Navigation – Plan du site
Paul Pascon
Découvertes / Redécouvertes
Paul Pascon

Paul Pascon : un pionnier de la sociologie marocaine

Mohamed Tozy

Résumés

Présentation du texte de Paul Pascon « Segmentation et stratification dans la société rurale marocaine », paru en 1979 dans le Bulletin économique et social du Maroc, n°138-139, pp. 105-119 et reproduit avec l’aimable autorisation de la Société d'études économiques, sociales et statistiques, Rabat, Maroc.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le texte de Paul Pascon est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4326

Texte intégral

1Les sciences sociales au Maroc sont très récentes, leur histoire est encore à faire. Toutefois, les rares écrits qui lui sont consacrés, en dehors des préoccupations idéologiques de traditionalisation voire même d’islamisation, octroient une place centrale à Paul Pascon considéré comme la principale figure de la sociologie postcoloniale.

2Il est né à Fès en 1932, deux ans après la promulgation du dahir berbère qui va marquer le début d’un mouvement nationaliste de remise en cause du traité du protectorat français au Maroc. Son père était ingénieur des travaux publics, alors que le grand-père, plus paysan qu’agriculteur, tenait une ferme modeste dans la plaine du Saïs à quelques kilomètres du domaine des Douiyat qui sera le futur domaine royal, une des vitrines de l’agriculture marocaine moderne, mais aussi une des expressions de la mal-gouvernance qui a caractérisé le processus de récupération des terres coloniales après l’indépendance. Ses expériences familiales de la ruralité et sa proximité de l’injustice coloniale vont modeler son caractère au point d’infléchir le cours de sa vie et d’en faire avant tout un militant de la cause des « petits ». En 1953, Paul Pascon va décrocher son baccalauréat, il va s’inscrire d’abord à l’Institut des hautes études marocaines, seul établissement d’études supérieures au Maroc qui forme les cadres du protectorat. Il espérait y trouver les moyens de répondre à son besoin de grands espaces et à la poursuite qui l’avait conduit à effectuer en autodidacte sa première enquête sociologique sur le système des droits d’eau dans l’oued Drâa et l’oued Ziz. Il le quitte une année plus tard pour rejoindre la métropole. Entretemps, il a participé à quelques enquêtes initiées par les services de la Résidence sur l’émigration des Soussi (Sud du Maroc) vers les mines de Jarrada (Oriental). En France il opte, en l’absence d’une filière sociologique, pour la biologie et ce n’est qu’en 1956 qu’il va intégrer le département de sociologie nouvellement créé à Paris pour suivre les enseignements de George Gurvitch. C’est dans ce cadre qu’il participe à sa première enquête en France sur l’attitude des ouvriers de la sidérurgie à l’égard des changements techniques (1955-57) aux côtés d’Alain Touraine.

3Sa double formation de biologiste et de sociologue explique en partie sa singularité, son attachement à l’observation du détail, sa pratique du dessin et de la représentation graphique et surtout sa préférence pour l’action et l’expérimentation sur le terrain. À l’indépendance, Paul Pascon va revenir au Maroc, une fois ses études terminées. Il choisit de rester marocain et sera naturalisé à la fin des années 1950 sous le gouvernement de gauche d’Abdallah Ibrahim (le décret sortira en 1964). Comme tous les jeunes Marocains qui sont rentrés après l’indépendance, il sera très vite mis à contribution pour combler le vide laissé par le départ des fonctionnaires coloniaux. Il occupera plusieurs postes de responsabilité qui vont être autant de lieux d’observation pour sa future carrière de sociologue. Il liera dans un premier temps son destin à celui du parti communiste, au sein duquel il va militer en se rapprochant de la première centrale syndicale du pays (l’UMT) où il va mettre en place un premier noyau de chercheurs sur le mouvement ouvrier. De son appartenance communiste, il ne va retenir que l’engagement envers les causes des dominés et une certaine façon d’approcher la réalité sociale par le biais des « rapports de production ».

4Au niveau de la recherche scientifique, Paul Pascon va privilégier trois choix : l’action collective et la recherche en groupe, l’approche empirique et la recherche-action.

5C’est au sein d’une sorte de bureau d’étude coopératif (Équipe interdisciplinaire de recherches en sciences humaines), créé au début des années 1960, qu’il va faire valoir ses qualités de leader. Il s’agit d’une coopérative ouvrière de production qui entend servir exclusivement les besoins de l’État en études aussi bien sociologiques qu’économiques. Le premier point d’entrée va être celui de l’Office chérifien des phosphates, où il va s’intéresser aux caractéristiques sociologiques de la population ouvrière travaillant sur les mines de Youssoufia et Khouribga et sur le port de Casablanca. Intégré à l’Office national de l’irrigation – qui venait d’être créé dans le cadre d’une politique socialisante du premier gouvernement de gauche caractérisé par des engagements précis pour une réforme agraire, une modernisation du monde rural et la mise en place d’un secteur public fort – il va être une des grandes chevilles ouvrières de la réflexion menée sur l’opération bour en mettant en place les premières mesures d’une politique d’irrigation et de mécanisation des zones de céréaliculture associée à une redistribution des terres récupérées aux agriculteurs.

6À l’Office national d’irrigation (ONI), où il commence par diriger une cellule de vulgarisation avant d’être affecté à Marrakech dans le cadre du premier Office régional de mise en valeur agricole (office du Haouz), il va donner libre cours à une démarche d’expérimentation sociale. C’est ainsi qu’il met en place des essais sur les coopératives intégrales, en passant par des essais sur des coopératives avec parcelles individuelles, sur des fermes de jeunes dans la région de Tamelalt et el Attaouiya et sur des comités d’autogestion sur la Tassaout. La plupart de ces expérimentations vont échouer, mais Paul Pascon en tirera des enseignements précieux sur le caractère très fragmenté de la réalité marocaine, sur la centralité du politique, sur le poids de l’histoire et sur la nécessité d’une connaissance sociologique préalable du milieu avant toute action.

7La mise en place du projet Sebou, porté alors par la FAO et faisant figure de première expérience de modernisation intégrale de l’agriculture dans le cadre de la grande irrigation intervenant sur un espace vierge de tout équipement, l’amènera à quitter Marrakech pour le Gharb où il était question de remembrer et privatiser des milliers d’hectares de terres collectives appropriés par des tribus et d’ exproprier pour utilité publique plus de 50 000 ha appartenant à des colons ou à des anciens caïds. Cette opération d’envergure supposait un engagement sans faille et une prise de risque envers le pouvoir, qui était en phase de recomposition de ses soutiens par une redistribution de la rente. La mission de Paul Pascon durera 28 jours marqués par un clash avec les grands intérêts du moment.

  • 1 La collection « Villes et tribus du Maroc » est un projet de la Résidence qui devait couvrir en qui (...)

8Après avoir quitté l’administration, Paul Pascon rejoint l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV) où il contribua, aux côtés d’un agronome visionnaire, Abdallah Bekali, à la mise en place d’une structure de formation d’ingénieurs très particulière. Le point d’orgue de cette formation était le système de stage. Il y en avait plusieurs, du stage de découverte de la nature qui permettait de mettre en place chez les jeunes entrants des capacités d’observation mais aussi de navigation, au stage de ruralisme très apparenté aux grandes enquêtes réalisées par l’équipe d’Édouard Michaux-Bellaire et du Colonel Léopold Justinard dans la série « Villes et tribus du Maroc » 1. Les étudiants, par binômes, devaient séjourner une quarantaine de jours dans un douar pour y réaliser une monographie, à la manière des tenants de la morphologie sociale ; tout y était : métrologie, poids et mesures, droits d’eau, parenté et stratégie matrimoniale, régime des propriétés, sociologie des ménages… La bibliothèque de l’Institut agronomique (IAV) en garde quelques perles qui documentent l’état du monde rural dans les années 1970 et 1980. Certaines de ces enquêtes ont alimenté les différentes publications de Paul Pascon, notamment dans le Bulletin économique et social du Maroc.

9C’est au début des années 1980, après avoir soutenu une thèse en histoire sur le Haouz de Marrakech (Pascon, 1983), que Paul Pascon va accélérer le rythme de ses différents chantiers. Il va s’installer au centre du débat scientifique accaparé par deux questions lancinantes : comment caractériser la société marocaine et rendre compte de sa singularité historique tout en restant rattaché aux grands courants théoriques du moment : le marxisme, le structuralisme et les théories de la modernisation ? Quel sens donner au fait tribal et à l’approche segmentaire ?

10Si au départ Paul Pascon s’est engouffré dans le débat idéologique à travers une approche plutôt holiste, raisonnant en termes de mode de production et de formation sociale, petit à petit sa singularité s’est affirmée. D’abord à travers sa filiation à la biologie consolidée par sa longue fréquentation des agronomes, qu’on retrouve par exemple dès le début de son article sur la stratification sociale publié dans cette rubrique, quand il commence par définir la segmentation en faisant une incursion à peine justifiée chez les biologistes et ensuite à travers un empirisme assumé, nourri par un accès privilégié au terrain et par une sociographie qui recoupe sa formation de biologiste mais qu’il transcende par une ethnographie qui n’hésite pas à considérer l’objet observé comme une source privilégiée d’intelligibilité.

11Au milieu des années 1970, les facultés de droit de Rabat et de Casablanca se sont fait l’écho d’un débat violent animé par des militants du Parti communiste marocain, devenu Parti du progrès et du socialisme après la levée de son interdiction prononcée au lendemain de l’indépendance. Des chercheurs marxisants soutenaient que le Maroc relevait du mode de production féodal dans sa déclinaison asiatique. Driss Benali par exemple retrouvait dans le mode d’organisation des azibs (des propriétés foncières appartenant aux chorfas de la confrérie de Ouezzane) la morphologie des domaines féodaux. Il assimilait les métayers et adeptes de la zaouia aux serfs du système féodal (Benali, 1969). Paul Pascon, qui venait de soutenir sa thèse sur le Haouz, entre dans ce débat en proposant un concept « générique » qualifiant la situation marocaine de mode de production composite et rejetant par là-même les concepts de société en transition ou de mode de production féodal voire asiatique. Il va estimer que l’usage de ces concepts est inapproprié et qu’il ne permet aucune intelligibilité des rapports sociaux dans les campagnes marocaines.

  • 2 Cité par Hassan Rachik et Rahma Bourqia (Rachik & Bourqia, 2011).

12Il écrira plus tard que la société marocaine « n’est pas purement ceci ou cela, mais que plusieurs modes de production participent à sa formation sociale […] : patriarcat, tribalisme, féodalisme, capitalisme. Le socialisme aussi, mais ce dernier type de formation sociale n’existe qu’au niveau de l’idéologie et de l’organisation politique » (Pascon, 1983, p. 591). À observer le paysan au quotidien, on se rend compte, écrit Paul Pascon, que « l’homme de cette société se caractérise par une démultiplication des registres comportementaux. Il joue sur tous les claviers, tous les registres » 2. Ce parti-pris théorique était une invitation directe à prendre en charge la complexité et l’ambivalence des situations et à renverser les modalités d’approche de la réalité sociale en privilégiant la description et en évitant de plaquer des modèles prêts à porter.

13L’autre question lancinante est celle du fait tribal dans sa relation à la construction nationale d’un côté et à la question des classes sociales de l’autre. Le texte republié dans cette rubrique illustre bien la méthode et la pensée de Paul Pascon. Il s’agit d’un débat qui marque d’une certaine façon la sortie d’un mépris très nationaliste manifesté envers l’ethnologie comme science de la colonisation et aussi une sortie tardive de l’explication simpliste et mécanique du matérialisme historique. Comme le rappelle si justement Jean-Claude Vatin, la recherche marxiste récente est à peine sortie du carcan des « cinq types fondamentaux de rapports de production », définis par Staline dans Matérialisme historique et matérialisme dialectique et des blocages propres au repérage en termes de mode de production précapitaliste (asiatique, archaïque, féodal, caïdal, tributaire, etc.) (Vatin, 1982, p. 12). Pour quelques-uns dont Paul Pascon, l’effort « s'opère en direction de formes sociales moins importantes : unités d'exploitations familiales, tribales, pastorales, villageoises, urbaines, ayant leur propre contenu de rapports de production, leur type particulier de reproduction sociale, leur forme d'organisation, de gestion, de gouvernement. Groupes où la conscience est ethnique (généalogique), religieuse et où le politique ne transparaît qu'indirectement » (Ibid., p. 13).

14La tribu a ainsi constitué, pour beaucoup de sociologues maghrébins, le concept miracle pour décrire aussi bien l’incapacité de l’État-nation à s’imposer, les multiples formes de dissidence qui se sont manifestées à la périphérie du pouvoir que l’incapacité des organisations de gauche à prendre pied chez les démunis. Cet intérêt n’était pas très innocent, il s’inscrivait le plus souvent dans le cadre d’une entreprise de détribalisation. La plupart considérait que la prise en charge de la tribu comme objet d’étude sans un projet d’éradication (Ahmed Lahlimi, Mahdi Benbarka) rendait l’entreprise suspecte parce qu’elle était accusée de reconduire les analyses colonialistes.

15L’entrée en scène de l’anthropologie anglo-saxonne, qui permet d’envisager une autre filiation que celle qui passe par les ethnologues impliqués dans le projet colonial français, minimisait les risques d’une contribution à ce débat. L’opposition étant désormais transférée au sein même de l’école anglo-saxonne entre Esnest Gellner (1969) – suivi par David Hart (1970 et 1973), Hugh Roberts (1993) et John Watherburyn (1967) – et Clifford Geertz, Hildred Geertz et Lawrence Rosen (1979) – suivis par Dale Eickelman (1981) et Abdellah Hammoudi (1974) qui ont tous deux choisi le Maroc comme terrain à la fin des années 1960. Dans tous ces écrits, la société traditionnelle de référence au Maroc et en Algérie a été souvent décrite comme une société organisée autour de rapports familiaux et agnatiques avec une certaine égalité dans les rapports économiques entre les groupes familiaux, l'organisation sous forme de tribu ou de confédération de tribus coiffant l'ensemble. La segmentarité en esquisse le principe de structuration sociale.

16L’approche segmentaire a été très vite contestée puisque le système tribal a généré des hiérarchies entre lignages qui ont eu la possibilité de s'exprimer très tôt par des déséquilibres démographiques entre segments. Ces déséquilibres ont été par ailleurs plus ou moins utilisés dans les rapports particuliers de domination du pouvoir central (Makhzen). De même qu'ils ont pu s'exprimer pleinement avec l'ouverture du marché (émergence des grands caïds au début du xxe siècle dans les tribus soumises) et développer ainsi une structuration en « classes ».

17L’importance prise par le débat autour de la segmentarité n’est pas due à l’opposition entre une école plutôt positiviste (Ernest Gellner) s’attachant à décrire le fonctionnement théorique des jeux de fission et de fusion entre segments et une école culturalisante (Clifford Geertz), mais aux conclusions qu’on pouvait tirer de la persistance du fait tribal pour décrire les rapport de pouvoir au niveau de l’État marocain et le rôle qu’y jouait le lignage saint des alaouites dont Ernest Gellner avait esquissé indirectement la description à travers son avatar chez les saints Hansalas et le rôle qu’il y jouait dans l’arbitrage des conflits pastoraux. En effet, Ernest Gellner ne présente pas l’exemple d’un système segmentaire pur, mais d’un système de complémentarité de contraires. Les travaux d’Ernest Gellner étudient les rôles politiques complémentaires de deux types de tribus sédentaires, les unes laïques, les autres religieuses (Gellner, 1969). Dès le début, il se pose une question préjudicielle valable pour tout le système politique marocain : comment faut-il définir ce système ? Comme une hagiographie ou comme un État dont la nature anarchique « segmentaire » est mitigée par la présence d’une dynastie de saints ? Cette interrogation rend compte de l’enjeu que représente le tribalisme pour expliquer, outre la nature du lien social, la place du saint donc du Roi pour imposer un système de sens, voire un système d’ordre qui assure le passage à une sociabilité supra cantonale. La théorie segmentaire a permis de pointer la fonction intégrative du conflit et d’insérer la dissidence (siba) dans le système. Le caractère abstrait et général de certains développements de l’ouvrage Les Saints de l’Atlas n’a pas empêché une prolongation des principales interrogations de l’auteur au cœur même du champ politique actuel à travers les travaux de John Waterbury (1967).

18Le traitement consacré par Ernest Gellner à la fonctionnalité de la dissidence (Gellner, 1962) a permis par ailleurs aux politologues de caractériser les propriétés de résilience du système politique marocain actuel et sa capacité à entretenir une relative circulation des élites et à atténuer les risques d’une dégénérescence qui serait due à la domination, dans l’enceinte du pouvoir, d’une pensée courtisane unique. Dans ce contexte, la dissidence n’est pas perçue comme un dysfonctionnement, elle ne constitue pas une menace directe contre le système. Au contraire, elle garantit sa régénération. Souvent, du côté du pouvoir comme de celui des dissidents, elle est appréhendée comme une demande d’intégration.

19Ce sont là les principales raisons qui expliquent pourquoi la théorie de la segmentarité a soulevé autant de critiques, la plupart d’ailleurs s’inscrivant dans le sillage de l’esprit plutôt nationaliste et anti-impérialiste des années post-indépendance. La réfutation la plus consistante est l’œuvre d’Abdallah Hammoudi. Il faut noter, toutefois, que la critique de ce dernier finit par enrichir la théorie segmentaire de variations historiques qu’Ernest Gellner n’a pas pris le temps de prendre en compte. Ce n’était d’ailleurs ni son métier ni son objectif. Abdallah Hammoudi ne remet pas en cause la théorie de la segmentarité dans sa globalité. Il s’inscrit en faux par rapport à certains détails et conséquences induites par la modélisation d’Ernest Gellner, notamment l’incapacité du discours généalogique à gommer les stratifications construites autour des possibilités d’accumulation de certains « facteurs de production » (eau, terre et bétail) et la place des marabouts dans cette architecture sociale, ainsi que le rôle de médiation qu’ils sont appelés à jouer avec l’environnement politique de la tribu symbolisée par le Makhzen (Hammoudi, 1974).

20Paul Pascon, qui était assez proche d’Abdallah Hammoudi, s’invite dans ce débat comme arbitre, il l’aborde par le biais de la stratification sociale, fidèle à son principe du modèle composite. Il mobilise dans une combinaison pragmatique les données ethnographiques recueillies lors de ses différents terrains ou durant sa phase de gestion de l’Office d’irrigation. Ses arguments sont puisés dans les inégalités qui caractérisent la distribution de la propriété de l’eau et des terres et une sorte d’argumentation théorique construite autour des théories de la stratification sociale. Il aurait pu mobiliser d’autres arguments que ceux qu’il avait évoqués dans cet article mais en 1979, il n’était pas encore arrivé à sa phase historiciste qui lui permettait de décrire des processus complexes et surtout de donner une place de choix à ce qu’il va appeler dans La Maison d’Iligh le capital symbolique (Pascon, 1984).

21D’ailleurs à cette époque (fin des années 1970), sa description de la variété des statuts et des hiérarchies mélangeait aussi bien les métiers, les statuts sociaux que des positions liées à des rapports de production. Dans son inventaire des strates, il faisait très peu de différences entre la caste des forgerons traités en parias et discriminés du fait du métier et les différentes positions de dominés liées aux contrats de métayage entre paysans sans terre et propriétaires fonciers absentéistes. L’expérience de la maison d’Iligh, le travail sur les paysans sans terre et surtout l’expérience mauritanienne, vont donner une autre dimension à ses analyses sur la stratification sociale dans le monde rural marocain. Celle-ci devient plus complexe et plus nuancée. Elle situe la stratification au croisement des statuts sociaux prescrits (Chorfa, igourramen, imazighen, haratines) et des érosions que leur fait subir la réalité des changements générés par l’urbanisation et surtout l’émigration (Tozy, 1988).

Haut de page

Bibliographie

Benali D. (1969), Maroc, Tribu, makhzen et colons. Essai d’histoire économique et sociale, Paris, Éditions L’Harmattan.

Eicketman D. (1981), The Middle East: An Anthropological Approach, Englewood Cliffs, Prentice Hall Inc.

Geertz H. (1979), « The Meaning of Family Ties », dans Geertz C., Geertz H. & L. Rosen, Meaning and Order in a Moroccan Society, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 123-313.

Gellner E. (1962), « Patterns of Rural Rebellion in Morocco », Archives européennes de sociologie, n° 2, pp. 297-311.

Gellner E. (1969), Saints of the Atlas, London, Weidenfeld and Nicholson Editors.

Hart D. (1970), « Conflicting Models of a Berber Tribal Structure in the Moroccan Rif: the Segmentary and Alliance Systems of the Ait Waryaghar », Revue de l'Occident et de la Méditerranée, vol. VII, n° 1, pp. 93-99.

Gellner E. (1973), « The Tribe in Modern Morocco. Two Case Studies », dans Gellner E. & C. Micaud, Arabs and Berbers, London, Duckworth Editions.

Hammoudi A. (1974), « Segmentarité, stratification sociale, pouvoir politique et sainteté. Réflexions sur les thèses de Gellner », Hesperis-Tamuda, n° XV, pp. 147-179.

Pascon P. (1983), Le Haouz de Marrakech, 2 tomes, Rabat, CURS-CNRS-INAV-Rabat.

Pascon P. (1984), La Maison d’Iligh et l’histoire sociale de Tazerwalt, avec la collaboration de Arrif A., Schroeter D., Tozy M. & H. Van Der Wusten, Rabat, SMER.

Rachik H. & R. Bourqia (2011), « La sociologie au Maroc », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 12 février 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3719

Roberts H. (1993), « Perspectives on Berber Politics or Durkheim Mistake », Morocco, The Journal of the Society for Moroccan Studies, nº 3, pp. 1-19.

Tozy M. (1988), « De quelques lieux de la compétition politique dans le Tazerwalet », Bulletin économique et social du Maroc, vol. 159, n° 60-61, pp. 155-181.

Vatin J.-C. (1982), « Introduction générale. Appréhensions et compréhension du Maghreb précolonial (et colonial) », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, Vol. 33.

Waterbury J. (1967), The commander of the Faithful: The Modern Political Elite. A Study in Segmented Politics, New- York, Columbia University Press. Traduction française : Le Commandeur des Croyants. La monarchie marocaine et son élite, Paris, Presses universitaires de France, 1975.

Haut de page

Notes

1 La collection « Villes et tribus du Maroc » est un projet de la Résidence qui devait couvrir en quinze tomes toutes les régions du Maroc. On retiendra les tomes 1et 2 consacrés à la région de la Chaouia et Casablanca, les 3 et 4 consacrés à Rabat et sa région

2 Cité par Hassan Rachik et Rahma Bourqia (Rachik & Bourqia, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Tozy, « Paul Pascon : un pionnier de la sociologie marocaine », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Paul Pascon, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4322

Haut de page

Auteur

Mohamed Tozy

Professeur de sciences politiques à l'IEP d'Aix-en-Provence (France) - tozy@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page