Navigation – Plan du site
Champs de recherche et enjeux de terrain

L’enquête sociologique et les acteurs faibles

Jean-Paul Payet

Résumés

L’enquête sociologique auprès d’individus affaiblis par une disqualification sociale présente des enjeux singuliers et nécessite des compétences propres. Celles-ci se construisent dans les épreuves d’une proximité qui confronte le chercheur à des cadres moraux non familiers et qui l’expose à des émotions, à des malentendus, à des conflits. L’article s’attache à identifier ces épreuves, ainsi qu’à repérer les principales stratégies d’adaptation des cadres conventionnels de l’enquête sociologique. Il met en évidence l’activité de reconnaissance à l’œuvre dans une « enquête ouverte » visant à restituer la pluralité de l’acteur faible.

Haut de page

Texte intégral

1Une attitude épistémologique correcte consisterait à toujours se rappeler que les explications et les interprétations que nous proposons du réel sont incomplètes et donc partiellement fausses du fait de cette incomplétude. Pourtant, cette attitude modeste disparaît dès lors que nous nous mettons à écrire, à publier, à communiquer. Peut-être même est-elle déjà absente dans l’attitude que nous adoptons lors de l’enquête que nous menons auprès d’individus, de groupes, de populations. Nous avons tendance à sous-estimer les résistances que nous oppose le réel dans notre tentative de le mettre en ordre à des fins heuristiques. Disant cela, il n’est pas question de remettre en cause le caractère scientifique du travail sociologique et de plaider pour une forme de pratique artisanale et subjective, plus proche de l’art que de la science. À l’inverse, il semble que la connaissance sociologique aurait à gagner à faire état de ses difficultés, pour mieux les penser, car ces difficultés sont sans doute le nœud où se joue l’opération délicate de l’interprétation. Ici, nous nous en tiendrons à la difficulté particulière que constitue la compréhension, l’explication, l’interprétation sociologique, dès lors qu’elle met en jeu une relation dissymétrique entre le sociologue qui, bon gré mal gré, représente la société et ses normes morales et les sujets de son investigation, lorsque ceux-ci occupent dans cette société une place indigne – la question restant en suspens de savoir si les définitions de l’indignité sont partagées.

2L’enquête sociologique auprès d’acteurs faibles – que nous définissons comme des individus ayant fait l’objet d’une disqualification sociale du fait d’un stigmate physique, moral ou groupal (selon la classification proposée par Erving Goffman (1975) – pose la question de la parole de ces enquêtés dans la relation sociale qu’est l’enquête. Elle pose également la question du regard porté par l’enquêteur sur des individus habituellement exposés au jugement social. Il y a donc une double dimension politique – quelle est la capacité de parole des acteurs faibles ? – et morale – quelle est la légitimité de cette parole ? – à l’œuvre dans la relation d’enquête auprès d’individus socialement affaiblis.

3Si l’on veut défaire quelque peu le nœud du travail interprétatif évoqué plus haut, il convient d’appréhender la relation d’enquête de manière interactive. Du côté de l’enquêté, il s’agit d’abandonner l’image d’un sujet passif et de rendre compte de ses perspectives et de ses tactiques dans la relation d’enquête. Du côté de l’enquêteur, il s’agit d’être attentif à son affaiblissement, au regard des normes conventionnelles de l’enquête sociologique, mais également à ses capacités d’adaptation et d’invention face aux difficultés de l’enquête. Bien plus qu’à deux termes indépendants, c’est à la relation d’enquête dans des contextes caractérisés par une dissymétrie que nous entendons nous intéresser et à ses implications sur le travail d’interprétation sociologique.

Acteurs faibles : une figure pour penser l’institution contemporaine

4Nous avons proposé initialement la notion d’ « acteur faible » pour comprendre ce qui est à l’œuvre dans les institutions contemporaines, en éclairant les processus d’affaiblissement et de renforcement d’individus socialement disqualifiés qui s’y trament (Payet, Giuliani & Laforgue, 2008). Il importe en effet d’interroger les nouveaux discours et les nouvelles pratiques d’institutions qui revendiquent un rapprochement avec leurs publics, une prise en considération de leurs usagers, une adaptation de l’action de leurs professionnels aux singularités individuelles des ayants droit. Ces principes se traduisent notamment par des politiques et des dispositifs faisant place à et favorisant l’expression de la voix de ces individus socialement affaiblis.

5Quelle perspective propose la catégorie de l’acteur faible, d’un point de vue sociologique ? C’est à première vue une notion paradoxale, voire qui relève de l’oxymore. Elle semble synthétiser deux paradigmes inconciliables, l’un holiste, l’autre individualiste, l’un mettant en évidence des rapports structuraux de domination, l’autre insistant sur les capacités d’action. Si l’on se situe dans cette idée, certes illusoire, d’une synthèse, la notion d’acteur faible répond aux deux prédicats suivants : le premier est que les individus affaiblis ont une capacité d’action ; le second est que cette capacité d’action est celle d’individus affaiblis.

6La catégorie de l’acteur faible propose surtout une perspective analytique : elle postule que la faiblesse n’est pas un état mais un processus et qu’il convient dès lors de comprendre des dynamiques et des processus d’affaiblissement et de renforcement. L’approche se veut alors interactionniste et compréhensive. C’est, d’une part, l’étude des configurations sociales dans lesquelles les individus affaiblis agissent : en quoi ces configurations sociales sont-elles affaiblissantes ou habilitantes, capacitantes ? C’est, d’autre part, l’étude des perspectives des individus affaiblis, lesquels développent une action en propre : quelle activité réflexive et pratique développent-ils dans les configurations sociales produites par les institutions et hors de ces configurations ? C’est donc un double regard que propose la catégorie d’acteur faible : sur les institutions contemporaines dans leurs relations aux individus affaiblis et sur les individus affaiblis dans leur rapport à leur situation sociale. Ce regard croisé entend comprendre la coproduction de rôles, de compétences, de situations qui actualisent, rendent possible, produisent des processus d’affaiblissement ou de renforcement.

7Par la suite, nous avons mené une réflexion sur la relation d’enquête entre des chercheurs et des individus socialement affaiblis (Payet, Rostaing & Giuliani, 2010). C’est en fait prolonger le travail d’investigation sur l’institution contemporaine que d’interroger la place et le rôle de la sociologie dans la production de discours qui alimentent la doxa et l’action politique et institutionnelle. Les sociologues répondent le plus souvent à des commandes d’institutions publiques : ils représentent donc, même s’ils prétendent – et doivent – s’en détacher, la société en tant que figure incarnée dans des formes stabilisées, officielles et légitimes. L’enquête en soi peut être considérée comme une institution, avec son mythe fondateur, ses rites, ses objectifs normatifs. À ce titre, elle est susceptible d’une même interrogation (que les institutions publiques) sur ses logiques affaiblissantes ou habilitantes, lorsqu’elle prend pour objet des individus socialement affaiblis.

La relation d’enquête en contexte d’affaiblissement

8L’enquête auprès d’individus affaiblis ou sur des configurations d’affaiblissement éprouve de manière récurrente le chercheur dans trois registres.

L’épreuve de la présence au monde

9C’est le propre des méthodes compréhensives d’opérer un rapprochement vers le terrain et vers les enquêtés. Rapprochement au sens à la fois physique et sensible d’une rencontre interpersonnelle ; rapprochement au sens moral et intellectuel des perspectives et des raisons des enquêtés. Lorsqu’il s’opère avec des individus disqualifiés, ce rapprochement se fait au risque de tensions, de conflits, de ruptures. Avec l’avènement de la seconde modernité, la réflexivité, la subjectivité, la distance au monde, la « double herméneutique » (Giddens, 1994) ne sont plus le monopole du chercheur, elles sont aussi le fait des enquêtés qui font partie du même monde, désormais global. Les enquêtés interrogent, interpellent, somment le chercheur de se justifier, de participer, de prendre parti, de quitter une position de surplomb, bref d’être présent au monde. Différents registres sont utilisés par les enquêtés pour signifier leur conscience de l’impuissance de la recherche à agir sur le monde et pour amener le sociologue à éprouver, à partager – ne serait-ce que provisoirement – une situation de fragilité, de vulnérabilité, de souffrance, d’empêchement. Nous ne dirons pas que l’acteur faible redevient fort en renversant la relation d’enquête lorsqu’il provoque, agresse, met à l’épreuve, voire rabaisse le sociologue. Nous dirons plutôt qu’il agit de manière à faire éprouver à l’autre ce qu’on éprouve quand on est affaibli et empêché.

  • 1  Les exemples de recherches cités dans cet article renvoient aux différents chapitres de l’ouvrage (...)

10Le rapprochement avec l’enquêté affaiblit également l’enquêteur, parce qu’il l’éprouve dans ses convictions morales et, notamment, dans sa croyance en la figure d’un « faible vertueux » (Pétonnet, 1979). Le chercheur de l’enquête proche fait l’expérience de la duplicité des acteurs, de l’ambivalence des situations, des infractions à la morale qu’il pensait la plus partagée. Les prisonniers peuvent être dégoûtants, pervers, violents. Les immigrés, racistes, sexistes. Les familiers, avoir envers leurs proches des pulsions malveillantes. Les enquêtés, en qui il avait placé sa confiance, peuvent se retourner et lui opposer leur méfiance 1.

11La difficulté de l’enquête auprès d’individus affaiblis est donc qu’elle doit passer par l’épreuve d’un affaiblissement du chercheur. Ses normes morales sont bousculées, ses certitudes ébranlées. L’enquête est dévoilée dans sa nature surplombante et les prêt-à-penser méthodologiques sont mis en question. Le paradoxe de l’enquête compréhensive est révélé : comment justifier la démarche d’enquêté auprès d’acteurs faibles ? Comment saisir la faiblesse des enquêtés sans les affaiblir ? L’enquête est mise au défi de se ré-inventer. Il s’agit de traduire des expériences malaisées en outils de compréhension, d’apprendre ce qu’elles disent des processus d’affaiblissement et de renforcement des acteurs faibles, de transformer les émotions en autant d’indices de signification.

L’épreuve de la décence

12L’enquête peut être définie comme une forme d’institution, qui met en contact des chercheurs, généralement agents rémunérés par l’État, et des publics, qui sont invités à satisfaire la curiosité des premiers, à dévoiler leur vie, à révéler leur(s) monde(s), à se raconter. De plus en plus à se raconter : la superposition est troublante entre l’entretien de recherche et les récits de soi exigés par des institutions revendiquant elles aussi leur évolution compréhensive. Si l’enquête est une institution, alors elle participe de la décence (ou de l’indécence) d’une société, au sens où Avishai Margalit (1999) définit une société décente « comme une société dont les institutions n’humilient pas les gens ».

13Or l’enquête auprès d’individus fragilisés, vulnérables, affaiblis est, dans son mouvement premier, indécente. Au lieu de protéger, elle expose. Au lieu d’atténuer, elle accentue. Au lieu d’oublier, elle met à vif. Au lieu de banaliser, elle attire l’attention. Au lieu de singulariser, elle typifie. Et non contente d’objectiver dans des catégories, l’enquête compréhensive recherche l’épaisseur du vécu, la subjectivité authentique (Bertaux, 1980). Dans son principe même, elle constitue une offense à l’affirmation d’un droit à l’indifférence. Et les acteurs faibles refusent souvent une relation qui les conduit à s’expliquer, à se justifier, à présenter une cohérence – alors même que l’affaiblissement est justement la perte d’une maîtrise de soi, la défaillance d’une responsabilité individuelle. L’enquête réactive l’humiliation, le sentiment d’avoir perdu la partie, en instituant une dimension de bilan, d’évaluation de soi, une logique de comparaison entre le soi réel et le soi idéal, entre soi et les autres (Murard, 2008).

14L’indécence ontologique de l’enquête est également liée à ce qu’elle inscrit la rencontre dans une forte asymétrie. L’enquête prend acte de l’étanchéité des mondes et la manifeste. L’enquêteur se déplace (dans le monde de l’enquêté), mais il s’agit d’une simple visite, d’une incursion, il se ménage toujours un retour dans son monde, il n’invite pas l’autre dans celui-ci (si jamais celui-ci en manifestait l’envie) et il n’offre pas non plus, par l’enquête, l’accès à une plus grande mobilité pour l’individu affaibli.

15L’épreuve de la décence est donc ici de déprendre l’enquête de sa « maladie congénitale » (la relation perverse savoir/pouvoir mise en évidence par Michel Foucault (1975) et de l’inscrire au contraire dans une entreprise de reconnaissance.

L’épreuve de la consistance

16Il s’agit ici du sens du travail sociologique, de l’affirmation d’un rôle social, de la finalisation de l’activité de recherche dans une action publique (Raymond, 2010). Le « à quoi ça sert ? » des enquêtés ou du chercheur (à lui-même) menace la réalisation du travail. La fatigue du terrain – liée aux émotions, aux tensions, aux conflits, à la compassion, au sentiment d’impuissance – conduit à reconstruire au moment de l’analyse et de l’écriture un terrain fictif, à en gommer les aspérités, à en dissoudre les ambiguïtés, à en occulter les contradictions.

17L’épreuve de la consistance met au défi de tenir la posture réflexive de l’enquête jusque dans le travail d’écriture, d’assumer la complexité de l’interprétation, de se saisir du désordre du terrain pour le diffuser dans le discours savant afin d’en bousculer les arrangements conventionnels. La non-censure du matériau des émotions illustre bien ce renouveau heuristique de la recherche compréhensive. L’infra, l’émergent, l’incident, dans l’enquête – les aléas, les déconvenues du terrain, les malentendus, les ruptures de communication avec les enquêtés – sont légitimés comme autant d’opportunités de compréhension et d’opérateurs du travail interprétatif (Palomares & Tersigni, 2001).

Les stratégies d’adaptation des chercheurs

18Pour résoudre ces épreuves, trois postures sont expérimentées dans l’activité d’enquête. Ces trois postures ne répondent pas terme à terme à chacune des trois épreuves présentées ci-dessus. Elles ne sont pas non plus exclusives l’une de l’autre et peuvent être hybridées au sein d’un même dispositif de travail.

La construction d’une familiarité

19Pour dépasser les obstacles d’une enquête auprès d’individus affaiblis, la temporalité longue apparaît souvent comme une ressource adéquate. Elle permet de dépasser les préjugés, d’installer la confiance, comme on dit prosaïquement. Elle offre la possibilité d’un développement de la relation qui procède par étapes, négociations, ruptures, redéfinitions. Elle permet aussi de restituer à l’individu affaibli l’ensemble de ses liens et de ses attachements, et de les explorer, plutôt que se limiter à la première image d’un isolement, d’un enfermement, d’une situation statique.

20La temporalité longue offre également l’opportunité d’assouplir le cadre moral de l’enquête. La durée permet de dépasser, d’un côté, la provocation ou l’humiliation de soi, de l’autre, l’indignation ou la pitié. Les enquêtés peuvent déplacer les limites qu’ils ont fixées d’emblée à l’investigation en fonction des propres déplacements de l’enquêteur.

L’expérience d’une association

21Certains chercheurs adoptent des postures d’engagement dans l’enquête, ou pour le dire autrement, de « faire avec » les enquêtés dont la particularité est d’être affaiblis. L’enquêteur cherche des formes de coproduction des données qui l’impliquent dans une coopération avec autrui. Ces procédures relèvent de l’écriture – l’enquêteur expérimente une écriture commune – ou de la parole – l’enquêteur propose un cadre d’expression. Dans l’un ou l’autre cas, c’est une voix qui ne parvient pas à se dire seule qui motive l’expérimentation du « faire avec ». L’idée de prêter sa voix est liée à un enjeu, celui de rendre compte d’un déni de justice, de faire valoir une demande (implicite ou explicite) de reconnaissance (Honneth, 2002), de rendre une voix aux individus affaiblis. Elle suppose souvent un travail de longue durée avec des enquêtés-acteurs. L’enquête est pensée dans sa dimension performative d’une expérience émancipatrice.

La sensibilité à l’émergence

22D’autres postures délaissent l’enquête directe auprès d’individus affaiblis pour les saisir dans des relations et des cadres institutionnels du travail avec autrui (accompagnement, care...). L’attention se déplace du côté des professionnels ou des « initiés », du quotidien des échanges, des gestes, des lieux, des rituels. L’enquêteur cherche les liens autour de la faiblesse plutôt qu’auprès des « faibles » eux-mêmes. Le postulat est que la parole des enquêtés n’est pas libre, car les institutions devenues « compréhensives » leur intiment de se dire, de se raconter. Il s’agit donc d’être là, d’observer, de partager, de ressentir, d’être « pris ». Le défi est de se déprendre des catégories institutionnelles pour rendre compte des configurations vécues de l’affaiblissement et de son dépassement. Plutôt que de reconstituer des parcours de vie, cette posture procède du choix de privilégier l’observation des bricolages, des arrangements, des « petites fabrications » qui rendent le monde vivable. Elle conduit à valoriser des configurations relationnelles et des pratiques peu remarquées, peu légitimes. L’enquête rend également compte d’acteurs pluriels, dont l’affaiblissement situationnel apparaît alors comme potentiellement réversible.

L’ « enquête ouverte » : reconnaître la pluralité de l’acteur faible

23L’enquête en milieu disqualifié ou auprès d’individus frappés d’une disqualification sociale est marquée par un redoublement de l’activité de typification. Les objets de l’enquête sont déterminés par la construction sociale, politique, institutionnelle des « problèmes sociaux » et des « catégories-cible ». On enquête ainsi auprès d’individus qui sont déjà pris dans les mailles serrées de l’action institutionnelle. Le sociologue est l’une des figures qui peuplent le monde institutionnel tissé autour de l’individu disqualifié. Si toute relation sociale est concomitante d’une catégorisation (Simmel, 1999), les « relations mixtes », pour parler comme Erving Goffman (1975), sont particulièrement troublées par la mécanique de la disqualification, laquelle écrase la pluralité de la relation en faisant du stigmate le point de référence indépassable des évaluations mutuelles.

24Le travail de l’enquêteur consiste bien ainsi à affranchir sa vision de la catégorisation institutionnelle qui pèse sur les enquêtés disqualifiés. Mais le stigmate n’est pas seulement externe, car les individus s’identifient à ces identités assignées et les intègrent à leurs conduites. Des épreuves morales émergent dans la rencontre réelle avec les sujets de son enquête. Une difficulté typique de l’enquête en milieu disqualifié ou auprès d’individus frappés d’une disqualification sociale est qu’elle confronte le chercheur à des univers normatifs différents, parfois à l’opposé de ceux auxquels il adhère (Elias, 1983). Le conflit moral n’est pas une vue de l’esprit, il éprouve l’enquêteur, produisant toute une série d’empêchements à travailler et à penser. Quel que soit le mode de résolution de ces épreuves morales – l’indignation à l’égard de pratiques perverses ou à l’égard des conditions sociales qui ont produit ces perversions – la conséquence est la même : la pluralité de l’acteur faible échappe à l’enquêteur.

25Or les aléas, les difficultés, les conflits, les échecs, autrement dit les empêchements de l’enquête, peuvent être redéfinis comme autant d’énigmes à résoudre dans un processus de compréhension (Callon & Rabeharisoa, 1999). Il convient de reconnaître que nous n’avons pas forcément le langage qui nous permet de décrire ce qui se passe, de comprendre ce qui se fait, d’interpréter ce qui est à l’œuvre. L’image selon laquelle le sens est caché est trop souvent utilisée pour invoquer une raison immanente, structurelle aux actions individuelles. Si nous pouvons dire pour notre part que le sens est caché, c’est parce qu’il est l’objet d’un voilement de la part de l’enquêté comme de l’enquêteur. Ainsi, les résistances à l’enquête doivent être vues comme un travail de protection auquel participent tant l’enquêteur que l’enquêté.

26Que signifie alors une « enquête ouverte » ? Elle est celle qui fait place à la pluralité de l’acteur (Joseph, 2002). Mais l’individu disqualifié, affaibli ne se présente pas à la perception commune à la manière d’un « acteur faible », dont l’oxymore entend au contraire souligner la pluralité, commune à tout acteur. Il apparaît spontanément comme une figure typifiée, une déclinaison de la catégorie de faiblesse. L’enquête auprès de ces individus ainsi catégorisés institue une relation dissymétrique qui rend difficile et parfois improbable l’accès à leur pluralité. Là où la rhétorique de la dénonciation entérine et donc réifie ce qu’elle entend dénoncer, l’« enquête ouverte » rend possible l’émergence et la saisie d’expressions, de registres d’action qui rendent raison à l’agency des acteurs faibles. L’« enquête ouverte » déplie ce qui a été plié et recouvert, y compris par les individus eux-mêmes.

27Disons-le encore, au risque de la redondance : l’acteur faible ne se résume pas à l’individu affaibli, la notion théorique n’est pas l’équivalent de la catégorie descriptive. Primo, l’acteur faible est pris dans une configuration relationnelle (Strauss, 1992) qui l’affaiblit – il n’est pas faible par essence. Secundo, il a une action en propre ; il se saisit d’occasions disponibles dans un cadre relationnel (d’affaiblissement mais aussi de renforcement), il adapte, interprète les règles en vigueur ou en invente de nouvelles. Par rapport à cette double caractéristique de l’acteur faible, l’enquête rencontre une double difficulté. D’une part, la disqualification accroît l’asymétrie de l’enquête et complique, voire empêche la réalisation de l’idéal de l’enquête, à savoir une réciprocité entre égaux (laquelle permet l’expression d’une réflexivité, etc.). D’autre part, l’action en propre des individus n’est pas donnée à la saisie, car elle fait l’objet d’un masquage et/ou elle apparaît comme amorale. Il s’ensuit que, si elle ne résout pas cette double contrainte, l’enquête échoue à saisir l’action en propre de l’acteur faible, qu’elle y renonce purement et simplement ou qu’elle fabrique une version théorique de cette action.

  • 2  La sociologie est génétiquement associée à la question de la crise de la société, qui a été pensée (...)

28L’intérêt à rendre visible le travail invisible de l’enquête, à penser ses impensés, est de faire de l’enquête un moment décisif de l’interprétation (Dodier & Baszanger, 1997) et, plus encore, qu’un moment, à tramer ensemble les données et leur sens dans une dynamique de coproduction. Les empêchements de la relation d’enquête constituent des révélateurs des relations d’affaiblissement vécues par les individus. Ils méritent donc toute notre attention dans un processus heuristique. Le dépassement de ces empêchements par des stratégies de reconnaissance (Payet & Battegay, 2008), de capacitation, de collaboration, mises en œuvre dans et par l’enquête, permet à l’individu affaibli de révéler la pluralité qui l’habite, qui sous-tend ses actions ou qui définit ses possibles. Au final, la saisie des univers tels qu’ils sont vécus nécessite de s’affranchir des modèles normatifs et institutionnels qui contaminent la relation d’enquête et les présupposés idéologiques qui structurent le travail sociologique. L’« enquête ouverte » avec des acteurs faibles se tient sur le fil, à la verticale de deux écueils, l’indignation et l’essentialisation. Elle est une activité de reconnaissance de la disqualification, mais à des fins de pluralisation, pour ouvrir des horizons normatifs idéaux et abstraits que la sociologie a jusqu’ici contribué à entretenir 2.

Haut de page

Bibliographie

Bertaux D. (1980), « L’approche biographique : sa validité méthodologique, ses potentialités », Cahiers internationaux de sociologie, vol. LXIX, pp. 198-225.

Callon M. & V. Rabeharisoa (1999), « La leçon d’humanité de Gino », Réseaux, n° 95, pp. 197-234.

Dodier N. & I. Baszanger (1997), « Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique », Revue française de sociologie, vol. XXXVIII, pp. 37-66.

Elias N. (1983), Engagement et distanciation, Contribution à la sociologie de la connaissance, Paris, Éditions Fayard.

Foucault M. (1975), Surveiller et punir, Paris, Éditions Gallimard.

Giddens A. (1994), Les Conséquences de la modernité, Paris, Éditions L'Harmattan.

Goffman E. (1975), Stigmate. Les usages sociaux du handicap, Paris, Éditions de Minuit.

Honneth A. (2002), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

Joseph I. (2002), « Pluralisme et contiguïtés », dans Cefaï D. & I. Joseph (dir.), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éditions de L’Aube.

Margalit A. (1999), La Société décente, Paris, Éditions Climats.

Murard N. (2008), « La reconnaissance négative dans l’expérience sociale de la vulnérabilité : la seconde liberté », dans Payet J.-P. & A. Battegay (dir.), La Reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio-anthropologiques, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 183-189.

Palomares E. & S. Tersigni (2001), « Les rapports de place dans l’enquête : les ressources du malentendu », Langage et Société, n° 97, pp. 5-26.

Payet J.-P. & A. Battegay (dir.) (2008), La Reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio-anthropologiques, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Payet J.-P., Giuliani F. & D. Laforgue (dir.) (2008), La Voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Payet J.-P,  Rostaing C. & F. Giuliani (dir.) (2010), La Relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Pétonnet C. (1979), On est tous dans le Brouillard, ethnologie des banlieues, Paris, Éditions Galilée.

Raymond R. (2010), « La problématique de l’« acteur faible » : un objet-piste », dans Payet J.-P. Rostaing C. & F. Giuliani (dir.) (2010), La Relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 233-244.

Simmel G. (1999), « Comment la société est-elle possible ? », Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, Presses Universitaires de France.

Strauss A. (1992), La Trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  Les exemples de recherches cités dans cet article renvoient aux différents chapitres de l’ouvrage La Relation d’enquête. La sociologie au défi des acteurs faibles (Payet, Rostaing & Giuliani, 2010).

2  La sociologie est génétiquement associée à la question de la crise de la société, qui a été pensée depuis Émile Durkheim comme un défaut d’intégration des individus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Payet, « L’enquête sociologique et les acteurs faibles », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3629

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Payet

SSED, FPSE, Université de Genève, Suisse - Responsable du groupe de recherche SATIE (Sociologie de l’Action, Transformations des Institutions, Éducation) - Jean-Paul.Payet@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page