Navigation – Plan du site
Où en est le pavillonnaire ?

Le désenchantement pavillonnaire

The disenchantment of detached houses households
Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé

Résumés

L’article se centre sur des familles vivant dans des pavillons implantés aux confins d’une grande métropole régionale située au nord-est de la France. À partir d’entretiens approfondis menés au domicile d’une vingtaine de ménages dans le cadre de plusieurs recherches réalisées au début des années 2010, le propos interroge le quotidien de familles qui ont voulu accéder à tout prix et à n’importe quel prix à une maison souvent située dans un lotissement. Ce faisant, il est question de montrer combien la vie quotidienne de nos informateurs est de plus en plus ponctuée de moments de doute pouvant se transformer progressivement en véritable désenchantement même s’il existe des moments d’enthousiasme.

Haut de page

Texte intégral

1En France, l’engouement pour la maison individuelle manifesté par les classes moyennes émergentes remonte à la période de la Restauration et s’amplifiera au cours de la seconde moitié du xixème siècle, suite notamment aux échecs des formes d’habitat communautaire imaginées par les socialistes utopiques ; ces échecs ont « conduit des responsables politiques et des théoriciens réformistes à envisager une transposition populaire de la villa bourgeoise » (Dezès, 2001, p. 23). Le phénomène pavillonnaire s’amorce davantage au moment où les ouvriers souhaiteront résider à proximité des manufactures implantées, sous la pression des hygiénistes, dans les périphéries urbaines durant les années 1870-1910. Relativement mineur avant la Première Guerre mondiale, le courant en faveur de l’habitat pavillonnaire se confirmera entre les deux guerres parmi les différentes catégories de populations ouvrières, mais également au sein de la nouvelle classe moyenne. Même si les promoteurs d’une nouvelle société faite de « Cités radieuses » et a fortiori de « Grands ensembles » immobiliers ont beaucoup œuvré à la Libération, il n’en demeure pas moins que l’attachement au pavillonnaire ne s’est pas démenti au cours des Trente Glorieuses comme l’ont montré de nombreuses études (Raymond et al., 2001). Aujourd’hui, cet attrait pour le pavillon ne faiblit pas, de sorte que cette forme urbaine gagne des contrées de plus en plus éloignées des centres-villes et s’impose même comme le modèle d’habitat prédominant du périurbain (Damon, Marchal & Stébé, 2016). Cela se traduit notamment par la multiplication, jusque dans les zones rurales, de lotissements de maisons avec jardin.

2Notre propos se focalise sur des familles vivant dans des pavillons implantés aux confins des espaces périurbains de l’agglomération de Nancy, ville située au nord-est de la France. À partir d’entretiens semi-directifs et approfondis (Beaud, 1996) menés au domicile d’une vingtaine de ménages dans le cadre de deux recherches réalisées en 2011 et 2013, cet article interroge le quotidien de familles qui ont voulu accéder à tout prix et à n’importe quel prix à une maison souvent située dans un lotissement. Ce faisant, il est question de souligner combien la vie quotidienne est ici de plus en plus ponctuée de désillusions se traduisant par des moments de fatigue, de lassitude et de doute en dépit de moments d’enthousiasme, de satisfaction et de joie.

3L’article revient tout d’abord sur les travaux qui ont, depuis une cinquantaine d’années, mis en évidence les différentes motivations à la suite desquelles les familles font le choix de résider dans un pavillon. Il s’arrête ensuite, à partir de nos recherches empiriques, sur les multiples aspects que revêt le désenchantement pavillonnaire de certaines familles résidant loin des aménités et se sentant en dehors de la vie urbaine. Il montre enfin la complexité des situations et l’hétérogénéité des familles déçues du pavillonnaire à tout prix.

L’engouement pour la maison individuelle

  • 1 Il s’agit ici des dates de réédition des ouvrages et des textes parus initialement au milieu des an (...)

4Depuis un demi-siècle, les chercheurs en sciences humaines et sociales, et plus particulièrement les sociologues urbains, ont eu le souci d’identifier et de comprendre les ressorts de l’attachement à la maison d’une majorité de Français (80 %), mais également les représentations relatives à ce type d’habitat. Dès les années 1960, l’Institut de sociologie urbaine (ISU) a mis en évidence combien l’attrait pour le pavillon de banlieue s’explique par un habitus culturel et non par une idéologie « petite bourgeoise » (Raymond & al., 2001 ; Haumont, 2001 ; Raymond, 2001) 1. Dans ce sens, ces auteurs, insistant sur le fait que le pavillon n’est pas seulement l’apanage des « petits-bourgeois », ont souligné à quel point la question centrale n’était pas celle d’une opposition radicale entre le logement individuel et le logement collectif, mais celle d’une conception architecturale adaptée qui permet aux habitants de mieux maîtriser leur habitat, de s’approprier l’espace avec plus de facilité – chacun trouvant sa place en fonction de ses désirs et de ses besoins – et de ne pas être dépendant du monde extérieur : le jardin donne, par exemple, la possibilité aux enfants d’être « dehors » sans pour autant quitter le domicile familial (Paul-Lévy & Segaud, 1983 ; Haumont, 2001).

5Plus récemment, la géographe Marie-Christine Jaillet montre dans quelle mesure les vastes zones pavillonnaires situées à la périphérie des villes s’apparentent plus à un « espace mosaïque » dans lequel les différentes strates socioprofessionnelles qui composent les couches intermédiaires sont venues s’installer afin de bénéficier d’un prix du foncier attractif permettant l’accès à un lieu de vie apaisant, investi d’une forte dimension patrimoniale et matérialisant la réussite sociale (Jaillet, 2004). Notons à ce propos avec Éric Charmes que l’attirance pour la maison réside dans le regard que les habitants portent sur la propriété individuelle : valorisant celle-ci, ils aspirent à ne pas être, 1/ enserrés physiquement dans un immeuble collectif et, 2/ assujettis juridiquement par un règlement de copropriété (Charmes, 2005).

6Quant à Jeremy Rifkin, il insiste sur le fait que l’achat d’un pavillon de banlieue vaut « ticket d’entrée » dans un club résidentiel, c’est-à-dire qu’en devenant propriétaire d’une maison, on devient également membre d’un groupe de résidents bénéficiaires d’un univers social, paysager et environnemental spécifique, facteur de distinction identitaire et vecteur de sécurité (Rifkin, 2000). Dans le même sens, Éric Charmes, à partir du cas français, avance que résider dans un lotissement pavillonnaire, c’est surtout disposer de voisins qui ne s’immiscent pas dans la vie privée tout en vivant au sein d’un espace social valorisant proche de la nature et procurant sécurité et bien-être (Charmes, 2005 ; 2011).

7D’autres chercheurs (Cartier et al., 2008), à partir d’une perspective héritée des études sur la stratification sociale, relèvent que l’accès à un pavillon de banlieue concrétise, pour les individus issus des catégories populaires, la prise de distance avec leur origine sociale modeste et la possibilité de vivre « comme tout le monde ». C’est dire si le pavillon est un support d’affirmation de soi et de distinction sociale, comme l’affirme également Jacques Donzelot, lequel note en outre que les pavillonnaires, soucieux de défendre leur tranquillité, leur école de quartier et, par extension, leur qualité de vie, se tiennent à bonne distance de ceux susceptibles de venir perturber leur « petit bonheur » (Donzelot, 2009).

8Le choix d’une maison individuelle loin des villes est par ailleurs motivé, comme le note Catherine Maumi, par l’attrait de la nature et de la campagne (Maumi, 2008). L’idéal recherché est celui d’une ville à la campagne ou tout du moins d’un cadre de vie, sinon en harmonie, en tout cas proche de la nature. Les paysages champêtres et agricoles procurent aux résidents des lotissements pavillonnaires un repos visuel qui leur permettrait de « se ressourcer » et de vivre plus sereinement que dans le monde urbain. Mais le rapport qu’entretiennent les habitants au monde rural et à la nature s’avère ambivalent, étant donné que la figure de la campagne se révèle être autant une ressource pour la justification du choix résidentiel qu’une figure d’opposition. L’habitant du pavillonnaire ne fuit pas forcément la ville, il veut les avantages à la fois de la ville et de la campagne. C’est ainsi que le pavillon individuel attire un grand nombre de familles en vertu de son cadre de vie particulièrement adapté à la vie familiale : les ensembles pavillonnaires, éloignés des dangers et des nuisances de la circulation automobile, offrent en effet des espaces relativement sûrs pour les enfants et leurs jeux (Haumont, 2001).

9Enfin, des sociologues et des géographes (Dodier, 2007 ; Marchal & Stébé, 2015) insistent plus particulièrement sur l’importance que revêt l’accessibilité aux centralités économiques, scolaires, commerciales et culturelles dans le choix de son lieu de résidence pavillonnaire, avec en arrière plan la question des temps de transport, des facilités de déplacement et des aménités proposées (Pinson & Thomann, 2002 ; Le Breton, 2008).

Les déçus du pavillonnaire

10Les motivations initiales des familles à accéder à une maison individuelle s’accompagnent d’une certaine allégresse et même d’un véritable engouement. C’est d’autant plus le cas qu’elles se nourrissent d’affects, renvoient à des rêves, s’inscrivent dans des trajectoires résidentielles et prennent sens au regard de parcours de vie (Authier et al., 2010). Mais nos recherches ont montré combien l’enthousiasme et l’entrain à l’origine de la volonté d’accéder à la propriété d’un pavillon peuvent assez rapidement se muer en désillusion et en désenchantement.

  • 2 L’ensemble de ces données provient des Recensements de l’Institut national de la statistique et des (...)

11Le protocole méthodologique mis en place lors de nos recherches nous a conduits à interviewer longuement 21 familles ayant acquis ou construit un pavillon depuis moins de dix ans au sein d’un lotissement dans la majorité des cas (16 sur 21). Nous avons rencontré d’une part, des familles qui ont fait le choix pour des raisons économiques de s’éloigner au plus loin de l’agglomération de Nancy afin de trouver un pavillon à un prix accessible et d’autre part, des familles qui ont décidé pour des raisons davantage idéologiques de se rapprocher d’un environnement bucolique et d’une ambiance villageoise loin des désagréments de la vie urbaine. À cet égard, nos terrains de recherches correspondent à deux ensembles de communautés de communes éloignés de 12 à 35 kilomètres de la ville de Nancy, laquelle compte 105 000 habitants et se trouve intégrée au sein d’une agglomération urbaine de 330 000 habitants. Le premier terrain d’investigation, situé à l’extrême nord-est de l’agglomération nancéienne, compte un peu moins de 20 000 habitants répartis au sein de 45 communes dont la plus importante dépasse à peine 1 200 habitants. Le second terrain, localisé au sud-ouest de Nancy, rassemble plus de 70 000 habitants se distribuant dans près de 80 communes. Ces deux territoires, connaissant une croissance démographique depuis les années 1970, se composent de 82 % de propriétaires, dont 40 % sont propriétaires d’une maison individuelle. Ils accueillent par ailleurs une majorité de catégories sociales modestes et moyennes-moyennes. Notre intérêt pour ces contrées à l’écart de la vie urbaine est d’autant plus grand que nous ne sommes pas ici en présence de territoires vieillissants, puisqu’en 2007 seulement 15 % des habitants de l’ensemble des 125 communes observées sont âgés de plus de 65 ans. Cette proportion de personnes de plus de 65 ans est un peu en dessous de la moyenne nationale (16,2 %) et bien inférieure à celle de la région Lorraine (21 %). Il n’y a donc rien d’étonnant de constater au regard des chiffres précédents que la population compte en moyenne 28 % d’habitants âgés de moins de 20 ans, pourcentage qui est supérieur à la moyenne française (25,1 %) et à celle de la Lorraine (25 %) 2.

12Les investigations empiriques ont mis en exergue des déceptions et des regrets difficilement verbalisés et verbalisables, dans la mesure où les familles rencontrées tendent à construire un récit favorable et idéalisé de leur parcours résidentiel afin, d’une part, de ne pas assumer des décisions prises dans des moments d’enthousiasme et, d’autre part, d’occulter des erreurs de jugements qui les ont amenées à ne pas réellement prendre en compte tous les tenants et les aboutissants de leur choix résidentiel.

Une convivialité et une solidarité espérées qui ne sont pas au rendez-vous

  • 3 Tous les noms de famille cités dans cet article sont bien évidemment des noms d’emprunt.

13L’un des points souvent évoqué par nos informateurs porte sur une relative déception vis-à-vis d’une sociabilité « authentique » espérée qui ne s’est pas réalisée. Ce que l’on essaie de fuir en venant à la campagne, c’est la faiblesse et l’inconsistance des relations sociales censées caractériser le monde de la ville. L’univers urbain est en effet systématiquement dénoncé et parfois critiqué avec véhémence en raison de son anonymat, du caractère impersonnel des relations qui y dominent et de son individualisme accentué. Combien de fois n’avons-nous pas entendu Madame Neil 3 dire qu’« ici, c’est pas comme en ville, les gens se connaissent » ou encore préciser que « de toute façon, quand on était à Nancy, personne ne se parlait. Chacun restait chez soi et le soir tout le monde regardait sa télé dans son salon » ? (mariée, mère de trois enfants, infirmière, résidant au sein d’un pavillon à 16 km de Nancy depuis trois ans). Une telle rhétorique visant à stigmatiser les relations sociales de la ville se retrouve dans les propos de nombre d’autres personnes interviewées, notamment dans ceux de Madame Lyon qui fustigent l’absence d’entraide et le repli sur soi : « En ville, tout le monde se fiche de l’autre, personne ne fait attention à personne, c’est pour ça que moi, la ville, j’y vais pas… et j’ai eu envie de partir. La campagne, c’est pas pareil, les gens ils s’ parlent » (mariée, mère de deux enfants, secrétaire, résidant dans un pavillon à 30 km de Nancy depuis quatre ans).

14Mais après avoir décrit longuement leur projet de résider dans un pavillon loin de la ville et après avoir vanté les avantages de la campagne à travers une narration qui gomme les doutes et les incertitudes, de nombreux informateurs se montreront au fur et à mesure de l’entretien plus ambivalents et finiront par dénoncer les carences de la vie excentrée de toute centralité urbaine. En effet, dans le cadre du « contrat de communication » que nous leur avons proposé (Demazière & Dubar, 1997), nos informateurs n’hésiteront pas à souligner combien leur pavillon, situé dans un lotissement avec « des maisons toutes pareilles », « sans âme » et « sans originalité », se trouve éloigné, voire coupé (par une route, une voie ferrée ou encore un pont) du centre du village. Celui-ci est vu alors comme un véritable espace de sociabilité si bien que la vie sociale y est imaginée plus intense et amicale, quand elle n’est pas fantasmée. Dans ces conditions, nos informateurs se rendent compte qu’ils ne sont pas partie prenante de la vie quotidienne du village, des petites rencontres informelles, des conversations rituelles et des scènes de sociabilité concrètes, ici au coin d’une rue, là devant la boulangerie, ailleurs devant l’église ou encore la mairie. Autant dire que nombre d’habitants que nous avons rencontrés ont conscience de l’isolement social dans lequel ils se trouvent bien qu’ayant élu domicile dans un village.

15Ce sentiment d’être isolé est renforcé par la nécessité de recourir quotidiennement à la voiture étant donné l’éloignement des commerces par rapport à la maison (Dibie, 2006). En effet, à la différence de la marche ou de la bicyclette, l’automobile ne permet pas de relations sensibles avec les autres habitants, tout au plus autorise-t-elle un simple signe de la main éphémère, comme le rappelle Madame Théo : « Dans la rue, les gens ne font que passer en voiture, ils roulent bien trop vite pour qu’on ait le temps de se dire bonjour. On est chacun dans notre voiture… il ne se passe rien, on ne se parle pas ». Et elle ajoute : « Quand moi je vais chercher mon pain à la boulangerie du village, je prends toujours ma voiture et je ne croise pas grand monde. C’est sûr que c’est pas comme ça que l’on va connaître les gens du village » (mariée, mère de quatre enfants, vendeuse, résidant dans un pavillon à 32 km de Nancy depuis six ans).

16C’est ainsi que se passe la vie dans de nombreux villages pour les habitants résidant au sein de lotissements pavillonnaires excentrés qui, de fait, se trouvent en retrait de la vie sociale et politique locale menée jusqu’alors. À ce titre, nos informateurs ont tenu à souligner que les coupures spatiales s’accompagnaient de clivages sociaux revêtant une expression toute particulière au moment des échéances électorales et de la composition des listes en vue des élections municipales. À entendre les habitants rencontrés, de telles tensions vont de pair avec des oppositions entre les « gens du lotissement » et les « vieux du village », autrement dit entre les « anciens » et les « nouveaux ». Cela n’est pas sans rappeler les logiques de démarcation et les pratiques d’ostracisme – au sens d’une mise à distance dans la proximité et sans nécessaire « fracture économique » – bien identifiées dans les travaux désormais classiques de Norbert Elias et John L. Scotson (1997) ou encore de Michael Young et Peter Willmott (2010).

17Au regard de cette solidarité villageoise qui n’est pas au rendez-vous, comment s’étonner que nous ayons souvent entendu en fin d’entretien (quinze sur 21) des propos laissant transparaître de nombreuses frustrations et un fort désenchantement ? Cette désillusion ne renvoie-t-elle pas fondamentalement au sentiment de vivre à un endroit où l’on ne mène pas la vie que l’on souhaiterait réellement avoir ? Et Madame Théo, pourtant prolixe sur les bienfaits de la vie villageoise, de dire juste avant de clore l’entretien : « Vous savez de toute façon, nous, si on nous propose un prix correct pour la maison on part, car ici on a aucune attache ».

Une vie dans un pavillon en chantier qui n’en finit pas

18Parallèlement aux déceptions relatives à la vie sociale, force est d’observer que nos informateurs supportent mal, avec les années qui passent, de voir le pavillon qu’ils ont fait construire être toujours en travaux. Cela vaut aussi bien pour l’intérieur que pour l’extérieur puisque nombre d’habitants pensaient, par souci d’économie, pouvoir faire les finitions (peinture, parquet…) et les travaux d’aménagement (terrassement, clôture…) eux-mêmes. Ce constat est similaire pour les familles qui ont acquis une maison à rénover dans la mesure où, là encore, elles pensaient avoir du temps et de l’argent pour réaliser leur projet de rénovation. Or, le temps qui manque au quotidien parce qu’il faut emmener les enfants au club sportif ou à la répétition de musique, les week-ends trop courts pour faire les courses de la semaine, et les économies impossibles à faire en raison du coût d’entretien élevé des voitures, compromettent sérieusement l’avancée des travaux ou de la rénovation. D’où l’apparition progressive d’une lassitude, d’un découragement et d’un essoufflement consécutifs au fait de ne pas être en mesure d’aménager à sa guise la maison dans laquelle on s’est pourtant projeté. Mais plus encore, les entretiens ont révélé chez certains habitants une fatigue de ne pas se sentir complètement chez soi, à l’image de Monsieur Thifany qui finira par nous avouer que « si cela était à refaire il ne le referait pas ». Il admettra en effet au bout d’une heure d’entretien : « Vous savez, voir toujours la maison en travaux, c’est pas marrant et pour ma femme c’est même désespérant. Et puis à un moment donné, la poussière, le plâtre, les outils qui traînent, tout ça fatigue » (marié, père de deux enfants, éducateur, résidant dans un pavillon à 29 km de Nancy depuis sept ans)

19En outre, il faut compter ici avec les différends susceptibles de poindre au sein des familles, que cela soit au sein du couple ou entre les enfants et les parents : « Les travaux pas finis, comme ça gonfle tout le monde, ça devient des sujets d’engueulade. Mon mari n’arrête pas de me dire qu’il n’a pas le temps et les enfants, ils me bassinent que la chambre n’est pas belle et quand ils font venir des petits copains, ils ont un peu honte… » (Madame Merlin, mariée, mère de trois enfants, assistante maternelle, résidant dans un pavillon à 26 km de Nancy depuis huit ans).

20Ces propos se comprennent d’autant plus que la finition du pavillon, sa décoration intérieure et son aménagement extérieur se donnent à voir aux autres, notamment aux voisins et aux amis, qui ne peuvent qu’inférer, au regard du « chantier permanent », un manque flagrant de moyens financiers. C’est bien in fine cela qui affecte nos informateurs étant donné qu’il s’agit derrière tout cet inachevé de laisser parler les choses de manière peu valorisante : un portail inexistant, une chambre sans papier peint, une cuisine sans équipements électroménagers intégrés sont autant de « porte-parole » qui parlent de trop (Callon, 1986).

21Si l’amertume est forte vis-à-vis d’un pavillon toujours en chantier, elle peut l’être aussi à l’égard de la commune lorsque celle-ci ne réalise pas les travaux de voirie promis depuis plusieurs années. Madame Théo ne tarit pas de reproches à l’encontre du maire de sa commune qui ne veut toujours pas bitumer les trottoirs depuis que le lotissement a été créé il y a maintenant cinq ans : « Le maire, j’ai l’impression qu’il se fout de nous. Comme on est en haut du village, notre rue c’est pas son problème. Pour lui, il n’y a que les rues autour de l’église et de la mairie qui comptent. En plus, il dit que c’est à nous le faire. Vous y croyez vous ? Vous ne trouvez pas que le maire nous abandonne ? ».

Un pavillon rêvé qui ne fait plus rêver

22Même si les déceptions observées concernent aussi bien les habitants de maisons individuelles que de pavillons au sein de lotissements, il n’en demeure pas moins qu’à partir du moment où l’on s’attache à saisir le désenchantement lié au bâti et à l’urbanisme, le lotissement soulève de nombreuses critiques et concentre le mécontentement de nombre de nos informateurs. En effet, les jugements négatifs portent plus particulièrement sur l’emplacement, l’aménagement et la forme urbaine des lotissements. Comment ici ne pas insister sur le fait que beaucoup de lotissements observés lors de nos investigations empiriques étaient situés dans un lieu bien délimité et souvent séparé du village par des obstacles environnementaux et physiques, que ce soit un terrain agricole, une rivière, un cimetière, un étang ou encore une sapinière. Ces barrières sont autant matérielles que symboliques, mentales que culturelles, psychologiques que sociales pour des habitants qui les ressentent souvent négativement et qui les vivent comme des entraves à leur intégration à la vie villageoise. Pour preuve, les propos de nos informateurs témoignent d’un fort ressentiment à l’égard d’un cadre spatial peu propice à l’inclusion.

  • 4 Comment ne pas évoquer ici le phénomène NIMBY qui est l’acronyme de l’expression « Not In My BackYa (...)

23Cet ostracisme spatial est d’autant plus mal vécu quand le lotissement s’agrandit au point de devenir impersonnel, anonyme et étranger, au point de ressembler à la vie urbaine à laquelle précisément on a voulu échapper, au point de ne pas supporter les derniers arrivants qui dénaturent le lieu et altèrent la dynamique sociale locale 4. Ils rappellent à leur façon qu’ici, dans le lotissement, il n’y a pas de mémoire des lieux, d’attachement à une histoire et de symbolique liée au patrimoine (Halbwachs, 1970). Il faut dire que la forme urbaine du lotissement rime dans bien des cas avec des pavillons aux toits deux pans, sans sous-sol, avec le garage attenant, fait de produits standardisés et bien alignés sur des parcelles qui longent une route en forme de raquette. Dans ce sens, les propos de Monsieur Parot sont significatifs et condensent les opinions de nombreux autres informateurs rencontrés :

« Ici vous savez, on est dans une sorte d’enclos, loin de tout. Le lotissement "Bois le prêtre", c’est chacun pour soi, c’est comme un endroit sans âme. Tout le monde mène sa vie, chacun de son côté, et le village est trop loin pour y aller à pied, et de toute façon, lorsque j’y vais, je suis regardé de travers par les autres du village. […] Les maisons se ressemblent toutes. Beaucoup veulent vendre lorsque les enfants seront grands » (marié, père d’un enfant, employé dans un hôpital, résidant dans un pavillon à 32 km de Nancy depuis près de dix ans).

Conclusion

24Au regard des propos de Monsieur Parot et de nos autres informateurs, force est de constater que les discours recèlent ici, au-delà des rhétoriques de « façade », des sentiments empreints de déception, de dépit et de regret. Les habitants des pavillons implantés aux confins de l’agglomération de Nancy que nous avons interviewés se rendent compte in fine, au fur et mesure du temps, que leur choix résidentiel s’avère moins idéal qu’il n’en avait l’air de prime abord. Aussi admettent-ils, avec pudeur et non sans une certaine amertume, qu’ils n’ont en réalité ni les avantages de la ville, puisqu’ils sont loin des structures médicales, des bassins d’emploi, des équipements scolaires et culturels, des centres commerciaux…, ni les avantages de la campagne, étant donné qu’ils ne sont pas intégrés dans un réseau de sociabilité local et qu’ils vivent dans un environnement bâti rappelant à bien des égards certains aspects de la vie urbaine, ceux-là même qu’ils ont voulu fuir.

25Bien évidemment, tous nos informateurs ne ressentent pas avec la même intensité le désenchantement pavillonnaire. N’oublions pas que certains voient dans leur choix de résider dans un pavillon éloigné de la ville une opportunité, une chance diront quelques-uns, de vivre à proximité de la nature, tout en ne résidant pas dans des zones rurales reculées et loin de tout.

26D’ailleurs, au sein même des familles que nous avons eu l’occasion d’approcher, des désaccords existent entre les membres : tandis que le mari plébiscite les activités en plein air, son épouse et ses enfants tiennent à manifester leur opposition à une vie trop éloignée de la ville et de ses avantages. Plus encore, nos informateurs eux-mêmes n’affichaient pas toujours une position bien déterminée en la matière. À ce titre, combien de fois n’avons-nous pas entendu des propos ambivalents, voire contradictoires, sur la vie en pavillon dans le périurbain éloigné ?

27Pour autant, ce qui domine dans les propos recueillis, c’est somme toute la prégnance d’un désenchantement, lequel ne se laisse pas percevoir au premier abord. D’où l’importance pour le chercheur en sciences humaines et sociales d’aller au-delà des récits d’autojustification bien trop cohérents pour exprimer des choix qui sont loin d’être entièrement maîtrisés et loin d’être avouables dans leur globalité par les intéressés. C’est que le choix résidentiel n’est pas tout à fait un choix comme les autres.

Haut de page

Bibliographie

Authier J.-Y., Bonvalet C. & J.-P. Lévy (2010), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Beaud S. (1996), « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’"entretien ethnographique" », Politix, vol. 9n n° 35, pp. 226-257.

Callon M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L'Année sociologique, n° 36, pp. 169-208.

Cartier M. et al. (2008), La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, Éditions La Découverte.

Charmes É. (2005), La Vie périurbaine face à la menace des gated communities, Paris, Éditions L’Harmattan.

Charmes É. (2011), La Ville émiettée, Paris, Presses universitaires de France.

Damon J., Marchal H. & J.-M. Stébé (2016), « Les sociologues et le périurbain : découverte tardive, caractérisations mouvantes, controverses nourries », Revue française de sociologie, vol. 57, n° 4, pp. 619-639.

Davis M. (2000), City of quartz. Los Angeles, capitale du futur, Paris, Éditions La Découverte.

Demazière D. & C. Dubar (1997), Analyser les entretiens biographiques. L’exemple de récits d’insertion, Paris, Éditions Nathan.

Dezès M.-G. (2001 [1966]), La Politique pavillonnaire, Paris, Éditions L’Harmattan.

Dibie P. (2006), Le Village métamorphosé. Révolution dans la France profonde, Paris, Éditions Plon.

Dodier R. (2007), « Les périurbains et la ville : entre individualisme et logiques collectives », Les Annales de la recherche urbaine, n° 102, pp. 331-339.

Donzelot J. (2009), La Ville à trois vitesses, Paris, Éditions de la Villette.

Elias N. & J. L. Scotson (1997 [1965]), Logiques de l’exclusion, Paris, Éditions Fayard.

Halbwachs M. (1970 [1938]), Morphologie sociale, Paris, Éditions Armand Colin.

Haumont N. (2001 [1966]), Les Pavillonnaires, Paris, Éditions L’Harmattan.

Jaillet M.-C. (2004), « L’espace périurbain : un univers pour les classes moyennes », Esprit, n° 303, pp. 40-62.

Le Breton É. (2008), Domicile-travail. Les salariés à bout de souffle, Paris, Éditions Les Carnets de l’Info.

Marchal H., Stébé J.-M. & M. Bertier (2012), La Question du lien social dans le périurbain éloigné, Université de Lorraine, 2L2S (multigr.)

Marchal H. & J.-M. Stébé (2013), Rapport final sur les modes de vie, les parcours résidentiels et le rapport au territoire des habitants du Pays Terres de Lorraine, Université de Lorraine, 2L2S (multigr.)

Marchal H. & J.-M. Stébé (2015), « La multiplication des centralités à l’heure de la périurbanisation », L’Année sociologique, vol. 65, n° 1, pp. 247-271.

Maumi C. (2008), Usonia ou le mythe de la ville-nature américaine, Paris, Éditions de la Villette.

Paul-Lévy F. & M. Segaud (1983), Anthropologie de l’espace, Paris, Éditions CCI.

Pinson D. & S. Thomann (2002), La Maison en ses territoires, Paris, Éditions L’Harmattan.

Raymond H. (2001), Paroles d’habitants. Une méthode d’analyse, Paris, Éditions L’Harmattan.

Raymond H., Haumont N., Raymond G. & A. Haumont (2001 [1966]), L’Habitat pavillonnaire, Paris, Éditions L’Harmattan.

Rifkin J. (2000), The Age of Access, New York, Penguin Putmam Editor.

Young M. & P. Willmott (2010 [1957]), Le Village dans la ville. Famille et parenté dans l’Est londonien, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit ici des dates de réédition des ouvrages et des textes parus initialement au milieu des années 1960.

2 L’ensemble de ces données provient des Recensements de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) et de nos propres enquêtes quantitatives (Marchal, Stébé & Bertier, 2012 ; Marchal & Stébé, 2013).

3 Tous les noms de famille cités dans cet article sont bien évidemment des noms d’emprunt.

4 Comment ne pas évoquer ici le phénomène NIMBY qui est l’acronyme de l’expression « Not In My BackYard » pouvant être traduit par « pas dans mon jardin ». Cette expression est souvent utilisée pour désigner les oppositions des riverains à un projet urbanistique nouveau amenant son lot de désagréments (Davis, 2000). Dans les lotissements, les premiers arrivés voient d’un assez mauvais œil les nouveaux entrants qui obstruent le paysage bucolique par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, « Le désenchantement pavillonnaire », SociologieS [En ligne], Dossiers, Où en est le pavillonnaire ?, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5957

Haut de page

Auteurs

Hervé Marchal

Laboratoire 2L2S, Université de Lorraine, France - herve.marchal@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Jean-Marc Stébé

Laboratoire 2L2S, Université de Lorraine, France - jean-marc.stebe@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page