Skip to navigation – Site map
Eros et Thanatos

Sport, corps sexué et immortalité. Une expérience de recherche dans le monde des disciplines orientales

Sport, sexual body and immortality. A research experience in the world of oriental disciplines
Alessandro Porrovecchio

Abstracts

The aim of this paper is to propose a research experience developed since 2008, based on the analysis of the interaction between sport practice and the gender identity construction process. This study focuses on the practice of oriental disciplines in two Italian cities: Rome and Turin. Retracing the course of our research, and basing on the analysis of 20 in-depth interviews and of several sessions of “classic” and “virtual” ethnography with adolescents and young people (14-24 year olds), we can observe, in a first phase, the role of sport and oriental disciplines as a means of sexual socialization. This will lead the reader directly to the second part of this paper: the case study. The theme of the imaginary of the mortality of the body represents a sort of epistemological rupture in our sociological reasoning, putting into discussion our first conclusions concerning sexual socialization, and opening to the paradoxical role of oriental disciplines, which propose an environment of dialectical socialization oscillating between a holistic view of the body and their tendency to reproduce hegemonic masculinities and feminities. The different elements of corporeality, such as emotion management, sexuality and the imaginary of death, are only the elements of a complex system: that of the oriental disciplines, which interact and react with the environment of Practitioners.

Top of page

Full text

Introduction et méthode

  • 1 Aucun financement n’a été reçu pour cette recherche.

1L’objectif de cet article est de proposer une expérience de recherche informelle 1, développée à partir de 2008 et terminée en 2013, se basant, entre autres, sur l’analyse de la relation entre pratique sportive et processus de construction de l’identité de genre pendant l’adolescence et la jeunesse. Cette étude porte sur la pratique des disciplines orientales dans des salles de sport (kwoon) situées dans deux villes italiennes : Rome et Turin. La recherche originelle, à partir de laquelle ce cas d’étude a été élaboré, portait sur le rôle des disciplines orientales (en particulier les arts martiaux) de l’Extrême-Orient et du Sud-Est de l’Asie par rapport à la construction de l’identité corporelle des pratiquants. Une attention particulière était accordée à l’imaginaire oriental et à son interaction avec l’imaginaire du contexte de provenance du pratiquant.

2L’origine de cette recherche est notre intérêt et notre implication dans la pratique des arts martiaux, ainsi que notre intérêt scientifique pour les processus de construction des identités individuelles et collectives. Au cours des dernières années quelques travaux ont été publiés dans des revues ou des volumes collectifs (Porrovecchio, 2012a, 2014, 2015). Certaines parties de cet article sont donc basées sur des aspects déjà introduits dans ces publications.

  • 2 Seuls les maitres et les instructeurs étaient plus âgés.
  • 3 Dans le cadre de cet article, on va croiser les données également avec celles provenant d’une autre (...)

3En termes méthodologiques, cette recherche – en partant d’une perspective en partie réflexive (Melucci, 1998) – se fonde sur une stratégie mixte, qui se base sur la convergence entre différents types de données et d’approches, en particulier entre approche quantitative et qualitative, et entre terrain de recherche virtuel et réel. Vingt entretiens en profondeur ont été conduits avec différentes typologies de pratiquants (débutants, enseignants, maitres, thérapeutes, etc.), essentiellement des adolescents et des jeunes entre 14 et 24 ans 2. Des sessions d’observation participante et non participante, dans des associations et des salles de sport (terrain réel « classique ») et dans des communautés virtuelles (terrain virtuel, « ethnographie virtuelle » [Hine, 2000, 2005]) 3 ont également été effectuées.

4Dans une première phase on illustrera le rôle du sport et des disciplines orientales en tant que moyen de socialisation de genre. La rencontre avec une pratiquante ayant eu des expériences particulières en lien avec la maladie et la mortalité du corps conduira le lecteur directement à la partie plus importante de ce document : l’étude de cas.

5La thématique de la mortalité du corps a donc représenté une sorte de rupture épistémologique fondamentale dans notre raisonnement sociologique, mettant en discussion nos premières conclusions et ouvrant au rôle paradoxal des disciplines orientales, qui proposent un environnement de socialisation dialectique, oscillant entre une vision holiste du corps et la tendance à reproduire les masculinités et féminités hégémoniques. Les différents éléments de la corporéité, comme par exemple la gestion des émotions, la sexualité et l’imaginaire de la mort, ne seraient que des éléments d’un système complexe, celui des disciplines orientales, qui interagit et réagit avec l’environnement des pratiquants.

Le contexte et ses transformations en lien avec la jeunesse

  • 4 Ici, le terme « crise » doit être interprété en partant de son étymologie. En grec ancien, le terme (...)

6Pour traiter des problématiques au cœur de cet article, il faut introduire quelques questions essentielles qui caractérisent le contexte contemporain. En particulier, nous devons prendre en considération un ensemble d’aspects, en interaction constante entre eux, qui caractérisent les sociétés occidentales contemporaines par rapport à l’adolescence, au passage à l’âge adulte et à l’imaginaire concernant la mort : la crise des grandes structures socialisantes 4 (Lipovetsky, 1983), l’importance des nouveaux « rituels » de passage, la transformation de l’imaginaire lié à la mort et le « triomphe du corps ».

7Les transformations sociales et culturelles qui ont touché les sociétés occidentales dans les dernières décennies ont eu comme conséquence une sorte de crise des mœurs et des valeurs traditionnelles. Ces changements ont apporté des transformations dans la structure des familles et d’autres agents de socialisation, ont encouragé une convergence graduelle entre les genres et ont rapidement affecté la jeunesse, ses (sous)cultures et ses formes socio-culturelles (Ruspini, 2011).

8Les processus de socialisation et le rôle des structures socialisantes sont fortement liés à un ensemble de rituels qui ont un rôle fondamental dans les trajectoires de passage à l’âge adulte et dans la gestion du lien avec la mort en tant que phase de vie (Van Gennep, 1909). Ces rituels, comme les autres formes sociales, ont subi des changements qui les ont transformés de manière significative : les sociétés occidentales ne reconnaissent plus les changements de statut menant à l’âge adulte à travers des rites de passage établis collectivement (Goguel d'Allondans, 2005). Elles laissent aux jeunes l’honneur et la responsabilité de la construction de leurs parcours existentiels à travers la création de rites intimes de passage (Le Breton, 2007). La mort, qui était une présence constante et une phase de la vie présente dans la vie quotidienne communautaire et traditionnelle, se désacralise et se privatise progressivement dans la modernité (Ariès, 1977) pour assumer des nouvelles formes rituelles et re-sacralisées dans la société contemporaine (Gamba, 2016). Les « nouvelles » ritualités de la jeunesse contemporaine – liées à la mort ou à d’autres aspects de la vie quotidienne – sont effectuées de manière relativement solitaire ou « privatisées » dans le cadre du groupe des pairs et auraient la tendance à entrer en conflit avec l’éthique sociale établie (Le Breton, 2007). De la même manière, le lien à la mort d’une part reste un élément constitutif de la ritualité intime des adolescents, en particulier lorsque elle se configure comme une conduite à risque (Le Breton 2002, 2003). Mais il s’agit d’une ritualité dans laquelle la mortalité du corps est refoulée, elle reste dans l’imaginaire, se configurant comme un défi face à la mort (Le Breton, 2002, 2003). D’autre part, le lien avec la mort se personnalise suite à l’éloignement de longue date du corps mourant de la vie quotidienne du jeune moderne et contemporain, en assumant donc des formes différentes et personnalisées (Gamba, 2016), accompagnées d’une vision pseudo-scientifique du fonctionnement du corps.

9Ces phénomènes sont fortement liés au statut du corps dans les sociétés occidentales. Les processus de socialisation et de construction de l’identité sexuelle/de genre suivent en partie les rythmes des transformations corporelles (Porrovecchio, 2012b) et donc ils pourraient être encadrés dans une zone grise d’interaction dialectique entre nature (les transformations corporelles biologiques) et culture/société (encadrement socioculturel), avec une oscillation continue entre ces deux éléments. En ce qui concerne les rituels, David Le Breton a clairement montré le rôle fondamental joué par le corps (Le Breton, 2002, 2003 et 2007) : c’est une évidence, les nouveaux rituels sont essentiellement des rituels du corps et ils sont une réponse par rapport aux transformations des ritualités traditionnelles, spécialement en ce qui concerne le lien avec/entre Éros et Thanatos.

10Il est clair également que l’importance du corps dans les sociétés occidentales contemporaines ne se limite pas à son rôle dans les processus de construction identitaires de genre, dans la sexualité et dans le lien avec l’imaginaire de la mort. En fait, à cause de la lente obsolescence des identités (collectives) externes traditionnelles, l’individu trouve dans le corps le « lieu » privilégié, à la fois personnel et socio-culturel pour la construction de son identité. C’est d’ailleurs pour cette raison que certains experts, par exemple Hervé Juvin (2006), affirment que le corps est l’invention la plus importante du nouveau millénaire.

Sport et disciplines orientales

Sport, genre, socialisation et sexualité

11Le terme « sport » renvoie en général à un ensemble d’activités sexospécifiques et sexualisées, où la non-diversité est le résultat d’une domination historique et sociologique de la part des formes de masculinités dominantes. Les différents types de « domination masculine » (Bourdieu, 1998) dans le contexte sportif en associeraient la pratique à un ensemble d’attributs virils, construisant socialement une certaine idée de masculinité : l’agressivité, l’esprit de compétition, la force physique et la résistance mentale seraient le privilège exclusif de l’individu hétérosexuel de sexe masculin. Les pratiquants ne correspondant pas à ce profil, selon cette perspective, subiraient des formes de domination symbolique. Cirus Rinaldi explique que, selon de nombreux spécialistes, les sports institutionnalisés conduiraient à la construction et à la définition d’une idéologie masculine, diffusant des formes hégémoniques prédéfinies dans les contextes sociaux plus larges (Rinaldi, 2015, pp. 121-127). Le sport agit ainsi non seulement à travers la marginalisation – jusqu’à des périodes plutôt récentes – des pratiques considérées comme plus « féminines », ou des hommes pratiquant les sports « féminins » (ou des sports masculins d’une manière « féminine »).

12La pratique des sports institutionnalisés définit des types spécifiques d’interactions de genre qui reproduisent les masculinités et féminités hégémoniques, ce qui renforce l’ordre de genre en vigueur. En ce qui concerne l’identité de genre, au cours de la pratique sportive, l’adolescent peut être jugé par rapport à ses caractéristiques physiques, ses attitudes ou conduites masculines/féminines, la présence ou l’absence de certaines compétences spécifiques. Partant de ces prémisses, Cirus Rinaldi définit le sport comme le résultat d’une série de « pratiques collectives » au travers desquelles les sexes et les corps sont « naturalisés », c’est-à-dire « normalisés ». Cela conduit également à la définition d’un ensemble de normes corporelles, auxquelles l’adolescent doit se rapporter. De l’enfance à l’adolescence, le développement de petits groupes sous-culturels à travers la pratique sportive socialise aux codes (être un « macho », un « gagnant »), à des stratégies particulières de contrôle et d’expression des émotions, à l’idéologie de la compétition et ainsi de suite. Tous ces éléments permettent aux acteurs sociaux de créer, maintenir et réaffirmer les limites de l’identité de genre à travers des bricolages identitaires et interactionnels continus, basés sur des pratiques de distanciation.

Les disciplines orientales et les arts martiaux

13Le terme « disciplines orientales » fait référence à des pratiques physiques et psychologiques asiatiques connues comme arts martiaux : techniques de combat, gymnastiques énergétiques, formes de méditation et/ou thérapies énergétiques traditionnelles. Ces pratiques ont en commun leur approche envers la nature et elles encouragent de manière similaire une vision holiste du monde et de l’environnement. Dans le cadre des disciplines orientales, on peut définir les arts martiaux comme des systèmes de techniques de combat conçus pour l’auto-défense. La plupart des arts martiaux ont un fondement philosophique et – dans leur forme plus traditionnelle – une nuance de religiosité : même si aujourd’hui les arts martiaux ne sont plus inclus dans un système religieux, ils conservent encore des éléments de spiritualité et peuvent être vécus comme des formes de religiosité séculaire (Min-Ho, 1999 ; Jennings et al., 2010 ; Porrovecchio, 2012a et 2014 ; Di Bonifacio & Porrovecchio, 2015a et 2015b).

14On peut différencier les disciplines orientales en fonction de leurs caractéristiques : certains arts martiaux visent à équilibrer le Soi à travers l’étude des techniques de combat contre un ou plusieurs adversaires, et certaines disciplines aspirent au même résultat mais en utilisant des techniques posturales et/ou de méditation. Dans le cadre de notre recherche cette différenciation est inutile, car l’objectif réel de toutes les disciplines orientales est de vaincre le seul vrai ennemi, qui se cache dans le Soi (Raimondo, 2007, pp. 23-27), « sans combattre » (Ming et al., 1994, p. 101). Souvent, ce combat est lié à la gestion des émotions, de la sexualité et à l’éloignement de la mort.

15Les arts martiaux et les disciplines orientales ne sont pas seulement des sports ou des techniques du corps. Selon Guo Juan, par exemple, le kungfu – une des pratiques principales en ce qui concerne cet article – « n’est pas seulement un sport, il représente aussi une partie de la culture chinoise. Il est porteur d’une diversité ethnique et culturelle et d’une conscience nationale fortes » (Juan, 2011, pp. 17-18). Il est donc porteur d’un imaginaire Alter par rapport au contexte occidental. Selon Chris Shilling, « il existe un ensemble extrêmement important de traditions orientales concernant l’activité physique qui cultive une relation très différente au corps, au caractère et, donc, à l’environnement » (Shilling, 2008, p. 61). La grande variété des activités associées à ces traditions « encouragent des techniques physiques destinées à stimuler une nouvelle expérience du Soi incorporé » (Ibid., p. 155). La pratique hautement ritualisée de ces techniques, comme un noyau signifiant du corps du pratiquant, affecte son identité et touche l’essentiel de sa vie quotidienne et de son mode de vie : la façon de s’habiller, d’arranger les meubles de la maison, d’interagir avec la nourriture, les soins du corps, l’éthique et la morale et donc également son rapport à la santé, à la sexualité, à la masculinité/féminité et à la mort. Il s’agit d’un ensemble d’éléments qui sont au centre de l’identité de l’individu. Et tous ces aspects concernent encore plus les pratiquants adolescents, qui, dans cette phase de la vie, construisent leur identité corporelle.

Disciplines orientales, sexualité et mort

Une première perspective : les formes de la domination

16Les séances d’observation ont montré que la pratique des arts martiaux et des sports de combat met en scène des types spécifiques d’interaction de genre qui reproduisent les masculinités et féminités hégémoniques, en renforçant l’ordre de genre en vigueur. Tout au long de notre première analyse, en accord avec les observations de Benoît Lenzen et ses collègues, durant la phase de sparring (entrainement au combat avec contact), les pratiquantes craignant pour leur intégrité physique et corporelle n’hésitaient pas à utiliser leur statut de jeunes femmes comme ressource : elles négociaient ouvertement et explicitement la rudesse du combat (Lenzen et al., 2004). Les stratégies mises en œuvre par les pratiquants afin de préserver leur intégrité physique étaient plus tacites, basées sur la communication non verbale et sur l’autogestion du corps (par exemple, des stratégies d’évitement). Par exemple, certains jeunes pratiquants court-circuitaient les rotations des partenaires afin d’éviter les plus forts et les plus agressifs.

17Cet ensemble de stratégies se manifestait également au cours des discussions informelles avec N. C. et M. F., une ancienne pratiquante de Taekwondo et un pratiquant homosexuel de kungfu, tous deux âgés d’une vingtaine d’années et qui s’entrainaient dans un des kwoon dans lesquels a été réalisée l’enquête ethnographique. En outre, dans le cadre d’un des entretiens en profondeur, A. A. une des enseignantes de ce kwoon, a rapporté que – malgré ses 25 années d’expérience et le fait qu’elle avait été une athlète de haut niveau – elle percevait constamment une sorte de délégitimation en raison de son sexe et cette délégitimation affectait encore plus les pratiquantes plus jeunes. Au cours de l’entretien, A. A. a insisté sur deux situations récurrentes, qui la gênaient beaucoup : le fait que les autres pratiquants semblaient compter plus sur les conseils des enseignants hommes qui avaient beaucoup moins d’expérience qu’elle (ce qui la délégitimait en tant qu’enseignante d’arts martiaux) et le fait que pendant le sparring les autres pratiquants semblaient se limiter, car ils craignaient pour son intégrité physique (ce qui la délégitimait en tant que combattante).

18Ces aspects conduisent à des conclusions similaires à celles de Christine Mennesson et Jean-Paul Clément concernant la boxe : le monde des arts martiaux socialiserait à l’ordre de genre en vigueur, en faisant incorporer aux pratiquants un ensemble de règles et de conduites hégémoniques (Mennesson & Clément, 2009). Cette situation est renforcée par le fait qu’il y a évidemment une sorte de sélection genrée du sport pratiqué durant l’adolescence (Fontayne, 2001). Dans sa thèse de doctorat, Simon Lajeunesse a observé que le choix des sports de combat et des arts martiaux – dans son article il analyse les cas de la boxe, du judo et du karaté – était l’expression de la construction de l’identité sexuelle des pratiquants mâles (Lajeunesse, 2007). Selon lui, non seulement les garçons de la classe ouvrière seraient plus attirés par les arts martiaux que ceux provenant des classes aisées, mais les garçons seraient plus attirés que les filles et ceux avec un sens élevé de la masculinité seraient plus attirés que ceux vivant dans une sorte d’insécurité de genre. Ainsi, la masculinité traditionnelle serait étroitement liée à l’agressivité et au sentiment d’appartenance à la fratrie. De ce point de vue, selon Simon Lajeunesse, il serait possible de lier la pratique des sports de combat et une manière traditionnelle de vivre l’identité masculine.

19Dans ce cadre, à ce premier niveau d’analyse, il ne semblait y avoir aucun lien entre la sexualité, l’ordre de genre en tant qu’élément constitutif de l’identité sexuelle et donc de la sexualité et l’imaginaire de la mortalité du corps, ou tout simplement de la santé en tant que « non-mort ». La pratique des disciplines orientales, comme toute pratique, est un microcosme dans le macrocosme de la société contemporaine et reproduirait tout simplement son imaginaire, ses configurations de rôles, ses ritualités et ses formes de domination.

Ce n’est pas si simple : l’art martial et la mortalité du corps

20Mais la situation est beaucoup plus compliquée. Une relecture des retranscriptions des entretiens et des interactions en ligne a éclairé le fait qu’à travers les arts martiaux, les pratiquants s’immergeaient dans un imaginaire (un Orient imaginé) qui est beaucoup plus compliqué et présent par rapport à l’impression formulée au début. À travers cet imaginaire et cette pratique, ils déconstruisent et reconstruisent leur identité corporelle et complexifient leur imaginaire personnel. Il est possible que les jeunes pratiquants ne subissent pas tout simplement l’imaginaire et la pratique sportive, mais qu’ils l’utilisent pour gérer les transformations de leur corps et de leur identité et pour intégrer un imaginaire nécessitant des références significatives en termes de ritualité et de rapport avec la mort.

21Comme nous l’avons vu, selon la perspective de Shi Ming et ses collègues et de Sergio Raimondo, l’objectif primaire de tout art martial et de toute discipline orientale est de combattre contre l’ennemi interne qui se trouve dans chacun de nous (Ming et al., 1994 ; Raimondo, 2007). Parmi ces ennemis, celui qui est le plus mis en cause est le vieillissement du corps et la perte de la santé : ces pratiques visent donc à aller contre le temps et à briser la linéarité du vieillissement, éternisant ainsi la nature humaine, et ceci émerge clairement des interactions avec les pratiquants plus jeunes, qui contextualisent cet aspect dans un discours lié à la force et à la gestion de la santé. Beaucoup de disciplines orientales cultivent l’idée que le corps est constitué des cinq éléments (wu xing, dans le kung fu et le qi gong) du cosmos : le bois, le métal, le feu, l’eau et la terre. Cela signifie que le corps peut être considéré comme une représentation du cosmos, souvent identifié dans les deux pôles en interaction continue, du Ciel et de la Terre. La gestion correcte du wu xing pourrait idéalement étirer la vie de chaque individu et pourrait conduire au secret de l’immortalité, poursuivi par la tradition alchimique chinoise, qui est présente dans chaque discipline orientale et qui, dans les discours des pratiquants, assume la forme de « croyance » ou de « pseudoscience ».

  • 5 Le « qi » est une notion commune à plusieurs cultures orientales qui désigne un principe fondamenta (...)

22Cet aspect émerge avec énergie lors des interactions informelles avec R. I., une femme d’une trentaine d’années, pratiquant le kungfu, le tai chi et le qi gong depuis son adolescence. R.I. est une pratiquante très masculine, au corps maigre et plein de tatouages. Nous avons eu l’occasion d’échanger sur nos vies personnelles et de partager notre vision des arts martiaux. Lors d’une de ces occasions, elle a expliqué qu’elle avait été touchée plusieurs fois par le cancer et avait dû subir, dès sa puberté, de nombreuses opérations chirurgicales. Elle affirmait que la pratique des disciplines orientales avait été un grand soutien au cours des processus de guérison, spécialement grâce à la capacité que le tai chi lui avait offerte dans la gestion de l’énergie interne. En dirigeant le « qi 5 » positif vers les parties « impures », elle affirmait pouvoir se libérer du « qi » négatif, se purifier et s’auto-traiter, en éloignant donc le moment de sa mort.

23Le cas de R. I. a donc montré un aspect intéressant, qu’il ne faut pas prendre pour acquis. La disparition du rapport à la mort (ou son déplacement) et la privatisation de ses rituels dans la société contemporaine sont contrebalancées par des tentatives de gestion de sa non-contrôlabilité. Ces tentatives se basent sur des bricolages imaginaires basés sur des croyances et des pseudosciences, construites à partir des connaissances fournies par la pratique et par son imaginaire, lié par exemple aux médecines orientales traditionnelles. Et au moment opportun, qui peut être lié à la gestion de la santé, à une projection dans le futur et donc à l’espérance d’une condition de non-mortalité, ou à la peur de la mort qui s’approche (comme pour R. I.), ces croyances et ces pseudosciences se mobilisent et entrent dans un système complexe, le système de la discipline orientale, qui se base sur une condition recherchée d’équilibre énergétique entre l’homme, ses pratiques (entrainement, sexualité, alimentation, etc.) et le cosmos.

24Le cas du rapport avec la mort impose donc de considérer à nouveau le rapport avec la sexualité et la construction de l’identité de genre.

Retour sur l’identité sexuelle

25L’importance de l’imaginaire de la mortalité du corps dans le cadre de la vie quotidienne du pratiquant d’arts martiaux a représenté une sorte de fracture épistémologique dans le parcours de la recherche. Le regard sur la relation entre le sport et la construction de l’identité individuelle était trop centré sur des paramètres interprétatifs occidentaux et avait été influencé par une sorte de « déterminisme sportif ». Il devenait de plus en plus clair que l’activité physique n’était pas le seul moteur influençant la construction identitaire des jeunes impliqués dans la recherche. Le rôle de l’activité physique devait être contextualisé au sein de l’environnement existentiel des pratiquants, et donc par exemple dans le cadre des autres agents de socialisation : la famille, l’école, les groupes des pairs et bien sûr les médias (Porrovecchio, 2013). De plus il était assez clair qu’il y avait une sorte de dialogue dialectique, une interaction constante, entre la pratique des arts martiaux, leur imaginaire, le pratiquant et le contexte socioculturel.

26Penser cet ensemble de phénomènes en termes dichotomiques était trop réductif. Ceci est devenu évident quand – en interviewant M. F., le jeune pratiquant de kungfu homosexuel – on a essayé de remettre en question la dichotomie entre masculinités hégémoniques et marginalisées : dans une première phase, la narration proposée par M. F. semblait mettre en scène une sorte de polarisation dichotomique (voir aussi Hirose et al., 2010). En fait, ces masculinités ne sont pas dichotomiques mais inclusives et dialectiques.

27C’est en abordant les processus de déconstruction de l’identité corporelle et sexuée qu’a émergé la perspective corporelle holiste typique des disciplines orientales, qui a compliqué le schéma tracé. Les disciplines orientales proposent une vision globale du monde dans laquelle le corps est lié et en équilibre avec l’esprit et avec ce qu’en simplifiant on pourrait appeler « âme ». Cette conception de l’union corps-esprit-âme remet en question les fondements épistémologiques et théologiques de la culture judéo-chrétienne, qui est typiquement dichotomique, et sa vision de la sexualité et de la mortalité. En outre, elle contribue de manière significative à la construction du Soi martial de l’individu et donc de son identité. Cela est particulièrement évident dans le cas des adolescents, qui, par définition, sont dans une phase de la vie où ils construisent leur identité.

28Les identités corporelles des pratiquants des disciplines orientales se développent également grâce au travail dur (« kung-fu », en chinois), qui implique la gestion/canalisation des émotions à travers des processus continus de déconstruction et de reconstruction. Le Maître C. G. et l’instructeur A. A. ont clairement expliqué le travail de gestion du corps émotionnel qui est commun aux sessions de cours et aux combats/compétitions, spécialement lorsque les pratiquants sont adolescents. Le Maître M. d. B., pour sa part, fait observer que la gestion des émotions tend à être un élément décisif également dans la bataille de la vie quotidienne, ce qui est l’un des messages qui ont été incorporés également par les pratiquants plus jeunes ayant participé aux entretiens.

29Donc, au cours de cette recherche, une sorte de fracture a offert un message en quelque sorte paradoxal : d’une part on avait une perspective dichotomique élaborée au cours des premières observations, d’autre part on avait une perspective holistique fascinante impliquant la déconstruction et la reconstruction continue de l’identité corporelle et de son imaginaire, y compris celui concernant la survivance/mortalité du corps, de son identité, la non-mort. Il s’agissait d’une vision dans laquelle la sexualité devait être gérée comme tout autre aspect de la vie quotidienne, en termes d’énergie et d’équilibre avec le cosmos, et la mort représentait une phase de la vie qui pouvait être éloignée ou gérée à travers ces mêmes stratégies, sur des bases pseudo-scientifiques, auto-perceptives et sensorielles relevant des médecines traditionnelles. La forme de cette vision du monde semblait se rapprocher d’une dialectique entre Éros et Thanatos.

Conclusions : une dialectique entre Éros et Thanatos ?

30La rencontre avec l’imaginaire de la mortalité du corps n’a pas représenté seulement une sorte de court-circuit dans notre parcours de recherche. Il s’agissait d’un élément constitutif d’un système complexe, celui de l’imaginaire des disciplines orientales, qui restait caché au regard du chercheur, qui restait calibré sur des paramètres interprétatifs occidentaux et une sensibilité sociologique probablement trop structuraliste pour analyser finement les micro-interactions qui avaient cours dans les kwoon.

31Un élément qui est ressorti avec force, également grâce aux interactions avec R. I., était que la discipline orientale se configurait pour ses pratiquants comme une sorte de religion séculaire (Jennings et al., 2010 ; Porrovecchio, 2012a et 2014), c’est-à-dire un système de croyances et de pratiques abordant des questions fondamentales sur le sens de la vie et le rôle occupé dans le monde (Asforth et al., 200, p. 359). En vivant différents degrés de dévotion personnelle, les pratiquants s’approchent des cultures spirituelles normalement associées au taoïsme, au confucianisme et au bouddhisme : selon Blake E. Ashforth et Deepa Vaidyanath « le sacré et le profane doivent être considérés non pas comme indépendants et mutuellement exclusifs, mais en quelque sorte comme similaires et interpénétrés » (Ashforth & Vaidyanath, 2002, p. 63). Ces interpénétrations, ces interactions entre sacré et profane, reposent sur un processus de sacralisation qui relie les activités profanes consacrées à celles sacrées des disciplines orientales. De cette manière, les objectifs des disciplines orientales se sacralisent à travers les pratiques et les techniques du corps, la vie quotidienne passée dans le kwoon. Chaque pratiquant éprouve la sacralité de la discipline à sa manière : la discipline devient une sorte de religion séculaire intime.

32C’est donc dans ce cadre que, face au vide laissé par la culture contemporaine en termes de ritualité et d’imaginaires, le système des valeurs de la discipline orientale interagit avec le contexte contemporain en positionnant les questions de la mortalité du corps et de la sexualité (Éros et Thanatos) dans le cadre d’un système plus ample, qui est celui de la philosophie taoïste, bouddhiste ou confucianiste de la discipline, vécue comme une religion séculaire intime. Dans la pratique quotidienne de la discipline orientale, Éros et Thanatos interagissent à travers la tension émotionnelle accordée aux techniques incorporées et à l’imaginaire du monde dans lequel les pratiquants sont immergés (un Orient imaginé). La pratique se configure donc comme une constante oscillation non-consciente entre la gestion de l’énergie/qi visant à optimiser la condition de santé et donc éloigner Thanatos, et la déconstruction/reconstruction constante de certains aspects de la sexualité, dans l’interaction constante entre corps du Soi et corps de l’Alter. En somme, dans une dialectique constante entre Éros et Thanatos, dans le wu xi.

Top of page

Bibliography

Ariès P. (1977), L’Homme devant la mort en Occident, Paris, Éditions du Seuil.

Ashforth B. E. & D. Vaidyanath (2002), « Work Organizations as Secular Religions », Journal of Management Inquiry, vol. 2, n° 4, pp. 359-370.

Bourdieu P. (1998), La Domination masculine, Paris, Éditions du Seuil.

Di Bonifacio M. & A. Porrovecchio (2015a), « Tang lang quan ou "boxe de la mante religieuse" », dans Andrieu B. (dir.), Vocabulaire international de philosophie du sport, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 499-507.

Di Bonifacio M. & A. Porrovecchio (2015b), « Danse du lion et danse du dragon », dans Andrieu B. (dir.), Vocabulaire international de philosophie du sport, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 447-455.

Fontayne P., Sarrazin P. & J.-P. Famose (2001), « Les pratiques sportives des adolescents : une différenciation selon le genre », STAPS, vol. 2, n° 55, pp. 23-37.

Gamba F. (2016), Mémoire et immortalité aux temps du numérique, Paris, Éditions L’Harmattan.

Giddens A. (1993), The Transformations of Intimacy. Sexuality, Love & Eroticism in Modern Societies, Cambridge, Polity Press.

Goguel D’Allondans T. (2005), Les Sexualités initiatiques. La révolution sexuelle n’a pas eu lieu, Paris, Éditions Belin.

Hine C. (2000), Virtual Ethnography, London, Sage Editor.

Hine C. (dir.) (2005), Virtual Methods, Oxford, Berg Editor.

Hirose A. & K. K. Pih (2010), « Men Who Strike and Men Who Submit: Hegemonic and Marginalized Masculinities in Mixed Martial Arts », Men and Masculinities, vol. 13, n° 2, pp. 190-209.

Juan G. (2011), « On the Dialectical Relations between the Nationalization and Internationalization of Chinese Kung-fu », Pan Asian Journal of Sports & Physical Education, vol. 3, n° 1, pp. 17-24.

Jennings G., Brown D. & A. C. Sparkes (2010), « "It can be Religion if You Want": Wing Chun Kung Fu as a Secular Religion », Ethnography, vol. 11, n° 4, pp. 533-557.

Juvin H. (2006), L'Avènement du corps, Paris, Éditions Gallimard.

Lajeunesse S.-L. (2007), La Masculinité mise en jeu : construction de l’identité de genre chez les jeunes hommes sportifs, Thèse de doctorat non publiée, Québec, Université Laval.

Le Breton D. (2002), Conduites à risque. Des jeux de mort au jeu du vivre, Paris, Presses universitaires de France.

Le Breton D. (2003), L’Adolescence à risque. Le corps à corps avec le monde, Paris, Éditions Pluriel.

Le Breton D. (dir.) (2007), En Souffrance. Adolescence et entrée dans la vie, Paris, Éditions Métailié.

Lenzen B., Dejardin R. & M. Cloes (2014), « Régulation de l’opposition et mixité au sein d’une école d’arts martiaux », STAPS, vol. 4, n° 66, pp. 99-112.

Lipovetsky G. (1983), L’Ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Éditions Gallimard.

Melucci A. (1998), Verso una Sociologia riflessiva. Ricerca qualitativa e cultura, Bologne, ilMulino Editore.

Mennesson C. & J.-P. Clément (2009), « Boxer comme un homme, être une femme », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 4, n° 179, pp. 76-91.

Min-Ho K. (1999), L’Origine et le développement des arts martiaux. Pour une anthropologie des techniques du corps, Paris, Éditions L’Harmattan.

Ming S. & S. Weijia (1994), Mind over Matter. Higher Martial Arts, Berkeley, North Atlantic Books.

Porrovecchio A. (2012a), « Through Space, against Time: A Glance into the Orientalization Phenomenon », dans Pirani B. M. & T. S. Smith (dir.), Body and Time: Bodily Rhythms and Social Synchronism in the Digital Media Society, Newcastle Upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, pp. 230-261.

Porrovecchio A. (2012b), Sessualità in divenire. Adolescenti, corpo e immaginario, Milan, FrancoAngeli Editore.

Porrovecchio A. (2013), « "I Wanna be like Sailor Moon!". Media and Gender Socialisation Process », Cultura e Comunicazione/Culture and Communication, n° 3, pp. 26-38.

Porrovecchio A. (2014), « Manga, Wuxia and (New) Religious Syncretisms. The Orientalization of Western Imaginary, from Osamu Tezuka to Contemporary Oriental Disciplines », Journal of Religion, Media & Digital Culture (JRMDC), vol. II, n° 2 En ligne : http://jrmdc.com/.

Porrovecchio A. (2015a), « Sport and Gender Identity Construction. The Case of Oriental Disciplines », STAPS, n° 108, pp. 97-107.

Raimondo S. (dir.) (2007), Vibrazioni nella forza. Storia critica delle discipline orientali, Molfetta (BA), Edizioni la Meridiana.

Rinaldi C. (2015), « Masculinité », dans Andrieu B. (dir.), Vocabulaire international de philosophie du sport, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 121-127.

Ruspini E. (dir.) (2011), Studiare la famiglia che cambia, Rome, Carocci Editore.

Samudra J. K. (2008), « Memory in our Body: Thick Participation and the Translation of Kinesthetic Experience », American ethnologist, vol. 35, n° 4, pp. 665-681.

Shilling C. (2008), Changing Bodies. Habits, Crisis and Creativity, London, Sage Editor.

Stagi L. (2008), « Introduzione », dans Abbatecola E., Stagi L. & R. Todella (dir.), Identità senza confini, Milan, FrancoAngeli Editore, pp. 17-28.

Van Gennep A. (1909), Les Rites de passage, Paris, Éditions Neurry.

Top of page

Notes

1 Aucun financement n’a été reçu pour cette recherche.

2 Seuls les maitres et les instructeurs étaient plus âgés.

3 Dans le cadre de cet article, on va croiser les données également avec celles provenant d’une autre expérience de recherche, avec un échantillon similaire (adolescents et jeunes de la même tranche d’âge). En particulier, on mobilisera des éléments émergeant de l’analyse de deux groupes de discussion (focus groups).

4 Ici, le terme « crise » doit être interprété en partant de son étymologie. En grec ancien, le terme κρίσις est lié à une condition de transformation, dérivant d’un choix, d’une décision.

5 Le « qi » est une notion commune à plusieurs cultures orientales qui désigne un principe fondamental formant et animant l’univers et la vie. Dans l’acception des kwoon dans lesquels s’est déroulée la recherche, le terme qi était utilisé comme une sorte de synonyme d’« énergie ».

Top of page

References

Electronic reference

Alessandro Porrovecchio, « Sport, corps sexué et immortalité. Une expérience de recherche dans le monde des disciplines orientales », SociologieS [Online], Files, Eros et Thanatos, Online since 13 November 2017, connection on 24 November 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6326

Top of page

About the author

Alessandro Porrovecchio

Laboratoire URePSSS – EA 7369, Université de Lille 2, France - alessandro.porrovecchio@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page