Navigation – Plan du site
Penser l'espace en sociologie

Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires d’une ville périphérique

Collectif-Rosa-Bonheur

Résumés

À partir de résultats d’une enquête ethnographique à Roubaix, l’article propose une réflexion autour du concept de centralité populaire. L’analyse montre qu’en tant que territoire « périphérique » (au sens de territoire désindustrialisé et de relégation), Roubaix devient « central » pour les classes populaires par l’accès au logement et les activités économiques qu’il supporte. Il constitue un nœud de réseaux économiques et sociaux partiellement autonomisés du salariat et du marché. Ces pratiques quotidiennes des classes populaires permettent leur requalification matérielle et symbolique. Pour autant, la centralité populaire est aussi un espace fragmenté, traversé par des logiques de réputation sociale et de prestige, par des rapports de genre et de race.

Haut de page

Texte intégral

1Marcher dans Roubaix, rencontrer ses habitants, découvrir la manière dont les populations locales racontent leur histoire, leurs modes de vie, pratiquent leur ville en somme, a été pour nous une expérience inattendue qui nous a confrontés aux habituelles représentations d’une ville désignée comme déclinante, anomique et miséreuse. Tout à Roubaix porte l’empreinte d’un vieil apogée industriel. Ancien fleuron de l’industrie textile française qui accueillit la bourse mondiale de la laine, la ville a vu ses usines, bâties par les meilleurs architectes de l’époque, transformées en centres de distribution alimentaire gérés par des organisations caritatives, en musées glorifiant une mémoire industrielle technicisée et consensuelle, en nouveaux lieux d’emplois pour des cadres travaillant dans l’industrie du software, en lofts pour des jeunes ménages aisés, ou laissées tout bonnement à l’état de friches. Économiquement, depuis les années 1970 et la crise de l’emploi industriel, Roubaix n’est plus une ville industrielle comme l'atteste la faiblesse de l’emploi ouvrier (19 %) et de la fonction de fabrication (7 %) dans l’emploi local, soit des valeurs inférieures à la moyenne nationale (Insee, 2009). La désindustrialisation massive s’est notamment traduite par un déclin démographique quasi constant depuis 1968 (la ville comptait 114 547 habitants en 1968 et 94 186 en 2011 d’après l’Insee). Le substrat industriel a donc été au cœur de politiques de développement économique et de réagencement de l’image territoriale, dans l’objectif de reconnecter le territoire aux nouvelles dynamiques du capitalisme globalisé (Rousseau, 2011). Aujourd’hui, les politiques culturelles, de réhabilitation et de réaménagement de l’espace urbain tentent de reconnecter Roubaix aux marchés et d’attirer les classes moyennes. Ce faisant, la majorité de ses habitants semble invisibilisée, comme si la ville devait se faire sans elle.

  • 1 Depuis plus de 25 ans, les ouvriers roubaisiens sont à plus 25 % au chômage (32 % en 2010) et les e (...)

2Car voilà le paradoxe : malgré cette transformation économique et symbolique, Roubaix demeure une ville populaire dans son peuplement et dans son fonctionnement. En effet, au recensement général de la population de 2011, 69 % de la population active roubaisienne continuait d’appartenir aux catégories sociales employées et ouvrières, quand bien même ses conditions d’existence ont été radicalement transformées. En effet, ces populations se trouvent désormais structurellement dans un état de chômage et de pauvreté 1 et on verra que leur inscription locale se fait nécessairement sur un autre modèle que celui du quartier ouvrier intégré des années 1950-1960. Cette prégnance du peuplement populaire est d’autant plus marquée que le territoire roubaisien est structuré par d’intenses divisions socio-spatiales. À titre d’exemple, si les cadres et les professions intellectuelles supérieures ne sont pas absents de la commune, ils restent concentrés dans un seul quartier de la ville, où ils représentent 35 % de la population active, tandis que dans plus de la moitié de la commune, le poids des classes populaires dans la population active dépasse 75 %. Cette ségrégation socio-spatiale touche en outre une population dont une large partie est issue des générations de travailleurs immigrés du textile, d’abord originaires de Belgique, puis d’Europe et du Maghreb à partir des années 1950, plus récemment d’Asie et d’Afrique sub-saharienne.

  • 2 Comme par exemple l’interdépendance entre logiques capitalistes et étatiques à l’échelle locale ou (...)

3Dès lors, notre perspective interroge la manière dont les classes populaires développent aujourd’hui des stratégies de subsistance aux marges du marché. En effet, si elles se retrouvent souvent sans emploi, cela ne veut pas dire pour autant qu’elles ne sont pas autrement actives. C’est à l’échelle de la vie quotidienne et notamment du lieu de résidence, que se jouent et se construisent, d’une part, les processus de régulation des marchés du travail et du marché du logement 2 et, d’autre part, les pratiques, les expériences individuelles, familiales et collectives, les valeurs des classes populaires dans leur lutte pour faire face à un état structurel de pauvreté et de stigmatisation sociale.

4Nous souhaitons réfléchir au concept de centralité populaire, que nous cherchons à définir empiriquement mais aussi épistémologiquement à partir des différentes filiations du concept de « centralité » en géographie, en histoire et en sociologie (Cavazzini, 2013 ; Toubon & Messamah, 1990 ; Raulin, 2000 ; Vigna, 2012 ; Monnet, 2000). Nous nous appuierons sur ces filiations pour développer notre hypothèse.

  • 3 C’est dans ce sens que de récentes recherches analysent la manière dont les classes populaires déve (...)

5Nous proposons des éléments d’analyse à partir d’une enquête ethnographique en cours à Roubaix, centrée sur les pratiques quotidiennes des classes populaires (Collectif Rosa Bonheur, 2014a). Ces pratiques et leurs agencements correspondent à un travail d’organisation du quotidien, de production et de reproduction de la vie (Marx, 1971 ; Willis, 2011) que nous cherchons à caractériser. Pour cela, nous nous inspirons à la fois du courant de la « grounded theory » (Glaser & Strauss, 1967) et des auteurs marxistes tels qu’Edward Palmer Thompson (1963). Cette perspective, loin de toute théorisation abstraite, propose une analyse située dans les dynamiques sociales locales, la théorie émergeant du terrain 3.

  • 4 La littérature scientifique caractérise les dynamiques sociales, économiques et démographiques de c (...)
  • 5 En nous appuyant sur le texte classique d’Edward Palmer Thompson (1964), nous retenons une définiti (...)

6Si la centralité économique des villes de tradition industrielle (Plan Urbain, 1994) a été profondément remise en cause dans le système capitaliste occidental, les assimilant parfois à des espaces périphériques 4, le caractère de centralité de ces territoires pour les classes populaires qui y vivent n’aurait pas disparu mais se serait plutôt reconfiguré. C’est précisément la marginalité économique et sociale de Roubaix qui a poussé ses habitants à l’apprentissage d’autres formes d’organisation populaire dans le territoire, d’autres formes d’échange et de valorisation économique des ressources disponibles, même si cela s’effectue souvent aux marges du marché. L’ancrage résidentiel dans la ville, en partie contraint, conduit les classes populaires à déployer des stratégies de subsistance qui, fondées sur des liens et des échanges appuyés sur des principes de justification spécifique, formeraient un système économique et social qui aurait les traits « d’économies morales » (Collectif Rosa Bonheur, 2013) 5. Nous faisons l’hypothèse que le caractère de centralité populaire de Roubaix serait structuré par un système d’économies morales inscrit dans le territoire, autrement dit par des liens sociaux, économiques et moraux qui uniraient les familles et individus de ce territoire. L’état structurel de chômage de masse a obligé les classes populaires à produire un système s’autonomisant partiellement du salariat et des systèmes sociaux dominants.

7En outre, nous parlons ici d’une centralité populaire et non pas d’une centralité ouvrière ou d’une centralité immigrée (Cavazzini, 2013 ; Toubon & Messamah, 1990), à la fois pour affirmer la nécessaire différence avec les conditions salariales de la classe ouvrière et les quartiers ouvriers des années 1950-1960 et pour dépasser une analyse centrée sur l’ethnicité des habitants. Ainsi, la centralité populaire permet d’analyser la dimension spatiale des rapports sociaux de domination.

8Ce concept est pour nous à la fois une hypothèse et une posture de recherche. Nous considérons le concept de centralité comme un acte de construction du sens et de la fonction que l’on attribue à un territoire. Il s’agit de rompre avec l’image d’enclave attribuée aux villes stigmatisées socialement comme Roubaix et d’affirmer les dimensions géographique, économique, sociale et symbolique de la centralité des territoires populaires. En ce sens, notre perspective est également politique.

9Pour conduire cette analyse et affirmer cette hypothèse, nous développerons notre propos en deux temps. Le premier temps sera consacré à la construction de l’hypothèse de recherche, en allant du terrain à la réflexion théorique et le second temps caractérisera, à partir du terrain, quelques dimensions de la centralité populaire.

La centralité populaire, du terrain à l’hypothèse

10Cette première partie a pour objectif de présenter comment la démarche empirique de l’enquête ethnographique nous a amenés à réfléchir au concept de centralité populaire, à construire le concept et comment nous en posons l’hypothèse.

La centralité populaire : une hypothèse issue d’une démarche ethnographique

11Notre propos s'appuie sur les résultats intermédiaires d'une enquête ethnographique en cours sur Roubaix, centrée sur les pratiques quotidiennes des classes populaires (Collectif Rosa Bonheur, 2014a) À l’instar de l’équipe de Paul Lazarsfeld à Marienthal (1931), notre recherche aborde un même objet en mobilisant différentes spécialités de la sociologie (sociologie de la famille, de l’éducation, du logement, du travail, des mobilisations et la géographie sociale). Depuis mai 2011, notre recherche collective s’est construite à partir d’entretiens, d’observations et de relations nouées sur le terrain. Nous louons certaines années un logement à Roubaix durant deux mois pour nous imprégner de la vie sociale dans les différents quartiers et nous rendre disponibles pour les discussions et les rencontres fortuites. Ces avancées par tâtonnements nous conduisent à privilégier telle ou telle entrée ethnographique. Nous participons ainsi aux réunions de collectifs de femmes qui se retrouvent, dans le cadre d’ateliers animés par des salariées de centres sociaux. Nous menons une enquête sur les activités sociales et économiques autour de la voiture. Et enfin, des observations sont réalisées au guichet des aides à la réhabilitation des logements de la Direction de l’Habitat et de l’Hygiène de la Ville de Roubaix. Ces différents terrains donnent à voir des pratiques quotidiennes et ordinaires à partir desquelles s’organisent les classes populaires.

Les populations enquêtées à Roubaix (2011-2014)
Les trois terrains d’enquête mobilisés pour cet article ont ciblé différentes fractions des classes populaires roubaisiennes. Des collectifs de femmes des ateliers de trois centres sociaux de Roubaix ont été suivis entre 2011 et 2014. 87 femmes y ont été rencontrées, une trentaine a fait l’objet de rencontres et d’entretiens répétés. La plupart du temps ces femmes sont mères de famille ou grand-mères (une dizaine appartient à des familles monoparentales). Elles appartiennent à des ménages aux ressources très faibles : les conjoints travaillent parfois par intermittence et avec un niveau de qualification très faible ; elles-mêmes n’ont pas ou peu d’activité salariée (dans quelques cas elles ont occupé des emplois aidés ou précaires). Elles sont en grande majorité allocataires du RSA et ont droit à la CMU. Six femmes sur dix sont originaires du Maghreb (soit 51 sur les 87). Elles vivent généralement en France de longue date (y sont nées ou bien y sont arrivées lorsqu'elles étaient enfants), leurs pères font partie de la main-d’œuvre ouvrière migrant en France dans les années 1950-1960.

Depuis 2011, nous avons également rencontré 25 hommes travaillant dans la mécanique automobile : ils sont « mécaniciens de rue », gérants ou salariés d’une entreprise d’achat-revente d’automobiles d’occasion, de pièces détachées ou d’une casse automobile. Ce sont en majorité des hommes originaires du Maghreb. Les non-immigrés constituent la fraction la plus intégrée des commerces de ce secteur. Âgés de 40 à 60 ans, ils sont pratiquement tous issus des milieux ouvriers et populaires et ont eux-mêmes été ouvriers ou ont travaillé dans un autre secteur (commerce, social). Les revenus tirés de ces activités peuvent varier, de très faibles revenus non déclarés à des rémunérations équivalentes au SMIC et bien au-delà pour les plus gros commerces.
Enfin, au guichet des aides à la réhabilitation des logements de la Ville de Roubaix, 8 journées d’observations ont été réalisées en juin 2013. Elles ont permis de rencontrer 31 personnes dont une moitié de femmes : 23 étaient issues de classes populaires et 5 de classes moyennes et supérieures ; une grande majorité était propriétaire occupant de son logement.

12La problématisation de chacun de ces terrains s’ancre dans une analyse territorialisée des rapports sociaux, où le foyer représente l’unité économique fondamentale à partir de laquelle les habitants produisent des stratégies de subsistance. Cette approche vise à rompre avec la notion d’enclave attachée à Roubaix. Notre intérêt se porte sur les dynamiques de production, d’organisation, de division du travail, de fragmentation des groupes sociaux, dans la relation que les classes populaires entretiennent avec les marchés et les administrations.

13Si l’emploi formel devient inaccessible pour une partie des habitants de Roubaix, le travail ne disparaît pas pour autant du territoire. Nous avons découvert qu’il se déploie notamment à l’initiative de la population. Au fil des observations dans la rue, nous avons pris la mesure des activités économiques dispersées sur le territoire, en constatant l’importance des petits commerces à l’apparence modeste, des « petites entreprises » à domicile, dont les affiches collées aux fenêtres proposent du nettoyage, des services d’assistance maternelle, de la rénovation de logements, de la couture, de la coiffure, des gardes d’animaux, etc., ou la récurrence derrière les fenêtres d’objets à vendre pour des prix modiques, parfois fabriqués à domicile.

14À Roubaix, ce n’est pas l’échange économique dans le marché formel qui produit la sociabilité, au contraire, nous pensons qu’il ne pourrait pas y avoir d’échange économique sans une reconstitution préalable des réseaux de coopération et de sociabilité. Ainsi, pour la mécanique, le moment de l’échange (la fixation de la valeur du travail réalisé) est sous-tendu par des logiques qui relèvent d’une rationalité économique propre (ou non dominante) ; de la même manière, l’apprentissage de la mécanique sur le tas répond à des logiques économiques (acquisition de ressources, production de carrières) mais également sociales (maintien de réseaux de sociabilité, logiques de réciprocité, contrôle territorial, reconnaissance symbolique). Quand l’échange économique dans l’espace des économies morales montre son efficacité dans les dynamiques de production et de distribution des ressources, les logiques sociales et les solidarités locales qui le contiennent se trouvent ensuite renforcées (Mingione, 1998). L’activité de réparation automobile devient un support complexe de dépendances et de solidarités qui déterminent ce qui est juste, beau, légitime, et ce qui ne l’est pas. C’est ce support qui favorise le sentiment d’appartenance au quartier, à la ville, à la communauté et produit des identités valorisantes.

15Si l’on prend l’exemple de la participation de femmes aux activités des centres sociaux, il apparaît qu’en tant que bénéficiaires du RSA, la plupart sont contraintes de se rendre disponibles, car le volet « insertion » de l’allocation prévoit explicitement leur participation à un certain nombre d’ateliers, et sans doute incitées à faire preuve d’une certaine bonne volonté auprès des travailleuses sociales. Mais dans leurs échanges, entre elles et avec les travailleuses sociales, elles font un travail de désactivation de la charge morale culpabilisante associée à la perception de minimas sociaux. Elles profitent également de ces espaces pour construire collectivement des ressources matérielles et symboliques face à la dureté de l’existence quotidienne. C’est justement sur la vie de tous les jours que portent les discussions, pour identifier des pistes et des appuis institutionnels et professionnels. Ces savoirs mobilisés autour de compétences relationnelles fondent des pratiques d’entraide et de résistance qui ne s’expriment pas en tant que telles mais sont naturalisées, intégrées dans une sorte de lutte pour la subsistance.

16En outre, ces circuits économiques où s’expriment des modalités de reconnaissance sociale ne sont pas des circuits fermés sur le territoire immédiat. Les hommes de la mécanique sont connectés au-delà des frontières : certains vont acheter des pièces, non seulement en Belgique toute proche, mais aussi en Allemagne, en Turquie, revendent des voitures « retapées » par leurs soins dans les pays du Maghreb… Les femmes des centres sociaux sont connectées aussi au-delà de Roubaix : elles se déplacent en Belgique pour acheter collectivement de la viande à moindre prix ; elles récupèrent des objets et des biens de consommation qui sont revendus au bled pour financer les séjours qu’elles y font ; elles reçoivent des membres de leur réseau de parenté dans une logique de réciprocité.

17Ces éléments nous ont amenés à considérer la ville de Roubaix comme une ressource pour les classes populaires. Cependant la notion de « capital d’autochtonie » ne nous permettait pas d’appréhender pleinement ce que nous observions sur le terrain (Retière, 2003 ; Renahy 2010). L’idée de centralité populaire tend à montrer que l’ancrage, à travers les ressources sociales qu’il permet de mobiliser, ne correspond qu’à une partie d’un système économique et social plus étendu, centré sur le populaire (ses pratiques et les valeurs associées), mais qui ne s’opposerait pas à la circulation et aux échanges, même lointains, de biens et de personnes. Partant, la relégation de Roubaix a pu devenir centralité dans la production de circuits économiques alternatifs. Roubaix n’est pas une enclave au sein d’une périphérie urbaine, Roubaix occupe au contraire une place de centralité populaire qui connecte les classes populaires de Roubaix avec des ressources et des populations d’autres territoires.

La centralité populaire : filiation conceptuelle et posture de recherche

18L’observation du territoire nous a donc amenés à le caractériser en termes de centralité populaire. Cette hypothèse prend sa source dans un croisement d’analyses issues de la géographie, de l’histoire et de la sociologie. Épistémologiquement, la centralité est un concept issu de la géographie et de l’école de Chicago. Il est proposé par Walter Christaller en 1933 et peut se définir comme un concept hiérarchique, induisant un rapport centre/périphérie et se présentant comme « une capacité de polarisation de l’espace et d’attractivité d’un lieu ou d’une aire qui concentre acteurs, fonctions et objets de société » (Lévy & Lussault, 1999). La centralité est étroitement liée à l’offre de services et de biens et à leur accessibilité. Au-delà de cette première acception, nous développons ici deux grandes filiations conceptuelles pour l’hypothèse que nous posons : celle du quartier ouvrier tel qu’il est défini en sociologie et en histoire, celle de la centralité immigrée ou minoritaire, analysée à la fois en géographie et en sociologie.

  • 6 Sur le socialisme municipal à Roubaix voir les travaux de Rémi Lefebvre (Lefebvre, 2003 ; David et (...)

19Premièrement, l’hypothèse de la centralité populaire s’inscrit dans la tradition des recherches sur le quartier. Le quartier se définit d’abord, au regard des travaux de l’École de Chicago, comme une communauté associée au voisinage. Cette conceptualisation est approfondie au tournant des années 1960 lorsque des études sont conduites dans les quartiers touchés par les procédures de rénovation urbaine. Le quartier se formalise alors de manière simultanée sous les traits du « quartier ouvrier traditionnel » (Authier, 2006). À titre d’exemple, pour Henri Coing (1966), le quartier est « une aire résidentielle spécifique ouvrière » et pour Paul-Henry Chombart de Lauwe (1965, p. 23), les quartiers « n’existent réellement que dans des secteurs où les niveaux de vie sont bas. Dans les secteurs riches, les habitants parlent d’un quartier qui a une vitalité très faible et des dimensions beaucoup plus grandes ». Cette caractérisation s’explique par le mode de sociabilité et d’appropriation du territoire propre aux classes populaires, fait d’ancrages et d’usages commerciaux et sociaux fondés sur la proximité. Ces travaux, fondés sur des enquêtes monographiques, révèlent l’intensité des liens sociaux existant dans ces quartiers (Coing, 1966 ; Young & Wilmott, 1957). Celle-ci est mise en rapport avec le caractère prééminent du peuplement ouvrier dans ces quartiers. En effet, la concentration de mêmes catégories de population apparaît comme un préalable à l’émergence de ces pratiques sociales spécifiques. Pour reprendre les termes d’Yves Lequin (1982) sur les rapports existant entre les villes et les ouvriers au cours du xixème et du xxème siècle, « la naissance d’une conscience et d’actions collectives passe par le préalable d’une séparation physique qui prolonge, transfigure ou suscite le particularisme des conduites, donc l’originalité et la spécificité culturelles ». Ainsi, le processus de peuplement et d’industrialisation/urbanisation des villes industrielles, comme l’illustre le cas de la banlieue rouge parisienne, est à l’origine d’une identité locale et sociale spécifiquement ouvrière (Fourcaut, 1986, 1988, 2007), dont l’élément le plus emblématique a résidé, contrairement à Roubaix 6, dans l’élection de maires communistes dans cette banlieue. D’une manière générale, cette identité sociale se retrouve dans les villes marquées par l’industrie, comme à Turin (Jalla, 1982), Saint-Chamond (Acampo, 1982), Carmaux (Trempé, 1971) ou Sochaux-Montbéliard (Goux, 1986). Ainsi, l’inscription de notre travail sur la centralité populaire dans la tradition des recherches sur le quartier nous permet de rappeler le lien fort entre un peuplement marqué, voire dominé, par les classes populaires et la construction d’un fonctionnement urbain, de sociabilités et de conduites spécifiques.

20L’hypothèse que nous développons s’inscrit aussi dans les analyses sur la centralité immigrée (Toubon & Messamah, 1990 ; Battegay, 2003 ; Chabrol, 2011) ou centralité minoritaire (Raulin, 1988). Ce concept relève de la tradition de Chicago et de l’écologie urbaine (Park & Burgess, 1925), comme l’atteste le sous-titre de l’ouvrage de référence de Jean-Claude Toubon et Khelifa Messamah (1990) sur le quartier de la Goutte d’Or à Paris : « dynamiques d’un espace pluriethnique, succession, compétition, cohabitation ». À partir d’une ethnographie du quartier, les auteurs analysent les trajectoires résidentielles et professionnelles des immigrés et leur capacité à « constituer leur propre espace de centralité urbaine » (Toubon & Messamah, 1990, p. 19) dans un système d’obligations réciproques et de tension entre des logiques de fragmentations inter-ethniques et de construction d’un espace identitaire commun. Ces travaux font écho aux analyses nord-américaines de « l’économie de l’enclave ethnique » (Portes & Bach, 1985), des « marchés ethniques du travail » (Ma Mung, 1992), ou de la « sociologie de l’entreprenariat ethnique » (Riesco-Sanz, 2014) qui, dans un cadre de crise du salariat, ont mis au jour le rôle de réseaux ethniques se concentrant dans un espace précis et offrant des opportunités d’emplois, d’activités informelles, de logement en marge du marché conventionnel. Ainsi, « les réseaux ethniques fondés sur les obligations réciproques unissant les membres d’un même groupe ethnique (Sanjuan, 2002) permettraient aux immigrés d’échapper aux discriminations juridiques et sociales ainsi qu’aux barrières cognitives qui contraignent leur entrée sur le marché du travail conventionnel » (Omhovère, 2014, p. 234). Pour autant, l’analyse en terme « d’enclave ethnique » semble limitée (Waldinger, 1993), en ce qu’elle ne permet de penser ni les circulations ni les porosités entre économie formelle et informelle, ni les modes d’accès aux ressources et aux marchés du travail et du logement, ni les coexistences et liens entre populations immigrées et non immigrées, malgré des tentatives intéressantes de dépassement du caractère fermé de l’enclave par la pensée en archipel et en rhizome (Medjkian, 2008).

  • 7 « Quartier marqué par une appropriation ethnique particulière : sa vocation commerciale en fait un (...)

21C’est en cela que nous préférons le concept de centralité qui, comme dans les analyses de Jean-Claude Toubon et Khelifa Messamah pour la centralité immigrée ou dans les travaux d’Anne Raulin (1988) pour la centralité minoritaire 7, se définit comme un espace pluriethnique où se déploient et s’organisent des relations économiques et sociales ouvertes sur la ville, fondé sur une offre de services et d’emplois spécifique le plus souvent liés aux secteurs du commerce. En raison de l’intensité commerciale présente, le territoire est connecté aux flux de la ville et devient un lieu central pour les populations le fréquentant, que ce soit pour les populations migrantes, appartenant à une même origine ethnique ou non, ou pour le reste de la population du territoire (Toubon & Messamah, 1990 ; Raulin, 2001 ; Chabrol, 2011). Au-delà de la question commerciale, souvent au cœur de l’analyse de la centralité immigrée, cette centralité prend ses racines dans les processus de déqualification et de dégradation d’un parc de logements, permettant l’arrivée et l’ancrage des populations migrantes (Levy-Vroelant, 2004). En effet, c’est en raison de leur positionnement marginal dans le fonctionnement des parcs de logements que ces quartiers se constituent comme des quartiers immigrés (Jedynak, 1990 ; Simon, 1997, 2000). Pour les ménages récemment immigrés, le logement constitue un des problèmes principaux et ils doivent accepter des situations souvent irrégulières du point de vue du droit des locataires tandis qu’ils accèdent aux franges les plus dégradées des parcs de logements.

La centralité populaire

22Du concept de centralité immigrée ou minoritaire, nous retenons donc le terme de centralité pour affirmer l’existence de ressources matérielles et symboliques liées à un marquage socio-spatial propre à faire émerger une autonomisation et une structuration spécifique des pratiques quotidiennes et des valeurs des populations vivant dans ou pratiquant ces territoires. En tant qu’espace offrant des services et des biens, parcouru de valeurs et normes spécifiques, parfois ambivalentes et contraignantes et souvent méprisées et marquées par des processus de domination, il est central pour les populations présentes, mais aussi environnantes, ou du moins tentons-nous de le considérer comme tel

23Ensuite, nous choisissons le terme de populaire pour deux raisons principales. D’une part, ce terme s’inscrit dans une lecture des transformations des conditions salariale et existentielle de la classe ouvrière dans la société capitaliste post-fordiste. Il affirme une nécessaire différence avec le quartier ouvrier « intégré » des années 1950-1960. Il incarne le passage d’une centralité ouvrière (Cavazzini, 2013 ; Tronti, 2013), identifiée par une dimension collective et institutionnelle forte, organisée et régulée par les relations industrielles en usine et le socialisme municipal, marquée par des expériences politiques d’identification et de transgression des catégories du capital, à une autre centralité que nous qualifions de populaire, qui n’est plus centrée sur l’usine et les relations industrielles mais sur la dispersion et l’enchevêtrement des espaces de résidence, de travail, de sociabilité, de consommation, structurant autrement les collectifs car mêlant plus directement le productif et le reproductif. À Roubaix, les possibilités de subsistance des classes populaires passent par la production de réseaux de réciprocité qui s’appuient sur des ressources de proximité et des ressources communautaires (Mingione, 1993 ; Bagnasco, 1991 ; Pedreno, 1998). Ces réseaux de coopération sont travaillés par des relations complexes de dépendances croisées et de solidarités. Ils permettent une requalification des classes populaires qui n’est pas seulement économique mais aussi technique et sociale. Du coup, ces espaces de l’économie morale des classes populaires suscitent des expériences de subjectivation politique en partie affranchies des logiques de l’affrontement face-à-face capital-travail, mais bien davantage inscrites dans ces nouveaux territoires du travail non-salarié, fragmenté, épars, qui se confondent avec la vie quotidienne et avec le non-travail.

  • 8 Le recours à la notion de « race » s'inscrit dans une approche en terme de rapports sociaux, il ren (...)

24D’autre part, cette affirmation prend appui sur la critique de la sociologie de l’entreprenariat ethnique qu’effectue Alberto Riesco-Sanz (2014) selon laquelle l’ethnicité ne serait pas le seul élément d’articulation entre ces populations, ni le communautarisme ethnique le seul instrument de régulation des échanges socioéconomiques. Dans nos terrains d’enquête nous avons identifié bien d’autres facteurs (notamment de genre mais aussi religieux et générationnels) qui co-déterminent avec les facteurs ethniques les logiques morales qui soutiennent les principes de réciprocité et de solidarité collective. En outre, l’espace roubaisien est aussi traversé par de multiples variations quant à la notion même d’ethnicité (sub-ethnicités, ethnicités internes, etc.), qui par ailleurs peut être mobilisée par les individus au gré des situations, d’une façon plus ou moins instrumentale, comme une ressource identitaire supplémentaire. Nous préférons ainsi considérer que l’espace social et économique des classes populaires roubaisiennes, partiellement autonomisé du salariat et de l’économie formelle, est un espace traversé par des rapports de genre et de « race » qui fragmentent et hiérarchisent les groupes sociaux en présence. Il ne s'agit pas pour nous d'identifier les « races » ou les communautés (avec des systèmes de valeurs intrinsèques), mais les formes d'interactions racistes entre groupes racisés dans leur vie quotidienne 8.

L’autonomisation des productions et consommations de territoires périphériques : l’émergence de la centralité populaire

25À partir de cette hypothèse de la centralité populaire, nous allons tenter de voir dans quelle mesure Roubaix pourrait être caractérisée comme une centralité pour les classes populaires, notamment par l’accès au logement, par les ressources disponibles et produites par l’ancrage résidentiel et par les échanges et les activités que les classes populaires développent sur le territoire, ces éléments favorisant un processus d’autonomisation ambivalent dans la sphère productive et de consommation.

Les dimensions résidentielles de la centralité populaire

26Une des premières caractéristiques de Roubaix comme centralité populaire tient à sa dimension résidentielle, c’est-à-dire au fait que le territoire est porteur d’un parc de logements spécifique et de ressources locales (matérielles ou symboliques) liées au logement pouvant s’échanger et organisant des flux d’échange.

27En effet, la centralité populaire roubaisienne se développe par l’accès au logement qu’elle rend possible aux catégories populaires. Cet accès est étroitement lié aux faibles prix de l’immobilier, bien souvent dus à des conditions de logements dégradées et à de plus faibles discriminations à l’entrée des logements en raison de réseaux familiaux et/ou communautaires préexistants. À titre d’exemple, dans le quartier du Pile, 75 % des résidences principales sont considérées comme appartenant au parc privé potentiellement indigne (Filocom, 2009) et les prix du logement en accession à la propriété s’y établissent en moyenne à 87 000 € (Ville de Roubaix, 2011). La vacance y est forte et peut représenter jusque 15 % du parc de logements. Le marché peut donc être considéré comme partiellement détendu. Dans ce cadre, le peuplement des quartiers roubaisiens est majoritairement populaire et/ou immigré. Les catégories populaires (ouvriers, employés, inactifs hors étudiants) représentent plus de 66 % de la population de 15 ans et plus dans 28 des 38 quartiers de la ville. La population étrangère représente entre 15 % et 33 % de la population totale dans 24 quartiers de la ville et la population immigrée entre 20 % et 40 % dans 20 quartiers. Ainsi, les quartiers roubaisiens sont à la fois des lieux d’entrée et d’ancrage des populations immigrées.

28Outre cette analyse sommaire et statique, l’analyse des flux de mobilités résidentielles d’entrée et de sortie de la ville révèle que le parc de logements de Roubaix est étroitement connecté au reste de l’agglomération lilloise (Miot, 2012). Si, au niveau global, les flux de mobilités résidentielles entre Roubaix et l’agglomération lilloise sont déséquilibrés en défaveur de Roubaix –qui perd des habitants –, ces flux soulignent également le rôle d'accueil des classes populaires joué par le parc de logement roubaisien, notamment le parc locatif privé. Par ailleurs, ces parcs de logements ne sont pas seulement un lieu de concentration des classes populaires mais aussi un territoire d’échange. L’analyse des mobilités résidentielles montre que Roubaix joue un rôle d’accueil des classes populaires, notamment les plus fragiles, avant que ces dernières, une fois leurs trajectoires sociales et familiales stabilisées, ne s’engagent dans des parcours résidentiels d’apparence plus ascendante se réalisant sur la ville de Roubaix ou à l’échelle de l’agglomération.

  • 9 Les noms ont été modifiés.

29Ces parcours résidentiels sont liés à la présence de ressources matérielles et immatérielles mobilisables par les classes populaires. Ainsi, l’observation au guichet des aides à la réhabilitation des logements de la Direction de l’Habitat et de l’Hygiène de la Ville de Roubaix révèle la mobilisation des réseaux familiaux ou d’interconnaissance dans l’accession à la propriété et la réhabilitation, et le rôle central d’une offre de logements anciens et dégradés, comme peut l’illustrer le cas de monsieur et madame Tilmant 9.

  • 10 Agence nationale de l’habitat.

Sébastien et Christelle Tilmant sont un couple d’environ 45 ans, acquéreurs récents d’une maison de 50 000€ dans un des quartiers ouest de Roubaix. Ils appartiennent à cette catégorie de ménages populaires marqués par la précarisation des conditions d’accès à l’emploi. Sébastien est un ancien ouvrier travaillant à temps partiel (3h/jour) et Christelle a été embauchée récemment en CDD dans une crèche municipale. Dès que le contrat de Christelle a été signé, ils décident d’accéder à la propriété. Ils portent leur choix vers une maison de la rue dans laquelle ils vivent, maison inoccupée depuis cinq ans, suite au décès des anciens propriétaires. Pour accéder à la propriété, ils négocient avec les douze héritiers des anciens propriétaires, héritiers qu’ils connaissaient comme anciens voisins. L’achat s’effectue en dehors des réseaux formels du crédit : M. et Mme Tilmant ont apporté 30 000€ et leur parentèle le reste. La maison est très dégradée : l’électricité est hors d’usage, il n’y a ni salle de bains, ni système de chauffage et la toiture n’est pas isolée et s’avère ancienne. Pour la réalisation de ces travaux, Christophe vient démarcher la Ville pour demander les aides classiques offertes par la collectivité et l’ANAH 10 (70 à 80 % de subventions pour les ménages très modestes). Il s’appuie aussi sur son propre savoir-faire et sur le savoir-faire de son réseau familial ou d’interconnaissance pour la peinture, le montage du parquet, le cloisonnement des pièces, l’installation de la cuisine et de la salle de bains, bien qu’il s’affirme comme « pas bricoleur du tout ».

Les ressources liées à l’ancrage résidentiel

30Nos terrains d’enquête à Roubaix nous ont permis de comprendre que la relégation de Roubaix vers la périphérie des circuits de valorisation du capital transnational (et des centres décisionnels) implique pour ses habitants la nécessité d’une reconstruction de liens et de réseaux de sociabilité en dehors des circuits institutionnels de l’économie formelle qui dépendaient en grande partie des administrations. De ce point de vue, ces réseaux construisent une position de centralité, dans le sens où ils attirent et distribuent des ressources vers l’intérieur du territoire, mais ils distribuent aussi des ressources vers des territoires populaires plus ou moins éloignés.

31Notre participation aux réunions de collectifs de femmes dans des ateliers organisés par des salariés des centres sociaux est un moyen d’accéder à la parole sur l’organisation de la vie quotidienne, mais aussi à des discours et des pratiques en lien avec les logiques de solidarité et de mobilisation de ressources. Dans leurs échanges permanents de savoir-faire et de services pour obtenir telle ou telle prestation ou tel ou tel bien de consommation, dans les modalités de gestion collective des enfants (gardes partagées, échanges de savoirs, discussions sur la légitimité de telle ou telle pratique, etc.), ces femmes montrent la variété des ressources matérielles et symboliques qui leur donnent une place centrale dans la vie sociale du quartier. Leurs réseaux relationnels sont denses et leur place s’y construit à partir d’une reconnaissance mutuelle, ce qui implique d’autres femmes du territoire dans l’appréciation et le jugement du travail de chacune et de leurs qualifications respectives (dans les domaines de la recherche d’emploi, de l’accès aux subsides de l’État social, de la création d’associations, de l’engagement, mais aussi de la cuisine, de la négociation de prix dans les différents marchés formels et informels de la ville, de la santé, de la couture, dans les conseils scolaires, etc.).

Farida Belgahoui, 42 ans, est l’une des figures principales du centre social d’un quartier pauvre de Roubaix. Née dans un village algérien, Farida arrive à Roubaix en 1991, avec sa fille aînée âgée d’un an, pour rejoindre son mari ayant migré pour un emploi d’ouvrier dans le bâtiment. La famille est d’abord hébergée par l’une de ses belles-sœurs dans le quartier voisin de son logement actuel, puis accède à un logement social dans le quartier des grands ensembles de Roubaix. En 2003, Farida, son mari et leurs cinq enfants, emménagent à côté de Lyon, puis rentrent « au bled », son mari s’inquiétant des mauvaises influences auxquelles ses enfants pourraient être exposés en France. Mais l’ambiance familiale au village les convainc de repartir en France. Roubaix s’impose, comme elle le dit : « Roubaix, ça te lâche pas ». À l’arrivée de la famille, le réseau de parenté du mari de Farida se mobilise : on leur prête une maison, on les meuble, on leur fournit vaisselle et linge, le temps qu’ils puissent réactiver leur affiliation au système de protection sociale. Ils trouveront ensuite à louer rapidement la maison d’un ami du mari de Farida, puis un appartement et aujourd’hui une petite maison à bas prix dans la rue principale du quartier.

Depuis sept ans, Farida est une des ressources du quartier : elle contribue régulièrement à des « coups de main » apportés soit dans le cadre de la mosquée, soit au centre social où elle participe activement aux ateliers de discussion (parentalité, santé) et à la confection des repas destinés à financer les activités du centre. Au centre social, Farida est écoutée et respectée par les autres femmes tant pour la manière dont elle éduque ses enfants, dont elle tente de tenir à distance l’autorité de son mari, que pour ses connaissances. Elle sait où acheter les choses – nourriture, vêtements – à un bon prix, à Roubaix et au-delà, malgré l’absence de véhicule. Elle se rend régulièrement dans les braderies des différents quartiers de Roubaix et de l’ensemble de la métropole lilloise. Enfin, ses liens avec les travailleuses sociales du centre social offrent un soutien administratif, linguistique et économique indispensable au ménage : Farida est bénéficiaire du RSA, ses deux aînés touchent des bourses, son mari occupe des emplois irréguliers dans le BTP.

32Si les entretiens soulignent une forte relation de dépendance aux associations et aux services publics, les savoir-faire acquis pour négocier l’acquisition de ressources créent des espaces d’autonomie vis-à-vis de ces institutions et de la sphère domestique, car l’accès aux ressources est un savoir détenu par les femmes (Cottereau & Mohatar Marzok, 2012). Entrent ainsi en jeu des arbitrages entre les différentes sphères d’appartenance et de dépendance : les individus sont contraints de choisir vis-à-vis de quoi et en relation à qui il est préférable d’être dépendant ou au contraire il convient d’affirmer son autonomie, donnant ainsi lieu à une économie morale qui articule solidarités, dépendances et formes de hiérarchisation sociale entre « égaux ».

33La centralité populaire se configure aussi selon une répartition sexuée et racisée des activités et relations sociales. L’expulsion du marché autonomise une partie des classes populaires de la logique (et des sécurités) de l’économie formelle, mais cette autonomisation présuppose aussi la production d’autres formes de dépendances non seulement à l’intérieur des familles, où la division sexuelle du travail et la distribution sexuée de rôles s’accentuent, mais encore entre sphères sociales, en particulier entre travail et vie quotidienne – tout devient travail de subsistance.

Le substrat économique de la centralité populaire

34Ce qui fait la « centralité » de nombre de ces territoires désindustrialisés est, aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’activité économique. Si ces territoires ont été profondément affectés par la désindustrialisation qui a réduit à la portion congrue la part des activités industrielles et ouvrières, ils demeurent des espaces de production (ateliers de fabrication, de réparation, grossistes, etc.) et de consommation (commerces à bas prix, commerces de demi-gros, commerces spécialisés, cafés, marchés). En effet, des activités artisanales ou semi-industrielles anciennes formelles perdurent tandis que d’autres, souvent plus informelles, se développent de manière endogène. Ces dernières portent différentes fonctions au-delà de celle du travail (logement, échanges économiques, sociabilités). En ce sens, les quartiers désindustrialisés demeurent des points économiques nodaux, des lieux d’échanges et de sociabilité partagés pour les classes populaires. Ceux-ci sous-tendent un système d’économie morale de normes et de valeurs spécifiques.

35Le cas de Roubaix est ici encore particulièrement éclairant. Le pôle d’emploi roubaisien a connu une profonde désindustrialisation et un déclin très prononcé depuis 1968. Ainsi, Roubaix concentrait 66 000 emplois en 1968, dont 51 % d’emplois ouvriers contre 42 000 emplois en 2008, dont 19 % d’emplois ouvriers. L’emploi ouvrier y a décliné de 24 000 postes en 40 ans. Cet état de fait oblige les ouvriers roubaisiens à travailler en dehors de la ville, dans les zones d’activités économiques mal desservies en transports collectifs dans les communes limitrophes de Roubaix mais aussi de plus en plus loin, dans l’agglomération, dans les franges du Bassin Minier ou dans les zones frontalières de Belgique (INSEE, 2009). L’état du marché du travail conduit aussi les classes populaires roubaisiennes rejetées aux marges de l’emploi formel à développer une pluralité d’activités comme l’atteste l’enquête dans les quartiers étudiés.

36Les garages de réparation automobile, le travail dans le bâtiment et la réhabilitation de logements, la récupération et la revente d’occasion de biens de consommation, les services à la personne, les productions domestiques diverses, l’échange de savoirs sont autant de dimensions de cette économie informelle roubaisienne. L’exemple des activités de réparation automobile permet de redéfinir la place de Roubaix dans la production de revenus de subsistance. C’est lors de nos premières observations dans la rue que nous avons saisi l’importance de cette activité de réparation automobile, de façon clandestine et/ou légale, autour de laquelle s’organise la vie sociale des hommes des terrains étudiés. La mécanique est d’abord une ressource économique pour les habitants, puisqu’il s’agit à la fois de réparer sa propre voiture et, selon les opportunités, de gagner de l’argent en mobilisant ses qualifications pour réparer celle d’autrui. Avec la restauration et le bâtiment, la mécanique est une des seules activités qui offre davantage de perspectives que les quelques emplois d’agents d’entretien ou de sécurité dans les entreprises roubaisiennes. Certains décident de faire de la mécanique un travail rémunérateur, en proposant leurs services à des proches afin de réparer à bon prix leurs véhicules. Pour ce faire, ils s’installent dans leur garage privé ou louent un hangar qu’ils aménagent en fonction de leurs possibilités. La mécanique automobile à Roubaix s’inscrit donc dans des circuits informels en partie autonomisés mais jamais déconnectés de l’économie formelle du secteur automobile (Collectif Rosa bonheur, 2014b).

37En effet, si la mécanique relève avant tout d’une nécessité, elle s’inscrit dans un circuit économique du marché de la voiture qui fait de Roubaix un espace central qui ne concerne pas les seules classes populaires. Ainsi des garagistes et des négociants nous ont expliqué qu’ils se fournissaient en automobiles (en état ou pour les pièces) auprès de particuliers, de sociétés de leasing et de concessionnaires. Avec ces derniers, des accords sont passés pour la reprise de lots de véhicules dont certains seront bien plus faciles à vendre que d’autres (kilométrage important, état général dégradé, véhicules de primes à la casse). Pour les pièces détachées, les garagistes se fournissent directement sur des véhicules non roulants, sur les sites internet spécialisés, les casses auto et les brocantes locales qui fourmillent de pièces automobiles. De cette façon, ils possèdent un avantage comparatif sur les garages de concessions, légalement obligés de se fournir en « pièces constructeurs » beaucoup plus chères (mais considérées comme plus sûres). Et c’est aussi pour cette raison que le système peut tenir : la clientèle principale, locale et pauvre, n’aurait pas les possibilités financières de faire réparer autrement. Mais les compétences cumulées localement et les opportunités d’économie attirent également les classes moyennes de la métropole lilloise qui viennent faire réparer leurs voitures ou se fournir en véhicules d’occasion. Ainsi, alors que le Roubaix populaire est habituellement considéré comme un territoire de relégation, il occupe une place de centralité en tant qu’espace social d’échange et de flux de capitaux et de biens plus ou moins éloignés géographiquement.

38Les activités de réparation automobile des « garages à ciel ouvert » roubaisiens illustrent également la manière dont la centralité populaire roubaisienne est un espace de construction des savoir-faire acquis hors du système de formation scolaire et dans l’expérience quotidienne du territoire. Le secteur de la mécanique constitue un support d’échange sur la base de la maîtrise d’un savoir-faire technique et manuel, ce qui est déterminant dès lors que la mécanique constitue l’une des seules opportunités à disposition des jeunes hommes roubaisiens pour produire une possibilité de carrière professionnelle. L’apprentissage sur le tas est un moyen de se former à un métier par ses propres moyens. À Roubaix, il est fréquent de rencontrer des adolescents autour d’un scooter ou d’une mobylette. L’intensité de ce type de pratiques dans un espace social donné est le reflet d’une culture dominante à Roubaix, fondée sur des qualifications manuelles et techniques. Pour Matthew B. Crawford (2009), signifier positivement le travail manuel permet à ces jeunes hommes de renverser le stigmate de l’échec lié à leur expérience du système scolaire, système auquel ils ne croient plus. C’est d’autant plus vrai que les qualifications techniques autour de la mécanique se construisent à Roubaix dans la rue, informellement et collectivement.

39Enfin, la réparation est un moment privilégié pendant lequel les normes éthiques et morales entrent en jeu. D’une part, les mécaniciens de rue ont construit au fil des années une réputation quant à leur technicité et leur crédibilité professionnelle qui s’appuie sur une logique d’honneur. Les mécaniciens qui réussissent le font en vertu d’une compétence technique avérée, mais ils ont dû faire reconnaître par la population locale toute une série d’autres qualifications qui ont plus à voir avec la confiance et une capacité à entretenir du lien social. D’autre part, faire réparer sa voiture dans la rue engage des valeurs morales puisque nombres de Roubaisiens disent préférer acheter des pièces d’occasion en brocante plutôt que neuves dans les centres auto. Ces formes collectives et territorialisées de requalification par l’activité de réparation automobile à Roubaix sous-tendent bien un système d’économie morale, en partie autonomisé du marché et des normes dominantes, régi par des relations symboliques de réputation sociale, d’honneur et de prestige.

Hakim Damani est mécanicien de rue sur le parking attenant à sa maison, dans une des rues principales d’un quartier pauvre de Roubaix. Pour lui, il est nécessaire que le travail ait des implications positives sur la dignité du quartier et des personnes qui l’habitent. Hakim est porteur d’un discours à la fois moral et politique, imprégné d’un sens religieux et d’une réflexivité sur sa trajectoire, sur l’histoire du quartier et des migrations. Il présente son activité comme une lutte pour le territoire (contre les dealers de drogue notamment) ; au-delà de l’incarner, il la pratique. Il assure une forme de contrôle sur la rue centrale du quartier, il salue et se fait saluer par les passants, il les interpelle, fait circuler les messages et est au courant des possibilités de « business ». Il produit ainsi une forme de lien social qui passe par la reconnaissance des autres sur son activité et qui dépasse largement sa dimension purement technique. Il s’érige en tant que personnage central du quartier. Sa fonction sociale dans le quartier n’est plus seulement celle d’un mécanicien de famille, sa façon de vivre son métier dans la rue connecte pratique professionnelle et pratique sociale de construction de quartier.

Conclusion

40Roubaix est-elle une ville périphérique ? Roubaix est-elle une ville à la marge ? La relation centre-périphérie constitue une tension politique permanente. La marge est ce que l’on nomme depuis le centre. La lecture des indicateurs statistiques de croissance, de pauvreté et de chômage catégorise Roubaix comme un territoire d’exclusion. Or la centralité économique, géographique, sociale et politique des villes et quartiers de tradition industrielle ne peut aujourd’hui être appréhendée sous le seul angle de la production de valeur ajoutée. En outre, cependant qu’ils produisent des politiques publiques locales « au nom » de la reconnexion des classes populaires au marché, les pouvoirs publics gomment les pratiques sociales de subsistance qui pourraient requalifier à la fois les territoires et les populations qui y vivent.

41En nous plaçant du point de vue des habitants, en prenant au sérieux les usages qu’ils font de leurs territoires d’appartenance, nous avons procédé à un triple déplacement qui permet de déceler la tension structurelle des rapports sociaux spatialisés : nous avons choisi de raisonner en termes de centralité, là où on ne voit que relégation ; nous avons qualifié les habitants de ces territoires en termes de classe populaire, là où l’on ne voit que des populations ne partageant au mieux qu’une condition stigmatisante ; nous avons enfin appelé « travail » cet ensemble de pratiques visant à la production d’une forme d’ordre au quotidien, un quotidien orienté vers la production de ressources de subsistance reposant sur des logiques de réciprocité (économie morale). La centralité populaire s’oppose donc aux autres discours et pratiques de la centralité (capitaliste, administrative) et permet de découvrir ce qui se joue, en termes de rapports de classe, dans ces territoires. Ce sont précisément les habitants des territoires périphériques qui construisent leur centralité populaire dans des rapports économiques, politiques, moraux, qu’ils ne choisissent pas.

42Pour autant, il ne s’agit pas ici de proposer une vision enchantée de la centralité populaire. L’espace des classes populaires est un espace fragmenté, traversé par des logiques de réputation sociale et de prestige – qui sont à la fois inclusives et exclusives –, par des rapports de genre et de race. Mais c’est bien dans ces espaces que se jouent les processus de construction subjective de requalification matérielle et symbolique de ses habitants. Ce qui nous permet d’affirmer que la dimension spatiale des ressources sociales est l’une des modalités contemporaines de résistance des classes populaires à la domination.

43Ambivalente mais structurante, la centralité populaire d’un territoire est donc, in fine, une forme de requalification politique et épistémologique de l’analyse des pratiques des classes populaires dans les territoires désindustrialisés.

Haut de page

Bibliographie

Accampo E. (1982), « Entre la classe sociale et la cité : identité et intégration chez les ouvriers de Saint-Chamond, 1815-1880 », Le Mouvement social, n°118, pp. 39-60.

Authier J.-Y. (2006), Habitat et vie urbaine. L’évolution des rapports de proximité, PUCA, Paris.

Carpentier A. (2003), Tientos y diferencias, Mexico, UNAM.

Bagnasco A. et al. (2001), Sociologia Vol 3. Organizzacione soziale, popolazione, territorio, Milano, Il Mulino.

Battegay A. (2003), « Les recompositions d’une centralité commerçante immigrée : la Place du Pont à Lyon », Revue européenne des migrations internationales, vol. 19, n° 2, pp. 9-22.

Chabrol M. (2011), De Nouvelles formes de gentrification ? Dynamiques résidentielles et commerciales à Château Rouge (Paris), Thèse de doctorat de géographie, Université de Poitiers.

Cavazzini A. (2013), Enquête ouvrière et théorie critique. Enjeux et figures de la centralité ouvrière dans l'Italie des années 1960, Liège, Presses universitaires de Liège.

Certeau de M. et al. (1994), L’Invention du quotidien, 2 : habiter, cuisiner, Paris, Éditions Gallimard.

Chombart de Lauwe P.-H., (1965), Des Hommes et des villes, Paris, Éditions Payot.

Coing H. (1966), Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions ouvrières.

Collectif Rosa Bonheur (2013), « Crisis y economía moral en Roubaix », Sociología Histórica, n° 3, Universidad de Murcia, pp. 457-489.

Collectif Rosa Bonheur (2014a), « Comment étudier les classes populaires aujourd’hui ? Une démarche d’ethnographie comparée », Espaces et Sociétés, n° 56-57, pp. 125-141.

Collectif Rosa Bonheur (2014b), « Les garages à ciel ouvert : dynamiques sociale et de valorisation du capital des classes populaires dans un territoire désindustrialisé », Communication aux 14e Journées internationales de sociologie du travail, Université Lille 1-CLERSE.

Cottereau A. & M. Marzok Mokhtar (2012), Une Famille andalouse. Ethno-comptabilité d’une économie invisible, Paris, Éditions Bouchène.

Crawford M. B. (2009), Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, Éditions La Découverte.

Cumbers A., Helms G. & KSwanson (2010), « Class, agency and resistance in the old industrial city », Antipode, vol. 42, n° 1, pp. 46-73.

David M., Duriez B., Lefebvre R. & G. Voix (2005), Roubaix, laboratoire de sciences sociales, Lille, Presses Universitaires de Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Fassin E. (2009), « Les économies morales revisitées », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 6, pp. 1237-1260.

Fol S. & E. Cunningham-Sabot (2010), « Déclin urbain et Shrinking Cities : une évaluation critique des approches de la décroissance urbaine », Les Annales de Géographie, n° 674, p. 359-383.

Fourcaut A. (dir.) (1988), Un Siècle de banlieue parisienne (1859-1964), Paris, Éditions L’Harmattan.

Fourcaut A. (1986), Bobigny, banlieue rouge, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Gibson-Graham J.-K. (2006), A Post-Capitalist Politics, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Goffman E. (1968), Asiles, Paris, Éditions de Minuit.

Goux J.-P. (1986), Mémoires de l’enclave, Paris, Éditions Actes Sud.

Jalla D. (1982), « Le quartier comme territoire et comme représentation : les “barrières” ouvrières de Turin au début du XXe siècle », Le Mouvement social, n° 118, pp. 79-98.

Jedynak P. (1990), « Les familles noires africaines de Paris : le quartier de la Place de la Réunion », Revue européenne de migrations internationales, vol. 6, n° 3, pp. 83-98.

Kergoat D. (2012), Se Battre disent-elles..., Paris, Éditions La Dispute.

Lazarsfeld P. et al. (1931), Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit.

Lequin Y. (1982), « Ouvriers dans la ville (XIXe-XXe siècle », Le Mouvement social, n° 118, pp. 3-8.

Lefebvre R. (2003), « Le socialisme municipal à Roubaix. Interventionnisme municipal et communalisation de la solidarité », dans Guillaume P. (dir.), Les Solidarités. Du terroir à l’État, Bordeaux, Éditions de la Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine.

Lévy J. & M. Lussault (1999), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Éditions Belin.

Levy-Vroelant C. (2005), « Retour sur une catastrophe annoncée : le logement précaire dans la capitale », Mouvements, n° 5, pp. 84-89.

Ma Mung E. (1992), « L’expansion du commerce ethnique : Asiatiques et Maghrébins dans la région parisienne », Revue européenne des migrations internationales, vol. 8 n° 1, pp. 39-59.

Marx K. (1981), Grundrisse, Londres, MacMillan Press.

Mekdjian S. (2009), De l’enclave au kaléidoscope urbain. Los Angeles au prisme de l’immigration arménienne, Thèse de doctorat en Géographie, Université Paris 10.

Mingione E. (1993), « Fragmentation et exclusion : la question sociale dans la phase actuelle de la transition des villes dans les sociétés industrielles », Sociologie et Sociétés, vol. 30, n° 1, pp. 69-83.

Mingione E. (1998), Sociologia della vita económica, Rome, Caroccia.

Miot Y. (2012), « La ségrégation sociale dans la métropole lilloise et à Roubaix, l’apport des mobilités résidentielles », Géographie, économie et société, vol. 2, n° 14, pp. 171-195.

Monnet J. (2000), « Les dimensions symboliques de la centralité », Cahiers de géographie du Québec, vol. 44, n° 123, pp. 399-418.

Omhovère M. (2014), « Vivre à Gambetta, l’ancrage local. Lorsque la proximité devient ressource », dans Fol S., Miot Y. & C. Vignal (dir), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Park R. E. & E. W. Burgess (1925), The City, Chicago, University of Chicago Press.

Pedreño A. (1998), « Economia Flexible y Ruralidad: El Caso de la Vega Media del Río Segura en la Región de Murcia », dans Ybarra J.-A., Economía Sumergida: El Estado de la Cuestión en España, Murcia, Iniciativas de Futuro-U.G.T.

Portes A. & R. L. Bach (1985), Latin Journey: Cuban and Mexican Immigrants in the United States, Berkeley, University of California Press.

Raulin A. (2000), L’Ethnique est quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris, Éditions L’Harmattan.

Raulin A. (2001), Anthropologie urbaine, Paris, Éditions Armand Colin.

Raulin A. (1988), « Espaces marchands et concentrations urbaines minoritaires : la Petite Asie de Paris », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 85, pp. 225-242.

Renahy N. (2010), « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards sociologiques, n° 40, pp. 9-26.

Retière J.-N. (2003) « Autour de l'autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, n° 63, pp. 121-143.

Riesco-Sanz A. (2014), « Economía (étnica) y sociedad. Inmigración y trabajo por cuenta propia en la sociología contemporánea », Cuadernos de Relaciones Laborales, vol. 32, n° 1, pp. 165-190.

Sanjuan T. (2002), « En-deçà du “religieux” chinois. Réflexions sur les valeurs, l’espace et l’organisation sociale en Chine continentale », Hérodote, n° 106, pp. 123-132.

Schindler S. (2014), « Understanding Urban Processes in Flint, Michigan: Approaching ‘Subaltern Urbanism’ Inductively », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 38, n° 3, pp. 791–804.

Scott J. C. (1979), The Moral Economy of the Peasant: Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, Yale, University Press.

Simon P. (1997), « Les usages sociaux de la rue dans un quartier cosmopolite », Espaces et Sociétés, n° 90, pp. 43-68.

Simon P. (2000), « L’invention de l’authenticité. Belleville, quartier juif tunisien », Revue européenne des migrations internationales, vol. 16, n° 2, pp. 9-41.

Thompson E. P. (1963), The Making of the English Working Class, London, Vintage Books.

Toubon J.-C. & K. Messamah (1990), Centralité immigrée : le quartier de la Goutte-d’Or. Dynamiques d’un espace pluri-ethnique : succession, compétition, cohabitation, Paris, Éditions L’Harmattan.

Trempé R. (1971), Les Mineurs de Carmaux : 1848 et 1914, 2 volumes, Paris, Éditions Ouvrières.

Tronti M. (2013), Nous, opéraïstes, Paris, Éditions d’En Bas.

Vigna X. (2012), Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Éditions Perrin.

Young M. & P. Wilmott (2010), Le Village dans la ville. Famille et parenté dans l'Est londonien, Paris, Presses universitaires de France.

Waldinger R. (1993), « The Ethnic Enclave Debate Revisited », International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 17, pp. 444–452.

Willis P. (2011), L’École des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Paris, Éditions Agone.

Haut de page

Notes

1 Depuis plus de 25 ans, les ouvriers roubaisiens sont à plus 25 % au chômage (32 % en 2010) et les employés à plus de 15 % (21 % en 2010). Roubaix est considérée comme une des villes les plus pauvres de France avec un revenu fiscal par unité de consommation de 9 500 € et près de 10 % de la population vit exclusivement d’aides sociales. Ces données sont issues du Recensement général de la population de l’INSEE (2010) et des Données harmonisées du recensement général de la population de l’INSEE (1968-2010).

2 Comme par exemple l’interdépendance entre logiques capitalistes et étatiques à l’échelle locale ou bien les politiques urbaines et les politiques sociales et éducatives permettant le maintien des conditions de reproduction sociale.

3 C’est dans ce sens que de récentes recherches analysent la manière dont les classes populaires développent des pratiques spécifiques de subsistance selon le contexte historique du capitalisme (Gibson-Graham, 2006 ; Cumbers, Helms & Swanson, 2010 ; Ramirez Melgarejo & Pedreno, 2016 à paraître ; Schindler, 2014).

4 La littérature scientifique caractérise les dynamiques sociales, économiques et démographiques de ces territoires par le concept de déclin urbain ou plus récemment de décroissance urbaine (Fol & Cunningham-Sabot, 2010 ; Miot, 2012).

5 En nous appuyant sur le texte classique d’Edward Palmer Thompson (1964), nous retenons une définition des économies morales comme un ensemble de pratiques et valeurs politiques, infra-politiques et culturelles de la classe ouvrière qui visent à la défense des intérêts de la classe sur le plan économique. Suite à la conceptualisation de James C. Scott (1976), nous pensons les économies morales de manière dynamique, dans la relation de pouvoir entre classes subalternes et capitalisme, expliquant les états de co-existence, de négociation et de résistance des rapports de classe. De l’approche d’Éric Fassin (2009), nous retenons la manière dont cet auteur intègre l’idée de « dispute morale » dans son analyse des rapports de domination entre les acteurs sociaux autour des normes qui régulent la vie sociale.

6 Sur le socialisme municipal à Roubaix voir les travaux de Rémi Lefebvre (Lefebvre, 2003 ; David et al., 2005).

7 « Quartier marqué par une appropriation ethnique particulière : sa vocation commerciale en fait un lieu d’attraction pour les citadins de même origine que les commerçants, et à divers titres (exotisme, affinités) pour les citadins de toutes origines » (Raulin, 2001, p. 177).

8 Le recours à la notion de « race » s'inscrit dans une approche en terme de rapports sociaux, il renvoie comme le sexe et la classe à « une catégorisation socialement construite », un « résultat de la discrimination », une « production idéologique » (Kergoat, 2012, p. 127). Nous utilisons ainsi ce terme comme le propose Danièle Kergoat, il s'agit d'un « usage stratégique du mot race, lequel renvoie à un concept politique, culturel et social, et n'est évidemment pas à prendre au sens biologique » (Ibidem). Et comme elle, nous l'utilisons en le mettant entre guillemets étant donné la charge sociale et historique du mot « race ».

9 Les noms ont été modifiés.

10 Agence nationale de l’habitat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Collectif-Rosa-Bonheur, « Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires d’une ville périphérique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Penser l'espace en sociologie, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5534

Haut de page

Auteur

Collectif-Rosa-Bonheur

Le Collectif Rosa Bonheur est composé de maîtres de conférences en sociologie de l’Université de Lille 1, membres du CLERSÉ-UMR 8019 : Anne Bory, José Angel Calderon, Valérie Cohen, Blandine Mortain, Séverin Muller, Juliette Verdière et Cécile Vignal, associés pour la rédaction de cet article et une partie de l’enquête de terrain à Yoan Miot, Maître de conférences en urbanisme, Université Paris-est Marne-la-vallée-LATTS-UMR 8134 - CollectifRosaBonheur@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page