Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Composer avec l’exercice d’une activité de travail stigmatisée

Le cas de la médiation sociale en France 1
Fabienne Barthélémy

Résumés

En France, la médiation sociale a été au cours de la dernière décennie un terrain particulièrement étudié par la sociologie des groupes professionnels, montrant bien souvent l’échec de sa « professionnalisation ». Si ce terme analytique n’est pas le plus adéquat pour rendre compte de la réalité sociale observée sur le terrain, le sociologue ne peut passer sous silence la présence de dynamiques de consolidation des pratiques, de recherche d’une forme de stabilisation des travailleurs de la médiation sociale. Cet article propose de montrer concrètement comment le processus de division du travail entre médiateurs sociaux et acteurs du paysage local se fait incertain et ce, à partir d’une lecture interactionniste de leurs liens de coordination. En étudiant précisément l’ambiguïté de leur coopération, nous montrerons les difficultés pour les médiateurs à se projeter dans une activité professionnelle perçue et vécue comme stigmatisée. Cette analyse montrera donc l’une des tendances du monde du travail contemporain : le développement d’une forme de structuration d’activités de travail suivant un schéma alternatif au modèle conventionnel de la professionnalisation classique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En France, les activités dites de « médiation sociale » ont été soutenues par deux dispositifs publ (...)
  • 2 Les emplois d’avenir sont des contrats d'aide à l'insertion destinés aux jeunes particulièrement él (...)
  • 3 Ce point, qui mérite davantage de précisions, sera développé un peu plus loin dans l’introduction.

1Les gouvernements socialistes français, qu’il s’agisse de celui de Lionel Jospin en 1997 ou celui de François Hollande élu en 2012, ont mis au cœur de leur politique de lutte contre le chômage des dispositifs d’emplois aidés destinés à favoriser l’insertion professionnelle des jeunes : les « contrats emplois-jeunes » et plus récemment les « emplois d’avenir » 2. L’analyse sociologique qui s’y consacre est donc amenée à étudier des mouvements d’organisation de pratiques professionnelles pour la plupart éphémères, l’accent étant mis, à travers ces dispositifs publics, bien plus sur l’aide à l’insertion durable sur le marché du travail des porteurs d’emplois aidés, sur la consolidation de leur emploi, que sur la structuration et l’émergence de nouvelles professions 3. En effet, si la question de l’émergence d’une nouvelle profession, celle de « médiateur social », a été posée à plusieurs reprises (Barthélémy, 2009 ; Divay, 2010), les études s’entendent pour dire que la structuration des activités de médiation sociale ne s’apparente pas à un processus de construction d’une profession dite « établie ». Si la notion de « groupe professionnel » (Demazière & Gadéa, 2010) est venue assouplir celle de « profession », elle n’en désigne pas moins « des ensembles de travailleurs exerçant une activité ayant le même nom et par conséquent dotés d’une visibilité sociale, bénéficiant d’une identification et d’une reconnaissance, occupant une place différenciée dans la division sociale du travail et caractérisés par une légitimité symbolique » (Demazière & Gadéa, 2010, p. 20) et qui, de surcroit, auraient la conscience d’être eux-mêmes (Demailly, 2008). Autant d’éléments que l’analyse sociologique des activités de médiation sociale ne permet pas de mettre en lumière. Dès lors, en quels termes analyser les mécanismes de structuration de ces activités de travail émergentes ?

  • 4 L’auteure tient à remercier les lecteurs anonymes qui ont évalué la version initiale de cet article (...)

2Le parti-pris de cet article 4 est de montrer, à partir d’une analyse des liens de coordination entre les travailleurs de la médiation sociale et leurs interlocuteurs significatifs, l’originalité du processus par lequel ces acteurs construisent leur activité professionnelle. Celui-ci ne se fait pas en donnant des frontières fermes à leur mode d’intervention, faisant ainsi les médiateurs spécialistes d’un faisceau de tâches, mais dans des jeux d’acteurs ambigus où le mode d’exercice de la médiation sociale est plastique. Tiraillées entre consolidation et malléabilité, les activités de « médiation sociale » – qui se sont répandues à l’échelle du territoire à partir de la politique des « emplois-jeunes » – sont donc un terrain d’investigation riche pour montrer la dualité des politiques de l’emploi qui sont dans l’air du temps.

3Si la médiation sociale a été particulièrement investiguée par la sociologie des groupes professionnels, c’est notamment pour les questions épistémologiques qu’elle pose. Celles-ci sont notamment évoquées par Jacques Hamel (2012) dans un article au titre particulièrement évocateur : « La sociologie doit-elle changer afin de pouvoir étudier les sociétés en continuel changement ? » (Hamel, 2012). Devant le renforcement des phénomènes d’éclatement des professions, des formes traditionnelles de l’association (telles que la famille, les religions, les partis politiques) qui marque l’entrée dans une société dite « hypermoderne » (Aubert, 2008), Jacques Hamel s’interroge sur les concepts à même d’« expliquer des sociétés ou, plus exactement, des collectifs fondés sur des connexions entre médiateurs susceptibles de changer sans cesse » (Hamel, 2012). Dit autrement, comment fournir une lecture analytique de phénomènes mouvants ? Le point de vue de Jacques Hamel, que nous venons appuyer dans cet article, revient à considérer que si la réalité observée est mouvante, le sociologue se doit de mobiliser des théories et des concepts dont le projet n’est pas tant de figer le mouvement des associations entre individus impliqués que de mettre en évidence la malléabilité qui le caractérise. C’est dans cette perspective que nous avons mené une réflexion préalable qui nous a conduits à nous distinguer d’une partie des travaux réalisés par la sociologie française des groupes professionnels. En effet, si le flou qui entoure les activités de médiation sociale n’est plus à démontrer (Barthélémy, 2099 ; Jeannot, 2011), peut-on pour autant conclure à une professionnalisation « inachevée » ? Un précédent article (Barthélémy, 2009) a consisté à discuter cette option en justifiant notre doute par le fait que mobiliser la notion de professionnalisation impliquait de prendre pour point de comparaison le modèle de profession établie. Une activité « inachevée » le serait donc par comparaison à d’autres plus abouties, donc en adéquation avec un modèle élaboré par le regard du sociologue.

  • 5 En témoignent tout particulièrement deux initiatives. L’adoption, en 2000, d’une définition du méti (...)
  • 6 La médiation socio-culturelle est à ce titre particulièrement illustrative. À la fin des années 198 (...)

4Pourtant, s’éloigner d’une analyse en termes de « professionnalisation », n’exclut pas le repérage de dynamiques de structuration, de stabilisation de ces pratiques. Depuis la fin des années 1990, ont émergé sur le territoire français des équipes de médiateurs et de médiatrices sociales ; elles ont accompagné des publics fragilisés ; elles ont pris place dans des réseaux d’acteurs œuvrant en faveur du lien social. Mais – et c’est là un point important à souligner – cela s’est fait bien souvent sans connexion avec les initiatives nationales et associatives qui ont cherché à faire reconnaître la médiation sociale comme métier à part entière. Des actions ont été en effet entreprises par les pouvoirs publics 5 et certains acteurs de la société civile pour faire reconnaître la médiation sociale comme une activité à professionnaliser 6.

5Mais – et c’est là l’un des apports de cet article – il faut préciser que les médiateurs sociaux ne mobilisent pas au quotidien ce « référentiel métier ». Si au niveau national, on souhaite rassembler la diversité des pratiques dans un référentiel commun, les enquêtes de terrain montrent qu’il existe autant de pratiques de médiation qu’il y a d’expériences locales. C’est en effet dans des jeux d’acteurs locaux que s’élaborent les activités de médiation sociale. Dès lors, comment se passe le processus de construction de l’activité de médiation et sa stabilisation pour des travailleurs qui sont définis par le type d’emplois qu’ils occupent – des emplois aidés – plus que par celui des activités professionnelles qu’ils sont amenés à exercer ? Il faut en effet préciser que les activités de médiation sociale sont arrimées à une catégorie particulière d’emplois : les emplois aidés. C’est sans doute là l’une des caractéristiques profondes de ces activités de travail. Précisons également que l’appel à la reconnaissance du métier de médiateur social n’est pas engagé par les travailleurs eux-mêmes mais par des promoteurs (notamment le Ministère de la Ville qui entend délivrer une image homogène des pratiques de médiation sociale alors qu’elles sont marquées par leur forte localité). Dès lors, comment étudier l’organisation des activités de médiation dans un contexte où la profession et ses mécanismes de structuration ne sont pas visés ?

6Pour traiter ces questions, nous combinerons l’utilisation d’outils conceptuels empruntés au courant interactionniste symbolique (Goffman, 1975 ; Star & Griesemer, 1989) et à une approche socioconstructiviste (Berger & Kellner, 1988). Ce choix tient au souci de montrer que la médiation sociale, bien que récente, est socialement construite. En d’autres termes, elle est à la fois la fille de l’action sociale traditionnelle tout en proposant un renouvellement par l’interaction de cet héritage. Peter Berger et Hansfried Kellner montrent comment l’engagement matrimonial apporte de la stabilité à chacun des deux époux : par la conversation, les conjoints mettent en commun leurs points de vue et se mettent d’accord, sans forcément en avoir conscience, sur une nouvelle manière de voir les choses (Berger & Kellner, 1988). Leurs systèmes d’interprétation individuels s’unissent pour proposer, dans une forme renouvelée, un référentiel commun qui objective la réalité sociale du couple. Les travaux de Susan Leigh Star et James Griesemer offrent un concept précis, celui de flexibilité interprétative, qui permet de montrer concrètement comment la conversation – et plus particulièrement l’ambiguïté que les termes utilisés véhiculent – favorise l’engagement individuel et l’action collective (Star & Griesemer, 1989). Mais le regard dépréciatif porté par les travailleurs sociaux classiques sur les jeunes médiateurs demeure persistant et compromet l’objectivation de leur coopération. C’est la raison pour laquelle il semble plus pertinent de parler de la « stabilisation » des médiateurs, caractérisée par sa localité et sa précarité, que de leur « professionnalisation » ou de leur « institutionnalisation ».

7D’un point de vue pratique, nous retracerons dans cet article l’histoire d’une équipe de médiateurs sociaux, aux prises avec ses environnements locaux, dont la chronologie est représentative des tendances repérées chez d’autres groupes de travailleurs de la médiation sociale. Le matériau mobilisé est issu d’un travail de doctorat mené entre 2001 et 2006 et présente l’un des cas étudié dans cet exercice de réflexion : celui d’une équipe de six travailleurs employés au titre du programme « Nouveaux services - Emplois jeunes » et de leur coordinateur, éducateur spécialisé de formation, âgé d’une quarantaine d’années. La municipalité, située dans un département de l’Ouest de la France, en charge de la gestion d’une population d’environ vingt mille habitants, a choisi de recruter des jeunes âgés de vingt à vingt-quatre ans (une femme et cinq hommes), connaissant une situation de chômage ou ayant une expérience préalable dans l’un des services de la mairie (bibliothèque ou animation au service jeunesse). Cette équipe prend place aux côtés de travailleurs sociaux classiques, majoritairement des assistants de service social, employés par la municipalité et le Conseil général, de sexe féminin, qui sont, en termes de génération, les aînés des médiateurs. Une quarantaine d’entretiens a été réalisée auprès des principaux acteurs repérés comme pertinents (élus locaux, employeurs des médiateurs, employés en tant qu’« emplois-jeunes » de la médiation, coordinateur des équipes de médiateurs, travailleurs sociaux). De plus, l’équipe de médiateurs sociaux a été suivie dans son quotidien pendant six mois, ce qui a permis d’effectuer une série d’observations in situ de ses pratiques. Si cette enquête qualitative a été le terreau de notre travail doctoral, il est actualisé régulièrement par la lecture de la presse, la participation à des journées d’étude sur la médiation sociale, la conduite d’entretiens semi-directifs qui permettent d’approfondir la connaissance des activités de médiation sociale qui sont aujourd’hui soutenues par les « emplois d’avenir ».

8Cet article se propose, dans une première partie, de fournir une lecture des liens de coordination qui se nouent progressivement entre les médiateurs sociaux et leurs interlocuteurs professionnels (les travailleurs sociaux). En procédant de la sorte, le propos consistera dans une deuxième partie à montrer que la coopération est rendue possible par un mécanisme de « flexibilité interprétative », rappelant le cas de controverses scientifiques mettant en présence des acteurs aux intérêts divergents mais amenés à dialoguer et à s’entendre grâce à l’ambiguïté et la polysémie du sens donné à l’action. Mais si cela promet des temps d’échange et de coopération, cette perméabilité entraîne également confusion entre « identité virtuelle » et « réelle » chez les médiateurs sociaux, ce qui compromet l’établissement d’une division du travail claire et assumée : leur activité étant perçue et vécue comme « stigmatisée », ils n’ont pas de possibilité de se projeter dans l’activité, ce qui rompt la continuité entre la trajectoire antérieure et les projets professionnels. Le statut d’« emploi-jeune » a déclenché l’entrée sur le marché du travail après une période de chômage mais se révèle être un stigmate puissant quand il s’agit de se situer aux côtés des travailleurs de l’action sociale classique.

Composer avec le stigmate d’« emploi-jeune »

9L’identité de métier du travailleur social (assistant de service social, éducateur spécialisé) est fortement attachée au suivi d’une formation spécifique, à la détention d’un diplôme d’État et à une déontologie professionnelle. C’est la raison pour laquelle les relations entre l’équipe de médiateurs sociaux – fraîchement recrutés comme emplois-jeunes – et les travailleurs sociaux classiques implantés sur le territoire ne se font pas sans heurts. Choisis, comme l’indique le projet gouvernemental du dispositif « emplois-jeunes », pour leurs difficultés à s’insérer sur le marché du travail, leur profil dénote quelque peu dans le monde professionnel du travail social où la distance avec les publics d’intervention est un gage de professionnalisme. Au contraire, la ressemblance sociale entre médiateurs et populations locales est vivement recherchée. Cela faciliterait, en théorie, le contact avec les personnes en détresse sociale.

10Les médiateurs, à leur entrée sur le poste de travail, sillonnent les rues, vont à la rencontre des populations qu’ils connaissent pour la plupart depuis longtemps, car ils habitent les mêmes quartiers. N’ayant pas connaissance des codes qui régissent la division du travail entre acteurs du champ social, ils apportent leur aide à des personnes dans le besoin, mais commettent, ce faisant et sans forcément en avoir conscience, des « impairs » selon les dires des travailleurs sociaux.

  • 7 Les personnes sont désignées sous des noms d’emprunt.

« Un médiateur est venu avec une famille pour qui on ne pouvait rien faire tant que le dossier était incomplet et le médiateur a pris parti pour la famille, en nous disant "mais qu’est-ce qui se passe ? Vous ne pouvez pas faire ça !" Aucune neutralité ! La famille n’avait plus d’électricité, alors oui, c’est vrai, il fait froid, ils ne voient rien, mais Naïma 7 [une assistante sociale] a fait il y a un an une demande d’aide pour payer l’électricité mais ils n’ont jamais renvoyé les papiers. Donc ce n’est pas que le service social ne fait rien, comme ils disent, mais on ne peut pas le faire à leur place ! […] Donc j’ai dit à ce médiateur qu’il y a eu une demande et du coup, je pense qu’il va aller voir la dame aujourd'hui avec un autre regard » (Un assistant de service social).

11Les médiateurs ont alors rapidement compris qu’il leur fallait respecter certaines règles de travail et tout particulièrement celle de la répartition des compétences en matière de suivi social des personnes en difficultés. L’assistant de service social reste le premier interlocuteur à consulter afin de savoir si une procédure d’accompagnement a déjà été mise en place ou non, ceci afin d’éviter les « doublons », expression régulièrement entendue dans le champ du travail social. Cette prise de conscience s’accompagne d’une plus grande structuration des pratiques de médiation sociale, orchestrée par le responsable hiérarchique direct des médiateurs : leur coordinateur.

« Je leur apprends le terrain. Pour Julie [une médiatrice], personne ne fait rien dans les services sociaux. Moi, je lui dis "est-ce que tu as vérifié par rapport à l’assistante sociale qui suit telle personne, tu as pris contact avec elle ?". Le problème, c’est qu’elle est tout de suite en état fusionnel avec la personne. Il faut téléphoner à l’assistant social et je lui dis "essaye de voir la réalité et de ne pas t’en tenir aux propos de la personne". C’est une habitude importante à prendre, de travailler avec les services sociaux ; ça permet qu’ils soient reconnus parce qu’ils s’en sont pris plein la gueule. Ils doivent en avoir conscience : il y a des gens qui ne sont pas ouverts dans tout milieu, qui ne supportent que les gens formés ; ça existe dans le travail social » (Le coordinateur de l’équipe de médiateurs).

12Étant lui-même éducateur spécialisé de formation, il connaît les règles du jeu qui régissent le monde professionnel du travail social, fortement structuré autour de la question du respect du secret professionnel, de celle de la légitimité à intervenir conférée par un diplôme d’État, et non un dispositif de lutte contre le chômage. Son profil de travailleur social classique lui permet, comme il le dit lui-même, de « parler sur un pied d’égalité » aux travailleurs de l’action sociale classique. Il développe alors une rhétorique professionnelle qui montre les ressemblances entre le travail accompli par les jeunes médiateurs et le métier d’éducateur de prévention. C’est un travail de légitimation que dessine le coordinateur.

« On a des matinées où on n’a pas de programme clairement établi, ça fait partie de ce style de boulot. On n’a pas de planning établi, on ne sait pas toujours à l’avance ce qu’on va faire. Ça ressemble au métier d’éducateur de prévention. Tu te balades, il peut se produire des choses et ça déclenche une prise en charge. C’est aller à la pêche » (Le coordinateur de l’équipe).

  • 8 Sur le métier d’éducateur spécialisé, voir notamment Peyre & Tétard (2066).
  • 9 Contrairement à l’éducateur spécialisé intervenant en institution (notamment Aide sociale à l’enfan (...)

13La corrélation établie entre le travail de médiateur et celui d’éducateur de prévention fournit au coordinateur un support pour donner sens aux particularités de ce type d’intervention « où tout n’est pas cadré ni prévu à l’avance ». Ce qu’un regard extérieur peut interpréter comme une organisation du travail aléatoire prend un tout autre sens en référence au métier d’éducateur spécialisé et plus particulièrement d’éducateur de prévention 8. Ce dernier a pour particularité d’intervenir sans mandat officiel 9, d’aller à la rencontre des publics jeunes fragilisés donc de travailler principalement en milieu ouvert. Cette proximité entre le mode d’intervention de l’équipe et celui d’éducateurs de prévention, les médiateurs sociaux la mettent en mots, l’expriment et en sont fiers.

  • 10 Ce médiateur fait référence ici au coordinateur de l’équipe.

« Au début, les jeunes qu’on rencontrait nous disaient "médiateurs, c’est bien, vous faites rien, vous vous promenez… Comment on fait pour être médiateur ?". Maintenant, on bosse plus comme un club de prévention, c’était le but de Monsieur Jean 10. Et aujourd’hui, c’est ce qu’on fait et c’est ce qu’on dit aux élus. Et on pense à l’avenir, vers quels métiers on pourrait évoluer. Parce qu’on approche de la fin de nos contrats et les élus ont besoin de savoir à quoi on sert, si on est utile. Donc ils ont besoin de données chiffrées. Avant l’arrivée de Monsieur Jean, on ne notait rien, maintenant, on fait des statistiques donc ça, c’est bon pour nous » (Un médiateur).

  • 11 Précisons qu’au cours de la réalisation de l’enquête sur laquelle s’appuie le présent article, deux (...)

14En leur apprenant les méthodes des éducateurs de rue, le coordinateur entend également favoriser l’insertion professionnelle des médiateurs. En leur apprenant les codes du travail social, il pense en effet à faciliter leur sortie du dispositif « emplois-jeunes », leur orientation professionnelle et leur éventuelle réussite aux concours d’éducateurs spécialisés. En effet, malgré la création de deux diplômes de médiation sociale au plan national 11, la possibilité d’évoluer vers ces certifications n’est envisagée ni par le coordinateur ni par les médiateurs sociaux rencontrés.

15Mais la ressemblance entre le mode d’intervention des médiateurs et celui des éducateurs de rue n’est pas qu’une élégance de style. Elle est le terreau de leur « identité réelle », objective (Goffman, 1975). En effet, les médiateurs sociaux travaillent dans la rue, ont connaissance de situations de fragilité sociale par les habitants des quartiers qu’ils investissent et n’ont pas de mandat officiel pour intervenir en direction des personnes en difficultés. Les médiateurs signalent en effet des personnes en détresse aux travailleurs sociaux mais n’ont pas de rôle institutionnalisé auprès d’elles : ils ne sont qu’un intermédiaire.

16Progressivement, les relations entre les équipes et les assistants de service social s’améliorent, ou tout du moins elles prennent une autre forme. Certaines tâches leur sont déléguées, par un processus qui n’est pas sans rappeler celui d’une forme de « délégation du sale boulot » (Hughes, 1958), à savoir les tâches impliquant une visite au domicile des usagers des services sociaux (délivrance de cartes de transport et de bons alimentaires). Le déplacement à domicile est en effet considéré aujourd’hui comme l’une des tâches les plus « coûteuses » pour les assistants de service social.

« On ne fait pas tellement de visites à domicile. Les gens viennent, ils se déplacent jusqu’ici. C’est nous qui déterminons les situations où il faut se rendre à domicile parce que ça nous prend plus de temps une visite, plus de temps que des rendez-vous ici » (Un assistant de service social).

17Mais si l’on observe la naissance des relations entre médiateurs et travailleurs sociaux locaux, on peut se demander si celle-ci est réellement la preuve d’une reconnaissance des efforts faits en matière de structuration des pratiques impulsés par le coordinateur. En effet, les propos recueillis auprès des travailleurs sociaux en font douter.

  • 12 Les UDAF, Unions départementales des associations familiales, constituent aujourd’hui la première o (...)

« Avec les médiateurs, ça se passe très bien. Je leur fais confiance, je les appelle et je sais que ce que je leur demande, ça va être fait. On est dans une relation humaine, qu’il y ait diplôme ou pas.
[Comment vous les définiriez ?]
[Silence] Ce n’est pas péjoratif mais je dirais "une bonne à tout faire". Ils font les courses, les démarches pour le médecin. On a pu les appeler à toute heure du jour et de la nuit et ils interviennent. Il y a des fois, je me dis que c’est peut-être ingrat, je les appelle, ils me rendent service, ils vont chercher une machine à laver… Bref, j’ai du mal à définir leur poste » (Un délégué aux tutelles de l’UDAF 12).

18Si la proximité avec la culture professionnelle des éducateurs de prévention fournit aux médiateurs un support identitaire, elle ne permet pas pour autant de gagner une véritable légitimité aux yeux des travailleurs sociaux classiques. En effet, si les médiateurs en viennent à assurer des tâches déléguées par les travailleurs sociaux, ils ne sont pas pour autant valorisés dans ce processus qui demeure tacite.

« Les médiateurs ne sont pas travailleurs sociaux… Ou alors la concierge aussi est un travailleur social à partir du moment où elle est en contact avec la société ! Pour moi un travailleur social est une personne munie d’un diplôme qui valide un parcours de formation » (La directrice d’un service social, assistante de service social de formation).

19Les médiateurs n’obtiennent donc pas la reconnaissance qu’ils souhaiteraient. Le regard dépréciatif porté par les travailleurs sociaux classiques sur le profil des médiateurs (jeunes, sans diplôme, sans qualification particulière) montre un décalage entre l’identité « réelle » de l’équipe et son identité « virtuelle » (Goffman, 1975) : les médiateurs sont en ce sens « stigmatisés ». Le stigmate se construit lorsque le décalage entre identité réelle (qui correspond au véritable profil d’une catégorie de personnes, à ses caractéristiques objectives) et identité virtuelle (i.e. les caractéristiques qui lui sont prêtées par ses interlocuteurs) est significatif. Les médiateurs se pensent et se définissent comme étant proches des éducateurs de rue. Les travailleurs sociaux classiques, quant à eux, principalement les assistants de service social, s’arrêtent surtout sur ce qui les délégitime au regard des codes de l’action sociale traditionnelle. Ils n’offrent donc pas un écho favorable à la légitimité que les médiateurs tentent de se construire. Le stigmate est donc le résultat d’une projection de celui qui stigmatise sur celui qu’il considère comme différent et illégitime : c’est en raisonnant eu égard au référentiel de l’action sociale classique que les travailleurs sociaux interprètent le comportement des médiateurs. L’identité est donc le résultat composite du feuilletage constamment renouvelé de la manière dont chacun se définit et de celle dont chacun est perçu par ses interlocuteurs significatifs. C’est en ce sens qu’Erving Goffman considère que l’identité est moins un attribut inné, donné une fois pour toutes, dont on serait seul maître, qu’une relation, le fruit des échanges engagés avec les autres acteurs sociaux. Comme le pense Edmond Marc Lipiansky, la conscience de soi dépend donc de l’interaction avec autrui (Lipiansky, 1992).

20On ne peut donc que constater une forme de tension entre d’un côté, les efforts que déploie le coordinateur pour faire accepter les médiateurs auprès des travailleurs sociaux locaux et de l’autre, les termes peu valorisants utilisés par leurs interlocuteurs professionnels pour les définir. Ce décalage crée une tension qui impacte le regard que portent les médiateurs sur eux-mêmes. Cela est en effet l’un des principaux mécanismes de l’intériorisation du processus de stigmatisation mis en évidence par Erving Goffman : lorsqu’un individu est porteur d’un stigmate – dans ce cas présent, l’absence de qualification, la jeunesse, le manque d’expérience – il « peut éprouver, avec une lueur de lucidité, ce que les autres lui attribuent comme caractéristique au point de l’intérioriser » (Goffman, 1977, p. 19). C’est ce qu’Erving Goffman nomme « l’acceptation ».

21Dit autrement, la distance entre l’individu « stigmatisé » et ses interlocuteurs lui fournit une fenêtre d’opportunité pour percevoir et ressentir le regard stigmatisant porté sur lui et le relier à un élément précis le concernant (un handicap, une différence). Bien entendu, cela est de l’ordre du ressenti et on peut se demander pour quelles raisons l’individu, mal à l’aise dans certains rapports sociaux, accorde de l’importance au regard dépréciatif porté sur lui. Sans doute car chacun a besoin de l’Autre pour se sentir considéré : « chaque individu exige une validation constante, y compris la validation de son identité et de sa place dans ce monde, par les quelques autres qui sont vraiment significatifs pour lui » (Berger & Kellner, 2007, p. 59). Or, le jeune médiateur ne bénéficie pas de cette validation. Il se trouve pris dans des contradictions qu’il peut avoir du mal à gérer : sorti de son statut de chômeur, donc engagé dans ce qu’il ressent comme une ascension professionnelle notable, il demeure malgré tout « emploi-jeune » pour les travailleurs sociaux qui constituent, pour lui, un interlocuteur incontournable. Les médiateurs n’ont en effet aucun mandat officiel qui légitimerait leur intervention auprès des populations fragilisées. C’est ainsi que l’individu stigmatisé, ici le médiateur social, intériorise ce qu’il décèle de dévalorisant dans le regard de l’autre : « Là, on va apporter des bons alimentaires à une vieille dame… Je ne sais pas pourquoi ce ne sont pas les assistantes sociales qui le font ; on ne travaille pas pour elles mais pour la mairie » (Un médiateur).

22L’âge vient accentuer, selon les médiateurs, les difficultés relationnelles avec les travailleurs de l’action sociale classique :

« On doit travailler avec les partenaires de la ville mais personnellement, je ne vais plus voir les assistantes sociales du service social départemental. On nous a pris pour des charlots là-bas, ils ont dit "pourquoi ils nous mettent des petits jeunes qui ne sont pas mandatés ? Nous, on a un diplôme d’État" » (Un médiateur).

23Dès lors, comment se projeter dans une activité, celle de médiation sociale, pour laquelle les jeunes médiateurs n’obtiennent aucune reconnaissance ? Comment se projeter dans une fonction qu’ils ressentent comme dévalorisante et dévalorisée ?

Des jeux d’ambiguïté et de « flexibilité interprétative »

24Si les travailleurs sociaux perçoivent le médiateur social comme un intervenant illégitime, on peut s’interroger sur ce qui les pousse à déléguer aux médiateurs sociaux certaines de leurs tâches et ce qui motive ces derniers à les accomplir.

25Il se trouve que ces jeux d’acteurs ne se font pas sans ambiguïtés : ils sont fortement structurés autour d’une « flexibilité interprétative » qui rappelle celle mise en évidence par Susan Leigh Star et James Griesemer (1989) dans le cas de l’analyse d’une controverse scientifique (Star & Griesemer, 1989). Ces deux chercheurs ont montré comment la coordination entre acteurs aux intérêts divergents, se voyait facilitée par le maintien éphémère d’une forme d’ambiguïté dans les termes utilisés lors des réunions de travail mettant en présence ces mêmes acteurs.

26C’est en effet l’ambiguïté entre médiateurs sociaux et travailleurs sociaux diplômés d’État, ambiguïté dans les termes mobilisés pour évoquer une situation de fragilité sociale, qui permet leur coopération. Les journées d’observation aux côtés de l’équipe de médiateurs sociaux ont révélé la présence d’un jeu autour du sens donné à l’action : ce qui représente pour les assistants de service social une forme de « délégation du sale boulot » (Hughes, 1958) – mais qui n’est pas ouvertement exprimé comme tel – est envisagé par les médiateurs sociaux comme un levier permettant d’avoir accès au terrain et donc de s’inscrire dans le paysage de l’intervention sociale locale, ce qui stimule leur sentiment d’utilité.

27En témoigne une situation au cours de laquelle l’équipe de médiateurs est contactée par un assistant de service social afin, selon ses dires, de se rendre au domicile « d’une personne vivant dans des conditions terribles ». Deux médiateurs s’y rendent, mais ils disent ne pas être en mesure d’entrer « comme ça, sans raison » chez quelqu’un, d’autant plus qu’ils ont peu d’indications sur cet homme. Ils précisent que s’ils avaient vu des tags sur sa porte, ils auraient pu s’appuyer sur ces inscriptions pour justifier leur entrée à domicile, mais il n’en est rien. Cette situation montre que leur « mobile » n’est pas suffisant : ils ne disposent que de peu d’éléments sur cette affaire. Ils décident alors de contacter l’assistant de service social mandant qui leur explique qu’en fait, il s’agit d’un homme qui a été vu se promenant nu dans les couloirs de l’immeuble et qu’une plainte a été déposée par une voisine. Il y a donc un très net décalage entre la formulation initiale du motif déclenchant l’intervention des médiateurs (des conditions de vie « terribles ») et celle de la révélation du réel motif de l’appel de l’assistant de service social (finalement, il s’agit, selon les dires de ce professionnel, d’un cas qui ressemble à une forme d’exhibitionnisme). Deux significations distinctes sont donc données à la même action. C’est cette ambiguïté autour des termes utilisés qui rend la coopération possible entre ces acteurs aux logiques et intérêts divergents. L’assistant de service social, sans forcément le vouloir consciemment, stimule et conforte le sentiment d’utilité des médiateurs sociaux en leur confiant, par le déplacement sur le terrain, le soin de dresser un état des lieux de ce qu’il leur présente comme étant une situation de détresse sociale. En restant assez évasif sur la nature exacte de ce qu’ils doivent apprécier et évaluer en se déplaçant, l’assistant de service social fait naître l’ambiguïté sur le type de situation dont il est question. Chaque partie engagée dans la relation peut alors projeter son propre système d’interprétation : pour les médiateurs, il s’agit d’une situation qui légitime leur intervention ; pour les travailleurs sociaux classiques, il s’agit d’une occasion de recueillir des informations en provenance des quartiers de vie de la commune, sans pour autant être précis et en protégeant le secret professionnel.

28L’équipe de médiateurs accepte d’intervenir à la demande des travailleurs sociaux car cela leur permet de bâtir un discours leur donnant une place dans la prise en charge des personnes en détresse sociale. C’est leur coordinateur, éducateur spécialisé de formation, qui a un rôle clé dans la construction d’un discours valorisant sur les pratiques des médiateurs dans sa relation aux travailleurs sociaux locaux et à son employeur. L’originalité du processus de légitimation des actions menées par les médiateurs, qui est d’ordinaire une composante forte de la dynamique classique de professionnalisation d’une activité émergente, tient au fait qu’il repose sur la construction d’une « rhétorique professionnelle » (Paradeise, 1985) non pas assurée par ces travailleurs mais orchestrée par leur supérieur hiérarchique, le coordinateur : celui-ci convertit la souplesse des contours de la médiation sociale en un élément rappelant la malléabilité des modes d’intervention des éducateurs de rue, délivrant une aide au plus près des publics en difficultés. Il se sert de ce qui est délégué à l’équipe pour façonner l’identité du groupe de médiateurs en ces termes : « on va là où personne ne va », « on travaille avec les personnes passées entre les mailles du filet », « si on existe, c’est qu’il y a un réel problème au niveau des institutions ».

29Les médiateurs se définissent donc plutôt par opposition aux travailleurs sociaux classiques : un médiateur rassure une personne fragilisée en lui confiant « nous ne sommes pas comme les assistants de service social ; nous, on est là pour vous aider » ; un autre mobilise un stéréotype qui parle encore aujourd’hui aux familles bénéficiant d’un suivi social : « les assistantes sociales, ce sont des voleurs d’enfants, nous, on ne fait pas ça ; faites-nous confiance ». On comprend donc qu’en se définissant en opposition aux travailleurs sociaux classiques, les médiateurs proposent une vision renouvelée de l’action sociale traditionnelle imprégnée dans leur discours d’une forte dimension de contrôle social.

30Mais si se définir en opposition à un autre groupe, en s’appuyant sur des référentiels quelque peu stéréotypés, a le mérite de dire ce qu’on n’est pas, cela dit peu de choses de sa spécificité, de son identité. Il faut relever que les médiateurs se définissent « en creux », c’est-à-dire se disent occuper l’espace laissé par les professionnels du travail social. Exister en creux, ou en contre-point des autres, signifie ne pas savoir soi-même qui on est et laisser à l’autre le soin de donner des limites à son moi profond. Le statut d’emploi-jeune opère tel un stigmate dès qu’il s’agit de prendre place dans un marché du travail de l’action sociale fortement régulé autour du modèle de la profession canonique. Cela tient à la nature du dispositif public qui soutient les médiateurs : par son projet bicéphale de lutte contre le chômage et d’appel à la création d’activités professionnelles novatrices, les pouvoirs publics mettent les jeunes devant une difficulté, à savoir se faire accepter par les acteurs traditionnels de l’action sociale.

31La coopération entre médiateurs et travailleurs sociaux classique reste donc tacite. C’est ce qui compromet l’établissement d’une division du travail claire attribuant une place nette aux travailleurs émergents de la médiation sociale. Dans leurs travaux, Susan Leigh Star et James Griesemer soulignent que l’ambiguïté, terreau de la coopération entre acteurs aux logiques et intérêts distincts, doit être levée pour parvenir à une division du travail claire (Star & Griesemer, 1989). Selon le courant interactionniste symbolique auxquels ils appartiennent, nous orientons notre conversation avec autrui en fonction de ce que nous nous représentons de cette personne et non en fonction de ce qu’elle est réellement. À la lumière de cette théorie, on comprend donc l’importance d’avoir des objets ayant des significations stables et partagées pour favoriser la communication. Dans le cas de la médiation sociale, cette levée de l’ambiguïté pourrait être une forme de reprise en main par les pouvoirs publics qui s’appuieraient sur les expériences vécues sur le terrain pour établir une division du travail plus nette entre médiateurs sociaux et travailleurs classiques de l’action sociale. En effet, l’action des pouvoirs publics est une condition nécessaire pour institutionnaliser des pratiques en émergence qu’ils ont, au départ, largement soutenues. Cela rejoint les propos développés par Martina Avanza et Gilles Laferté :

« Il est évident qu’un discours identitaire véhiculé par une institution forte, comme l’État, à travers des instruments puissants d’inculcation, comme l’école, a plus de chance de s’affirmer, de "prendre" dans le social, qu’un discours véhiculé par des entrepreneurs ne pouvant pas compter sur un support institutionnel » (Avanza & Laferté, 2005, p. 139).

32Ces propos sont confortés par les analyses interactionnistes de la sociologie des groupes professionnels qui révèlent que poser des limites à son intervention et avoir conscience de sa spécificité (Demailly, 2008) sont au cœur du processus de professionnalisation d’une activité portée par un groupe de travailleurs émergent. Les médiateurs sociaux expriment une forme de conscience de leurs spécificités : celle d’être réellement au service des publics fragilisés en les déchargeant de la crainte émanant du mandat officiel des travailleurs sociaux classiques. Mais cette conscience se distingue de celle qui organise la construction classique des groupes professionnels et ce, en deux points : d’une part, cette conscience ne trouve pas un réel écho auprès de leurs interlocuteurs significatifs, à savoir les professionnels de l’action sociale classique ; d’autre part, cette spécificité revendiquée s’organise davantage autour d’un discours identitaire d’opposition que de l’affirmation d’une singularité profonde. Dès lors, si métier il y a, ce serait donc une forme hybride construite autour de ce que ne sont pas les médiateurs (ils se disent différents des assistants de service social) et d’une proximité revendiquée avec le mode d’intervention des éducateurs de rue. Ils ont donc besoin de ces deux supports identitaires pour se construire et pour se dire. S’ils sont sensibles au regard dépréciatif porté sur eux par les assistants de service social, c’est qu’ils ont une forme d’attachement à leur égard, non seulement parce qu’ils en viennent à « travailler pour eux » mais également parce qu’ils expriment leur spécificité en s’opposant à eux.

33Le processus de construction identitaire des médiateurs sociaux suit donc une dynamique particulière : pour être acceptés par les acteurs du paysage social local sans lesquels aucune intervention concrète n’est possible, il leur faut devenir ce que ces acteurs souhaitent. Ils ne peuvent en effet délimiter leurs frontières par eux-mêmes ; c’est le fruit d’un arrangement entre acteurs qui parlent le même langage : coordinateurs et travailleurs sociaux. C’est donc en prenant différentes formes, en élargissant leurs sphères d’action, en répondant présents aux sollicitations des travailleurs sociaux, qu’ils obtiennent des tâches à accomplir et une place sur le territoire. Mais cette place n’est pas objectivée dans les échanges entre médiateurs et travailleurs sociaux. C’est cette absence d’objectivation qui explique que les médiateurs ne conquièrent qu’une place précaire, dont la légitimité est sans cesse à réaffirmer.

34En termes analytiques, l’importation du concept de « flexibilité interprétative » permet de rendre compte de la nature malléable du processus de structuration des activités de médiation sociale. En tant que concept ferme retraçant une dynamique labile, mouvante, il offre la possibilité de proposer une photographie précise de moments imprégnés d’ambivalence. Dans une perspective épistémologique, cet article montre donc que la sociologie de la connaissance et des controverses fournit des concepts qui peuvent intéresser la sociologie des groupes professionnels qui se consacre à l’analyse des processus de division du travail hybrides.

Conclusion

35Cet article vient donc apporter une contribution à la compréhension des difficultés pour des travailleurs à vivre une identité pacifiée. Ces dernières sont ici illustrées par la production d’une identité « par opposition » résultant de l’ambiguïté au fondement de la coordination entre médiateurs, porteurs d’un « stigmate relationnel » et leurs interlocuteurs professionnels appartenant au monde du travail social.

36Au-delà de la question de l’identité des « emplois-jeunes », cet article met au jour un paradoxe qui permet de comprendre ce qui a été analysé jusqu’à présent comme un processus de « professionnalisation inachevée » : en effet, comment structurer des formations, ayant tendance à uniformiser les activités de médiation sociale et à en enseigner les principes, alors que celles-ci sont fondamentalement locales et malléables ? Cela témoigne d’une très nette tension entre la politique d’accompagnement à l’insertion durable sur le marché du travail et les pratiques concrètes assurées par les jeunes en difficultés qui tentent de quitter ce stigmate. Une véritable consolidation et structuration des activités de médiation sociale passerait par la consultation, voire l’association, non seulement des travailleurs qui les mettent en pratique mais également de leurs interlocuteurs significatifs (professionnels du travail social et publics fragilisés).

Haut de page

Bibliographie

Aubert N. (2008), « Violence du temps et pathologies hypermodernes », Cliniques méditerranéennes, vol. 2, n° 78, pp. 23-38.

Avanza M. & G. Laferté (2005), « Dépasser la "construction des identités" ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses, vol. 61, n° 4, pp. 134-152.

Barthélémy F. (2009), « Médiateur social : une profession émergente ? », Revue française de sociologie, vol. 50, n° 2, pp. 287-314.

Berger P. & H. Kellner (1988), « Le mariage et la construction de la réalité », Dialogue, n° 102.

Demailly L. (2008), Politiques de la relation. Approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles, Villeneuve-d’Ascq, Éditions du Septentrion.

Demazière D. & C. Gadéa (dir.), (2009), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, Éditions La Découverte.

Divay S. (2009), « La médiation sociale : "un nouveau métier" plus de dix ans après son émergence ? », dans Demazière D. & C. Gadéa (dir.), (2009), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, Éditions La Découverte.

Jeannot G. (2011), Les Métiers flous. Travail et action publique, Toulouse, Éditions Octarès.

Goffman E. (1975 [1963]), Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit.

Hamel J. (2012), « La sociologie doit-elle changer afin de pouvoir étudier les sociétés en continuel changement ? », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 05 octobre 2013. URL : http://sociologies.revues.org/4143.

Hughes E. C. (1958), Men and their Work, Glencoe, Ill., The Free Press.

Lipiansky E. M. (1992), Identité et communication : l’expérience groupale, Paris, Éditions Armand Colin.

Paradeise C. (1985), « Rhétorique professionnelle et expertise », Sociologie du travail, n° 1, pp. 17-31.

Peyre V. & F. Tétard (2006), Des Éducateurs dans la rue. Histoire de la prévention spécialisée, Paris, Éditions La Découverte.

Star L. S. & J. R. Griesemer (1989), « Institutional Ecology, "Translations" and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-39 », Social Studies of Science, vol. 19, n° 3, pp. 387-420.

Haut de page

Notes

1 En France, les activités dites de « médiation sociale » ont été soutenues par deux dispositifs publics d’emplois-aidés : les « emplois-jeunes » et les contrats « adultes-relais ». Le programme « Nouveaux services - Emplois jeunes » a été instauré par la Loi n°97-940 du 16 octobre 1997. Ils ont été destinés aux jeunes de moins de 26 ans sans emploi et à ceux de 26 à 30 ans n’ayant jamais perçu d’indemnités chômage. Ils visaient à développer des activités d'utilité sociale répondant à des besoins émergents ou non satisfaits. Ils pouvaient être signés par les établissements scolaires, la Police nationale, les collectivités territoriales, les établissements publics et les associations qui recevaient une dotation de l’État prenant en charge une partie de la rémunération des salariés (à hauteur de 80% du salaire minimum). Ce dispositif a pris fin avec la Loi n°2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale. Le programme « Adultes - Relais » a été impulsé par la Circulaire DIV/DPT - IEDE/2000/231 du 26 avril 2000. Il s’adresse aux personnes de plus de 30 ans n’ayant pas d’emploi et rencontrant des difficultés d’insertion. Ces demandeurs d’emploi doivent en outre résider dans des zones urbaines sensibles. Ces deux dispositifs d’aide à l’emploi promeuvent le développement des activités de médiation sociale qui sont volontairement souples, voire floues, l’idée étant de laisser le soin aux bénéficiaires de ces contrats, en accord avec leur responsable hiérarchique, de les façonner en fonction des besoins sociaux locaux.

2 Les emplois d’avenir sont des contrats d'aide à l'insertion destinés aux jeunes particulièrement éloignés de l'emploi. Ils proposent un contrat à durée indéterminée aux jeunes tout en leur offrant une formation destinée à leur professionnalisation. Ils ont été mis en œuvre par la circulaire DGEFP n°2012-21 du 1er novembre 2012 relative à la programmation des emplois d’avenir.

3 Ce point, qui mérite davantage de précisions, sera développé un peu plus loin dans l’introduction.

4 L’auteure tient à remercier les lecteurs anonymes qui ont évalué la version initiale de cet article : l’écriture de ce dernier s’est nourrie de leurs remarques et conseils avisés. L’auteure reste néanmoins seule responsable du contenu scientifique de cet article.

5 En témoignent tout particulièrement deux initiatives. L’adoption, en 2000, d’une définition du métier de médiateur social, lors du séminaire européen organisé par la Délégation interministérielle à la ville : définition selon laquelle, « la médiation sociale est un processus de création et de réparation du lien social et de règlement des conflits de la vie quotidienne, dans lequel un tiers impartial et indépendant tente, à travers l’organisation d’échanges entre les personnes ou les institutions, de les aider à améliorer une relation ou de régler un conflit qui les oppose ». L’année suivante, en 2001, le Comité interministériel des villes adopte la Charte de référence de la médiation sociale. Elle précise la déontologie de la médiation sociale et pose six principes généraux relatifs au cadre d'intervention des médiateurs sociaux : neutralité et impartialité, négociation et dialogue, libre consentement et participation des habitants, mobilisation des institutions, protection des droits et des personnes et respect des droits fondamentaux.

6 La médiation socio-culturelle est à ce titre particulièrement illustrative. À la fin des années 1980, des activités de médiation sociale et culturelle ont émergé dans les quartiers fragilisés : de façon spontanée et bénévole, des femmes essentiellement issues de l’immigration ont cherché à rapprocher les familles d’origine immigrée et les institutions (services sociaux, services de santé, justice). Des universitaires se sont associées à l’association Profession Banlieue pour mener une réflexion sur la consolidation de ce qu’elles entendent promouvoir comme le « métier » de médiatrice sociale (Margalit Cohen-Emerique, Elisabeth Dugué, Michèle Guillaume-Hofnung, Elisabeth Maurel). En 2000, est née la Fédération des associations de femmes-relais de Seine-Saint-Denis créée pour promouvoir et développer la qualification et la professionnalisation des médiateurs.trices sociaux.les. La Fédération s’est engagée dans la mise en place de plusieurs formations pour les femmes-relais médiatrices en lien avec Profession Banlieue et l’Institut régional de travail social de Paris Île-de-France (IRTS). Ces initiatives ont vu dans le dispositif public d’emplois aidés nommé « adultes-relais » une manière de soutenir les actions engagées.

7 Les personnes sont désignées sous des noms d’emprunt.

8 Sur le métier d’éducateur spécialisé, voir notamment Peyre & Tétard (2066).

9 Contrairement à l’éducateur spécialisé intervenant en institution (notamment Aide sociale à l’enfance, Protection judiciaire de la jeunesse).

10 Ce médiateur fait référence ici au coordinateur de l’équipe.

11 Précisons qu’au cours de la réalisation de l’enquête sur laquelle s’appuie le présent article, deux diplômes de médiation sociale ont été créés : en 2003, celui d’agent de médiation, information, services (AMIS), de niveau V, et en 2004, celui de technicien médiation services (TMS) de niveau IV et ce, afin d’offrir une passerelle aux médiateurs arrivant au terme de leur contrat « emplois-jeunes ». Pôle-emploi a d’ailleurs créé une fiche consacrée aux emplois de la médiation sociale. Elle est consultable à l’adresse suivante : http://www2.pole-emploi.fr/rome/pdf/FEM_K1204.pdf

12 Les UDAF, Unions départementales des associations familiales, constituent aujourd’hui la première organisation tutélaire de France. Le département dans lequel a été réalisée l’enquête de terrain a un taux de tutelles aux prestations sociales et aux majeurs protégés élevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Barthélémy, « Composer avec l’exercice d’une activité de travail stigmatisée », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4661

Haut de page

Auteur

Fabienne Barthélémy

Maître de conférences en sociologie, Université de Reims-Champagne Ardenne, Centre d’étude et de recherche sur les emplois et la professionnalisation (EA 4692), chercheuse associée au Centre de sociologie des organisations (CSO-Sciences Po/CNRS UMR 7116) - fabienne.barthelemy@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page