Navigation – Plan du site
Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ?

Le rôle de la surprise dans l’activité de recherche et son statut épistémologique

Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda

Résumés

Dans cet article, nous traitons de la portée épistémologique de la surprise sous deux angles : celui des « dispositions » du chercheur et des paradigmes sociologiques dans lesquels le chercheur inscrit son enquête. Chacun de ces angles permet à sa façon de circonscrire ce qu’on pourrait appeler une « hospitalité » à la surprise. Pour ce faire, nous partons de l’hypothèse que certains paradigmes sociologiques sont plus hospitaliers que d’autres à la surprise. Dans un premier temps, nous allons nous centrer sur des paradigmes sociologiques qui laissent peu de place à la surprise. Dans un deuxième temps, nous nous mettrons à distance de ces approches pour ouvrir la voie à des paradigmes sociologiques qui offrent une ouverture à l’inattendu. Cela dit, nous ne pensons pas que la nature des paradigmes soit à elle seule susceptible de clore la question de l’hospitalité à la surprise. En ce sens, nous faisons l’hypothèse que la compréhension de la « productivité heuristique » de la surprise présuppose la saisie du plaisir ou du déplaisir que provoque la confrontation du chercheur à l’inattendu et renvoie donc, comme y invitent les termes « plaisir » et « déplaisir », à ce qu’on pourrait appeler une « esthétique de la recherche ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans cette contribution, nous allons traiter de la portée épistémologique de la surprise sous deux angles : celui des « dispositions » du chercheur et celui des paradigmes sociologiques dans lesquels il inscrit son enquête. Chacun de ces angles permet à sa façon de circonscrire ce qu’on pourrait appeler une « hospitalité » à la surprise. Nous partons de l’hypothèse que certains paradigmes sociologiques sont plus hospitaliers que d’autres à la surprise. La problématisation des objets de recherche, en particulier la plus ou moins grande « prise au sérieux » du poids des événements ou des raisons d’agir des acteurs, est corrélative de certaines dispositions du chercheur quant à l’ouverture et à l’étonnement. Par ailleurs, la posture objectivante, participante ou critique du chercheur détermine en quelque sorte sa disposition à la surprise. Un positionnement épistémologique davantage ouvert à la surprise sera plus favorable à l’exploitation de celle-ci et à sa rétroaction sur les hypothèses de recherche.

2Pour ce faire, dans un premier temps, nous allons nous centrer sur des paradigmes sociologiques qui laissent peu de place à la surprise. En nous concentrant sur des approches de tendance structuraliste, nous allons questionner leurs catégorisations du social et leurs conceptions de l’acteur social. Dans un deuxième temps, nous nous mettrons à distance de ces approches pour ouvrir la voie à des paradigmes sociologiques qui présentent un potentiel plus grand d’ouverture à l’inattendu.

  • 1 Ce texte doit beaucoup à une première opportunité ou une première incitation qui nous a été donnée (...)

3En nous inspirant des pragmatistes américains, William James, John Dewey ou Charles Sanders Peirce, nous allons assumer le fait que l’action se joue toujours en contexte ou encore que la vérité tient non d’une adéquation à quoi que ce soit, mais plutôt d’un accommodement ou d’une convenance toujours révisable. Ce qui, mis ensemble, présuppose à la fois qu’agir ou penser renvoie toujours d’une certaine façon à des hésitations, à des doutes, à un travail d’« enquête » ou une familiarisation, toutes choses jamais totalement assurées et toujours susceptibles d’être inopinément contredites. Cela dit, nous ne pensons pas que la nature des paradigmes et la posture du chercheur soient à elles seules capables de clore la question de l’hospitalité à la surprise, dans la mesure où elles ne déterminent certainement pas intégralement ce que le chercheur fait de ses étonnements et ce que ceux-ci lui font faire. Nous faisons donc l’hypothèse que la compréhension de la « productivité heuristique » de la surprise présuppose la saisie du plaisir ou du déplaisir que provoque la confrontation du chercheur à l’inattendu et renvoie donc, comme y invitent les termes « plaisir » et « déplaisir », à ce qu’on pourrait appeler une « esthétique de la recherche ». Pour finir, nous allons aussi prendre en considération la dimension du contexte dans lequel la recherche s’inscrit, ce que nous appellerons sa dimension socio-politique 1.

Les paradigmes sociologiques et la place de la surprise

4La surprise est une expérience qui suppose une intensification affective, mais cette intensification est intrinsèquement liée à une dimension cognitive puisqu’elle est susceptible d’affecter le chercheur dans son travail d’élaboration théorique, à charge pour lui d’exploiter ou non ce potentiel cognitif. Les surprises peuvent prendre des formes et avoir des « raisons » différentes. Celles que nous envisageons ici sont celles où l’émergence de l’inattendu s’opère par rapport à des anticipations, des attentes ou encore à des situations familières au chercheur en raison du cadre théorique auquel il souscrit.

5Ici la place de la théorie est donc importante. Nous pensons que certaines perspectives sociologiques peuvent accorder une trop grande place à la théorie dans le travail de problématisation d’une recherche et fermer ainsi la porte à la surprise ou, à tout le moins, à son exploitation. Ce sera chaque fois le cas lorsque les anticipations théoriques s’appuieront sur la description de « mécanismes » sociaux enfermant a priori la réalité. La théorisation sociologique se fait alors « totalisante » et dessine totalement à l’avance les cadres d’interprétation pertinents de l’empirie. Le chercheur appréhendera alors le terrain au mieux comme des illustrations empiriques de prémisses théoriques échappant à tout faillibilisme. Son regard sur le monde social sera donc focalisé sur ce qu’il veut illustrer sans accorder un espace à l’inattendu, à ce qui est en train de se passer ou à ce qui s’est passé. Du côté de la méthodologie, il nous semble qu’une démarche hypothético-déductive, dans laquelle le chercheur partira de postulats et hypothèses forgés bien en amont du travail empirique, ne laisse pas de place non plus à l’incertain.

6Dans le marxisme, devenu « orthodoxe », par exemple, tous les phénomènes sociaux sont rapportables à leur infrastructure économique ; dès lors, l’analyse des structures symboliques sera l’objet d’une lecture réductrice. Ce qui paraîtrait échapper au référentiel théorique y sera ramené « à la force du poignet » (Genard, à paraître). Nul espace pour la surprise. Il en va de même dans les « sociologies de surplomb » où l’action des individus est déterminée d’avance. Dans ce cas, si le chercheur au cours de son enquête rencontre des faits qui ne se plient pas d’emblée aux attentes théoriques, ces « surprises » seront rapidement rapportées aux canevas préétablis, sans pouvoir leur donner un effet heuristique ou épistémologique. Dans ces paradigmes, le chercheur tente d’expliquer des événements ou des dispositions sociales par la trame causale qui les ont provoqués. Il fait ainsi ce que Louis Quéré appelle « socialiser la surprise » (Quéré, 2002).

7Si l’on se situe du côté de l’anthropologie et de la sociologie, on peut citer la perspective employée par Claude Lévi-Strauss pour qui l'arbitraire radical des systèmes symboliques garantit une forme de transcendance par rapport aux intérêts pratiques. On pourrait dire la même chose de Pierre Bourdieu qui analyse l'ordre social sous l’angle de la détermination de rapports de domination et de conflits d'intérêts. Avec une telle théorisation, le chercheur se met d’emblée en position de surplomb par rapport à ce qu’il peut observer. Dans ce cadre, la surprise révèle un déficit de vigilance théorique du chercheur qui ne s’est peut-être pas départi totalement de « prénotions » avec lesquelles il lui faut rompre. Un travail s’opère alors pour que ce qui apparaissait au premier abord surprenant ne le soit plus, non pas au travers d’une reconsidération des attendus théoriques mais plutôt au travers de la projection, à partir des attendus théoriques, sur ce qui apparaissait de prime abord surprenant, de catégories qui ramènent le surprenant à l’évident. La catégorie de l’illusio chez Pierre Bourdieu joue, par exemple, pleinement ce rôle en dispensant le sociologue de s’étonner que les acteurs puissent prêter à leurs pratiques un sens à mille lieues du sens que lui-même leur prête. Dans un tout autre domaine, la catégorie de l’auto-régulation systémique offre, par exemple, d’extraordinaires ressources pour naturaliser tout ce qui peut arriver, sans devoir s’en étonner, pas plus qu’en cherchant des explications plus complexes. La surprise renvoie alors au mieux à un réajustement des représentations du chercheur et en tout cas pas à une reconsidération de ses référentiels théoriques.

8En ce sens, nous croyons que la question qu’il faut poser concerne le statut accordé au discours sociologique lui-même et à la manière dont il donne sens aux pratiques sociales qu’il analyse, par rapport à la manière dont les acteurs se rapportent à ces pratiques. Nous comprenons aisément ici que nous ne sommes plus face à la question de la rupture épistémologique telle qu’a pu la poser le positivisme, voire que l’impératif de rupture épistémologique peut lui-même favoriser un étouffement du potentiel de surprise porté par la confrontation à l’empirie dans la mesure où il tend à situer a priori les pratiques sous l’horizon de l’illusion. Concrètement, la question est plutôt celle de la manière de différencier et de spécifier les statuts du discours du sociologue et la manière dont il décrit et interprète les rapports symboliques que les acteurs entretiennent avec la réalité sociale qui est la leur.

9Pour illustrer cela, revenons sur Pierre Bourdieu et Claude Lévi-Strauss. Réfléchissons d’abord à la détermination du statut d’un discours sociologique bourdieusien (opérant le dévoilement des pratiques au travers d’une rupture épistémologique) par rapport à celui des acteurs sociaux tels que ce discours les décrit (déterminés par leurs habitus). Pensons aussi à la différenciation entre le statut d’un discours sociologique décrivant des sociétés du mythe par rapport à cette pensée mythique elle-même (on se rappellera à cet égard la formulation de Claude Lévi-Strauss assimilant, dans ses Mythologiques, ses propres analyses structurales à un autre mythe). Dans la mesure où le sociologue ne se contente évidemment pas de rapporter les « représentations des acteurs » mais s’efforce de les comprendre et de les interpréter, cette question est inhérente à la démarche sociologique. Bien qu’elle soit souvent occultée ou réglée de manière dogmatique, le chercheur doit se poser la question de la spécification de son propre statut par rapport à celui qu’il prête aux acteurs. Au sein de la sociologie pragmatique, de laquelle on s’inspire, cette question se révèle au travers de la tension entre l’exigence de « prendre les acteurs au sérieux » (supposant de s’en rapprocher) et la spécificité du discours sociologique qui aurait à assurer une « montée en généralité » – cette seconde exigence relevant bien d’un mode de distanciation (Genard, 2011). Pour notre part, on dira que les perspectives qui assument une ambition totalisante – où rien ne doit demeurer en reste d’explications et où les schématisations théoriques précèdent le travail empirique et ont vocation à en absorber les données – risquent d’« ontologiser » le social et de ne plus pouvoir se laisser surprendre (De Munck, 2011).

10Disons toutefois que l’attitude inverse qui consisterait à rapporter la sociologie à la restitution ou à la simple description du discours et des pratiques des acteurs, fût-ce sous prétexte de les « prendre au sérieux », présenterait un risque symétrique, auquel n’échappe parfois pas une sociologie qui tendrait à se réfugier dans une ethnographie purement descriptive, redécouvrant dans les anecdotes du quotidien de ses interlocuteurs l’exotisme désormais perdu de l’immersion au sein de sociétés « archaïques ». Là, le sociologue pourrait éventuellement faire des surprises que lui fournit son rapport à l’empirie l’occasion d’un enchantement permanent, s’émerveillant de la richesse de sa confrontation au réel, de la profusion d’inattendu qu’il recèle, mais, se contentant d’en restituer le sel, lui non plus ne tirerait de la surprise qu’un faible potentiel heuristique. C’est donc dire que la surprise possède une portée épistémologique dès lors qu’elle ouvre à des tensions réflexives, en l’occurrence dans ce que nous venons d’évoquer, à l’alimentation de tensions entre théorisation et empirie.

11Les référentiels théoriques des sociologues peuvent donc être plus ou moins réceptifs à l’inattendu et à la surprise. En particulier, ils peuvent être plus ou moins disposés à « laisser parler l’empirie » et à en exploiter les apports. Si on se place dans le domaine de la sociologie de l’action publique ou de la régulation publique, la vision hiérarchique et pyramidale de la régulation politique s’inscrit dans une perspective institutionnelle du gouvernement des affaires publiques. Dans la plupart des travaux sur la régulation sociale, communément décrits comme relevant de l’approche top down, la sphère spécialisée de la régulation sociale est présentée comme un univers autonome, son architecture est arrêtée et décrite comme un organigramme organiquement parfait. Et elle paraît fonctionner d’une façon autosuffisante et automatique, en édictant souverainement des règles qu’elle se charge d’appliquer suivant un schéma centre-périphérie dans lequel le pôle crédité de l’ensemble du pouvoir (y compris de définition des problèmes) est bien entendu le « centre ».

12La chose n’est finalement guère différente pour le regard bottom up. S’il procède à une inversion du top down, il peut garder une même vue désincarnée sur le processus de régulation sociale, ainsi que sur les relations entre les sujets de l’action publique et les agents publics. Comme la première, l’approche bottom up peut tendre à homogénéiser trop rapidement la pluralité des agents publics et l’immense variété des actions qu’ils conduisent et des relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres. Une telle approche ne garantit pas à elle-seule une attention suffisante aux activités cognitives et pratiques de définitions des problèmes et d’organisation de l’action collective des sujets de la régulation.

13Nos propres recherches sur l’action publique utilisent une perspective commune caractérisée par une volonté de prendre distance avec les sociologies politiques systémiques et institutionnalistes qui minimisent ou négligent les marges de liberté des acteurs. Mais nous nous gardons tout autant des sociologies de l’acteur stratégique qui ne laissent aucune place à une prise en compte de ses engagements normatifs. Ce parti-pris épistémologique nous a amené à développer des méthodes d’observation au plus près de l’action « en train de se faire », à accorder une importance centrale aux controverses et aux espaces où elles se mettent en scène, ainsi qu’aux manières dont les acteurs eux-mêmes lisent les processus dans lesquels ils sont engagés. Nous nous soucions également de leur contribution à la production sémantique et au contrôle de l’action publique, et nous sommes soucieux de la place des objets, comme « objectivations de la vie de l’esprit » (Simmel) ou comme « investissements de forme » (Thévenot, 1986), dans les processus d’institutionnalisation de l’action publique. Ces remarques témoignent de notre volonté de lier intrinsèquement nos recherches aux questions épistémologiques, méthodologiques (Genard & Cantelli, 2008), mais aussi éthiques (Genard & Roca, 2010) qui sous-tendent et travaillent la recherche.

L’hospitalité à la surprise : le regard ethnographique

14L’attention à la surprise se rend nécessaire car c’est précisément face à une situation indéterminée que l’enquête surgit. On doit à John Dewey d’avoir donné sa grande ampleur à l’activité de l’enquête. Selon lui, les ressorts de l’enquête relèvent d’une aptitude et d’un besoin communs à tous les êtres vivants, homme comme animal. L’enquête vise à rétablir l’équilibre de l’organisme et de son milieu et à ravauder l’unité du flux de l’expérience lorsqu’il y a rupture ou qu’intervient un trouble dans une situation qualitativement unifiée et existentiellement éprouvée. Pour John Dewey, il n’y a pas de différence essentielle entre les questions que posent les choix éthiques, moraux ou esthétiques et les questions qui ont une signification et une portée plus directement cognitives. Raison pour laquelle, il traite les questions morales et esthétiques avec un même esprit d’expérimentation et qu’il voit aussi en toutes enquêtes, y compris les plus scientifiques, une dimension esthétique (Stavo-Debauge & Trom, 2004).

15Avec Charles Sanders Peirce et William James, John Dewey propose aussi de définir la vérité par ses conséquences. La vérité est alors de l’ordre de l’événement, car elle se définit par ses résultats. Dans cette perspective, aucun modèle, aucune forme parfaite, ne surplombe la réalité et ne permet d’en épuiser le sens. Tissus d’interactions et d’expérimentations en cours, le monde est toujours en train de se faire et l’expérience que l’on peut en avoir doit toujours pouvoir être affinée et approfondie, dans un processus de constante transformation, qu’il s’agirait de mieux contrôler.

16En suivant ces auteurs, nous dirons donc que les choses ne sont pas déterminées d’avance dans la pratique de l’enquête et que le chercheur doit toujours composer avec l’incertain. La surprise serait donc à la fois l’horizon et l’ingrédient de toute enquête. Et la démarche ethnographique nous semble être la plus à même de faire droit à la surprise. Bien sûr, l’ethnographie peut être au service de sociologies différentes, centrées sur les stratégies des acteurs, les organisations et les rapports de forces. Bryan S. Turner critique ainsi sévèrement l’observation sociologique qui se rapporte aux acteurs en les rendant indûment homogènes (Piette, 1996) et en les traitant immédiatement comme les membres d’une classe, d’un même un groupe, etc., en privilégiant d’emblée leur sameness, leur « mêmeté ». Dans un tel cas, y compris sous un regard qui se veut ethnographique, le particulier et le discordant sont donc exclus. Un certain genre de sociologie bourdieusienne peut aussi tomber sous cette accusation. L’ethnographie n’est donc pas en elle-même porteuse d’un regard pragmatiste ou pragmatique.

17Au-delà de formules comme « suivre les acteurs », l’ethnographie peut néanmoins porter des sensibilités dites pragmatiques quand elle s’interroge sur l’action et la coordination (Thevénot, 2006) sans chercher à les pré-définir, en les associant à des attributs et des rôles pré-établis ou à les réduire a posteriori à la résultante mécanique de rapports de forces ou de l’équilibre d’intérêts (Cantelli et al. 2009). L’enquête ethnographique peut contribuer à « pragmatiser » le regard de l’analyste, dans la mesure où elle permet de tenir à distance des catégories d’analyses devenues ontologies (Genard, 2011 ; de Munck, 2011). Si l’enquête ethnographique peut combiner une diversité de méthodes, elle privilégie l’observation in situ et s’attache à l’observation des détails (Piette, 1996).

18Dans l’observation ethnographique, l’étonnement est une caractéristique intrinsèque au fait d’observer, car quand on observe, on ne sait pas ce qui va arriver. En ce sens, le travail ethnographique est pris continuellement par l’étonnement, et il prend toute sa valeur lorsque le chercheur entend ou observe des choses auxquelles il ne s’attendait pas (Cefaï, 2001), ce qui peut le conduire à se rendre compte de la non-pertinence ou de l’inadéquation de ses questions et de ses hypothèses (Piette, 2009). Face à cette situation indéterminée ou troublée, le chercheur doit savoir redéployer l’enquête, de sorte à réduire l’infélicité rencontrée. La logique de son enquête portera alors conjointement sur la détermination graduelle du problème et de sa solution. Si cela suppose que la formulation du problème puisse être contrôlée, il faut néanmoins que celui-ci soit marqué d’un minimum d’incertitude, sans quoi il n’y a pas véritablement d’enquête.

19Si l’on revient à nos thèmes de recherche, ethnographier le politique implique un solide et délicat travail de description, tout en le débordant aussi par une exploration critique de l’action. « S’interroger appelle ici un degré d’ouverture méthodologique fort, capable de voir le surgissement, la surprise, l’inquiétude, mais aussi la stabilité à l’œuvre dans l’action publique » (Cantelli et al., 2009). Nos recherches tentent de regarder un monde en transformation, en utilisant des outils et des concepts qui nous aident à considérer sérieusement ce qui change et ce qui fait changer. L’action publique est donc pour nous la politique en action, et c’est elle qu’il s’agit de décrire (Roca i Escoda, 2009a). Notre souci de suivre l’action publique au plus près a néanmoins été articulé à des enquêtes historiquement plus englobantes, attentives à des phénomènes de plus large portée et faisant l’hypothèse de vastes transformations. Comme on peut le comprendre, le pluralisme est pour nous central et nous plaidons pour une composition des échelles et des modalités de l’observation, de sorte à pouvoir en rendre compte. Penser le pluralisme de cette manière permet également de voir ce que certaines formes d’observation et certaines hypothèses sociologiques réduisent et contraignent, permettent et empêchent. En ce sens, nous pensons qu’il faut dépasser l’horizontalité du pluralisme des valeurs ou référents de l’action publique, en regardant avec une égale attention la diversité des usages des choses et des formes d’expérience des personnes (Breviglieri & Stavo-Debauge, 2004 ; Pattaroni, 2005). C’est avec la conversion à ce pluralisme que la surprise reprend toute sa place. Car un tel pluralisme n’est pas seulement synonyme de diversité (des acteurs, des intérêts, etc.), il invite à prendre en considération ce qui compte pour les personnes, en se laissant surprendre et sans présager par avance de ce dont il est question, en se calant immédiatement sur les catégories de l’action publique. Le chercheur doit prendre en considération les différences qui importent aux personnes, indépendamment du fait que ces différences soient prises en compte et comprises par l’action publique.

Les (pré)dispositions du chercheur et ses postures

20La surprise peut aussi être liée aux « dispositions » du chercheur (Roca i Escoda, 2009b), que l’on pourrait spécifier en les situant sur une échelle d’ouverture à l’étonnement. Dans le travail du chercheur, dans sa confrontation à ses objets, qu’il s’agisse d’entretiens, d’observations participantes ou non, de dépouillement de documents ou d’archives, de lectures attentives de textes jusque-là inconnus et que l’on découvre, ou de textes que l’on re-découvre, il y aurait comme une sorte de potentialité d’excitation et de surprise propre aux moyens de la découverte et aux matériaux approchés.

21L’évocation de ces moments d’excitation renvoie alors à la fois à quelque chose comme une capacité de provoquer la surprise et comme une réceptivité ou une hospitalité subjective à sa survenue. Cela nous oriente vers une compréhension fine des dimensions à la fois intentionnelle et attentionnelle qui accompagnent le travail de recherche dans ses dimensions tant empiriques que théoriques.

  • 2 Pour une réflexion sur l’objectivation et la participation du chercheur lui-même, voir notamment Pi (...)

22Nous voulons faire ici référence à deux postures que nous avons analysées à plusieurs reprises. La posture « objectivante » et la posture « subjectivante ». Ces deux postures, par ailleurs inhérentes aux interactions ordinaires (Genard, 1994), couvrent en réalité de manière continue le spectre des méthodes sociologiques allant des méthodes les plus « objectivantes » de la sociologie quantitative vers les méthodes les plus « subjectivantes » » de l’observation participante (Genard, 2011). En particulier lorsqu’elle s’inscrit au sein d’une ambition scientifique, la posture « objectivante » est associée à un certain nombre d’exigences de validité. Par exemple, celle qui attend de celui qui est en posture « objectivante » 2 de ne pas induire les comportements qu’il entend observer ou les propos qu’il entend recueillir. Ou encore celle qui voudrait que ce que la posture « objectivante » a permis de recueillir comme données soit utilisé honnêtement dans le travail de théorisation sociologique.

23Nous avons souligné précédemment à quel point les paradigmes structuralistes ou systémiques, qui envisagent les agissements des acteurs comme des effets de structures, tendent à considérer que les acteurs sont par définition dans une méconnaissance que le sociologue est appelé à dévoiler afin de mettre au jour la vérité de ces agissements. Une distinction claire est ainsi établie entre l’interprétation que les acteurs donnent de leur propre réalité et la réalité telle qu’elle est. Ceci implique que la connaissance scientifique produite par le chercheur soit envisagée comme supérieure aux interprétations des acteurs, car même si elle demeure une construction de la réalité, elle est conçue comme le résultat d’un effort systématique de la part du chercheur pour rompre avec les présupposés du sens commun et élaborer des interprétations soumises à l’épreuve de la vérification empirique.

24On peut supposer que dialoguer avec un informateur dont on présuppose qu’il est dans l’illusion est évidemment très différent de s’adresser à quelqu’un que l’on prend d’emblée au sérieux et dont on est prêt à considérer les capacités et compétences réflexives. Dans de tels contextes paradigmatiques, l’impératif de rupture épistémologique et d’objectivation risque fort de se trouver durci, en même temps qu’est accentuée ou radicalisée la dissymétrie entre le sociologue et ceux dont il étudie les agissements.

25Si nous nous déplaçons maintenant de la considération des paradigmes sociologiques vers les questions méthodologiques, on peut soupçonner que le contexte d’administration d’un questionnaire standardisé, s’appuyant largement sur la dépersonnalisation de l’interlocuteur, présente le même type de risques. Plus l’ambition méthodologique d’objectivation sera forte, plus l’administrateur du questionnaire sera invité à demeurer dans une position de neutralisation de soi. Peut-être sera-t-il surpris mais à tout le moins sera-t-il instamment invité à ne pas l’exprimer.

26Ces considérations nous invitent à comprendre que le rapport à ce qui surprend dans le travail empirique dépend fondamentalement des formes d’interlocution, de dialogue qui s’établissent entre le chercheur et son empirie, que ces formes d’interlocution soient médiatisées par des paradigmes sociologiques ou par des choix méthodologiques. Plus cette interlocution sera positionnée exclusivement dans le registre de la troisième personne, du pronom « Il », moins bien entendu aura de chance de s’ouvrir un dialogue avec ce que l’empirie apporte, tout dialogue présupposant une relation Je-Tu. C’est, à notre avis, en ce sens qu’il faut saisir ce que recouvre l’impératif de « laisser parler l’empirie ». Laisser parler pour pouvoir entrer en dialogue avec.

27Le rapport à la surprise gagnerait donc à être réfléchi par rapport à cette distinction dans les formes de l’interlocution. Plus il tend vers l’objectivation propre à la troisième personne, plus ce qui surprend sera saisi comme un symptôme de quelque chose qu’il s’agit de dévoiler, par exemple comme le symptôme d’une méconnaissance, d’une illusion, d’une appartenance… La surprise s’ouvrira à une certaine condescendance, il vaudra la peine de la raconter, elle fera sourire, elle communiquera l’étonnement... mais, tenue à distance, elle ne nous affectera pas. Plus au contraire la surprise est reçue selon la modalité Je-Tu, plus elle aura de chance d’affecter nos manières de comprendre, plus son potentiel cognitif aura des chances d’être exploité.

28Cela dit, si les méthodes par nature objectivantes, comme les enquêtes quantitatives, ne créent pas les conditions du dialogue lors de l’administration des questionnaires, elles peuvent bien entendu réserver des surprises dont, en fonction des positionnements paradigmatiques, les potentialités heuristiques pourront être exploitées ou non.

29À l’inverse des méthodes dont nous venons de parler, les dispositifs d’observation participante s’associent très souvent à des pratiques de « déconventionnalisation » du travail de recherche par lesquelles le chercheur tentera de « minimiser » son statut de chercheur, d’instaurer des relations de familiarité avec le milieu qu’il entend analyser, s’imprégnant du monde qu’il observe, cherchant à entrer en dialogue avec lui et étant davantage prêt à porter un regard ouvert sur ce qui arrive, et donc plus hospitalier à la surprise. Là où celui qui administre un questionnaire standardisé est appelé à maîtriser au mieux ses manifestations expressives, celui qui pratique les méthodologies participantes aurait bien de la peine à maintenir une telle attitude. La méthode par elle-même appelle le positionnement Je-Tu et la difficulté est parfois là d’en sortir, c’est-à-dire de consentir à un retour vers une montée en généralité qui, éthiquement, peut sembler rompre avec les exigences de reconnaissance réciproque inhérentes à la relation Je-Tu.

30Cela dit, la posture du chercheur ne se situe pas seulement entre des postures « objectivante » et « participante », entre les soucis explicatif, compréhensif et critique (Genard, 2011), mais elle comporte, en quelque sorte de manière englobante par rapport à ces trois postures classiques de la sociologie, deux autres dimensions qu’il faut bien qualifier d’esthétique et de politique.

La dimension esthétique

31Nous prenons ici le mot esthétique dans la filiation de sa signification étymologique renvoyant donc au champ de sensations et des sentiments. Bien que les manifestations extérieures du travail sociologique – les articles, les livres, les rapports de recherche, les communications… – tendent plutôt à la dénier ou à tout le moins – pour les communications – à l’euphémiser, il existe bien entendu une dimension esthétique inhérente au travail du chercheur. Ce n’est évidemment en rien une découverte que de rappeler à quel point le « métier de sociologue » est traversé de périodes de déception, de doute, d’euphorie, d’excitation ; à quel point les relations entre collègues peuvent générer des jalousies, des envies, comme bien sûr des proximités affectives. Les équipes de recherche peuvent parfois prendre des allures de communautés esthétiques. Un des intérêts de l’ouvrage récent de Luc Boltanski (2008) sur ses relations avec Pierre Bourdieu et sur la naissance des Actes de la recherche en sciences sociales se situe à notre sens précisément dans l’explicitation de cette dimension habituellement effacée à laquelle Luc Boltanski fait ici droit en l’articulant au travail réflexif alors « en train de se faire », en particulier à propos de l’élaboration des théories de la domination (Boltanski, 2009). Ce qui y est là révélé ou dévoilé, alors que les théories qui se mettent à ce moment en place seront sans doute bien connues de la majorité des lecteurs, c’est précisément l’esthétique de ce moment d’élaboration scientifique. Une esthétique qui n’est pas seulement un « accompagnement extérieur », un contentement de découvrir telle ou telle chose, mais qui est en quelque sorte inhérent à ce qui est élaboré. Il n’y a pas simplement une excitation à « avoir découvert », il y a plutôt à la fois une excitation au processus d’élaboration conceptuelle et une sorte d’adhérence ou plutôt même d’inhérence des sentiments, des affects au contenu cognitif même de cette élaboration. C’est ce qui se manifeste aussi lorsque l’on se réjouit d’une formulation que l’on trouve « subtile » et où la « subtilité » renvoie non seulement à des questions de validité ou de justesse mais aussi à des questions, par exemple, d’élégance, de finesse ou d’originalité. Nous avons d’ailleurs parfaitement conscience de ces « interférences » entre enjeux de validité et esthétique de la recherche lorsque nous disons qu’une communication ou qu’une théorie est « séduisante » que ce soit pour y voir un « supplément » ou pour les disqualifier en attirant l’attention sur le risque de nous laisser entraîner par des affects qui occulteraient leur banalité ou leur faiblesse. Ce domaine de l’esthétique du travail sociologique mériterait de longs développements qui ne sont bien sûr pas l’objet de cette contribution. Revenons-en donc à cette question très spécifique des apports épistémologiques potentiels de la surprise qui constitue la préoccupation centrale de cet article.

32Les travaux de Jean-Marie Schaeffer sur l’expérience esthétique (Schaeffer, 1996) nous serviront de guide. Ils présentent un double intérêt. D’une part ils proposent de réfléchir à la question de l’esthétique sans la référencer directement à l’expérience artistique, rendant donc au concept d’esthétique la signification étymologique que nous avons rappelée. D’autre part, et contrairement à une longue tradition qu’illustre par exemple la célèbre typologie wébérienne de l’action qui oppose activité affectuelle et rationnelle, Jean-Marie Schaeffer refuse de désolidariser l’expérience esthétique de toute dimension cognitive. À le suivre, le plaisir ou le déplaisir esthétiques sont intrinsèquement liés à des cognitions. Nos plaisirs ou nos déplaisirs ne sont pas « sans raisons », même si celles-ci demeurent irréfléchies. Ce qui caractérise les expériences esthétiques les plus communes, la joie, la colère, c’est en effet que cette dimension cognitive y demeure enfouie, voire que l’intensification affectuelle tend à l’occulter ou à la refouler.

33Lorsqu’il y a « saturation » émotionnelle, lorsque nous sommes « envahis » par nos sentiments, les mots pour le dire ne viennent pas, peu en importent les « raisons ». Et nous pourrions dire qu’à l’inverse, c’est parce que moins peut-être le travail de recherche lui-même que ses manifestations se doivent de présenter ce que nous pourrions appeler une « saturation cognitive » que la dimension esthétique, pourtant inhérente au travail lui-même comme nous l’avons rappelé, se voit systématiquement refoulée et que, épistémologiquement et méthodologiquement, elle n’est l’objet d’aucune réflexivité, d’aucune théorisation. Au mieux trouve-t-elle place dans des espaces « spécialisés » – mais clairement distanciés des manifestations tangibles de la recherche – comme les remerciements, où l’auteur reconnaît que sans les connivences, les complicités… la recherche n’aurait pu être ce qu’elle était, n’aurait pu aboutir… où il rappelle les moments d’excitation, de joie et de déception que recèle le travail de recherche.

34Dans ses approches de l’expérience esthétique, Jean-Marie Schaeffer accorde une place importante à sa dimension attentionnelle. Reprenant cela à propos de la surprise, on pourrait supposer qu’une des composantes de celle-ci se situe dans une intensification de l’attention à l’objet au sens où, si nous sommes surpris, cela suppose que ce qui nous surprend se détache en quelque sorte du cours des choses qui arrivent, qui se succèdent et que nous lui accordons une attention particulière. Et cette attention que présuppose la surprise porte en elle un potentiel de stimulation cognitive qui peut interagir avec notre intérêt de connaissance. Si nous sommes surpris, c’est, comme nous l’avons évoqué précédemment, que nous ne nous attendions pas à cela. Et dans la mesure où ce que nous avons en vue ici c’est un rapport à l’empirie, la surprise peut résulter d’un décalage par rapport à nos attentes, aux anticipations vers lesquelles nous orientaient nos hypothèses, nos cadrages théoriques, ou simplement nos savoirs ordinaires.

35Cela dit, bien sûr, la surprise peut perturber nos anticipations sans que cela n’ait fondamentalement à voir avec les intérêts de connaissance qui justifient notre choix de telle ou telle empirie. Nous pouvons être surpris par des habitudes alimentaires de nos interlocuteurs alors que nous travaillons sur tout autre chose… et dans ce cas, même si la surprise porte en elle un potentiel de stimulation réflexive, celle-ci n’affecte pas les intérêts de connaissance liés à la recherche en cours. Mais – et c’est cela qui nous intéresse ici – ce peut être le cas, sans pour autant qu’il y ait de nécessité à ce que nous en exploitions réellement le potentiel. C’est dire que la surprise se présente plutôt comme une « occasion » de réflexivité au sein du processus de recherche. Une occasion qui peut être saisie ou perdue, une occasion qui peut être productive ou ratée. C’est dire aussi que l’effet épistémologique de la surprise demeure radicalement contingent, notamment en fonction de l’offre d’hospitalité que présentent nos repères théoriques.

36Le détour par les théorisations de l’esthétique nous permet d’aller plus avant maintenant dans la compréhension des liens entre surprise, supposant une intensification affectuelle liée à un contenu cognitif, et formes de cognition susceptibles de l’accueillir et de s’y appuyer. Bien qu’ils s’en éloignent à plusieurs reprises, les travaux de Jean-Marie Schaeffer sur l’expérience esthétique entretiennent avec l’esthétique kantienne de nombreuses proximités. Pour Emmanuel Kant, comme pour David Hume avant lui, par exemple, et à distance des conceptions objectivistes et subjectivistes du beau, l’expérience esthétique est relationnelle, se situe dans la relation avec l’objet, et non pas donc dans l’objet lui-même ou dans le sujet qui ressent. Cette relation est une relation de plaisir ou de déplaisir qui est cognitive : elle s’ouvre à un jugement, le jugement de goût. Il s’agit donc d’une relation cognitive qui possède cette propriété de s’accompagner de plaisir ou de déplaisir. S’interrogeant sur les spécificités du jugement de goût, Emmanuel Kant identifie celui-ci en parlant de jugement « réfléchissant » qu’il distingue de ce qu’il appelle le jugement « déterminant ». Pour lui, le lien entre expérience esthétique et jugement réfléchissant est contingent. Elle est comme nous venons de le dire une « occasion » qui peut être saisie ou non. Il vise par-là la rencontre, répétons-le, contingente entre ce qui est à l’origine de l’expérience esthétique – un beau paysage par exemple – et ce qu’il appelle des « idées de la raison », Dieu par exemple, qu’évoque l’objet de l’expérience. Nous ne comprenons pas les choses en ces termes, mais plutôt au sens où la surprise constitue une occasion, de fait contingente, d’opérer un retour réflexif sur nos anticipations et présupposés théoriques. Et la distinction entre jugements réfléchissant et déterminant est intéressante dans la mesure où, pour Emmanuel Kant, le jugement déterminant, par sa nécessité déductive, enferme la réalité, comme tendent à le faire les sociologies que nous avons appelées « totalisantes ».

37Bien entendu, dès lors que du travail empirique ne ressort rien que la théorie n’ait anticipé, les conditions pour que s’active le potentiel épistémologique de la surprise s’estompent. C’est ce qui se passe lorsque la posture épistémologique du chercheur est « déterminante », lorsque donc le savoir est « totalisant ». Si surprise il y a, ses significations demeurent extérieures aux enjeux de la théorisation. À moins que n’y soit associé un sentiment de déplaisir dans la mesure où ces mêmes significations perturbent les anticipations théoriques. Dès lors par contre que la posture adoptée par rapport à l’objet demeure réfléchissante, elle demeure ouverte à la contingence et laisse place au potentiel cognitif de la surprise, un potentiel sans doute perturbateur dans un premier temps, mais susceptible d’éveiller la vigilance et l’inventivité cognitives du chercheur, comme d’une certaine façon la relation au beau paysage chez Emmanuel Kant éveille les idées de la raison.

38L’activité de recherche présuppose une relation à l’objet fortement saturée par les intérêts de connaissance qui justifient l’attention à cet objet et cadrent les formes dans lesquelles s’établit le rapport à l’objet, un cadrage plus ou moins contraignant selon les méthodes mises en œuvre (objectivantes ou participantes, par exemple) et selon les formes d’engagement théorique (déterminantes ou réfléchissantes, pour reprendre les termes kantiens). Penser la place de la surprise dans le travail du sociologue présuppose également que ce même rapport à l’empirie soit susceptible de générer des plaisirs et des déplaisirs, mais des plaisirs et déplaisirs spécifiques en ce qu’ils possèdent un potentiel cognitif par rapport aux anticipations théoriques au travers desquelles s’est pré-structuré notre rapport à l’objet. Le terme potentiel renvoyant à ce que n’existe aucune nécessité au fait que ce potentiel soit ou non activé et conduise effectivement à des reconsidérations de nos anticipations. C’est pour cette raison que nous avons utilisé, à la suite des considérations esthétiques d’Emmanuel Kant, le terme « évocation » : la surprise est évocatrice, mais encore faut-il que ce potentiel évocateur soit saisi par le chercheur et que celui-ci lui donne corps. Dès lors qu’il y a surprise, c’est que ce que nous apporte l’empirie ne cadre pas avec ce qui était attendu. Poursuivant les parallélismes avec les théories esthétiques, on pourrait dire que la surprise possède ce potentiel perturbateur que Theodor W. Adorno prête à l’expérience esthétique réussie dans le cadre de son esthétique négative. À le suivre, l’expérience esthétique riche, « fragmentaire » est celle qui perturbe nos manières habituelles de sentir, de percevoir, de réfléchir, de penser, de comprendre. Celle dont le potentiel perturbateur est tel qu’il nous « oblige » à mettre en question nos anticipations. Bien qu’il tende à accorder à certaines œuvres une force perturbatrice intrinsèque, pour Theodor Adorno, l’expérience esthétique demeure toujours potentielle. La négativité n’est pas une propriété de l’œuvre mais une virtualité de la relation à l’œuvre. Transposée dans le domaine du « métier de sociologue », cela veut dire que le chercheur peut parfaitement ne rien tirer de la surprise, la renvoyer aux pertes et profits des aléas et surtout des alentours du travail empirique. Il peut donc n’en tirer aucun parti, comme répétons-le, il peut n’y avoir aussi bien entendu aucun parti à en tirer. La surprise peut en effet nous tromper sur ses significations. Nous pouvons tout à fait penser avoir là découvert quelque chose qui nous ouvre la porte vers des domaines théoriques nouveaux, dans des voies de compréhension inédites… alors que la surprise ne contient rien de tel.

39La réflexion sur la surprise à partir d’un référentiel esthétique, présupposant bien entendu l’existence d’une dimension esthétique au travail de recherche, nous invite à penser différentiellement les plaisirs et les déplaisirs liés à la recherche. Certains d’entre eux ne sont pas liés à la surprise. Tous ne possèdent pas de portée épistémologique. Ceux liés à la surprise n’ayant pas forcément de portée épistémologique. Et cette portée épistémologique pouvant ou non être exploitée.

40La mise en ordre de données peut procurer une satisfaction à la fois cognitive et esthétique. Le côtoiement d’informateurs sympathiques peut renforcer le plaisir de l’empirie comme je peux éprouver de lourds déplaisirs à la rencontre de personnages dont les manières d’être, les convictions… m’insupportent. Tous ces plaisirs et déplaisirs ne possèdent pas nécessairement en eux de potentiel épistémologique. Si, toutefois, ces plaisirs et déplaisirs sont inhérents à des « surprises », la probabilité qu’ils recèlent une portée épistémologique s’accroît dans la mesure où, si surprise il y a, ce peut être qu’existe une tension par rapport à nos anticipations théoriques. Et c’est pourquoi une disposition de veille de la part du chercheur aux significations épistémologiques de la surprise mériterait quelques encouragements. Lorsque des coefficients de corrélation perturbent nos attentes, lorsque des informateurs nous disent des choses avec lesquelles nous ne savons que faire mais qui nous surprennent, lorsque le terrain nous désoriente, lorsque ce que nous croyions paraît s’évanouir par rapport à ce que nous voyons et comprenons… alors se manifeste cette dimension esthétique du « métier de sociologue » par rapport à laquelle une attitude de vigilance se justifie parce que là peut-être se manifeste une expérience dont la portée épistémologique ne doit pas être sous-estimée et encore moins évacuée.

La dimension socio-politique

41Pour bien comprendre la place que prend la surprise dans le travail de recherche, la dimension de nature socio-politique doit aussi être prise en compte. La recherche est toujours une activité située et, en ce sens, le contexte dans lequel elle se construit détermine également l’ouverture de la recherche et du chercheur à la surprise. On peut penser à plusieurs situations de recherche et à l’autonomie du chercheur quant à l’agencement et la disposition de la recherche. Une recherche opérationnelle, commandée dans l’urgence, réserve sans doute moins de place à la surprise. Ici on peut penser à des petits mandats que le chercheur prend en raison d’une situation professionnelle précaire, et où il doit répondre à des attentes très précises du commanditaire. Dans ces cas, l’objet d’étude est déjà construit à l’avance sans qu’il soit forcément un objet sociologique. Prenons, par exemple, une recherche qui doit évaluer une politique publique à petite échelle et qui est commanditée par l’administration publique dans l’urgence. Un autre contexte : un centre de recherche soumis à l’autorité d’un maître despotique ou à un régime de concurrence effrénée pour des financements extérieurs, deux situations qui mettent les chercheurs dans une situation de précarité sur le plan psychologique. La situation de recherche sera stressante et la créativité des chercheurs réduite, aucune place donc à l’autonomie du chercheur et un rapport au terrain qui se trouvera biaisé. Le chercheur ne pourra pas s’approprier son terrain ni avoir un esprit d’ouverture avec la réalité qu’il observe. Aucune place donc à l’étonnement. Citons aussi le contexte d’hyper-formatage des normes de publication, que nous vivons aujourd’hui et qui conduit à la rédaction d’articles dont les contenus deviennent attendus et réservent peu d’opportunités de surprise.

  • 3 En ce sens, Didier Fassin (2008) précise que ce décalage joue aussi bien par excès que par défaut, (...)

42En outre, pour ce qui est de la régulation de la recherche, notamment sous l’égide d’une régulation éthique, on voit apparaître de plus en plus de dispositifs conduisant les chercheurs à devoir soumettre leurs méthodologies, leurs protocoles d’enquête à des instances composées généralement de pairs chargés de statuer sur la validité normative, voire juridique de leurs recherches. Ces instances sont susceptibles à la fois d’exiger des modifications, voire d’imposer des interdits. Cette tendance n’est évidemment pas propre à la sociologie, ni d’ailleurs aux activités scientifiques en général. Elle s’inscrit au contraire dans un processus généralisé de juridicisation (Pélisse, 2009) ou de contractualisation des relations sociales (Genard, 2000), déplaçant les exigences de responsabilité du domaine de l’éthique vers celui du droit. Avec l’éthicisation de la recherche, ce sont des instances de régulation qui entendent imposer des balises éthiques au déroulement de la recherche, en la conditionnant à l’acceptation formalisée de ces balises (Genard & Roca i Escoda, 2010). Bref, ces balises éthiques se construisent préalablement à l’enquête et à sa logique processuelle, à travers une instance régulatrice décontextualisée par rapport au déroulement même de la recherche. Ceci a pour conséquence l’imposition d’une situation de formalisation qui va chercher à cadrer de manière contraignante les limites méthodologiques de la recherche, en précisant ce qui sera autorisé et ce qui ne le sera pas. Or la réalité de terrain et la dynamique même de la recherche possèdent intrinsèquement une dimension d’imprévisibilité qui condamne à l’avance l’ambition d’enfermer éthiquement les cadres de la recherche 3.

Conclusion

43Dans ce texte, nous avons voulu cerner les potentialités épistémologiques de la surprise. Nous avons montré comment certaines épistémologies, mais aussi certaines conditions imposées au travail de recherche, pouvaient favoriser une fermeture à ces potentialités.

44En réfléchissant à la surprise, nous avons voulu aussi tenter de saisir le travail sociologique en lui restituant une dimension esthétique peu investiguée, souvent déniée. Par là, nous nous rapprochions des travaux des pragmatistes américains et en particulier des analyses que propose John Dewey de ce qu’enquêter veut dire.

45Lorsque nous sommes surpris, ce n’est jamais « sans raison ». Ce constat d’évidence laisse évidemment entendre que la surprise possède une composante cognitive. Et cette composante cognitive apparaît comme une invitation à la réflexivité, en particulier parce que si nous sommes surpris, c’est que ce qui est arrivé ne s’est pas inscrit pleinement dans nos anticipations.

46Toutefois, comme toute invitation, cette invitation à la réflexivité que porte en elle la surprise peut être honorée, déniée, méprisée ou refusée. Pour qu’elle soit honorée sans doute convient-il que le rapport que nous entretenons avec l’objet d’où provient la surprise soit empreint d’hospitalité bien sûr, mais aussi de bienveillance. Encore faut-il aussi que le rapport que nous entretenons avec nos anticipations théoriques demeure ouvert au faillibilisme si nous nous plaçons dans une perspective cognitiviste et, si nous nous plaçons dans un registre davantage éthique, qu’il demeure associé à un minimum de distanciation et, pourquoi pas, de légèreté.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. (2003), « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 150, pp. 43-57.

Boltanski L. (2008), Rendre la réalité inacceptable, Paris, Éditions Demopolis.

Boltanski L. (2009), De la Critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Éditions Gallimard « NRF Essais ».

Breviglieri M. & J. Stavo-Debauge (2004), « Les identités fragiles : la jeunesse et l’immigration sous des regards sociologiques », dans Cicchelli-Pugeault C., Cicchelli V. & T. Ragi (dir.), Les Jeunes : risques, liens et engagements, Paris, Presses universitaires de France, pp. 159-176.

Cantelli F., Roca i Escoda M., Stavo-Debauge J. & L. Pattaroni (dir.) (2009), Sensibilités pragmatiques. Enquêter sur l’action publique, Bruxelles, P.I.E Peter Lang, Collection « Action Publique », n° 5.

Cefaï D. (2001), « Les cadres de l’action collective. Définitions et problèmes », dans Cefaï D. & D. Trom (dir.), Les Formes de l’action collective, Paris, EHESS, col. Raisons pratiques, n°12, pp. 51-97.

De Munck J. (2011), « Les trois dimensions de la sociologie critique », SociologieS [En ligne], Expériences de recherche, Régimes d'explication en sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 19 mai 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3576.

Fassin D. (2008), « L'éthique, au-delà de la règle. Réflexions autour d'une enquête ethnographique sur les pratiques de soins en Afrique du Sud », Sociétés contemporaines, n°71/3, pp. 117-135.

Genard J.-L. (1994), « Pour une approche pragmatique des discussions éthiques », dans Facultés Universitaires Saint-Louis, Actes du colloque Variations sur l'éthique organisé en l'honneur de J. Dabin, Bruxelles, Presses universitaires des Facultés Saint-Louis, pp. 621-643.

Genard J.-L. (2000), Les Dérèglements du droit. Entre attentes sociales et impuissance morale, Bruxelles, Éditions Labor.

Genard J.-L. (2011), « Expliquer, comprendre, critiquer », SociologieS [En ligne], Expériences de recherche, Régimes d'explication en sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 07 janvier 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3555

Genard J.-L. (à paraître), « Vers une approche épistémologique et une esthétique de la surprise du chercheur ».

Genard J.-L. & F. Cantelli (2008), « Êtres capables et compétents : lecture anthropologique et pistes pragmatiques », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008, consulté le 20 mai 2013. URL : http://sociologies.revues.org/1943.

Genard J.-L. & M. Roca i Escoda (2010), « La « rupture épistémologique » du chercheur au prix de la trahison des acteurs ? Les tensions entre postures objectivante et participante dans l’enquête sociologique », Éthique publique [En ligne], vol. 12, n° 1 | 2010, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 20 mai 2013. http://ethiquepublique.revues.org/210 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.210 .

Pattaroni L. (2005), Politique de la responsabilité : promesses et limites d’un monde fondé sur l’autonomie, Thèse de doctorat, École des Hautes études en sciences sociales, Université de Genève.

Quéré L. (2002), « La structure de l’expérience publique d’un point de vue pragmatiste », dans Cefaï D. & I. Joseph (coord.), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, pp. 131-160.

Pélisse J. (2009), « Judiciarisation ou juridicisation ? », Politix 2/2009, n° 86, pp. 73-96.

Piette A. (2009), « L'action en mode mineur : une compétence impensée », dans Breviglieri M., Lafaye C. & D. Trom (éds), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Éditions Economica, pp. 251-260.

Piette A. (1996), Ethnographie de l'action. L'observation des détails, Paris, Éditions A.M. Métailié.

Roca i Escoda M. (2009), « L’action publique sous la loupe du genre. Réflexions épistémologiques et méthodologiques », Revue de l'Institut de Sociologie, ULB, p. 105-120.

Roca i Escoda M. (2009b), « Entre coming out et dévoilement », EspacesTemps.net, Textuel, 24.06.2009 http://espacestemps.net/document7800.html,

Schaeffer J.-M. (1996), Les Célibataires de l'Art. Pour une esthétique sans mythes, Paris, Éditions Gallimard.

Stavo-Debauge J. & D. Trom (2004), « Le pragmatisme et son public à l’épreuve du terrain. Penser avec Dewey contre Dewey », dans Karsenti B. & L. Quéré (dir.), La Croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 196-226.

Thévenot L. (1986), « Les investissements de forme », dans Thévenot L. (dir.), Conventions économiques, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 21-71.

Haut de page

Notes

1 Ce texte doit beaucoup à une première opportunité ou une première incitation qui nous a été donnée de réfléchir à la question de la surprise au sein du travail sociologique. Ce fut lors du colloque organisé à l’occasion du départ à la retraite de Luc Van Campenhoudt à l’Université Saint-Louis à Bruxelles. Le texte de cette intervention est à paraître dans les actes de ce colloque (Genard, à paraître).

2 Pour une réflexion sur l’objectivation et la participation du chercheur lui-même, voir notamment Pierre Bourdieu (2003).

3 En ce sens, Didier Fassin (2008) précise que ce décalage joue aussi bien par excès que par défaut, voulant dire par là que la contractualisation éthique peut interdire certaines choses dont le travail empirique montrera qu’elles ne posent à vrai dire aucune difficulté éthique, tout comme elle peut autoriser, par déficit de prévisibilité par exemple, des choses aux conséquences éthiques importantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda, « Le rôle de la surprise dans l’activité de recherche et son statut épistémologique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ?, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4532

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Genard

Groupe de recherche sur l’action publique, Université Libre de Bruxelles, Belgique - jgenard@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Marta Roca i Escoda

Centre en Études Genre, Université de Lausanne, Suisse - marta.rocaescoda@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page