Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

La normalité en société capacitiste

Une étude de cas (assurance invalidité suisse)
Normality in an ableist society. A case study (disability insurance in Switzerland)
Monika Piecek, Jean-Pierre Tabin, Céline Perrin et Isabelle Probst

Résumés

Cet article propose une réflexion sur la production de la normalité à partir du traitement social de l’invalidité en Suisse. Sur la base d’une analyse du discours des organisateurs de programmes de réadaptation financés par l’assurance invalidité suisse (AI), il met au jour d’une part les normes que les technologies de réadaptation contribuent à instituer et d’autre part le travail effectué sur la subjectivité des destinataires. Le coaching des agent·e·s de l’AI, qui vise la reconstruction de l’aptitude à l’emploi, impose en effet d’intérioriser une posture spécifique : connaître sa place, l’accepter, l’investir. L’action de réadaptation dessine ainsi l’idéal capacitiste au regard duquel la validité des individus est évaluée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les débats ont notamment porté sur l’inclusion dans la couverture invalidité de certaines atteintes (...)

1Les atteintes à la santé qui diminuent partiellement ou totalement la capacité de gain d’une personne font l’objet en Suisse d’une protection sociale spécifique de type contributive (cotisations sur le revenu) et universelle (toute la population résidante est protégée) nommée assurance invalidité (AI). Cette assurance a été instituée en 1959 après plus de 30 ans de débats politiques concernant d’une part les enjeux économiques liés à la mise en place de cette assurance (Fracheboud, 2015) et d’autre part la nature de l’éventualité à protéger 1. En 1924, lors de la discussion concernant l’article constitutionnel qui donnera à la Confédération l’autorité de légiférer sur cette question, le gouvernement écrit que « dans l’assurance invalidité, le droit à la somme assurée ne peut être établi qu’au moyen de constatations minutieuses, souvent longues et coûteuses, où l’appréciation toute subjective des personnes qui y procèdent joue le rôle essentiel. […] On se meut ici dans le domaine exclusif des appréciations personnelles et il n’est pas possible d’éviter un certain arbitraire ». La question de la norme définissant la frontière entre la validité et l’invalidité est centrale, ce que confirme la crainte exprimée par le gouvernement dans le même document que « la soif de l’argent [ne] pousse certains assurés à se faire passer pour infirmes, alors qu’ils ne le sont pas ou à exagérer la moindre infirmité qui peut les atteindre » (Conseil fédéral, 1924, p. 722).

  • 2 Indépendamment du lieu et du moment de la survenance de cette atteinte.
  • 3 Pour les personnes sans activité lucrative, l’invalidité est définie par la diminution de la capaci (...)
  • 4 Comme d’ailleurs le Code de la sécurité sociale français (article L341-1).

2La définition de l’invalidité retenue à l’issue de ces trente années de débats est complexe. L’assurance définit en effet l’invalidité comme la diminution de la capacité de gain (financier) par l’emploi, permanente ou de longue durée, qui découle d’une atteinte à la santé 2 (Loi fédérale sur l’assurance invalidité du 19 juin 1959 [LAI] art. 4) 3. Ce faisant, l’AI suisse 4 relie l’invalidité non seulement à la santé, donc au paradigme médical, mais encore à l’aptitude à occuper un emploi. Cette définition découle d’un principe de hiérarchisation des individus selon leurs capacités, ce qui signale un rapport social capacitiste.

  • 5 Ces normes sont à prendre dans leur double acception, en tant que préceptes et présupposés communém (...)

3Rappelons que le terme de capacitisme (ableism) a été développé (sur le modèle du racisme, du sexisme ou du spécisme) par les théoricien·ne·s des études critiques sur le handicap (par exemple : Campbell, 2009 ; Davis, 2006 et 2013 ; Goodley, 2014) pour mettre en lumière les différenciations et les hiérarchisations sociales entre individus constitués comme capables ou non en fonction des normes 5 de chaque époque. Cette perspective théorique permet de déconstruire la « normalité » postulée par l’AI : elle se rapporte à un individu ne présentant pas de pathologie physique, morale, mentale ou émotionnelle l’empêchant d’être actif sur le marché du travail et dans la sphère domestique. Notons qu’il s’agit d’un idéal dont les individus ne peuvent s’approcher qu’à certaines périodes de l’existence, pour des raisons d’âge, de maladie, d’accident, de vieillissement, etc. (McRuer, 2006).

  • 6 Similaires aux « mauvais pauvres » décrits par Robert Castel (1995).

4La définition de l’invalidité retenue par l’AI suisse signifie qu’une enquête sur l’influence de l’atteinte à la santé sur la capacité de gain doit être instruite. Cette instruction, aussi longue que le gouvernement suisse l’imaginait il y plus de 90 ans, dure parfois plusieurs années, et le soupçon moralisant concernant l’abus de prestations par de « faux invalides » 6 traverse aujourd’hui encore les débats politiques concernant l’AI (Kaba, 2007 ; Canonica, 2013), ce qui illustre la complexité des processus sociaux qui justifient des différenciations et des hiérarchisations sociales entre individus selon qu’ils sont constitués ou non comme valides.

5Nous allons dans cet article étudier le processus social de production de la normalité à partir du traitement de l’invalidité en Suisse au début du xxième siècle. Notre objectif est de raisonner sur le contenu des normes sur lesquelles repose l’AI en Suisse. Après avoir présenté notre terrain empirique, nous exposerons les instruments dont a été historiquement dotée l’assurance invalidité (pension et réadaptation) ainsi que leurs transformations. Ensuite, nous analyserons la manière dont les prestataires de programmes de réadaptation décrivent leurs actions en direction des personnes assurées, leurs objectifs et les moyens mis en œuvre pour les atteindre, ce qui nous permettra de montrer sur quelles croyances repose la reconstruction de l’aptitude à l’emploi. Nous soulignerons comment ces discours et actions, en tant que pratiques de normalisation, dessinent l’idéal au regard duquel la validité des individus est évaluée.

Matériau utilisé

  • 7 Recherche en cours depuis janvier 2015, projet N° 156131.

6Notre matériau empirique est issu d’une enquête financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique 7.

7Après avoir réalisé un travail sur les sources documentaires relatives à l’invalidité (textes juridiques et réglementaires, documents produits par l’Office fédéral des assurances sociales [OFAS]), nous avons mené, entre l’été 2015 et le printemps 2016, quatorze entretiens avec 21 responsables de la réadaptation à différents niveaux d’application de l’AI : institutions prestataires de programmes de l’AI et administrations fédérale et régionale (Office cantonal de l’AI).

  • 8 Des programmes peuvent également être confiés à des prestataires qui ne figurent pas sur le catalog (...)

8Cet article se base en premier lieu sur les huit entretiens menés avec des prestataires de programmes qui comptent parmi les plus importants des 83 prestataires figurant sur le catalogue 8 de l’Office AI du canton de Vaud (OAI Vaud) en 2015 (cf. annexe). Ce sont aussi bien des fondations et des associations que des entreprises qui financent leur activité (partiellement ou entièrement) en proposant à l’AI des programmes qui sont ensuite choisis (ou non) par les agent·e·s de l’assurance pour les assuré·e·s dont ils ou elles ont la charge. Ces entretiens semi-directifs, d’une durée approximative d’une heure et demie chacun, ont été conduits par deux membres de l’équipe de recherche en suivant une grille. Ils ont été enregistrés et intégralement retranscrits. Nous nous appuyons également sur les six entretiens effectués avec des agent·e·s responsables de la réadaptation de l’assurance invalidité au niveau fédéral (l’OFAS) et dans un canton suisse romand (l’Office AI du canton de Vaud). Ces agent·e·s ont été choisi·e·s pour représenter les principales activités de l’assurance en matière de réinsertion et de réadaptation. Les entretiens ont été enregistrés et résumés, puis soumis pour validation aux personnes interviewées. Nous mobilisons enfin une série de documents internes qui nous ont été transmis par l’Office AI du canton de Vaud (statistiques, catalogue de programmes, description des processus, etc.).

  • 9 Responsables à différents niveaux : direction, cadres, responsables de programmes spécifiques.

9L’une des limites de notre matériau empirique est de reposer sur des entretiens menés principalement avec des responsables 9 de l’organisation des programmes dans les institutions prestataires et à l’OAI Vaud qui n’interviennent pas toujours directement sur le terrain. Leurs discours ne reflètent dès lors pas nécessairement ceux que pourraient tenir les agent·e·s s’occupant exclusivement de l’exécution des programmes.

  • 10 Dans le cadre de sa mission de surveillance, l’OFAS fait usage d’indicateurs de résultats et établi (...)

10Étant donné les différences intercantonales qui prévalent dans l’application de l’AI, nous avons choisi de documenter des dynamiques opérant dans un seul contexte. En effet, la latitude dont disposent les 26 offices AI cantonaux dans l’exécution de la loi fédérale sur l’assurance invalidité (LAI) produit malgré la supervision de l’OFAS 10 de profondes différences qui se situent au niveau de l’organisation interne des offices (introduction ou non du case management, allocation différenciée des ressources, organisation interne du personnel, etc.) (Champion et al., 2015), sur le plan des pratiques d’instruction de demandes et d’octroi de prestations AI, ou encore sur celui des stratégies de réadaptation (Guggisberg et al., 2015 ; Bolliger et al., 2012). La nature des programmes, leur fréquence, la rapidité d’octroi et le moment de leur mise en œuvre (avant ou parallèlement à l’examen du droit à la pension, etc.) varient donc selon les offices cantonaux. Les divergences concernent également les rapports avec les acteurs externes et se traduisent en différences dans la collecte d’informations médicales (le moment et le type de données recueillies, les contacts avec les médecins traitants, les expertises médicales externes) (Guggisberg et al., 2015), dans la collaboration avec les employeurs (la mise en place d’un réseau d’employeurs, les stratégies de collaboration) ou encore dans le type de prestations de placement développées (externalisation ou non, méthodes choisies, etc.) (Guggisberg et al., 2008).

11Tous les entretiens ont été codés en fonction de leur contenu thématique à l’aide du logiciel QSR Nvivo. Dans ce texte, nous analysons la catégorie qui se rapporte à l’action des prestataires concernant les personnes auxquelles s’adressent les programmes de l’AI, parce qu’à travers elle nous pouvons identifier les normes qui définissent l’idéal de la validité, idéal que l’action de réadaptation actualise et (ré)institue. Les citations qui illustrent nos analyses ont été choisies pour leur exemplarité par rapport aux propos recueillis auprès de nos interlocuteurs et interlocutrices. Relevons encore que nous ne nous inscrivons pas dans une perspective d’évaluation des politiques publiques et ne proposons aucune donnée concernant l’efficacité, l’efficience ou l’impact des mesures offertes aux récipiendaires.

Les instruments de l’AI

  • 11 Le taux d’invalidité est déterminé via une comparaison entre le revenu que l’assuré·e aurait pu obt (...)
  • 12 En Suisse, la pension complète d’invalidité de l’AI se situe entre 1032 € et 2064 € en 2017 (cours  (...)

12Deux prestations principales sont proposées par l’AI dès sa création : des programmes de réadaptation et des pensions. L’assurance donne la priorité aux premiers, les secondes étant prévues uniquement « pour les assurés dont la réadaptation n’est pas possible ou ne l’est que dans une mesure insuffisante » (Conseil fédéral, 1958, p. 1177) et dont le taux d’invalidité 11 est jugé important (en 1959, 50 % ; dès 1987, 40 %). Une frontière est ainsi tracée par l’État entre d’une part des personnes non ou pas suffisamment réadaptables, donc considérées comme définitivement invalides qui reçoivent une pension – très inférieure au salaire médian, elle institutionnalise leur statut dévalorisé 12 – et, d’autre part, des personnes dont l’incapacité de gain est potentiellement transitoire. Ce sont ces dernières qui sont les destinataires des programmes de réadaptation. La réadaptation se fonde à l’origine sur l’idée de réparation, le but étant de « redonner [aux assurés] leur pleine capacité de gain ou d’améliorer celle qui leur reste, soit […] de sauvegarder la capacité de gain des assurés qui sont menacés de façon certaine et imminente de la perdre » (Conseil fédéral, 1958, p. 1177). Les révisions de l’assurance intervenues après le début des années 2000 ont élargi le spectre des personnes concernées par des programmes, ce qui signifie que toute personne atteinte dans sa santé est dorénavant considérée, en théorie tout au moins, comme potentiellement (ré)adaptable au marché de l’emploi (Probst, Tabin & Courvoisier, 2015). La cause de l’incapacité de gain sur laquelle il faut agir est aujourd’hui non seulement, comme auparavant, la capacité de gain, mais également la difficulté subjective à estimer ou mobiliser une capacité de travail résiduelle. Cette capacité est systématiquement présumée, elle est même devenue un principe organisateur de l’assurance (Probst et al., 2017). L’entrée rapide dans le processus de réadaptation est privilégiée et « le plus grand nombre possible d’assuré·e·s [est dirigé] vers la réadaptation » (Guggisberg et al., 2015).

13Les programmes de réadaptation, qui visent à redonner cette capacité de gain par l’emploi qui constitue un standard normatif (Castel, 1995) dans les sociétés capacitistes se sont en conséquence multipliés et diversifiés ces dernières années. L’architecture de leur conception et de leur mise en œuvre est complexe et s’inscrit dans l’empilement souvent décentralisé de dispositifs qui constitue la sécurité sociale suisse, dans lequel l’exécution des tâches relatives aux assurances sociales est souvent déléguée à des entités non-étatiques (Obinger, 2005). Si le gouvernement fournit un cadre général, en définissant notamment les contours et les cibles des programmes de réadaptation, l’OFAS est à la fois l’organe de pilotage à l’échelle nationale (il définit les missions et les objectifs prioritaires) et l’autorité de surveillance de l’AI. Cela signifie que l’opérationnalisation et la matérialisation des intentions du législateur relèvent de la compétence des cantons qui disposent d’une autonomie dans la mise en place de stratégies et de techniques d’intervention spécifiques. À l’échelle des cantons, les programmes de réadaptation constituent eux-mêmes un marché : ils sont proposés par des tiers (des associations ou des fondations, mais aussi des entreprises privées) et achetés par les agent·e·s de l’AI en fonction des assuré·e·s auxquel·le·s ils sont destinés. Nous partons dans cet article de l’idée que ces programmes de réadaptation peuvent être considérés comme un « instrument de l’action publique, [soit] un dispositif à la fois technique et social qui organise des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur » (Lascoumes, 2004, paragraphe 12).

  • 13 Cette description, basée sur la catégorisation établie par le législateur, constitue le cadre génér (...)

14Trois types de dispositifs sont à disposition des agent·e·s de l’AI 13 :

    • 14 Les statistiques du nombre de programmes ont été fournies par l’OAI Vaud le 2 mars 2015. Une person (...)

    Des programmes dits « d’intervention précoce », introduits en 2008 avec la cinquième révision de l’AI, qui interviennent en règle générale avant qu’une décision concernant le statut d’invalide ne soit prise par l’assurance. Le lexique utilisé (« précoce ») renvoie à l’idée que ces programmes se déploient avant le temps qui était jusqu’alors habituel pour l’intervention de l’AI. Ils reposent sur le postulat que la temporalité de l’intervention a un effet sur l’aptitude à se conformer au standard posé comme la normalité, soit la capacité de gain par l’emploi, car cette capacité s’éteindrait lorsqu’elle n’est pas exercée. Comme le résume un des prestataires : « La pire des choses pour quelqu’un en difficulté, c’est le désœuvrement. C’est de rester seul, c’est d’être en attente, etc. […] Plus on attend, plus c’est compliqué. Il y a même des gens que l’on ne peut plus réadapter après tant de temps » (Prestataire 7, septembre 2015). Comme ces programmes se situent avant le temps habituel de l’intervention de l’AI, ils ne constituent pas un droit dont l’assuré·e peut se prévaloir. Ils ont pour objectif de maintenir à leur poste les assuré·e·s en incapacité de travail, ou de permettre leur réadaptation à un nouveau poste (au sein de la même entreprise ou ailleurs). Ce sont notamment des programmes d’adaptation du poste de travail, des cours de formation, de l’orientation professionnelle, du soutien actif dans la recherche d’un emploi approprié et du conseil suivi afin de conserver un emploi. Ces programmes sont en nombre très important, puisque 5427 ont été financés par l’OAI Vaud en 2014 14.

  • Des programmes dits de « réinsertion », qui sont destinés aux assuré·e·s qui présentent depuis six mois au moins une incapacité de travail de 50 % au minimum et qui peuvent donc débuter la réadaptation avant une année d’incapacité, délai légal qui jusqu’en 2008 précédait l’intervention de l’AI. Ils se basent sur le postulat que certaines personnes doivent franchir une étape avant de pouvoir suivre des programmes dits « d’ordre professionnel » (voir la catégorie suivante). Le rétablissement de l’aptitude à se conformer au standard est pensé comme progressif : certaines personnes ne sont pas encore considérées comme aptes à la réadaptation et le but des programmes est de (re)constituer cette aptitude. Il s’agit par exemple d’entraînement à l’endurance ou d’entraînement progressif à l’emploi. Au contraire des programmes d’intervention précoce, ils constituent un droit pour l’assuré·e. Ils peuvent être accordés plusieurs fois à la même personne, mais ne doivent en principe pas excéder la durée d’un an au total. 827 programmes de ce type ont été financés par l’OAI Vaud en 2014.

  • Enfin, des programmes dits « d’ordre professionnel », qui sont proposés aux assuré·e·s qui ont été reconnu·e·s comme invalides par l’assurance, mais qui sont tout de même considéré·e·s comme susceptibles d’être réadapté·e·s. Ces programmes, qui sont un droit, comprennent des entretiens ou des stages d’orientation professionnelle, des formations professionnelles initiales, des formations dans une nouvelle ou dans la même profession (reclassement) et du soutien dans la recherche d’un emploi (aide au placement). 6542 programmes ont été financés par l’OAI Vaud en 2014.

  • 15 La « détection précoce » (art. 3a LAI) est destinée aux personnes en emploi qui sont en incapacité (...)

15Toutes les personnes qui s’adressent à l’AI n’ont pas accès à ces programmes. Un tri s’opère, de nature différente en fonction du parcours de l’assuré·e. Par exemple, si toutes les personnes en contact avec l’AI dans le cadre de la détection précoce 15 peuvent demander – sans qu’il s’agisse d’un droit – ou se voir proposer une prestation de réadaptation, les programmes intervenant après l’instruction du dossier par l’AI (qui comprennent d’autres prestations) ne concernent que les assuré·e·s considéré·e·s comme potentiellement aptes à l’emploi.

16Les discours que nous avons recueillis auprès des organisateurs de ces trois types de programmes portent sur la manière de recouvrer une aptitude à l’emploi. Les instruments qu’ils décrivent, sans jamais – ou presque – faire référence à des différences sexuées, ethniques, d’âge ou de classe, se fondent sur la croyance que la reconstruction de l’aptitude à l’emploi passe par trois étapes : il faut connaître et croire en ses capacités, savoir adapter ses aspirations à la « réalité » et être motivé et s’impliquer.

La posture requise

Connaître et croire en ses capacités

17De manière très répétitive, les agent·e·s que nous avons rencontré·e·s, aussi bien celles et ceux de l’AI que les organisateurs de programmes, relatent que le processus de rétablissement de l’aptitude à l’emploi commence par une séquence de bilan dont le but principal est de redonner « confiance » (pour reprendre le terme utilisé) aux destinataires des programmes. Il s’agit de permettre

« aux personnes de faire un peu un arrêt sur image dans leur parcours et de se resituer, de reprendre […] conscience de ce qu’elles ont développé comme acquis, quels sont leurs points forts, leurs atouts, quel est leur mode de fonctionnement, quel est leur style, ce qui leur convient au niveau professionnel, […] ce qu’elles peuvent apporter à une entreprise, quel est leur profil professionnel et quels sont leurs atouts » (Prestataire 1, octobre 2015).

18Pour ce faire, « on va beaucoup parler avec la personne pour savoir où elle est à l’aise, ce qu’elle a fait, etc. » (Prestataire 8, octobre 2015). Le but de ce bilan est non seulement d’évaluer « s’il y [a] du potentiel pour qu’elles soient réinsérées dans l’économie » (Prestataire 2, octobre 2015), mais de leur permettre « de reprendre petit à petit la confiance, […] le rythme » (Prestataire 8, octobre 2015). La restauration de l’estime de soi fait partie de ce travail sur les ressources personnelles, dont le présupposé est que les sujets ignorent, refoulent ou ne reconnaissent pas leurs richesses ou leurs potentialités.

  • 16 Ce service met en place des programmes de réadaptation et établit des contrats avec les prestataire (...)

19Le discours sur la reprise de confiance renvoie à une injonction à connaître et à croire en ses capacités. Pour ce faire, l’action des prestataires de programmes consiste à les révéler, qu’elles soient « méthodologiques, sociales, émotionnelles » (Prestataire 8, octobre 2015), à les « augmenter […], ou [à les] réveiller, ou [à] rassurer, etc. » (Prestataire 6, octobre 2015). Il s’agit d’une sorte de maïeutique : les capacités sont là, mais les personnes concernées n’en ont pas conscience. Il faut dès lors, comme le disent les agent·e·s de l’AI, « remobiliser les capacités cognitives, l’affect et la relation aux autres de l’assuré·e » (agent du secteur contrats 16 de l’Office vaudois de l’AI, novembre 2015).

20Dans la perspective des études critiques sur le handicap, cela signifie que du point de vue de l’AI, afin de s’approcher de l’idéal capacitiste, l’individu doit produire sur lui-même un travail orienté sur l’identification des capacités intéressantes en regard du marché de l’emploi. Il doit pour cela convoquer différents registres : cognitif, émotionnel, social, etc. La normalisation, pour reprendre l’expression de Judith Butler (2006), passe donc par le fait de connaître et croire en ses capacités sur le marché de l’emploi. Ne pas pouvoir répondre à cette demande signifie dans des sociétés capacitistes risquer d’être classé dans un statut inférieur, celui d’invalide.

Adapter ses aspirations à la « réalité »

21Cette prise de conscience n’est toutefois qu’une des étapes dans la réalisation de la posture requise par les prestataires de programmes. Afin qu’une dynamique prospective – construction d’un projet – puisse être pleinement mise en place, le travail sur soi doit être assorti d’un ajustement des ambitions impliquant parfois un renoncement à une inscription professionnelle et sociale. En d’autres termes, les personnes doivent réévaluer – souvent à la baisse – leur position sur le marché de l’emploi.

22Tout comme l’action de saisir ses ressources et ses potentialités inexploitées (ou d’en susciter de nouvelles), le processus d’adaptation de ses aspirations à la « réalité » est un processus dirigé. Différents instruments sont mobilisés pour faire accepter le « changement, parce que tant que la personne n’a pas accepté son état de santé, ce sera difficile. […] "J’avais un bon job, tout se passait bien, j’ai fait tel problème de santé et puis tout est à revoir. Et qu’est-ce que ça veut dire au niveau de la famille, au niveau de l’environnement, d’amis ?" » (Prestataire 3, novembre 2015). Il s’agit de « se repositionner quand on a vécu des choses compliquées ou quand la profession est remise en question, qu’il y a le deuil à faire de la profession passée » (Prestataire 1, octobre 2015). L’aide fournie peut être « une sensibilisation générale sur le sommeil, l’alimentation, des choses comme ça. […] Toutes ces thématiques qui peuvent être pertinentes pour des gens qui sont dans une situation de changement […] et […] qui doivent essayer de mieux appréhender leur propre situation » (Prestataire 5, avril 2016). Cela peut également être l’apprentissage de la « gestion de la douleur », car « la personne va devoir vivre avec cette douleur permanente, [et nous allons] l’aider à l’accepter et puis à aménager […] sa vie avec ça » (Prestataire 3, novembre 2015).

23Les personnes assurées sont donc amenées à penser la relation qu’elles entretiennent avec leur passé professionnel dans un cadre expérientiel spécifique, celui du deuil, un terme qui, comme celui de confiance, revient systématiquement dans nos entretiens. Le deuil, comme l’écrit Vinciane Despret, « parce qu’il implique toute une théorie qui guide et contraint l’expérience […], joue non seulement le rôle que l’on peut reconnaître aux théories psychologiques, celui de discipliner les différences, mais également […] celui de discipliner l’irrationalité » (Despret, 2015, p. 60). Au sein des dispositifs de réadaptation, cette discipline passe par l’apprentissage de la capacité à maîtriser ses émotions, parce qu’« on est vraiment avec des gens […] qui arrivent mal à gérer tout ce qui est émotionnel » (Prestataire 6, octobre 2015). Cette gestion va par exemple être enseignée dans le cadre d’ateliers : « [La psychologue] va arriver avec un apport théorique : qu’est-ce qu’une émotion, comment ça se manifeste ? […] Et ensuite, elle va donner des techniques pour être capable de gérer ces émotions-là, partager de bonnes pratiques […] pour pouvoir changer certains comportements qui ne seraient pas forcément adaptés » (Prestataire 5, avril 2016).

24Comme le relève Claude Javeau,

« l’émotion constitue chaque fois une perturbation dans l’ordre normal du déroulement des interactions circonscrites dans la situation, sauf lorsque ce déroulement comporte normalement l’apparition d’une émotion, par exemple, joie lors de la remise d’une récompense, chagrin lors de l’annonce (prévue) d’une mauvaise nouvelle, etc. La perturbation n’apparaît alors que lorsque l’émotion dépasse dans son expression les limites qui normalement l’enclavent, en relation avec les règles culturelles d’application » (Javeau, 2010, paragraphe 17).

25Le rapprochement de la normalité passe donc par l’apprentissage d’une gestion ordonnée de ses émotions qui l’établit du même mouvement comme élément constitutif de l’idéal capacitiste ; c’est une ritualisation au sens goffmanien du terme (Goffman, 1973), puisque l’injonction psychologisante à « faire le deuil » induit de se conformer à « un modèle [de] "bon deuil", c’est-à-dire du deuil qui-est-bien-mené psychologiquement » (Roudaut, 2005, p. 23). En reléguant toute autre forme de gestion de la perte dans la pathologie, elle contraint à adopter une hexis corporelle faite de retenue.

26Le processus d’adaptation à la réalité du marché de l’emploi qui peut être entrepris lorsque ce « bon deuil » est accompli a des aspects de cooling out, pour reprendre l’expression d’Erving Goffman lorsqu’il décrit les techniques visant à amener une victime à changer de point de vue pour accepter la perte qu’elle subit (Goffman, 1952). Dans le cadre de la réadaptation, l’une des techniques est la confrontation de la personne « à son handicap, à ses difficultés, à ses limitations. L’idée c’est d’aller avec elle jusqu’au maximum d’où elle peut aller » (Prestataire 6, octobre 2015). Mais le changement de point de vue passe surtout par un travail de persuasion dont le but est de « convaincre la personne que non, ce n’est pas dans [le métier dont elle rêve] qu’elle va être réadaptée, mais […] dans tel ou tel métier » (Prestataire 3, novembre 2015). Les personnes peuvent être invitées à réviser le contenu même des inscriptions professionnelles qu’elles désirent et surtout à abandonner ce qui est considéré comme un surinvestissement de « vocations » jugées comme non-adaptées à leur situation de santé, ou non viables économiquement. Dès lors, « beaucoup de temps est mis sur un principe de réalité et puis, du champ des possibles […]. Et de temps en temps, on arrive à trouver finalement un chemin qui pourrait convenir à la personne. De temps en temps, avec une certaine pression » (Prestataire 2, octobre 2015).

27Le processus est dans ce cas inverse à celui du travail sur les capacités, puisqu’il s’agit la plupart du temps de convaincre la personne de revoir à la baisse ses ambitions. Ce processus peut dans certains cas viser une prise de conscience de l’éloignement définitif de la normalité, comme le montre la citation suivante : « Par exemple, des personnes qui ont vraiment envie de travailler et puis […] le conseiller AI […] est un peu plus sceptique et […] [il] a en tête […] : "Eh bien, moi je pense que ça ne va pas jouer et puis qu’il faudra mettre en place une [pension], mais il faut que la personne puisse le voir par elle-même" » (Prestataire 3, novembre 2015). Relevons encore que l’indifférenciation sociale – comme nous l’avons noté, les manières de procéder sont présentées comme valables pour toutes les personnes sans distinction de classe, d’origine, de sexe, d’âge, etc. – impute la responsabilité de la réussite ou de l’échec aux personnes elles-mêmes car la non prise en compte des inégalités inhérentes aux rapports sociaux induit à penser qu’il est question de choix individuels.

28Dans la perspective qui est la nôtre, cela signifie que pour devenir normal l’individu doit non seulement savoir identifier ses capacités, mais encore les adapter au marché de l’emploi, soit à la « réalité » telle qu’elle est perçue par les agent·e·s de l’AI. Cela implique parfois de défaire les liens avec un passé professionnel, de le désinvestir et de lui substituer un autre projet. Effectué au moyen de l’apprentissage de la régulation des émotions en vue de l’acceptation progressive de la perte, ce travail de normalisation inscrit le deuil dans les itinéraires individuels en prescrivant comment l’expérience doit être intériorisée et quel sens lui donner. Il institue ce faisant des hiérarchies, inscrites dans les rapports sociaux capacitistes, qu’un individu doit accepter pour être considéré comme normal.

Être motivé et s’impliquer

29Une fois le bilan effectué, le projet adapté à la (nouvelle) réalité et le positionnement vis-à-vis de l’emploi revu à la baisse, lorsque les personnes ont perdu l’impression d’être « une sorte de victime, […] un lapin dans les feux d’une voiture […] [et qu’elles peuvent] reprendre les rênes de [leur] vie » (Prestataire 1, octobre 2015), un travail de motivation doit être produit. C’est une des tâches des prestataires de programmes.

30Le travail de motivation repose sur l’adhésion aux objectifs, parce que « la personne qui vient, je prends l’expression "un fusil dans le dos", si elle est forcée et contrainte, on ne va pas pouvoir avancer » (Prestataire 6, octobre 2015). Ceci est d’autant plus important que ce qu’il faut éviter, selon les prestataires, c’est que les personnes

« croient […] que ce sont nous [les organisateurs de programmes] qui allons faire le travail. […]. On pose les règles du jeu dès le départ – ça va impliquer de faire des démarches soi-même, ce n’est pas nous qui allons trouver des solutions. […] Nous, on propose de l’aide, on propose des outils, on va accompagner la personne, on va l’aider, mais c’est elle qui va faire le boulot » (Prestataire 1, octobre 2015).

  • 17 « The entrepreneurial self’s mode of existence is not that of real people ; it is a hypothetical, a (...)
  • 18 « With the strategy discipline and punish, but rather by activating their powers of self-motivation(...)

31Cette adhésion est cardinale, car l’adoption et l’actualisation de la posture normative formulée dans les dispositifs de réadaptation (axée sur l’investissement, la motivation, l’engagement) doit se faire avec conviction. Les personnes sont tenues de croire à ce qu’elles entreprennent, c’est « vraiment à [elles] de porter leurs objectifs » (Prestataire 6, octobre 2015). La motivation et l’implication sont ainsi les préconditions du rapprochement de la normalité. L’exigence d’investissement personnel confirme que l’individu doit devenir l’entrepreneur de lui-même au sens d’Ulrich Bröckling qui définit cet entreprenariat comme un cadre prescriptif de conduites 17. Pour soutenir cette implication personnelle, la confiance des assuré·e·s doit être continuellement renforcée, non pas « en utilisant une stratégie disciplinaire et punitive, mais en renforçant leurs capacités d’auto-motivation » 18 (Bröckling, 2016, p. 29).

32Dans la perspective des études critiques sur le handicap, cela signifie que l’individu, une fois ses capacités identifiées et adaptées au marché de l’emploi, doit encore les faire siennes et, comme on va le voir, se donner les moyens de les vendre. La normalité ainsi constituée exige une posture spécifique dans le monde : connaître sa place, l’accepter, l’investir.

Le rôle des organisateurs de programmes : « coacher »

33Étant donné le principe de personnalisation des interventions, censé favoriser l’intégration des prescriptions comportementales par les personnes assurées, rien de surprenant à ce que le suivi proposé soit toujours présenté comme « un accompagnement […] avec des objectifs […] individualisés » (Prestataire 1, octobre 2015), « un peu à la carte » (Prestataire 7, septembre 2015). On fait « avec chaque personne en fonction de comment elle se positionne, comment elle répond, comment elle réagit, quelles sont ses difficultés » (Prestataire 1, octobre 2015).

34Le terme utilisé pour qualifier l’accompagnement est inspiré du langage sportif, c’est celui de coaching. Son objectif est de soutenir et de favoriser un établissement progressif de la capacité d’emploi. La fonction de « coach professionnel », responsable du suivi des programmes et de l’aide à la recherche d’une place de formation ou d’un emploi, est d’ailleurs utilisée par l’OAI Vaud et par les prestataires pour désigner certains membres du corps des agent·e·s de réadaptation.

35Concrètement, des cours de techniques de recherche d’emploi, très usuels chez les chômagistes, sont proposés aux assuré·e·s, pour « leur donner les outils, pour se présenter, pour se vendre » (Prestataire 7, septembre 2015), « enfin toutes ces choses que l’on peut faire pour soutenir la recherche [d’un emploi] » (Prestataire 6, octobre 2015). Pour que les personnes s’impliquent, « on leur donne […] des informations où […] elles peuvent trouver des ressources, que ce soit sur Internet ou à l’extérieur. On accompagne la recherche d’informations sur les pistes possibles. […] On prépare, on les aide à préparer. […] Après, elles y vont. Elles reviennent. On débriefe » (Prestataire 1, octobre 2015). L’idée est qu’au final, « la personne [puisse] reprendre son pouvoir sur sa vie et sur ce qui lui arrive » (Prestataire 1, octobre 2015). Le coaching peut également prendre la forme d’un suivi très rapproché. Ce dernier est particulièrement présent dans les programmes dits de « réinsertion » (cf. point 2), dont « le but [est] de reprendre un rythme de travail, d’arriver déjà […] à se lever, qui commence parfois même à deux heures par jour » (Prestataire 3, novembre 2015), ensuite, « ça peut passer à trois heures, à quatre heures. Si elle [la personne participant à un programme] arrive à faire ce passage-là, elle peut continuer […] [et] atteindre 50 % ou 60 %, 70 %, […] 80 % de présence » (Prestataire 8, octobre 2015). C’est un véritable entraînement à se conformer progressivement à l’idéal qui est proposé, avec la « reconstruction de l’endurance » (Prestataire 6, octobre 2015) et l’habituation « au tempo » (Prestataire 7, septembre 2015). Ce processus de réajustement à la normalité capacitiste est conçu comme étroitement accompagné et progressif : « C’est un peu comme un escalier, s’ils arrivent à franchir la première étape de la reprise de rythme, on peut mettre quelque chose plus proche du marché réel, de l’économie réelle » (Prestataire 3, novembre 2015).

36Le coaching s’appuie sur un contrôle, preuve que se conformer à la normalité n’a rien de naturel et qu’il faut sans cesse rappeler la norme. L’Office AI Vaud « cite relativement souvent l’article 21 alinéa 4 de la Loi fédérale sur la partie générale du droit des assurances sociales (LPGA) relatif à l’obligation de collaborer à la réinsertion professionnelle (il prévoit des sanctions) » (responsable de la réadaptation à l’Office vaudois de l’AI, août 2015), et « si l’assuré·e ne coopère pas aux démarches convenues, l’AI intervient très rapidement et la personne est mise en demeure de s’activer » (responsable du service de placement à l’Office vaudois de l’AI, novembre 2015). Les prestataires confirment l’importance de cette logique coercitive, sans doute en lien avec les discours sur l’abus que nous avons mentionnés au début de cet article.

  • 19 « Body management within neoliberalism ».
  • 20 « Those who don’t adequately maintain their bodies are held personally responsible for their descen (...)

37Le risque pour les assuré·e·s est de se voir signifier avant terme l’obligation de quitter le programme, sans avoir droit à une pension, et de se retrouver ainsi relégué·e·s dans la zone du refus d’adhérer aux normes, autrement dit dans la zone de l’abus. Des écarts non-légitimes à la posture attendue renvoient en effet les individus du côté d’une potentielle déviance. Comme le relève un prestataire : « C’[est] notre job que la personne accepte. Mais si c’est vraiment de la mauvaise volonté, etc., il y a plusieurs personnes que l’on n’a pas gardées » (Prestataire 7, septembre 2015). Ce traitement des écarts à la norme renvoie au principe du « management des corps dans les sociétés néolibérales » 19 qui « rend les personnes qui ne maintiennent pas adéquatement leur corps personnellement responsables de leur chute dans le chaos de la mauvaise santé et du mal-être » 20 (Goodley, Lawthom & Runswick-Cole, 2014, p. 981, citant Mitchell 2014, p. 3). La pression sociale est toutefois forte et c’est sans doute ce qui explique que peu de personnes refusent explicitement de collaborer. « La plupart du temps […] on arrive […] à faire comprendre les objectifs, en tout cas que la personne adhère, parce que c’est une étape pour la suite » (Prestataire 3, novembre 2015). Malgré ces aspects de coercition, les prestataires mettent souvent l’accent sur le fait que la grande majorité des personnes « veulent vraiment se réinsérer […], parce que le travail, la santé, etc., et puis c’est important, c’est la dignité de l’homme » (Prestataire 4, novembre 2015).

Conclusions

38Le traitement social de l’invalidité permet de voir comment se constitue aujourd’hui la normalité. D’une part, l’AI érige en norme la capacité de gain par l’emploi et renvoie dans une altérité inférieure les personnes ne parvenant pas à se conformer à ce standard. D’autre part, l’horizon des dispositifs mis en œuvre par les organisateurs de programmes de réadaptation est, comme nous l’avons montré, moins celui des compétences ou des qualifications que celui des postures. Leurs discours et actions prennent ainsi un accent moralisant.

39L’action des agent·e·s consiste à « coacher » les personnes pour qu’elles parviennent à intérioriser la posture attendue. Durant ce processus, les affects font l’objet d’un travail intensif de modelage (le travail de deuil, la gestion des émotions) et le rapprochement de l’idéal s’effectue via l’apprentissage d’une gestion mesurée du comportement. Enfin, l’obtention de l’adhésion des assuré·e·s – l’implication personnelle devient en effet une exigence – fait partie de ce travail de « construction de soi ». Ces techniques d’intervention prescrivent les modèles de conduites qu’il appartient à chacun·e d’adopter et à travers lesquels les individus sont censés se penser et agir. Les personnes participant aux programmes de réadaptation sont ainsi enjointes à cultiver autrement le rapport à elles-mêmes, aux autres et au monde. L’idéal formulé via les dispositifs et pratiques de réadaptation mêle différents registres – cognitif, émotionnel, social, hexis corporelle, etc. – qui doivent tous être intériorisés pour être apte à s’en approcher.

40Si les responsables de la réadaptation soulignent la faculté d’émancipation qu’offrent les actions entreprises, le but étant de permettre aux personnes d’agir comme individus actifs et indépendants dans les sphères économique et privée, les discours et les dispositifs mis en place transmettent et rendent effectives les normes en vigueur dans la société suisse contemporaine : il s’agit de la capacité de gain par l’emploi et de la maîtrise de soi. Ces normes doivent être endossées par un maximum de personnes en contact avec l’AI, invitées à être agentes de leur propre changement et à agir comme des entrepreneurs d’elles-mêmes, ce qui dessine l’idéal au regard duquel la validité des individus est évaluée et constitue de ce fait l’impératif de la normalité.

Haut de page

Bibliographie

Bolliger C., Fritschi T., Salzgeber R., Zürcher P. & O. Hümbelin (2012), Eingliederung vor Rente. Evaluation der Früherfassung, der Frühintervention und der Integrationsmassnahmen in der Invalidenversicherung (Rapport dans le cadre du deuxième programme pluriannuel de recherche sur l’invalidité et le handicap), Bern, BSV/OFAS.

Bröckling U. (2016), The Entrepreneurial Self. Fabricating a New Type of Subject, London, SAGE Publications.

Butler J. (2006), Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam.

Campbell F. K. (2009), Contours of Ableism. The Production of Disability and Abledness, New York, Palgrave Macmillan Editor.

Canonica A. (2013), « Missbrauch und Reform. Dimensionen und Funktionen der Missbrauchsdebatten in der schweizerischen Invalidenversicherung aus historischer Perspektive », Schweizerische Zeitschrift für Soziale Arbeit, n° 12, pp. 24-37.

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Éditions Fayard.

Conseil fédéral (1924), « Message complémentaire du Conseil fédéral à l’Assemblée fédérale sur l’assurance-vieillesse, invalidité et survivants. (Du 23 juillet 1924) », Feuille Fédérale, vol. 2, n° 32, pp. 717-778.

Conseil fédéral (1958), « Message du Conseil fédéral relatif à un projet de loi sur l’assurance-invalidité ainsi qu’à un projet de loi modifiant celle sur l’assurance-vieillesse et survivants (Du 24 octobre 1958) », Feuille fédérale, vol. 2, n° 45, pp. 1161-1348.

Davis L. J. (2006), « Introduction: Normality, Power, and Culture », dans Davis L. J. (dir.), The Disability Studies Reader, New York, Routledge Editor, pp. 1-14.

Davis L. J. (2013), The End of Normal. Identity in a Biocultural Era, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

Despret V. (2015), Au Bonheur des morts. Récits de ceux qui restent, Paris, Éditions La Découverte.

Fracheboud V. (2015), L'Introduction de l'assurance invalidité en Suisse (1944-1960). Tensions au cœur de l'État social, Lausanne, Éditions Antipodes.

Goffman E. (1952), « On Cooling the Mark Out. Some Aspects of Adaptation to Failure », Psychiatry, vol. 15, n° 4, pp. 451-463.

Goffman E. (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit.

Goodley D. (2014), Dis/ability Studies: Theorising Disablism and Ableism, London, Routledge Editor.

Goodley D., Lawthom R. & K. Runswick-Cole (2014), « Dis/ability and Austerity: Beyond Work and Slow Death », Disability & Society, vol. 29, n° 6, pp. 980-984.

Guggisberg J., Egger T. & K. Künzi (2008), Évaluation du placement dans l’assurance invalidité (Rapport de recherche n°2/08), Berne, Office Fédéral des assurances sociales.

Guggisberg J., Stocker D., Dutoit L., Becker H., Daniel H. & H.-J. Mosimann (2015), Der Abklärungsprozess in der Invalidenversicherung bei Rentenentscheiden : Prozesse, Akteure, Wirkungen (Rapport dans le cadre du deuxième programme pluriannuel de recherche sur l’invalidité et le handicap), Bern, BSV/OFAS.

Guggisberg J. r., Schär-Moser M. & S. Spycher (2004), Auf der Spur kantonaler Unterschiede in der Invalidenversicherung. Eine empirische Untersuchung, Zürich, Rüegger Verlag.

Javeau C. (2010), « Sartre et sa théorie des émotions : une confrontation avec Erving Goffman », SociologieS [En ligne], Dossier « Émotions et sentiments, réalité et fiction », mis en ligne le 1er juin 2010, consulté le 13 février 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3169

Kaba M. (2007), « Des reproches d’inutilité au spectre de l’abus : étude diachronique des conceptions du handicap du XIXème siècle à nos jours », Carnets de bord en sciences humaines, n° 13, pp. 68-77, consulté le 18 juillet 2017. URL : http://www.unige.ch/ses/socio/carnets-de-bord/revue/pdf/13_134.pdf

Lascoumes P. (2004), « La Gouvernementalité : de la critique de l'État aux technologies du pouvoir », Le Portique, n° 13-14, mis en ligne le 15 juin 2007, consulté le 13 février 2017. URL : http://leportique.revues.org/625

McRuer R. (2006), « Compulsory Able-Bodiedness and Queer/Disabled Existence », dans Davis L. J. (dir.), The Disability Studies Reader (2nde éd.), New York & London, Routledge Editor, pp. 301-308.

Obinger H., Armingeon K., Bonoli G. & F. Bertozzi (2005) « Switzerland. The Marriage of Direct Democracy and Federalism », dans Obinger H., Leibfried S. & F. Castles (dir.), Federalism and the Welfare State: New World and European Experiences, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 263-306.

Office fédéral des assurances sociales (2015), Rapport de synthèse du deuxième programme de recherche AI (2010-2015) (Rapport de recherche n°16/15f), Berne, Office Fédéral des assurances sociales.

Probst I., Tabin J.-P. & N. Courvoisier (2015), « De la réparation à la réversibilité. Un nouveau paradigme dans l’assurance invalidité ? », Revue suisse de sociologie, vol. 41, n° 1, pp. 101-117.

Probst I., Tabin J.-P., Piecek-Riondel M. & C. Perrin (2017), « L’invalidité : une position dominée », Revue française des affaires sociales, vol. 4, n° 8, pp. 89-105.

Roudaut K. (2005), « Le deuil : individualisation et régulation sociale », A contrario, vol. 3, n° 1, pp. 14-27.

Haut de page

Annexe

Les prestataires interviewés

Haut de page

Notes

1 Les débats ont notamment porté sur l’inclusion dans la couverture invalidité de certaines atteintes à la santé, comme les maladies congénitales, les maladies mentales ou les « maladies longues ».

2 Indépendamment du lieu et du moment de la survenance de cette atteinte.

3 Pour les personnes sans activité lucrative, l’invalidité est définie par la diminution de la capacité d’accomplir les travaux habituels, par exemple le travail domestique.

4 Comme d’ailleurs le Code de la sécurité sociale français (article L341-1).

5 Ces normes sont à prendre dans leur double acception, en tant que préceptes et présupposés communément acceptés qui guident les actions en se référant à des valeurs. Elles ne sont pas figées, parce qu’elles sont intriquées dans des pratiques sociales dans lesquelles elles sont quotidiennement actualisées et réinstituées (Butler, 2006, p. 65).

6 Similaires aux « mauvais pauvres » décrits par Robert Castel (1995).

7 Recherche en cours depuis janvier 2015, projet N° 156131.

8 Des programmes peuvent également être confiés à des prestataires qui ne figurent pas sur le catalogue tenu par l’OAI Vaud. Ce catalogue prend en compte les prestataires réguliers.

9 Responsables à différents niveaux : direction, cadres, responsables de programmes spécifiques.

10 Dans le cadre de sa mission de surveillance, l’OFAS fait usage d’indicateurs de résultats et établit un benchmarking des offices AI en vue d’homogénéiser les pratiques (responsables de la réadaptation à l’OFAS, octobre 2015).

11 Le taux d’invalidité est déterminé via une comparaison entre le revenu que l’assuré·e aurait pu obtenir en l’absence d’atteinte à la santé avec « celui qu’il pourrait obtenir en exerçant l’activité qui peut raisonnablement être exigée de lui après les traitements et les mesures de réadaptation, sur un marché du travail équilibré » (Loi fédérale sur la partie générale du droit des assurances sociales [LPGA], art. 16).

12 En Suisse, la pension complète d’invalidité de l’AI se situe entre 1032 € et 2064 € en 2017 (cours : 1 franc suisse = 0.878 €) ; le salaire médian se monte à 5646 € en 2014, soit plus du plus double de la pension maximale : l’Office fédéral de la statistique (OFS) définit dans l’enquête suisse sur la structure des salaires de 2010 les emplois « à bas salaire » comme étant rémunérés à moins de 3502 € bruts par mois, soit 1,7 fois la pension maximale (source : www.bfs.admin.ch, 03 Travail et rémunération – Salaires, revenu professionnel et coût du travail. Consulté le 25 août 2017).

13 Cette description, basée sur la catégorisation établie par le législateur, constitue le cadre général d’action adopté à tous les niveaux de l’application de l’AI. Hiérarchisant et circonscrivant les variables, elle constitue elle-même une grille spécifique de description du monde social et de définition du problème à traiter.

14 Les statistiques du nombre de programmes ont été fournies par l’OAI Vaud le 2 mars 2015. Une personne peut suivre plusieurs programmes au cours de la même année. Une partie des programmes d’intervention précoce figurant dans ces statistiques sont effectués directement par le personnel de l’OAI Vaud (par exemple, des entretiens avec des conseillers et conseillères de l’office sont comptabilisés dans les programmes d’orientation professionnelle, de soutien actif dans la recherche d’un emploi approprié ou encore de conseil suivi afin de conserver un emploi).

15 La « détection précoce » (art. 3a LAI) est destinée aux personnes en emploi qui sont en incapacité de travail depuis 30 jours sans interruption, ou qui ont présenté des absences répétées. Les assuré·e·s peuvent la demander, mais aussi leur employeur, leurs assurances, les agent·e·s sociaux et sanitaires, ou encore les personnes partageant leur ménage.

16 Ce service met en place des programmes de réadaptation et établit des contrats avec les prestataires.

17 « The entrepreneurial self’s mode of existence is not that of real people ; it is a hypothetical, an as if, a real fiction. It is a hypothetical with a prescriptive force, it addresses itself to us, it is the point of convergence for a whole series of social and self technologies, it is a field of force, it exerts pull, like a magnetic field, an undertow » (Bröckling, 2016, p. 196).

18 « With the strategy discipline and punish, but rather by activating their powers of self-motivation ».

19 « Body management within neoliberalism ».

20 « Those who don’t adequately maintain their bodies are held personally responsible for their descent into the chaos of ill health and non-well-being ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/6412/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monika Piecek, Jean-Pierre Tabin, Céline Perrin et Isabelle Probst, « La normalité en société capacitiste », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6412

Haut de page

Auteurs

Monika Piecek

Chargée de recherche, EESP, HES·SO (Suisse) - monika.piecek-riondel@eesp.ch

Jean-Pierre Tabin

Professeur ordinaire, Haute École de travail social et de la santé EESP, Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES·SO), Lausanne et Pôle de recherche national LIVES (Suisse) - jean-pierre.tabin@eesp.ch

Céline Perrin

Chargée de recherche, EESP, HES·SO (Suisse) - celine.perrin@eesp.ch

Isabelle Probst

Professeure associée, Haute École de Santé Vaud HESAV, HES·SO, Lausanne (Suisse) - isabelle.probst@hesav.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page