Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Le combat de l’Organisation et de l’Institution

Salvador Juan

Résumés

De tous les débats qui agitent et dynamisent la discipline, celui qui oppose les concepts d'organisation et d'institution est sans doute le plus porteur d'enjeux à la fois de connaissance théorique et d'action pratique. Présent dès la naissance de la sociologie académique, il se redéploie aujourd'hui sur fond de renouveau de l'évolutionnisme dans toutes les sciences sociohumaines : surtout en sociologie, en économie et en psychologie. Pour mieux comprendre la portée de ce débat, comme ses conséquences concrètes et contemporaines, en particulier dans le domaine des politiques sociales, l’article rappelle d'abord la nature du bagage « génétique » des concepts en question et de leur environnement théorique, en proposant un bref détour par quelques fondateurs de la discipline. Il montre ensuite que ceux qui, au xxe siècle, confondent organisation et institution juxtaposent également le système et la structure sociale, à l'instar des évolutionnistes. Enfin, les enjeux du regard institutionnel sur les organisations sont illustrés à partir de textes récents relatifs aux associations.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été initialement mis en ligne en 2006 pour la première version de la revue SociologieS.

Texte intégral

  • 1 . Pour un développement étayé de cette affirmation, voir notre ouvrage récent (Juan, 2006).

1Dès le début du xixe siècle, la « philosophie zoologique » de Jean-Baptiste Lamarck et de Étienne Geoffroy Saint-Hilaire côtoie la « physique sociale » de Saint-Simon puis d'Auguste Comte. Les premiers défendent un continuisme évolutif, bien avant Charles Darwin, et les seconds un développement des sociétés calqué sur ce modèle de la biologie mais porté par l'idée de progrès. Le très libéral Herbert Spencer, tout comme Karl Marx (que Friedrich Engels qualifiait de « Darwin des sciences sociales »), s'appuieront également sur ces amalgames nature – culture. Dans les années 1870-80, à l'apogée de la domination coloniale de l'Europe sur le reste du monde, presque tous ceux qui parlent de sociologie assimilent les sociétés animales et les sociétés humaines, à l'instar d'Espinas (Espinas, 1924) ; tous les auteurs soucieux de comprendre les faits sociaux sont organicistes. La sociologie naît donc académiquement dans une période de plein épanouissement d'un évolutionnisme qui, sur fond de hiérarchisation des types d'humanité, mêle progrès scientifique et technique, perfectionnement de l'homme, hétérogénéité des formes sociales et enrichissement collectif par la production  1.

2Dans le contexte historique de la fin du xixe siècle, ceux qui s'identifient comme sociologues manipuleront les concepts fondamentaux de la discipline sans renoncer à ces amalgames naturalistes. Système, structure, fonction, organisation, classes, etc. sont indissociables des regards en termes de physiologie / anatomie sociales, alors que la morphologie mêle, tout comme en biologie, la phylogenèse et l'ontogenèse. Chaque partie de la société, nommée organe, s'articule aux autres, alors que le tout, l'organisation, se diversifie de manière continuelle. L'École française de sociologie, plus que toute autre, se constituera et se développera sur une tension, virant à la contradiction, entre ce naturalisme hérité de l'organicisme évolutionniste et un historicisme volontariste – doublé d'un attachement au symbolique considéré comme une spécificité humaine – qui se condensent dans le concept d'institution. De tous les débats qui agitent et dynamisent la discipline, celui qui oppose les concepts d'organisation et d'institution est sans doute le plus porteur d'enjeux à la fois de connaissance théorique et d'action pratique. Il se redéploie aujourd'hui sur fond de renouveau de l'évolutionnisme dans toutes les sciences sociohumaines : surtout en sociologie, en économie et en psychologie.

3Pour mieux comprendre la portée de ce débat, comme ses conséquences concrètes et contemporaines, en particulier dans le domaine des politiques sociales, il est nécessaire de rappeler d'abord la nature du bagage (si l'on peut dire) « génétique » des concepts en question et de leur environnement théorique, en proposant un bref détour par quelques fondateurs de la discipline. On verra ensuite que ceux qui, au xxe siècle, confondent organisation et institution juxtaposent également le système et la structure sociales, à l'instar des évolutionnistes. Enfin, les enjeux du regard institutionnel sur les organisations seront illustrés à partir de textes récents relatifs aux associations.

Organisation et institution chez Émile Durkheim et les durkheimiens

4Pour l'évolutionniste, l'organisation d'un ensemble vivant est le produit des processus ayant mené à une structure indissociable des fonctions transversales unifiant les différentes parties de l'anatomie d'un corps. À l'origine, le concept d'organisation désigne un ensemble, un composé, voire le corpus des lois du fonctionnement d'un macro-système. C'est dans ce sens que la notion est utilisée en biologie, qui se dit science des êtres organisés, et avec lui que s'opère le glissement vers la sociologie. Par une sorte de métonymie, tout un courant de la sociologie réduira le domaine de définition du concept à la partie élémentaire du corps social, voire à l'individu. À partir du début du xxe siècle, l'organisation désigne à la fois l'ensemble sociétal et la partie, le sous-ensemble circonscrit qu'est une entreprise, une administration ou une association ; la structure du groupe élémentaire étant censée reproduire celle de l'ensemble dont il constitue une partie. Le postulat est que les éléments sont isomorphes au tout, même si ce tout ne se réduit pas à la somme des parties. À l'instar de la biologie, pour qui la population est une collection, plus ou moins grégaire selon les espèces, d'individus, le raisonnement en termes d'organisation tend à atomiser les individus et les regroupements d'individus que sont les organisations comme agrégats. C'est en regardant la société depuis ses éléments regroupés, en considérant donc une société comme un groupe d'individus, que s'opère le glissement et la réduction du sens. Des petits groupes élémentaires, plus ou moins consanguins de la parenté, voire des dyades, puis du voisinage, on passerait à la société globale et aux macro-groupements qui la structurent.

5Il est frappant de constater qu’Émile Durkheim n'utilise pas le concept d'organisation dans cette acception élémentaire. Sur l'ensemble de son œuvre, il considère l'organisation comme une structure générale d'ordre plus ou moins élaborée, ce qui le conduit à la hiérarchisation des sociétés des plus simples (et « inférieures ») aux plus complexes. Par exemple, les sociétés australiennes, plus généralement celles à base de clans, représentent « la forme d'organisation sociale la plus basse et la plus simple que nous connaissions » (Durkheim, 1985, p. 88). En amont, le véritable « protoplasme social » serait constitué par une société où, tous les individus se ressemblant, l'on ne percevrait aucune forme ni organisation sociale (Durkheim, 1986, p. 149). Le concept d'organisation est donc utilisé, par Émile Durkheim et jusqu'à la fin de sa vie, de la même manière que le font les biologistes : il existerait des corps plus primitifs, car plus simples ou moins hétérogènes, que d'autres. Par ailleurs, les formes contemporaines garderaient les traces du passé, au même titre que l'ontogenèse reproduit la phylogenèse en biologie : « On retrouve chez les peuples les plus avancés des traces de l'organisation sociale la plus primitive » et les espèces de société se constitueraient par « une répétition de l'espèce immédiatement antérieure » (Durkheim, 1986, p. 242). Le concept désigne une relation entre groupements qui n'est autre chose qu'une classification, écrit Émile Durkheim (Durkheim, 1985, p. 663) ; ainsi, pas de ville dans les sociétés d'organisation sociale segmentaire. Une organisation est plus ou moins élevée selon qu'elle est plus ou moins perfectionnée, c'est-à-dire composée de strates du passé et d'éléments divers. Cependant, à la différence des organismes naturels, dont les fonctions internes sont mécaniquement ajustées, l'institution des classes est culturelle et fait, dans les sociétés, l'objet de luttes et de conflits (Durkheim, 1986, p. 367).

6En résumé, l'usage durkheimien de la notion d'organisation n'a pas varié durant sa vie. Elle n'a rien de commun avec la réduction de sens qui nous intéresse. Au contraire, Émile Durkheim développe très tôt une conception de l'institution contredisant sa propre vision organiciste. À le lire, il est, en effet, très probable qu'aucune société informe, de pure collection d'individus se ressemblant tels des clones sociaux, n'ait jamais existé dans l'histoire de l'humanité. On ne donnera qu'un seul exemple (on pourrait les multiplier à l'examen de l'œuvre dans son ensemble) de cette contradiction patente. On sait que Émile Durkheim oppose le solidarisme, auquel il adhère sans réserve, à l'utilitarisme qu'il a toujours combattu. Pour lui, l'homme n'est pas naturellement égoïste mais altruiste. Si la solidarité est première, on voit mal comment elle pourrait advenir naturellement. Elle est d'institution sociale, donc symbolique et historique ; elle n'a rien de naturel. Émile Durkheim est très clair à cet égard, ce qui accentue la contradiction entre son évolutionnisme et sa conception institutionnaliste de la société. Dans ses cours de sciences de l'éducation il écrit : « De ce qu'un animal a pu apprendre au cours de son existence individuelle, presque rien ne peut lui survivre. Au contraire, les résultats de l'expérience humaine se conservent presque intégralement et jusque dans le détail, grâce aux livres, aux monuments figurés, aux outils, aux instruments de toute sorte qui se transmettent de génération en génération, à la tradition orale, etc. […]. Au lieu de se dissiper toutes les fois qu'une génération s'éteint et est remplacée par une autre, la sagesse humaine s'accumule sans terme, et c'est cette accumulation indéfinie qui élève l'homme au-dessus de la bête et au dessus de lui-même. » (Durkheim, 1993, p. 57).

7Les animaux étant dépourvus de ce qui fait l'essentiel de l'humanité – la sagesse, la connaissance, les institutions – on peut se demander comment le pseudo « protoplasme social » de la société mono-segmentaire hypothétique caractérisée par l'absence d'organisation pourrait exister, alors que même les collectivités animales sont organisées, catégorisées avec des répartitions et des spécialisations fonctionnelles… Dans un texte plus ancien consacré à la conception matérialiste de l'histoire, Émile Durkheim critique le darwinisme politique et social : « Celui-ci consiste simplement à expliquer le devenir des institutions par les principes et les concepts qui suffisent à l'explication du devenir zoologique. […] Cette philosophie simpliste se trouve donc rendre compte de l'évolution sociale par des causes qui n'ont rien de social, à savoir par les besoins et les appétits qu'on trouve déjà dans l'animalité » (Durkheim, 1970, pp. 248-249). Il ajoute un peu plus loin que « l'histoire n'a pas à remonter jusqu'à cette époque hypothétique, dont nous ne pouvons actuellement nous faire aucune représentation empirique. Elle commence seulement quand un milieu supernaturel est donné, si élémentaire qu'il soit, car c'est seulement alors que commencent à apparaître les phénomènes sociaux ». Le social est donc l'artificiel, le symbolique, l'institué ; d'aucune manière ce qui est uniquement organisé.

8Marcel Mauss appliquera ce précepte à l'ensemble de ses textes en considérant des phénomènes aussi différents que la prière, une langue, un mythe, un art ou une technique, une loi ou un précepte moral comme des institutions en tant que produits d'une histoire sociale traversée par du symbolique, forme sociale spécifique aux humains et garante de leur cohésion. L'organisation est, pour lui, un agencement général servant à coordonner des parties de la société et non un groupement élémentaire relevant de la structure sociale et de l'action. C'est très précisément que, dans un article fondamental, il désigne les grandes partitions de la sociologie en définissant les principaux concepts, en particulier les faits d'institution soigneusement distingués de ceux concernant la structure sociale : « Nous entendons donc par ce mot aussi bien les usages et les modes, les préjugés et les superstitions que les constitutions politiques et les organisations juridiques essentielles ; […] Les institutions véritables vivent, c'est-à-dire changent sans cesse : les règles de l'action ne sont ni comprises ni appliquées de la même façon à des moments successifs, alors même que les formules qui les expriment restent littéralement les mêmes. […] Il existe deux grands ordres de phénomènes sociaux : les faits de structure sociale, c'est-à-dire les formes du groupe, la manière dont les éléments y sont disposés ; et les représentations collectives dans lesquelles sont données les institutions » (Mauss & Fauconnet, 1901, pp. 150-151 et 162).

  • 2 . Dans le texte théorique consacré aux castes, Célestin Bouglé présente cette structure sociale hié (...)
  • 3 . Ce passage est tiré de la fin de son manuel de 1925 où il est question des conséquences de la div (...)
  • 4 . Cet usage très particulier du concept, cette exceptionnelle réduction et concrétisation du domain (...)
  • 5 . C'est au chapitre six de sa grande Sociologie, que Simmel évoque l'individuation que favorise l'e (...)

9Plus concret dans ses textes et soucieux d'aborder les sujets et enjeux sociaux de son temps et de son pays (bien qu'ayant par ailleurs écrit ses fameux Essais sur le régime des castes en 1908), Célestin Bouglé emploie le concept d'organisation – terme qui, là encore, n'est jamais utilisé pour désigner un groupement élémentaire d'individus – au sens général d'agencement politique, économique ou social des sociétés, sans confondre système et structure. Comme tous les durkheimiens, il considère les institutions comme des créations historiques destinées à intégrer la société horizontalement, à consolider sa cohésion interne face à ce qui peut la fractionner, en particulier la division du travail social 2. Ainsi, il évoque le Service militaire, L'École et le suffrage universel en tant que mesures ouvrant l'esprit du peuple : « Toutes ces institutions sont comme autant de contrepoids aux excès de la spécialisation industrielle : le travailleur n'est pas prisonnier de sa fonction ; tous les cercles différents de la vie sociale lui restent ouverts » 3. Ce n'est qu'à titre exceptionnel que le concept d'institution désigne un établissement, lorsqu'il s'agit – ce qui n'est pas anodin – d'évoquer des associations dont la vocation est, précisément, de mieux intégrer la société : « On a proposé d'appeler système caritatif l'ensemble des institutions philanthropiques : celles-ci se proposent, non de réaliser des bénéfices, mais de soulager des misères » 4. L'attention portée au fait associatif était d'ailleurs ancienne chez Bouglé (tout comme chez Mauss), pour des raisons d'attachement au solidarisme. Dès 1909, dans le texte où il critique le plus explicitement les simplismes de l'évolutionnisme social, il considère que les associations, dans leur diversité, sont le signe de la complexité institutionnelle des sociétés modernes, non de la différenciation organique : « Un des traits des plus caractéristiques de notre vie sociale actuelle, c'est la multiplication inouïe des groupements partiels […] bref, d'innombrables associations de toute espèce, dont chacune a son objet propre… » mais qui, contrairement aux organismes nettement séparés s'entrecroisent – comme l'avait également suggéré Simmel avec force 5 – pour socialiser et individualiser la personne. Même s'il cherche à montrer, à l'encontre des utilitaristes spencero-darwiniens, que le mutualisme et l'altruisme sont dans la nature, il affirme aussi que « l'association, la coopération, la solidarité sous ses formes diverses, vont nous apparaître comme des forces motrices et directrices du progrès » et caractérisent donc l'humanité au premier chef (Bouglé, 1909, pp. 154 et 216.

10Les deux facettes, l'une naturaliste, l'autre institutionnaliste, de Émile Durkheim et des durkheimiens coexistent tout au long de leurs œuvres mais, contrairement à des sociologues plus récents, ils n'ont jamais confondu le concept d'institution et celui d'organisation. Or, comme on va le voir, ceux qui (con)fondent ces deux concepts en réduisent également la portée. L'École française de sociologie, en dépit de ses contradictions sur la naturalité du social, défend donc clairement un institutionnalisme qui la protège des définitions individualistes, en termes d'agrégats d'individus, caractérisant globalement les libéraux. Avant d'expliciter cette tendance contemporaine, il convient de relever rapidement les usages de ces notions chez d'autres « pères fondateurs » proposant des modèles théoriques différents.

Le couple conceptuel chez quelques auteurs libéraux : Herbert Spencer, Max Weber et Gabriel de Tarde

11Ici, on peut remonter le temps pour la clarté du propos. On a tendance à oublier que Max Weber fait déjà un usage très contemporain du concept d'organisation. Même s'il utilise aussi la notion au sens usuel d'agencement général des formes sociales, il la considère surtout comme un contenant : ensemble d'individus et de moyens en vue d'une fin. Dans son texte consacré au métier et la vocation d'homme politique, il ne cesse d'évoquer les partis ou syndicats en tant qu'« organisations politiques » et même les entreprises de presse comme organisations, voire les appareils : « L'élément décisif et nouveau consiste dans le fait que cet immense appareil – la « machine » suivant l'expression caractéristique employée dans le pays anglo-saxons – ou plutôt les responsables de l'organisation peuvent faire échec aux parlementaires et sont à même d'imposer dans une mesure assez considérable leur propre volonté » (Weber, 1963, p. 141). Dans L'éthique protestante, il utilise surtout la notion, sur le mode durkheimien, dans le vocable « organisation rationnelle du travail » mais il évoque aussi le sens restreint s'agissant des organisations de bureaucrates ou de la naissance de l'entreprise capitaliste (Weber, 1964, p. 69). Mais Max Weber est encore plus explicite dans son livre majeur.

12C'est sans doute à Max Weber que l'on doit le passage d'une définition socio-anthropologique de l'institution comme œuvre humaine à la réduction du sens, conforme à l'acception usuelle dans la littérature anglo-saxonne, menant au groupement rationnel : le mot institution pour organisation élémentaire. Dans le premier chapitre d'Économie et société il définit les termes d'entreprise et de « groupement organisé en entreprise » au même titre que ceux d'association et d'institution. Le groupement d'entreprise est « organisé » et représente une « sociation, comprenant une direction administrative à caractère continu, agissant en finalité ». Max Weber élargit la notion d'entreprise aux affaires politiques et religieuses, même si les groupements institutionnels concernent surtout l'État et les églises et, réciproquement, concrétise le concept d'institution qui peut désigner un groupement territorial dans lequel les individus entrent plus ou moins librement. L'institution et l'association ont pour principal point commun le règlement définissant les statuts tant internes qu'externes à l'organisation (« pouvant toucher aux intérêts de tiers ») (Weber, 1995, pp. 94-95).

  • 6 . Dans son monumental Traité de sociologie paru en 1916, son contemporain, le libéral Vilfredo Pare (...)

13Rien n'obligeait Max Weber à opérer cette restriction de sens, si ce n'est, peut-être, les travaux déjà diffusés à l'époque de Frederick Taylor sur l'organisation rationnelle du travail, écrits auxquels Max Weber ne pouvait rester insensible du fait de son attachement aux idées de rationalisation et d'organisation du travail. Ses collègues, tels que le Français Gabriel de Tarde ou l'Italien Vilfredo Pareto 6, opposés comme lui au marxisme et à l'École française de sociologie, ne la proposent pas.

14Sur l'ensemble de son œuvre, Gabriel de Tarde, libéral comme Max Weber et sans doute plus individualiste dans sa méthode que ce dernier, reste très classique quant à l'usage du concept d'institution : à la fois réglementaires, symboliques et matérielles, les institutions administratives, financières et militaires sont mises sur le même plan que les coutumes ou les mœurs d'une époque. Gabriel de Tarde prend d'ailleurs de nettes distances avec l'évolutionnisme et l'organicisme qui en est une des manifestations. Dans un ouvrage de jeunesse, il critique ouvertement cette idéologie au nom des ruptures historiques, des innovations scientifiques et techniques, introduites par « les nouvelles idées » et au nom de la diversité des parcours sociaux : « Le mot évolution [souligné par Gabriel de Tarde] est trompeur. […]. La fluidité, la continuité apparente, prêtée ainsi aux séries de changements est imaginaire. » (Tarde, 1994). La conclusion de cet ouvrage iconoclaste, contient un fort paradoxal appel à « lutter contre l'industrialisme individualiste » et un éloge de la politique « associationniste [terme souligné par Gabriel de Tarde], sinon socialiste » qui ne sera pas prolongé dans les autres œuvres et brillera plus tard par son absence chez celui qui obtiendra, en 1900, la première chaire de sociologie au Collège de France. Celui qui nommait Émile Durkheim son « éminent adversaire » raisonnait finalement comme lui au plan de l'usage des concepts d'organisation et d'institution, sans céder à l'organicisme courant de l'époque... C'est parce qu'il croit que les désirs et les croyances peuvent être des forces historiques (tout comme Max Weber), qu'il récuse le matérialisme mécanique que draine l'évolutionnisme. L'histoire naturelle ne peut d'aucune manière, à ses yeux, éclairer l'histoire culturelle et sociale et il trouve pour le moins paradoxal que les produits d'un organisme inférieur puissent devenir les facteurs d'une organisation supérieure (Tarde, 1893).

15Revenons un instant à Max Weber dont les raisonnements économiques sont sans doute une des explications du phénomène et remontons un peu plus le temps. La disposition à traiter les entreprises comme des agents économiques et comme des organes du tout social, ou les partis politiques comme des agents politiques, conduit naturellement à les isoler, d'où la définition organisationnelle du groupement. Dès ses premiers textes, Max Weber traite les entreprises ou les institutions telles que la bourse, comme des organisations. Par exemple, il distingue les bourses de commerce et les bourses de valeurs et les considère spatialement comme des centres autonomes organisés d'opération sur les marchés, comme des « sociétés » au sens économico-juridique du terme. Les dernières lignes de ce texte montrent d'ailleurs une confusion volontaire des termes. Max Weber écrit, de manière fort réaliste quant au fond du propos : « Une bourse puissante ne peut être un club d'éthique. Les grandes banques ressemblent aussi peu à des institutions de bienfaisance que les fusils et les canons » (Weber, 1999, pp. 32-38, p. 110). Dans un tel passage, on voit nettement, au-delà des problèmes de traduction, l'amalgame entre organisation élémentaire et institution. Max Weber, qui évoque plusieurs fois l'intérieur des organisations, les prend donc pour des contenants, des lieux regroupant des individus et non plus seulement pour des principes d'ordre dans un système. D'où peut donc provenir cette réduction de sens absente chez les économistes classiques tels que Smith, qui n'évoque jamais les organisations et ne raisonne qu'en termes d'institutions sur le mode usuel de la philosophie politique de son temps ?

  • 7 . Il y a lieu de s'étonner de cette absence qui pourrait donner matière à penser aux historiens de (...)

16Bien avant les écrits de Max Weber, Gabriel de Tarde ou Vilfredo Pareto, l'Anglais Herbert Spencer, tout aussi libéral (militant) et sans doute le plus évolutionniste de tous (à qui Émile Durkheim a pris d'importantes idées et la formule générale du principe de civilisation) n'est pas loin de réduire l'organisation ou l'institution à un ensemble d'individus. Pour Herbert Spencer, les institutions, sont des créations humaines telles que les législations, les dispositifs politiques, la langue, la science l'art et les mœurs. En revanche l'usage du terme organisation est déjà plus restrictif et c'est peut-être chez lui que Max Weber a pris l'idée, bien que, à notre connaissance, celui-ci ne le cite jamais 7.

  • 8 . On trouvera ces passages au chapitre 6 de son Introduction à la Science Sociale, 1873, http « Les (...)

17Le cas des entreprises commerciales nommées trade-unions est symptomatique, pour Herbert Spencer, de ce qu'est une organisation. Il propose d'étudier les formes successives de ces organisations et leurs rapports respectifs avec les autres phénomènes de leurs époques respectives, à savoir les institutions politiques du temps, les distinctions de classes, l'arrangement de la famille, etc. Si l'on considère les trade-societies comme étant « des parties de la nation, pourvues d'organisations qui sont des parties de l'organisation générale », réalisant des actions qui modifient les actions de la nation et sont à leur tour modifiées par celles-ci, « on ne comprendra toute leur signification qu'à une condition : c'est de suivre leur genèse à travers une longue série de siècles, et d'étudier leurs transformations dans leurs rapports avec les changements qui se sont opérés simultanément dans tout l'organisme social. Et encore, nous nous trouverons alors en face d'une question plus profonde. Comment se fait-il qu'il n'existe pas d'institutions analogues chez certains types de nations ? Et pourquoi, chez d'autres types de nations, les institutions analogues ont-elles pris une forme plus ou moins différente ? » 8.

18Mais d'autres livres de Herbert Spencer permettent de consolider cette hypothèse, en particulier ses Principes de sociologie paru en 1876 (Spencer, 1878). Dans cet important ouvrage, que l'on oublie trop souvent de considérer comme co-fondateur de la sociologie et où Herbert Spencer traite de la « société comme une choses » (p. 2 du tome II), ladite société est définie comme un agrégat organique plus ou moins organisé selon l'état de différenciation des parties. Dans l'évolution, l'intégration est primaire et la différenciation secondaire. Le « progrès dans l'organisation » dépend du mode d'agrégation et de subdivision des parties par rapport au tout. Il en va ainsi de la « genèse d'un organe industriel », des « districts manufacturiers » et des « diverses industries qui marchent dans des genres nombreux d'usines ». Encore plus explicite, Herbert Spencer considère les entreprises comme des organes constitués par agrégation d'individus, « les citoyens groupés pour former un organe qui produit quelque article pour la consommation nationale », liés à d'autres organes tels que la poste, l'université, ou « les appareils destinés à l'entretien et à la régulation de la localité » qui ont tous une fonction spécifique et sont en dépendance mutuelle (ibid., pp. 38, 41-43). À n'en pas douter, Herbert Spencer a en tête l'idée d'organisation élémentaire, même s'il n'utilise que rarement le terme et lui préfère celui d'organe. Dans la suite du propos, il compare les organes industriels à des glandes et montre que le passages des manufactures anciennes aux « organes industriels très développés » s'est réalisé progressivement par salarisation d'une masse croissante d'individus, extension des affaires avec ateliers toujours plus populeux menant aux grandes usines, et par les grands établissements exerçant des effets polarisateurs. Le changement de structure accompagne donc le changement de fonction, ce qui représente une loi de base de l'évolution biologique et sociale. Pour Herbert Spencer, « l'organisation consiste en une construction de l'ensemble telle qu'elle permette à ses parties d'accomplir des actions reliées par une dépendance mutuelle » (ibid., p. 52). Une division nuit moins à un ensemble primitif qu'à un ensemble civilisé (où chacun est spécialisé) du fait du lien organique qui caractérise ce dernier. C'est en examinant, à l'aide de multiples comparaisons avec les végétaux ou les animaux, les relations entre fonctions (physiologie) et structure (anatomie), que Herbert Spencer évoque explicitement « les appareils d'organes » puis « les organisations » élémentaires : les moyens de communication et de transport (équivalents des systèmes sanguin et nerveux) sont essentiels aux organisations industrielles et gouvernementales et facilitent les fonctions productives (pp. 180, 184).

  • 9 . On a dit que Herbert Spencer était un individualiste libéral. En 1850, il publie un article ultra (...)

19Notons que, tout comme Herbert Spencer, qui – dans un texte fortement idéologique 9 de 1884 – distingue l'association à libre entrée / sortie de l'association nationale étatique contraignante et de l'administration publique (Spencer, 1993b [1884], pp. 110-111), Max Weber définit l'association comme l'union statutaire dans laquelle on « entre librement de son propre chef » (Weber, 1995, p. 94) et la distingue de l'État, archétype de l'institution. Il y a lieu de se demander si ce n'est pas l'idéologie libérale couplée à une certaine conception de l'ordre et de la rationalité qui poussent Spencer et Weber à opérer la réduction sémantique qui nous occupe. À cette commune idéologie s'ajoute l'idée centrale de « struggle for life », concept de lutte par lequel Max Weber présente sa théorie à la fois utilitariste (la lutte est la violence physique uniquement civilisée dans la concurrence économique) et biosociale en cela que la « lutte pour la vie » renvoie nettement à la « sélection biologique » darwinienne chez Max Weber (Weber, 1995, pp. 75-77).

20Entre ces fondations du concept d'organisation et ses usages contemporains, en particulier dans la lignée de Michel Crozier, on compte quelques intermédiaires que l'on peut rapidement évoquer.

L'institution comme organisation

21Dans un texte proposant une vision séculière de l'institution, Everett Hughes assumera, par la suite, la posture weberienne. L'élève de Robert Park a, plusieurs fois, proposé un modèle de l'institution comme contenant, cercle, secte ou organisation, auquel adhèrent des individus, réalité matérielle qui change de place et participe ainsi aux dynamiques spatiales de la ville, regroupe et intègre des individus de différentes communautés nationales ou ethniques (Hugues, 1971a). Ce modèle séculier de l'institution, comme Everett Hughes le baptise lui-même (p. 61), a beaucoup impressionné la sociologie française ; il renforce la confusion institution / organisation.

  • 10 . On peut rappeler ici que, en particulier dans son livre Social Organization (1909, New York, The (...)

22En définissant l'institution comme un groupement d'individus, tout comme Max Weber, Hughes renonce à la mémoire historique et au symbolique. En se centrant sur les relations internes, à l'instar d'un Max Weber ne cessant d'évoquer les règlements statutaires, il élude l'environnement et la vocation globale de l'institution. Si Max Weber introduit l'intérêt rationnel, à côté de l'affect ou de la tradition, comme fondement du groupement organisé auquel il réduit l'institution (Weber, 1995, p. 89), Everett Hughes se centre sur l'individu, sa carrière, ses interactions, à l'instar de l'École de Chicago et de la psychosociologie industrielle d'Elton Mayo. Il le fait en mobilisant les idées de nature humaine, de groupe primaire 10 (Charles Cooley) puis d'interactions en termes de coopération / conflit, d'objectifs. Les institutions sont des « phases établies de l'opinion publique » qui, le plus souvent, ne survivent que si elles mobilisent des personnes et prennent la voie de l'entreprise : satisfont une clientèle ayant une demande (Hugues, 1971b). Il souligne également l'opposition entre les aspects non logiques du comportement social (en particulier dans les groupes primaires) et les procédures formelles et rationalisées des institutions. L'institution est bien un sédiment matériel de type organisationnel, un contenant concret, car abritant des individus et dont l'étude suppose une connaissance interne : « il est impossible de faire une analyse d'une institution sans avoir accès aux données qui révéleront ses rouages internes ». Les institutions (comme groupes secondaires) ont quelquefois des membres plus ou moins nombreux mais contrôlent toujours différents aspects de la vie des individus qu'elles concernent, tout en les aidant aussi à résoudre des crises personnelles, y compris lorsqu'elle sont de type séculier (Hugues, 1971a, pp. 55-61). Relevons que Everett Hughes assimile les institutions aux associations ou aux entreprises. Il leur donne donc nettement une connotation organisationnelle.

  • 11 . Passages et références tirés de Linton, 1977, respectivement aux pp. 11, 18, 55-56 et 70-71.

23Son compatriote contemporain, Ralph Linton, fera de même, au sortir de la guerre, en tant qu'anthropologue dit culturaliste, mais en donnant une définition plus large des « groupements organisés ». Il considère que « l'individu est le point de départ logique de toute investigation portant sur la configuration globale » et que le summum de l'intégration et de la « structure sociale homogène » (où la lutte des classes ne pourrait se développer mais que Ralph Linton juge néanmoins totalitaire) est la fourmilière. Puis il assimile tous les groupements ou « sociétés primaires » (catégories âge-sexe, familles, associations, groupes de spécialités) à des « structures », remplissant des fonctions précises, qui sont aussi des systèmes classant et organisant les individus. La société est considérée comme « un agrégat organisé de petits groupes » selon un modèle qu'il qualifie de « cellulaire ». La place d'un individu dans ces systèmes désigne son statut ou sa position, termes jugés équivalents, ce qui montre bien la confusion du système institutionnel et de la structure sociale sur laquelle on revient plus loin 11.

24La seule forme tolérable de l'institution, dans ce cadre individualiste, est donc le groupe d'individus. Dès lors, tous les ingrédients – ou presque, il ne manque que la théorie des jeux qui se déploie après 1945 – sont réunis pour banaliser la réduction individualiste et introduire au modèle stratégique qui en confirmera la teneur utilitariste.

25Lorsque James March et Herbert Simon écrivent leur livre Organizations en 1958, leur point de départ est un amalgame consistant à considérer « les organisations en tant qu'institutions sociales » (March & Simon, 1979). Ils citent d'emblée Weber comme leur référent central et définissent l'individu sur le mode évolutionniste comme « un organisme » guidé pas son « système nerveux central », adapté à son environnement et dont l'état interne est fonction de l'histoire antérieure. Les organisations entretiennent un rapport d'homologie avec les individus ; tout en étant composées d'êtres humains en état d'interaction, « elles sont les plus grands organismes de notre société » possédant, elles aussi, l'équivalent d'un système nerveux central (p. 94). Le monde organisationnel décrit par les auteurs est fait de décisions et d'intérêts, d'objectifs et de satisfactions (ou d'insatisfactions éprouvées par « l'organisme » individuel qui va alors étendre son programme de recherche de nouvelle possibilités de choix, p. 86), de stimuli et de réponses, de motivations et de sanctions / récompenses, de choix ou d'attentes sous contraintes environnementales, de choix et d'adaptations. L'approche est apparemment pragmatique mais son orientation principale est bien celle de l'utilité ou plus exactement de « la valeur utilitaire des contributions » des membres de l'organisation. Mécontentements et conflits font l'objet de multiples conclusions et de généralisations basées sur le théorie des jeux (p. 130) et de nombreuses situations sont analysées à partir d'hypothèses de choix toujours possible (même si certains facteurs peuvent limiter cette rationalité), de « créatures adaptables et rationnelles », selon les termes de la conclusion. La traduction française de l'ouvrage est préfacée par Michel Crozier qui considère les auteurs comme moins rigides que les « néo-libéraux tels Hayek »…

26C'est précisément avec Michel Crozier que l'abolition du concept d'institution au profit de celui d'organisation (ou le dévoiement du sens initial du concept d'institution en vue d'en faire un lieu concret de prise de décision, c'est-à-dire une organisation) sera concrétisée le plus explicitement. On terminera cette rétrospective de la vision utilitariste du concept d'institution avec cet important auteur, plutôt que d'égrener et de traiter plus longuement (de) ses sources ou (de) ses épigones.

27La théorie crozierienne de l'organisation – dont les définitions de base sont le jeu entre individus libres, rationnels et utilitaristes ou négociateurs, rendant leur comportement incertain pour exercer du pouvoir sur les autres, alors que l'interaction prend toujours un caractère stratégique – a été largement diffusée et elle est souvent qualifiée d'approche fonctionnaliste et stratégique. Mais, si certains des nombreux auteurs ayant commenté Michel Crozier évoquent l'importance de l'alternative coopération / agression ou conflit dans les organisations (sans rappeler que ce n'est qu'une version du couple altruisme / égoïsme des biologistes), on relève beaucoup moins souvent les points d'appui nettement évolutionnistes et productivistes du modèle stratégique que propose Michel Crozier. Dès le début de son premier ouvrage vraiment diffusé, Le phénomène bureaucratique, Michel Crozier propose une définition de l'organisation intégrant trois importants traits évolutionnistes : des individus utilitaristes, s'adaptant à leur milieu, en lutte de concurrence (Crozier, 1963). La définition suivante l'atteste. Une organisation est « un ensemble complexe de jeux entrecroisés et interdépendants à travers lesquels des individus, pourvus d'atouts souvent très différents, cherchent à maximiser leurs gains en respectant les règles du jeu non écrites que le milieu leur impose, en tirant parti systématiquement de tous leurs avantages et en cherchant à minimiser ceux des autres » (ibidem, p. 10). Ici, nous sommes au cœur du versant utilitariste libéral de l'évolutionnisme dont nous avons montré différentes facettes (Juan, 2006, pp. 135-156). Par ailleurs, c'est, apparemment en toute sérénité, que Michel Crozier évoque un pseudo-consensus productiviste partiel renvoyant en fait à sa propre idéologie et à son arrière-plan évolutionniste : « Tout le monde est d'accord depuis longtemps dans tous les pays industriellement avancés pour penser que la production doit constamment augmenter […] » (Crozier, 1970, p. 191). Outre qu'il n'est pas indiqué vers quoi sont « avancés » ces pays, Michel Crozier ne tient pas compte des mouvements y contestant le productivisme dès les années 1960. Dans le même ouvrage, l'évolution est définie comme l'extension de la liberté et du calcul rationnel. Notons enfin que Crozier semble renoncer définitivement au concept d'institution (qu'il n'utilise quasiment pas) au profit de celui de système ou d'organisation.

  • 12 . Dans son livre écrit avec Friedberg en 1977, Crozier affirme cependant que l'adaptation est un co (...)
  • 13 . Tout en tentant de dénaturaliser le concept d'organisation désignant un groupement élémentaire d' (...)

28Confondre institution et organisation, c'est penser l'organe sur le mode fonctionnaliste ; l'agencement et la coordination des parties de la société, sa structure, ne sont pas des produits des créations, des conflits et de l'histoire sociale mais évoluent mécaniquement au gré de l'adaptation 12 à l'environnement et de la différenciation, voire du jeu des individus puisque « la structure n'est en fait qu'un ensemble de jeux » écrivent Michel Crozier et Erhard Friedberg (Crozier & Friedberg, 1977). Cela revient à confondre institutions et structures comme le font de très nombreux auteurs largement imprégnés des amalgames évolutionnistes. L'actionnisme des crozieriens, pour reprendre le terme de Jean-Michel Berthelot (Berthelot, 1996) est d'autant plus paradoxal que cette confusion tend à abolir l'histoire considérée comme capacité des acteurs à intervenir sur leur destinée… 13 Le débat conceptuel qui nous occupe est finalement celui qui continue d'opposer la lignée des auteurs se rattachant à l'École française de sociologie et à ses prolongements (Georges Gurvitch, Georges Balandier, etc.) et celle qui se rallie à la vision weberienne des faits sociaux. On peut dire que cette distinction est encore assez nette dans la sociologie française.

L'organisation comme institution

  • 14 . L'articulation du travail et du hors-travail, comme de l'entreprise et de la technique, avait été (...)
  • 15 . Françoise Piotet a insisté sur la dimension identitaire et morale du travail quand l'entreprise e (...)

29Même ceux qui se sont le plus distingués de la sociologie américaine où se développe la réduction de sens ici relevée ont pu s'y conformer. Se rattachant aux durkheimiens, Georges Gurvitch a rappelé que tant Talcott Parsons que Robert Merton ou Ralph Linton confondaient institutions et structures comme surgissant d'une identique différenciation (Gurvitch, 1968, pp. 420-431). Mais même s'il rend hommage à Herbert Spencer comme l'un des pères de la sociologie trop vite oublié, et s'il utilise le concept d'organisation (dans ses « types microsociologiques ») dans un sens assez proche de celui des utilitaristes, il ne confond pas système et structure. Si les organisations sont une des formes de la « sociabilité organisée », pour Georges Gurvitch (ibidem, p. 199), c'est-à-dire un niveau de la réalité sociale, elles existent aussi comme telles chez ceux qui en deviendront des spécialistes en France. La deuxième guerre mondiale apparaît donc comme un tournant par lequel le concept d'organisation se généralise dans tous les courants de la sociologie ; Alain Touraine utilise également le concept, dans son ouvrage Sociologie de l'action, et lui consacre même un long chapitre. Le point commun de ces différents auteurs est, cependant, de ne pas réduire l'organisation à « une simple collection d'individus ou de groupes » (Touraine, 1965, p. 186). L'organisation a un sens par rapport au « sujet collectif » car les individus qui la font fonctionner participent plus ou moins aux mouvements sociaux, ont une conscience et une position de classe. Georges Friedmann et Jean-Daniel Reynaud soulignent également cet aspect en relevant qu'une entreprise est « traversée par des courants qu'elle ne crée ni ne contrôle » (Friedmann & Reynaud, 1967, p. 479) et en renvoyant aussi tant aux classes sociales qu'au mouvements sociaux. De leur côté, Georges Friedmann 14 et Jean-René Tréanton resituent l'entreprise dans la société en abordant la vie hors-travail des ouvriers ou la relation organisation-consommation (Friedmann & Tréanton, 1967). Ces différents auteurs, sans insister sur ce regard conceptuel, ont finalement tous évoqué les aspects institutionnels de l'organisation sans les confondre avec les enjeux de structure sociale, c'est-à-dire sans mettre sur le même plan ou dans le même ordre de faits sociaux les groupes organisés constitutifs de mouvements sociaux, les organisations matérielles et les groupements de classe. De son côté, Renaud Sainsaulieu 15 assumera pleinement le choix conceptuel dont on traite ici en proposant de passer « d'une compréhension organisationnelle à une approche institutionnelle » du développement des entreprises (Sainsaulieu, 1988).

30Les sociologues de l'entreprise ayant le plus clairement situé l'activité organisationnelle dans la trame institutionnelle sont donc ceux qui sont plus sensibles à l'homme au travail qu'à la fonctionnalité ou à la rationalité interne / externe d'un ensemble finalisé. Pour eux, comme pour les durkheimiens, l'institution est une sédimentation historique, ce qu'affirme également Alain Touraine : « Le système institutionnel m'apparaît transformer l'action historique et les conflits sociaux qui s'y développent en un corps de décisions et de lois, tout en possédant une certaine autonomie, fondée à la fois sur le décalage entre un champ d'historicité et une collectivité politique et sur les problèmes internes, d'intégration et d'adaptation de cette collectivité » (Touraine, 1973, p. 68). C'est dans la même veine que François Dubet a, plus récemment, analysé différentes administrations en montrant que leur activité institutionnelle décline à mesure que les logiques organisationnelles y prennent plus de place. François Dubet rappelle les trois domaines de définition du concept d'institution : le sens anthropologique général qui distingue l'institué du naturel, le sens plutôt weberien d'organisation, le sens politico-administratif, enfin, qui rattache le terme aux créations de dispositifs ou de procédures souvent publics (Dubet, 2002, pp. 21-23).

  • 16 . Anthony Giddens, dans un livre déjà ancien paru en 1984, consacre un chapitre entier aux concepts (...)
  • 17 . Les nombreuses études de cas d'analyse stratégique que présente Philippe Bernoux dans son petit m (...)

31Les enjeux de cette réflexion dépassent la pure coquetterie conceptuelle. Ils sont également pratiques, par exemple en matière de politiques sociales. Ainsi, il n'est pas anodin de raisonner en termes d'institution ou d'organisation s'agissant d'activité associative, pour évoquer un important levier d'action du secteur social 16. Le fait associatif est un terrain particulièrement intéressant pour le combat conceptuel qui nous occupe, car l'association est, à la fois, un sas d'institutionnalisation d'innovations socio-culturelles et un système fonctionnant comme une entreprise tout en gardant souvent une légitimité de service public. Les entreprises peuvent aussi présenter des aspects institutionnels. On peut, par exemple, difficilement soutenir que la RATP, Vivendi Universal, ou encore une entreprise artisanale, un petit commerce de quartier ou une exploitation agricole ne conservent pas des savoirs, voire des missions, constitutifs d'humanité. Si elles restent des entreprises censées faire du profit, elles peuvent aussi réaliser des missions de service public, transmettre la connaissance (théorique ou pratique, les savoir-faire) ou assurer des fonctions d'aménagement et de maintien de la diversité des espaces. D'un autre côté et inversement, la Ligue des Droits de l'Homme, une régie de quartier, une association pour le droit de mourir dans la dignité, le Planning familial, un cercle à vocation festive, un club de prévention ou une maison de retraite, sont des associations qui, tout en diffusant des principes transversaux et donc institutionnels d'humanité, peuvent abriter en leur sein ou dans les publics qu'elles assistent, des mobiles utilitaires, du prestige personnel, de la concurrence à la fois interne et externe ou des intérêts quelconques (a fortiori d'autres associations telles que les clubs sportifs, les lobbies professionnels ou les cercles de spéculateurs) ; par ailleurs, on sait que les plus grandes associations doivent être gérées rationnellement et que la loi leur impose des règles de comptabilité et de transparence sur l'usage des fonds. De leur côté, les administrations ont une vocation a priori de type institutionnel – rien de plus intégrateur que de pourvoir à la santé publique, à l'éducation, à la sécurité ou aux nécessaires infrastructures – mais ne sont pas pour autant détachées (certains diraient absoutes) de toute orientation rationnelle en finalité : outre les Chambres du commerce et d'industrie, les laboratoires de recherche publics du CNRS ou de l'université (tout comme des services hospitaliers), les représentations consulaires ont souvent partie liée avec des intérêts marchands ou des logiques, tant industrielles que de services, de développement de pouvoirs ou de fortunes totalement régis par le droit privé. À maints égards le secteur public relève aussi du service privé 17

  • 18 . Nous sommes arrivés, dans nos travaux, aux mêmes conclusions.

32Parmi ceux qui ont tenté de répondre aux questions ici posées, se détachent Renaud Sainsaulieu et Jean-Louis Laville. En présentant diverses typologies et analyses comparatives, ces auteurs montrent la multiplicité des missions remplies par les associations, en particulier dans les secteurs de l'éducation et de la recherche, de la santé, des services sociaux, de la culture, des loisirs et des sports. Alors que certaines « sont constamment sollicitées pour se muer en auxiliaires fonctionnels de l'État dans des champs d'intervention insuffisamment couverts », d'autres relèvent de la catégorie des entreprises d'insertion ou des entreprises dites sociales et fonctionnent comme des guichets « qui reçoivent de plein fouet la demande d'assistance des exclus de la société ». Du service para-administratif au service quasi-marchand, presque toute la palette de la vie associative est analysée et s'impose globalement le constat selon lequel : « sans être ni une bureaucratie, ni une entreprise modernisée, la dynamique associative […] donne une leçon de transition créative, par le moyen du dialogue et du débat direct entre acteurs » (Laville et Sainsaulieu, 1997, pp. 368, 317-320). Plus récemment, et encore plus nettement au cœur de notre interrogation, Jean-Louis Laville invite à cesser de se focaliser uniquement sur le regard organisationnel pour réintroduire, dans les recherches sur les services, « la dimension institutionnelle » qui s'inscrit, selon lui 18, dans la filiation de la sociologie actionnaliste tourainienne et de l'économie de la régulation. Cette dimension institutionnelle qui encadre la dimension organisationnelle, consiste, par exemple, en un dépassement des « démarches centrées sur les indicateurs de performance ou la culture d'entreprise », pour tenter de se fonder « sur l'élaboration itérative de règles […] plus adaptées à travers de nouvelles formes d'expression et de confrontation collective ». On notera que cette démocratisation des relations sociales internes passe par « des interactions continuelles avec les usagers » (Laville, 2005, pp. 74 et 78).

  • 19 . On peut, par exemple, s'interroger sur les mobiles de l'entreprise Monsanto lorsque, dans sa comm (...)

33Il peut donc y avoir de l'institutionnel dans ou par l'entreprise – des travaux récents en matière d'analyse systémique le montrent – et il peut exister de l'organisationnel dans ou par l'activité associative et administrative, pour l'examen duquel les modèles crozieriens d'analyse stratégique peuvent se révéler partiellement utiles. Quelle que soit la forme sédimentée d'action collective, la dimension institutionnelle internalise l'extérieur et réciproquement, moins en matière de communication institutionnelle, qui relève d'une stratégie d'image, de sponsoring ou de mécénat (de fait des logiques pleinement organisationnelles appartenant au marketing) que par la prise en compte de responsabilités sociales ou environnementales externes au processus productif ; ce que Émile Durkheim et Georges Gurvitch nommaient la pénétration par la société globale. Symétriquement, en interne, les entreprises qui considèrent leur personnel comme des êtres humains intégraux, pas seulement leur statut de travailleur, et qui favorisent des services de crèche ou d'administration en leur sein ont un regard de type institutionnel transversal sur la « matière » humaine qui les anime. La « responsabilité sociale et environnementale » – qui est pour le moins difficile à évaluer objectivement – reste, le plus souvent selon Anne Salmon, un mode de légitimation qui instrumentalise la référence aux bienfaits institutionnels et peut se renverser en son contraire : se transformer, par exemple, en « chantage aux délocalisations » (Salmon et Turcotte, 2005). Le fait que des logiques institutionnelles traversant les organisations soient quelquefois utilisées, instrumentalisées dans un but stratégique (par exemple la création d'emplois, plus généralement ce que les économistes nomment des « économies externes ») montre leur réalité, voire leur efficacité 19. Mais s'il est cohérent qu'une association ou une administration légitime son activité de cette manière pour justifier ses ressources budgétaires ou ses subventions, la généralisation du procédé par les entreprises risque de convertir l'universalisme institutionnel en facteur de production. À cet égard, la légitimité réelle ne peut être qu'externe et n'est finalement garantie que par l'environnement humain. La reconnaissance institutionnelle pose, bien sûr, la question des critères de l'utilité publique d'une activité quelle que soit sa forme juridique.

Conclusion

34Notre propos n'était nullement de nier l'existence d'« ensembles humains formalisés et hiérarchisés en vue d'assurer la coopération et la coordination de leurs membres dans l'accomplissement de buts donnés » (Friedberg, 1992). Il n'était pas, non plus, de refuser les concepts de pouvoir interne, d'intérêt, de zones d'incertitude, de rationalité et, encore moins, de système d'action concret ou d'acteurs créant des systèmes, tous les outils de l'analyse stratégique. En revanche, on peut relativiser le jugement selon lequel l'organisation doit être analysée « comme un phénomène autonome » (Bernoux, 1985).

  • 20 . Tant en interne (ce que l'on nomme l'organigramme selon la même racine biologique qui désigne une (...)

35Le débat qui oppose, d'un côté, ceux pour qui les formes sociales se rattachent à l'histoire et sont d'abord traversées d'enjeux symboliques et, de l'autre, ceux qui privilégient une nature humaine fixée dans l'utilité individuelle et un raisonnement en termes d'agrégation de comportements égoïstes / altruistes, est loin d'être clos. Sans doute ne le sera-t-il jamais du fait qu'il rejoint des philosophies opposées de l'homme et de la société et leur arrière-plan idéologique respectif. Mais, au-delà de ces postures éthiques, un consensus sociologique pourrait se créer autour de l'idée que le choix conceptuel permet d'éclairer des aspects totalement distincts de l'action collective. Dire qu'une association, une administration (y compris une collectivité territoriale) ou une entreprise existent comme organisations, c'est les considérer du point de vue pragmatique, utilitaire et stratégique, comme des agents dont l'activité externe répond aux lois micro-économiques du calcul rationnel et de la concurrence sur un marché, y compris pour les secteurs publics et associatifs de plus en plus évalués en vertu de critères d'efficacité quantitative ; les comportements internes étant tout aussi utilitaires le plus souvent. Admettre que ces formes sociales peuvent obéir à des logiques institutionnelles, c'est les regarder du point de vue de leur mission d'intérêt général, de leur vocation, des valeurs qui les orientent ou qu'elles mettent en œuvre et de la mémoire sociale qu'elles conservent, y compris pour les entreprises. Le point de vue organisationnel privilégie les groupements d'intérêts catégoriels et matériels tout en suivant le fil de la division du travail social et en prenant acte des processus consécutifs de diversification. De son côté, le regard institutionnel se centre sur les enjeux symboliques de cohésion et d'intégration sociale globale. Au plan des principes, le premier est relativiste tout en structurant verticalement la collectivité 20 alors que le second est universaliste et tend à l'unifier au plan horizontal.

36Accepter la coexistence de ces deux regards n'est pas faire œuvre d'œcuménisme béat mais de réalisme sociologique. Cela permet aussi de les mettre tous deux à distance s'agissant de comprendre l'action et les mouvements sociaux en de ne cédant ni aux tentations individualistes et libérales des sociologies de l'intérêt, ni au formalisme un peu misonéiste et quelquefois rigide des sociologies fonctionnalistes. Séparer soigneusement le système institutionnel (intégration et cohésion), la structure sociale (diversification et groupements) et les mouvements sociaux (dynamiques de créativité et de contestation), permet d'éviter ces deux écueils tout en rompant avec l'évolutionnisme.

Haut de page

Bibliographie

Bernoux P. (1985), La Sociologie des organisations, Paris, Éditions du Seuil

Berthelot J.-M. (1996), Les Vertus de l'incertitude, Paris, Presses universitaires de France

Bouglé C. (1909), La Démocratie devant la science. Études critiques sur l'hérédité, la concurrence et la différenciation, Paris, Éditions Félix Alcan

Bouglé C. (1922), Leçons de sociologie sur l'évolution des valeurs, Paris, Éditions Armand Colin, http « Les Classiques des sciences sociales » www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html)

Bouglé C. (1925), Qu'est-ce que la sociologie ?, Paris, Éditions Félix Alcan, http, « Les Classiques des sciences sociales » www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html)

Bouglé C. (1993), Essais sur le régime des castes, Paris, Presses Universitaires de France [première édition 1908]

Champion V. & C. Gendron (2005), « Le Développement durable selon Monsanto », dans Salmon A. & M.-F Turcotte (dir.), Responsabilité sociale et environnementale de l'entreprise, Presses de l'université du Québec

Cooley C.H. (1955), Human Nature and the Social Order, New York, The Free press [première édition 1902]

Crozier M. (1963), Le Phénomène bureaucratique, Paris, Éditions du Seuil

Crozier M. (1970), La Société bloquée, Paris, Éditions du Seuil

Crozier M. & E. Friedberg (1977), L'Acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil

Dubet F. (2002), Le Déclin de l'institution, Paris, Éditions du Seuil

Durkheim É. (1970), « La conception matérialiste de l'histoire », dans Les Sciences sociales et l'action, Paris, Presses Universitaires de France [première édition 1897]

Durkheim É. (1986), De la Division du travail social, Paris, Presses Universitaires de France, [première édition 1893]

Durkheim É. (1985), Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses Universitaires de France [première édition 1912]

Durkheim É. (1993), Éducation et sociologie, [1902-1911], Paris, Presses Universitaires de France

Espinas A. (1924), Des Sociétés animales, Paris, Éditions Félix Alcan [première édition 1877]

Friedberg E. (1992), « Organisation », dans R. Boudon (dir.), Traité de sociologie, Paris, Presses Universitaires de France

Friedmann G. & J.-D. Reynaud (1967), « Sociologie des techniques de production et du travail » ; « Psycho-sociologie de l'entreprise », dans G. Gurvitch (dir.), Traité de sociologie, Paris, Presses Universitaires de France

Friedmann G. & J.-R. Tréanton (1967), « Sociologie du syndicalisme, de l'autogestion ouvrière et des conflits du travail » ; « Vie de travail et vie hors-travail, industrie et société », in G. Gurvitch (dir.), Traité de sociologie, Paris, Presses Universitaires de France

Giddens A. (1987), La Constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris, Presses Universitaires de France [première édition 1984].

Gurvitch G. (1968), La Vocation actuelle de la sociologie, T. 1, Paris, Presses Universitaires de France [première édition 1950]

Hughes E. C. (1971a), « The growth of an Institution : the Chicago Real Estate Board » [1931], dans Short J.F. (ed.), The Social Fabric of the Metropolis. Contributions of the Chicago School of Urban Sociology, Chicago, The University of Chicago Press

Hughes E. C. (1971b), « The Ecological Aspects of Institutions » [1935], dans The Sociological Eye. Selected Papers, Chicago, Aldine Atherton, viii, 6

Juan S. (2006), Critique de la déraison évolutionniste. Animalisation de l'homme et processus de « civilisation », Paris, Éditions L'Harmattan

Laville J.-L. (2005), Sociologie des services. Entre Marché et solidarité, Toulouse, Éditions Erès

Laville J.-L. & R. Sainsaulieu (dir.) (1997), Sociologie de l'association. Des Organisations à l'épreuve du changement social, Paris, Éditions Desclée de Brouwer

Linton R. (1977), Le Fondement culturel de la personnalité, Paris, Éditions Bordas-Dunod [première édition 1945]

March I.G. & H.A. Simon (1979), Les Organisations, Paris, Éditions Dunod [première édition 1958]

Mauss M. & P. Fauconnet (1994 [1901]), « Sociologie », dans Mauss, M., Œuvres, t. 3, Paris, Éditions de Minuit

Pareto V. (1968), Traité de sociologie générale, Paris, Droz [première édition 1916]

Piotet F. (2006), « Entreprise et lien social » dans Hirschhorn M. (dir.), L'Individu social. Autres réalités, autre sociologie ?, Québec, Les Presses de l'Université Laval

Sainsaulieu R. (1988), « Développement social et création institutionnelle en entreprise », dans Juan, S. (dir.), Organisation et management en question(s), Paris, Éditions L'Harmattan

Salmon A. & M.-F Turcotte (dir.) (2005), Responsabilité sociale et environnementale de l'entreprise, Presses de l'université du Québec

Simmel G. (1999), Sociologie. Études sur les formes de socialisation, Paris, Presses Universitaires de France [première édition 1908, tr. esp., Madrid, Alianza Universidad, 1986]

Spencer H. (1878), Principes de sociologie, t.1 et t.2, Paris, Librairie Germer Baillière et Cie [première édition 1876]

Spencer H. (1993a), « Le droit d’ignorer l’État [1850], dans Le droit d'ignorer l'État, Paris, Éditions Les Belles Lettres

Spencer H. (1993b), « L'esclavage futur » [1884], dans Le droit d'ignorer l'État, Paris, Éditions Les Belles Lettres

Tarde G., Monadologie et sociologie (1893), http « Les Classiques des sciences sociales » www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

Tarde G. (1994), Les Transformations du droit, étude sociologique, Paris, Éditions Berg International, [première édition 1891]

Touraine A. (1965), Sociologie de l'action, Paris, Éditions du Seuil

Touraine A. (1973), Production de la société, Paris, Éditions du Seuil

Weber M. (1963), « Le métier et la vocation de savant » [1919], dans Le Savant et le politique, Paris, Éditions Plon

Weber M. (1964), L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Paris, Éditions Plon [première édition 1904]

Weber M. (1995), Économie et société, T.1, Paris, Éditions Plon Agora [première édition 1921]

Weber M. (1998), Sociologie de la musique, Paris, Éditions Métailié, [première édition 1921]

Weber M. (1999), La Bourse, Paris, Éditions Transition [première édition 1894-96]

Haut de page

Notes

1 . Pour un développement étayé de cette affirmation, voir notre ouvrage récent (Juan, 2006).

2 . Dans le texte théorique consacré aux castes, Célestin Bouglé présente cette structure sociale hiérarchique comme une projection du système institutionnel, ce qui montre bien la distinction essentielle des deux pans de la société : « Le droit brahmanique n'en reste pas moins, par les grandes lignes de son système anti-égalitaire, comme une projection de la structure sociale de l'Inde. » (Bouglé, 1993, p. 133).

3 . Ce passage est tiré de la fin de son manuel de 1925 où il est question des conséquences de la division du travail social (voir Bouglé, 1925).

4 . Cet usage très particulier du concept, cette exceptionnelle réduction et concrétisation du domaine institutionnel, relève de la mise en œuvre pratique des valeurs et principes transversaux. On la trouve dans son ouvrage de 1922 consacré aux valeurs, au chapitre six où il est question de la différence entre les deux acceptions du mot valeur : valeurs économiques et valeurs idéales (voir Bouglé, 1922)

5 . C'est au chapitre six de sa grande Sociologie, que Simmel évoque l'individuation que favorise l'entrecroisement des groupements sociaux (Simmel, 1999, p. 436). Soulignons que, pour Georg Simmel, les associations répondent surtout aux nécessités humaines qui ne peuvent se rationaliser (contrairement à la production) et que, à ses yeux, les petits groupements sont plus cohésifs et radicaux que les grands groupements. Georg Simmel ne confond pas institution et collectif d'individus puisque, à l'instar d’Émile Durkheim et Marcel Mauss, les règles, les statuts, les symboles appartiennent au domaine institutionnel, lequel ne surgit qu'à partir d'une certaine taille du groupe. Ces institutions sont des incarnations des énergies sociales qui ont un caractère trans-personnel et objectif (Simmel, 1908, p. 63-68).

6 . Dans son monumental Traité de sociologie paru en 1916, son contemporain, le libéral Vilfredo Pareto utilise les concepts d'organisation et d'institution sur le mode durkheimien : comme agencement général des sociétés et principes normatifs de régulation de cet ordre social (voir Pareto, 1968).

7 . Il y a lieu de s'étonner de cette absence qui pourrait donner matière à penser aux historiens de la pensée. Il est très improbable que Max Weber n'ait jamais lu Herbert Spencer quand on sait que ce dernier était l'un des auteurs les plus lus dans le monde dès le milieu du xixe siècle (au moment de la formation de Max Weber) et lorsqu'on examine, au-delà d'une idéologie qui les rapprochait sans conteste, leurs exemples d'organisations commerciales, leur commune définition darwinienne tant des luttes de concurrence que de l'évolution de la musique. À cet égard, certes, le texte que Herbert Spencer (chapitre XII de ses Essais de morale, de science et d'esthétique, t.1, 1852-71, Paris, Librairie Germer Baillière et Cie, 1877) consacre à la musique part de l'organique et de l'animalité pour arriver aux formes rationnelles, alors que Max Weber se centre sur cette rationalité musicale uniquement, mais ce choix d'illustration d'une thèse par un détour artistique (assez long dans les deux cas) renforce notre hypothèse d'influence du premier sur le second (voir Weber, 1998).

8 . On trouvera ces passages au chapitre 6 de son Introduction à la Science Sociale, 1873, http « Les Classiques des sciences sociales » www.uqac.uquebec.ca/zone30/ Classiques_des_sciences_sociales/index.html

9 . On a dit que Herbert Spencer était un individualiste libéral. En 1850, il publie un article ultra-libéral, voué à combattre toute forme de gouvernement et de réglementation au nom de la liberté et où il définit la « santé sociale » comme la condition « où il n'y aura plus besoin des mesures curatives de la législation » (Spencer, 1993a [1850], p. 39)

10 . On peut rappeler ici que, en particulier dans son livre Social Organization (1909, New York, The Free press, 1955), Cooley présente une vision évolutionniste et individualiste de l'institution comme émanant des formes organiques puis des « groupes primaires » dits également groupes (ou associations) « naturels » avant de devenir plus élaborés en se structurant, grandissant, et en prenant une forme institutionnelle qui reste groupale à ses yeux. Ce livre avait été précédé d'un texte, paru en 1902, consacré à la nature humaine de facture nettement organiciste (voir Cooley, 1955).

11 . Passages et références tirés de Linton, 1977, respectivement aux pp. 11, 18, 55-56 et 70-71.

12 . Dans son livre écrit avec Friedberg en 1977, Crozier affirme cependant que l'adaptation est un concept insuffisant pour comprendre les jeux organisationnels, en tout cas qu'elle n'est jamais totalement passive (voir Crozier & Friedberg, 1977)

13 . Tout en tentant de dénaturaliser le concept d'organisation désignant un groupement élémentaire d'individus, Erhard Friedberg a, plus récemment, ouvert le monde organisationnel à un environnement qui ne fait pas seulement pression sur lui en l'obligeant à s'adapter et en sélectionnant les groupements qui résisteront à la concurrence. À ses yeux, les organisations appartiennent au monde des structures, sont des « structures d'action collective productrices d'ordre » qui, certes, sont façonnées par la culture et les valeurs de la société où elles existent mais qui déterminent aussi et dans une large mesure des pans entiers de leur environnement (voir Friedberg, 1992).

14 . L'articulation du travail et du hors-travail, comme de l'entreprise et de la technique, avait été déjà largement développé dans le livre que Friedmann intitule Le travail en miettes (Paris, Gallimard, 1964), ouvrage où le vocable « organisation » est bien peu utilisé...

15 . Françoise Piotet a insisté sur la dimension identitaire et morale du travail quand l'entreprise est regardée du point de vue institutionnel et non comme un objet chosifiant les travailleurs (voir Piotet F., Hommage à Sainsaulieu, AISLF, Congrès de Tours, 6 juillet 2004 ; publié sous le titre « Entreprise et lien social » (Piotet, 2006)

16 . Anthony Giddens, dans un livre déjà ancien paru en 1984, consacre un chapitre entier aux concepts de système et structure, tout en abordant la question de l'association en tant qu'organisation. Il cède à la tentation courante d'opposer actions et structures en intégrant le système à la structure. Cependant et dans le lignée de Ferdinand Tönnies, il distingue (p. 259) associations et organisations, les premières se caractérisant par un contrôle réflexif régularisé des membres en interaction ou co-présence physique de type communautaire alors que les secondes renvoient à un cadre plus moderne, fonctionnel et divisé. À aucun moment, Anthony Giddens ne s'appuie pas sur une vision institutionnaliste de ces collectifs ; il reste dans le cadre de l'évolutionnisme (voir Giddens, 1987).

17 . Les nombreuses études de cas d'analyse stratégique que présente Philippe Bernoux dans son petit manuel consacré à la sociologie des organisations, ne concernent pas tous, loin s'en faut, des entreprises privées (voir Bernoux, 1985).

18 . Nous sommes arrivés, dans nos travaux, aux mêmes conclusions.

19 . On peut, par exemple, s'interroger sur les mobiles de l'entreprise Monsanto lorsque, dans sa communication institutionnelle, elle se présente comme une championne du développement durable, alors qu'elle est un des plus grands pollueurs de la planète (voir Champion et Gendron, 2005).

20 . Tant en interne (ce que l'on nomme l'organigramme selon la même racine biologique qui désigne une structure) qu'en externe lorsqu'on applique aux organisations le terme de « structures » en tant que formes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvador Juan, « Le combat de l’Organisation et de l’Institution », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 22 octobre 2006, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/582

Haut de page

Auteur

Salvador Juan

Professeur, Université de Caen, Centre Maurice Halbwachs, France - salvador.juan@unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page