Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Les émotions et les conversations quotidiennes. Pistes d’analyse à partir de récits d’interaction

Emotions and Everyday Conversations. Analysis Avenues from Interactions Accounts
Lisandre Labrecque-Lebeau

Résumés

Les situations concrètes d’interactions et d’échanges entre individus donnent à voir de manière spécifique la présence et le recours aux émotions, notamment dans leurs aspects normatifs. À partir de récits de conversations, nous nous sommes penchée sur la dimension émotionnelle des échanges. Les opérations conversationnelles qui mettent en jeu des émotions contribuent d’abord à ce que nous proposons d’appeler la « définition émotionnelle de la situation ». Une modalité importante des conversations, le partage, mobilise les émotions comme une énergie à équilibrer. Il existe des normes émotionnelles ainsi que des comportements de conformité ou de non-conformité à ces normes ; les individus développent à cet effet certaines stratégies dans la conduite de leurs émotions.

Haut de page

Texte intégral

1Les situations concrètes d’interaction et d’échanges entre individus constituent une scène quotidienne où se jouent des enjeux « ordinaires » et « particuliers » mais qui, simultanément, trahissent des rapports sociaux dont les implications plus larges les excèdent largement. En effet, plus que comme un « registre » particulier de l’action, on peut approcher l’activité de conversation comme une consistance transversale dans laquelle se joue la socialisation constante des individus et entre individus. Les conversations quotidiennes, de l’échange le plus banal à la discussion décisive ou à haute teneur émotive, sont travaillées par l’ensemble des manières de faire, de dire, de réagir que l’on tient collectivement pour bonnes, convenables et signifiantes. On ne parle pas aujourd’hui des mêmes choses qu’hier et on ne parle pas de la même façon dans toutes les sociétés ; il y a des sujets privilégiés et des manières valorisées d’aborder ces sujets. La normativité conversationnelle désigne ainsi pour les individus un ensemble de contraintes et de possibilités d’action au sein des échanges. Cette normativité conversationnelle met à jour certains sujets de prédilection mais également certaines manières de converser.

2C’est dans ces situations quotidiennes de matérialisation de l’intersubjectivité que la présence et le recours aux émotions se donne à voir de manière spécifique, notamment dans leurs aspects normatifs, soient certaines manières privilégiées de faire l’expérience des émotions dans un contexte conversationnel donné. Car il existe également des manières socialement prescrites, encouragées ou, au contraire, freinées ou proscrites, de ressentir et d’éprouver des émotions. Le travail d’Arlie Hochschild (1983, 2003), notamment, s’est penché sur la question des normes émotionnelles ainsi que sur le travail que les individus accomplissent sur leurs propres émotions. Ces travaux ont fortement contribué à dénaturaliser les émotions et à révéler leur caractère normatif, donnant un fort élan à leur constitution comme un objet sociologique à part entière.

3Nous nous intéresserons dans cet article aux points de croisement entre normativité conversationnelle – certaines manières socialement valorisées de converser – et normativité émotionnelle – certaines manières socialement valorisées d’éprouver et de solliciter les émotions. Par le biais d’entretiens-débriefing, méthode selon laquelle des participants racontent leur semaine de conversations au chercheur, on a accès aux thématiques des échanges quotidiens, à leurs grandes modalités, mais aussi à la réception des individus, dimension négligée de l’étude des interactions. En étudiant des récits de conversations, le chercheur a également accès à la teneur émotionnelle des échanges vécue par les participants. Nous souhaitons présenter quelques pistes de recherche afin d’éclairer la question suivante : de quelle manière les émotions façonnent-elles aujourd’hui les situations quotidiennes de conversation, notamment dans leurs aspects normés et normatifs?

4Nous allons débuter par définir ce que nous entendons par « émotions » ainsi que les angles morts précis que nous choisissons de mieux comprendre dans nos recherches. La méthodologie que nous utilisons, le débriefing conversationnel, soit le récit a posteriori au chercheur de l’ensemble des conversations de la semaine du participant, sera ensuite présentée. Nous pourrons ensuite décrire de quelle manière la question des émotions a émergé dans notre matériel et comment nous proposons de l’organiser. Nous verrons que sont apparues dans les récits, lors d’une analyse qualitative de contenu par catégories émergentes, les grandes pistes suivantes : 1) une définition émotionnelle de la situation ; 2) le jeu de l’énergie émotionnelle au sein du partage émotionnel ; 3) la question de la conformité et de la non-conformité aux normes émotionnelles ; et finalement, 4) la conduite des émotions dans les conversations.

Émotions, normativité émotionnelle et normativité conversationnelle

  • 1 Nous laissons de côté ici, de manière intentionnelle, tout le débat entourant l’opposition entre ra (...)

5Les émotions ont été définies, depuis le xixème siècle (Dixon, 2003), comme des états individuels, issus des registres psychique et corporel, de l’ordre de la pulsion, ou du moins, de la réaction spontanée 1. Ainsi, l’étude de la joie, de la colère ou de la tristesse est restée dans le giron des sciences de la « nature » jusqu’à ce que les sciences sociales décident d’en faire également leur objet. Les émotions au sens large ont alors acquis la charge de phénomènes construits, mais aussi normés par la vie sociale. L’anthropologie et la sociologie analysent les émotions selon différents axes rendant toujours plus intelligible leur compréhension et leurs catégorisations possibles. Pour ce qui est des différenciations classiques d’avec les états voisins (affects, humeurs, attitudes, etc.) nous proposons donc de voir et d’englober large, dans la mesure où les sciences sociales tentent précisément de sortir de catégorisations rigides pour trouver des transversalités porteuses.

  • 2 Il est à noter que, tout au long du texte et de notre démarche, nous utilisons le champ lexical de (...)
  • 3 Cette prise en compte de la part du chercheur provient également du grand remaniement des modes de (...)

6Julien Bernard propose ainsi une typologie selon laquelle les émotions peuvent être « des produits du décalage entre les dispositions activables du sujet et sa position dans la situation (pouvant conduire soit à une inhibition de l’action soit à une mise en mouvement dans ou contre un travail de révision de ses dispositions) » ainsi que « des signes performateurs (indiquant dans quel espace affectif navigue le sujet tout en contribuant à le modifier de par sa communication) » (Bernard, 2015, p. 42). Ces propositions de l’auteur nous semblent particulièrement fertiles en ce qu’elles attirent l’attention sur : 1) l’existence de situations sociales qui se jouent au quotidien avec et par les émotions, mais aussi la marge de manœuvre des individus concernant ces situations (le travail émotionnel, comme nous le verrons) ; et donc 2) l’aspect performatif 2 des émotions, dans la mesure où les individus peuvent modifier leur espace affectif, comme le dit l’auteur. Ce sur quoi l’auteur (et la recherche en général) attire l’attention ailleurs dans l’article, c’est sur la nécessité et la pertinence de partir des catégories mobilisées par les acteurs eux-mêmes pour nommer, définir et catégoriser ce que l’on retient, considère et analyse comme étant une ou des « émotions » 3. C’est la démarche que nous proposerons afin de rester le plus près de pistes inductives.

7Si, comme nous le disions, les sciences sociales et la sociologie ne prennent en charge de front les émotions que depuis peu de temps, elles ont développé certains apports maintenant incontournables, surtout lorsqu’il s’agit de l’interaction, de la conversation et de la normativité. L’interactionnisme symbolique – et la sociologie goffmanienne notamment – ont introduit les concepts de maîtrise des impressions et de conservation des faces (Goffman, 1973a, 1973b, 1974). Pour Erving Goffman, les micro-stratégies des interactants, suivant un pacte implicite, sont destinées à maintenir l’image positive de chacun. L’ensemble de ce jeu fragile mais bien rodé est cerné comme l’exercice et la pratique du « tact ». L’interactionnisme symbolique ouvre la voie à une approche des sensibilités sociales.

8Arlie Russell Hochschild (1983) a ensuite poursuivi et affiné la réflexion, pour s’intéresser à l’ensemble des techniques que nous utilisons pour intervenir sur nos propres émotions (les faire apparaître, les changer, les faire disparaître). Elle distingue elle-même son travail de celui d’Erving Goffman en expliquant que si ce dernier se concentrait sur la « surface » (la maîtrise des impressions), elle s’intéresse plutôt au « travail en profondeur » que les individus opèrent pour modeler leurs émotions (Hochschild, 2003). Le travail d’Arlie Russell Hochschild est devenu rapidement classique pour les analyses qui s’intéressent au rapport que les individus ont avec leurs émotions. Il nous semble particulièrement pertinent à utiliser lorsque vient le temps de se pencher sur les dynamiques normatives des interactions et des conversations.

9Les apports sont bien sûr multiples et continus dans le champ de la sociologie des émotions ; nous choisissons de nous limiter à quelques entrées pertinentes et rapprochées de notre problématique afin de construire notre questionnement. De quelles manières cet interstice entre manières de dire et manières d’éprouver, normativité conversationnelle et normativité émotionnelle, se régule-t-il dans les récits de conversations, et qu’émerge-t-il de ces narrations de conversations ?

Raconter ses conversations : questions de méthode

  • 4 Il est à noter que nous ne nous penchons pas pour l’instant sur les déclinaisons sociodémographique (...)

10Dans le cadre de nos recherches sur la normativité conversationnelle au sens large (Labrecque-Lebeau, 2014a, 2014b), nous recueillons des récits de conversations quotidiennes de la part de participants issus de différents milieux. La présente analyse est tirée d’une recherche lors de laquelle vingt participants 4 ont eu comme consigne de recueillir toutes les conversations qu’ils ont eues pendant une semaine. Il ne s’agit donc pas d’un matériau qui porte directement sur les émotions, mais bien sur les échanges en général, les participants ayant eu pour directive de recueillir toutes les conversations auxquelles ils participent et ce, peu importe le sujet. Cette auto-cueillette de données est suivie d’un entretien avec la chercheure lors duquel le participant raconte, à partir de ses mémos ou de ses notes s’il y a lieu, sa semaine de conversations. Ces entretiens-débriefing sont ensuite retranscrits en verbatims et traités selon une analyse qualitative de contenu par catégories émergentes (Glaser et al., 1967 ; Paillé et al., 2012 [2003]). Selon cette méthode d’analyse, plusieurs lectures successives du matériel (ici les entretiens-débriefings) voient apparaître des unités de significations qui organisent le matériel d’elles-mêmes, en lien avec les questions de recherche. Le chercheur doit ensuite hiérarchiser ces unités de signification en importance. Lorsqu’un grand nombre d’entretiens ou d’unités d’analyse est présent, le chercheur peut choisir de les organiser selon un certain schéma visuel ou cartographique, souvent un arbre de codification (expression tirée de logiciels comme NVivo ou Weft QDA).

  • 5 Dans l’évolution des modèles de communication (Picard, 1992), la réception en est venue à être cons (...)
  • 6 Nous rappelons qu’il s’agit ici d’une portion des résultats d’une enquête portant sur les conversat (...)

Encadré : Le débriefing conversationnel
Nous appelons « débriefing conversationnel » cette méthode inspirée des travaux de Dominique Boullier (2003) et qui produit comme matériel une série de comptes rendus d’interactions, et non des relevés de conversations, puisque c’est le rendu du participant, avec tous ses détours, ses imprécisions et sa subjectivité, qui nous intéresse. En effet, le récit de conversation, en plus de nous donner accès à la réception 5 des conversations par les participants, nous donne aussi une fenêtre particulièrement intéressante sur les émotions vécues, mobilisées et rapportées. On peut ainsi voir de quelles manières les individus décrivent leurs émotions en interaction, les sollicitent, interprètent celles des autres, accomplissent un travail émotionnel, etc. Il s’agit bien sûr d’émotions racontées, d’émotions narrées ; d’émotions telles qu’elles existent dans le souvenir récent du participant à une enquête 6. Cette méthode capte une dimension de la vie sociale peu explorée et ce, pour plusieurs raisons. Elle porte sur les expériences de sociabilité quotidiennes récentes dans la vie des participants et permet de saisir ce qui a laissé une trace ; elle ne se structure pas autour d’un agenda thématique comme une entrevue qualitative et permet d’ouvrir à « ce qui se dit » en général sans le pré-formater. En étant un retour sur sa propre expérience, elle soulève le caractère réflexif de toute interaction ; l’exercice demande implicitement de rendre visible la conversation intérieure (Archer, 2003) qui accompagne les interactions et constitue en partie la réception « active » (autocommentaires, réflexions passées à soi-même, analyses a posteriori). Finalement, nous postulons que les récits de conversation des participants concernent ce qui a prégnance pour eux, ce à quoi ils accordent importance. Toutefois, sans l’intervention de la recherche, il arrive fréquemment, dans la vie de tous les jours, que l’on fasse le récit d’une conversation lors d’une autre conversation, sorte de « débriefing maison », mais aussi réception globale de la vie sociale à laquelle nous participons, ce qui nous met sur la piste de sa pertinence pour l’analyse.

  • 7 Nous avons ainsi proposé dans notre thèse de doctorat le concept de « réception normative » pour dé (...)

11Notre recherche originale portant sur la normativité conversationnelle, trois questions ont émergé à la lecture du matériel et en lien avec notre problématique. Premièrement : de quoi parle-t-on ? Il s’agit des grandes thématiques des conversations, qui correspondent aux sphères de la vie quotidienne : l’environnement immédiat, le quotidien, le soi, les autres, le travail, les loisirs, la culture, l’actualité. Deuxièmement : comment en parle-t-on ? Il s’agit des modalités de conversation à moyenne portée, comme le partage, la narration, l’explication, le positionnement, l’affect, la mémoire, l’action, l’orientation. Finalement, comment le reçoit-on ? Il s’agit de la réception normative large des conversations, de ce que les conversations « font » aux interlocuteurs, des traces qu’elles laissent en eux 7. Le travail qui nous intéresse ici fait partie d’une deuxième vague d’analyse selon laquelle des questions transversales aux trois axes ont été posées. Nous avons analysé notre matériel à nouveaux frais, en nous posant la question : de quelles manières les individus mobilisent-ils les émotions au sein des récits de conversations recueillis ?

La dimension émotionnelle des conversations : pistes d’analyse

12Nous proposons une présentation en quatre temps. D’abord, certaines opérations conversationnelles primaires qui mettent en jeu des émotions, soit les opérations de définition et de connotation, semblent contribuer à ce que nous proposons d’appeler la « définition émotionnelle de la situation ». Ensuite, une modalité importante des conversations, le partage, mobilise les émotions comme une ressource à équilibrer, ce que nous explorerons avec le concept « d’énergie émotionnelle » (Collins, 2004). Ensuite, nous présenterons les normes émotionnelles qui sont apparues dans les récits de conversation ainsi que les comportements de conformité ou de non-conformité à ces normes que nous avons observés. Finalement, nous pourrons nous attarder à noter quelles conduites émotionnelles les individus choisissent d’adopter eu égard à différentes situations.

La « définition émotionnelle de la situation »

13Dans les conversations racontées, les émotions sont notamment mobilisées pour leur potentiel de définition et de qualification des situations concrètes. Les participants rapportent certaines discussions selon leur contenu émotionnel : on parle d’une discussion « pas drôle » à avoir, ou inversement, de sujets « relaxants ». Il est intéressant de voir la manière dont la qualification émotionnelle des conversations rejoint une certaine définition de la situation (Thomas, 1928) et donc une « définition émotionnelle de la situation », dans la mesure où la teneur émotive des thématiques conversationnelles suffit à elle seule à cadrer un échange dans son ensemble.

14Les émotions peuvent un peu plus largement définir un contexte, comme lorsque l’on parle d’un moment difficile ou d’une situation qui fait vivre beaucoup d’émotions, comme une séparation, une période de chômage, des restructurations au travail. Un contexte ou une période de temps deviennent ainsi chargés de la somme d’énergie émotionnelle (Collins, 2004) qu’ils mobilisent. Il ressort des récits de conversations des périodes de temps « difficiles », des contextes qui « font vivre beaucoup de choses ».

15Les émotions qualifient aussi les individus ; que ce soit quelqu’un « d’émotif » en général, ou quelqu’un qui ne serait pas « jovialiste ». C’est souvent au contact de l’autre et de l’affect de l’autre que les participants se définissent et soupèsent leur propre affect en situation. Ainsi, l’autodéfinition émotionnelle se fait en étroit contact intersubjectif (Mead, 1963) et contribue aussi à qualifier le conversationnel de l’interlocuteur.

« Les choses qui sont moins reliées aux émotions, je m’en rappelle moins, moi je suis tellement quelqu’un d’émotif » (Virginie).
« Je me suis retrouvée devant quelqu’un d’hyper-déprimé par les élections (rire), moi je ne comprenais pas, je lui ai dit : "Mon dieu, je ne suis pas jovialiste à ce point-là, quand même !" » (Agnès).

16Les émotions constituent ainsi de premières grandes orientations qui définissent les interlocuteurs et leurs échanges et possèdent un fort potentiel pour rapidement saisir et expliquer les situations concrètes. Plus encore, dans une montée en généralité, on évoque aussi nos émotions concernant nos relations générales aux autres, parfois de manière plus générale, sous la forme de lois. Une psychologie profane, faite d’oppositions et de catégories classiques, est présente dans les discussions ; la complémentarité est souvent posée comme un principe heuristique expliquant et structurant les relations.

« On s’est mis à parler des gens qui étaient plus émotionnels, versus ceux qui étaient plus rationnels, puis on disait que, par exemple dans un couple, souvent il y a un équilibre qui se forme, il y a une personne plus rationnelle et une personne plus émotionnelle, comme s’il y avait quelque chose qui les unissait, plus tu es émotionnel, moins ton côté rationnel est haut, bref un espèce d’équilibre (Amélie).

17L’affect et les émotions sont des phénomènes que l’on nomme, évoque, partage. On dit que l’on est stressé, que l’on a pleuré, que l’on est blessé, que l’on apprécie l’autre. L’ensemble de ces émotions et le fait de les nommer devant l’autre vont connoter les rapports et les situations, vont donner des indices sur ces derniers. Une grossesse en bas âge devient un « choc » ; être élégant à Noël, un « stress » ; se faire donner des chocolats, quelque chose d’émouvant ; accepter un salaire trop bas, quelque chose de frustrant. Plus encore, les émotions vécues deviennent aussi des connotations lorsqu’elles sont exprimées en acte et en présence et qualifient ainsi l’interaction en train de se produire.

« Nous lui disons que nous aimons beaucoup son copain. Elle nous dit qu’elle l’a quitté deux fois cette semaine, qu’elle a beaucoup pleuré. Elle le trouve trop indulgent avec ses enfants » (Benoît).
- « J’étais comme : "Vas-y, là, raconte ton histoire !" […] Il dit : "Non là, ça ne me tente plus. Ça m’a blessée ce que tu as dit" » (Marie-Josée).
- « Beaucoup, beaucoup de gens nous ont signifié qu’ils étaient contents qu’on soit là, qu’on les ait accompagnés pour ce premier dix kilomètres-là, beaucoup, beaucoup d’appréciations comme ça » (Alain).
- « Elle était vraiment nerveuse pour son party de Noël, c’est la première fois en quinze ans qu’elle y va. […] Elle était vraiment stressée, je dis : "Mais je vois ça !" Elle disait : "Mais je veux être élégante !", je dis : "Mais je pense que tu vas être chic, là !" » (Amélie).

18Les émotions semblent avoir une teneur heuristique et symbolique forte dans la conversation, dans le sens où elles transportent avec elles un sens immédiat qui sera utilisé pour mieux comprendre une situation, une relation, un individu. C’est en ce sens que nous parlons de « connotations », puisque la mobilisation ou l’expression de ces émotions portent automatiquement une inflexion de sens. Deux modalités de la normativité émotionnelle qui émergent des récits de conversations étudiés, la définition et la connotation, sont des opérations à moyenne portée qui mettent en jeu les émotions de manière performative. Nous proposons qu’une définition émotionnelle de la situation résulte de ces deux opérations. Les émotions possèdent alors un « effet de réalité » (De Courville-Nicol, 2006) dans la constitution des définitions sociales des situations.

Le jeu de « l’énergie émotionnelle » dans le partage

19Les participants à une conversation partagent fréquemment des anecdotes, des émotions, des expériences, des opinions, des idées, etc. Il s’agit en effet d’une des grandes modalités de notre recherche initiale sur la normativité conversationnelle, comme nous l’expliquions plus haut. En premier lieu, une importante partie des récits de conversation étudiés évoque le sujet du rapport à soi, grand univers thématique de la normativité conversationnelle ; on parle de soi, de son état et de ses émotions. Au croisement de ces deux axes (la thématique du rapport à soi et la modalité du partage), se trouve une conversation-type : on questionne les autres sur leurs émotions, afin d’obtenir des informations sur une situation, sur l’état des choses, sur l’état de l’individu quant à une situation qu’il vit. « On a parlé un peu de la maladie qu’il a, puis on lui a demandé : "Toi, comment tu vis ça ? Comment tu passes à travers ça ?" » (Alain) ; « On voulait savoir comment il se sentait là-dedans » (Virginie). Ces partages peuvent nourrir des exigences propres à la politesse ou la civilité, mais aussi simultanément la dimension informative de la communication (Goffman, 1974) servant à nourrir et à confirmer la réciprocité des perspectives (Schütz, 1987).

20Cette grande catégorie du partage porte en elle une modalité plus affinée au sein des récits ; la confidence est une opération des échanges qui a émergé au sein des extraits de partage eux-mêmes. Tonalité intime du partage, elle fait appel à l’intériorité, à l’affect, aux profondeurs de l’individu et des thématiques de conversations. Les interlocuteurs se confient entre eux sur des situations à haute tension comme les conflits, les difficultés, les situations de déception ou le stress. Le partage émotionnel vient alors remplir différentes fonctions pour les interactants ; la solidarité, la compréhension mutuelle, la validation, la comparaison. C’est alors un canal fortement normatif qui semble se développer dans la mesure où on suppose que chacun syntonise ses manières d’éprouver ses émotions sur certaines normes qu’il sent être en vigueur.

« On a parlé de la patronne, puis là je dis : "Est-ce que tu as le même avis que moi ?" Puis là elle fait : "Tu veux dire qu’on pourrait dire qu’elle est totalitaire la patronne ?" J’ai dit : "Un peu, hein ? Est-ce que tu sens ça toi aussi ?" (rire). Ça fait du bien de voir qu’on n’est pas la seule qui se sent comme ça par rapport à elle » (Amélie).
« On a souvent des échanges où on peut parler de difficultés qu’elle vit avec sa famille ou sa sœur. C’est une fille qui a été secrète longtemps, puis là, je ne sais pas ce qui se passe là mais… elle me parle beaucoup de ses affaires intimes » (Andrée).
« Je sentais qu’il avait besoin de parler à quelqu’un parce que il n’a pas pu en parler vraiment avec sa copine, parce qu’elle ne comprend pas trop » (Marie-Josée).
« On a jasé de nos entraîneurs respectifs, de la façon dont on réagit à nos entraînements, on a partagé nos émotions sur comment on se sentait face à ça, finalement » (Alain).
« Dans un contexte de travail, j’ai animé un groupe d’intervention en toxicomanie. Après coup, avec ma collègue, on parlait un peu des émotions que ça nous avait fait vivre » (Annie).

  • 8 Anne Barrère et Danilo Martuccelli, dans leurs analyses sociologiques du roman français contemporai (...)

21Dans ces conversations, il s’échange davantage que des mots ou des confidences ; il y a une véritable charge émotive dans ces discussions, une tension qui se relâche lorsque « ça fait du bien de parler » ; une tension qui peut différemment se créer lorsque l’autre nous parle « de ses affaires intimes ». Il existe peu de travaux s’attardant à la présence, l’échange et la négociation de ces charges, à la fois climat et enrobage du contenu échangé. Héritier à la fois d’Émile Durkheim et d’Erving Goffman, Randall Collins parle d’énergie émotionnelle pour désigner ce qui lie, sépare et s’échange au sein des rites d’interaction : ce qu’il nomme « énergie émotionnelle » devient une ressource, mais aussi un objet de négociation (Collins, cité par Illouz, 2012). Toute une économie émotionnelle prend place, qu’il s’agisse de s’occuper de sa propre énergie émotionnelle ou de recevoir l’énergie émotionnelle de l’autre. Nous sollicitons ce concept « d’énergie » appliqué à l’émotion dans la mesure où il constitue un concept relativement ouvert et qui peut tant désigner une somme d’émotions qu’un différentiel (Barrère & Martuccelli, 2009) 8. En effet, le partage émotionnel nous semble émerger en filigrane des récits, comme un ensemble d’opérations parfois instables, qui doivent poser leurs bases sur des rituels, des réseaux et des effets de reconnaissance (Collins, 2005) ténus, que les individus activent ou désactivent. L’écoute ne répartira pas l’énergie émotionnelle de la même façon que l’indifférence ou l’invalidation, par exemple. Cette négociation d’énergie émotionnelle se fait notamment remarquer dans les procédures d’émission et de réception de certains partages émotionnels à haute tension, sortes de « confidences-décharges ». Différentes métaphores sont utilisées socialement pour désigner cette décharge elle-même ; le « cri du cœur », la « plainte », « vider son sac », un « trop plein », un « débordement ». Bernard Rimé parle à cet effet de la métaphore bien intériorisée du « réservoir » (Rimé, 2005). Différentes réceptions de ces décharges émotionnelles sont à relever dans les récits, nommées par les participants eux-mêmes : la confirmation, l’acquiescement, l’écoute, la surprise, la contestation. En exemple, l’extrait d’une participante qui fait le récit de sa propre décharge et de la réception qu’elle a sentie chez son interlocuteur.

« Ça m’a amenée à une espèce de cri du cœur (rire), je vidais mon sac sur le fait que j’admire les gens qui acceptent leurs faiblesses, qui veulent s’améliorer, plutôt que ceux qui se vantent de leurs mérites. […] Ça a été comme une frustration accumulée, j’ai parlé de façon assez expressive de ce que je pensais du sujet et puis il m’a dit, justement : "Tu as l’air vraiment passionnée, puis concernée par ça". Puis j’ai approuvé » (Marie-Josée).

22La confidence peut aussi remplir d’autres fonctions et devient notamment une activité réflexive et une occasion plus large d’analyser ses propres réactions. Il est intéressant de remarquer que l’on oppose encore les émotions et la rationalité dans l’appréhension de l’affect et la compréhension de soi-même.

« Mon conjoint, qui était allé déjeuner avec des gens, m’a raconté qu’il y a un de ses collègues qui avait un trouble obsessif, qui se lavait toujours les mains, qui attachait beaucoup d’importance à sa santé, puis là il a un cancer du pancréas, puis mon conjoint se sentait bien touché parce qu’il dit : "Il faisait tellement attention, il me semble c’est un gars qui aurait dû vivre plus longtemps", il ressentait ça même si c’est pas vraiment rationnel, parce que ce n’est pas parce que tu te laves les mains puis que tu fais attention que tu es pas malade là… mais mon conjoint vivait vraiment ça comme si son collègue n’aurait pas dû être si malade si vite, puis… il est touché par le cancer, mon conjoint, parce qu’il a eu un cancer de la prostate, puis il dit que c’est vicieux, tu as l’inquiétude qui demeure tout le temps même si c’est contrôlé » (Andrée).

23Le partage émotionnel mobilise et négocie la somme et le différentiel de l’énergie émotionnelle de la conversation. C’est un concept qui nous est apparu avoir une souplesse et une plasticité nous permettant d’analyser les opérations de partage présentes dans les récits comme des modalités cherchant à équilibrer ou déséquilibrer la conversation. On peut penser que le partage, entre autres opérations, possède ses propres règles interactionnelles ; c’est la question sur laquelle nous nous pencherons maintenant.

La conformité et la non-conformité aux normes émotionnelles

24Il existe des manières prescrites de réagir à certaines situations, des émotions préconisées selon les situations, des manières de se sentir « comme il le faut » (Hochschild, 1983, 2003). Les normes émotionnelles s’inscrivent quotidiennement dans les comportements et dans les processus de socialisation. Les conversations et leurs récits nous offrent de multiples traces de cette normativité émotionnelle en interaction et des différentes tactiques utilisées par les interactants pour s’y conformer ou ne pas s’y conformer.

25Dans les récits de conversations, nous avons pu observer que les interlocuteurs ont des attentes conversationnelles, des attentes quant à la réception émotive de l’autre et se prescrivent mutuellement à cet effet des manières de réagir. Il s’agit souvent d’une réception en amont, très proche de l’enjeu lui-même de la conversation. Des attentes précises jouent en amont de certaines conversations : l’attente à se faire conseiller, à susciter la compassion, à ce que l’on abonde dans son sens, à ce que l’on démontre de l’enthousiasme, etc. Quand l’autre ne répond pas aux attentes émotives de la conversation, les individus usent de micro-pénalités dans l’interaction.

« Il m’a dit : "Au lieu d’être excitée, tu amènes quelque chose de négatif" » (Marie-Josée).
« Je m’attendais à ce qu’il abonde dans mon sens, en disant : "Bon eh bien, voilà, stratégiquement, ce que tu dois faire…" Pas du tout ! […] Je me disais : "Mais non! Je veux des conseils !" Et donc visiblement il n’était pas très touché par ma situation (rire). J’étais frustrée, et je lui ai dit d’ailleurs, j’ai dit : "Mais je veux des conseils !" Donc je n’ai pas été conseillée par cette personne-là, j’étais… en furie ! » (Agnès).

26Certaines normes émotionnelles émergent lorsque l’on ne réagit pas de la manière exigée par la situation. Ainsi, ne pas pouvoir s’empêcher de rire d’une situation triste est une réaction que l’on rapporte avec certaines précautions : « J’ai ri. Je m’excuse, mais j’ai trouvé ça pathétique ! On a malheureusement beaucoup ri aux dépens de cette jeune femme » (Agnès). Ce type de gêne sociale fait référence à la retenue, première étape invisible du contrôle social informel (Goffman, 1973a, 1973b), dont la participante juge ne pas avoir usé. Les normes émotionnelles au sein de la conversation semblent donc représenter des grandes directions correspondant à la marge de manœuvre des individus en situations et pas nécessairement une grille à suivre à la lettre.

27Une transgression claire semble toutefois générer une réaction émotionnelle vive chez son interlocuteur. Dans le prochain récit de discussion, fuir une prise de nouvelles amicales provoque la colère de son interlocuteur. La norme conversationnelle et émotionnelle qui veut que l’on s’ouvre à l’autre, que l’on réponde à ses questions selon un pacte implicite de transparence, met à jour le vieux thème de l’expression obligatoire des sentiments (Mauss, 1921).

« Son ami ne voulait pas parler, mon copain lui posait des questions : "Qu’est-ce tu ressens ? Comment tu vas ?", puis son ami partait toujours sur d’autres sujets, puis il essayait de changer de sujet, donc ça a plus ou moins bien fini, finalement il n’a pas dit grand-chose. Mon copain s’est un peu fâché contre lui » (Marie-Josée).

28Les conversations se déroulent et prennent place par rapport à certains repères normatifs émotionnels dont nous trouvons des traces dans les récits de conversation. Les individus possèdent des attentes conversationnelles qui conditionnent en partie leur réception de la conversation ; selon ces attentes et les normes émotionnelles, ils usent de leur marge de manœuvre en situation face à leurs interlocuteurs. La normativité émotionnelle en conversation est intimement liée à un autre domaine de l’action, celui de l’ensemble des tactiques utilisées par les individus pour gérer les émotions au sein de l’interaction.

La conduite des émotions

29L’interaction comporte tout un travail de sélection et d’expression des émotions qu’effectuent les individus, individuellement et les uns par rapport aux autres. C’est notamment lorsque ce travail échoue que l’on peut en recueillir les marques et observer en quoi il consiste. Erving Goffman a bien exposé ces aspects de l’interaction susceptibles de faire « perdre la face » (Goffman, 1974) ; comme nous l’avons évoqué, Arlie Hochschild s’est quant à elle attardée au travail en profondeur qu’accomplissent les individus afin d’intervenir sur leurs émotions (Hochschild, 1983). Nous utiliserons ici le terme de « conduite » des émotions dans la mesure où il nous semble que les récits de conversation mettent à jour un type de phénomènes se situant tout juste entre, d’une part, ce travail intérieur et plus personnel sur ses propres émotions et, de l’autre, le travail plus « extérieur » et affirmé, propre à la maîtrise des impressions.

30Dans les récits de conversations étudiés, émergent de multiples traces de cette conduite émotionnelle. Au quotidien, cela se manifeste entre autres par le fait de s’assurer que l’on n’est pas la source de la mauvaise humeur de l’autre. La cohabitation consiste notamment en cette gestion des humeurs, comme lorsque l’on évite certains sujets (l’une des manifestations du tact).

« Mon copain me demandait pourquoi j’étais de mauvaise humeur comme ça, si c’était de sa faute, mais c’était juste l’activité qui ne me tentait pas du tout. […] Il n’était pas de très bonne humeur, donc je me suis informée un peu, j’essayais de voir si j’avais fait quelque chose, c’était quoi les raisons de sa mauvaise humeur » (Annie).
« Je dis bonjour à mon mari quand il se lève, et à mon fils quand il se lève, donc c’est vraiment les "comment ça va", bon. Si j’ai entendu une nouvelle passionnante je la partage ; on parle de météo en général… […] Rien qui pourrait mettre de mauvaise humeur personne (rire) » (Michelle).

31La conduite des émotions peut également impliquer, pour revenir aux travaux d’Erving Goffman et d’Arlie Hochschild, un rapport entre l’intérieur et l’extérieur de soi ; Athanasia Chalari le désigne en termes de « médiation » (Chalari, 2009). Ce rapport peut prendre la forme d’une dissimulation de ses émotions : par exemple, on change le sujet de la conversation ou on ne révèle pas tout ce que l’on ressent. Dans le deuxième extrait cité ci-dessous, on voit qu’il s’agit d’un travail de sympathie : l’interlocuteur concède à sa conjointe la déception d’un voyage annulé, même s’il souhaite, de manière plus égoïste, qu’elle ne parte pas.

« J’ai dit : "En même temps, ça ne donne rien de parler en mal de la patronne, parce que ça ne changera pas, elle est comme ça, puis on va juste se gâcher le moral" » (Amélie).
« Il était comme : "Ah c’est triste", mais en même temps, je sais, moi, que dans le fond, il est content (rire). […] Il était triste quand je lui ai dit que je ne partais plus, mais au fond de lui, je pense que ça lui faisait un peu plaisir » (Marie-Josée).

32De manière similaire, ce rapport entre l’intérieur et l’extérieur de soi peut se manifester par le fait de « ne pas dire » ; se retenir de dire quelque chose à quelqu’un parce que l’on n’est pas assez intimes, ou encore ne pas dire certaines choses en présence de quelqu’un. Il peut s’agir d’une gestion de l’intimité ; dans le premier extrait présenté ci-dessous, on n’est pas assez intimes pour aborder un sujet, alors que, dans le deuxième extrait, on remarque une pudeur à aborder les questions propres à un couple en présence de ses deux membres.

« J’ai cru bon de ne pas lui dire (rire) que mon ancienne collègue m’a dit : "Ne fais pas un enfant juste parce que t’as le goût d’avoir un enfant, il faut vraiment que tu t’assures que le père, tu veux le garder toute ta vie !", puis là je voulais lui demander si elle (rire) elle avait juste le goût d’avoir un enfant ou si elle l’aimait, le père, mais je ne lui ai pas demandé, on n’est pas proches comme ça » (Amélie).
« Nous lui disons que nous aimons beaucoup son copain. Elle nous dit qu’elle l’a laissé deux fois cette semaine, qu’elle a beaucoup pleuré. Elle le trouve trop mou avec ses enfants. Emmanuel nous dit de changer de sujet, car il revient » (Benoît).

33Le fait de « ne pas dire » constitue ainsi une modalité de réception des échanges, destinée à épargner la sensibilité de l’autre sur un sujet émotionnel précis, pour protéger l’ambiance ou parce que le degré d’intimité ne le permet pas. On présuppose aussi que les autres font de même avec nous et usent de ce savoir-faire émotionnel et interactionnel pratique en nous ménageant sur certains enjeux et à certains moments.

34Il arrive que l’on expose à son interlocuteur quelle stratégie émotionnelle adopter. Dans le prochain extrait, la participante conseille à sa mère de se « calmer » si elle n’obtient pas l’augmentation salariale voulue et lui expose un plan d’action. Le fait de « se calmer » devient un travail émotionnel en soi, destiné à amortir d’urgence une situation devant laquelle on ne sait comment réagir.

« Ma mère disait que si elle n’avait pas une bonne augmentation, elle serait fâchée. On lui a dit : "Non, ce que tu vas faire, c’est que tu vas accepter, tu vas dire oui, puis après ça tu vas te calmer, puis tu vas nous le dire, puis on va t’aider à te préparer pour la rencontre d’après" » (Amélie).

35Dans certaines situations, on voit plus clairement la manière dont certains individus se conduisent en adhésion à certaines normes. Dans le prochain extrait, c’est au malade en phase terminale de prendre la définition émotionnelle de la situation à bras le corps et de faire rire ceux qui viennent le visiter. On assiste ainsi à une conduite quasi-héroïque des émotions qui pousse à son paroxysme le jeu du « bon » malade – le « sick role » (Parsons, 1951).

« J’ai un copain qui est décédé du cancer, il y a trois ans, […] je racontais un peu comment c’était les derniers temps, avec lui, qu’il a fait preuve d’un sens de l’humour incroyable, puis je racontais que souvent les gens entraient dans sa chambre en pleurant, puis qu’ils en ressortaient en riant… » (Marie-Josée).

36La conduite des émotions peut toutefois se transformer en combat aux multiples stratégies. Ci-dessous, par exemple, avoir le dessus sur l’énergie émotionnelle de la conversation consiste à évoquer son « ex ». Il s’agit d’une manière de maîtriser l’enjeu de la conversation tout en gardant la « face ». Il existe différentes stratégies dans les conversations de couple pour maîtriser la totalité de l’énergie émotionnelle (Labrecque-Lebeau, 2014a) et l’extrait qui suit nous évoque à cet effet une négociation proche de la balance des pouvoirs.

« Donc, mon copain dit : "Ah! Ça m’amène à te conter une histoire d’"ex", puis là il était content, il était comme : "Pour une fois que c’est moi qui parle de mon ex !" (rire) […] Donc, j’étais comme : "Vas-y! Ça va me frustrer là, que tu me contes une histoire d’ex, vas-y ! Épanche-toi ! Il y a un côté de moi que ça lui tente vraiment pas, que tu contes l’histoire" » (Marie-Josée).

37La conduite des émotions constitue une dimension importante de l’interaction. Comme rapport différentiel entre « l’intérieur » et « l’extérieur », elle évoque les opérations primaires d’autocontrôle propres au processus de civilisation (Élias, 1973), mais aussi des formes plus labiles comme le tact (Goffman, 1973a, 1987). Or, comme nous l’avons vu notamment à partir des travaux d’Arlie Hochschild (1983), ce maniement peut également constituer un travail tout intérieur sur ses propres émotions. Il évoque également la marge de manœuvre que les individus possèdent sur l’espace affectif, faisant écho aux propositions de Julien Bernard (2015) mentionnées en ouverture de cet article.

Conclusion

38Nous avons ainsi tenté de mieux comprendre cet espace affectif de la conversation, cette marge de manœuvre des individus au carrefour de deux grands axes. La normativité conversationnelle, d’abord, constitue la valorisation sociale de certains sujets, opérations et réceptions de conversations. La normativité émotionnelle, ensuite, est une valorisation sociale de certaines manières de produire, réfréner, éprouver et conduire ses émotions. Les entretiens-débriefing recueillis nous ont donné accès tant aux thématiques des échanges quotidiens, à leurs grandes modalités, ou à la réception des individus, qu’aux manières dont les émotions prennent part aux situations quotidiennes de conversation, notamment dans leurs aspects normés et normatifs.

39La question des émotions dans la normativité conversationnelle permet d’aborder l’étude d’une texture bien précise des situations et des interactions. Les émotions peuvent d’abord servir d’outils pour définir les conversations ou les individus : on parle d’une conversation « lourde », d’une personne « émotive ». Plus encore, les affects servent à connoter les situations que l’on vit ; il semble qu’une véritable définition émotionnelle de la situation advienne lors de ces opérations. Certaines conversations se présentent comme un partage entre individus qui peut prendre la forme d’une « confidence-décharge », type d’échange mobilisant une importante somme d’énergie émotionnelle. Il émerge une normativité émotionnelle qui guide les manières de faire, d’agir, de réagir mais surtout de se sentir ; en référence à ces repères, les individus mettent en place un travail émotionnel (Hochschild, 1983) au sein des conversations. On voit alors que, suite aux propositions de Julien Bernard (2015), les individus agissent sur l’espace affectif de leurs interactions ainsi que sur leur conduite émotionnelle. Nos observations semblent aller dans le sens de plus grandes enquêtes du côté de la plasticité sociale des émotions, de l’intervention individuelle que l’on possède sur elles ainsi que sur l’ensemble des décisions que l’on prend pour elles et avec elles.

Haut de page

Bibliographie

Archer M. S. (2003), Structure, Agency and the Internal Conversation, Cambridge, Cambridge University Press.

Austin J. (1970), Quand Dire, c'est faire, Paris, Éditions du Seuil.

Barrère A. & D. Martuccelli (2009), Le Roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l'imagination sociologique, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Bernard J. (2015), « Les voies d’approche des émotions. Enjeu de définition et catégorisations », Terrains Théories, vol. 2.

Boullier D. (2003), La Télévision telle qu'on la parle. Trois études ethnométhodologiques, Paris, Éditions L'Harmattan.

Chalari A. (2009), Approaches to the Individual. The Relationship Between Internal and External Conversation, Londres, Palgrave Macmillan Editor.

Charmillot M., Dayer C., Farrugia F. & M.-N. Schurmans (dir.) (2008), Émotions et sentiments : une construction sociale. Approches théoriques et rapports aux terrains, Paris, Éditions L’Harmattan.

Collins R. (2004), Interaction Ritual Chains, Princeton, Princeton University Press.

De Courville Nicol V. (2006), « Pour une sociologie foucaldienne… de la peur » Sociologie et sociétés, vol. 38, n° 2, pp. 133-150.

De Courville Nicol V. (2011), Social Economies of Fear and Desire. Emotional Regulation, Emotion Management, and Embodied Autonomy, New York, Palgrave Macmillan Editor.

Dixon T. (2003), From Passions to Emotions. The Creation of a Secular Psychological Category, Cambridge, Cambridge University Press.

Élias N. (1973), La Civilisation des mœurs, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Farrugia F. (2010), « Socio-anthropologie de la connaissance », Introduction au dossier : « Émotions et sentiments, réalité et fiction », SociologieS – En ligne : Dossiers, Émotions et sentiments, réalité et fiction, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 06 janvier 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3140.

Goffman E. (1973a), La Mise en scène de la vie quotidienne. Tome I : La Présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1973b), La Mise en scène de la vie quotidienne. Tome II : Les Relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1974), Les Rites d'interaction, Paris, Éditions de Minuit.

Greco M. & P. Stenner (dir.) (2008), Emotions. A Social Science Reader, New York, Routledge Editor.

Hall S. (1994 [1980]), « Codage/Décodage », Réseaux, vol. 68, Centre national d’études des télécommunications, pp. 27-39.

Hochschild A. R. (1983), The Managed Heart. Commercialization of Human Feeling, Los Angeles, University of California Press.

Hochschild A. R. (2003), « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale ». Travailler, vol. 1, n° 3, pp. 19-49.

Illouz E. (2006), Les Sentiments du capitalisme, Paris, Éditions du Seuil.

Illouz E. (2012), Pourquoi l'amour fait mal. L'expérience amoureuse dans la modernité, Paris, Éditions du Seuil.

Jauss H. R. (1978), Pour une Esthétique de la réception, Paris, Éditions Gallimard.

Kemper T. D. (dir.). (1990), Research Agendas in the Sociology of Emotions, New York, State University of New York Press.

Labrecque-Lebeau L. (2014a), « Parler de l’amour et parler en amour : normativité relationnelle et conversations quotidiennes », Sociologie et sociétés, vol. 46, n° 1, pp. 59-80.

Labrecque-Lebeau L. (2014b), Dire le quotidien. Univers, corridors et amortissements de la normativité conversationnelle, thèse de doctorat de l’Université du Québec à Montréal, déposée le 2 décembre 2014.

Martuccelli D. (2006), Forgés par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Éditions Armand Colin.

Mauss M. (1921), « L’expression obligatoire des sentiments (rituels oraux funéraires australiens) », Journal de psychologie, vol. 18, pp. 425-434.

Mead G. H. (1963), L'Esprit, le soi et la société, Paris, Presses universitaires de France.

Parsons T. (1967 [1951]), The Social System, Londres, Routledge Editor.

Pasquier D. (1999), La Culture des sentiments. L'expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Maison des Sciences de l'Homme.

Picard D. (1992), « De la communication à l’interaction : l’évolution des modèles », Communication et Langages, n° 93, pp. 69-83.

Rimé B. (2005), Le Partage social des émotions, Paris, Presses universitaires de France.

Schütz A. (1987 [1971]), Le Chercheur et le quotidien, Paris, Éditions Méridiens Klincksieck.

Solomon R. (1976), The Passions. Emotions and the Meaning of Life, Indianapolis, Hackett Editor.

Thomas W. & D. S. Thomas (1928), The Child in America: Behavior Problems and Programs, New York, Knopf Editor.

Haut de page

Notes

1 Nous laissons de côté ici, de manière intentionnelle, tout le débat entourant l’opposition entre rationalité et émotion. Nous renvoyons toutefois, pour les États-Unis à l’ouvrage classique de Solomon (1976) sur le potentiel cognitif des émotions et pour la France, entre autres, à Charmillot et al. (dir), 2008, pour une présentation de la synthèse ; sans entrer de plein pas dans le débat, nous esquissons toutefois en ouverture une position plus claire.

2 Il est à noter que, tout au long du texte et de notre démarche, nous utilisons le champ lexical de la performativité au sens large et premier du terme, soit la capacité d’un mot à réaliser une action (Austin, 1975). Notre travail ne s’apparente pas à une démarche linguistique ou de philosophie du langage et ne saurait prétendre à un usage plus poussé du terme ou encore à ses déclinaisons ; c’est plutôt la possibilité même de performativité qui nous intéresse.

3 Cette prise en compte de la part du chercheur provient également du grand remaniement des modes de connaissance et de leur légitimité (savants, profanes, experts mais aussi littéraires, scientifiques, etc.) ; voir la discussion de Farrugia, 2010.

4 Il est à noter que nous ne nous penchons pas pour l’instant sur les déclinaisons sociodémographiques de la conversation et des émotions. En attendant de nourrir nos échantillons afin d’explorer ces questions, nous avons d’abord choisi de nous pencher sur la généralité du phénomène conversationnel afin de poser de premières hypothèses de travail. Ainsi, nous allons indiquer quel participant parle lorsqu’il y a citation d’extrait d’entretien, mais sans s’étendre sur ses caractéristiques individuelles. Pour les spécifications méthodologiques complètes voir (Labrecque-Lebeau, 2014b).

5 Dans l’évolution des modèles de communication (Picard, 1992), la réception en est venue à être considérée comme partie prenante des processus touchant les interlocuteurs participant à un échange, y compris une conversation. Bien que dans une conversation, les individus ne soient pas de purs récepteurs mais sont également des énonciateurs, il faut donc se prêter au jeu du découpage heuristique et isoler un « moment de réception » qui n’existe pas et est recréé par le recherche. Comme nous le verrons, nous avons poussé plus loin cette idée en forgeant le concept de « réception normative » (Labrecque-Lebeau, 2014b).

6 Nous rappelons qu’il s’agit ici d’une portion des résultats d’une enquête portant sur les conversations quotidiennes en général et que donc, la question des émotions n’intervient pas dans les consignes ou dans la problématique de la recherche mais constitue une unité d’analyse et de présentation des résultats.

7 Nous avons ainsi proposé dans notre thèse de doctorat le concept de « réception normative » pour désigner notamment l’interface entre conversation et intériorisation. Il s’agit d’élargir le concept de réception habituellement utilisé en littérature (École de Constance ; Jauss, 1978) et en communication (Hall, 1980) afin de l’élargir pour qu’il englobe les phénomènes normatifs et plus particulièrement les conversations (Labrecque-Lebeau, 2014b).

8 Anne Barrère et Danilo Martuccelli, dans leurs analyses sociologiques du roman français contemporain, font état de différents « régimes d’énergie » que les écrivains utilisent pour décrire leurs protagonistes, régimes qui révèlent à leur tour le rapport de l’individu contemporain aux fluctuations quotidiennes de son état (stress, fatigue, émotions, états existentiels, etc.) (Barrère & Martuccelli, 2009, p. 120). Ce sont les auteurs qui proposent également que l’énergie puisse être pensée comme un différentiel entre ressourcement et investissement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisandre Labrecque-Lebeau, « Les émotions et les conversations quotidiennes. Pistes d’analyse à partir de récits d’interaction », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5974

Haut de page

Auteur

Lisandre Labrecque-Lebeau

Postdoctorante, CRESPPA - équipe GTM, Paris (France) - lisandre.labrecque@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page