Navigation – Plan du site
Sociétés en mouvement, sociologie en changement

Un regard à décentrer, des frontières disciplinaires à décloisonner

Introduction aux Dossiers du Congrès « Sociétés en mouvement, sociologie en changement »
Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda

Texte intégral

1Avec comme titre « des sociétés en mouvement, la sociologie en changement », le XXème Congrès de l’AISLF de juillet 2016 à Montréal propose d’interroger les limites de la sociologie confrontée à « des sociétés en mouvement ». Trois thématiques organisent les débats des séances plénières : « de nouveaux mondes à comprendre », « décentrer le regard » et « décloisonner la sociologie ». Avec ce dossier qui porte sur les deux dernières thématiques, SociologieS entend apporter une contribution aux réflexions autour desquelles se focalise le Congrès. Les Cahiers de recherche sociologique prennent quant à eux en charge la première thématique.

2Depuis quelques dizaines d’années, la critique dont est l’objet la sociologie s’est en effet déplacée de ce qu’on pourrait appeler une critique « interne », centrée sur des querelles paradigmatiques que nous connaissons bien (holisme versus individualisme, système versus acteur…) vers des critiques que nous nommerions « externes » contestant globalement soit le caractère « hégémonique » des manières de faire la sociologie – celle-ci étant accusée de participer, de co-produire ou de reproduire certains processus de domination – soit son caractère disons « autistique », son incapacité à s’ouvrir aux recherches des autres sciences touchant à la question de l’humain. D’un côté, les différentes studies (gender, queer, postcolonial, cultural, subaltern…), de l’autre, les avancées de disciplines connexes (neurosciences, sciences de la vie, médecine, connaissance du monde animal, philosophie du langage…).

3D’un côté donc l’hégémonie. Bien sûr, il y avait, il y a une ou (des) sociologie(s) de la culture, du genre, des sciences… mais ce n’est pas à ce titre, c’est plutôt contre ces « titres », que se sont construites les différentes studies prétendant à chaque fois proposer un tournant épistémologique et/ou politique, et apportant souvent des innovations conceptuelles. Leurs points de vue sont donc critiques, mais moins au sens d’une sociologie critique au sens habituel, que d’une critique sociologique et politique de la sociologie, du moins des sociologies identifiées comme « hégémoniques » selon la terminologie d’Antonio Gramsci. Un certain « impérialisme sociologique » constituera le point commun de la critique de ces divers champs d’étude émergents. Qu’est-ce que ceux-ci ont fait et font à la sociologie ? Exigeant une désoccidentalisation, une démasculinisation, une dénationalisation, une démocratisation, une démarchandisation, une désessentialisation… de la société et de la sociologie, embrayant souvent sur les travaux d’auteurs déconstructivistes (notamment de philosophes… Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Michel Foucault…) et de théoriciens de la critique radicale (Antonio Gramsci, Toni Negri…), les studies se sont construites dans le contexte des transformations importantes du monde occidental. Elles ont contribué fortement à une décentration du regard sociologique.

4De l’autre, l’autisme. Si la sociologie naissante s’est nourrie de ses rapports aux autres sciences de l’humain, de la biologie et de la médecine chez Auguste Comte, de la psychopathologie chez Tarde, du naturalisme darwinien avec l’École de Chicago… son histoire a été aussi celle de sa constitution en discipline autonome, parfois au prix de sa coupure d’avec ce que d’autres disciplines pouvaient dire de ce dont elle entendait elle aussi parler. Or, ces mêmes disciplines, neurosciences, médecine, biologie, éthologie, philosophie, économie… ont produit, ne cessent de produire des savoirs qui ne peuvent manquer d’interpeller le sociologue, de le questionner, de fragiliser ses présupposés. Comment dès lors  – et somme toute le faut-il ? – préserver une autonomie disciplinaire, face aux exigences de porosité que nous imposent les avancées de disciplines dont nous ne pouvons – sauf au prix de quelques cécités – nier les connexités ?

5Devons-nous donc – et jusqu’à quel point –décentrer le regard ? Quels en sont les réquisits et conséquences épistémologiques ? Que fait politiquement la sociologie face à ces émergences ? Ces décentrements proposent-ils de nouvelles méthodologies ? De nouveaux objets et sujets de recherche ? En deçà d’un possible décentrement, la sociologie a-t-elle besoin de se nourrir, de dialoguer, de se confronter à d’autres disciplines pour saisir les nouveaux enjeux et les nouveaux phénomènes sociaux et politiques ? S’agit-il d’un dialogue, d’un décloisonnement ? Quelle en est la nature ? Quelles en sont les conséquences méthodologiques ?... C’est sur ces questionnements que porte ce double Dossier de la revue SociologieS, double au sens où la première partie portera sur les différentes studies et la seconde sur les relations entre la sociologie et certaines disciplines « connexes ». Bien que consistant, ce double dossier ne prétend évidemment pas à l’exhaustivité. Certaines studies, comme les subaltern studies, ne sont pas abordées de front. De la même manière, certaines disciplines dont les recherches ne manquent pas d’affecter les présupposés sociologiques, l’économie par exemple, ne sont pas abordées. Plutôt que l’exhaustivité, nous visons à offrir au lecteur des voies au travers desquelles saisir ce qui de la sociologie ne pouvait sortir inchangé de la mise en discussion ou de la confrontation.

6Du côté du « décentrement du regard » – la première partie du dossier – Olivier Moeschler traitera des cultural studies, Marie-Blanche Tahon des gender studies, Sarah Demart des postcolonial studies, Marie-Hélène/Sam Bourcier des queer studies, Jean-Yves Le Talec des men’s studies et masculinity studies et Dominique Vinck des sciences studies.

7Du côté « décloisonnement des frontières », la deuxième partie du dossier traitera des relations entre la sociologie et ses disciplines que nous appellerons faute de mieux « connexes ». Jérôme Michalon, Antoine Doré et Chloé Mondémé – dont nous aurions tout aussi bien pu situer le texte du côté des animal studies – envisageront les effets sur la sociologie des récents déplacements du regard sur les animaux, Nicolas Le Dévédec la confrontera aux avancées de la médecine et aux ambitions transhumanistes, Virginie Tournay reprendra la question des relations entre les modèles d’analyse du vivant et ceux des études de la société à partir des avancées de la biologie, Jacques Commaille réfléchira aux apports possibles des transformations du droit pour saisir le changement social, Bruno Frère s’intéressera aux relations entre philosophie et sociologie et, enfin, Francesco Panese, Mathieu Arminjon et Vincent Pidoux analyseront ce que font et peuvent faire à la sociologie les apports et théorisations des neurosciences.

8Dans cette introduction au dossier, nous chercherons modestement à cerner comment, entre ces différentes incursions, déstabilisations, problématisations, contestations, porosités, mises en questions… le paysage pluriel des sociologies, se trouve enrichi, affecté et surtout mis à l’épreuve.

Une critique politique de la sociologie

9Si nous portons tout d’abord l’attention sur les différentes studies, le caractère critique de leur positionnement s’appuie très généralement sur un constat : celui de la relégation par les sociologies « dominantes » des paroles dominées. C’est ce que, dans un contexte postcolonial, Boaventura de Sousa Santos explicitera on ne peut plus clairement en attendant de la sociologie qu’elle déplace son regard et construise une sociologie « des absences et des émergences » (De Sousa Santos, 2011). D’une certaine façon, le positionnement critique s’étaie sur un positionnement politique mais aussi moral, sur une exigence de reconnaissance (Genard, 2015). Il s’agit de donner la parole, de se faire le relais de groupes dominés, avec toujours bien sûr la difficulté d’éviter les pièges du paternalisme ou simplement d’une objectivation peut-être scientifiquement justifiable mais moralement blessante. Lutter donc contre la propension à parler « pour » plutôt qu’ « avec », d’où d’ailleurs le succès au sein de ces mouvances des méthodologies ethnographiques, ou encore de la co-construction. Avec parfois aussi la tentation de penser que pour parler réellement « de », il faut en réalité parler « en tant que ». Tout cela au risque de l’éclatement, de l’éparpillement à l’infini des discours post-, l’accès à la dignité d’un discours émergent pouvant apparaître comme l’ébauche de nouvelles dominations appelant des réponses de ceux qui sont alors laissés pour compte, de ceux dont la voix particulière n’est pas suffisamment entendue. C’est ce qu’illustre la critique de l’hégémonie disciplinaire portée par les études queer lorsque au nom de ces études, Marie-Hélène/Sam Bourcier accuse les études « genre » et « homosexuels » de prétendre à ou de construire de nouvelles hégémonies. C’est ce qu’illustrerait par exemple aussi la montée récente de la thématique de la « crise des masculinités » et des mouvements tendant à penser non plus une domination masculine mais une masculinité dominée. D’une certaine façon, là ce serait la montée même de la critique de l’hégémonie masculine qui ouvrirait le risque de dominations inversées. Comme le remarque Jean-Yves Le Talec dans son article :

« Selon ces récits, les hommes se trouveraient diminués ou discrédités sur le plan social et intime, ce qui porterait atteinte à "l’identité" et à la "condition masculine". L’évocation d’une telle crise est analysée principalement comme une manifestation de résistance d’une partie des hommes aux avancées féministes et aux progrès sociaux en termes d’égalité des sexes, qui remettent en cause la domination masculine. Il s’agit d’en analyser les coûts objectifs, mais aussi ses coûts subjectifs liés aux progrès de l’égalité des sexes, que certains hommes ressentent en termes de perte de position sociale et de reconnaissance ».

10Comme l’illustre cet exemple, l’émergence de ces sociologies dont la revendication épistémologique est intimement liée à leur « situation », au sens où elles construisent et trouvent leur légitimité à partir d’un positionnement, d’un point de vue, d’une perspective dominée, ouvre la porte à de nouvelles émergences construites à partir des « situations » qu’elles négligent, qu’elles occultent. Leur épistémologie appelle en quelque sorte la constitution d’un paysage « perspectiviste », fait d’une pluralité de sociologies situées. Olivier Moeschler pour les cultural studies et Sarah Demart pour les postcolonial le soulignent également. C’est somme toute ce qu’explicitera l’intersectionnalité dont l’apparition congruente aux différentes studies n’est pas anodine : la domination est affaire complexe, elle est toujours multivariée et il est donc toujours possible, en croisant davantage de variables, de définir de nouvelles dominations (être femme, noire, homosexuelle…) justifiant alors une parole spécifique, au risque, diront certains, que le concept de domination en vienne à se diluer, chacun pouvant somme toute trouver dans ses positionnements quelques variables attestant de sa propre domination (Jaunait & Chauvin, 2012).

11Au cœur du processus de construction des différentes studies se révèle donc une dynamique de reconnaissance. Le changement de perspective qu’elles appellent n’est pas seulement épistémologique ou politique, il se situe là où épistémologie, politique et éthique de la sociologie se rejoignent, se complètent et interfèrent (Genard & Roca i Escoda, 2014). Qu’il s’agisse des Cultural Studies, des Gender Studies, des Post-Colonial Studies, des Disability Studies, le regard critique focalisé sur la condition des sujets porte une obligation éthique de décentrement, enjoint au sociologue de se placer du point de vue situé du sujet dominé et de ses intérêts, en vue de contribuer à l’amélioration de son sort. De la même manière, comme le soulignent Jérôme Michalon, Antoine Doré et Chloé Mondémé, les animal studies postulent la nécessité de se déprendre d’une perspective anthropocentrique, dommageable pour les intérêts des animaux. Ces divers déplacements auront bien sûr des conséquences épistémologiques et méthodologiques non négligeables quant au travail d’enquête.

12Cette ambition de reconnaissance se manifestera par différentes voies. Par exemple, comme l’affirme Olivier Moeschler, les cultural studies ne se sont pas construites comme simplement une autre sociologie de la culture, mais comme une sociologie de la culture des pauvres, pour reprendre le titre français du célèbre livre de Hoggart (1970) et plus généralement des cultures dominées, comme l’illustreront les travaux de Raymond Williams (1982). À la fois pour attester que culture il y a là aussi, mais encore pour montrer que cette culture est dynamique, y compris dans son rapport aux cultures légitimes, dont les cultural studies vont par exemple montrer qu’elles sont appropriées, et non pas simplement absorbées selon le modèle de la seringue hypodermique dominante en sociologie des médias, ou encore selon les modèles de l’incorporation à la Pierre Bourdieu. On pourrait multiplier les exemples. Ainsi, comme le montre Sarah Demart, les postcolonial studies ne sont pas simplement une autre sociologie du colonialisme, ni non plus une nouvelle critique sociologique du colonialisme, mais, enracinées dans les contextes coloniaux et postcoloniaux, elles se présentent comme une alternative à des regards dominants, ceux de l’impérialisme occidental, notamment européen, en restituant en même temps la parole et la dignité aux absents, aux oubliés, aux relégués. En exigeant une décentration que les rapports de domination dans lesquels s’inscrivaient les regards sociologiques majoritaires n’autorisaient pas, rendaient impraticables, elles entendent déplacer la focale. Elles se proposent de construire une (des) sociologie(s) du Sud à charge parfois de penser le Sud « géographiquement » (au travers alors d’une critique radicale des acquis du Nord) ou plutôt « épistémologiquement », comme décentrement du regard, sans pour autant renoncer par principe aux acquis du Nord dont elles peuvent assumer la pertinence, la tradition revisitée des droits de l’homme par exemple comme chez de Boaventura Sousa Santos (2011).

13Ce seront sans doute les subaltern studies qui, dans leur terminologie même, énonceront le plus explicitement cette exigence de repositionnement de la sociologie du point de vue des exclus. Non pas que la sociologie ne se soit pas « intéressée » aux exclus. L’histoire des grandes enquêtes sociologiques depuis le xixe siècle ne cesserait de montrer à quel point ce sont les exclus –au départ les pauvres – qui furent l’objet de l’attention. Mais l’enjeu, plus sans doute que d’intérêt, est ici de « posture » : une chose étant de s’« intéresser à » avec ce que cela peut avoir d’objectivant, autre chose étant de « reconnaître » – et de reconnaître des subjectivités. Par ailleurs, cette exigence de changement de « posture » ne manque pas, dans le même temps, d’attirer en contraste l’attention sur le manque d’auto-réflexivité de la sociologie dominante quant à son propre positionnement, y compris son propre positionnement institutionnel, au sein de l’Université, du monde académique, mais aussi au sein des rapports sociaux de domination. Le cas des études queer est à cet égard exemplatif. Comme le souligne Marie-Hélène/Sam Bourcier, l’entreprise politique des queer studies est de poursuivre un projet ouvert – mais peut-être abandonné en cours de route – par le féminisme, en ayant comme objectif de transformer les sociétés et les cultures. Tout en diffusant des savoirs et en défendant des politiques situés, les études queer entendent s’inscrire plus largement dans les mouvements de lutte contre le néolibéralisme et la globalisation, dont les « autres » sociologies sont soupçonnées de faire le jeu. En ce sens, la visée critique se situe bien au-delà du champ d’étude des sexualités pour élever la dénonciation vers un niveau plus général, celui des sociétés post-capitalistes et de ses formes de domination. Et cela tout en questionnant la discipline sociologique, y compris ici dans ses avancées féministes. Et, répétons-le, l’émergence de ces différentes studies ne manque pas d’interroger aussi les institutions dans lesquelles se construisent et au travers desquelles se diffusent ces savoirs, en particulier l’Université. Comme le souligne Marie-Hélène/Sam Bourcier, une réflexion sur ce que font les studies à la sociologie comme discipline ne peut faire l’économie d’une réflexion sur la fonction critique qu’elles se donnent à propos de la mission de l’Université, de sa territorialisation, de ses frontières, de ses relations avec « l’extérieur » et la société civile d’autant que cette Université, en France comme ailleurs, est en pleine conversion néo-libérale.

La question du sujet et de la subjectivation comme question épistémologique et politique

14On l’aura saisi – et bien qu’on ne puisse bien entendu soutenir sérieusement que le concept de domination n’ait pas été un concept central de la tradition sociologique – les différentes studies vont s’employer à repenser en profondeur ce que « domination » veut dire et à en ouvrir et déplacer largement le spectre. D’abord peut-être en cessant de penser la domination uniquement selon la variable économique, comme l’exigeront sans doute d’abord – tout en s’inscrivant pourtant dans une filiation marxiste – les cultural studies, en étendant le concept bien au-delà des seules oppositions de classes auparavant dominantes dans la sociologie critique. Mais ensuite en portant la critique de la domination sur les conditions même de production de la discipline sociologique, pour le dire rapidement sur la modernité occidentale et les institutions du savoir qui en sont issues.

15Comme cela a été évoqué, les différentes studies assument donc, au-delà des traditionnelles ambitions explicative et compréhensive, voire critique, de la sociologie, un double travail à la fois de réflexivité critique et de reconnaissance. Dans cette optique, une tension se révèle entre une propension à saisir la domination plutôt comme exclusion ou plutôt comme aliénation. À s’inscrire donc dans la lignée de ce que Luc Boltanski et Ève Chiapello appellent la critique sociale (exploitation, exclusion) ou la critique artiste (oppression, aliénation), les deux grands types historiques de la critique du capitalisme qu’ils identifient (Boltanski & Chiapello, 1999). Dans le premier, celui où la domination est pensée avant tout comme exclusion et exploitation, il s’agit de restituer parole et dignité aux points de vue des exclus. C’est somme toute ce point de vue qui sera dominant dans les premières cultural studies, dans la tradition ouverte par Raymond Williams et par l’école de Birmingham (Mattelard & Neveu, 2003). Il s’agira alors de prendre distance par rapport à une vision –présente dans la tradition marxiste – de groupes dominés, soit acceptant la domination, soit se révoltant, luttant… mais en tous cas rarement ou jamais capables de s’élever à la conscience de leur positionnement et à la construction d’exigences politiques à la hauteur non seulement des frustrations mais plus fondamentalement de la domination subies. Il s’agira avant tout de faire droit aux pratiques dominées.

16Par contre, plus la critique sera pensée en termes d’aliénation plus se posera la question des formes d’intériorisation de la domination et des formatages des subjectivités qui leur sont consubstantielles. La domination est alors pensée comme source d’oppression et sont valorisées en contrepoint la liberté individuelle, la recherche d’authenticité, la capacité d’être soi. C’est dans cette optique qu’un des enjeux épistémologiques fondamentaux des différentes studies va se situer au cœur de la question de la subjectivation. À la fois au sens où il s’agit de comprendre comment se construisent des formes de subjectivation dominées, mais peut-être surtout de refaire ou de contribuer à refaire des groupes dominés les sujets de leur histoire. Bref, pour le dire de manière abrupte, de ne pas rabattre les subjectivations, en particulier donc dominées, sur des objectivations qu’illustreraient alors de façon paradigmatique les grandes enquêtes quantitatives sur les pauvres, ou plus généralement sur les groupes dominés.

17Cet intérêt pour la subjectivation explique l’influence des travaux de Michel Foucault dans la mouvance de nombreuses studies, en particulier bien sûr – et cela spécifiquement dans les gender studies – du MichelFoucault qui évoque la question de la subjectivation à partir de ses travaux sur l’histoire de la sexualité. Ces travaux offriront en effet une voie de « dé-naturalisation » des différences sexuelles, de déconstruction de catégories normalisantes et homogénéisantes ; en permettant de les réfléchir comme des effets discursifs ou encore comme l’aboutissement de processus généalogiques (Veyne, 2008). Mais, dans le même temps, les travaux de Michel Foucault pourront être discutés au titre qu’ils tendent à effacer la subjectivité au profit des structures discursives au travers alors d’une généalogie pensée comme « histoire sans sujets » (Rancière, 2007), ce qui, tendanciellement, pouvait aller à l’encontre du projet politique d’empowerment – porté selon des formes différentes par les différentes studies – qui bien sûr présuppose que puisse être prise au sérieux l’ambition d’autonomisation des sujets.

18Michel Foucault lui-même suggérera de penser ses travaux comme un ensemble de réflexions sur les formes de constitution de la subjectivité au travers de structures discursives à partir desquelles savoir et pouvoir s’enchevêtrent, se confondent. La constitution discursive des subjectivités apparaissant donc directement associée à des structures de domination. C’est au travers de cette hypothèse que peut également se comprendre l’influence de Michel Foucault sur les postcolonial studies au travers en particulier de l’usage que va faire Edward Saïd de ses travaux pour penser l’orientalisme comme une structure discursive ouvrant à une justification du colonialisme (Saïd, 1994). Et, de manière plus générale encore, la pensée de Michel Foucault, depuis Les Mots et les choses, va permettre de montrer les liens forts entre la naissance des différentes sciences humaines – donc aussi de la sociologie – et l’émergence de l’humain (Foucault, 1966), donc en réalité de la conception occidentale de l’humain, permettant dès lors de penser en quoi ces différentes disciplines ont pu contribuer au projet colonial, mais aussi au projet capitaliste, au projet genré…. On pourrait ainsi montrer comment le déplacement de la focale sur des structures discursives pensées ensemble comme savoir et pouvoir ont pu jouer un rôle central dans la constitution des différentes studies, par exemple aussi dans les sciences studies, via notamment les travaux de John Law, comme le souligne Dominque Vinck dans son article.

19Ce positionnement épistémologique fonde le refus de toute naturalisation, de toute ontologisation des catégories au profit d’une lecture « constructiviste » des processus de domination passant par la naturalisation de l’autre. Pour les gender studies, Marie-Blanche Tahon insiste par exemple sur le fait que la différence sexuelle, l’opposition homme/femme, n’est pas naturellement une différence ontologique, mais que c’est au travers des catégorisations et des pratiques qui les sanctionnent socialement qu’elles acquièrent un tel statut ontologique. Le même type de raisonnement se retrouve dans les postcolonial ou les subaltern studies. Les études queer allant jusqu’à revendiquer, sur le plan notamment politique, l’effacement des catégories.

20Il n’est dès lors pas étonnant que ces différentes studies aient été attentives au tournant linguistique en philosophie et particulièrement à la question de la performativité des catégories, comme l’illustre par exemple l’influence des travaux de Judith Butler (2004), attestant par là des porosités entre philosophie et sociologie, dont traitera, mais sur d’autres formes d’interférences, la contribution de Bruno Frère. Le concept de performativité permettra également de saisir en quoi l’usage des catégorisations par la sociologie pose la question de sa propre performativité, et donc de la responsabilité et de la part prise par la sociologie dans les processus de domination, mais aussi, au travers alors de son travail déconstructif, de son potentiel de contribution aux processus d’émancipation.

21Toutefois – et cela a déjà été effleuré précédemment – l’enjeu de l’abord des subjectivations est loin d’être seulement théorique. Il s’agit aussi et dans le même temps de créer des conditions d’appropriation de l’histoire des dominés par les dominés comme êtres dominés. D’attester que les subjectivations ne se laissent pas nécessairement réduire à des processus d’incorporation de la domination, et surtout peut-être de contribuer à permettre des formes de subjectivation qui s’émanciperaient des modes de domination hégémoniques. Là se croisent une nouvelle fois enjeux théoriques et politiques. La sociologie pouvant se comprendre comme vecteur d’empowerment, d’accroissement de la capacité d’agir. Non pas bien sûr un empowerment comme l’a récupéré la pensée managériale, mais un empowerment comme l’ont initié les mouvements féministes et anti-discriminatoires américains des années 1960-70 (Cantelli, 2013). Et c’est précisément parce que, dans cette visée d’empowerment, épistémologie et militantisme se conjuguent, que dans l’expression « sociologie des subalternes » le « des » ne doit pas se comprendre dans le sens de « à propos des », mais plutôt au sens actif, au travers de pratiques où les subalternes deviendraient sujets de leur existence, plutôt donc au sens de « avec », « en tant que »… avec ce que cela suppose méthodologiquement comme refus du surplomb, de l’extériorité… La sociologie pensée donc aussi comme capacitation (Genard & Cantelli, 2008). Avec des accentuations diverses, les différentes studies revendiqueront cette visée d’empowerment, en ayant comme objectif politique une transformation sociale en direction des subalternes avec les subalternes.

22Le perspectivisme porté par les différentes studies, ainsi que le principe de symétrie, offre donc des voies de réhabilitation, contre les modèles hégémoniques, des expériences des dominés dans lesquelles peuvent se trouver des ressources positives pour penser des alternatives aux formes de domination héritées de la modernité occidentale. C’est ainsi que les études postcoloniales porteront leur attention sur les ressources qu’offrent les cultures subalternes – par exemple en Amérique latine les Chiapas – pour envisager des alternatives à l’individualisme.

23Il n’est pas inutile de rappeler que la plupart de studies sont issues – ou, à tout le moins, que leur émergence s’est appuyée sur – des luttes et mouvements sociaux, au départ dans le contexte de contestation sociale des années dites des « Trente glorieuses » (mouvements « noirs » aux USA, indépendance algérienne, décolonisation, mouvement des droits civiques, naissance de la pensée écologique, féminisme…). Ainsi, les gender studies voient-elles leur origine dans le mouvement de libération des femmes à la fin des années 1960 et, au début des années 1970, dans le féminisme de la deuxième vague. Les études postcoloniales, de leur côté, prennent origine dans les luttes anti-impérialistes des années 1950 et sont fortement inspirées par des écrivains des pays colonisés, s’insérant dans le double mouvement de déconstruction des logiques coloniales et raciales, et de reconstruction « en vue d’une ère véritablement "post-coloniale", d’une montée en humanité », comme l’affirme Sarah Demart dans son article. Les études culturelles naissent également contre la sociologie canonique, c’est-à-dire le fonctionnalisme américain des années 1960, tout en critiquant la culture impérialiste, allant jusqu’à se définir comme « antidiscipline » (Olivier Moeschler).

24Le positionnement épistémologico-critique des studies du côté des groupes dominés, exclus, oubliés, délaissés… et peut-être surtout méconnus tant le regard porté sur eux s’est construit dans la distanciation, dans le surplomb… n’est pas sans conséquence méthodologique. Comme l’illustreront les cultural studies dès leurs premiers travaux, cela conduira à construire la sociologie au plus près des expériences auxquelles il convient de faire droit. Il s’agira de redonner crédibilité, valeur au « fragment », aux récits, aux paroles et aux pratiques exclues. Et là, les méthodes ethnographiques s’avèreront particulièrement pertinentes contre les risques d’écrasement des sociologies « bulldozers » (Corcuff, 2005). Comme le seront aussi les approches à dominante phénoménologique dont on a vu un important retour au sein de l’arrière-plan théorique, philosophique, de la sociologie. C’est ce qu’exemplifie la contribution de Bruno Frère qui porte sur les porosités entre sociologie et philosophie sous l’angle de la phénoménologie, montrant comment ses propres travaux se sont trouvés enrichis des apports de cette discipline philosophique, en particulier celle de Max Scheler. Faire droit à la subjectivation dominée, et dans le même temps saisir – et favoriser – le processus d’émancipation subjective de la domination, ne semble en effet pouvoir faire l’économie d’une pensée de l’expérience subjective, ce qui s’avère être précisément l’enjeu central de la tradition philosophique phénoménologique (Benoist & Karsenty, 2001 ; Frère & Laoureux, 2013). Le rapport à la phénoménologie se présentera comme une voie intéressante pour la compréhension de la performativité des catégorisations sociales, pour comprendre en profondeur ce que font ces catégorisations à l’expérience dominée, y compris pour la construire comme dominée, et pour saisir les failles et les opportunités dans lesquelles peuvent se glisser et que peuvent emprunter les processus d’émancipation et les stratégies d’empowerment.

25Répétons-le : le propos est dans le même temps épistémologique, méthodologique, critique et militant. Rétablir le subaltern, c’est dans le même temps changer de posture, dénoncer, comme le souligne Sarah Demart en citant Gayatri Spivak, la domination comme « violence épistémique » et contribuer à restituer un sujet qui ait sa propre histoire, sa propre voix. En portant donc une critique aux impérialismes – sociologiques, mais aussi occidentaux – qui rendraient ces sujets « muets ».

Une critique non postmoderne de la modernité ?

26Comme le suggèrent les développements précédents, ces prises de position critiques s’inscrivent aussi dans la mouvance des tensions, nées après la Seconde Guerre mondiale et qui se sont intensifiées à partir des années 1960-70, entre modernité et postmodernité. D’une certaine façon, l’horizon des différentes studies est aussi de questionner les « grands récits » de la modernité, moins sans doute, comme chez les théoriciens de la postmodernité, pour en montrer les échecs et l’épuisement, quitte alors à saluer le différend ou la différence, que pour en dénoncer les effets de domination, cherchant d’une certaine façon à reconstruire, à repenser la question moderne de l’émancipation contre le discours de la modernité. Même si quelquefois se fait jour la tentation du « différend », en particulier lorsque se manifeste, par exemple pour des raisons de stratégie politique, la revendication de la primauté de la défense du subalterne dans sa spécificité au prix de la relégation en second de l’ambition de la constitution de l’être-ensemble, ou, comme ce fut le cas avec les sciences studies, lorsque la prévalence du point de vue constructiviste dans sa version radicale aboutit au relativisme.

27Parmi les angles d’attaque du discours de la modernité et des hiérarchies catégorielles qui l’accompagnent, se trouvent en première ligne ses prétentions universalisante et « naturalisante », avec les effets de domination que cela a entraînés. Ces prétentions, les studies les contextualisent, les contestent et les déconstruisent, comme le revendique peut-être le plus explicitement le principe de symétrie latourien (Latour, 1991), dispositif central d’un des courants des science studies que Diminique Vinck identifie dans son article. Ou comme l’illustre aussi l’ouvrage de Philippe Descola Par delà nature et culture (2005) qui envisage le discours de la modernité, en particulier sa division entre nature et culture, comme un univers discursif parmi d’autres, dont il a contribué à l’effacement. C’est ce qu’explicite clairement Sarah Demart pour les études postcoloniales :

« La distinction durable entre eux et nous, la nature et la culture, constitue la matrice de l’expérience sociale, matérielle et subjective de l’Europe face au monde. L’idée de l’Europe a à voir avec une identité qui a émergé d’un processus de différenciation vis-à-vis des autres cultures, néanmoins la manière dont cette altérité a contribué à l’autoréalisation de l’Europe est rarement objectivée ; l’essentiel de la discussion sur ce que sont les Européens et ce qu’est l’Europe étant centré sur des logiques endogènes (Quijano, 2007) » (Sarah Demart).

28Dans la plupart des studies, la modernité est donc saisie à la fois comme une structure discursive qui doit être contextualisée et dont la prétention à l’universalité doit être déconstruite, et comme une structure de domination. Ainsi, en prenant la différence sexuelle comme une fiction, Marie-Hélène/Sam Bourcier note que les études queer suggèrent d’y voir un dualisme né avec la modernité et le capitalisme. Et de la même façon, les études postcoloniales mettent en évidence la consubstantialité entre modernité, capitalisme, impérialisme, racialisation…

29Souvent en en appelant à Michel Foucault et aux autres théoriciens de la déconstruction, la critique de la modernité portera également sur le statut de la raison et sur le discours moderne de l’émancipation par la raison, dès lors que celle-ci se trouvera contextualisée, relativisée et envisagée comme vecteur de domination, que sa prétention à l’universalité se trouvera contestée. D’une certaine façon, ces formes de contestations de la modernité construites sur la critique de la raison s’inscriront, explicitement ou non, dans une filiation nietzschéenne sans doute, mais plus précisément dans la filiation de la French Theory (Gilles Deleuze, Jacques Derrida…) que de nombreuses studies mobiliseront. De leurs points de vue situés, elles se confronteront aux apories que dénoncera par exemple Jürgen Habermas, notamment dans l’article « La modernité : un projet inachevé », posant l’alternative de l’abandon des ambitions de la modernité versus sa reprise au regard de ses manquements (Habermas, 1981).

30Il n’est dès lors pas étonnant de constater comment ce qui, dans le discours de la modernité, pouvait apparaître comme l’envers de la raison (et donc comme vecteur potentiel d’aliénation, d’hétéronomie) puisse se trouver réhabilité. On se souviendra par exemple des travaux –importants dans la constitution des gender studies – où Carol Gilligan conteste les hypothèses de Lawrence Kohlberg sur les stades de l’apprentissage moral. Les études empiriques menées autour du modèle de Lawrence Kohlberg, focalisées sur l’aboutissement du développement moral à un stade post-conventionnel s’apparentant à l’acquisition d’une morale kantienne, faisaient en fait apparaître une proportion bien plus importante d’hommes que de femmes aux stades supérieurs du développement moral. Contre cette théorie, Carol Gilligan suggéra l’hypothèse d’un stade au-delà du niveau post-conventionnel de Lawrence Kohlberg et focalisé non plus sur un rapport rationnel au devoir mais plutôt sur un rapport affectuel à autrui. Ce renversement eut énormément d’écho dans les théories féministes et notamment dans la constitution des éthiques et politiques du care, ce dernier s’ouvrant à des approches montrant à quel point la dépréciation de l’affect avait pu contribuer à la domination masculine, y compris au niveau économique au travers de la relégation sociale des professions du care, très largement occupées par les femmes.

31De la même façon, les subaltern studies vont proposer une réhabilitation de l’affectif et du religieux, considérant à la fois qu’ils possèdent un potentiel de révolte et de résistance à la domination, mais aussi que leur dépréciation constitue un effet du discours de la modernité.

« Face au discours hégémonique de la modernité et du progrès, à cette "propagande de la raison", à cette "monomanie de l’imagination à l’œuvre chez le sujet savant, juge et maître qui sait toujours déjà ce qui est bon pour tout le monde avant même de s’en être assuré", il faut, écrit Chakrabarty, "aller vers le subalterne", "le laisser mettre en question nos conceptions de l’universel" faire leur place à l’affectif, au religieux, à "ce que nous avons fini, en devenant modernes, par voir comme irrationnel" » (Pouchepadass, 2000, pp. 176-177).

Continuité versus discontinuité

32Une des critiques portées à la modernité et popularisée par les travaux de Bruno Latour (1991) se situe dans la propension de la modernité à organiser le monde selon des schèmes binaires, nature/culture, corps/esprit, humain/non-humain, femme/homme, pathologique/normal, humain/animal… dont se revendique la modernité, sans d’ailleurs avoir jamais pu les honorer. Des oppositions qui n’ont pas manqué toutefois de façonner les partages disciplinaires, opposant par exemple sciences de la nature et de la culture, explication et compréhension… comme d’ailleurs les partages des êtres. À bien des égards, les différentes studies questionnent ces oppositions, comme le font d’ailleurs dans le même temps de nombreuses disciplines scientifiques touchant de près ou de loin à la question de l’humain, comme l’illustrent les articles de ce double dossier.

33De nombreuses problématisations abordées dans ces articles touchent en réalité à cette question soit avec une accentuation épistémologique, soit avec une accentuation politique. Les avancées de la biologie dans l’article de Virginie Tournay, celles des neurosciences dans l’article de Francesco Panese, Mathieu Arminjon et Vincent Pidoux mettent en évidence les nouvelles manières de poser la question du naturalisme en sociologie. Les sociétés peuvent-elles être analysées sur le modèle des sciences naturelles ? Ou, comme l’interroge Virginie Tournay, faut-il maintenir et pourquoi une dualité des modes d’existence des être naturels et des être culturels ? Jusqu’où les avancées fulgurantes des neurosciences obligent-elles à revoir les présupposés disons « humanistes », de la sociologie ? Et, comme invite à se poser la question Nicolas Le Dévédec, qu’en est-il de l’humain, voire de l’horizon d’une « commune humanité », au regard des technologies de l’homme augmenté ?

34L’article de Francesco Panese, Mathieu Arminjon et Vincent Pidoux est significatif des déplacements épistémologiques liés à ces avancées théoriques et expérimentales. Plutôt que d’affronter les antinomies et les apories de la modernité, en particulier celle sur la liberté et le déterminisme, les auteurs proposent une stratégie épistémologique leur permettant en réalité d’en « sortir ». On sait évidemment que les développements des neurosciences questionnent lourdement les présupposés humanistes, le modèle de l’acteur libre, autonome, responsable. Et on sait aussi que ces évolutions des neurosciences d’une part sont interrogées, critiquées par les sciences humaines, mais surtout en viennent à pouvoir intégrer des formes de plasticités permettant une intégration des facteurs culturels dans la « constitution » cérébrale, le plus souvent sans pour autant adhérer à une restauration de l’idée de liberté et de responsabilité. Là se remet en quelque sorte en scène, sur nouveaux frais évidemment, l’antinomie kantienne entre liberté et déterminisme. Une antinomie ouvrant à controverses comme l’illustre le beau débat sur le naturalisme qu’a permis de susciter SociologieS 1. Par rapport à cette antinomie, il est tout à fait significatif d’observer que la stratégie d’argumentation déployée par Francesco Panese, Mathieu Arminjon et Vincent Pidoux va chercher à se déplacer de l’encombrant dualisme pour se poser la question de la performativité des acquis des neurosciences, d’abandonner donc l’antinomie des coordonnées de l’humain comme « doublet empirico-transcendantal » au sens de Michel Foucault, pour se situer plutôt sur un terrain dont l’enjeu est moins de savoir où se situe l’humain entre liberté et déterminisme que de savoir ce que changent les apports des neurosciences, en particulier – se référant notamment aux travaux de Nikolas Rose – ce qu’elles font aux modes de subjectivation, par exemple dans le traitement des pathologies psychiques mais aussi de manière plus générale. Au-delà donc d’enjeux de validité – sommes-nous libres ou déterminés ? – la question devient celle de savoir comment la subjectivité se construit, se façonne dès lors qu’elle rapporte ses représentations à un fonctionnement cérébral neurobiologique, observable par exemple par imagerie médicale. Mais, même de manière interne, en en restant donc à la question des avancées vers le déterminisme liées aux développements des sciences de la nature, la contribution de Virginie Tournay montre à quel point les frontières bougent, et comment somme toute les avancées les plus spectaculaires, plaidant en apparence en faveur du déterminisme, peuvent se trouver mises en doute par ces mêmes sciences qui les ont produites. Ce qui ne plaide bien sûr pas en faveur d’une cécité de la sociologie à l’égard des acquis de ces sciences, en l’occurrence la biologie, comme pourrait l’espérer une vision auto-référentielle, auto-suffisante de la discipline.

35Plutôt que de supputer, dans la filiation par exemple des travaux de Bruno Latour, une fin de l’anthropologie des modernes, peut-être serait-il plus pertinent de réfléchir à l’hypothèse d’un passage d’un régime binaire-statutaire où les termes des oppositions s’ouvriraient à des partages stabilisés des êtres (fou/normal, femme/homme, capable/incapable, animal/humain, nature/culture…) vers un régime continuiste-flexible (Genard, 2009) où les oppositions circulent, s’enchevêtrent… ou plus généralement où les régimes d’opposition statutaires font place à des continuum mouvants où les places se superposent et s’échangent. Plusieurs textes de ce double dossier vont dans le sens d’une telle hypothèse. Celui de Jérôme Michalon, Antoine Doré et Chloé Mondémé, comme de manière générale les tournants pris par l’étude des animaux, plaident très explicitement pour une rupture de l’opposition dure entre les humains et les animaux. Ces mêmes études ne cessent de remettre en question le monopole de l’humain sur la culture, multipliant les preuves de l’existence de cultures chez les animaux. Comme le soulignent les auteurs, les animal studies iront jusqu’à revendiquer une forme d’égalité axiologique entre les humains et les animaux, plusieurs chercheurs visant à conduire leurs recherches au service d’une « cause animale » pensée comme cause politique (Libération Animale, Droit des Animaux) et comme cause éthique, dénonçant la souffrance infligée aux animaux. Une souffrance qui rapproche l’humain des animaux et exige d’étendre la perspective du care au monde animal. Dans le même ordre d’idées, on sait à quel point l’opposition entre normal et pathologique est constamment mise en cause. À quel point aussi la question de l’incapacité cesse d’être saisie sous l’horizon d’un statut constitutif d’une restriction ou d’une privation de droits comme ce pouvait être le cas au xixe siècle, pour s’ouvrir au contraire à des exigences de droits (le droit des patients malades mentaux par exemple) ou à des revendications de possibilités d’agir comme c’est constamment le cas avec les handicapés. Avec les queer studies, c’est cette fois la distinction homme/femme qui se trouve questionnée, moins pour en dénoncer la structure de domination que pour en mettre plus radicalement en question le bien-fondé, suggérant tendanciellement de la penser comme choix. Et, plus épistémologiquement, ce que les études queer proposent c’est de construire leur analyse du « normal » à partir des « anormaux », de manière à découvrir des manières queer de résister aux régimes sexuels et de genre. Cette propension à penser le continuum anthropologique à partir de l’incapacité, voire du handicap, se révèle de manière très explicite également dans la contribution de Nicolas Le Dévédec. Manifestement, avec le transhumanisme qui est au centre de ses questionnements, les coordonnées anthropologiques de la modernité ne sont plus bornées par une ontologie classique de l’humain, avec un horizon de finitude. Même ceux qui sont capables, normaux, responsables… en viennent à se penser sous l’horizon du manque et de la possibilité d’une augmentation de l’humain, une augmentation saisie – que ce soit au travers des psychotropes, des implants techniques… –comme opportunité et comme choix.

36Au-delà de la profonde disparité des thématiques, se révèle donc un ensemble de problématisations des catégorisations binaires constitutives de la modernité. Et, dans le même mouvement, la mise en cause des effets épistémologico-politiques – performatifs – liés à ces binarisations : stigmatisation, privation de droits, absence de sollicitude, enfermement statutaire… D’une certaine façon, la contribution de Jaques Commaille peut apparaître comme un plaidoyer pour la prise en compte de ces évolutions sociales, remettant profondément en question l’arrière-plan épistémique sur lequel s’est fondé le droit pensé comme « Raison », largement occidentalo-centré comme il l’écrit, contre lequel cet auteur défend une conception du droit ouverte au polycentrisme du monde et aux bougés sociaux parmi lesquels il évoque très explicitement certains de ceux que nous venons de signaler.

37Enfin, sans que cela soit traité de manière très frontale dans ce double dossier, pointe un autre enjeu lié sans doute au tournant linguistique en philosophie et en sciences humaines en général. C’est celui qui a été popularisé par l’appel à un traitement symétrique des humains et des non-humains. Si la modernité avait creusé un fossé infranchissable entre les sujets humains et le « reste », les sociologies récentes n’ont cessé de prétendre traiter ensemble humains et non-humains. À la fois de penser les processus sociaux comme des enchevêtrements d’êtres aux statuts disparates, comme l’a illustré le paradigme de l’acteur-réseau, mais surtout de prêter de l’agentivité, de l’agency aux non-humains, à charge évidemment de saisir ce que pouvait être cet agency. Toutefois, comme y invite quelquefois l’article de Virginie Tournay, une réflexion menée d’un point de vue linguistique sur le discours sociologique suggérerait de se demander quels types d’êtres sont les entités auxquelles le sociologue attribue le statut de sujet grammatical de ses phrases, auxquels il prête cette agentivité. Quel est en effet le type d’ontologie que nous mobilisons lorsque nous prêtons ce statut de sujet grammatical de phrases d’action aux classes sociales, à des mouvements sociaux, au marché, à la globalisation… Une chose est de parler par exemple d’« investissement de formes » (Thévenot, 1986), c’est-à-dire de réfléchir à ce que Georg Wilhelm Friedrich Hegel ou Georg Simmel auraient appelé des « objectivations de la vie de l’esprit », de présupposer que les représentations se matérialisent et se solidifient en dispositifs, autre chose est de réfléchir aux ontologies que présupposent nos pratiques grammaticales (Descombes, 2004). Là sans doute se trouve aussi un chantier pour la sociologie, un chantier que commencent à ouvrir certains travaux et qu’illustre par exemple, dans la revue SociologieS, la discussion de l’ouvrage de Virginie Tournay par Louis Quéré dans lequel celui-ci, en dialogue avec l’auteure, cherche à éclaircir ces enjeux théoriques –quant au type d’êtres que sont les institutions – en se référant aux catégories de la linguistique de Charles Sanders Peirce (Tournay, 2015 ; Quéré, 2015). Dans le même ordre d’idées, rappelons aussi à quel point les sciences studies ont pu contribuer à une mise en question et à un ébranlement des certitudes ontologiques, en particulier au travers de l’exacerbation du constructivisme qui a caractérisé certains de leurs développements, faisant en quelque sorte douter de la réalité de la réalité, cherchant à destituer la réalité de sa prétention à l’objectivité.

Production nationale et circulation internationale

38Dans la mesure où les différentes studies dénoncent des positions hégémoniques et plaident pour des épistémologies situées, il n’est pas étonnant que les résistances et oppositions à leurs discours et prises de positions donnent lieu de leur part à des analyses critiques mettant en évidence les spécificités contextuelles conduisant à expliquer les résistances aux théorisations émergentes ou innovantes s’appuyant sur des positions minoritaires, subalternes. C’est donc de manière assez logique que la montée des studies dans le contexte français – qui nous intéressera ici parce que c’est celui mobilisé à ce propos par la plupart des auteurs du Dossier – s’accompagnera de critiques dénonçant parfois de manière virulente les formes hégémoniques du discours, des pratiques et des institutions sociologiques en France.

39« Les textes circulent sans leur contexte ». Cette célèbre phrase que Pierre Bourdieu avait formulée dans le cadre d’une conférence qu’il avait donnée à l’Université de Fribourg en 1989 (Bourdieu, 2002), engageait une réflexion autour de la circulation internationale des idées. Les textes de ce Dossier dévoilent en ce sens les enjeux de production, de circulation internationale et de réception nationale de ces champs d’études émergents, notamment aux Etats-Unis. En ce sens, l’ensemble des textes nous fournit une sociologie comparée des enjeux de réception de ces nouveaux champs d’études, principalement mais pas seulement en France. Dans cette démarche, le parcours historique de ces diverses studies nous aide à décentrer le regard et à « mettre les rapports sociaux dans leur contexte ». Ainsi que l’avait souligné Max Weber, la reconstruction socio-historique d’un concept s’avère le moyen heuristique disponible pour comprendre sa signification culturelle et sa raison d’être sociale. De la même manière qu’il a été montré que les sciences sociales sont, depuis leurs origines, fortement marquées par leurs contextes nationaux (Heilbron, 2008) et que les concepts sont porteurs d’une compréhension culturelle particulière (Christin, 2010 ; Cassin, 2007), les studies seraient-elles des champs d’études avant tout états-uniens ?

40L’histoire de la réception des études queer, gender et des études culturelles en France révèle, de ce point de vue, plusieurs enjeux. Marie-Blanche Tahon montre par exemple comment la notion de genre a été mal reçue en France. Une résistance terminologique qui relève des cultures de la pensée, tout particulièrement du féminisme matérialiste français. En comparaison avec d’autres contextes européens, le féminisme français reprochera au concept de genre de ne pas assez porter sur l’oppression, l’asymétrie entre les sexes et leur hiérarchie. Ces processus de domination nécessitaient un outil sociologique spécifique qu’a incarné la notion de « rapports sociaux de sexe ». Plus tard, c’est dans un but de dénaturaliser le « sexe » que le « genre » sera introduit par Christine Delphy au début des années 2000, en invitant à considérer que le genre précède le sexe, en particulier parce que, comme le souligne Marie-Blanche Tahon, la notion « francisée » de gender souligne une asymétrie et surtout une hiérarchie.

41Comme les gender studies, les cultural studies émergeront dans le monde anglo-saxon mais leur internationalisation ne se fera que plus tard, à partir des années 1990. Olivier Moeschler, dans son article, montre notamment les réticences quant à leur importation en France. Au point de parler de trois importations successives dans le temps, qui saisiront différemment le champ des études culturelles, usant d’ailleurs de terminologies elles-mêmes différentes. « Que retenir, transmettre, débattre et actualiser de ce projet théorico-politique ? Comment adapter aux spécificités des problématiques sociales, culturelles et politiques françaises les enjeux soulevés à Birmingham, Berkeley ou Santa Cruz University ? » Bref : comment « "traduire" les cultural studies dans la sociologie française ? » (Olivier Moeschler).

42Les enjeux de traduction sont aussi marqués par des histoires nationales, comme le montrent Jérôme Michalon, Antoine Doré et Chloé Mondémé pour la réception des animal studies en France où, contrairement aux États-Unis, peu de ces études s’inscrivent dans un projet normatif semblable à celui des animal studies : « […] la grande majorité d’entre eux témoigne davantage d’une volonté de compréhension de la vie ensemble entre humains et animaux : une sociologie avec les animaux, caractérisée par une attention toute particulière portée aux relations plutôt qu’aux termes des relations anthropozoologiques » (Jérôme Michalon et al.).

43Mais c’est notamment Marie-Hélène/Sam Bourcier pour les études queer qui déploie une critique sévère du contexte français qui, selon lui, est dans l’impossibilité politique de concevoir et recevoir les minority studies de par le simple fait qu’elles surgissent d’une position minoritaire. D’une part, cet auteur reproche à la France de nationaliser ses savoirs alors que le contexte est transnational, en partie à cause de la place prise par une sociologie hégémonique, fermée à toute interdisciplinarité, mais aussi en raison d’une néolibéralisation de l’Université et des savoirs. Il reproche à la France d’avoir négligé l’éducation et la recherche comme champs d’action politique, comme c’est le cas dans le contexte Nord-américain. Il enfonce encore plus le clou en affirmant : « Ces queer studies là renouent avec l’agenda des premières studies anglo-saxonnes auquel résiste des quatre fers la France monoculturelle, universaliste et républicaine et ce, aussi bien à droite qu’à gauche ». D’autre part, la mauvaise réception des études queer en France renverrait aussi, à le suivre, à des enjeux d’idéologie politique, en particulier au républicanisme français réticent à toute politique des différences. Pour les études postcoloniales, Sarah Demart constate de la même manière que le contexte républicain français est fort marqué par « un fort impensé de la race » et donc que « la problématique raciale s’est largement énoncée dans les termes d’une problématique postcoloniale », et pas comme dans le contexte anglo-saxon où l’étude « des phénomènes raciaux et racistes est en partie prise en charge par d’autres courants de recherche, tels que les cultural studies, les critical race studies, les black studies ou les whiteness studies » (Sarah Demart). Comme le souligne Marie-Blanche Tahon, la réception réticente par le féminisme républicain français du concept d’intersectionnalité en est un exemple patent.

Circulation inter-disciplinaire

44Nous terminerons par évoquer des enjeux de circulation que soulèvent enfin certaines contributions, qui ne sont plus cette fois de circulation internationale mais de circulation interdisciplinaire. Plusieurs contributions, celle de Virginie Tournay ou celle de Francesco Panese, Mathieu Arminjon et Vincent Pidoux abordent de front la tension, les interactions, les mécompréhensions, les oppositions entre les sciences « naturelles » et les sciences « culturelles » de l’humain. Des tensions qui répètent, comme nous l’avons souligné, cette tension constitutive de la modernité occidentale entre le corps et l’esprit, la nature et la culture. Mais aussi son abord de l’humain comme « doublet empirico-transcendantal ». Nous n’y reviendrons pas.

  • 2 Voir à cet égard le dossier très complet « Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquête (...)

45Ces frictions ne redisent toutefois pas toutes ces antinomies de la modernité. D’autres sont somme toutes simplement liées à des frottements, à des incursions frontalières, à des reprises. C’est ainsi que la philosophie pragmatiste américaine sera une puissante source d’inspiration épistémologique pour les développements de la sociologie pragmatique française, même si les premiers théoriciens de celle-ci en étaient à vrai dire très peu informés 2.

46Ces recompositions liées à des décentrements disciplinaires sont au centre des articles de la deuxième partie de ce double Dossier. En regardant le droit, la philosophie, la science politique ou les neurosciences, ces contributions établissent un dialogue entre disciplines et proposent des nouvelles manières d’analyser sociologiquement le monde social en changement. Comme l’affirme Jacques Commaille, en tant que chercheur sur le droit, en suivant les transformations sociales son approche s’est transformée jusqu’à saisir le droit lui-même comme « un exceptionnel révélateur des transformations des sociétés et l’instrument privilégié pour procéder à un travail de théorisation de ces transformations » (Jacques Commaille).

47C’est aussi parce que les sociétés sont en mouvement que d’autres disciplines éclairent le regard sociologique. Jacques Commaille l’explicite très bien au travers de son intérêt pour les évolutions du droit face aux transformations sociales et politiques des démocraties occidentales. C’est en plaçant le droit au centre de ses analyses qu’il arrive à élucider des questionnements qui vont jusqu’à la mise en cause de ces systèmes démocratiques. Ce que les studies font de prime abord dans leur démarche critique, les autres disciplines, comme la philosophie ou le droit, le construisent dans leur démarche analytique.

Haut de page

Bibliographie

Benoist J. & B. Karsenty (2001), Phénoménologie et sociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Bourdieu P. (2002), « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, décembre, pp. 3-8.

Butler J. (2004), Le Pouvoir des mots. Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam.

Cantelli F. (2013), « Deux conceptions de l’empowerment », Politique et Sociétés, vol. 32, n°1, « Pouvoir, participation et capacité », pp. 63-87.

Cassin B. (2007), « Intraduisible et mondialisation. Entretien réalisé par Michaël Oustinoff », Hermès, La Revue, vol. 3, n° 49, pp. 197-204.

Christin O. (2010), Dictionnaire des Concepts Nomades en Sciences Humaines, Paris, Éditions Métailié.

Corcuff P. (2005), « Figures de l’individualité, de Marx aux sociologies contemporaines », EspacesTemps.net, Travaux, mis en ligne le 12 juillet 2005, consulté le 22 février 2016. En ligne : http://www.espacestemps.net/articles/figures-individualite/

De Sousa Santos B. (2011), « Épistémologies du Sud. », Études rurales, n° 187, pp. 21-49.

Descola P. (2005), Par-delà nature et culture, Paris, Éditions Gallimard.

Descombes V. (2004), Le Complément du sujet, Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (1966), Les Mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Éditions Gallimard.

Frère B. & S. Laoureux (2013), La Phénoménologie à l’épreuve des sciences humaines, Bruxelles/Bern/Berlin/Frankfurt am Main/New York, /Oxford/Wien, Éditions Peter Lang .

Genard J.-L. & F. Cantelli (2008), « Êtres capables et compétents : lecture anthropologique et pistes pragmatiques », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008, consulté le 25 février 2016. URL : http://sociologies.revues.org/1943

Genard J.-L. (2009), « Une réflexion sur l’anthropologie de la fragilité, de la vulnérabilité et de la souffrance », dans Périlleux T. & J. Cultiaux, Destins politiques de la souffrance, Touluse, Éditions Érès.

Genard J.-L. & M. Roca i Escoda (2014), « Les dispositions éthiques dans la conduite de l’enquête et la livraison publique de ses résultats », SociologieS [En ligne], Dossiers, La restitution des savoirs, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 24 février 2016. URL : http://sociologies.revues.org/4720

Genard J.-L. (2015), « Sociologie critique, sociologie morale », dans Frère B. (dir.), Le Tournant de la théorie critique, Solidarité et Société, Paris, Éditions Desclée De Brouwer, pp. 37-66

Habermas J. (1981), « La modernité : un projet inachevé », Critique, n° 413, pp. 950-967.

Hoggart R. (1970), La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit.

Jaunait A. & S. Chauvin (2012), « "Représenter l'intersection". Les théories de l'intersectionnalité à l'épreuve des sciences sociales», Revue française de science politique, vol. 62, n° 1, pp. 5-20.

Latour B. (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, Éditions La Découverte.


Mattelard A. & É. Neveu (2003), Introduction aux Cultural Studies, Paris, Éditions La Découverte.

Pouchepadass J. (2000), « Les Subaltern Studies ou la critique postcoloniale de la modernité », L’Homme, n° 156, pp. 161-186.

Quéré L. (2015), « Règle, fiction ou collectif ? Quelle est la bonne catégorie pour penser les institutions ?  », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Penser le changement institutionnel, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 26 février 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5101

Ranciere J. (2007), La Mésentente. Politique et philosophie, Paris, Éditions Galilée.

Saïd E. (1994), L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil.

Thévenot L. (1986), « Les investissements de forme », dans Thévenot L. (dir.), Conventions économiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 21-71.

Tournay V. (2015), « "Manières de faire" des institutions. Grand résumé de l’ouvrage Penser le changement institutionnel, Paris, Presses universitaires de France, 2014 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Penser le changement institutionnel, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 26 février 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5099

Veyne P. (2008), Foucault, sa pensée, sa personne, Paris, Éditions Albin Michel.

Williams R. (1982), The Sociology of Culture, New York, Schocken Books.

Haut de page

Notes

1 Ce dossier est accessible à l’adresse suivante: https://sociologies.revues.org/3594

2 Voir à cet égard le dossier très complet « Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations » préparé par Daniel Cefaï, Alexandra Bidet, Joan-Stavo-Debauge, Roberto Frega, Antoine Hennion et Cédric Terzi et paru dans SociologieS : https://sociologies.revues.org/4911

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda, « Un regard à décentrer, des frontières disciplinaires à décloisonner », SociologieS [En ligne], Dossiers, Sociétés en mouvement, sociologie en changement, mis en ligne le 07 mars 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5321

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Genard

Université de Liège (Belgique) - jgenard@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Marta Roca i Escoda

Université de Lausanne (Suisse) - Marta.RocaEscoda@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page