Skip to navigation – Site map
Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs

Penser l’âge dans l’enquête et ses enjeux

Introduction au Dossier
Thinking about age in survey situation and its stakes. Introduction to the file
Fanny Auger, Claire Lefrançois and Valentine Trépied

Full text

  • 1 La manière de nommer les enquêtés est une question épineuse en sciences sociales. En même temps qu’ (...)

1Ce Dossier de SociologieS s’inscrit dans le prolongement d’une journée d’étude intitulée « L’âge dans la relation d’enquête : “jeunes chercheurs” face à leurs “vieux  enquêtés” » 1, qui s’est déroulée en janvier 2013 à l’EHESS, dans le cadre des activités du Groupe Vieillissements du réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société. Cette journée visait à réfléchir aux relations d’enquête qui se nouent autour de l’âge entre enquêteurs et enquêtés et comment celles-ci s’inscrivent dans des rapports sociaux d’âge. Ce dossier réunit quelques-unes des contributions à cette journée et constitue la poursuite des réflexions qui y ont été menées. Les articles se fondent sur des objets de recherches variés et sur des terrains mêlant le plus souvent entretiens et observations.

2L’introduction de ce dossier, qui vise à souligner les enjeux théoriques et méthodologiques à tenir compte de l’âge dans les enquêtes de terrain, se compose de quatre temps. Tout d’abord, pour comprendre la place que l’âge a occupée dans les récits d’enquête, nous revenons sur l’intérêt récent de la sociologie pour l’âge. Dans la partie suivante, nous mettons en exergue les circonstances dans lesquelles les chercheurs sont amenés à identifier le rôle de l’âge sur le terrain. La troisième porte sur les astuces méthodologiques pour saisir ses effets et les résolutions pratiques mises en œuvre pour répondre aux difficultés occasionnées par cette variable. Enfin, la dernière partie de cette introduction a trait à l’objectivation des rapports sociaux d’âge qui se jouent dans l’enquête et la manière dont ils s’articulent à d’autres rapports de domination.

La prise en compte récente de l’âge

3Pour comprendre comment l’âge a été pris en compte dans les enquêtes de terrain, nous retraçons dans un premier temps la façon dont, plus généralement, ce critère est peu à peu devenu une variable légitime en sociologie. Avant de pouvoir considérer que l’âge ait un rôle dans l’enquête de terrain, encore fallait-il en effet que la sociologie le reconnaisse comme un objet légitime. Dans un second temps, nous évoquons la place de l’âge dans l’enquête et les enjeux à le considérer au même titre que d’autres critères.

Un intérêt croissant de la sociologie pour une variable originellement secondaire

4Longtemps, l’âge a constitué un objet périphérique des préoccupations de la sociologie francophone, qui s’est davantage penchée sur les classes sociales (Caradec, 2012a ; Hummel et al., 2014 ; Van de Velde, 2015). L’âge a en effet souffert d’une définition « hyper-sociale » de l’homo sociologicus caractérisé avant tout par son appartenance sociale et, de façon secondaire, par son âge. « La jeunesse n’est qu’un mot » disait ainsi Pierre Bourdieu en 1984, dont la formule peut être appliquée de manière plus générale à l’âge. Celui-ci est marqué par son empreinte biologique et il apparaît trop peu social pour une discipline qui cherche à délimiter son territoire dans un mouvement de mise à distance de toute caractéristique considérée comme trop individuelle.

5Au cours des cinquante dernières années, deux principaux éléments ont contribué à ce que l’âge obtienne une place grandissante en sociologie. L’intérêt de la discipline se développe, d’une part, avec la mise à l’agenda politique de groupes d’âges qui questionnent les pouvoirs publics : les jeunes et leur insertion, le nombre croissant de personnes âgées et la question de leur participation sociale ou de leur éventuelle perte d’autonomie (Caradec, 2012a). Peu à peu, ces groupes d’âge s’établissent en catégories politiques et, soucieux de mieux les connaître, les pouvoirs publics ont favorisé le développement de recherches à leur sujet. D’autre part, les classes sociales deviennent au fil du temps des structures moins solides pour penser le rapport individu-société (Pfefferkorn, 2007), ce qui laisse davantage de place à une appréhension de ce rapport sous le prisme d’une « structuration par l’âge » (Kohli, 1986). L’âge devient une variable sociale, permettant de rendre compte de conduites et de situations (Hummel et al., 2014). Naissent alors des sociologies spécialisées des âges qui placent l’âge au cœur de leurs travaux : la sociologie de la jeunesse, la sociologie de la vieillesse et du vieillissement, la sociologie de l’enfance plus tard (l’âge adulte ayant été peu étudié par la sociologie, laissé à la sociologie du travail et de la famille). Plus récemment, les sociologues travaillant sur ces questions ont cherché à entamer un mouvement de décloisonnement de ces sociologies spécialisées des âges (Caradec, 2012b). En témoigne notamment la parution récente de deux manuels sur la sociologie des âges (Mauger, 2015 ; Van de Velde, 2015). Par ailleurs, de nombreux auteurs s’attachent à étudier plus largement la construction des parcours de vie en montrant comment ils sont travaillés par les cadres collectifs et les normes sociales (Kohli, 1986 ; Bessin, 2009 ; Bessin et al., 2010 ; Alwin, 2012 ; Becquet & Bidart, 2013 ; Gaudet, 2013 ; Bidart & Dupray, 2014). L’âge se trouve aussi, au même titre que le sexe, plus souvent mobilisé dans les autres champs de la discipline : la sociologie de la santé (Henchoz et al., 2008 ; Higgs, 2013), la sociologie du travail (Burnay, 2008 ; Guillemard, 2010 ; Sanderson, 2015), la sociologie politique (Muxel, 2011 ; Pagis, 2014), la sociologie de la famille (Bessin & Levilain, 2012 ; Gaudet et al., 2013), etc.

6Ces recherches donnent à voir la construction sociale des âges, la manière dont les parcours de vie se sont institutionnalisés et comment l’âge est devenu un instrument des pouvoirs politiques (Percheron, 1991). Si les débats s’orientent aujourd’hui sur la mise en cause de cette institutionnalisation et l’affaiblissement du poids normatif de l’âge (Bessin, 2009 ; Guillemard, 2010), d’autres travaux montrent que l’âge reste un critère de régulation des existences, aussi bien au niveau collectif qu’individuel (Chamahian & Lefrançois, 2012 ; Legrand & Volery, 2012b ; Hummel et al., 2014 ; Van de Velde, 2015). L’âge demeure un référentiel normatif et politique. Il contribue à la construction d’une carrière, au sens d’Everett C. Hughes (1996) : il est un point de repère symbolique qui oriente les pratiques des individus, qui leur permet de planifier leur existence en confrontant le temps passé et leurs aspirations au temps probable qu’il leur reste. Ces travaux montrent ainsi que l’âge revêt de multiples facettes (repère individuel, repère dans les interactions, instrument politique) qui sont intimement liées les unes aux autres.

  • 2 Ainsi, dans ce Dossier, effet d’âge (ce qui s’explique par l’avancée en âge de l’enquêteur ou de l’ (...)

7Malgré tout, l’âge reste un objet complexe à appréhender et les difficultés de l’analyse en termes d’âge, bien connues des démographes, se retrouvent également dans l’analyse des interactions d’enquête. Le terme « âge » renvoie en effet à « une double réalité » : d’une part, occuper une position particulière dans le parcours de vie (sachant que les rapports entre les âges sont structurés socialement) et, d’autre part, appartenir à une génération donnée (appartenance qui correspond à une socialisation et à une destinée sociale liées à un contexte socio-historique particulier) (Caradec, 2008, p. 24 ; Olazabal, 2009). Plus précisément, il n’est jamais aisé de démêler effets d’âge, de génération et de contexte dans la mesure où il n’est pas possible d’isoler complètement l’un des trois effets par rapport aux autres pour dégager des « effets purs » (Caradec, 2012a ; Bell & Kelvin, 2013) 2.

L’âge dans l’enquête : une prise en compte naissante et circonscrite

  • 3 L’emploi du terme race ne fait aucunement référence à l’idée qu’il existerait plusieurs races humai (...)

8De la même manière que l’âge n’a été que récemment considéré comme un critère pertinent en sociologie francophone, il a jusqu’à présent tenu une place périphérique et négligeable dans les démarches réflexives opérées par les chercheurs sur les conditions de recueil de leurs matériaux. La relation d’enquête a en effet été principalement perçue sous l’angle de l’origine sociale et du genre (Demazière, 2008). S’ils sont évoqués (Beaud & Weber, 2003 ; Bizeul, 1998), les enjeux liés à l’âge ont été relativement peu approfondis jusqu’à une période récente (Fournier, 2006 ; Ortbals & Rincker, 2009 ; Peatrik, 2009). Lorsque les chercheurs se sont penchés sur cette question, ils se sont intéressés aux conditions d’enquête auprès de groupes d’âges particuliers, autour de l’enfance (Danic et al., 2006 ; Lignier, 2008) ou de la vieillesse (Grenier, 2007 ; Mallon, 2012). Par ailleurs, la littérature méthodologique a montré comment les relations d’enquête se trouvent prises dans des rapports sociaux dont elles peuvent difficilement s’extraire (Beaud, 1996). De nombreux travaux existent sur la manière dont elles peuvent être insérées dans des rapports de classe (Mauger, 1991 ; Pinçon & Pinçon-Charlot, 1991 ; Chamboredon et al., 1994 ; Bessière & Houseaux, 1997), de sexe (Le Renard, 2010 ; Buscatto, 2005 ; Monjaret & Pugeault, 2014 ; Avanza et al., 2015) ou de race 3 (Mazouz, 2008) mais, ici aussi, les enjeux liés aux rapports sociaux d’âge ont été moins abordés.

9Or, on sait que les données de terrain sont recueillies et coproduites au cours d’interactions et, en ce sens, la neutralisation de la situation d’enquête est illusoire (Mauger, 1991 ; Beaud, 1996). Les discours dépendent en partie de la manière dont est définie la situation et celle-ci n’est pas toujours exempte d’ambiguïtés, en dépit des efforts des enquêteurs. Les entretiens, notamment, conservent souvent une part d’indétermination pour les enquêtés. Ceux-ci s’appuient alors sur différents repères pour préciser la définition de la situation et – au même titre que le sexe, la couleur la peau, l’habillement, le langage – l’âge est un marqueur social puissant (Goffman, 1974 ; Strauss, 1992 ; Hughes, 1996). Associé à des rôles et à des attentes, il constitue un indice qui permet de caractériser l’interlocuteur et de préciser le cadre de l’interaction. Il permet d’interpréter les actions d’autrui et de les évaluer à l’aune de normes d’âge. On sait, par exemple, qu’être étudiant est considéré de manière générale comme un statut qui facilite l’accès au terrain (Beaud & Weber, 2003 ; Chamboredon et al., 1994). Ce statut, fortement lié à l’âge, revêt souvent un caractère rassurant pour l’enquêté : l’enquêteur est encore en apprentissage. L’interaction peut alors s’inscrire dans le cadre d’un service rendu pour un travail universitaire à un jeune dont la proximité d’âge et la situation font éventuellement écho à celle des enfants des personnes enquêtées. Pour autant, dans d’autres circonstances, l’âge joue contre l’enquêteur, entrave l’interaction et peut rendre la collecte de données plus ardue.

10C’est cette question qui est au cœur de ce Dossier de SociologieS qui se propose de revenir sur les enjeux théoriques et méthodologiques liés à la prise en compte de l’âge dans l’enquête de terrain. Il s’agit plus particulièrement d’interroger la manière dont l’âge se manifeste au cours d’une enquête : quels sont ses effets sur le terrain et comment il est possible de les objectiver. Ce dossier vise ainsi à montrer l’utilité de reconnaître l’âge comme un « paramètre de la situation d’enquête » (Bizeul, 1998) et à montrer la portée heuristique de saisir la manière dont il organise les relations d’enquête, au même titre que la classe, la race, le sexe et la sexualité (Clair, 2016). Le but étant de souligner les enjeux relatifs à sa prise en compte et, par-là, de nourrir les réflexions existantes sur la production et l’interprétation des données d’enquête (Paugam, 2010).

Circonstances d’émergence de l’âge dans l’enquête

11Si l’âge influence la manière dont on se présente et dont on se met en scène, penser à ce que cette variable fait à l’enquête intervient dans des situations particulières, que nous évoquerons dans un premier temps. Nous reviendrons ensuite sur les indices à partir desquels il est possible de rendre visibles ses effets sur le terrain.

Des recherches sur l’âge couplées à un écart d’âge entre enquêtés et enquêteur

12De la même manière que ce sont des sociologues travaillant sur la sexualité qui, les premiers, ont objectivé comment la sexualité peut se manifester sur le terrain (Clair, 2016), il semble que ce sont des sociologues travaillant sur les âges de la vie qui, plus sensibles aux rapports d’âge, réfléchissent à ce que fait l’âge à l’enquête. Comme le souligne Isabelle Clair, « malgré son ambition transversale, le propos méthodologique reflète les objets de ses auteur.e.s, leur connaissance de tel ou tel sous-domaine qui oriente leur intérêt, nourrit leur imagination, soutient leurs interprétations » (Clair, 2016, p. 51).

  • 4 Le choix de ce terme n’est pas anodin : l’idée étant ici que l’objet de recherche active cette vari (...)

13Ce Dossier réunit ainsi des contributions de chercheurs qui travaillent sur l’âge. Les effets de l’âge sur le recueil de leurs données se sont plus précisément manifestés dans deux circonstances, étroitement liées. Il s’agit, d’une part, de terrains réalisés auprès de groupes d’âge spécifiques, dans le cadre de recherches portant sur des expériences socialement liées à l’âge. Il s’agit, d’autre part, de terrains marqués par un écart d’âge entre enquêtés et enquêteur. Ainsi, les articles se déploient autour de groupes d’âge, socialement constitués et/ou ayant une « préexistence institutionnelle » à la recherche (selon les termes de Baptiste Brossard dans ce dossier). Ces groupes d’âge sont, le plus souvent, visés par des politiques publiques qui délimitent leurs contours au moyen de tranches d’âges plus ou moins précises : des écoliers, les chômeurs âgés visés par les politiques de l’emploi, les femmes ménopausées en tant que catégorie de santé publique, le public des personnes âgées. Ces objets de recherche, parce qu’ils insèrent la relation d’enquête dans des rapports sociaux d’âge (cf. infra), sont propices à faire de l’âge une variable active 4 sur le terrain et à susciter chez les chercheurs une démarche réflexive sur ses effets dans l’enquête. Un écart d’âge entre enquêtés et enquêteur constitue une deuxième circonstance favorable. Dans les articles du Dossier, les terrains ont en effet été menés par des enquêteurs ayant une différence d’âge plus ou moins prononcée avec les enquêtés : de jeunes chercheurs auprès de quinquagénaires ou auprès de vieilles personnes ; des chercheurs face à des écoliers. Les terrains sont alors souvent pensés dans un premier temps en termes de distance sociale et la relation d’enquête est appréhendée dans le cadre d’une relation asymétrique, perçue comme un frein éventuel au déroulement de la recherche (Vähäsantanen & Saarinen, 2013).

14Ces réflexions sur la distance liée aux écarts d’âge dans l’enquête et les objets de recherche sont intimement liées. En effet, cette distance est d’autant plus appréhendée par les chercheurs quand les expériences sur lesquelles ils enquêtent sont, tout en étant liées à l’âge, minorées socialement (comme la ménopause, le chômage en fin de carrière, le grand âge). L’écart d’âge au cœur de la relation d’enquête apparaît alors problématique, il semble réactualiser le discrédit que les enquêtés peuvent éprouver en raison de leur âge. Cela a par exemple été le cas de Cécile Charlap qui, enceinte à un moment de ses entretiens auprès de femmes ménopausées, redoutait que sa situation ravive le sentiment pour ces femmes de vivre une expérience socialement dépréciée. La situation est également observable dans le cas d’un écart d’âge inverse : Bérénice Waty y a été confrontée lors de sa recherche auprès d’enfants dont la parole est habituellement discréditée, du fait de leur âge, par les adultes. Dans un cas comme dans l’autre, l’âge de l’enquêteur fonctionne potentiellement comme un rappel du discrédit et inscrit la relation d’enquête dans une relation asymétrique, source de malaises pour l’enquêteur.

  • 5 C’est aussi l’une des raisons qui explique sans doute que l’âge adulte, norme à partir de laquelle (...)

15L’intérêt pour ce que l’âge fait à l’enquête semble ainsi peu se poser dans le cas d’une moindre différence d’âge 5. De la même manière que la distance sociale a été à l’origine des réflexions menées sur les effets des rapports de classe dans l’enquête (Mauger, 1991 ; Pinçon & Pinçon-Charlot, 1991 ; Chamboredon et al., 1994), ce sont les écarts d’âge qui questionnent les chercheurs et qui occasionnent des retours réflexifs sur les terrains de recherche. Dans le cas d’une proximité d’âge entre enquêtés et enquêteur, ce n’est pas tant l’âge lui-même qui semble problématique que d’autres dimensions au fondement d’autres rapports de domination (sociale, sexuelle, etc.) et qui sont, dès lors, davantage prises en considération.

Le corps et les mots : deux manières d’identifier le rôle de l’âge

16Le corps constitue une dimension inévitable de la relation d’enquête en ce qu’il informe sur l’âge, le sexe, la couleur de la peau et le milieu social à travers, notamment, l’hexis corporelle et les traitements corporels (Bourdieu, 1977). En ce sens, il est un premier révélateur des différences (ou proximités) d’âge sur le terrain. Dans les recherches menées auprès d’enfants par exemple, la différence d’âge se traduit d’autant plus fortement physiquement qu’elle est grande. Taille, poids, apparence, façons de se vêtir tranchent avec le corps et les vêtements des enfants (Lignier, 2008). Cette différence peut également se traduire dans l’espace et les lieux de l’enquête. Dans une salle de classe notamment, le corps du chercheur apparaît dans toute sa différence quand il veut s’asseoir aux places ordinairement réservées aux enfants, comme le mentionne Bérénice Waty.

17Face aux appréhensions des enquêteurs par rapport à la différence d’âge et ce à quoi elle renvoie, ceux-ci entament souvent un travail sur le corps et leur apparence, en particulier au moment des réflexions menées quant à l’entrée sur le terrain – dont on sait qu’elle constitue un moment crucial, déterminant en partie la manière dont se déroulera l’enquête. Le corps fait alors l’objet de manipulations symboliques et de traitements dans des tentatives de neutralisation – la plupart du temps illusoires – des différences d’âge et de ce qu’elles pourraient signifier pour les enquêtés. Dans les articles qui composent ce dossier, nombreux sont les exemples de travestissement des chercheurs : Cécile Charlap tente de cacher son ventre de femme enceinte en mettant des vêtements amples ; Bérénice Waty assortit sa tenue de couleurs vives et d’accessoires enfantins pour se vieillir le moins possible ; Claire Lefrançois, quant à elle, cherche à accentuer son apparence d’étudiante dans le but de se démarquer de l’image du jeune cadre dynamique. Ce traitement du corps et ces tentatives d’euphémisation des différences d’âge dupent rarement les enquêtés mais les « ratés » qui en découlent s’avèrent particulièrement intéressants à prendre en compte.

18Si le corps est souvent le premier signe qui donne à voir la manière dont l’âge intervient sur le terrain, d’autres éléments peuvent être pris en considération, comme les mots des enquêtés et le ton sur lequel ils sont prononcés. Afin de les identifier, une première astuce est de relever les interpellations directes de l’enquêteur sur son âge par les personnes qu’il rencontre. Même si ces allusions sont souvent ponctuelles et/ou énoncées de manière fugace, leur récurrence témoigne de l’importance que revêt l’âge de l’enquêteur pour les enquêtés. Elles peuvent souligner une différence d’âge et témoigner ainsi d’un rapport social ou, au contraire, indiquer le sentiment d’une proximité d’âge et mettre au jour d’autres tensions. En parallèle, comme le précise Baptiste Brossard, il paraît intéressant d’analyser la façon dont ces interpellations sont énoncées (ton de la voix, gestuelle) et le contexte dans lequel elles sont prononcées. L’examen minutieux du métalangage et du contexte qui accompagne ces interpellations peut aider l’enquêteur à saisir le rôle et le statut qui lui sont attribués (stagiaire, travailleur social), cerner les comparaisons établies (avoir le même âge que les enfants des personnes rencontrées), etc. Enfin et de manière complémentaire aux éléments précédents, une autre façon d’identifier le rôle de l’âge consiste à analyser la façon dont les enquêtés en parlent : plus particulièrement, s’ils se saisissent ou non de l’âge pour se définir (se dire vieux, se défendre d’être vieux, refuser de considérer que l’âge est pertinent pour se définir, etc.).

19Ces ficelles, mises en œuvre par les auteurs dans ce Dossier et qui permettent d’appréhender les façons dont l’âge se manifeste sur le terrain, recouvrent une importance d’autant plus grande qu’il n’est pas toujours aisé de les percevoir in situ. Penser les effets de l’âge dans la relation d’enquête suppose une prise de distance par rapport au rôle de l’âge. Or, la conscience de l’âge survient de manière diffuse et intermittente lors du recueil du matériau, selon les termes d’Isabelle Mallon dans ce Dossier. Cette « conscience intermittente de l’âge » est d’abord à relier au caractère flou de cette variable, mais aussi parce que la relation d’enquête varie au cours du terrain. Un entretien, par exemple, peut être ponctué par différents moments, de complicité ou de distance plus grande et au cours desquels, selon la dynamique de l’entretien, l’âge peut être neutralisé par d’autres variables ou d’autres rapports sociaux. L’explicitation approfondie du rôle de l’âge intervient d’ailleurs parfois plus tardivement, longtemps après la conduite de l’enquête (Peatrik, 2009). L’article d’Isabelle Mallon se situe en partie dans cette perspective : à la lumière d’une enquête qu’elle mène actuellement avec des enfants, elle porte un nouveau regard sur les recherches qu’elle a conduites auprès de vieilles personnes. La confrontation de terrains auprès de groupes d’âge différents lui permet de rendre le rôle de l’âge plus saillant, notamment dans la manière dont elle s’est présentée aux enquêtés et dans ses représentations des âges de la vie.

Faire avec l’âge : bricolages méthodologiques

20Par ailleurs, les articles du Dossier mettent en évidence les bricolages des chercheurs pour faire avec l’âge sur le terrain dès lors que les effets de cette variable se font sentir. Ils montrent, en particulier, que si la différence d’âge est d’abord pensée comme un frein, celui-ci est souvent surmonté.

L’âge, tantôt frein, tantôt levier dans la relation d’enquête

21Les contributeurs du Dossier ont tous été animés du souci d’instaurer avec les enquêtés une relation de confiance, voire de proximité – toujours pensée favorable à la production de discours et de matériaux riches. Mais le sentiment de se trouver dans une relation d’enquête asymétrique, en raison d’une différence d’âge, peut produire nous l’avons vu des malaises. Ceux-ci conduisent souvent les enquêteurs à tenter de redéfinir les places que les enquêtés leur ont attribuées en fonction d’un ensemble de critères. De ce point de vue, l’âge apparaît comme une « donnée biologique socialement manipulée et manipulable » (Bourdieu, 1984, p. 145) et ses effets peuvent être « travaillés » par l’enquêteur. C’est notamment ce que tente Bérénice Waty en essayant de rajeunir son apparence, mais aussi en choisissant de s’asseoir au plus près des enfants, dans l’espace qui leur est réservé dans la classe, sur des petites chaises d’abord puis à même le sol. Avec ces bricolages, qui s’ajustent au fur et à mesure du terrain, l’objectif était pour l’auteure de se détacher de la figure de l’adulte qui sait et/ou qui transmet le savoir. De son côté, Claire Lefrançois cherche, par les mots et par son apparence, à se démarquer des « jeunes loups » évoqués par les chômeurs en fin de carrière qui se sentent en concurrence avec les jeunes, donnant ainsi à voir à ses enquêtés une autre représentation de la jeunesse, susceptible à cet instant, d’apaiser le malaise.

  • 6 À l’inverse, on pourrait penser que la proximité d’âge est propice au déroulement du terrain, perme (...)

22Ces différences d’âge, perçues comme génératrices de difficultés, sont des indices des tensions et des enjeux vécus par les enquêtés par rapport à l’objet de recherche. En ce sens, ces difficultés sont, ne serait-ce que du point de vue de l’analyse, intéressantes à décortiquer 6. De plus, une différence d’âge constitue en fait rarement un frein indépassable. Dans plusieurs cas, elle peut, au contraire, favoriser le récit des enquêtés, notamment quand le terrain s’inscrit dans une logique de transmission intergénérationnelle (Ikonen & Ojala, 2007). Cécile Charlap relate par exemple comment le fait d’être perçue non pas tant comme une doctorante mais comme une jeune femme a facilité le déroulement de son terrain auprès de femmes ménopausées. Celles-ci se sont en effet positionnées par rapport à l’enquêtrice en tant que détentrices d’un savoir – féminin – qu’elles pouvaient transmettre à une jeune femme qui, du fait de son âge, n’avait pas fait l’expérience de la ménopause mais qui serait amenée à l’éprouver plus tard. Leur récit s’inscrit de ce point de vue dans une logique générationnelle de transmission d’un vécu et d’un savoir. Dans ce cas, la différence d’âge associée à une connivence de genre (Le Renard, 2010) a favorisé la relation d’enquête et le recueil d’entretiens. Avoir l’âge des petits-enfants des enquêtés peut également favoriser la parole (Campéon, 2010). Dans ces cas, l’écart d’âge favorise le récit des enquêtés et peut être appuyé par un travail sur le corps du chercheur et/ou sur les mots (en insistant par exemple sur le fait de ne pas savoir du fait de sa jeunesse).

23Il paraît donc difficile de trancher sur le rôle de l’âge en tant que frein ou levier dans la relation d’enquête et, au fond, la question n’est sans doute pas là. Néanmoins, de façon générale, l’âge sur le terrain (et plus spécifiquement l’écart d’âge entre enquêtés et enquêteur) semble agir tantôt comme un levier, tantôt comme un frein, le plus souvent dépassé par ailleurs.

Difficultés et particularités des enquêtes auprès d’âges de la vie spécifiques

24Une autre dimension que ce Dossier permet de mettre en exergue concerne les difficultés qu’il peut y avoir à travailler sur certains âges de la vie. Interroger des groupes d’âges particuliers peut en effet poser des problèmes méthodologiques spécifiques tout en soulevant des questions épistémologiques d’ordre général (Mallon, 2012). Certains âges paraissent ainsi plus problématiques que d’autres à interroger.

25Par exemple, mener un terrain auprès d’enfants soulève de nombreuses questions (Danic et al., 2006 ; Lignier, 2008 ; Fox, 2013 ; Urry et al., 2015) et confronte les enquêteurs à plusieurs obstacles. Dans ce Dossier, les articles de Bérénice Waty et d’Isabelle Mallon renouvellent le constat qu’interroger des enfants ne va pas de soi. La négociation du terrain revêt, en l’occurrence, un caractère épineux. Il faut, en premier lieu, passer par les gatekeepers selon les termes d’Isabelle Mallon, c’est-à-dire les adultes et les institutions en charge de protéger cet âge de la vie (parents et Éducation nationale). Une fois cet obstacle franchi, le terrain se négocie aussi avec les enfants. Bérénice Waty relate les difficultés qu’elle a rencontrées à susciter leur discours dans la mesure où ils ont intériorisé le fait que ce sont les adultes qui « savent » tandis qu’ils sont, eux, placés dans une situation d’incompétence. Pour favoriser le recueil des discours enfantins, elle explique les astuces qu’elle a mises en place pour encourager leur parole, moins légitime et effectuer ses observations (prise de notes, recours aux images, etc.).

26À l’autre extrémité de l’échelle des âges, il a été établi que la mise en mots par les personnes âgées de certains aspects liés à l’expérience du vieillissement peut être difficile et, de ce fait, plus délicate à observer pour le chercheur (Mallon, 2012). Différentes étapes de l’avancée en âge, comme le veuvage (Caradec, 2007) ou l’entrée en institution médicalisée ou non (Mallon, 2004 ; Trépied, 2015), font figure de moments catalyseurs pour étudier l’expérience du vieillissement. Ces étapes, souvent étudiées pour elles-mêmes, sont d’autant plus appréhendables par le chercheur qu’elles sont institutionnalisées. Cependant, le processus de vieillissement et la prise de conscience de l’avancée en âge se jouent aussi à d’autres moments, plus fugaces et éphémères (tels qu’un reflet dans un miroir, le rappel de son âge dans les relations à autrui, etc.). Ces aspects de l’expérience du vieillissement, par leur forme même, sont plus difficilement saisissables que les précédents par le chercheur.

  • 7 De la même manière qu’il est difficile et désagréable de réaliser des entretiens sur d’autres sujet (...)

27La difficulté à réaliser des entretiens auprès de personnes âgées peut se poser avec encore plus d’acuité sur des sujets délicats et/ou tabous socialement. Cette difficulté peut être redoublée lorsqu’il existe une grande différence d’âge entre enquêteur et enquêtés. Dans son travail de thèse, Arnaud Campéon recense ainsi les situations où les personnes qu’il a rencontrées ont eu du mal à se confier, à exprimer leurs émotions devant un chercheur dont elles pensaient qu’il n’était pas en âge de comprendre ou de vouloir entendre des choses pénibles, intimes et existentielles liées à l’avancée en âge (avoir conscience de sa finitude, penser à l’approche de la mort, envisager de se suicider après la perte d’un proche, etc.) (Campéon, 2010). Du point de vue de ces personnes, ces sujets sont difficilement saisissables pour quelqu’un de plus jeune, ce qui les rend difficilement communicables. En ce sens, s’exprimer sur le vécu du vieillissement paraît d’autant plus difficile que les chercheurs sont loin de cette épreuve. Du côté des enquêteurs, la gêne est également présente, amenant parfois à des formes d’autocensure 7. Pour Isabelle Mallon, cela s’est traduit par une posture oscillant « entre l’embarras et la compassion maladroite », qui l’a empêchée plusieurs fois de poursuivre les entretiens sur ces sujets. La gêne et le malaise se retrouvent donc, souvent, aussi bien chez les personnes interviewées que chez l’enquêteur et ils peuvent les conduire, des deux côtés, à clore la conversation. Isabelle Mallon précise que cette forme de censure du chercheur face aux épreuves du vieillissement renvoie à la difficulté de produire la même écoute face aux récits qui confirment l’idée – la prénotion – de vieillesse comme « déclin irréversible » par rapport aux récits qui s’en éloignent. « Il n’est pas si simple en effet d’offrir une écoute empathique aux récits de pertes, de restrictions d’activités et de relations, aux expressions de désintérêt pour le monde, de désarroi devant la mort d’un époux ou d’un fils, aux sentiments d’exclusion et d’incompréhension du monde » (Isabelle Mallon, dans ce Dossier ; Auger, 2016) Au final, cette gêne du chercheur occasionnant de l’autocensure a pour conséquence de limiter l’expression des difficultés du vieillissement et des épreuves liées à l’avancée en âge.

28En outre, cette attitude s’inscrit dans une posture de recherche qui consiste à ne pas faire du grand âge un âge spécifique mais de « faire [des vieilles personnes] des adultes avant tout » (Isabelle Mallon, dans ce Dossier). Cette posture renvoie à une logique de rupture avec le sens commun, de distanciation avec les prénotions sur le vieillissement et les images négatives à l’encontre des vieux. Cette posture peut toutefois amener à une autre forme d’âgisme, celle de ne pas être attentif aux spécificités de l’avancée en âge et ses ambivalences. Du point de vue de l’auteure, une solution résiderait pour le chercheur dans le fait d’apprendre aux personnes à se confier sur ces sujets, mais aussi de se préparer soi-même à entendre ces difficultés : « Une meilleure compréhension des expériences du vieillissement et de l’avancée en âge suppose ainsi une écoute plus symétrique des bonheurs et des difficultés de la vieillesse » (Isabelle Mallon, dans ce Dossier).

Objectiver les rapports sociaux d’âge

29S’interroger sur les effets de l’âge sur le terrain amène, bien souvent, à mettre en évidence les rapports sociaux d’âge qui se jouent entre enquêtés et enquêteurs et comment ces rapports modèlent la relation d’enquête. Nous approfondirons ce point dans un premier temps. La façon dont ils s’imbriquent à d’autres rapports sociaux – de sexe et de classe en particulier – sera évoquée dans un deuxième temps.

Penser les rapports sociaux d’âge

30Que l’âge constitue un critère au fondement de rapports sociaux n’est pas si évident. Traditionnellement, la notion de rapport social renvoie peu ou prou à une perspective marxiste de domination. Son intérêt réside dans le fait de distinguer les rapports sociaux des relations sociales qui constituent deux niveaux de réalité différenciés, qui peuvent en partie se recouvrir (Kergoat, 2004 et 2009). Les relations sociales font référence aux relations concrètes entre les individus tandis qu’un rapport social traduit la tension qui se joue notamment autour de la division et de la répartition du travail entre des groupes socialement constitués, portant des intérêts antagonistes. Ces différents groupes entretiennent des rapports de domination et « les rapports sociaux fixent, plus ou moins fermement et de manière imbriquée, des cadres à l’activité et à l’action de ces individus et groupements et aux relations entre ces individus et entre ces groupements » (Kergoat, 2004, p. 24). Par exemple, on peut s’entendre avec son employeur dans le cadre d’une relation sociale, tout en se trouvant avec lui dans un rapport social. La dimension antagonique ne prime pas en permanence dans les relations interpersonnelles, mais celles-ci s’inscrivent toujours dans des rapports sociaux (Pfefferkorn, 2007).

31L’âge, en tant que critère de classement et de hiérarchisation, est « un principe organisateur de rapports sociaux, c’est-à-dire inégalitaires, ou de domination entre les différents groupes qu’il constitue » (Isabelle Mallon, dans ce Dossier). Les luttes de classement dans la définition des pouvoirs dévolus à chaque âge ont été mises en évidence par Pierre Bourdieu (1984) et Rémi Lenoir (1990). Ils montrent, avec d’autres, que des rapports de domination s’établissent entre des groupes d’âge, créés et organisés socialement. Les politiques publiques plus particulièrement qui, en délimitant et en catégorisant les âges, structurent les rapports entre les âges (Guillemard, 2010 ; Tabin & Perriard, 2014 ; Van de Velde, 2015). Ces dernières années, cette thématique des rapports sociaux d’âge s’est enrichie théoriquement, avec la mise en évidence de l’accentuation des inégalités entre générations (Chauvel, 2002 ; Peugny, 2009), couplée à un renforcement des inégalités intra-générationnelles (Peugny & Van de Velde, 2013). Dans le même ordre d’idées, des décalages générationnels dans le rapport au travail ont été mis au jour (Beaud & Pialoux, 1999 ; Baudelot & Establet, 2000). Ces rapports sociaux s’alimentent de représentations, de normes et de rôles associés à chaque âge de la vie, qui sont intériorisés par les individus et qui encadrent les interactions et, a fortiori, les relations d’enquête. Ainsi, à la vieillesse sont historiquement associées des images ambivalentes : la sagesse, la maturité, l’expérience d’un côté, l’inutilité et la décrépitude d’un autre (Bourdelais, 1993 ; Puijalon & Trincaz, 2000). Ces images s’incarnent dans des rôles et des catégories sociales comme celles de « seniors actifs » (Henaff-Pineau, 2012), de retraités, de membres du troisième âge, de personnes âgées en perte d’autonomie ou dépendantes (Caradec, 2012a). La jeunesse est également associée à des rôles et des statuts sociaux (Van de Velde, 2008). Les représentations de cet âge sont elles aussi ambivalentes. Elles sont notamment péjoratives lorsqu’elles renvoient à l’inexpérience et à l’immaturité et ce, même si la jeunesse reste un âge largement valorisé socialement.

32Comment appréhender ces rapports d’âge dans l’enquête ? Les rapports d’âge peuvent surgir de manière évidente et récurrente au cours du terrain. À l’inverse, de la même manière que l’âge apparaît de manière intermittente dans les relations d’enquête, les rapports sociaux d’âge peuvent, selon les objets de recherche, se manifester de manière floue et fugace, « à l’occasion de [leur] contestation, voire de [leur] renversement, ou tout simplement de [leur] signalement par l’enquêté-e » (Isabelle Mallon, dans ce Dossier). C’est ainsi qu’ils sont fortement apparus dans les observations qu’Isabelle Mallon a menées en maison de retraite par opposition aux entretiens qui ont eu lieu au cours de la même recherche. De manière sensiblement similaire, ils peuvent se faire sentir de manière plus ou moins pesante selon les entretiens (Claire Lefrançois, dans ce Dossier).

33Le retour réflexif d’Isabelle Mallon sur les recherches qu’elle a menées auprès d’enfants et de vieilles personnes lui permet de mettre en lumière cette hiérarchisation des âges. La comparaison de ces terrains – tout particulièrement au moment de leur négociation – l’amène à révéler la domination sociale dans laquelle se trouvent les enfants par rapport aux adultes / enquêteurs. Cette domination sociale se retrouve dans l’article de Bérénice Waty qui, en montrant la difficulté à faire parler les écoliers, met en exergue l’illégitimité socialement construite de leur parole – indice d’un rapport social d’âge.

34En outre, deux articles du dossier mettent en évidence que les rapports sociaux d’âge apparaissent tout particulièrement lorsque les individus font l’expérience d’épreuves liées à l’âge (telles que la ménopause ou l’« emploi des seniors ») et lorsqu’il existe un écart d’âge entre enquêtés et enquêteurs. Car, dans ce cas, l’âge de l’enquêteur entre en tension avec l’expérience des enquêtés, comme nous l’avons vu plus haut. Cécile Charlap a réalisé des entretiens auprès de femmes sur l’expérience de la ménopause en étant elle-même jeune et féconde, voire enceinte. Compte tenu des représentations minorantes associées à la ménopause, cette expérience lui a permis de mettre en évidence le rapport social d’âge qui traverse son objet, autour de la fécondité et des normes d’âge qui lui sont associées. Claire Lefrançois, pour sa part, se penche sur la manière dont son enquête de terrain s’est trouvée prise dans un rapport social d’âge, socialement construit. Les protagonistes de la relation d’enquête représentent en effet deux publics des politiques de l’emploi, les « jeunes » et les « seniors », souvent mis en compétition dans l’accès au marché du travail.

35Mettre au jour les rapports sociaux d’âge permet de repérer des rapports de domination qui prévalent dans le monde social étudié, dont l’analyse peut tirer parti. En revanche, les « désencastrer des autres rapports sociaux avec lesquels ils sont entremêlés » (Isabelle Mallon, dans ce Dossier), les penser dans leur singularité constitue toujours un risque, celui de les essentialiser. L’enjeu consiste alors à prêter attention à l’articulation des rapports d’âge avec d’autres rapports sociaux.

L’intrication des rapports d’âge avec d’autres rapports sociaux

36Si les approches intersectionnelles ont mis en évidence la consubstantialité des rapports sociaux (Kergoat, 2009 ; Jaunait & Chauvin, 2012), elles prennent rarement en considération l’âge. Ces travaux reposent sur un tryptique croisant, le plus souvent, trois rapports sociaux : de classe, de sexe et de race. De ce point de vue, il y a un enjeu à reconnaître les rapports d’âge comme des rapports sociaux à part entière, consubstantiels aux autres et non hiérarchisables. Des travaux récents ont d’ailleurs montré l’intérêt d’analyser l’intrication des rapports sociaux d’âge et de sexe (Calasanti & Slevin, 2006 ; Charles, 2007 ; Legrand & Volery, 2012a et 2012b ; Charpentier & Quéniart, 2009) et les articles du Dossier viennent enrichir ces analyses en croisant rapports d’âge, de classe et de sexe.

37Ces articles montrent, plus particulièrement, en quoi les rapports de classe et de sexe peuvent redoubler ou atténuer, moduler ou rendre caducs les rapports d’âge. Isabelle Mallon met en évidence comment la domination liée à l’âge sur les enfants issus de milieux populaires est renforcée par un rapport de classe. Son guide d’entretien paraît en effet moins adapté aux loisirs et activités extrascolaires de ces enfants tandis qu’il suscite des discours riches du côté des enfants des catégories supérieures, étant de manière générale dotés d’une plus grande aisance orale. Pour sa part, Cécile Charlap montre comment rapports d’âge et de sexe se sont combinés sur son terrain. Si un rapport de domination liée à l’âge aurait pu enchâsser les relations d’enquête, celui-ci a été largement atténué par une connivence de genre qui a favorisé le récit des femmes faisant l’expérience de la ménopause dans une logique, de surcroît, de transmission générationnelle. En revanche, cette combinaison n’a pas « résisté » aux rapports de classe. Selon leur milieu social, les femmes se sont ainsi plus ou moins confiées dans les entretiens, dans la mesure où le rapport au corps varie socialement. De son côté, Claire Lefrançois met en exergue que le rapport social d’âge dans lequel les relations d’enquête ont été prises a été modulé par le milieu social et le sexe des chômeurs qu’elle a interrogés. Par exemple, il a été exacerbé avec les hommes cadres supérieurs tandis qu’il a été atténué par une complicité de genre avec les chômeuses ayant exercé des fonctions de cadre supérieur, autour de la thématique de la conciliation vie familiale et professionnelle. Dans ces différents cas, comme les articles l’étayent, les relations d’enquête sont prises dans des rapports sociaux difficilement isolables les uns des autres.

Conclusion

38La prise en compte de l’âge dans l’enquête comporte ainsi plusieurs enjeux méthodologiques et épistémologiques. Si les enjeux relatifs à l’âge dans l’enquête ont été d’abord pensés par des sociologues travaillant sur l’âge, sur des problématiques liées à l’âge, reconnaître le rôle de l’âge sur le terrain peut également être utile lorsqu’il n’est pas au cœur de l’objet de recherche. Identifier ses effets et les analyser comme un élément de la situation d’enquête, à côté de la classe, de la race, du sexe, etc., permettrait de « construire un savoir méthodologique plus complet » (Clair, 2016, p. 51) tout en enrichissant les analyses. Le retour réflexif sur le déroulement du terrain met en lumière les prénotions par rapport à l’âge. Il rend compte également des limites du matériau recueilli et, par conséquent, cette objectivation permet de saisir la portée des analyses produites à partir des données récoltées.

39En outre, l’analyse des relations d’enquête du point de vue de l’âge révèle la signification de l’âge dans le milieu étudié, les normes d’âge qui s’imposent (être en âge d’être à la ménopause, être en âge de travailler, etc.), mais aussi les rapports sociaux d’âge qui le traversent. Mettre au jour ces rapports d’âge, analyser comment ils s’articulent à d’autres rapports sociaux permet de voir comment se manifestent dans toute leur complexité les rapports de domination qui prévalent dans le monde étudié. Les dissymétries liées à l’âge ont, au même titre que la distance sociale dans l’enquête lorsqu’elle est analysée de manière réflexive, un effet heuristique.

40Enfin, il serait possible de pousser plus avant les pistes de réflexion proposées dans ce Dossier. Nous suggérons deux pistes de prolongement. Tout d’abord, on sait que les rapports sociaux s’articulent du point de vue de la position sociale, de l’âge, du sexe, mais aussi de l’origine. Or, cette dernière dimension est absente des articles du dossier et il pourrait être éclairant d’approfondir cet aspect. De plus, les démarches entamées par les auteurs du dossier reposent sur des recherches qualitatives et l’on pourrait enrichir les réflexions en les mettant en perspective de terrains quantitatifs, dont on sait par ailleurs qu’ils sont eux aussi traversés par des rapports sociaux multiples (Bessière & Houseaux, 1997).

Top of page

Bibliography

Alwin D. F. (2012), « Integrating Varieties of the Life Course Concepts », The Journals of Gerontology, vol. 67B, n° 2, pp. 206-220.

Auger F. (2016), L’Aménagement de l’habitat chez des couples de nouveaux retraités Baby-Boomers : vivre le présent, anticiper l’avenir ?, thèse de sociologie, Université de Lille 3.

Avanza M., Fillieule O. & C. Masclet (2015), « Ethnographie du genre », SociologieS, mis en ligne le 26 mai 2015. URL : http://sociologies.revues.org/5071.

Baudelot C. & R. Establet (2000), Avoir 30 ans en 1968 et 1998, Paris, Éditions du Seuil.

Beaud S. (1996), « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’"entretien ethnographique" », Politix, n° 35, pp. 226-257.

Beaud S. & M. Pialoux (1999), Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Éditions Fayard.

Beaud S. & F. Weber (2003), Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte.

Becquet V. & C. Bidart (2013), « Parcours de vie, réorientations et évolutions des normes sociales », Agora débats / jeunesse, n° 65, pp. 51-60.

Bell A. & J. Kelvin (2013), « The Impossibility of Separating Age, Period and Cohort Effects », Social Science & Medicine, n° 93, pp. 163-165.

Bessière C. & F. Houseaux (1997), « Suivre des enquêteurs », Genèses, vol. 29, n° 1, pp. 100-114.

Bessin M. (2009), « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales, n° 156, pp. 12-21.

Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti (dir.) (2010), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, Éditions La Découverte.

Bessin M. & H. Levilain (2012), Parents après 40 ans, Paris, Éditions Autrement.

Bidart C. & A. Dupray (2014), « Life Course, Time and Process: exploring "trans-" quantitative and qualitative methods », Bulletin of Sociological Methodology / Bulletin de méthodologie sociologique, vol. 124, n° 1, pp. 5-13.

Bizeul D. (1998), « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, n° 4, pp. 751-787.

Bourdelais P. (1993), L’Âge de la vieillesse. Histoire du vieillissement de la population, Paris, Éditions Odile Jacob.

Bourdieu P. (1977), « Remarques provisoires sur la perception sociale du corps », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 14, n° 1, pp. 51-54.

Bourdieu P. (1984), « La jeunesse n’est qu’un mot », dans Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, pp. 143-154.

Bourdieu P. (1991), Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil.

Burnay N. (2008), « Les paradoxes de l’âge au travail », Les politiques sociales, n° 3-4, pp. 4-13.

Buscatto M. (2005), « Femmes dans un monde d’hommes musiciens. Des usages épistémologiques du "genre" de l’ethnographe », Volume !, n° 1, pp. 77-93.

Calasanti T & K. F. Slevin (dir.) (2006), Age matters. Realigning Feminist Thinking, New York, Routledge Editor.

Campéon A. (2010), Des Vieillesses en solitude, thèse de sociologie, université Lille 3.

Caradec V. (2007), « L’expérience du veuvage », Gérontologie et Société, n° 121, pp. 179-193.

Caradec V. (2008), « "Jeunes" et "vieux" : les relations intergénérationnelles en question », Agora débats / jeunesse, n° 49, pp. 20-29.

Caradec V. (2012a), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Éditions Armand Colin.

Caradec V. (2012b), « Préface », dans Chamahian A. & C. Lefrançois (dir.), Vivre les âges de la vie. De l’adolescence au grand âge, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 9-18.

Chamboredon H., Pavis F., Surdez M. & L. Willemez (1994), « S’imposer aux imposants. À propos de quelques obstacles rencontrés par des sociologues débutants dans la pratique et l’usage de l’entretien », Genèses, n° 16, pp. 114-132.

Chamahian A. & C. Lefrançois (dir.) (2012), Vivre les âges de la vie. De l’adolescence au grand âge, Paris, Éditions L’Harmattan.

Charles A. (2007), Quand devient-on vieille ?Femmes, âges et travail au Québec, 1940-1980, Québec, Éditions PUL-IQRC.

Charpentier M. & A. Quéniart (dir.) (2007), Vieilles, et après ! Femmes, vieillissement et société, Montréal, Les éditions du remue-ménage.

Chauvel L. (2002), Le Destin des générations. Structure sociale et cohortes en France au XXe siècle, Paris, Presses universitaires de France.

Clair I. (2016), « La sexualité dans la relation d’enquête. Décryptage d’un tabou méthodologique », Revue française de sociologie, n° 1, vol. 57, pp. 45-70.

Danic I., Delalande J. & P. Rayou (2006), Enquêter auprès d’enfants et de jeunes : objets, méthodes et terrains de recherche en sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Demazière D. (2008), « L’entretien biographique comme interaction. Négociations, contre-interprétations, ajustement de sens », Langage et société, n° 123, pp. 15-35.

Fournier P. (2006), « Le sexe et l’âge de l’ethnographe : éclairants pour l’enquêté, contraignants pour l’enquêteur », ethnographiques.org [en ligne], n° 11, mis en ligne en octobre 2006. URL : http://www.ethnographiques.org/2006/Fournier.htlm.

Fox R. (2013), « Resisting Participation: Critiquing Participatory Research Methodologies with Young People », Journal of Youth Studies, vol. 16, n° 8, pp. 986-999.

Gaudet S. (2013), « Comprendre les parcours de vie : une lecture au carrefour du singulier et du social », dans Gaudet S., Burlone N. & M. Lévesque (dir.), Repenser la famille et ses transitions. Repenser les politiques publiques, Québec, Presses de l’Université Laval, pp. 15-50.

Gaudet S., Burlone N. & M. Lévesque (dir.) (2013), Repenser la famille et ses transitions. Repenser les politiques publiques, Québec, Presses de l’Université Laval.

Goffman E. (1974), Les Rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit.

Grenier A. M. (2007), « Crossing Age and Generational Boundaries: Exploring Intergenerational Research Encounters », Journal of Social Issues, n° 4, pp. 713-727.

Guillaumin C. (2002), L’Idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris, Éditions Gallimard.

Guillemard A.-M. (2010), Les Défis du vieillissement. Âge, emploi, retraite. Perspectives internationales, Paris, Éditions Armand Colin.

Henaff-Pineau P.-C. (2012), « Vieillir actif et sportif ou l’âge mis à l’épreuve », dans Chamahian A. & C. Lefrançois (dir.), Vivre les âges de la vie. De l’adolescence au grand âge, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 85-107.

Henchoz K., Cavalli S. & M. Girardin (2008), « Perception de la santé et comparaison sociale dans le grand âge », Sciences sociales et santé, vol. 26, n° 3, pp. 47-72.

Higgs P. (2013), « "Disturbances in the Field": The Challenge of Changes in Ageing and Later Life for Social Theory and Health », Social Theory & Health, vol. 11, n° 3, pp. 271-284

Hughes C.-E. (1996), Le Regard sociologique : essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS.

Hummel C., Mallon I. & V. Caradec (dir.) (2014), Vieillesse et vieillissements : les enjeux d’un ouvrage. Regards sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Ikonen H.-M. & H. Ojala (2007), « Creating Togetherness and Experiencing Difference in Feminist Interviews: Knowing in a Post-standpoint Way? », Graduate Journal of Social Science, vol. 4, n° 2, pp. 80-102.

Jaunait A. & S. Chauvin (2012), « Représenter l’intersection », Revue française de science politique, vol. 62, n° 1, pp. 5-20.

Jounin N. (2008), Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, Éditions La Découverte.

Jounin N. et al. (2015), « Le faciès du contrôle. Contrôles d’identité, apparence et modes de vie des étudiant(e)s en Île-de-France », Déviance et Société, vol. 39, n° 1, pp. 3-29.

Kergoat D. (2004), « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », dans Hirata H., Laborie F., Le Doare H. & D. Senotier, Dictionnaire critique du féminisme, Paris, Presses universitaires de France, pp. 35-44.

Kergoat D. (2009), « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », dans Dorlin E. (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, pp. 111-125.

Kohli M. (1986), « The World We Forgot: A Historical Review of the Life Course », dans Marshall V. W. (dir.), Later Life. The Social Psychology of Aging, London, SAGE Editor, pp. 271-303.

Legrand M. & I. Voléry (dir.) (2012a), Genre et parcours de vie : vers une nouvelle police des corps et des âges ?, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Legrand M. & I. Voléry (dir.) (2012b), « Genre et vieillissement », SociologieS [en ligne], mis en ligne le 15 novembre 2012. URL : https://sociologies.revues.org/4115.

Lenoir R. (1990), « Objet sociologique et problème social », dans Champagne P., Lenoir R., Merllié D. & L. Pinto, Initiation à la pratique sociologique, Paris, Éditions Dunod, pp. 51-100.

Le Renard A. (2010), « Partager des contraintes de genre avec les enquêtés. Quelques réflexions à partir du cas saoudien », Genèses, n° 4, pp. 128-141.

Lignier W. (2008), « La barrière de l’âge. Conditions de l’observation participante avec des enfants », Genèses, n° 4, pp. 20-36.

Mallon I. (2004), Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Mallon I. (2012), « Comment saisir les expériences individuelles du vieillissement ? Introspection, rétrospection, prospection », dans Chamahian A. & C. Lefrançois (dir.), Vivre les âges de la vie. De l’adolescence au grand âge, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 209-230.

Mauger G. (1991), « Enquêter en milieu populaire », Genèses, n° 6, pp. 125-143.

Mauger G. (2015), Âges et générations, Paris, Éditions La Découverte.

Mazouz S. (2008), « Les mots pour le dire. La qualification raciale, du terrain à l’écriture », dans Bensa A. & D. Fassin (dir.), Les Politiques de l’enquête, Paris, Éditions La Découverte, pp. 81-98.

Monjaret A. & C. Pugeault (dir.) (2014), Le Sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques, Lyon, ENS Éditions.

Muxel A. (2011), La Politique au fil de l’âge, Paris, Presses de Sciences Po.

Olazabal I. (dir.) (2009), Que sont les baby-boomers devenus ? Aspects sociaux d’une génération vieillissante, Québec, Éditions Nota bene.

Ortbals C. D. & M. E. Rincker (2009), « Fieldwork, Identities and Intersectionality: Negotiating Gender, Race, Class, Religion, Nationality, and Age in the Research Field Abroad », American Political Science Association, vol. 42, n° 2, pp. 287-290.

Pagis J. (2014), Mai 68, un pavé dans leur histoire. Évènements et socialisation politique, Paris, Presses de Sciences Po.

Paugam S. (2010) (dir.), L'Enquête sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Peatrick A.-M. (2009), « Du texte au terrain : temps, durée, assignation dans la relation d’enquête », Ateliers du LESC [en ligne], n°33, mis en ligne le 18 mars 2009. URL : http://ateliers.revues.org/8203.

Percheron A. (1991), « Police et gestion des âges », dans Percheron A. & R. Rémond (dir.), Âge et politique, Paris, Éditions Economica, pp. 111-139.

Peugny C. (2009), Le Déclassement, Paris, Éditions Grasset.

Peugny C. & C. Van de Velde (2013), « Repenser les inégalités entre générations », Revue française de sociologie, vol. 54, n° 4, pp. 641-662.

Pfefferkorn R. (2007), Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, Éditions La Dispute.

Pinçon M. & M. Pinçon-Charlot (1991), « Pratiques d’enquête dans l’aristocratie et la grande bourgeoisie : distance sociale et conditions spécifiques de l’entretien semi-directif », Genèses, n° 3, pp. 120-133.

Puijalon B. & J. Trincaz (2000), Le Droit de vieillir, Paris, Éditions Fayard.

Rothé C. (2013), Les « Jeunes en errance » : effets et usages d’une catégorie d’action publique, thèse de science politique, université Rennes 1.

Sanderson J.-P. (2015), « Parcours de vie et âges des transitions en Belgique : vers une déstandardisation des âges à l’entrée et au départ du marché du travail ? », Cahiers québécois de démographie, n° 1, vol. 44, pp. 65-87.

Strauss A. (1992), Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Paris, Éditions Métailié.

Tabin J.-P. & A. Perriard (2014), « Le rapport social d’âge dans les politiques publiques », Interrogations, n° 19.

Taguieff P.-A. (1997), Le Racisme : un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir, Paris, Éditions Flammarion.

Trépied V. (2015), Devenir dépendant. Approche sociologique du grand âge en institution, Paris, EHESS, thèse de sociologie.

Urry Y., Sanders J. & R. Munford (2015), « The "Eight Time": Negotiating the Timing of Interviews with Vulnerable Young People », Journal of Youth Studies, vol. 18, n° 3, pp. 291-304.

Vähäsantanen K. & J. Saarinen (2013), « The Power Dance in Research Interview. Manifesting Power and Powerless », Qualitative Research, vol. 13, n° 5, pp. 493-510.

Van de Velde C. (2008), Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, Presses universitaires de France.

Van de Velde C. (2015), Sociologie des âges de la vie, Paris, Éditions Armand Colin.

Top of page

Notes

1 La manière de nommer les enquêtés est une question épineuse en sciences sociales. En même temps qu’il est nécessaire de nommer pour la clarté de l’écriture, désigner un ensemble de personnes par une caractéristique comporte un risque de naturalisation et de réification car une fois cette catégorisation opérée, il est difficile de s’en départir (Guillaumin, 2002). Les mots, en effet, ont un pouvoir performatif (Bourdieu, 2001) et ils modèlent la perception de la réalité (Strauss, 1992 ; Taguieff, 1997). Désigner, ce n’est pas simplement nommer, c’est également qualifier, caractériser, connoter. Dans le cas de groupes d’âge, la catégorisation risque d’essentialiser et de renforcer des formes d’âgisme. Dans ce contexte, les guillemets sont utilisés par précaution, pour marquer une distance par rapport aux stéréotypes liés à l’âge. Ainsi, nous aurions pu entourer de guillemets les termes jeunes, vieux, personnes âgées, etc., dans une tentative d’euphémisation des connotations négatives associées à ces catégorisations. Mais, comme le précise Nicolas Jounin, d’une part, « cela alourdirait le style » et, d’autre part, « les guillemets ne signalent qu’un malaise » que le travail de déconstruction et de dénaturalisation de l’âge que nous nous efforçons de mener devrait permettre d’atténuer (Jounin, 2008, p. 16). Si bien que nous avons jugé inutile d’adjoindre des guillemets à ces catégories d’âge.

2 Ainsi, dans ce Dossier, effet d’âge (ce qui s’explique par l’avancée en âge de l’enquêteur ou de l’enquêté) et effet de génération (ce qui s’explique par leur appartenance générationnelle) sont le plus souvent imbriqués dans la mesure où il est difficile de distinguer leur rôle respectif. Cependant, dans les articles, les relations d’enquête sont plutôt pensées en termes d’âge et non en termes de rapports générationnels, comme si elles étaient davantage liées à la manière dont les âges sont structurés socialement qu’à leur inscription générationnelle.

3 L’emploi du terme race ne fait aucunement référence à l’idée qu’il existerait plusieurs races humaines et que celles-ci auraient un quelconque fondement scientifique. « La race n’existe pas indépendamment des interactions humaines qui la fabriquent » (Jounin et al., 2015, p. 7). Elle est un produit du racisme et parler de rapports sociaux de race, c’est mettre l’accent sur les rapports de domination qui prennent appui sur des différences visibles (comme la couleur de la peau ou l’origine ethnique, qu’elle soit réelle ou supposée) pour justifier des différences de traitement (Guillaumin, 2002). De fait, le terme de race est utilisé pour étudier une réalité construite socialement : le racisme.

4 Le choix de ce terme n’est pas anodin : l’idée étant ici que l’objet de recherche active cette variable, par ailleurs visible au niveau de la relation d’enquête, par opposition à d’autres objets pour lesquels l’âge n’apparaît pas sur le terrain comme une variable pertinente, où elle est donc inactive et peu visible.

5 C’est aussi l’une des raisons qui explique sans doute que l’âge adulte, norme à partir de laquelle sont envisagés les autres âges de la vie, est peu pensé dans les questionnements sur l’âge dans l’enquête, de la même manière qu’il est peu pris en considération par la sociologie des âges (Van de Velde, 2015).

6 À l’inverse, on pourrait penser que la proximité d’âge est propice au déroulement du terrain, permettant une mise en confiance rapide des enquêtés puisque, dans ce cas, les protagonistes de la relation d’enquête se situent davantage dans un rapport d’égalité. Pour autant, cette proximité d’âge peut ne pas non plus aller de soi (Vähäsantanen & Saarinen, 2013). Le caractère d’évidence de la proximité d’âge pose question notamment si cette proximité rappelle aux enquêtés leur décalage par rapport à des normes d’âge, décalage qui peut alors venir redoubler une situation de domination sociale. Sur ce point, on peut évoquer le travail de thèse de Céline Rothé dont les « jeunes en errance » auprès desquels elle a enquêté étaient d’âge voisin du sien et qui sont perçus dans leur décalage par rapport à la norme selon laquelle ils sont en âge de s’insérer socialement et professionnellement – décalage que la situation de l’enquêtrice pouvait aviver (Rothé, 2013).

7 De la même manière qu’il est difficile et désagréable de réaliser des entretiens sur d’autres sujets sensibles ou sur des expériences minorantes.

Top of page

References

Electronic reference

Fanny Auger, Claire Lefrançois and Valentine Trépied, « Penser l’âge dans l’enquête et ses enjeux », SociologieS [Online], Research experiments, Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs, Online since 21 February 2017, connection on 24 May 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5990

Top of page

About the authors

Fanny Auger

Doctorante en sociologie, CeRIES, université Lille 3 (France) - fanny.auger59@hotmail.fr

Claire Lefrançois

Maître de conférences en sociologie, CITERES, université de Tours (France) - claire.lefrancois@univ-tours.fr

By this author

Valentine Trépied

Docteure en sociologie, Centre Maurice Halbwachs, EHESS, Paris (France) - valentine.trepied@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page