Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Famille ou belle-famille ?

La matrilatéralité des échanges au sein de la parenté
Nicolas Jonas et Marie-Clémence Le Pape

Résumés

Le système de parenté dans les sociétés occidentales modernes engendre, théoriquement, un type de filiation indifférenciée. La fin des lignées, favorisée par la disparition progressive du monde rural et par les réformes en matière de transmission patrimoniale, interdit normalement la préférence d’une des deux parentés du couple. Dans la pratique pourtant, plusieurs enquêtes en milieu urbain ont déjà noté une tendance assez marquée à favoriser l’une des deux lignées, le plus souvent celle de la femme. Cette tendance, dans un couple, à favoriser la lignée de la femme aux détriments de celle de l’homme est plus connue sous le nom de matrilatéralité. Pourtant, en France, peu de travaux récents tentent d’en comprendre systématiquement les mécanismes. En nous appuyant sur l’exploitation d’une enquête de l’INSEE auprès de 6000 ménages portant sur les relations de parenté, on choisira ici plus spécifiquement de montrer comment l’analyse des échanges avec la belle-famille permet de mieux comprendre la matrilatéralité.

Haut de page

Notes de la rédaction

En raison de problèmes techniques, certains tableaux de cet article sont mal mis en forme. En cliquant sur l’icône « Facsimilé », on trouvera une version PDF à télécharger.

Cet article a été initialement mis en ligne en 2006 pour la première version de la revue SociologieS.

Texte intégral

Introduction

1Le système de parenté dans les sociétés occidentales modernes engendre, théoriquement, un type de filiation indifférenciée. La fin des lignées, favorisée par la disparition progressive du monde rural et par les réformes en matière de transmission patrimoniale, interdit normalement la préférence d’une des deux parentés du couple. Dans la pratique pourtant, plusieurs enquêtes en milieu urbain montrent que l’une des deux lignées semble être favorisée, le plus souvent celle de la femme.

  • 1 Il ne faut pas confondre matrilatéralité et matrilinéarité. La matrilinéarité est un terme issu de (...)

2La matrilatéralité 1 est cette tendance, dans un couple hétérosexuel, à privilégier la lignée maternelle. Les premiers chercheurs à avoir soulevé cette question de la matrilatéralité sont des anthropologues britanniques, instaurant ainsi une tradition qualitative de l’étude de cette question. La recherche la plus connue est celle de Michael Young et Peter Willmott. La matrilatéralité, dans le quartier de Bethnal Green, se manifeste notamment par un lien mère-fille très fort, qui explique que le couple et ses enfants fréquentent davantage la parenté de la femme que celle de l’homme (Young & Willmott, 1957). Elisabeth Bott, dans une étude conduite auprès de vingt familles londoniennes (Bott, 1957), ou Raymond Firth et Judith Djamour, dans leur monographie du quartier de South Borough à Londres (Firth & Djamour 1956), aboutirent à la même conclusion : la lignée de la femme est davantage favorisée par le couple. Le point commun de ces trois études qui font référence sur la matrilatéralité est donc de montrer la place nodale qu’occupent les femmes dans le réseau de parenté : c’est à elles qu’il revient de susciter les rencontres au sein de ce réseau, elles sont l’indispensable maillon des échanges familiaux.

  • 2 Si peu d’études prennent le parti de se situer à la croisée des lignées, on signalera deux recherch (...)

3Si, depuis, les chercheurs semblent s’accorder sur cette prééminence structurale de la femme dans les relations de parenté, les conséquences sociales de ce biais matrilatéral sont encore très peu connues. En effet, les sociologues favorisent de manière quasi-systématique les liens de filiation consanguine, voire plus rarement celui des collatéraux (Déchaux & Herpin, 2004), en excluant la parenté par alliance, s’interdisant ainsi une vue d’ensemble des modes de fonctionnement de la parenté occidentale 2.

4Cette tendance structurale, qui favorise les relations avec la lignée de la femme au sein du couple, nous permet-elle alors de découvrir, sous un angle nouveau, les liens du couple avec leurs belles-familles ? Rompant avec la tradition qualitative de l’étude de la matrilatéralité, on s’appuiera sur une exploitation statistique d’une enquête française sur les relations de parenté pour étudier les échanges des individus avec leur belle-famille. Revêtent-ils les mêmes caractéristiques que ceux entretenus avec les consanguins ? Hommes et femmes ont-ils le même comportement avec leur famille qu’avec leur belle-famille ? Existe-t-il des différences significatives en fonction du milieu social de l’individu ?

5Alors que les études les plus récentes sur l’économie cachée de la parenté montrent que l’entraide familiale accentue les clivages sociaux plus qu’elle ne les corrige (Déchaux & Herpin, 2004), l’analyse des aides et des contacts entretenus avec chacune des lignées autorise-t-elle un nouveau regard sur les inégalités des échanges au sein de la famille ?

Encadré 1. L’enquête « Réseaux de parenté et entraide »

L’enquête PCV d’octobre 1997
Le volet Réseaux de Parenté et Entraide (RPE) de l’enquête permanente sur les conditions de vie des ménages (PCV) de l’Insee d’octobre 1997 porte sur 6000 ménages (dont 3380 composés d’au moins un couple) vivant en France dont la personne de référence est au moins âgée de quinze ans. Il comporte un ensemble de questions sur la taille du réseau de parenté d’ego et, éventuellement de son conjoint, sur la fréquence des rencontres avec les membres de ce réseau et l’ensemble des services échangés.

L’enquête retient 10 types d’aides pour tenter de se figurer l’ensemble des biens et services échangés entre un individu, sa famille et sa belle-famille. Nous les avons regroupés en quatre ensembles. Le premier contient les questions relatives au bricolage, à l’aide ménagère, à la garde d’enfant et aux courses, et se nomme « soutien manuel ». Le second est relatif aux questions sur le prêt de voiture, le prêt d’argent et le don d’argent et s’intitule « aide matérielle ». Le troisième agrège celles sur l’aide scolaire et l’aide pour les tâches administratives, a été baptisé « compétence scolaire », et le quatrième porte sur le soutien moral.

Pour chacune de ces 10 catégories, l’individu sélectionné devait répondre à la question suivante : avez-vous rendu ce type de service à tel membre de votre réseau de parenté au cours des douze derniers mois ?

Les modalités de réponses pouvaient être : Très souvent, souvent, quelquefois, jamais, ne sais pas, sans objet. Ces réponses approximatives ne nous ont pas permis de raisonner en terme de volumes échangés (puisqu’on ne peut pas quantifier ce qui est offert et puisque nous ne savons pas ce qui est reçu) mais seulement, et en termes approximatifs, de fréquence. Nous utiliserons donc pour seuls indicateurs le pourcentage de personne vivant en couple déclarant avoir aidé au moins un membre de leur famille ou de leur belle famille au cours des douze derniers mois et le nombre de types de services offerts à au moins un membre de la famille ou de la belle-famille.
Le caractère un peu frustre de ces indicateurs s’explique par les insuffisances de l’enquête. Tout d’abord, seules les aides données sont prises en compte. On ne connaît donc pas ce qui est reçu par les individus, empêchant toute considération sur la réciprocité des échanges au sein de la famille. En outre, les enquêtés n’estiment que la fréquence des aides qu’ils donnent et non pas leur montant ou leur volume.
Étant donné le caractère assez hétérogène des parents nommés comme possibles destinataires de l’aide nous avons choisi une définition assez restrictive de la famille et de la belle-famille. La famille comprend ici les parents, les grands-parents, les oncles et tantes, les cousins et cousines, les neveux et nièces et les frères et sœurs de l’individu interrogé. La belle-famille comprend ces mêmes catégories de parents du point de vue du conjoint de l’individu interrogé.

Cette enquête prend aussi en considération les contacts entretenus avec la famille et la belle-famille. Plusieurs indices sont disponibles dont ceux des rencontres et des appels téléphoniques. On peut ainsi connaître la fréquence des rencontres avec les différents membres de la parenté ou de la parenté par alliance (au moins une fois par jour, entre une fois par semaine et une fois par jour, entre une fois par mois et une fois par semaine, entre une fois par an et une fois par mois, jamais) sans que l’on puisse distinguer les visites données et les visites reçues, et la fréquence des appels téléphoniques donnés et reçus au père, à la mère, au beau-père et à la belle-mère.

Encadré 2. Qui est qui ?

Définitions
Cette analyse se donne pour objectif d’étudier les services et les contacts que le couple entretient avec sa famille et à sa belle-famille.

La parenté consanguine désigne les membres qui sont liés à ego par la consanguinité.

La sociologie de la famille met souvent l’accent sur l’étude des relations entre consanguins primaires : père, mère, frère, sœur, fils, fille.

Les collatéraux sont constitués par l’ensemble des individus consanguins de la même génération.

La famille qu’ego fonde avec son conjoint et ses enfants constitue la famille de procréation.

La parenté par alliance désigne la parenté nouée à travers le mariage. Parler d’affins revient donc à désigner les membres de sa belle-famille.

Dans les sociétés occidentales modernes, le système de filiation est indifférencié, c’est-à-dire qu’aucune des deux lignées n’est théoriquement favorisée au sein du couple. En employant le terme de lignées, on insiste ici sur deux groupes de filiation distincts : la lignée (ou parenté) de la femme et la lignée (ou parenté) de l’homme.

Les services rendus aux affins : une aide renforçant les clivages préexistants ?

6Reflet de l’attention générale portée par les sociologues aux consanguins, l’analyse des solidarités familiales porte de manière exclusive – en France tout du moins – sur l’aide apportée à ces derniers. De l’enquête fondatrice d’Agnès Pitrou (1976) aux plus récentes sur la circulation de l’argent au sein de la famille (Journet, 2005), peu mentionnent la belle-famille. Les données concernant la parenté affine sont par ailleurs totalement absentes des enquêtes quantitatives nationales. À l’exception de l’enquête PCV d’octobre 1997 que nous utilisons ici, seule la lignée de la personne interrogée est prise en compte et jamais celle de son conjoint. Des échanges avec les affins, on ne sait donc rien ou presque. La présente analyse de l’enquête RPE montre qu’ils sont marqués par les mêmes clivages sociaux, qu’ils se caractérisent pareillement par des pôles spécifiquement masculins et féminins, mais que, contrairement à l’aide apportée à la famille, les hommes rendent plus de services que les femmes à leur belle-famille.

7De même que l’aide apportée aux consanguins est marquée par des pôles féminins et des pôles masculins (Crenner, 1999), l’étude des services rendus aux affins montre qu’hommes et femmes ont des compétences propres, exprimées par la nature des tâches à effectuer. Les femmes assurent majoritairement les courses, le ménage et la garde des enfants : 10% des femmes interrogées affirment avoir fait le ménage pour au moins un des membres de leur parenté par alliance. Comme pour les consanguins, c’est bien pour les tâches domestiques que les femmes sont sollicitées (Chenu, 2003). Dans la catégorie regroupant les activités manuelles, le bricolage est, par contre, le domaine exclusif des hommes : 25% d’entre eux ont bricolé pour au moins un des membres de leur parenté par alliance. Les hommes sont, en outre, plus nombreux à prêter leur voiture et plus globalement à assurer un soutien matériel. Seuls le soutien scolaire et l’aide administrative ne sont pas marqués par des différences de sexe. De manière générale, l’aide apportée aux affins renforce, par conséquent, le caractère sexué des échanges familiaux.

Tableau I. Types d’aides apportées à la belle-famille selon le sexe et la CSP

Agr.

Cadres

Prof. int.

employés

ouvriers

inactifs

total

Hommes

Manuel

33,1

38,7

49,4

44,9

51,7

16,4

37,4

Courses

16,2

23,1

30

31,1

26,3

9,2

21,2

Ménage

2,2

4,4

5,7

4,8

4,4

1,4

3,6

Garde enfants

4,4

5,8

11,7

9,6

9,1

1,4

6,5

Bricolage

22,1

24,9

32

31,1

36,8

10,1

25,1

Matériel

22,1

13,3

16,2

10,2

17,5

4,9

12,8

Prêt voiture

15,4

6,7

8,1

5,4

9,3

1,6

6,7

Don argent

8,1

5,3

8,9

4,8

8,6

2,9

6,2

Prêt argent

4,4

4,4

1,6

3,6

5,4

0,4

3

Compétence

12,5

21,3

16,6

12,6

10

7,2

12,2

Administratif

11,8

19,6

14,2

12

3,6

7

11,2

Aide scolaire

0,7

2,7

2,8

1,8

0,9

0,6

1,4

Moral

24,3

21,8

22,3

25,7

21

13,6

19,9

Total

48,5

52,9

57,5

50,9

58,7

25,1

46,5

Femmes

Manuel

40,8

33

38,2

39,7

37,8

14,6

31,6

Courses

35,2

22,6

31,6

28,6

29,6

11

23,9

Ménage

12,7

7,5

12

12

11,2

5,3

9,7

Garde enfants

8,5

13,2

6,7

9,7

12,2

2,2

7,6

Bricolage

8,5

6,6

12,4

12,7

8,2

3,7

8,9

Matériel

5,6

19,8

11,6

13,1

9,7

4,9

10,2

Prêt voiture

4,2

8,5

5,3

5,8

4,1

0,6

4,1

Don argent

1,4

14,2

5,8

5,3

5,6

3,7

5,3

Prêt argent

1,4

4,7

2,7

4,7

2,6

1

3

Compétence

21,1

17,9

20,4

15,4

9,2

5,1

12,7

Administratif

19,7

16

18,2

14,4

9,2

4,5

11,7

Aide scolaire

2,8

3,8

2,2

1,4

0

1

1,4

Moral

26,8

29,2

28

27,6

26

11,4

22,9

Total

46.5

50

49,3

49

45,9

22,6

40,9

Champs : personnes 20 ans et plus ayant un conjoint, vivant en France. Khi-2 très significatif
Lecture : 24,9% des cadres vivant en couple ont déclaré avoir apporté une aide de type « bricolage » à au moins un membre de leur parenté par alliance au cours des douze derniers mois.

8Si hommes et femmes conservent les mêmes activités dans leur famille et dans leur belle-famille, une différence capitale distingue néanmoins l’aide apportée aux affins de celle distribuée aux consanguins lorsque l’on considère le sexe de l’individu. D’un côté, les femmes aident plus leur famille que les hommes : 75% des femmes déclarent avoir aidé au moins une fois un membre de leur famille au cours de l’année contre 71% des hommes (Crenner, 1999). De l’autre, elles aident moins leur belle-famille que leurs conjoints : 41% des femmes affirment avoir rendu service au moins une fois à un des membres de leur parenté par alliance. Cette affirmation atteint 46% pour les hommes. À ce comportement des hommes, plus prompts à rendre service à leur belle-famille, s’ajoute ainsi l’aide apportée par leurs femmes à leur propre famille. Ces premiers chiffres laissent à penser qu’il existe une légère inégalité dans l’aide apportée aux deux lignées, la lignée de la femme étant favorisée. Ce favoritisme est encore plus marqué si on prend en compte un autre indice, à savoir les aides offertes « souvent » ou « très souvent ».

  • 3 Comme le souligne Louis Chauvel, il est possible de regrouper, dans la même catégorie générique des (...)

9Les inégalités liées à la position sociale de l’individu – appréhendées ici à partir de sa PCS – sont aussi une dimension clivante de l’aide apportée aux affins. Les cadres et professions intellectuelles supérieures se distinguent par leurs acquis culturels : 4% des hommes exerçant le métier de cadre disent avoir aidé scolairement un des membres de leur parenté par alliance et 20% des femmes avec un statut identique avoir apporté un soutien administratif. Les employés et ouvriers 3 sont, quant à eux, les plus impliqués dans les tâches pratiques : 37% des ouvriers ont bricolé pour un des membres de leur parenté par alliance et 12% des ouvrières ont gardé les enfants d’au moins un de leurs affins. Quelle que soit l’activité considérée, les inactifs sont ceux qui apportent le moins d’aide à leur belle-famille. Ce constat rejoint celui d’Emmanuelle Crenner concernant les services rendus aux consanguins (Crenner, 1999). Il est difficile d’émettre une seule hypothèse pour expliquer le retrait des inactifs puisque cette catégorie regroupe ici des personnes au statut hétérogène : femmes au foyer, chômeurs, étudiants… Enfin, les agriculteurs, hommes et femmes confondus, sont ceux qui apportent le plus une aide matérielle à leurs affins. Plus de 15% des agriculteurs leur ont déjà prêté leur voiture, soit 6 points de plus que les ouvriers, qui occupent pourtant la seconde place concernant ce type de services. On peut penser qu’à défaut de temps disponible ou de bagage scolaire important, ils soutiennent leur belle-famille par une aide matérielle accrue. Comme pour les services rendus aux consanguins, l’individu supporte donc ses affins en fonction de ses capacités propres, l’aide apportée à ces derniers accentuant le caractère inégalitaire de ce qu’on nomme communément l’économie cachée de la parenté.

10L’aide apportée aux affins renforce ainsi certains clivages préexistants. Le plus inattendu concerne l’avantage dont bénéficie la lignée de la femme au sein du couple, le comportement des hommes, plus prompts à aider leur belle-famille, consolidant l’action de leurs femmes qui aident plus leur propre famille que ces derniers ne le font. On y voit ici un premier indice de la matrilatéralité des échanges familiaux.

Échanges avec la famille et à la belle-famille : un écart qui s’amenuise avec le temps

11Les services rendus à la famille demeurent, quel que soit l’âge de l’individu, toujours plus importants que ceux apportés à la belle-famille. Pourtant, l’assistance procurée par les hommes et les femmes à leurs affins à travers le temps montre un changement d’attitude différent des deux conjoints. Ce changement sexuellement différencié renforce l’inégalité entre les deux lignées.

12Les personnes interrogées sont toujours plus nombreuses à déclarer aider leur famille que leur belle-famille, et ce indifféremment du sexe ou de l’âge de l’individu interrogé. C’est entre 20 et 29 ans que cette différence est la plus marquée et concerne, pour les hommes comme pour les femmes, plus particulièrement le soutien moral : il existe un écart de 33 points entre le nombre des femmes déclarant assister moralement leur famille et le nombre de celles affirmant épauler leur belle-famille. Pour les hommes, cette variation atteint 24 points. On peut imaginer, en effet, que le soutien moral nécessite un degré d’intimité que le jeune conjoint ne partage pas encore avec sa belle-famille. Particulièrement, la mise en place de l’organisation des échanges suppose l’existence d’une histoire commune (Petite, 2005) qui ne peut être constituée qu’au fil du temps. De manière générale, c’est donc aux débuts de la vie conjugale que la différence entre l’aide apportée à la famille et à la belle-famille est la plus marquée.

  • 4 Par cette remarque, nous suggérons que les rapports avec la belle-famille doivent aussi être analys (...)

13Indistinctement de l’aide considérée, l’écart entre le concours apporté aux affins et aux consanguins diminue avec l’âge. Il est, par exemple, de 16 points entre les hommes âgés de 20 à 29 ans déclarant offrir une aide manuelle à leur famille et ceux affirmant offrir cette même aide à un des membres de leur parenté par alliance. Cette variation est de 11 points seulement pour les hommes âgés de 40 à 49 ans. Pour les femmes, on observe une évolution identique, l’écart entre l’aide apportée à la famille et à la belle-famille diminuant au fur et à mesure que la personne vieillit. Cette diminution nous semble suggérer une intégration croissante des membres du couple dans leur parenté par alliance, aboutissant à une moins grande distinction entre les deux lignées 4.

Tableau II. Aides apportées à la belle-famille (et à la famille) selon l’âge et le sexe

 

20-29 ans

30-39 ans

40-49 ans

50-59 ans

60-69 ans

Plus de 70 ans

Homme

manuel

58,4 (74,6)

54,6 (63,1)

41,5 (52,2)

31,2 (36,5)

21,6 (23,5)

7,8 (6,4)

matériel

21,8 (35,5)

17,9 (33,6)

12,7 (21)

12,4 (14,5)

7,5 (6,7)

2,3 (5,9)

compétence

14,2 (26,9)

14,1 (27,2)

15,3 (26,5)

13,1 (24,8)

10,2 (13,7)

3,2 (1,8)

moral

20,8 (45,2)

24,1 (47,9)

22,2 (45,2)

20,6 (35,1)

18 (19,2)

9,6 (14,6)

Femme

manuel

50,8 (73,3)

46,6 (67,4)

34,5 (57,1)

23,6 (46,1)

10,4 (23)

4,1 (10)

matériel

22,1 (35,3)

14,1 (28,4)

9,3 (18,6)

6,1 (16,2)

3,9 (8,7)

0,6 (5,9)

compétence

14,3 (31,8)

14,3 (30,5)

19,8 (32,4)

14,1 (26,9)

3,9 (10,4)

2,4 (2,4)

moral

27,9 (60,5)

26,8 (58,3)

28,2 (55,6)

26,6 (44,8)

9,6 (21,3)

7,6 (16,5)

Ensemble

manuel

54,1 (73,8)

50,6 (65,2)

38,1 (54,6)

27,3 (41,5)

16,3 (23,3)

6,2 (8)

matériel

22 (35,4)

16 (31)

11 (19,9)

9,2 (15,4)

5,8 (7,6)

1,5 (5,9)

compétence

14,3 (29,7)

14,2 (28,8)

17,5 (29,4)

13,6 (25,9)

7,2 (12,2)

2,8 (2,1)

moral

24,8 (53,8)

25,5 (53,1)

25,1 (50,3)

23,7 (40,1)

14 (20,2)

8,7 (15,4)

Champs : personnes 20 ans et plus ayant un conjoint, vivant en France. Khi-2 très significatif
Lecture : 58,4% des hommes âgés entre 20 et 29 ans ont apporté une aide de type manuel à au moins un des membres de leur parenté par alliance au cours des douze derniers mois, et 74,6% à leur parenté.

  • 5 L’explication de cette diminution globale de l’aide apportée aux affins et aux consanguins s’expliq (...)

14Cependant, si les époux ont un comportement moins différencié envers leur belle-famille avec le temps, la comparaison entre l’évolution de l’aide apportée aux deux lignées montre qu’on peut observer deux progressions distinctes pour les hommes et pour les femmes. Concernant le soutien manuel et matériel, l’aide apportée par les hommes à leur famille diminue plus vite que celle qu’ils apportent à leur belle-famille 5. Entre 20 et 49 ans, le nombre d’individus apportant une aide manuelle diminue de plus de 22% pour la famille tandis qu’elle décroît de 17% pour la belle-famille. Il n’y a pas ou peu de différence dans l’évolution de l’aide apportée par les hommes à leurs affins et consanguins dans les domaines liés aux compétences et au soutien moral. L’évolution de l’aide apportée par les femmes à leur parenté et à leur parenté par alliance s’inscrit dans une dynamique différente de celle de leurs maris. On observe une diminution parallèle des services rendus, et ce quelque soit le type de service considéré. Entre 20 et 49 ans, l’aide manuelle qu’apportent les femmes à leur famille et à leur belle-famille décroît, par exemple, de 16% dans les deux cas. Cette évolution différente du soutien des hommes et des femmes à leurs affins et consanguins indique un renforcement dans le temps de l’inégalité de l’assistance donnée aux deux lignées : contrairement à leurs épouses, l’aide apportée par les hommes diminue moins vite pour leur belle-famille que pour leur famille.

15En outre, l’écart entre l’aide apportée aux deux parentés décroît plus vite pour les hommes que pour les femmes. Lorsqu’on regarde l’aide matérielle, il existe, pour les 20-29 ans, un écart de 13 points entre les personnes déclarant assister moralement leur famille et celles affirmant épauler leur belle-famille, et ce indistinctement du sexe de l’individu interrogé. Entre 50 et 59 ans, cette variation est de 2 points pour les hommes et de 10 points pour les femmes. Ce constat, qui se répète pour la plupart des aides ici considérées, semble suggérer que les femmes conservent plus longtemps un comportement différentiateur en faveur de leur famille et que les hommes trouvent plus rapidement leur place dans leur belle-famille.

16La sociabilité révèle la même évolution dans le temps. Alors que les hommes ont très tôt un comportement peu différenciateur entre les deux lignées (entre 30 et 39 ans, ils sont 47% à voir un membre de leur belle-famille au moins une fois par semaine et 52% à voir un membre de leur famille au moins une fois par semaine), les femmes gardent longtemps leur préférence. Entre 30 et 39 ans, elles sont 44% et 60% à voir au moins une fois par semaine respectivement un membre de leur belle-famille et de leur famille. Entre 50 et 59 ans, ces chiffres passent à 29% et à 41%, traduisant une indifférenciation, certes progressive mais très lente, de la part des femmes.

17L’observation, dans le temps, des contacts et des aides données aux affins et aux consanguins traduirait donc deux logiques différentes pour les hommes et les femmes : d’une part, une évolution qui traduit une indistinction croissante pour les hommes entre leur famille et leur belle-famille, d’autre part, une différence plus marquée pour les femmes qui maintiennent plus longtemps une différence entre les deux parentés. En termes relatifs, la matrilatéralité des échanges familiaux est donc un phénomène qui s’accentue au fur et à mesure que le couple vieillit.

Le renforcement du kinkeeping féminin : un investissement relationnel important

18Alors que l’analyse des aides apportées par les femmes à leur famille et belle-famille révèle un avantage maintenu à travers le temps en faveur des consanguins, on observe néanmoins une diminution plus rapide de cet écart pour une catégorie spécifique de services, celle relevant du soutien moral. L’investissement des femmes dans l’écoute et les conseils – auprès de leur famille comme de leur belle-famille – leur confère ainsi un rôle bien spécifique au sein du réseau de parenté.

19De manière générale, les femmes apportent davantage de soutien moral à leur belle-famille que leur conjoint : 23% d’entre elles ont déclaré avoir soutenu moralement au moins un membre de leur belle-famille contre 20% des hommes. Le pourcentage des femmes reste le plus élevé quelque soit la classe d’âge ou la PCS considérée. Quand on analyse plus précisément les échanges téléphoniques entre les membres du couple et leur belle-famille, cet écart devient plus frappant : les hommes ont appelé 25 fois leur beau-père au cours de l’année contre 45 fois pour les femmes. Ils ont contacté par téléphone leur belle-mère 35 fois contre 59 fois pour les femmes. Cette « division du travail relationnel », souvent soulignée dans les études sur la parenté consanguine (Déchaux & Herpin, 2004), se vérifie donc concernant la parenté par alliance.

20Les résultats sur les échanges téléphoniques nous permettent, en outre, d’émettre une hypothèse supplémentaire concernant le soutien moral qu’apportent les femmes à leur belle-famille. On peut, en effet, penser que les femmes sont – mais à un degré moindre que dans leur famille – tenues de réactiver et d’entretenir les liens familiaux du couple avec la parenté de l’homme. Cette exigence relationnelle est particulièrement éloquente lorsqu’on regarde les contacts des membres du couple avec leur belle-mère respective : les femmes téléphonent, par exemple, davantage à leur belle-mère (59 fois) que celle-ci ne le fait (37 fois) tandis que c’est le constat inverse qui s’impose pour les hommes.

Tableau III. Nombre de contacts téléphoniques avec la belle-mère selon le sexe

Sexe

Appels téléphoniques à la belle-mère

Appels téléphoniques de la belle-mère

Hommes
Femmes

35
59

45
37

Ensemble

46

41

Champs : personnes de 15 ans et plus ayant un conjoint, vivant en France. Khi-2 très significatif
Lecture : les hommes en couple ont appelé leur belle-mère 35 fois en moyenne au cours des 12 derniers mois.

21Comment expliquer alors que les femmes s’investissent dans ce type d’échange fondé sur le soutien moral et affectif ? Une enquête par entretiens semi-directifs (Jonas, 2004) a montré que la relation affine se construisait selon un double principe d’égalité et de bienveillance. Ce qui signifie qu’entre deux affins, toute forme de hiérarchie ou de dépendance trop extrême n’est pas acceptable et qu’il faut sans cesse se montrer altruiste et empathique lors des faces à faces. La conciliation de ces deux principes rend possible l’établissement d’une « bonne distance » (Lemarchant 1999). Or, comme le couple reçoit des aides de la part de la famille de l’homme, la femme, pour rétablir l’égalité, doit donner de son temps. Les échanges fondés sur la compréhension et le réconfort sont le signe d’une stratégie féminine permettant d’effacer la dette contractée lors de l’aide allouée par la parenté de l’homme et sont aussi l’occasion d’apporter une preuve de bonne volonté à leur belle-famille.

22Véritable clef de voûte de ce système, les femmes ont un rôle fondamental dans l’organisation des relations au sein de la famille de procréation tout comme dans ses rapports avec chacune des parentés. Cette analyse du soutien moral apporté à la belle-famille montre donc que leur titre de « kinkeeper » (agent de liaison) – souvent utilisé pour souligner leur rôle nodal dans les échanges avec les consanguins (Firth, Hubert & Forge, 1969 ; Rosenthal, 1985) mais jamais avec les affins – est donc justifié à double titre.

Des comportements moins différenciateurs de la part des hommes que de la part des femmes

23Au-delà de la spécialisation féminine du kinkeeping qui relève surtout d’une « orchestration conjugale » (Kaufmann, 1992), la différence entre les hommes et les femmes dans le soutien à la parenté du conjoint est particulièrement marquée par une différence d’implication. Comme cela a déjà été évoqué, on aide toujours en moyenne plus sa famille que sa belle-famille bien que les femmes soutiennent davantage leur famille que ne le font les hommes. Elles les devancent dans les quatre catégories d’aides retenues. Ce qui est remarquable c’est que, lorsqu’on se tourne vers la belle-famille, ce constat n’est plus valable. En accord avec les pôles de spécialisation, les hommes sont plus nombreux à avoir déclaré apporter une aide à au moins un membre de leur parenté par alliance au cours des douze derniers mois que les femmes dans deux des quatre domaines : les aides d’ordre manuel (37,4% contre 31,6%) et les aides d’ordre matériel (12,8% contre 10,2%).

Tableau IV. Différence des aides apportées à la famille et à la belle-famille selon le sexe

Type
d’aides

Hommes

Femmes

Taux de variation
Famille/belle-famille

Différence des taux de variation homme/femme

Famille

Belle-famille

Famille

Belle-famille

Hommes

Femmes

Manuel

44,5

37,4

50,7

31,6

-15,9%

-37,6%

21,7

Matériel

20,4

12,8

20.5

10,2

-37,2%

-50,2%

13

Compétence

21,3

12,2

25.0

12,7

-42,7%

-49,2%

6,5

Moral

36,3

19,9

46,3

22,9

-45,1%

-50,5%

5,4

Champs : personnes de 15 ans et plus ayant un conjoint, vivant en France. Khi-2 très significatif
Lecture : 44,5% des hommes vivant en couple ont rendu un service de type manuel à au moins un de leurs consanguins au cours des douze derniers mois.

24Si on raisonne en termes relatifs, et non plus en termes absolus, cette différence est encore plus marquée. Pour cela, nous pouvons calculer le taux de variation du pourcentage d’hommes et de femmes ayant affirmé avoir aidé leur parenté par alliance par rapport à ceux ayant affirmé avoir aidé leur propre parenté (tableau IV). Comme on pouvait s’y attendre, ces taux sont tous négatifs. Mais, si on compare les taux de variation des hommes à ceux des femmes (en les soustrayant) on se rend compte qu’ils sont de moindre importance. Pour le soutien moral, par exemple, le taux de variation féminin est plus important de 5,4 points par rapport au taux masculin. Ce qui signifie que les femmes changent davantage de comportement que les hommes lorsque leur soutien passe de leur famille à leur belle-famille. Pour résumer, on pourrait dire que le déficit d’implication de l’homme dans sa belle-famille par rapport à sa propre famille est bien moins marqué que celui de la femme.

25La prise en compte de la distance géographique renforce cette différence de traitement entre les deux lignées selon le sexe. En moyenne, lorsque leur mère habite plus loin que leur belle-mère, les femmes continuent à favoriser leur propre famille. Les hommes, au contraire, ne sont plus que 38,9% à favoriser leur lignée lorsque leur mère habite à plus de 100 kilomètres de leur domicile et lorsque leur belle-mère habite à moins de 100 kilomètres. Les femmes sont moins enclines à chercher une compensation à l’éloignement de leur famille dans la proximité géographique que leur offre leur parenté par alliance. Dans le même cas de figure, elles sont, en effet, encore 59,2 % à offrir plus d’aides à leur famille qu’à leur belle-famille.

Tableau V. Favoriser sa famille selon le sexe et la distance d’habitation de la mère et de la belle-mère

Champs : personnes 20 ans et plus ayant un conjoint, vivant en France. Khi-2 très significatif
Lecture : 56,1% des hommes en couple dont la mère et la belle-mère sont en vie et habitent à moins de 100 kilomètres de leur domicile ont offert au moins un type d’aide supplémentaire à leur famille qu’à leur belle-famille au cours des douze derniers mois.

26Ce constat est également valable lorsque l’on analyse la sociabilité. On peut effectivement penser que la matrilatéralité s’appuie avant tout sur une forme atténuée de matrifocalité, c’est-à-dire sur la tendance des couples à habiter à une moindre distance de la famille de la femme que de celle de l’homme. Or, non seulement cette matrifocalité ne se voit pas au niveau agrégé, mais en plus cet éloignement relatif de la famille et de la belle-famille de la personne interrogée confirme l’inégalité d’investissement dans la parenté et dans la parenté par alliance selon le sexe. 22,3% des femmes rencontrent leur belle-mère au moins une fois par semaine lorsqu’elle habitent plus loin que leur mère (25,6% pour les hommes). À l’inverse, lorsque la mère habite plus loin que la belle-mère, on observe une baisse des fréquentations de l’homme à sa mère plus marquée que pour la femme.

Tableau VI. Rencontrer sa mère et sa belle-mère selon leur éloignement respectif

La mère est plus proche

Même distance

La belle-mère est plus proche

Total

Rencontre de la belle-mère

Hommes

25,6

38

55,8

40

Femmes

22,3

32,6

54,4

37

Rencontre de la mère

Hommes

59,8

41,5

30,7

44

Femmes

71,7

45,3

36

52

Champs : personnes 20 ans et plus ayant un conjoint, vivant en France. Khi-2 très significatif
Lecture : 25,6% des hommes en couple dont la mère habite plus près de leur domicile que la belle-mère ont vu leur belle-mère au moins une fois par semaine au cours des douze derniers mois.

27Cette différence entre le comportement des hommes et celui des femmes repose sur une logique complexe dont il est difficile de rendre compte dans sa globalité. Nous nous contenterons ici de souligner deux hypothèses à prendre en compte pour expliquer les raisons de leur attitude. Tout d’abord, les hommes ont une définition plus souple que leurs conjointes des liens qui les unissent à leur famille d’origine et à leur belle-famille. Certains d’entre eux n’hésitent pas, par exemple, à considérer leur beau-père comme un père s’ils retrouvent dans la relation qu’ils entretiennent avec le père de leur épouse la relation qu’ils n’ont pas eu avec leur propre père (Le Pape, 2005a). Ce genre d’adoption est moins fréquent chez les femmes (Lemarchant, 1999) qui ont plus de difficulté à considérer leur belle-mère comme une mère de substitution, en cas de conflit ou de rupture avec leur propre mère. Sur un plan symbolique, cela se traduit aussi par le fait que les hommes portent davantage la mémoire de leur belle-famille que les femmes ne le font (Le Pape, 2005b). En outre, les femmes étant les principales organisatrices des échanges au sein de la parenté, on peut penser que les hommes sont peu à peu « aspirés » par les rencontres au sein de la lignée de leur femme. Cette sociabilité permet une intégration de fait beaucoup plus grande des hommes dans leur belle-famille.

28La combinaison des deux phénomènes que nous venons d’identifier (les femmes aident plus leur famille que les hommes et les hommes sont moins différenciateurs envers leur belle-famille que les femmes) permet de prendre la mesure du versant quantitatif de la matrilatéralité. Dans le cas des échanges domestiques, la sur-implication féminine dans la parenté consanguine et la relative sur-implication masculine dans la parenté par alliance concourent à favoriser quantitativement la parenté de la femme à celle de l’homme. Déjà observée à propos des relations entre beaux-frères et belles-sœurs (Jonas, 2006), cette tendance crée de nombreuses complications dans la gestion quotidienne de ces liens. Le système occidentale étant de nature indifférenciée, une trop forte inégalité de traitement entre les deux lignées ne peut être tolérée par les individus lésés et exige donc, constamment, de nombreux ajustements.

29Dans l’analyse de ces tendances, il faut toutefois être prudent. Elles ne signifient pas que la matrilatéralité soit une règle de parenté venant contredire le caractère indifférencié du système occidental. Il s’agit simplement d’une tendance statistique ou, si l’on préfère, d’un effet de composition résultant des comportements individuels. Ne perdons donc jamais de vue que les résultats statistiques obtenus peuvent découler de dynamiques très différentes et ne remettent pas en cause l’existence, dans une proportion moindre, de couples patrilatéraux ou indifférenciés (Déchaux, 2004). Il n’en demeure pas moins que la matrilatéralité semble bien être statistiquement très significativement majoritaire.

Une matrilatéralité plus prononcée dans les milieux populaires et dans les classes moyennes inférieures

  • 6 La proximité spatiale est également un élément important à prendre en compte dans l’explication de (...)

30Les premières enquêtes sur la matrilatéralité s’accordaient sur l’importance de ce biais latéral en milieux populaires. Dans cette tradition sociologique, l’inégalité de traitement entre les deux lignées s’expliquerait par le rôle assurantiel rempli par la famille d’origine de la femme dans un contexte de forte précarité. La primauté du lien mère/fille est vue ici comme un moyen d’optimiser la mise en commun des ressources domestiques autant dans une logique économique que dans une logique d’intégration sociale 6. En outre, la famille d’origine est souvent perçue comme un « filet de sécurité » par les femmes des milieux populaires en cas de divorce ou de décès du conjoint. Souvent isolées socialement, elles présentent leur famille comme l’une des seules ressources sur qui elles peuvent compter lorsqu’elles rencontrent des difficultés et notamment des problèmes conjugaux (Le Pape, 2006). L’enquête PCV semble aller dans le sens d’une confirmation de ces constatations. Si on regarde le pourcentage d’individus déclarant venir en aide à leur belle-famille au cours de l’année selon la catégorie sociale de la personne interrogée, on remarque en effet une différenciation sociale non négligeable.

Figure 1. Pourcentage des individus déclarant avoir aidé leur belle-famille selon le sexe et la CSP

Figure 1. Pourcentage des individus déclarant avoir aidé leur belle-famille selon le sexe et la CSP

31Alors que les femmes de la catégories « ouvriers » sont celles qui s’investissent le moins dans leur belle-famille, les hommes des catégories « ouvriers » et « professions intermédiaires » sont, eux, les plus tournés vers la famille de leur épouse. À l’inverse, chez les employés et chez les cadres les attitudes masculines et féminines sont plus semblables. Le traitement inégal des deux lignées est donc plus flagrant en milieux populaires et s’instaure, en moyenne, au profit de la lignée utérine.

32La prise en compte des rencontres, qui sont à la base des échanges au sein de la parenté, permet de confirmer ce biais matrilatéral plus marqué en milieu populaire. Comme dans le cas des aides données, les hommes s’investissent sensiblement plus que les femmes dans les milieux ouvriers et les professions intermédiaires. Près de 60% des ouvriers voient ainsi un membre de leur belle-famille au moins une fois par semaine. Alors que les ouvrières ne sont que 48% dans ce cas là. Ailleurs, les comportements sont, là encore, peu différenciés.

Figure 2. Pourcentage des individus déclarant rencontrer au moins une fois par semaine un membre de la famille de leur conjoint

Figure 2. Pourcentage des individus déclarant rencontrer au moins une fois par semaine un membre de la famille de leur conjoint
  • 7 Une régression identique a été effectuée en comptabilisant non pas les services mais en prenant en (...)

33Par ailleurs un résultat communément admis affirme que plus on s’élève dans la hiérarchie sociale plus les individus sont susceptibles de diversifier les aides qu’ils apportent à leurs apparentés. Pour la belle-famille, les pratiques ne se déroulent pas de cette façon. Si on cherche à savoir dans quelles mesures les individus offrent plus de types différents de services à leur parenté qu’à leur parenté par alliance 7, on s’aperçoit que la CSP n’est pas un indicateur clivant. Pour les hommes, aucun indice de la régression n’est significatif. Pour les femmes certains le sont mais induisent seulement de très légères modifications de comportement entre les deux lignées. Ce constat peut sembler contradictoire, notamment pour les femmes en milieu ouvrier qui semblent moins différenciatrices que les employées (-0,42) dans la régression « favoriser nettement sa famille ». Mais ce chiffre indique simplement que la capacité à diversifier l’offre de soutien est plus limitée dans ce milieu, cette offre se composant principalement de tâches d’ordre domestique. En effet, l’indicateur utilisé pour cette régression, qui vaut « 1 » si l’individu interrogé offre au moins deux types de services supplémentaires à sa parenté qu’à sa parenté par alliance et « 0 » sinon, mesure davantage cette capacité de diversification que la réelle implication des individus dans chacune des deux lignées…

Tableau VII – Régression logistique binaire, méthode des Entrées, « favoriser nettement sa famille »

Homme

Femme

ensemble

Sexe

Homme

-0,47****

Femme

Réf.

Constante

-0,66****

Age

20-29 ans

0,22

-0,14

0,11

30-39 ans

Réf.

Réf.

Réf.

40-49 ans

-0,17

-0,23

-0,20*

50-59 ans

-0,43*

-0,56****

-0,49****

60-69 ans

-1,32****

-1,49****

-1,41****

70 ans et +

-2,21****

-2,48****

-2,36****

Constante

-0,72****

-0,18*

-0,45****

CSP d'ego

Agriculteur

0,25

-0,45*

-0,31*

Cadre

0,26

0,00

-0,15

Profession intermédiaire

0,28

0,33**

0,09

Employé

Réf.

Réf.

Réf.

Ouvrier

0,17

-0,42**

-0,36***

Inactif

-1,06****

-1,21****

-1,31****

Constante

-1,05****

-0,34****

-0,48****

Différence de diplôme avec le beau-père

Diplôme inférieur

0,37*

0,51**

0,43***

Diplôme équivalent

Réf.

Réf.

Réf.

Diplôme supérieur

0,37***

0,54****

0,47****

Constante

-1,24****

0,82****

-1,02****

Notes : La population très différenciatrice en faveur de sa famille est constituée par l’ensemble des individus qui ont proposé au moins deux types de services supplémentaires à leur famille qu’à leur belle-famille.

Niveau de signification statistique : * 0,1 ; ** 0,05 ; *** 0,01 ; **** 0,001.

  • 8 Les liens amicaux sont caractérisés par une très forte homophilie de diplôme. (Bidart, 1997).
  • 9 Cette distinction entre les rapports d’âge et de sexe est inspirée de l’étude de Marcel Mauss « Coh (...)

34La différence de diplôme est un critère bien plus significatif. L’homophilie de diplôme est une preuve de la relative dimension affinitaire du lien d’alliance. Quel que soit son sexe, un individu différencie moins famille et belle-famille lorsqu’il a un diplôme équivalent à celui de son beau-père que lorsqu’il a un diplôme supérieur (0,47) ou inférieur (0,43) à celui-ci. Les variations sont d’une ampleur assez inhabituelle dans les relations de parenté. Finalement, la proximité des goûts, des aspirations, des projets de vie, des moyens financiers… augmente le nombre de services échangés de manière très sensible. Comme pour l’amitié, on fréquente et on aide plus volontiers ses semblables 8. Il faut dire que le fait d’avoir un mode de vie très proche de celui de ses alliés facilite l’établissement de règles de comportement. La définition des séparations par âge (place des parents et place des enfants) et par sexe (place de la mère, du père, de la fille, du fils, des hommes et des femmes en général) dans la famille d’origine du conjoint et dans sa famille de procréation semblent plus facilement conciliables lorsque les univers sociaux (et donc les conceptions familiales) sont très voisins 9.

35Pour autant, hommes et femmes n’ont pas la même attitude face à la différence de niveau de diplôme. Déjà, les écarts de diplôme entraînent un changement de comportement plus marqué chez la femme que chez l’homme. Tout se passe comme si une différence de niveau d’étude était vécue par celle-ci comme une hiérarchie intolérable au sein de la parenté par alliance. La relation affine est de meilleure qualité lorsqu’elle s’établit entre égaux. Ce caractère discriminant de la différence de diplôme souligne donc le caractère moins statutaire (et donc plus affinitaire) du lien d’alliance que du lien de sang, venant, une fois de plus, confirmer le fait que la matrilatéralité ne doit pas être vue comme une règle structurale de la parenté occidentale mais comme une tendance mesurable au niveau macro-sociologique.

Conclusion

36Au terme de cette enquête, bien qu’elle nous ait seulement permis de raisonner en terme de fréquence (et non de volume), nous serions finalement tentés de dire que le soutien à la parenté par alliance se caractérise par 1) une spécialisation sexuée semblable à celle observée pour le soutien aux consanguins, 2) un investissement moindre envers la belle-famille qu’envers la famille, notamment pour les femmes, 3) une diminution de l’écart entre les deux lignée avec l’évolution dans le cycle de vie, 4) un favoritisme envers la parenté utérine, découlant du kinkeeping féminin, particulièrement marqué en milieu populaire et 5) un fort degré affinitaire permettant aux individus de rester en retrait du réseau d’entraide.

37Ces cinq aspects que nous avons dégagés permettent de mesurer plus précisément la matrilatéralité, c’est-à-dire la tendance des couples à favoriser la lignée de la femme. Les écarts significatifs de comportement, selon le sexe de l’individu, entre les deux parentés conduisent le couple à s’investir davantage dans le système d’échange de la famille de la femme. Le temps et les ressources matérielles, financières et scolaires du couple sont ainsi en priorité dirigées vers la branche utérine de la parenté. Cette latéralisation des relations de parenté autorise une meilleure compréhension des inégalités sociales. En milieu populaire notamment, la parenté masculine ne peut pas bénéficier du même soutien que les couples proposent à la parenté utérine. Cette pratique majoritaire va donc dans le sens d’un renforcement des inégalités sociales pour la lignée masculine. Le sexe des enfants et leur destin matrimonial peuvent donc être considérés comme une ressource ou un handicap dont le poids peut-être déterminant lorsque la génération précédente (parents et grands-parents notamment), passée un certain âge, devient plus dépendante de l’aide apportée par les descendants.

38La différence d’attitude, que nous venons d’étudier, selon le sexe d’ego laisse aussi à penser que la définition des frontières de la parentèle est également sexuellement clivée. Les hommes intègrent plus facilement les parents du conjoint dans le premier cercle des relations de parenté, alors que les femmes ont une position plus ambiguë. Étant donné les enjeux et les investissements, notamment en temps, que réclament les relations de parenté pour elles, la définition féminine de la famille semble plus restreinte et, pour tout dire, surtout centrée autour des relations consanguines.

Haut de page

Bibliographie

Attias-Donfut C. (dir.) (1995), Les Solidarités entre générations. Vieillesse, famille, État, Paris, Éditions Nathan

Bott E. (1957), Family and Social Network, Londres, Tavistock

Bidart C. (1997), L’Amitié, un lien social, Paris, Éditions La Découverte

Bonvalet C., Maison D., Charles L. & H. Le Bras (1993), « Proches et parents », Population, 48 (1)

Chauvel L. (2001), « Le retour des classes sociales? », Revue de l’OFCE, n°79

Chenu A. (2003), « La charge de travail professionnel et domestique des femmes : cinquante années d’évolution », Données sociales, p. 467-474

Crenner E. (1999), « Famille, je vous aide », INSEE Première, n°361, février

Déchaux J.-H. & N. Herpin (2004), « Entraide familiale, indépendance économique et sociabilité », Économie et Statistique, n°373

Déchaux J.-H. (2006), « Relation de germanité à l’âge adulte et matrilatéralité », dans Oris M., Brunet G., Widmer É. & A. Bideau (dir.), Les Fratries. Une Démographie sociale de la germanité, Peter Lang Édition, Berne

Delsaut Y. (1976), « Le double mariage de Jean Célisse », Actes de la recherche en sciences sociales, n°4, p. 3-20

Finch J. (1994), Family Obligations and Social Change, Polity Press, [1989]

Firth R. & J. Djamour (1956), « Kinship in South Borough », dans Firth R. (dir.), Two Studies of Kinship in London, London, Athlone Press, p. 33-63

Firth R., Hubert J. & A. Forge (1969), Families and Their Relatives. Kinship in a Middle Class Sector of London. An Anthropological Study, London, Routledge and Kegan Paul

Jonas N. (2004), La Germanité affine. Les Liens entre beaux-frères/belles-sœurs, Paris, Institut d'Études Politiques de Paris

Jonas N. (2006), « Beaux-frères, belles-sœurs ; l’exemple des relations entre germains affins », Terrains et Travaux, n°10

Journet N. (2005), « L’argent en famille », Terrain, revue d’ethnologie de l’Europe, n°45

Kaufmann J.-C. (1992), La Trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Éditions Nathan

Kellerhals J., Lévy R. & É. Widmer (2004), « Types of conjugal networks, conjugal conflict and conjugal quality », European Sociological Review, volume 20, n°1, p. 63-77

Le Pape M.-C. (2005a), Le Couple et ses lignées. Mémoire et enjeux de filiation en milieux populaires, Paris, Dossier d’études de la CNAF, n°64

Le Pape M.-C. (2005b), « Mémoire familiale, filiation et parentalité en milieux populaires », Recherches et Prévisions, n°82

Le Pape M.-C. (2006), « Hommes et femmes en milieux populaires : les ambivalences d’une double appartenance », Sociétés Contemporaines, n°62

Lemarchant C. (1999), Belles-filles. Avec les beaux-parents, trouver la bonne distance, Rennes, Presses universitaires de Rennes

Mauss M. (1931), « Cohésion sociale dans les groupes polysegmentaires », Bulletin de l’institut français de sociologie, 1

Petite S. (2005), Les Règles de l’entraide. Sociologie d’une pratique sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes

Pitrou A. (1992), Les Solidarités familiales. Vivre sans famille ?, Toulouse, Éditions Privat, [1976]

Rosenthal C. J. (1985), « Kinkeeping in the Familial Division of Labor », Journal of marriage and the family, vol.47, n°3, p. 965-974

Weber F. et alii (2003), Charges de famille. Parenté et dépendance dans la France contemporaine, Paris, Éditions La Découverte

Young M. & P. Willmott (1957), Family and kinship in East London, London, Routledge & Kegan Paul

Haut de page

Notes

1 Il ne faut pas confondre matrilatéralité et matrilinéarité. La matrilinéarité est un terme issu de l’anthropologie de la parenté servant à caractériser une forme particulière de filiation exclusive. La matrilatéralité est un terme sociologique voulant signifier la tendance, plus ou moins accentuée, des couples à favoriser la lignée de la femme dans un système à filiation indifférenciée.

2 Si peu d’études prennent le parti de se situer à la croisée des lignées, on signalera deux recherches qui montrent la fécondité d’une telle approche. En optant pour une démarche qualitative, Yvette Delsaut analyse le rapport d’un jeune marié avec sa famille et sa belle-famille. Elle montre, dans cette communication, la difficulté pour un individu de maintenir des relations équitables avec les deux lignées (Delsaut, 1976). Dans une perspective quantitative, Éric Widmer, Jean Kellerhals et René Lévy aboutissent à une typologie opposant les familles matricentrées, patricentrées, bi-centrées ou plus tournées vers les amis (Kellerhals, Lévy & Widmer, 2004).

3 Comme le souligne Louis Chauvel, il est possible de regrouper, dans la même catégorie générique des classes populaires, les ouvriers et les employés. Les salaires sont identiques, les comportements de consommation sont les mêmes, les espérances de mobilité sociale ne sont guère plus fortes chez les uns que chez les autres, une brève étude sur l’homogamie montre qu’ouvriers et employés se marient souvent ensemble. Tout en insistant sur le fait qu’il n’existe pas aujourd’hui de véritable conscience de classe dans les milieux populaires, Louis Chauvel suggère donc qu’ouvriers et employés présentent un certain nombre de caractéristiques communes (Chauvel, 2001).

4 Par cette remarque, nous suggérons que les rapports avec la belle-famille doivent aussi être analysés en fonction de la position d’ego dans son cycle de vie (Finch, 1994). Comme pour ses consanguins, ses attentes et ses obligations envers sa belle-famille ne sont pas les mêmes lorsqu’il débute sa vie de couple, lorsqu’il a des enfants... Toutefois, nous sommes conscients que seule une analyse longitudinale nous permettrait de distinguer ce qui relève d’un effet générationnel de ce qui permet réellement de nous positionner en terme de cycle de vie.

5 L’explication de cette diminution globale de l’aide apportée aux affins et aux consanguins s’explique par deux facteurs bien connus des sociologues et démographes : tout d’abord plus la personne vieillit, plus sa capacité à fournir une aide est limitée par des problèmes inhérents à la vieillesse (Weber et alii, 2003) ; ensuite, les destinataires potentiels sont de moins en moins nombreux. Rappelons que la famille ne comprend pas ici les enfants de la personne interrogée. En incluant ces derniers, les résultats concernant la parenté consanguine diffèrent considérablement et les services rendus ne diminuent pas à mesure que l’âge augmente, l’aide apportée aux consanguins augmentant même pour certaines classes d’âge. Ceci est notamment très significatif pour la génération pivot (à partir de 50 ans) qui est chargée d’aider ses parents vieillissants et ses enfants en pleine installation dans la vie active (Attias-Donfut, 1995).

6 La proximité spatiale est également un élément important à prendre en compte dans l’explication de la forte matrilatéralité caractérisant les milieux populaires. Cet argument est notamment mis en avant dans l’enquête proches et parents (Bonvalet, Maison, Charles & Le Bras, 1993).

7 Une régression identique a été effectuée en comptabilisant non pas les services mais en prenant en compte les rencontres. Les résultats obtenus confirment les conclusions ici suggérées.

8 Les liens amicaux sont caractérisés par une très forte homophilie de diplôme. (Bidart, 1997).

9 Cette distinction entre les rapports d’âge et de sexe est inspirée de l’étude de Marcel Mauss « Cohésion sociale dans les groupes polysegmentaires » (Mauss, 1931).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pourcentage des individus déclarant avoir aidé leur belle-famille selon le sexe et la CSP
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2. Pourcentage des individus déclarant rencontrer au moins une fois par semaine un membre de la famille de leur conjoint
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Jonas et Marie-Clémence Le Pape, « Famille ou belle-famille ? », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 22 juillet 2007, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://sociologies.revues.org/842

Haut de page

Auteurs

Nicolas Jonas

Agrégé de Sciences sociales. Moniteur de sociologie à l’Institut d’études politiques de Paris. Allocataire de recherche à l’OSC (Observatoire Sociologique du Changement, CNRS-FNSP), Paris - nicolas.jonas@sciences-po.org

Marie-Clémence Le Pape

Monitrice de Sociologie à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Allocataire de recherche à l’INRETS (Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité), Arcueil - mc.lepape@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page