Navigation – Plan du site
Gouverner le capitalisme ? Pour le bicamérisme économique

Pourquoi gouverner le capitalisme ? Dépassons-le par une économie de l’autogouvernement

Discussion de l’ouvrage d’Isabelle Ferreras Gouverner le capitalisme ? Pour le bicamérisme économique, Paris, Presses universitaires de France, 2012
Corinne Gobin

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par son auteure est accessible à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5296 et la discussion par Christian Thuderoz à l’adresse : https://sociologies.revues.org/5231

Texte intégral

1L’analyse que nous offre Isabelle Ferreras sur l’entreprise à appréhender comme une institution politique et qu’il faudrait de toute urgence réformer en profondeur devrait être une préoccupation essentielle et prioritaire. En effet, aujourd’hui – et ce à l’échelle du monde – cette institution est redevenue un lieu de génération, tant sur le plan individuel que collectif, de souffrance, d’humiliation, de désespérance jusqu’à épuisement (le burn-out, c’est s’être consumé soi-même) et dans certains cas, d’esclavagisme, d’assassinat ou de prolifération de mafias de toutes sortes.

2Du xixème siècle jusqu’à 1945, en Europe occidentale, l’organisation capitaliste de l’entreprise était le lieu de la démesure et du plein pouvoir (Neuville, 1976 et 1980 ; Chlepner, 1956 ; Le Goff, 2004) qu’une classe de personnes exerçait sur une grande masse de personnes en justifiant cette exploitation et cette domination par le fait que :

31. elle disposait des capitaux nécessaires à la bonne marche de l’entreprise ;

42. la main d’œuvre mobilisée était incapable de s’auto-gouverner et était assimilée souvent à une sorte de bétail ;

53. elle représentait un clan fermé « d’êtres civilisés et raffinés » (s’auto-proclamant comme tels) dont l’objectif était de pouvoir jouir sans fin d’une variété infinie de raffinements.

6De nombreux penseurs sous-estiment la dimension de la domination comme une des dynamiques les plus fondamentales du capitalisme. Isabelle Ferreras en fait partie. Elle reprend certes la fable de « l’accommodement » libéral de la rationalité instrumentale de l’entreprise (un travail contre du salaire) mais oublie de dire que cette « rationalité » n’était pas si libérale que cela car il a fallu la reconnaissance d’autres pensées, réformatrices du capitalisme, et bien des luttes, avant que le prolétaire ne puisse obtenir un salaire qui lui permet de vivre – mal – mais de vivre.

  • 1 Dans le Grand résumé, l’explication de la nécessité d’un bicamérisme n’est pas très détaillée…

7Isabelle Ferreras nous propose, à raison, d’introduire une rationalité politique pour penser l’institution qu’est et que devrait devenir l’entreprise. Mais – dans le cadre du moins de ce Grand résumé – elle reste en deçà d’un tel projet… Elle invoque simplement l’importance de recourir à la morale pour déterminer ce qui est juste et injuste dans le fonctionnement de l’entreprise. À ce titre, être juste serait la reconnaissance institutionnelle que l’entreprise est composée de deux parties, les travailleurs d’une part, les propriétaires et/ou les gérants d’autre part. Dès lors, la justice imposerait que la décision dans l’entreprise soit prise par un conseil d’administration bipartite et composé de deux chambres 1, afin que toute décision soit l’œuvre de ces deux composantes. Ce faisant, Isabelle Ferreras pose le capitalisme comme « quelque chose » de réformable et… dès lors se refuse à en imaginer la disparition.

8Elle mobilise deux types d’explication pour justifier le bicamérisme d’entreprise :

9- la continuité historique. Le lieu de l’entreprise n’a pas été assez atteint par le travail institutionnel de transformation en rapports publics qui a accompagné le développement de la démocratie – il y a là une logique de réforme à poursuivre – sinon l’on verse dans l’irraisonnable et l’illégitime ;

10- la transformation profonde de l’économie. À l’heure d’une économie de services basée sur la société de la connaissance, il serait contre-productif de continuer à considérer la main-d’œuvre juste sous l’angle d’une ressource passive ; nous avons là l’argument de l’intelligence.

11Parce que l’analyse qu’elle nous donne à lire n’est pas assez politique, nous pourrions lui rétorquer qu’il semble étrange de convoquer en même temps l’argument de la continuité et l’argument de la prise en compte du changement.

12Si tout l’intérêt du travail d’Isabelle Ferreras est de porter le débat sur l’entreprise et de poser la question de l’organisation de son gouvernement sur le plan du pouvoir de décision, ses limites sont de ne pas aller jusqu’au bout dans l’analyse des dynamiques centrales du capitalisme aujourd’hui. Démarrons comme elle le fait sur cet enjeu extraordinairement urgent d’analyser l’entreprise en tant qu’institution de plein pouvoir non démocratique mais réfléchissons sur les liens politiques entre « plein pouvoir » et « capitalisme » d’une part et les notions « d’économie de services » et de « société ou économie de la connaissance » d’autre part.

Qu’est-ce le capitalisme ?

13Si, comme le conclut Isabelle Ferreras, « le gouvernement actuel de l’entreprise en devient par conséquent illégitime, non raisonnable et peu intelligent », c’est parce que le capitalisme est un mode d’exercice du pouvoir illégitime, non raisonnable et peu intelligent. Ce que nous vivons depuis le début des années 1980 dans les anciennes puissances industrielles occidentales est le retour victorieux du libéralisme économique (la doctrine politique qui fut hégémonique au xixème siècle du « laisser-passer/laisser-faire » qui est, aujourd’hui, appliquée par la toute grande majorité des gouvernements afin d’engendrer un nouvel ordre mondial de libre-échange commercial).

  • 2 Dans la plupart de ces accords de libre-échange en effet est mis en place un système de règlement d (...)

14L’énorme travail de réformes politiques entrepris par nombre de gouvernements durant ces quatre dernières décennies a abouti, par l’adoption de nombreuses lois et la ratification de très nombreux traités et conventions dans le domaine commercial et fiscal, à faire de la figure du capitaliste – dit aujourd’hui « investisseur » (Deroubaix, 2003) – celui qui en dernière instance définit et détermine ce qu’est l’ordre public 2.

15Nous avons assisté ainsi en près de quarante ans à une véritable boucle de l’histoire sur elle-même. Pour sortir des sociétés industrielles occidentales violemment inégalitaires du xixème siècle et du début du xxème siècle, il a fallu que nombre de réformateurs sociaux (dont des sociologues) travaillent à construire et à élargir une sphère publique, séparée clairement de la sphère privée commerciale « des affaires », pour y instituer une Autorité publique qui se sente peu à peu redevable de la population entière jusqu’à un point où les intérêts collectifs de celle-ci ont primé sur les intérêts commerciaux privés. C’est cela en vérité la démocratie, disposer d’une Autorité politique, publique, contrôlée démocratiquement, qui œuvre continuellement pour le bien-être social, y compris au sein des entreprises.

16C’est dire que nous ne sommes plus en démocratie. Le Traité de Lisbonne, adopté par le Conseil européen de décembre 2007 et mis en œuvre en décembre 2009, a débouché sur l’adoption des lois européennes de la nouvelle gouvernance économique. Celles-ci représentent ce changement radical de philosophie politique : les gouvernements ne sont plus là pour œuvrer à l’intérêt collectif de leur population mais ils sont là pour obéir aux intérêts de leurs créditeurs. Dit à la mode médiatique : aux intérêts des marchés financiers. Dit en catégorie politique : aux intérêts des capitalistes (des propriétaires des capitaux lucratifs). L’extrême violence imposée notamment à la population grecque montre de façon remarquable ce renversement de système politique en Europe : un gouvernement doit être loyal envers ses créditeurs même si cela signifie de s’attaquer gravement aux intérêts primaires de subsistance de sa population. Cette situation contemporaine nous oblige à revisiter certains clichés sur le capitalisme accumulés dans les analyses en sciences sociales. Il y aurait eu un « bon capitalisme », le capitalisme de l’entreprise nationale, dans les années 1950, 1960 et 1970 qui aurait été perverti et remplacé dès les années 1980 par un « mauvais capitalisme », celui des multinationales cotées en bourse dont la dynamique première est financière. Mais qu’est-ce le capitalisme ?

17Le capitalisme est avant tout autre chose un positionnement philosophique dans le rapport de soi au monde, un « soi » déconnecté de sa nature sociale. Comme le montre de façon passionnante Dominique Méda, pour qu’il y ait démultiplication de l’échange commercial, les théoriciens à l’origine de l’économie capitaliste moderne au xviiième siècle ont dû définir la notion de « valeur » en tant que moteur de l’échange (Méda, 2008). Ils l’ont fait sur une base tout à fait individualisée et on ne peut plus subjective : le désir. Reposant sur cette « essence » de la transaction économique, le capitalisme ne peut être qu’un mode de pouvoir illégitime, irraisonnable et peu intelligent. J’aurais tendance, au vu de l’histoire et du présent, à aller plus loin : il est l’antithèse de la société. Organisé en système total, comme il est en train de s’organiser aujourd’hui, il ne peut déboucher que sur la barbarie. Le capitalisme est sociéticide car le « tout pour moi » se fait nécessairement aux dépends de l’autre.

18Nous comprenons dès lors mieux ses rapports avec la domination : si l’on estime légitime de pouvoir tout désirer et de pouvoir s’offrir sans fin des objets de désir les plus fous où l’on est posé comme maître pour déterminer ce qui est normal ou non de désirer, accumuler du capital dans ce but impose bien directement une dynamique de pouvoir sur les autres, de pouvoir économique, social et politique. Dynamique de pouvoirs individuels qui s’intrique avec une dynamique de pouvoir de classe. En bref, le capitalisme est une pathologie individuelle et sociale grave, et dangereuse. Cette philosophie produit des êtres humains désocialisés dont le rapport à l’autre n’est plus qu’instrumental : tu es l’objet de mon désir ou tu vas m’aider à y accéder…

19Les idéologies de réforme du capitalisme (qu’elles proposent une adaptation, une transformation profonde ou le dépassement du capitalisme) n’ont eu de cesse depuis deux siècles de réinjecter du social, à chaque fois que leurs représentants participèrent à un gouvernement et ce, à travers de multiples inventions institutionnelles, dans cette entreprise systématique de la domination/instrumentalisation/déshumanisation de l’autre. C’est par cette hybridation politique – et par rien d’autre – que les sociétés humaines n’ont pas encore été détruites. Or, nous revoici face au retour hégémonique du « laisser-passer/laisser-faire », destructeur de la société.

Pourquoi cette forme actuelle « d’économie de services » ?

20Les grands ensembles industriels avaient induit la possibilité de développer un syndicalisme de masse, puissant et producteur d’une conscience politique collective au sein des salariés, ceux-ci bénéficiant par la lutte sociale d’un emploi à durée indéterminée (ce qui réduit la domination). Une grande partie de l’industrie a été délocalisée dans des pays sans syndicalisme, la production a été restructurée en une chaîne d’activités fortement éclatées géographiquement, fragmentées en multiples tâches et dispersées dans des moyennes, des petites voire des micro-entreprises, fournissant des « services » nécessaires à la production finale. Cette extrême « péméisation » fabrique partout des lieux de travail sans syndicats. Ce travail de politique économique patronal de fragmentation de la production a permis une fragmentation des contrats de travail et dans la foulée une régression des droits salariaux. L’enjeu de ce travail patronal capitaliste mis en route dès la fin des années 1970 était d’écraser une fois pour toutes l’extraordinaire mouvement mondial d’émancipation sociale de la fin des années 1960 et du début des années 1970. Rappelons qu’un mouvement social mondial était en marche contre toute forme d’autoritarisme et pour l’émancipation de tous les dominés : de la femme face au mari ou à la religion, de l’adolescent face à l’instituteur ou aux parents qui châtiaient physiquement, des travailleurs face à l’autorité patronale grâce à l’autogestion, des anciennes colonies face aux nouveaux pouvoirs néo-coloniaux…

21Dans un excellent article publié en 1990, André Gorz nous explique le sens de la réaction conservatrice contre cette forte avancée de l’émancipation sociale : il fallait de toute urgence réformer l’économie pour que les salariés redeviennent des « valets », des « domestiques », des « obligés », des « humbles »… au service des « maîtres » (Gorz, 1990). La domination comme moteur du capitalisme n’est pas qu’une nécessité permettant l’exploitation économique, c’est un désir/plaisir – pour une classe qui se construit et se vit comme « supérieure » – d’être concrètement au-dessus de la « masse » ; il s’agit autant d’un rapport politique que d’un rapport de psychologie sociale. Il n’y a pas de démocratie possible sous hégémonie capitaliste.

22Le projet politique fondamental constitutif de la démocratie, qui est de plus en plus mis à mal depuis plusieurs décennies, est celui de l’organisation de l’égalité de tout adulte (dans toutes les dimensions de l’organisation de la société).

L’économie de la connaissance : une économie qui nie les travailleurs en tant que producteurs de la richesse

23Le mythe politique qu’avaient imposé les forces sociale-démocrates de l’après 1945 a (bien) fonctionné jusqu’aux mouvements populaires de la fin des années 1960 de radicalisation de la démocratie. Les systèmes sociaux avaient été institués alors (en 1945) par compromis avec le capitalisme, sur le mode du paritarisme. L’idée sur laquelle se bâtit ce paritarisme est qu’il y aurait dans l’entreprise deux acteurs à l’origine de la création de la richesse : les travailleurs d’une part, représentés collectivement par les syndicats des salariés, et le monde patronal d’autre part. Cette « narration » politique avait réussi à imposer quelque chose d’incroyable, si on regarde les choses avec la mentalité dominante de l’avant-1940 : un partage du pouvoir, certes modéré, dans l’entreprise. Ce modèle du paritarisme a cependant permis à certaines forces syndicales de vouloir aller plus loin : l’autogestion ; le loup était entré dans la bergerie.

24Les penseurs néo-libéraux n’ont dès lors eu de cesse de modéliser une économie centrée sur le moment de la consommation et non de la production ; il ne fallait laisser aucune place à l’idée de partage du pouvoir qui laisserait penser que le travailleur disposerait d’une place et d’une capacité de contrôle, et de décision dans l’entreprise. Le travailleur a dès lors été réduit soit à un « coût » qu’il fallait baisser le plus possible, soit à du « capital humain » qu’il fallait faire bouger / embaucher / débaucher / délocaliser / réformer /former / reformer encore / accompagner / activer / évaluer… bref, il fallait lui imposer diverses pratiques de domination pour le réifier autant que faire se peut… Un travailleur-objet, certes mais un acteur sur le terrain de la consommation… Toutes les publicités nous le disent : nous sommes maîtres dans nos choix de consommation, nous sommes heureux par la consommation, nous sommes puissants et fraternels par la consommation…

25La fameuse société/économie de la connaissance n’est rien d’autre, pour les capitalistes d’aujourd’hui, que le développement d’un vaste réseau mondial informatisé de la consommation en ligne et du ciblage, du repérage des consommateurs potentiels… Cette « soi-disant » connaissance ne recouvre rien d’autre que la circulation mondiale de milliards d’annonces publicitaires… La consommation est à ce point essentielle pour cette actuelle « non société » qui est la nôtre qu’il faut que nous introduisions dans nos foyers des « objets intelligents » qui nous guideront dans nos actes de consommation (et les stimuleront davantage), que nous introduisions sous notre chair une puce électronique qui nous permettra de débiter automatiquement de nos comptes bancaires le coût de nos consommations… Ah, il semblerait que la réification là aussi pointe son nez…

26Comment croire qu’une telle société de pulsion infinie du désir consommatoire puisse perdurer ?! En revenir comme nous le propose Isabelle Ferreras au mythe du paritarisme ?

  • 3 « La propriété, c’est le vol… » affirmait Proudhon en 1840. C’est le cas effectivement lorsqu’il s’ (...)

27Une société d’émancipation démocratique est une société qui se fonde sur la reconnaissance de tous les adultes comme des égaux et sur l’évidence scientifique que l’humanité est nécessairement sociale ; nous sommes liés les uns aux autres par des rapports multiples d’interdépendance. Or le capitalisme, c’est l’accumulation du pouvoir contre les autres, en faisant passer sans cesse l’intérêt d’un tout petit nombre contre l’intérêt de tous : les capitalistes n’apportent pas des capitaux, ils imposent des rapports de domination qui leur permettent d’extorquer et de privatiser une part importante, de plus en plus importante, de la richesse produite collectivement 3. L’accumulation capitaliste n’est qu’une méthode de prélèvement illégitime de la richesse sur le travail des autres.

28Isabelle Ferreras insère sa réflexion dans la continuité des travaux qui cherchent à trouver des voies pour poursuivre et renforcer cette incroyable histoire commune qu’est la démocratie, se référant notamment à un auteur qui est également central dans mes propres réflexions, le philosophe et psychanalyste Cornélius Castoriadis. Je pense, tout comme celui-ci, qu’il n’est pas d’entreprise démocratique dans un système – capitaliste – qui ne vit qu’à travers l’organisation de l’inégalité et Isabelle Ferreras débouchera sur des perspectives stériles si elle n’aborde pas la question de l’égalité.

Une entreprise, une économie, une société… basées sur la reconnaissance de notre statut de producteur

  • 4 Et la nature aussi selon Karl Marx mais ceci sort du débat dont nous traitons ici…

29Seul le travail produit la richesse 4 ; c’est à partir de cette déclaration que Karl Marx imagine une société future aux mains des producteurs, c’est-à-dire des travailleurs.

  • 5 Sans aborder ici la question de l’absurdité actuelle de calculer comme producteur de valeur ce qui (...)

30Cette pensée doit être modernisée ; Karl Marx, comme les autres économistes de son époque, associait la production de la richesse à la production des seuls biens manufacturés ; depuis lors, la connaissance sur l’économie nous permet de voir qu’il y a du travail auquel est associée aujourd’hui une valeur économique (dans le calcul du PIB) et que l’on refusait précédemment (le travail des fonctionnaires par exemple) alors que d’autres formes de travail, tout aussi nécessaires au bien-être social, voient leur rémunération et donc leur comptabilisation absentes du calcul de la richesse (le travail des femmes au foyer, le travail de « gardiennage » des grands-parents vis-à-vis de leurs petits enfants, bon nombre d’activités solidaires de type amical…) 5.

  • 6 Un peu plus de 1.400 euros brut par mois environ. Je partage cette proposition fondamentale avec l’ (...)

31La reconnaissance de la valeur qu’une société produit – et la monétarisation de cette valeur – relèvent essentiellement de la délibération politique et de la confiance politique qu’une société porte à elle-même. Penser l’égalité de façon articulée sur les plans politique, économique et social revient dès lors à considérer qu’à partir d’un âge adulte à déterminer (cela peut être en Belgique 18 ans par exemple, car cet âge correspond déjà à une émancipation politique et juridique) tout individu accède également à l’émancipation économique, ce qui lui donne un droit politique d’accès au salaire minimum interprofessionnel garanti 6. Par cette narration, fondatrice d’une démocratie radicale, on affirme qu’à partir de 18 ans nous avons tous une capacité égale – du fait d’être adulte, c’est-à-dire un être autonome – à produire une richesse utile au développement de la société sur le plan du bien-être collectif. Par notre capacité à étudier, à travailler, à nous former, à s’occuper ou à se préoccuper d’enfants, de parents ou d’amis…

32Un droit politique au salaire à vie, de 18 ans jusqu’à la mort, fait de nous des citoyens/producteurs reconnus comme produisant constamment du sens à donner à la société et à son fonctionnement. Nous avons droit à ce droit – qui devrait être constitutionnalisé comme droit fondamental et inaliénable – parce que dès que nous atteignons l’âge adulte nous disposons de la capacité à participer au fonctionnement social et à l’améliorer au vu du fait que nous sommes tous unique et avons tous quelque chose d’unique à engendrer dans nos liens avec les autres. Dès adulte, nous produisons sans cesse du sens, de la signification sociale, en interaction constante avec les autres ; nous sommes tous en tant qu’adulte producteurs de la société. C’est bien pour cela qu’il s’agit d’un salaire et non d’un revenu. Le droit est basé sur la reconnaissance de notre statut de producteur de « travail social » au sens large. Nous sommes ici dans un univers de pensée socialiste et non libérale.

  • 7 Une société d’autogouvernement comme parangon de la démocratie se base aussi bien évidemment sur la (...)

33Ce droit est révolutionnaire et révolutionne la société de fond en comble. Arrêtons-nous ici simplement sur la question de ses effets sur l’organisation de l’entreprise 7.

  • 8 Ce qui correspond notamment à une tâche pour le syndicalisme (la nécessité de contre-pouvoirs subsi (...)

34Un droit politique au salaire pour tout adulte, commençant au même barème et n’évoluant que vers le haut selon des critères objectifs à définir/négocier collectivement 8 supprime tout aussitôt la question des pertes/des absences diverses de revenus (plus de chômeurs, plus d’étudiants obligés de s’endetter, plus de malades et d’handicapés coincés dans la survivance économique d’allocations de pacotille, plus de mendiants…).

35Mais surtout, cela permet d’ouvrir de façon phénoménale les capacités d’initiative privée dans l’ensemble des activités humaines : économiques, sociales, politiques, culturelles… Le monde fourmille de bonnes idées mais beaucoup de personnes n’osent – à raison – se lancer dans l’invention par peur de se retrouver sur le carreau, sans moyen de subsistance… Cette peur, cette dépendance, cette soumission, cette domination qui taraudent la masse depuis les siècles des siècles serait enfin abolie…

36Un système économique renouvelé, combinant services publics, entreprises publiques et entreprises privées non capitalistes pourrait enfin réarticuler la sécurité collective, l’accès aux biens et services fondamentaux avec la joie d’entreprendre… ou d’accompagner dans leur projet ceux qui adorent entreprendre… Un système économique dont la partie privée serait composée d’entrepreneurs et de leurs collaborateurs (travaillant dans un collectif, l’entreprise, en dehors de tout lien de subordination…).

  • 9 Cette rente dépasse actuellement en Europe occidentale plus de 30 % du PIB (plus que tout le budget (...)

37L’opérationnalité de ce nouveau droit dépend bien évidemment de la récupération de la rente capitaliste à socialiser par la cotisation sociale et l’impôt, et réinjectée dans le fonctionnement et le développement social 9… Elle nécessite, également et notamment, une réforme très profonde de l’institution scolaire – qui en a bien besoin par ailleurs, étant en perte totale de sens – afin d’apprendre collectivement l’autonomie dans l’égalité, la liberté et la fraternité, bloc de valeurs on ne peut plus insécable dès lors qu’il s’agit de penser la démocratie…

38Merci Isabelle Ferreras d’avoir appelé le monde scientifique à une reprise du débat et à l’approfondissement des connaissances sur la question de l’entreprise comme institution politique. Avec le dépassement du capitalisme, l’entreprise peut devenir un des lieux de l’expression d’une nouvelle citoyenneté démocratique, la citoyenneté économique…

Haut de page

Bibliographie

Chlepner B. S. (1956), Cent ans d’histoire sociale en Belgique, Bruxelles Éditions del’Institut de sociologie de l’Université libre de Bruxelles.

Deroubaix J.-C. (2003), « De l'AMI aux ABI. La libre circulation des capitaux en marche », MOTS. Les langages du politique, Mondialisation(S), n° 71, pp. 11-22.

Friot B. (2012), L'Enjeu du salaire, Paris, Éditions La Dispute.

Friot B. & C. Gobin (2013), « Les politiques d’austérité de l’Union européenne : un programme d’extinction de la souveraineté populaire. Quels contre-feux ?, dans Defraigne J.-C. et al (dir.)., Les Modèles sociaux en Europe. Quel avenir face à la crise ?, Bruxelles, Éditions Bruylant, pp. 91-112.

Gobin C. (2013), « L’Union européenne et la nouvelle gouvernance économique : un système politique contre l’État démocratique », Pyramides, vol. 1, n° 25, pp. 155-180, Dossier « La Démocratie sous contraintes » coordonné par Nassaux J.-P. & A. Piraux, en ligne : http://pyramides.revues.org/976

Gorz A. (1990), « Pourquoi la société salariale a besoin de nouveaux valets », Le Monde diplomatique, juin, pp. 22-23.

Le Goff J. (2004), Du Silence à la parole. Une histoire du droit du travail, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Méda D. (2008), Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse, Paris, Éditions Flammarion.

Neuville J. (1976, tome1 ; 1980, tome 2), La Condition ouvrière au 19ème siècle, Bruxelles, Éditions Vie ouvrière.

Haut de page

Notes

1 Dans le Grand résumé, l’explication de la nécessité d’un bicamérisme n’est pas très détaillée…

2 Dans la plupart de ces accords de libre-échange en effet est mis en place un système de règlement des différends où l’investisseur (et cela peut être une seule personne privée) dispose du pouvoir d’attaquer un État si une loi adoptée par celui-ci a comme conséquence une baisse de la rentabilité de son investissement dans l’économie de cet État.

3 « La propriété, c’est le vol… » affirmait Proudhon en 1840. C’est le cas effectivement lorsqu’il s’agit de la propriété capitaliste lucrative… qui n’a rien à voir avec la « juste » propriété d’usage…

4 Et la nature aussi selon Karl Marx mais ceci sort du débat dont nous traitons ici…

5 Sans aborder ici la question de l’absurdité actuelle de calculer comme producteur de valeur ce qui nuit à la société.

6 Un peu plus de 1.400 euros brut par mois environ. Je partage cette proposition fondamentale avec l’économiste Bernard Friot (Friot & Gobin, 2013 ; Gobin, 2013).

7 Une société d’autogouvernement comme parangon de la démocratie se base aussi bien évidemment sur la suppression de la professionnalisation de la politique. À chaque adulte est attribuée dans son activité hebdomadaire une part de la gestion politique, ce qui justifie d’autant plus le droit politique au salaire. Nous n’abordons pas ici ce point.

8 Ce qui correspond notamment à une tâche pour le syndicalisme (la nécessité de contre-pouvoirs subsiste). Distribuer la richesse de façon démocratique et négociée en avalant la rente capitaliste suppose de fixer collectivement un salaire maximal à ne pas dépasser. La situation actuelle où un individu peut posséder plus que ce que produisent en un an certains États est monstrueuse.

9 Cette rente dépasse actuellement en Europe occidentale plus de 30 % du PIB (plus que tout le budget de la Sécurité sociale, que l’accumulation capitaliste cherche par ailleurs aujourd’hui à absorber entièrement) alors qu’elle était limitée durant les Trente glorieuses à une dizaine de pourcents de ce PIB (or, celui-ci, depuis 1945, en monnaie constante, double tous les 30 ou 40 ans selon les pays). Comme l’a proposé Bernard Friot, le financement de l’investissement dans une entreprise libérée du capitalisme peut se faire via une cotisation économique fonctionnant selon le système de la cotisation sociale, déjà bien établi et ayant montré à suffisance sa fiabilité et sa stabilité (Friot, 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Gobin, « Pourquoi gouverner le capitalisme ? Dépassons-le par une économie de l’autogouvernement », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Gouverner le capitalisme ? Pour le bicamérisme économique, mis en ligne le 07 mars 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5229

Haut de page

Auteur

Corinne Gobin

Université libre de Bruxelles (Belgique) - cogobin@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page