Navigation – Plan du site
Les risques liés à l’incertitude : quels effets sur le système de genre ?

Les risques liés à l’incertitude : quels effets sur le système de genre ?

Introduction du Dossier
Marie-Carmen Garcia et Nathalie Lapeyre

Texte intégral

1Ce Dossier est issu de questionnements abordés lors du XIXème congrès de l’AISLF (Association internationale des sociologues de langue française), intitulé « Penser l’incertain », qui s’est tenu en juillet 2012 à Rabat (Maroc). Il propose d’aborder la notion « d’incertain » sous l’angle du genre, dans le prolongement des échanges qui se sont tenus dans le cadre du Comité de recherche n°4 « Sociologie des rapports sociaux de sexe ».

L’incertain a aussi un genre

2Lors de ce congrès, Robert Castel nous invitait à « Penser l’incertain… et ne plus trembler face aux risques » car, disait-il : « À vrai dire, la sécurité absolue n’est réalisée que dans la mort, là où plus rien n’arrive car la vie – la vie personnelle aussi bien que la vie sociale – porte une part incompréhensible d’imprévisible » (Castel, 2014, p. 28). Maîtriser le monde pour en annuler l’incertitude est un idéal de l’Occident contemporain mais les catastrophes et crises qui ont marqué le xxème et le début du xxième siècles ont mis à mal le projet d’une société dénuée de risques, ou du moins où ces derniers seraient fortement maîtrisés au niveau individuel comme au niveau mondial. La notion « d’incertain » est ainsi dans les représentations sociales ordinaires et savantes connotée négativement, dans des sociétés où « l’anticipation » et la « gestion du risque » sont les piliers des politiques publiques et le ressort de nombreuses activités individuelles dans les mondes du travail, du sport ou de la famille par exemple.

3Mais, comme le fait remarquer Didier Vrancken, « l’incertain » est dans d’autres contextes culturels une notion positive. Les sociologues marocains qui ont contribué à l’organisation du congrès ont, par exemple, fait remarquer qu’en arabe « incertain » est difficile à traduire et se rapprocherait de l’idée de « non-certain » (Layakhin) dont la connotation est positive (Vrancken, 2014, p. 4). La déconstruction de la représentation négative de « l’incertain » et de « l’incertitude » dans nos sociétés permettrait d’analyser des processus sociaux caractérisés par des transformations dont l’issue n’est pas prévisible, sans présupposer pour autant que l’absence de visibilité du « devenir » soit un « problème ».

4Les sociologues qui ont participé au colloque de Rabat se sont d’ailleurs, d’une manière générale, fondés sur une approche large de la notion « d’incertain » et ont pensé l’incertain dans le cadre de l’analyse des diverses « crises », « transformations », « bouleversements », selon des temporalités plus ou moins longues. En effet, « l’incertain » est avant tout une notion en lien avec les représentations du temps et particulièrement de l’avenir. Ne pas connaître celui-ci de manière certaine, ne pas en maîtriser l’évolution, ne pas être en mesure de l’anticiper ni de faire face à ce qui n’a pas été pensé, calculé, prédit, imaginé, n’est pas forcément problématique. En effet, Nicky Le Feuvre pense que la « non prévisibilité » peut dans certains cas être une opportunité pour la valorisation de l’autonomie des femmes et de l’égalité des sexes (Le Feuvre, 2014) . La force prédictive de « l’emprise du genre » (Löwy, 2006) tend, selon cette approche, à s’affaiblir et par conséquent à ouvrir de nouveaux horizons du genre : « Si nous nous entêtons à ne chercher (désespérément ?) que les signes palpables d’une recomposition à l’identique et à l’infini des principes fondateurs du genre, ne lui reconnaissant de variabilité que dans sa combinaison “intersectionnelle” avec d’autres types de rapports sociaux, nous risquons de passer à côté du changement radical que les sociétés de l’individualisme opèrent à l’égard du genre » (Le Feuvre, 2014, p. 135). Les transformations sociales subites, leur imprévisibilité, sont susceptibles de permettre, de ce point de vue, l’élaboration de contextes favorables à des changements sociaux orientés vers une réduction des inégalités entre les sexes, des assignations de sexe ou encore de la binarité et de la rigidité du système de genre. Bien évidemment, ces mutations ne portent pas atteinte à l’intégralité du système de genre, mais permettent néanmoins l’émergence de « configurations locales de genre » (Lapeyre, 2006) plus « égalitaires » et plus favorables à certaines formes d’émancipation des femmes. Par exemple, dans le domaine du travail, ce sont essentiellement les femmes disposant d’emplois stables, de manière préférentielle à temps plein et diplômées de l’enseignement supérieur (par exemple les femmes cadres, ingénieures ou managers) qui bénéficient des ressources sociales, économiques et culturelles nécessaires afin de répondre à l’injonction normative du modèle de « l’adulte travailleur » (Fraser, 1994). En effet, pour la première fois dans son histoire, les objectifs stratégiques de la Commission européenne en 2010, dans sa feuille de route « Europe 2020 » pour une croissance « intelligente, durable et inclusive » 1 ont pris acte de l’indifférenciation des sexes. Cette dernière implique un objectif similaire à atteindre en termes de taux d’emploi des hommes et des femmes et unifie par conséquent les attentes en matière de participation au marché du travail (75% de la population devant être en emploi à l’issue de la période de référence). Cet objectif provoque inévitablement une invisibilisation des mécanismes structurels créant une ségrégation entre les sexes ; toutes les catégories sociales de femmes n’étant pas en mesure de relever le défi proposé par les sociétés de la seconde modernité.

5Partant d’une déconstruction des représentations normatives de la notion « d’incertain » lui attribuant une image catastrophiste ou angoissante, les articles présentés dans ce dossier analysent ainsi les transformations du genre dans des contextes marqués par de fortes mutations, des ruptures, des crises, etc., autrement dit, de l’incertain. Ces derniers montrent notamment que cela produit des effets de genre non univoques.

Les représentations de la féminité et de la masculinité au prisme des pratiques sociales et de loisirs face à l’incertain : consommation d’alcool et images dans la presse sportive

6L’article de Ludovic Gaussot, Nicolas Palierme et Loïc Le Minor, intitulé « Rapport au “boire” et au risque en milieu étudiant : dépassement ou déplacement du genre ? » aborde la question de l’incertain à travers la problématique du risque dans la prévention et l’usage de l’alcool chez les étudiant-e-s des universités de Poitiers (France). Les chercheurs mettent en question les approches épidémiologiques qui soutiennent les dispositifs publics visant à réduire les risques sanitaires liés à la consommation de « drogues » en examinant les usages de ces substances à travers des enquêtes qualitatives et quantitatives menées auprès d’étudiant-e-s. Le texte propose une approche critique des logiques institutionnelles et politiques qui visent à réduire l’incertitude en établissant des « certitudes » à partir de données quantitatives qui occultent le sens et la signification des pratiques sociales. Il met également en question les données sexuées et leurs usages institutionnels, qui ne prennent en compte que « la variable sexe ». Il montre en effet que les politiques de lutte contre l’alcoolisme sont genrées dans le sens où la consommation féminine n’est pas seulement connotée négativement pour soi, comme cela est le cas pour les hommes, mais aussi pour autrui, notamment lorsqu’elles déterminent les « femmes enceintes » comme un public-cible privilégié. Cela dit, les auteurs montrent que l’on a affaire depuis quelques années à un « dépassement du genre » dans la défense de valeurs attachées à la culture du vin : les excès demeurent, comme par le passé, associés à la masculinité, mais la consommation publique féminine est mieux acceptée. Néanmoins, les « frontières de genre » dans l’interprétation de produits psychotropes se sont affaiblies sans toutefois disparaître : les excès masculins sont interprétés de manière positive alors que les excès féminins sont condamnés.

7L’article de Mélie Fraysse porte sur « Les représentations médiatiques du genre à l’épreuve de crises multiples ». À travers l’exemple des revues de Vélo tout terrain (VTT) en France, l’auteure traite des effets de genre de la « crise » traversée par la presse sportive. L’analyse se centre spécifiquement sur la manière dont la baisse et la transformation du lectorat de la presse VTT impacte les images de la féminité et de la masculinité dans les magazines. À partir d’une étude de corpus, d’entretiens biographiques et d’une enquête ethnographique, Mélie Fraysse met en évidence qu’un processus socio-historique de métamorphose de la pratique du VTT et des représentations des sexes qui lui sont liées est en cours. Elle met particulièrement en évidence que des formes de masculinité et de féminité, qualifiées de « locales », sont apparues au cours de ce qu’elle nomme la « crise de la presse sportive ». Ces dernières proposent une image davantage égalitaire des relations entre les sexes que les versions antérieures. Ici « l’incertain » économique, qui touche de plein fouet la presse sportive, articulé à l’entrée progressive dans la pratique du VTT de femmes et d’hommes provenant d’univers socio-culturels régis par une norme (plus ou moins) égalitaire, a pour conséquence une atténuation de l’image de la domination masculine et des frontières entre les sexes.

Le genre de l’incertitude au sein des groupes professionnels : enseignant-e-s, expert-e-s du social et professionnel-le-s de l’égalité

8Farinaz Fassa, dans son article « Articulation des temporalités et régime de genre. Qui gagne quoi ? » interroge les changements des configurations de genre dans les sociétés occidentales, sous l’effet de l’atténuation, depuis la fin des années 1960, de la pression normative pour une centration exclusive des femmes sur l’activité domestique. Les certitudes séculaires concernant les rôles de sexe à l’intérieur de l’espace domestique, d’une part et de l’espace professionnel d’autre part, se voient ébranlées. Le texte questionne ce processus de « dé-standardisation » au sein de trois des segments du secteur public d’un canton romand en Suisse. Ils rassemblent tous trois des populations socialement favorisées et ont enregistré ces dernières années une forte féminisation de leurs salariés dans des professions insusceptibles d’élaborer des alternatives au modèle du male bread-winner.

9Dans le texte intitulé « Le travail émotionnel dans les pratiques enseignantes des professeur-e-s des écoles : un vecteur d’incertitude sur les rôles de sexe », Catherine Delcroix interroge l’incertitude et le trouble provoqués par les pratiques professionnelles des enseignantes et des enseignants qui s’écartent des attendus envers leur sexe dans le travail pédagogique en France. Partant du constat qu’un fort accompagnement émotionnel des enfants est attendu dans les écoles maternelles, elle analyse spécifiquement l’incertitude créée au sein de l’institution scolaire par l’entrée d’hommes dans ces sphères pédagogiques hautement féminisées. De même, les professeures des écoles exerçant en maternelle dont les comportements ne répondent pas aux normes de féminité dominantes de l’institution et particulièrement de l’enseignement auprès des petits enfants font partie de la population d’enquête. L’analyse montre que ces catégories d’individus sont stigmatisées dans le cadre professionnel. Bien loin de provoquer un quelconque changement à l’intérieur de l’institution scolaire, leur entrée dans le « monde de la petite enfance » n’altère aucunement les normes de genre traditionnelles et normatives qui le régissent. Face à l’incertitude des « effets de genre » sur les élèves que des enseignant-e-s distancié-e-s du modèle de la féminité altruiste et « maternante » pourraient provoquer, l’institution scolaire « réagit » par une mise à l’écart des individus en question.

10Glòria Casas Vila propose une analyse de l’incertain au prisme de la médiation familiale et de son interdiction légale dans le cadre de cas de violence de genre en Catalogne (Espagne). Dans les sociétés qui la pratiquent voire la plébiscitent, la médiation familiale, véritable « Méthode alternative de résolution des conflits » exercée par un tiers, dans un contexte de recrudescence des séparations conjugales, est plutôt considérée comme une chose positive, qui opère entre des individus, des couples hétérosexuels perçus comme autonomes, responsables et « égalitaires ». Cette dernière permet en outre de désengorger les tribunaux. Chaussant les lunettes du genre, l’auteure déconstruit cette vision symétrique des relations entre les sexes et les nouveaux discours normatifs où les parents sont désormais perçus comme des « individus sans genre », indifférenciés au regard de leurs positionnements sociaux, économiques, politiques, symboliques, etc. : « Comment elles et ils font leur travail dans un cadre légal d’inspiration féministe interdisant la médiation, mais avec une norme sociale qui enjoint de plus en plus les couples qui se séparent à s’arranger, à coopérer, à trouver des accords ? ». Chez les experts et expertes du travail social et juridique, de multiples manières de penser et d’analyser les violences de genre entrent en concurrence, en fonction de leurs formations initiales et leurs expériences professionnelles et sociales. Leurs positionnements les amènent à se prononcer sur l’usage ou l’absence d’usage de la médiation familiale dans les cas de violences exercées sur les femmes par des hommes, devenu prohibé par la loi. Les nombreuses controverses autour de l’application de la loi contre les violences de genre en Espagne sont en lien direct avec l’incertitude pesant sur les pratiques professionnelles et au-delà sur la mise en œuvre du système institutionnel de lutte contre les violences de genre en Espagne. Ce degré d’incertitude se corrèle ici avec la mobilisation ou l’absence de mobilisation d’une grille d’analyse de la situation en termes de rapports de pouvoir et de domination.

11Le dernier article du présent Dossier, écrit par Julie Jarty, interroge les expériences de l’incertitude au regard des trajectoires professionnelles de titulaires d’un diplôme français de Master sur le genre, formant aux métiers de l’égalité. Ce dernier mobilise une grille de lecture critique et féministe engagée de la réalité sociale, dans un contexte de construction, de structuration continue et de légitimation constante de ces « nouveaux » métiers liés à la lutte contre une problématique pour le moins ancienne : celle des inégalités structurelles entre les femmes et les hommes, dans toutes les sphères de la société. Afin d’appréhender au mieux les incertitudes sur le marché du travail et l’absence de linéarité des parcours, particulièrement dans un contexte d’insertion professionnelle, les professionnelles très qualifiées enquêtées adoptent plusieurs stratégies d’insertion en emploi. Elles oscillent entre une posture professionnelle connectée à un « féminisme engagé » et une posture où les enjeux d’émancipation économique des femmes amènent les individu-e-s à développer des stratégies professionnelles singulières, dans un contexte d’emploi incertain et mouvant, afin de parvenir à se faire une place, particulièrement au niveau des postes de cadres, localisés au sein de « l’espace de la cause des femmes » (Bereni, 2009).

* *

*

12L’ensemble de ce dossier montre que « l’incertain » peut, dans certains contextes sociaux, contribuer à des transformations « à la marge » du système de genre. Du côté des pratiques sociales et de loisirs, ces processus sont visibles. On constate par exemple une meilleure acceptation globale de la consommation d’alcool des femmes chez les étudiant-e-s, associée à une permanence de la stigmatisation des « excès » féminins (Ludovic Gaussot, Nicolas Palierme et Loïc Le Minor). On observe également comment la crise économique que connaît la presse sportive conduit celle-ci à s’interroger sur l’impact de la sexualisation des femmes sur la captation d’un nouveau lectorat composé d’hommes plus dotés scolairement qu’antérieurement et de femmes (Mélie Fraysse). La lecture de l’incertitude au sein de différents groupes professionnels met quant à elle en évidence le fait que les femmes et les hommes ne correspondant pas aux normes de féminité ou de masculinité dominantes des institutions et organisations sont mis à l’écart de celles-ci. Ainsi, l’école, l’institution juridique ou le travail constituent des espaces où l’injonction à l’égalité des sexes peut produire des effets ambivalents : elle favorise l’entrée des femmes dans des univers qui leur ont été fermés durant des siècles tout en les contraignant à répondre à des normes spécifiques de féminité parfois renouvelées. Les effets de l’incertitude sur le système de genre ne sont donc pas ainsi univoques.

Haut de page

Bibliographie

Bereni L. (2009), « Quand la mise à l’agenda ravive les mobilisations féministes. L’espace de la cause des femmes et la parité politique (1997-2000) », Revue française de science politique, vol. 59, n° 2, pP. 301‑323.

Castel R. (2014), « La montée des incertitudes et l’inflation des risques », dans Vrancken D. (dir.), Penser l’incertain, Paris, France et Québec, Canada, Éditions Hermann et Presses de l’Université Laval, pp. 19‑28.

Fraser N. (1994), « After the Family Wage: Gender Equity and the Welfare state », Political Theory, vol. 22, n° 4, pp. 591-618.

Lapeyre N. (2006), Les Professions face aux enjeux de la féminisation, Toulouse, Éditions Octarès.

Le Feuvre N. (2014), « Appréhender les défis de l’incertain sous l’angle du genre », dans Vrancken D. (dir.), Penser l’incertain, Paris, France et Québec, Canada, Éditions Hermann et Presses de l’Université Laval, pp. 113‑138.

Löwy I. (2006), L’Emprise du genre: masculinité, féminité, inégalité, Paris, Éditions La Dispute.

Vrancken D. (2014), « Penser l’incertain », dans Vrancken D. (dir.), Penser l’incertain, Paris, France et Québec, Canada, Éditions Hermann et Presses de l’Université Laval, pp. 1‑18.

Haut de page

Notes

1 Source : http://ec.europa.eu/europe2020, consulté le 28/01/15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Carmen Garcia et Nathalie Lapeyre, « Les risques liés à l’incertitude : quels effets sur le système de genre ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les risques liés à l’incertitude : quels effets sur le système de genre ?, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5745

Haut de page

Auteurs

Marie-Carmen Garcia

Université Toulouse 3 Paul-Sabatier, Laboratoire CreSco (Centre de recherches Sciences Sociales Sport et Corps), France - marie-carmen.garcia@univ-tlse3.fr

Articles du même auteur

Nathalie Lapeyre

Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, Laboratoire CERTOP-SAGESSE, France - lapeyre@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page