Navigation – Plan du site
Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones

État et dynamiques de la recherche en sociologie urbaine en Communauté française de Belgique

Yves Hanin

Résumés

L’auteur tente de dresser un état de la dynamique de recherche en sociologie urbaine en Belgique francophone. Quatre points essentiels se dégagent en fin des années nonante et début des années deux mille dix. Premièrement la recherche est largement influencée par le processus de métropolisation qui affecte les rapports à l’espace en Wallonie et à Bruxelles. La dynamique de recherche est ensuite affectée par l’évolution du cadre universitaire sous l’effet d’une rationalisation en lien avec la réforme de Bologne, l’émergence des écoles doctorales et enfin par l’intégration de l’architecture dans le cadre universitaire. Troisièmement, la recherche dépend de financement de plus en plus territorialisé : les liens entre l’université, les enjeux et les acteurs sont de plus en plus forts en raison d’un financement dirigé vers la recherche opérationnelle ou la recherche-action. Enfin, dans ce contexte d’une sociologie de plus en centrée sur les territoires trois thématiques se dégagent : évolution des modes d’habiter en lien avec l’hypermobilité, les acteurs et leurs modalités d’intervention et enfin les outils de production et de gestion urbaine.

Haut de page

Texte intégral

1Sans prétendre à l’exhaustivité d’un inventaire de l’état et des dynamiques de recherche en sociologie urbaine en Communauté française de Belgique, cet article vise à mettre en évidence quatre aspects fondamentaux.

Des recherches menées face à un processus de métropolisation

2La Belgique est pleinement affectée par le processus de métropolisation (Rémy &Voyé, 1992 ; Bassand, 1997 ; Hanin, 2006) au sens de phénomène d’urbanisation généralisée du territoire. Dès lors, les thématiques de recherche sont fortement orientées sur les sujets et les enjeux de la métropolisation. Quatre grandes thématiques peuvent être dégagées : la mobilité, l’inter-culturalité et les migrations, les nouveaux acteurs et leurs stratégies et, enfin, la recomposition des territoires. Ces thèmes ne sont pas spécifiques à la Communauté française mais ils y trouvent un écho très important et ce, en raison de plusieurs facteurs : la densité des réseaux de transports belges conjuguée avec l’étalement urbain, le rôle international de Bruxelles, un jeu d’acteur particulièrement ouvert avec des partenariats privé-public mais aussi l’implication d’associations et, enfin, une évolution assez radicale des territoires institutionnels dans le cadre de la supra-communalité et d’une fédéralisation de l’État de plus en plus marquée. Ce contexte a conduit à revoir la sociologie rurale sous l’angle de la globalisation (Bodson, 1993) et de la montée en puissance de l’écologie (Mormont, 2009).

3Dans ce contexte d’urbanisation généralisée, la sociologie des rapports à l’espace s’apparente plus que jamais à une sociologie de la société contemporaine. Les thèmes évoqués reflètent une définition assez large et vaste de la sociologie urbaine d’aujourd’hui. Ce second aspect confirme, s’il en est nécessaire, la vision déjà présentée par Henri Lefevre. Elle conduit naturellement à s’interroger sur les spécificités de la sociologie urbaine. Le processus de métropolisation induit une société dans laquelle les nouveaux rapports à l’espace et au temps sont constitutifs de concentration vers une nouvelle forme de ville éclatée (Hanin, 2007) comme Vincent Kaufman, Bertrand Montulet, Michel Hubert et Pierre Lannoy l’ont bien démontré (Bassand, Kaufman & Joye, 2001).

Des recherches menées dans un cadre universitaire en recomposition

4Les deux premiers éléments de contexte détaillés ci-avant impliquent clairement qu’il est difficile aujourd’hui de dresser un inventaire des recherches se revendiquant strictement de la sociologie urbaine en Communauté française de Belgique. Cette difficulté est renforcée par le cadre universitaire et ses évolutions récentes.

5Trois transformations ont affecté ces dernières années les universités belges et francophones en particulier.

Des recherches dans un cadre de regroupements universitaires

6Sans entrer dans les détails, notons que la première transformation résulte, comme ailleurs au sein de l’Union européenne, de l’application de la réforme de Bologne qui rationnalise les programmes et a pour effet de tenter de regrouper les équipes de sociologues de plusieurs universités autour de centre rassemblant parfois des anthropologues et des ethnologues. En Communauté française de Belgique, le regroupement s’est effectué autour des trois grandes universités, de Bruxelles, de Louvain et de Liège. Les équipes sont actuellement partiellement déstabilisées et les logiques de recomposition ne sont pas évidentes car elles sont tantôt fondées sur l’approche institutionnelle ou thématique, tantôt sur la proximité géographique. Toutefois, il apparaît qu’à l’Université libre de Bruxelles, les chercheurs les plus actifs relèvent du Centre de recherche urbaine dirigé par Françoise Noël et Pierre Lannoy. Les recherches menées par André Réa sur les migrations au sein du Groupe d’études sur l’ethnicité, le racisme et les migrations (GERME) peuvent également être reprises comme relevant de la sociologie urbaine. Ces deux équipes, avec d’autres, sont désormais rassemblées au sein d’un centre dénommé METICES dont les domaines de recherche sont le travail, l’emploi, la formation, la santé et l’éthique, la ville et la mobilité, la citoyenneté, les migrations et ethnicité. Au sein de l’Institut de gestion de l’environnement et de l’aménagement du territoire (IGEAT), le géographe Mathieu Van Criekingen mène des recherches sur les dynamiques urbaines et plus particulièrement les phénomènes de gentrification. Dans cette même dynamique bruxelloise, relevons également au sein des Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles la présence du centre d’études sociologiques avec Michel Hubert, Christine Schaut et Luc Van Campenhout. Ce centre fait partie de l’Institut de recherches interdisciplinaires sur Bruxelles (IRIB) où travaille également Nicolas Bernard (docteur en droit) sur les problématiques foncières et immobilières. À Louvain-la-Neuve, au sein de l’Université catholique de Louvain, deux chercheurs se distinguent : Bernard Francq (sociologie du changement social appliquée à la ville) et Mathieu Berger (sociologue associé au Centre d’études des mouvements sociaux). Enfin, à l’Université de Liège, outre Marc Mormont travaillant sur les thématiques du développement des campagnes, il convient de citer le Centre d'études de l'ethnicité et des migrations (CEDEM) dirigé par Marco Martinello qui étudie les migrations des populations, les effets frontières et les processus d’interculturalité en Europe.

Des recherches menées dans une école doctorale des sciences sociales

7En marge de cette dynamique de restructuration, il faut prendre en compte que l’ensemble de ces chercheurs, de même que les autres sociologues et anthropologues de la Communauté française, relèvent d’une seule et même école doctorale thématique en sciences sociales. Cette école a notamment été instaurée afin d’assurer la formation des doctorants sur le plan méthodologique. La sociologie, et plus encore la sociologie urbaine, y est englobée dans les sciences sociales. Elle ne dispose donc pas d’une reconnaissance spécifique. Toutefois, on y perçoit clairement des approches et des références théoriques à l’École de Chicago notamment par l’importance donnée à l’ethnologie (Erving Goffman) et, comme souvent en Belgique, à la conjonction des approches de la sociologie déterministe et de l’action. La transaction sociale initiée dès les années septante par Jean Rémy, Liliane Voyé et Émile Servais (1978) mais aussi les références tant à Pierre Bourdieu qu’à Manuel Castells orientent les travaux de recherches. La singularité de la recherche en Communauté française pourrait donc s’apparenter par un croisement régulier des écoles et des théories. Il est donc difficile, voire vain, de vouloir classer et ranger les chercheurs sous telles ou telles références.

8Il apparaît par contre une singularité des thématiques principalement centrées sur les migrations, les organisations formelles et plus ou moins informelles dont l’importance des réseaux commerciaux et sociaux de même que des nouvelles communautés notamment religieuses, les systèmes de régulations sociales et politiques dont ceux relatifs aux politiques urbaines.

Des recherches en sociologie urbaine plus proches de l’urbanisme et de l’architecture

9La troisième et dernière transformation qui a affecté les recherches sur la ville et l’urbain résulte de l’intégration des Instituts d’architecture au sein des trois principales institutions universitaires. Les écoles d’architecture n’ont pas une tradition de recherche. Toutefois, elles constituent des viviers pour la réflexion et la production de la ville. Il s’agit d’un rapprochement qui, s’il est bien organisé, peut restimuler la recherche, notamment en intégrant l’enjeu d’un urbanisme de projet et plus réflexif afin de prendre en compte les effets du processus de métropolisation, de la production et de la gestion urbaine (Ascher, 2001). Actuellement, cette intégration ne semble pas s’orienter en direction des centre de recherches évoqués ni même avec l’école doctorale thématique en sciences sociales. Néanmoins, elle pourrait renforcer la sociologie urbaine si les sociologues de la ville et les architectes qui travaillent ensemble depuis plusieurs années – comme c’est notamment le cas pour Jean-Louis Genard (Centre de recherches architecturales de La Cambre [CRAC]) et Pierre Vanderstraten (Centre d’étude, de recherche et d’action en architecture de l’Institut supérieur d’architecture St-Luc de Bruxelles) – peuvent établir des liens. Ce rapprochement pourrait permettre à l’urbanisme et à l’aménagement du territoire d’être considérés comme une réelle discipline alors que, jusqu’à présent, ils sont envisagés comme relevant au mieux d’une recherche interdisciplinaire et, plus généralement, réduits à une section de la géographie ou de l’architecture ou encore de l’agronomie avec l’aménagement des espaces ruraux. Cette perspective viserait à reconnaître le territoire comme base de la discipline. Cette évolution constituerait un enjeu pour les prochaines années contribuant à clarifier la restructuration des équipes de recherches. Cette piste est à envisager au regard du troisième aspect évoqué ci-après.

Des recherches menées dans un cadre de financement de plus en plus territorialisé

10Outre le Fonds de la recherche scientifique qui encadre les écoles doctorales et qui attribue des postes de chercheurs, il faut mentionner les autres financements des pouvoirs publics et particulièrement ceux des collectivités territoriales.

11En plein développement ces dix dernières années, il ne s’agit pas réellement de programmes de recherches, mais davantage de co-construction de la recherche fondée sur des questions scientifiques en tension avec des thématiques et des enjeux politiques. Au-delà de la question de l’indépendance de la recherche, cette orientation des financements peut conduire à asseoir un champ nouveau pour autant que les universitaires puissent s’en saisir et l’orienter. Outre le caractère interdisciplinaire de ces recherches, cette dynamique conduit la plupart du temps à établir des relations étroites entre les centres universitaires, les politiques territoriales et les acteurs. La recherche devient une recherche-action et les universités sont impliquées dans le débat territorial. Trois fonds de financement peuvent être évoqués : la Politique fédérale des grandes villes, les recherches financées dans le Prospective Research for Brussels et la Conférence permanente du développement territorial de la Région wallonne (CPDT). Cette dernière initiative a été présentée au colloque Penser les interfaces Université(s)-Territoire(s) dans le champ du développement territorial où les participants issus des universités et des collectivités territoriales cherchent à définir des convergences entre recherches et enjeux territoriaux (Hanin, 2011).

12Cette dynamique de recherche territorialisée est menée dans le cadre fédéral et dans celui des régions de Bruxelles capitale et de Wallonie selon des modalités quelque peu différentes.

  • 1 http://www.politiquedesgrandesvilles.be/fr/index.aspx

13La politique fédérale des grandes villes a été mise en place à partir de 1999 pour faire face aux difficultés sociales dans les quartiers centraux et péricentraux (chômage, exclusion sociale et détérioration du cadre de vie…) 1.Cette politique couvre six thématiques : (1) économie et emploi, (2) sécurité et prévention, (3) logement et habitat, (4) lutte contre la pauvreté, (5) cohésion sociale, (6) environnement et climat. Elle a induit différentes recherches sur la caractérisation des quartiers en difficultés. Certaines recherches relevaient de la confrontation statistique en vue d’établir un atlas selon des approches socio-géographiques (Kesteloot et al., 2007) alors que Françoise Noël développait une approche plus qualitative sur base de la méthode de marches exploratoires. Ces marches visaient, à partir de récits, à dresser une évaluation critique des environnements urbains et à dégager des modalités d’aménagements permettant une meilleure appropriation des espaces publics notamment par les femmes et les enfants (Noël, 2007). Dans la foulée, plusieurs études prospectives sur les alternatives en matière de gestion locative ou d’habitat solidaire ont été menées (Bernard et al., 2007). Enfin, deux recherches ont été menées par Bernard Francq sur l’évaluation de la politique et l’identification de 25 recommandations pour les prochains programmes de politiques (Piérart, Bodeux & Francq, 2008 ; Francq, 2009). Actuellement, cette politique fédérale est partiellement arrêtée, notamment suite aux revendications de la Région flamande voulant pleinement se réserver la compétence de la politique urbaine.

  • 2 http://www.brusselsstudies.be/accueil.aspx

14De son côté, la Région de Bruxelles Capitale finançait déjà des recherches au bénéfice notamment du Centre de recherche urbaine (CRU-ULB), de l’Institut de gestion de l’environnement et de l’aménagement du territoire (IGEAT-ULB) et des Facultés universitaires Saint-Louis avec l’Institut de recherches interdisciplinaires sur Bruxelles (IRIB), de même que pour les homologues néerlandophones. Cette dynamique est sans doute la plus significative en Communauté française de Belgique en raison du contexte métropolitain de Bruxelles. Elle a été amplifiée depuis 2000 suite à la mise en place du programme Prospective Research for Brussels et, depuis 2006, grâce à la création de la revue électronique Brussels Studies 2 visant à mettre en débat les recherches sur l’avenir de Bruxelles. Neuf thématiques y sont développées, regroupant : (1) l’emploi et l’économie, (2) les institutions et la vie politique, (3) l’aménagement du territoire, la mobilité et le logement, (4) l’environnement et le développement durable, (5) la démographie et l’immigration, (6) la santé, la qualité de la vie et les inégalités sociales, (7) l’histoire, la culture et le patrimoine, (8) l’éducation, la formation et l’enseignement et (9) la métropolisation et l’internationalisation.

  • 3 http://www.etatsgenerauxdebruxelles.be/

15Parmi les recherches, relevons celles réalisées par Christine Schaut entre 2004 et 2007 sur les dispositifs et les pratiques participatives des locataires dans la gestion des logements sociaux (Schaut, 2006) ou encore celle de Mathieu Berger sur la participation qui met en évidence, à partir de 2004, la nécessité de sortir de la logique de la réplique pour au contraire y reconnaître un processus de coopération (Berger, 2006), celles menées par Florence Delmotte, Michel Hubert et Jean-Louis Genard sur les schémas directeurs d’aménagement comme nouvelle modalité de gestion de projet urbain (Delmotte et al., 2009) ou encore une étude comparative des politiques urbaines bruxelloise et montréalaise réalisée par Serge Jaumain et André Réa (Jaumain & Réa, 2008) et les études de Bertrand Montulet sur la mobilité dans et autour de Bruxelles (Montulet, Hubert, Jemelin & Schmitz, 2005). Enfin, notons l’étude très innovante d’Isabelle Thomas et ses collègues sur les comportements spatiaux dans l’aire métropolitaine de Bruxelles (Blondel, Krings & Thomas, 2010) fondée sur l’examen des lieux fréquentés par les individus sur la base de l’utilisation de leur téléphone portable. Cette étude, comme d’autres, vise à cerner les comportements métropolitains et à mettre en évidence un territoire métropolitain fonctionnant sur l’éclatement du territoire par la multiplicité des lieux et des temporalités. Au-delà des pratiques et des territoires vécus, l’étude de Caroline Van Wynsberghe cherche à définir les contours institutionnels de la métropole bruxelloise et les modalités de gestion territoriale métropolitaine en référence aux expériences lilloise et berlinoise (Van Wynsberghe, 2007). L’ensemble de ces études ont été regroupées et menées dans une dynamique prospective dont le temps fort a été l’établissement des États généraux de Bruxelles 3 dans la perspective de la révision du Plan de développement régional par les autorités bruxelloises.

  • 4 http://cpdt.wallonie.be/

16En Région wallonne, les recherches en sociologie urbaine semblent moins développées. Les recherches sont principalement issues de la Conférence permanente du développement territorial de la Région wallonne qui regroupe depuis 1999 le Centre d’études en aménagement du territoire de l’Université catholique de Louvain (CREAT-UCL), le Groupe universitaire et interdisciplinaire en développement de l’Université libre de Bruxelles (GUIDe-ULB) et le Centre de recherche en sciences de la ville, du territoire et du milieu rural de l’Université de Liège (Lepur-ULg). Ces travaux inter-universitaires qui visent de manière très générale le développement territorial font l’objet de publications via la revue Territoire(s) wallon(s) et le site Internet de la CPDT 4. Cinq grandes thématiques sont traitées dans la foulée de l’adoption du Schéma de développement de l’espace régional (SDER) : (1) l’habiter, (2) l’économie et l’emploi, (3) le patrimoine naturel et bâti, (4) la mobilité et (5) l’évaluation et la prospective. Les résultats des dix années de la Conférence permanente du développement territorial ont été présentés à Liège lors d’un colloque en 2009 sous la présidence d’Alain Bourdin et de Thierry Paquot (Bourdin, 1010).

17À l’image de notre sélection établie pour les recherches menées en région bruxelloise, nous pouvons identifier les recherches suivantes comme étant les plus significatives et proches de la sociologie urbaine. La première recherche a porté sur l’adaptation des modes d’habiter et de structures de logements et de quartier sous la direction de Françoise Noël (Noël, 2000). Cette thématique a ensuite fait l’objet d’une recherche sur les impacts sociaux et publics de l’étalement urbain prôné depuis la fin du XIXe siècle et ayant permis l’accès à la propriété de pratiquement 75 % de la population wallonne (De Keersmaecker, 2002). Cette démonstration étant menée, la stratégie de reconquête des villes a été étudiée principalement sous l’angle des freins de montage de projet (Halleux & Lambotte, 2008). En marge de la volonté de réguler l’étalement urbain, deux recherches ont été dirigées par Yves Hanin : l’une sur la recomposition des territoires de l’habiter dans un contexte identitaire fort de la vallée de la Haute Meuse (Derzelle et al., 2007) et l’autre sur la restructuration de l’urbanisation autour des différents types de gare en Wallonie (Hanin et al., 2007). La première recherche postulait l’idée que le territoire en Wallonie n’était pas structuré strictement autour des villes mais davantage autour d’un cadre complexe articulant villes (moyennes et petites), patrimoines naturels et bâtis de même qu’il était structuré grâce à divers acteurs réunis pour valoriser le site de vallée (la Meuse, ses rives et ses coteaux). L’idée maîtresse est d’analyser le retour de cette structuration de vallée dans le cadre du processus de métropolisation et ce, après notamment la villégiature lors du processus d’industrialisation. La seconde recherche visait à s’inscrire dans la logique historique de la distance entre lieu de résidence et lieu de travail instaurée en Belgique dès la fin du XIXe siècle et les effets contemporains de la métropolisation qui génèrent des territoires plus éclatés (Hanin, 2007). Enfin, deux autres recherches ont mis en évidence les effets des politiques locales visant à développer des stratégies résidentielles au détriment des autres moteurs de développement (De Keersmaecker, 2007) – et ce, à la suite des recherches menées par Laurent Davezies en France – et la production de plus en plus privatisée et labellisée de quartiers résidentiels, notamment sous l’appellation d’éco-quartiers (Vanderstraeten, 2011). Dans le prolongement de ces recherches et d’autres portant sur les thématiques économiques, mobilités et patrimoines, les chercheurs de la CPDT sont aujourd’hui inscrits dans une démarche prospective visant à définir des scénarios pour l’avenir de la Wallonie à l’horizon 2030. À l’image de la DATAR, mais dans un cadre universitaire, la recherche vise à établir les tendances territoriales face à six défis majeurs : la transition énergétique, la réduction des gaz à effets de serre, la croissance et le vieillissement de la population, la croissance de mobilité des biens et des personnes, la cohésion sociale et territoriale, de même que la compétitivité des territoires dans un contexte de métropolisation.

Des recherches menées autour de trois questions ou thématiques

18Pour autant, comme nous l’avons vu, que l’on puisse parler de sociologie urbaine et qu’au contraire, on envisage un cadre plus large et de plus en plus territorialisé, trois registres ou domaine de la recherche peuvent être identifiés.

19Le premier registre rassemble l’ensemble des recherches visant à analyser et à comprendre les comportements et les pratiques des habitants et, de plus en plus, des usagers de la ville contemporaine. Les rapports à l’espace et au temps ont été largement étudiés par Bertrand Montulet. Pierre Lannoy a également étudié les comportements des usagers des transports en commun. Ce registre peut également reprendre les recherches sur les pratiques de l’habiter menée par Pierre Vanderstraeten ou des espaces publics par Jean-Louis Genard et ainsi aider à comprendre l’appropriation par des individus pris dans des structures de ménages ou des groupes diversifiés et évolutifs au sein des villes. Cette compréhension peut aider à dégager des logiques passées mais aussi contribuer à anticiper les effets des processus en cours.

20Le deuxième registre rassemble les recherches concernant les stratégies des acteurs afin d’orienter le devenir des villes. Quatre recherches peuvent être identifiées selon ce registre. La première vise à dégager l’influence des militants issus du monde chrétien dans les mouvements associatifs et de luttes urbaines à Bruxelles. La deuxième menée depuis 2006 notamment par Céline Tellier vise à cerner les modes opératoires (emprise foncière, résidence, production d’espaces spécifiques, mise en fonctionnement de réseaux influents, prise de position publique, insertion dans les sphères de décision, etc.) utilisés par certains groupes élitistes pour agir sur la ville. Depuis 2008, une troisième recherche autour de cette thématique est menée par David Jamar qui, au départ d’une approche anthropologique, tente de cerner les acteurs qui utilisent non plus les canaux organisés de la participation mais davantage les « interstices urbains » à Bruxelles pour orienter le devenir de la ville (Jamar, 2007). Enfin, une quatrième recherche s’attache cette fois à la vie quotidienne des fonctionnaires européens et leurs effets sur les activités et la vie urbaine bruxelloise (Cailliez, 2007). Dans ce même registre, il convient de reprendre les stratégies des acteurs au travers des budgets participatifs et plus généralement des formes de nouvelle gouvernance. De même que les effets des espaces structurants comme base de nouveaux territoires collectifs. Inversement et de manière plus classique, certaines études avaient pour objet de dégager les rapports de force et l’impact des projets dont la structuration par les réseaux de transports sur les groupes sociaux (Hubert, 2003) ou encore des stratégies résidentielles des communes.

21Le dernier registre rassemble les recherches portant sur les modalités de production et gestion territoriale dont notamment la recherche sur les schémas directeurs, les modalités de production des lotissements résidentiels (Hanin & Berthet, 2004) ou encore des éco-quartiers. Les problématiques de coordination et rôle des acteurs sont ici détaillées. Dans cette logique intervient un ensemble d’évaluations de politiques tant au niveau de la Politique fédérale des grandes villes, de la Région de Bruxelles Capitale (Noël, 2009) qu’en Région wallonne. La sociologie de l’action trouve au travers de la ville, et plus encore des territoires, un vaste champ d’expertises, de critiques et de conseils.

22Ce bref tour d’horizon, certainement partiel, démontre l’interaction de plus en plus importante entre l’évolution générale de la société et les recherches portant sur les relations à l’espace. Le processus de métropolisation conduit à reprendre nombre de thématiques classiques de la sociologie urbaine comme l’immigration et les ancrages territoriaux mais aussi et surtout à étendre le champ à la mobilité, à la gouvernance et, plus généralement, à l’environnement économique, naturel et bâti. Cet élargissement va de pair avec un renforcement des recherches au sein desquelles le sociologue est sollicité comme expert, tantôt de la compréhension des phénomènes socio-spatiaux, tantôt de l’organisation et de la confrontation des logiques des acteurs et, finalement, comme conseiller pour la proposition de montage de projet autour d’outils d’aide à la décision collective. L’évolution des structures universitaires et des relations entre universités et collectivités territoriales devrait permettre de réorienter la sociologie urbaine vers la sociologie des territoires au sein d’équipes interdisciplinaires.

Haut de page

Bibliographie

Ascher F. (2001), Les Nouveaux principes de l'urbanisme. La fin des villes n'est pas à l'ordre du jour, La Tour d’Aigues, Éditions de l'Aube.

Bassand M. (1997), Métropolisation et inégalités sociales, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Bassand M., Kaufman V. & D. Joye (2001), Enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne Presses polytechniques et universitaires romandes.

Berger M. (2006), « Participation dans les Contrats de Quartier. Les habitants montrent la voie de l’expérimentation politique », Bruxelles en mouvements, n° 171, pp. 2-4.

Bernard N. et al. (2007), Habitat solidaire, étude sur les possibilités de reconnaissance de l’habitat groupé pour les personnes en précarité sociale, Bruxelles, Service fédéral de la Politique des Grandes Villes.

Blondel V., Krings G. & I. Thomas (2010), « Régions et frontières de téléphonie mobile en Belgique et dans l'aire métropolitaine bruxelloise », Brussels Studies, n° 42, pp. 1-12.

Bodson D. (1993), Les Villageois, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bourdin A. (2010), « Désir d’habiter et projet de territoire : évolutions et perspectives », Actes du Colloque des dix ans de la CPDT, « La Wallonie dans dix ans », Territoire(s) wallon(s), n°4, juillet.

Cailliez J. (2007), « Des étrangers aisés dans la ville. Le cas des fonctionnaires britanniques à Bruxelles », dans Delwit P., Rea A. & M. Swyngedouw (dir.), Bruxelles, Ville ouverte. Immigration et diversité culturelle au cœur de l'Europe, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 255-268.

De Keersmaecker M.-L. (2002), « Les coûts de la désurbanisation », CPDT, coll. Études et documents, Namur, n°1.

De Keersmaecker M.-L. (2007), « Compétitivité territoriale et attractivité résidentielle : désir d’habiter et projet de territoire. Exposé de synthèse », Territoire(s) wallon(s), hors série, décembre, pp. 13-20.

Delmotte F. et al. (2009), Les schémas directeurs, et après ? L’avenir du développement urbain à Bruxelles en question, Brussels Studies, n° 30, octobre.

Derzelle C., Hanin Y., Sinzot A. & S. Xanthoulis (2007), « Recomposition des territoires de vallées : un schéma de développement pour la Haute Meuse », Territoire(s) wallon(s), vol.  1, n° 1, septembre, pp. 43-62.

Jamar D. (2007), « L’espace public de PleinOPENair », communication au colloque Vivre ensemble au XXIe siècle, Institut de Sociologie, Université Libre de Bruxelles, pp. 405-424.

Jaumain S. & A. Réa (2008), « L'impact des politiques publiques et de la mobilisation des acteurs privés dans les projets de développement urbain. Étude comparée Bruxelles-Montréal », Programme Prospective Research for Brussels.

Francq B. (2009), Une Politique pour une ville durable, 25 recommandations pour le Programme Politique des grandes villes, Bruxelles, Service fédéral de la Politique des Grandes Villes.

Halleux J.-M. & J.-M. Lambotte (2008), « Reconstruire la ville sur la ville. Le recyclage et le renouvellement des espaces dégradés », Territoire(s) wallon(s), n° 2, décembre.

Hanin Y. (2006), Mutations spatiales et recompositions territoriales, les processus territoriaux dans le cas de Court-St-Etienne (Belgique), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

Hanin Y. (2007), « De la ville étalée à la ville éclatée », Les Cahiers de l'urbanisme, n° 63, mars.

Hanin Y. (2011), « Les relations université(s)-territoire(s) : l’exemple de la Conférence permanente du développement territorial en Wallonie », Actes du colloque Penser les interfaces Université(s)-Territoire(s) dans le champ du développement territorial, Crest.

Hanin Y., Clette V., Daems A., Dawance T., Grandjean M & V. Rousseaux (2007), « Requalifier les quartiers de gare pour favoriser le report de mode », Territoire(s) wallon(s), n° 1, septembre, pp. 63-80.

Hanin Y. & T. Berthet (2004), « Concevoir, réaliser et gérer les projets de lotissement : une formation destinée aux professionnels », Les Cahiers de l'urbanisme, n° 47, janvier.

Hubert M. (2003), « Les communes bruxelloises et le problème de la mobilité : entre autonomie et convergence », dans Witte E., Alen A., Dumont H., Vandernoot P. & R. De Groof (dir.), Les Dix-neuf communes bruxelloises et le modèle bruxellois, Bruxelles, Éditions Larcier, pp. 231-253.

Kesteloot C. et al. (2007), Analyse dynamique des quartiers en difficulté dans les régions urbaines belges, Bruxelles, Service fédéral de la Politique des Grandes Villes.

Montulet B., Hubert M., Jemelin C. & S. Schmitz (2005), Mobilités et temporalités, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis.

Mormont M. (2009), « Globalisations et écologisations des campagnes », Études rurales, n° 183, pp. 143-160.

Noël F. (dir.) (2000), Réflexions sur le logement durable en Wallonie, Rapport de recherche CPDT (Conférence Permanente du Développement Territorial), pp. 135-157.

Noël F. (2007), Marches exploratoires, Bruxelles, Service fédéral de la Politique des Grandes Villes.

Noël F. (2009), « La politique de revitalisation des quartiers : à la croisée de l’action urbanistique et sociale », Cahier de l’ADT n° 7, « Bruxelles (dans) 20 ans », pp. 213-233

Piérart J., Bodeux F., Francq B. (dir.) (2008), La Ville à l’épreuve de la santé, recherche-action sur trois quartiers, Bruxelles, Service fédéral de la Politique des Grandes Villes, pp. 1-70.

Schaut C. (2006), « Le conseil consultatif des locataires : de quelques ressources à exploiter », SLRB Info, n° 43, pp. 9-11.

Rémy J. & L. Voyé (1992), La Ville : vers une nouvelle définition, Paris, Éditions L’Harmattan.

Rémy J., Voyé L. & É. Servais (1978), Produire et reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne, Bruxelles, Éditions Vie Ouvrière.

Van Criekingen M. (2006), « Que deviennent les quartiers centraux à Bruxelles ? », Brussels Studies, n° 1, décembre, pp. 1-21.

Vanderstraeten P. (dir.) (2011), Écoquartiers, Notes de recherche CPDT, n° 16, avril.

Van Wynsberghe C. (2007), « La métropole bruxelloise, des développements entre Lille et Berlin ? », Brussels Studies, n° 11, pp. 1-11.

Haut de page

Notes

1 http://www.politiquedesgrandesvilles.be/fr/index.aspx

2 http://www.brusselsstudies.be/accueil.aspx

3 http://www.etatsgenerauxdebruxelles.be/

4 http://cpdt.wallonie.be/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Hanin, « État et dynamiques de la recherche en sociologie urbaine en Communauté française de Belgique », SociologieS [En ligne], Dossiers, Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4206

Haut de page

Auteur

Yves Hanin

Sociologue-urbaniste. Professeur en urbanisme et développement territorial. École d’urbanisme de Louvain-la-Neuve. Directeur du Centre d’études en aménagement du territoire. Université catholique de Louvain - yves.hanin@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page