Navigation – Plan du site
Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs

Prendre l’âge en considération dans les méthodes qualitatives. Une tentative d’explicitation

Taking Age into Consideration in Qualitative Methods
Baptiste Brossard

Résumés

Lors d’une recherche qualitative, comment prendre en considération l’âge des enquêtés dans l’analyse de la relation d’enquête ? Cet article approche la question à partir de la relecture de publications sociologiques et anthropologiques et de travaux de terrain menés par l’auteur auprès d’adolescents et de personnes âgées. Il défend une vision relationnelle de l’âge, au sens où cette variable n’y est pas appréhendée comme une caractéristique individuelle des acteurs mais comme une dimension de l’interaction révélant à la fois un rapport (autant matériel que symbolique) de domination et une mise en scène de soi. Il revient dans un premier temps sur les différentes manières de construire un objet de recherche et de délimiter un terrain selon l’âge des enquêtés. Il propose dans un second temps une grille de lecture formalisant l’analyse des rapports d’âge : si l’âge implique la mise en scène d’un rapport de domination, quels en sont les indices observables ? Peut-on les expliciter afin de faciliter le travail de terrain et son analyse réflexive ?

Haut de page

Texte intégral

1Ai-je une vie normale pour mon âge ? Mon enfant est-il en avance ou en retard en comparaison aux autres enfants du même âge ? Cet homme fait-il son âge, est-il bien conservé ? Cette femme sera-t-elle bientôt trop vieille pour avoir un enfant ? À son âge, ne serait-il pas mieux que mon grand-père cesse de conduire ou envisage d’aller en maison de retraite ? Si ces questions nous paraissent sensées, c’est que nous consacrons un temps important de notre vie sociale à nous demander si notre situation et nos comportements correspondent à certaines attentes collectives liées à notre âge et à développer ce même type d’appréciations vis-à-vis des autres. L’âge et les normes associées au processus de vieillissement agissent comme un opérateur central dans les jugements ordinaires. Plus généralement, nous vivons dans une société stratifiée par âges où la mesure du temps passé depuis la naissance des individus conditionne leur accès à certains droits (voter dès 18 ans, bénéficier de réductions jusqu’à 26 ans), certaines institutions (entrer en maison de retraite dès 60 ans), et leur appartenance à certaines catégories de population plus ou moins clairement délimitées : « enfants », « adolescents », « jeunes », « adultes », « vieux ».

2De nombreuses raisons justifient que les sciences sociales prennent l’âge en considération. Dans le cadre d’enquêtes qualitatives (mais le problème se pose également pour les enquêtes quantitatives), il reste difficile de saisir les implications de cette donnée tant elle imprègne tous les aspects de la vie en société. Par conséquent, lorsque l’on observe une interaction, que l’on conduit un entretien, que l’on étudie des documents, l’âge des individus intervient systématiquement sans que son influence puisse être précisément délimitée par rapport à celles d’autres données telles que le genre des individus, leur milieu social d’origine, leur situation socioéconomique, leur socialisation professionnelle.

3Un premier pas vers la résolution de ce problème pourrait être d’expliciter les manières dont il est possible d’appréhender l’âge au cours d’une recherche qualitative. D'où la nécessité, d'après moi, d'une clarification théorique : cet article présente quelques tentatives en ce sens. J’aborderai dans un premier temps les principales méthodes d’intégration de l’âge à la construction des objets de recherche. J’énumérerai dans un deuxième temps les utilisations possibles de cette donnée dans la compréhension des matériaux d’enquête. Je proposerai au cours d'un troisième temps une grille de lecture des rapports d’âge en termes d’échelles. Enfin, un quatrième temps m'autorisera à conclure par la recension de quelques méthodes permettant d’améliorer la prise en considération de l’âge dans l’analyse des données qualitatives.

Catégories d’âge et construction de l’objet

4Lorsque les chercheurs en sciences sociales utilisent une catégorie d’âge, ils peuvent référer à différentes choses et ces différences peuvent être clarifiées, je le suggère, à partir d’une question : de quelles manières la catégorie d’âge étudiée est-elle inscrite dans le processus de recherche ?

5Certaines recherches sont confrontées à une catégorie déterminée préalablement par des institutions. Ainsi, les travaux de Muriel Darmon (2013) sur les classes préparatoires ou ceux d’Isabelle Mallon (2004) sur les maisons de retraite portent de fait sur la jeunesse et sur la vieillesse, parce que les institutions enquêtées ont pour caractéristique d’accueillir des individus à partir de critères d’âge. Il y a ici une relation de préexistence institutionnelle de la catégorie sur la recherche.

6De façon sensiblement différente, il arrive qu’une catégorie d’âge « s’impose » parce que la pratique que souhaite étudier le chercheur concerne des individus appartenant à une même classe d’âge. Mon étude des pratiques d’automutilation (Brossard, 2014) ou celle de Manuel Boutet (2008) sur les jeux en ligne ont conduit respectivement à rencontrer des adolescents/jeunes adultes et des adultes plutôt « jeunes » (en moyenne 26 ans). Il s’agit d’une relation de préexistence pratique de la catégorie sur la recherche.

7L’observation d’un ensemble cohérent de pratiques parmi un ensemble d’individus relativement homogène en termes d’âge peut mener certains chercheurs à créer des nouvelles catégories ou bien à discuter celles qui ont été définies par le passé. Les débats sur la « post-adolescence » provoqués par la modification des seuils traditionnels d’entrée dans la vie adulte (Galland, 2001) ou encore ceux sur les différentes appellations du vieillissement suite à l’évolution des modes de vie après la retraite (Caradec, 2012) l’illustrent particulièrement. On pourrait qualifier cette relation de formalisation pratique, c’est-à-dire que la catégorie d’âge utilisée est la formalisation, par une expression, d’une réalité sensée exister avant la recherche mais que cette dernière explicite en vue de refléter une relative homogénéité de pratiques parmi une population et les variations de pratiques au sein de cette homogénéité relative, à la manière des différentes sortes de déprise identifiées parmi les personnes âgées (Caradec, 2012).

8D’autres recherches tentent de formaliser les propriétés d’un groupe social en fixant des seuils d’âge. Par exemple, Frédéric Balard (2011) s’intéresse aux personnes « très âgées » et fixe un seuil à 90 ans pour séparer ses enquêtés possibles du reste de la population. De même, Marc Bessin et Hervé Levilain (2012) parlent de parentalité « tardive » au sujet des personnes qui ont un enfant après 40 ans. Ce mode de construction de l’objet emprunte aux méthodes statistiques un découpage de l’âge en tranches numériques, arrondies par décennies, afin d’appréhender une réalité préalablement présente sous forme de jugements (les parents « sur le tard ») ou de communauté d’expérience (les « très vieux »). C’est une relation de formalisation d’inspiration statistique.

9On peut enfin approcher les catégories d’âge comme des catégories, c’est-à-dire mettre l’accent sur leur variabilité sociale et historique. Le travail de Rémi Lenoir (1979) sur « l’invention du troisième âge » et celui de Philippe Ariès (1973) sur l’histoire de l’enfance se saisissent ainsi de catégories d’âge (troisième âge, enfance) en tant que catégories institutionnellement fondées – dans le sens d’opposé à biologiquement – en vue de les déconstruire. Le processus à l’œuvre est une relation de préexistence à valeur réflexive, puisque la préexistence de la catégorie vis-à-vis de la recherche fait l’objet même des investigations.

10Si cette énumération n’est probablement pas exhaustive, elle permet de mettre en évidence quelques questions essentielles à l’intervention de la donnée « âge » dans la construction d’un objet de recherche. La première concerne le mécanisme de création ou de récupération d’une catégorie d’âge : dans quelle mesure le processus de recherche conduit-il à faire émerger une catégorie ou à en décrire une déjà existante ? La deuxième réside dans les appuis que trouve le chercheur pour découper les catégories qu’il utilise, en se basant sur des découpages institutionnels, des seuils numériques fondés sur des statistiques, des pratiques, etc. La troisième interroge la manière dont le processus de recherche inscrit la réalité de cette catégorie dans le monde social : dans quelle mesure le chercheur suggère-t-il que l’utilisation de cette catégorie permet de mieux refléter un aspect de la société ou qu’elle constitue un artifice socialement construit ?

Expliquer et comprendre par l’âge

11Quels intérêts trouvent les chercheurs en sciences sociales à mobiliser l’âge des enquêtés au cours de leurs analyses ?

  • 1 Sur l’ « effet de réel » en sciences sociales, voir Passeron, 1991, pp. 207-226.

12L’usage majoritaire consiste à favoriser un effet de réalisme 1, c’est-à-dire l’ensemble des techniques d’écriture visant à signifier au lecteur que le travail empirique s’est réellement produit – que le chercheur était là, sur le terrain, en présence de vraies personnes. Certains précisent le nom/pseudonyme des individus puis leur âge (« Martine, 57 ans »), leur profession (« Martine, 57 ans, secrétaire »), voire leur origine sociale (« Martine, 57 ans, secrétaire, fille de professeurs de littérature antique »). La mention de l’âge semble importante pour produire l’effet de réalisme (« Martine, secrétaire » laisserait une image plus floue de l’enquêtée) sauf lorsqu’elle est sous-entendue par d’autres informations (« Martine, lycéenne » est a priori adolescente ou jeune). Elle repose sur un ensemble de représentations culturelles auxquelles le lecteur a préalablement été socialisé ; par exemple, en France, « 57 ans » signifie « proche de la retraite ».

  • 2 Dans cette partie j’ai fait le choix de ne pas citer de travaux : étant donné que mon but est de di (...)

13Intéressons-nous plus spécifiquement à ces procédés par lesquels l’âge, en plus de contribuer à l’effet de réalisme, devient un élément analytique, donc quand il est mobilisé afin d’expliquer ou de comprendre « quelque chose ». Pour ce faire, il faut être en mesure de démontrer que l’âge d’une personne ou d’un groupe de personnes est une condition sans laquelle ces individus ne penseraient ou n’agiraient pas de la même façon. Ce procédé requiert en fait de recourir à une ou plusieurs « sous-conceptions » de ce qu’implique effectivement l’âge. Je chercherai à en distinguer les principales formes (qui souvent se recoupent les unes avec les autres), en m’inspirant de la littérature francophone sur le vieillissement 2. L’âge est considéré, selon les travaux, comme une combinaison plus ou moins explicitée de ces dimensions :

  • Un état physique et mental modelant ce que les enquêtés peuvent effectivement faire, ce qui peut par exemple conduire à expliquer qu’une personne âgée réduise ses activités parce qu’elle n’est plus en état physique de toutes les maintenir. Cet état engage par ailleurs un rapport au monde social marqué par ces possibilités pratiques.

  • Une variable de l’expérience. Cela peut par exemple mener à comprendre qu’une personne âgée a un rapport spécifique au monde qui l’entoure parce qu’elle sait qu’un temps de plus en plus court la sépare de son décès et de facto parce que son temps de vie passé est relativement plus long qu'une partie croissante de la population.

  • Un certain avancement au sein d’un parcours de vie, avancement marqué par des évènements socialement significatifs, tels que la ménopause, dont la représentation médicalisée influence l’orientation de la trajectoire des femmes concernées, ou encore la retraite.

  • L’appartenance à une génération, notamment liée au fait d’avoir vécu certains évènements historiques, peut contribuer à expliquer certaines visions du monde ou conduites – par exemple, le rapport à la politique des anciens soixante-huitards.

  • Une probabilité de connaître une certaine position dans la parenté. Être vieux, c’est aussi avoir de fortes chances d’être grand-parent, donc de connaître une certaine forme de relations familiales.

  • L’âge participe à la position dans la structure sociale et économique. Ainsi les personnes âgées sont-elles souvent à la retraite, ce qui engage certaines modalités de gestion économique de la vie quotidienne – selon les sociétés, cette position dépend en partie de l'avancement dans le parcours de vie (c).

  • L’âge peut être pensé comme une catégorie performative, c’est-à-dire une catégorie qu'utilisent les individus pour se penser et que les autres utilisent pour les penser. Cela génère notamment des attentes comportementales normatives, par exemple les restrictions attendues des personnes âgées en matière de sexualité.

14Cette énumération laisse voir que souvent, l’âge est une donnée « secondaire » : elle n’est pas explicative en elle-même, mais renvoie à d’autres éléments analytiques tels que les formes de parentalité, la situation économique des personnes, les évènements qu’elles ont vécus, leur condition physique, etc. On pourrait donc dire qu’il ne s’agit d’une donnée « primaire », ayant directement un caractère explicatif, que pour les chercheurs qui le conçoivent comme une expérience (b) et/ou comme une catégorie performative (g). Dans ces cas, l’âge est un élément analytique en lui-même, qui ne nécessiterait pas le recours à des éléments sous-jacents pour être inséré au cours d’une argumentation.

15Deux autres raisons justifient la mobilisation de l’âge dans les analyses.

16La première est l’inscription dans un champ de recherche. Sauf exceptions, les chercheurs ont intérêt à montrer, lorsqu’ils écrivent un texte ou communiquent sur leurs travaux, qu’ils font avancer la recherche dans un domaine donné. Replacer ses conclusions dans le cadre d’une réflexion générale sur un âge de la vie semble nécessaire pour ceux dont les enquêtés sont des « jeunes » ou des « vieux », car alors ces catégories d’âge renvoient à des champs suffisamment constitués de la recherche pour qu’on puisse y faire référence, la sociologie de la jeunesse ou du vieillissement. Les chercheurs dont les enquêtés sont « adultes » n’ont pas cette préoccupation puisqu’alors, d’autres divisions sont jugées plus structurantes (et donc apparaissent comme académiquement pertinentes) : la santé, le travail, la famille, etc. Notons que les chercheurs spécialistes de l’enfance ont quant à eux la possibilité de se référer également au champ de la socialisation et de l’éducation.

17La seconde est que l’âge constitue un référentiel pratique afin de monter en généralité. Ainsi l’ouvrage de Muriel Darmon sur les classes préparatoires (dont le second titre est « une jeunesse dirigeante ») ou le mien (dont le second titre est « une jeunesse auto-contrôlée ») ne portent pas a priori sur une catégorie d’âge mais sur une pratique ou une institution associées à un certain âge. Rattacher ce qui a été observé ou entendu sur le terrain à la situation d’un groupe d’âge permet d’intégrer les résultats d’une enquête qualitative à la dynamique plus générale de la société étudiée. Ce procédé se base sur le postulat qu’en vertu de leur âge, les enquêtés vivent des choses similaires à d’autres individus d’âges proches dans une société donnée.

L’âge à différentes échelles

18Les réflexions précédentes montrent que la prise en considération de l’âge dans les enquêtes qualitatives est une opération complexe notamment parce que cette donnée produit des effets à plusieurs niveaux, des seuils administratifs aux expériences individuelles, des enjeux institutionnels des chercheurs aux relations de parenté, etc. D’où l’intérêt des analyses qui tentent de rendre compte de cette complexité, sur le modèle de l’age stratification theory (Riley, 1971) dont l’apport essentiel a été de penser en interaction les mouvements historiques de générations, la stratification de la société par âges et les rôles sociaux associés à chacun de ces âges. Cette théorie a une visée principalement conceptuelle et macrosociale, elle est par exemple utilisée afin de comprendre les conflits politiques au prisme de l’âge (Foner, 1974).

19Mais nous partons ici d’une problématique plus microsociale : savoir que faire de l’âge des enquêtés au cours d’une recherche qualitative. Une possibilité serait de reprendre à l’age stratification theory le constat que l’âge contribue à structurer les relations de pouvoir entre les individus et les groupes à différents niveaux imbriqués et de dissocier les échelles de grandeur souvent uniformisées sous le concept de domination. En guise de tentative, on pourrait distinguer les inégalités structurelles – inégalités de ressources entre les personnes, par exemple de revenu ou de niveau d’étude – les hiérarchies formalisées – qu’elles soient formalisées par l’écrit (contrats) ou par des traditions (relations familiales) – et les ascendances situationnelles – lorsqu’au cours d’une interaction, un interactant « prend le dessus » sur un autre, par exemple en suscitant son obéissance à une injonction. Les ambiguïtés inhérentes à la vie sociale à cette échelle peuvent rendre difficile le constat d'une ascendance situationnelle et il serait en même temps improductif de pré-établir une grille de lecture de ces dominations microsociales : à ce niveau, l'essentiel est probablement pour le chercheur de restituer le plus précisément possible et avec réflexivité ce qui lui fait suggérer une telle ascendance.

  • 3 Au 19 juin 2012 ; http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/age.asp?legislature=13

20Ce type de différenciation génère des questions utiles. Il permet d’une part d’interroger la signification de l’âge dans un milieu donné, sans pour autant uniformiser cette signification. Prenons un exemple simple. Si j’effectue un entretien avec un député de 30 ans, je sais par ailleurs que la moyenne d’âge des députés est de 59 ans et 10 mois 3. Il est « jeune » structurellement, relativement à sa profession, ce qui le place dans une situation minoritaire même si tous les députés sont « égaux » institutionnellement et si, au niveau des interactions, je ne sais pas dans quelle mesure la « jeunesse » est une force ou une faiblesse dans ce milieu. La situation serait bien différente si cet enquêté de 30 ans travaillait dans le mannequinat ou était un sportif de haut niveau : il serait « en fin de carrière », donc défavorisé structurellement bien que formellement rien n’officialise cette situation – et l’on peut imaginer que l’expérience offre une marge de liberté supplémentaire relativement aux nouveaux venus dans la profession.

21D’autre part, cette grille de lecture permet d’interpréter sociologiquement certains comportements liés au positionnement par âge des individus. Les jeunes enseignants qui cherchent à se vieillir en modifiant leur tenue vestimentaire et leur attitude procèdent à une stratégie d’alignement avec une perception normative du professorat (liée au cadrage des carrières par les institutions concernées), afin de gagner un ascendant situationnel sur leurs élèves. Les personnes âgées qui cherchent à se rajeunir, par exemple via les « techniques anti-âge », cherchent à pallier les inégalités structurelles qui découlent de leur âge, dans la mesure où il semble que les traits physiques de la vieillesse sont dévalorisés dans presque tous les milieux sociaux. Il reste à savoir comment objectiver, même partiellement, ces normes associées à l’âge.

22On gagne enfin à appréhender le degré de cohésion entre les différentes échelles que nous venons de décrire, c'est-à-dire en se demandant à la fois dans quelle mesure ces échelles se renforcent mutuellement et dans quelle mesure des rapports de causalité existent entre elles – souvent, les rapports structurels de domination façonnent ce qui se produit à un niveau micro-social. Un rapport de domination peut se produire sur un mode unilatéral. Lorsqu’une mère punit son enfant parce qu’il a fait une bêtise, une domination est exercée à la fois à un niveau structurel (la différence d’âge crée à la base une distinction de pouvoirs et de capitaux), institutionnel (les règles familiales donnent à la mère le droit de sanctionner son enfant) et situationnel (l’enfant est interdit de faire quelque chose, et en dernier ressort la différence d’âge implique ici une différence physique permettant la coercition d’un parti). Mais la réalité peut aussi être plus complexe. C’est le cas de ces situations fréquemment relatées dans le monde du travail où des conflits opposent les « jeunes », plus diplômés, aux « anciens », plus expérimentés (par exemple Cartier, 2003). Un employé jeune et diplômé qui obtient de sa supérieure hiérarchique moins diplômée de ne pas obéir à son ordre se voit dominant sur le plan situationnel (il obtient de faire ce qu’il souhaite), dans un cadre où il est dominé sur le plan institutionnel (son contrat de travail conditionnant son emploi mentionne qu’il doit obéir) et dominant sur le plan structurel (il est un homme dans une société historiquement patriarcale, plus diplômé dans une société où la culture scolaire est valorisée). Et l’on pourrait complexifier ainsi à l’infini.

Quelques techniques

23Pour finir, je proposerai d’expliciter quelques techniques d’analyse utiles dans la prise en considération de l’âge au cours d’une enquête qualitative.

24La première technique consiste à mettre en confrontation, sur un même terrain d’enquête, les limites indigènes d’âge, depuis les limites les plus formelles jusqu’aux plus informelles : l’interprétation de leurs décalages est souvent précieuse. Par exemple, dans une maison de retraite observée, si la limite d’âge est fixée institutionnellement à 60 ans, la grande majorité des résidents ont au minimum 70 ans et ceux qui ont entre 60 et 70 ans y ont souvent été placés suite à des troubles psychiatriques diagnostiqués. Cette simple observation est une entrée pour l’analyse de la répartition des différents publics entre institutions de prise en charge. Je me permets de faire l’hypothèse que dans la plupart des mondes sociaux, les limites informelles liées à l’âge sont bien plus restrictives que les limites formelles. Ces décalages témoignent de représentations sociales et sont donc une entrée pour étudier les attentes de rôle et injonctions normatives liées aux parcours de vie.

25La deuxième technique est au premier abord une difficulté : interpréter les références explicites à l’âge. Il arrive que les enquêtés parlent de leur âge. Mais ces discours ne reflètent pas systématiquement une réelle préoccupation ou une réelle dimension de l’expérience de l’avancée en âge. Ils peuvent en effet être liés à des rituels de socialisation, comme lorsqu’on dit « une année de plus ! » ou « tu es vieux maintenant ! » pour plaisanter à quelqu’un qui fête son quinzième anniversaire. Ces phrases relèvent souvent de ce que Bronislaw Malinowski a nommé la « communication phatique » (Malinowski, 1923), c’est-à-dire qu’à la manière des remarques sur le temps qu’il fait, ce type de communication vise plus à développer une sociabilité en tant que telle qu’à échanger des informations, même si, au fond, la dévalorisation globale de la vieillesse dans notre société fait que ces sociabilités renvoient en définitive à un contexte et des représentations tout à fait signifiantes. Trois questions permettent d’aller plus loin :

  • Quel est l’impact concret de ces discours ? Dire « je suis vieux » à sa glace en se rasant un matin ne produit pas un effet aussi flagrant que lorsqu’un homme politique se sert de son âge pour mettre en scène son expérience et sa maturité. Dans le premier cas, l'effet peut surtout s'avérer performatif tandis que dans le second il s'agit immédiatement d'un ensemble de tâches concrètes, par exemple pour les équipes de communication, et des enjeux économiques associés ;

  • D’où viennent ces discours ? L’usage de certaines expressions associées à l’âge – comme « dinosaure » dans le monde du travail – implique une expérience individuelle, mais s’interroger sur leur provenance permet d’approfondir ce qu’elles signifient collectivement et ce qui a mené certaines personnes à les reprendre à leur compte – dans le cas des « dinosaures », une certaine politique managériale ;

  • Quelles sont les contextes d’énonciation des expressions associées à l’âge ? Cette question signifie simplement que derrière une manière de parler, il y a toujours un contexte qui rend telle ou telle parole possible, donc que ces paroles témoignent autant du souhait d’expression de l’interlocuteur que du contexte dans lequel il se trouve.

26Troisième technique, les comparaisons comportementales permettent d’interroger l’influence de l’âge dans les relations sociales : il s’agit de comparer plusieurs interactions et de comprendre comment l’âge des interactants influence les échanges. Mme Grazzini, résidente dans une maison de retraite, cherche à occuper une position « à part » dans l’établissement : à 64 ans, elle refuse d’être assimilée, dit-elle, à la masse des « vieux croutons » qui peuplent l’établissement. S’évertuant à mettre en place des règles distinctives, elle demande au personnel de l’appeler par son prénom. Cette manœuvre ne prend sens que si l’on compare, à « statut » égal (parmi les résidents), la manière dont cette règle de comportement est appliquée : les autres résidents sont appelés par leur seul nom. Et l’on peut comparer, à âge proche (« jeunes » résidents, « vieux » employés et certains proches visiteurs) la signification de cette règle : les employés s’appellent par leur prénom, de même que les résidents recevant leur famille, mais les résidents se désignent entre eux par leurs noms la plupart du temps. Si cet exemple peut sembler anecdotique, il fait ressortir la possibilité, par les comparaisons comportementales (faire varier l’âge à « statut » égal et le « statut » à âge égal) une possibilité de mieux comprendre comment l’âge participe à la structuration des relations dans un espace donné, sans omettre l’influence conjointe du « statut » des personnes ou d’autres de leurs propriétés sociales.

27La quatrième technique interroge les signes socialement associés à l’âge. Cette expression désigne l’association de certains objets ou comportements à certains âges de la vie ; la canne réfère à la vieillesse, le hochet à la petite enfance. Ces associations n’ont pas de fondement logique – il arrive que des jeunes subissant les séquelles d’un accident utilisent une canne et l’on peut concevoir que certains adultes apprécient de jouer au hochet. Ces associations révèlent l’ensemble de représentations qui nous ont été léguées au cours de nos socialisations. Le réflexe face à l’adulte qui joue au hochet est de dire qu’il est au mieux excentrique, au pire fou. Les dispositifs de réflexivité permis par une approche qualitative, par exemple via le fait de tenir un journal de terrain durant l’enquête, sont dès lors essentiels pour comprendre comment nous-mêmes, en tant que chercheur, avons été confortés ou non dans ces associations, et même pour comprendre par quels mécanismes ces associations nous ont été inculquées. En la matière, une attention comparative s’avère essentielle dans la mesure où l’on peut facilement être amené à penser à tort que ce que nous observons est spécifique à une classe d’âge. C’est le cas de beaucoup de psychiatres et de sociologues qui, travaillant sur l’adolescence, concluent trop facilement que cet âge de la vie se caractérise par une sorte d’obsession pour le style vestimentaire et l’appartenance groupale qui en résulte. N’importe quel travail de terrain parmi les adultes ou les personnes âgées montrerait des processus similaires.

28La cinquième technique est probablement la mieux connue : elle consiste à examiner la façon dont l’âge des interactants oriente les rôles sociaux qu’ils sont amenés à jouer, notamment au cours de la relation d’enquête. Beaucoup de jeunes chercheurs ayant conduit des entretiens avec des personnes âgées se sont ainsi retrouvés en position de « petit-fils » ou de « petite-fille », c’est-à-dire qu’ils ont senti que leur interlocuteur se comportait en partie avec eux selon une norme relationnelle de grand-parentalité. Une conséquence, étant donné que ce rapport débouche souvent sur l’incitation à manger des petits gâteaux, dans un contexte où les recherches sur le vieillissement se développent, est peut-être un problème diététique à moyen terme parmi les jeunes chercheurs attachés au travail de terrain. À un niveau analytique, il serait important de réussir à mieux décrire ces relations d’enquête. Dresser systématiquement une liste des rôles sociaux qui nous semblent avoir été mis en place au cours d’une interaction est un premier pas ; le second étant de lier ces rôles avec les éléments concrets qui y font penser, des intonations de voix au contenu des discours, des gestuelles aux allusions directes à ce rôle (« vous me faites penser à mon petit-fils »), explicitations que le chercheur peut d’ailleurs encourager afin de mieux comprendre la relation d’enquête. Cette proposition s’inscrit dans la réflexion que mène Erving Goffman (1974) au sujet du « répertoire figuratif », qu’il décrit comme un ensemble de manières de se comporter que chacun a appris au cours de sa socialisation et qu’il va réinjecter dans les situations nouvelles – que sont souvent les entretiens sociologiques – afin de trouver un mode comportemental qui lui paraît approprié. Il est parfois possible de cerner ces rôles en comparant le comportement des enquêtés avec celui d’autres personnes ; par exemple, un jeune chercheur enquêtant dans un milieu de travail se voit souvent considérer de la même façon qu’un stagiaire, ce qui est facilement observable.

Conclusion

29Je suis parti de la supposition que nommer et décortiquer les opérations analytiques auxquelles les chercheurs peuvent se livrer – souvent spontanément – permet d’accroître la conscience de ces opérations et donc à terme, de les améliorer. En effet, à partir du moment où un processus de connaissance est formalisé, qu’il n’est plus un « secret de fabrication », il peut être critiqué, conforté, mis en cause, amendé. C’est une façon parmi d’autres d’ouvrir une interrogation sur les conditions méthodologiques de l’analyse de l’âge. Il s’agit aussi de s’interroger sur la spécificité de l’âge dans les méthodes qualitatives. En définitive, parce que les remarques précédentes pourraient être adaptées au questionnement sur l’usage du genre et des rapports de classe dans l’enquête et l’analyse, reste ouverte la question de savoir comment, dans leur méthodologie pratique et quotidienne de la recherche, les chercheurs en sciences sociales peuvent s’approprier les théories de l’intersectionnalité.

Haut de page

Bibliographie

Ariès P. (1973), L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien régime, Paris, Éditions du Seuil.

Balard F. (2011), « Vivre et dire la vieillesse à plus de 90 ans. Se sentir vieillir mais ne pas être vieux. Ambivalence des représentations du grand âge par les personnes très âgées », Gérontologie et Société, n° 138, pp. 231-244.

Bessin M. & H. Levilain (2012), Parents après 40 ans: l’engagement familial à l’épreuve de l’âge, Paris, Éditions Autrement.

Boutet M. (2008), « S’orienter dans les espaces sociaux en ligne. L’exemple d'un jeu », Sociologie du travail, vol. 4, n° 50, pp. 447-470.

Brossard B. (2014), Se Blesser soi-même. Une jeunesse auto-contrôlée, Paris, Éditions Alma.

Caradec V. (2008), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Éditions Armand Colin.

Cartier M. (2003), Les Facteurs et leurs tournées. Un service public au quotidien, Paris, Éditions La Découverte.

Darmon M. (2013), Classes préparatoires la fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, Éditions La Découverte.

Foner A. (1974), « Age Stratification and Age Conflict in Political Life », American Sociological Review, vol. 39, n° 22, pp. 187-196.

Galland O. (2001), « Adolescence, post-adolescence, jeunesse : retour sur quelques interprétations », Revue française de sociologie, vol. 42, n° 4, pp. 611-640.

Goffman E. (1974), Les Rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit.

Malinowski B. (1923), « The Problem of Meaning in Primitive Languages”, dans Ogden C. K. & I. A. Richards, The Meaning of Meaning, New York, Harcourt Editor, pp. 451-510.

Lenoir R. (1979), « L'invention du "troisième âge" », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 26-27, pp. 57-82.

Mallon I. (2004), Vivre en maison de retraite : le dernier chez-soi, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Passeron J.-C. (1991), Le Raisonnement sociologique, Paris, Éditions Nathan.

Riley M. W. (1971), « Social Gerontology and the Age Stratification of Society », The Gerontologist, vol. 11, n° 1, pp. 79-87.

Haut de page

Notes

1 Sur l’ « effet de réel » en sciences sociales, voir Passeron, 1991, pp. 207-226.

2 Dans cette partie j’ai fait le choix de ne pas citer de travaux : étant donné que mon but est de différencier des formes spécifiques de prise en compte de l’âge, associer chaque forme à une publication simplifierait à outrance des recherches généralement plus complexes.

3 Au 19 juin 2012 ; http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/age.asp?legislature=13

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Brossard, « Prendre l’âge en considération dans les méthodes qualitatives. Une tentative d’explicitation », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Que faire de l’âge dans l’enquête ? Penser les rapports sociaux d’âge entre enquêtés et enquêteurs, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/6013

Haut de page

Auteur

Baptiste Brossard

Maître de conférences (lecturer), School of Sociology, The Australian National University (Australie) - baptiste.brossard@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page