Skip to navigation – Site map
Penser les ratés de terrain
La recherche en actes
Penser les ratés de terrain

Quand une bergère se fait anthropologue dans le milieu pastoral en Provence : comment conserver une double identité sur son terrain d'étude et son terrain d'appartenance ?

When a shepherdess becomes an anthropologist in the pastoral environment in Provence: how to preserve a double identity on its study ground and its ground of belonging?
Émilie Richard-Frève

Abstracts

In this article, a shepherd-doctoral student presents the difficulties in analyzing a "familiar" terrain, the Provencal pastoral environment, when it is a question of preserving a double identity. It describes the "failures" experienced in connection with these tangled identities, which alternate in importance, and how this influences research. Because these two professional identities, shepherdess and researcher, are often excluded from each other and it is in the "doing" that these statutes are preserved. This article present how certain elements a priori innocuous as tools of work or the modification of the body can "betray" on these identity claims, can modify the socialization and the research in a double professional process.

Top of page

Full text

Des ratés de terrain heuristiques ?

1Les recherches réalisées en terrains « familiers » occasionnent souvent des difficultés particulières dans le fait de mettre en jeu les identités de l'individu qui les effectue. Ces difficultés ou tensions identitaires peuvent engendrer ce que l'on appelle ici des « ratés » de terrain. Il s'agit souvent plus de jonglage identitaire que d'erreurs profondes de socialisation, mais ces difficultés peuvent être perçues comme des échecs. Ces « ratés », à l'inverse d'autres erreurs commises sur des terrains plus éloignés, viennent jouer sur des cordes sensibles, intimes, du chercheur, sur ses sentiments d'appartenance. Alors, comment rendre compte de ces « ratés » de terrain et comment les rendre heuristiques pour le plus grand nombre dans le cadre de recherches dites « proches » du chercheur ? Comment donner un angle généralisable à ses erreurs pour permettre de mieux comprendre les enjeux dans l'analyse de terrains « d'appartenance », et ce sans trop se mettre à nu comme chercheur ? C'est cet exercice que je tenterai de faire dans cet article.

2Ce que je considère ici comme étant « mes ratés » de terrain sont en fait des erreurs ou des inconforts liés au fait d'avoir un double statut, une double identité, un double sentiment d'appartenance qui s’entremêle sur le terrain – ayant d'abord une identité de bergère avant d'être anthropologue dans le milieu des bergers ovins transhumant en Provence. Avant de débuter mes recherches de doctorat en anthropologie, qui analysent l'impact des politiques publiques françaises et européennes sur la transformation du métier de berger en Provence, j'avais quelques années d'expérience comme bergère-salariée dans ce milieu. Ainsi, à l'inverse d'autres anthropologues, qui ont commis des ratés en entrant sur le terrain, j'étais déjà sur le terrain avant de commencer à l'étudier. C'est plutôt ce passé ou cette implication dans le groupe qui sont venus compliquer mes recherches en créant parfois des « ratés ». L'emmêlement de ces sentiments d'appartenance tient aussi du fait que ces deux identités ont un niveau hiérarchique équivalent dans mon échelle de priorité. Ils sont similaires en importance et/ou s'alternent selon le découragement vécu dans les recherches (qui entraîne une valorisation de l'identité de bergère) ou inversement un découragement du milieu pastoral (qui m'amène à valoriser mon statut de chercheure). Dans les deux cas, comme chez beaucoup de praticiens-chercheurs, ces deux identités sont à conserver et elles créent du sens.

3Dans le cadre de cet article, je propose de faire un portrait des difficultés vécues sur le terrain en lien avec ces identités à conserver et de se demander en quoi elles peuvent être considérées comme des « ratés » de terrain, du moins en quoi elles peuvent parfois miner le terrain (Albera, 2001, p. 5). C'est le positionnement du berger-chercheur qui est analysé ici, ainsi que l'impact de ses outils de travail et de ses attributs corporels sur ses identités, des éléments qui deviennent selon les circonstances une mine d'or ou une mine de plomb.

Les sciences sociales, l'identité du chercheur proche de son terrain et moi

  • 1 Plusieurs expressions sont présentes dans la littérature francophone et anglophone pour décrire ces (...)

4L'identité du chercheur et sa place sur le terrain ne sont pas des problématiques nouvelles dans la recherche en anthropologie (Bila, 2008, p. 2). Après les « anthropologues de fauteuil », analysant « l'autre » exotique et lointain, cette frontière de l'altérité s’est continuellement effritée laissant de plus en plus de place aux études du proche traitées souvent par des chercheurs utilisant des méthodes en immersion (Peirano, 1998, p. 105). On compte d'ailleurs de plus en plus d'études dites endo-ethnologiques dans la littérature spécialisée en sciences sociales, sur des terrains connus, familiers, où le chercheur est parfois « indigène », voire parfois son propre « informateur privilégié » (Lawrence, 1981) 1. De nombreuses problématiques découlent du fait d'analyser des terrains familiers : on s'interroge entre autres sur la position du chercheur, son objectivité, sa subjectivité, sa « juste distance » (Bensa, 1995), sa « sur-réflexivité » (Goulet, 2011, p. 19).

5Les problèmes d'identité dans les études du proche sont fréquents. Ils varient selon les intérêts du chercheur à garder ou non ces identités, et selon les types d'identités à préserver. Certains chercheurs en immersion accordent une importance stratégique ou utilitaire à leur identité d'emprunt sur leur terrain dans le but de poursuivre leurs recherches par exemple en devenant boxeur (Wacquant, 2000), ou ensorceleuse (Favret-Saada, 1977), ou militant du Front national (Bizeul, 2003). La démarche principale de ces chercheurs, même s'ils s'« impliquent » et se sentent « affectés », reste la recherche. D'autres chercheurs, au contraire, se confondent à leur terrain, « s'enmêlent » comme médecin (Mercan, 2009), comme praticien-chercheur (Kohn, 2001), comme villageoise dans son village en Afrique (Ouattara, 2004), comme activiste (Thome, 1979), comme danseur (Rehany & Sorignet, 2006). Ces derniers semblent alterner, jongler, ou s'emmêler dans leurs sentiments d'appartenance en étant parfois plus chercheurs et parfois plus liés à l'identité confondue à leur terrain. Et souvent en étant les deux à la fois, voire en ayant ces deux identités en contradiction, rendant difficile toute forme d'action ou d'inaction sans nuire à l'une ou l'autre de ces identités.

6En ce qui me concerne, je me suis effectivement emmêlée dans mes identités. Je n'étais pas mon informateur privilégié, puisque j'analyse le point de vue des éleveurs par rapport aux changements administratifs et que je ne suis pas éleveur. Par contre, le fait d'être bergère-salariée depuis dix ans m'a permis de mieux comprendre les normes de ce groupe professionnel. Venant d'un milieu urbain nord-américain, il ne s’agit pas non plus pour moi d'une native anthropology. D'ailleurs, la native anthropology joue sur un autre registre identitaire, dans la mesure où cette identité peut difficilement se perdre. Ce n'est pas le même cas de figure en ce qui concerne l'identité de berger ou de chercheur qui se confirme et se maintient dans le « faire ». Il s'agit d'identités professionnelles qui s'expriment par la compétence. Ces types d'identités peuvent se perdre et l'exclusion du groupe peut rendre caduque la poursuite de ces activités.

7Mais peut-on alors me considérer comme étant de l'« intérieur », de l'« extérieur », « proche » ou « étrangère » ? En terrain familier, certains chercheurs se considèrent comme étant à la fois de « l'intérieur » et de « l'extérieur » de leur groupe à l'étude (Forster, 2013, p. 14). Car même dans notre société de naissance d'autres facteurs font que nous sommes aussi étrangers à notre terrain (étant homme, ou femme, jeune...). Jean-Pierre Olivier de Sardan rejoint sensiblement cette idée dans un texte et mentionne que :

« Le terme d'"endo-ethnologie" (comme celui d'"insider") est inapproprié à strictement parler : [car] faire de l'ethnologie ou de la sociologie "chez soi" n'est jamais complètement vrai, sauf si le chercheur enquête sur ses collègues. Le chercheur originaire du milieu où il enquête, ou qui fait partie d'une même communauté linguistique [...] que ceux auxquels il s'intéresse, est toujours, parce qu'il est devenu à l'issue d'un long parcours scolaire un chercheur en sciences sociales, un intellectuel qui s'est extrait de son groupe ou de sa culture d'origine, et qui occupe une position nettement distincte de celles de ses "compatriotes" » (Olivier de Sardan, 2000, p. 430).

8Suivant Jean-Pierre Olivier de Sardan, je pourrais appuyer cette idée, car mon statut d'étudiante me rend différente de mes collègues bergers. Par contre, lorsqu'il mentionne l'idée d'enquêter sur ses collègues de recherches comme étant plus une anthropologie « chez soi », je répondrai que le monde universitaire français m'est souvent apparu plus étranger que le monde pastoral. Ces positions identitaires sont donc complexes dans la mesure où je me sens appartenir à deux groupes tout en étant aussi « étrangère » (notamment au groupe universitaire français qui en théorie devrait être mon point d'ancrage identitaire priorisé selon de nombreux textes en anthropologie). Un point d'ancrage académique qui semble presqu'indispensable à la possibilité méthodologique de « prise de distance » et d'analyse du chercheur face à son terrain.

  • 2 Voir à ce sujet les nombreuses recherches en socio-anthropologie du développement où plusieurs cher (...)

9Or l'identité du chercheur peut se trouver emmêlée à d'autres identités à préserver tout en réalisant des recherches 2. Comme le souligne la chercheure Catherine Halpern dans son texte Faut-il en finir avec l'identité ?, « la construction de l'identité se fait précisément dans la hiérarchisation que fait chaque individu de ses multiples appartenances » (Halpern, 2004, p. 16). Cette hiérarchisation est en mouvement, dynamique et s'adapte selon les contextes, et ce durant toute la durée d'une thèse ou d'une recherche. Ces changements identitaires et cette alternance influencent forcément la conduite du terrain, entraînant parfois des facilités dans la création de liens sociaux et de crédibilité, ou entraînant à l'inverse des difficultés adaptatives, un sentiment de manque de professionnalisme et potentiellement des « ratés » de terrain.

10La question de l'identité du chercheur se pose donc sur n'importe quel terrain. L'originalité, ici, tient de cette interpénétration, de cette alternance, de cette hiérarchie changeante, de deux identités qui parfois s'aident et souvent se nuisent. Et ce surtout lorsque des éléments anodins, comme des outils de travail ou des attributs corporels, nous « trahissent » dans nos activités et interfèrent sur ces identités.

Quand nos identités nous rattrapent : outils de travail, corps et identité

11On attend généralement du chercheur qu'il soit à l'heure, informé, motivé par son sujet de recherche, qu'il pose de bonnes questions, qu'il prenne des notes ou enregistre ces entretiens. Parallèlement, on attend souvent de la bergère d'être compétente, en bonne forme physique, responsable, d'avoir « l'œil », d'avoir des chiens de travail doués, d'être dévouée au troupeau. Or, ces doubles attentes sont difficiles à concilier lorsque les impératifs de ces deux identités entrent en contradiction.

12Mes chiennes de travail, des Border Colies qui aiguillent le troupeau, qui sont assurément mes outils comme bergère (voire un facteur de crédibilité dans le métier), le sont aussi parfois comme chercheure, mais peuvent être des nuisibles face à ces attentes dans le cadre de recherches. À certains moments de mes études, je vivais dans un logement où laisser mes chiennes seules était impensable. Devant les prendre avec moi, elles ont parfois nui à la poursuite de mes recherches, interférant sur ma crédibilité de chercheure.

  • 3 Tous les noms ont été modifiés.

13Un exemple illustre bien ce type de situation. Lors d'une première journée d'observation à la Chambre d'agriculture, Boris 3 le technicien que je vais suivre toute la journée dans ses tâches de travail, m'est encore inconnu. Je me dois de faire bonne impression si je veux maintenir ce contact. Mes chiennes sont dans la voiture sur le parking en cette chaude journée. Durant cette rencontre, j'ai dû demander à plusieurs reprises « des pauses d'observation » pour aller bouger mon véhicule à l'ombre, leur donner de l'eau, les sortir faire leurs besoins. On a pu me percevoir comme une personne qui néglige ses chiens, qui ne comprend pas la réalité d'avoir des chiens, ou d'être mésadaptée à ses obligations. Cette situation permet, en plus de tous les jugements et étiquettes que le chercheur reçoit en temps normal, de potentiellement se voir attitrer un jugement de valeur sur la gestion des animaux et/ou sur le professionnalisme du chercheur. Un sentiment d'incompétence sera ressenti durant la rencontre, qui nuira aux observations réalisées. Boris va tout de même accepter que je poursuive mes observations avec lui pendant plusieurs années.

14Un deuxième exemple avec Boris décrit cette fois en quoi la particularité de l'identité de bergère et cette gestion d'outil de travail pastoral interfèrent de manière positive et négative dans la gestion du terrain. Il illustre comment mes chiennes m'ont permis parfois de créer des liens sociaux plus facilement et m'ont aussi facilité la compréhension des représentations des éleveurs.

  • 4 La Politique agricole commune (PAC) européenne subventionne l'élevage ovin français. Les éleveurs s (...)

15Cet exemple se situe lors d'une formation donnée pour aider les éleveurs (une trentaine) à remplir les dossiers de la Politique agricole commune 4. Je suis dans le parking avec ma chienne. J'attends le début de la rencontre. Je pense que je vais laisser ma chienne dans la voiture donc je lui fais faire ses besoins. Une éleveure vient me voir et entame une discussion. Elle me demande si je suis éleveur (probablement parce qu'elle a vu ma chienne et que je suis sur place pour une rencontre d'éleveurs). Le fait de formuler à ce moment précis que je suis bergère-salariée pourrait m'engager dans une discussion « d'identification » au sein du groupe professionnel. Une discussion à laquelle je ne tiens pas pour ne pas assumer un statut de salarié chez les éleveurs (les employeurs), un statut plus complexe à assumer dans cette situation où je suis présente pour faire de la recherche. Je lui explique que je ne suis pas éleveur, que je fais des recherches, mais que je suis installée sur la ferme d'une copine qui elle est éleveure (ce qui peut expliquer le fait que j'ai un chien de berger et me place plus près du statut d'éleveur étant amie d'une éleveure). Nous décidons de nous rapprocher des autres. Je remets ma chienne dans la voiture.

16Je rentre dans la salle et j'aperçois Boris qui place des chaises. Il me suggère de rentrer ma chienne dans la salle, l'ayant vu se balader dehors. Laisser des chiens dans une voiture chaude n'est pas l'idéal et Boris le sait. J'hésite. Les autres éleveurs commencent à arriver. Beaucoup se connaissent et font de petits groupes de discussion. J'ai du mal à m'intégrer. Je me balade dans la salle sans trop savoir quoi faire. Je décide d'aller chercher ma chienne pour m'occuper (on cherche souvent à s'occuper dans ce type de situation d'attente où l'on ne connaît personne). Je prends une bouteille d'eau à remplir dans la voiture au cas où je change d'idée et où je ramène la chienne à la voiture. En rentrant dans la salle avec ma chienne, je me rends compte de l'attention qu'elle suscite. J'ai l'impression que sa présence risque plus de me nuire (en entraînant des jugements négatifs) que de m'aider. Les éleveurs séparent souvent le monde des chiens et des humains et ma chienne pourrait passer pour une chienne « de ville », trop bien traitée, en restant dans la salle. Les réactions observées confirment ce que j'anticipais. Je décide de remplir la bouteille d'eau et je ramène Plume à la voiture. Je lui mets de l'eau dans une gamelle et j'ouvre les fenêtres. Je vois d'autres Borders Colies dans les voitures voisines des éleveurs présents. Je me rassure d'avoir fait un bon choix.

17Dans ces exemples, c'est la crédibilité liée à la pratique de deux activités, la crédibilité de deux identités, qui souvent se nuisent mutuellement, qui est remise en cause. Dans le cas de mes outils de travail comme bergère, mes chiennes sont parfois un outil comme chercheur et peuvent aussi être nuisibles. Mes responsabilités envers elles influencent la conduite de mes entretiens et potentiellement le jugement de mes enquêtés. Inversement parfois mes chiennes aident à créer des liens. Les éleveurs m'interrogent sur mes chiens, facilitant ainsi la prise de contact. Or, le fait d'avoir des chiens de travail directement liés à la pratique du métier de berger permet aussi un repérage au sein du groupe (on me demande qui je connais, chez qui j'ai « bossé »). Il s'agit d'un repère qui permet d'évaluer mes aptitudes au métier, ma crédibilité de bergère, ma réputation. En me repérant de la sorte, c'est mon identité de chercheur et la considération de mes recherches qui peuvent aussi être remis en cause (nous le verrons plus loin).

18Parallèlement, d'autres outils de travail peuvent jouer cette fois sur la crédibilité de l'identité de chercheur et discréditer notre démarche auprès des pairs universitaires. Je me souviens revenir aux rencontres de mon laboratoire de recherche après avoir travaillé pendant quatre mois comme bergère en montagne et avoir complètement perdu l'usage du doigté sur mon ordinateur. Je me souviens de regards curieux des collègues qui semblaient se demander comment une doctorante peut être si lente au clavier. En pratiquant une activité plus qu'une autre, une mésadaptation est ressentie.

19Dans un autre ordre d'idée, outre les outils de travail, les transformations du corps peuvent aussi nuire ou aider dans le façonnement de l'identité, la reconnaissance ou la méfiance. Le rapport au corps trahit ou divulgue d'une certaine façon certaines informations que l'on aimerait parfois garder pour soi comme bergère et comme chercheur. Comme le soulignait Bernard Zarka dans le cadre de ses recherches sur l'identité de métier : « le métier s'inscrit dans le corps » et « l'identité de métier s'exprime dans les gestes » (Zarka,1988, pp. 253-254). Le corps se transforme au gré des gestes, des activités réalisées, de l'environnement côtoyé qui peuvent informer (sans le vouloir) un interlocuteur de ses occupations ou de ses identités. Le fait de pratiquer le métier de berger entraîne un changement du corps. Le berger est souvent bronzé par le soleil. Ses mains se musclent en raison du travail manuel. Le fait de ne pas travailler comme bergère pendant un certain temps me fait perdre de la dextérité au travail, élément essentiel à la reconnaissance de cette identité professionnelle. La blancheur de peau que me fournit l'éclairage cathodique de mon ordinateur permet aisément à mes interlocuteurs bergers, qui gardent au soleil, de savoir si j'exerce ou pas le métier de bergère. Inversement, en étant étudiante, d'autres codes de conduites sont attendus. Je suis parfois arrivée à l'université avec de grosses chaussures de montagne. J'ai fait deux soutenances en ayant la peau brulée par le soleil. On peut alors parler d'un « désajustement corporel » (Rehany & Sorignet, 2006, p. 20) qui interfère dans la conduite de différentes activités d'appartenance.

20On observe donc ici un enchevêtrement des identités. Celui-ci influence les sentiments d'appartenance ressentis selon les contextes. La crédibilité de l'une ou l'autre de ces identités peut se voir remise en cause ou questionnée selon ces « désajustements corporels » ou ces « mésadaptations » circonstancielles. Cet enchevêtrement peut aussi devenir très complexe à gérer, comme mentionné plus haut et il va être analysé plus en profondeur dans la prochaine section, lorsque la crédibilité du chercheur dépend de la crédibilité de la bergère.

Des crédibilités enchevêtrées : quand la crédibilité du chercheur passe par celle de la bergère

21Pour un chercheur étranger au groupe pastoral, la question de la maîtrise du métier ne se pose pas. L'on ne demande pas à un chercheur étranger de savoir attraper une brebis pour être crédible dans le cadre de ses recherches. Par contre, pour quelqu'un du milieu, ne pas maîtriser les savoir-faire ou avoir une mauvaise réputation peut remettre en cause la légitimité de ce chercheur-berger et ses recherches. En effet, comment cette personne peut-elle analyser correctement le milieu si elle a mal assimilé les savoir-faire et le savoir-être au métier ?

22Je vais donc tenter tout au long de mes recherches de terrain de montrer mes qualités de bergère, de faire « bonne figure » pour ne pas « perdre la face » comme bergère et comme chercheure (Goffman,1974). Je vais chercher à préserver ma réputation au sein du groupe pour rendre davantage légitime mon statut de chercheure. Mais cette démarche n'a pas toujours porté ses fruits. Avoir ces deux identités implique de ne pas pratiquer les activités qui leur sont respectivement liées aussi assidûment que souhaité. Cette situation induit d'autres ratés, que l'exemple suivant illustre.

23À cette formation de dressage de chiens de direction qui s'étend sur trois jours, j'arrive sur place en tant que bergère qui veut améliorer les compétences de ses chiens de travail. Mes recherches portant sur les normes étatiques et la transformation du métier d'éleveur, je m'imagine mal faire du terrain lors de cette formation qui ne regroupe que des bergers-salariés et un éleveur-dresseur de chiens, David.

24Plusieurs bergers salariés sont présents, dont certains que je connais déjà, mais peu. Dans le groupe professionnel des bergers, les présentations consistent à la description « des places » où le berger a travaillé pour tenter d'identifier les expériences acquises, le cercle de connaissance et le degré de difficulté des conditions de travail vécues. Cette présentation permet de créer une hiérarchie, d'attribuer des statuts dans le groupe liés aux compétences du berger. Je me suis présentée aux autres comme étant bergère depuis dix ans et faisant, en parallèle, des études sur le métier de berger en anthropologie. Personne ne s'étonne de mon parcours, car beaucoup de bergers ont aussi des profils scolaires avancés. Les bergers présents sont plutôt jeunes et ont quelques années d'expérience. Je suis la bergère qui a le plus d'années d'expérience dans le groupe avec un autre berger. On m'accorde une certaine crédibilité et une position hiérarchique intéressante.

25Certains ont de très bons chiens de travail et d'autres de très mauvais. Rapidement, un sentiment de compétition s'installe entre les bergers. Ceux qui ont les plus mauvais chiens se justifient de ce manque de performance, dû à l'âge tardif de l'acquisition du chien, au passé du chien, aux mauvais traitements... Un des bergers présents, Simon, venu avec trois chiens, fait travailler presque exclusivement sa meilleure chienne, laissant les autres à l'attache. Pourtant, lors des présentations, celui-ci parle de ses autres chiens et des problèmes vécus avec ceux-ci. Certains semblent choisir, probablement sous la pression de la performance et de la compétition, de ne montrer que leurs meilleurs atouts plutôt que de former ceux qui en ont vraiment besoin. Un autre berger présent confirmera cette perception de compétition ressentie en mentionnant à la fin de la formation que sa copine avait fait cette formation de dressage l'année précédente et qu'elle était revenue « en larmes » à la maison. Elle avait mal vécu les commentaires formulés par les autres bergers et le dresseur sur le travail de sa chienne.

26Pour ma part, durant la formation, je souhaite faire « démarrer » ma chienne la plus jeune, Vénus. Celle-ci suit sa mère Plume au travail, mais manque d'initiative. Durant les deux premiers jours de la formation, on explique au groupe nos problèmes vécus avec nos chiens. Je parle de Vénus, de ses travers et de combien elle est différente de sa mère qui, elle, est excellente, mais à la retraite depuis un an à cause de problèmes de santé. Mes deux chiennes n'ont pas travaillé sérieusement depuis un an car, devant me concentrer sur mes recherches, je n'ai pas travaillé comme bergère. Elles ne sont pas au meilleur de leur forme.

27Durant le séjour, les discussions commencent à aborder la question des primes, des normes étatiques. Je me retrouve lors des repas à entendre parler de mon sujet de recherche. Subtilement, je tente de prendre des notes pour me souvenir des propos tenus. Lorsque je me rends compte que je peux relever des informations pour ma thèse, je commence à censurer mes propos et regrette d'avoir tant exprimé mes opinions en tant que bergère qui se socialise dans un groupe de berger.

28La formation se passe bien jusqu'à la veille du départ, car je vis un dilemme. Ma plus vieille chienne Plume regarde sa fille depuis le début de la formation et reste à l'attache. Cela me peine de la voir céder sa place à sa fille. Je suis curieuse de voir comment la mère réaliserait les mêmes exercices. Depuis le début, je vante les savoir-faire de Plume, combien elle est meilleure que sa fille. J'éprouve donc le besoin de faire travailler la mère par solidarité, mais j'ai tout de même peur qu'elle fasse n'importe quoi devant le groupe et me tourne en ridicule, n'ayant pas « bossé » sérieusement depuis un moment. Je décide tout de même de la faire « bosser » par empathie. Ça se passe effectivement très mal, elle saute partout, n'écoute pas les ordres. Je reviens vers le groupe en disant qu'elle est trop énervée et que ça fait trop longtemps qu'elle n'a pas travaillé. Une bergère qui n'a pas beaucoup d'expérience me dit qu'elle n'aurait pas hésité à lancer une balle dans un précipice pour que le chien y meure si elle avait eu le même chien que moi. Le propos me blesse. Je réponds à cette bergère qu'elle dit ça sans connaître la chienne et que sans elle je n'aurais pas réussi à faire toutes ces montagnes (je remets en valeur mon ancienneté), qu'elle m'a vraiment rendu service.

29À partir de cet événement, je sens que les relations sociales avec les autres bergers et le formateur se modifient. Ma place dans la hiérarchie semble avoir changé. On doute de mes compétences de bergère ayant vu la piètre performance, non pas d’une mais de mes deux chiennes. On va me tenir de plus en plus à l'écart. Dans les heures qui vont suivre, je vais tenter de redire subtilement à certains bergers en aparté que ce qu'ils ont vu des performances de ma chienne est dû à sa retraite anticipée. Je vais tenter de revenir dans le groupe en reparlant avec ceux qui me connaissaient déjà sur des références historiques partagées (qui confirment mon ancienneté). Je vais finalement reprendre une position médiane dans le groupe, ma connaissance antérieure de certains bergers confirmant ma présence dans le milieu depuis longtemps. Un des bergers sur place connaît d'ailleurs les chiens de la lignée de mes chiennes (le père) et sa propriétaire qui est une personne charismatique dans le groupe. Le fait d'avoir eu un chiot venant d'un berger étant considéré comme « bon » ou charismatique joue positivement, comme par ricochet, sur mon statut ou ma réputation. Mais le facteur hiérarchique que j'avais à mon arrivée, mes années d'expérience, ont été interrogées tout comme mes récits du fait d'avoir vu mes chiennes travailler. Je vais repartir de cette formation en étant troublée.

30Un mois plus tard, je recroise par hasard le dresseur David et sa femme à la Direction départementale des territoires (DDT). J'étais sur place pour observer une formation donnée aux éleveurs sur la nouvelle Politique agricole commune. David semble content de me revoir, mais surpris de me voir « là ». Après quelques minutes de conversation, il se rappelle que je réalise aussi des recherches. À la fin de cette journée, où David et sa femme ont pu observer mes compétences de chercheure (en me baladant dans la salle, en échangeant avec les techniciens et éleveurs présents), je leur propose de faire un entretien chez eux la semaine suivante. Ils acceptent.

31Même si tout s’est bien passé durant cet entretien, j'ai tout de même l'impression que si ma chienne avait mieux performé, ces rencontres se seraient passées différemment du fait que David m'aurait plus estimée comme bergère. Ce n'est qu'une perception, mais je ne crois pas me tromper. Ce type de sentiment « imprécis » a souvent été présent sur mon terrain. Un sentiment m'informe de quelque chose, de normes, de ressentiments, mais les preuves tangibles me manquent factuellement, sinon de l'expression subtile de communication non verbale. Mais une chose est sûre, ce type de perception a influencé mon assurance et le déroulement de mes entretiens.

32Ce dernier exemple illustre les difficultés à vouloir conserver une double identité quand l'idée d'exercer le métier, le « faire », n'est pas présent. Il décrit aussi les difficultés à savoir quand commence et quand se termine le terrain dans un milieu familier. De plus, il illustre le changement de ma position hiérarchique au sein du groupe et la remise en cause de mon expérience suite à l'observation des performances de mes chiennes. En remettant en cause mes compétences de bergère, ce sont mes compétences de chercheure qui peuvent aussi être interrogées. Cette position de double identité est donc instable pour quelqu'un qui ne « fait » pas le métier constamment et qui n’utilise pas ses outils de travail en conséquence.

Conclusion : prendre ou perdre sa «juste place» ?

33J'ai pu, dans le cadre de ces recherches, utiliser mes identités à certains moments pour obtenir différents types d'informations, créer des liens, étant parfois plus bergère, parfois plus chercheure. Or, ma marge de manœuvre ou ma « stratégie identitaire », n'était pas aussi grande que l'on pourrait le penser comme en témoignent ces « ratés » de terrain. Cette gestion identitaire demande des capacités de contorsion pour s'adapter au contexte, aux gens, tant dans le milieu universitaire que pastoral. Il m'est arrivé régulièrement de ne pas me sentir à ma place en lien avec mes outils de travail, mes attributs corporels et les mœurs du milieu où je me trouvais. Soit trop bergère dans le monde académique, bronzée avec une posture particulière, ou inversement trop doctorante, blanche et peu musclée, dans le monde pastoral.

34En somme, les « ratés » de terrain vécus dans le cadre de mes recherches doctorales correspondent à des formes de funambulisme, une recherche d'équilibre identitaire, d'ajustement afin de maintenir des identités professionnelles toujours mises à l'épreuve dans cette idée de « faire ». Ces jugements liés à la pratique d'une activité peuvent nuire à la conduite de recherches et aux façonnements des identités emmêlées. Surtout lorsqu'il y a une alternance, un balancement du fait de valoriser plus l'une ou l'autre de ces identités selon ses réussites ou ses échecs. En fait, comme un « mécanisme de défense » (Malewska, 1987), la mise en échec d'une ou de l'autre de ces identités peut amener l'individu à se rabattre sur l'autre identité pour se justifier de ces échecs. Cette alternance identitaire joue aussi sur la prise de distance que devrait (en théorie) prendre le chercheur. Car l'identité de chercheur décrite dans mes exemples n'est pas « figée », première et fondamentale (comme le laissent présupposer certains textes en anthropologie cités plus haut). Elle semble bien plus souvent une identité « emmêlée » à d'autres éléments identitaires d'appartenance selon les motivations du chercheur. Populaire dans la littérature spécialisée, cette idée de processus « dynamique » du façonnement de l'identité semble pourtant ne s'appliquer que partiellement au « chercheur ».

35Dans ce type de recherche qui demande une « implication totale » (Rehany & Sorignet, 2006, p. 6), il faudrait se pencher davantage sur ces identités qui se perdent, qui sont en jeu sur le terrain, qui s'« emmêlent » (Mercan, 2009), se « malaxent » (Kauffman, 2006, p. 595), ou « s'enchevêtrent » (Kohn, 2001), qui sont en tension et comprendre comment le chercheur s'adapte afin de mener à bien ses recherches tout en essayant de maintenir ses identités multiples pour que ça ait du sens. Ces échecs, ces « ratés », cette jonglerie identitaire, cette alternance dans ces sentiments d'appartenance peuvent devenir des éléments heuristiques dans la mesure où ils permettent d'analyser les normes sociales avec lesquelles le chercheur doit jongler. C'est cette « tension » heuristique entre distance, proximité et appartenance qui peut être un « vecteur de connaissance » (Albera, 2001, p. 12) dans la recherche en terrain proche. Et le tout afin d'éviter des ratés de terrain, des ratés identitaires ou des identités ratées, induits par le port de multiples casquettes.

Top of page

Bibliography

Albera D. (2001), « Terrains minés », Ethnologie française, vol. 31, pp. 5-13.

Bensa A. (1995), « De la relation ethnographique. À la recherche de la juste distance », Enquête, n° 1, pp. 131-140.

Bila B. (2008), « Anthropologie "chez soi" auprès de personnes vivant avec le VIH à Ouagadougou. Empathie, méthode et position des acteurs », ethnographiques.org, n° 17, [En ligne] http://www.ethnographiques.org/IMG/pdf/ArBila.pdf - consulté le 15.12.2016.

Bizeul D. (2003), Avec ceux du FN. Un sociologue au Front national, Paris, Éditions La Découverte.

Favret-Saada J. (1977), Les Mots, la mort, les sorts, Paris, Éditions Gallimard.

Forster A. (2013), « We are all Insider-Outsiders: A Review of Debates Surrounding Native Anthropology », Student Anthropologist, vol. 3, n° 1, pp. 13-26.

Galibert C. (2004), « Anthropologie fictionnelle et anthropologie de la fiction : un exemple d’"ethnologie à domicile" », Anthropologie et Sociétés, vol. 28, n° 3 , pp. 127-146.

Goffman E. (1974), Les Rites d'interactions, Paris, Éditions de Minuit.

Goulet J.-G. A. (2011), « Présentation : l’interdit et l’inédit. Les frontières de l’ethnologie participante », Anthropologie et Sociétés, vol. 35, n° 3, pp. 9-42.

Halpern C. (2004), « Faut-il en finir avec l'identité ? », Sciences Humaines, vol. 7, n° 151, pp. 12-16.

Kaufmann J.-C. (2006), « Identité », dans Mesure S. & P. Savidan (dir.), Le Dictionnaire des sciences humaines, Paris, Presses universitaires de France, pp. 593-595.

Kohn R. C. (2001), « Les positions enchevêtrées du praticien-qui-devient-chercheur », dans Mackiewicz M.-P. (dir), Praticien et chercheur. Parcours dans le champ social, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 15-38.

Hennigh L. (1981), « The Anthropologist as Key Informant: Inside a Rural Oregon Town », dans Messerschmidt D. A. (dir.), Anthropologists at Home in North America: Methods and Issues in the Study of of One's Own Society, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 121-132.

Malewska Peyre H. (1987), « La notion d'identité et les stratégies identitaires », Les Amis de Sèvres, n° 1 , pp. 83-93.

Mercan A. (2009), « Quand identités de médecin et d’anthropologue s’enmêlent : conséquences sur affectations, affects et éthique », ethnographiques.org, n° 17, [En ligne], http://www.ethnographiques.org/2008/Mercan - consulté le 15.12.2016.

Olivier de Sardan J.-P. (2000), « Le "je" méthodologique. Implication et explicitation dans l'enquête de terrain », Revue française de sociologie, vol. 41, n° 3, pp. 417-445.

Ouattara F. (2004), « Une étrange familiarité. Les exigences de l’anthropologie "chez soi" », Cahiers d'études africaines, n° 175, pp. 635-658.

Peirano M. G.S. (1998), « When Anthropology is at Home: The Different Contexts of a Single Discipline », Annual Review of Anthropology, vol. 27, pp. 105-128.

Rehany N. & P.-E. Sorignet (2006), « L’ethnographe et ses appartenances », dans Paillé P. (dir), La Méthodologie qualitative, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 9-32.

Thome B. (1979), « Political Activist as Participant Observer: Conflicts Of Commitment in a Study of the Draft Resistance Movement of the 1960’s », Symbolic Interaction, vol. 2, n° 1, pp. 73-88.

Urbain J.-D. (2003), Ethnologue, mais pas trop, Paris, Éditions Payot.

Wacquant L. (2000), Corps et âme. Carnets ethnographiques d'un apprenti boxeur, Marseille, Éditions Agone/Comeau et Nadeau.

Zarca B. (1988), « Identité de métier et identité artisanale », Revue française de sociologie, vol. 29, n° 2, pp. 247-273.

Top of page

Notes

1 Plusieurs expressions sont présentes dans la littérature francophone et anglophone pour décrire ces recherches du proche : Post-exotic anthropology, native anthropology, insider anthropology, anthropology at home, indigenous anthropology, l'anthropologie domestique, l’ethnologie de proximité ou du quotidien (Urbain 2003), l’ethnologie à domicile (Galibert 2004), ou l’anthropologie du familier. Inspiré des recherches de Jean Guy A. Goulet (2011) et modifié.

2 Voir à ce sujet les nombreuses recherches en socio-anthropologie du développement où plusieurs chercheurs, étant aussi développeurs ou médecins par exemple, analysent cette difficulté d'avoir de nombreuses casquettes sur le terrain.

3 Tous les noms ont été modifiés.

4 La Politique agricole commune (PAC) européenne subventionne l'élevage ovin français. Les éleveurs souhaitant obtenir ces aides doivent remplir un « dossier PAC » afin de recevoir « des primes ».

Top of page

References

Electronic reference

Émilie Richard-Frève, « Quand une bergère se fait anthropologue dans le milieu pastoral en Provence : comment conserver une double identité sur son terrain d'étude et son terrain d'appartenance ? », SociologieS [Online], Research experiments, Penser les ratés de terrain, Online since 23 May 2017, connection on 21 November 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6121

Top of page

About the author

Émilie Richard-Frève

Doctorante en anthropologie, EHESS Marseille - Centre Nobert Elias (France) -richard_freve_emilie@hotmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page