Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison juin 2014

Dans la rubrique « Premiers textes » Marcel Toussiida Kagambega expose les tentatives de mise en place de stratégies mutualistes au Burkina Faso en vue de pallier le déficit de système de protection sociale. La rubrique se complète d’un texte de Delphine Moraldo qui s’interroge sur les vertus informatives des récits autobiographiques à partir du cas des biographies d’alpinistes français et britanniques.

Deux articles s’inscrivent dans la rubrique « Théories et recherches ». Fabienne Barthélémy étudie, dans le contexte français, les formes relationnelles qui s’établissent entre les travailleurs de la médiation sociale et les travailleurs sociaux professionnels sous l’horizon de la stigmatisation dont les premiers sont l’objet. Lise Demailly analyse ensuite les transformations récentes de la « démocratie sanitaire », en montrant notamment comment, dans un contexte d’avancée globale des « régulations de contrôle », peuvent aussi se faire jour des initiatives innovantes de démocratie locale.

La rubrique « Découvertes/Redécouvertes » revit dans cette livraison et nous offre une traduction française de « The future of sociology », de Michael Burawoy dans lequel celui-ci justifie la nécessité d’une sociologie publique articulée aux autres formes du savoir sociologique (les sociologies experte, académique et critique) dans un contexte d’extension de la marchandisation et de la commodification, où les régulations et les limites que les mouvements sociaux avaient jusqu’ici réussi à lui imposer s’effondrent progressivement. L’article a été traduit par Carolyne Grimard et Marc-Henry Soulet et celui-ci en propose une présentation.

Cette nouvelle livraison propose enfin deux dossiers substantiels.

Le premier, coordonné par Marie-Noëlle Schurmans, Maryvonne Charmillot et Caroline Dayer, est consacré à la question de la « restitution des savoirs », domaine peu étudié en tant que tel et pourtant largement présent dans les pratiques habituelles des sociologues. Dans un premier texte, Marie-Noëlle Schurmans s’emploie à saisir comment s’articulent les postures épistémologiques des chercheurs avec les formes prises par les différentes stratégies de restitution. Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda, sous l’horizon de la restitution, réfléchissent aux relations trop rarement explicitées entre épistémologie, méthode et éthique. Florence Piron consacre sa contribution à réfléchir, à partir de l‘idée de restitution et des pratiques que cela peut engager, à la possibilité d’une autre manière de faire science, une manière plus égalitaire. C’est à partir de l’idée de restitution que Francis Farrugia déconstruit celle d’auteur, envisageant celui-ci plus comme un aboutissement restitutif que comme une origine du savoir. Ingrid de Saint-Georges investigue ensuite la question de la restitution dans le champ de la linguistique en en discutant les différentes pratiques. À partir des controverses sur l’attitude de la Suisse lors de la seconde guerre mondiale, Nadine Fink interroge la tension entre les récits restitués par des témoins et les formes de restitution de la « même » réalité que proposent les historiens. Dans la contribution d’Abraham Franssen, Luc Van Campenhoudt et Véronique Degraef, c’est la méthode d’analyse en groupe qui fait office d’analyseur des relations et des formes de restitution entre chercheurs et acteurs. C’est ensuite à partir de leur participation à un vaste projet de recherche sur l’infécondité dans les contextes africain et migratoire que Maryvonne Charmillot, Doris Bonnet et Véronique Duchesne s’emploient à élargir les exigences, les formes et les ambitions de restitution au-delà de ce qu’inclut en termes de restitution la définition des objectifs de la recherche tels qu’ils sont formatés par les commanditaires. S’appuyant sur le concept de « savoirs mutants », Caroline Dayer propose une relecture située des pratiques de restitution et ouvre un questionnement d’ensemble des pratiques plurielles des sociologues soucieux d’intégrer une réflexivité sur les relations entre savoir et pouvoir. 

Le second Dossier, coordonné et introduit par Laurence Kaufmann et Marine Kneubühler, est consacré aux travaux de Jeanne Favret-Saada, particulièrement sous l’angle de ce qu’ils interrogent la pratique ethnographique et les exigences épistémologiques mais aussi éthiques et politiques qu’elle porte avec elle. Intitulé « Affecter, être affecté », l’introduction envisage les différentes contributions sous l’horizon d’une réflexion sur les formes de régulation des rapports de forces, des dissymétries et des violences qui imprègnent les relations sociales ordinaires. Dans un premier article, Laurence Kaufmann, à partir de l’analyse de la sorcellerie en termes de places que propose Jeanne Favret-Saada, réfléchit à la question de la performativité et à ses conditions de réussite et d’échec au sein de ces processus de régulation. Philippe Gonzalez, se basant sur des travaux empiriques menés sur la « prophétie charismatique » et reprenant le questionnement que propose Jeanne Favret-Saada de la distance comme garante supposée du regard scientifique, s’intéresse à la question de l’engagement du sociologue ou de l’anthropologue au sein même de son objet d’étude. C’est le concept de place, qui occupe une position centrale dans l’œuvre de Jeanne Favret-Saada, qui permet à Maëlle Meignez d’analyser les positions prises par les acteurs bénévoles d’une institution d’aide alimentaire. L’article de Laura Ferilli interroge, dans le droit fil des réflexions épistémologiques nées des pratiques de terrain de Jeanne Favret-Saada, la dichotomie entre enquêteurs et enquêtés qui est traditionnellement au centre de la méthode et de la pratique des sociologues. Réfléchissant à partir des travaux de Jeanne Favret-Saada et de ses propres travaux menés au sein d’un abattoir, Catherine Rémy met en évidence les difficultés inhérentes à des ethnographies menées au sein de systèmes de places dont le sociologue ne saisit pas d’emblée les implications, par exemple en termes de tact ou d’intensification affective. Marine Kneubühler propose de mettre au jour dans l’œuvre de Jeanne Favret-Saada, au-delà d’une anthropologie culturelle où on la confine souvent, des apports décisifs en termes d’anthropologie cognitive et d’anthropologie sociale, permettant d’avancer alors vers une anthropologie universaliste. Croisant des questionnements à la fois épistémologiques et politiques liés aux réflexions sur la sorcellerie au sein du Bocage avec celles que mène Harold Garfinkel à propos d’Agnès, la transexuelle, Fabienne Malbois s’interroge sur la « croyance », évoquant la nécessité pour le sociologue de déployer à propos des institutions une « croyance oblique ». La contribution de Gildas Salmon s’appuie sur une relecture croisée de Les Mots, la mort, les sorts et de Désorceler, parus à plus de trente ans de distance, pour interroger « la position impossible » de l’anthropologue dans son rapport à son « objet », comme d’ailleurs celle du sorcier par rapport à l’ensorcelé. S’appuyant sur les analyses que propose Jeanne Favret-Saada du blasphème, Arnaud Esquerre entre en discussion avec les hypothèses de Frederic Jameson sur le passage au post-modernisme. Dans un texte intitulé « Inquiétante étrangeté », Jeanne Favret-Saada a enfin accepté de réagir à l’ensemble du dossier, y témoignant son intérêt mais aussi quelquefois sa perplexité.

Derniers textes