Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison juin 2016

Après le double Dossier préparatoire au Congrès de Montréal présenté dans la livraison de mars 2016, la présente livraison de SociologieS s’ouvre sur trois nouveaux Dossiers.

Jean-Yves Authier, Alain Bourdin, Annick Germain et Marie-Pierre Lefeuvre présentent un premier Dossier intitulé « Penser l’espace en sociologie ». Luca Pattaroni s’y confronte au défi de penser ensemble l’expérience anthropologique de l’espace et sa contribution politique au vivre ensemble. Dans leur article, Stéphanie Vincent-Geslin, Vincent Kaufmann et Emmanuel Ravalet s’interrogent sur la réversibilité ou l’irréversibilité des pratiques spatiales des « grands mobiles ». Comment, à partir de leurs expériences spatiales, reconstruire les parcours de vie des « errants » : telle est la question au centre des réflexions de Sophie Rouay-Lambert. À partir de l’exemple de Roubaix, le collectif Rosa Bonheur s’interroge sur les formes de constitution et de reconstitution de « centralités populaires » dans des villes en déclin. C’est ensuite à la mémoire des bidonvilles que Margot Delon consacre ses développements. Héloïse Nez consacre son article à la question de la « spatialisation » des pratiques délibératives dans les mouvements sociaux aujourd’hui émergents. La contribution de Myriam Joël porte sur la place de la spatialité dans le contrôle de l’homosexualité dans une prison pour femmes. Et c’est à la spatialisation des espaces de l’art que sont consacrées les réflexions de Laurence Iselin. Une postface au Dossier est enfin proposée par Jean-Louis Genard.

Bertrand Ravon et Pierre Vidal-Naquet consacrent ensuite un dossier aux « épreuves de professionnalité », en l’occurrence aux contradictions et aux tensions auxquelles leurs nouvelles conditions de travail soumettent les professionnels, en particulier de l’aide sociale. Alors que Jean-François Gaspar et Son Tran centrent leurs réflexions sur le travail en maison de peine, Solène Billaud et Jingyue Xing portent leur attention sur les centres d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. C’est à partir d’un contexte institutionnel très semblable que Laura Guérin analyse les effets des nouvelles exigences de professionnalité sur les pratiques de table. Lucie Lechevalier-Hurard, quant à elle, réfléchit aux tensions entre présence et absence dans la confrontation aux personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer. Amandine Guilbert, Laetitia Overney et Rémi Eliçabe réfléchissent ensuite aux conséquences des exigences de participation dans les dispositifs d’hébergement et de réinsertion sociale. La contribution d’Édouard Gardella porte sur les tensions inhérentes à l’hébergement de personnes dont le départ de l’institution est profondément improbable, alors même que l’institution vise à la restauration de leur autonomie. C’est à une tentative de saisie du travail social comme « action auto-conceptualisée en situation » que Marc-Henry Soulet consacre ses réflexions. Au travers de l’analyse d’un cas particulièrement difficile, Bertrand Ravon envisage le travail social sous l’angle d’un processus continu de régulation dans lequel la discussion joue un rôle structurant.  Et c’est encore à la régulation des pratiques en situation d’incertitude que Christine Dourlens et Pierre Vidal-Naquet consacrent leur article.

Le troisième Dossier, coordonné et introduit par Maurice Blanc entend proposer une réflexion sur l’apport de la sociologie des transactions à la sociologie urbaine. Jean Remy, un des pères de la sociologie de la transaction, y propose une réflexion en forme de bilan et de synthèse de ses travaux antérieurs. Josiane Stoessel-Ritz réfléchit à l’émergence de nouvelles socialités urbaines à l’occasion d’expériences spatiales innovantes. À partir du concept de transaction sociale, Jean-Louis Genard et Julie Neuwels décrivent comment le référentiel de la durabilité a pu prendre une place importante au cœur des politiques de la région de Bruxelles-Capitale. Toujours sous l’horizon d’une sociologie de la transaction, le texte de Philippe Hamman porte sur la question de la transition énergétique en montrant comment celle-ci peut contribuer à accroître les clivages socio-économiques. Dans l’article de Christophe Gibout, l’espace apparaît comme un acteur ou un médiateur des transactions sociales, cela dans le contexte de la ville récréative. Dans la contribution de Filomena Silvano, le concept de transaction permet de saisir la logique des parcours de membres de la diaspora portugaise. Enfin, Iskra Dandolova interroge la création d’une ville nouvelle en Bulgarie au travers des transactions entre modernisme et stalinisme architecturaux.

La rubrique « Découvertes et redécouvertes » nous offre deux contributions. Tout d’abord, un texte traduit par Kamel Boukir et Louis Quéré où Melvin Pollner interroge le concept d’étiquetage et y discute notamment ses théorisations par Howard Becker. Le texte est précédé d’une introduction substantielle où Kamel Boukir redessine le contexte dans lequel ce texte se construit, ce qui lui permet d’expliciter les enjeux théoriques qui le motivent et le sous-tendent. Ensuite, introduit par une réflexion sur la notion d’université par Francis Farrugia, un discours non encore publié que Umberto Eco, qui nous quittait il y a peu, a prononcé en 2004 à l’Université de Franche-Comté lorsque lui fut décerné le titre de docteur honoris causa.

Le « Premier texte » d’Audrey Linder porte quant à lui sur les enjeux et les effets de l’attribution de responsabilité ou d’irresponsabilité aux gestes et comportements de patients psychiatriques.

Enfin, dans la rubrique « Théories et recherches » Myriam Thirot consacre ses réflexions au non recours à des aides destinées aux vacances et aux loisirs des enfants martiniquais.

Derniers textes