Navigation – Plan du site
Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration

Amours Transi(t)s

Transactions sexuelles au prisme de la migration
Jean-Yves Le Talec et Laurent Gaissad

Texte intégral

  • 1 Colloque co-organisé par le Centre en études genre (Liege), le Centre de recherche sur l’action pol (...)
  • 2 Sont également prévus un ouvrage et un numéro thématique de la revue Ethnologie française.

1C’est à la suite du colloque international « Transactions sexuelles », organisé à Lausanne du 27 au 29 mai 2010, à l’initiative du Groupe de travail « Sociologie des sexualités » de l’AISLF, associé à l'université de Lausanne 1, qu’ont mûri plusieurs projets de publication 2, dont ce dossier dans la revue SociologieS, centré sur les transactions sexuelles au prisme de la migration.

  • 3 Les résumés des contributions peuvent être consultés sur le site du colloque. URL : http://www3.uni (...)

2La théorie féministe et notamment l’apport conceptuel « de continuum économico-sexuel » proposé par Paola Tabet (2005) constituait l’argument central de ce colloque, en tant que référence désormais classique de l’analyse des échanges impliquant la sexualité et prenant en compte le genre dans une diversité de configurations, allant du mariage à la prostitution. Toutefois, certains contextes paraissent échapper au schéma attendu des services sexuels assurés par des femmes au bénéfice et sous le contrôle des hommes (Hunter, 2002). C’est pourquoi l’ambition du colloque était aussi d’élargir le cadre des « transactions sexuelles » à de nouveaux terrains contemporains, tels que par exemple la sexualité commerciale au sens large (les nouvelles formes de « l’industrie du sexe », perçues tant du point de vue de l’offre que de la demande ou encore des instances de sa « régulation »), la conjugalité et les flux économiques qu’elle suppose y compris dans ses ouvertures récentes (unions entre personnes de même sexe) et ses recompositions familiales (homoparentalité), le « marché de la santé » avec les questions que posent par exemple les demandes croissantes d’assistance sexuelle aux personnes malades ou handicapées 3. Certaines de ces transactions sexuelles débordent effectivement le cadre strict des rapports hétérosexuels et de la domination masculine ; certaines reposent sur un échange de biens immatériels (amour, affection, reconnaissance) plutôt que matériels (argent, services, position sociale) ; certaines mettent en jeu des relations où l’acte sexuel est secondaire, voire absent (« cybersexe », pornographie, spectacles…) ; toutes, en tous cas, interrogent la théorie de l’échange économico-sexuel et ouvrent la réflexion sur d’autres perspectives d’analyse relevant par exemple de l’anthropologie du don (Mauss, 2007), de la sociologie des émotions (Charmillot et al., 2008) ou encore du paradigme économique libéral et de la « déliaison » sociale des individus (Bauman, 2008). Néanmoins, les débats durant le colloque ont été animés à propos de l’orientation que les unes et les autres ont adoptée dans les analyses de leurs terrains ; si ces perspectives nouvelles les enrichissent, elles peuvent présenter l’inconvénient de paraître reléguer les rapports de genre au second plan, voire d’en relativiser la dimension intersectionnelle (Dorlin, 2009) et de finalement s’affranchir du continuum économico-sexuel proposé par Paola Tabet.

3Les transactions sexuelles dans le contexte des migrations soulèvent évidemment toutes ces questions. À l’échelle globale et sous leurs diverses formes liées à la mobilité transnationale, elles mettent singulièrement au défi les débats contemporains où des définitions conflictuelles et parfois incompatibles s’affrontent. Ces tensions opposent l’idée de régulations nationales de la citoyenneté à la légitimité même de celui ou celle qui circule en nos espaces, les traverse ou s’y installe et à l’écologie d’un marché sexuel mondialisé qui rendrait chaque fois plus floue la ligne de partage entre travail sexuel et prostitution. Elles attestent de la prégnance d’un champ d’études et d’expériences où les carrières et les réseaux migratoires sont simultanément mobilisés à l’aune des bénéfices socio-économiques de la mobilité spatiale et de l’agenda plus ou moins coercitif des politiques d’États-nations (interventions humanitaires comprises).

  • 4 Voir le numéro spécial de la revue Diasporas. Histoire et sociétés, n° 15 : « Transports amoureux » (...)

4Des approches en sciences sociales ont déjà montré combien la vie affective et sexuelle des migrant-e-s peut tour à tour être marquée du sceau du déficit, de la misère, de l’exploitation et de l’indignité, ou au contraire, constituer la plus-value de leur intégration sociale, lorsque leur « assimilation » réussie en vient à rimer avec une mixité proche de l’acculturation 4. Dans les articles réunis pour ce numéro de SociologieS, les auteures s’efforcent justement de rompre avec de telles conceptions réifiées de la migration et des transactions sexuelles en essayant de mettre en lumière des trajectoires individuelles ou collectives qui se déploient surtout dans la distance qui sépare les univers de normes traversés (Missaoui, 2003). Elles cherchent ainsi à révéler chez ces femmes ou ces personnes transgenres en migration l’originalité de biographies caractérisées par des transitions souvent radicales d’une situation à l’autre dans la vie quotidienne et le cas échéant, par une morale du secret à la mesure des troubles publics dans le genre et dans la sexualité que suggèrent de tels parcours.

5On redécouvre évidemment, entre les lignes denses de cette série de contributions pour l’essentiel ethnographiques, l’héritage des approches féministes matérialistes (Tabet, 1987) et constructivistes (Pheterson, 1986). Celles-ci ont fermement établi une continuité entre différents régimes moraux et politique de l’économie sexuelle au prisme du genre et en particulier rapproché l’état matrimonial jusqu’alors pris comme « ordinaire » de formes d’échanges tout aussi hiérarchisés, où le genre s’envisage comme ressource ou comme stratégie, tout en objectivant la fonction normative du « déshonneur » associé à la prostitution dans un espace transactionnel global entre les sexes. Bien sûr, les travaux rassemblés ici évoquent la polémique récurrente qui oppose la perspective d’un trafic des femmes du « sud global » au bénéfice des patriarcats industrialisés du nord, à celle, plus diversifiée, de la « réussite migratoire » au travers des mailles mouvantes du projet matrimonial et/ou du travail sexuel. Moins que « l’attachement blessé du féminisme occidental au sort de la prostituée du tiers monde », pour reprendre le titre d’un célèbre article consacré à l’histoire la lutte contre le trafic et à ses effets sur la mobilité des femmes (Doezema, 2001), ces travaux choisissent de placer au cœur de leur démarche, avec une réflexivité digne des ethnométhodes, les logiques d’action situées à la croisée des contraintes et de l’affranchissement. Les différentes formes de transactions sexuelles prises à témoin exposent au passage une part des entreprises de morale qui se spécialisent dans la médiation des économies désirantes et de la migration, depuis les offices nationaux philippins officiellement dédiés à la préparation des candidates au départ jusqu’à la force diffuse mais non moins efficace des liens communautaires dans les sociétés d’origine ou d’accueil, comme dans le cas des aventurières sénégalaises, thaïlandaises ou brésiliennes, en passant par les ressources notoirement secrètes des « Miss Visa » qui font circuler les hommes entre ici et là-bas.

6Dans son article remarquablement documenté, Gwenola Ricordeau examine le contexte des « migrations par le mariage », dont elle souligne qu’il est l’objet de régulations croissantes – à la fois dans les pays d’origine et d’accueil – et qu’il ne peut aisément se réduire au cadre d’un strict échange économico-sexuel, mais qu’il recouvre plutôt une « zone trouble », où « les relations affectives, les stratégies matrimoniales et les parcours migratoires se confondent ». Dans une perspective intersectionnelle, l’auteure rend compte d’une enquête menée aux Philippines, notamment auprès d’un organisme habilité à délivrer les indispensables certificats d’émigration, afin d’observer le parcours des femmes souhaitant se marier à un étranger, en vue de quitter les Philippines. Ce phénomène s’inscrit dans une longue histoire « d’exportation » de main d’œuvre (masculine et féminine) et de promotion du tourisme sexuel encadrés par les pouvoir publics. Ces femmes cherchent souvent à échapper aux contraintes du marché matrimonial local, qui leur est défavorable en raison de leur âge ou de leur situation et à accéder au statut social des femmes occidentales, tout en ayant conscience du risque que cela peut comporter. Avec également l’objectif d’obtenir un travail dans leur pays d'accueil, elles n’y acquièrent pas toujours une meilleure position sociale, d’autant que la perspective d’un mariage mixte s’inscrit pour elles dans le cadre traditionnellement attendu d’épouse et de mère. Le mariage avec un occidental côtoie d’autres stratégies (en particulier l’essor du cybersexe) qui révèlent la « porosité des frontières entre prostitution et d’autres formes d’échanges économico-sexuels », mais aussi les capacités d’action de ces femmes « aux prises avec des systèmes de domination de "race", de classe et de genre ».

7Par bien des aspects, la situation des kathoey, transgenres ou transexuelles male-to-female thaïlandaises, présente des similitudes avec celle des femmes des Philippines. Dans son article, Cheera Thongkrajai analyse les parcours de ces « femmes de second type », tels qu’elles les racontent elles-mêmes une fois arrivées en Europe. Leurs stratégies migratoires et conjugales mobilisent à divers degrés « le sexe, l’amour et l’argent », dans une typologie qui va de la prostitution au mariage, en passant par l’amour romantique. Leurs partenaires occidentaux peuvent prendre le statut de client, de « patron », de mari, d’amant ou de partenaire sexuel, impliquant plus ou moins de bénéfices matériels et d’engagements affectifs. Dans ces relations, les sentiments prennent une place variable, de même que l’argent, qui, dans la culture thaïlandaise, traduit le degré d’implication du partenaire masculin dans la relation et matérialise aussi en retour un système de reconnaissance familiale. En émigrant, les kathoey veulent améliorer leur statut social et gagner une plus grande autonomie. Leurs stratégies reposent sur des transactions sexuelles, affectives et économiques avec des hommes occidentaux, qui vont de la prostitution au statut conjugal, d’autant plus enviable qu’elles sont traditionnellement écartées du marché matrimonial dans leur pays. En Europe, elles espèrent subir moins de discriminations qu’en Thaïlande, en étant reconnues en tant que femmes à part entière sur le plan social et légal, une façon également de « regagner la face » dans leur pays d’origine.

8En étudiant cette fois la prostitution comme activité principale dans le pays d’accueil, Maria Engrácia Leandro et Maria da Graça Pereira proposent les premiers résultats d’une recherche exploratoire menée auprès de femmes brésiliennes ayant émigré au Portugal. Cette mobilité s’inscrit là encore dans une longue histoire de flux de populations entre ces deux pays (des hommes, des femmes, des familles) et dans le cadre contemporain des migrations des femmes du Sud vers le Nord, en vue d’échapper à la pauvreté et de réaliser leurs projets personnels et familiaux. Arrivées seules au Portugal, souvent en situation irrégulière, ces Brésiliennes ont parfois tentées d’accéder au marché du travail légal ou illégal avant de se tourner vers la prostitution et d’exercer « en appartement », hors des circuits organisés, afin de valoriser au mieux le « capital » que représente « l’usage social du corps et de la sexualité ». Elles sont toutefois contraintes à une grande discrétion, afin d’esquiver toutes sortes de contrôles sociaux et de désignations et leur vie sociale s’en trouve très réduite. Certains clients leur offrent l’opportunité de rapports différents, fondés sur « l’amitié » et des échanges de services qui excluent la sexualité. « Dans l’esprit de ces femmes, les situations se distinguent : d’un côté, les transactions sexuelles rémunérées et de l’autre les relations sans échange monétaire direct dans le registre de l’amitié, de la cohabitation, voire du mariage, sans qu’elles soient tout à fait dénuées pour autant d’échanges d’ordre économique ». Il s’agit là d’un « continuum entre différents types de relations plus axées sur la satisfaction émotionnelle réciproque ». Le mariage constitue un projet ultime, soit après avoir regagné le Brésil avec de l’argent, soit en vue de rester au Portugal. Dans tous les cas, il matérialise leur aspiration à une ascension sociale globale de leur famille.

9Les femmes libres sénégalaises installées à Marseille fournissent un autre exemple d'émigration en solitaire. Leurs parcours de vie, que restitue Melissa Blanchard dans son article, montrent qu'elles « ont en commun le fait d’avoir quitté leur pays hors des schémas familiaux et conjugaux avec l’idée de reconstruire leur vie en France, souvent autour d’un projet de petite entreprise commerciale ». Elles choisissent d'émigrer afin de mener une vie plus autonome et indépendante, en quête de promotion sociale, mais elles n'échappent pas totalement au cadre traditionnel des échanges économico-sexuels tels qu'ils se pratiquent au Sénégal. En France, beaucoup d'entre elles entretiennent « des relations plus ou moins stables et officielles avec des hommes, africains ou français, qui peuvent rester hors du cadre du mariage comme finir par s’inscrire dans celui-ci ». Ces services sexuels, qui comprennent également une dimension affective, ne sont souvent pas précisément tarifés, mais comportent diverses compensations de la part du partenaire masculin. Parce qu'elles sont considérées comme des prostituées, ces femmes libres sont perçues comme « déviantes et sont exclues des circuits de solidarité et de sociabilité communautaire » à Marseille, ce qui contribue à leur isolement social. L'auteure souligne toutefois que la qualification de prostitution, dans leur cas, doit être envisagée avec prudence, car ces relations s'inscrivent dans une logique traditionnelle de comptabilité des rapports hommes / femmes dans leur société d'origine. L'émigration permet à ces femmes d'échapper à une situation d'oppression, d'accéder à une forme d'indépendance sociale et de liberté, qu'elles ne pourraient vivre ni dans la société sénégalaise, ni en France dans un contexte de prostitution organisée, mais dont elles paient le prix en termes de statut social. À l'instar des femmes brésiliennes étudiées au Portugal, le (re)mariage constitue le moyen de restaurer leur respectabilité, soit en restant en France, soit en retournant au Sénégal, comme « grande dame de l'émigration ».

10De mariage il est encore question, à propos des Miss Visa, dont Fatiha Majdoubi décrit les stratégies « qui valorisent leur propre parcours migratoire, ou celui de leurs parents, pour résoudre certains obstacles et s’offrir ainsi des capacités d’agir, à l’écart des systèmes traditionnels de régulation des violences ». Il s'agit en effet de permettre à des hommes d'émigrer ou de régulariser leur situation en France par le biais du mariage, objet d'une transaction qui fournit une « ressource alternative de mobilité » et reste parfois « le dernier moyen légal de passer les frontières ». Dans ce contexte, ces femmes acquièrent un statut particulier, en rendant possible la mobilité transfrontalière des hommes. Il s'agit là d'arrangements discrets, voire secrets, bien qu'assez répandus dans les diverses communautés qu'a observées l'auteure. L'échange met en jeu l'accès à des papiers contre une rémunération immédiate ou différée par le jeu de la reconnaissance familiale. Il s'agit de nouvelles formes de conjugalité (pas toujours hétérosexuelle) mises en œuvre en vue de contourner le contrôle des circulations internationales et de subvertir le droit. Ces mariages restent toutefois « assez confus, ni complètement "faux", ni complètement "arrangés", ni complètement "forcés", souvent à l'intersection de toutes ces représentations typiques ». Le phénomène des Miss Visa s'est développé avec la fermeture progressive des frontières européennes, en valorisant la place des femmes qui disposent d'un statut légal dans le pays d'accueil, souvent à la suite d'un regroupement familial. Il habille de nouvelles significations ce qui passe souvent pour un « mariage traditionnel », dans lequel elles détiennent et peuvent disposer d'un bien précieux pour les hommes et leurs familles, mais aussi pour elles-mêmes, en leur permettant de maîtriser les conditions d'un échange rentable et avantageux dans un espace social contrôlé. In fine, ces transactions redéfinissent les termes des rapports de sexe, en ouvrant des possibilités « à l’écart, à l’ombre même, des revendications égalitaristes du féminisme ou des mouvements sans-frontiéristes ».

11L’ensemble de ces textes brosse un tableau très riche des transactions sexuelles, au prisme de la migration. Le regard est ici principalement centré sur les femmes et met en évidence les contraintes auxquelles elles tentent de se soustraire, tout au long de leurs parcours. Ce regard montre bien la dynamique des rapports de sexe tels qu’ils s’exercent dans les sociétés d’origine et d’accueil et auxquels elles n’échappent ni là-bas, ni ici. De ce point de vue, le fait que ces recherches aient été conduites par des femmes prend toute son importance (Mathieu, 1991). À l’évidence, les transactions sexuelles dont il est question s’inscrivent dans un ensemble de configurations complexes, entre deux pôles qui ne s’excluent pas et peuvent même coexister, celui du mariage (pragmatique, rentable, idéalisé ou parfois récusé) et celui de la sexualité tarifée, quelle qu’en soit le cadre. Toutefois – et tous ces parcours et récits l’illustrent bien – le travail « tout court » se place au premier plan des ambitions associées à la migration, comme le meilleur moyen d’accéder à l’autonomie et de réaliser des projets personnels. C’est bien parce que le marché de l’emploi occidental leur oppose de nouvelles contraintes, là encore largement sexuées (exclusion, limitation, exploitation), que le « travail sexuel » peut s’imposer comme une alternative, un complément, voire une activité unique, sans pour autant garantir une meilleure sécurité. Analysés sous cet angle du travail, ces terrains de recherche ouvriraient également d’intéressantes perspectives.

12À l’échelle transnationale, chaque illustration des transactions sexuelles présentées ici dans le cadre de recherches abouties ou en cours gagnerait peut-être à être appréhendée comme une forme de « région morale » globalisée à elle seule, pour peu qu’on ose emprunter en la détournant à peine sa notion forgée dans le Chicago des années 1920 à Robert Ezra Park. C’est bien dans un contexte d’accroissement démographique et de mobilité inédite similaire à celle qu’occasionne la globalisation contemporaine que la prostitution et le célibat industriel ont pu être assimilés à d’autres figures de la dangerosité urbaine et morale. Dès le début du xxe siècle, les milieux réformistes dont on connaît l’enthousiasme religieux se sont beaucoup agités sur la question du « problème des hôtels meublés » à Chicago (Meyerowitz, 1990) où étaient logés les célibataires des deux sexes, venus tenter leur chance en ville depuis les quatre coins du sud de la fédération depuis l’abolition de l’esclavage et plus largement depuis l’autre bout du monde. Ce qui est qualifié alors d’une dislocation du tissu moral dans la presse ou dans les rapports de la Vice commission, atteste bien de l’existence d’une culture sexuelle peu conventionnelle pour l’époque, explicitement marquée par les opportunités liées à la migration et contrevenant aux idéaux de la classe moyenne blanche et protestante, alors détentrice locale du pouvoir. L’expérience migratoire et, à Chicago, le passage à l’arrière-plan du rôle de la famille pour la survie sociale et économique, ont fourni des contre-modèles très tôt décrits par ces premiers ethnographes des transactions sexuelles (Heap, 2003) et bien vite oubliés dans le champ des études du genre et la sexualité (Rubin, 2010).

13Poursuivre l’analogie, ce serait néanmoins s’en tenir à penser les exemples qui suivent comme autant de subcultures sexuelles autonomes et détachées de formes d’engagement économico-sexuels autrement plus conventionnels – et ils le sont hautement eux-mêmes à certains égards – a priori distincts des modèles dévalués par le stigmate de la prostitution. Des telles expériences sexuelles chevauchent et relient différents espaces socio-économiques plutôt que de les isoler. Il convient donc d’insister sur les « faits ordinaires de transition » (Matza, 1969) qui surgissent au détour d’une trajectoire, ou se trouvent mêlés à l’épaisseur des biographies en question. S’il faut enfin retenir que chacun des phénomènes étudiés ici « est finalement plus facile à désigner par ce à quoi il n’est pas réductible (prostitution et mariage notamment) » (Ricordeau, Infra), gageons que les transactions sexuelles mises à jour dans ce dossier ne sont pas simplement annexes ou contiguës à d’autres expériences sociales tour à tour intimes ou publiques, mais qu’elles font jonction dans le déplacement entre les normes.

***

14Les auteurs remercient très chaleureusement l’ensemble des collègues qui, à l’université de Lausanne, ont largement contribué au succès du colloque Transaction sexuelles et tout particulièrement Martina Avanza, Igor Cardellini, Magali Delaloye, Annick Despont, Cynthia Kraus, Emmanuelle Lada, Nicky Le Feuvre et Céline Schnegg.

Haut de page

Bibliographie

Bauman Z. (2008 [2003]), L’Amour liquide. De la fragilité des liens entre les hommes, Paris, Éditions Hachette.

Charmillot M., Dayer C., Farrugia F. & M.-N. Schurmans (2008), Émotions et sentiments : une construction sociale. Approches théoriques et rapports aux terrains, Paris, Éditions L’Harmattan.

Doezema J. (2001), « Ouch! Western Feminist’ "Wounded Attachment" to the "Third World Prostitute" » Feminist Review, n° 67: Sex Work Reassessed, Spring, pp. 16-38.

Dorlin E. (2009), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France.

Heap C. (2003), « The City as a Sexual Laboratory: The Queer Heritage of the Chicago School », Qualitative Sociology, n° 26, pp. 457-487.

Hunter M. (2002), « The Materiality of Everyday Sex: Thinking Beyond "Prostitution" », African Studies, vol. 61, n° 1, pp. 99-120.

Mathieu N.-C. (1991), « Critiques épistémologiques de la problématique des sexes dans le discours ethno-anthropologique», dans L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Éditions côté-femmes.

Matza D. (1969), Becoming Deviant, Prentice Hall, Englewood Cliffs Editions.

Mauss M. (2007 [1924]), Essai sur le don, Paris, Presses universitaires de France.

Meyerowitz J. (1990), « Sexual Geography and Gender Economy: The Furnished Room Districts of Chicago, 1890-1930 », Gender & History, n° 2, pp. 274-297.

Missaoui L. (2003), Les Étrangers de l’intérieur. Filières, trafics et xénophobie, Paris, Éditions Payot Rivages.

Pheterson G. (1993), « The Whore Stigma: Female Dishonor and Male Unworthiness », Social Text, Winter, n° 37, pp. 39-64.

Rubin G. (2010), « Étudier les subcultures sexuelles : Exhumer l’ethnographie des communautés gaies en milieu urbain nord-américain », Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Paris, Éditions Epel.

Tabet P. (1987), « Du don au tarif. Les relations sexuelles impliquant une compensation », Les Temps Modernes, n° 490, pp. 1-53.

Tabet P. (2005), La Grande arnaque : sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Colloque co-organisé par le Centre en études genre (Liege), le Centre de recherche sur l’action politique (Crapul), l’École doctorale en études genre de l’université de Lausanne, en partenariat avec le Fonds national suisse de la recherche scientifique, l’Agence universitaire de la francophonie, la Société d’ethnologie française, l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, l’Atelier genre et sexualité(s) et du Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains à l’Université Libre de Bruxelles.

2 Sont également prévus un ouvrage et un numéro thématique de la revue Ethnologie française.

3 Les résumés des contributions peuvent être consultés sur le site du colloque. URL : http://www3.unil.ch/wpmu/ts2010/colloque/resumes-des-contributions/

4 Voir le numéro spécial de la revue Diasporas. Histoire et sociétés, n° 15 : « Transports amoureux », Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Le Talec et Laurent Gaissad, « Amours Transi(t)s », SociologieS [En ligne], Dossiers, Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3846

Haut de page

Auteurs

Jean-Yves Le Talec

Sociologue au Certop-Sagesse (UMR 5044) à l’université de Toulouse 2-Le Mirail. Travaille sur le thème genre et santé. Co-fondateur avec Laurent Gaissad du Groupe de travail « Sociologies des sexualités » de l’Association internationale des sociologues de langue française - letalec@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Laurent Gaissad

Socio-anthropologue au LASCO-Sophiapol (CNRS 3932) à I’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, et collaborateur scientifique du LAMC à l’Institut de sociologie de l’Université Libre de Bruxelles. Mène actuellement une recherche sur le circuit festif gay en Europe et les usages de psychotropes. A dernièrement publié « “En femme” à la gare Saint-Charles. La prostitution des Algériens à Marseille », L’Année du Maghreb, VI, 2010, p. 197-213 - lgaissad@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page