraîné de nombreux refus d’entretiens chez les enfants pressentis.

14 Notamment en les réalisant dans des lieux moins marqués scolairement (bibliothèque, petite salle de réunion, salle informatique).

15 Dans quelques cas, les larmes de l’enquêté-e m’ont dissuadée d’approfondir le questionnement. J’ai cherché une fois à continuer et c’est la personne âgée qui a arrêté l’entretien, refusant de me revoir par la suite.

16 Même s’ils n’étaient qu’une partie de notre objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Mallon, « Les rapports sociaux d’âge : une dimension (im)pertinente de la relation d’enquête ? », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6019

Haut de page

Auteur

Isabelle Mallon

MCF en sociologie à l’université Lumière Lyon 2, Équipe MEPS du Centre Max Weber, UMR 5283 (France) - isabelle.mallon@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page