Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison octobre 2016

Comment la sociologie s’est-elle inscrite dans le projet d’émancipation politique ouvert par la modernité ? Comment se sont redéfinis à cette occasion les rapports entre sociologie et philosophie ? Ce sont ces questions fondamentales pour notre discipline que pose, à partir d’une relecture de Durkheim, l’ouvrage La Science politique des modernes. Durkheim, la sociologie et le projet d’autonomie, dont Francesco Callegaro nous offre un « Grand résumé », discuté par Jean-Louis Fabiani et par Cyril Lemieux.

Dans la rubrique « Théories et recherches », Nicolas Auray et Sylvaine Bulle s’interrogent, à partir des travaux de Jacques Rancière et Luc Boltanski, sur les conditions d’émergence des collectifs critiques. Hélène Brunaux analyse les « parcours de reconnaissance » des artistes du monde de la danse. L’article de María Eugenia Longo et Sylvain Bourdon s’intéresse à la temporalité « en deux temps » du rapport à la vie professionnelle des jeunes québécois. Enfin, Christophe Guibert analyse les formes de socialisation aux pratiques touristiques.

Deux Dossiers complètent cette livraison : coordonné par Marie-Carmen Garcia et Nathalie Lapeyre qui en proposent l’introduction, le premier porte sur les liens entre genres et contextes d’incertitude. Les contributions s’intéressent prioritairement à ces espaces où l’appartenance genrée impose à ceux et celles qui les vivent des épreuves peut-être plus lourdes parce que les conventions, les manières de faire habituelles s’y trouvent mises à mal, précarisées, insécurisées. À partir d’un vaste échantillon d’étudiant.e.s de la région de Poitiers en France, Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne et Loïc Le Minor analysent les pratiques de consommation d’alcool sous l’angle des différences de genre, et particulièrement du rapport d’adhésion ou de refus des pratiques de consommation par les étudiantes. L’article de Mélie Fraysse investigue sous ce même horizon les revues consacrées au VTT un de ces espaces où l’arrivée des femmes se heurtent à des standards largement machistes. Farinaz Fassa revient sur les différences de perspectives de carrière dans les services publics de Suisse romande selon que l’on est homme ou femme. Toujours dans la perspective des différences de genre, Céline Delcroix s’intéresse aux modalités du rapport à l’expression des émotions et de l’affectivité dans les pratiques enseignantes des classes de bas âge, notamment au regard de la relative masculinistation du corps enseignant. La contribution de Glòria Casas Vila porte, dans le contexte espagnol, sur les raisons et les effets de l’interdiction de la médiation familiale en cas de violence conjugale. Le dossier se clôt par un article de Julie Jarty portant sur les parcours des « féministes professionnelles » dans le monde du travail, des parcours où l’enjeu de fidélité aux idéaux militants occupe une place structurante.

Le second Dossier porte sur un des horizons devenu majeur des luttes politiques contemporaines, celui du commun. Un terme auquel se réfèrent nombre de nouvelles pratiques sociales et de mouvements sociaux émergents, mais qui occupe également une place de choix dans les travaux de sociologie critique, de philosophie politique ou encore dans les tentatives de réécriture des droits humains. Pierre-Marie David et Nicolas Le Dévédec l’ont coordonné et en proposent l’introduction. Dans le premier texte, Gabriel Blouin Genest et Sylvie Paquerot réfléchissent aux droits humains comme espace de bataille de « l’en commun ». Sébastien Broca se propose ensuite d’éclairer les relations complexes entre les thématiques du commun et de la propriété. Dans son article, Pierre Sauvêtre interroge, dans les contextes espagnol et italien, des pratiques politiques se revendiquant du commun. Revenant sur la pensée proudhonienne, Christian Laval s’emploie à démêler les relations entre commun et communauté. C’est à une discussion critique de l’ouvrage Commun de Pierre Dardot et Christian Laval que s’attèle ensuite Stéphane Vibert. Le dossier se termine par la contribution de Camille Froidevaux-Metterie qui projette la perspective du genre sur la question du commun.

Derniers textes