Navigation – Plan du site
Penser les ratés de terrain
La recherche en actes
Penser les ratés de terrain

De l’obstacle méthodologique au levier analytique. Retour sur une comparaison asymétrique

From methodological hurdle to analytical advantage: making use of an asymmetrical comparison
Pauline Delage

Résumés

À partir d’une enquête ethnographique et socio-historique comparant les associations de lutte contre la violence conjugale en France et aux États-Unis, cet article propose de revenir sur une expérience de recueil de données asymétrique et la façon dont cette asymétrie a renforcé la dimension heuristique du dispositif d’enquête. Alors que l’enquête en France avait permis d’observer le travail quotidien des actrices des associations hébergeant les femmes victimes, l’accès direct aux pratiques des actrices aux États-Unis a très vite été rendu impossible par les enquêtées elles-mêmes. Pourtant, cet obstacle a éclairé les processus différenciés d’institutionnalisation du problème public ainsi que les termes et les ressorts de la comparaison.

Haut de page

Texte intégral

1La comparaison est l’un des fondements du raisonnement en sciences sociales ; en mettant en relation des périodes historiques, des phénomènes sociaux, des catégories, ou encore des lieux variés, ce « travail incessant de rapprochements et de distinctions » (Remaud, Schaub & Thireau, 2015) contribue aux logiques d’interprétation, de compréhension et d’explication de cas (Vigour, 2005). Le regard et la méthode comparatistes sont particulièrement visibles et discutés lorsqu’il s’agit de comparer plusieurs aires géographiques. Les trajectoires sociales, les représentations, les discours et les pratiques des acteurs et des actrices s’insèrent alors dans des configurations sociales ainsi que dans des contextes historiques, linguistiques, juridiques et politiques spécifiques qu’il importe de décrypter. Pour cela, la construction du dispositif méthodologique comparatiste nécessite d’interroger la comparabilité des données : comment ne pas comparer l’incomparable ? Inversement, comment éviter tout ethnocentrisme qui consisterait à plaquer des logiques observées sur un terrain à l’autre terrain ?

2Maintes fois éprouvé, cet outil analytique a été utilisé à l’occasion d’un travail de thèse sur le problème des violences conjugales en France et aux États-Unis (Delage, 2014). Pour comprendre comment une cause militante est devenue légitime et quelles transformations ce processus d’institutionnalisation engendre, j’ai mené une enquête sociohistorique, comparatiste et ethnographique en France et aux États-Unis. Je me suis centrée sur le traitement de la violence conjugale, une question qui apparait dans les années 1970 grâce aux mobilisations féministes qui la politisent comme l’un des effets de la domination masculine.

  • 1 Pour une comparaison internationale des dispositifs de lutte contre les violences faites aux femmes (...)
  • 2 Pour d’autres exemples de comparaisons franco-états-uniennes, voir l’ouvrage coordonné par Michèle (...)
  • 3 La question de la symétrie est récurrente dans les travaux traitant de la construction d’un disposi (...)

3En mettant en regard deux cas de légitimation réussie du problème public 1, le « miroir transatlantique » (Fassin É., 2009) devait permettre de « dépasser le cadre national en faisant varier les échelles d’analyse » (deVerdalle, Vigour & Le Bianic, 2012 ; Revel, 1996) et de faire apparaître les échanges militants qui ont façonné la question des violences faites aux femmes 2. Comparer a alors permis de révéler les voies et les temporalités différenciées de la construction de l’action publique : on voit comment une même cause a donné lieu à des problèmes publics distincts. Si la nécessaire réflexion sur la comparabilité des données peut être assimilée à une recherche de symétrisation, l’enquête a rappelé le potentiel heuristique d’une asymétrie quasi-intrinsèque 3. Un refus sur le terrain états-unien, d’abord envisagé comme un obstacle pour établir la comparaison, s’est transformé en réel levier pour éclairer les évolutions de la lutte contre la violence conjugale (Darmon, 2005 ; Guionnet & Rétif, 2015). Il s’est en effet agi non seulement d’« accepter le caractère nécessairement asymétrique de la comparaison et [d’en] évaluer les effets sur l’analyse », comme le propose Marie-Hélène Sa Vilas Boas en reprenant l’expression de Fabien Desage (Sa Vilas Boas, 2012), mais aussi de l’objectiver et de le problématiser.

4Retracer les premières étapes de l’enquête mettra dans un premier temps en lumière les conditions de possibilité (et d’impossibilité) d’entrée sur les terrains. Ensuite, l’article reviendra sur la façon dont des obstacles se sont érigés sur le terrain états-unien et les stratégies déployées pour les contourner et en tirer profit du point de vue méthodologique d’une part, analytique d’autre part.

Entrer dans des associations héritières des mouvements féministes

5Le point de départ de l’enquête consistait à comprendre les transformations des mouvements féministes en se penchant en premier lieu sur les « produits » de ces mobilisations (Ferree & Martin, 1995). Dans une période de « mise en veille » des féminismes des années 1970 (Taylor, 1989), caractérisée par un affaiblissement de la contestation, une partie des groupes et organisations s’est spécialisée dans le traitement de certaines des revendications qu’ils ont contribué à élaborer, voire de « nouveaux » problèmes qu’ils ont dévoilés. Le militantisme devient alors un « domaine de compétence » (Israël & Champy, 2009). Les associations héritières des mouvements féministes se sont ainsi multipliées pour accueillir et héberger les femmes victimes des violences de leur conjoint.

  • 4 Traduction utilisée dans l’appel pour un numéro des Cahiers de recherche sociologique, intitulé « L (...)

6Pour articuler les perspectives diachroniques et synchroniques, l’enquête se fondait sur des entretiens, l’analyse des documents produits par les structures et l’observation de leur travail, et elle cherchait non seulement à saisir les cheminements socio-historiques de cette cause mais aussi à appréhender les discours et les pratiques des actrices d’associations héritières des mouvements féministes. La démarche ethnographique consistait à « enregistrer et comprendre, en partie au moins, les rapports sociaux en tant qu’ils incarnent, arbitrent et ordonnent des inégalités de pouvoirs » (Willis & Trondman, 2002) ; il s’agissait de comprendre les rapports de pouvoir opérant entre les actrices et les acteurs de la lutte contre les violences et entre les personnes aidantes et celles qui sont aidées 4. Pour relier les échelles internationales et locales, j’avais donc mené une enquête centrée sur deux principaux territoires, appréhendés comme des unités encastrées dans différents niveaux politiques et institutionnels.

Acte 1 : un accueil idéal, Île-de-France, 2010

  • 5 Les noms des associations ainsi que des personnes citées ont été changés.

7En septembre 2010, après avoir essuyé quelques refus motivés par la présence d’autres « stagiaires » dans certaines associations d’Île-de-France, j’avais reçu un appel de Monique, directrice de l’Abri 5, qui avait eu connaissance de mon enquête grâce à l’intervention de la directrice de la Fédération nationale Solidarité femmes, organisation qui rassemble les associations spécialisées dans le traitement de la violence conjugale. Elle souhaitait me rencontrer et m’invitait à venir à l’Abri.

  • 6 Contrairement aux difficultés rencontrées par Muriel Darmon (2005).

8Le jour de notre rencontre, tout en me faisant visiter les locaux de la structure, en particulier les lieux d’accueil constitués de petits salons pour les entretiens avec les femmes, les bureaux des salariées, ou encore les hébergements, Monique m’avait raconté l’histoire de l’association et ses récentes évolutions. À la fin de cette discussion, elle m'avait encouragée à poursuivre mon enquête à l’Abri parce que, selon elle, le contact avec le milieu de la recherche « ferait du bien aux travailleurs sociaux ». Loin de suggérer une quelconque réticence au fait de devenir enquêtée, la remarque de Monique soulignait son attrait pour le monde de la recherche. Si le rapport à l’enquêté traduit bien l’espace des positions entre les discours savant et professionnel, il aboutissait dans ce cas à une négociation du terrain réussie 6. En outre, les propos de Monique m’interpelaient parce qu’ils inscrivaient les associations dans un monde professionnel : alors que je pensais que je m'apprêtais à observer des militantes, certes professionnelles, mais qui s'auto-désignaient avant tout à travers une identité politique, Monique me signalait, involontairement, que j’allais étudier des travailleuses sociales. Cette première interaction a révélé une dissonance entre ce qui constituait pour elle un allant de soi quant à l'identité professionnelle des actrices et mes propres représentations du terrain. L’identité politique de l’organisation était toutefois manifeste ; son importance s’est également révélée déterminante pour l’accès au terrain. Parce que je m’étais présentée comme féministe, la confiance que m’accordait Monique reposait en effet sur notre adhésion commune à des principes politiques. A contrario, il est arrivé à l’occasion d’une discussion avec les salariées sur l’éventuelle arrivée d’un nouveau stagiaire que Monique exprime sa réticence à l’idée que quelqu’un qui ne partage pas la grille de lecture féministe du problème de la violence conjugale vienne observer l’Abri.

« Je suis d’accord pour qu’il vienne en stage si on a affaire à quelqu’un qui partage notre manière de comprendre les violences, c’est-à-dire comme un problème sociétal et pas dans une perspective comportementaliste. Ça ne me pose pas de problème qu’on accueille des gens qui partagent nos valeurs, comme on l’a fait avec Pauline. Mais je ne veux pas qu’on soit instrumentalisés » (Monique, directrice de l’Abri, novembre 2010).

9Aussi les conditions de mon entrée sur le terrain représentaient-elles des indices permettant d’appréhender la double appartenance – professionnelle et militante – des associations spécialisées. Pendant l’enquête à l’Abri, j’ai ainsi eu tout le loisir de me rendre dans les locaux de l’association, où Monique m’avait octroyé un bureau grâce auquel je pouvais consulter les rapports d’activité ainsi que tous les documents internes – mails, rapports budgétaires etc. Concernant l’observation du travail, je pouvais suivre les salariées au cours de leurs activités quotidiennes : pendant les entretiens avec les femmes, les réunions entre salariées et celles plus officielles avec les « partenaires » de l’Abri (un groupe hétéroclite assemblant les services sociaux, les policiers et gendarmes, mais aussi les autres associations féministes spécialisées). Cet accès libre au terrain, quasiment affranchi du contrôle des enquêtées, contraste avec les difficultés éprouvées sur le terrain états-unien.

Acte 2 : « No, you can’t », comté de Los Angeles, 2011

10Le premier obstacle à la mise en forme d’une comparaison symétrique – qui, même s’il a été central au cours de la recherche, ne le sera pas dans cet article – découle des conditions matérielles d’une enquête menée dans deux pays. C’est grâce à une bourse d’échange universitaire avec la University of California Los Angeles que j’ai pu me rendre aux États-Unis et c’est cette bourse qui a orienté le choix du lieu d’enquête. Plutôt que de me rendre dans des associations situées géographiquement à proximité des espaces politiques de décision au niveau national, comme c’est le cas en Île-de-France, j’ai pu étudier les organisations du comté de Los Angeles, situées à l’opposé de Washington D. C. et loin de Sacramento, la capitale de l’État de Californie. Cette première contrainte a renforcé l’importance d’avoir une réflexion constante – déjà primordiale pour établir une comparaison entre des systèmes fédéraux et centralisés – sur l’échelle d’observation pour comprendre le rapport des actrices aux structures nationales ainsi qu’aux systèmes politique et juridique.

  • 7 California Welfare and Institutions Code, section 18291 (c) 1.
  • 8 La section 18291 (d) du California Welfare and Institutions Code explique : « "Undisclosed" means a (...)
  • 9 California Penal Code, section 273.7 (a).

11Le second obstacle, plus central, a directement affecté l’accès au terrain. Comme dans le cas français, j’ai d’abord contacté une fédération nationale pour être mise en lien avec les associations locales. La seule organisation qui a accepté de me rencontrer proposait des programmes de prévention contre le teen dating violence (violence dans les couples d’adolescent.e.s). Elle ne faisait pas partie de l’espace des associations héritières des féminismes qui produisent des services à destination des femmes victimes. Toutefois, ce premier contact m’a permis de prendre connaissance de l’état de ce champ. J’avais ainsi pu rencontrer les directrices ou les cadres de plusieurs associations créées dans la lignée des mouvements féministes : en particulier plusieurs centres d’accueil et d’hébergement, comme Shelter, situé dans une ville riche et périphérique de Los Angeles, ou Hogar et Sunny, dans les quartiers pauvres ; un autre centre était spécialisé dans l’accueil des femmes asiatiques et des Îles du Pacifique. Chacune de mes demandes pour observer le travail dans les organisations s’est alors soldée par un refus catégorique : on me répétait que les adresses des centres d’hébergement étaient confidentielles et que seules les employées et bénévoles y avaient accès. L’une de mes interlocutrices m’avait ainsi même mise en garde : « c’est un délit de divulguer l’adresse d’un centre d’hébergement pour victimes de violences conjugales (domestic violence shelter), on peut être poursuivi pour ça » (Kim, cadre à Shelter, mars 2011). La confidentialité des lieux d’hébergement est effectivement requise juridiquement. Dans le Welfare and Institutions Code, qui répertorie les obligations des institutions du secteur social, le domestic violence shelter est défini comme étant un établissement qui fournit un lieu protégé (secure) dont l’adresse n’est pas connue 7, c’est-à-dire qu’elle ne doit être ni publique ni publicisée 8. Le Code pénal de l’État de Californie ajoute : « Toute personne qui, de façon malveillante, publie, dissémine ou divulgue l’adresse d’un centre d’hébergement pour victimes de trafic ou de violence conjugale ou l’adresse de tout lieu désigné comme tel, sans l’autorisation du centre d’hébergement pour victimes de trafic ou de violence conjugale, est coupable de délit » 9. Conformément aux règlements juridiques, les associations de Los Angeles étaient donc divisées en deux espaces : un espace ouvert au public, où les travailleuses sociales accueillent les victimes et animent des groupes de parole et où j’étais reçue ; et un espace confidentiel où des femmes et des enfants sont hébergés et où je ne pouvais pas me rendre. Compte tenu des contraintes temporelles et matérielles de l’enquête, il n’était pas envisageable de devenir salariée d’un centre d’hébergement et de l’observer en participant aux activités (voire participer en observant).

12Cet obstacle à la démarche ethnographique a généré une « inquiétude » méthodologique qui, en m’incitant à réajuster les outils d’enquête et à élaborer des moyens détournés, est devenue une « condition de l’intelligibilité anthropologique et sociologique des sociétés […] » observées (Fassin D., 2008). Il me permettait de saisir les traces des mouvements féministes dans leur pratique et l’influence de secteurs professionnels aux États-Unis et de comparer ces données à celles recueillies en France.

Contourner les obstacles méthodologiques

13Si les échecs essuyés à Los Angeles avaient assuré une entrée sur le terrain, ils m’encourageaient à déployer et à renouveler mon « imagination ethnographique » (Willis, 2000) pour rendre la comparaison possible. La multiplication des entretiens et des lieux d’observation aux États-Unis et le croisement des données récoltées de part et d’autre de l’Atlantique ont construit le cadre de l’enquête comparatiste.

Multiplier les entretiens et les lieux d’observation sur le terrain états-unien

14Mener des entretiens ethnographiques avec les actrices des centres d’hébergement de Los Angeles a non seulement permis de les interroger sur leur trajectoire sociale, professionnelle et militante, mais aussi de percevoir le travail effectué quotidiennement dans les associations, en leur demandant de décrire l’organisation de leur travail, leurs tâches, les techniques d’accompagnement mobilisées, leur rôle, leur posture avec les femmes victimes et avec leurs collègues. À la manière de l’histoire orale qui cherche à saisir le détail de l’expérience des personnes interviewées pour pallier les écueils de la construction d’un récit de soi a posteriori, la description du travail des enquêtées par elles-mêmes devait ainsi permettre d’approcher le quotidien des actrices et ne pas donner libre cours à un discours général et caricatural sur la lutte contre la violence conjugale et l’investissement de chacune dans cette cause. Les entretiens consistaient également à faire appel à la réflexivité des actrices sur leurs pratiques pour qu’elles mettent en discours les limites de celles-ci.

« - Les femmes ne peuvent pas aller travailler quand elles sont hébergées. On fait ça pour des raisons de sécurité parce que les auteurs de violences peuvent savoir où elles travaillent. C’est un problème. Je ne sais pas. On parle beaucoup de ça en ce moment.
- De quoi ?
- Des contraintes qui sont imposées aux femmes. C’est vraiment très dur pour elles.
- Oui, ça doit être dur… notamment pour les femmes pauvres.
- Il y a du bon et du mauvais parce que certaines femmes ont besoin de temps. Elles ont besoin de ne pas aller au travail pour aller mieux, sur le plan émotionnel. Travailler, c’est aussi ajouter du stress aux femmes. Elles doivent pouvoir se centrer sur elles-mêmes, alors que, si elles travaillent, elles vont se soucier des problèmes d’argent etc. Bref, je me pose beaucoup de questions à ce sujet » (Amy, travailleuse sociale à Safe Haven for Asian Families, mai 2011).

15À défaut de pouvoir m’insérer dans le quotidien des associations, les entretiens se déroulaient dans les locaux ouverts aux publics. Observer de cette manière l’organisation de l’espace et la façon dont elle structure la division du travail et la relation de services permettait d’ancrer spatialement le discours des actrices sur leurs pratiques.

16Si l’immersion longue et répétée dans un centre d’hébergement n’a pas été possible à Los Angeles, des observations plus ponctuelles restaient toutefois possibles. Tout en facilitant l’appréhension de la mise en récit du problème de la violence conjugale, j’ai suivi plusieurs formations sur la violence conjugale pour pouvoir devenir bénévole et me rendre dans deux organisations. Grâce à ce statut, j’ai pu accompagner les salariées dans des activités ponctuelles, en particulier en animant des groupes de parole et en assistant au travail d’écoute téléphonique. Parallèlement, les directrices de deux associations accompagnant les victimes sans proposer de logement, For Peace ou Domestic Violence Center (DVC), se sont montrées extrêmement collaboratives. Avec l’accord de Judith, j’ai pu me rendre quotidiennement à DVC pour observer le travail de services des travailleuses sociales et des psychologues ; je les ai accompagnées au commissariat et dans les réunions institutionnelles du comté et de la ville. De la même manière, c’est grâce au soutien de Gloria que j’ai pu visiter For Peace, assister à des formations et interroger certaines des salariées et des bénévoles. Le fait de ne pouvoir masquer mon accent et, par conséquent, d’être nécessairement identifiée comme française a probablement facilité mon insertion dans ces associations. Les directrices de For Peace et de DVC avaient vécu plusieurs mois en France à la fin des années 1970 et dans les années 1980 ; c’est avec un plaisir non dissimulé qu’elles m’ont toutes les deux raconté ces épisodes de leur vie et qu’elles ont dit quelques mots en français.

« Dans les années 1970, j’ai vécu à Paris et j’ai appris le français, un tout petit peu (rires) […]. Je me suis un peu investie dans un groupe féministe là-bas. Je ne me souviens pas de leur nom. Bon, bien sûr, elles étaient bien organisées, ces féministes françaises. Très organisées et très intellectuelles. Je me demandais tout le temps : "Mais de quoi elles parlent ?". Elles parlaient beaucoup de "trucs dialectiques" (rires) » (Gloria, directrice de For Peace, mars 2011).

17Les représentations stéréotypées – et probablement quelque peu datées – d’une manière de vivre à la française de ces deux femmes progressistes m’ont sans doute permis d’être acceptée sur le terrain.

Croiser les regards français et états-unien sur le problème de la violence conjugale

18L’asymétrie des terrains s’est d’ailleurs doublée d’une « asymétrie des rapports au terrain » (Sa Vilas Boas, 2012) d’ordre géographique d’une part, épistémologique d’autre part. Tout d’abord, la durée de l’enquête états-unienne était nécessairement limitée par mon titre de séjour et par les ressources financières dont je disposais. Ainsi, si j’ai continué à correspondre avec certaines enquêtées de Los Angeles, je ne suis retournée qu’une fois aux États-Unis, sur la côte Est cette fois-ci, pour mener un travail d’archives. À l’inverse, le terrain en France étant proche de mon lieu de résidence, j’ai pu m’y rendre plus régulièrement et prolonger l’enquête en adoptant des statuts d’enquêtrice différents : de simple observatrice je suis progressivement devenue actrice, en étant engagée par l’Abri en tant que formatrice puis en tant que membre du conseil d’administration d’une autre organisation. Ensuite, le fait d’être française et d’étudier les États-Unis n’a pas eu le même poids et n’a pas été utilisé de la même manière dans le dispositif d’enquête de part et d’autre de l’Atlantique. Mettre en regard les deux terrains a contribué à envisager les données empiriques sous un angle nouveau, à étoffer et multiplier les questions qu'elles soulèvent. Ma propre position asymétrique est là encore devenue un outil.

19Au cours des entretiens menés à Los Angeles, j’ai signalé à mes interlocutrices mon étonnement face aux explications juridiques et sécuritaires qui m’empêchaient d’observer la vie dans les centres d’hébergement. Ce type de remarque a souvent suscité de la circonspection et elle a également permis de percevoir les débats existant à ce sujet.

« J’aimerais que tu m’en dises un peu plus sur la façon dont la sécurité est gérée en France parce qu’on réfléchit beaucoup à ça ici. On se dit que les hébergements doivent protéger les femmes et donc rester strictement confidentiels. Il faut protéger les femmes mais, en même temps, c’est très contraignant pour elles » (Eva, juriste à Sunny, mars 2011).

20Évoquer le caractère comparatif de l’enquête pendant les entretiens à Los Angeles et être perçue, temporairement, comme la représentante française du traitement de la violence conjugale permettaient ainsi de produire un discours réflexif des salariées sur leur pratique. De leurs remarques sur la France rejaillissaient les tensions entre des principes féministes, tels que le soutien des actrices à la capacité d’agir et de décider des femmes, et les contraintes institutionnelles et organisationnelles des centres qui découlent des spécificités du phénomène de la violence conjugale et du cadrage du problème public.

21À mon retour en France, j’ai également eu l’occasion d’interpeller les actrices françaises sur le terrain états-unien. On me demandait aisément « comment ça se passe là-bas ? », ce qui me permettait de solliciter les réactions des actrices françaises sur le traitement du problème à Los Angeles. L’énonciation des différentes règles d’acceptation des femmes victimes dans les centres d’hébergement de Los Angeles, en particulier l’obligation d’arrêter leur formation ou de travailler ou, dans certaines structures, le fait de ne pas accepter les jeunes garçons par peur que ceux-ci s’identifient aux pères, suscitait la consternation. Les contraintes imposées aux femmes victimes « là-bas » permettaient de discuter du rapport des associations à la confidentialité et à la sécurité des lieux « ici ». L’autonomisation des femmes par l’emploi constituant un axe important de l’accompagnement proposé par les travailleuses sociales en France, empêcher les femmes états-uniennes de travailler, certes temporairement, paraissait ahurissant (Herman, 2011). Fermer les portes des hébergements aux garçons semblait également contradictoire avec la visée des organisations féministes. Les salariées françaises rappelaient alors les techniques qu’elles utilisaient pour assurer la sécurité des femmes, tout en évitant de limiter leur mobilité. Même si, dans les deux pays, la protection des femmes et de leurs enfants constituait un élément central du travail des associations et de leur spécialisation, elle n’avait en effet pas la même incidence dans le rapport des professionnelles aux femmes.

22Si les surprises survenues sur le terrain orientent l’analyse des matériaux ethnographiques et leur rapport à la théorie (Willis, 2003), dans ce cas, elles nourrissaient la perspective comparatiste. Dans les deux pays, l’étonnement généré par la description des pratiques observées sur l’autre terrain révélait en effet les tensions et les limites de l’articulation des objectifs politiques et professionnels dans chaque contexte. Croiser les observations faites sur chaque terrain d’enquête a ainsi participé de la construction des données d’enquête.

23L’impossibilité d’accéder aux hébergements à Los Angeles a donc soulevé un certain nombre de problèmes méthodologiques, mais elle a aussi guidé l’analyse des données en plaçant la focale sur le rapport à la sécurité et plus largement sur les effets différenciés de l’imbrication des perspectives professionnelles et politiques dans les associations.

L’asymétrie comme levier analytique

24En s’appuyant sur des méthodes qualitatives pour lesquelles la contextualisation et la comparaison participent de la généralisation, l’analyse des données procédait par des mouvements de va-et-vient entre les terrains et la théorie : des premières hypothèses travaillées par le terrain permettaient d’en formuler de nouvelles. Comme le souligne Christine Guionnet, on peut dire que « […] les difficultés découvertes lors d’enquêtes en sciences sociales constituent parfois de réelles opportunités pour appréhender certains aspects insoupçonnés des milieux étudiés » (Guionnet, 2015). Aussi les difficultés rencontrées pendant l’enquête ont-elles transformé les orientations du projet de départ. C’est en articulant l’étude des tensions entre les impératifs sécuritaires, la gestion de la vie collective et les valeurs féministes qui façonnent les associations avec l’analyse sociohistorique des transformations des groupes féministes et du problème public que les différences entre la France et les États-Unis ont pu être expliquées.

Au-delà du refus et de l’acceptation sur le terrain : la question de la sécurité des femmes

25Le contraste entre le refus du terrain à Los Angeles – quoique compréhensible du point de vue juridique – et l’acceptation du côté français, s’il pouvait être rattaché aux caractéristiques personnelles de la directrice de l’Abri, cristallisait en fait les voies d’institutionnalisation et de légitimation différenciées du problème public. Cet indice s’ajoutait à de nombreux autres : outre les règles très strictes encadrant la vie des femmes dans les centres d’hébergement de Los Angeles, dont certaines ont été mentionnées plus haut, il faisait écho au discours plus général sur le problème porté par les structures. Interrogées sur leur définition de la violence conjugale, les salariées et les bénévoles des associations de Los Angeles répondaient que c’était un délit et que cela devrait être traité comme tel. Le vocabulaire juridique était omniprésent pour qualifier le problème public.

  • 10 Cette citation n’est pas référencée dans l’article.

26Pour reprendre la citation utilisée par Jean-Claude Passeron et attribuée à Max Weber 10 : « C’est une chose que de comprendre ce que dit quelqu’un ; et autre chose de comprendre les raisons pour lesquelles il le dit » (Passeron, 2001). L’interprétation du refus et de la prégnance du discours sécuritaire nécessitait de les contextualiser. C’est à partir d’un raisonnement par contraste avec la France, induit par la démarche comparatiste, qu’un faisceau de facteurs historiques, institutionnels et politiques est apparu pour expliquer les différences constatées. La crainte des travailleuses des centres d’hébergement était à mettre en relation avec la fonction perçue des hébergements, par rapport à la France, et aux effets sur les organisations. Alors que les centres d’hébergement pouvaient être décrits comme des lieux permettant aux femmes victimes de « se poser et se reposer », comme l’avait expliqué une des salariées de l’Abri, ils étaient souvent qualifiés de « dernier recours » et d’outils de « prévention contre le meurtre » à Los Angeles où la gravité des situations de violence et le risque de féminicide étaient extrêmement présents dans le discours des actrices états-uniennes.

  • 11 Des données plus récentes ont été publiées par le California Justice Department. Toutefois, le rapp (...)

27Plutôt que de résumer ces propos à des effets de discours, en lien avec les différences de matériaux recueillis, on pouvait envisager que la perception d’un risque plus fort traduisait une prévalence plus importante des violences et un environnement institutionnel et idéologique organisé autour de la sécurité et de la peur. Sans se pencher sur les enquêtes quantitatives et les débats méthodologiques complexes qui les entourent (Cavalin, 2013), les chiffres sur les féminicides attestent d’une prégnance plus importante du phénomène aux États-Unis par rapport à la France. Si on dénombrait environ 953 femmes tuées par leur conjoint en 2014 aux États-Unis (FBI, 2014), 118 étaient répertoriées la même année en France (Délégation aux victimes, 2014), soit un nombre huit fois supérieur pour une population presque cinq fois plus importante. En Californie, où l’on peut compter la moitié de la population française, un rapport de 2005 enregistrait 124 meurtres de femmes par leur conjoint (Fukuroda, 2005) 11. Bien entendu, le nombre de meurtres ne suffit pas à appréhender l’entièreté du phénomène de la violence conjugale, mais il peut contribuer à façonner la perception du risque.

28En outre, la forte prévalence d’un phénomène social n’implique pas, mécaniquement, sa constitution en problème et la mobilisation d’associations et des pouvoirs publics. Mais cet élément d’explication accompagne, ou renforce, ceux en lien avec les configurations historiques, institutionnelles et politiques qui ont participé de la problématisation de la violence conjugale. Pour expliquer pourquoi la question de la sécurité était si centrale et devenait un outil de contrôle des femmes dans les centres d’hébergement de Los Angeles, il était important de retracer la sociohistoire du problème et de souligner la prégnance des logiques de judiciarisation et de pénalisation par rapport à la France.

Éclairer les formes d’institutionnalisation du problème public

29Dépasser l’asymétrie des données dans le travail analytique a en effet consisté à prendre comme point de départ les différences dans l’accès aux terrains en ancrant chacun d’entre eux dans l’histoire associative et professionnelle des organisations, dans l’espace local et national de la cause des violences faites aux femmes et dans un ensemble de politiques publiques et de lois promulguées depuis les années 1970 pour lutter contre la violence. L’objectivation du traitement de la violence conjugale nécessitait donc d’appréhender les processus socio-historiques qui ont formé le problème public et transformé la cause féministe. Ce mouvement a requis de se pencher non seulement sur les transformations des organisations féministes mais bien plus généralement des politiques publiques contre la violence conjugale.

30Si la thèse cherchait en premier lieu à retracer les évolutions d’un mouvement social, puis celles de groupes qui en sont issus et qui se sont rassemblés autour de la lutte contre la violence dans le couple, il a fallu dans un second temps déplacer le regard pour se pencher sur les contours discursifs et pratiques de cette cause devenue problème public. Ainsi, la sociologie des mouvements sociaux devait croiser celles des politiques publiques, de l’action publique et des professions pour étudier les dynamiques de légitimation d’une question et d’un groupe. Il s’agissait donc de se positionner du point de vue des entrepreneurs de cause pour analyser les mécanismes de dénonciation d’un problème, de recherche de solution et de construction d’une grille d’analyse, chacune de ces étapes s’entremêlant et se transformant en fonction des contextes politiques et institutionnels. Une recherche dans les archives de la presse militante des années 1970, déjà entamée en France, s’est prolongée dans la récolte des coupures de journaux des organisations féministes de Los Angeles et a été complétée par l’analyse des rapports et des lois sur la violence conjugale. Les textes officiels donnaient à voir les débats entre acteurs variés (juristes, politiques et militantes associatives) sur la production d’une politique publique axée principalement autour de la judiciarisation et de la pénalisation de la violence conjugale. Outre son orientation, l’élaboration de l’action publique contre la violence se développe dès la fin des années 1970 et au début des années 1980. Ce double constat contrastait avec le cas français pour lequel les politiques publiques contre les violences apparaissent plus lentement et s’intensifient dans les années 2000, les dispositifs juridiques tardant également à apparaître par rapport aux États-Unis.

Conclusion

31Cette recherche a été structurée par certaines difficultés méthodologiques, liées en particulier à la matérialité économique du dispositif comparatif, et par un « raté », qui découle des configurations institutionnelles et idéologiques dans lesquelles les terrains sont insérés. Étudier ce raté permet de montrer comment différents niveaux de contraintes orientent et façonnent la construction de données et leur analyse.

32Le refus du terrain états-unien, que j’avais en premier lieu identifié comme la conséquence d’une posture maladroite dans la négociation, a pointé la question de la sécurité et permis d’illustrer l’institutionnalisation de la lutte contre la violence conjugale aux États-Unis. Ainsi, cet obstacle méthodologique, en faisant échouer le projet initial de symétrisation de la comparaison, a éclairé les contours du problème public et les effets pratiques d’une forme de légitimation axée sur les politiques pénales, le risque et la sécurité. Pour éviter toute surinterprétation ou conclusion hâtive nourrie par l’étrangeté des terrains, la mise en contexte(s) des données d’observation a permis de les comprendre et de les expliquer. Les données ethnographiques recueillies ont été saisies comme autant d’indices nécessitant de les inscrire dans une histoire plus longue et dans des échelles institutionnelles et politiques variées. Et la posture comparative a fait rejaillir des éléments d'un contexte qui resteraient invisibles autrement ; elle m’a permis d’éviter le piège de l’émerveillement face à un terrain qui n’est pas familier en aiguisant l'intérêt du contexte proche comme de celui qui est étranger. Aussi ce raté de terrain a-t-il finalement permis de tisser la comparaison au fil de l’enquête.

Haut de page

Bibliographie

Cavalin C. (2013), « Interroger les femmes et les hommes au sujet des violences conjugales en France et aux Etats-Unis : entre mesures statistiques et interprétations sociologiques », Nouvelles Questions Féministes, vol. 32, n° 1, pp. 64-76.

Champy F. & L. Israël (2009), « Professions et engagement public », Sociétés contemporaines, vol. 1, n° 73, pp. 7-19.

Darmon M. (2005), « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d'un refus de terrain », Genèses, vol. 1, n° 58, pp. 98-112.

Délégation aux victimes (2014), Étude nationale sur les morts violentes dans le couple, Paris, Ministère de l’Intérieur.

Fassin D. (2008), « L’inquiétude ethnographique », dans Fassin D. & A. Bensa (dir.), Les Politiques de l'enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte, pp. 7-15.

Fassin É. (2009), Le Sexe politique. Genre et sexualité au miroir transatlantique, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales.

Federal Bureau of Investigation (2014), « Crime in the United States. Expanded Homicide Data. Table 10 », https://ucr.fbi.gov/crime-in-the-u.s/2014/crime-in-the-u.s.-2014/tables/expanded-homicide-data/expanded_homicide_data_table_10_murder_circumstances_by_relationship_2014.xls, consulté en septembre 2016.

Ferree M. M. & P. Y. Martin (1995), Feminist Organizations. Harvest of the New Women's Movement, Temple, Temple University Press.

Fukuroda M. L. (2005), Murder at Home: An Examination of Legal and Community Responses to Intimate Femicide in California. Volume One, Los Angeles, California Women's Law Center.

Guionnet C. (2015), « Et si l’on réhabilitait les difficultés méthodologiques ? », dans Guionnet C. & S. Rétif (dir.), Exploiter les difficultés méthodologiques. Une ressource pour l'analyse en sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 11-45.

Herman É. (2011), « Idéal féministe et injonction à l'autonomie économique. Le travail social des associations luttant contre les violences conjugales », Pensée plurielle, vol. 1, n° 26, pp. 81-92.

Lamont M. & L. Thévenot (2000), Rethinking Comparative Cultural Sociology. Repertoires of Evaluation, Cambridge, Cambridge University Press.

Lefrançois C. (2012), « Articuler différentes échelles d'analyse dans la comparaison. Intermédiaires de l'emploi et mise en œuvre des politiques visant les chômeurs âgés en France et au Royaume-Uni », Terrains & travaux, vol. 2, n° 21, pp. 93-108.

Passeron J.-C. (2001), « La forme des preuves dans les sciences historiques », Revue européenne des sciences sociales/European Journal of Social Sciences, vol. XXXIX, n° 120, pp. 31-76.

Revel J. (1996), Jeux d'échelles : la micro-analyse à l'expérience, Paris, Éditions du Seuil.

Remaud O., Schaub J.-F. & I. Thireau (2015), « Pas de réflexivité sans comparaison », dans Remaud O., Schaub J.-F. & I. Thireau (dir.), Faire des sciences sociales. Comparer, Paris, Éditions de l’EHESS.

Sa Vilas Boas M.-H. (2012), « Écrire la comparaison lorsque les données sont asymétriques. Une analyse de l'engagement dans les dispositifs participatifs brésiliens », Revue internationale de politique comparée, vol. 19, n° 19, pp. 61-74.

Taylor V. (1989), « Social Movement Continuity: The Women's Movement in Abeyance », American Sociological Review, vol. 54, n° 5, pp. 761-775.

de Verdalle L., Vigour C. & T. Le Bianic (2012), « S'inscrire dans une démarche comparative. Enjeux et controverses », Terrains & travaux, vol. 2, n° 21, pp. 5-21.

Vigour C. (2005), La Comparaison dans les sciences sociales. Pratiques et méthodes, Paris, Éditions La Découverte.

Weldon S. L. (2002), Protest, Policy, and the Problem of Violence against Women: A Cross-national Comparison, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.

Willis P. & M. Trondman (2002), « Manifesto for Ethnography », Cultural Studies ↔ Critical Methodologies, vol. 2, n° 3, pp. 394-402.

Willis P. (2003), « Notes on Method », dans Hall S., Culture, Media, Language: Working Papers in Cultural Studies, 1972-79, New-York/Londres, Routledge Editor, pp. 76-83.

Haut de page

Notes

1 Pour une comparaison internationale des dispositifs de lutte contre les violences faites aux femmes, voir Weldon S. Laurel (2002).

2 Pour d’autres exemples de comparaisons franco-états-uniennes, voir l’ouvrage coordonné par Michèle Lamont et Laurent Thévenot (2000) ; plus récemment, en juin 2013, cette question a fait l’objet d’un colloque international « Comparaisons franco-américaines » organisé par Daniel Sabbagh et Maud Simonet à Paris.

3 La question de la symétrie est récurrente dans les travaux traitant de la construction d’un dispositif méthodologique comparatiste ; voir notamment l’article de Claire Lefrançois (2012) sur la façon dont l’asymétrie des données a permis d’interroger l’articulation des échelles d’analyse et celui Marie-Hélène Sa Vilas Boas (2012) sur l’écriture de la comparaison à partir de matériaux asymétriques.

4 Traduction utilisée dans l’appel pour un numéro des Cahiers de recherche sociologique, intitulé « Les espaces-temps de la production ethnographique contemporaine », dirigé par Frédéric Parent et Nicolas Renahy.

5 Les noms des associations ainsi que des personnes citées ont été changés.

6 Contrairement aux difficultés rencontrées par Muriel Darmon (2005).

7 California Welfare and Institutions Code, section 18291 (c) 1.

8 La section 18291 (d) du California Welfare and Institutions Code explique : « "Undisclosed" means a location that is not advertised or publicized ».

9 California Penal Code, section 273.7 (a).

10 Cette citation n’est pas référencée dans l’article.

11 Des données plus récentes ont été publiées par le California Justice Department. Toutefois, le rapport de 2015 ne distingue pas les meurtres commis par des ex-partenaires et ceux commis par des amis, employeurs ou employés. Il est donc difficile de déterminer précisément le nombre de féminicides dans le couple. Voir California Department of Justice, Homicide in California, 2015, https://oag.ca.gov/sites/all/files/agweb/pdfs/cjsc/publications/homicide/hm15/hm15.pdf?, consulté en septembre 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Delage, « De l’obstacle méthodologique au levier analytique. Retour sur une comparaison asymétrique », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Penser les ratés de terrain, mis en ligne le 23 mai 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6142

Haut de page

Auteur

Pauline Delage

Centre en Études Genre, Université de Lausanne, Suisse - Pauline.Delage@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page