Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Analyser sociologiquement des autobiographies

Le cas des autobiographies d’alpinistes français et britanniques
Delphine Moraldo

Résumés

L’alpinisme, pratique apparue et institutionnalisée au Royaume-Uni au milieu du xixe siècle, est le lieu d’une production littéraire dense depuis ses débuts, des récits d’ascension aux blogs d’alpinistes professionnels actuels. C’est aux autobiographies d’alpinistes que l’on s’intéresse dans cet article, dans une perspective comparative entre la France et le Royaume-Uni. Dans la lignée de la méthode proposée par Gérard Mauger en 1994, on se propose de souligner l’intérêt heuristique de l’autobiographie « littéraire » en sociologie, à partir de l’exemple des autobiographies produites par les alpinistes britanniques et français depuis les années 1920, en essayant notamment de sortir d’une position de rejet catégorique d’un tel matériau invoquant l’existence d’illusions biographiques et référentielles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À l’inverse de sports comme le football (Beaud & Guimard, 2011), générateur de nombreux discours et (...)

1L’alpinisme est une pratique génératrice de récits, qui contribuent à la construction d’un « imaginaire social de la montagne » et de ses héros (Bozonnet, 1992). Dès son apparition et plus encore après son institutionnalisation et sa « sportivisation » (dès les années 1850-1860 au Royaume-Uni, pays d’apparition de l’alpinisme et à partir de la fin du xixe siècle en France) elle est le lieu d’une production littéraire dense, directement orientée sur l’activité elle-même (des premiers récits d’exploration alpine aux récits d’expédition aujourd’hui) ou bien sur des dimensions annexes (scientifiques, poétiques, etc.) (Perret, 1997). Plus spécifiquement, au Royaume-Uni comme en France, on voit apparaitre dès les années 1920 les premières autobiographies littéraires (Lejeune, 1996) d’alpinistes, récits centrés sur leur carrière et leurs ascensions marquantes. L’existence d’une trame narrative aussi dense, singulière en cela qu’elle est souvent le fruit des sportifs eux-mêmes 1, n’est pas sans rapport avec les propriétés sociales des alpinistes. « Invention de la bourgeoisie » (Veyne, 1979), l’alpinisme reste longtemps une activité cultivée, pratiquée par les classes supérieures, malgré de rares épisodes de démocratisation.

2Dans la lignée de la méthode proposée par Gérard Mauger (1994), on se propose de souligner l’intérêt heuristique du matériau autobiographique produit par les alpinistes britanniques et français, de l’institutionnalisation de l’alpinisme, à la fin du xxe siècle. À défaut de pouvoir accéder directement à la parole de la plupart des enquêtés, l’autobiographie est d’abord pour nous un moyen de mener une étude comparative sur le long terme. Un tel matériau, qui rencontre souvent la méfiance des sociologues, implique cependant de prendre certaines précautions épistémologiques. Ce détour nécessaire nous permettra de mettre au jour l’entreprise d’héroïsation de soi qui est, selon nous, au principe de ces textes et qui s’incarne en particulier dans un registre vocationnel.

  • 2 On s’intéresse uniquement à l’élite sportive, d’ailleurs seule productrice d’autobiographies centré (...)

3Le corpus utilisé pour cette étude est constitué des autobiographies de 50 « grands » alpinistes français (22) et britanniques (28) nés entre 1850 et 1972, publiant entre les années 1920 et 2012 2.

Quel regard sociologique sur l’autobiographie ? Autobiographie et illusion

  • 3 On peut citer les travaux de Christine Plasse-Bouteyre (2008) ou de Sylvia Faure (2003).
  • 4 Avant lui, Daniel Bertaux avait déjà pointé ce phénomène de lissage a posteriori d’une trajectoire (...)

4Étonnamment, peu de travaux sociologiques s’appuient sur des autobiographies littéraires au sens strict 3. Comme l’écrit Philippe Lejeune, « la plupart des spécialistes en sciences humaines en France aujourd’hui –psychanalystes, historiens, sociologues – restent animés d’une commune défiance à l’égard de l’écriture autobiographique. Ils préfèrent l’autobiographie orale, suscitée par eux, moins élaborée, plus ouverte à leur pénétration. Le sujet qui construit par écrit un discours sur sa propre vie est a priori suspect… trop coriace… » (Lejeune, 1998, p. 24). Corollaire à cette absence de contrôle du sociologue sur la production autobiographique, les auteurs sont souvent suspectés de ne pas tenir un discours de vérité, consciemment ou inconsciemment, par exemple en utilisant un style spécifique ou en suivant les conventions littéraires propres au genre. Outre cette « illusion référentielle » concernant la vérité du discours autobiographique, les critiques dénoncent également une « illusion biographique », qui se traduit par une réorganisation rétrospective des évènements de la vie, orientés vers une fin (Bourdieu, 1986) 4. Le travail du sociologue consisterait alors à « remettre en question radicalement le mythe de l’authenticité, de la sincérité, de la vérité subjective ou de l’écriture intime et personnelle, et donc nécessairement juste, de soi » (Lahire, 2005, p. 165) afin de « découvrir les variations entre les actes et les discours, les faits et les mots » (Peneff, 1990, p. 106). Quant aux autobiographies de sportifs, elles subissent le déficit de légitimité qui est celui d’objets à faible valeur littéraire, écrites par des individus qui ne sont pas des écrivains, parfois aidés par des « scriptes » (Faure, 2003, p. 217).

5Nous voudrions avancer ici des arguments et une méthode pour sortir de cette suspicion des sociologues à l’égard d’autobiographies, qui plus est dominées dans le champ littéraire et en faire un matériau sociologique viable.

L’illusoire combat contre l’illusion référentielle

6Il ne s’agit pas ici de nier le caractère discursif de l’autobiographie, récit reconstruit de la vie de l’auteur, relevant de logiques sociales, littéraires et narratives (Bertaux, 1997, p. 37 ; Faure, 2003, p. 216). Cependant, nous pensons qu’il ne faudrait pas tomber dans la posture inverse, consistant à en déréaliser complètement le contenu en l’assimilant à de la pure fiction. Au même titre que tout récit de vie, l’autobiographie exprime quelque chose de réel. On peut d’ailleurs avancer, avec Gérard Mauger, que l’illusion référentielle « vaut pour tout texte », littéraire comme sociologique, au point qu’il devient difficile de distinguer le réel de ses représentations (Mauger, 1994, p. 34).

7Dans le cas d’un genre littéraire relativement codifié comme l’autobiographie sportive, se pose d’abord la question de l’existence de conventions littéraires propres au genre, qui viendraient faire écran entre le réel et le texte. Pourtant, toute similitude entre discours ne peut être d’emblée taxée de cliché. La suspicion peut d’ailleurs porter sur tous les types de discours, qu’il s’agisse de textes ou de discours recueillis lors d’entretiens, qui revêtent sur ce point précis de l’illusion référentielle la même valeur épistémologique. Là encore, on peut citer les propos de Gérard Mauger, pour qui rien ne permet d’affirmer que « le discours privé soit "plus authentique", ni même nécessairement plus riche d'informations que le discours public », tout comme l’observation de « "pratiques authentiques", de "vraies opinions", ou d’une "essence" des pratiques, des représentations, des opinions » est une illusion (Mauger, 1991, pp. 131 et 120). Malgré leur « régime de discursivité propre » (Lahire, 1999, p. 18) et les nombreuses similitudes stylistiques, factuelles, ou d’opinion, qu’on retrouve dans les autobiographies d’alpinistes, ces textes expriment pourtant des croyances et des expériences bien réelles, que la dénomination comme convention contribue à déréaliser. Les similitudes entre les textes expriment quelque chose de collectif et par-là témoignent de croyances et de représentations communes – et transmises – au sein du groupe des alpinistes. La relative cohérence entre les textes n’est donc pas à nos yeux qu’une question d’imitation propre au sous-genre littéraire de l’autobiographie d’alpinisme : elle révèle la cohérence de représentations partagées, dont on peut retracer la genèse (Moraldo, 2014). Par exemple, les nombreux parallèles entre conquête de la montagne et domination masculine qu’on trouve dans ces textes – la montage « vierge » qu’on « possède », la montagne comme « amante », ou « objet de désir » à « conquérir », etc. – témoignent, de la part d’une population presque exclusivement masculine, d’une version « héroïque » de la masculinité hégémonique (Connell & Messerschmidt, 2005), qu’on peut faire remonter aux origines de l’alpinisme.

  • 5 Entretiens en cours.

8En outre, l’autobiographie a ceci de particulier qu’un « pacte » est supposé être passé entre l’auteur, qui s’engage implicitement à être sincère et authentique et le lecteur. Ainsi, « la biographie et l’autobiographie sont des textes référentiels : exactement comme le discours scientifique ou historique, ils prétendent apporter une information sur une "réalité" extérieure au texte et donc se soumettre à une épreuve de vérification » (Lejeune, 1996, p. 36). D’ailleurs, puisqu’elle est rendue publique, l’autobiographie met en jeu la « reconnaissance [de l’auteur] par ceux qu’il reconnait » (Bouilloud, 2009, p. 60) et se doit de proposer une version des faits énoncés collectivement considérée comme exacte. Lors d’entretiens réalisés avec des alpinistes ayant écrit leur autobiographie 5, ces derniers évoquent d’ailleurs la vérification entre pairs qui a lieu avant même que l’ouvrage ne soit publié et l’importance de la validation collective de leur version singulière des faits.

Sortir d’une lecture uniquement en termes d’illusion biographique

9Suivre la critique de l’illusion biographique pourrait conduire à étiqueter d’emblée l’autobiographie comme matériau non viable sociologiquement. Or, de la même manière qu’on a montré qu’il ne fallait pas tomber dans la suspicion portant sur la véracité référentielle, on peut raisonnablement envisager de questionner le rejet complet du matériau autobiographique sur la base de l’illusion biographique. Gérard Mauger, dont nous reprenons la pensée, émet deux critiques à son égard : l’illusion symétrique qu'une vie vécue pourrait être exempte de narration et le fait que le moi est déjà une institution biographique (Mauger, 1994, p. 35). Nous en avançons d’autres, à partir de l’exemple précis des autobiographies d’alpinistes.

10Pour commencer, prenons volontairement un exemple qui s’inscrit bien dans le cadre de l’illusion biographique : le fait que les alpinistes portent un regard enchanté sur leurs débuts et mobilisent le registre de la révélation pour décrire leur découverte de l’activité. La première ascension, voire la première vision d’une montagne, est ainsi présentée comme le déclencheur d’une passion qui guidera le reste de l’existence. Par exemple : « C’était la première fois qu’un vrai panorama de Montagne s’offrait à ma vue […]. Ce fut pour moi la Révélation […] De ce jour date pour moi la volonté de faire de belles ascensions » (Coste, 1927, p. 4). Ou encore : « On that day, at seventeen years of age, I discovered Lakeland... it was a revelation » (Peascod, 1985, p. 13).

  • 6 Tout comme la structure institutionnelle des centres de formation à la danse contemporaine (Sorigne (...)

11Cependant, est-on nécessairement dans l’illusion biographique ? D’un côté, on peut certes affirmer que ces épisodes marquants sont une reconstruction informée par le présent et l’habitus, comme le postule Pierre Bourdieu (1986, p. 70). Plus précisément, le sens octroyé par l’individu à certains épisodes de sa vie s’inscrit dans des appartenances spécifiques, dans un contexte historique, social et sportif particulier, dans une trajectoire socialisatrice, dans une carrière d’alpiniste, en un mot dans des structures qui déterminent le regard rétrospectif porté sur sa vie. De l’autre, on peut se demander ce qui permet d’affirmer que ces individus, de par leurs conditions de socialisation et leurs appartenances sociales, n’étaient pas également prédisposés à accueillir ce type d’expérience sur le mode de la révélation. On remarque par exemple que les alpinistes en devenir sont souvent, avant même leur premier sommet, déjà immergés dans l’activité par le biais de la lecture de récits d’alpinisme ou d’exploration, que leurs héros d’enfance sont des aventuriers ou des explorateurs, ou encore qu’ils témoignent très jeunes de dispositions aventureuses au travers des jeux particulièrement dangereux. On ne peut pas nier que ces différents éléments puissent être lus au prisme de l’illusion biographique, en tant que le choix fait par l’auteur de les raconter (plutôt que d’autres épisodes laissés sous silence) témoigne de sa position dans le champ sportif, celle du grand alpiniste portant un regard rétrospectif sur ce qui l’a conduit à devenir grand alpiniste. Néanmoins, on ne peut pas non plus nier le fait que tous ces éléments participent d’une socialisation sportive, ou « aventurière », enfantine et adolescente qui favorise le développement d’un rapport passionné à l’alpinisme 6.

12Il ne s’agit pas ici de remettre en question ni l’existence d’une illusion biographique, ni l’apport de la réflexion bourdieusienne sur cette illusion, mais plutôt, dans un premier temps, de montrer qu’on peut tirer des éléments pertinents d’une autobiographie littéraire quand bien même elle découlerait « du souci de donner sens, de rendre raison, de dégager une logique à la fois rétrospective et prospective, une consistance et une constance, en établissant des relations intelligibles, comme celle de l’effet à la cause efficiente ou finale, entre les états successifs, ainsi constitués en étapes d’un développement nécessaire » (Bourdieu, 1986, p. 69). L’organisation rétrospective de la vie par l’auteur n’empêche pas que l’autobiographie donne à voir des choses réelles, autant d’indices utiles au sociologue.

Utiliser l’illusion biographique

  • 7 Daniel Bertaux écrit : « On sait que faire le récit de sa vie ce n’est pas dévider une chronique de (...)

13Un auteur comme Jean-Philippe Bouilloud va jusqu’à regarder l’autobiographie comme le lieu privilégié d’analyse d’une mise en sens biographique, retournant ainsi la critique de l’illusion biographique : « la nécessité que le récit "fasse sens" oblige à clore le texte sur lui-même, à le rendre cohérent ou autonome, à lui donner une logique ou un "ordre". Le récit de type autobiographique a donc un avantage indéniable face à d’autres outils, puisqu’il mobilise l’individu et exige de lui ce que d’autres approches ne lui demandent pas. Dès lors l’enjeu n’est pas la "vérité" mais le "sens" […] du récit, [ce] qu’il veut dire pour l’auteur » (Bouilloud, 2009, p. 75). Qu’on l’adopte ou pas, l’approche de Jean-Philippe Bouilloud nous permet de porter un regard sociologique neuf sur l’autobiographie, en l’attaquant par ses singularités plutôt que par l’angle de ses déficiences et des illusions qui la caractérisent. L’illusion biographique n’est pas niée, elle est en fait retournée en apport positif. Sans s’inscrire nécessairement dans une démarche compréhensive, on peut toutefois, à partir de cette approche, aborder la question du « sens », mais en l’envisageant dans le cadre de l’articulation entre les propriétés sociales de l’auteur, sa trajectoire et son inscription dans l’espace sportif et littéraire 7. Le sens du récit prend alors plus la forme d’un « discours » (Plasse-Bouteyre, 2008), ou d’une « posture » (Mauger, 1994) discursive, qu’on peut saisir dans le cadre de cette articulation.

  • 8 Comme l’écrit Pierre Bourdieu, « le récit […] propose des évènements […] qui tendent ou prétendent (...)
  • 9 Une analyse des chapitres des cinq alpinistes français du corpus nés dans les années 1920 (Leroux, (...)

14Prenons un deuxième exemple qui va particulièrement dans le sens d’une illusion biographique : l’organisation des autobiographies d’alpinistes en chapitres 8, par ailleurs très similaire d’un ouvrage à l’autre 9. On peut choisir uniquement de la voir comme « fabriquant » l’illusion biographique, en tant qu’elle met en lumière et ordonne comme une succession de cause à effet des épisodes choisis de la vie. C’est une première lecture sociologique possible – et nécessaire. Mais on peut aussi choisir d’analyser la forme prise par cet ordonnancement et voir comment il témoigne des inscriptions sociales particulières de l’auteur. Dans les autobiographies d’alpinistes, on peut y voir par exemple une entreprise d’héroïsation de soi. Ici, « la définition, nécessairement relative, de l’"essentiel" et de l’accessoire », est déterminée par les intérêts et la problématique de l’auteur » (Mauger, 1994, p. 43). Là encore, on ne remet pas en cause l’existence d’une illusion biographique. Cette fois-ci, on déplace l’accent : au lieu de rejeter la reformulation du passé comme une « illusion », on choisit d’étudier la forme prise par cette reformulation – qu’on appellera alors « posture discursive » – en tant qu’elle est révélatrice de la trajectoire de l’auteur et de son inscription dans un espace social (et sportif).

15Sans nier l’existence d’une illusion biographique, nous avons ainsi tenté de montrer qu’une approche qui d’une part ne rejetait pas complètement l’autobiographie sur cette base et d’autre part utilisait la forme même prise par la reconstruction de la vie de l’auteur, pouvait être envisagée pour faire des autobiographies littéraires des objets sociologiques. C’est la condition première pour les faire ensuite fonctionner comme des outils sociologiques, c'est-à-dire dans le cas précis des autobiographies d’alpinistes, des supports d’analyse de dispositions et de trajectoires sportives.

Les niveaux d’analyse du récit de vie écrit

16À quelles informations nous donne accès l’outil sociologique que constitue l’autobiographie ? Si le contenu propre de ces récits ne constitue pas l’objet de cet article, on peut cependant revenir sur les différents niveaux d’analyse qu’ils permettent, esquissant par la même occasion une réflexion sur quelques différences entre récit de vie oral et récit de vie écrit appuyée, entre autres, sur les écrits de Daniel Bertaux.

  • 10 Ou encore un « monde social » ou un « microcosme social », pour Daniel Bertaux (1997, p. 19) à prop (...)

17L’autobiographie donne d’abord accès à un univers social 10, ici celui des alpinistes, circonscrit temporellement et géographiquement. Comme l’écrit Daniel Bertaux qui compare le récit de vie à un périscope qui dévoile le monde de l’enquêté à travers ses propres yeux, « si les récits de vie (et, bien entendu, les autobiographies) nous intéressent, ce n’est pas comme histoires personnelles (ce dont nous n’avons que faire), mais dans la mesure où ces histoires "personnelles" ne sont que le prétexte à décrire un univers social méconnu » (Bertaux, 1980, p. 216).

18Ainsi, avant même qu’on ne s’intéresse au regard singulier que porte l’alpiniste écrivain sur son monde, l’autobiographie s’avère une source majeure d’informations factuelles sur l’alpinisme d’une époque, mais également sur les propriétés sociales des alpinistes, qui ne manquent pas d’y décrire, avec plus ou moins de détails intéressants pour le sociologue, leurs contemporains. Sur ce point, récit de vie oral et récit de vie écrit sont similaires, même si on peut faire l’hypothèse, à la lecture des textes, que la précision des informations présentes dans ces derniers est sans doute supérieure à ce qu’elle serait dans un entretien, l’écrivain pouvant se référer à ses « archives » personnelles (correspondance, revues d’alpinisme, etc.).

  • 11 «La notion de disposition suppose que l’on puisse repérer une série de comportements, d’attitudes, (...)

19À un deuxième niveau d’analyse, dans le cadre de cet accès privilégié à un monde social, les autobiographies d’alpinistes sont également des supports discursifs de normes, de valeurs, d’ethos, de dispositions sociales. Celles-ci peuvent être explicites (par exemple sous forme de prises de position concernant tel ou tel aspect de l’alpinisme) ou implicites (perceptibles dans la description d’attitudes et de comportements répétitifs 11). On peut replacer dans ce cadre d’analyse « dispositionnaliste » les postures discursives socialement situées des alpinistes évoquées plus haut : en tant que visions rétrospectives de soi, elles se rapprochent de ce que Bernard Lahire nomme des « dispositions à croire » et qui sont des « habitudes mentales et discursives », des « opinions, convictions ou croyances "de conversation", "de discours" ou "de déclaration" » (Lahire, 2002, pp. 417 et 419). Ce dernier objet – les postures discursives qui président à la vision rétrospective de l’existence – est commun aux récits de vie oraux et écrits (Bertaux, 1980, p. 213) mais apparaît sans doute sous une forme accentuée dans les autobiographies, où la « conscience réflexive » est exacerbée : « Pour que le récit de vie puisse s’amorcer […] [il faut] que l’on se prenne pour objet, que l’on se regarde à distance, que se forme une conscience réflexive qui travaille sur le souvenir. […] Pour créer cette conscience réflexive, rien ne vaut l’acte d’écrire et le dialogue intime qu’il met en route. […] Or, à cet égard, l’entretien à deux ne peut remplacer l’effort d’écriture ; car il ne laisse pas à la conscience réflexive le temps de se former » (Bertaux, 1980, p. 216). Dans la même veine, du fait des biais créés par l’entretien dans la constitution du récit de vie, Jacques Hamel préconise d’utiliser des entretiens non directifs pour recueillir les histoires de vie (qu’on peut à ce titre et avec des pincettes, rapprocher des récits écrits, où « les sociologues ne cherchent nullement à gouverner l’exercice par des interventions ou des questions susceptibles d’embêter leur vis-à-vis auquel ils prêtent les qualités requises pour bien appréhender l’objet qu’ils cherchent à connaitre » (Hamel, 2013, p. 68)). Ici, ce n’est pas tant la connaissance du monde social ou le degré de réflexivité des individus qui nous intéresse (et qui justifie, pour Hamel, leur légitimité à s’exprimer « librement » sans l’intervention du sociologue (Hamel, 2007)), que le résultat (c'est-à-dire le récit oral ou écrit) de cette réflexion « libre » (c'est-à-dire sans les contraintes de l’entretien) portant sur leur existence passée. Nous écrivons « libre » entre guillemets car, comme nous le verrons par la suite en étudiant l’inscription des autobiographies dans divers prismes, l’auteur est toujours situé et donc contraint : lorsqu’il ne l’est pas de façon visible et explicite par une institution, comme dans le cas des autobiographies communistes étudiées par Bernard Pudal et Claude Pennetier (Pennetier & Pudal, 1996), il l’est par ses dispositions sociales, goûts, penchants, qui découlent de son inscription et de sa trajectoire dans un espace social, sportif, littéraire, linguistique, etc.

  • 12 Ce qui n’empêche pas, dans un second temps, d’observer des récurrences sur le long terme.

20Enfin, un dernier niveau d’analyse est celui des trajectoires sociales et sportives des alpinistes, en remontant jusqu’au niveau de la socialisation à l’alpinisme, antérieur à l’entrée dans la carrière d’alpiniste proprement dite. On peut alors s’efforcer de reconstituer les différentes étapes et influences socialisatrices qui conduisent à devenir un grand alpiniste. C’est également, d’après Daniel Bertaux, l’un des objets centraux du récit de vie, à condition que les trajectoires étudiées soient circonscrites à un univers social précis (Bertaux, 1997, p. 22). On précisera, dans le cas précis de notre corpus étendu d’autobiographies, qu’elles doivent également être circonscrites à un contexte historique propre 12. Par rapport au récit de vie oral « idéal », c'est-à-dire « issu d’un long travail auprès d’une même personne » (Bertaux, 1997, p. 36) et en particulier au récit recueilli lors d’entretiens semi-directifs (donc orienté par l’enquêteur), l’autobiographie écrite peut parfois pêcher par son incomplétude : face à l’alpiniste qui ne reviendrait pas ou pas suffisamment sur certains épisodes importants de sa trajectoire aux yeux du sociologue, ce dernier reste impuissant.

Sociologiser l’autobiographie

  • 13 Cf. annexe méthodologique.

21Certes, pour cette recherche, l’autobiographie est le seul moyen d’accéder aux discours d’alpinistes décédés 13. Il faut cependant faire le détour par l’analyse des conditions de scientificité de ce matériau. C’est une fois cette démarche effectuée qu’on peut utiliser le récit autobiographique comme outil et support d’analyse (de trajectoires, de représentations, de dispositions). Notre démarche, calquée sur celle de Gérard Mauger, consiste ici à soumettre ces productions littéraires à différents prismes (Mauger, 1994, p. 37), ce qui permet à la fois d’objectiver l’autobiographie et de produire des effets de connaissance, renforcés par la comparaison entre les deux pays. En effet, en plus d’apporter des précisions sur les contraintes dans lesquelles s’insèrent ces discours, le fait de revenir sur le type de langage choisi (prisme de la langue), leur inscription littéraire et sportive dans des champs (prisme du champ), les propriétés de ceux qui écrivent et les motifs de l’écriture (prisme de l’auteur), le lectorat visé (prisme du lecteur), c'est-à-dire les conditions de production du discours, nous renseigne déjà sur les alpinistes, leurs trajectoires, leurs dispositions et sur les définitions dominantes de l’alpinisme dans des contextes donnés.

Les autobiographies d’alpinistes au prisme de la langue

22Le premier prisme auquel nous soumettons les autobiographies d’alpinistes est celui de la langue, qui spécifie un type de prise de position à relier à un contexte historique et social. Il existe plusieurs façons, non exclusives, d’étudier le style d’une autobiographie : d’une part, dans la lignée des analyses en terme d’illusion biographique, on peut le voir comme un élément unificateur de l’existence. De l’autre, dans la perspective d’une approche en termes de prismes, il est ce qui nous dit quelque chose des représentations de l’alpinisme. Dans le cas de notre comparaison entre autobiographies d’alpinistes français et anglais, la langue choisie s’avère particulièrement révélatrice de l’inscription de l’alpiniste-auteur dans un espace social, national, historique.

  • 14 Sur ce point on peut citer Christine Plasse-Bouteyre, qui oppose le récit didactique des boursiers (...)

23Elle témoigne tout d’abord des origines sociales des alpinistes et les changements généraux du niveau de langue des autobiographies sont à mettre en relation avec les évolutions plus globales de la population des alpinistes, différente dans les deux pays étudiés. Ainsi, au Royaume-Uni, après une longue période où la langue privilégiée dans les autobiographies appartient à un registre soutenu, caractérisé par de longues descriptions, une attention prêtée aux détails, l’emploi de nombreux qualificatifs et de phrases complexes, on remarque un changement à partir des années 1970 : les phrases se raccourcissent, les descriptions s’effacent au profit d’un langage centré sur l’action, les chapitres de réflexion sur l’alpinisme se font moins présents. La rhétorique dominante évolue aussi : le langage euphémisé des alpinistes victoriens, en lien avec « l’éthos amateur » inculqué dans les public schools (Dunning & Sheard, 1979, p. 153), à l’opposé du grandiloquent et peu prolixe en détails corporels et prosaïques, qu’on retrouve encore, teinté d’héroïsme, chez les alpinistes anglais à l’époque des expéditions himalayennes de l’entre-deux-guerres, laisse place à des descriptions scabreuses, des membres gelés, des inconforts gastriques en expédition et à une véritable dramaturgie des épisodes dangereux ou de survie. Cette évolution est à replacer dans le cadre de la démocratisation sociale qu’a connue l’alpinisme anglais à partir des années 1950 et témoigne de l’évolution des conceptions dominantes de l’alpinisme dans ce pays. En effet, à l’ouverture sociale qui caractérise l’alpinisme anglais d’après-guerre correspond un déplacement de la définition dominante de l’activité, qui connait une sportivisation accrue. Cette démocratisation est relative et on trouve aussi dans la dernière génération d’écrivains des auteurs comme Stephen Venables (élève de public school et étudiant à Oxford, président du prestigieux Alpine Club et écrivain de montagne prisé), aux ouvrages parsemés de références philosophiques et littéraires et exempts de détails morbides. En France, où les grands alpinistes, amateurs cultivés jusqu’aux années 1950, sont ensuite presque tous des guides, professionnels issus de milieux sociaux variés, on observe également une évolution stylistique, qui va de pair pour les générations les plus récentes avec une sportivisation de l’activité. Mais là encore des différences stylistiques sont observables, pour une même génération, en fonction des propriétés sociales des individus : un alpiniste comme Pierre Mazeaud, grand juriste et ministre, fait montre d’un jeu avec le langage qui témoigne d’une familiarité avec les codes littéraires (phrases sans verbes, retours fréquents à la ligne), à l’opposé du langage simple et quasi pédagogique de certains guides 14.

  • 15 Comme l’illustrent ces titres de récits : The Assault on Mount Everest 1922 (Hunt, 1923) ; The Figh (...)
  • 16 Avec des titres comme : Une Victoire sur l’Himalaya (Pierre, 1960) ; Annapurna, 1er 8000 (Herzog, 1 (...)

24Si l’on constate une évolution stylistique similaire dans les deux pays, dans la manière de raconter les ascensions, elle ne se fait pas pour autant au même rythme. Ainsi, alors que le style « héroïque » connait son apogée en Angleterre dans l’entre-deux-guerres, avec sa rhétorique martiale, ses ascensions décrites comme des combats et des conquêtes nationales 15, il n’apparaît en France que dans l’après-guerre 16. L’explication de cette discordance temporelle permet d’illustrer le lien entre langage et définition dominante de l’alpinisme, dans un contexte politique, sportif et social donné. Cette rhétorique de la conquête, qui correspond à un type d’alpinisme conquérant et exploratoire, atteint son apogée durant les périodes d’exploration de nouveaux massifs étrangers. Au Royaume-Uni, c’est entre la fin du xixe et la fin des années 1920, quand les Anglais sortent des Alpes et explorent pour la première fois de nouveaux massifs : Caucase, Amérique du Nord, Afrique et enfin Himalaya, avec les tentatives anglaises sur l’Everest des années 1920. En France, elle apparait vraiment avec les premières tentatives himalayennes, en 1936 et surtout à partir de 1950, date de l’ascension de l’Annapurna par une expédition française. C’est aussi une rhétorique portée par les institutions encourageant ce type d’alpinisme (Everest Committee, Comité de l’Himalaya, clubs alpins nationaux).

25Ceci n’empêche pas que le style, comme l’écrit Sylvia Faure, joue aussi comme un facteur d’homogénéisation de l’existence sportive passée (Faure, 2003, p. 214). Ce que nous avons essayé de montrer, c’est que ce style, unificateur, homogénéisant, est propre à un contexte social et sportif. Cependant, dans tous les cas, qu’il s’agisse du style que nous avons qualifié d’« héroïque », d’un style antérieur plus « contemplatif », ou du style contemporain plus « sportif », il met à chaque fois en avant la figure de l’auteur comme héros ayant réalisé une succession d’exploits alpins. En ce sens, nous qualifions la posture autobiographique propre aux alpinistes d’entreprise « d’héroïsation de soi ».

Les autobiographies d’alpinistes au prisme du champ littéraire

26Gérard Mauger inscrit les autobiographies « d’en bas » dans le prisme du champ littéraire. On considèrera l’inscription des autobiographies d’alpinisme, objets littéraires et sportifs, dans le champ de la littérature autobiographique sportive, ce qui nous renseigne aussi sur la place (en évolution depuis ses débuts) de l’alpinisme dans l’espace des sports. À une autre échelle, on peut aussi regarder quelle place chaque autobiographie tient dans l’espace particulier des autobiographies (et biographies) littéraires d’alpinisme.

  • 17 D’après notre propre connaissance du sujet et le recensement de Jacques Perret (1997), nous pouvons (...)
  • 18 Le comptage, effectué par moi-même, prend également en compte les biographies, pour s’aligner sur l (...)

27Il nous semble tout d’abord pertinent d’inscrire les autobiographies d’alpinistes dans le sous-champ de la littérature sportive. Ainsi, dans les fichiers de la BnF, les autobiographies d’alpinistes comptabilisent 135 entrées, devant la navigation à voile (131), puis le football (29) et le cyclisme (21) (Artiaga, 2005, p. 69) 17. Au Royaume-Uni, les fichiers de la BnL placent également les autobiographies d’alpinistes en tête (160), devant celles des joueurs de cricket (120) et de football (62) 18. Cette domination autobiographique nous permet d’émettre des hypothèses sur la place de l’alpinisme dans le champ sportif, en tant que pratique « cultivée », mais aussi en tant que pratique appelée à fonctionner sur un mode discursif de par ses caractéristiques. D’une part parce qu’« activité sans règlement et sans arbitre, fondée sur une éthique non écrite » (Hoibian, 2000, p. 1), l’alpinisme est, depuis ses débuts et encore aujourd’hui, rendu visible par le récit. D’autre part parce que l’alpinisme met en avant des figures individuelles, des conquérants solitaires, qui risquent leur vie pour arriver – littéralement et métaphoriquement – au sommet. Contrairement à des sports d’équipe ou à des sports aux structures d’encadrement plus présentes (et où tout le travail et les acteurs institutionnels ayant contribué à la fabrique des héros sont visibles), l’alpiniste peut donner l’impression de s’être fait seul et d’avoir, seul, accompli l’exploit.

  • 19 Nous avons cependant recensé trois auteurs de mémoires et récits d’ascension en France sur cette pé (...)

28La comparaison temporelle de la production autobiographique dans les deux pays apporte des éléments à la compréhension des champs alpinistiques. Par exemple, on compte neuf auteurs d’autobiographies nés avant 1900 au Royaume-Uni et aucun en France 19. Cet écart nous dit quelque chose sur la place différentielle de l’alpinisme au sein des deux espaces sportifs nationaux jusqu’à l’entre-deux-guerres et peut se lire à la lumières des définitions dominantes de l’activité dans les deux pays : en France, comme le montrent les travaux d’Olivier Hoibian, l’alpinisme est encore un « excursionnisme cultivé », « pratique cultivée, très proche de l’activité des sociétés savantes », mettant l’accent sur les dimensions scientifiques ou contemplatives de la pratique et non sur sa dimension conquérante et sportive (Hoibian, 2000, p. 56). Au Royaume-Uni, au contraire, la sportivisation de l’alpinisme a lieu dès les années 1850, et « l’âge d’or » (Jouty & Odier, 1999, p. 20) de l’alpinisme britannique (1856-1865) se caractérise par l’apparition d’un alpinisme sportif, conquérant, mettant en avant les exploits personnels de l’alpiniste, sur fond d’impérialisme britannique, qui culminera avec les expéditions sur l’Everest des années 1920. Une telle définition de l’alpinisme crée un espace propice (et un marché) à la production autobiographique des grands alpinistes, érigés en héros nationaux comme le sont les grands explorateurs britanniques à la même époque. Plus tard, pour la génération d’alpinistes nés dans les années 1920 et 1930, c’est la France qui domine la production autobiographique, ce qui correspond historiquement à un renouvellement des définitions dominantes dans les deux pays et à l’arrivée en France d’un alpinisme conquérant.

29Enfin, analyser les autobiographies d’alpinistes au prisme du champ littéraire peut aussi consister à les replacer dans l’espace particulier des récits autobiographiques d’alpinistes, ceux que connait l’alpiniste qui écrit son autobiographie, afin d’éclairer son propre positionnement. On retrouve d’ailleurs dans les textes de ces alpinistes des indices permettant de retracer leur parcours de lecteurs de récits d’alpinisme, la lecture de récits d’alpinisme et notamment des autobiographies des prédécesseurs semblant jouer un rôle socialisateur non négligeable. En ce sens, le type d’ouvrages lus par le futur écrivain peut éclairer sa propre conception de l’alpinisme et son propre positionnement dans l’espace de ces récits. Pour ne citer qu’un exemple, un alpiniste comme Eric Shipton (1907-1977), qui pratiquait un alpinisme exploratoire encore dans les années 1930, fait ainsi référence aux écrits du grand alpiniste de l’âge d’or Edward Whymper ; non pas aux récits d’ascension qui l’ont rendu célèbre comme « vainqueur » du Cervin, mais à ses récits d’explorations, tels que « Travel Among the Great Andes of the Equator, with its wealth of strange experiences and its evocative illustrations » ; « Significantly, I was more fascinated by his early explorations in the Dauphiné than by his much more dramatic and competitive adventures on the Matterhorn » (Shipton, 1969, pp. 26 et 28).

  • 20 Elles le sont également socialement, mais nous ne revenons pas ici sur ce point.

30À une échelle plus large, la comparaison pour les mêmes générations des ouvrages d’alpinisme dominants dans les trajectoires de lecteurs des deux pays nous renseigne aussi sur les influences ayant contribué à façonner ou à transmettre collectivement des ethos alpinistiques nationaux. À titre d’illustration, si l’on compare les types de lectures citées par les alpinistes nés dans les années 1880 à 1930, on remarque que les récits cités par les alpinistes anglais sont essentiellement des récits écrits par des alpinistes anglais, alors que les récits lus par les Français sont plus divers (récits d’alpinistes italiens, français, anglais…). Cela peut s’expliquer d’une part par l’absence d’une véritable tradition littéraire française centrée sur l’alpinisme, au contraire du Royaume-Uni. D’autre part, ces lectures nationalement ancrées sont à analyser dans le cadre des trajectoires sportives elles aussi nationalement ancrées 20 : le Royaume-Uni, où l’alpinisme s’est institutionnalisé plus tôt qu’en France, ne possède pas de massif de l’ampleur des Alpes et la trajectoire socialisatrice de l’alpiniste anglais tend peu à peu à suivre un cheminement spécifique, avec l’apprentissage d’un alpinisme local – avec ses caractéristiques, voire son éthos, propres – antérieur ou concomitant (pour les classes supérieures) à celui de l’alpinisme « alpin ». Il est donc révélateur que les lectures citées par les alpinistes anglais soient des ouvrages centrés sur l’alpinisme anglais, ce qui témoigne aussi de la transmission à un niveau local d’un alpinisme associé à un éthos spécifique.

31Le prisme du champ (littéraire) nous amène ainsi à voir la place spécifique des récits d’alpinisme par rapport aux autres récits sportifs, mais aussi celle de chaque autobiographie, remise dans son contexte national et historique propre, par rapport aux autres. Il ressort de cette analyse que l’alpinisme et notamment l’alpinisme « héroïque », est une activité particulièrement propice à la production autobiographique et que ces produits autobiographiques se transmettent entre les générations. Cette inscription spécifique dans le champ littéraire concorde avec l’hypothèse d’héroïsation de soi présente dans le projet autobiographique : l’alpinisme fabrique des personnages hors du commun, qui ne peuvent raconter leurs exploits que par le biais de l’écriture, contribuant ainsi à une transmission de représentations et d’éthos alpinistiques, mais aussi, du moins peut-on en faire l’hypothèse, d’un « modèle » ou d’une « posture » autobiographique héroïque (posture qui trouve son expression culminante, sous une forme idéale-typique, à certaines périodes de l’histoire de l’alpinisme).

Les autobiographies d’alpinistes au prisme du lecteur

32Le troisième prisme est celui du lecteur supposé. « Tout auteur, quand il écrit, anticipe sur les effets que la lecture produira, et les profits (divers) qui peuvent en découler pour lui » (Mauger, 1994, p. 38). Les alpinistes qui écrivent leurs autobiographies ne s’adressent généralement pas à un type de lecteur clairement identifié. Pourtant, quelques indices du texte et du paratexte permettent de se faire une idée du lectorat visé.

  • 21 Ne pas raconter une ascension, c’est presque oblitérer qu’elle a eu lieu. La dimension performative (...)

33Il s’agit d’abord d’un public constitué de pairs, parfois présents dans l’autobiographie, dont l’écrivain sait qu’ils liront son ouvrage. Ce lectorat découle logiquement des caractéristiques mêmes de l’alpinisme, activité sans enregistrement et homologation des performances. Le récit rétrospectif, pendant longtemps, est alors la seule manière de valider l’exploit dans la communauté alpinistique, voire de le faire exister 21, d’où le doute permanent, encore aujourd’hui, sur la réalité des « premières ». Cette frange du lectorat visé garantit une certaine adéquation du récit aux faits : rendue publique sans anonymat (ce qui n’est pas le cas d’un récit de vie oral), l’autobiographie écrite se doit de proposer une vision juste des faits pour être acceptée et son auteur reconnu par les pairs. Ceci témoigne une fois de plus du fort enjeu de reconnaissance qu’il y a à écrire une autobiographie et qui révèle la prégnance du motif de « justification » (Bouilloud, 2009, p. 41) ou encore « d’apologie » (Lejeune, 1980, p. 79), à relier aux caractéristiques mêmes de l’alpinisme.

34Il s’agit ensuite d’un public constitué d’initiés, alpinistes ou amateurs de montagne, visible dans des éléments du texte et du paratexte (quatrième de couverture, préfaces, dédicaces). Dans la préface de Climbing Days, Dorothy Pilley évoque ainsi la difficulté à plaire à la fois aux alpinistes et aux randonneurs : « The mountaineer will find too little climbing […] » (Pilley, 1935, p. viii). En outre, les maisons d’éditions qui publient ces ouvrages sont généralement spécialisées (la collection « L’aventure vécue » chez Flammarion et surtout les éditions Guérin en France ; les éditions Bâton Wicks et Vertebrate Publishing en Angleterre).

  • 22 Pour le premier point, cf. le prisme de la langue ; pour le second cf. le prisme du champ littérair (...)

35Enfin, ces textes s’adressent également à un public plus large, notamment aux périodes d’exploration de nouveaux massifs (celles caractérisées par un style héroïque et un nombre élevé de publications 22), où les exploits des alpinistes sont particulièrement médiatisés. Dans certains récits, des précisions techniques pour les non-initiés apportées en marge du texte, tout comme les éditions spéciales raccourcies des best-sellers (par exemple Les Conquérants de l’inutile, Lionel Terray, 1961), confirment l’existence de ce lectorat élargi.

36Un indice supplémentaire du lectorat visé nous est fourni par la présence fréquente de chapitres justificatifs de défense de l’alpinisme, souvent en fin d’ouvrage : ces textes permettent d’imaginer un lectorat large, qui nécessite d’être convaincu du bien-fondé de cette activité dangereuse, mais également un lectorat de pairs en tant qu’ils participent aux débats éthiques qui animent la communauté des alpinistes et permettent de se situer dans l’espace du sport : tel alpiniste va défendre une conception contemplative de l’alpinisme, tel autre justifier ses ascensions dangereuses en se distinguant des générations précédentes qualifiées de timorées, un autre encore dénoncer l’usage de l’oxygène en expédition en arguant d’une éthique de l’alpinisme, etc.

37Quant au sexe des lecteurs, on peut supposer qu’il correspond à celui de la population, essentiellement masculine, des alpinistes. Quelques ouvrages sont d’ailleurs très clairement destinés aux jeunes garçons (Kirkus, 1941 ; Rébuffat, 1964). L’alpinisme étant pourvoyeur de héros virils et l’autobiographie transmetteur de modèles (Faure, 2003, p. 219) cela n’a rien d’étonnant. On peut d’ailleurs le voir directement lorsque les grands alpinistes font référence à leur lectures des autobiographies de leurs prédécesseurs masculins, alors que les ouvrages écrits par des femmes ne sont jamais cités et que les quelques alpinistes-écrivaines ne citent jamais de telles lectures.

Les autobiographies d’alpinistes au prisme de l’auteur

38Le dernier prisme est celui de l’auteur. « L’écriture de l'autobiographie dépend de la trajectoire biographique de l'autobiographe et de l'habitus qui lui correspond » (Mauger, 1994, p. 39). On peut donc s’interroger sur ce qui confère à l’alpiniste le surcroit de légitimité par rapport aux autres qui le fait se sentir autorisé à écrire sur soi. Au terme de quel type de trajectoire ? Quelle légitimité ? Sociale, sportive, littéraire ?

  • 23 C’est le cas de 95% des alpinistes britanniques du corpus nés avant les années 1920 et de 70% des a (...)

39Du côté des propriétés sociales au principe de l’habitus, on remarque une nette surreprésentation des hommes (94% des écrivains), de milieux favorisés (76% au Royaume-Uni, 65% en France), blancs (100%). Néanmoins, la variabilité historique doit être réintroduite. Par exemple, alors qu’aux débuts du sport, la quasi-totalité des écrivains fait partie de l’élite intellectuelle 23, à partir de l’entre-deux-guerres au Royaume-Uni et de l’après-guerre en France, la proportion d’écrivains issus de milieux populaires augmente, au point qu’ils sont surreprésentés parmi les alpinistes français des années 1950 et 1960. Ceci va de pair avec une sportivisation croissante de l’activité, plus précoce en Angleterre qu’en France et avec la mise en avant de valeurs purement sportives et techniques dans la définition de l’alpinisme d’élite (Hoibian, 2000) qui permet, dans une certaine mesure (seulement), sa démocratisation. Dans un tel contexte, se sentent légitimes dans leur rôle de « grands alpinistes » ceux qui font partie de l’élite sportive et non plus uniquement les membres de l’élite sportive et sociale. Quant aux femmes, leur sous-représentation du corpus reflète leur place dominée dans le champ de l’alpinisme, toute période confondue : pour être implicitement acceptées comme faisant partie de l’élite, il faut qu’elles témoignent d’un niveau sportif d’exception, c'est-à-dire qu’elles soient non seulement meilleures que les autres femmes mais bel et bien les égales des meilleurs hommes. Ceci explique qu’on n’ait aucune femme issue de milieu populaire parmi les auteures d’autobiographies, ces dernières possédant en quelque sorte un double déficit de légitimité, social et genré.

40Du côté de la trajectoire, l’écriture est légitimée par une carrière sportive exceptionnelle, exemplaire, « digne d’intérêt ». La justification de l’entreprise autobiographique à l’aune de la transformation ou conversion de soi au cours de la vie (Poliak, 2002, p. 9) est d’ailleurs implicitement présente dans les textes, où on trouve des nombreux indices d’une « distinction de soi à soi » (Lahire, 2004), c'est-à-dire d’un soi plus jeune, débutant, ignorant de la montagne, ne possédant pas les codes, faisant des erreurs et d’un soi grand alpiniste. La dimension d’exemplarité inhérente à la démarche autobiographique sportive explique l’absence de récits d’alpinistes « ordinaires ». On observe d’ailleurs dans ces textes, outre la distinction de soi à soi, une distinction de soi, grand alpiniste, aux « autres » usagers de la montagne, alpinistes ordinaires « malhabiles […], totalement incapables d’effectuer des ascensions d’une grande difficulté » (Terray, 1961, p. 308) ou touristes vulgaires, dénaturant « le monde de l’altitude, qui perd son caractère au contact des foules » (Leroux, 1989, p. 44).

  • 24 À propos des autobiographies de sociologues, Jean-Philippe Bouilloud écrit : « C’est pour être "rec (...)
  • 25 C’est « l’effet de canal » dont parle Daniel Bertaux (1980, p. 212 ; 1997, p. 39), qu’on retrouve d (...)

41Corollaire à l’exemplarité, la reconnaissance comme « grand alpiniste » semble également centrale dans le processus d’écriture 24. S’intéresser aux autobiographies d’alpinistes (c'est-à-dire centrées sur leur vie d’alpinistes 25) permet donc de sélectionner d’emblée des « grands alpinistes »… ce qui ne signifie pas que tous aient écrit leur autobiographie, notamment du fait des phénomènes d’auto-sélection de nature sociale ou genrée (Poliak, 2002, p. 11 ; Bertaux, 1980, p. 215 ; Peneff, 1979, p. 56). Mais pour écrire son autobiographie, il faut également se sentir légitime d’un point de vue strictement littéraire. De ce point de vue, si les alpinistes-auteurs d’origines populaires ne sont pas sous-représentés par rapport à leur proportion dans l’ensemble du groupe des « grands alpinistes », c’est aussi parce que leur trajectoire sportive ascendante se double souvent d’une acculturation littéraire, du fait de leurs lectures relatives à l’alpinisme, qui peuvent jouer comme entrée dans la lecture en général (Moraldo, 2012), mais également du fait de la socialisation culturelle qui a lieu via les pairs et les clients (appartenant aux classes cultivés) pour les guides.

Héroïsation de soi et registre de la vocation

42Le passage par les prismes permet d’objectiver le texte en montrant de quelle manière il s’inscrit dans le social. Il permet également d’introduire les dimensions temporelles et nationales présentes dans cette recherche. Ainsi, on peut expliquer certaines propriétés du texte par les propriétés des auteurs et par les propriétés du sport, replacées dans l’espace social et sportif d’une époque et d’un pays. Cette analyse permet de faire ressortir une spécificité forte de ces autobiographies d’alpinistes, qui tient à la fois aux caractéristiques mêmes du sport et à son histoire, aux représentations de l’alpinisme (historiquement et nationalement ancrées), aux propriétés des écrivains et à leurs trajectoires : la forte dimension d’exemplarité qui est la leur et qui s’incarne dans une entreprise « d’héroïsation de soi ». C’est dans ce cadre interprétatif qu’on peut lire à présent ces autobiographies : on peut donc tirer des connaissances sociologiques du contenu de l’autobiographie, en l’étudiant au prisme d’un « topos », ou d’une « posture » qu’on aura pris soin d’objectiver au préalable.

43Gérard Mauger interprète les autobiographies « d’en bas » comme des « entreprises de grandissement de soi » justifiées par l’exemplarité d’un parcours, par les connaissances acquises pendant ce parcours et par la singularité de l’expérience de transformation de soi (Mauger, 1994, p. 39). À propos des autobiographies d’alpinistes, le passage par les prismes nous a montré en filigrane que l’héroïsation de soi se fonde également sur l’exemplarité d’un parcours : le grand alpiniste est un héros au destin social et sportif extraordinaire. En outre, elles se justifient, non pas par les connaissances acquises, mais par les exploits réalisés et le fait qu’il faille les raconter pour vraiment les « faire exister » au sein de la communauté des alpinistes et au-delà. Enfin, le processus de distinction de soi à soi et de soi aux autres inhérent à l’accession au statut de grand alpiniste procure une légitimité à revenir sur son parcours.

44Pour illustrer le fonctionnement de l’héroïsation de soi, nous voudrions revenir ici sur une « matrice rhétorique » (Faure, 2003, p. 225) qui en est constitutive : la lecture de la trajectoire de grand alpiniste au registre de la vocation. En effet, au-delà des singularités individuelles et des différences générationnelles, nationales, genrées, on peut voir qu’un même « fonds discursif » (Lahire, 1999, p. 18), sur le mode vocationnel, caractérise ces textes. Julien Bertrand définit le rapport vocationnel à l’activité par un attachement sur le mode du don ; la séparation symbolique entre l’activité et le travail ; et un investissement passionné (Bertrand, 2011, p. 88). On retrouve ces éléments dans les autobiographies d’alpinistes.

Une rhétorique de la passion

45Lorsque l’alpinisme est vécu sur le mode vocationnel, les discours relèvent d’une rhétorique de la passion, qui peut puiser dans divers champs lexicaux : l’addiction, le désintéressement, l’ascétisme, l’engagement total, etc. Cette rhétorique est présente chez tous les alpinistes, à toutes les époques.

46L’alpinisme est décrit tout d’abord comme une addiction irrémédiable. On met ici volontairement en regard une citation de Martin Conway, alpiniste victorien, et de Micheline Morin, femme alpiniste française, décrivant tous deux l’addiction suite à leur première ascension : « I woke to find myself helplessly entangled in the love of mountains, and especially mountains that reached up into the romantic region of eternal snow » (Conway, 1920, p. 201) ; « Et je connus qu’en dépit de moi-même il me faudrait retourner vers [la montagne] […]. Je connus que je n’étais plus libre, qu’elle m’avait conquise, et que désormais je ne cesserai plus de l’aimer » (Morin, 1936, p. 82).

47Le désintéressement associé à l’activité est une autre modalité de la rhétorique de la passion, comme ici chez Lionel Terray :

« Pour moi, je n’avais gardé qu’un infime espoir de réussir, et si je jetais toutes mes forces dans la bataille, c’était, avant tout, "pour le principe", pour avoir tout tenté et ne rien pouvoir me reprocher ; aussi, sans doute, pour la joie de me dépenser dans une action à laquelle j’avais cessé de trouver un but mais qui, pour cette raison même, m’exaltait par sa pureté absolue » (Terray, 1961, p. 500).

48Il va souvent de pair avec un engagement total, décrit comme un « jeu » où la vie est le prix à payer : « Ce qui compte c’est que cette vie soit belle et intense, quitte à en payer le prix. Si on meurt, on l’a accepté. Si on vit, c’est dans un contexte formidable » (Leroux, 1989, p. 237) ; « Je suis persuadé qu’il n’y a pas de plus belle pierre tombale qu’une montagne pour un alpiniste » (Paragot & Berardini, 1974, p. 213).

49Cet engagement prend aussi la forme d’un fort investissement dans l’activité, qui tend à l’ascétisme : « The Valkyrie [club] climbed in all weathers because the effort to get out to the hills was so great. We felt it was always worth doing something even in the worst conditions » (Brown, 2001, p. 49).

50Sur ce point, les quelques femmes du corpus ne sont pas en reste: « I climbed nearly every day – with anyone and everyone  » (Moffat, 1961, p. 64). Ou encore :

« Nous nous imposons une règle, faire au maximum, comme les premiers alpinistes, retrouver le même engagement qu’eux […]. Nous n’avertissons personne et privilégions les voies les moins fréquentées et les plus difficiles d’accès […]. C’est très dur de ne pas prendre les remontées mécaniques quand elles sont là […] Il m’arrive parfois de pleurer de fatigue » (Destivelle, 1987, p. 71).

L’alpiniste créateur

51À l’opposé du travail, l’alpinisme, quand bien même il a toujours été source de revenus directs (pour les guides) ou indirects (pour les amateurs ou les professionnels qui publient des récits, font des conférences, etc.) est vécu et décrit comme une activité supérieure, dont la dimension monétaire est absente. Les métaphores du puzzle, des échecs (pour le versant intellectuel), de la danse, du ballet, de la chorégraphie, du tableau (pour le versant artistique) abondent, comme ici chez Andy Cave où elles sont combinées : « It was like gymnastics, chess and dance all tangled together. Somehow it seemed so quintessential, so perfect » (Cave, 2005, p. 273).

52Chez Pierre Allain, l’alpinisme est mis sur le même plan – celui de la création – que des activités socialement plus légitimes :

« Au fond, ce qui importe, c’est de se réaliser pleinement, d’épuiser toutes ses possibilités, de se concrétiser en quelque chose, que ce soit en sport, en littérature, dans l’édification valeureuse d’une théorie scientifique ou philosophique, ou dans le simple jeu harmonieux de ses muscles, cela représente le summum de ses possibilités créatrices. Création, voilà le maître mot, l’activité première ; par elle nous participons à l’œuvre universelle, seule grandeur réelle » (Allain, 1947, p. 20).

53Comme chez les danseurs contemporains étudiés par Pierre-Emmanuel Sorignet, vivre l’activité sur le mode vocationnel permet de surmonter la précarité financière et la fatigue du corps (Sorignet, 2012) auxquelles s’ajoutent pour les alpinistes la mort de nombreux camarades dans une activité où l’incertitude quant à la survie même est forte.

Un déni de la genèse sociale de l’engagement dans l’alpinisme

54Enfin, l’alpinisme vécu et raconté sur le mode vocationnel s’incarne dans des réflexions sur la « chance », ou sur l’étrangeté d’un destin improbable, ce qui revient ainsi à affirmer la force d’un « don » inné et à refuser toute détermination familiale, comme ici, chez Lionel Terray : « Pour la première fois, je compris toute la bizarrerie du destin qui avait fait d’un enfant né dans une famille de bourgeois intellectuels, un professionnel de l’alpinisme et l’un des conquérants des plus hautes et des plus difficiles montagnes du monde » (Terray, 1961, p. 10). Ici, l’affirmation très fréquente de la « non-prédestination » sociale à l’alpinisme passe par des formules sur le mode du « rien ne me prédisposait » : « My background and early years gave little hint of my erratic future as a mountaineer. I was born in London in 1934. Neither of my parents had the slightest interest in the mountains » (Bonington, 2000, p. 8) ; « Ce n’est pas à Montflanquin que s’est forgé mon goût pour l’altitude » (Bâtard, 2003, p. 25).

55Ainsi, la vocation d’alpiniste est souvent analysée sous l’angle de la force du « destin », auquel « on n’échappe pas » (Magnone, 2005, p. 83) (« the road I was destined to follow » chez Martin Conway, 1920, p. 18), du « goût inné pour l’aventure » (Frison-Roche, 1981, p. 18) avec lequel on est né (« Some are born with it », Smythe, 1935, p. 1), ou encore de la « puissance intérieure incoercible » (Allain, 1941, p. 26).

  • 26 Mais que le format de l’article ne nous permettra pas de développer.

56Enfin, toute une analyse est également possible du rapport actif à l’existence, résolument tournée vers le « faire », que dévoilent ces autobiographies 26. L’alpiniste s’y présente comme un self-made-man indépendant et libre, menant la vie aventureuse et incertaine qu’il s’est choisie et relevant une succession de défis ou de « tests » alpins.

57L’entreprise d’héroïsation de soi qui est celle des autobiographies d’alpinistes n’empêche cependant pas le sociologue de remarquer certaines failles du discours, certaines tensions entre le mode vocationnel et les conditions de vie objectives : entre le désintéressement et la compétition entre cordées ; entre la passion et les retombées financières ; entre l’engagement total et la confrontation permanente avec les morts de compagnons ; entre une vie aventureuse « choisie » et les obligations familiales, ou la nécessité d’une reconversion quand le corps ne suit plus… La façon dont ces différentes tensions sont évoquées (explicitées ou cachées, avouées entre les lignes ou passées sous silence) est également à replacer dans le cadre de l’entreprise d’héroïsation de soi propre à ces autobiographies.

Conclusion

58Dans cet article, nous avons tenté de montrer que l’autobiographie littéraire pouvait constituer un matériau sociologique viable, ici pour étudier l’objet spécifique que représentent les « grands alpinistes » français et anglais, sur une longue période temporelle et dans une perspective comparative. Contre la méfiance de certains sociologues envers ce matériau atypique, il nous parait possible de le sociologiser en le regardant au travers de différents prismes, ce qui revient à le replacer dans des espaces (ou champs) et ce qui permet d’objectiver la « posture discursive » prise par son auteur. La prise en compte de cette posture, une fois objectivée, apporte un surcroit d’information utile au sociologue. Ici, la posture discursive des alpinistes, qui prend par exemple la forme d’une entreprise d’héroïsation de soi, apporte quelque chose à l’analyse des dispositions, ethos et valeurs des alpinistes. Elle permet également de faire le lien entre trajectoires et dispositions puisqu’en tant que posture d’exemplarité, elle découle d’une trajectoire sportive d’exception.

59Une fois le détour nécessaire par les prismes effectué et la posture de l’auteur objectivée, une manière d’éviter de « s’interroger sans fin sur le degré de véracité et de reconstruction [des autobiographies littéraires] » (Bertaux, 1997, p. 41), une question qui demeure est celle d’agréger et de comparer les différents récits, jusqu’à saturation des thèmes qu’on y (re)trouve (Olivier de Sardan, 1995, p. 15).

« L’"ordre" [dans lequel se déroule la vie des individus] est une réalité sui generis, pour reprendre un terme cher à Durkheim, existant pour une part "hors de la conscience" des individus et ne devenant visible que par l’opération méthodologique consistant à agréger et à fondre les expériences individuelles (par la construction de phases communes et le séquençage de la carrière), comme dans le cas de l’agrégation statistique » (Darmon, 2008, p. 162).

60Comme l’écrit Muriel Darmon, qui prône « l’agrégation qualitative » des carrières d’anorexiques comme moyen d’objectivation, c’est aussi par la comparaison méthodique des récits autobiographiques qu’on peut se détacher du regard singulier pour atteindre une position surplombante rendant possible l’analyse sociologique.

Haut de page

Bibliographie

Artiaga L. (2005), « Autobiographie et histoire du sport : jeux d'échelle », dans Baudorre P., Boucharenc M. & M. Brousse, Écrire le sport, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux.

Beaud S. & P. Guimard (2011), Traîtres à la nation. Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud, Paris, Éditions La Découverte.

Bertaux D. (1976), Histoires de vie – ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographique en sociologie, rapport au CORDES.

Bertaux D. (1980), « L’approche biographique : sa validité méthodologique, ses potentialités », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 69, pp. 197-225.

Bertaux D. (1997), Le Récit de vie, Paris, Éditions Armand Colin.

Bertrand J. (2011), « La vocation au croisement des espaces de socialisation », Sociétés contemporaines, vol. 82, pp. 85-106.

Bouilloud J. P. (2009), Devenir sociologue, Toulouse, Éditions Érès.

Bourdieu P. (1986), « L'illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62-63, pp. 69-72.

Bozonnet J. (1992), Des Monts et des mythes, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Connell R. W. & J. W. Messerschmidt (2005), « Hegemonic Masculinity: Rethinking the Concept », Gender and Society, vol. 19, n° 6, pp. 829-859.

Darmon M. (2008), « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix, vol. 82, pp. 149-167.

Dunning E. & K. Sheard (1979), Barbarians, Gentlemen and Players: A Sociological Study of the Development of Rugby Football, New York, New York University Press.

Faure S. (2003), « Le pouvoir de se raconter. Autobiographies d’artistes de la danse », Sociologie et sociétés, vol. 35, pp. 213-231.

Hamel J. (2007), « Réflexions sur la réflexivité en sociologie », Social Science Information/Information sur les sciences sociales, vol. 46, pp. 471-485.

Hamel J. (2013), « Bref rappel de trois problèmes méthodologiques de l’histoire de vie en sociologie », Bulletin de méthodologie sociologique, vol. 117, pp. 61-74.

Hoibian O. (2000), Les Alpinistes en France, Paris, Éditions L'Harmattan.

Jouty S. & H. Odier (2009), Dictionnaire de la montagne, Paris, Éditions Arthaud.

Lahire B. (1999), L'Invention de l'« illettrisme », rhétorique publique, éthique et stigmates, Paris, Éditions La Découverte.

Lahire B. (2002), Portraits sociologiques, Paris, Éditions Nathan.

Lahire B. (2004), La Culture des individus, dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, Éditions La Découverte.

Lejeune P. (1980), Je est un autre, Paris, Éditions du Seuil.

Lejeune P. (1998), Pour l'Autobiographie, Paris, Éditions du Seuil.

Lejeune P. (1996 [1975]), Le Pacte autobiographique, Paris, Éditions du Seuil.

Mauger G. (1991), « Enquêter en milieu populaire », Genèses, vol. 6, pp. 125-143.

Mauger G. (1994), « Les autobiographies littéraires. Objets et outils de recherche sur les milieux populaires », Politix, vol. 7, pp. 32-44.

Moraldo D. (2012), « Le rôle du récit autobiographique dans la construction d’une identité d’alpiniste. Le cas des alpinistes anglais » Interrogations?, vol. 14.

Moraldo D. (2014), « La construction sociale de l’ethos héroïque des alpinistes britanniques », European Studies in Sport History, vol. 6.

Olivier de Sardan J. P. (1995), « La politique du terrain », Enquête, n° 1, pp. 71-109.

Peneff J. (1979), « Autobiographies de militants ouvriers », Revue française de Sciences politiques, vol. 29, n° 1, pp. 53-82.

Peneff J. (1990), La Méthode biographique, Paris, Éditions Armand Colin.

Pennetier C. & B. Pudal (1996), « Écrire son autobiographie (les autobiographies communistes d'institution, 1931-1939) », Genèses, vol. 23, n° 1, pp. 53-75.

Perret J. (1997), Guide des livres sur la montagne et l'alpinisme, Grenoble, Éditions Belledonne.

Plasse-Bouteyre C. (2008), Les Écritures autobiographiques chez les professeurs de la Sorbonne 1880-1940, Paris, Éditions L'Harmattan.

Poliak C. (2002), « Manières profanes de "parler de soi" ». Genèses, vol. 47, pp. 4-20.

Sorignet P-E. (2012 [2010]), Danser, enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, Éditions La Découverte.

Veyne P. (1979), « L'alpinisme, une invention de la bourgeoisie », L'Histoire, vol. 11, pp. 41-49.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Récits d’alpinistes cités dans le texte

Allain P. (1999 [1947]), Alpinisme et compétition, Chamonix, Éditions Guérin.
Batard M. (2003), La Sortie des cimes, Grenoble, Éditions Glénat.
Bonington C. (2000), Boundless Horizons, The Autobiography of Chris Bonington, London, Weidenfeld & Nicolson Publishers.
Brown J. (1967), The Hard Years, London, Phoenix Publishers.
Cave A. (2005), Learning to Breathe, London, Hutchinson Publishers.
Conway M. (1920), Mountain Memories, A Pilgrimage of Romance, London, Cassel and Co Publishers.
Coste J. (1927), Mes Quatre premières années de montagne, Paris, Éditions Ficker.
Destivelle C. (1987), Danseuse de rock, Paris, Éditions Denoël.
Frison-Roche R. (1981), Le Versant du soleil, Paris, Éditions Flammarion.
Kirkus C. (1941), Let's Go Climbing! London, Nelson and Sons Publishers.
Leroux P. (1989), Guide, Paris, Éditions Arthaud.
Livanos G. (1958), Au-delà de la Verticale, Paris, Éditions Arthaud.
Magnone G. (2005), Sculpteur de cimes, Paris, Éditions Arthaud.
Mazeaud P. (1971), Montagne pour un homme nu, Paris, Éditions Arthaud.
Moffat G. (1961), Space below my Feet, London, Hodder & Stoughton Publishers.
Morin M. (1936), Encordées, Neuchâtel, Éditions Victor Attinger.
Paragot R. & L. Bérardini (1974), 20 ans de Cordée, Paris, Éditions Flammarion.
Peascod B. (1985), Journey after Dawn, Cumbria, Cicerone Press.
Pilley D. (1989 [1935]), Climbing Days, London, Hogarth Press.
Rébuffat G. (1964), Un Guide raconte, Paris, Éditions Hachette.
Shipton E. (1969), That Untravelled World, An Autobiography, London, Hodder & Stoughton Publishers.
Smythe F. (1935), The Spirit of the Hills, London, Hodder & Stoughton Publishers.
Terray L. (1961), Les Conquérants de l’inutile, Des Alpes à l’Annapurna, Paris, Éditions Gallimard.

Annexe 2

Méthodologie

La recherche (en cours) menée dans le cadre d’un doctorat de sociologie, a pour matériau principal les autobiographies de l’élite alpinistique française et britannique depuis l’invention de l’alpinisme. Le corpus autobiographique comprend la quasi-totalité des autobiographies littéraires existantes (et disponibles), soit 42 autobiographies, 15 françaises (publiées entre 1949 et 2010) et 27 britanniques (publiées entre 1920 et 2012). À celles-ci s’ajoutent des « autobiographies incomplètes », nommées ainsi car elles reviennent essentiellement sur la carrière d’alpiniste et ne comprennent pas ou peu d’éléments de la vie de l’auteur antérieurs ou annexes à celle-ci : on en compte 10 françaises et cinq anglaises, publiées entre 1928 et 2004 27.

Le principe de choix de ces autobiographies est simple : étant donné que l’écriture d’une autobiographie en tant qu’alpiniste couronne presque toujours une trajectoire sportive d’exception, étudier les autobiographies littéraires d’alpinistes revient de facto à sélectionner une population quasi exclusivement constituée de membres de l’élite alpinistique, ceux qu’on nomme les « grands alpinistes ». On a donc procédé à des recherches bibliographiques et d’archives poussées afin de constituer la liste d’autobiographies la plus exhaustive possible 28.

Enfin, pour la période la plus récente de cette étude, des entretiens sont en cours de réalisation avec des grands alpinistes encore vivants, dont certains ont déjà écrit leur autobiographie. Dans le cadre du travail de thèse, ces deux matériaux sont complétés par des biographies, des récits d’ascension et divers articles publiés dans des revues d’alpinisme, afin d’inclure les grands alpinistes n’ayant pas publié d’autobiographie.

Alpinistes français auteurs d’autobiographies « complètes » ou « incomplètes »

Pierre Puiseux (1855-1928)

Fils de l’alpiniste Victor Puiseux (1820-1883), professeur à la Faculté des sciences de Besançon, mathématicien et astronome, lui-même mathématicien et astronome, membre de l’Académie des sciences.

Jean Coste (1904-1926)

Issu de la bourgeoisie (origines sociales précises inconnues). Étudiant en médecine.

Micheline Morin (1900-1972)

Fille d’un officiel de la marine, sœur de Jean-Antoine Morin, alpiniste, polytechnicien. Sans occupation. Mariée à Gérard Blachère (né en 1914), polytechnicien, ingénieur des ponts et chaussées, alpiniste.

Armand Charlet (1900-1975)

Issu d’une grande lignée de guides, son père est cultivateur et charpentier. Guide puis professeur-maître à l’École nationale d’alpinisme.

Pierre Allain (1904-2000)

Mécanicien tourneur, de père horloger. Inventeur de matériel d’alpinisme.

Roger Frison-Roche (1906-1999)

Parents gérants d’une brasserie à Paris, il est élevé par sa mère après la mort de son père. Guide, journaliste, écrivain.

Guido Magnone (1917-2012)

Fils d’une famille d’immigrés italiens, ouvriers cartonniers à Paris, né à Turin. Travaille dans la cartonnerie de ses parents, fait les Beaux-Arts, puis vit des retombées médiatiques de ses expéditions (conférences, films).

Pierre Leroux (1921-2005)

Parents ouvriers. Ajusteur, dessinateur industriel, puis guide.

Lionel Terray (1921-1965)

Issu d’une famille bourgeoise de Grenoble, père médecin et pionnier du ski. Guide.

Gaston Rébuffat (1921-1985)

Père employé de banque, mère au foyer. Elevé par sa mère. Guide.

Georges Livanos (1923-2004)

Père courtier en café à Marseille. Dessinateur chez un architecte, représentant, puis fonctionnaire à la Sécurité Sociale.

Robert Paragot (1927-)

Père ouvrier, grands-parents agriculteurs. Réparateur de machines à écrire.

Pierre Mazeaud (1929-)

Issu d’une famille de juristes célèbre, son père est conseiller à la Cour des comptes. Juriste, député, secrétaire d’Etat, Président du Conseil constitutionnel.

Lucien Berardini (1930-2005)

Origines ouvrières. Dessinateur industriel, puis chef de travaux en Arabie Saoudite.

René Desmaison (1930-2007)

Père invalide de guerre, mère couturière. Mécano, travaille dans un labo photo, dans un magasin de sport, puis devient représentant pour différentes entreprises, avant de devenir guide.

Robert Flematti (1942-)

Père ouvrier sur des chantiers, mère femme de ménage. Guide.

Yannick Seigneur (1941-2001)

Grand-père agriculteur, père déménageur. Il fait l’INSA à Lyon et devient guide.

Nicolas Jaeger (1946-1980)

Fils d’une photographe célèbre, il devient médecin, puis guide en 1975.

Marc Batard (1951-)

Parents cultivateurs, mère ancienne employée de banque. Guide.

Jean-Marc Boivin (1951-1990)

Origines sociales inconnues. Devient guide après des études de technicien supérieur. Alpiniste professionnel (conférencier, etc.).

André Georges (1953-)

Issu d’une lignée de guides, même si son père (sans doute cultivateur) ne l’était pas officiellement. Guide.

Jean-Marie Choffat (1956-)

Parents ouvriers chez Peugeot, à Sochaux. Ouvrier, puis alpiniste et conférencier. Écrivain.

Christophe Moulin (1958-)

Origines sociales inconnues. Professeur d’EPS, puis guide et guide-professeur à l’ENSA.

Catherine Destivelle (1960-)

Père ingénieur, elle devient kinésithérapeute puis alpiniste professionnelle.

Benoit Chamoux (1961-1995)

Issu d’une famille d’agriculteurs. Moniteur de ski, puis guide.

Lionel Daudet (1968-)

Fils d’instituteurs, mariée à une dentiste. Alpiniste professionnel.

Alpinistes anglais auteurs d’autobiographies « complètes » ou « incomplètes »

Alfred Hopkinson (1851-1939)

Fils d’un chef d’entreprise de Manchester. Avocat et Vice-président de l’université de Manchester.

Martin Conway (1856-1937)

Fils de recteur. Rentier, mécène, professor of Art à l’université de Liverpool, puis de Cambridge.

Elizabeth Aubrey Le Blond (1861-1934)

Issue de l’aristocratie. Rentière. Écrivaine, photographe. Présidente du Ladies’s Alpine Club.

Geoffrey Winthrop-Young (1876-1958)

Fils de Sir George Young (baronnet, membre du Parlement). Professeur à Eton, inspecteur, journaliste, écrivain.

Tom Longstaff (1875-1964)

Fils d’un homme d’affaire (merchant), rentier. Explorateur, naturaliste, écrivain.

Graham Brown (1882-1965)

Fellow à la Royal Society (physiologie).

Arnold Lunn (1888-1974)

Fils de Sir Henry Lunn, prêtre méthodiste. Écrivain, alpiniste.

George Finch (1888-1970)

Fils d’un riche éleveur. Professeur de physique-chimie à l’Imperial College de Londres et Fellow à la Royal Society.

Dorothy Pilley (1893-1986)

Fille d’un professeur de sciences, elle épouse un scholar de Cambridge. Journaliste indépendante.

Frank Smythe (1900-1949)

Fils d’un grand propriétaire immobilier. Écrivain, alpiniste.

Nea Morin (1905-1986)

Fille d’un libraire indépendant et d’une marchande d’art (gravures), femme de Jean Morin, alpiniste français, polytechnicien et ingénieur militaire. Présidente du Ladies’ Alpine Club. Traductrice d’ouvrages d’alpinisme.

Eric Shipton (1907-1977)

Fils d’une riche famille de planteurs à Ceylan. Planteur au Kenya, puis explorateur.

Colin Kirkus (1910-1940)

Fils d’un ingénieur automobile. Employé dans une compagnie d’assurance.

Bill Murray (1913-1996)

Père inspecteur des mines tué pendant la première guerre mondiale. Employé de banque, soldat, puis écrivain (ouvrages d’alpinisme, fiction, poésie).

Wilfrid Noyce (1917-1962)

Fils de Sir Frank Noyce, membre du Viceroy council en Inde, il devient professeur de langues, puis écrivain.

Charles Evans (1918-1995)

Fils d’un avocat mort pendant la première guerre mondiale. Chirurgien, Recteur d’université.

Bill Peascod (1920-1985)

Fils de mineur. Mineur, puis peintre (art) et enseignant en arts plastiques.

Gwen Moffat (1924-)

Issue de la bourgeoisie (origines sociales précises inconnues). Première femme guide en Angleterre. Écrivaine de polars à succès.

Joe Brown (1930-)

Fils de maçon. Maçon, puis plombier.

Don Whillans (1933-1985)

Fils d’un garçon d’épicerie. Réparateur de chaudières.

Christian Bonington (1934-)

Fils d’un journaliste, élevé par sa mère. Cadre, puis alpiniste professionnel (conférencier, écrivain).

Dennis Gray (1935-)

Fils d’un artiste de cabaret. Employé de banque, avant de devenir premier secrétaire du British Mountaineering Council.

Julie Tullis (1939-1986)

Fille de restaurateurs. Elle et son mari sont instructeurs d’escalade et gèrent le café et l’épicerie de leur village. Réalisatrice de films d’expédition.

Dougal Haston (1940-1977)

Fils de boulanger. Instructeur d’alpinisme, Directeur de l’Ecole internationale d’alpinisme de Leysin.

Doug Scott (1941-)

Fils d’un policier. Instituteur puis alpiniste professionnel (conférencier, écrivain). Président d’une association caritative tournée vers le Népal.

Stephen Venables (1954-)

Fils d’un dirigeant d’entreprise. Professeur de musique, puis alpiniste professionnel (conférencier, écrivain).

Mick Fowler (1956-)

Fils d’un employé dans une imprimerie. Assistant directeur dans un centre de collecte des impôts.

Joe Simpson (1960-)

Fils d’officier. Alpiniste professionnel, écrivain à succès.

Simon Yates (1963-)

Milieu d’origine inconnu. Après des études universitaires, il fait des petits boulots pour pouvoir se consacrer à l’alpinisme.

Paul Pritchard (1967-)

Issu d’un milieu populaire non renseigné. Chômeur vivant des aides sociales pour se consacrer à l’alpinisme, puis alpiniste professionnel (et écrivain).

Andy Cave (1967-)

Fils de mineur. Mineur, il reprend ses études, fait une thèse en sociolinguistique et devient guide et conférencier.

Andy Kirkpatrick (1972-)

Fils d’un militaire et d’une ouvrière. Vendeur dans un magasin d’alpinisme, puis alpiniste professionnel (conférencier, écrivain, réalisateur de films d’expéditions).

Haut de page

Notes

1 À l’inverse de sports comme le football (Beaud & Guimard, 2011), générateur de nombreux discours et récits médiatiques mais de relativement peu de récits provenant des footballeurs eux-mêmes.

2 On s’intéresse uniquement à l’élite sportive, d’ailleurs seule productrice d’autobiographies centrées sur l’alpinisme. Pour plus d’information sur la méthodologie et la constitution du corpus, cf. annexe méthodologique.

3 On peut citer les travaux de Christine Plasse-Bouteyre (2008) ou de Sylvia Faure (2003).

4 Avant lui, Daniel Bertaux avait déjà pointé ce phénomène de lissage a posteriori d’une trajectoire biographique, propre aux récits de vie (oraux), qu’il nomme alors « idéologie biographique » (Bertaux, 1976 ; Bertaux, 1997, pp. 38-40). Lorsque Pierre Bourdieu formule sa critique de « l’illusion biographique », il dénonce avant tout les biais associés au matériau de type récit de vie.

5 Entretiens en cours.

6 Tout comme la structure institutionnelle des centres de formation à la danse contemporaine (Sorignet, 2012, p. 28) ou au football « transforme la vie des apprentis et tend à les faire adhérer sur le modèle de la vocation » (Bertrand, 2011, p. 88).

7 Daniel Bertaux écrit : « On sait que faire le récit de sa vie ce n’est pas dévider une chronique des évènements vécus, mais s’efforcer de donner un sens au passé […]. Les mécanismes de cette "sémantification" sont fort peu explorés ; sans doute s’agit-il en règle générale de bricolages personnels utilisant comme matériaux de base des éléments de sens ou sèmes prélevés dans l’univers sociosymbolique environnant » (Bertaux, 1980, p. 213).

8 Comme l’écrit Pierre Bourdieu, « le récit […] propose des évènements […] qui tendent ou prétendent à s’organiser en séquences ordonnées selon des relations intelligibles » (Bourdieu, 1986, p. 69).

9 Une analyse des chapitres des cinq alpinistes français du corpus nés dans les années 1920 (Leroux, Terray, Rébuffat, Livanos, Mazeaud) donne les résultats suivants : aux chapitres de découverte de la montagne (« Les calanques de l’adolescence » (Rébuffat), « Découverte de la montagne » (Terray), « Du lycée aux Alpes » (Livanos)), succèdent la naissance de la vocation (« Premières armes » (Livanos), « Premières conquêtes » (Terray), « Le premier grand sommet » et « Premières armes pour un guide » (Rébuffat) ; « Mes premiers essais sérieux ou le dialogue entretenu » (Mazeaud)) et les grandes ascensions (« La Face nord des Grandes Jorasses » (Leroux), « La face Nord de l’Eiger » (Leroux ; Terray), « Les Grandes Jorasses et le Cervin : nous avons gagné ! » (Rébuffat)).

10 Ou encore un « monde social » ou un « microcosme social », pour Daniel Bertaux (1997, p. 19) à propos du récit de vie.

11 «La notion de disposition suppose que l’on puisse repérer une série de comportements, d’attitudes, de pratiques… cohérente et interdit de penser que l’on puisse déduire une disposition à partir de l’enregistrement ou de l’observation d’un seul évènement » (Lahire, 2002, p. 19).

12 Ce qui n’empêche pas, dans un second temps, d’observer des récurrences sur le long terme.

13 Cf. annexe méthodologique.

14 Sur ce point on peut citer Christine Plasse-Bouteyre, qui oppose le récit didactique des boursiers au « bien écrire » des héritiers qu’elle étudie (Plasse-Bouteyre, 2009, p. 188).

15 Comme l’illustrent ces titres de récits : The Assault on Mount Everest 1922 (Hunt, 1923) ; The Fight for Everest 1924 (Norton, 1925) ; Kamet Conquered (Smythe, 1932) ; etc.

16 Avec des titres comme : Une Victoire sur l’Himalaya (Pierre, 1960) ; Annapurna, 1er 8000 (Herzog, 1951) ; Bataille pour le Jannu (Franco & Terray, 1965), etc.

17 D’après notre propre connaissance du sujet et le recensement de Jacques Perret (1997), nous pouvons douter de ces chiffres. Il est vraisemblable qu’ils incluent les biographies également, si l’on ne prend en compte que les ouvrages de langue française.

18 Le comptage, effectué par moi-même, prend également en compte les biographies, pour s’aligner sur le comptage de Loïc Artiaga.

19 Nous avons cependant recensé trois auteurs de mémoires et récits d’ascension en France sur cette période, contre dix au Royaume-Uni. Le déséquilibre des productions littéraires qu’on observe en faveur du Royaume-Uni se comprend aussi dans ce cadre temporel : l’alpinisme s’y est institutionnalisé vingt ans avant la France.

20 Elles le sont également socialement, mais nous ne revenons pas ici sur ce point.

21 Ne pas raconter une ascension, c’est presque oblitérer qu’elle a eu lieu. La dimension performative est forte. Pour citer un alpiniste en entretien: « There were things we climbed illegally [in the Himalayas], so you don’t need a permit, so that helps, it means afterwards you don’t report it […]. It wasn’t publicised in books or anything ». NB: il faut payer un permis pour réaliser des ascensions dans l’Himalaya.

22 Pour le premier point, cf. le prisme de la langue ; pour le second cf. le prisme du champ littéraire.

23 C’est le cas de 95% des alpinistes britanniques du corpus nés avant les années 1920 et de 70% des alpinistes français. Le pourcentage français plus faible peut aussi s’expliquer par la sous-représentation des auteurs français sur cette période.

24 À propos des autobiographies de sociologues, Jean-Philippe Bouilloud écrit : « C’est pour être "reconnu" comme chercheur, savant, "grand homme" ou autre, c’est pour que cette identité-là soit acceptée que sont convoquées les topoï du texte autobiographique, qui vont induire à la fois les contenus et les effets stylistiques nécessaires pour arriver à ce résultat » (Bouilloud, 2009, pp. 59-60).

25 C’est « l’effet de canal » dont parle Daniel Bertaux (1980, p. 212 ; 1997, p. 39), qu’on retrouve dans l’étude de Jean Peneff sur les militants ouvriers (Peneff, 1979, p. 65).

26 Mais que le format de l’article ne nous permettra pas de développer.

27 Sur la totalité des autobiographies littéraires « complètes » et « incomplètes », soit 25 ouvrages français et 32 ouvrages anglais, trois ouvrages français et quatre ouvrages anglais restent à lire et/ou à analyser.

28 Nous pensons qu’elle l’est, car elle s’avère systématiquement plus fournie que les divers recensements existants de ce type d’ouvrages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Analyser sociologiquement des autobiographies  », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4688

Haut de page

Auteur

Delphine Moraldo

Doctorante au Centre Max-Weber (UMR 5283), Lyon, France - delphine.moraldo@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page