Navigation – Plan du site
La consistance des êtres collectifs. Mode(s) d’existence, dilemmes ontologiques et politiques

De la consistance sémiotique à la consistance politique

Nouveaux êtres collectifs : des marques publicitaires aux assistants personnels intelligents
From Semiotic Consistency to Political Consistency. New collectives: From brand advertisings to virtual assistants
Virginie Tournay et Frédéric Forest

Résumés

Les marques publicitaires et les assistants personnels intelligents intégrés dans nos objets connectés définissent des êtres collectifs car ils sont à la fois directement saisissables par des millions d’utilisateurs et ils apparaissent dotés d’une intériorité propre, détachée du seul niveau individuel. Saisir ce qui fonde la consistance de tels êtres collectifs suppose de considérer simultanément la cohérence interne de leur désignation, l’image mentale qu’ils véhiculent et la manière dont ils prennent consistance – c’est-à-dire ce qui formate nos engagements auprès d’eux. Depuis les mécanismes impliqués dans les illusions d’optique jusqu’à la représentation politique, la variable méréologique et les opérateurs de collectivisation sont discutés. Une relative indétermination du signifié est nécessaire pour produire une intelligibilité sociale et créer un sentiment de proximité. Ces aspects sont particulièrement renforcés dans les êtres collectifs issus de nos objets connectés, ce qui soulève d’importants défis en matière de politiques culturelles et éducatives.

Haut de page

Texte intégral

1Corps social, Google, Apple, Facebook et intelligence artificielle : ces mots, qu’ils renvoient à des firmes, des marques publicitaires ou à des concepts politiques, ont pour particularité de désigner une pluralité agrégée de données ou d’individus. Analyser la consistance de tels êtres collectifs constitue un enjeu non seulement sémantique mais aussi un défi politique puisque cette démarche revient, d’une part, à interroger l’intelligibilité du monde qui nous entoure et que d’autre part, elle implique d’investir la nature de nos engagements particuliers, c’est-à-dire les différentes manières de nous relier, chacun, aux êtres collectifs. Si la représentation politique est l’une des formes les plus abouties de l’institutionnalisation des êtres collectifs, elle n’est pas associée à une manière unique de s’engager individuellement et l’image mentale de cet ordre de totalité n’est pas nécessairement la même pour tous les citoyens. Ainsi, l’intimisation de la vie politique orchestrée par les médias s’accompagne d’une tendance de plus en plus nette à faire du débat une opposition de styles individuels et de personnalités, ce qui rend difficile la construction d’un intérêt commun (Muxel, 2017), si bien que le politique ne permet plus la création d’un espace commun. Pourtant, l’être politique, s’il demeure constitutivement controversé et insaisissable, définit un être consistant. Chacun s’y réfère et s’engage selon ses propres références. Dès lors, analyser la consistance des êtres collectifs qui nous entourent permet de préciser les manières de rendre tangibles nos descriptions du monde et de mieux comprendre ce qui les sous-tend. Ce projet rencontre certains des défis actuels des politiques culturelles et éducatives.

La consistance sémiotique

2Le mot chien ne mord pas et, dans le même ordre d’idée, le récit vraisemblable ne correspond en rien à la présence réelle de son contenu. Le signe linguistique n’est pas l’objet, ni même une copie des choses ou des actions qu’il désigne. Il est l’association, c’est-à-dire la forme, le trait d’union entre un signifié et un signifiant, qui peut être un concept, une image acoustique ou un graphique. Si la coïncidence entre le concept de « chien » et l’image mentale que nous nous en faisons au travers du langage ou de l’image n’est pas questionnable ou ne créée pas de doutes significatifs pour la plupart d’entre nous, c’est parce que la catégorie de « chien » est globalement partagée par la plupart des individus dans les propriétés qui la définit : un chien aboie, il peut mordre et être domestiqué, etc. Cela dépend également de la vraisemblance de la figuration qui est produite. Comme le soulignait déjà l’image de Ferdinand de Saussure des masses amorphes de signifiants et de signifiés, ces derniers sont plutôt deux vagues se renvoyant l’une l’autre que deux calques aux correspondances univoques (Saussure, 1922). Aussi, une représentation graphique suffisamment précise, une bonne orthographe du mot, une énonciation correcte sont nécessaires pour faire émerger l’image mentale correspondante chez l’interlocuteur. Au-delà des riches débats sur la nature du signe (Eco, 1992), cette réception repose également sur une structuration psychique dont Jacques Lacan fait l’hypothèse qu’elle doit être orientée par des signifiants particuliers au sein d’un réseau de signifiants, qu’il appelle les « points de capiton » (Lacan, 1955). Un seul déplacement de lettre suffit à modifier l’articulation du signifié au signifiant comme le révèle par exemple l’inversion des deux dernières lettres du mot, transformant alors le Chien en Chine. Faire naître des images mentales les plus communes qui soient faciles à partager constitue un grand défi culturel et didactique de la coupure sémiotique. Ce défi relève de notre perception sensorielle et suppose l’organisation d’une contradiction : la séparation du signe et de la chose doit s’articuler à un accès le plus direct et balisé possible entre ces deux entités. Si le mot chien n’aboie pas, il fait émerger de façon univoque l’image mentale de l’animal capable de produire ce type de vocalisation. À cette condition, la médiation sémiotique devient consistante. Le concept d’idéologie proposé par Roland Barthes permet de penser cette consistance. L’idéologie est définie comme un ensemble de connotations qui conduisent à encadrer l’interprétation d’une image ou d’un message par le récepteur et dépassent largement le message dénoté, c’est-à-dire ce que serait cette image ou message avant toute interprétation. C’est ainsi que Roland Barthes nous montre comment de la publicité pour les pâtes Panzani se dégage l’idéologie de « l’italianité », sans qu’il soit même besoin explicitement d’utiliser le signifiant « Italie ». Par métonymie, c’est pourtant l’Italie elle-même qui est offerte aux consommateurs plutôt que des pâtes fabriquées en France. La consistance de la marque est bordée par ces connotations, qui renvoient à une cohérence en termes d’imaginaire plutôt qu’un renvoi à la réalité du produit (Barthes, 1964).

De l’illusion d’optique au dilemme éthique : des consistances multiples

  • 2 Cette illusion d’optique a été diffusée dans les années 1930 par les psychologues suédois R. Ward L (...)

3Comment analyser la consistance des êtres et la dimension collective de certains d’entre eux ? En se basant sur les lignes qui précèdent, l’hypothèse la plus intuitive consisterait à fonder la consistance des êtres qui nous entourent sur la clarté de la médiation sémiotique entre la chose et le signe qui la désigne. Pourtant, cette clarté n’est pas toujours facile à obtenir et elle ne découle pas nécessairement du degré de précision de la correspondance entre le signifié et le signifiant. Ainsi, la façon dont nous donnons une existence linguistique ou graphique aux êtres qui composent notre environnement peut, dans certains cas, conduire à des formes d’intelligibilité du monde radicalement différentes sans que chacune de ces propositions soit nécessairement fausse. Des perceptions alternatives peuvent être tout autant valides mettant ainsi en exergue une concurrence entre plusieurs relations sémiotiques qui coexistent. L’exemple le plus caricatural nous est fourni par les illusions d’optique qui témoignent de la pluralité des manières de percevoir un même tableau social. Une image très connue est la figure ambiguë de Böring 2 (1930), également trouvée sous l’intitulé Ma femme et ma belle-mère dans un magazine satirique de 1915. L’illustration nous présente la forme globale du visage d’une personne ayant la particularité de présenter au moins deux modes d'existence sans que l’un ou l’autre soit réfutable. Il peut être lu comme le profil du visage d'une vieille femme le menton en galoche enfoncé dans le col de son manteau, ou comme celui d'une jeune femme, de dos, marqué par un cou très fin, entouré d'un collier et d’une écharpe de fourrure.

4Ce type de mécanisme de double sens est largement étudié par Sigmund Freud dans la technique du mot d’esprit. Il permet d’incarner l’ambivalence et se trouve en particulier beaucoup usité dans les publicités. En effet, il trace un passage métonymique et permet d’orienter le désir d’un objet qui se dérobe ou d’un état impossible – celui généralement proposé par la publicité : toujours rester jeune, séduire les femmes, etc. – vers un objet qui, lui, est à portée de main, le produit.

5Dans les figures ambigües, si les deux perceptions coexistent entre-elles et ne sont pas réfutables, la préférence pour l’une ou l’autre alternative est avant tout un choix méréologique qui découle des cadres de perception individuelle. La notion de méréologie empruntée aux logiciens de la philosophie analytique renvoie à l’idée générale de l’articulation entre les parties et le tout d’un objet. Elle s’intéresse aux différentes relations possibles à l’intérieur d’un même objet pouvant alternativement être envisagé comme une partie parmi d’autres, un ensemble de parties ou comme une totalité insécable. La pluralité des interprétations issue de l’illusion d’optique témoigne de l’impossibilité de privilégier une méréologie donnée par rapport à une autre. Elle se situe à la base de la diversité des manières de saisir le monde perçu et témoigne du décalage entre réalité perçue et réalité physique. À une forme donnée peut ainsi correspondre plusieurs découpages internes et donc plusieurs propriétés ainsi que plusieurs qualités. Du coup, les contours donnés à l’objet et l’intériorité qui lui est prêtée jouent un rôle très actif dans l’établissement de notre jugement. La pluralité des interprétations méréologiques concerne tout autant ce qui relève de l’iconographie que du langage. En effet, cette pluralité relève tout à la fois des connotations apposées sur le langage par une société donnée (voir à cet égard, l’analyse de Pichon, 1976), que de l’agencement du réseau de signifiants propre à chaque sujet, dessiné par son histoire. Jean Laplanche et Serge Leclaire nous donnent une illustration magistrale de cette idée au travers d’une étude de cas où certains signifiants (comme « Licorne » pour le sujet) renvoient à des significations singulières nouées à des évènements et des personnages de l’histoire du sujet (Laplanche & Leclaire, 1966). Aussi, plus généralement, l’image est captée dans le filet signifiant d’un sujet, ce qui permet de dire que l’interprétation est alors tout autant réception que projection. Cette pluralité touche l'ensemble de nos supports d'information ainsi que tous les dispositifs et les médiations permettant aux citoyens de prendre place et part dans la vie sociale et politique.

6La problématique méréologique est loin de s’adresser aux seules illusions d’optique. La nécessité de choisir entre des perceptions antagoniques se manifeste fréquemment dans différents aspects de la vie sociale, et ce jusque dans nos manières de définir des êtres collectifs tels que les institutions (Tournay, 2014). Ainsi, la Société nationale des chemins de fer français peut être perçue comme une entreprise de service public. Elle renvoie ici à une totalité insécable qui peut être rangée sous la catégorie linguistique des noms massifs. L’image mentale de cette institution peut également se rapporter à la qualité de ses prestations, qu’il s’agisse de la dématérialisation des titres de transport ou de la restauration à bord. Dès lors, sa méréologie se compose d’un ensemble de parties plus ou moins indépendantes définies par les services à la clientèle. Dans ce cas de figure, la société de transports ne constitue pas une totalité indécomposable aux yeux de ceux qui l’appréhendent à partir des prestations fournies. Les manières de composer les êtres collectifs en totalité se répercutent sur la façon de les appréhender sur un plan moral et de concevoir leur devenir, avec en exemple, les types de privatisation envisagés pour cette société. Il s’agit donc d’un enjeu éminemment politique qui dépasse de loin des problématiques linguistiques. Cet enjeu recoupe ce qui pourrait être épinglé sous le vocable de « société inconsciente » au sens des différentes suggestions possibles de ces êtres collectifs. Les marques publicitaires sont ainsi bien connues du grand public, y compris dans les connotations qu’elles souhaitent véhiculer et qui dessinent une société d’influences inconscientes (voir Packard, 2007 et Gladwell, 2005). Il existe ainsi tout un travail des firmes de l’ère capitaliste pour associer leur nom avec des signifiants ou des idées et a posteriori nous faire considérer comme naturelle cette association, dans ce qui apparaît comme un déploiement rhizomatique.

7À côté des êtres collectifs tels que les institutions ou les découpes territoriales, le débat public est également structuré par des images mentales différentielles d’un même objet. Au sein des différents régimes de vérité, les dilemmes éthiques alimentent de fortes ambiguïtés méréologiques. Si la morale correspond à un jugement extérieur que l’on appose à un objet, l’éthique ne se rapporte pas à un ensemble de procédés canoniques de raisonnement. Cette dernière peut être assimilée à un procédé d’enquête aboutissant à différentes manières d’envisager l’intériorité, la forme d’un objet, ou encore le rapport des parties à son tout. Dans ce cadre, le statut éthique de l’embryon constitue un des exemples emblématiques d’une controverse sociale insoluble lorsqu’on appréhende cette entité biologique en soi, détachée de tout contexte. L’irréductibilité est liée à une forte ambiguïté ontologique qui se manifeste par l’impossibilité de trancher entre ces différentes méréologies, à l’instar de l’illusion d’optique. Les premiers pas du Comité consultatif national d’éthique en France sont jalonnés par cette préoccupation si bien que les enjeux définitionnels autour de l’embryon ont dominé toutes les délibérations. Au début des années 1980, certains membres le décrivaient comme une personne humaine potentielle qu’il n’est pas possible de fractionner dans son devenir. Dans cette perception, les parties ne sont pas séparables du tout qui est lui-même envisagé comme une promesse d’être. D’autres l’envisageaient plutôt comme une potentialité de personne rejoignant l’idée d’un devenir en arrière-plan. Dans cette perception, le devenir ne s’adresse pas tant au concept de personne qu’à la promesse d’un développement embryonnaire, c’est-à-dire d’une puissance en développement susceptible de conduire à l’acquisition de qualités nouvelles. Il s’agit donc d’une conception encore plus processuelle de l’être collectif que dans le cas précédent bien que toutes les deux s’accordent sur l’idée de l’embryon comme être virtuel. Une autre image mentale rapporte l’embryon à un ensemble de ressources biologiques, à un ensemble de cellules souches susceptibles d’être intégrées dans un dispositif technique avec la possibilité que les éléments embryonnaires puissent être dissociés et constituer les outils d’une possible thérapeutique. Aux yeux des tenants de cette réalité perceptive, les éléments embryonnaires peuvent ici être dissociés du tout et ils incarnent une réalité présente, actualisée. Il est intéressant de souligner que, quel que soit le niveau d’informations relatif à l’objet, il est impossible de trancher entre ces différentes acceptions qui ne sont pas réfutables. C’est la raison pour laquelle il est impossible de parvenir à un consensus définitionnel concernant l’embryon si on l’envisage hors de son contexte social. Le travail juridique intervient ici pour déterminer sous quelles conditions un découpage perceptif donné peut être privilégié par rapport à l’autre. Par exemple, les embryons « surnuméraires », c’est-à-dire les embryons obtenus dans le cadre d’une fécondation in vitro n’étant pas réimplantés dans l’utérus maternel, soulèvent moins d’obstacles moraux si les parents décident d’une donation à des fins de recherche après abandon de projet procréatif que ceux, réimplantés et orientés dans la perspective d’une naissance. Toutes les définitions de l’embryon susmentionnées sont consistantes mais, selon le contexte juridique dans lequel il se situe, une version méréologique sera privilégiée plutôt qu’une autre. La question actuelle du statut éthique de la grossesse pour autrui soulève le même type d’ambiguïté méréologique.

De la publicité à l’action publique : des interprétations multiples, une consistance floue

8Un autre cas de figure bien différent de l’illusion d’optique peut malmener la clarté de la médiation sémiotique sans que la consistance de l’objet soit atténuée ou remise en cause. Un flou, une ambiguïté peut apparaître au niveau de l’intériorité d’un objet ou d’un personnage, en d’autres termes, de ce qui lui donne sa qualité sans que sa forme globale soit nécessairement modifiée.

9À la différence des illusions d’optique à double entrée, c’est le déficit d’information à l’origine d’un trouble ontologique qui est susceptible d’induire des dissonances cognitives. Un exemple emblématique est le sourire de la Joconde, à la fois énigmatique et mélancolique, qui continue à faire couler beaucoup d’encre. Certains y voient un sourire maternel de femme enceinte, d’autres un rictus résultant de la volonté de ne pas montrer des dents altérés par une mauvaise hygiène dentaire, voire d’une paralysie faciale. Des chercheurs considèrent que le sourire de ce célèbre portrait de Mona Lisa n’est qu’une illusion d’optique liée à un effet d’ombrage et de perspective et d’autres qu’il s’agit d’un homme ou d’un autoportrait de Léonard de Vinci lui-même.

10L’expression publicitaire est un terrain de prédilection au développement de ce type de médiation sémiotique. Sa généralisation dans nos espaces publics et numériques oblige à toujours plus d’inventivité pour que les agencements de signes proposés constituent à la fois un tout signifiant pour le sujet et une singularité susceptible d’être remarquée dans un univers souvent sursaturé de signes et d’interpellations. C’est aussi pourquoi la publicité emprunte au mot d’esprit et aux techniques du rêve afin de capter l’attention et le désir d’un humain réduit à son désir de consommation. Technique d’influence essentiellement commerciale qui, à la différence de la réclame, ne suppose pas nécessairement l’intervention d’un vendeur, l’opération publicitaire opère par une ruse sémiotique impliquant la transformation de l’offre en demande. Ainsi, le message publicitaire se présente le plus souvent comme une évidence partageable alors qu’il est le plus souvent ambigu et énigmatique dans son signifié. Tout comme le rêve, la publicité travaille par association de signes pour éveiller le désir, voire pour autoriser la levée de la répression culturelle d’un interdit tout en donnant consistance sociale à la marque (Forest, 2017). La publicité se présente alors comme une de ces « techniques de soulagement » fugaces, analysées par Sigmund Freud à l’occasion du mot d’esprit.

  • 3 http://www.culturepub.fr/apple-presente-son-iphone-x/

11La vidéo publicitaire de Apple annonçant la sortie de l’i-phone X est révélatrice de cette tension qui prend sa source dans un trouble ontologique au niveau des qualités intrinsèques attribuées à l’objet. La courte vidéo propulse ce nouveau téléphone au statut de bijou technologique quasi-irréel par l’attention donnée au design futuriste, à sa rapidité d’exécution, et à son écran interminable qui nous est progressivement dévoilé un peu comme le serait un bijou ou un corps nu 3. Le consommateur ne peut l’envisager autrement que comme une statue ou comme une jolie femme dont sont vantées l’harmonie et la précision des courbes. En même temps, la musique qui accompagne cette publicité n’a rien de romanesque ou de précieux. Il s’agit du morceau « bestFriend » de Sofi Tuccer feat Nervo, un duo new-yorkais célèbre pour avoir produit un titre dans le cadre de la Fédération internationale de football. Des visages représentant la diversité des citoyens du monde entier montrent que le i-phone est un outil universel que tout le monde peut utiliser quelle que soit son appartenance ethnique et culturelle. Dans le même temps, un des slogans indique sans ambigüité que le produit devient une offre identitaire tautologique ; « it’s never seen anything like you » nous dit Apple. Au regard de son prix et de son design, ce produit est destiné à une élite mais il se veut à la portée des besoins de tous et destiné à rapprocher les gens qui dès lors, deviennent tous citoyens du monde par l’usage et les fonctionnalités de cet objet numérique. Si bien que l’attention psychique est obtenue par ce mécanisme de dissonance cognitive et de résonnance psychique faisant de la marque un être inaccessible et insaisissable et par là même objet du désir, idéalisé, tout autant que promesse d’identification aux propriétés distinctives de la marque. À ce titre, le nouvel i-phone hérite des connotations sédimentées dans une image de marque. Dans le monde des signifiants, Mac s’oppose ainsi à MS-DOS, comme l’a montré Umberto Eco (2000). Une autre opposition emblématique de marques, entre Coca-Cola et Pepsi, nous donne un exemple de l’occupation de l’espace du signifiant par les firmes commerciales. La première s’offre comme une marque familiale, alors que la seconde est associée à la jeunesse et aux loisirs. Les marques investissent ainsi un monde de signifiants connotés et dessinent silencieusement une société inconsciente en cristallisant ces médiations sémiotiques. Enfin, au cours de la médiation sémiotique opérée par la publicité, souvent fondée sur du double sens, la marque se met à parler en son nom. À tel point que le sociologue Bernard Cathelat a pu indiquer qu’« avec la publicité, c’est un nouveau type "d’objet parlant" qui se manifeste, propre à l’ère industrielle de production » (Cathelat, 1992, p. 126). En effet, la marque doit dire au consommateur pourquoi le produit standardisé qu’il s’apprête à acheter est, en fait, unique et comment il se distingue des autres. Ce discours, ambigu, recourt à des métonymies qui font que la publicité s’adresse à l’inconscient du consommateur pour en faire son prescripteur. La publicité associe la marque à un désir impossible – et donc souvent un désir transgressif par rapport aux limites d’une communauté – tout en apportant simultanément, grâce au procédé métonymique, une satisfaction substitutive à bon marché accessible via le produit. La publicité est technique d’influence. Si elle confine à l’art quand elle apporte une prime esthétique, elle est le plus souvent propagande en ce qu’elle manipule l’opinion par un savant travail de suggestion (Bernays, 2007).

  • 4 Au-delà du doute raisonnable, le positionnement peut se transformer en croyance. Dire que l’absence (...)

12L’univers politique n’est pas épargné par ce type de médiations sémiotiques. Le déficit d’informations lié à la caractérisation d’une situation, d’une personne ou d’un objet se retrouve fréquemment dans la construction de l’action publique, avec pour effet une augmentation du risque de controverses. Néanmoins, dans certains secteurs d’activités comme celui des choix scientifiques et technologiques, cette carence n’est pas toujours réductible, à l’origine de débats dénués de terminaison. Les débats autour de la fin de vie des personnes ayant subi de lourds dommages cérébraux en sont une forte illustration. En France, l’affaire judiciaire autour du patient Vincent Lambert diagnostiqué avec une atrophie cérébrale très sévère suite à un accident de la route en 2008 se poursuit depuis près d’une dizaine d’années. Durant toute la judiciarisation de cette situation médicale douloureuse, les clivages observés entre les partisans de l’arrêt des soins et ceux souhaitant leur maintien n’ont pu être réduits, ni être l’objet de transformations. À la différence des interrogations sur l’ontologie de l’embryon, cette affaire ne porte pas sur le même rapport méréologique car la qualité de personne n’est pas mise en doute concernant le patient. S’il présente d’importantes lésions cérébrales, l’évaluation de son niveau d’altération de la conscience a été longtemps problématique avant que les experts neuroscientifiques mandatés par le Conseil d’État ne concluent à « une dégradation de l’état de conscience de M. Lambert, lequel correspond désormais à un état végétatif », confirmant ainsi l’analyse faite par le médecin en charge de ce patient « sur l’irréversibilité des lésions cérébrales et le mauvais pronostic clinique » (CE, 2014). Les partisans de la poursuite des soins ont déplacé la controverse sur le terrain de l’image en présentant une vidéo choc exposant les réactions du visage du patient afin de montrer qu’il s’agit d’une personne grandement handicapée et non pas d’un état végétatif (Tournay, Rial-Sebbag & Taïeb, 2015). Le problème est qu’il n’y a pas aujourd’hui de bons standards neuroscientifiques qui permettraient de fournir la preuve absolue de l’absence de conscience. L’absence de preuve de conscience n’est pas la preuve irrévocable de son absence même si tous les experts s’accordent entre eux pour considérer que le doute raisonnable n’est pas de mise dans cette affaire judiciaire. À l’instar du sourire de la Joconde, il y a une difficulté à fiabiliser l’information concernant l’intériorité de ce patient sans pour autant que sa forme, la consistance de son humanité soit questionnée. Cela se traduit par un dilemme prescriptif. Dans la mesure où les expertises effectuées tendent à prouver que le patient se trouve dans un état végétatif irréversible, et donc qu’il n’a plus de conscience décelable, ce constat oriente vers une politique d’accompagnement de fin de vie. D’autres parties prenantes de l’affaire, notamment les parents du patient, considèrent que l’argument des preuves scientifiques ne suffit pas à démontrer l’absence de conscience. Dans ce cas de figure, le patient est considéré comme lourdement handicapé et sa prise en charge relève d’une politique du grand handicap. On a ici deux intériorités possibles sans que la méréologie de l’ensemble soit remise en question 4.

Faire du corps représentatif un être collectif : la nécessité d’une consistance floue

13Si la consistance floue des médiations sémiotiques est souvent à la source des dilemmes de l’action publique (« policies »), elle est non seulement monnaie courante dans l’univers de la représentation politique et des confrontations partisanes (« politics ») mais s’avère aussi souvent nécessaire pour stabiliser le corps représentatif aux yeux des représentés.

14Le contexte français est marqué par une forte défiance des citoyens à l’égard des élites politiques. Il suffit pour s’en convaincre de regarder dans l’enquête CEVIPOF du baromètre de confiance politique le pourcentage élevé de ceux qui déclarent qu’avoir « un homme fort qui n’a pas à se préoccuper ni du parlement ni des élections » serait une bonne forme de gouvernement pour la France. On est ici dans un désaveu clair du corps représentatif. Or, la qualité de la représentation politique repose sur la proximité entre les gouvernants et leurs administrés. Mais comme le souligne Bernard Manin (1995), le système représentatif demeure constitutivement contradictoire. Sa mécanique s’appuie sur une distinction claire entre représentants et représentés tout en posant la négation de cette distinction puisque elle doit permettre à chaque citoyen d’établir une proximité suffisante avec ses représentants. Ce sentiment de proximité est la condition nécessaire à la confiance et à toute délégation de pouvoir tandis qu’une distance avec l’élu est également indispensable pour incarner ce corps représentatif à partir duquel s’inscrit un récit national commun. Une double modalité est donc nécessaire pour faire du corps représentatif un être collectif. L’antiparlementarisme se développe quand ces deux mouvements opposés de la relation de représentation ne parviennent plus à s’équilibrer. Si bien que la tentation antiparlementaire est contenue en germe dans le principe même de la représentation, laquelle est aujourd’hui attisée par les extrêmes, les révélations politico-judiciaires et l’hypermédiatisation diffuse.

15En France, le récent et large renouvellement des députés donne lieu à un examen attentif des comportements parlementaires dans un contexte marqué par une forte défiance des citoyens à l’égard des élites politiques. Depuis le début de l’été 2017, le projecteur médiatique est braqué sur les propriétés sociales et la répartition partisane de nos nouveaux représentants dans l’idée d’objectiver ce qui constituerait une représentation politique de qualité. Au-delà des récents scandales qui ont affecté la classe politique, l’établissement d’indicateurs et l’amélioration du fonctionnement de nos institutions politiques peinent à faire consensus. La consistance du corps représentatif peine à se stabiliser. Les conditions sociales de l’identification au représentant sont éminemment complexes et ne passent pas exclusivement par des processus d’homologie sociologique. Le travail prosoprographique de Luc Rouban (2017) montre ainsi que les parlementaires appartiennent majoritairement à une bourgeoisie diplômée et libérale. Quand certains parlementaires refusent d’adopter le code vestimentaire de l’assemblée nationale, ou déclarent installer la rue sur les bancs de l’assemblée, ils créent une illusion de mimétisme. Cela revient à fonder la proximité de la représentation sur l’homologie sociale, la conscience de classe et le rejet même de tout symbole institutionnel. Ils abolissent imaginairement la distance entre représentants et représentés. Si bien que cette illusion d’un autre soi-même n’a plus réellement à voir avec la proximité et la constitution d’un intérêt général. L’abolition des rituels institutionnels ainsi que de la distance vis-à-vis des représentés s’effectue au prix d’un renforcement des divisions sociales et des crispations identitaires. Inversement, le désaveu social de certaines pratiques parlementaires dans cette nouvelle mandature traduit une mise à distance trop forte entre les élus perçus comme une caste ayant des privilèges et les représentés soumis au régime commun.

16Dès lors, la désaffection des citoyens vis-à-vis de leurs représentants ne se pense pas dans les seuls termes de l’opposition allégorique du bon et du mauvais gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti. Les débats autour des tenues vestimentaires ou des emplois de collaborateurs familiaux des députés ont peu à voir avec cette dialectique où il est d’usage de considérer la représentation du pouvoir politique comme constitution d’un bien commun sur lequel les citoyens devraient tous spontanément tomber d’accord. Dans le cas présent, ce n’est pas seulement l’organisation rationnelle de la vie en société et sa représentation qui sont en ligne de mire mais une dimension moins discutée qui relève du sensible : le sentiment d’être bien ou mal représenté, le sentiment de partager ou non un destin national commun. L’ingénierie institutionnelle de la représentation devient ici seconde par rapport à la construction du sentiment de proximité. Si bien que la gageure ne consiste pas tant à ancrer des modalités institutionnelles partagées qui rapprocheraient les citoyens au plus près de l’idéal du buon governo mais plutôt de savoir quel portrait du bon et du mauvais parlement il est souhaitable de mettre en commun.

Prendre consistance : les opérateurs de collectivisation

17Les propos précédents ont montré que la méréologie est une première voie d’accès pour penser la consistance des êtres collectifs. Si ce regard apporte une clarification sur la manière dont les êtres collectifs sont structurés et sur les différentes possibilités de faire totalité, rien n’est dit de leur dynamique, c’est-à-dire de ce qui « à la fois motive et formate les engagements au sein d’êtres collectifs » pour reprendre les propos de Jean-Louis Genard dans ce même Dossier. Ainsi, l’analyse méréologique n’explique pas pourquoi, aux yeux de ceux qui assistent à une cérémonie commémorative, le déploiement de drapeaux censé proclamer l’unité de la nation n’engendre pas nécessairement un sentiment d’appartenance chez ceux qui y assistent. Ce n’est pas la correspondance pure et parfaite entre le signe (le drapeau) et la chose (la nation) qui induit l’adhésion. La connaissance des drapeaux des pays du monde n’est pas à l’origine d’un engagement, elle peut accompagner une proximité affective sans toutefois constituer un principe explicatif suffisant. Le caractère « politique » accolé à certains êtres collectifs est marqué par cette ambiguïté, et parfois par une ambivalence, d’un attachement qui ne relève pas de la connaissance pure de leur histoire. Aussi, les institutions et les territoires sont dominés par une très forte ambiguïté méréologique. Dès lors le détour, proposé par Jean-Louis Genard, par la conception triadique du signe de Charles Sanders Peirce, permet d’approfondir les différentes voies de passage de l’objet au signe de sorte qu’un même objet, un même être collectif, est susceptible de recevoir une qualification différente.

18Dans cette continuité, saisir la question de la représentation suppose de l’envisager comme un élément de relation et non pas comme une dimension statique. Elle se joue dans l’accountability qui définit la nécessité qu’ont les élus de rendre des comptes sur ce qu'ils entreprennent au nom de leurs concitoyens. Cela suppose de porter notre attention sur les manières de s’engager dans des compositions collectives nouvelles.

Les compositions collectives de la vie numérique : l’assistant personnel intelligent

19Les êtres collectifs peuvent être distingués selon la manière dont leurs parties s’agrègent. Ainsi, une équipe, nom comptable collectif, n’a pas un mode d’agrégation comparable au mot foule ou encore à celui de cambrousse qui tous deux définissent des noms massifs. Le premier terme renvoie à un assemblage volontaire d’individualités alors que les deux autres témoignent de l’indissociabilité de leurs parties et aussi de la contingence de leur réunion. Ces dernières sont agrégées entre elles sans pour autant que des intentionnalités individuelles ou des lois naturelles participent de ce phénomène. Dans chacun des cas, l’opérateur de collectivisation n’est pas le même. Du point de vue freudien, plusieurs types de regroupement peuvent d’ailleurs être distingués en fonction des mécanismes d’identification et d’idéalisation à l’œuvre (Freud, 1991), qui en donnent comme l’indice du degré de consistance. Ainsi, si la masse est organisée par une polarité centralisatrice (un homme, un idéal, une valeur, etc.) et des identifications croisées, en revanche, la foule ne dispose pas de cette structure.

20L’espace numérique est un lieu privilégié pour observer la structuration des êtres collectifs et rendre compte de la manière dont ils prennent consistance puisqu’ils se structurent à partir du flux de données. Le mini « Google News » d’Apple définit un être collectif bâti sur l’agrégation massive d’articles d’information organisés en grands thèmes ou recommandés en fonction du profil de l’utilisateur. Sur l’écran d’accueil, quelques articles d’actualités mis à jour en temps réel sont continument accessibles depuis l’assistant personnel Siri d’Apple. À partir d’une liste des plus grands médias français, leur sélection semble liée à la densité des partages sur les réseaux sociaux au cours des dernières heures.

21Capable d’effectuer des tâches et de répondre aux requêtes d’un utilisateur particulier à partir de ses instructions verbales, l’assistant personnel est un logiciel perfectible dans le temps conçu dans l’objectif de saisir les intentions individuelles afin d’y répondre de façon la plus réactive qui soit. Par exemple, l’application Siri d’Apple met en relation la voix de l’utilisateur avec les autres applications du téléphone portable tels que les mails, les cartographies, les SMS ou la conduite de recherches sur différents navigateurs. En ce sens, Siri compose un être collectif fugace, fluide, liquide (Bauman, 2006) dont l’identité repose sur l’efficacité des services qu’il est susceptible de fournir à partir de sa capacité à relier nos données personnelles à différentes fonctionnalités. Il s’agit d’un collectif de « second degré » dont l’architecture numérique interne ressort comme le résultat de demandes aléatoires issues de millions d’utilisateurs sans pour autant que l’agrégation d’ensemble apparaisse directement lié à ces requêtes. Comme être collectif, Siri acquiert un mode de réalité déconnecté de celui des individus qui l’alimentent, si bien que sa performativité se trouve facilement subjectivée par les utilisateurs qui lui assignent une identité particulière puisque son fonctionnement fondé sur des algorithmes semble répondre à des lois et à des dispositifs qui lui sont propres.

22Si ses réponses sont standardisées et évoluent en s’appuyant sur les millions d’utilisateurs utilisant les services de cet assistant, la nature de l’attachement reliant chaque utilisateur à Siri est problématique. La détermination de l’action qui convient est en effet délicate à poser pour les concepteurs d’assistant personnel. Bien que les compétences de Siri aient été développées pour s’inscrire au plus près des attentes des utilisateurs, sa présence ne doit pas pour autant être perçue par l’utilisateur comme relevant du régime du personnellement proche (Thévenot, 2006). Par exemple, si on lui demande « Que penses-tu du suicide ? », l’assistant personnel ne personnalise pas la question ni ne renvoie une réponse sous-entendant une émotion, un ressenti individuel, mais il redirige l’utilisateur à un centre de prévention du suicide (photo 2).

23Siri apparaît cependant doté d’une histoire et d’une personnalité qui lui sont particulières sans être rattachées à ce que l’on peut trouver dans les traits et les attitudes humains. Cela ressort quand on lui demande « Quel âge as-tu ? » ou « Es-tu un homme ou une femme ? » (photos 3 et 4).

24Sans être énigmatiques, les réponses de Siri illustrent sa non appartenance au genre humain : « Ma foi, les humains m’ont certainement donné un petit coup de vieux » ; « Les noms ont un genre, je n’en ai pas ». Il est également impossible de lui attribuer un statut marital (photo 5) ou des opinions politiques.

25Ses réponses teintées d’humour se situent explicitement en dehors de toute activité humaine, comme en témoigne sa réponse aux questions politiques « Les systèmes gouvernementaux de votre planète sont un grand mystère pour moi. Pour beaucoup de Terriens aussi, on dirait » (photo 6).

26Le format narratif doit rester fonctionnel et ne peut pas s’apparenter trop fortement à un engagement familier pour l’utilisateur. Le régime d’engagement en plan tel que défini par Laurent Thévenot est celui qui est privilégié par les programmeurs. En d’autres termes, Siri est évalué à l’aune de ses fonctionnalités ; il doit être jugé sur sa capacité à œuvrer à l’accomplissement du projet de son utilisateur en répondant à sa volonté dans des termes strictement fonctionnels comme peuvent l’être une agrafeuse ou des titres de transports. La manière dont les compétences intentionnelles et les réponses de Siri sont proposées à l’utilisateur ne doit pas induire une forme d’attachement répondant au registre du familier ; seules les procédures de questionnement et les mécanismes de recherche d’informations doivent devenir des automatismes. Tenir à un assistant personnel doit essentiellement trouver explication dans la qualité de ses services mais en aucun cas il ne peut être assimilé à autre chose qu’un objet matériel. C’est toute la difficulté de cet être collectif.

27Dans le même temps, Siri se distingue aussi d’un simple moteur de recherche car il ajoute la dimension du simulacre, du comme-si, voire offre à celui qui l’interroge la dimension du faux-semblant. Sherry Turkle évoque ainsi le cas d’une petite fille de cinq ans qui, jouant avec son « Speak-and-spell » disait : « C’est vivant, ça parle » (Turkle, 1984, p. 38). Cette question est au cœur de ces nouvelles rencontres électroniques où les mécanismes projectifs peuvent jouer à plein dans une illusion d’interactivité sans risque, donnant une nouvelle actualité au « ça parle » lacanien. Le phénomène des communautés virtuelles nous avait offert un premier exemple (Forest, 2009) où la communication entre avatars (représentants-images des personnes) laissait place à l’indétermination sur le fait de savoir si on converse bien avec un humain ou un robot.

28Ces consistances plus ou moins éphémères semblent si proches de ces rêves diurnes dont nous parle Sigmund Freud (1907, p. 163) à propos des mondes de fantaisies élaborés par l’enfant, mais aussi par les poètes. Au final, la consistance de ces êtres collectifs nous semble pouvoir être éclairée par l’idée de l’autonomie. En effet, André Pichot revisite la notion de vie en reliant la notion de vie à celle d’écart par rapport à la matière inanimée (Pichot, 1993). En ce sens, un humain est plus vivant qu’une fleur car il apparaît plus autonome – en tout cas dans ses potentialités – par rapport à son environnement. Alors, qu’en est-il pour Siri ?

Haut de page

Bibliographie

Barthes R. (1964), « Rhétorique de l’image », Communications, n° 4, pp. 40-51.

Bauman Z. (2006), La Vie liquide, Arles, Éditions du Rouergue.

Bernays E. (2007), Propaganda : comment manipuler l’opinion en démocratie, Paris, Éditions Zones/La Découverte.

Boring E. (1930), « A New Ambiguous Figure », American Journal of Psychology, vol. 42, n° 3, pp. 444-445.

Cathelat B. (1992), Publicité et société, Paris, Éditions Payot.

Courtois G., Finchelstein G., Perrineau P. & B. Teinturier (2015), Fractures françaises (1), Fondation Jean Jaurès.

Eco U. (1992), Le Signe, Paris, Éditions Le Livre de Poche.

Eco U. (2000), Comment voyager avec un saumon, Paris, Éditions Le livre de poche.

Forest F. (2015), « Psychoanalysis of Advertising », International Journal of Applied Psychoanalytic Studies, vol. 13, n 4, pp. 338-350.

Forest F. (2009), « La communauté des frères branchés », Adolescence, vol. 69, n° 3, pp. 667-677

Freud S. (2007), « Le poète et l’activité de fantaisie », dans Œuvres complètes, tome VIII, Paris, Presses universitaires de France.

Freud S. (1991), « Psychologie des masses et analyse du moi », dans Œuvres complètes, tome XVI, Paris, Presses universitaires de France.

Gladwell M. (2005), Blink: The Power of Thinking without Thinking, New York, Little, Brown and Co. Editor.

Lacan J. (1981), Séminaire. Livre III : Les psychoses, Paris, Éditions du Seuil.

Laplanche J. & S. Leclaire (1966), Le Langage et l’inconscient, une étude psychanalytique, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Manin B. (1995), Principes du gouvernement représentatif, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Muxel A (2017), « L’expérience démocratique au prisme de l’intime », dans Perrineau P. & L. Rouban, La Démocratie de l’entre-soi, Paris, Presses de SciencesPo, pp. 103-117.

Packard V. (2007), The Hidden Persuaders, New York, Pocket Books.

Pichon E. (1976), « La grammaire en tant que mode d’exploration de l’inconscient », L’Évolution psychiatrique, tome XLI, fasc. 1, janvier-mars.

Pichot A. (1993), Histoire de la notion de vie, Paris, Éditions Gallimard.

Rouban L. (2017), « L’Assemblée élue en 2017 et la crise de la représentation », SciencesPo, CEVIPOF, L’Enquête électorale française. Comprendre 2017, Note 43, Vague 16, juillet [En ligne] https://www.enef.fr/les-notes/

Saussure de F. (1922), Cours de linguistique générale, Bally C. & A. Sechehaye (dir.), Paris, Éditions Payot & Cie.

Thevenot L. (2006), L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, Éditions La Découverte.

Tournay V. (2014), Penser le changement institutionnel, Paris, Presses universitaires de France.

Tournay V., Benamouzig D., Rial-Sebbag E. & E. Taïeb (2015), « Affaire Vincent Lambert : la preuve par l’image ? », Telos, 9 juillet [En ligne] https://www.telos-eu.com/fr/societe/affaire-vincent-lambert-la-preuve-par-limage.html .

Tournay V. (2015), « Effets de la numérisation de nos sociétés sur la vie politique », Rapport de la commission Bartolone-Winock sur l’avenir des institutions, Paris, La Documentation française, pp. 187-192.

Turkle S. (1984), Les Enfants de l’ordinateur, Paris, Éditions Denoël.

Haut de page

Notes

1 Traduction par Janie Reynès, Master 2 CeTIM, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès.

2 Cette illusion d’optique a été diffusée dans les années 1930 par les psychologues suédois R. Ward Leeper et Edwin Garrigues Boring mais sa création est probablement plus ancienne, on la voit apparaître sur une carte postale allemande dès 1888 et on peut la trouver au musée de la ville d’Épinal dans la célèbre collection de l’imagerie Pellerin (1901). Les images à double entrée sont nombreuses.

3 http://www.culturepub.fr/apple-presente-son-iphone-x/

4 Au-delà du doute raisonnable, le positionnement peut se transformer en croyance. Dire que l’absence de preuves ne constitue pas la preuve de l’absence est aussi une posture que l’on peut adopter pour arguer en faveur de l’existence des soucoupes volantes ou de la présence de martiens bleus sur Terre qui seraient indétectables avec nos seuls moyens technologiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6537/img-1.png
Fichier image/png, 524k
Titre Photo 2
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6537/img-2.png
Fichier image/png, 374k
Titre Photo 3
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6537/img-3.png
Fichier image/png, 280k
Titre Photo 4
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6537/img-4.png
Fichier image/png, 285k
Titre Photo 5
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6537/img-5.png
Fichier image/png, 290k
Titre Photo 6
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6537/img-6.png
Fichier image/png, 398k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Tournay et Frédéric Forest, « De la consistance sémiotique à la consistance politique », SociologieS [En ligne], Dossiers, La consistance des êtres collectifs. Mode(s) d’existence, dilemmes ontologiques et politiques, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6537

Haut de page

Auteurs

Virginie Tournay

Directrice de recherche au CNRS, Centre de recherche politique de Sciences Po (UMR CEVIPOF) à SciencesPo, Paris, associée UMR-PACTE (France) - virginie.tournay@sciencespo.fr

Articles du même auteur

Frédéric Forest

Chercheur associé au Centre de recherche psychanalyse médecine et société (CRPMS), Université Paris Diderot, USPC, Paris (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page