Navigation – Plan du site
Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels

Les professionnels du bâtiment face aux enjeux de la performance énergétique : nouveaux savoirs et nouveaux métiers

Romain Gournet et Christophe Beslay

Résumés

Pour répondre aux enjeux de la transition énergétique, un modèle constructif particulièrement exigeant s’est mis en place, sous l’impulsion des pouvoirs publics, fixant des objectifs de performance énergétique des bâtiments. Basé sur une approche empirique d’« histoires de travaux » de construction et de rénovations thermiques, l’article interroge les impacts de l’avènement de la « performance énergétique » sur les métiers du bâtiment et les collectifs qui se constituent dans les opérations constructives. Il caractérise le modèle constructif de la performance énergétique, qui redéfinit le rôle et les compétences des acteurs de la filière. L’injonction environnementale bouscule les métiers du bâtiment, de nouveaux métiers émergent et les compétences s’élargissent par une approche plus globale de l’ouvrage dans une démarche de projet impliquant de nouvelles formes de coordination.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Service de l’observation et des statistiques rattaché au Commissariat général du développement dura (...)

1Le bâtiment est au cœur des enjeux de la transition énergétique. En France, il représente (résidentiel et tertiaire) 40% de l'énergie finale consommée et le quart des émissions nationales de CO2 1. Afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre

2Dans ce contexte, nous nous sommes interrogés sur les impacts de l’avènement de la « performance énergétique » sur les métiers du bâtiment et sur les collectifs qui se constituent dans les opérations constructives. En fait, l’injonction environnementale bouscule les métiers du bâtiment. On observe une recomposition en germe du secteur du bâtiment. Les savoirs, les compétences, les identités et les référentiels professionnels de l’ensemble des acteurs de la filière sont remis en cause. De nouveaux métiers émergent, avec de nouveaux besoins de formations qualifiantes. Le bâtiment économe renforce la nécessité d’adopter une démarche de projet, dans un secteur qui se contente souvent de réunir des agents indépendants et de séquencer des tâches. Pour les professionnels, le « bâtiment économe » renvoie moins à la nécessaire adaptation à une nième évolution technologique, qu’à une réorientation des métiers et des formes de leur coordination.

3Cet article repose sur une série d’études sociologiques réalisées entre 2007 et énergétique, de manière à saisir des trajectoires de projet permettant de caractériser à la fois les modes d’intervention des professionnels et leurs capacités à orienter les choix techniques. L’idée était de saisir en actes comment se concrétisent (ou non) les contraintes que posent les objectifs de performance énergétique et comment les professionnels y font face dans l’exercice de leur métier, aux différentes étapes de la conception, de la réalisation et de l’exploitation de l’ouvrage. Au total, nous avons étudié près d’une cinquantaine de cas concrets, c'est-à-dire d’opérations de construction ou de rénovation de bâtiments résidentiels et tertiaires, pour lesquelles nous avons rencontré les différents acteurs impliqués dans le choix et la mise en œuvre des solutions techniques.

4Notre approche s’appuie sur la théorie de l’acteur réseau. Cette grille de lecture envisage l’activité économique comme un univers complexe, structuré en réseaux, dans lesquels des acteurs s’organisent autour d’un projet commun. Selon cette perspective, le « bâtiment économe » est une configuration sociotechnique. Il mobilise des produits, des techniques, des professionnels, des modes d’organisation et des services. L’efficacité énergétique repose sur l’interaction entre des systèmes techniques et des systèmes d’acteurs. C’est dans cette articulation que se logent le potentiel de concrétisation du bâtiment économe, mais aussi les freins à sa diffusion. C’est indéniablement ce qui en fait un sujet complexe. Cherchant à analyser la structuration du domaine professionnel du bâtiment, à travers les constructions cognitives, les collaborations, les compromis, les consensus ou les tensions qui s’instaurent entre les acteurs (humains, non humains, individuels et collectifs) aux référents parfois divergents, nous nous sommes efforcés de caractériser les acteurs et de clarifier leurs positionnements. Nous avons notamment cherché à analyser les relations entre les professionnels et leurs donneurs d’ordre (maîtres d’ouvrage ou maîtres d’œuvre), la manière dont la commande a été élaborée et formalisée et comment elle contribue à prescrire et à cadrer les interventions.

5Dans une première partie, nous présenterons le modèle constructif de la performance énergétique et environnementale, qui redéfinit le rôle et la place des différents acteurs de la filière du bâtiment. Dans une seconde partie, nous préciserons comment certains métiers nouveaux émergent alors que d’autres se transforment. Enfin, dans une troisième partie, nous nous attacherons à identifier les compétences professionnelles désormais au cœur de la production de la performance énergétique.

La performance énergétique et environnementale des bâtiments : un référentiel technique émergent

6L’analyse d’opérations de construction / rénovation de bâtiments tertiaires et résidentiels fait ressortir l’émergence d’un modèle constructif « idéal typique » (Beslay & Gournet, 2011) : le « Modèle constructif de la performance énergétique et environnementale » (MCPEE). Dans une conception technicienne, le bâtiment « économe » repose sur quelques principes communs : les apports thermiques naturels, l’isolation et l’étanchéité à l’air du bâti, l’inertie que procurent les matériaux et les équipements, une production de chauffage réduite, exploitée et distribuée par un système de ventilation automatique, la production décentralisée d’énergie (thermique, photovoltaïque, géothermique, éolienne, etc.), des automatismes de régulation et des règles d’utilisation parfois contraignantes (ne pas planter de clous dans les murs, ne pas ouvrir les fenêtres…). Les objectifs de performance se traduisent également par la nécessité, en cours de réalisation et en aval de la réception, de mettre en place des protocoles de contrôle, de mesures et de vérifications, parfois instrumentés par de multiples capteurs. Le développement de garanties de performance énergétique, adossées à des produits d’assurance, renforce l’importance de ces mesures et de ces vérifications et la prise en compte du comportement des occupants lorsque la garantie porte sur les consommations réelles. Au-delà des aspects techniques, ce modèle tend à reconfigurer l’organisation et le déroulement du travail constructif en redessinant les contours des différentes phases du projet.

7Un tel bâtiment « économe » est un objet technique difficile à concevoir, à réaliser, à régler, à exploiter et à occuper. Précisons cependant que nous avons observé des réalisations pionnières, anticipant la réglementation thermique 2012, portées par des maîtres d’ouvrage particulièrement motivés et impliqués dans des réalisation exemplaires, soit dans une logique de conviction et d’engagement environnemental, soit dans une logique d’image pour certains maîtres d’ouvrage publics. De ce fait, les professionnels que nous avons rencontrés étaient dans une phase d’expérimentation de nouvelles formes d’interventions qu’elles ne maîtrisaient pas forcément.

Une conception complexe

  • 2 Ordonnancement, pilotage, coordination.

8Qu’il s’agisse d’opérations d’envergure ou plus modestes, le MCPEE se rapproche des formes complexes de maîtrise d’ouvrage des grandes opérations architecturales et urbaines (Beslay, Gaudibert, Golovtchenko & Ringon, 2001) faisant intervenir un nombre conséquent d’acteurs (maître d’ouvrage, maître d’œuvre, bureaux d’études, assistants à maîtrise d’ouvrage, OPC 2, etc.). Par exemple, nous avons compté, dans le cas de la construction de la mairie d’une commune de 11.000 habitants, plus d’une dizaine d’intervenants dans la seule phase de conception. Cette hypertrophie de l’amont renvoie à la complexité de la production d’un bâtiment économe.

9Cette complexité se traduit notamment par la multiplicité des calculs techniques nécessaires pour calibrer les systèmes (chauffage, ventilation) en fonction des matériaux et des objectifs de performance : calcul des apports énergétiques ou lumineux naturels, calculs de déperdition, calculs de l’inertie… « Pour garantir un certain niveau d’énergie, on a fait une simulation thermodynamique pour vérifier comment évolue la température dans la journée » (Architecte), « Il m’a fallu calculer les coefficients de lumière du jour de chaque bureau afin de prouver que 80% des bureaux recevaient un FLJ supérieur à 2% sur plus de 80% de leur surface » (Architecte). Dans la rénovation, un diagnostic thermique est nécessaire, en amont du travail de conception, pour prescrire les travaux nécessaires à l’atteinte des objectifs énergétiques. Dans les réalisations exemplaires observées, l’utilisation de matériaux et de techniques nouvelles (matériaux naturels – laine, chanvre, paille, bois – murs trombes, fenêtres pariétodynamiques, triple vitrage, énergies renouvelables…) nécessite des calculs spécifiques pour en établir les caractéristiques en termes de performances énergétiques et de mise en œuvre sur le chantier. Dans les cahiers des charges des appels d’offres soumis aux entreprises, ces calculs induisent les prescriptions techniques qui détaillent très précisément la nature des matériaux et les équipements prévus, leurs caractéristiques, voire les modèles et les marques.

10Les procédures des marchés publics et des demandes de financement sont alourdies par les démarches labellisées (référentiel HQE par exemple) et la vérification des résultats. Être maître d’ouvrage occasionnel est souvent présenté comme un « parcours du combattant ». Des maîtres d’ouvrage plus aguerris expriment aussi le besoin d’une expertise professionnelle :

« Je peux le dire maintenant, au niveau administratif et audit, c’est relativement lourd, j’ai demandé très rapidement un AMO pour m’épauler dans cette tâche tout au long de ce projet. Et ça je conseille à beaucoup de monde de le faire, il faut quand même un suivi très spécial là-dessus, notamment en ce qui concerne les cibles HQE. Ce sont des gens spécialisés là dedans : à chacun son travail » (Maître d’ouvrage public).

11L’objectif de performance, surtout s’il est adossé à des certifications, implique un important travail administratif :

« Pour le HQE, j’ai quatre dossiers de 2.000 pages L’audit final, ça va durer huit heures. Ils me posent n’importe quelle question sur ce qui s’est passé sur le chantier, il faut que j’aie une trace de ce que j’ai fait. Cela veut dire regarder le compte rendu, tel jour, c’est écrit et on a fait la fiche qui correspond à ça » (Architecte).

  • 3 Mémento du commissionnement pour des équipements techniques aux qualités durables, FFB, ADEME, COST (...)

12Enfin, l’exploitation du bâtiment tend à être définie dès la phase de conception, dans le cadre du commissionnement qui englobe « l’ensemble des tâches pour mener à terme une installation neuve afin qu’elle atteigne le niveau des performances contractuelles » et qui doit « créer les conditions pour les maintenir [et] mettre à disposition des clients et/ou des usagers la documentation et les instructions d’utilisation et de maintenance, incluant l’initiation ou la formation des intervenants » 3. Le commissionnement intègre un niveau supplémentaire de formalisme, tout en assurant la coordination des différentes phases amont et aval du projet.

L’instrumentation du travail de chantier

13Le pilotage du chantier est formaté par les acteurs de la conception pour garantir le respect des exigences techniques et organisationnelles. Il est demandé aux intervenants de chantier de fournir un travail « soigné », en étroite coordination avec les autres professionnels. Le travail s’inscrit dans des organisations participantes et apprenantes. Il est très cadré par un corps de procédures formelles. Cet encadrement relève du pilotage d’activités distribuées (Guffond & Leconte, 2001), avec une importante instrumentation du travail chantier, qui permet de préciser très finement les différentes tâches à réaliser (les matériaux, les équipements, les modes d’approvisionnement, qui fait quoi, quand, où et comment les éléments s’installent, etc.) et de suivre, quasi en temps réel, le déroulement des opérations. Il s’oppose à la « prescription floue » inhérente aux métiers du bâtiment (Duc, 2002).

  • 4 L’option de la préfabrication standardisée est une solution de plus en plus envisagée par les fabri (...)

14La conception technique amont intègre souvent des éléments structurels préfabriqués (fenêtres, structures, charpente, etc. 4). Cela facilite le travail préparatoire des entreprises (choix des matériaux, commandes, plan d’intervention et d’exécution, etc.) qui, le moment venu, sont plus rapidement et facilement opérationnelles, pour autant que les spécifications soient suffisamment précises. De ce fait, la phase de réalisation se caractérise par une temporalité limitée, jusqu’à une quinzaine de jours pour un petit collectif de logements sociaux en structure bois.

15La coordination des interventions des artisans est d’autant plus importante que la performance énergétique est délicate à produire. Les objectifs d’isolation et d’étanchéité à l’air passent par  la chasse aux ponts thermiques et exigent une application particulière dans la réalisation :

« Sur ce chantier, on a fait en sorte que les artisans travaillent main dans la main : faire attention au travail que l’autre a réalisé. Sans ce processus, on aura des chantiers qui n’iront pas au bout : l’électricien ou le sanitaire aura passé une gaine à travers le frein vapeur, puis on plaque avec du placo et on comprend pas pourquoi il y a des fuites lors du test d’infiltrométrie » (Fournisseur-formateur).

16Le chantier est d’ailleurs ponctué par des mesures de vérification, « ils ont fait des tas de tests pour voir si les fenêtres étaient bien posées. C’est très sérieux » (Maître d’ouvrage).

17L’utilisation de matériaux, de systèmes ou d’équipements nouveaux implique, par ailleurs, l’apprentissage de méthodes nouvelles : on ne pose pas de la laine de bois comme de la laine de verre, installer une fenêtre triple vitrage sur une membrane étanche exige certains savoir-faire précis, voire un outillage spécifique :

« Pour couper les plaques de laine de bois, on essaie avec les outils classiques qu’on a prévus – scie circulaire, scie sauteuse – mais ça n’avance pas. Donc on rappelle le fournisseur "au fait, comment on fait ?". Comme il était à 200 km, il a fallu galérer sur place pour essayer de trouver un fournisseur qui fasse ça ; donc les secrétaires mobilisées pour appeler les fournisseurs locaux : tout le monde perd du temps, tout le monde s’énerve. Finalement, on a acheté l’outil pour couper parce que c’était un investissement pas trop lourd ; c’est comme un gros taille-haie qui coûte dans les 200 € » (Responsable technique, entreprise de rénovation thermique).

18La plupart des artisans qui ont l’expérience du MCPEE s’accordent sur le fait que ce ne sont pas les aspects techniques qui posent le plus de problèmes, pour autant qu’ils restent maîtrisables avec les compétences de base de leur métier. Ce qui cause le plus de difficultés tient à la nécessité d’inscrire son intervention dans un cadre collectif normalisé. Les intervenants de chantier doivent faire preuve d’une « professionnalité » qui respecte à la fois les règles du métier, les spécifications de mise en œuvre des produits, les spécifications du maître d’ouvrage, les procédures et réglementations en vigueur, mais surtout, le collectif constructif et la démarche globale dans lesquels chacun doit inscrire son travail.

Réglages techniques et accompagnement social post réception de l’ouvrage

19La dernière phase s’inscrit dans un temps allongé, souvent au delà de l’année de parfait achèvement, de manière à régler des systèmes techniques sophistiqués (chauffage, ventilation, éclairage, automatismes, production d’énergie) : « Ce sont des problèmes de réglage. Tout est assez pointu et difficile, on bénéficie de l’apport du puits canadien, en même temps il faut jouer sur le chauffage, sur les ventilations, sur l’inertie, il faudra bien un an pour régler tout ça » (Technicien du maître d’ouvrage). Dans le cas d’un immeuble tertiaire de grande hauteur, trois ans ont été nécessaires pour trouver les réglages optima en termes d’économies d’énergie et de confort des occupants.

20La réception voit arriver les occupants dont les comportements divergent le plus souvent de la conception technique pensée en amont. Il s’agit alors de (re)penser l’adéquation des fonctionnements techniques aux comportements des occupants. Dans certaines opérations, un accompagnement sociotechnique est mis en place par le maître d’ouvrage, les entreprises de chantier ou encore les professionnels de maintenance / exploitation :

« L’impact du comportement des occupants sur la performance de l’ouvrage, ça n’est pas quelque chose qu’on nous apprend en formation ! Ça, pour moi, c’est une grande première ! Les bureaux sont individuels, mais il y a des circulations sur un grand volume, donc en été, on a fait en sorte de rafraîchir avec du free cooling, on extrait de l’air de dehors, donc on fait passer de l’air beaucoup plus frais la nuit, ce qui fait que, quand ils sont partis, on ouvre les fenêtres, on accélère la ventilation, du coup, c’est de l’air à 20-24°C qui rentre dans le bâtiment. Ça se fait automatiquement, c’est programmé. Donc le matin, les petites dames qui sont au rez-de-chaussée, elles, elles sont bien, donc elles ne baissent pas leurs stores. Jusqu’à midi, elles sont bien, parce que jusqu’à 25°C, elles sont bien. Donc il y a tout le soleil qui rentre dans le bâtiment, parce qu’elles n’ont pas baissé les stores, ce qui créé de la chaleur, mais comme elles sont au rez-de-chaussée, ça monte. Du coup les bureaux se prennent 30° parce qu’ils ont la chaleur des gens du rez-de-chaussée qui monte et qui s’accumule. Toutes les calories s’accumulent dans la boîte étanche qu’est la toiture. Si elles, dès qu’elles voient un petit rayon de soleil, baissaient les stores, en haut ils auraient moins chaud. Mais on n’arrive pas à leur faire entrer ça dans la tête, alors on va faire une réunion spécifique, pour que les gens comprennent que c’est un bâtiment où les gens du rez-de-chaussée influent sur la température du 2ème étage. Ça n’est pas encore gagné ! On va confectionner une notice, on est obligé » (Architecte).

21Il est très rare qu’un diagnostic social ou une analyse de besoins des futurs occupants soient réalisés en amont de la conception. L’arrivée des occupants dévoile de nombreux décalages entre les logiques techniques et les logiques de l’usage, sources de dysfonctionnements et de contre-performances énergétiques.

Les positionnements professionnels et les nouveaux métiers

22Avec le MCPEE, on assiste à l’émergence et à la prépondérance de métiers ou de figures professionnelles plus rarement mobilisés dans des opérations classiques. La plupart de ces « nouveaux » métiers interviennent à l’interface des activités de conception et de réalisation. De leur côté, les professionnels du chantier sont traditionnellement structurés par corps d’état, comme le sont les entreprises et les organisations professionnelles. L’émergence du bâtiment économe, comme conception architecturale éco-performante, vient bousculer les cloisonnements professionnels et les compétences traditionnelles des artisans.

Des métiers émergents

23Le MCPEE accorde une place stratégique aux experts techniques dans le processus de choix et de mise en œuvre des solutions techniques. Trois figures professionnelles, « intermédiaires de l’activité », sont particulièrement mobilisées en appui du maître d’ouvrage et du maître d’œuvre : les assistants à maîtrise d’ouvrage (AMO), les experts techniques et les spécialistes de la coordination.

24Les assistants à maîtrise d’ouvrage (AMO) sont chargés de traduire le besoin et l’intention du maître d’ouvrage dans un projet constructif, d’orienter les choix structurels qui seront soumis aux maîtres d’œuvre, d’organiser la sélection du maître d’œuvre et/ou des entreprises. Les AMO font surtout un travail de traduction entre des univers différents (celui du maître d’ouvrage, celui de la réglementation, celui des référentiels et celui du chantier). Ils prennent aussi en charge l’instruction des multiples dossiers administratifs. Dans les petites maîtrises d’ouvrage privées, l’AMO peut également être chargé des dossiers d’aide financière. Dans des opérations plus importantes, « on a vu fleurir les AMO ces dernières années, AMO environnement, AMO thermique, AMO pilote de l’énergie, AMO HQE, AMO commissionnement… » (Maître d’ouvrage public). Cette multiplication traduit l’élargissement des aspects techniques à prendre en compte dans la conception.

25Les experts techniques (bureaux d’études et de contrôle) disposent des compétences en matière de caractérisation des matériaux et de calcul de performance. Ils font un travail technique de cadrage et de mise en forme du projet en fonction des référentiels de construction et des intentions du maître d’ouvrage. Au delà des traditionnels calculs de structure et des systèmes, ces experts sont mobilisés dans des domaines plus récents : énergies renouvelables, éclairage naturel, thermique, mesures et vérifications, automatismes… Les objectifs de consommation chiffrés placent ces experts techniques au cœur de la conception, leur donnant un fort pouvoir de prescription des solutions techniques.

26Les spécialistes de la coordination (AMO HQE, OPC, conducteurs d’opération) sont les garants des objectifs normatifs et de la programmation des travaux au regard des exigences de performance. Ces acteurs gèrent les articulations entre les étapes du projet et entre les intervenants. Dans la phase de conception, ils font un travail de planification du travail de chantier. Sur le chantier, ils font un travail d’organisation qui va de la coordination technique au management des équipes. À la livraison, ils s’assurent de l’atteinte des objectifs et des conditions d’exploitation. L’organisation / planification des tâches doit également réduire les décalages entre la logique de conception, la logique de réalisation et les logiques d’usages de l’ouvrage.

27Ces professionnels « intermédiaires de l’activité » proviennent de nombreux horizons. Certains sont des professionnels du bâtiment, jusque là spécialisés sur un ou plusieurs corps d’état, qui ont développé des compétences en interne pour élargir leur champ d’intervention et se positionner sur le marché de la performance énergétique. D’autres sont en reconversion professionnelle et se sont formés à ces activités parce qu’ils percevaient des opportunités de carrière dans le développement de ce marché. Ils ont généralement un haut niveau d’études : BTS, master, diplôme d’ingénieur… Ils exercent à titre individuel ou dans des très petites structures (moins de cinq personnes). Parmi ces professionnels, nous avons notamment rencontré :

28- des thermiciens, ingénieurs de formation ou nouveaux entrants dans le secteur du bâtiment qui ont suivi une formation qualifiante. Leur travail consiste à réaliser un diagnostic technique et énergétique, mais aussi à proposer des bouquets de solutions chiffrés et un accompagnement dans la réalisation du projet constructif.

29- des informaticiens, d’un niveau master ou ingénieur. Ils conçoivent ou mobilisent des logiciels de simulation de la performance, de suivi et/ou de gestion des consommations. Les outils de gestion, de simulation thermique dynamique, d’aide à la décision, de contrôle, mesure et vérification deviennent incontournables dans la conception architecturale de la performance énergétique. Les informaticiens interviennent aussi dans la conception et la mise en œuvre des automatismes de gestion des équipements. Ils sont généralement salariés de bureaux d’études techniques.

30- des conseillers en énergie. Ces professionnels ont des profils variés mais à dominante technique (artisans du bâtiment, ingénieurs, commerciaux, agronome). Ils travaillent à leur compte ou dans des entreprises générales du bâtiment, des bureaux d’études et de conseil, ou encore pour le compte d’énergéticiens. Leur rôle consiste à fournir des explications et des préconisations dans le choix des technologies éco-performantes, mais aussi dans l’appropriation du fonctionnement des équipements et l’adoption de comportements adaptés par les divers utilisateurs (agents de maintenance ou d’exploitation, occupants).

31- des animateurs / formateurs à la maîtrise de l’énergie. Ils présentent des profils très variés (ingénieur, médiateur / facilitateur, architecte, éducateur, etc.). Ils sont chargés d’animer, d’informer, de sensibiliser et de former des publics divers à la maîtrise de l’énergie. Ils créent des outils ou des supports pédagogiques (expérimentations ludiques, logiciels de suivi des consommations, plaquettes d’information, etc.) qui prennent en compte les caractéristiques des publics et des bâtiments. Ils jouent un rôle de traduction des enjeux environnementaux et énergétiques en des termes appropriables du point de vue des dispositions culturelles et des pratiques énergétiques des occupants. Ils interviennent aussi auprès des salariés des entreprises du bâtiment ou de bailleurs sociaux sur l’approche globale et la maîtrise de l’énergie.

32Ces experts de la technique et de l’organisation endossent un rôle central de prescription des solutions techniques. Ils tendent à s’imposer au détriment des maîtres d’œuvre (les architectes se sentent parfois dépossédés), des artisans et des entreprises du bâtiment. Cela affaiblit par ailleurs les relations sociales entre les artisans et les fabricants, ces derniers privilégiant désormais le contact direct avec les maîtres d’œuvre et les bureaux d’études. Ce déplacement de la relation est une ressource en moins dans leurs capacités d’information, de formation et de prescription des solutions techniques, pour autant que « le bâtiment évolue par les fournisseurs, ce ne sont pas les entreprises qui maîtrisent l’évolution des technologies. Les fournisseurs forment essentiellement la maîtrise d’ouvrage et d’œuvre : BE, archis, etc. pour essayer de placer leurs produits » (Technicien, entreprise d’isolation).

33Cette centralité des experts déplace les lieux stratégiques de la construction, non plus seulement au cœur de l’activité des différents corps d’état, mais dans le pré-formatage technique de la performance et dans l’orchestration des interventions. Les exigences de performance reposent tout autant sur le « bien faire » que sur le « faire ensemble de manière coordonnée ». La « collectivisation du travail de chantier » met au cœur de l’organisation la communication et la traduction. Néanmoins, la centralité de ces experts risque de provoquer ou de creuser un fossé culturel entre les acteurs, avec d’un côté des experts d’un haut niveau d’études techniques et d’un autre côté des maîtres d’ouvrage, des maîtres d’œuvre et des ouvriers de chantier parfois dépassés, pour autant que le langage abstrait des experts (coefficients, formules de calculs, plans, graphiques, etc.) relève d’autres univers de compréhension et de justification de l’activité. Enfin, la prestation de ces experts alourdit le coût des opérations tandis que leur intervention engendre des coûts de coordination et de transaction, qui sont peu anticipés et intégrés dans les devis.

Des métiers traditionnels bousculés

34Compte tenu des choix techniques communément opérés pour produire la performance énergétique, la hiérarchie même des métiers de la réalisation est bousculée. Certaines solutions techniques, donc certains métiers (ex : l’isolation) prennent le pas sur d’autres (ex : le chauffage). De même, les équipes de chantier sont habituées à des matériaux, à des équipements, à des outillages, à des gammes de produits, voire à des marques spécifiques dont elles maîtrisent la mise en œuvre et qu’il est parfois difficile de changer :

« On part tous dans l’inconnu, c’est des produits nouveaux, on sait pas comment ça va réagir » (Plombier-chauffagiste)
« C’étaient des produits qu’on avait prescrit pour la première fois alors que c’est angoissant pour une entreprise de prendre un nouveau produit et de bien le mettre en œuvre. Ils ont dû changer de fournisseur par rapport à d’habitude. Vous savez, avant de leur faire changer leurs habitudes ! » (Architecte).

35D’une manière plus générale, la nécessité de s’inscrire dans une démarche globale multi-métiers très cadrée est perçue par les professionnels du bâtiment comme une remise en cause de leurs métiers de base. L’acquisition de compétences nouvelles relevant des métiers connexes, de la thermique et de la coordination des activités, s’ajoute au suivi des évolutions techniques et réglementaires que les artisans ont du mal à maîtriser, d’autant que, dans certains métiers, les évolutions technologiques ont pu entraîner une perte de savoir-faire artisanal : « Depuis les années 1960, on a eu une forte industrialisation des systèmes et des procédés et une perte de savoir-faire au niveau de la pose. Les maçons ne font plus les enduits de façade par exemple, c’est un métier à part, façadier. Ils ne travaillent qu’avec des produits industrialisés » (Représentant FFB).

36Selon les métiers, les artisans perçoivent différemment les opportunités de ce nouveau modèle constructif (Barbat et al., 2010). À titre d’exemple :

37- les chauffagistes, alors qu’ils sont les plus concernés par l’énergie, ont l’impression d’être les grands perdants, voire d’être « en voie de disparition » et de devoir envisager un repositionnement stratégique, voire une reconversion de leurs activités. Dans les rénovations, le remplacement du système de chauffage intervient généralement après d’autres travaux (isolation, fenêtres, etc.) et pour des appareils de plus petites capacités. Dans l’idéal de la maison passive, on pourrait même envisager de se passer de tout système de chauffage.

38- les menuisiers et les poseurs de fenêtres perçoivent au contraire très positivement le développement des approches énergétiques. Le changement des fenêtres est souvent le premier poste traité dans une rénovation et la demande se porte sur des produits plus performants et plus chers (triple vitrage).

39- les couvreurs et les maçons se montrent souvent intéressés et impliqués par les évolutions du secteur qui tendent à modifier la nature de leurs interventions et les compétences qu’ils développent, par exemple, pour l’isolation par l’extérieur. Ils voient dans les exigences d’isolation et d’étanchéité une revalorisation de leur métier.

40- les électriciens, les plâtriers et les peintres apparaissent plus en retrait, percevant plus difficilement leur rôle dans la production de la performance énergétique.

41Le secteur du bâtiment est par ailleurs très éclaté entre un très grand nombre de petites ou très petites entreprises qui expriment généralement un fort attachement à la culture de métier et au modèle artisanal (Filion, Barthe & Beslay, 2006). Les identités professionnelles sont généralement fondées sur l’indépendance, l’autonomie et la pérennité de l’activité, avec des stratégies d’hypofirme. L’éthique et la culture de métier survalorisent également le travail de chantier : « le principal c’est d’être sur le chantier, ils ne sont pas assez dirigeants, ils sont artisans. Il y a un attachement très fort à la réalisation » (Animateur métier - FFB). Cette forte valorisation de la culture du métier peut devenir un frein lorsqu’il s’agit de déborder du métier d’origine. La valorisation de la tradition et de la formation sur le tas au contact des plus anciens peut produire des professionnels compétents, mais résistants au changement (de techniques, de produit, d’habitudes de travail, etc.). Les faibles capacités d’anticipation et de réactivité stratégique face aux évolutions du secteur (avoir « le nez dans le guidon ») deviennent un véritable handicap. Les formes de management, parfois très personnalisées, voire paternalistes, dans des organisations peu structurées, s’accordent mal avec la complexité du chantier d’un « bâtiment économe ». Ainsi, les dispositions professionnelles des artisans (éthique, culture et identité professionnelle de métier, valorisation du travail de chantier, stratégie d’hypofirme), deviennent des obstacles à l’élargissement des compétences, au travail collectif et partenarial ou encore au positionnement sur ce marché émergent.

Des partenariats sélectifs

42Dans les opérations « exemplaires » observées, les maîtres d’ouvrage, les maîtres d’œuvre et les artisans accordaient une grande importance au partage d’une même « philosophie de travail ». Celle-ci repose sur la qualité et le soin de l’exécution (la figure du compagnon est très valorisée), mais aussi sur la dimension collective de la réalisation et sur une même attention aux questions environnementales. On est en présence d’un « monde social » posant ces valeurs comme conditions (ou droit) d’entrée sur ces chantiers, tout au moins dans une phase expérimentale. Les professionnels rencontrés (artisans et ouvriers) s’identifiaient à la figure « idéal-typique » du « professionnel compétent », qui a intégré les enjeux environnementaux et qui est ouvert aux nouvelles technologies. Sur ces bases, la proximité spatiale structure le choix des partenaires, elle permet d’avoir une meilleure lisibilité des activités et des savoir-faire, de minimiser l’énergie grise liée aux déplacements et aux approvisionnements, mais aussi de garantir une certaine disponibilité des professionnels du bâtiment.

43Sur le terrain, nous avons surtout rencontré des professionnels (maîtres d’œuvre, artisans, intermédiaires) particulièrement sensibles et convaincus de la nécessité d’agir face aux enjeux du développement durable. Ils ont la conviction qu’il faut développer le marché de la performance énergétique et mettre en œuvre des matériaux et des technologies qui, d’une part contribuent à la diminution de la consommation d’énergie et, d’autre part, ont un moindre impact sur l’environnement. Ils sont ouverts aux innovations technologiques et disposent d’une forte culture technique. Ils connaissent généralement les réglementations en vigueur et anticipent même sur les évolutions à venir (RT 2012 par exemple). Ils cherchent à se doter des compétences (et des références) nécessaires pour intervenir dans les nouveaux contextes cadrés par ces intentions constructives et ces réglementations. Ils s’informent (les organisations professionnelles diffusent de nombreuses informations) et se forment (par exemple, dans des stages sur les constructions BBC ou le label HQE qu’organisent les organismes certificateurs). Certains ont un rôle moteur dans l’adoption de solutions techniques éco-performantes, d’autres se laissent volontiers enrôler par le maître d’ouvrage ou le maître d’œuvre, jusqu’à se faire ensuite propagandiste de cette nouvelle conception architecturale. Participer à ce type d’opération procure l’opportunité d’acquérir de nouveaux savoir-faire, voire une nouvelle professionnalité et de se positionner sur ce marché émergent. Les références sur ce genre de chantiers et les qualifications / certifications professionnelles dans le champ (Certification rénovation énergétique, Eco-artisan, etc.) sont recherchées non seulement parce qu’elles peuvent attester de compétences professionnelles, mais aussi et peut-être surtout, parce qu’elles attestent de l’adhésion à au moins certaines de ces valeurs. Mais les entreprises de ce type, positionnées sur ce qui reste un marché de niche, représentent encore une frange restreinte des acteurs de la filière. Ces pionniers se distinguent surtout par des dispositions sociales individuelles qui valorisent le respect de l’environnement et l’innovation technique.

44Dans les opérations observées, nous avons surtout rencontré des entreprises des modèles « domestique » et « professionnel » (Barthe, Beslay & Filion, 2006), c’est-à-dire de petites structures (rarement plus de quinze salariés) qui valorisent la compétence, la qualification et l’éthique du métier basée sur la qualité du travail, qui entretiennent une relation personnalisée aux clients et ont une organisation souple et réactive qui laisse place à l’autonomie et à l’initiative. Paradoxalement, il est demandé aux ouvriers de chantier de revenir au soin d’exécution « artisanal » pour installer des solutions industrielles souvent préfabriquées et standardisées (fenêtres, structures, charpente, etc.). Le bâtiment économe, en tant qu’approche « industrielle » de la performance, repose ainsi sur des entreprises qui relèvent du modèle artisanal, alors que les entreprises « industrielles », avec une organisation fortement structurée et des procédures formalisées, semblent moins adaptées pour fournir le soin nécessaire à la production de la performance. À terme, la standardisation risque de rebuter les professionnels les plus engagés sur une éthique de la compétence et de la qualité, alors que les entreprises qui fonctionnent sur une logique de standardisation et de rentabilité n’auront ni les compétences ni un mode d’organisation leur permettant de produire la performance énergétique et environnementale.

Les compétences de la performance énergétique

  • 5 Toutefois, nous n’employons pas ici la notion de « métier de l’entreprise » au sens ou l’entendent (...)

45La production d’un bâtiment économe engendre de fait un élargissement des compétences. Par compétences, nous entendons des aptitudes à traiter, à juger et à accomplir en acte les questions et les réponses techniques selon des modalités déterminées par la nature de l’ouvrage, l’intention et le métier. L’ensemble de ces compétences, mobilisées sur un marché concret, désigne alors les métiers dont on parle couramment. Cette définition générique évite de confondre les métiers avec les nombreuses activités auxquelles ils donnent lieu et invite à identifier et à caractériser les compétences qui les constituent. Les compétences comme les métiers peuvent être collectifs (ceux de l’entreprise ou du collectif de travail) ou individuels 5.

46Le modèle constructif émergent, en déplaçant les lieux stratégiques et en mobilisant une approche globale, incite les entreprises qui cherchent à se positionner sur ce créneau à élargir le spectre de leurs compétences et de leur offre de services, de manière horizontale et/ou verticale (vers l’amont et vers l’aval). Une étude du Commissariat général au développement durable (2010) avait déjà observé que le marché de l’amélioration énergétique amène les entreprises du bâtiment à se diversifier horizontalement en élargissant leurs compétences à d’autres corps de métier. Par exemple, une entreprise de pose de menuiserie peut élargir son activité à la ventilation ou à la pose de systèmes d’isolation et de panneaux solaires. Certains artisans développent aussi des compétences d’AMO ou de bureau d’études techniques.

Des compétences en marge des métiers de base

47Au niveau individuel, les compétences du MCPEE sont transversales aux catégories professionnelles et aux corps d’état et complémentaires aux compétences des métiers de base. Il est possible de distinguer plusieurs catégories de compétences avec des modalités spécifiques au modèle émergent. Les compétences les plus stratégiques du modèle ne relèvent pas tant de la technicité des métiers de base que de leur élargissement à l’ensemble du collectif constructif et aux formes de coopération et de régulation des activités.

48Les compétences techniques renvoient à la connaissance des produits (caractéristiques techniques, conditions de mise en œuvre, coûts), à l’étanchéité à l’air (calculs, mises en œuvre, tests), aux référentiels constructifs (normes, réglementations, labels), à l’évaluation et au contrôle (diagnostics, tests), au calibrage et au réglage des systèmes. L’objectif de performance globale implique surtout que chacun des acteurs de la conception et de la réalisation appréhende la complexité sociotechnique du chantier, dans une approche globale multi-métiers. Même si tous n’ont pas nécessairement une vision intégrale du chantier, la plupart doivent néanmoins prendre en compte l’interaction des interventions, l’impact « théorique » et « empirique » des techniques de mise en œuvre. Une approche globale est particulièrement nécessaire pour l’isolation, l’étanchéité à l’air, la régulation de la ventilation et du chauffage.

49Des compétences d’organisation sont mobilisées pour planifier et anticiper (connaissance des étapes, des contraintes techniques et professionnelles), coordonner et coopérer (mettre en relation les professionnels, être présent et disponible, fonctionner dans un cadre collectif), manager (susciter l’engagement des acteurs, inciter à la coopération, garantir la rentabilité) et accompagner (doter le maître d’ouvrage des moyens pour entretenir, maintenir et exploiter l’ouvrage et les équipements).

50Des compétences relationnelles permettent d’informer et de traduire (initier un dialogue permanent, de traduire la commande et les intentions des partenaires, d’avoir des capacités de communication et de transmission des savoirs), mais aussi de construire des partenariats (participation et apprentissage mutuel, s’inscrire dans des réseaux professionnels, partager une culture et des valeurs). Le MCPEE implique la mobilisation d’acteurs « communicants » et « polyglottes », y compris sur le chantier.

51Les dispositions individuelles deviennent de véritables compétences professionnelles. Elles reposent sur des aptitudes, des qualités, des manières de sentir, de penser, d’agir pour s’approprier les enjeux (conscience et connaissance des enjeux énergétiques, environnementaux et techniques), soigner l’exécution du travail et mettre en avant une éthique du métier (une approche et un travail de qualité), faire preuve d’adaptabilité et d’initiative (faire preuve de bon sens, être réactif) et avoir des capacités d’abstraction (décrypter et projeter les prescriptions, les calculs). Ces dispositions relèvent aussi des cultures professionnelles et des formes de management des entreprises.

52Le bâtiment économe implique enfin des compétences en termes d’accompagnement aval pour former les usagers, régler les équipements au fur et à mesure de leur appropriation par les occupants et pour assurer un suivi de fonctionnement. Les ouvrages « boîte étanche » sont particulièrement fragiles, avec un faible niveau d’évolutivité. Ils sont sujets à des déséquilibres liés aux variations des modes d’occupation et des aménagements qui interviennent dans la vie d’un bâtiment. Cet accompagnement aval, qui ne se limite pas aux opérations classiques d’entretien ni même au « parfait achèvement », est encore peu développé. Il relève du commissionnement, repose sur l’intervention humaine des techniciens, mais implique aussi la mise en place de dispositifs matériels de suivi (carnet de bord, suivi des consommation, livrets techniques, modes d’emploi, etc.), permettant aux personnels de maintenance d’intervenir sans occasionner de déséquilibres structurels, en respectant les intentions du maître d’ouvrage et le confort des occupants.

Des déficits de compétences et des besoins de formation

53Malgré leur engagement dans les opérations exemplaires étudiées, les acteurs ont exprimé les difficultés qu’ils ont rencontrées dans cet exercice de leur métier et soulignent les compétences qui leur ont fait défaut. En amont, lors de la conception, ce sont des lacunes dans la connaissance des modes d’intervention sur le chantier, des techniques et des contraintes de mise en œuvre des solutions techniques, de l’impact du comportement des usagers sur la performance énergétique. Lors de la réalisation, l’approche globale, le soin d’exécution, les capacités de bricolage et d’adaptation, l’installation de nouveaux produits et procédés techniques, la compréhension des dispositifs d’organisation (plans, schémas…) et des références normatives ne sont généralement pas maîtrisés par les professionnels.

  • 6 Par exemple les formation FEEBat développées par les organisations professionnelles sur l’approche (...)

54De nombreuses formations existent aujourd’hui pour amener les professionnels à développer les compétences de la performance énergétique. Mais ces dispositifs 6 ne rencontrent ni le succès ni le public attendu. En fait, on peut distinguer au moins trois univers d’apprentissage, celui des ouvriers de chantier, celui du personnel d’encadrement des entreprises et celui des professionnels de la conception / prescription :

55- du point de vue des ouvriers de chantier, la formation initiale souffre d’une mauvaise image, le secteur du bâtiment restant considéré comme une filière de relégation. Les élèves manquent de motivation et la « maîtrise de l’énergie » est quasi absente des contenus pédagogiques (Aldeghi & Cohen-Scali, 2005). De plus, les artisans participent peu à la formation continue (Zélem, 2008). Ils cherchent davantage à valoriser la pratique et l’expérience au regard des impératifs de rentabilité, sinon pour obtenir des qualifications dans une logique d’affichage plus que d’acquisition de compétences. Comme ils ont gardé une image négative des situations scolaires, ils privilégient l’auto-formation et les formations rapides et pratiques proposées par les constructeurs, les distributeurs, ou encore les maîtres d’œuvres (Barbat, Beslay, Gournet & Fauconnier, 2010). Les artisans et les ouvriers du bâtiment préfèrent acquérir des « savoir-être » et des « savoir-faire » sur le terrain plutôt que des « savoirs » dans des dispositifs formels.

56- dans les opérations expérimentales observées, le personnel de chantier a toujours bénéficié d’une formation pratique spécifique par le maître d’ouvrage, le maître d’œuvre ou un intervenant spécialisé. Pour les opérations délicates, les démonstrations pratiques (tests d’infiltrométrie et de thermographie) sont appréciées si elles permettent de comprendre le rôle de chacun et le sens des normes techniques (calculs, indices, critères utilisés) qui justifient les exigences qui sont imposées aux professionnels : « On a fait le Blower test après coup, parce qu’on se posait des questions sur la performance du bâtiment : on avait l’impression que c’était pas aussi bon que ça pouvait l’être. Ce test a laissé apparaître la somme de toute les fuites sur la maison : un trou d’une dizaine de centimètres de diamètre. C’est très bien pour de la construction traditionnelle, c’est pas assez pour de la construction passive. On a essayé d’améliorer à quelques endroits. Il peut y avoir des fuites d’air par les gaines électriques par exemple, il y avait quelques menuiseries pas assez étanches. On aurait pu faire un peu mieux » (Charpentier).

57- dans les entreprises de taille moyenne, le personnel d’encadrement bénéficie des dispositifs de formation proposés par les organisations professionnelles et les organismes de formation, alors que les ouvriers de chantier, qui en auraient tout autant besoin, en restent largement exclus. La transmission des connaissances aux personnels d’exécution repose alors sur l’aptitude, la disponibilité et la motivation des formés. À défaut, les objectifs de formation ne sont pas atteints, les connaissances nouvelles n’étant pas opérationnalisées sur le chantier.

58- pour les acteurs de la conception, les AMO et bureaux d’études, la formation est une pratique largement répandue. Issus de formation de niveau allant du bac +2 au bac +5 ou plus (BTS, IUT, Masters, école d’architecte ou d’ingénieurs), ils sont à la recherche de formations techniques théoriques et empiriques sur les matériaux, les techniques de mise en œuvre, les normes et les réglementations. Ils se renseignent également sur les nouveautés techniques via des forums, des salons professionnels, des catalogues, Internet ou bien directement auprès des fabricants ou des distributeurs. La formation permanente et la veille technique font partie intégrante de leur activité.

Conclusion : les paradoxes et les enjeux de la performance énergétique des bâtiments

59Pour répondre aux enjeux de la transition énergétique, un modèle constructif particulièrement exigeant s’est mis en place, sous l’impulsion des pouvoirs publics. Des objectifs de performance énergétique structurent la diffusion et la banalisation de nouvelles pratiques professionnelles axées sur une approche globale de l’ouvrage pour mettre en œuvre des procédés éco-performants, dans une démarche de projet impliquant de nouvelles formes de coordination. Toutefois, la plupart des études montrent que les objectifs de performance sont rarement atteints (Carassus, 2011 ; Illouz & Catarina, 2009), notamment du fait de la complexité de la démarche, de défauts de conception ou de mise en œuvre sur le chantier et de la sous-estimation de l’impact du comportements des occupants.

60Ce nouveau modèle constructif se caractérise par des conditions de réalisation qui relèvent d’une économie de la qualité. Il implique paradoxalement une approche industrielle qui repose sur une « philosophie du travail » et un soin d’exécution plus proches des pratiques professionnelles des artisans que de celles des grands groupes de la construction. Il bouscule également le jeu des identités, des cultures et de l’organisation des corps de métiers. S’il est demandé aux artisans d’élargir le spectre de leurs compétences, leur pouvoir de prescription et d’organisation est en quelque sorte confisqué par les acteurs « intermédiaires de l’activité » qui tendent à standardiser les modes d’interventions sur le chantier.

61Autre paradoxe, ce modèle – très techno centré – intègre mal l’impact du comportement des occupants sur la performance énergétique. Pourtant, même dans des bâtiments très automatisés, l’occupation est une dimension constituante de la performance. Les professionnels du bâtiment (maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, AMO) sont démunis pour appréhender les aspects comportementaux de l’usage. Ils restent dans une conception qui considère la technique comme seule solution aux enjeux énergétiques et les occupants comme des individus indifférenciés sommés de se soumettre à de nouveaux modes d’emploi des bâtiments. Si cette approche architecturale s’avère peu efficiente, c’est aussi parce qu’elle n’a pas (encore) adopté une démarche de conception assistée par l’usage, basée sur l’analyse des besoins et modes de vie des occupants.

62Le modèle constructif de la performance énergétique appelle une « révolution culturelle » du secteur du bâtiment, une « conversion identitaire » et un changement de modèle économique, sans lequel le risque serait de voir se créer un hiatus entre l’offre et la demande, entre les objectifs énergétiques et les capacités d’intervention des entreprises. À défaut d’un changement de paradigme constructif, la question est d’accompagner le glissement d’un modèle à un autre, avec une attention particulière aux risques de contradictions que de telles évolutions peuvent engendrer dans la gestion et le fonctionnement des entreprises du bâtiment. Pour avancer dans la compréhension des dynamiques de changement, il manque encore des connaissances sur le fonctionnement de ces petites entreprises du bâtiment qui se positionnent sur le marché de la performance énergétique et sur les professionnels eux-mêmes. Il manque aussi des comparaisons internationales, notamment avec les pays européens qui développent ce modèle constructif de la performance énergétique.

Haut de page

Bibliographie

Aldeghi I., Cohen-Scali V. (2005), « Orientation et professionnalisation des jeunes dans le secteur du bâtiment », Cahier de Recherche du CREDOC, n°219, novembre.

Assegond C., Dagot C. & J.-P. Fouquet (2009), Les Entreprises artisanales du bâtiment face aux enjeux du développement durable, ADEME et Université François Rabelais de Tours.

Barbat M., Gournet R. & C. Beslay (2011), Confort intérieur des bâtiments résidentiels à basse consommation, COSTIC, BESCB, DHUP.

Barbat M., Beslay C., Gournet R. & R. Fauconier (2010), Conditions sociotechniques au développement d’une approche multi métiers dans le secteur du Bâtiment, BESCB, COSTIC, FFB, Programme PREBAT ADEME.

Beslay C., Gournet R. & M.-C. Zelem (2014), « Le "bâtiment économe" : une utopie technicienne ? », dans Boissonnade J. (dir.), Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durable, Paris, Éditions Petra.

Beslay C. & R. Gournet (2011), La filière du Bâtiment face au Grenelle de l’environnement. Étude sociologique des pratiques et des représentations sociales, BESCB, GDF SUEZ.

Beslay C., Gaudibert F., Golovtchenko N. & G. Ringon (2001), La Maîtrise d'ouvrage publique dans les petites communes de Midi-Pyrénées, dans Bonnet M., Claude V. & M. Rubinstein (dir.), La Commande… de l'architecture à la ville, 2 vol., Paris, Éditions du Plan Urbanisme Construction Architecture.

Carassus J. (2011), Les Immeubles de bureaux « verts » tiennent-ils leurs promesses ? Performances réelles, valeur immobilière et certification « HQE Exploitation », Paris, CSTB.

CEREQ (2008), « Une vision prospective des métiers développée par les professionnels du bâtiment », Bref, n° 254, juillet.

Chevrier S. (2010), « Le particulier qui souhaite rénover son logement est-il condamné à renoncer ? », CFP Chaud, Froid, Performance, n° 737, septembre.

Colombard-Prout M., Laumonier C. & N. Roudil (2007), Le Rôle des artisans novateurs dans la diffusion des meilleures techniques énergétiques disponibles, Paris, CSTB.

Comet C. (2006), « Productivité et réseaux sociaux. Le cas des petites entreprises du bâtiment », Revue française de gestion, vol. 32, n° 163.

Commissariat général au développement durable (2010), « Travaux d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009) », Études et documents, n° 29, novembre.

Duc M. (2002), Le Travail en chantier, Toulouse, Éditions Octarès.

Filion N., Barthe J.-F. & C. Beslay (2006), L’Éthique du métier. Étude sur les attitudes, représentations et pratiques des acteurs de la filière traditionnelle, CERTOP-CNRS et Gaz de France.

Guffond J.-L. & G. Leconte (2001), « Le pilotage d’activités distribuées : le cas du chantier », Sociologie du travail, vol. 43, n° 2.

Illouz S. & O. Catarina (2009), Retour d’expérience de bâtiments de bureaux certifiés HQE, Paris, ICADE/CSTB.

Monchatre S. (2009) « Métiers et entreprise. Une articulation en tension », dans D. Demazière D. & C. Gadea (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, Éditions La Découverte, pp. 84-96.

TBC (2009), Le Solaire en toiture. Évaluer et favoriser la capacité d’évolution de la filière des professionnels du bâtiment mettant en œuvre des systèmes solaires, thermiques ou photovoltaïque, en toiture de maisons individuelles, PREBAT ADEME PUCA.

Zelem M.-C. (2008), Le Bâtiment économe : innovation, dynamisation des réseaux et formation des acteurs, ERT-SPEED, CUFR-Albi, Programme PREBAT (PUCA – ADEME).

Haut de page

Notes

1 Service de l’observation et des statistiques rattaché au Commissariat général du développement durable, 2011.

2 Ordonnancement, pilotage, coordination.

3 Mémento du commissionnement pour des équipements techniques aux qualités durables, FFB, ADEME, COSTIC, 2012.

4 L’option de la préfabrication standardisée est une solution de plus en plus envisagée par les fabricants et par les pouvoirs publics pour développer à grande échelle les constructions et les rénovations éco-performantes.

5 Toutefois, nous n’employons pas ici la notion de « métier de l’entreprise » au sens ou l’entendent les gestionnaires, qui est très différente de l’appartenance professionnelle des membres de l’entreprise (Monchatre, 2009). Le métier collectif de l’entreprise est dans le cas présent celui que partagent effectivement les membres d’une entreprise artisanale.

6 Par exemple les formation FEEBat développées par les organisations professionnelles sur l’approche globale, désormais nécessaires pour la plupart des habilitations éco-performantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Gournet et Christophe Beslay, « Les professionnels du bâtiment face aux enjeux de la performance énergétique : nouveaux savoirs et nouveaux métiers », SociologieS [En ligne], Dossiers, Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5063

Haut de page

Auteurs

Romain Gournet

Sociologue, Bureau d’études sociologiques Christophe Beslay (BESCB), Toulouse, France - gournetromain@yahoo.fr

Christophe Beslay

Sociologue, BESCB, Maître de conférences associé, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, France - beslay@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page