Navigation – Plan du site
Penser les ratés de terrain
La recherche en actes
Penser les ratés de terrain

Sentiments de rater sur un terrain ethnographique : de la « prise » à la « reprise »

Feelings of failing during ethnographic fieldwork: from being "caught" to "recaptured"
Clara Barrelet

Résumés

À la lecture de mon journal de terrain, je redécouvre des sensations de rater des choses et des événements que je percevais comme des impasses de terrain. Je propose de discuter des sentiments de rater éprouvés sur le terrain et du statut que j’ai pu donner à ceux-ci. Que faire du sentiment d’échec sur le terrain ? Que deviennent les ratés avec le temps et, en particulier, dans la transition de la situation de terrain où l’on peut être « prise » à celle de la « reprise » des données de celui-ci ? À partir d’exemples tirés d’une enquête ethnographique menée en Suisse romande, je retrace comment certains ratés finissent par éclairer l’objet d’étude, tandis que d’autres ratés semblent devoir être dépassés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le nom « raté » induit un constat a posteriori, tandis que le verbe « rater » décrit encore l’événe (...)

1Si j'avais écrit sur le même sujet il y a deux ou trois ans, je suis convaincue que cet article aurait été radicalement différent. C'est l'un des points de départ de ce récit, sorte de retour sur expérience visant à traiter de quelques réflexions sur les « ratés » de terrain. Je propose de discuter des sentiments d’échec éprouvés sur le terrain et du statut que j’ai pu donner à ceux-ci. S’ajoute un double questionnement initial. D’une part, que deviennent ces sentiments avec le temps et, en particulier, dans la transition de la situation de terrain où l’on peut être « prise » à la « reprise » des données de celui-ci ? D’autre part, que faire du sentiment d’échec sur le terrain et comment continuer la recherche ? Qu’est-ce qui permet de faire ultérieurement de ces ratés des objets de savoir ou de partage ? Comment transformer certains échecs manifestes en pistes analytiques ? Pour répondre à ces interrogations, je mobilise deux notions, développées par Jeanne Favret-Saada, qui font intervenir le temps qui passe 1.

Accéder à la « prise » et rendre la « reprise » ultérieure possible

  • 2 Lorsqu’il me faut choisir entre la forme masculine ou la forme féminine, j’adopte la forme féminine (...)

2Dans son ethnographie, Jeanne Favret-Saada distingue deux temps, celui où elle est « prise » lors du terrain, puis la « reprise », le plus souvent une fois rentrée de ce dernier. Ces notions permettent de différencier le moment du terrain où l’ethnographe est prise sur le terrain de celui de l’analyse où elle 2 reprend ses données et qui implique une prise de distance.

  • 3 Ou « […] les Bocains, pour défendre l’accès à une institution qui leur rendait des services si émin (...)
  • 4 Ainsi, si quelqu’un croyait qu’elle était une désorceleuse, il lui parlait « pour [lui] demander d’ (...)

3Dans Désorceler, Jeanne Favret-Saada explique le fait d’être « prise » dans le contexte particulier de son étude sur la sorcellerie dans le bocage français. Des paysannes interrogées sur la sorcellerie lui ont souvent répété : « Ceux qui n’ont pas été pris, ils ne peuvent pas en parler » (Favret-Saada, 1977, p. 35) 3. C’est pourquoi, explique-t-elle, ces personnes ne sont sorties de leur mutisme qu’à partir du moment où elles ont supputé qu’elle était « prise ». Être prise signifie principalement occuper une des places d’une crise de sorcellerie. En somme, selon Jeanne Favret-Saada, les places que peuvent occuper l’ethnographe préexistent à son arrivée sur le terrain et celle-ci doit occuper l’une ou certaines d’entre elles. Son enquête l’a amenée à devoir se positionner et à participer au discours sorcellaire, afin d’avoir accès à son objet d’étude 4. Elle revendique le fait de n’avoir pas tenté de se représenter ce qu’une telle place pouvait engendrer, mais d’avoir accepté de prendre les places qui lui étaient soumises : la place de l’ensorcelée, celle de désenvoûteuse ou encore d’assistante de désorceleuse.

4Dans le chapitre intitulé « Entre "prise" et reprise » de sa monographie Les Mots, la mort, les sorts, elle écrit :

« Sur le terrain, en effet, l'ethnographe, lui-même engagé dans ce procès de parole, n'est qu'un parlant parmi d'autres. S'il s'avise ensuite de rédiger un mémoire scientifique sur les sorts, ce ne peut se faire qu'en revenant toujours sur cette situation d'énonciation et sur la manière dont il a été "pris" ; faisant, de ce mouvement de va-et-vient entre la "prise" initiale et sa "reprise" théorique, l'objet même de sa réflexion » (Favret-Saada, 1997, p. 33).

  • 5 Dans Corps pour corps, son journal de terrain retravaillé et édité avec l’aide de Josée Contreras e (...)
  • 6 Dans un entretien, Jeanne Favret-Saada détaille les étapes de l’ethnographie ainsi : « À mon sens, (...)

5Pour que l’action de la reprise soit possible, rédiger un journal de terrain est nécessaire. De cet outil, Jeanne Favret-Saada explique que « dans le moment où on est le plus affecté, on ne peut pas rapporter l’expérience ; dans le moment où on la rapporte, on ne peut pas la comprendre. Le temps de l’analyse viendra plus tard » (Favret-Saada, 1990, p. 9). Le journal de terrain permet d’annoter des idées encore floues, sur lesquelles revenir par la suite 5. Selon Jean-Pierre Olivier de Sardan, le journal de terrain constitue un « lieu où s’opère la conversion de l’observation participante en données ultérieurement traitables » (Olivier de Sardan, 1995, p. 79). Le journal est en quelque sorte le trait d’union entre différents moments de construction d’un objet d’étude 6. Dans Désorceler, Jeanne Favret-Saada dit de sa pratique d’écriture dans son journal de terrain :

« […] j’organisais mon journal de terrain pour qu’il serve plus tard à une opération de connaissance : mes notes étaient d’une précision maniaque pour que je puisse réhalluciner un jour les événements et alors, parce que je n’y serais plus "prise", mais seulement "reprise", éventuellement les comprendre » (Favret-Saada, 2009, p. 154).

  • 7 Les observations transcrites dans mon journal de terrain rédigé quotidiennement – plus de 700 pages (...)

6À la relecture de mes journaux de terrain 7, j’ai redécouvert que j'avais eu à de multiples occasions l'impression de rater. Ces sentiments d’être en train de rater ou d’avoir raté, je les percevais, à l’époque, comme des impasses de terrain. Or, aujourd’hui ce n’est plus le cas pour nombre d’entre eux. C'est à partir de ce constat que j'ai eu envie de questionner les sentiments de rater. Pour ce faire, je répartis ceux-ci au sein de la typologie suivante : premièrement, les sentiments de rater lors de la « prise » ; deuxièmement, les sentiments d’avoir raté lors de la « reprise » ; enfin, les sentiments d’avoir raté qui persistent malgré la « reprise ».

  • 8 Celle-ci a été financée par les ligues pulmonaires suisses de Genève, de Zurich, du Valais, de Bern (...)

7Quelques mots sur l’enquête et les méthodes avant de procéder au classement des ratés de terrain dans cette typologie. J’ai étudié le modèle international et le dispositif sanitaire qui porte le nom de « lutte contre la tuberculose » en Suisse. J’ai mené une double recherche : une thèse de doctorat et une étude commanditée par des professionnelles d’un hôpital public suisse. J’ai donc accepté une place de chercheuse mandatée pour une recherche appliquée, ce qui a facilité l’accès institutionnel à ce terrain 8. C’est dans le cadre d’une ethnographie multisite (Marcus, 1995 ; Martin, 1994), combinant observations et entretiens in situ ainsi que plus de 90 entretiens semi-directifs, que j’ai produit mes données. L’enquête s’est déclinée en deux types de lieux, suivant l’idée que l’ethnographie peut être plus « dense » (thick) en certains endroits et plus « superficielle » (thin) (Marcus, 1998) en d’autres. Ainsi, j’ai effectué une longue immersion durant plus de trois ans dans un hôpital public de Suisse romande, tout en menant des visites ponctuelles dans différentes institutions liées au dispositif étudié, hors de l’hôpital. En quelque sorte, j’ai « pisté » la tuberculose du cœur du dispositif sanitaire aux marges de ce dernier. En conséquence, c’est de sentiments de rater sur un long terrain ethnographique que je discute dans cet article.

Sentiments de rater lors de la « prise »

  • 9 Cet article fait suite à une présentation dans le cadre du module du Programme doctoral romand en s (...)

8L’expression d'un ami ethnologue dans un e-mail qu’il m’écrivit depuis son terrain m’a frappée : « […] actuellement en prise avec certains ratages et des ratés en devenir, je suis tombé sur ton résumé d'intervention […] » 9.

9Ces mots « ratés en devenir » m’ont interrogée. L’ethnographe peut sur son terrain éprouver le spectre, la menace de rater avant même qu’ils n’adviennent. Sommes-nous, ethnographes, quelque peu hantées, sur le terrain, par l’idée de rater ?

  • 10 J’ai échangé des e-mails régulièrement avec cet informateur privilégié durant plusieurs mois.

10Durant le terrain, j’ai eu parfois l’impression d'échouer. Je revisite certains sentiments de rater propres à cette étape où j’étais alors « prise ». C’est arrivé une fois alors que je me sentais pourtant enfin intégrée : les médecins appelées lors d’une suspicion de tuberculose me prenaient avec elles pour observer ces situations, je mangeais avec elles régulièrement, nombre d’entre elles acceptaient ma présence, etc. Or, les médecins sur lesquelles j’avais pris l’habitude de compter quittèrent leur poste car c’était le moment du tournus de ces dernières. La perspective de devoir recommencer le long et parfois difficile processus d’apprivoisement réciproque avec de nouvelles personnes me découragea. À cet événement s’ajoutaient quelques relations difficiles avec certaines professionnelles encore méfiantes ou qui brusquement devinrent distantes à mon égard. Un ethnographe que je côtoyais hors du terrain remarqua ma tension. En effet, dès que je n’étais pas à l’hôpital j’étais tendue à l’idée d’y rater quelque chose (un cas de tuberculose aux urgences, une consultation intéressante, un événement clef). Il me fit part de son impression que je saturais et me conseilla de quitter le terrain une semaine. Je suivis ses conseils et j’écrivis à un informateur privilégié, un médecin travaillant à l’hôpital, les raisons de cette pause. Sa réponse 10 fut l’occasion de trois types d’apprentissage, que des extraits de son e-mail mettent en lumière.

  • 11 Extrait d’un e-mail, les mots en "gras" sont le fait de l’auteur de celui-ci.

« […] Il me semble que ta pause auto-imposée était une bonne idée. Par contre, je suis résolument d'avis qu'il ne faut pas y voir un quelconque échec. […] J'aimerais te soumettre également une hypothèse que tu évoques à peine, et qui pourrait être plus spécifique au milieu hospitalier. Nous sommes nombreux à fréquemment ressentir les symptômes que tu décris et qui me semblent en lien avec la fragmentation de nos activités. Cette fragmentation conduit à un ballottement dans le temps, l'espace, les relations, et les projets.
Le temps
parce que les sollicitations sont multiples et imprévisibles et que l'on n'a que peu de contrôle sur le flux de nos activités, voire même nos horaires. […]
L'espace, parce qu'on est amené à bouger sans cesse. C'est parfois stimulant, mais on ressent vite le besoin de se poser à un bureau et surtout d'en faire son bureau. […]
Les relations, parce qu'on est amené à changer fréquemment de rotation, de superviseur […]. Mais aussi parce que les interactions sont fréquentes dans la journée, avec de nombreux collaborateurs que l'on ne connaît pas, ou peu. On devient alors particulièrement dépendant des signes d'approbation et de désapprobation, avec tous les malentendus qui s'ensuivent.
Enfin les projets, parce qu'à force d'accomplir des tâches externes, on perd de vue nos objectifs internes. […] On tombe dans un train-train envahissant qui laisse peu de place à une position méta. D'où un sentiment que les choses sont vaines (y compris les soins aux malades, c'est dire...).
Bref, le milieu hospitalier réunit à mon sens tous les ingrédients pour une perte de repères, des frustrations répétées, et un sentiment d'échec » 11.

11Cette analyse émique m’a permis de mieux comprendre le travail des médecins que j’observais et d’approfondir mon objet d’étude. La suite du e-mail m’a encore menée à réfléchir à la place que j’occupais au sein de la principale institution dans laquelle je menais mon enquête :

« Si j'applique cette grille de lecture à ton activité à l'hôpital, tu n'as quasiment aucun moyen de contrôler ton temps en étant totalement dépendante des autres, tu as un espace de travail relativement précaire et mal défini, les adaptations relationnelles sont fréquentes et pas toujours évidentes, et le rythme de ton projet diffère passablement du rythme hospitalier. En ce sens ton vécu est très proche du nôtre […] ».

12Ce deuxième type d’apprentissage relève d’un savoir méthodologique. Il m’a conduite à réajuster ma position d’observatrice sur le terrain. Ce médecin avait raison, plusieurs éléments qu’il mentionnait participaient à me déstabiliser : ma forte dépendance aux professionnelles pour mener mon enquête ; mon espace de travail alors précaire ; le nombre de professionnelles à côtoyer quotidiennement et le tournus des médecins ; la temporalité de mon ethnographie enfin, contrastant avec celle du travail à l’hôpital. J’ai alors apporté des modifications à cette situation lorsque c’était possible. Changer de bureau, afin de bénéficier d’un espace de travail moins précaire, fut la première. Enfin, la phrase conclusive du médecin a résonné plus d’une fois au cours de mon terrain : « My point is... que tu pourrais voir tes "symptômes" comme une source d'information de nos pratiques, bien plus que comme un échec […] ».

13Par son invitation à transformer mon malaise et mon sentiment d’échec en occasion de mieux saisir le milieu hospitalier et son organisation, ce médecin m’a ainsi rappelé une leçon de base de l’ethnographie que Howard Becker résume ainsi : « Les chercheurs chevronnés savent que ces difficultés [obstacles dans l’enquête] mêmes fournissent des indices précieux quant à la nature de la collectivité sociale qu’ils veulent comprendre » (Becker, 2004, pp. 69-70).

14Durant l’enquête, j’ai pu ainsi transformer certaines difficultés et sentiments de rater en pistes analytiques. Par exemple, obtenir très peu d’entretiens formels avec les patientes vivant une forte précarité fut révélateur, d’une part, des difficultés rencontrées par les professionnelles de l’hôpital avec celles-ci – notamment une pratique préventive dépendant de la parole de la patiente – et, d’autre part, de tactiques de protection élaborées par ces dernières.

  • 12 La police de la police.

15Un autre sentiment de rater durant la « prise » concerna l’entrée sur le terrain : n’avoir pas pu éviter l’étiquette d’évaluatrice. Dans un premier temps, j’ai été accueillie par des professionnelles de l’hôpital par des phrases du type : « Ah voilà "l’œil de Moscou" qui arrive » ou on m’a qualifiée de « bœuf-carottes » 12. Certaines n’ont pas voulu collaborer avec moi durant cette période initiale. Les explications suivantes d’un médecin m’ont permis de transformer ce sentiment de rater en un révélateur de l’institution étudiée : à l’hôpital, les professionnelles expérimentent souvent la surveillance de la part de collègues et de cheffes. De plus, plusieurs audits ont eu cours ces dernières années dans cette institution. L’accueil qu’a connu un médecin étranger de visite durant trois mois m’a fourni l’occasion d’observer que ce qui m’était arrivé lui arrivait aussi, à savoir la non collaboration d’une partie des professionnelles. Cela m’a aidée à "lâcher prise" face à ce sentiment de rater et à accepter la non collaboration et la méfiance de certaines professionnelles.

16Les sentiments de rater éprouvés lorsque j’étais prise sur le terrain se sont transformés avec le temps. Ils ont connu trois destins : ils se sont avérés révélateurs d’un enseignement concernant mon objet d’étude, ils se sont estompés de sorte à perdre leur caractéristique d’échec ou encore ils ont perduré. Que sont alors devenus ces derniers lors de la « reprise » ?

Sentiments d’avoir raté au prisme de la « reprise »

17Des malaises, des doutes et des sentiments d’échec ayant parsemé le terrain, j’ai transformé certains d’entre eux en pistes analytiques lors de la « reprise ». J’ai pu donner du sens a posteriori à certaines impressions de rater, grâce à la prise de distance et à l’analyse de ceux-ci propre à cette phase de la recherche.

18Concernant le sentiment d’avoir mal conduit des entretiens et de n’avoir pas obtenu d’informations pertinentes, à la reprise de l’un d’entre eux, j’ai par exemple reconsidéré mon souvenir de l’avoir raté. Il s’agit d’un entretien semi-directif réalisé avec un médecin avec lequel j’avais eu de nombreuses discussions informelles très intéressantes sur le terrain. Pourtant, je suis sortie de l’entretien formel avec la certitude de l’avoir raté. Ce décalage a peut-être joué un rôle dans cette appréciation de rater. Mais lorsque j’ai repris l’entretien plus d’un an après, j’ai alors nuancé celle-ci. J’ai attribué le sentiment de rater que j’avais éprouvé aux éléments suivants : il avait été réalisé à la cafétéria de l’hôpital car le médecin avait peu de temps ; ce dernier avait opté pour que je prenne des notes, plutôt que je l’enregistre ; il m’avait mise en garde : « Je vais te décevoir ! ». J’ai eu l’impression de n’avoir pas su comment désamorcer son idée que j’attendais quelque chose qu’il n’allait pas me fournir et son corollaire, que ce qu’il avait à dire ne m’intéresserait pas. L’entretien fut interrompu par son bip de garde et repris quelques jours plus tard. Ses réponses furent plutôt courtes. Contrairement à la majorité des personnes interrogées, qui souvent à la fin de l’entretien me remerciaient et affirmaient avoir apprécié l’entretien vécu comme un espace-temps de réflexivité, celui-ci ne sembla pas satisfait de ce moment. Une phrase dite durant l’entretien m’avait aussi troublée : « Quand on ne sait pas, on se tait ! ». Je n’ai compris qu’à la reprise qu’il faisait référence à la médecine basée sur les preuves et non pas à mes hypothèses. Finalement, plus d’un an après, j’ai considéré que je n’avais pas raté cet entretien. En effet, j’ai découvert qu’il m’apprenait de nouvelles choses sur mon objet de recherche, par exemple une précieuse analyse du mécanisme de la peur qu’engendre le dispositif hospitalier de la lutte contre la tuberculose auprès de professionnelles côtoyant des patientes traitées pour une tuberculose possiblement contagieuse.

  • 13 Pour l'administration suisse, ces personnes sont catégorisées comme des personnes « déboutées de l' (...)

19Afin de répondre à la question de recherche « que vivent les patientes hors de l'hôpital ? », j'avais pu me rendre chez certaines patientes ou les accompagner dans des lieux qu’elles fréquentaient. Pour d'autres, il n'a jamais été question de les revoir en dehors des murs de l'hôpital. Il s'agissait de personnes précarisées possédant ce qu'elles nomment le « papier blanc » 13. Je les ai donc côtoyées régulièrement à l'hôpital mais brièvement et sans interprète. Je savais qu'elles étaient occupées à leurs affaires et prises dans leurs vies, mais de quoi ces dernières étaient faites m’échappait. Or, ces données m’ont ensuite manqué lorsqu’en analysant la base de données et mon journal de terrain, j’ai découvert que ces personnes étaient proportionnellement très touchées par la tuberculose.

  • 14 Je me suis notamment jointe à divers événements et manifestations qu’elles ont organisées. Il s’agi (...)

20Alors que j’étais dans la reprise, un mouvement de lutte de personnes en exil a commencé en Suisse romande. Ces dernières ont publiquement pris la parole, une parole que j’avais eu de la peine à capter sur le terrain lorsque j’étais affiliée à l’hôpital. Ma participation en tant que soutien à ces migrantes en lutte m’a fait rencontrer et fréquenter régulièrement et durant plusieurs mois ces personnes dans un contexte radicalement différent de celui de l’hôpital 14. Par ce biais, j’ai alors côtoyé davantage ces personnes précarisées par les politiques migratoires suisse et européenne et j’ai acquis des connaissances concernant les conditions de vie de celles-ci pour lesquelles je manquais d’information. C’est le fruit du hasard, l’émergence d’un mouvement de lutte, qui a rendu possible la modification de ce raté de terrain en un obstacle finalement dépassé.

21Afin de transformer des échecs en objets de savoir, j’ai mobilisé plusieurs outils : tenir quotidiennement un journal de terrain où transcrire également les sentiments de rater permettait d’y revenir et parfois ainsi de leur donner un nouvel éclairage ; soumettre ces sentiments de rater ou d’avoir raté à des insider du milieu étudié (notamment des informatrices privilégiées, à l’instar du médecin cité auparavant) et à des outsider (telles que doctorantes, chercheuses et ethnographes). Ces personnes m’ont alors parfois appris sur ces ratés de par leurs expériences respectives du milieu étudié ou de par leur pratique de l’ethnographie. Elles m’ont notamment assistée dans la tâche de distinguer les ratés des conséquences d’une place structurelle occupée sur le terrain.

22D’autres sentiments de rater se sont avérés ne rien venir révéler du terrain ni de l’objet d’étude malgré le processus de la « reprise ». Ils ne se sont pas estompés lors de l’analyse non plus. Je me suis posé la question si ceux-ci constituaient de « vrais » ratés de la recherche de par leur persistance dans le temps. Ainsi, je me suis demandé s’il y aurait d’un côté des sentiments d’avoir raté et de l’autre des vrais ratés de terrain ? Après réflexion, en ce qui concerne l’expérience de recherche que je discute dans cet article, une distinction entre sentiments de rater éprouvés sur le terrain et ratés ne fait pas sens, ni la notion de « vrai » raté. C’est un autre type de question que j’ai voulu alors poser face à ces ratés qui persistent : qu’ai-je fait de ces derniers ? Comment m’en suis-je accommodée ?

Sentiments d’avoir raté qui persistent : dédramatiser les ratés de terrain 

23Avec le temps, les sentiments d'échec ressentis sur le terrain m’ont le plus souvent menée à apprendre quelque chose. Lorsque ce ne fut pas le cas, c’est alors à les dédramatiser que je me suis attachée et ce aux différentes étapes de l’enquête, tant lors de la prise que de la reprise.

24Un sentiment de rater l’accès à un milieu social a longtemps perduré. Bien qu’à l’hôpital j’aie découvert quelques situations de profonde précarité parmi les travailleuses domestiques employées par des personnes travaillant dans des ambassades, des missions diplomatiques ou des organisations internationales en Suisse romande, je n’ai pas trouvé de porte d’entrée pour enquêter davantage dans ce milieu. Je me suis in fine accommodée de ce raté de terrain, notamment en circonscrivant mon objet d’étude en tenant compte de ce manque de données. Selon un processus propre au terrain de longue durée et à l’accès facilité au terrain d’une étude commanditée, beaucoup de portes se sont ouvertes avec le temps, mais le temps est ensuite venu à me manquer pour passer le seuil de chacune d'entre elles. Alors le phantasme de ce qui peut-être s'y trouvait m'a parfois hantée longtemps après la « prise ». Un exemple a consisté dans le fait de ne pas avoir pu mener des entretiens formels semi-directifs avec certaines personnes-clefs du terrain, quand bien même j’avais eu avec elles des échanges quotidiens durant des mois et de nombreux entretiens informels. Si je ne sais pas ce que j’ai raté, le sentiment n’en est pas moins demeuré jusqu’à ce que j’abandonne un certain idéal de recherche et que je délimite les analyses en fonction des données dont je disposais et non celles dont j’imaginais pouvoir disposer. Ainsi, j’ai dû accepter qu’une enquête a ses propres limites afin de la terminer.

25Je reviens à présent aux questions posées en amont, à la lumière des exemples présentés et à l’aide de trois définitions du verbe rater. Premièrement, quelqu’un rate, c’est-à-dire qu’une personne n’obtient pas le résultat souhaité. En ce sens, l’action de rater n’existe que par rapport à un idéal – ce que je pensais que j’aurais dû réaliser, par exemple des entretiens instructifs dès leur réalisation. Relativement à ce sentiment de rater, être ouverte à d’autres résultats et à d’autres situations de terrain que ceux souhaités initialement m’a été utile. Deuxièmement, rater quelque chose, au sens de manquer une cible en raison du mauvais fonctionnement d’un outil ou par maladresse. L’ethnographe en tant qu’instrument de recherche, comme tout instrument, peut venir à manquer sa cible. Troisièmement, rater quelque chose qui correspond à ne pas saisir une occasion. Pour ma part, c’est probablement les sentiments de rater liés à ces deux dernières définitions qui m’ont le plus longuement hantés. Pour les atténuer puis les dépasser, j’ai accepté qu’être soi-même un instrument de recherche, comme la méthode de l’ethnographie y engage, s’accompagne de malaises, de doutes et de sentiments d’échec.

26Un autre exemple de sentiment d’avoir raté qui m’a longtemps accompagnée a trait à des relations sur le terrain. J’ai ressenti une certaine méfiance et une extrême distance de la part de secrétaires d’une unité importante dans mon terrain. Je n’ai pas su modifier ce rapport. Cet exemple me permet d’introduire une autre distinction parmi les sentiments de rater de terrain. D’un côté, les ratés qui sont plutôt de l’ordre du domaine académique et liés à des questions de recherche telles que : est-ce qu’ils permettent d’apprendre quelque chose ou est-ce qu’ils empêchent l’avancement de l’enquête ? De l’autre, les ratés relevant plutôt du domaine humain ou personnel. J’ai considéré les relations avec ces secrétaires, a posteriori, davantage comme des ratés humains. N’ayant pas décidé de cibler en particulier l’interface monde extérieur/hôpital, le manque de données occasionné par ces relations distantes ne me semble pas avoir trop porté atteinte à la recherche. En revanche, d’avoir passé autant de temps dans cette unité hospitalière et d’avoir eu des relations proches avec toutes les autres professionnelles mais pas avec elles m’a longtemps semblé un raté de terrain que je qualifie aujourd’hui d’humain ou personnel. L’une des particularités du travail de l’ethnographe est qu’elle ne rate pas un tableau de statistiques mais parfois des relations humaines.

27En parallèle, je me suis aussi souvent rappelé que je ne ratais pas uniquement à cause de moi-même, de sorte à ne pas prendre personnellement tous les échecs. J’ai mobilisé l’idée que les acteurs sur le terrain assignent à l’ethnographe des places structurelles. Lorsque les Bocains ne voulaient pas parler à Jeanne Favret-Saada de sorcellerie, ce n’était pas parce que c'était Jeanne mais parce qu’ils n'avaient aucune bonne raison de le faire. Et ce n'est que quand elle a pris une autre place qu'elle a eu accès à leurs paroles et à son terrain. Enfin, j’ai reconnu la place que le hasard joue sur le terrain, comme l’illustre l’émergence du mouvement des personnes en exil précarisées qui m'a permis a posteriori d'apprendre plein de choses. Selon les contextes, l’ethnographe ne pourra pas accéder à des interactions et à des informations parce qu'elle est une femme, jeune, de classe moyenne, qu’elle ne parle pas assez bien la langue du groupe étudié, qu’elle est associée à tel ou tel autre critère – attribué à tort ou à raison. Ainsi en sus des limites propres à l’ethnographe, cette dernière rencontre les limites imposées par les acteurs du terrain. J’ai pu apprendre quelque chose de certaines limites a posteriori, j’ai dû en repousser et en dépasser d’autres et enfin certaines ont été maintenues. Une fois encore, se rappeler qu’il est banal dans la recherche qu’un instrument ait des limites a été utile. Il s’agit alors de les prendre en compte ! Et cela pose la question de la limite de l’enquête.

28Considérant que seul le temps permet de départir entre les sentiments de rater qui serviront l’enquête et les autres, que faire en attendant ? Face aux ratés, plusieurs autres attitudes m’ont aidée. J’ai opté pour accepter qu’il y a une certaine difficulté à être un instrument de recherche et que, par moments, on rate et que cela ne dépend pas que de nous. Lorsque cela était possible, j’ai tâché de partager avec d'autres ces sentiments. Cela a pu être l'occasion parfois d'obtenir des conseils pour corriger le tir ou pour s’accommoder de ceux-ci. Enfin, une dernière tactique a consisté à dédramatiser les sentiments de rater et à faire mienne l’idée que d’éprouver des ratés durant l’enquête est probablement nécessaire à toute recherche. Certains ratés ont fini par éclairer mon objet d’étude, tandis que j’ai dépassé d’autres ratés avec le temps, sans pouvoir toujours leur donner du sens. Ils ont simplement fait partie du lot du travail de l’ethnographe sur le terrain.

29Je terminerai par une anecdote, illustrant des ratés dans un autre milieu professionnel et l’acceptation que rater fait partie de tout processus de création. Deux amies travaillant dans le domaine du théâtre – à la fois actrices et metteuses en scène faisant parfois usage de méthodes propres à l’ethnographie – à qui je parlais du thème des « ratés » m'ont fait part de deux expériences. Toutes deux n'avaient pas l'air d'être inquiétées, dans le cadre professionnel, par l'idée de rater des choses durant le processus menant à la création. L’une m'a confié que des éléments considérés comme clairement ratés lors de périodes de création – durant des résidences artistiques et des présentations publiques d’étape – étaient devenus des pièces centrales du spectacle final. L’autre me raconta que l'un de ses professeures de théâtre lui avait enseigné à ne pas avoir peur de rater et, soulignant l’apprentissage par les erreurs, l’avait même enjointe à « mieux rater ».

Haut de page

Bibliographie

Becker H. S. (2004), Écrire les sciences sociales : commencer et terminer son article, sa thèse ou son livre, Paris, Éditions Economica.

Esquerre A. et al. (2004) « Glissement de terrains : entretien avec Jeanne Favret-Saada », Vacarme, n° 28, pp. 4-12. [En ligne] http://www.vacarme.org/article449.html

Favret-Saada J. (1977), Les Mots, la mort, les sorts, Paris, Éditions Gallimard.

Favret-Saada J. (1990), « Être affecté », Gradhiva, n° 8, pp. 3-9.

Favret-Saada J. (2009), Désorceler, Paris, Éditions de l’Olivier.

Favret-Saada J. & J. Contreras (1981), Corps pour corps. Enquête sur la sorcellerie dans le Bocage, Paris, Éditions Gallimard.

Marcus G. E. (1998), Ethnography Through Thick and Thin, Princeton, Princeton University Press.

Marcus G. E. (1995), « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, vol. 24, n° 1, pp. 95-117.

Martin E. (1994), Flexible Bodies: Tracking Immunity in American Culture-from the Days of Polio to the Age of AIDS, Boston, Beacon Press.

Olivier de Sardan J.-P. (1995), « La politique du terrain : sur la production des données en anthropologie », Enquête, n° 1, pp. 71-109.

Haut de page

Notes

1 Le nom « raté » induit un constat a posteriori, tandis que le verbe « rater » décrit encore l’événement.

2 Lorsqu’il me faut choisir entre la forme masculine ou la forme féminine, j’adopte la forme féminine qui englobe la forme masculine.

3 Ou « […] les Bocains, pour défendre l’accès à une institution qui leur rendait des services si éminents, dressaient-ils la solide barrière du mutisme […]. Ils ne m’en ont donc parlé que quand ils ont pensé que j’y étais "prise", c’est-à-dire quand des réactions échappant à mon contrôle leur ont montré que j’étais affectée par les effets réels – souvent dévastateurs – de telles paroles et de tels actes rituels » (Favret-Saada, 2009, p. 152).

4 Ainsi, si quelqu’un croyait qu’elle était une désorceleuse, il lui parlait « pour [lui] demander d’officier », tandis que si untel pensait avoir affaire à une ensorcelée, il parlait sorcellerie « pour [l]’aider à [se] tirer d’affaire ». Hormis ces circonstances, elle note que « personne n’a jamais eu l’idée de m’en parler parce que je serais ethnographe » (Favret-Saada, 1990, p. 5).

5 Dans Corps pour corps, son journal de terrain retravaillé et édité avec l’aide de Josée Contreras en 1981, elle ordonne ses notes avec des sous-titres, l’un de ceux qui revient fréquemment est “Pour plus tard”.

6 Dans un entretien, Jeanne Favret-Saada détaille les étapes de l’ethnographie ainsi : « À mon sens, le “travail” ethnographique comporte trois moments logiques : tous sont nécessaires et seul leur ensemble est suffisant. Le premier […] : hasarder sa personne dans un monde inconnu en se laissant manipuler, affecter et modifier par l’expérience de l’Autre. Le deuxième consiste à tenir un journal très circonstancié des événements : pendant la période du travail sur le terrain, c’est une aide essentielle, qui permet de supporter l’expérience de dépossession de soi […] ; après la période du terrain, c’est un document précis sur lequel l’analyse pourra s’appuyer, […] un outil de travail, la consignation d’une expérience. […] Le troisième moment logique peut être accompli des années plus tard : la reprise de cette expérience dans une entreprise de connaissance » (Esquerre et al., 2004, p. 8).

7 Les observations transcrites dans mon journal de terrain rédigé quotidiennement – plus de 700 pages – constituent, avec les retranscriptions des entretiens et divers documents récoltés, les données principales produites lors de cette enquête.

8 Celle-ci a été financée par les ligues pulmonaires suisses de Genève, de Zurich, du Valais, de Berne et de Neuchâtel et l’aval de la commission éthique de l’hôpital public étudié a été obtenu.

9 Cet article fait suite à une présentation dans le cadre du module du Programme doctoral romand en sociologie « Penser les ratés de terrain » organisé par Cornelia Hummel et Marta Roca i Escoda, en octobre 2015. Je remercie ces dernières, ainsi que Hervé Munz pour ces mots partagés par e-mail, Mako, Floriane Facchini, Anthony Revillard, Luc Gauthier, Nuria Hurtado, Zoë Goodman, Maria Blanca Peral et les relectrices de cet article pour leurs diverses observations et remarques.

10 J’ai échangé des e-mails régulièrement avec cet informateur privilégié durant plusieurs mois.

11 Extrait d’un e-mail, les mots en "gras" sont le fait de l’auteur de celui-ci.

12 La police de la police.

13 Pour l'administration suisse, ces personnes sont catégorisées comme des personnes « déboutées de l'asile » ou frappées d’une « non-entrée en matière », signifiant qu’elles n’ont pas reçu l’asile et doivent quitter le territoire suisse. Dans les faits, une partie d’entre elles restent en Suisse.

14 Je me suis notamment jointe à divers événements et manifestations qu’elles ont organisées. Il s’agit d’un mouvement composé d’une majorité d’hommes et d’une minorité de femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Barrelet, « Sentiments de rater sur un terrain ethnographique : de la « prise » à la « reprise » », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Penser les ratés de terrain, mis en ligne le 23 mai 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6135

Haut de page

Auteur

Clara Barrelet

Ethnologue, docteure en sociologie de l’Université de Genève (Suisse) - clarabarrelet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page