Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Les dynamiques de création d’entreprise dans le secteur du tourisme sportif

La pratique amateur entre ressource et contrainte
Fanny Dubois et Philippe Terral

Résumés

Cet article analyse le processus entrepreneurial dans le secteur du tourisme sportif. Avec l’essor de la pratique sportive de pleine nature, la création de structures commerciales proposant des prestations de loisirs sportifs tend en effet à se multiplier. Sur la base d’entretiens et d’observations ethnographiques, nous avons fait apparaître deux dynamiques entrepreneuriales en lien avec les dispositions des entrepreneurs et les ressources qu’ils sont susceptibles de capter. La première dynamique est caractérisée par une logique éducative et la seconde par une logique davantage marchande. Ces deux dynamiques correspondent à deux profils d’entrepreneurs. Elles peuvent également matérialiser deux temps distincts et successifs de la carrière d’un même professionnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En particulier des formations en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS (...)

1Depuis une quinzaine d’années, nous assistons à l’essor de la pratique sportive de pleine nature : un Français sur trois déclare s’y adonner, soit environ quinze millions de pratiquants. Cet engouement contribue au développement d’un marché aux « contours flous » (Pigeassou, 2004, p. 35) et encore peu structuré. Plus précisément, il s’inscrit dans la dynamique de professionnalisation des métiers du sport et en particulier dans celle du monde associatif dans lequel prend naissance l’activité d’enseignement des activités physiques et sportives. En France, le monde sportif a en effet généré dans la seconde moitié du xxe siècle des institutions de formation délivrant des qualifications : diplômes émanant des fédérations sportives et du ministère de la Jeunesse et des Sports ou de l’université 1. Ces derniers participent au développement des métiers du secteur de l’animation socioculturelle et sportive. Par ailleurs, l’accroissement du rythme de la création d’entreprises de tourisme sportif (proposant des prestations d’encadrement d’activités sportives telles que, par exemple, l’escalade, le canyoning, le parapente ou encore le canoë-kayak) ne cesse de s’intensifier depuis les années 1990, même s’il tend à se stabiliser depuis peu (Réveret, 2006, p. 17).

2Dans un contexte où l’engagement et le maintien dans les métiers relatifs aux loisirs sportifs de pleine nature sont perçus par les individus comme la concrétisation d’une « vocation » (Chevalier & Dussart, 2002, p. 472), la création d’une entreprise leur donne la possibilité de convertir « leur passion en profession » (Ibid., p. 461). La plupart des dirigeants de structures ont en effet été en premier lieu des pratiquants amateurs avant de chercher à se professionnaliser pour enseigner leur « passion » 2 – motif fréquemment évoqué par les acteurs pour justifier leur professionnalisation dans ce secteur. 75 % des moniteurs sportifs étant saisonniers 3, la création d’entreprise apparaît alors souvent comme la solution la plus adaptée pour concilier travail et passion. Dans certains cas, elle permet d’accéder à l’indépendance – valeur souvent très recherchée dans ce secteur d’activités – et dans d’autres cas, elle est la seule solution permettant de continuer à transmettre sa passion, les opportunités de salariat à plein temps étant relativement rares. Le caractère passionné des loisirs sportifs de pleine nature ne s’accordant pas aisément « avec l’économie de marché » (Weber & Lamy, 1999, p. 5), on ne peut manquer de s’interroger quant au processus entrepreneurial dans ce secteur d’activité.

Quand la saisie des dynamiques de la création des entreprises implique de considérer différents temps et espaces

3Nous considérons la création d’entreprise comme « le processus de mobilisation de ressources de la part d’acteurs individuels » (Grossetti & Barthe, 2008, p. 589). Lors de l’acte de création, les personnes disposent en effet d’une multitude de ressources liées à leur parcours biographique et à leur participation sur des scènes sociales différenciées. Les ressources peuvent être matérielles (des objets, des outils, etc.) ou immatérielles (des connaissances, des conseils, etc.) et elles sont présentes à la fois dans l’environnement et « dans la tête des acteurs individuels » (Bouba-Olga & Grossetti, 2008, p. 316).

  • 4 D’après Michel Grossetti et Jean-François Barthe, les ressources « peuvent aussi être vues comme de (...)
  • 5 Il peut s’agir de collectifs dans lesquels les individus sont impliqués, de relations entre individ (...)

4Appréhender le processus entrepreneurial dans le secteur du tourisme sportif et les ressources mobilisées par les acteurs implique de saisir les temps longs des trajectoires individuelles et l’inscription des personnes dans des espaces sociaux variés. En effet, les dirigeants d’entreprise étudiés ayant été pour la plupart des pratiquants puis des intervenants avant de créer leur entreprise, nous ne pouvons saisir l’activité entrepreneuriale sans prendre en compte leur pratique amateur : « on ne peut comprendre les pratiques et les représentations de soi au travail, si l’on ne les met pas en relation avec la carrière de l’amateur antérieure ou parallèle » (Chevalier, Le Mancq & Simonet, 2011, p. 150). L’investissement des individus dans différents espaces sociaux, qu’il s’agisse de ceux dans lesquels ils « vivent » (les instances de socialisation que sont par exemple la famille, l’école, ou le club sportif) ou ceux auxquels ils ont accès (logique des réseaux sociaux) leur permettent de capter certaines ressources. Les réseaux sociaux comme les instances de socialisation peuvent en ce sens être considérés comme pourvoyeurs de ressources et de contraintes 4, et leur structure détermine les appuis 5 auxquels les individus ont accès lors de leurs pratiques professionnelles.

  • 6 Les savoirs font référence aux idées des individus. Les savoir-faire correspondent à leurs comporte (...)

5Durant leur « carrière » (Becker, 1985 ; Hughes, 1990), les acteurs sont donc soumis à une pluralité d’influences socialisatrices suscitant le passage d’une étape de la carrière à une autre et se manifestant par l’apparition, la transformation ou la disparition de ressources. À partir des ressources captées, les professionnels des loisirs sportifs de pleine nature élaborent des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être 6 (issus du monde sportif, mais également d’autres espaces sociaux), que l’on peut envisager comme plus ou moins « stabilisés » et « ancrés ». Ils peuvent en effet incorporer des savoirs fugaces, contingents et inhérents à la dynamique des réseaux sociaux dans lesquels ils s’inscrivent, mais également des dispositions, c’est-à-dire des « façons d’être, de faire et de voir le monde, les inclinaisons à agir de telle ou telle manière ou à ressentir telle ou telle chose » (Darmon, 2006). Ils élaborent notamment des « représentations sociales » définies par Denise Jodelet comme « une forme de connaissance spécifique, le savoir de sens commun, dont les contenus manifestent l’opération de processus génératifs et fonctionnels généralement marqués » (Jodelet, 1997, p. 365).

6Cet article se propose de mettre en évidence le lien existant entre la nature des ressources mobilisées (matérielles ou immatérielles, sportives ou plus diversifiées) lors du processus entrepreneurial et la représentation qu’ont les créateurs du métier de dirigeant d’entreprise de tourisme sportif. L’avancée dans la carrière – de l’étape de pratiquant à celle de moniteur sportif puis de dirigeant d‘entreprise – semble en effet s’accompagner de la modification de cette représentation et des appuis auxquels les individus ont accès. À l’instar des étudiants en Sciences et techniques des activités physiques et sportives, les acteurs déconstruisent peu à peu une représentation « sportive » de leur activité liée à leur vécu de pratiquant (Gojard & Terral, 2009). Ils reconstruisent alors progressivement une représentation des loisirs sportifs de pleine nature correspondant à une identité professionnelle véhiculée au sein des institutions sportives ou des formations universitaires. Elle peut être plus ou moins « éducative » ou « lucrative » pour reprendre nos catégories d’analyse (Dubois, 2009) et elle suscite la mobilisation de ressources plus ou moins sportives ou diversifiées.

  • 7 Convention Industrielle de Formation par la Recherche.
  • 8 D’après l’étude « Analyse et conditions de développement des entreprises et des emplois de la filiè (...)

Les modalités d’enquête

Le recueil des données a été réalisé dans le département de l’Aveyron (région Midi-Pyrénées en France), la recherche présentée faisant l’objet d’une convention CIFRE 7 avec le Conseil Général de ce département. L’Aveyron est l’un des trois départements (avec le Puy-de-Dôme et la Lozère) les plus pourvus en structures de loisirs sportifs de pleine nature du Massif Central 8 et le chiffre d’affaires de son activité touristique s’élève à plus de trois cents millions d’euros. Notre enquête s’appuie à la fois sur des données qualitatives et quantitatives.

Dans un premier temps, nous avons réalisé cinquante-trois entretiens biographiques (d’une durée moyenne d’une heure trente) avec des dirigeants de petites entreprises individuelles, d’associations et de sociétés aveyronnaises proposant, de manière plus ou moins saisonnière, l’encadrement de prestations de loisirs sportifs de pleine nature comme l’escalade, le canyoning ou encore le parapente. Les données recueillies ont permis de saisir le parcours antérieur des créateurs, considéré par Anna-Lise Aucouturier comme une « phase d’accumulation de ressources » (Aucouturier, 1994). Nous nous sommes ainsi attachés à repérer des représentations et des pratiques, révélateurs de dispositions plus générales. Par ailleurs, nous avons effectué des observations ethnographiques avec certains créateurs, leurs pratiques étant « constituées comme autant d’indices ou d’indicateurs de la disposition » (Lahire, 2002). Nous avons donc « suivi » autant que possible les acteurs sur les différentes scènes de leur vie professionnelle, notamment lors de séquences d’encadrement de prestations sportives et d’organisation de la structure.

Dans un second temps, nous nous sommes intéressés à l’évolution de la structure des réseaux sociaux dans lesquels les acteurs ont été (ou sont) inscrits. Les données recueillies ont en ce sens été complétées par des entretiens directifs, afin de repérer le plus précisément possible les différents types de relations mobilisées par les individus lors du processus entrepreneurial, ainsi que les ressources captées.

7Notre enquête nous amène à établir des liens entre les dispositions des entrepreneurs – et notamment leurs représentations des métiers de l’enseignement des sports – et les ressources qu’ils sont susceptibles de capter par l’intermédiaire de leurs réseaux sociaux. Deux figures de la création d’entreprise ont été mises en exergue. Ces dernières correspondent à des profils différents d’entrepreneurs, mais nous verrons qu’elles peuvent également matérialiser deux temps distincts de la carrière d’un même professionnel, le passage de l’une à l’autre élaborant ainsi un turning point (Hughes, 1990).

8Une première dynamique de création d’entreprise de tourisme de pleine nature est caractérisée par la mobilisation de ressources principalement sportives par le fondateur : notamment des savoirs et savoir-faire liés à l’encadrement d’activités et l’établissement de partenariats avec d’autres prestataires de loisirs sportifs. Les créateurs s’inscrivent dans une logique de transmission de connaissances relatives à la découverte du milieu naturel et au développement personnel. Au cours de leur carrière, ils ont élaboré une représentation « éducative » des loisirs sportifs de pleine nature essentiellement liée à leur vécu d’éducateur sportif. Le projet de création n’a pas été construit et défini précisément.

9La seconde dynamique sociale de l’activité entrepreneuriale se traduit par la mobilisation de ressources plus hétérogènes, issues à la fois de la sphère sportive et du secteur de l’entreprise. Les fondateurs ont traversé une pluralité de scènes sociales au cours de leur carrière, engendrant l’élaboration d’une représentation plus « lucrative » des loisirs sportifs de pleine nature. Ces derniers sont plus précisément appréhendés comme des outils permettant le développement d’une entreprise. Nous montrerons que la poursuite de formations supérieures et les expériences professionnelles contribuent à l’élaboration progressive de cette représentation marchande et d’un projet entrepreneurial précis.

10Finalement, notre analyse révèlera la nécessité d’une « dé-sportivisation » de la représentation du métier de dirigeant d’entreprise de tourisme sportif pour créer et/ou gérer une entreprise de manière pérenne. La représentation éducative des loisirs sportifs de pleine nature sur le modèle des fédérations sportives et de l’éducation physique et sportive scolaire peut en effet freiner le développement d’une structure tant elle engendre la mobilisation de ressources peu diversifiées et essentiellement sportives. À l’opposé, une représentation davantage marchande conduit à la mobilisation active de ressources garantes de la pérennisation des structures (Dubois, 2009).

L’activité entrepreneuriale à l’épreuve d’une représentation « éducative » des métiers relatifs aux loisirs sportifs de pleine nature : la fragilité des ressources mobilisées

Se professionnaliser pour transmettre sa « passion »

11Au moment de la création de leur entreprise, certains professionnels attribuent aux loisirs sportifs de pleine nature des vertus que nous pouvons qualifier d’« éducatives » : leur futur métier implique en effet pour eux de transmettre des connaissances relatives à leur « passion », de « faire partager » ce qu’ils aiment et de « faire évoluer les personnes » (propos des dirigeants interviewés). Certains acteurs font notamment référence à la découverte du milieu naturel, en soulignant l’importance de « faire découvrir la nature et le patrimoine » aux différents pratiquants par l’intermédiaire de l’activité sportive. D’autres professionnels insistent sur les sensations et les valeurs véhiculées par les loisirs de pleine nature, ils souhaitent « se faire plaisir et communiquer ce plaisir ». Leur métier peut être assimilé à un « métier de vocation », c’est-à-dire à une « disposition à accomplir une activité productive pour des raisons non économiques, disposition à répondre aux besoins des autres […], disposition à l’exercice même de l’activité pour elle-même, par passion plutôt que par intérêt matériel » (Friedson, 1986, p. 441).

  • 9 Comme il a été dit précédemment, la plupart des acteurs ont été des intervenants sportifs avant de (...)

12L’élaboration de la représentation éducative des métiers relatifs aux loisirs sportifs de pleine nature semble trouver son fondement dans le vécu de moniteur sportif 9 et plus particulièrement dans les socialisations « géographique », familiale et sportive des acteurs, lesquelles sont à l’origine de la pratique d’une activité sportive de pleine nature, puis de son enseignement. La plupart des dirigeants interrogés sont en effet originaires et ont grandi dans des territoires ruraux particulièrement pourvus en sites d’activités physiques de pleine nature (notamment l’Aveyron, la Lozère ou encore la Savoie) encourageant la pratique d’activités physiques de pleine nature : « Quand on vit à Millau, forcément on est entouré de montagnes calcaires. À trois kilomètres d'ici, il y a les premières grottes, donc on est attiré par ce qu'il y a et puis voilà. Jeune, je crapahutais, je me baladais ».

13En outre, certains professionnels ont l’un de leurs parents exerçant une activité professionnelle liée à l’environnement et plus particulièrement à l’agriculture. Le fait de grandir dans un département où les patrimoines naturel et culturel sont importants et/ou dans un environnement familial où le milieu naturel est valorisé, semble contribuer à l’émergence d’une inclination envers les activités physiques de pleine nature et inciter à la pratique sportive. Les pratiquants sont à la recherche pour les uns, d’une relation fusionnelle avec l’environnement par l’intermédiaire de l’activité physique et pour les autres, de sensations, de plaisir et du sentiment de liberté procurés par la pratique sportive. Par ailleurs, par l’intermédiaire des institutions sportives et notamment des clubs fédéraux, les acteurs s’adonnent progressivement à l’encadrement d’activités et « enseigner aux plus jeunes » devient alors leur « principale priorité » (propos d’un dirigeant). Les interactions vécues avec des pratiquants plus expérimentés et des moniteurs fédéraux encouragent effectivement les pratiquants avec lesquels ils entretiennent des relations amicales, à poursuivre des formations, obtenir des diplômes et devenir moniteurs. En ce sens, la socialisation sportive fédérale joue un rôle « tant dans l’acquisition de savoirs et savoir-faire, que dans l’accumulation des expériences d’encadrement » (Amarillo, 2007, p. 5).

14N’étant pas intéressés par leur formation principale (échec scolaire, absence d’un projet professionnel précis, etc.) et se trouvant dans une situation professionnellement instable, certains moniteurs sportifs donnent la priorité à leur loisir et créent une entreprise de tourisme sportif. Nous verrons que l’activité de moniteur sportif s’apparente à un continuum où seules certaines ressources et relations entre acteurs se reconfigurent.

Quand la création d’entreprise relève de la réorganisation des formes sociales 10

  • 10 Les formes sociales sont des combinaisons d’acteurs et de ressources. Il peut s’agir d’acteurs indi (...)

15L’encadrement des loisirs sportifs de pleine nature au sein de structures est généralement caractérisé par la saisonnalité. Dans le département de l’Aveyron, plus de la moitié des entreprises fonctionnent en effet uniquement durant la période estivale ; elles emploient des moniteurs sportifs seulement de manière saisonnière. Ainsi, avant l’acte entrepreneurial, la plupart des futurs créateurs sont dans une situation instable : ils alternent des périodes d’encadrement saisonnier au sein de structures et des périodes de chômage ou de « petits boulots » (comme l’encadrement ponctuel de leur activité dans des clubs sportifs) et la création d’une entreprise est, pour la majorité d’entre eux, indépendante de leur volonté.

16Plus précisément, notre enquête montre qu’il s’agit le plus souvent d’une collaboration entre le moniteur et le dirigeant de la structure au sein de laquelle il encadre des activités sportives de pleine nature : le dirigeant incite vivement son salarié à créer une entreprise individuelle afin de diminuer les charges de sa structure. En effet, en créant une entreprise, le « moniteur créateur » sera rémunéré en fonction du volume d’activité qui lui sera confié par la structure au sein de laquelle il était auparavant salarié ; la structure dont il est question disposera donc de davantage d’autonomie et de flexibilité. En parallèle, le « moniteur créateur » pourra se voir confier des missions par d’autres structures extérieures afin de pérenniser son activité. Par exemple, P., salarié dans la même entreprise durant la période estivale depuis plusieurs années, est moniteur de randonnée pédestre. À la suite d’une saison marquée par de nombreuses intempéries et une diminution du chiffre d’affaires de l’entreprise, le dirigeant lui propose de « se mettre à son compte » et il lui garantit qu’il le sollicitera pour l’encadrement de ses prestations de randonnée ; condition sine qua non pour que P. puisse continuer à exercer sa passion, car il ne se sent pas capable de « rechercher d’autres clients ». P. crée alors en 2008 une entreprise individuelle et il continue à assurer l’encadrement de la randonnée pédestre pour son ancien employeur (cf. fig. 1. situation 1).

17Dans d’autres cas, l’acte entrepreneurial et la création d’une société en particulier, peut être impulsé par la sollicitation d’« amis prestataires », lesquels souhaitent créer une entreprise et s’associer avec une personne qui assurera l’encadrement des prestations sportives (cf. fig. 1. situation 2). Dans ce cas, le projet n’est pas de l’initiative du professionnel, celui-ci est appelé « en renfort » et il constitue le plus souvent pour les autres associés une ressource technique. Comme l’indique Michel Grossetti, « un humain peut être constitué en ressource par un autre acteur et manipulé par lui comme un "non humain" » (Grossetti, 2004, p. 77).

18Nous percevons à travers ces exemples à quel point la carrière d’amateur peut constituer une ressource à la création d’entreprise, en fournissant notamment aux entrepreneurs des réseaux de relations personnelles venant appuyer l’activité entrepreneuriale. Quelle que soit la configuration que nous venons d’évoquer, la création ne renvoie pas à un projet réfléchi sur le long terme, mais à une opportunité saisie, voire subie, pour que perdure l’exercice du métier. Nous verrons par la suite que l’acte de création apparaît comme un prolongement du métier d’intervenant sportif où peu de nouvelles ressources apparaissent.

19Dans d’autres cas, l’acte entrepreneurial – et la création d’une société en particulier – peut être impulsé par la sollicitation d’« amis prestataires », lesquels souhaitent créer une entreprise et s’associer avec une personne qui assurera l’encadrement des prestations sportives (Cf. fig. 1. situation 2). Dans ce cas, le projet n’est pas de l’initiative du professionnel, celui-ci est appelé « en renfort » et il constitue le plus souvent pour les autres associés une ressource technique.

20L’activité entrepreneuriale, quelle que soit la configuration que nous venons d’évoquer, ne renvoie pas à un projet réfléchi sur le long terme, mais à une opportunité saisie, voire subie, pour que perdure l’exercice de leur métier. Le projet n’est pas anticipé, voire imprévisible. L’acte de création apparaît alors comme un prolongement de leur métier d’intervenant sportif où peu de nouvelles ressources apparaissent.

Figure 1 - Situations de création – avant/après la création

Figure 1 - Situations de création – avant/après la création

La mobilisation de ressources « sportives », expression de routines incorporées

21Les fondateurs mobilisent des ressources essentiellement « sportives », liées à des routines incorporées lors de leur activité de moniteur sportif et des réseaux sociaux afférents. En particulier, ils mettent en œuvre des savoirs et des savoir-faire techniques concernant l’encadrement des prestations sportives, la sécurité, la technicité de l’activité et la découverte du milieu naturel. Par ailleurs, certains prestataires font appel à leurs « amis » pour accéder à de la clientèle, commercialiser leurs activités ou encore créer leur site Internet. Par exemple, S., professionnel du parapente, est en relation avec d’autres prestataires aveyronnais proposant cette activité. Ils « s’échangent » régulièrement leur clientèle lorsque l’un d’entre eux n’est pas disponible pour assurer l’encadrement de prestations. Le réseau de S. a été créé essentiellement lors de la pratique du parapente et des compétitions (« C’est un petit monde, on se connaît tous ») et ses membres représentent de « véritables amis ». De même, B. a sollicité son beau-frère pour la création de son site Internet et de plaquettes publicitaires.

  • 11 « L’encastrement est le processus d’accroissement des dépendances » (Grossetti, 2004, p. 134).
  • 12 La force des liens est à mettre en relation avec la fréquence des échanges, les services réciproque (...)

22Les entreprises créées sont ainsi fortement encastrées 11 dans les relations qu’entretiennent les dirigeants avec leurs réseaux personnels (famille et amis proches) et la (ou les) structure(s) « commanditaire(s) » ; celles-ci représentant d’après nos données environ 70 % de l’apport de leur clientèle. Les relations des fondateurs relèvent ainsi le plus souvent de « liens forts » 12. Ces derniers ne favorisent pas l’accès à de nouvelles ressources susceptibles de modifier les savoirs et disposition acquis.

  • 13 Le turning point est défini par Everett Hughes comme un moment de réorientation dans le parcours de (...)

23L’activité entrepreneuriale ne constitue pas un turning point 13 dans la carrière des professionnels. Les entreprises créées sont, pour la plupart d’entre elles, peu pérennes (Dubois & Terral, 2011). Dans le département de l’Aveyron, plus de deux tiers des entreprises de loisirs sportifs de nature ont d’ailleurs été créées il y a moins de dix ans et l’offre économique des loisirs sportifs de pleine nature se renouvelle constamment. Aussi, la plupart des entrepreneurs exercent au moment de la création de leur structure une autre activité professionnelle en dehors de la saison touristique, « un créateur authentique » ne produisant pas « pour répondre à une demande extérieure préexistante mais pour obéir à une "nécessité intérieure" » (Heinich, 2008). Ainsi, certains dirigeants enseignent de manière ponctuelle leur activité au sein d’un club, alors que d’autres réalisent des « petits boulots » dans des secteurs diversifiés (bâtiment, agroalimentaire…). Elle leur permet de compléter leurs revenus, l’entreprise créée n’étant pas viable.

« Se désportiviser » et gérer une entreprise de tourisme sportif : mobiliser des ressources plus diversifiées

Élaborer une représentation « marchande » des loisirs sportifs de pleine nature et anticiper la création d’une entreprise

24D’autres entrepreneurs, moins nombreux selon notre enquête, appréhendent les loisirs sportifs de pleine nature de manière davantage marchande, voire « lucrative », c’est-à-dire comme des outils de production permettant le développement d’une entreprise. Ils considèrent que « les clients ont le service pour le prix qu’ils ont payé » (propos d’un dirigeant interviewé) et ils produisent de nouvelles activités sportives dans l’objectif de vendre un maximum de prestations sportives en répondant à une demande bien spécifique. Ils adaptent ainsi leurs produits selon le type de clientèle – les comités d’entreprises, les groupes scolaires ou encore les familles – et les produits proposés comportent à la fois des activités sportives, de la restauration et de l’hébergement. Les acteurs envisagent la création de leur entreprise telle qu’un « véritable métier ». Ainsi, pour C., « ce n’est pas parce que c’est du sport loisir », que les professionnels de ce secteur doivent « le traiter comme une activité "baba cool". Cela doit être au contraire très structuré, parce que la clientèle change ». 

  • 14 Les formations en Sciences et techniques des activités physiques et sportives comportent plusieurs (...)

25L’élaboration de la représentation marchande des loisirs sportifs de pleine nature résulte, pour certains acteurs, de la poursuite de formations de l’enseignement supérieur et/ou d’expériences professionnelles. Le « niveau de connaissance de l’objet » et « le changement de pratiques ou l’introduction de pratiques nouvelles » (Morlot & Sales-Wuillemin, 2008, p. 93) contribuent en effet à l’évolution des représentations : d’une représentation centrée sur l’enseignement d’activités vers une représentation plus focalisée sur la gestion et le développement d’une entreprise. Par exemple, les formations universitaires en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) délivrent des connaissances dans les domaines de l’encadrement d’activités, du fonctionnement du marché sportif et des entreprises 14 de ce secteur. Les savoirs diffusés vont « alimenter » la représentation qu’ont les individus du marché du tourisme sportif. Plus spécifiquement, ces formations diffusent des savoirs scientifiques fondés sur des savoirs objectivés appartenant au domaine des sciences biologiques, économiques et sociales. Ces savoirs sont à visée essentiellement descriptive et ils permettent l’acquisition de « modes de pensée que les intervenants réutilisent pour théoriser leur contexte local d’action » (Terral & Collinet, 2007). Par exemple, R., évoquant sa formation en STAPS, insiste sur la démarche de réflexion qu’elle lui a permis d’acquérir. Il mentionne notamment l’apport de la théorie vis-à-vis de la pratique d’activités, notamment en ce qui concerne la recherche d’informations et l’établissement de nouvelles relations avec les clients et les partenaires : « Je pense que la maîtrise STAPS m’a beaucoup aidé même si au début j’avais du mal à voir la finalité de ces études. […] Pouvoir à tout moment faire le lien entre la théorie et la pratique. Et donc la théorie m’apportait pour la pratique, dans la gestion des relations qu’on doit créer, parce que bon, 50% du travail, c’est de nouer des relations avec les clients, avec quelques propriétaires, avec des partenaires potentiels. Voilà, comment créer de la communication, etc. ». Les savoirs participent en ce sens à la structuration de la représentation des loisirs sportifs de pleine nature, car ils amènent les acteurs à anticiper leur projet professionnel et la création d’une entreprise, en se questionnant par exemple sur les ressources à mobiliser (notamment les partenariats à établir). Ce processus, que nous pouvons qualifier de « réflexif », amène les praticiens à penser et à élaborer progressivement leur projet professionnel – la création d’une entreprise – et à appréhender les ressources nécessaires à la réalisation de ce projet.

26En outre, certaines expériences professionnelles vécues dans le secteur du tourisme sportif, par l’intermédiaire de l’incorporation de savoirs et de savoir-faire au travers des interactions vécues avec les autres professionnels, participent à l’évolution de la représentation éducative des loisirs sportifs de pleine nature vers une représentation davantage marchande. D., dirigeant d’une petite entreprise, a notamment été salarié au sein d’une structure départementale ; ses fonctions résidaient dans la mise en place de projets touristiques et l’organisation d’évènements : « J’ai fait un stage une année dans les Pyrénées, au sein d’une association et donc là, j’ai gagné énormément de temps, car, comme c’était départemental, il n’y avait rien. J’ai tout fait. C’est un comité départemental de la Fédération française d’escalade. J’intervenais sur tout : j’ai fait un parcours acrobatique, j’organisais des stages pour les jeunes l’été. Donc en termes d’avancement, j’ai gagné au moins 5 ans, voire plus ». Cette expérience professionnelle a permis à D. d’acquérir des connaissances relatives à l’organisation de séjours et des savoir-faire concernant le montage d’un parcours acrobatique ; ses compétences s’en trouvant ainsi enrichies.

27Par ailleurs, d’autres dirigeants ont élaboré « directement » une représentation marchande des loisirs sportifs de pleine nature, par exemple via la socialisation familiale. Certains membres de la famille – et en particulier ceux qui ont une expérience de dirigeant d’entreprise – peuvent en effet transmettre certains savoirs, savoir-faire et savoir-être liés au milieu de l’entreprise (comme les règles et les normes de l’entreprise) et participer ainsi à la professionnalisation du futur créateur. Comme l’évoque Jean-Pierre Mouline, ces derniers vont ainsi générer des « attitudes propices pour assurer les rôles du futur entrepreneur » (Mouline, 2000, p. 209). Par exemple, C., dirigeant d’une société de tourisme sportif, évoque l’influence de ses grands-parents, anciens dirigeants d’une entreprise de transport : « J’ai toujours été entrepreneur. Je n’ai jamais été salarié pour quelqu’un d’autre. Mes grands-parents étaient entrepreneurs, ce qui m’a inspiré, c’est certain. Bon j’ai parfois des idées qui peuvent être bonnes, j’ai toujours envie de les réaliser et ça, on peut le faire dans une entreprise en tant que salarié seulement dans la mesure où on a un peu de liberté. Mais je sais que c’est mieux de se tromper quand c’est son argent et c’est donc plus simple quand on le fait en tant que patron ».

28Les savoirs acquis lors d’expériences professionnelles et de la socialisation familiale apparaissent alors comme des « références » (Perrenoud, 2004) pour les acteurs lorsqu’ils pensent leurs pratiques. Ils leur fournissent des éléments de prescription de l’action et leur permettent d’envisager les ressources utiles pour la création de leur entreprise.

La mobilisation de ressources hétérogènes et l’émergence d’une nouvelle entreprise

29Avant la création de leur structure, plusieurs situations professionnelles existent. Certains individus sont dans des situations de primo insertion : ils ont effectué une formation en Sciences et techniques des activités physiques et sportives ou plus spécialisée dans le secteur du management, de la communication et plus globalement du commerce. La création d’une entreprise apparaît alors comme un projet professionnel plus ou moins mûri, ou du moins, anticipé. Par ailleurs, nos données montrent que certains acteurs avaient un emploi stable et rémunérateur (notamment un emploi salarié ou une entreprise) dans un domaine autre que celui du secteur des loisirs sportifs de pleine nature. Le projet de création s’apparente alors à une reconversion professionnelle. Par exemple, E. était dirigeant d’une entreprise de transport routier depuis une quinzaine d’années avec son frère, P. « S’ennuyant » dans ce secteur d’activités et passionnés tous les deux par les activités sportives de pleine nature (qu’ils pratiquent depuis de nombreuses années), ils prennent la décision de créer une entreprise de tourisme sportif et de céder leur entreprise de transport. Enfin, certains créateurs avaient un emploi salarié à temps plein dans le secteur des loisirs sportifs de pleine nature. La création d’une entreprise apparaît alors pour eux comme un moyen d’accéder à l’indépendance.

30Quelle que soit la situation dans laquelle se trouvent les individus avant la création de leur structure, considérer les loisirs sportifs de pleine nature sous l’angle marchand engendre la mobilisation de connaissances et de savoir-faire liés à la fois au secteur sportif et à celui de l’entreprise. Les créateurs mobilisent des connaissances relatives à la technicité des activités, à la pédagogie, au milieu naturel et à la sécurité afin d’assurer l’encadrement de leurs prestations. Certains d’entre eux, disposant de ressources financières, vont dès le moment de la création recruter des moniteurs sportifs afin de se consacrer pleinement à la mise en place de leur structure, de la commercialisation de leurs activités à l’établissement des différents moyens de recrutement de moniteurs sportifs saisonniers. Enfin, dans les sociétés anonymes en particulier, l’un des associés assure l’encadrement des prestations sportives, évitant ainsi le recrutement de salariés qui engendreraient des coûts financiers. Ainsi, comme nous l’avons vu dans la première partie de notre analyse, certains individus peuvent être sollicités pour la création d’une société dans l’objectif d’encadrer les activités sportives. Par exemple, J., E. et P. ont créé ensemble en 2003 une société de tourisme sportif. Au moment de la création, l’un d’entre eux était chargé d’encadrer les activités alors que les deux autres se consacraient à la gestion de leur structure : « Donc avec J., au début, on n’encadrait pas, on faisait toute la partie administrative. C’est notre associé E. qui encadrait. Donc on a planché sur le projet. On ne crée pas une société comme ça, il faut aller à la Chambre de commerce, choisir le statut : EURL, SARL, etc. […] On a essayé de faire une petite étude de marché ».

31De plus, les entrepreneurs établissent des partenariats avec des structures de tourisme sportif, lesquelles vont leur concéder l’encadrement de certaines prestations ; la clientèle fournie par ces structures représentant 30 à 40 % de leur clientèle. Les créateurs réalisent également la commercialisation de leurs prestations sportives et certains d’entre eux mobilisent leur réseau de prestataires : « De fil en aiguille, les clients qui vous connaissent bien quand même, viennent et disons qu’en fin de saison, ils sont venus me voir et ils m’ont dit "si tu montes ta structure, fais nous une proposition". Du coup, moi j’ai fait une proposition commerciale, au même tarif que la structure O., pareil et ils sont venus me voir moi ».

32Enfin, notre enquête révèle l’importance de la mobilisation de ressources financières dans la création et le développement d’une structure, en particulier pour l’achat de matériel ou de locaux (« pour la visibilité ») : « On a mis un petit capital chacun, à l’époque c’était 50 000 francs dans le capital. On n’a pas pris de salaire pendant 3 ans. Moi et mon frère on s’est payés sur l’entreprise de transport et le collègue, qui était ailleurs, continuait à travailler dans son entreprise. Tout l’argent qui était généré servait à acheter du matériel. Notamment les deux premières années, pratiquement zéro salaire. On a tout réinvesti systématiquement ».

33Certains acteurs bénéficient même de l’Aide aux chômeurs créateurs repreneurs d’entreprises (ACCRE) qui représente une ressource financière importante et ils l’utilisent pour démarrer leur structure : « Moi j’étais au chômage donc j’ai bénéficié de l’ACCRE : 34 000 francs à l’époque et les autres, leurs parents leur ont passé un peu d’argent ou ils ont travaillé… Tous ensemble on a eu 50 000 francs. On a fait les travaux avec… ».

  • 15 « Ressource ou un ensemble de ressources conçues pour opérer des médiations. […] Les médiations peu (...)

34Dans cette deuxième dynamique entrepreneuriale, les fondateurs captent donc de nouvelles ressources par l’intermédiaire de leurs relations sociales, qui relèvent à la fois de « liens forts » (leurs parents et amis pour les investissements financiers) et de « liens faibles ». Des partenariats sont établis avec des prestataires et d’autres acteurs du tourisme, des « dispositifs de médiation » 15 (Grossetti, 2009) sont utilisés pour accéder à de nouvelles ressources (notamment de l’argent par l’intermédiaire de l’ACCRE) et se procurer des locaux. Les entreprises créées "se découplent" (Grossetti, 2004) donc progressivement : elles acquièrent peu à peu de l’autonomie vis-à-vis des réseaux qui leur ont donné naissance, se manifestant par exemple par l’existence de locaux qui leur sont propres.

D’une dynamique entrepreneuriale à une autre

35Les deux figures de la création d’entreprise que nous venons de présenter renvoient à deux dynamiques entrepreneuriales différentes représentant deux profils d’entrepreneurs. Dans chaque cas, nous avons établi des liens entre les dispositions des entrepreneurs – et notamment leur représentation des loisirs sportifs de pleine nature – et les ressources qu’ils sont susceptibles de capter par l’intermédiaire de leurs réseaux sociaux.

36Dans la première dynamique entrepreneuriale évoquée, il apparaît que la socialisation des individus et leurs réseaux principalement sportifs sont susceptibles de les freiner dans leur capacité à mobiliser des ressources assurant la pérennité de leur activité. La représentation éducative des loisirs sportifs de pleine nature peut en ce sens constituer un frein au processus entrepreneurial. Comme l’indiquent Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti (2008), « toute ressource est aussi une contrainte par les limitations qu’elle donne à l’action » (Bouba-Olga & Grossetti, 2008, p. 317). Au contraire, ceux pour qui la création d’entreprise obéit à une logique plus marchande mobilisent des ressources plus diversifiées en liaison avec des réseaux plus étendus et des dispositions plus « entrepreneuriales » que « sportives ». Il faut toutefois nuancer ce tableau qui ne peut en aucun cas établir que dans un cas, la dynamique entrepreneuriale n’est que le produit des déterminismes sociaux alors que les créateurs de la seconde dynamique seraient exclusivement animés par un fonctionnement rationnel. Les deux profils que nous avons mis en évidence peuvent également matérialiser deux temps distincts et successifs – c’est-à-dire deux étapes successives – de la carrière d’un même professionnel. Ainsi, c’est l’évolution de la représentation éducative en une représentation davantage marchande qui va engendrer le passage d’une étape à l’autre. Il semble que le processus engendrant cette évolution soit inhérent à la poursuite de formations de l’enseignement supérieur et d’expériences professionnelles. Comme nous l’indiquent dix-neuf interviewés, les stages réalisés au sein d’entreprises de tourisme sportif et certaines expériences professionnelles – notamment en lien avec la gestion d’entreprise – sont à l’origine de l’évolution de leur représentation du métier. Plus concrètement, ce passage se traduit dans certains cas par la modification des statuts de l’entreprise et le recrutement de ressources humaines. Aussi, certains entrepreneurs diversifient progressivement leurs prestations en relation avec les clientèles visées – des clientèles individuelles aux comités d’entreprises.

37Notre étude empirique montre finalement à quel point, dans les deux figures entrepreneuriales évoquées, la mobilisation des ressources implique potentiellement des processus subis et choisis en relation avec la nature et la forme des réseaux sociaux des individus et les sphères de socialisation ayant structuré leurs parcours. On peut ainsi parler de dynamiques spatiales et temporelles de la construction des appuis sociaux de l’entrepreneuriat.

Haut de page

Bibliographie

Amarillo H. (2007), « La discontinuité de l’espace de qualification dans les activités sportives : un frein à l’emploi de diplômés de STAPS », XIèmes Journées internationales de sociologie du travail « Restructurations productives, précarisation et valeur », Londres.

Aucouturier A.-L. (1994), « Du chômage à la création d’entreprise », Travail et Emploi, n° 58, pp. 9-24.

Becker H.S. (1985), Outsiders, Paris, Éditions Métailié.

Bouba-Olga O. & M. Grossetti (2008), « Socio-économie de proximité », Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 3, pp. 311-328.

Bouhaouala M. & P. Chifflet (2001), « Logique d'action des moniteurs des sports de nature : entre passion et profession », Revue Staps, n°5 6, pp. 61-74.

Chevalier V., Le Mancq F. & M. Simonet (2011), « Amateurs, bénévoles et professionnels : analyse des carrières et usages des statuts », dans Degenne A., Marry C. & S. Moulin (dir.), Les Catégories sociales et leurs frontières, Québec, Presses de l’université Laval.

Chevalier V. & B. Dussart (2002), « De l'amateur au professionnel : le cas des pratiquants de l'équitation », L'Année sociologique, Vol. 52, pp. 459-476.

Darmon M. (2006), La Socialisation, Paris, Éditions Armand Colin.

Dubois F. (2009), « Les compétences des professionnels du tourisme sportif : une hybridation de savoirs scientifiques et techniques plus ou moins liés au sport », Sciences de la Société, n° 77.

Dubois F. & P. Terral (2011), « De l’amateur au dirigeant d’une petite entreprise. Le cas du tourisme sportif de pleine nature », Travail et Emploi, n° 126.

Friedson E. (1986), « Les professions artistiques comme défi à l’analyse sociologique », Revue française de sociologie, n° 27.

Gojard L. & P. Terral (2009), « L’insertion professionnelle des étudiants STAPS de la filière entraînement : modification du rapport au sport et intellectualisation », dans Collinet C. & D. Bernardeau (dir.), Les Éducateurs sportifs en France depuis 1945. Histoire et sociologie d’une profession, Rennes, Presses de l’université de Rennes.

Grossetti M. (2004), Sociologie de l’imprévisible, Dynamiques de l’activité et des formes sociales, Paris, Presses universitaires de France.

Grossetti M. (2009), « Qu’est-ce qu’une relation sociale ? Un ensemble de médiations dyadiques », Redes, n° 2.

Grossetti M. & J.-F. Barthe (2008), « Dynamique des réseaux interpersonnels et des organisations dans les créations d’entreprises », Revue française de sociologie, Vol. 49, pp. 585-612.

Heinich N. (2008), « Régime vocationnel et pluriactivité chez les écrivains : une perspective compréhensive et ses incompréhensions », Socio-logos, n° 3.

Hughes E. (1990), Le Regard sociologique. Essais choisis, Textes rassemblés et présentés par J.-M. Chapoulie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Jodelet D. (1997), « Représentation sociale : phénomènes, concept et théorie », dans Moscovici S., Psychologie sociale, Paris, Presses universitaires de France.

Lahire B. (2002), Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles, Paris, Éditions Nathan.

Morlot R. & E. Sales-Willemin (2008), « Effet des pratiques et des connaissances sur la représentation sociale d’un objet : application à l’hygiène hospitalière », Revue internationale de psychologie sociale, Tome 21, pp. 89-114.

Mouline J.-P. (2000), « Dynamique de la succession managériale dans la PME familiale non cotée », Finance, Contrôle, Stratégie, n° 1, pp. 197-222.

Perrenoud P. (2004), « Adosser la pratique réflexive aux sciences sociales », Éducation permanente, n° 160, pp. 35-60.

Pigeassou C. (2004), « Le tourisme sportif : une réalité sociale aux contours incertains », dans Sobry C. (dir.), Le Tourisme sportif, Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion.

Reveret C. (2006), Analyse comparative des études emploi en sports de nature, Vallon Pont d’Arc, Pôle ressources national sports de nature.

Terral P. & C. Collinet (2007), « L’utilisation des savoirs scientifiques par les enseignants d’EPS : entre description, prescription, justification et méta cognition », Terrains et Travaux, n° 12, pp. 118-137.

Weber F. & Y. Lamy (1999), « Amateurs et professionnels. Introduction au dossier », Genèses, n° 36, pp. 2-5.Image 2.wmf

Haut de page

Notes

1 En particulier des formations en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS).

2 Nous considérons la « passion » comme : « l’intérêt que porte un ensemble d’acteurs au sport, à la nature et au plaisir qu’ils en tirent. […] Elle se distingue donc par un caractère subjectif : la signification et les sentiments qu’éprouvent les passionnés. Ce caractère subjectif est identifiable dans le discours des acteurs et peut être identifié dans les comportements » (Bouhaouala & Chifflet, 2001, p. 65).

3 D’après une étude réalisée dans le Massif Central : http://www.sportsdenature.gouv.fr/docs/superdoc/presentation_etude-massif-central.pdf

4 D’après Michel Grossetti et Jean-François Barthe, les ressources « peuvent aussi être vues comme des contraintes lorsque les acteurs les subissent au lieu de les mobiliser, ou comme des enjeux lors des luttes d’appropriation et de redéfinition » (Grossetti & Barthe, 2008, p. 588).

5 Il peut s’agir de collectifs dans lesquels les individus sont impliqués, de relations entre individus ou entre organisations, ou de dispositifs (juridiques, techniques, organisationnels).

6 Les savoirs font référence aux idées des individus. Les savoir-faire correspondent à leurs comportements et ils sont fortement attachés aux actions. Enfin, les savoir-être se réfèrent à leurs attitudes et à leurs motivations.

7 Convention Industrielle de Formation par la Recherche.

8 D’après l’étude « Analyse et conditions de développement des entreprises et des emplois de la filière pleine nature sur le Massif Central » (Centre de ressources tourisme pleine nature).

9 Comme il a été dit précédemment, la plupart des acteurs ont été des intervenants sportifs avant de créer leur entreprise.

10 Les formes sociales sont des combinaisons d’acteurs et de ressources. Il peut s’agir d’acteurs individuels ou collectifs, tels que les organisations (Grossetti, 2004).

11 « L’encastrement est le processus d’accroissement des dépendances » (Grossetti, 2004, p. 134).

12 La force des liens est à mettre en relation avec la fréquence des échanges, les services réciproques, l’intimité ou la confiance mutuelle et l’intensité émotionnelle.

13 Le turning point est défini par Everett Hughes comme un moment de réorientation dans le parcours de vie d’un individu.

14 Les formations en Sciences et techniques des activités physiques et sportives comportent plusieurs spécialités dont une, "management du sport", qui délivre des savoirs dans les domaines de la gestion et de l’entreprise.

15 « Ressource ou un ensemble de ressources conçues pour opérer des médiations. […] Les médiations peuvent s’opérer à partir de lieux, d’objets, ou de personnes dont ce n’est pas explicitement le rôle » (Grossetti, 2009, p. 51).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situations de création – avant/après la création
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Dubois et Philippe Terral, « Les dynamiques de création d’entreprise dans le secteur du tourisme sportif », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4265

Haut de page

Auteurs

Fanny Dubois

Laboratoire PRISSMH, Équipe SOI (Sports Organisations Identités), Centre Universitaire JF Champollion, Rodez, France - fanny.dubois@univ-jfc.fr

Philippe Terral

Laboratoire PRISSMH, Équipe SOI (Sports Organisations Identités), Université Toulouse III Paul Sabatier, France - terral@cict.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page