Navigation – Plan du site
Les risques liés à l’incertitude : quels effets sur le système de genre ?

Les Free-rideuses du marché du travail

Quels devenirs pour des « féministes professionnelles » ?
Julie Jarty

Résumés

Partant d’une réflexion sur les incertitudes caractérisant les trajectoires professionnelles des jeunesses européennes contemporaines, cet article traite du devenir de féministes engagées, diplômées d’un Master sur le genre. En cela, il pose une épineuse question inhérente à la professionnalisation des « études genre » : celle des conditions d’insertion et de travail de femmes formées pour renverser les rapports de domination. Mon raisonnement consiste à montrer comment certaines étudiantes se lancent dans un « parcours professionnel militant » et développent différentes stratégies d’insertion en emploi, entre attachement aux objectifs des luttes féministes et stratégies pour tirer leur épingle du jeu de l’autodétermination et de l’émancipation désormais attendues des femmes diplômées. Ce qui fait d’elles des free rideuses, contrant l’instabilité et le sexisme du marché du travail contemporain par des compétences innovantes et un tissu de solidarités féministes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Lentement depuis les années 1980, les « études genre » ont pris une assise désormais incontestable au sein du paysage universitaire français, au point même de marquer de son sceau les trajectoires de vie d’étudiantes (surtout), et de quelques étudiants également ; au point même en effet de devenir un parcours de spécialisation à part entière, pour des personnes arrivant désormais au féminisme par « la théorie » plus que par « la pratique » (Bessin & Dorlin, 2005). Diffusé dans différentes filières de quelques départements universitaires français et dans de plus en plus d’ouvrages et revues scientifiques, ce champ de recherche et d’enseignements bénéficie peu à peu d’une reconnaissance institutionnelle mais aussi d’un engouement de la part d’étudiant·e·s marqué·e·s par la portée critique de ces enseignements (de sciences humaines et sociales surtout) (Andriocci, 2005 ; Béréni, 2012). Par-delà l’objectif initial de diffusion des théories féministes, ce processus d’institutionnalisation a finalement engendré un mouvement de « professionnalisation du militantisme » (Bard, 2004). Il se caractérise par l’apparition de quelques diplômes attestant de compétences et savoir-faire issus du mouvement féministe et par la constitution subséquente d’un vivier d’expertes formées pour œuvrer à la promotion de l’égalité entre les sexes. Reste que cette professionnalisation peut sembler surprenante (voire même déraisonnable) dans la mesure où les cursus au sein desquels elle se déploie sont déjà régulièrement pointés par les médias et les politiques comme des filières peu pourvoyeuses de débouchés professionnels – constat pourtant infirmé par les données statistiques (ASES et al., 2014). En outre, s’orienter vers une formation professionnelle « sur le genre » pourrait relever d’un projet (collectif) certes émancipateur, mais (individuellement) peu rentable – la structuration d’un « marché de l’égalité » demeure par exemple difficile et concurrentielle (Blanchard, 2012) – voire irrationnel – tant nos sociétés néo-libérales sont marquées par la neutralisation des formes de critiques sociales (Boltanski et al. 2014).

2Pourtant une telle formation, « unique en son genre », est née à Toulouse en 1993 (Lapeyre, 2014) et une autre a ouvert ses portes à Lyon en 2008. L’intérêt porté au devenir de leurs diplômées se justifie doublement : par l’acuité des enjeux liés aux incertitudes du marché du travail, notamment dans une période de chômage de masse, puis par les recompositions multiples d’une action publique en faveur de l’égalité entre les sexes qui se traduit par un mouvement paradoxal : entre engagements et désengagements, avancées puis reculs, de l’État. S’ajoute à cela un « détail » : il s’agit très majoritairement de femmes formées – très majoritairement par d’autres femmes – à occuper des postes marqués par leur (relative) invisibilité et une incertitude quant à leur pérennité et leur reconnaissance. Des questions sont alors éminemment sous-jacentes : comment les diplômées s’en sortent-elles dans le processus d’individualisation des sociétés contemporaines en termes d’accès au marché du travail et, in fine, d’accès à des droits sociaux propres ? Comment font-elles faire reconnaître leur diplôme de Bac + 5 et comment valorisent-elles leurs compétences en « études genre » encore perçues comme atypiques sur un marché du travail fragilisé ?

La méthodologie : population d’enquête et positionnement de l’enquêtrice

3Pour répondre à ces questions, je m’appuierai sur une enquête réalisée entre 2013 et 2015 sur le devenir des diplômé·e·s du Master « Genre Égalité Politiques Sociales » de l’Université Toulouse Jean-Jaurès caractérisée par l’hétérogénéité du matériau recueilli et analysée à partir d’une expérience située. Face à une grande diversité de profils et de parcours étudiés, j’ai resserré ici l’analyse sur celles dont l’engagement féministe dépasse le contenu de leur activité professionnelle et constitue un projet de vie. En cela, il ne prétend pas représenter les expériences de toutes les diplômées du Master GEPS mais plutôt celles, nommées ici free-rideuses en ce sens qu’elles se fraient une place sur un marché de l’emploi dont elles dénoncent, sans doute comme d’autres spécialistes des inégalités, ses normes dominantes. Le prénom de chaque interviewée a été remplacé par le nom de leur promotion respective, chaque promotion de Master « baptisant » traditionnellement la suivante.

  • 1 Cette proximité doit ici être nuancée par mon statut de maîtresse de conférences qui me permet de b (...)

4L’article mobilise ainsi prioritairement un matériau qualitatif composé de seize témoignages filmés, mais non publics, recueillis lors du colloque « Les métiers du genre et de l’égalité. Enjeux, perspectives » qui s’est tenu à l’Université Toulouse Jean-Jaurès en décembre 2013. L’analyse est complétée par un entretien semi-directif mené avec Lilou et des discussions informelles avec d’autres diplômées avec qui j’ai pu discuter à bâtons rompus de la problématique traitée dans cet article. En effet, il est important de préciser, en tant qu’auteure de cet article, que mon positionnement à l’égard de la présente réflexion est entre juge et partie : d’une part en tant que maîtresse de conférences (depuis 2012) membre de l’équipe pédagogique du Master ; d’autre part en tant que féministe formée et évoluant dans le même « bouillon de culture », fréquentant parfois les mêmes lieux de socialisation que mes enquêtées. J’entretiens en outre, avec celles que je nomme ici les free-rideuses, une proximité professionnelle et militante, de surcroît générationnelle et parfois aussi amicale. Cette implication affective avec mon terrain d’enquête 1 a tout autant façonné mon approche et posé des limites à mon analyse qu’elle m’a aussi donné l’accès à des confidences, mises à l’épreuve du quotidien, sur la façon dont ces free-rideuses vivent et parlent de leur insertion professionnelle.

Le Master GEPS (Genre Égalité Politiques Sociales) :
Créé en 1993 sous le nom de « Rapports sociaux de sexe et politiques sociales », ce Master forme des futures responsables de l’action sociale occupant des postes-clés, de coordination de structures ou de cheffes de projets pour 67% des diplômé·e·s de 2008 à 2012 en emploi en 2013. Elles exercent dans des domaines très diversifiés que sont la prévention et la lutte contre les violences et les discriminations, la promotion de la santé, l’insertion et l’égalité professionnelles, l’éducation, etc. (Artemisia, 2013). Si 70% d’entre elles considèrent que leur emploi correspond à la spécialité du Master, les autres sont nombreuses à utiliser les connaissances transmises au cours de cette formation dans le cadre de leur profession (Ibid).

Faire du féminisme son projet professionnel : une construction individuelle et collective

L’obtention d’un Master « genre » comme officialisation et légitimation d’une posture féministe

5Dans un contexte de cristallisation des pouvoirs publics sur les enjeux d’insertion en emploi, les étudiant·e·s des universités sont de plus en plus tôt enjoint·e·s à se projeter dans l’avenir incertain promis par les sociétés de l’individualisme et, donc, à définir sérieusement au fil de leur trajectoire de formation leur propre projet professionnel. À cet égard, l’évolution récente de l’offre de formations dans les universités françaises (ouverture d’unités d’enseignements dits de « professionnalisation », mise en place de stages dès la Licence, etc.) témoigne de l’acuité d’une priorité devenue, depuis la fin des années 2000, injonction sociale. Le changement d’intitulé des DESS (Diplôme d’études supérieures spécialisées), créé au début des années 1990, devenu Master « professionnel », symbolise plus encore ce tournant. Même si la convertibilité du Master 2 sur le marché du travail n’est pas toujours immédiate, il reste un niveau de diplôme censé protéger du chômage (Béduwé et al., 2014) et, ce faisant, constitue souvent l’aboutissement d’un parcours universitaire réussi, limitant les risques professionnels contemporains (chômage, CDD, etc.). Désormais, obtenir un Master, c’est, pour reprendre les termes de Stéphane Beaud, le « bout du cursus légal » des étudiant·e·s (Beaud, 2006). Pour les sortantes d’une Licence (ou les anciennes sortantes d’une Maîtrise), majoritaires dans le Master GEPS, il s’agit donc le plus souvent de continuer sur la lancée d’un parcours caractérisé par sa linéarité d’une part et par la découverte (volontaire ou accidentelle) des savoirs féministes et sur le genre d’autre part : « Le Master c’était vraiment la possibilité d’allier à la fois l’insertion sur le marché du travail et le militantisme » (Honoré, co-directrice d’association de lutte contre les violences conjugales).

6Il importe par ailleurs de souligner qu’une majeure partie d’entre elles ont parfaitement adhéré aux normes d’organisation universitaire, valorisant notamment la dimension critique des études et l’apprentissage de l’autodétermination. Un certain nombre d’entre elles ont expérimenté – et continueront d’expérimenter au cours du Master – une socialisation universitaire ne reposant pas exclusivement sur le cadre scolaire. C’est par exemple le cas des étudiantes de l’Université de Toulouse-Le Mirail (Jean-Jaurès depuis 2014), se définissant elles-mêmes très souvent comme « un pur produit Mirail ». Ce terme fait explicitement référence à l’histoire militante d’un campus universitaire où les mouvements contestataires ont été traditionnellement forts : Queen, l’une de nos interviewées, évoque d’ailleurs comment elle a fait des grèves, assemblées générales et autres réunions étudiantes son terrain de mémoire de Maîtrise, y décryptant le sexisme au sein d’un syndicat étudiant : « j’ai consigné dans des cahiers qui faisait la soupe, qui allait dans les réunions, qui prenait la parole en AG ». In fine, ces entrantes en Master incarnent tout à la fois les potentialités émancipatrices de l’enseignement à l’université (en faisant de l’apprentissage critique une compétence première) et une certaine docilité scolaire propre aux étudiant·e·s ayant franchi sans trop d’entraves le cap sélectif du premier cycle universitaire (Beaud, 2006), puis d’un Master relativement unique en France.

7Pour ainsi dire, dans le catalogue important des offres de formations universitaires (Mignot-Gérard et al., 2001), la plupart des diplômées ont choisi la finalité du contenu intellectuel de la formation, pour reprendre le vocable de François Dubet (1994), en tentant de l’associer autant que faire se peut à la finalité de professionnalisation justement promise par le titre de « Master professionnel » :

« Je crois que j’ai pris le cursus où je pensais que je ferais le plus de genre possible quasiment en termes purement horaire […] Ça [le Master] m’a beaucoup apporté sur les possibilités de professionnalisation du genre, sur les politiques sociales, les institutions, et puis le croisement avec d’autres problématiques » (Néo, directrice d’association de santé communautaire).

8Comme pour toute une génération, l’obtention du Master marque donc l’acquisition attendue et rassurante d’un diplôme de niveau Bac + 5. Mais elle témoigne aussi de l’aboutissement d’un parcours universitaire marqué par une prise de conscience de la différence hiérarchisée entre les sexes, d’un enthousiasme collectif à dépasser le statut « d’autodidacte du genre » (Béreni, 2013), parfois aussi un moyen d’affirmer tout le sérieux des revendications féministes :

« Le Master c’était l’école du féminisme, pour avoir son diplôme de féministe il fallait passer par ce Master-là et donc c’était aussi possible de légitimer ma posture féministe par le diplôme. Un Master féministe professionnel […] Quand je suis sortie du Master, déjà il y a eu trois jours d’euphorie, ça a été la lune de miel : "ça y est j’ai mon diplôme de féministe !". Et puis est venue la question : "comment on gagne des sous ?" » (Queen, salariée d’association de promotion de la santé et de l’éducation populaire).

9Terme explicitement utilisé dans l’entre-soi militant qui caractérise cette enquête, certaines diplômées expliquent en revanche, lors de discussions informelles, qu’elles ont effacé de leur curriculum vitae la mention « rapports sociaux de sexe » du diplôme, méconnue voire discréditée. Car du reste, pour elles comme pour celles qui se battent pour la pérennisation de telles formations à l’université, l’objectif est bien que les diplômées deviennent, à l’instar des revendications féministes issues du mouvement de libération des femmes, tout à la fois initiatrices de changement social, indépendantes financièrement et autonomes dans leur choix de vie.

Un besoin social de compétences et d’innovation sur le « genre »

10Le sentiment d’incertitude quant à l'avenir professionnel et la crainte du « stigmate féministe » (Emo, 2009), s’ils demeurent présents, sont atténués par un constat sans appel : l’attractivité des « études genre » à l’université se déroule dans un contexte de mutations institutionnelles où les problématiques d’égalité acquièrent une légitimité aux yeux des pouvoirs publics et dans un contexte social où s’exprime, lentement, un besoin collectif et transversal d’expertise en la matière.

11C’est par exemple le cas dans le secteur du travail social, où la déficience de la grille de lecture féministe ou du genre contraste avec la suprématie des « savoirs psy ». Dans cet environnement professionnel propice à la perpétuation d’une vision essentialiste des différences entre les sexes, l’enjeu de promotion d’un langage commun partagé, facilitant l’action et la construction d’un agenda politique, se fait ressentir (Lapeyre, 2014) : pour celles dont les pratiques professionnelles féministes sont isolées et délégitimées et pour d’autres qui se confrontent à certaines limites des savoirs légitimes et se heurtent à l’occultation des logiques de genre :

« J’ai énormément travaillé en protection de l’enfance […] par rapport au regard qu’on portait sur les familles et l’approche qu’on avait du travail avec les familles ; ça m’allait pas du tout. Et là je dénonçais les modèles normatifs, l’idéologie familialiste dans lesquels on était […] ensuite j’ai également beaucoup travaillé en accompagnant des adolescentes et une des questions c’était effectivement, que j’étais très interpellée sur la question des violences faites aux femmes, et sur la banalisation de ces violences et notamment par les jeunes elles-mêmes, qui pouvaient justifier la question des violences » (Eustache, 47 ans, formatrice en école de travail social).

12En outre, dans un monde professionnel aveugle aux logiques de genre, la prise en compte des savoirs féministes apparait comme une urgence de justice sociale, un tremplin vers le renouvellement des pratiques, voire même de l’ethos professionnel. D’ailleurs depuis quelques années, des initiatives se multiplient et sont autant de signes d’un potentiel de renouvèlement des discours dominants et des approches (Bessin, 2013) dans le secteur du travail social.

13Le besoin de combler cette cécité au genre se révèle également du côté des institutions centralisées et décentralisées de l’État où la mise en place progressive du gender mainstreaming pose avec acuité la question de la formation et de l’appui des fonctionnaires en charge de mettre en place des actions de lutte contre les inégalités entre les sexes.

14Du côté des associations féministes, les attentes à l’égard d’expertes de la grille analytique du genre sont plurielles. Tout d’abord, l’adhésion à une lecture féministe du monde, qui recouvre des savoirs théoriques sur le genre mais sans doute plus encore des savoir être (comme l’esprit critique par exemple) et des valeurs fortes (pour le collectif, le dialogue, par exemple), est une condition d’intégration de ce secteur. Ensuite, la nécessité d’innovations et du renouvellement des problématiques pour des associations appelle la recherche de nouveaux projets :

« On essaye de prendre chaque année des diplômées [en stage], parce que ce qui nous intéresse, c’est qu’elles nous proposent des sujets innovants et des recherches-diagnostics qui ensuite vont nous permettre vraiment de créer des actions innovantes et adaptées au besoin sans cesse en évolution du public avec lequel on travaille » (Néo).

  • 2 La perspective radicale matérialiste est transversale dans les enseignements du Master. Si y adhére (...)

15Si les parcours d’insertion analysés dans cet article sont loin d’être balisés, c’est aussi parce que le Master est précisément fondé sur le principe d’une pluralité de profils d’étudiantes en termes de formation théorique sur le genre, en termes de postures féministes 2 mais aussi en termes de visées professionnelles (généralement en cours de construction). Cette pluralité recherchée empêche donc précisément de prédire à l’avance ce que les diplômées vont faire de leur diplôme : c’est bien souvent au cours de la formation, par la rencontre avec les professionnelles extérieures, le stage, les relations nouées entre membres des promotions, que se dessinent les choix de secteurs et les domaines d’application. Il convient dès lors de saisir quels sont les soubassements qui président à la réalité des conditions d’insertion et de travail.

L’expérience de la confrontation au marché du travail

Le réseau féministe : un ressort pour l’insertion professionnelle

16Pour des diplômées ayant un regard averti quant à la fragilisation du marché du travail, l’appui du réseau féministe est un pivot central de l’insertion professionnelle. Désormais mieux structuré et reconnu, incarné et entretenu en permanence, depuis plusieurs décennies, par les actrices issues de différents pôles de « l’espace de la cause des femmes » (académique, associatif, étatique ou partisan) (Béréni, 2009), il préside à une gestion facilitée du sentiment déroutant d’imprévisibilité de son avenir professionnel. Celui-ci est d’autant plus prégnant que les métiers mobilisant des compétences d’expertise sur le genre sont relativement méconnus des acteurs « classiques » de l’insertion en emploi :

« A Pôle emploi [organisme public de gestion des personnes en recherche d’emploi], on ne connaît pas ces métiers-là, donc là on m’a dit : "Madame ce que vous recherchez, à Toulouse ça n’existe pas, il faut que vous alliez à Paris, il faut que vous alliez dans un autre pays européen (rire) mais en restant à Toulouse c’est… (rire) c’est mort !". Donc je me suis dit : "non, je sais que ça existe, donc je vais finir par y arriver" » (Princesse poilue, collaboratrice d’une déléguée régionale aux droits des femmes et à l'égalité).

  • 3 Sophie Collard, de la promotion des Princesses Poilues, est chargée de mission depuis 2007 et Doria (...)

17Créée en 1997 par des diplômé·e·s du Master et soutenue par les membres de l’équipe pédagogique, l’association Artémisia constitue un exemple de la mise à l’étrier par le réseau. Située dans les locaux de l’équipe de recherche SAGESSE du Laboratoire CERTOP, l’association salarie aujourd’hui à temps plein 3 deux diplômées du Master et développe des projets de recherche-action autour de la promotion de l’égalité auprès de professionnel·le·s de différents secteurs. Pour Princesse Poilue, le bénévolat en son sein lui a permis de se professionnaliser en accompagnant la chargée de mission dans le montage et la conduite de projets et, partant, d’apprendre à se présenter et à présenter des projets auprès d’une multiplicité d’acteurs et d’actrices, institutionnel.les notamment. C’est ainsi l’occasion de se faire connaître et de faire reconnaître son expertise. Et par-delà le rôle de tremplin que jouent, à l’égard des jeunes diplômées, les protagonistes impliquées dans les différents univers de l’espace de la cause des femmes, ces dernières lient entre elles des rapports d’interconnaissance favorisant un décloisonnement des possibilités d’insertion. C’est ainsi que la sphère institutionnelle, où les contrats demeurent plus rares mais les salaires plus élevés, s’est ouverte pour Princesse Poilue comme pour Simone Insoumise par le biais du monde associatif :

« J’avais beaucoup misé sur le réseau parce qu’on sait que le milieu féministe – que ce soit associatif, universitaire ou politique – c’est un milieu dynamique mais c’est aussi un milieu où tout le monde se connaît un peu […] et je me suis aussi investie dans une association […] qui réunit beaucoup de femmes politiques, de députées, de maires, des fémocrates en fait, toutes féministes, c’est dans ce cadre-là que j’ai pu rencontrer la personne avec qui je travaille aujourd’hui » (Simone insoumise, 30 ans, conseillère technique sur les questions d'égalité entre les femmes et les hommes auprès d’une députée).

18Les associations féministes et la rencontre avec les actrices y travaillant constituent ainsi un réel levier d’insertion. Pour autant, la revendication d’un modèle économique alternatif s’y traduit paradoxalement par l’offre, en interne, de conditions d’emploi et de travail de « faible qualité » (Flahault et al. 2014) : précarisation de la main d’œuvre par un usage important des contrats « atypiques » (temps partiel, contrats à durée déterminée, stages) ; faiblesse de la reconnaissance professionnelle liée à la relative bassesse des niveaux de rémunérations et aux limites des perspectives de carrière. Soumis aux évolutions des régulations sociétales de l’emploi, le développement incontestable d’emplois salariés dans le secteur associatif se fait au prix d’un travail quotidien acharné (et parfois épuisant) de recherche de fonds des salarié·e·s et des bénévoles. En effet, l’inscription dans une logique de réponses à appels d’offre et de management par le projet (Boltanski & Chiapello, 1999), de renouvellement et de recherche de fonds publics, voire de demande de mécénat, semble devenir une condition pour le développement des associations, c’est-à-dire pour la création d’emplois, mais aussi leur pérennisation et leur revalorisation salariale :

« Elle m’a dit : "si tu veux rester va falloir que tu crées ton poste" et donc elle m’a un peu poussée comme ça : "tiens, ça c’est un dossier de subvention, vas-y, écris-moi déjà un argumentaire, on va voir ce que ça donne !". Puis j’en ai fait plusieurs et puis ça s’est bien passé vu que j’ai été recrutée en janvier. Ensuite j’ai été formée pendant un an aux tâches de direction, je voulais faire du terrain mais voilà, c’était pas là qu’on attendait une diplômée du Master (rire) en tout cas à ce moment-là à l’association » (Néo).

19Attestant l’expérimentation quotidienne des liens entre les logiques économiques contemporaines et la création/pérennisation de leurs postes, cet extrait témoigne aussi du fait que les diplômées sont particulièrement attendues sur leurs compétences de montage de projets, c’est-à-dire de cadre. En outre, le secteur associatif exige d’elles la mobilisation de compétences diversifiées, acquises au cours de la formation et de la période de stage mais bien plus encore « sur le tas », en situation professionnelle. Par-delà la maîtrise – parfois extrêmement pointue – de cadres théoriques sur le genre et leur mobilisation sur le terrain, une variété importante de compétences caractérise leurs missions professionnelles quotidiennes. Les emplois du secteur associatif sont donc, plus que dans le secteur privé, marqués par l’autonomie, la diversité des tâches et l’innovation (Narcy, 2013).

« Allier à la fois quelque chose de très politique dans le sujet même de l’association, et gérer aussi des relations institutionnelles, c’est un gros boulot, gérer aussi la rédaction d’argumentaires et puis créer des projets, créer des nouvelles lignes de subventions mais en fait créer des projets en s’appuyant au maximum sur des recherches-actions, sur l’innovation » (Néo).

Le défi de la rencontre avec des non-initié·e·s

20L’acquisition d’une légitimité à renforcer ou à construire en interne (en faisant la preuve de ses compétences et de son potentiel d’innovation auprès des « alliées ») se double d’une reconnaissance, non des moindres, à acquérir en externe. La rencontre avec des personnes non-sensibilisées, voire parfois hostiles aux problématiques de genre, représente une épreuve déstabilisante :

  • 4 Conseil économique et social régional.

« Sortir du DESS pour aller au CESR 4 de Midi-Pyrénées, c’est comme sortir de sa maison pour aller dans la rue ! Pour le coup… autant le DESS c’est un milieu protégé, on est toutes d’accord, enfin en tout cas on sait pourquoi on est là… Les logiques du conseil économique et social étaient nettement moins protectrices, moins bienveillantes » (Lilou, formatrice, secteur de l’éducation populaire).

21Pour toutes, travailler sur le genre force à une intelligence situationnelle, à l’apprentissage de la pédagogie, à l’acceptation du désintérêt initial des collègues pour de telles problématiques. Il s’agit très souvent de trouver des arguments de persuasion (par exemple pour obtenir des financements auprès des élu·e·s), de rechercher des alliances stratégiques (par exemple viser prioritairement les réserves parlementaires des femmes, souvent plus enclines à financer des projets dirigés vers la lutte contre les inégalités). Confrontées en permanence au risque de dilution des objectifs féministes transformatifs, nombreuses sont celles qui acceptent la logique de l’essaimage plutôt que celle, plus utopique, du renversement radical des mentalités. Dans certaines situations, il peut s’agir de procéder habilement à un travail de relissage du discours militant pour le faire passer auprès d’étranger·e·s – parfois de résistant·e·s – à la grille de lecture du genre, et donc pour tenter de contribuer au changement social. Il faut parfois faire preuve d’une imagination forte pour convaincre, mais également d’une vigilance de tous les instants pour gérer l’incertitude et le risque des glissements de référentiels, la cooptation d’idéaux plus consensuels :

« Il va falloir d’abord convaincre l’élue en charge qui suit le dossier et puis avoir une oreille tendue, trainer dans les couloirs, se faire des ami·e·s ou en tout cas des allié·e·s pour savoir ce qui va se passer avant tout le monde […] Il faut que tous les élus soient d’accord donc il faut préparer en amont pour qu’il n’y ait pas des blocages ensuite, donc il faut gérer les égos des uns et des autres et être un petit peu celle qui va venir embêter tout le temps les élus » (Simone Insoumise).

22Dans les emplois non ciblés sur « la cause des femmes », la grille de lecture et les outils du genre, quoique jamais formalisés sur les fiches de poste, restent une des « lignes directrices » des diplômées. Pour Lilou par exemple, elles demeurent un des ressorts de valorisation et de structuration principale de son identité professionnelle : « chacun a son identité, la mienne c’est celle-là ». Ainsi, dans des mondes professionnels où chacun·e à sa propre obsession, la grille de lecture féministe trouve à s’appliquer dans le quotidien des pratiques professionnelles. Cela se traduit par une vigilance permanente à l’échelle de l’organisation en matière de production intellectuelle, de régulation des échanges ou de gestion humaine des équipes de travail, en dépit du « stigmate féministe » (Emo, 2009) qui pèse et suscite un processus d’étiquetage dont les enquêtées prennent parfois le parti :

« Je rédige tous mes documents en féminisant, ça fait chier tout le monde parce que c’est chiant à lire (rire), il n’y aura pas un document où je n’aurai pas posé la question du genre avec un point d’attention sur les outils, sur les supports […] je suis hyper attentive à ce que l’équilibre des prises de paroles soit possible et c’est des détails au quotidien qui font que je suis chiante (rire) mais je m’en fiche parce que ça oblige tout le monde à se poser la question » (Lilou).

23Mais dans certains secteurs, la confrontation avec la culture viriliste de certains hauts lieux de pouvoir, y compris les institutions décentralisées de l’État comme les Conseils généraux (en 2015, 86% des conseillers généraux sont des hommes), nécessite une grande vigilance pour gérer l’incertitude de voir ses compétences prises au sérieux :

« C’est très souvent pire quand les niveaux de pouvoir sont vraiment importants ou concentrés, parce que là il y a déjà moins de nanas et du coup ça joue vachement, ne serait-ce que sur les choses bêtes, arriver en jupe au milieu d’un truc et on ouvre la porte et tu as 25 ans et tu te rends compte qu’autour de la table il y a quelque chose comme dix ou quinze mecs, qui ont plus de 50 ans (rire) (…) et il y a des moments comme ça de grosse solitude » (Lilou).

24Ainsi, pour une part non négligeable de diplômées, intégrer les institutions publiques ne va pas de soi : les registres discursifs et d’actions qu’impose la mise en agenda et en loi de problèmes publics y apparaissent trop éloignés des mouvements contestataires. Et nombreuses sont celles qui formulent une attention – voire une exigence – de cohérence entre positionnements intellectuels et pratiques professionnelles. Cela passe par le souci de ne pas contribuer, autant que faire se peut, à reproduire des rapports de domination auxquels elles se savent exposées et contre lesquels elles sont engagées. Or, la sphère politico-institutionnelle semble incarner ce qu’elles refusent, comme le culte de la performance et de la concurrence :

« Même si je pense que c’est hyper utile de travailler dans les collectivités et qu’il y a des féministes dans les collectivités, moi je n’arrivais pas à m’adapter à cet environnement-là, avec des réunions avec beaucoup de dirigeants qui ont une manière de parler que je ne comprenais pas, et du coup j’ai compris que ce n’était pas mon univers » (Néo, Fondatrice et salariée d’une association féministe).

  • 5 L’adoption des manières non conformes de penser, d’être et de faire, notamment de caractéristiques (...)

25Ce dos parfois tourné au « féminisme d’État » (McBride Stetson et al., 1995) peut être lu comme une tentative d’aller jusqu’au bout de la critique sociale enseignée à l’université (notamment en sociologie) et, dans son sillage, de la posture féministe matérialiste (justement transmise au cours du Master). Une telle mise en frontière entre État et société est d’autant plus susceptible d’intervenir qu’elle s’inscrit dans la continuité d’une socialisation universitaire qui fait intervenir syndicats, mouvements sociaux et enseignements théoriques dénonçant fréquemment le « mode de domination gestionnaire » de l’État et l’impossible émancipation « par le haut » (Boltanski, Fraser & Corcuff, 2014). Dans la pratique de l’insertion professionnelle, cela passe par l’impossibilité de se reconnaître dans un emploi trop bureaucratique et trop éloigné « du terrain », le refus de faire profil bas dans des organisations fortement hiérarchisées, ou encore la résistance aux diktats corporels de féminité 5.

Conclusion

26Mon analyse a finalement permis de mettre en exergue deux pendants de l’insertion en emploi de celles, diplômées d’un Bac + 5, qui se définissent parfois comme des « féministes professionnelles ».

27Tout d’abord, elles font l’expérience, devenue aujourd’hui presque banale, du caractère incertain et non-linéaire des trajectoires d’emploi marquant les existences des individu·e·s des sociétés devenues plus individualistes. La particularité de cette incertitude réside en ce que leurs devenirs professionnels sont d’autant moins prédictibles qu’elles doivent s’insérer dans des métiers en cours de structuration et de reconnaissance à l’échelle européenne : de fait, latitude dans la construction des tâches de travail et exigence d’innovation et de persuasion en sont des caractéristiques. Cet enjeu déroutant est de surcroit singulièrement anxiogène : l’obligation désormais inconditionnelle de travailler pèse d’autant plus sur elles qu’avoir une place continue sur le marché du travail symbolise l’autonomie économique et l’émancipation tant attendue des femmes diplômées, de surcroît féministes (Le Feuvre, 2014). Dans le même temps, leur devenir, aussi imprévisible soit-il, n’a sans doute jamais été aussi prometteur. Elles bénéficient d’un long travail, initié par les militantes féministes dans le sillon de la deuxième vague, de structuration de « l’espace de la cause des femmes » (Béréni, 2012). Or ce travail militant a ouvert une brèche dans laquelle nos interviewées se sont habilement insérées ; brèche en faveur d’une reconnaissance des enjeux de lutte contre les inégalités de genre comme des compétences que sa mise en œuvre concrète implique.

28Au final, l’individualisation et la fragilisation des parcours d’insertion (Castel, 2009) se traduisent pour nos free-rideuses par une remontée (de nos jours relativement inhabituelle) des solidarités collectives, devenant un ressort pour « s’en sortir » individuellement (dans le jeu de l’autodétermination et de l’émancipation) et collectivement (dans la lutte, contre le genre comme système social, par le contenu même de leur emploi). En cela, elle s’emploient à donner du sens à la notion de « triangle de velours » (Woodward, 2004) et à son alimentation au niveau local (Le Feuvre & Martin, 2010). Ce qui pourrait apparaître une gageure, tant les outils de travail et le contenu de l’activité diffèrent au sein des sphères académiques, associatives et institutionnelles, s’avère l’une des conséquences inattendues de ces parcours : la création d’un maillage féministe du territoire permettant de construire des alliances pour saisir l’opportunité de porter les questions de genre sur le devant de nos sociétés.

Haut de page

Bibliographie

AFS, ASES, APSES, Champ libre pour les sciences sociales, Savoir/Agir (2014), « Non, la sociologie n’est pas une usine à chômeurs », ASES – En ligne :

http://sociolog.cluster003.ovh.net/spip/spip.php?article225

Andriocci M. (2005), « Entre colère et distance : les "études féministes" à l’université », L’Homme et la société, vol. 4, n° 158, pp. 73-93.

Artemisia (2013), « Enquête sur l’insertion professionnelle des diplômé-e-s du Master professionnel « Genre Égalité et Politiques Sociales », Artemisia Info, n° 3, 4 pages.

Bard C. (2004), « Recherche et militantisme (France, 1995-2002) », dans Bard C. Baudelot C. & J. Mossuz-Lavau (dir.), Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir. Paris, Éditions de la Martinière, pp. 261-276.

Blanchard S. (2013), « De la cause des femmes au marché de l’égalité. L’émergence de l’espace de l’accompagnement à l’égalité professionnelle en France (1965-2012) », Thèse de doctorat en sociologie, Université Toulouse 2-Le Mirail.

Beaud S. (2006) « La fac, c'est moins pire que je croyais ! », Revue du MAUSS vol. 2, no 28, pp. 323-333.

Beduwe C., Cassette M. & P. Lemistre (2014), « Parcours de formation des étudiants de Master », Groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES), Relief, n° 46, 148 p.

Bereni L. (2009), « Quand la mise à l'agenda ravive les mobilisations féministes. L'espace de la cause des femmes et la parité politique (1997-2000) », Revue française de science politique, vol. 59, n° 2, pp. 301-323.

Bereni L. (2012), « Une nouvelle génération de chercheuses sur le genre. Réflexions à partir d’une expérience située », Contretemps – En ligne : http://www.contretemps.eu/une-nouvelle-generation-de-chercheuses-sur-le-genre-reflexions-a-partir-dune-experience-situee/

Bessin M. (2013), « Quand la mixité ne suffit pas : où en est l'introduction du genre dans le travail social ? », Les Cahiers Dynamiques, vol. 1, n° 58, pp. 22-30.

Bessin M. & E. Dorlin (2005), « Les renouvellements générationnels du féminisme : mais pour quel sujet politique ? », L’Homme et la société, vol. 4, n° 158, pp. 11­25.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Boltanski L., Fraser N. & P. Corcuff (2014), Domination et émancipation. Pour un renouveau de la critique sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 74 p.

Castel R. (2009), La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Éditions du Seuil.

Dubet F. (1994), « Dimensions et figures de l’expérience étudiante dans l’université de masse », Revue française de sociologie, vol. 4, n° 35, pp. 511-532.

Emo A.-C. (2009), « L’engagement illégitime : le stigmate de féministe dans l’héritage d’une dissidence », Colloque Femmes engagées : les intellectuelles en France de 1986 à nos jours, IGRS, Londres, 11-12 juin.

Flahault E., Dussuet A. & D. Loiseau (2014), « Emploi associatif, féminisme et genre », Travail, genre et sociétés, vol. 1, n° 31, pp. 101-121.

Lapeyre N. (2014), « Un enseignement unique en son genre », Travail, genre et sociétés, n° 31, pp. 51- 68.

Le Feuvre N. (2014), « Les défis de l’incertain sous l’angle du genre », dans Vrancken D., Penser l’incertain, Québec, Presses de l’Université Laval, pp. 113-135.

Le Feuvre N. & J. Martin (2010), « Des études genre aux politiques d’égalité des sexes : un parcours semé d’embûches ? », L'Émancipation syndicale et pédagogique, n° 6, pp. 36-38.

Macbride Stetson D. & A. Mazur (dir.) (1995), Comparative State Feminism, Thousand Oaks, Sage Editor.

Mignot-Gerard S. & C. Musselin (2001), « L'offre de formation universitaire : à la recherche de nouvelles régulations », Éducation et sociétés, vol. 2, n° 8, pp. 11-25.

Narcy M. (2013), « Le travail associatif : des salariés intrinsèquement motivés », dans Hély M., Simonet M., Narcy N., Lebon F. et E. de Lescure, Le Travail associatif, Presses universitaires de Paris-Ouest, pp. 19-32.

Woodward A. (2004), « Building Velvet Triangles: Gender and Informal Governance », dans Piattoni S. & T. Christensen (dir.), Informal Governance and the European Union, London, Edward Elgar Editor, pp. 76-93.

Haut de page

Notes

1 Cette proximité doit ici être nuancée par mon statut de maîtresse de conférences qui me permet de bénéficier d’une stabilité professionnelle plus importante que la plupart de mes enquêtées.

2 La perspective radicale matérialiste est transversale dans les enseignements du Master. Si y adhérer n’est pas une condition de recrutement, la comprendre est une des conditions d’obtention.

3 Sophie Collard, de la promotion des Princesses Poilues, est chargée de mission depuis 2007 et Doriane Meurant, des Rosa Revanchardes, est chargée de développement depuis février 2016.

4 Conseil économique et social régional.

5 L’adoption des manières non conformes de penser, d’être et de faire, notamment de caractéristiques esthétiques « à la marge », compte parmi un répertoire d’actions visant à marquer son décalage à l’égard des normes corporelles contemporaines attendues d’elles de par leur classe de sexe et le statut d’emploi censé leur être ouvert (des postes de coordinatrices, de responsables, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Jarty, « Les Free-rideuses du marché du travail », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les risques liés à l’incertitude : quels effets sur le système de genre ?, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5825

Haut de page

Auteur

Julie Jarty

Maîtresse de conférences en sociologie, Université Toulouse Jean-Jaurès (France) - jarty@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page