Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Terrains d’entente

Les aspects méthodologiques du rapprochement de l’anthropologie et de la sociologie
Salvador Juan

Résumés

Cet article évoque le processus historique de rapprochement de la sociologie qualitative et de l'anthropologie dans le cadre des sociétés contemporaines. À partir de différents exemples d’auteurs et de recherches issus de l’histoire des sciences sociales, il montre les positions convergentes ou divergentes en se focalisant sur les aspects méthodologiques. La proximité des deux disciplines se produit surtout sur la base de techniques de recherche analogues ici nommées « terrains d’entente » : notamment observation, récits de vie et entretiens, spécialement approfondis ou d’observation. La conséquence prévisible du recouvrement de ces disciplines est la création d’un nouveau champ pour les sciences humaines : la socioanthropologie.

Haut de page

Texte intégral

1Le rapprochement de l’anthropologie et de la sociologie est un processus historique dont beaucoup de spécialistes de ces disciplines ont conscience et que certains ont déjà mis en acte, mais qui peine à être pleinement assumé. Alors que les grands courants de la pensée sociale tels que le structuralisme, le fonctionnalisme, l’analyse des dynamiques sociales, l’interactionnisme, rapprochent plus qu’ils ne séparent des éléments de ces deux disciplines et si toujours plus de formations universitaires les associent – souvent derrière le vocable « socioanthropologie » – des frontières physiques et des territoires administratifs continuent de séparer, notamment en France, les rayons de bibliothèques, les musées, les sections du CNU et du CNRS, etc., même si des proximités peuvent s’opérer çà et là.

2Pourtant, avec des différences de degré, presque tous les chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS) qui se sont penchés sur la question admettent que ces disciplines se ressemblent fortement au plan des méthodes – qualitatives – appliquées sur le « terrain », qui forment un large domaine d’intersection. Si les terrains exotiques ont quasiment disparu, l’anthropologie du proche, at home ou de l’endotique reste-t-elle suffisamment distincte de la pratique sociologique pour justifier une séparation ? Inversement, des techniques d’investigation communes suffisent-elles à une éventuelle fusion ? Telles sont les questions auxquelles cet article tente de répondre, plus à partir des opérations de recherche que des discours exprimant les intérêts corporatistes des uns et des autres, en partant de quelques rappels historiques avant d’examiner, des deux côtés, les positions les plus convergentes et les plus dissonantes ; en d’autres termes nous proposons ici une recherche des terrains d’entente des deux disciplines que l’histoire, surtout de la colonisation, a séparées.

Bref historique des terrains d’entente des deux disciplines

  • 1 Dans ses longues et fort étayées préface et postface à son recueil, Daniel Céfaï donne de nombreux (...)

3Il serait trop long, dans le cadre de cet article, de signaler toutes les occurrences de rapprochements, dans l’histoire de la pensée, entre sociologie et anthropologie ; ce serait même impossible et Daniel Céfaï 1 l’a déjà tenté (Céfaï, 2003). Les approches comparatives qu’utilisent Émile Durkheim (1912) et la plupart des durkheimiens durant la première moitié du xxe siècle suffiraient à nous installer d’emblée dans une zone d’indistinction entre ces disciplines. On se borne ici à indiquer quelques jalons et à donner des exemples parmi d’autres.

  • 2 Par exemple lorsqu’il écrit que l’étude des civilisations incombe autant à la sociologie qu’à l’eth (...)
  • 3 Au rang desquels on trouve, par exemple (en France), Jean-Pierre Corbeau, David Le Breton, Michel M (...)

4Si les sociologues de l’École de Chicago ont explicitement voulu appliquer les méthodes de l’ethnologie à l’étude des communautés urbaines, ce sont plutôt des Français qui ont ensuite le plus amalgamé les deux disciplines. Peut-on oublier que Marcel Mauss, dans ses textes et ses enseignements 2, ne cesse de glisser de l’une à l’autre (il utilise le terme anthropologie pour évoquer, comme au xixe siècle, le domaine biologique en usage dans la paléontologie) ? Avec la décolonisation, des auteurs tels que Jean Cuisenier, Georges Balandier, Roger Bastide, Jean Duvignaud, Edgar Morin, Marcel Rivière ou Louis Vincent-Thomas (etc.) ont d’emblée appliqué une anthropologie de l’endotique qu’on ne peut, d’aucune manière, distinguer des démarches sociologiques, non seulement dans les travaux traitant de leur société mais encore sur des terrains plus exotiques où ils ont endossé les habits de l’ethnologue ; leurs élèves 3 prolongeront cette tendance avec plus de liberté encore. Parmi les précurseurs français d’un terrain d’entente plus ou moins assumé, il faut souligner les apports de Claude Lévi-Strauss et de Georges Balandier ; le premier du lieu de l’anthropologie, le second depuis la sociologie.

  • 4 L’opinion de Camille Tarot diverge à ce sujet. Pour ce spécialiste, Marcel Mauss a su orienter nos (...)

5Outre le fait de reconnaître en Émile Durkheim celui qui a bouleversé les méthodes de l’ethnologie (Lévi-Strauss, 1960), en particulier par ses apports en matière d’analyse comparative, Claude Lévi-Strauss insiste sur les particularités de l’anthropologie mais il se révèle beaucoup plus syncrétique dans les protocoles mis en œuvre dans certains de ses textes (Lévi-Strauss, 1947). Dans son livre programmatique de 1958, son classique Anthropologie structurale, il donne de nombreux exemples, allant des approches de « socio-démographie qualitative » ou de la sociologie urbaine susceptibles de construire des isolats utiles aux anthropologues, jusqu’aux études de communautés en France proches de celles de l’École de Chicago. Pour lui, non seulement les deux disciplines ne se contredisent pas mais elles présentent un identique rapport aux faits empiriques (Lévi-Strauss, 1958, pp. 340, 348-51, 415, 420-21 et 438,), alors que la construction de modèles y diffère, au point que, dans certaines régions, l’on « perçoit mal quelle est la différence véritable entre les deux », notamment dans les pays anglo-saxons. Même s’il écrit, un peu polémiquement, dans son introduction à Marcel Mauss (Lévi-Strauss, 1980, p. XXII) que « Mauss croit possible d’élaborer une théorie sociologique du symbolisme, alors qu’il faut évidemment chercher une origine symbolique de la société », il avait, bien auparavant, lui-même mis en œuvre dans une monographie ce qu’il considère illégitime dans cette citation, à savoir appliquer une approche indissolublement sociologique et anthropologique du symbolique 4.

  • 5 Depuis Roger Caillois (1939-49, p. 1958) et Jean Duvignaud (1977), toute une littérature socio-anth (...)

6Claude Lévi-Strauss propose une interprétation de ce que représente le Père Noël dans les sociétés contemporaines qui le célèbrent (Lévi-Strauss, 1952). L’auteur montre l’importance de la conjoncture historique mais élabore aussi un condensé d’analyse de contenu des propos de la presse en réalisant un exercice de socioanthropologie : « Ce n’est pas tous les jours que l’ethnologue trouve ainsi l’occasion d’observer, dans sa propre société, la croissance subite d’un rite, et même d’un culte ». Il ajoute que cet exercice est à la fois plus facile, du fait de la « continuité de l’expérience » et plus difficile du fait de « l’extrême complexité des transformations sociales ». Claude Lévi-Strauss analyse la genèse de cette « fête moderne », en montrant qu’il s’agit d’une recomposition de pièces d’une vieille célébration en une « solution syncrétique ». Notons que cette approche pourrait être appliquée à de nombreux autres rituels, notamment festifs, existant de nos jours 5.

7De son côté, Georges Balandier, qui a toujours favorisé un rapprochement entre les deux spécialités, avait dès 1959 procédé à une confrontation systématique des « disciplines appelées à coopérer » dans un tableau où il inclut d’ailleurs l’économie, la démographie, la sociologie et la psychologie sociale, les deux dernières ayant à ses yeux les mêmes caractéristiques (Balandier, 1971). Dans l’anthropologie, qui limite ses recours à la mesure, prédominent tant l’observation directe, de petite échelle mais de caractère total et le court terme que le relativisme ; la sociologie est plus généraliste de tous ces points de vue et tente plus souvent de saisir toutes les dimensions spatio-temporelles de la méthode. À partir de ce tableau, on peut dire qu’il existe une profonde unité des SHS, dans leurs différences. Il insiste ensuite sur les relations entre ethnologie et sociologie, non sans noter quelques orientations distinctes (Balandier, 1967).

8La même année, en 1967, Armand Cuvillier consacre un chapitre spécial aux méthodes dans son manuel de sociologie. Outre les monographies, les enquêtes de sociologie rurale, la méthode historico-comparative (qu’il évoque en référence à Claude Lévi-Strauss) et la méthode statistique, « la méthode ethnographique » fait partie intégrante de la palette du sociologue, même s’il faut, selon lui, l’expurger du primitivisme ethnocentrique. Pour Armand Cuvillier, aucune frontière tranchée ne distingue les deux disciplines, puisque les ethnologues participent de la sociologie et réciproquement. On peut dire avec Jean Peneff que le « goût de l’observation » qu’affichait déjà Émile Durkheim indifférencie d’emblée l’anthropologie et la sociologie, même si cet auteur considère que les deux disciplines se sont rapprochées plutôt récemment (Peneff, 2011).

9Il est manifeste que, depuis le milieu du xxe siècle, se diffusent dans différents pays développés des travaux appliquant le regard éloigné pour l’analyse du proche. Cette littérature est à la fois très scientifique ou technique (thèses ou revues) mais peut aussi se destiner à un plus large public (Baudrillard, 1968) en prenant quelquefois les allures du témoignage autobiographique – le littéraire Richard Hoggart, devenu classique de la sociologie (Hoggart, 1957) – ou du récit de voyage. Tout cela participe d’un principe de fusion entre sociologie et anthropologie dont témoignent aussi d’autres travaux plus récents. Marc Augé propose une anthropologie des mondes contemporains tout en offrant une sociologie urbaine « sensible » (Augé, 1992 surtout et 1994). Toutefois, il remarque que l’anthropologie du proche devient une discipline à part entière qui rencontre les mêmes obstacles épistémologiques que ceux de la sociologie qualitative. Évoquant la singularité d’une contemporanéité très plurielle, il note que les nouveaux mondes – l’urbanité et ses réseaux de transport, de communication – entrecroisés, imbriqués mais segmentés, sont à la fois toujours plus spécifiques et universels ou standardisés ; d’où « la difficulté d’ordre méthodologique » pour s’affronter au défi des réalités actuelles délocalisées et partiellement désymbolisées (Augé, 1994, pp. 129-131). Il écrit même que : « l’entretien de longue durée devient dès lors une nécessité ». Mais n’anticipons pas et entrons un peu plus dans le détail des prises de positions.

Quelques positions plus convergentes ou plus dissonantes

  • 6 Et pp. 81, 83, 112-121, 145, 198-204 de l’édition française.

10Mary Douglas et Baron Isherwood proposent une définition anthropologique de la consommation considérée comme « l’arène même où la culture est disputée et modelée » ; les biens usuels rendent « visibles et stables les catégories de la culture » (Douglas & Isherwood, 1979). C’est au dévoilement de leurs fonctions symboliques actuelles que s’attachent avant tout les auteurs, ce qui correspond pleinement à la tradition ethnographique des sociétés exotiques. Ajoutons qu’ils étudient, par une approche toute sociologique et chiffrée, la place de la sociabilité et de la consommation dans les loisirs, la possession d’un téléphone ou d’une télévision, caractères ventilés selon la classe sociale d’appartenance. Ils vont même jusqu’à utiliser le questionnaire, en relevant que les enquêtés classent « le téléphone en quatrième position, après l’aspirateur, le lave-linge et le réfrigérateur ». Plus rare chez des anthropologues, ils procèdent à des analyses secondaires de bases de données relatives aux budgets de consommations (Douglas & Isherwood, 1979, p. 37) 6. Un auteur comme Dominique Desjeux peut être situé dans la même lignée lorsqu’il propose une anthropologie de la consommation mais aussi des entreprises ou des rites et périodes de passage telles que les déménagements dans les pays développés (Desjeux, 1998, p. 204).

11Edgar Morin avait donné le ton voici longtemps. Sa sociologie du cinéma est aussi un texte sous-titré « essai d’anthropologie sociologique » où l’analyse de la culture de masse et des industries de l’imaginaire débouche sur le constat de l’universalité du cinéma, ce qui conduit Edgar Morin à utiliser l’expression « esperanto naturel » pour le qualifier (Morin, 1956, p. 194). Il précise même que « l’anthropologie du cinéma s’articule nécessairement sur sa sociologie et son histoire ». Edgar Morin écrira des livres ou articles indifféremment qualifiés de sociologiques ou d’anthropologiques ; sa Rumeur d’Orléans (Morin, 1969) est sans doute sa chronique la plus événementielle – mais aussi un authentique travail de terrain à base d’analyses documentaires, d’entretiens et d’observations directes – faisant accéder le lecteur à l’imaginaire qu’il qualifie de moyenâgeux en plein cœur du xxe siècle français.

  • 7 Florence Weber met en œuvre une telle recommandation : non seulement elle utilise des données stati (...)

12Un tel déphasage temporel est également noté par Pierre Bourdieu dans sa recherche approfondie sur le célibat paysan qui se présente elle-même comme un « passage de la philosophie à l’ethnologie ou à la sociologie […] à un moment où l’ethnographie des sociétés européennes existe à peine et où la sociologie rurale reste à distance respectueuse du "terrain" » (Bourdieu, 1962, pp. 10-11). Avec une grande aisance à combiner des techniques qualitatives et quantitatives – elles y sont presque toutes utilisées, de l’immersion totale avec informateurs aux traitements statistiques de données – ce tableau monographique extrêmement étayé de la ruralité béarnaise se trouve enrichi des évolutions plus récentes et permet à l’auteur de construire une théorie du marché matrimonial qu’il reprendra par la suite. La même remarque s’impose pour le manuel de méthode ethnographique que Florence Weber conçoit comme devant servir aussi bien à la sociologie qu’à l’anthropologie et où elle écrit que l’on ne peut opposer ces disciplines, sauf à céder aux « lieux communs [qui] ne résistent pas à l’examen de l’histoire des sciences sociales ni à une pratique de recherche qui met en œuvre, successivement, observation, questionnaire et utilisation de statistiques nationales » (Weber, 2009, p. 111) 7.

13Les auteurs défendant des positions plus dissonantes sont devenus rares. On peut citer celle de Jeanne Favret-Saada qui, bien qu’analysant la sorcellerie dans la France contemporaine, en a volontairement – selon son propre aveu – « ignoré le contexte sociologique », pour insister sur trois spécificités de l’ethnologie : consigner les dires d’informateurs indigènes convenablement choisis, être inclus dans les situations où se manifeste le phénomène étudié (y compris devenir le client d’un sorcier) et – vu la distance entre le journal du chercheur et ses écrits scientifiques – « effacer la trace de ce que fut le travail sur le terrain » (Favret-Saada, 1977, respectivement pp. 44, 40, 26, 47 et 52). Relevons, au contraire, l’analyse fort sociologique de la sorcellerie africaine que proposait Bronislaw Malinowski lorsqu’il insistait sur le difficile contrôle du destin par les populations concernées en écrivant, sur le mode définitif, que « la croyance dans la sorcellerie restera toujours un symptôme de misère économique, de tension sociale, d’oppression politique et sociale »… (Malinowski, 1941, pp. 144-145).

  • 8 En particulier par l’usage de la photographie. Ceci ne l’empêche nullement, dans un petit manuel su (...)

14Moins radical, François Laplantine considère que l’anthropologie sociale et culturelle est une discipline dotée de ses propres méthodes d’enquête 8. Cependant, il admet que son objet spécifique disparaît durant les années 1960 et perd son autonomie ; elle se trouve donc contrainte de s’adapter « en rejoignant la sociologie et notamment ce que l’on appelle la "sociologie comparée" », en particulier par les domaines, tels que les études rurales dans les sociétés développées, qui adoptent un regard éloigné sur le proche. Les spécificités de ce regard sont le non-morcellement de l’objet et « l’observation directe par imprégnation lente et continue de groupes humains minuscules avec lesquels nous entretenons un rapport personnel » (Laplantine, 1981, pp. 11-12 et 17).

15Parmi ceux qui cultivent la différence entre disciplines, Maurice Godelier considère que si les sociologues peuvent aussi s’immerger durablement dans leur terrain, ils ne le feraient pas de la même manière que les anthropologues (Godelier, 2007, pp. 31, 57, 66). Ces derniers, selon lui, ont toujours recours à des informateurs et, s’ils s’occupent autant des conflits et du pouvoir que des objets et des rites, c’est toujours à partir des « interactions entre individus concrets » ; ils auraient enfin un devoir déontologique de restitution des résultats auprès de leur source humaine. À l’évidence, soulignons que la plupart des sociologues qualitativistes ne sont (ou seraient) pas opposés à l’application d’un tel programme. Inversement, Mondher Kilani affirme la convergence, voire l’unification, des deux disciplines dès lors que la démarche comparative figure dans les travaux (Kilani, 1992, pp. 91-105).

16Au total, la zone d’intersection méthodologique des deux disciplines est aussi patente que large. Mais est-ce, à vrai dire, suffisant pour transformer un accouplement par analogie épisodique en fusion permanente et définitive de deux corps ? La physique, la chimie ou la biologie utilisent des protocoles et tests statistiques similaires sans songer à se confondre. Au sein des SHS, les géographes, les économistes et les historiens réalisent des monographies ou des entretiens, exploitent des archives, sans imaginer d’incongrus amalgames, même s’ils admettent des rapprochements. Pourquoi l’anthropologie et la sociologie le feraient-elles, alors que certaines techniques spécifiques continuent de les distinguer : traitements statistiques, interventions ou focus groups, etc. chez les sociologues et archéologie, biométrie pour les anthropologues ? La réponse semble évidente : contrairement à ces disciplines, les nôtres ont désormais les mêmes objet et terrain (endotique), une approche et des techniques d’investigation similaires, d’où le vocable composite « socioanthropologie » tentant de compenser une séparation de plus en plus difficile à défendre. Dans ce contexte, la méthode peut jouer un rôle fondamental.

Les enjeux méthodologiques d’une socioanthropologie

  • 9 Par la suite, Pierre Bouvier a proposé le terme socio-anthropologie éponyme d’une revue qu’il a cré (...)

17Si l’on écarte ce que l’on nommait, à la fin du xixe siècle, l’anthropo-sociologie et qui correspond plutôt à une sorte de biométrie sociale plus proche de ce que l’on nommera plus tard la biosociologie, les références à l’union méthodologique de nos deux disciplines sont assez anciennes. Georges Balandier (1974 : 32) cite la thèse de Pascal Lainé dont le titre comporte le vocable « sociologie anthropologique » (Balandier, 1974, p. 32) 9, alors qu’Aaron Cicourel évoque les anthropologues-sociologues cherchant les formes normales de discours qui témoignent d’une réciprocité des perspectives (Cicourel, 1968, p. 69). Notons que dans son ouvrage antérieur de méthodologie de la recherche, Aaron Cicourel insiste sur l’usage que les sociologues, notamment ceux de l’École de Chicago, font de l’observation directe souvent associée à l’entretien ; ces derniers sont réputés être les précurseurs en matière d’application des méthodes de l’anthropologie à l’étude des sociétés développées (Cicourel, 1964).

  • 10 Dans son avertissement à la traduction française.

18Pour réaliser son étude à Boston, William Foote Whyte – qui soutient une thèse de sociologie tout en se déclarant anthropologue et dont Suzie Guth 10 dit qu’il s’agit d’un ouvrage de « sociologie-anthropologie » – a résidé sur place plus de trois ans en combinant observations et entretiens (Whyte, 1943). Dans l’annexe méthodologique du livre, il indique page 326 son statut semi-opaque d’observateur (il est censé écrire un livre sur le quartier) mais totalement transparent pour son informateur « Doc » devenu ensuite collaborateur. Notons qu’Aaron Cicourel relève précisément cette page dans son propre livre pour illustrer les difficultés à se faire accepter par les personnes étudiées. Il dégage des niveaux de participation – qui sont en fait des degrés d’immersion – proportionnels au niveau d’opacité du statut d’observateur et au caractère exploratoire ou, au contraire, hypothético-déductif de la recherche (Cicourel, 1964, pp. 42 et 43-48), non sans relever les biais dans l’observation liés à la relation aux informateurs.

  • 11 Émile Durkheim et Jean-Jacques Rousseau sont évoqués une fois et par procuration. Les anthropologue (...)

19Au fond, les conseils prodigués par ces auteurs ou commentateurs des études de communautés concernent tant les sociologues qualitativistes que les anthropologues des sociétés développées ; bien peu de choses séparent les uns des autres, tant dans l’objet ou le cadre que dans l’approche. C’est également l’avis d’auteurs dont l’approche s’avère relativement corporatiste tels que Martyn Hammersley et Paul Atkinson qui, bien que ne citant aucun chercheur francophone 11 dans leur manuel de méthodes ethnographiques (Hammersley & Atkinson, 1983), s’appuient fréquemment sur les cas contemporains et sur les exemples des sociologues de l’École de Chicago ; les indications techniques qu’ils donnent en matière de traitement de l’information issue des entretiens, des récits, des archives ou du journal de recherche ne contredisent aucune des pratiques du sociologue. Dans la même lignée, le sociologue espagnol Jose I. Ruiz-Olabuenaga cite surtout des anthropologues et des sociologues anglo-saxons dans son manuel de méthodes qualitatives (Ruiz-Olabuenaga, 1985), tout comme le sociologue français Daniel Céfaï (2003). L’anthropologie « at home », selon le sous-titre donné à un numéro récent de la revue Ethnologie française, est donc en plein essor et, pour introduire cette livraison consacrée à la Grande-Bretagne, Sophie Chevalier relève que tous les anthropologues ne cherchent pas à établir une distinction nette et précise entre l’anthropologie sociale et la sociologie : « À l’université de Manchester, le département de Max Gluckman – qui est à l’origine de travaux pionniers sur la Grande-Bretagne – combine d’emblée les deux disciplines, intégrant nombre d’anthropologues et de sociologues originaires » (Chevalier, 2007, p. 199). Réciproquement, on peut montrer que des procédés typiquement sociologiques sont utilisés par des anthropologues.

  • 12 L’auteur rapporte le cas d’un questionnaire d’Edward B. Tylor sur la religion composé de 245 questi (...)
  • 13 Ajoutons que des petits manuels centrés sur l’observation sont écrits par des sociologues (Peretz, (...)

20Un nombre non négligeable d’anthropologues ont recouru à des mesures et à des dénombrements y compris les plus métriques. Par exemple, Edward T. Hall évalue les distances entre les chaises dans une salle de réunion (Hall, 1971) et André Leroi-Gourhan dénombre des types de figures de peintures rupestres et réalise des calculs de corrélations (Leroi-Gourhan, 1964) ; ils utilisent des chiffres ou des nombres traités comme les sociologues quantitativistes. On a déjà évoqué plus haut Mary Douglas et Baron Isherwood dans la même perspective et n’oublions pas qu’Arnold Van Gennep envoyait des questionnaires sur les usages locaux à ses informateurs (Van Gennep, 1943), renouant avec une vieille tradition de l’anthropologie britannique qui opérait ainsi auprès des missionnaires, selon John Urry (2003 [1972]) 12, depuis le milieu du xixe siècle. En contrepoint, des sociologues procèdent à des observations directes par imprégnation de manière quasi ethnologique ; c’est le cas de l’équipe de Paul Lazarsfeld à Marienthal (Lazarsfeld, 1932) mais aussi d’Erving Goffman (1959 et 1961) ou de Robert Linhart sur sa chaîne de montage (Linhart, 1978), chercheurs dont le statut d’observateur reste souvent ou partiellement opaque aux personnes étudiées 13.

21Des auteurs très différents quant au paradigme défendu et à la sensibilité de chercheur mettent en actes, sans scrupules et depuis longtemps, la fusion des deux disciplines tant dans leurs théories que dans le traitement des faits, comme le montre ci-dessous le court inventaire volontairement disparate voué à illustrer la généralité du phénomène par la diversité des écoles concernées.

22Robert K. Merton n’hésite pas à évoquer les travaux d’anthropologues pour illustrer ses principes d’« analyse fonctionnelle ». Il va même jusqu’à se servir des conclusions de Bronislaw Malinowski sur les relations sociales indissociables des opérations techniques chez les Trobriandais (Merton, 1953, pp. 107 et 111) pour interpréter les « relations observées par les sociologues » dans les groupes inorganisés. Dans un texte sur le relativisme culturel, Jean-Claude Passeron amalgame à plusieurs reprises les ethnologues et les sociologues qui auraient, selon lui, les mêmes devoirs de description et dont les disciplines de rattachement présupposent toutes deux « la même charpente symbolique » ou les mêmes devoirs d’élaboration détaillée d’une « géographie symbolique » ; il en appelle à leur non-séparation pour mieux comprendre la culture dans toutes ses dimensions (Passeron, 1984 : pp. 323-330).

  • 14 On pense, bien sûr, à la tradition inaugurée par Daniel Bertaux en France (Bertaux, 1976, 1977) et (...)
  • 15 Ce que Madeleine Pastinelli nomme la « présence à distance » et qu’elle étudie en s’imprégnant de c (...)

23Par ailleurs, outre les observations in situ réunissant sans conteste sociologues et anthropologues, les monographies, les entretiens biographiques et autres récits de vie 14, l’analyse des documents ou des archives ont le même effet ; y compris s’agissant de documents que l’on pourrait qualifier d’archives vivantes et éphémères telles que les sites d’échanges et de bavardage sur Internet (Pastinelli, 2006) 15. Les exemples abondent et peu de choses distinguent les monographies de villages des ethnologues de celles des quartiers que proposent des sociologues, certaines étant parfaitement syncrétiques et d’emblée socioanthropologiques (Bozon, 1984). Il en va de même d’une grande part des études de cas courantes en sociologie des organisations ou des études détaillées localisées portant sur les fêtes. On pourrait citer de nombreux autres auteurs, à cet égard, mais il nous semble plus utile de terminer sur l’évocation de la technique d’investigation qui condense sans doute le plus les perspectives des deux disciplines et que nous nommons l’entretien d’observation.

  • 16 On trouve de très rares mentions aux repetitive interviews chez les anglo-saxons ou encore aux deep (...)
  • 17 Qui considère ses interviewés comme « informateurs au sens anthropologique du terme » (Coenen-Huthe (...)

24Pratiqué par certains protocoles de recherche dans le contexte des sociétés contemporaines, ce type d’entretiens très approfondis se caractérise par des rencontres répétées avec la même personne 16. Ces entretiens réitérés ou de longue durée à protocole constitué de rencontres successives pourraient être nommés « entretiens d’observation », tant la proximité entre les deux techniques est avérée. Dans le bilan comparatif que propose Salvador Juan, sont présentés différents chercheurs francophones ayant utilisé – sur le mode transversal ou longitudinal – cette technique, laquelle est, par ailleurs, mentionnée dans plusieurs articles de la revue Socio-Anthropologie (Juan, 2005). Ainsi, Jacques Coenen-Huther 17 réalise-t-il deux ou trois entretiens successifs sur le mode semi directif (Coenen-Huther, 2001), alors que Bernard Lahire applique systématiquement une grille thématique d’entretiens plus directive en interrogeant chaque personne six fois (Lahire, 2002). Dans les deux expériences, loin de se noyer dans les singularités individuelles, cet approfondissement abolit l’opposition macrocosme/microcosme et permet au chercheur de saisir l’univers social depuis l’étude des expériences vécues singulières, comme si l’on accédait à un autre monde derrière l’individu, à l’instar du miroir à travers lequel on passerait symboliquement.

  • 18 Aujourd’hui, Claire Bidart et Anne Pellissier exploitent cette base de données qualitatives liée au (...)
  • 19 Il passe de 87 jeunes de 17-23 ans en 1995, à 57 en 2007, dernière étape.
  • 20 Les difficultés méthodologiques inhérentes à cette « entrée » du chercheur dans l’objet de sa reche (...)

25Au plan longitudinal, relevons l’existence d’un panel 18, baptisé Sociabilité et insertion sociale de jeunes interviewés tous les trois ans, visant à comprendre les processus de passage nommés « entrée dans la vie ». Si la taille de l’échantillon diminue à chaque phase 19, l’information accumulée grâce à ce panel-cohorte, est fort riche. Même si les chercheurs, stoppant l’expérience après la quatrième phase de 2007, se disent sociologues, ils ont vécu une expérience humaine que l’anthropologue doit souvent affronter : le fait, suite aux contacts prolongés, de dépasser les relations professionnelles en entrant dans des liens d’amitié – donc dans leur objet 20, en quelque sorte, puisque l’évolution des formes d’amitié était l’une des questions principales de cette recherche – voire de confidence ou de conseil de vie… Le même affaiblissement de la distance sujets/objet caractérise également la recherche de Catherine Delcroix, qui se propose d’adopter une « approche "ethnosociologique" » (Delcroix, 2001, p. 18), en élaborant une monographie longitudinale d’une famille d’immigrés maghrébins qu’elle rencontre des dizaines de fois sur deux ans, dormant régulièrement dans le logement de la famille observée, invitant en retour chez elle des membres de la famille pendant des vacances scolaires. De fait, à lire et écouter cette sociologue, on a le sentiment qu’elle a vécu avec son « objet », certes par intermittence mais très intimement, au point de qualifier sa technique d’« entretien permanent ».

26Ces deux dernières recherches, dont on n’a trouvé que de très rares cas similaires hors de France, relèvent d’une socioanthropologie longitudinale constituée d’entretiens d’observation susceptibles de compléter l’approche synchronique (ou transversale), de Jacques Coenen-Huther et de Bernard Lahire. Sans doute cette technique d’investigation de terrain, à côté des observations flottantes et des analyses documentaires, est-elle la plus adaptée aux sociétés développées très segmentées par la division du travail et ses effets spatio-temporels qui diluent relativement les milieux et rendent les « communautés » plus ponctuelles, voire métaphoriques, interdisant dès lors au chercheur – ayant fort rarement le don d’ubiquité – une immersion permanente. Précisons que cette technique, qui tient à la fois de l’observation et de l’expérimentation (dont relève tout entretien au sens où l’on attend des réponses à des stimuli), conduit également à affaiblir cette traditionnelle opposition épistémologique.

Conclusion

  • 21 Telle est la perspective du manuel de Stéphane Beaud et Florence Weber – le premier est anthropolog (...)

27Une des principales conséquences, à côté des diverses redéfinitions des frontières et des classifications de techniques d’investigation en SHS, du rapprochement de la sociologie et de l’anthropologie est la création d’un nouveau champ pour les sciences humaines que le terrain d’entente des techniques socioanthropologiques évoquées ci-dessus fonde 21. De nombreux chercheurs des deux disciplines l’ont déjà mis en œuvre en montrant le chemin de cette zone d’intersection susceptible de devenir une « nouvelle » discipline, à l’instar de ce que sont la biochimie ou la biophysique dans les SNV. Cette voie suppose qu’une sociographie et une ethnographie radicalement distinctes au plan des méthodes continuent d’exister, ce qui devrait renforcer leur respective cohésion technique interne : procédures de traitement des données, « langage des variables » et modélisation d’un côté, observation profonde de milieux spatialement cohérents par imprégnation lente et « langage des symboles » de l’autre. Entre les deux, au sein de la socioanthropologie, des méthodes qualitatives plus souples et diversifiées domineraient, ce qui suppose de définir les particularités de ce regard rapprochant les deux disciplines.

  • 22 Selon la trilogie essentielle du droit romain que Marcel Mauss rappelle dès l’introduction de son t (...)

28On peut considérer, en synthétisant de nombreux apports, qu’il s’agit de propriétés suivantes distinctes, d’un côté, des immersions profondes dans des milieux homogènes ou des groupes de petite taille – ce que pratiquaient les ethnologues classiques – et, de l’autre, des procédés appliqués à des « individus statistiques », aux attributs découpés en variables, caractérisant les techniques quantitatives. La socioanthropologie aurait donc les caractéristiques méthodologiques suivantes : une relative homogénéité du phénomène étudié ou une moindre dilution de ses composantes élémentaires – que l’on préfère alors nommer des « dimensions » plutôt que des variables – le fait qu’il contient l’essentiel du sens en lui-même – principe d’endogénéité viable même si des symboles fédérateurs peuvent le transcender, car il les porte toujours – et, enfin, le fait de saisir dans le temps et l’espace réels le mode d’existence des phénomènes et des êtres ou principe de concrétude. Comme cela a déjà été dit (Juan, 1999 & 2005) à ces trois principes fondamentaux que sont l’endogénéité, l’homogénéité et la concrétude, on ajoutera la recherche des réalités phénoménales que sont les actions, les personnes et les choses 22, toutes pénétrées de symboles et le principe (analogue aux hologrammes) d’interpénétration réciproque du tout et de la partie ; ce qui pose la question de l’échantillonnage d’enquête chaque fois de manière singulière – notamment la constitution d’échantillons de situations ou d’espaces-temps et non d’individus, comme le disent Anselm L. Strauss et Juliet M. Corbin – et conduit à redéfinir les critères de la valeur de généralisation des cas observés (Strauss & Corbin, 1990, p. 368). Ce dernier élément, de nature plus épistémologique, suppose des recherches comparatives approfondies pour contrôler l’idée selon laquelle, le tout étant largement dans la partie, les modalités de généralisation des résultats obtenus suite à des cas et observations spécifiques de terrain, soient réalistes et légitimes.

Haut de page

Bibliographie

Arborio A.-M. & P. Fournier (1999 [2000]), L’Observation directe, Paris, Éditions Armand Colin.

Augé M. (1992), Non-lieux, Paris, Éditions du Seuil.

Augé M. (1994 [1997]), Pour une Anthropologie des mondes contemporains, Paris, Éditions Flammarion.

Balandier G. (1971 [1959]), « Anthropologie et étude du changement », dans Sens et puissance, Paris, Presses universitaires de France, pp. 128-147.

Balandier G. (1967), « Sociologie, ethnologie et ethnographie », dans Gurvitch G. (dir.), Sociologie, Paris, Presses universitaires de France, pp. 99-113.

Balandier G. (1971), Sens et puissance, Paris, Presses universitaires de France.

Balandier G. (1974 [1985]), Anthropo-logiques, Paris, Presses universitaires de France.

Baudrillard J. (1968 [1978]), Le Système des objets, Paris, Éditions Gallimard.

Beaud S. & F. Weber (1997 [2010]), Guide de l’enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Bertaux D. (1976), Histoires de vies ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographique en sociologie, ronéo, CORDES.

Bertaux D. (1977), Destins personnels et structure de classe, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu P. (1962 [2002]), « Célibat et condition paysanne », dans Le Bal des célibataires, Paris, Éditions du Seuil, pp. 15-166.

Bouvier P. (1984), « Perspective pour une socio-anthropologie du travail », Sociétés, n° 2, pp. 8-10.

Bouvier P. (2002), La Socio-anthropologie, Paris, Éditions Armand Colin.

Bozon M. (1984), Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Caillois R. (1939-1949 [1988]), L’Homme et le sacré, Paris, Éditions Gallimard.

Caillois R. (1958 [1991]), Les Jeux et les hommes, Paris, Éditions Gallimard.

Céfaï D. (2003), L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Chevalier S. & al. (2007), « L’anthropologie de la Grande-Bretagne, une discipline en plein essor », Ethnologie française, vol. 2,n° 37, pp. 197-212.

Cicourel A.V. (1964), Method and Measurement in Sociology, New York, The Free Press.

Cicourel A.V. (1968 [1979]), « L’acquisition de la structure sociale », dans La Sociologie cognitive, Paris, Presses universitaires de France, pp. 53-96.

Coenen-Huther J. (1995), Observation participante et théorie sociologique, Paris, Éditions L’Harmattan.

Coenen-Huther J. (2001), À l’Écoute des humbles, Paris, Éditions L’Harmattan.

Cuvillier A. (1967), Introduction à la sociologie, Paris, Éditions Armand Colin.

Delcroix C. (2001), Ombres et lumières de la famille Nour, Paris, Éditions Payot.

Desjeux D. (2004), Les Sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France.

Desjeux D., Monjaret A. & S. Taponier (1998), Quand les Français déménagent, Paris, Presses universitaires de France.

Douglas M. & B. Isherwood (1979), The World of Goods, New York, Basic Books ; Trad. fr., 2008, Pour une Anthropologie de la consommation, Paris, Éditions du Regard.

Durkheim É. (1912 [1985]), Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France.

Duvignaud J. (1977), Le Don du rien. Essai d’anthropologie de la fête, Paris, Éditions Stock.

Favret-Saada J. (1977 [1985]), Les Mots, la mort, les sorts, Paris, Éditions Gallimard.

Godelier M. (2007 [2010], Au Fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Éditions Flammarion.

Goffman E. (1959 [1973]), La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1961 [1968]), Asiles, Paris, Éditions de Minuit.

Hall E.T. (1966 [1971]), La Dimension cachée, Paris, Éditions du Seuil.

Hammersley M. & P. Atkinson (1983 [1994]), Etnografía. Métodos de investigación, Barcelona, Paídos.

Havard-Duclos B. (2007), « Les coûts subjectifs de l’enquête ethnographique », SociologieS, Expériences de recherche, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007 : http://sociologies.revues.org/182

Hoggart R. (1957 [1970]), La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit.

Juan S. (1999), Méthodes de recherche en sciences sociohumaines. Exploration critique des techniques, Paris, Presses universitaires de France.

Juan S. (2005), « Existe-t-il une méthode spécifique à la "socio-anthropologie" ? » Bulletin de Méthodologie Sociologique, n° 87, pp. 61-79.

Kilani M. (1992), Introduction à l’anthropologie, Lausanne, Éditions Payot.

Lahire B. (2002), Portraits sociologiques, Paris, Éditions Nathan.

Lalive d’Épinay C. (1983), « Récit de vie et projet de connaissance scientifique », Recherches sociologiques, n° 2.

Laplantine F. (2001), L’Anthropologie, Paris, Éditions Payot.

Laplantine F. (1996 [2010]), La Description ethnographique, Paris, Éditions Armand Colin.

Le Gall D. & C. Le Van (2007), La Première fois, Paris, Éditions Payot.

Leroi-Gourhan A. (1964 [1995]), Les Religions de la préhistoire, Paris, Presses universitaires de France.

Lévi-Strauss C. (1947 [1967]), Les Structures élémentaires de la parenté, Paris, Éditions Mouton.

Lévi-Strauss C. (1952), « Le Père Noël supplicié », Les Temps Modernes, n° 77, pp. 1572-1590.

Lévi-Strauss C. (1958 [1985]), Anthropologie structurale, Paris, Éditions Agora/Plon.

Lévi-Strauss C. (1960 [1996]), « Ce que l’ethnologie doit à Durkheim », dans Anthropologie structurale deux, Paris, Éditions Plon-Agora, pp. 57-62.

Lévi-Strauss C. (1980), Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss, Paris, Presses universitaires de France.

Linhart R. (1978 [1981]), L’Établi, Paris, Éditions de Minuit.

Malinowski B. (1941 [1970]), Les Dynamiques de l'évolution culturelle, Paris, Éditions Payot.

Malinowski B. (1944 [1968]), Une Théorie scientifique de la culture, Paris, Éditions Maspero.

Mauss M. (1913 [1968]), « Note sur la notion de civilisation », Œuvres T. 2, Paris, Éditions de Minuit.

Mauss M. (1934 [1968]), « Fragment d’un plan de sociologie générale descriptive », Œuvres T. 3, Paris, Éditions de Minuit.

Mauss M. (1938 [1980]), « Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne, celle de "moi" », dans Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France.

Mauss M. (1947 [1996]), Manuel d’ethnographie, Paris, Éditions Payot.

Merton R. K. (1953 [1965]), Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Éditions Plon.

Messu M. (2012), « Faire du terrain à Cuba ? », SociologieS, Expériences de recherche, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 09 mai 2012, http://sociologies.revues.org/3930

Morin E. (1956), Le Cinéma ou l'homme imaginaire, Paris, Éditions de Minuit.

Morin E. (1969), La rumeur d’Orléans, Paris, Éditions du Seuil.

Passeron J.-C. (1984 [1991]), « Figures et contestations de la culture », dans Le raisonnement sociologique, Paris, Éditions Nathan.

Pastinelli M. (2006), « Habiter le temps réel. Ethnographie des modalités de l’ "être ensemble" dans l’espace électronique », Anthropologie et sociétés, vol. 2, n° 30, pp. 199-217.

Peneff J. (2011), « Le sens de l’observation est-il utile en sociologie ? », SociologieS, Expériences de recherche, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 18 octobre 2011 : http://sociologies.revues.org/3658

Peretz H. (1998), Les Méthodes en sociologie. L’observation, Paris, Éditions La Découverte.

Ruiz Olabuenaga J. I. (1985 [1999]), Metodología de la investigación cualitativa, Bilbao, Universidad de Deusto.

Strauss A. & J. Corbin (1990 [2003]), « Grounded Theory Research: Procedures, Canons and Evaluative Criteria », dans Cefaï D., L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte, pp. 363-379.

Tarot C. (1999), De Durkheim à Mauss, l’invention du symbolique, Paris, Éditions La Découverte.

Terrail J.P. (1990), Destins ouvriers. La fin d’une classe ?, Paris, Presses universitaires de France.

Urry J. (1972 [2003]), « Notes and Queries in Anthropology and the Development of Field Methods in British Anthropology », dans Cefaï D., L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte, pp. 65-88.

Van Gennep A. (1943 [1998]), Le Folklore français, Paris, Éditions Robert Laffont.

Weber F. (2009), Manuel de l’ethnographe, Paris, Presses universitaires de France.

Whyte W. F. (1943 [1995]), Street Corner Society, Paris, Éditions La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Dans ses longues et fort étayées préface et postface à son recueil, Daniel Céfaï donne de nombreux exemples de « brouillage des genres » entre nos disciplines (Céfaï, 2003, p. 471).

2 Par exemple lorsqu’il écrit que l’étude des civilisations incombe autant à la sociologie qu’à l’ethnographie (Mauss, 1913, p. 455), ou qu’une « ethnologie descriptive complète » suppose des redites entre différentes spécialités sociologiques (Mauss, 1934, p. 310). Quant à son cours de méthodes de l’ethnographie, les premières sections incluent de multiples références aux techniques qui deviendront celles de l’« enquête sociologique », vocable que Marcel Mauss utilise aussi dans ce texte (Mauss, 1947, p. 18).

3 Au rang desquels on trouve, par exemple (en France), Jean-Pierre Corbeau, David Le Breton, Michel Maffesoli, Colette Pétonnet, Martine Segalen…

4 L’opinion de Camille Tarot diverge à ce sujet. Pour ce spécialiste, Marcel Mauss a su orienter nos deux disciplines « vers un autre paradigme » synthétique (Tarot, 1999, p. 133).

5 Depuis Roger Caillois (1939-49, p. 1958) et Jean Duvignaud (1977), toute une littérature socio-anthropologique décrit les ruptures festives dans la vie quotidienne, y compris via les jeux télévisés. Ces recherches montrent que le sacré ne disparaît pas des sociétés plus sécularisées où il se diffracte en applications de tabous ou en ritualisations diverses.

6 Et pp. 81, 83, 112-121, 145, 198-204 de l’édition française.

7 Florence Weber met en œuvre une telle recommandation : non seulement elle utilise des données statistiques de cadrage mais elle pratique également le questionnaire dont elle traite les données y compris à l’aide de l’analyse factorielle des correspondances, technique typiquement quantitativiste (Weber, 2009, pp. 113 et 120). Elle donne aussi plusieurs exemples de recherches portant sur la culture festive des ouvriers français contemporains.

8 En particulier par l’usage de la photographie. Ceci ne l’empêche nullement, dans un petit manuel sur l’ethnographie, d’évoquer Bronislaw Malinowski qui s’autodéfinit comme « sociologue » et rapproche le travail du sociologue et de l’anthropologue (Laplantine, 2010, pp. 80-82 et 49).

9 Par la suite, Pierre Bouvier a proposé le terme socio-anthropologie éponyme d’une revue qu’il a créée (Bouvier, 1984, p. 2002).

10 Dans son avertissement à la traduction française.

11 Émile Durkheim et Jean-Jacques Rousseau sont évoqués une fois et par procuration. Les anthropologues français sont « oubliés » : pas plus Marcel Mauss – auteur d’un manuel de méthodes ethnologiques – que Claude Lévi-Strauss ou Georges Balandier n’y figurent…

12 L’auteur rapporte le cas d’un questionnaire d’Edward B. Tylor sur la religion composé de 245 questions.

13 Ajoutons que des petits manuels centrés sur l’observation sont écrits par des sociologues (Peretz, 1998 ; Arborio & Fournier, 1999) et les conseils pratiques qui y sont donnés ne distinguent pas nos disciplines.

14 On pense, bien sûr, à la tradition inaugurée par Daniel Bertaux en France (Bertaux, 1976, 1977) et continuée dans divers travaux tels que ceux de Christian Lalive d’Épinay (1983) ou de Jean-Pierre Terrail (1990). Mais elle se prolonge en ne concernant pas uniquement les interviews : Didier Le Gall et Charlotte Le Van ont proposé et utilisé une technique de recueil de récits écrits (en situation d’ailleurs groupale) ayant pour objectif de produire un matériau de type qualitatif sur un sujet délicat : le premier rapport sexuel (Le Gall & Le Van, 2007).

15 Ce que Madeleine Pastinelli nomme la « présence à distance » et qu’elle étudie en s’imprégnant de ce milieu à la fois virtuel et réel est, méthodologiquement, à mi-chemin de l’analyse documentaire d’archives textuelles et du témoignage vivant : l’investigation sur Internet de ces chats et autres forums ou des diverses visiophonies informatisées relève de ce que l’on peut nommer des relations d’interface, concept permettant de compléter l’opposition du face à face en situation d’interaction banale sur le mode proche et du vis-à-vis des relations médiatisées par le système institutionnel (marchand ou public), typologie à laquelle on peut ajouter le mode lointain des relations de face à face (salles de spectacle, grands meetings, etc.). Il s’agit d’une observation ethnographique qui, à l’instar de certaines techniques de questionnement (Juan, 1999, 183), s’émancipe de l’unité de lieu, de temps et d’action caractérisant non seulement le théâtre classique mais encore le travail de terrain habituel en ethnologie.

16 On trouve de très rares mentions aux repetitive interviews chez les anglo-saxons ou encore aux deep interviews.

17 Qui considère ses interviewés comme « informateurs au sens anthropologique du terme » (Coenen-Huther, 2001, pp. 117-118) ; ce sociologue avait déjà écrit un ouvrage sur l’observation (Coenen-Huther, 1995).

18 Aujourd’hui, Claire Bidart et Anne Pellissier exploitent cette base de données qualitatives liée au LASMAS à l’origine. Cf. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00118258.

19 Il passe de 87 jeunes de 17-23 ans en 1995, à 57 en 2007, dernière étape.

20 Les difficultés méthodologiques inhérentes à cette « entrée » du chercheur dans l’objet de sa recherche sont également notées par certains auteurs travaillant en milieux relativement fermés tels qu’une association de militants ou un pays comme Cuba. Ainsi, Bénédicte Havard-Duclos dit-elle éprouver des difficultés à « sortir » sans culpabilité de la militance dans Droit au logement à laquelle elle a dû participer pour observer l’association (Havard-Duclos, 2007) ; tout comme Michel Messu relève une subjectivité « requise comme mode de production de la connaissance » dans un pays tel que Cuba (Messu, 2012).

21 Telle est la perspective du manuel de Stéphane Beaud et Florence Weber – le premier est anthropologue alors que la seconde est sociologue – dont les conseils d’enquête de terrain s’adressent aux étudiants des deux disciplines et qui présentent toutes sortes de techniques allant des monographies et de l’observation directe au travail sur Internet en passant par les entretiens « approfondis » ou « ethnographiques ». Leur ouvrage se termine par un appel « pour une ethnographie sociologique » et par une invitation à « combattre la division entre anthropologie et sociologie » (Beaud & Weber, 1997, p. 290).

22 Selon la trilogie essentielle du droit romain que Marcel Mauss rappelle dès l’introduction de son texte sur la notion de personne (Mauss, 1938).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvador Juan, « Terrains d’entente », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4271

Haut de page

Auteur

Salvador Juan

Professeur de sociologie à l’université de Caen - Basse-Normandie, chercheur à la Maison de la recherche en Sciences humaines de Caen, France - salvador.juan@unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page