Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison février 2017

Comment penser sociologiquement aujourd’hui le pavillonnaire, cette forme d’habiter et d’urbanisation qui depuis le milieu du xxème siècle a transformé nos paysages mais qui, par ses effets collatéraux, ne cesse de poser question ? Ce sont ces enjeux que se propose d’éclairer le Dossier que coordonnent Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé. Hommage à Henri Raymond, décédé en septembre 2016, et aux travaux du Centre de recherche d’urbanisme à l’Institut de sociologie urbaine (ISU) au cours des années 1960-1970, ce Dossier, comme ils le rappellent dans leur introduction, entend faire le point sur cette forme très particulière de logement et d’urbanisation qui a contribué et contribue encore lourdement à façonner nos manières d’habiter comme nos paysages, posant aujourd’hui des questions nouvelles que ne pouvaient anticiper les premiers travaux sociologiques qui s’y sont intéressés. C’est directement en rapport avec l’ouvrage d’Henri Raymond, Les Pavillonnaires, et pour en saisir une interrogation négligée  la question intergénérationnelle  que se situe la contribution d’Anne Gotman. Une question qui, notamment en raison de l’allongement de l’espérance de vie, bouleverse les conditions de transmission patrimoniale. S’appuyant sur les ressources de la sociologie visuelle, Julien Damon interroge les préférences des Français en matière d’habitat, montrant à quel point le modèle de la maison individuelle et donc notamment du pavillonnaire  demeure prégnant dans l’imaginaire. Sous l’horizon de la nécessité d’une réflexion sur les externalités négatives qu’entraîne le pavillonnaire, Daniel Pinson s’emploie à opérer un retour historique sur les origines du pavillonnaire : un regard rétrospectif indispensable face à la nécessité de renouveler nos modèles architecturaux et urbanistiques. C’est face aux mêmes exigences de penser autrement que Jean-Michel Léger interroge comparativement trois autres modèles d’habiter (maison de ville, maison en bande, gated community), qui sont mis en relation avec le modèle pavillonnaire ; ou encore, qu’Éric Le Breton aborde les nouveaux enjeux de mobilité liés au pavillonnaire. Deux contributions s’intéressent ensuite directement à l’émergence de ce qu’on pourrait appeler l’imaginaire du pavillonnaire en l’ancrant dans le contexte nord-américain des xviiième et xixème siècles. Celle de Catherine Maumi en remontant à la naissance des États-Unis et en accordant une place centrale à l’architecte et urbaniste Franck Lloyd Wright et au modèle de Broadacre City. Plus courte temporellement, la mise en perspective proposée par Cynthia Ghorra-Gobin se penche sur la comparaison entre les discours des architectes et urbanistes de la seconde moitié du xxème siècle et ceux du début du xxième de manière notamment à circonscrire l’avenir de l’habitat individuel. Avec l’amplification du recul temporel qu’offre aujourd’hui le pavillonnaire, Matthieu Gateau analyse ensuite les trajectoires résidentielles qui le caractérisent. Dans leur conclusion, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé dessinent les contours de ce qu’ils appellent le désenchantement pavillonnaire.

Avec le deuxième Dossier (dans la rubrique La recherche en actes), nous nous déportons vers des enjeux méthodologiques et épistémologiques essentiels et jusqu’ici trop peu abordés de manière aussi claire. Coordonné et introduit par Fanny Auger, Claire Lefrançois et Valentine Trépied, il s’intéresse à la place et aux effets de l’âge dans la relation d’enquête à partir d’un ensemble de situations spécifiques rencontrées par les chercheur.e.s dans leur travail empirique. Cécile Charlap analyse tout d’abord la situation d’une « jeune chercheuse » enquêtant auprès de femmes ménopausées, montrant comment la question de l’âge certes intervient mais couplée par exemple à celle de la classe. La situation analysée par Bérénice Waty est celle d’une enquête menée auprès de très jeunes enfants, de 3 à 6 ans, dans une école maternelle. Le texte de Baptiste Brossard prend quant à lui la voie de la comparaison en mettant en perspective des enquêtes menées d’une part auprès d’adolescents et de l’autre auprès de personnes âgées, montrant comment tendent à se configurer différemment les positions d’enquêteur et d’enquêté. Les analyses d’Isabelle Mallon s’appuient également sur la comparaison, montrant comment la relation d’enquête se trouve influencée par les différentiels d’âge, mais aussi comment cette influence mérite d’être réfléchie et explicitée. C’est ce type de réflexivité que propose Claire Lefrançois dans son article à partir d’une enquête qui l’a confrontée en tant que « jeune chercheure » avec un public de chômeurs.

La présente livraison offre ensuite une importante Découverte/Redécouverte avec la traduction en français de l’article de Charles Wrigt Mills « Situated Actions and Vocabularies of Motive » (1940). Une mise à disposition particulièrement bienvenue au regard des évolutions récentes de la sociologie, notamment mais pas seulement francophone, puisque Charles W. Mills aborde dans ce texte la question du « vocabulaire des motifs », discutant notamment avec John Dewey et George H. Mead. Le texte est traduit et introduit par Jean-Baptiste Lamarche.

Dans la rubrique Théories et recherches, Didier Demazière, à partir d’une vaste étude empirique qualitative, s’emploie à saisir la spécificité de l’expérience féminine du chômage mettant au jour un certain nombre de caractéristiques jusqu’ici peu évoquées.

Le Premier texte proposé par Lisandre Labrecque-Lebeau porte quant à lui sur une thématique « montante » actuellement en sociologie, le statut des émotions. L’article s’appuie sur une analyse de la place occupée par celles-ci dans les échanges conversationnels.

Enfin, la rubrique Grands résumés s’est ouverte à l’ouvrage de Roberte Hamayon, Jouer. Étude anthropologique à partir d’exemples sibériens (Paris, Éditions La Découverte, 2012). La discussion a été confiée à deux spécialistes de la sociologie du jeu, Jean-Pierre Delchambre et Thierry Wendling.

Derniers textes