Navigation – Plan du site
Gouverner le capitalisme ? Pour le bicamérisme économique

Gouverner le capitalisme ou comment reprendre, sur des bases novatrices, un débat vieux de plus d’un siècle à propos de l'urgente démocratisation de l’entreprise 1

Discussion de l’ouvrage d’Isabelle Ferreras Gouverner le capitalisme ? Pour le bicamérisme économique, Paris, Presses universitaires de France, 2012
Christian Thuderoz

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par son auteure est accessible à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5296 et la discussion par Corinne Gobin à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5229

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été écrit en janvier 2015.

1Osons l’emphase : ce livre d’Isabelle Ferreras constitue une étape importante dans l’histoire des idées en théorie de l’entreprise. Pour (au moins) quatre raisons : il actualise avec brio le thème de l’industrial democracy, absent des débats actuels depuis son acmé dans les années 1970 ; il introduit une idée neuve dans la réflexion, avec insolence ; il modifie les coordonnées du débat académique sur l’entreprise comme une institution ; enfin, il dessine un programme de travail à propos de l’entreprise contemporaine riche d’hypothèses fécondes.

2Et le tout, comme le montre son Grand résumé, dans un style alerte, parfois aux confins du persuader et du convaincre, à l’instar de cette phrase qui le clôt, sonnant comme un appel au combat : « À l’heure globale, la prochaine bataille se jouera au niveau de l’entreprise »…

3Ce qui meut Isabelle Ferreras est une urgence – et on ne saurait blâmer son impatience : « Regarder l’entreprise droit dans les yeux, comme une institution parmi d’autres, à laquelle notre société démocratique doit donner des droits et des devoirs » (p. 7). C’est l’intérêt de cet essai sociologique, qui lui donne force et originalité : il reprend, sur des bases renouvelées, un débat vieux de plus d’un siècle à propos de la nécessaire démocratisation de l’entreprise (ou son entrée en modernité, après avoir réussi son entrée en société [Segrestin, 1987]). Mais là où nombre d’analystes se limitent à concevoir une limitation du pouvoir des actionnaires et du top management, via une activation des institutions représentatives du personnel, avec des procédures obligatoires de consultation et de négociation, ou des plaidoyers pour la présence d’administrateurs salariés dans les Conseils d’administration, l’auteure, avec fraîcheur et courage, questionne directement la gouvernance des firmes, s’étonnant qu’au début d’un vingt-et-unième siècle riche en promesses de démocratie délibérative, on puisse encore, les portes de l’usine ou du bureau franchies, dénier aux salariés des droits qui leur sont pourtant reconnus, hors de ces enceintes, depuis des lustres. Une nouvelle étape doit être franchie, estime-t-elle, non sans raison, de sorte que se poursuivra ce mouvement séculaire de « pleine participation du travail à la sphère publique de nos démocraties ».

4Mais sans remettre à un illusoire changement de régime ou de société ce soin de réformer l’entreprise ; cela est possible hic et nunc dès lors que celle-ci est pleinement reconnue comme « une institution de la société démocratique ».

5L’angle est original : la « maison-entreprise », jadis espace privé, s’est métamorphosée en espace public, du fait, dit-elle, de l’évolution de la relation d’emploi, devenue relation de service (des salariés, eux-mêmes clients, sous le regard de clients, eux-mêmes salariés ; des clients exigeants et attentifs à la qualité de service ; les dimensions « expressive », « publique » et « politique » du travail gagnent alors en intensité). Cette « politisation » de l’entreprise se nourrit d’une exigence démocratique, émanant de ceux qui y travaillent ; la thèse fut exposée dans son ouvrage précédent (Ferreras, 2007).

6Dépassant l’approche du travail comme une activité, Isabelle Ferreras la saisit comme une expérience politique. Dans l’entreprise, estime-t-elle, sont confrontées des sources de normativité multiples, parfois opposées – celles des clients, des actionnaires, des fournisseurs, des collectifs de travail, des managers, etc. ; le travail est alors l’occasion de « confronter, discuter ou réviser, implicitement ou explicitement, les conceptions sur le juste » en cours dans les ateliers et les services. Cette expérience est sociale, car collective ; ce qui suppose que soit posé en permanence le rapport de chacun à autrui. Sont alors possibles divers apprentissages : du respect de la place de chacun, du compromis, du repositionnement, au regard de ses propres attentes et conceptions du juste. Mais aussi – ou surtout : une aspiration à plus de justice, dans un espace régi par la subordination juridique et où règne la logique instrumentale du management. L’argument pour une industrial democracy est ici enrichi : elle est nécessaire, autant pour limiter un pouvoir patronal discrétionnaire que pour satisfaire une exigence des salariés (« participer à la conception du juste qui finalement réglera la vie au travail », « être considérés comme des égaux dans l’entreprise – partenaires responsables, citoyens au travail, mis sur un pied d’égalité avec les autres parties prenantes de l’entreprise, les apporteurs en capital », p. 85). Comment satisfaire cette « faim démocratique » (p. 25) ?

7La réponse d’Isabelle Ferreras est aussi simple qu’osée – et sa proposition aussi stimulante qu’est improbable sa mise en œuvre : instaurer un bicamérisme dans l’entreprise, avec une chambre des représentants des investisseurs en travail – l’appariement des termes n’est pas anodin ! – et la chambre des représentants des apporteurs en capital. Le gouvernement de l’entreprise, nommé par ces deux chambres, serait responsable devant elles ; et celles-ci, comme dans la tradition républicaine du bicamérisme, prendraient, parfois contradictoirement, les décisions concernant l’ensemble des sujets concernant la vie de l’entreprise, sans que l’une ou l’autre ne s’en réservent.

8Quel est l’intérêt de cette proposition d’un bicaméralisme économique – et quelle utilité d’en débattre dans les cercles académiques ? Elle modifie sensiblement les coordonnées du débat à propos de l’entreprise et de sa démocratisation. D’abord par une première rupture, salutaire, avec une certaine pratique sociologique, habile à la déploration mais rétive aux suggestions. Son but, écrit-elle, est de « pousser l’analyse jusqu’à la proposition », « offrir une proposition concrète qui force le débat, qui mette l’analyse en pratique » (p. 27). « Nous avons la conviction, poursuit-elle, que cet exercice constitue précisément le meilleur moyen pour impliquer les citoyens dans le débat public – vital – à propos du gouvernement de l’entreprise capitaliste et, plus généralement, d’ouvrir le débat sur l’urgence démocratique de gouverner le capitalisme » (p. 28).

9« Ouvrir » et non : « poursuivre ». Si sont citées les tentatives qui furent celles de plusieurs d’entre nous, au milieu de la décennie 1990, d’inscrire à l’agenda francophone la question de l’entreprise comme institution – Renaud Sainsaulieu et Denis Segrestin en premier lieu – le déplacement de la réflexion est salubre : Isabelle Ferreras tranche derechef un vieux point de controverse ; la question n’est plus : l’entreprise peut-elle être tenue ou non pour une institution ?, mais désormais : comment l’entreprise, en tant qu’institution politique, peut sortir de ce statut d’exceptionnalité qui l’autorise à « se soustraire aux exigences de la norme démocratique » (p. 56) ? Ce qui, il y a vingt ans, était un point d’arrivée de nos analyses – oui, l’entreprise est une institution – est aujourd’hui un point de départ : cette institution est non seulement « fondamentalement politique » (p. 61), mais son originalité institutionnelle – elle est un lieu de confrontation entre rationalités plurielles (Jean-Daniel Reynaud dirait : un lieu de concurrence entre sources rivales de régulation) ; un lieu de coalitions politiques et un conflict system (James March rejoint ici Alain Touraine) ; enfin un lieu de coopération et de négociations incessantes, entre des acteurs sociaux aussi prompts à s’opposer qu’à s’accorder (mais dans les deux cas : temporairement) – son originalité institutionnelle, donc, l’oblige à inventer, pour que des décisions y soient néanmoins prises et des produits néanmoins commercialisés, malgré ces divergences et ces affrontements, diverses procédures permettant leur régulation. Ce qui incombe alors aux social scientists, estime Isabelle Ferreras en proposant son bicamérisme, c’est de définir les mécanismes appropriés, nourris de notre tradition démocratique occidentale, pour étayer, encadrer cette confrontation et performer cette régulation. La théorie politique de l’entreprise qu’elle appelle de ses vœux n’est dès lors pas autre chose qu’un effort interdisciplinaire pour penser l’entreprise dans sa complexité d’espace pluriel, régi par deux rationalités, concurrentes mais complémentaires : une rationalité instrumentale-marchande, portée par le management, et une rationalité politique-civique, défendue par les salariés et leurs représentants.

10Mécanisme majeur de régulation de leur confrontation : la négociation collective. Isabelle Ferreras propose donc de parfaire cette innovation institutionnelle, en étendant son aire et en institutionnalisant sa pratique. De sorte, dit-elle, que les salariés ne soient plus seulement associés – de manière limitée et souvent hypocrite – à la gestion de leur entreprise, mais à son gouvernement. Le bicamérisme est une manière de concrétiser ce que Jean De Munck et Isabelle Ferreras nomment un échange politique entre les deux forces principales constituant l’entreprise (l’employeur et les salariés), passant – énumèrent-ils – par une délibération sur les fins, une négociation sur les moyens et une expérimentation des possibles (De Munck & Ferreras, 2012).

11Si la distinction analytique qu’opère l’auteure entre gérer et gouverner l’entreprise, corrélative de celle entre négocier et délibérer – elle y consacre toute la troisième partie de l’ouvrage – mérite d’être discutée (objectons que gouverner, c’est gérer ; et, comme le notait Allan Flanders [1968], négocier c’est légiférer…), elle est cependant utile. Elle met en évidence le chemin intellectuel qui reste à parcourir pour penser l’entrée de l’entreprise en démocratie : que signifie en effet – et comment les traduire en procédures et institutions nouvelles – des expressions comme « peser sur le cadre de la négociation et donc les grandes options de l’entreprise » (p. 198) ? Elle permet ensuite de questionner les formes sociales courantes d’association des salariés à la gestion – les comités d’entreprise, le paritarisme, la mitbestimmung allemande, etc. – sous l’angle de leur incomplétude. Donc des manières de les enrichir, de sorte que ces formes ne soient pas seulement un contre-pouvoir, plus ou moins outillé face au pouvoir managérial ou actionnarial, mais un co-pouvoir, à égalité de droits et de moyens – y compris un droit de veto et une capacité à initier des réformes structurelles.

12L’ouvrage se termine sur une innovation éditoriale : des « Éléments de réponse à 24 objections au bicamérisme économique », rédigés « dans un style volontairement peu académique » (p. 237). Isabelle Ferreras y précise sa pensée et répond à quelques détractions (e.g. : « Le bicamérisme nie le droit de propriété » ; « Le bicamérisme ne concerne que les grosses entreprises » ; « le modèle autogestionnaire a été tenté et a échoué », etc.). Elle le fait sans vergogne et avec ardeur. Ce n’est pas le moindre des mérites de ce livre : il ose, il éclaire ; et nous oblige à reprendre, en des termes nouveaux, ce que plusieurs générations de théoriciens avaient tenté de penser : l’entreprise de demain. L’enjeu est majeur ; les sociologues ne peuvent s’en détourner.

Haut de page

Bibliographie

De Munck J. & I. Ferreras (2012), « The Democratic Exchange, as the Combination of Deliberation, Bargaining, and Experimentation », dans De Munck J., Didry C., Ferreras I. & A. Jobert (dir.), Renewing Democratic Deliberation in Europe. The Challenge of Social and Civil Dialogue, Bruxelles, Peter Lang Éditeur.

Ferreras I. (2007), Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services, Paris, Presses de la FNSP.

Flanders A. (1968), « Éléments pour une théorie de la négociation collective », Sociologie du travail, 1968, n° 1.

Segrestin D. (1987), « L'entrée de l'entreprise en société. Introduction à une problématique de la modernisation des rapports sociaux », Revue française de science politique, vol. 37, n° 4, pp. 461-477.

Haut de page

Notes

1 Ce texte a été écrit en janvier 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Thuderoz, « Gouverner le capitalisme ou comment reprendre, sur des bases novatrices, un débat vieux de plus d’un siècle à propos de l'urgente démocratisation de l’entreprise  », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Gouverner le capitalisme ? Pour le bicamérisme économique, mis en ligne le 07 mars 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5231

Haut de page

Auteur

Christian Thuderoz

INSA de Lyon et Centre Max Weber - Université de Lyon - christian.thuderoz@insa-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page