Navigation – Plan du site
Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations
Autour du politique : de multiples expériences d’enquête

Publicité, sollicitation, intervention

Pistes pour une étude pragmatiste de l’expérience citoyenne
Alexandra Bidet, Manuel Boutet, Frédérique Chave, Carole Gayet-Viaud et Erwan Le Méner

Résumés

Cet article interroge les apports possibles du pragmatisme à une ethnographie de la citoyenneté, à côté de l’étude classique des mobilisations collectives, du vote ou des problèmes publics. Prenant au sérieux l’idée de la démocratie comme mode de vie, l’enquête consiste à saisir la formation de la culture et de la capacité d’agir politique depuis les expériences ordinaires de la coexistence. L’attention se porte sur des actions, apparemment mineures, témoignant d’un sens politique, visant le monde en tant qu’il est commun. Appliquée aux espaces publics urbains, cette démarche conduit à identifier ce qui trouble et sollicite les personnes au gré de leurs déplacements et à examiner la transformation éventuelle de ces sollicitations en interventions.

Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’être citoyen ? La sociologie répond ordinairement à cette question par l’inventaire de rites et de pratiques de la citoyenneté : vote, débat, manifestation, engagement militant, etc. Elle y sonde l’inégal investissement des personnes ou des groupes sociaux et interroge ainsi leur engagement citoyen – car, même dans les moments d’apparente ferveur, le « frisson dans le dos » est une chose rare (Mariot, 2006). L’inquiétude relative à l’exercice de la citoyenneté a ainsi essentiellement porté sur l’intérêt et la volonté des personnes à prendre part à la vie publique et sur leurs inégales capacités à faire effectivement valoir leur opinion et porter leur voix dans des arènes publiques hautement professionnalisées. L’attention à la citoyenneté va ainsi de pair avec un questionnement sur les « compétences citoyennes », qui adosse l’engagement à des connaissances en matière politique, celle de raisonnements et de codes notamment. Depuis plusieurs décennies, le modèle initialement étroit de la compétence citoyenne s’est vu abondamment critiqué, sous l’effet de deux mouvements principaux. D’une part, une critique épistémologique a visé le caractère limité des définitions cognitivistes de l’« information » requise et utilisée par le « citoyen bien informé ». D’autre part, s’est imposé sur le plan empirique le constat d’une désaffection des lieux traditionnels de l’expression d’opinions politiques, des instances et des rites de la représentation politique et l’observation d’un scepticisme croissant quant à ce que peut la participation classique de simples citoyens quand il s’agit d’infléchir les orientations décisives, en matière économique notamment (Collovald & Sawicki, 1991). De nombreux auteurs ont ainsi montré la nécessité et l’intérêt d’élargir le spectre d’analyse, au-delà des espaces du vote et du débat politique, pour ne pas manquer un éventuel déplacement des formes de mobilisation et de politisation (Blondiaux, 2007 ; Gaxie, 2007). On observe ainsi, à travers des formes désormais diversifiées et complexes de mobilisations collectives (Cefaï, 2007), la permanence d’un intérêt pour les affaires du monde et d’actions visant à en infléchir le cours (Fillieule, 2005 ; Sawicki & Siméant, 2009 ; Nicourd, 2009 ; Hamidi, 2010), parfois marquées par la réticence à se mouler dans les formes canoniques de l’action politisée (De Blic & Lafaye, 2011, 2013). En prenant souvent appui sur Erving Goffman, on a ainsi documenté certaines dimensions concrètes et matérielles de l’expression de préférences (Joignant, 2002, 2007 ; Talpin, 2010), comme le rôle des configurations spatiales et interactionnelles de la participation politique (Berger, 2010). Mais la « maîtrise des codes » d’un monde particulier tend à rester l’horizon d’analyse. Même si la citoyenneté n’est plus seulement envisagée à travers les pratiques souvent très ritualisées qui nous font citoyens, il s’agit encore d’interroger leur vivacité en accédant à une parole sur la vie politique institutionnelle. L’effort fait aujourd’hui pour pister le politique par la bande, au « dehors » ou dans les interstices du politique institué, dans les « coulisses » ou les « arrières-scènes » de la participation (Breviglieri & Gaudet, 2014) – repas de famille (Mariot, 2011), cours de récréation (Lignier & Pagis 2012), conseils d’enfants (Boone, 2014), associations de quartier (Hamidi, 2010 ; Thin, 2006) ou sociabilités des beaux quartiers (Geay, 2014) – garde ainsi pour centre de gravité et étalon de mesure la participation aux affaires publiques, définies sous les auspices de la politique institutionnelle. Dans la grande majorité des travaux, les espaces élargis de l’enquête ne se justifient que comme les coulisses ou les marges d’un lieu du politique finalement constant : celui de la décision et du « champ politique ».

2Les évolutions récentes dans la façon d’appréhender les pratiques politiques vont dans le sens d’une compréhension à la fois plus étendue, plus dynamique et plus attentive aux conditions pratiques du fonctionnement de la vie démocratique (Carrel & Neveu, 2014 ; L’Estoile, 2013). Mais si l’on prend au sérieux l’idée selon laquelle la démocratie est d’abord un mode de vie, suivant les vues de John Dewey (2011b) ou plus récemment de Claude Lefort (2011), force est de constater que la présence insistante et diffuse d’un sens politique au sein du monde social demeure peu étudiée. Si la citoyenneté ne se donne pas seulement à voir dans les grands moments, les lieux canoniques, les pratiques irruptives ou insurrectionnelles (Murard & Tassin, 2006 ; Mathieu, 2011), ni les seules grammaires de la « chose publique » (Boltanski & Thévenot, 1994), alors l’étude des formes bien identifiées de participation citoyenne (votes, assemblées délibératives, mobilisations collectives, etc.) reste à compléter par celle d’une citoyenneté au ras de la vie quotidienne.

3C’est à un tel décalage qu’invite l’entrée par l’expérience citoyenne. Les formalités et les grands moments de la citoyenneté, la socialisation politique et ses scènes ordinaires, familiales, amicales et professionnelles, ne suffisent pas en effet à nous renseigner sur la citoyenneté comme expérience. Être citoyen, est-ce seulement payer ses impôts, voter, répondre à des sondages et s’informer dans les médias, débattre dans des assemblées consultatives ou participatives, rejoindre des associations ou des mobilisations, publiciser des problèmes – donc finalement, contribuer de diverses manières à la décision politique ? Une étude pragmatiste de l’expérience citoyenne permet d’aborder empiriquement cette question. En prenant au sérieux la notion d’expérience, on ne part plus de la décision politique, ni de l’engagement militant, mais on s’intéresse aux façons dont, dès le stade de la perception la plus élémentaire, des arrière-plans et des perspectives politiques contribuent à définir les situations et se dessinent à travers les conduites. Sous cet abord, ce n’est plus au sociologue de définir les enjeux politiques des situations, mais aux personnes de décrire comment ce qui compte, dans les situations, « concerne et vise le monde en tant qu’il est commun » (Gayet-Viaud, 2011). C’est alors la manière dont il définit les situations en vertu de leur portée publique qui constitue le sujet comme citoyen.

La citoyenneté comme expérience et mode de vie : le citoyen en citadin

4Enquêter sur le politique en restant centré sur la capacité d’action des groupes et des personnes, c’est encore souvent garder l’agir militant comme modèle ou horizon. Se focaliser sur l’expérience politique permet selon nous un cadrage plus ample, plus descriptif et moins partisan. Cela permet de faire place à la manière dont viennent les épreuves et les idées ; cela permet aussi de prendre en compte les circulations entre différents espaces, ainsi que la profondeur temporelle propre à la constitution des « faits », c’est-à-dire des problèmes auxquels les personnes sont confrontées et des réponses qu’elles élaborent. Le pas est semblable à celui réalisé par certains philosophes soucieux d’élargir le domaine de la « morale », irréductible à l’inventaire de règles et de lieux, dès lors qu’on la définit comme l’ensemble mouvant des activités engageant cette question : « comment l’homme doit-il vivre ? » (Nussbaum, 2010 1990). De même, on peut comprendre le domaine du politique comme celui des activités engageant cette question : « comment les hommes doivent-ils vivre ensemble ? ». Elle décline le questionnement général d’inspiration aristotélicienne sur la vie bonne et sur les possibilités d’orientation de la conduite humaine dans ce bas monde (sublunaire), règne des contingences et de la navigation à vue.

5Cette définition présente l’avantage de ne pas discriminer a priori des lieux, des objets ou des groupes qui seraient plus à même que d’autres de déterminer la qualité, l’orientation, l’arrière-plan, ou encore l’horizon politique d’une situation, d’un phénomène ou d’une activité. Elle n’assigne pas la politique à un domaine séparé, spécifique, qui seul connaîtrait des actes à portée politique. Celle-ci apparaît plutôt comme cette activité pratique par où les humains s’interrogent sur la bonne façon de vivre ensemble. Comme la philosophie morale, la pensée (du) politique peut alors se redéployer en articulation étroite avec les épreuves de la vie et l’expérience du monde faite par tout un chacun.

6Ce qui fait rougir, répugne ou provoque le rire relève tacitement mais pleinement du domaine de la morale (Diamond, 2011) ; celle-ci ne se limite pas à un inventaire de droits et devoirs, mais ne peut être saisie qu’à l’intérieur de « formes de vie » (au sens de Ludwig Wittgenstein), à travers ce qui y est perçu comme juste, révoltant, bon, digne, etc. De même, les expériences du politique demandent à être appréhendées dans leur articulation à des formes de vie, en lien avec la trame sensible des situations et la perception de circonstances singulières.

7Décrire l’expérience citoyenne invite à faire place à ce qui trouble ou gêne, dégoûte, désole, scandalise, irrite, inquiète, ou encore à ce qui fait rire, est admiré, applaudi, moqué, dédaigné, à ce qui concerne, à ce à quoi l’on tient ou à ce qui attire l’attention, meut, pousse à se mêler, à s’avancer et à s’exposer, en public et en personne. Cette attention à l’expérience en sociologie doit beaucoup au travail d’Erving Goffman et à sa lecture par Isaac Joseph (1998b).

8La notion d’expérience vise à la fois des formes d’activité et de passivité (Dewey, 2010b). Il s’agit de décrire la manière dont chacun est affecté par son monde environnant, perçoit ce qui se passe autour de lui, ou ce qui lui arrive et tente d’en faire sens (Goffman, 1991 [1974] ; Quéré, 2002). Des scènes ou des situations nous choquent ou nous émeuvent, alors que d’autres nous tourmentent sans que nous nous y arrêtions. Nous réagissons parfois à moitié ou d’une manière contradictoire, nous reportons parfois sine die nos velléités d’intervention, faute de savoir quoi faire. Ces dynamiques continues, même si elles restent souvent souterraines, irriguent en permanence la vie publique ; elles contribuent à forger l’expérience que chacun a du monde et des autres et à former nos opinions sur l’état du monde, ce qui peut y être fait ou pas, etc. Les approches pragmatistes des émotions l’ont montré (Dewey, 2011a ; Ogien & Paperman, 1995 ; Katz, 1999) : les émotions, en engageant l’imagination et la façon dont les situations se connectent entre elles, donnent à lire ce qui compte pour les personnes, ce qui les touche et les concerne en tant que membres d’une collectivité.

  • 1 On entend par là la capacité, essentielle à l’exercice public de la raison, à s’extraire de son seu (...)

9La question est alors celle de l’accessibilité de ces activités à l’enquête empirique, car elles ne sont pas assignées à un domaine donné de l’existence. Comment saisir la façon dont on se rapporte pratiquement, de façon non nécessairement réflexive, au monde en tant qu’il est commun ? L’attention peut être portée sur la façon dont il est fait référence, pratiquement et notamment verbalement, à ces orientations vers le commun et le public, vers les autres compris comme un monde – un tout qui a un sens en tant que tel. Les espaces publics des villes semblent particulièrement propices à une telle investigation. Depuis la naissance des premières métropoles, ils ont déjà été décrits, pour cette raison, comme des « laboratoires » privilégiés d’analyse du monde social (Park, 1984 [1925]). Cette participation à la vie publique passe par l’expérience d’une notion « basse » du public, qui s’éprouve et apparaît au niveau de la coexistence ordinaire entre des personnes « qui n’ont d’autre lien que celui de vivre ensemble en société » (Lofland, 1973, 1988 ; Joseph, 1984 ; Gayet-Viaud, à paraître) et, pour commencer, dans les « relations en public » (Goffman, 1973 [1971]). D’une part, le développement de la culture démocratique s’est historiquement adossé au développement des villes et de la culture urbaine, faisant apparaître les mœurs urbaines non seulement comme les lieux de manifestation mais aussi, plus profondément, d’émergence d’idées et de principes tenant une place centrale dans la vie publique, en particulier de l’« esprit public » 1 associé à l’idée d’un espace public démocratique (Cottereau, 1992). D’autre part, si l’expérience citoyenne s’incarne historiquement dans l’expérience urbaine c’est avant tout via l’hospitalité (Joseph, 1997) qui ouvre l’espace public à tous les citoyens, quel que soit leur statut social. Cette « ouverture a priori à l’accueil du concitoyen inconnu, à l’exact opposé du soupçon », suppose l’affirmation d’une présomption d’innocence, l’octroi d’un « crédit de respect » et l’établissement d’une frontière entre sphère privée et sphère publique (Cottereau, 1992, p. 255). La densité, l’étrangeté mutuelle et le côtoiement de masse font en ce sens la puissance démocratique des grandes métropoles, leur « énorme pouvoir d’hybridation et de fragmentation des appartenances » (Joseph, 1998a, p. 14). Les sociologues urbains contemporains y trouvent même encore aujourd’hui la trace de l’héritage politique des Lumières. Isaac Joseph souligne ainsi combien l’espace public urbain reste « tributaire d’une définition du droit public hérité des Lumières », qui conjugue « les propriétés d’un espace de circulation régi par un “droit de visite” », qui interdit toute appropriation des territoires par opposition au chez-soi et les « propriétés d’un espace de communication », qui « demande que toute action puisse satisfaire aux exigences d’une “parole” publique, c’est-à-dire se soumettre au protocole de l’aveu et aux procédures de la justification » (Joseph, 1998a, p. 91). La ville figure ainsi l’espace réel de la cité, où le droit à l’accessibilité et à la circulation tirent leur importance de ce qu’ils symbolisent et incarnent des droits politiques fondamentaux des individus.

10Nos recherches, qui ont en commun d’avoir investi l’espace urbain sous l’angle des interactions entre passants, s’inscrivent dans cette lignée. Au travers de sites et d’objets d’enquête variés, elles nous ont conduits à observer de petits événements où des passants ne passent pas leur chemin, mais au contraire entreprennent soudain de remettre le monde en place ou en ordre, de se disputer ou de réparer des liens défectueux. Ces formes d’engagement, mêmes minimales, ont la particularité de viser ou de supposer l’horizon d’un commun, autrement dit, les conditions d’une coexistence urbaine, dont l’étalon de mesure est le concitoyen, l’inconnu, voire l’étranger. Loin de simplement découler du partage politique de la nationalité juridique ou administrative, la citoyenneté peut être alors vue comme la simple formalisation d’une communauté politique de vie et d’expérience qui la précède.

11Pour prendre en charge cette description, la tradition pragmatiste américaine, l’anthropologie urbaine de l’École de Chicago qui la prolonge et au-delà, l’œuvre d’Erving Goffman (Grafmeyer & Joseph, 2002 ; Cefaï & Joseph, 2002) offrent de précieux appuis. Suivant cette tradition, ni la citoyenneté ni la démocratie ne se laissent enfermer dans l’espace de la politique institutionnelle : elles engagent un mode de vie et non seulement un système de gouvernement (Dewey, 2011b ; Lefort, 1981), elles impliquent un ensemble de mœurs (Park, 2008 ; Berger & Gayet-Viaud, 2011). La contribution à l’étude de l’expérience citoyenne que nous proposons ici s’inscrit dans cette perspective et se déroule selon trois axes :

121. D’abord, ressaisir la notion de public, d’expérience publique (et finalement de « vie publique ») depuis les activités et les exigences propres au régime d’interaction qu’est celui des épreuves de civilité propre au côtoiement ordinaire et aux « relations en public », à partir de l’exemple urbain, à la croisée d’exigences morales et politiques où se dessine la figure du citadin-citoyen et de ce qui pour lui fait épreuve.

132. Ensuite, souligner la fécondité de concepts descriptifs et analytiques de bas niveau, qui montrent leur pertinence dès lors que l’on s’attache à saisir les épreuves du politique dans la vie urbaine quotidienne et la façon dont elles s’incarnent, prennent place et sens dans des expériences vives : à côté de notions telles que le trouble, l’attention ou le concernement (Boltanski, 1993 ; Ogien & Paperman, 1995) nous allons suggérer l’importance de ce qui vaut « sollicitation », ainsi que de ce qui caractérise (suscite ou entrave) les formes d’« intervention » auxquelles les expériences ordinaires de la vie publique donnent lieu.

143. Enfin, réfléchir, à partir de ces pistes indicatives, à la façon dont ces concepts « intermédiaires » permettent de saisir la réalité de notre culture politique, en deçà ou à côté de l’indignation considérée comme l’émotion politique par excellence (Boltanski, 2008), aussi bien que de la dénonciation (Boltanski, 1984) considérée comme geste politique par excellence.

Les sens du public

  • 2 Cette « indifférence » est une forme de civilité reposant sur une inattention feinte : chacun fait (...)

15Il s’agit de dépasser l’opposition entre deux dimensions du public, ordinairement conçues comme deux ordres de réalité distincts et irréconciliables : d’un côté le monde social, ses mœurs et ses convenances, de l’autre, la liberté et l’agir politiques. Au premier est associé la notion « goffmanienne » de public, qui désigne, dans la lignée de la sociologie de Chicago, le public urbain des « rencontres en public » (Goffman, 2013 [1963], 1973 [1971]). Cette forme de socialité, où l’inattention civile 2 prend le pas sur l’interconnaissance, a été initialement confondue avec une apathie du citadin ou une anomie de la grande ville. Erving Goffman étudie au contraire les régimes de normes associés au développement de la culture urbaine, en soulignant leur ancrage dans des environnements matériels et des agencements spatiaux et leur caractère réglé et contraignant. À sa suite, Isaac Joseph s’est intéressé aux « conséquences anthropologiques de la densité urbaine », qui ne nous permet plus de connaître tous ceux qui participent aux circonstances de notre vie : « Les sociologues de Chicago nous ont invités à observer d’autres formes de sociétés que les sociétés d’interconnaissance, à étudier l’univers des rencontres comme un ordre à part entière et à y reconnaître autant de régularités et de rituels que dans toute société traditionnelle » (Joseph, 2007a, p. 88). Ainsi, Erving Goffman a fait porter l’attention sur les exigences singulières associées à l’exposition au regard d’autrui. Mais il a nourri par là une vision du public comme espace social mondain, règne des apparences (factices) et lieu d’un souci de conformisme et de préservation de l’ordre social établi. Les rencontres en public tendraient essentiellement, en préservant les faces mutuelles, à maintenir le monde tel qu’il est, à respecter l’ordre des choses et des places.

  • 3 Pour une discussion des présupposés politiques et anthropologiques de la définition « goffmanienne  (...)

16On comprend ainsi qu’une notion plus politique du public, que l’on dira « arendtienne » 3 , ait pu être opposée à cette première acception (Arendt, 1981 ; Tassin, 1992). Associée au geste d’arrachement d’un « je » à l’égard du monde social, de sa répétitivité et de son ordre, la notion « arendtienne » du public, comme lieu d’apparition du sujet politique, semble s’opposer radicalement à la « tyrannie de la seconde personne » propre au régime goffmanien des interactions (Gayet-Viaud, 2008 ; à paraître). Dans ce dernier, c’est la façon dont sont perçus nos faits et gestes qui en déterminent la justesse, loin du jugement libre et autonome associé à la capacité de commencement et d’affirmation d’un « je » caractéristique du geste politique. Ce jugement ne saurait être pensé dans son articulation aux mœurs et encore moins aux convenances saisies dans leur ritualité.

  • 4 En refusant de céder sa place dans un bus à un passager blanc, en décembre 1955 et en initiant le b (...)

17Pourtant, l’histoire montre, là encore, que les conventions elles-mêmes passent continûment au crible des principes de justice et d’égalité et président, pour une bonne part, à leurs transformations. Les revendications en termes d’égalité raciale (que reflète de façon exemplaire l’histoire fameuse de Rosa Parks 4), en termes de liberté sexuelle (conquête récente du droit à se tenir la main puis s’embrasser en public pour un couple et plus récemment, à s’embrasser en public ou à se tenir la main pour un couple homosexuel), en termes de pratique religieuse ou d’égalité des sexes, continuent d’être mises à l’épreuve dans les espaces publics urbains, la rue, les transports, les parcs, les cafés. Dans les espaces publics s’éprouve ainsi l’état politique d’une société. Ces exigences comme ces luttes sont, en retour, nourries d’expériences quotidiennes de discrimination (Gardner, 1995 ; Jobard et al., 2012 ; Tavory, 2011).

  • 5 À la suite de Hans Joas (2002) et Isaac Joseph (2007a), nous considérons que la sociologie de Chica (...)

18Ces deux dimensions du « public » – d’un côté le monde social et de l’autre la liberté politique, d’un côté les mœurs et de l’autre la capacité d’agir – doivent donc être tenus ensemble, comme deux polarités en tension, mais qui cohabitent sur un seul et même plan. C’est ce que vise le concept d’expérience citoyenne. La tradition pragmatiste – telle qu’elle se développe en philosophie et en sociologie 5 – nous invite à décrire la façon dont cette articulation se déroule en situation et s’inscrit dans l’histoire (au fil de laquelle la pudeur se transforme, les épreuves de la confiance et de la défiance se déplacent, les formes et les conditions du respect, de la déférence, de la charité, de la solidarité, du secours, de la peur et de la haine se renouvellent).

  • 6 Sur les réticences à verbaliser ses remontrances lors d’interactions tendues entre inconnus en vill (...)

19Faire avec le monde tel qu’il est et transformer le monde ne relèvent pas de deux ordres de réalité distincts. C’est sur un même plan et dans un même monde que les gens s’engagent dans des entreprises révolutionnaires et se montrent les uns aux autres des égards civils ; qu’ils font valoir, parfois de manière plus belliqueuse, les exigences qui vont de pair avec leur droit de regard indissociable du fait que les situations se déroulent en public ; ou encore qu’ils décident, au contraire, que le caractère public d’une situation ne justifie pas – et même entrave – leur légitimité à y intervenir 6. Ces deux « pôles », que sont la nécessité de faire avec le monde tel qu’il est et la volonté d’orienter sa conduite dans le sens d’un devoir-être, sont bien indissociables. Il s’agit toujours à la fois de faire avec et de critiquer, de déplacer, de subvertir les normes en vigueur. Ces polarités entrent continuellement en tension dans les situations de la vie ordinaire. Elles se mêlent et compliquent les arbitrages, en rendant incertaines les réponses à la question de savoir « ce dont il est question ». Parce que c’est le propre de l’expérience humaine et que la citoyenneté ne bénéficie d’aucun privilège ontologique qui lui permettrait d’échapper à cette polarité, il s’agit donc de trouver les descripteurs d’une articulation et d’un passage possibles entre le monde tel qu’il est et le monde tel qu’il pourrait ou devrait être.

20Prendre pour objet l’expérience citoyenne permet de déplacer la focale de l’action, spectaculaire et ponctuelle, « événementielle », vers l’activité, processuelle, itérative, pour décrire sa façon d’irriguer une culture et une sensibilité : saisir l’expérience du public au niveau des situations où se constitue et s’exprime le sens de ce qui relie ensemble des concitoyens, de ce qu’ils peuvent faire ensemble, de ce qui les concerne mutuellement, de ce dont ils se sentent responsables et comptables, de ce qui dans le monde tel qu’il va est de leur ressort, fût-ce partiellement. En prenant pour site d’observation les épreuves de la coexistence, il semble donc possible d’aborder les conduites qui constituent l’expérience citoyenne du monde sans les réduire ni à l’indifférence civile, ni au geste militant. Mais cette voie médiane requiert aussi des concepts moins génériques et immédiatement politisés que ceux utilisés traditionnellement par les études du politique. Ici, nous en examinons deux de plus près, celui de sollicitation et celui d’intervention.

Les ressorts de la sollicitation

« En fait, j’ai vu heu… en sortant d’un restaurant j’ai vu une dame, enfin j’ai vu quelqu’un en fait, sur un banc, qui avait l’air heu… enfin qui était préparée pour la nuit, couverte de sacs plastiques et tout çà, donc je me suis arrêtée, j’ai fait demi-tour et… et j’ai sorti un billet et je lui ai donné des sous et c’est là que j’ai vu que c’était une femme et heu… j’avoue que je suis un plus sensible au sort des femmes dans la rue qu’à celui des hommes, même si je suis sensible au sort des hommes, mais enfin bon… je pense que c’est encore plus difficile et je lui ai demandé si ça allait bien, elle n’a pas répondu vraiment, enfin elle était recouverte quasiment intégralement, vous voyez, enfin on voyait juste ses yeux et heu… et voilà… et je suis partie, parce que je ne savais pas trop quoi faire d’autre et donc j’ai téléphoné au 115 […] Lorsque je suis passée près d’elle la première fois, en fait elle était allongée sur le banc et elle avait les yeux grands ouverts, elle nous a… enfin elle nous a regardé en passant et c’est ça qui m’a fait un peu peur en fait, voyez, parce que souvent on voit des gens un peu ailleurs quoi, endormis ou… heu… ou un peu, enfin dans l’alcool, mais là ses yeux m’ont fait… m’ont touchée, comme quand je suis allée lui parler, elle répondait pas, à peine, je l’ai sentie pas très bien, ce qui m’a fait peur, c’est qu’elle était sur un banc, recouverte de sacs et je me suis dit "il va faire encore plus froid que si elle était à même le sol, dans un endroit où il y a un peu de chaleur qui sort", voilà… » (Extrait d’un appel au 115 d’une femme, 35 ans, employée dans l’immobilier).

  • 7 Ainsi, la peur suscitée par un quartier de New-York étudiée par Rod Watson (1995), à la croisée d’u (...)

21Penser la « sollicitation » est une manière possible d’opérer le décalage requis par l’étude de l’expérience citoyenne. De manière complémentaire aux notions de « concernement » et de « trouble », la notion de « sollicitation » permet de porter attention au rôle joué par la perception dans la définition des situations et de leur portée. Chercher à décrire ce qui nous sollicite et comment, c’est prendre acte du fait qu’avant de mettre en jeu des raisonnements ou des délibérations, le sens du juste, au sens de ce qui peut et doit être entrepris et une certaine sensibilité (indissociablement morale et politique), passe par des manières de voir (Merleau-Ponty, 1945, 1969). Les perceptions et les émotions que suscitent une situation, un espace et une scène, font partie de leurs caractéristiques objectives 7.

  • 8 Cette observation classique préside à bien des enquêtes sur les entrepreneurs de cause. Comme il a (...)

22La disponibilité publique de problèmes ne signifie pas que tous nous atteignent 8. En deçà même de la constitution de problèmes publics, il faut décrire la formation située des motifs (Mills, 1940). Cela implique d’accepter de suivre les tâtonnements de l’orientation dans les situations, et de commencer l’enquête en amont et en deçà de l’action, au niveau du trouble (Dewey, 2004 ; Emerson & Messinger, 2012 [1977] ; Breviglieri & Trom, 2003) qui l’initie et de l’indétermination initiale qui la caractérise.

  • 9 Sur la place de la curiosité, associée au thème de l’aventure, dans les traditions que nous mobilis (...)

23Dans nos enquêtes sur les interactions civiles dans l’espace public, ou sur les signalements au 115 (Samusocial) et au 18 (pompiers), les situations observées sont loin de déployer une approche volontariste ou intellectualiste de la politique, où les actions découleraient des idées. Les récits recueillis ne font nullement référence à une interrogation sur le politique qui se déploierait comme le résultat d’une délibération, où toute une vision du monde serait mise à l’épreuve pour choisir la position la plus satisfaisante. Si le doute intervient, c’est sous une forme plus proche de la description qu’en fait Charles S. Peirce (1978 [1896]) : quelque chose d’inhabituel se produit, n’est pas aisément interprétable et suscite un trouble qui éveille l’attention d’abord, le concernement éventuel du passant ensuite. C’est cette articulation entre saillance d’un phénomène et effet (jamais simplement cognitif) d’attention portée à celui-ci que nous proposons de saisir à partir d’une entrée par ce qui fait « sollicitation ». Il ne s’agit pas exactement de curiosité 9. Cette affectation amène à agir, ne serait-ce qu’en déléguant l’intervention à quelqu’un de supposément plus compétent parmi les membres du public.

24L’hypothèse est que l’on ne peut pas se contenter de renvoyer la perception de ce qui trouble et de ce qui concerne, « interpelle », à la subjectivité aléatoire des personnes, ni à leurs « propriétés sociales ». C’est dans les situations qu’il faut décrire leur manière de se rendre « parlantes » et de donner prise ou non à des formes de positionnement eu égard à ce qui s’y passe. Si l’on suit John Dewey, la clé ne se situe pas dans une doctrine morale, mais dans une présence à la situation, qui se joue sur trois dimensions – publique, situationnelle et personnelle : « Une sympathie élargie, une véritable sensibilité, une constance face à ce qui est désagréable, un équilibre des intérêts nous permettant d’entreprendre intelligemment le travail d’analyse et de prise de décision, constituent des traits distincts de la moralité – les vertus de l’excellence morale », écrit-il (Dewey, 2014 [1920], pp. 173-174). La moralité s’inscrit ici sur le fond d’une « sympathie élargie ». Celle-ci correspond sur nos terrains à l’évocation par les enquêtés de l’horizon d’une communauté politique et de sa morale publique, de « ce à quoi l’on tient et qui nous tient en retour » (Cottereau & Marzok, 2012). Mais John Dewey estime qu’il doit s’y ajouter une « véritable sensibilité », inscrivant la moralité dans une écologie, qui lie son émergence à ce que les situations font aux personnes – trouble, perplexité, surprise, agacement et ainsi de suite. Enfin, cette « sympathie » et cette « sensibilité » ne peuvent avoir des conséquences pratiques que si elles s’accompagnent d’une « constance face à ce qui est désagréable ». Sans cet effort particulier, pas de passage à l’acte. Là où l’habitude peut créer une endurance permettant de supporter et d’ignorer le désagréable, il s’agit d’une capacité symétrique à se laisser affecter par le désagréable en tant qu’il appelle à intervenir. Autrement dit, la moralité publique à laquelle en appelle la sollicitation se situe à l’intersection d’une commune appartenance, d’une sensibilité et d’un effort.

25Ce faisant, nous n’ignorons pas l’importance des formes de passivité : faire l’autruche ou passer son chemin sont les autres formes de réponse au trouble, à côté de l’enquête, distinguées par Charles S. Peirce (1978 [1896]). Mais il s’agit de se donner les moyens de comprendre les conditions de la rupture de l’indifférence. Si l’on considère les habitudes comme des outils ordinaires pour faire face au monde social et s’y orienter, leur rupture ne va évidemment pas de soi. Il ne suffit pas de se sentir poussé à agir, car cette impulsion est parfois ignorée. Est-ce alors seulement l’intensité du trouble, ou les dispositions personnelles, ou bien existe-t-il des équipements de l’engagement comme il y a des équipements de l’habitude ?

  • 10 Le 115 est un service départementalisé d’écoute et d’orientation téléphonique, destiné aux « sans d (...)
  • 11 Un axe d’enquête complémentaire consiste à saisir tout aussi minutieusement comment l’on parvient à (...)

26L’extrait placé en ouverture de cette section est issu d’un entretien réalisé avec un particulier qui venait de signaler un sans-abri au 115 de Paris 10. Il s’agissait précisément de se demander pourquoi l’on appelle le Samusocial dans certaines circonstances, alors que l’expérience urbaine regorge d’occasions semblables de porter assistance à des personnes à la rue. Nous avons ainsi interrogé une soixantaine d’appelants sur les circonstances de leur signalement (Bidet & Le Méner, 2014). Tous pointent un trouble initial, qui interrompt leur action, les agite, les tourmente, du moins les indispose. Le trouble puise dans la perception d’un corps fragile, d’une allure, d’une posture ou d’une position inhabituelles, ou d’une injustice incarnée par la détresse à laquelle on se retrouve soudain confronté. Cette perception intéresse à un problème, que la routine est impuissante à éteindre. Le lien, au contraire, se resserre pas à pas 11 ; dans le passage cité, un regard peut alors suffire à faire parler un silence. Et le trouble peut être amplifié par l’activation sensible de dispositions (comme ici lorsque la personne se rend compte que le sans-abri est une femme). Peu à peu, les bords de la scène apparaissent et enveloppent littéralement l’intéressée.

27Loin d’une vision constructiviste de la réalité sociale, le trouble se nourrit d’éléments du réel peu à peu distincts, informés, contrastés et configurés au cours d’un examen sensible de la situation, qui conduit à repérer le corps allongé, mais les yeux ouverts, d’une femme plutôt que d’un homme, à la parole peu assurée, mal protégée contre le froid, qui se dresse devant elle. L’examen auquel se livre l’appelante porte alors en même temps sur ses propres (im)possibilités et ses (in)capacités à agir.

28L’analyse de l’engagement doit ainsi faire place aux versants passifs de l’activité humaine, au fait d’être pris dans des situations, de les subir et de « recevoir » incidemment l’expérience citoyenne, qui est indissociablement expérience de ce qui nous touche, de ce qui nous appelle et de ce qui nous demande de faire quelque chose. Cet élan ne suffit pas à lui seul à garantir un passage à l’acte. D’où la nécessité de comprendre le rôle joué par les « prises » ou les « affordances » requises pour étayer et donner des voies d’expression à ces formes de sollicitation. La notion de sollicitation permet ainsi de désigner ce qui est concurremment un moment initial, un processus tâtonnant et une obligation progressive d’engagement. En outre, cette notion désigne aussi bien la logique de l’enquête que son envers, la réception d’un récit auquel on est invité à prendre part.

L’intervention et ses ambivalences

« Les formes de don disponible, pour le quidam, paraissent balancer entre deux extrêmes également insatisfaisants : soit indignes, car insuffisantes et piteuses (le don tronqué), soit inaccessibles car excessives et périlleuses (le don plénier, dont l’ouverture, face au sans-abri, est vertigineuse). Ainsi, alors même que les passants se montrent souvent ni sourds ni insensibles à l’appel que font résonner les sans-abri par leur présence, ils hésitent à y répondre, faute d’être certains de savoir comment en répondre. » (Gayet-Viaud, 2010, p. 256).
« Pour beaucoup, le fait de donner une pièce paraît une forme d’expression du souci insatisfaisante, indigne et inadéquate du point de vue de ce que la situation appelle. C’est pourquoi ne rien faire et ne rien donner du tout peut, paradoxalement, sembler “mieux” et devenir la solution de repli souvent adoptée, qui ne peut pas se rabattre sur la pure et simple incurie. Nombre de personnes confient avoir tenté de “faire plus”, racontent comment elles ont tâtonné, expérimenté des dépassements de l’aumône en offrant l’hospitalité, ou en essayant d’aider l’un d’entre eux à trouver un travail ; d’autres invitent un sans-abri à manger. Toutes ces tentatives montrent un souci de sortir du type de violence que l’aumône peut représenter, pour beaucoup, au geste plein d’hospitalité » (Ibid., p. 255).

29L’enquête peut remonter la chaîne des « sollicitations » jusqu’au moment où un quidam rencontre une situation qui le fait réagir. La sollicitation fait ainsi référence au repérage d’une situation vécue comme troublante et à sa formulation comme appelant une intervention, qui peut simplement consister à donner l’alerte. La sollicitation conduit donc à interroger en deux temps la façon dont une scène peut être sollicitante, c’est-à-dire susceptible d’interpeller le passant et de l’amener à se constituer comme membre d’un public ou d’une communauté politique.

30Une manière classique de poser le problème est alors de s’interroger sur ce qui fait agir en (tant que) citoyen responsable de la préservation d’un ordre public civil (Cefaï, 2013). Mais la notion de « trouble à l’ordre public » décrit mal les situations d’intervention. Elle évoque en effet le sens étroit du « maintien de l’ordre » par la maréchaussée, affaire de coercition et d’infraction. Or nous avons montré comment la sollicitation partait, non d’une infraction à une norme bien définie, mais d’un « trouble » ressenti par une personne, à la fois vague et engageant. En conséquence, la sollicitation en appelle à une responsabilité du citoyen qui est moins affaire d’ordre public que de concernement public à l’égard de ce qui trouble, s’étendant d’ailleurs à ceux qui sont exclus de l’ordre commun. Le trouble ne peut donc pas être réduit à sa régulation par des remédiateurs (trouble-shooters), moyennant un processus de délégation à des experts, qualifiés par leur formation professionnelle et habilités par les pouvoirs publics à le prendre en charge. Le trouble est une expérience publique qui ne s’est pas encore traduite en action publique.

31La question de la sollicitation ouvre sur celle de l’intervention (Pharo, 1985 ; Gayet-Viaud, 2008a) comme forme de réponse à un « trouble » qui se manifeste moins comme un « problème » déjà constitué qu’il ne resterait plus qu’à résoudre que comme un écheveau de questions à démêler – y a-t-il problème, qui est le mieux à même de le déterminer et s’il y a problème comment y faire face ? Dans ces conditions, comment intervenir ? La question est celle de la justesse de l’intervention en contexte, au regard à la fois de ce que requiert la situation et de ce que peut apporter la personne à ce moment-là. Pour la personne troublée par une sollicitation, il s’agit de calibrer une réponse, qui soit à la fois ajustée à la situation et possible, sur les plans matériels, techniques, moraux, compte tenu de ses autres engagements, mais aussi des limites et des moyens qu’elle considèrera possible de mettre en œuvre. Cette enquête engage d’une certaine façon la définition de la situation, inhérente aux activités de son traitement approprié : « La signification pratique de la situation – c’est-à-dire l’action satisfaisante qu’elle requiert – n’est pas évidente par elle-même. Il faut la trouver dans un ensemble de désirs opposés et de biens apparemment différents. Il faut trouver le bon cours d’action » (Dewey, 1920, pp. 173-174.)

32La responsabilité de l’intervention est d’autant plus grande qu’elle interprète et donne son sens à une situation problématique, dont la sollicitation a déjà repéré l’enjeu moral. L’intervention ordonne le trouble, prolonge la sollicitation en précisant ce qu’elle suggère, d’abord implicitement. L’une et l’autre s’informent mutuellement. Lorsque l’intervention semble devenir possible, légitime et donc peut-être nécessaire et impérieuse, la sollicitation s’aiguise. Si l’intervention semble difficile, il est possible de renoncer à faire droit à ce qui, dans la sollicitation, invite à s’engager dans la situation.

33Les réactions individuelles à un certain nombre de situations vécues comme troublantes et appelant une intervention dessinent ainsi le type de citoyenneté des lieux. Ces réactions – et la définition de ce qui vaut qu’on intervienne – ne sont pas seulement adossées à une appréciation individuelle, puisant dans l’éducation, les croyances actuelles ou les expériences passées, mais aussi à un certain nombre de dispositifs et d’institutions, auxquels on peut se rapporter pour décider d’une façon d’interpréter ce qui se passe et d’y prendre sa part. Ces dispositifs institutionnels sont partie prenante d’une enquête qui dès lors

« se précise : elle consiste à observer dans le détail ce dont la situation est faite ; analyser les différents facteurs qui interviennent ; mettre au clair ce qui est obscur ; faire le décompte des traits les plus marquants et les plus vivaces ; examiner les conséquences des différents modes d’action qui se suggèrent eux-mêmes ; considérer sa décision comme une hypothèse ou une tentative tant que les conséquences anticipées ou supposées qui ont conduit à l’adopter n’ont pas été confrontées aux conséquences effectives » (Dewey, 2014 [1920], pp. 173-174).

34La question du bon cours d’action – et notamment du bon degré d’engagement face à une sollicitation – fait d’abord face au caractère ambivalent de toute intervention. Aucune forme d’investigation de l’espace public n’échappe en effet au risque d’une attention qui deviendrait tyrannique. Lorsque l’observation se fait inquisitrice, ou s’approfondit au risque de l’indiscrétion, alors l’intervention menace de devenir intrusion et l’alerte, délation, au nom du bon ordre (Breviglieri & Stavo-Debauge, 2006). Les formes délétères d’un droit de regard, qui deviendrait un droit d’ingérence, avec leur potentiel d’intolérance et les sanctions diffuses associées à un conformisme facteur d’oppression ont été pointées de longue date (Joseph, 1998a ; Murard & Tassin, 2007).

35Isaac Joseph voyait en ce sens deux limites à l’espace public, aussi terrifiantes l’une que l’autre : l’identification, lorsque son anonymat protecteur se transforme en un espace de dévoilement de ce que l’on préfèrerait garder pour soi ; et l’envahissement, quand les « barrières écologiques » d’un territoire de réserve tombent et laissent place à un espace trop ouvert, où des importuns s’imposent à soi. Mais ce ne sont pas seulement les risques d’ingérence policière qu’il appelle à prévenir. L’autre risque est celui d’une attention dont la bienveillance deviendrait invasive. Isaac Joseph, rejoignant ici Hannah Arendt, avertit ainsi des excès d’un regard sur l’espace qui deviendrait trop proche : « L’horizon des sombres temps nous impose de penser autrui au-delà de la fusion, de sauver l’espace public du désastre de la fraternité » (Isaac Joseph, 1984, p. 14 empruntant l’expression à Hannah Arendt [1974]).

  • 12 Il ne s’agit pas de trancher une fois pour toutes entre les possibilités démocratiques et les risqu (...)

36Toute intervention menée dans l’espace public, pour des inconnus, connaît ce risque d’intrusion, bienveillante ou non, de violence faite au droit à l’indifférence et à la tranquillité de ceux qui partagent l’espace public. S’observe ainsi une oscillation entre deux mouvements : s’excuser d’intervenir, mais craindre un problème grave, ou bien déléguer la décision d’intervenir : « j’ai préféré vous prévenir, au cas où… ». Si le risque d’être jugé intrusif est connu et tenu à distance par toutes sortes de parades, jusqu’à l’intervention a minima, l’autre risque, celui de la non-assistance, est tout aussi présent et connu. C’est entre ces deux pôles que le donneur d’alerte tente de se situer et de rendre sa démarche légitime et licite. Cette oscillation se donne à lire dans les innombrables précautions verbales, qui ouvrent généralement le dialogue, ainsi que le récit des donneurs d’alerte 12.

37À un pôle, se tient le délateur zélé ; à l’autre pôle, au contraire, le déficit d’attention de celui qui n’a rien vu ou rien voulu voir et le refus d’intervenir, même pour donner l’alerte, de celui qui n’a rien fait ou rien voulu faire. Il est intéressant de noter que les pompiers se plaignent autant de l’un que de l’autre : ils se plaignent des bons samaritains qui appellent « pour rien », comme de tous ceux qui auraient dû appeler ; de celui qui fait plus de mal que de bien en voulant aider (par exemple, en déplaçant la victime au risque de la paralyser si la colonne vertébrale est touchée), comme de celui qui, déjà loin, appelle de sa voiture et ne pourra pas être mobilisé pour rester auprès de la victime jusqu’à l’arrivée des secours. Les pompiers se posent aussi pour eux-mêmes la question de l’intrusion dans la vie des personnes (lorsqu’ils évoquent par exemple la manière et le tact requis pour entrer chez les gens et l’impact que cette intimité a sur eux), mais plus encore, de l’intrusion dans le libre arbitre de ceux qu’ils secourent. Ainsi, quand la personne est consciente sans être en danger de mort, « si notre intervention n’est pas souhaitée, on n’intervient pas » ; « on ne force personne » disent-ils en substance (Chave, 2010). Et il en va de même pour les maraudeurs du Samusocial, « funambules du tact », qui s’interdisent d’intervenir auprès d’une personne à la rue, quand leur proposition de prise en charge n’est pas ratifiée par l’ayant-droit potentiel (Cefaï, Gardella, Le Méner & Mondémé, 2012). Face au risque de « faire trop », ne pas agir peut même apparaître, comme dans le cas du don aux sans-abri, évoqué en exergue, le bon cours d’action. Cet exemple, ouvre sur deux aspects essentiels de toute intervention : sa temporalité itérative et son caractère mesuré.

  • 13 On pense ainsi au caractère étonnamment déflationniste des justifications données par les Justes ay (...)

38Le premier signifie qu’une intervention s’inscrit dans une suite de situations publiques. De même qu’elle répond souvent autant à une série d’occurrences passées qu’à la situation présente, elle peut être essentiellement tournée vers des situations futures et investie en ce sens d’un rôle éducatif ou exemplaire. Les gens influent les uns sur les autres et forgent au contact les uns des autres leurs opinions, ainsi que le sens pratique de ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire, les uns avec les autres, les uns devant les autres. Disputes de politesse, leçon sur les rapports de genre en public, typifications et catégorisations bienveillantes ou malveillantes (Tavory, 2011), interventions, parfois peu coûteuses, parfois au péril de sa vie, engagent le monde dans lequel on vit. Si quelqu’un se noie devant témoins, dont aucun ne bouge, ce public va alors vivre dans un monde-où-nul-n’intervient-quand-quelqu’un-se-noie-devant-témoins. On peut donc intervenir simplement car continuer à vivre dans un tel monde serait impensable, impossible 13 : il s’agit de « ne pas laisser faire, ne pas laisser passer » (Cottereau & Marzok, 2012). La responsabilité politique se définit d’abord comme cet espace d’intervention de n’importe quel citoyen : non pas changer le monde, mais faire le monde ; ainsi s’exprime le sentiment de vivre parmi d’autres. Agir en citoyen c’est alors agir au titre de ce « on », de ce « n’importe qui » qu’on incarne de façon temporaire et contingente.

39Le caractère « mesuré » de l’intervention est un second trait caractéristique. Comment la doser ? Comment définir ce qui est de notre ressort ? Car l’impératif de faire quelque chose ne dit pas jusqu’à quel point il est nécessaire, possible ou souhaitable d’aller. Via les appels d’urgence, le caractère public et équipé des situations d’intervention peut contribuer de façon décisive à lever cette indécision. La « bonne mesure du geste » (Gayet-Viaud, 2010) peut être en effet suggérée par la réaction des autres, mais aussi par la mise à disposition, l’existence et les modalités d’activation de « services compétents ». Par exemple, le fait de pouvoir appeler le 18 et, derrière cet appel, l’organisation des pompiers toute entière, déterminent ainsi en grande partie l’investissement du passant, à la fois décisif et d’autant plus limité que les pompiers font figure d’experts (Chave, 2010).

« Bonjour monsieur je vous téléphone au cas où : je suis un automobiliste […] et à première vue il y avait une femme d’une certaine classe […] et elle était accroupie au pied du feu rouge […] Je me permets de téléphoner parce que ça me semblait anormal » ; « Il y a un monsieur tombé, là il ne bouge plus… »

40Nombreux sont les appels qui répondent au sentiment que quelque chose ne va pas en cherchant à mobiliser un service jugé compétent, tant pour analyser la situation que pour réagir en personne. Déléguer l’intervention en cherchant un relais institutionnel, c’est alors se dégager, mais aussi éviter de s’épuiser, se reposer sur un tiers (Ibid., 2010 ; Bidet, Boutet & Chave, 2013), s’assurer de la compétence de l’intervention et garantir sa pérennité (en en appelant à une institution qui aura encore la ressource d’intervenir la prochaine fois). Au départ, le sentiment qu’il faut faire quelque chose ; à l’arrivée, un signalement, à toutes fins utiles et la délégation à d’autres de la décision d’intervenir ou non. Concernant les pompiers, c’est tout particulièrement le cas des appels passés par des automobilistes. L’appel au 18, c’est alors l’apaisement du trouble par la délégation de l’enquête, précisément parce qu’il existe un service pour cela : un appui, qui est en même temps une incitation à faire quelque chose, de minime. Apparaît ainsi une figure de l’enquête par procuration et ses liens avec la croyance au 18. Ici, le requérant a une idée initiale de ce qu’il doit faire, qui le conduit à appeler. Mais la suite ne le concerne pas ; il peut se positionner en toute extériorité. Cette possibilité n’est toutefois pas saisie par tous. Au 115, il arrive ainsi que des appelants rappellent pour s’enquérir des suites ou de l’issue du signalement. Au 18, il en va aussi différemment pour les appels passés par des piétons, à la fois parce qu’il y a vraiment coprésence, partage d’un espace et souvent interaction avec la victime, ne serait-ce que dans l’échange de regards. De plus, le rythme même de la situation, plus lent, place chacun sous le regard de tous. Souvent, ce n’est pas un mais plusieurs passants qui s’interrompent, s’approchent, s’adressent les uns aux autres. Un public peut se former, s’encourager, s’organiser (qui appelle les pompiers, qui les rappelle en cas de refus d’intervenir ?). Le passant est amené à s’approcher en personne de la victime.

41Les pompiers eux-mêmes comptent sur cette dynamique. « Si c’est grave, ils rappelleront » : quand le besoin qu’on a d’eux n’est pas avéré, il arrive fréquemment que les pompiers conditionnent l’envoi d’une équipe à une forme de confirmation publique. Ils comptent ainsi sur la capacité d’observation et d’analyse et avant tout sur l’initiative d’appeler, non pas d’une seule personne, mais de plusieurs. Face à une définition de la situation et du risque, floue ou trop incertaine, ils considèrent qu’il vaut mieux attendre que d’autres appels confirment l’alerte : « si c’est grave, ils rappelleront ». Cette façon de faire informelle ne consiste pas seulement à confirmer la sollicitation par sa réitération par plusieurs témoins ; elle renvoie aussi à leur position d’intervention en dernier recours – car non seulement il peut y avoir de fausses alertes, mais aussi certaines urgences peuvent se révéler mineures et être réglées sans eux. Le pluriel de l’expression, « ils rappelleront », révèle que les pompiers considèrent les alertes sur lesquelles ils s’appuient non comme des témoignages individuels, mais comme l’expression d’un concernement public et collectif. Ils comptent ainsi sur une mobilisation en nombre, sans que cela soit quantifié, pour les aider à identifier dans l’espace public les situations où leur intervention est vraiment nécessaire. L’accord tacite entre les pompiers et les passants sur ce qui vaut la peine de les prévenir relève ainsi de la reconnaissance mutuelle d’un souci de l’autre partagé. Un tel souci est par ailleurs validé, mais aussi conforté, par l’existence même d’un service de secours institutionnel et par son principe de fonctionnement : le signalement. Le secours suppose en effet la participation de quidams au départ de toute intervention. Il repose donc sur un souci public ordinaire et sa capacité à faire le « bon geste », a minima celui d’appeler les « services compétents ». L’action publique apparaît ainsi comme un enchaînement de médiations permettant à chacun de mobiliser les autres autour d’un but supérieur commun, qui n’apparaît que dans l’action. Ce qui n’est pas indéterminé dans le flottement de la question « que faire ? », c’est alors au moins qu’on ne peut « rester sans rien faire », certitude, ou croyance, qui peut compter sur la même analyse, chez d’autres, à commencer par des services dédiés, à appeler (le 18, le 115) et des passants, qui potentiellement s’attroupent et confortent le sentiment qu’il faut intervenir.

42Mais la propension à secourir n’implique pas nécessairement une envie d’aider. Autant on s’entend pour considérer que les gens « ne peuvent pas ne rien faire », autant l’implication, elle, est négociable et comporte donc une part interactionnelle forte. Face à une situation encore inconnue, les autres, par leur seule présence, peuvent fixer ou imposer un degré attendu d’investissement. Les pompiers regrettent souvent le manque d’engagement de ces appelants, qu’ils appellent ironiquement les bons samaritains. Ils leur reprochent finalement de ne pas en faire plus. Le faible engagement relationnel qui entoure ces situations de secours et de prise en charge nous montre surtout que ce qui se joue dans l’expérience citoyenne n’est pas à chercher du côté des sociabilités chaudes, des relations, mais plutôt du côté de la sociabilité propre aux interactions entre citadins des grandes villes. Elle relie en effet entre elles les personnes sans prétendre abolir la distance qui les sépare, affirmant au contraire que cette distance est aussi le lieu d’un lien (Simmel, 1984 [1912]).

  • 14 Comme le rappelait Isaac Joseph : « Dans l’espace public il faut parler parler parler… » (Joseph, 1 (...)

43Si la ville est traversée d’occasions d’ébranler et de refaire du commun, c’est qu’elle a pour particularité de mettre en présence des personnes aux appartenances les plus variées et de produire ainsi sans cesse de l’incongruité : des collisions, heureuses ou malheureuses, entre inconnus. Les situations, qui voient des quidams agir au sujet d’un ou de plusieurs inconnus, permettent ainsi d’interroger directement et en pratique, ce pour quoi nous nous mobilisons, au quotidien, hors de toute occasion politique ou communautaire. Ces occasions ont des noms bien connus : la rencontre de l’étranger (Ibid.), l’inattention civile dans le côtoiement urbain (Goffman, 1973 [1971]), la conversation (familière comme entre inconnus) sur l’actualité (Gabriel Tarde et Robert E. Park), les seuils où se négocient les différences – par exemple à l’entrée de l’appartement, de l’immeuble, du quartier comme de la ville (Joseph, 1984), etc. Cette vision de la ville et de la cité est aussi une vision du politique en train de se faire, puisque l’ordre public n’y est pas d’emblée établi et que la moralité publique y reste toujours en débat 14 : le degré d’engagement d’un civisme mesuré n’est jamais donné, ni la nature de cette exigence, morale ou sociale. En organisant une telle « coexistence publique », l’espace urbain opère donc comme un versant méconnu de la fabrique de l’opinion, où s’élaborent des visions du monde et des principes politiques.

Conclusion

  • 15 La formation des opinions et les épreuves de leur manifestation peuvent en effet être vues comme un (...)

44La perspective consistant à aborder la démocratie comme expérience et comme mode de vie, en saisissant le politique depuis l’expérience du monde en tant qu’il est commun, sans dissocier le politique de la vie sociale (Frega, 2015), a déjà innervé maints travaux, en particulier autour de la constitution des problèmes publics (Gusfield, 2009 ; Cefaï, 2007 ; Cefaï & Terzi, 2012). Si un apport plus large pour l’étude des expériences citoyennes reste à expliciter, c’est que la fabrique de l’opinion ne passe pas seulement par la constitution de « publics concernés » (Cardon, Lemieux & Heurtin, 1995). En deçà ou à côté de tels publics (Eliasoph, 2003), toutes les formes d’attention et d’engagement orientées vers un monde commun ne débouchent pas sur des prises de parole et des actions dans des arènes publiques. Comment étudier la façon dont des idées et des réponses pratiques 15, engageant un ordre civil, viennent aux personnes, se développent, se consolident, sont abandonnées ou transformées ? Comment décrire la confrontation au trouble et le concernement public qu’engagent la sollicitation et l’intervention ? Une telle étude implique de mener l’enquête dans des situations « petites », banales ou qu’on qualifierait à première vue de « privées », mais où chacun teste le monde dans lequel on vit, en tant qu’il est commun, en découvrant ce qu’il est capable d’y faire en même temps que ce qu’il doit aux autres et ce qu’eux-mêmes lui doivent (des comptes, des informations, de l’aide, des reproches, etc.). Entre le choc de l’événement ou les perspectives d’une microsociologie des publics d’une part et la socialisation politique primaire d’autre part, la perspective pragmatiste convoquée dessine une voie médiane, consistant à décrire la façon dont les expériences s’accumulent, se renforcent ou résonnent entre elles pour produire, dans la durée, des révisions et des tris entre façons d’agir et de réagir.

45Documenter ce qu’il en est effectivement aujourd’hui de la façon dont les gens se perçoivent, se soucient des autres et du monde est au principe d’une étude pragmatiste de l’expérience citoyenne. Son parti-pris consiste à partir des perspectives développées par les personnes impliquées dans les situations, de ce qui les marque et de ce qu’elles repèrent comme des bienfaits inhérents à telle ou telle façon d’y intervenir. Ainsi, une telle enquête se donne les moyens de comprendre comment des personnes s’orientent vers ce qui compte pour elles, définissent et revendiquent ce qui les concerne et agissent en fonction de ce qu’elles considèrent comme étant de leur ressort.

46S’efforcer de penser la diversité des degrés d’engagement, sans présumer de leur devenir ni de leur succès, sans les évaluer non plus à l’aune de la figure du militant, permet de saisir l’expérience citoyenne dans un cadre élargi. On la repère ainsi dès lors que s’affirment des façons de s’engager dans le monde en tant qu’il est commun : des manières de dire « cela me regarde » sans que, pour autant, l’anonymat entre les personnes ait besoin d’être levé.

47Cette approche pragmatiste, pour saisir l’ordinaire du politique, décrit comment le caractère public de certains espaces, notamment urbains, permet qu’en situation, selon une écologie toujours particulière, des sollicitations soient perçues qui appellent pour des personnes, selon leurs histoires singulières, à intervention.

  • 16 Patrick Pharo va jusqu’à voir dans le civisme ordinaire et ses épreuves, des lieux et des formes gé (...)

48Un tel effort d’observation est nécessaire pour saisir la transformation des formes d’engagement, marquée à la fois par le déclin des grands collectifs portant les formes classiques de l’engagement politique et par des réticences croissantes des personnes à se fondre dans des ensembles auxquels elles délégueraient leur sens critique, ou à se mouler dans les formes du politique militant traditionnel (De Blic & Lafaye, 1993). Dans un tel contexte, documenter l’indifférence ou l’apathie (Mariot, 2011), c’est encore maintenir l’idéal de l’action et de l’activisme au centre de l’analyse du politique et de la citoyenneté. Prendre au contraire le parti d’étudier l’expérience citoyenne, en interrogeant la portée politique des engagements les plus ordinaires, c’est inverser la perspective. D’une part, c’est alors le fait d’être citoyen qui autorise et oblige à se sentir concerné (ou pas) par ce qui se passe et à y/en répondre. D’autre part, les épreuves de la coexistence urbaine nourrissent la perception et la conception citoyenne de ce qu’est le monde, de ce qu’il est possible d’y faire et contribuent ainsi à la formation à la fois des opinions du citoyen sur ce qui fait problème et de sa capacité et volonté d’agir. Ce qu’on « voit tous les jours au coin de la rue » 16, loin d’être anecdotique, participe à forger notre vision de ce qu’est notre monde.

Haut de page

Bibliographie

Arendt H. (1974 [1971]), Vies politiques, Paris, Éditions Gallimard.

Arendt H. (1983 [1958]), Condition de l’homme moderne, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Berger M. (2010), « Répondre en citoyen ordinaire. Pour une étude ethnopragmatique des engagements profanes », Tracés, n° 15, pp. 191-208.

Berger M. & C. Gayet-Viaud (2011), « Du politique comme chose au politique comme activité. Enquêter sur le devenir politique de l’expérience ordinaire », Introduction à Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions Peter Lang, pp. 9-24.

Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions Peter Lang.

Bidet A. & M. Boutet (2013), « Pluralité des engagements et travail sur soi. Le cas de salariés ayant une pratique ludique ou bénévole », Réseaux, vol. 31, n° 182, pp. 119-152.

Bidet A., Boutet M. & F. Chave (2013), « Au-delà de l’intelligibilité mutuelle : l’activité collective comme transaction. Un apport du pragmatisme illustré par trois cas », activités.org, vol. 10, n° 1, pp. 172-191, en ligne http://www.activites.org/sommaires/v10n1.html .

Bidet A. & E. Le Méner (2014), « Les ressorts collectifs des signalements de sans-abri au 115. Appel politisé, voisinage troublé et geste citoyen en milieu urbain démocratique », dans Carrel M. & C. Neveu (dir.) (2014), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Éditions Karthala, pp. 101-130.

Bidet A., Quéré L. & G. Truc (2011), « Ce à quoi nous tenons. Dewey et la formation des valeurs », préface dans Dewey John, La Formation des valeurs, Paris, Éditions La Découverte.

Blondiaux L. (2007), « Faut-il se débarrasser de la notion de compétence politique ? Retour critique sur un concept classique de la science politique », Revue française de science politique, vol. 57, n° 6, pp. 759-774.

Boltanski L. (1993), La Souffrance à distance: morale humanitaire, médias et politique, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski L. (2008), Rendre la réalité inacceptable. À propos de « La production de l’idéologie dominante », Paris, Éditions Démopolis.

Boltanski L., Darré Y. & M.-A. Schiltz (1984), « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 51, pp. 3-40.

Boone D. (2014), « Le palimpseste des socialisations politiques enfantines : La lecture d’albums pour enfants comme exemple de moments politiquement socialisateurs », Communication pour la journée d’étude « Questionner la notion de socialisation politique : définitions, usages et repérages », Université de Lausanne, Geopolis 2137, 23-24 janvier.

Bordreuil J.-S. (2002), « La construction de l’incivilité comme cause publique. Pour une intelligence des interactions civiles », dans Cefaï D. & I. Joseph (dir.), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Borzeix A., Collard D. & N. Raulet-Croset (2006) « Participation, insécurité, civilité : quand les habitants s’en mêlent », Les Cahiers de la sécurité, n° 61, pp. 1-29.

Boudreau J.-A., Boucher N. & M. Liguori (2009), « Taking the Bus Daily and Demonstrating on Sunday: Reflections on the Formation of Political Subjectivity in an Urban World », City, (« Cities for People : Not for Profit »), vol. 13, n° 2-3, pp. 336-346.

Breviglieri M. & J. Stavo-Debauge (2006), « Sous les conventions. Accompagnement social à l’insertion : Entre sollicitude et sollicitation », dans Eymard-Duvernay F. (dir.), L’Économie des conventions, méthodes et résultats, tome II Développements, Paris, Éditions La Découverte, pp. 129-144.

Breviglieri M. & D. Trom (2003), « Troubles et tensions en milieu urbain. Les épreuves citadines et habitantes de la ville », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 399-416.

Breviglieri M. & S. Gaudet (2014), « Les arrières-scènes participatives et le lien ordinaire au politique », Lien social et politiques, n° 71, pp. 3-9.

Cardon D., Heurtin J.-P. & C. Lemieux (1995), « Parler en public », Politix, vol. 8, n° 31, pp. 5-19.

Carrel M. & C. Neveu (dir.) (2014), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Éditions Karthala.

Carrel M., Cefaï D. & J. Talpin (dir.) (2012), Dossier « Ethnographies de la participation », Participations, vol. 2, n° 3, pp. 7-206.

Carrel M., Neveu C. & J. Ion (dir.) (2009), Les Intermittences de la démocratie. Formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris, Éditions L’Harmattan

Cefaï D. (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ? Théories de l’action collective, Paris, Éditions La Découverte.

Cefaï D. (2011), « Vers une ethnographie (du) politique. Décrire des ordres d’interaction, analyser des situations sociales », dans Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions Peter Lang, pp. 545-598.

Cefaï D. (2013), « L’ordre public. Micropolitique de Goffman », postface à Goffman Erving (2013 [1963]), Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris, Éditions Economica (« Études sociologiques »).

Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France.

Cefaï D. & C. Terzi (dir.) (2012), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, série « Raisons pratiques » 22.

Cefaï D., Gardella E., Le Méner E. & C. Mondémé (2012), « La moralité en actes. Le code du maraudeur », dans Cefaï D. & E. Gardella (dir.), L’Urgence sociale en action, Paris, Éditions La Découverte, chap. 4.

Chave F. (2010), Tiers en urgences. Les interactions de secours, de l’appel au 18 à l’accueil en service d’urgences pédiatriques. Contribution à une sociologie du tiers, Nanterre, Thèse de sociologie Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Collovald A. & F. Sawicki (1991), « Le populaire et le politique. Quelques pistes de recherche en guise d’introduction », Politix, vol. 4, n° 13, pp. 7-20.

Cottereau A. (1992), « “Esprit public” et capacité de juger : la stabilisation d’un espace public en France aux lendemains de la Révolution », dans Cottereau A. & P. Ladrière (dir.), Pouvoir et légitimité. Figures de l’espace public, Paris, Éditions de l’EHESS.

Cottereau A. & M. M. Marzok (2012), Une Famille andalouse. Ethnocomptabilité d’une économie invisible, Paris, Éditions Bouchène.

De Blic D. & C. Lafaye (2011), « Singulière mobilisation. Le réseau éducation sans frontières », Projet, n° 321, pp. 12-19.

De Blic D. & C. Lafaye (2013), « Le travail politique du Réseau Éducation sans frontières », dans Frère B. & M. Jacquemain (dir.), Résister au quotidien. Les formes contemporaines de l’action militantes, Paris, Presses de sciences po.

De Certeau M. (1990 [1980]), L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Éditions Gallimard.

Dewey J. (2010 [1927]), Le Public et ses problèmes (trad. Zask Joëlle), Paris, Éditions Gallimard.

Dewey J. (2010b [1934]), L’Art comme expérience, Paris, Éditions Gallimard

Dewey J. (2011a [1918-1939]), La Formation des valeurs (trad. et présentation Bidet A., Quéré L. & G. Truc), Paris, Éditions La Découverte.

Dewey J. (2011b [1916]), Démocratie et éducation, Paris, Éditions Armand Colin.

Dewey J. (2014 [1920]), Reconstruction en philosophie, Paris, Éditions Gallimard.

Diamond C. (2011), L’Esprit réaliste. De l’importance d’être humain, Paris, Presses universitaires de France.

Eliasoph N. (2003 [1996]), « Publics fragiles. Une ethnographie de la citoyenneté dans la vie associative », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 225-268.

Eliasoph N. (2010), L’Évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne, Éditions Economica.

Emerson R. M. & S. L. Messinger (1977/2012), « Micro-politique du trouble : Du trouble personnel au problème public », dans Cefaï D. & C. Terzi (dir.), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, série « Raisons pratiques » 22, pp. 51-80

Frega R. (2015, à par.), « Beyond Morality and Ethical Life: Pragmatism and Critical Theory Cross Path », The Journal of Philosophical Research.

Fromentin T. & S. Wojcik (dir.) (2008), Le Profane en politique. Compétences et engagements du citoyen, Paris, Éditions L’Harmattan.

Gardella E., Le Méner E. & C. Mondémé (2006), Les Funambules du travail. Une analyse des cadres du travail des équipes mobiles d’aide du Samusocial de Paris, Paris, Observatoire du Samusocial, [observatoire.samusocial-75.fr/PDF/maraude/Funanbules_du_tact.pdf].

Gardner C. (1995), Passing By: Gender and Public Harassment, Berkeley, University of California Press.

Gautier C. & S. Laugier (2006), L’Ordinaire et le politique, Paris, Presses universitaires de France.

Gaxie D. (2007), « Cognitions, auto-habilitation et pouvoirs des “citoyens” », Revue française de science politique, vol. 57, n° 6, pp. 737-756.

Gayet-Viaud C. (2008a), « Les disputes de politesse dans l’espace urbain : quand la politesse tourne à la violence », dans Moïse C., Auger N., Fracchiolla B. & C. Schultz-Romain (dir.), Violence verbale. Espaces politiques et médiatiques, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 147-182.

Gayet-Viaud C. (2008b), L’Égard et la règle. Déboires et bonheurs de la civilité urbaine, Paris, thèse de doctorat, EHESS.

Gayet-Viaud C. (2010), « Du passant ordinaire au Samu social. La (bonne) mesure du don dans la rencontre avec les sans-abri », Revue du MAUSS, vol. 35, n° 1, pp. 435-453.

Gayet-Viaud C. (2011a), « La moindre des choses. Enquête sur la civilité et ses péripéties », dans Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble. Bruxelles, Éditions PIE Peter Lang, pp. 27-54.

Gayet-Viaud C. (2011b), « Du côtoiement à l’engagement. La portée politique de la civilité. L’activité pédagogique de Morts de la rue », Mouvements, n° 65, pp. 57-66.

Gayet-Viaud C. (à paraître), La Civilité urbaine. Enquête sur les formes élémentaires de la coexistence démocratique, Paris, Éditions Economica.

Geay K. (2014), « “Je crois qu’une des bonnes éducations, c’est de ne parler ni de politique, ni de religion, ni de sa santé”. Politisation et éthique de la sociabilité dans les beaux quartiers », Communication pour la journée d’étude « Questionner la notion de socialisation politique : définitions, usages et repérages », Université de Lausanne, 23-24 janvier.

Goffman E. (1973 [1971]), La Mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E ; (1991 [1974]), Les Cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (2013 [1963]), Comment se conduire dans les lieux publics ? Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris, Éditions Economica.

Gusfield J. (2009 [1981]), La Culture des problèmes publics. L’alcool au volant : La production d’un ordre symbolique, Paris, Éditions Economica.

Hamidi C. (2010), La Société civile dans les cités. Engagement associatif et politisation dans les associations de quartier, Paris, Éditions Economica.

Hatzfeld H. (dir.) (2011), Les Légitimités ordinaires. Au nom de quoi devrions-nous nous taire ?, Paris, Éditions L’Harmattan.

Ion J. (dir.) (2001), L’Engagement au pluriel, Saint-Étienne, Presses de l’Université de Saint-Étienne.

Ion J. (2008), « Engagements publics et citoyennetés. Quelques clés d’analyse sur les transformations de la citoyenneté », dans Belbahri A. (dir.), Les Figures du respect. Analyse des transformations de la citoyenneté, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 21-32.

Jobard F., Lévy R., Lamberth J. & S. Névanen (2012), « Mesurer les discriminations selon l’apparence : Une analyse des contrôles d’identité à Paris », Population, vol. 67, n° 3, pp. 423-452

Joignant A. (2002), « Compétence et citoyenneté. Les pratiques sociales de civisme ordinaire au Chili, ou les logiques de la compétence de citoyen », Revue française de science politique, vol. 52, n° 2-3, pp. 233-249.

Joignant A. (2007), « Compétence politique et bricolage. Les formes profanes du rapport au politique », Revue française de science politique, vol. 57, n° 6.

Joseph I. (1984), Le Passant considérable. Essai sur la dispersion de l’espace public, Paris, Éditions Méridiens-Klincksieck.

Joseph I. (1987), « Erving Goffman et le problème des convictions », dans Le Parler frais d’Erving Goffman, Paris, Éditions de Minuit, pp. 13-30.

Joseph I. (1994), « Le droit à la ville, la ville à l’œuvre. Deux paradigmes de la recherche », Annales de la recherche urbaine, n° 64, pp. 4-10.

Joseph I. (1997), « Hospitalités. Prises, réserves, épreuves », Communications, n° 65, pp. 131-142.

Joseph I. (1998a), La Ville sans qualités, Paris, Éditions de l’Aube.

Joseph I. (1998b), Erving Goffman et la microsociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Joseph I. (2007a), « Parcours : Simmel, l’écologie urbaine et Goffman », dans Cefaï D. & C. Saturno (dir.), Itinéraires d’un pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph, Paris, Éditions Economica, pp. 3–18.

Joseph I. (2007b), L’Athlète moral et l’enquêteur modeste, Paris, Éditions Economica.

Katz J. (1999), How Emotions Work, Chicago, The University of Chicago Press.

Lafaye C. & D. De Blic (2011), « Singulière mobilisation. Le Réseau Éducation sans frontières », Projet, vol. 2, n° 321, pp. 12-19.

Lefort C. (1981), L’Invention démocratique, Paris, Éditions Fayard.

Lefort C. (1986), Essais sur le politique, Paris, Éditions du Seuil.

Le Gall L., Offerlé M. & F. Ploux (dir.) (2012), La Politique sans en avoir l’air. Aspects de la politique informelle XIXe-XXsiècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

L’Estoile B. de (2013), « Un regard ethnographique sur la politique », Genèses, vol. 4, n° 93, pp. 118-126.

Lignier W. & J. Pagis (2012), « Quand les enfants parlent l’ordre social. Enquête sur les classements et jugements enfantins », Politix, vol. 25, n° 99, pp. 23-49.

Lippmann W. (2008), Le Public fantôme (trad. Décréau L., présentation par Latour B.), Paris, Éditions Démopolis.

Lofland L. H. (1973), A World of Strangers: Order and action urban public space, New York, Waveland Press.

Lofland L. H. (1998), The Public Realm: Exploring the City’s Quintessential Social Territory, New York, Aldine the Gruyter Editor.

Mariot N. (2006), Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Éditions Belin.

Mariot N. (2010), « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté », Politix, vol. 23, n° 92, pp. 161-188.

Mathieu L. (2010), « Les ressorts sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collectif départemental du Réseau éducation sans frontières », Sociologie, vol. 1, n° 3, pp. 303-318.

Merleau-Ponty M. (1945), Phénoménologie de la perception. Paris, Éditions Gallimard

Merleau-Ponty M. (1969), La Prose du monde, Paris, Éditions Gallimard (préface de Lefort C.).

Mills C. W. (1940), « Situated Actions and Vocabularies of Motive », American Sociological Review, vol. 5, n° 6, pp. 904-913.

Murard M. (2009), « Engagement et proximité. L’idée et le fait de la citoyenneté », dans Carrel M., Neveu C. & J. Ion (dir.), Les Intermittences de la démocratie. Formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 245-254.

Murard N. & É. Tassin (2006), « La citoyenneté entre les frontières », L’homme et la société, n° 2/3, pp. 17-35.

Neveu C. (2013), « “E pur si muove !”, ou comment saisir empiriquement les processus de citoyenneté », Politix, vol. 26, n° 103, pp. 205-222.

Nicourd S. (dir.) (2009), Le Travail militant, Rennes, Presses de l’université de Rennes.

Nussbaum M. (2010 1990]), La Connaissance de l’amour. Essais sur la philosophie et la littérature, Paris, Éditions Cerf.

Paperman P. & R. Ogien (dir.) (1995), La Couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, Éditions de l’EHESS, série « Raisons pratiques » 6.

Park R. E. (2007 [1903]), La Foule et le public, Lyon, Éditions Parangon

Park R. E. (2008 [1923,1940]), « Histoire naturelle de la presse » et « Les nouvelles comme formes de connaissance », dans Le Journaliste et le sociologue (présentation par Muhlmann G. & E. Plenel), Paris, Éditions du Seuil/Presses de Sciences Po.

Peirce C. S. (1978), Écrits sur le signe, textes assemblés traduits et commentés par Deledalle G., Paris, Éditions du Seuil.

Pharo P. (1985), Le Civisme ordinaire, Paris, Éditions Méridiens-Klincksieck.

Quéré L. & D. Brezger (1992), « L’étrangeté mutuelle des passants. Le mode de coexistence du public urbain », Espaces publics en ville. Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, pp. 89-100.

Quéré L. (2002). « La structure de l’expérience publique d’un point de vue pragmatiste », dans Cefaï D. & I. Joseph (dir.), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Relieu M. & C. Terzi (2003), « Les politiques ordinaires de la vie urbaine. L’organisation de l’expérience publique de la ville », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 373-397.

Sennett R. (1979 [1977]), Les Tyrannies de l’intimité, Paris, Éditions du Seuil.

Simmel G. (1981 [1912]), Sociologie et épistémologie, Paris, Presses universitaires de France.

Simmel G. (1984 [1912]), « Métropoles et mentalités » et « Digressions sur l’étranger », dans Grafmeyer Y. & I. Joseph (dir.), L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions Aubier.

Talpin J. (2010), « Ces moments qui façonnent les hommes. Éléments pour une approche pragmatique de la compétence politique », Revue française de science politique, vol. 60, n° 1 pp. 91-115.

Tarde G. (1989), L’Opinion et la foule, Paris, Presses universitaires de France.

Tassin É. (1992), « Espace commun ou espace public ? L’antagonisme de la communauté et de la publicité », Hermès, n° 10, pp. 23-37.

Tavory I. (2011), « À la vue d’une kippa. Une phénoménologie des attentes d’interaction dans un quartier juif orthodoxe de Los Angeles », dans Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble. Bruxelles, Éditions Peter Lang, pp. 55-76.

Thin D. (2006), « Comprendre le désordre scolaire dans les collèges de quartiers populaires », Apprendre et enseigner en « milieux difficiles », Paris, Éditions de l’INRP.

Watson R. (1995), « Angoisse sur la 42e rue », dans Ogien R. & P. Paperman (dir.), La Couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, Éditions de l’EHESS, série « Raisons pratiques » 6, pp. 197-218.

Haut de page

Notes

1 On entend par là la capacité, essentielle à l’exercice public de la raison, à s’extraire de son seul point de vue particulier, à se représenter les choses et les situations d’un point de vue supérieur, dépassionné, général, « élargi » (pour reprendre la formule de Hannah Arendt commentant Emmanuel Kant), digne d’être soumis à la critique et au dialogue avec les autres, parce que conçu pour lui, pensé dans le souci des points de vue des autres et avec pour horizon régulateur, l’instauration d’un accord avec eux : « Au lieu de juger les situations d’un point de vue particulier ou de corps opposé à d’autres corps, le citoyen animé d’esprit public jugeait d’un point de vue universaliste. À la différence d’un jugement réservé au for intérieur, il impliquait naturellement à la fois un débat avec soi-même et une mise à l’épreuve du public. » (Cottereau, 1992, p. 255.)

2 Cette « indifférence » est une forme de civilité reposant sur une inattention feinte : chacun fait mine de ne pas voir les autres tout en les regardant, marquant ainsi son souci de ne pas empiéter sur leur espace personnel (Joseph, 1984 ; Sennett, 1979).

3 Pour une discussion des présupposés politiques et anthropologiques de la définition « goffmanienne » du public, voir Gayet-Viaud (2013). Pour une discussion de cette prémisse que partagent la philosophie politique et la sociologie, et qui consiste à opposer une version « sociale » et mondaine du public à une version authentiquement politique, voir Berger & Gayet-Viaud (2011) et Gayet-Viaud (à paraître).

4 En refusant de céder sa place dans un bus à un passager blanc, en décembre 1955 et en initiant le boycott des bus de la ville de Montgomery, elle fut à l’origine du mouvement pour les droits civiques des Noirs américains.

5 À la suite de Hans Joas (2002) et Isaac Joseph (2007a), nous considérons que la sociologie de Chicago, de Robert E. Park à Anselm Strauss, Howard Becker et Katz, en passant par Everett C. Hughes et Erving Jack Goffman, est fortement héritière de la tradition pragmatiste américaine. Bien que ces auteurs n’aient pas toujours explicité cette filiation, ils développent et font travailler en sociologie des notions et des intuitions développées initialement par les philosophes pragmatistes américains en rupture avec les manières antérieures, par trop intellectualistes, de penser le monde.

6 Sur les réticences à verbaliser ses remontrances lors d’interactions tendues entre inconnus en ville, voir Gayet-Viaud (2008b).

7 Ainsi, la peur suscitée par un quartier de New-York étudiée par Rod Watson (1995), à la croisée d’une sociologie des émotions et d’une sociologie des espaces publics urbains.

8 Cette observation classique préside à bien des enquêtes sur les entrepreneurs de cause. Comme il a déjà été souligné (Cefaï, 2007 ; Cefaï & Trom, 2002), ces enquêtes, qui centrent l’attention sur la sélection de causes par de futurs militants, déploient des approches souvent instrumentales et stratégiques de l’intérêt et de l’engagement. Mais une entrée par la seule étude des milieux et des processus de socialisation ne suffit pas non plus, qui ne considère qu’une action échue et au fond déjà jouée. On peut toujours identifier une règle après coup pour expliquer un comportement et l’examen a posteriori des dispositions à agir fournit en ce sens toute une panoplie d’explications. Le contexte de l’action en temps réel n’importe plus.

9 Sur la place de la curiosité, associée au thème de l’aventure, dans les traditions que nous mobilisons, voir Bidet & Boutet (2013).

10 Le 115 est un service départementalisé d’écoute et d’orientation téléphonique, destiné aux « sans domicile fixe ». Il peut être actionné par n’importe qui pour signaler la présence d’une personne dans l’espace public et entraîner la dépêche d’une équipe mobile sur les lieux.

11 Un axe d’enquête complémentaire consiste à saisir tout aussi minutieusement comment l’on parvient à ne pas voir ou à feindre d’ignorer un problème, à s’en détourner, à s’en dessaisir, sans préjuger que ce soit une affaire d’indifférence ou d’apathie. Nina Eliasoph a montré que l’évitement du politique requiert tout autant que l’engagement des appuis pragmatiques divers et nombreux (Eliasoph, 2003, 2010).

12 Il ne s’agit pas de trancher une fois pour toutes entre les possibilités démocratiques et les risques liberticides de l’intervention, mais bien au contraire d’en analyser les ambivalences et de saisir la façon dont les personnes prennent en charge ces risques et leur tension : le retrait apathique d’une part, l’ingérence intolérante d’autre part.

13 On pense ainsi au caractère étonnamment déflationniste des justifications données par les Justes ayant accueilli et caché des enfants ou des familles juives sous l’Occupation nazie : il n’était pas possible de ne pas le faire.

14 Comme le rappelait Isaac Joseph : « Dans l’espace public il faut parler parler parler… » (Joseph, 1984)

15 La formation des opinions et les épreuves de leur manifestation peuvent en effet être vues comme un seul et même phénomène, que ne circonscrit pas une topographie ni une temporalité particulières (Dewey, 2011a).

16 Patrick Pharo va jusqu’à voir dans le civisme ordinaire et ses épreuves, des lieux et des formes génétiques de l’éthique et du droit. L’existence de la clause de non-assistance à personne en danger, loin d’orienter mécaniquement les comportements, montrerait ainsi plutôt la force dans nos sociétés de cet idéal dans le côtoiement public – elle serait un produit, plutôt qu’un ressort, de notre morale publique (Pharo, 1985).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Bidet, Manuel Boutet, Frédérique Chave, Carole Gayet-Viaud et Erwan Le Méner, « Publicité, sollicitation, intervention », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4941

Haut de page

Auteurs

Alexandra Bidet

Chargée de recherche au CNRS, Centre Maurice Halbwachs, Paris (France) - alexandra.bidet@ens.fr

Articles du même auteur

Manuel Boutet

Maître de conférences à l'Université de Nice Sophia-Antipolis (France) – manuel.boutet@free.fr

Frédérique Chave

CNAF, Paris (France) - frederique.chave@cnaf.fr

Carole Gayet-Viaud

Chargée de recherche au CNRS, CESDIP, Paris (France) - carole_gayet@yahoo.fr

Erwan Le Méner

Doctorant, agrégé de sciences sociales, responsable des sciences sociales à l’Observatoire du Samu social - r1lemener@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page