Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Des pauvres de la politique à la politique des pauvres

Ratiba Hadj-Moussa

Résumés

S’attachant aux nouvelles modalités de production du politique issues des études subalternes, l’article situe dans un premier temps ces travaux et, dans un deuxième temps, en fait une présentation en s’appuyant sur les éléments qui y sont privilégiés et qui font le lien entre « les pauvres et la production du politique ». Cette présentation s’appuie essentiellement sur les travaux portant sur les pays du Sud, en particulier l’Inde et quelques pays du Moyen Orient (l’Égypte et l’Iran). Elle réfère aussi au Maghreb qui est le terrain principal de l’analyse. La présentation tient compte en particulier des travaux qui s’appuient sur des recherches empiriques substantielles mais dont la portée théorique est très peu discutée. Enfin, si le renvoi aux études subalternes ou postcoloniales est dans ce texte non négligeable, il est aussi fait recours à des travaux produits dans des contextes pluralistes, comme la France.

Haut de page

Texte intégral

1La politique est généralement pensée et vécue comme une réserve exclusive de ceux qui ont les moyens d’accéder aux instances de décision alors qu’en parallèle les institutions sont considérées comme une nécessité incontournable dans sa fabrication. Certes, les arguments et les expériences qui informent cette pensée ne sont pas sans fondement mais ils ne reflètent que certaines façons dominantes de « faire de la politique » et sont peu critiques des critères normatifs qui leur servent d’appui et des contextes sociaux qui les produisent.

  • 1 J’utilise les articles le et la pour le terme politique de manière interchangeable dans ce texte mê (...)
  • 2 Partha Chatterjee utilise la notion de Popular Politics non en rapport aux classes laborieuses au s (...)

2Depuis déjà quelques décennies, un débat s’est amorcé et se concentre sur la production du 1 politique dans des pays historiquement fermés au pluralisme et à la démocratie (e.g., les anciens pays de l’Est) ou dans des pays caractérisés par des inégalités tellement importantes que la dimension politique semble s’être confinée à l’État et à ses cercles restreints (e.g., les pays du Sud). Ces débats ont donné lieu à des expressions telles que « la politique populaire» 2 (Popular Politics), utilisées notamment par les tenants des études subalternes ou « la politique de la rue » (Street Politics), la « politique des pauvres » (Poor Politics), toutes deux désormais employées pour faire valoir les formes d’engagement des populations paupérisées des grandes villes du Sud et de certaines modalités de production du politique. Certes, l’inclusion des groupes marginalisés (Disenfranchised) dans cette production telle que proposée par ces travaux n’est pas totalement inédite mais elle est originale dans la mesure où elle est centrée sur des études de cas contemporains appartenant à des courants théoriques récents qui tentent de renouveler le regard sur la production de savoir en s’adossant à des contextes non occidentaux. Bien entendu, ces nouvelles approches ne s’autoproduisent ni ne sont isolées des perspectives à l’égard desquelles elles prennent leur distance.

3Il nous paraît dès lors utile dans un premier temps de situer ces travaux et, dans un deuxième temps, d’en faire une présentation en nous appuyant sur les éléments qui y sont privilégiés et qui font le lien entre « les pauvres et la production du politique ». Cette présentation sera modeste et sélective. Elle s’appuie essentiellement sur les travaux portant sur les pays du Sud, en particulier l’Inde et quelques pays du Moyen Orient (l’Égypte et l’Iran). Elle réfère aussi au Maghreb qui est notre principal terrain. C’est en effet à partir d’une réflexion sur « les petits actes » ordinaires et l’émeute comme forme populaire de contestation au Maghreb que nous avons été amenée à nous intéresser aux pauvres et la politique. Notre présentation tient compte en particulier des travaux qui s’appuient sur de recherches empiriques substantielles mais dont la portée théorique est, à notre avis, très peu discutée. Enfin, si le renvoi aux études subalternes ou postcoloniales est dans ce texte non négligeable, nous aurons recours, quoique de manière plus cursive, à des travaux produits dans des contextes pluralistes, comme la France.

Études subalternes et production de savoir

  • 3 Les études postcoloniales sont représentées par des études critiques initiées par les travaux pionn (...)
  • 4 Voir, entre autres, en langue anglaise Young (2001) ; Ashcroft, Griffiths & Tiffin (1995) ; Lewis (...)
  • 5 Les événements de l’après 2001 et la guerre en Irak de 2003 donnent raison aux représentants des ét (...)
  • 6 Les études subalternes constituent une part importante des études postcoloniales (cf. Pouchepadass, (...)

4Les recherches sur la « politique des pauvres » sont à ramifications multiples, mais on peut y répertorier essentiellement trois axes : les études postcoloniales 3, les études subalternes et, dans une certaine mesure, les études culturelles dans leur version anglaise. Il serait fastidieux (et sans doute improductif) de tenter de cartographier ici ces courants ou d’en résumer les objectifs et les enjeux qu’ils soulèvent 4 tant leurs objets de recherche sont nombreux et intriqués. En revanche, ils partagent le même souci de repenser les catégories de la pensée occidentale, notamment la notion de modernité et sa « prétention » à l’universalité. Ils critiquent ses contradictions internes au passé et au présent, notamment entre son contenu émancipateur et sa légitimation de la brutalité coloniale, et l’uniformisation imposée 5 au reste du monde au nom de catégories et de modèles telles que la raison ou la démocratie. Leur propos central est de déconstruire sous l’angle de la configuration savoir/pouvoir les mythes européocentristes d’humanisme et de progrès. Selon Dipesh Chakrabarty, il faut « provincialiser l’Europe » ou la décentrer et insister sur l’existence d’autres lieux de production de savoir, des savoirs « endogènes » (Chakrabarty, 2000), que des philosophes ou historiens africains tels que Mamadou Diouf (2002) ou Souleymane Bachir Diagne (2001) ont jugé nécessaire de restaurer afin de s’approprier leur propre histoire. Les études subalternes interrogent 6 les modalités du politique à partir des savoirs endogènes en proposant de privilégier l’étude du « fragment », au lieu de le subsumer dans un ensemble supposé indifférencié, et refusent de substantialiser les expériences et les savoirs ou de les appliquer indifféremment à des contextes variés.

5Ce qui nous importe dans cette quête qui a eu des répercussions importantes sur la résurgence des historiographies africaine et indienne contemporaines et sur l’émergence des études sur les diasporas, ce sont les résonnances qu’elle a eu (a encore) sur les reformulations du politique, en particulier dans des contextes extra-occidentaux. Nous nous efforcerons dans ce qui suit de retracer ces débats entourant le politique, tout en nous appuyant sur d’autres travaux qui procèdent du même type de critiques mais sans pour autant appartenir aux courants postcolonial et subalterne.

  • 7 Ce travail de révision a emprunté diverses modalités qui ont été âprement discutées et critiquées p (...)
  • 8 Le terme d’agency est emprunté à Antonio Gramsci et signifie à la fois la capacité d’action des dom (...)

6Une grande part de la révision encore en cours s’intéresse à la définition du politique, plus exactement à « ce qui fait politique », et repose sur l’espace désormais accordé aux actions des dominés et des subalternes (schématiquement les anciens colonisés, les franges exclues des pays du Sud et les populations marginalisées dans les pays riches), la reconnaissance de leurs savoirs, la réhabilitation/restitution de leurs paroles 7 et de leur capacité d’action ou agency 8. Elle offre une entrée intéressante lorsqu’on s’interroge sur le statut et le degré de politicité des actions ou des phénomènes sociaux banals et quotidiens ou sur des configurations plus générales, tels que les espaces publics non démocratiques, comme le sont ceux de nombreux pays du Moyen-Orient et du Maghreb, lesquels sont, dit-on, très éloignés du modèle qu’offrent les démocraties libérales. Comment réfléchir à ces espaces, à leur contenu politique et au devenir public des enjeux sociaux qui les configurent ? Où se trouve le politique, spécifiquement dans des sociétés où il semble être rigidifié et enfermé à l’intérieur des instances de l’État comme c’est le cas dans la majorité des pays arabes ? Enfin, quels sont les termes et expressions utilisés pour décrire ces réalités, tant il est vrai que l’usage des mots nous renseigne à la fois sur leur circulation, sur les lieux où ils se déposent, sur leurs points aveugles et sur les enjeux épistémologiques (comment des termes donnés viennent-ils à traduire certaines réalités ?) et politiques (qu’est-ce qu’un champ politique autorise à dire ?) ?

La politique reconsidérée

7Les années 1980 se sont révélées être un tournant dans de nombreuses régions du monde, à commencer par les pays d’Europe de l’Est dont le changement est symbolisé par la chute du mur de Berlin. La question qui s’était alors posée fut celle de comprendre comment des sociétés gouvernées par des régimes à parti unique avaient réussi à les contester et à les renverser. Autrement dit, comment des sphères publiques quasi inexistantes ou du moins hypertrophiées par la politique de l’État ont-elles donné lieu à une telle effervescence de « la société civile » et aux dynamiques qui ont mené à de tels changements ? Le sociologue américain Craig Calhoun rappelle (1992) que le recours aux concepts de « sphère publique » et de « société civile » a permis d’expliciter et de comprendre les transformations politiques et sociales dans ces pays, « la société civile » devenant le baromètre du degré de démocratie instillé par les soulèvements de rue et les « révolutions de velours ».

8Plus au Sud, les sociétés maghrébines leur emboitèrent le pas, s’ouvrant pendant cette période, qui au pluralisme, qui à l’alternance, acculées qu’elles étaient par les politiques néo-libérales des organisations financières internationales, et poussées par une contestation pluriforme de plus en plus visible et audible, tandis que les termes de « citoyen» et de « société  civile » commencèrent à figurer dans tous les agendas, universitaires notamment, et à retentir dans les manifestations de rue. La « société civile » s’est propagée par un effet d’ampliation dans les discours politiques. Dans tous les cas, ces termes aidaient à comprendre le rôle joué par certains segments de la société qui n’appartenaient pas au cercle restreint du pouvoir politique mais qui, de proche en proche, réussirent à l’émousser par le bas et à faire instaurer, si ce n’est des systèmes démocratiques, du moins quelques éléments de gouvernement inspirés des systèmes pluralistes.

  • 9 Asef Bayat (2010, p. 4) note qu’outre l’exceptionnalisme dont a fait l’objet l’islamisme, celui-ci (...)
  • 10 Un des chefs historiques du Front islamique du salut (FIS). Nous nous permettons de renvoyer à notr (...)

9Or quelle est la pertinence des termes « citoyen » et « société civile » pour ces sociétés et quelle est leur portée heuristique ? À bien y regarder, ils ne sont ni inclusifs ni réellement « émancipés » de leur contexte d’émergence. En effet, alors que ces termes figuraient dans les agendas du changement et suscitaient, sans doute et à bon droit, l’enthousiasme des groupes actifs sur le terrain, les qualificatifs de « mouvement social » et « de société civile » ont été déniés aux mouvements islamistes 9. En effet, au Maghreb, l’expression « société civile » a très rapidement prédominé et a permis de tenir symptomatiquement aux marges de la sphère publique ces mouvements auxquels adhéraient pourtant une grande partie de la population. Ceux-ci étaient davantage analysés comme une « mouvance », quelque chose de non encore formé ou achevé, une sorte de proto-mouvement incertain et hésitant. Une militante de gauche que j’ai rencontrée en 1995 – alors que je faisais une recherche sur le mouvement associatif en Algérie – résume bien cette position : « Alors qu’ils [« les partis démocrates »] avaient un programme, une stratégie, Abassi Madani 10, lui, avait la foule ! »

10Cette vision du mouvement islamiste n’est pas sans lien avec celle que l’on porte communément sur les sociétés maghrébines et leurs populations. Au Maghreb, les « populations » ont en effet souvent été considérées comme des ensembles aliénés sans capacités d’action 11, les systèmes politiques étant considérés comme des systèmes néo-patrimoniaux et clientélistes qui ont tellement confiné leur société respective que l’on se demande s’il y a des sociétés marocaine, algérienne ou tunisienne ou s’il n’y a que de l’État pourvoyeur, pourfendeur d’une société qui… n’est plus. Dans cette optique, les sociétés sont remplacées par leurs élites, par définition proches des centres de pouvoir et réduites à n’être que des condensations où la politique de l’État et de son cercle vertueux jaillit de toutes parts et colonise tout le tissu social. Certes, il existe depuis le milieu des années 1990 des travaux sur les protestations et les mobilisations sociales mais ils restent dans leur majorité confinés dans ce que nous appelons la pensée du dispositif et du système. Même lorsqu’ils sont critiques du système, ils se sont souvent cantonnés dans des objets dont la visibilité est, sans équivoque, fournie en sous-main et autorisée. Autrement, comment expliquer qu’une des formes de contestation, l’émeute, de loin la plus importante au Maghreb 12 et en Égypte pour ne citer que ces pays-là, n’ait donné lieu qu’à un seul ouvrage collectif qui date de 1999 et n’a été l’objet principal d’aucune publication individuelle ?

  • 13 L’idée de ce décentrement reste à problématiser avec le retour avéré de l’État dans certaine situat (...)

11Le déplacement de perspectives suggéré par les études subalternes nous oblige à repenser un certain nombre d’éléments, parmi lesquels le regard porté sur l’État, la reconsidération du statut politique des acteurs et de leurs actions. À présent, et après de graves crises sociales et politiques, les sciences sociales (sociologie et science politique en particulier) ont découvert un tant soit peu les sociétés maghrébines avec leurs islamistes, leurs bidonvilles, leurs centres urbains, leurs jeunes, leurs femmes, le décentrement de la « pensée du système/État » représente une autre manière de prendre acte des changements qui se sont produits dans ces sociétés 13. De même, les analyses, cette fois pionnières des anthropologues dans les pays d’Europe de l’Est et des sociétés musulmanes (par exemple, la Turquie) ont permis de désenclaver la notion de « société civile ». Les travaux réunis dans l’ouvrage collectif dirigé par Chris Hann et Elizabeth Dunn revisitent cette dernière à la lumière des réalités locales, comme par exemple la nécessité de prendre en compte la religion, ce qui obligera les auteurs à revoir la conception même du politique (Hann & Dunn, 1996, p. 6). Elizabeth Dunn et ses collaborateurs plaident pour que soient incluses dans la théorie politique la famille et la religion qui y étaient considérées comme des objets non politiques. Dans sa contribution au même ouvrage, Jenny White adopte ainsi une démarche qui est attentive aux actions et revendications des habitants d’un quartier pauvre d’Istanbul (White, 1996). Elle y décrit leurs relations avec une organisation islamiste de proximité qui les aide à faire valoir leurs droits dans les méandres d’une bureaucratie lourde et pratiquant un « racisme interne ». Pour Jenny White, ces populations qui se mobilisent en utilisant la religion ont le statut de « société civile », la religion étant un mode opératoire essentiel et non un attribut marginal. De la même manière mais cette fois à partir des catégories spatiales, on peut déduire de l’analyse de Susan Gal sur la Hongrie que la maison a constitué un espace vital pour les activités dissidentes, paradoxalement appelées « antipolitiques » (Gal, 2004, p. 271). Pour leur part, Marc Abélès et Henri-Pierre Jeudy insistent sur « l’investigation des pratiques » plutôt que sur les « déterminations structurelles » pour mettre au jour des lieux politiques hors des institutions étatiques (Abélès & Jeudy, 1997, p. 11).

12Ces réflexions sur la nature des sociétés civiles confèrent un contenu politique à des catégories dont la signification était jusqu’alors parcellisée, « retenue » et fortement enclavée dans le social. Ce désenclavement ne se limite cependant pas aux sociétés extra-occidentales car de nombreux travaux proposent de nouvelles approches dans les sociétés de longue tradition démocratique comme la France. Ainsi Catherine Neveu dans ses travaux sur la citoyenneté, les exclus et les émigrés, insiste sur les brèches prises par les acteurs pour construire les modes d’appartenance à la citoyenneté qui leur sont propres et qui sont fondés moins sur la citoyenneté comme statut que sur les « rapports de citoyenneté, c’est-à-dire sur les relations entre les citoyens eux-mêmes » (Neveu, 1999 et 2004, p. 8). Philippe Lucas lui aussi considère que les ouvriers chômeurs qui n’ont plus le travail comme référence – et qui ont été dessaisis de ce qui faisait leur raison d’être – n’en sont pas moins inscrits dans le politique. Leur apparente dépolitisation est en fait le refus non du politique mais de « ce politique-là » (Lucas, 1985, p. 242). Philippe Lucas ira jusqu'à soutenir que : « il n’y a pas de société civile, il y a des enjeux civils ». Autrement dit, ce sont les enjeux qui font exister le rapport au politique et non l’institutionnalisation des groupes qui les portent.

  • 14 Il a été précédé par un autre politiste, James C. Scott qui a écrit sur le paysannat mélanésien (19 (...)
  • 15 Il signe individuellement la préface et les textes programmatiques du livre, dont un sur la méthode

13Ces démarches tentent de s’éloigner de la vision politiste du social dont l’horizon reste, en dépit de grands efforts de conceptualisation, le pouvoir et l’État. Pour prendre un exemple, et non des moindres, arrêterons-nous brièvement sur le livre La Politique par le bas en Afrique noire de Jean-François Bayart, Achille Mbembe et Coumi Toulabor ([1992] 2008), dont le programme relativement nouveau à l’époque – ses thèses ont été développées essentiellement dans les années 1980 – avait pour visée de déplacer la réflexion sur le politique 14. Jean-François Bayart 15 prend ses distances vis-à-vis de l’approche constitutionnaliste de l’État en privilégiant une démarche attentive « aux petits riens », à « l’atome des existences ordinaires » (Corbin cité dans Bayart, 2008) à même de rendre un éclairage plus contrasté et nuancé sur la nature et le statut du politique dans les sociétés africaines. Le programme et surtout sa défense dans la préface à l’édition de 2008 sont à la fois intéressants, stimulants et novateurs mais aussi indicateurs de l’état d’esprit qui prévaut dans certains courants des études politiques. C’est sur celui-ci que nous souhaitons nous arrêter car la préface ne fait pas le livre : les « petits riens » se sont, en effet, évaporés dans une réflexion oscillant entre la position politiste classique et l’influence de nouveaux regards d’alors, principalement ceux de Michel de Certeau et de Michel Foucault. On y décèle, en effet, malgré des analyses novatrices et une théorisation très fine des catégories de population impliquées dans la « politique par le bas » préconisée par les auteurs, une lecture des rapports de pouvoir et de domination dans laquelle le « passage au politique » se réalise dans la « capacité du mouvement social à s’emparer du pouvoir » pour « construire "l’État intégral" » (Bayart, [1992] 2008, p. 86), tandis que la « politique par le bas » semble n’avoir de viabilité que grâce à la présence de l’État : si la paysannerie africaine n’a pas réussi à acquérir le potentiel révolutionnaire qui serait attendu d’elle, c’est parce qu’elle ne « semble pas pouvoir structurer autour d’elle la société dans son rapport à l’État […] Plus fondamentalement, elle demeure très en-deçà de l’État » […] et s’efforce surtout de se reproduire, au gré d’une "économie de l’affection" » (Ibid., p. 85). Précisément, objectera-t-on, si on devait découvrir « les modes populaires d’action politique » (Ibid., p. 36), n’aurait-on pas dû aussi regarder de près cette économie politique de l’affection au lieu de souligner l’impuissance des acteurs qui sont par ailleurs considérés comme les éléments constitutifs de « la politique par le bas » facilitant ou autorisant ainsi la « compréhension énonciative de l’historicité des politiques » (Ibid., p. 13) ?

  • 16 Est-ce pour cela et au vu de ces « sociétés africaines insaisissables », que l’analyse porte davant (...)

14Il y a là une vraie difficulté à penser « la société civile » et, surtout, à penser la sociologie des acteurs politiques sans l’écraser par la figure titulaire de l’État. S’il fallait recourir à l’élasticité et à l’irréductibilité des pratiques quotidiennes, mais également aux contraintes qui les orientent et les rendent invisibles, on aurait gagné à mieux comprendre la justification des actions qui se font dans le hic et nunc, actions qui ont l’avantage « d’en rester là » sans prétendre changer le fonctionnement de toute la structure… politique 16, mais dont la portée sur la vie en commun est considérable.

  • 17 On pourrait citer Partha Chatterjee ([2004] 2009) pour qui le terme de société civile correspond à (...)
  • 18 Elles ont donné lieu à une littérature aussi riche que foisonnante. À titre indicatif, voir James C (...)

15Cet exemple montre que la formulation des problèmes « politiques » d’un point de vue endogène demeure encore une question à élucider 17. En effet, si « qu’est-ce qui fait politique ? » ou « ce qui fait politique » a provoqué un débat intense sur la société civile, le degré de « politicité » des membres la composant est variable dans le temps et dans l’espace. Edward P. Thompson montre bien que la dimension « politique » était dûment refusée par les historiens aux résistances ouvrières anglaises d’avant la Révolution française. Ce qu’il appelle « the spasmodic view of popular history » (Thompson, 1971, p. 76) a réduit ces résistances à des réactions aux stimuli économiques et les a cantonnées dans la catégorie « émeutes de pain », selon la formule consacrée. Nous ne reviendrons pas sur la longue discussion de réhabilitation de ces résistances populaires et sur leur « économie morale ». Elles sont connues 18. Nous voudrions uniquement indiquer que, selon Edward P. Thompson, on pouvait trouver dans ces

« crowd action some legitimizing notion. By the notion of legitimation, I mean that the men and women in the crowd were informed by the belief that they were defending traditional rights or customs; and, in general, that they were supported by the wider consensus of the community » et que « [the] food riot in eighteenth-century England was a highly-complex form of direct popular action, disciplined and with clear objectives » (Ibid., p. 78).

16Mais il ajoute que si on ne peut les qualifier en soi de « politique » (Ibid., p. 79), on ne peut non plus les définir comme non politiques dans la mesure où ils portent sur le bien commun. Et là, Edward P. Thompson identifie judicieusement la circulation et l’échange de certains topoï, tel que « bien commun », qui assurent les liens entre les groupes en présence. De fait, cet appui sur le « bien commun » n’est pas étranger à la vision paternaliste, dominante durant cette période, sur laquelle reposait l’action du gouvernement qui en était lui-même « prisonnier ». Pour Edward P. Thompson, l’émeute n’est qu’un moment de l’économie générale qui préside à l’action des ouvriers anglais et, dans ce sens, son inclusion dans un ensemble d’actions permet de mieux comprendre ceux qui en sont les acteurs d’une part et, de l’autre, de reconnaître sa centralité dans le processus de redéfinition des frontières où les marges étaient tenues en suspens, hors du politique.

  • 19 On a dénié à ces dernières le caractère de révolutions car elles n’émanaient pas de « citoyens », l (...)

17Ces essais de révision et de critique des catégories même du politique ont pour cible l’idée différenciation qui est aussi l’idée d’exclusion, fondée sur les classes pour Edward P. Thompson ou James C. Scott ([1976], 1990), sur les « subalternes » pour les courants des études subalternes et post-coloniales, sur les « disenfranchised » et les « pauvres » pour la sociologie et l’anthropologie urbaines des pays du Sud ou la « race » pour les travaux historiques portant, entre autres, sur les « révolutions noires » 19.

À propos de la « société politique »

  • 20 Partha Chatterjee ([2004] 2009) fait cette distinction à partir de la division historiquement produ (...)

18Cette différenciation est prise au pied de la lettre dans le livre de Partha Chatterjee, un des chefs de file des études subalternes dans La Politique des gouvernés ([2004] 2009) où il distingue entre les « populations » et « citoyen 20» et entre « société civile » et « société politique ». Dans le contexte de l’Inde, son principal exemple, il limite le concept de société civile à son acception classique et bourgeoise qui repose sur les institutions légales et qui correspond, selon lui, aux classes moyennes, une petite partie de la société aisément localisable. Dans ce cadre, le processus politique serait « le lieu » des interactions entre les membres de la société civile et les organes de l’État. Bien qu’il reconnaisse que, constitutionnellement, la société civile représente l’ensemble de la société dans laquelle chaque membre a des droits, dans les faits, précise-t-il, la plupart des habitants de l’Inde ne détiennent ces droits que de manière marginale. S’ils sont gouvernés par l’État et ne sont « pas hors de [sa] portée, ni exclus formellement du domaine de la politique » (Ibid., p. 52), dans les faits, ils ne sont pas considérés par lui comme les membres de la société civile. S’arrêter à la catégorie « société civile » revient pour lui à demeurer prisonnier d’une vision restreinte du politique qui passe sous silence d’autres dimensions de la réalité. Pour faire ressortir celles-ci, ses analyses suggèrent de déplacer le regard vers la « gouvernementalité » qui est un dérivé du duo modernité-capitalisme. Pour faire bref, c’est dans leurs confrontations aux politiques inscrites dans le cadre de la « gouvernementalité » que les laissés-pour-compte fabriquent du politique. En tant qu’idéal se rapportant à une élite, la société civile ne devient « opératoire » que dans la mesure où la gouvernementalité la médiatise. Les subalternes font de la politique dans leur rencontre d’avec les politiques qui les prennent pour objets. Partha Chatterjje appellera « société politique » l’ensemble des relations (ou « enchevêtrements ») qui lient dans le champ de la lutte pour les droits « la politique de l’élite » et « la politique des subalternes » (Ibid., p. 53). Les lieux où se déploie cette société politique ont pris des nouvelles formes depuis les années 1980 et ils sont facilités par deux conditions : la première relève de l’efficacité des prestations gouvernementales, qui se décline dans un langage bureaucratique et des pratiques administratives orientées vers la « performance » ; la seconde est caractérisée par la diversité des pratiques de mobilisation qui sont passées des structures classiques des partis et des syndicats avec leurs programmes et leurs objectifs à des structures de communication moins organisées et plus labiles (famille, fêtes culturelles, regroupement de cinéastes, etc.

19Cette description du fonctionnement de la société politique – qu’exemplifient les moments de grandes tensions telles que les méga-relocalisations des résidents des zones d’habitation dangereuses dans les grandes villes indiennes ou l’évacuation des vendeurs de rue des artères des quartiers gentrifiés – insiste sur les accommodements qui y sont instaurés entre, d’une part, les règles légales et para-légales, les règles institutionnelles et les lois coutumières et communautaires et, d’autre part, entre les positions de toutes les parties en présence (le gouvernement, les représentants des partis politiques rivaux locaux, la ou les personne(s) mandatée(s) par les habitants).

« En conséquence, c’est dans la société politique que l’on peut discerner l’horizon historique changeant de la modernité politique dans la plupart des régions du monde où, tout comme l’idéal fictif de la société civile peut exercer une puissante influence sur les forces de changement politique, les transactions réelles pour la répartition quotidienne des right et des entitlements conduisent avec le temps à des redéfinitions substantielles de la propriété et de la loi à l’intérieur de l’État » (Chatterjee, [2004] 2009, p. 91).

Les pauvres du Caire et de Téhéran font-ils de la politique ?

20Il est indéniable que les institutions démocratiques de l’Inde « autorisent » les populations marginalisées à se prévaloir de leurs droits et à maîtriser leur usage. Ces populations vont non seulement les utiliser mais aussi se les approprier ou en tout cas les orienter à leur bénéfice même si ce n’est que de manière partielle. Elles rendent ainsi plus malléables les frontières entre les « politiques de l’élite » et les « politiques des subalternes ». Mais cet enchevêtrement est difficilement palpable ou visible dans des contextes verrouillés et autoritaires, comme c’est le cas des sociétés maghrébines et du Moyen-Orient, bien que là aussi, si l’on change l’angle de vision, on apercevrait beaucoup plus que des « populations » laissées à elles-mêmes sur les plans économique et social, contraintes à une participation politique minimale. En cela, les travaux menés sur les pauvres des grandes villes de l’Est de la Méditerranée peuvent être éclairants.

  • 21 Notons que le quartier populaire est une notion flexible chez Diane Singerman. Alors qu’elle semble (...)
  • 22 La visibilité est selon la théorie libérale et agonistique de la sphère publique une dimension cent (...)
  • 23 Cilja Harders partage cette interprétation sur les actions des pauvres, mais elle insiste sur une p (...)

21Diane Singerman prend ce parti dans son étude de la participation (politique) des habitants des quartiers pauvres du Caire (Singerman, 1995). Elle y décrit les liens informels de solidarité existant chez des populations extrêmement précarisées sur le plan économique et tenues en respect sur le plan politique et défend l’idée selon laquelle, la politique du sha’b, du petit peuple, ne cesse de remettre en question la mise à distance dans laquelle les populations pauvres sont maintenues. Pour ce faire, ces groupes de même condition établissent des réseaux informels d’entraide, des banques populaires ou des associations informelles de crédits ou gama’yyat (voir Bayat, 2010) fondées sur des liens d’affection, de parenté, ou de quartier 21, pour réaliser leurs projets, notamment de construction de maisons et d’organisation de mariages. La fondation d’une famille représente un moment fort dans la vision du monde du sha’b, puisqu’une bonne partie des ressources du groupe lui sont consacrées (Hoodfard, 1997). Le propre de ces réseaux informels est de demeurer invisibles dans la majorité des cas, ne serait-ce qu’en raison de la crainte de voir leurs maigres ressources captées par l’État. Ils reposent très fortement sur les activités des femmes et ont des ramifications qui s’apparentent aux « enchevêtrements » mentionnés par Partha Chatterjee ([2004] 2009), à la seule et énorme différence que les pauvres du Caire ne peuvent prétendre utiliser le droit de la même façon que le feraient les pauvres de Calcutta, pris qu’ils sont entre une vie de survivance et la chape de plomb des «  pseudo-républiques » (Benslama, 2005) qui tentent par tous les moyens de les vassaliser. Pourtant, soutient Diane Singerman, « sh’ab is a major political actor in Egypt, even if not the most visible 22 one » (Singerman, 1995, p. 271), au même titre que le sont les partis politiques, les islamistes, les Organisations non gouvernementales (ONG). Il est un acteur qui use de la politique informelle et qui sait également quand sortir de ses propres frontières et mobiliser les ressources qui lui sont exogènes en recourant ici à une personne compétente, là à une institution en mesure de répondre à ses demandes ou à les médiatiser. Surtout, « the politics of sh’ab » relève du fonctionnement paradoxal propre aux sociétés autoritaires. Pour le dire simplement, la participation à la vie publique et la définition du bien commun émanent bien de lieux de l’ombre et ne sont pas exposées à la visibilité publique tandis que la liberté, comme principe fondateur des sociétés démocratiques libérales, est tenue en suspens. De plus, l’aspect quotidien, banal, renforce la dimension souterraine de ce travail : les « échanges en coulisse », selon les termes de James C. Scott ([1976], 1990, p. 42), s’ils sont partagés restent maintenus dans les limites des groupes qui les font circuler 23. Diane Singerman, quant à elle, répond que « from this obscurity and autonomy, however, they derive their strenght, since public sanction and legitimacy are not a monopoly of the state » (Singerman, 1995, p. 134)

22Ce n’est donc pas souvent que les populations acquièrent de nouveaux espaces de manière ouverte. Ils peuvent, comme le soutient Asef Bayat qui a longtemps travaillé sur les quartiers pauvres de Téhéran (Bayat, 1997), du Caire et sur des bidonvilles de Beyrouth (Bayat, 2010), adopter une attitude quiétiste et non engagée dans la confrontation directe, et surtout leur « activisme » peut être associé à ce qu’il appelle « the quiet encroachment of the ordinary » (l’empiétement tranquille de l’ordinaire) (Bayat, 2002, p. 19) qui a d’importantes répercussions sur le changement social : « This quiet activism challenges many fundamental state prerogatives, including the meaning of "order", control of public space, and the meaning of the "urban"» (Ibid., p. 20). Asef Bayat précise que l’empiètement tranquille « is not a politics of collective demand making, a politics of protest. Rather, it is a mix of individual and collective direct action » (Bayat, 2010, p. 93). Le caractère autoritaire et populiste de l’État accentue certes ses attributs (par exemple, l’importance des liens familiaux et de la primo-spatialité), mais en même temps et sur le long terme, les stratégies employées dans cet empiétement tranquille produisent des situations qui forcent l’État à accepter les changements. « In the end, the poor manage to bring about significant changes in their own lives, the urban structure, and social policy » (Ibid., p. 93).

  • 24 Asef Bayat critique l’usage du terme résistance chez James C. Scott. Ce dernier est, selon lui, for (...)

23Asef Bayat appuie son argument sur l’action directe, sur son illégalité (Partha Chatterjee abonde dans ce sens), sur son caractère cumulatif et sur sa territorialité, c’est-à-dire l’espace où elle se déroule. L’empiétement opéré par les pauvres du Caire et de Téhéran ne constitue pas une résistance contre leur exclusion 24. Il est dicté par la nécessité et des considérations pragmatiques et il est défini par la spontanéité de leurs réactions. Le leadership y est minimal, voire absent dans certains cas. Outre ces aspects qui différencient les pauvres, et ces « urban non-movements » du mouvement social urbain, l’atomisation des mobilisations suivie d’actions collectives épisodiques (Bayat, 1997, p. 7) plaide pour ce que Asef Bayat appelle « l’art de la présence » qui trouve sa pleine signification dans la « rue ». Alors que pour Diane Singerman, la famille est centrale dans « le politique des pauvres », pour Asef Bayat, la rue l’est tout autant, non seulement parce qu’elle est contrôlée par l’État autoritaire mais aussi parce qu’elle est un enjeu permanent pour les sans-voix. Au moment où la rue (arabe) émerge soudain avec force – et cette fois avec des accents positifs chez nombre d’observateurs alors que peu de temps auparavant elle ne figurait que comme un fantôme caché par les mouvements sociaux –, Asef Bayat apporte un éclairage significatif sur la relation des démunis à la révolution et aussi sur la rue. Pour lui, les pauvres des grandes villes iraniennes n’ont participé que de manière marginale à la révolution. Cela nous renvoie à un événement plus près de nous où les franges les plus démunies du Caire se sont opposées aux activistes après la chute du président Moubarak, jugeant que la poursuite des mobilisations nuisait à leur suivie.

24De fait, la rue est caractérisée par un réseau dit passif qui s’adapte aux contrôles des pouvoirs centralisés. Elle devient l’espace qui transforme la présence simultanée d’individus atomisés en une réalité porteuse de transformation lorsque le réseau interagit avec la menace qui vise ses faibles gains. Mais cette transformation est contingente à la situation, au degré de légitimité des régimes, etc. Du point de vue de la politique de la rue, c’est la menace qui devient l’élément déclencheur et qui oriente l’action collective même lorsque celle-ci est fugitive.

25Mais si la poursuite de l’intérêt matériel est importante, ces réseaux informels, souvent réduits par les analystes à leurs formes clientéliste et utilitariste, sont également fortement animés par un ethos (familial) fondé sur la réciprocité et la coopération et visent dans le contexte égyptien la réalisation d’objectifs partagés par les groupes concernés.

26L’ensemble de ces travaux renouvelle les regards qui sont portés sur les populations démunies et exclues de la politique et de la sphère publique dominante et qui insistent sur la dépendance et la pauvreté. Ils ont, par la même occasion, donné à voir des réalités autres que celles de la sphère publique des démocraties libérales. S’il est difficile d’identifier une société civile forte, porteuse de projets dans les sociétés qui nous intéressent ou de prétendre à son autonomie, il nous faut tout de même noter les déplacements théoriques et méthodologiques que ces travaux apportent à la réflexion sur les pratiques informelles souvent majoritaires dans les sociétés du Sud et sur la relation complexe entre la modernité et la démocratie.

De la participation

27Dans ce qui va suivre et à la lumière des débats que nous venons de retracer, nous pouvons dégager deux aspects des pratiques politiques du recadrage qui en résulte ou plus exactement des contours de « ce qui fait politique ». Le premier est relatif à ce qu’on pourrait appeler dans une acception large, la modalité associative, qui a trait à la formation d’un collectif autour d’un objet de revendication commun (la montée des prix des denrées, la construction d’une garderie d’enfants, l’appropriation de terres habitables, ou la relocalisation, etc.) et qui se déploie dans la durée. Les acteurs des émeutes, les habitants pauvres des banlieues de Calcutta ou du Caire se fédèrent autour d’un enjeu pour améliorer leurs cadres de vie. La mise en commun et ces modes d’association lâche permettent d’identifier ces groupes, mais ce sont leurs actions même qui les rendent visibles et publics et qui les font reconnaître comme des acteurs politiques. Ce qui veut dire que même si l’existence ou l’action de ces groupes ne sont pas juridiquement avalisées, ils « forcent le droit » pour exister. En conséquence, le bouleversement du tracé entre ce qu’ils peuvent faire et ne pas faire les propulse dans la sphère publique politique et fissure ou brise en quelque sorte la domination qui pèse sur eux en produisant de nouvelles situations.

28La participation est le second aspect de cette reformulation du politique. Elle sert de cadre au travail de Diane Singerman qui la détourne de ses attendus et renverse pour ainsi dire la donne en attribuant aux exclus et aux pauvres la capacité de participer à la vie publique et politique. Or cette participation vient de l’intérieur du groupe et se fait sur la base de ses propres ressources, lesquelles ne correspondent ni tout à fait aux contours définis par l’État autoritaire ni précisément à ceux mis en place dans les sociétés démocratiques libérales.

29Partant de ce point de vue, la participation confère une validité politique aux pratiques associatives ou de groupes : on connait les sentiments d’espoir et l’enthousiasme que le terme lui-même a suscité et suscite toujours. Si du point de vue des gouvernants, écrit Partha Chatterjee, il désigne « une catégorie de gouvernance », « du point de vue des gouvernés, il devient […] une pratique de la démocratie » (Chatterjee, [2004] 2009, p. 85). Or si Partha Chatterjee l’adopte en le renvoyant à la distinction qu’il fait entre « population» et « citoyens » et si Diane Singerman réoriente ses contenus en les attribuant aux populations marginalisées, il nous semble nécessaire d’en questionner les principes et d’en critiquer la portée. Pour ce faire, arrêterons-nous sur l’approche de Diane Singerman, car elle est partagée par un grand nombre d’auteurs et de militants de la « société civile ». En effet, Diane Singerman nous convie à un déplacement salutaire de la production du politique, mais elle reste prisonnière d’une certaine vision qu’elle partage avec les tenants de la théorie de la participation. Or les actes volontaires de redistribution illégale (prendre l’eau ou l’électricité du bien public ou former des banques populaires) et la recherche maximale d’autonomie par rapport à l’État n’entrent pas en convergence avec celui-ci, ils sont réalisés sur une relation d’extranéité à son égard sans pour autant lui échapper tout à fait. Les actes appartenant à la politique des pauvres et l’État sont liés à la fois par une relation intercalée, de dépendance même et décalée, puisque les premiers ne sont possibles que parce que le second est neutralisé. La quête de l’autonomie (le « Fais-le toi-même ») qui oriente la politique des pauvres est centrale et constitue une pratique doublée d’une politique. Cette pratique politique n’est pas sans paradoxes comme le montrent les travaux en différents terrains de recherche cités ici (surtout ceux d’Asef Bayat). Dans ce sens, elle échappe à l’intégration et à l’ombre projetée de la participation qui reste « dans la majeure partie du monde »… un point d’interrogation.

****

30Ce dernier constat nous renvoie au point de départ de cet article, au cœur du questionnement des études subalternes et postcoloniales, à savoir « l’impératif de la localisation » (Assayag, 2007). Les actions considérées comme non politiques, tels que les émeutes, les soulèvements qui n’ont pas encore de nom ou le simple refus entêté de suivre aveuglément les informations diffusées par les télévisions et les radios d’État sont des moments de pratiques diffractées, parfois sans sens (à la fois comme signification et direction) mais ils n’annoncent pas moins des enjeux qui sont au cœur du devenir des sociétés. « [Une] société fonctionne toujours en partie à côté de son organisation formelle et que dans cet écart peuvent s’étudier des processus, des émergences et des configuration du réel et qu’advient la formation du nouveau » (Farge, 1992, pp. 15-13). Dans les contextes qui nous intéressent, en l’occurrence ceux du Moyen Orient et du Maghreb, ces actions relèvent souvent d’une logique dont la portée ne demande qu’à être mise au jour, écoutée et analysée.

Haut de page

Bibliographie

Abélès M. & H.-P. Jeudy (1997), « Introduction », dans Abélès M. & H.-P. Jeudy, Anthropologie du politique, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 5-24.

Amselle J.-L. (2008), L’Occident décroché. Enquête sur les post-colonialismes, Paris, Éditions Stock.

Ashcroft B., Griffiths G. & H. Tiffin (1995), The Post-Colonial Studies Reader, New York, Routledge Editions.

American Anthropologist (2005), « Focus: Moral Economies, State Spaces, and Categorical Violence: Anthropological Engagements with the Work of James Scott », vol. 107, n° 3.

Arendt H. (1983), Condition de l’homme moderne, Paris, Éditions Calmann-Levy.

Assayag J. (2007), « Les études postcoloniales sont-elles bonnes à penser ? », dans Smouts M.-C. (dir), La Situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français, Paris, Les Presses de Sciences Po, pp. 229-267.

Bancel N., Bernault F., Boubeker A., Mbembe A. & F. Vergès (dir.) (2010), Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, Éditions La Découverte.

Bayart J.-F. ([1992] 2008), « Introduction », dans Bayart J.-F., Mbembe A. & C. Toulabor, La Politique par le bas en Afrique noire, Paris, Éditions Karthala.

Bayart J.-F. (2010), Les Études postcoloniales. Un carnaval académique, Paris, Éditions Karthala.

Bayart, J.-F., Mbembe A. & C. Toulabor, ([1992] 2008), La Politique par le bas en Afrique noire, Paris, Éditions Karthala.

Bayat A. (1997), Street Politics. Poor People’s Movements in Iran, New York, Columbia University Press.

Bayat A. (2002), « Activism and Social Development in the Middle East », International Journal Middle East Studies, vol. 34, pp.1-28.

Bayat A. (2010), Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Stanford, Stanford University Press.

Benslama F. (2005), Déclaration d’insoumission à l’usage des Musulmans et de ceux qui ne le sont pas, Paris, Éditions Flammarion.

Breaugh M. (2007), L’expérience plébéienne. Une histoire discontinue de la liberté politique, Paris, Éditions Payot.

Calhoun C. (1992), « Introduction: Habermas and the Public Sphere », dans Calhoun C. (dir), Habermas and the Public Sphere, Cambridge, Mass., MIT Press.

Chakrabarty D. (2000), Provincializing Europe. Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton, Princeton University Press.

Chatterjee P. ([2004] 2009), Politique des gouvernés. Réflexions sur la politique populaire dans la majeure partie du monde, Paris, Éditions Amsterdam.

De Certeau M. (1990), L’Invention du quotidien. L’art de faire. Tome 1, Paris, Éditions Gallimard.

Diagne S. B. (2001), Islam et société ouverte. La fidélité et le mouvement dans la pensée de Mohamed Iqbal, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose.

Diouf M. (2002), « The Senagalese Murid Trade Diaspora and the Making of a Vernacular Cosmopolitanism », dans Breckenridge C. A. et al. (dir.), Cosmopolitanism, Durham, Londres, Duke University Press, pp. 111-137.

Farge A. (1992), Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Éditions du Seuil.

Fassin D. (2009), « Les économies morales revisitées », Annales, Histoire, Sciences Sociales, vol. 64 , n° 6, pp. 1237-1266.

Gal S. (2004), « A Semiotics of the Public/Private Distinction », dans Scott J. W. & D. Keates (dir.), Going Public. Feminism and the Shifting Boundaries of the Public Sphere, Urbana & Champaign, University of Illinois Press, pp. 261-277.

Hadj-Moussa R. (1995), « Connaissez-vous Hippone ? », Conjonctures, n° 23, pp. 37-49.

Hann C. & E. Dunn (dir) (1996), Civil society: Challenging Western Model, New York, Routledge Editions.

Harders C. (2003), «The Informal Social Pact: The State and the Urban Poor in Cairo », dans Keinle E. (dir.), Politics from Above. Politics from Below. The Middle East in the Age of Economic Reform, London, Saqi Editions, pp. 191-213.

Hoodfard H. (1997), Between Marriage and the Market : Intimate Politics and Survival in Cairo, Berkeley, University of California Press.

Lewis R. & S. Mills (2003), Feminist Postcolonial Theory: A Reader, New York, Routledge Editions.

Lucas P. (1985), « Après la citoyenneté, les multi-citoyennetés », Cahiers internationaux de sociologie, n° LXXIX, pp. 239-252.

Mbembe A. (2000), De la post-colonie. Essai sur l’imaginaire politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Éditions Karthala.

McNay L. (2000), Gender and Agency: Reconfiguring the Subject in Feminist and Social Theory, Cambridge (GB), Malden (Mass), Polity Press.

Mudimbe V. Y. (1988), The Invention of Africa. Gnosis. Philosophy and the Order of Knowledge, Bloomington, Indiana University Press.

Neveu C. (1999), « L’anthropologue, le citoyen et l’habitant : Le rapport au politique dans une ville du Nord », Ethnologie française, n° 4, pp. 559-567.

Neveu C. (2004), « Les enjeux d’une approche anthropologique de la citoyenneté », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 3, http://remi.revues.org/2024

Pouchepadass J. (2007), « Le projet critique des postcolonial studies. Entre hier et demain », dans Smouts M.-C. (dir), La Situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français, Paris, Les Presses de Sciences Po, pp. 173-217.

Rancière J. (1995), La Mésentente. Politique et philosophie, Paris, Éditions Gallilée.

Saïd E. (1980), L'Orientalisme. L'Orient créé par l'Occident, [Orientalism, 1978], Paris, Éditions du Seuil.

Scott J. C. ([1976], 1990), Domination and the Art of Resistance: Hidden Transcripts, New Haven, Yale University Press.

Scott J. C (1979), The Moral Economy of the Peasant: Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, New Haven, CT, Yale University Press.

Singerman D. (1995), Avenues of Participation: Family, Politics, and Networks in Urban Quarters in Cairo, Princeton, University Press of New Jersey.

Smouts M.-C. (dir) (2007), La Situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Thompson E. P. (1971), « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past & Present, n°50, pp. 76-136.

White J. (1996), « Civic Culture and Islam in Urban Turkey », dans Hann C. & E. Dunn (dir), Civil society: Challenging Western Model, New York, Routledge Editions, pp. 143-154.

Young R. J. C. (2001), Postcolonialism. An Historical Introduction. Oxford & Malden Mass., Blackwell Editor.

Haut de page

Notes

1 J’utilise les articles le et la pour le terme politique de manière interchangeable dans ce texte même s’ils désignent des réalités différentes. En revanche le politique ne renvoie jamais aux modes de gouvernement mais à la rencontre, parfois différée, entre les pratiques des exclus pour donner un sens et une intelligibilité à leur vie ensemble et « la police » au sens que lui donne Jacques Rancière (1995). Mais la comparaison s’arrête là, car « les exclus » ne sont pas ici un corps en voie de constitution et sur le point d’être théorisé comme l’a été le terme « plèbe » (voir à ce propos l’excellent livre de Martin Breaugh, 2007).

2 Partha Chatterjee utilise la notion de Popular Politics non en rapport aux classes laborieuses au sens marxiste du terme mais en relation aux groupes marginalisés qu’il n’oublie pas d’associer par ailleurs au capital (Chatterjee, [2004] 2009).

3 Les études postcoloniales sont représentées par des études critiques initiées par les travaux pionniers d’Edward Saïd (1980).

4 Voir, entre autres, en langue anglaise Young (2001) ; Ashcroft, Griffiths & Tiffin (1995) ; Lewis & Mills (2003) ; Mudimbe (1988). Pour les études subalternes (qui n’ont pas d’adeptes en langue française), parmi une palette de grands auteurs, Chakrabarty (2000) ; Chatterjee ([2004] 2009). Pour les travaux en français, outre des articles dans les revues, un certain nombre de livres ont été publiés ces dernières années : Amselle (2008) ; l’excellent ouvrage sous la direction de Marie-Claude Smouts (2007) ; Bayart (2010), Mbembe (2000) ; Bancel, Bernault, Boubeker et al. (2010).

5 Les événements de l’après 2001 et la guerre en Irak de 2003 donnent raison aux représentants des études postcoloniales et subalternes qui voient dans l’intervention américaine une imposition aux forceps des valeurs occidentales que l’administration américaine n’a même pas essayé de cacher après sa victoire militaire (voir la postface de Chaterjee, [2004] 2009).

6 Les études subalternes constituent une part importante des études postcoloniales (cf. Pouchepadass, 2007) bien que les points de vue ou les approches peuvent diverger considérablement entre elles.

7 Ce travail de révision a emprunté diverses modalités qui ont été âprement discutées et critiquées par des auteurs appartenant aux études subalternes et postcoloniales elles-mêmes mais aussi par des chercheurs africanistes : Jean-François Bayart (2010) et Jean-Loup Amselle (2008) ou indianistes : Jackie Assayag (2007) ou Jacques Pouchepadass (2007) dont les travaux se situent à leur lisière et, à ce titre, possèdent des qualités critiques indéniables.

8 Le terme d’agency est emprunté à Antonio Gramsci et signifie à la fois la capacité d’action des dominés, « une conscience de soi » non assujettie aux gouvernants et aux élites, et un « domaine autonome » de l’action politique » (Smouts, 2007, p. 47). Il a été au centre d’un débat important dans les études féministes (voir à ce propos McNay, 2000).

9 Asef Bayat (2010, p. 4) note qu’outre l’exceptionnalisme dont a fait l’objet l’islamisme, celui-ci « had been largely excluded from the mode of inquiry developed by social movement theorists in the West until recently, when a handful of scholars have attempted to bring islamic activism into the realm of "social movements theory" ».

10 Un des chefs historiques du Front islamique du salut (FIS). Nous nous permettons de renvoyer à notre texte : « Connaissez-vous Hippone ? » (1995).

11 Nous ne voulons pas évoquer ici les révolutions arabes pour donner tort ou raison aux uns et aux autres. Celles-ci devraient au contraire nous aider à réfléchir sur les notions de peuple, de populaire et d’actions populaires dans ces contextes.

12 Se reporter au site « Anthropologie du présent », http://berthoalain.wordpress.com/about/. Selon les chiffres officiels cités dans le journal algérien El Watan et repris dans http://blog.lefigaro.fr/algerie/2011/03/-quand-les-gardes-communaux.html, « 9 700 mouvements de protestation ont été enregistrés en 2010 » uniquement en Algérie.

13 L’idée de ce décentrement reste à problématiser avec le retour avéré de l’État dans certaine situations. Dans la seconde moitié des années 2000, pour contrer l’avancée des islamistes dans la société marocaine et dans les campus universitaires, l’État marocain a créé des départements de sociologie dans les principales villes du pays. Lorsqu’on sait que la discipline était farouchement interdite et les sociologues simplement tolérés et agglomérés dans des départements-valises, on ne peut être que perplexe. (Cf. Hassan Rachik : « Islam national et global : usages et sens de la notion d’"islam marocain" » ; Mohamed Tozy : « Les effets d’aubaine de l’absence d’une "sociologie nationale" » ; Khadija Zahi : « La pratique de la sociologie au Maroc : les effets de l’évolution institutionnelle sur la production scientifique », textes présentés au colloque Les faits et les effets de la mondialisation : La sociologie et ses frontières, AISLF, 25-26 juin 2009, Université de Mohammedia, Maroc, sous presses).

14 Il a été précédé par un autre politiste, James C. Scott qui a écrit sur le paysannat mélanésien (1979). Ce livre à trois voix de Jean-François Bayart, Achille Mbembe et Comi Toulabor a été publié en 1992 et regroupe des articles écrits entre 1981 et 1990. La seconde édition (2008) est précédée par une préface rédigée par Jean-François  Bayart.

15 Il signe individuellement la préface et les textes programmatiques du livre, dont un sur la méthode.

16 Est-ce pour cela et au vu de ces « sociétés africaines insaisissables », que l’analyse porte davantage sur la structuration et les processus que sur le système ? Est-ce parce que les actions « se perdent » et se diluent dans les méandres du quotidien et qu’elles échappent à la canalisation étatique qu’au final, elles ne trouvent plus leur place dans le champ politique ? Où se trouve alors la force pratique (et théorique) de « ces politiques par le bas » si, par ailleurs, elles ne doivent leur existence qu’en rapport à l’État ? De plus, Michel de Certeau lui-même ne conçoit pas les pratiques « des dominés » comme une révolution, mais plutôt comme la subversion non toujours achevée ou calculée des systèmes de contraintes (de Certeau, 1990). Il les perçoit comme des instantanés libérateurs à durée aléatoire qui s’effectuent souvent à l’insu des acteurs. Les « tactiques », selon lui, s’inscrivent dans le présent et n’ont d’autres finalités qu’elles-mêmes. Autrement dit, et pour prendre un de ses exemples, en subvertissant le langage ou en racontant un conte dans lequel l’Indien d’Amazonie est représenté comme l’héroïque vainqueur, les populations indiennes du Brésil produisent une histoire autre qui se juxtapose dans un rapport de force continu avec l’histoire dominante. Ce qui important ici, c’est d’abord de reconnaître la force pratique de ces histoires et leur prégnance réitérative dans la longue durée. Tout changement dans la pratique est aussi dans la plupart des cas une autre manière de voir le monde.

17 On pourrait citer Partha Chatterjee ([2004] 2009) pour qui le terme de société civile correspond à la classe moyenne scolarisée des villes qui a l’avantage de connaître les rouages du pouvoir. En cela, la société civile ne recouvre pas tous les champs des pratiques de la politique (voir ci-après).

18 Elles ont donné lieu à une littérature aussi riche que foisonnante. À titre indicatif, voir James C. Scott ([1976], 1990) ; le numéro d’American Anthropologist (2005) ; Didier Fassin (2009).

19 On a dénié à ces dernières le caractère de révolutions car elles n’émanaient pas de « citoyens », la devise Liberté, Égalité, Fraternité ne s’appliquant qu’aux citoyens français et non aux « populations » des colonies, dont les membres étaient encore considérés comme des sujets ou des esclaves. Ce qui a fait dire à l’historien Michel-Rolph Trouillot que « la révolution haïtienne s’est produite avant l’heure » (cité dans Chatterjee, [2004] 2009, p. 41).

20 Partha Chatterjee ([2004] 2009) fait cette distinction à partir de la division historiquement produite entre le politique qui convoque le domaine de la citoyenneté et la gouvernementalité qui concerne la gestion des groupes et des populations. Selon lui, le « gouvernement du point de vue social » a été amorcé en Occident dans une phase récente, après l’établissement des droits politiques à l’intérieur de l’État-nation « pleinement développé » (Ibid., p. 49). Il en est tout autrement dans « la majeure partie du monde », en Asie et en Afrique notamment. Sous « l’État ethnographique » de la période coloniale, la gouvernementalité, qui vise le bien-être ou le contrôle des populations, s’est faite sans la reconnaissance de la citoyenneté (et de la souveraineté populaire qui lui est historiquement rattachée). Dans les nouveaux États indépendants, l’idée de citoyenneté républicaine, chère aux nationalistes du Tiers Monde d’alors, a été vite recouverte par les politiques de développement conduites dans l’optique de la gouvernementalité.

21 Notons que le quartier populaire est une notion flexible chez Diane Singerman. Alors qu’elle semble le limiter à certains carrefours lorsqu’elle dépeint son propre terrain (cf. l’introduction), les réseaux de solidarité qu’elle décrit outrepassent les limites initiales. Le quartier semble « voyager » avec ses habitants, surtout avec les plus jeunes d’entre eux, qui sont parfois obligés de le quitter mais avec lequel ils gardent des liens étroits et soutenus.

22 La visibilité est selon la théorie libérale et agonistique de la sphère publique une dimension centrale du politique (Arendt, 1983).

23 Cilja Harders partage cette interprétation sur les actions des pauvres, mais elle insiste sur une présence plus marquée de l’État (Harders, 2003). Elle pense que l’État a beaucoup plus de pouvoir que le suppose Diane Singerman.

24 Asef Bayat critique l’usage du terme résistance chez James C. Scott. Ce dernier est, selon lui, fortement influencé par la théorie du choix rationnel (Bayat, 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ratiba Hadj-Moussa, « Des pauvres de la politique à la politique des pauvres », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3884

Haut de page

Auteur

Ratiba Hadj-Moussa

York University, Toronto, Ontario, Canada - rhm@yorku.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page