Navigation – Plan du site
Où en est le pavillonnaire ?

Les Français et l’habitat individuel : préférences révélées et déclarées

French people and detached houses: revealed and declared preferences
Julien Damon

Résumés

Les Français, en matière d’habitat, préfèrent la maison individuelle. Cette préférence est, dans les études, souvent révélée à partir des données INSEE faisant état de la progression du parc de logements individuels. Cette préférence est également déclarée par les personnes interrogées. Le pavillon, souvent décrié au regard de certaines conséquences environnementales et déceptions familiales, se situe incontestablement au plus haut des préférences lorsque celles-ci sont exprimées librement de toute contrainte et de toute abstraction conceptuelle. Les Français valorisent la maison individuelle isolée qu’ils visualisent comme l’option, pour eux, la plus souhaitable. Recours aux données et sociologie visuelle permettent de le souligner avec force.

Haut de page

Texte intégral

1Les Français préfèrent-ils vraiment la maison et le pavillon ? La réponse pourrait sembler évidente tant il est martelé qu’ils expriment effectivement une préférence pour le logement individuel.

  • 1 Institut national de la statistique et des études économiques
  • 2 En 2004, le CRÉDOC indiquait ainsi que le « logement idéal » était la « maison individuelle » pour (...)
  • 3 Voir ces résultats et ces développements dans Girard & Stoetzel (1947).

2Le plébiscite pour la maison individuelle a ainsi déjà été souligné par de nombreuses enquêtes. Des chiffres, tirés des différents travaux et bases INSEE 1, sont souvent utilisés pour souligner combien l’habitat individuel est, dans les faits, privilégié, révélant de la sorte les préférences individuelles. La progression de la part des maisons individuelles dans le parc total des résidences principales et la prédominance, sur les quarante dernières années, de la part de la construction d’habitat individuel par rapport à l’ensemble de la construction de logements, sont avancées comme illustration de la préférence française pour l’habitat individuel. Cette préférence révélée par les situations et les évolutions du parc résidentiel est corroborée par de la donnée d’opinion tirée de sondages ponctuels ou de baromètres suivant, dans le temps, des valeurs et des aspirations. Il en va ainsi, par exemple, du CRÉDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) qui a montré et rappelé, à plusieurs reprises, que la maison individuelle représentait le logement idéal pour la majorité des Français 2. Et le résultat n’a rien de neuf. L’Institut national des études démographiques (INED) rapportait les résultats d’un premier sondage, en 1945, traitant des « désirs des Français en matière d’habitation urbaine ». 72 % des enquêtés indiquaient alors préférer la maison individuelle à l’immeuble collectif 3.

3L’affaire semble donc bien entendue. L’aspiration des Français à la maison individuelle serait quasi unanime, avec dans cette représentation positive un imaginaire de qualité et de cadre de vie. Bien entendu, les différents travaux soutiennent que cette préférence très majoritaire présente une certaine hétérogénéité selon l’âge, le revenu, la zone d’habitat (centre-ville, banlieue, espaces périurbains, espaces ruraux).

  • 4 Pour une introduction à ces deux dimensions et une analyse sur un autre domaine que le logement, en (...)

4Mais si la préférence est indéniable, que préfèrent vraiment les Français ? C’est autour de cette interrogation qu’est organisé le propos. On ne s’intéressera pas, méthodologiquement, aux différents avantages et limites des techniques de mesure des préférences déclarées et des préférences révélées. De multiples biais, dans les deux familles de techniques, font l’objet d’une littérature spécialisée, notamment en analyse économique, mettant en avant et en débat des incohérences entre les pratiques et les discours 4.

  • 5 Ces préférences sont souvent considérées comme des attributs des classes moyennes (Damon, 2012). Ma (...)
  • 6 Sur ces approches de « sociologies visuelles » qui méritent leur pluriel, cf. Chauvin & Reix (2015)

5Cet article ne porte pas, en effet, sur la nature, les contraintes et l’intensité d’une préférence, mais bien sur l’objet de cette préférence. La définition de ce qu’est un habitat individuel, une maison, un pavillon, une villa n’est ni évidente ni stable. Il en va de règles d’urbanisme, de marketing de la promotion immobilière, de conventions statistiques. Mais il en va aussi, fondamentalement, de représentations et d’aspirations individuelles 5. C’est cette dimension proprement sociologique qui sera abordée dans un essai de clarification et de démonstration, relevant d’une logique de « sociologie visuelle » 6. Cette perspective sociologique consiste, simplement, à utiliser des images pour enquêter, décrire et saisir un phénomène. Ici, ce sont des images, au sens propre, qui permettent, dans une enquête originale, de choisir son type d’habitat préféré.

6Dans un premier temps, on fera porter l’analyse sur ce que nous apprennent les données administratives et les données d’enquête collectées et traitées par l’INSEE. Ces informations révèlent les préférences résidentielles des Français en observant leurs choix, eux-mêmes fonction de nombreuses dimensions comme les possibilités économiques et les offres du marché. Leurs préférences contraintes vont clairement dans le sens de l’habitat individuel, sans qu’il soit possible d’être plus précis quant au type d’habitat ainsi labellisé. S’agit-il, en particulier, de maisons isolées, de résidences dans des lotissements pavillonnaires, de petites maisons de ville ? L’appareil statistique public ne répond pas à cette question plus précise. Dans un deuxième temps, on reprendra les résultats d’une enquête originale, montrant de manière très visuelle et très claire que la préférence française va non seulement vers l’habitat individuel, mais plus précisément encore vers la maison isolée, entourée de son jardin.

La préférence pour l’habitat individuel révélée par les données INSEE

  • 7 Voir, notamment, Durif & Berniard (1969). Dans cette exploitation des données INSEE, il apparaît, e (...)
  • 8 . L’enquête logement, ou ENL, est une source classique pour toutes les études sur le pavillonnaire (...)
  • 9 Pour les premiers résultats de 2013, voir Arnault, Crusson, Donzeau & Rougerie, (2015). Pour des ré (...)

7L’INSEE fait depuis longtemps porter son attention sur la question des préférences en matière de logement. Il en va d’expertises et résultats depuis des décennies 7. L’institut réalise de grandes enquêtes, dont l’enquête Logement, qui permettent une information aussi vaste que précise 8. La dernière vague de l’enquête Logement s’est déroulée de juin 2013 à juin 2014 portant sur 27 000 logements en France métropolitaine. Elle fait suite à une série d’enquêtes réalisées régulièrement depuis 1955 9.

8Cette enquête de référence décrit les caractéristiques sociodémographiques et économiques des ménages et les modalités d’occupation de leur résidence principale. En termes de définitions et de délimitation, l’INSEE distingue une construction selon son caractère individuel ou collectif. En tant que convention statistique, la maison correspond à un bâtiment ne comportant qu'un seul logement et disposant d'une entrée particulière. L’INSEE distingue deux types de maisons : individuel pur (maison individuelle résultant d'une opération de construction ne comportant qu'un seul logement) ; individuel groupé (maison individuelle résultant d'une opération de construction comportant plusieurs logements individuels). Le terme « collectif » est défini par l'exclusion des deux premiers concepts. Il s'agit de logements faisant partie d'un bâtiment de deux logements ou plus. Dans d’autres présentations et définitions, l’INSEE estime qu’un logement individuel est un logement situé dans un immeuble comprenant un seul logement et un logement collectif un logement situé dans un immeuble comprenant plusieurs logements 10.

9C’est à partir de ces définitions que l’INSEE compte et analyse. Fin 2013, la France métropolitaine compte, de la sorte, 28 millions de résidences principales. Plus de la moitié d’entre elles sont des maisons individuelles. La proportion de l’habitat individuel est stable depuis le début des années 2000 (56,6 % en 2013), après avoir augmenté régulièrement dans les décennies 1970 à 1990. La maison est, avant tout, une affaire de propriétaires. 80 % des propriétaires occupent une maison, alors que plus des deux tiers des locataires du secteur libre et 84 % des locataires du secteur social résident en habitat collectif. La quasi-totalité des résidences principales en zones rurales sont des maisons, tandis que, dans les unités urbaines de 200 000 habitants ou plus (y compris l’agglomération parisienne), il s’agit d’appartements dans 68 % des cas.

Tableau 1. Proportion de maisons individuelles (%)

1984

1988

1992

1996

2001

2006

2013

54,0

55,4

55,8

56,2

56,7

56,3

56,6

Champ : France métropolitaine, résidences principales
Source : INSEE, enquêtes Logement

  • 11 Voir, en ce sens, l’analyse de Bourdieu & de Saint-Martin (1990).

10De ce constat, il est souvent fait état pour conclure à la préférence des Français pour la maison individuelle. Trois remarques s’imposent. Tout d’abord, rien n’indique a priori que la progression de la proportion de logements individuels par rapport au parc total de logements soit la conséquence d’une préférence des habitants. Il peut s’agir, si l’on ne dispose pas d’autres informations, d’un effet lié à la structuration de l’offre et aux évolutions des politiques publiques plutôt que d’un effet direct d’une prédilection ou d’un désir des Français. Dans une autre veine, cette préférence pourrait refléter l’adhésion à un modèle de propriété individuelle, à la fois intériorisé par les ménages et soutenu par les politiques publiques 11. Enfin, cette affirmation statistique des maisons individuelles ne dit pas grand-chose de ce que sont, concrètement, ces maisons individuelles.

  • 12 Voir, à nouveau, Arnault, Crusson, Donzeau & Rougerie (2015).

11L’enquête Logement permet toutefois d’en savoir plus sur les caractéristiques et qualités du logement individuel. Celui-ci progresse régulièrement ne serait-ce qu’en termes de surface. En moyenne, la surface des logements a augmenté, rapidement dans les décennies 1970 et 1980 puis plus lentement dans les décennies 1990 et 2000. En 2013, elle est à peu près la même qu’en 2006 (91 m2). Cette stabilité recouvre des tendances différentes dans l’habitat individuel et dans le collectif. Alors que la surface des maisons a continué d’augmenter très légèrement (pour atteindre 112 m2 en 2013), celle des appartements, qui stagnait depuis 25 ans, a été repérée, en 2013, en recul (à 63 m212.

12Le nombre moyen de personnes par logement a, lui, régulièrement baissé depuis les années 1980, en raison notamment du vieillissement de la population et de l’augmentation du nombre des décohabitations liées aux ruptures conjugales. En moyenne, un logement ne compte plus 2,7 personnes comme en 1980 mais 2,3 en 2013. Depuis 1984, la taille des ménages a diminué plus sensiblement dans le collectif (-0,5) que dans l’individuel (-0,4). En conséquence, la surface moyenne par personne a augmenté de près de 10 m2 depuis les années 1980 et plus particulièrement dans l’habitat individuel, où elle atteint 45 m2 contre 32 m2 dans le collectif. Ces progrès en surface, plus importants pour le logement individuel que pour le logement collectif (où l’on observe stagnation et même diminution), apparaissent visuellement clairement sur deux graphiques de même échelle, placés l’un à côté de l’autre (Figure 1).

Figure 1. Indicateurs de taille et d'occupation…

Figure 1. Indicateurs de taille et d'occupation…

Champ : France métropolitaine, résidences principales.
Source : INSEE, enquêtes Logement.

13De cet ensemble de chiffres sur les évolutions du parc de logements on ne saurait pleinement déduire une préférence française pour l’individuel. On peut tirer une conclusion et faire une hypothèse. Le logement individuel devient, au moins sur le plan de l’espace, toujours plus attractif car en général moins coûteux, notamment car plus éloigné des centres. Il l’est aussi car l’offre, considérée en nombre de mètres carrés et pas seulement en termes de localisation, est plus attrayante. Au titre de la qualité, appréciée par la surface disponible, le logement individuel diffère de plus en plus du logement collectif. Si, en moyenne 8,5 % des ménages en 2013 sont en situation de surpeuplement, le problème continue de s’atténuer dans l’habitat individuel (où il ne concerne plus que 3 % des habitants) et connaît une remontée dans le collectif (à 16 % des ménages). Plutôt qu’une conclusion générale sur les préférences absolues ou relatives des Français, on ne peut à ce stade qu’émettre l’hypothèse de cette croissance et de cette amélioration du parc individuel comme résultantes d’une préférence réalisée des Français pour ce type de logement.

14Avec un vocabulaire d’économiste, les modifications du parc de logement, qui sont fonction des évolutions de la production et de l’offre, révèlent les choix et les préférences de consommateurs de logement que sont les habitants. Et ces préférences personnelles pour la maison individuelle iraient en opposition de plus en plus marquée, pour des soucis de développement durable et de lutte contre l’étalement urbain, avec des préférences collectives que voudraient faire valoir les pouvoirs publics en faveur de l’habitat collectif, communément pensé comme plus dense et moins énergivore. En tout état de cause, la production de logements individuels – ceci expliquant la progression de ce segment de l’offre – a, sur les dernières décennies, été plus fournie que la production de logements collectifs.

  • 13 Pour des données et analyses, soulignant d’ailleurs la forte préférence américaine pour le detached (...)
  • 14 Sur l’importance observée du rôle des promoteurs dans la valorisation du produit « maison », voir L (...)

15Le service statistique du ministère du Logement (SOeS) suit précisément les autorisations de construction, les débuts de travaux, les commercialisations. Il distingue les « logements individuels purs » (maison individuelle résultant d'une opération de construction ne comportant qu'un seul logement) et les « logements individuels groupés ». La notion procède de l’économie immobilière plus que de la réalité sociologique. Les Anglo-saxons distinguent plus précisément ce qu’ils baptisent les maisons « détachées » (au sens d’individuelles et isolées), des maisons « semi détachées » (qui peuvent être individuelles et groupées), voire des maisons « séparées » 13. Ces nuances à l’esprit, la dynamique est cependant extrêmement claire. De 1980 à 2014, soit 34 ans, la France a accordé davantage de permis de construire pour du logement individuel (groupé ou isolé) que pour du logement collectif. Au total sur la période – et pendant 23 ans (Figure 2.) – la production de logements individuels a primé, statistiquement, par rapport au logement collectif. Il y a certainement un lien avec les préférences des Français, mais rien n’autorise à dire, en constatant cette prédominance de la promotion et de la construction, que la préférence française est forte. La prédominance de l’individuel pourrait très bien être le fait des avantages socio-fiscaux, comme des stratégies des promoteurs et aménageurs 14.

Figure 2. Part des logements individuels par rapport au nombre annuel de logements autorisés

Figure 2. Part des logements individuels par rapport au nombre annuel de logements autorisés

Champ : France entière (Mayotte non compris) depuis 1980.
Source : Ministère du logement, SOeS, Sit@del2.

Une préférence déclarée très souvent et affirmée visuellement

16Comment donc objectiver la préférence française pour l’individuel ? Ce n’est pas en s’intéressant uniquement aux conséquences possibles d’une telle préférence. C’est en s’intéressant à ce qu’en pensent et en disent les Français. Plutôt que de se pencher sur des préférences révélées a posteriori, par des comportements, il faut observer, sociologiquement, des préférences déclarées. Celles-ci sont repérables lorsque les individus, placés sur un marché hypothétique, se voient proposer des situations et des arbitrages à faire.

  • 15 Pour une critique de ce voile d’ignorance, cette forme particulière de robinsonnade, voir Sandel (2 (...)

17L’analyse des choix résidentiels et de leurs dynamiques peut porter rétrospectivement sur ce qui a présidé à des décisions. Elle peut aussi porter sur les choix sous contraintes, ou sous « voile d’ignorance » – à la John Rawls donc (Rawls, 1971) 15 – permettant de mettre au jour des préférences relatives en fonction de divers équilibres ou bien encore des préférences absolues si les contraintes sont, le temps d’une enquête, gommées.

  • 16 Voir l’ensemble de l’enquête et de ses résultats dans Bonnet (2013).

18Dans une étude menée par Internet en 2010 auprès de 3 800 personnes, chaque individu était interrogé de manière à choisir le logement qu’il déclarait préférer, parmi trois logements possibles, décrits par des caractéristiques telles que la surface habitable, la proximité au centre-ville ou au lieu de travail, le mode de chauffage, l’isolation thermique 16. L’exploration détaillée des préférences est toujours complexe, car nécessitant, si l’on veut vraiment prendre en compte des choix pouvant nourrir des décisions, des dimensions aussi capitales que les attributs physiques du logement, le niveau d’accessibilité aux services, le cadre de vie, le coût du logement. Il s’agit de proposer, selon les mots de ce travail, des « expériences de choix ». La démarche divulgue une incontestable préférence exprimée pour l’habitat individuel. Les ménages, appelés à arbitrer dans le cadre de cette étude, sont disposés à payer un tiers plus cher en moyenne pour une maison que pour un appartement, à autres caractéristiques identiques.

  • 17 Il existe une histoire et un sillon de sociologie critique portant sur les pavillons et ensembles p (...)

19De multiples enquêtes ponctuelles abordent ainsi le thème de la préférence française pour l’habitat individuel. Tous les résultats vont dans le même sens, que les commentateurs ne fassent que le signaler, qu’ils le déplorent – parmi les sociologues critiques 17 – ou qu’ils le célèbrent – parmi les promoteurs spécialisés. On ne sait cependant pas bien ce qu’est le contenu de cette préférence. Plus précisément, on ne voit pas précisément ce qu’est cet habitat individuel tant préféré.

20Une enquête singulière permet de confirmer, une nouvelle fois, la préférence française et d’en caractériser visuellement l’objet. À la demande de l’Observatoire de la Ville 18, TNS Sofres a ainsi réalisé, en janvier 2007, une enquête d’opinion auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 personnes. À l’occasion de cette enquête sur les Français et leur habitat, sept visuels distincts ont été présentés aux répondants. Chacun de ces visuels, tous dessinés par un architecte-urbaniste, contenait l’image d’un type bien spécifique d’habitation (Figure 3.). Les personnes interrogées étaient, parmi d’autres questions, amenées à choisir deux choses à partir de ces images. Tout d’abord, il leur était demandé de choisir, parmi ces images, l’habitat qui ressemble le plus à celui dans lequel ils habitent. Ensuite, toujours avec ces mêmes images, il fallait choisir le type d’habitat préféré. Le grand intérêt de l’exercice est de passer outre l’abstraction des définitions et des éventuelles incompréhensions des différences entre de l’habitat individuel et de l’habitat collectif, entre des habitations séparées ou groupées, entre des maisons, des pavillons ou de petits immeubles.

Figure 3. Sept visuels pour sept choix de résidence

Figure 3. Sept visuels pour sept choix de résidence

Source : Observatoire de la ville, TNS Sofres, 2007

21Deux tiers des Français déclarent vivre dans un habitat de type individuel (maison ou petit habitat individuel de ville). On relèvera le léger mais intéressant décalage entre deux chiffres. 56 % des habitations sont, selon la donnée INSEE, des logements individuels. Ceux-ci sont un tout petit peu plus peuplés que les logements collectifs. Mais cette différence ne saurait expliquer complètement le décalage avec l’appréciation à 66 %, de vivre dans un logement individuel. Certes l’enquête par sondage a ses limites et elles peuvent en partie expliquer la non concordance. Le point notable n’est probablement pas là. C’est par la désignation, visuelle, de leur habitat que les personnes interrogées identifient une forme d’habitat. D’où l’importance, toujours, de prendre au sérieux ce que disent et désignent les gens, à partir, en l’occurrence, de ce qu’ils voient.

22Toujours confrontés à sept images contrastés, lorsqu’on demande aux Français, parmi les sept types d’habitation qui leur sont proposés, celui dans lequel ils souhaiteraient habiter, c’est la maison individuelle isolée qui remporte le plus de suffrages : un peu plus d’un Français sur deux (56 %). Viennent ensuite la maison individuelle dans un ensemble pavillonnaire (20 % des répondants) et le petit habitat individuel en ville (11 %). Le logement individuel est plébiscité, sous trois formes différentes, pour un total de 87 % des suffrages. Le résultat le plus important, le plus éclatant pourrait-on même dire, est le plébiscite non pas du logement individuel (catégorie abstraite et administrative), mais celui de la maison individuelle isolée, entourée de son jardin. Alors que pour toutes les autres formes d’habitations, on repère une volonté de changement vers un autre type d’habitat. Dans le cas de la maison individuelle isolée, les aspirations sont de 36 points supérieures aux réalités déclarées (Tableau 2.).

Tableau 2. Situations et préférences déclarées en matière d’habitation (en %)

« Je vais vous montrer différents types d'habitations. Parmi ceux-ci, pouvez-vous me dire lequel ressemble le plus à celui dans lequel vous habitez ? »

« Parmi les différents types d'habitations suivants, si vous pouviez choisir, dans lequel habiteriez-vous ? »

Différence

Maison individuelle isolée

20

56

+ 36

Maison individuelle dans un ensemble pavillonnaire

29

20

- 9

Petit habitat individuel en ville

19

11

- 8

Grands ensembles d'habitat collectif de tours et de barres

9

1

- 8

Petit / Moyen habitat collectif en ville

9

3

- 6

Habitat haussmannien

6

5

- 1

Grand immeuble

4

1

- 3

Sans opinion

4

3

- 1

Source : Observatoire de la ville, TNS Sofres, 2007.

  • 19 . Sur l’intérêt et le rôle tant du jardin pavillonnaire que des haies séparant les différents jardi (...)
  • 20 Réponses à la question « Et si vous quittiez votre logement actuel, ce serait plutôt pour avoir... (...)

23La maison individuelle isolée séduit ainsi largement. Quelle que soit la catégorie de population, elle est le premier choix des répondants, certes dans des proportions inégales selon l’âge, les moyens financiers et la structure familiale. La préférence pour la maison individuelle avec un jardin est encore confirmée par la réponse à une autre question de l’enquête TNS. Si les personnes interrogées devaient quitter leur logement actuel, ce serait plutôt, d’abord pour avoir un jardin 19. Cette aspiration à pouvoir disposer d’un jardin est plus importante que celle de disposer d’une pièce en plus et bien plus important que les préoccupations sécuritaires 20.

24Les résultats, sans être d’une profonde originalité, sont d’une remarquable clarté. Sans être d’une portée théorique notable, ils invitent à de l’innovation méthodologique. Plutôt que de poser des questions abstraites, même sur des sujets qui semblent très concrets, il peut être judicieux de matérialiser visuellement les choix proposés. En tout état de cause, les résultats – si on peut se permettre l’expression – sautent aux yeux.

  • 21 Henri Raymond, pionnier des études sur le pavillonnaire s’intéressait aux pratiques et aspirations, (...)

25Au-delà du seul cas du logement individuel et de la mesure des préférences en la matière, ce retour sur une série de données et d’enquête amène à souligner deux éléments de portée plus générale. Tout d’abord, puisqu’il s’agit de pavillons et de ce que les Français se représentent être des pavillons, on voit nettement l’importance certes des analyses et des débats autour de l’utopie pavillonnaire, réalisée ou déçue. Analytiquement, on perçoit le plus grand sérieux à accorder à la valorisation des pratiques et des modes de vie pavillonnaires, mais aussi aux préférences des gens, non pas seulement révélées par leurs choix et leurs trajectoires, mais déclarées à partir d’enquêtes autorisant une objectivation du contenu de ces préférences 21. Méthodologiquement, ensuite, ce recours rapide à la sociologie visuelle montre l’utilité des images, autant pour saisir des réalités que des représentations. Dans l’enquête, en face-à-face mais aussi par Internet, la présentation et la discussion de données visuelles apportent de nouvelles perspectives, pour, ici, des précisions et, peut-être, dans d’autres contextes, des réorientations.

Haut de page

Bibliographie

Arnault S., L. Crusson, N. Donzeau & C. Rougerie (2015), « Les conditions de logement fin 2013 », INSEE Première, n° 1546.

Bonnet X. (2013), « Préférences des ménages en matière de logement : résultats d’une enquête par expérience de choix », Études & Documents, n° 80, Commissariat général au développement durable (CGDD).

Bourdieu P. & M. de Saint Martin (1990), « Le sens de la propriété », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 81‑82, pp. 52-64.

Cartier M., Coutant I., Masclet O. & Y. Siblot (2008), La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, Éditions La Découverte.

Cavailhès J. (2005), « Le prix des attributs du logement », Économie et statistique, n° 381-382, pp. 91-123.

Cusin F. (2008), « La gentrification en question. Entre stratégies résidentielles des nouvelles classes moyennes et mutations socioéconomiques des villes », Espaces et sociétés, n° 134, pp. 167-179.

Damon J. (2012), Les Classes moyennes, Paris, Presses universitaires de France.

Debry J.-L. (2012), Le Cauchemar pavillonnaire, Paris, Éditions L'échappée.

Djefal S. & S. Eugène (2004), « Être propriétaire de sa maison, un rêve largement partagé, quelques risques ressentis », Consommation et modes de vie, CRÉDOC, n° 177.

Durif P. & S. Berniard (1969), « Les Français et la maison individuelle », Économie et statistique, vol. 7, n° 1, pp. 3-16.

Frileux P. (2010), « À l'abri de la haie dans le bocage pavillonnaire. », Ethnologie française, vol. 40, n° 4, pp. 639-648.

Girard A. & J. Stoetzel (1947), Désirs des Français en matière d'habitation urbaine : une enquête par sondage, Paris, Presses universitaires de France-INED.

Jacquot A. (2003), « De plus en plus de maisons individuelles, INSEE Première, n° 885.

Jacobs J. (2015), Detached America. Building Houses in Postwar Suburbia, Charlottesville, University of Virginia Press.

Lambert A. (2015), « Tous propriétaires ! ». L’envers du décor pavillonnaire, Paris, Éditions du Seuil.

Marchal H. & J.-M. Stébé (2014), Les Grandes Questions sur la ville et l’urbain, Paris, Presses universitaires de France.

Moureau N. & M. Vidal (2009), « Quand préférences déclarées et révélées s'opposent : le téléspectateur, un cas paradoxal pour l'économiste », Revue française de socio-économie, n° 4, pp. 199-218.

Piron O. (2014), L’Urbanisme de la vie privée, La Tour d’Aigues, Éditions de L’Aube.

Raymond H., Haumont N., Raymond M.-G. & A. Haumont (1966), L’Habitat pavillonnaire, Paris, Centre de recherche d’urbanisme.

Rawls J. (1971), A Theory of Justice, Cambridge MASS, Harvard University Press.

Sandel M. (2009), Justice. What’s the Right Thing to do?, New York, Farrar, Straus and Giroux Editor.

Susanna M. (2008), « Le pavillon stigmatisé. Grands ensembles et maisons individuelles dans la sociologie des années 1950 à 1970 », L'Année sociologique, vol. 58, pp. 171-202.

Haut de page

Notes

1 Institut national de la statistique et des études économiques

2 En 2004, le CRÉDOC indiquait ainsi que le « logement idéal » était la « maison individuelle » pour 82 % des Français et qu’être propriétaire de sa maison constitue la combinaison parfaite pour 77 % d’entre eux. Seulement 12 % préfèrent la propriété d’un appartement et 11 %, la location de la résidence principale (Djefal, 2004). En 2008, dans son enquête barométrique « Conditions de vie et aspirations des Français », le CRÉDOC soulignait encore un « constat sans ambiguïté » : 83% des locataires qui désirent accéder à la propriété opteraient pour l’habitat individuel (« acquérir un pavillon, une maison individuelle »).

3 Voir ces résultats et ces développements dans Girard & Stoetzel (1947).

4 Pour une introduction à ces deux dimensions et une analyse sur un autre domaine que le logement, en l’occurrence les comportements et la satisfaction des téléspectateurs, voir Moureau &Vidal (2009).

5 Ces préférences sont souvent considérées comme des attributs des classes moyennes (Damon, 2012). Mais elles les débordent probablement et ce, pas uniquement en raison de la plasticité de la notion de classe moyenne. Pour une approche centrée sur les classes moyennes inférieures et le pavillonnaire, voir Cartier et al. (2008).

6 Sur ces approches de « sociologies visuelles » qui méritent leur pluriel, cf. Chauvin & Reix (2015).

7 Voir, notamment, Durif & Berniard (1969). Dans cette exploitation des données INSEE, il apparaît, en 1967, que pour 77 % des candidats au déménagement, le logement idéal est une maison individuelle.

8 . L’enquête logement, ou ENL, est une source classique pour toutes les études sur le pavillonnaire (Durif & Berniard, 1969), généralement complétée d’approches plus ethnographiques (Lambert, 2015).

9 Pour les premiers résultats de 2013, voir Arnault, Crusson, Donzeau & Rougerie, (2015). Pour des résultats plus anciens, avec des analyses centrées sur la maison individuelle, voir Jacquot (2003).

10 Pour ces définitions et conventions voir www.insee.fr

11 Voir, en ce sens, l’analyse de Bourdieu & de Saint-Martin (1990).

12 Voir, à nouveau, Arnault, Crusson, Donzeau & Rougerie (2015).

13 Pour des données et analyses, soulignant d’ailleurs la forte préférence américaine pour le detached housing, voir le site www.newgeography.com. Et pour une analyse récente de l’évolution de la production de logements aux États-Unis, en particulier sous la forme de ce detached housing, depuis l’Après-guerre, voir Jacobs (2015).

14 Sur l’importance observée du rôle des promoteurs dans la valorisation du produit « maison », voir Lambert (2015). Plus techniquement, pour une discussion de ces problèmes de colinéarité, à partir d’une application de la méthode des prix hédonistes, voir Cavailhès (2005).

15 Pour une critique de ce voile d’ignorance, cette forme particulière de robinsonnade, voir Sandel (2009).

16 Voir l’ensemble de l’enquête et de ses résultats dans Bonnet (2013).

17 Il existe une histoire et un sillon de sociologie critique portant sur les pavillons et ensembles pavillonnaires, décriés comme incarnations de l’individualisme petit-bourgeois. Pour une synthèse des travaux des années 1950 aux années 1970, cf. Susanna (2008). Pour une diatribe contre le pavillonnaire, en particulier dans le périurbain, et ses habitants, voir Debry (2012). Pour une autre approche, critique à l’égard des politiques françaises d’urbanisme qui luttent contre l’étalement urbain et les pavillons, valorisant une notion de « confort spatial » des habitants, voir Piron (2014).

18 Structure mise en place par la Fondation Bouygues Immobilier : www.observatoire-de-la-ville.com

19 . Sur l’intérêt et le rôle tant du jardin pavillonnaire que des haies séparant les différents jardins et les différents ménages voir Frileux (2010).

20 Réponses à la question « Et si vous quittiez votre logement actuel, ce serait plutôt pour avoir... » : un jardin (23 %), une pièce en plus (22 %), une vue agréable et dégagée (19 %), un meilleur accès aux commerces et aux loisirs (13 %), un environnement moins bruyant (9 %), un meilleur accès aux transports en commun (8 %), un parking ou un garage (7 %), des voisins qui vous ressemblent (5 %), un environnement plus sûr (4 %).

21 Henri Raymond, pionnier des études sur le pavillonnaire s’intéressait aux pratiques et aspirations, à côté des articulations idéologiques (Raymond, 1965). Puisqu’il invitait à aller « plus profond dans les êtres humains », il aurait certainement apprécié de creuser davantage les compétences des habitants mais aussi les préférences individuelles et les représentations qui peuvent être appréciées, entre autres voies, par la sociologie visuelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Indicateurs de taille et d'occupation…
Légende Champ : France métropolitaine, résidences principales.Source : INSEE, enquêtes Logement.
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/5886/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Titre Figure 2. Part des logements individuels par rapport au nombre annuel de logements autorisés
Légende Champ : France entière (Mayotte non compris) depuis 1980.Source : Ministère du logement, SOeS, Sit@del2.
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/5886/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 3. Sept visuels pour sept choix de résidence
Légende Source : Observatoire de la ville, TNS Sofres, 2007
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/5886/img-3.png
Fichier image/png, 406k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Damon, « Les Français et l’habitat individuel : préférences révélées et déclarées », SociologieS [En ligne], Dossiers, Où en est le pavillonnaire ?, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 29 avril 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5886

Haut de page

Auteur

Julien Damon

Professeur associé à Sciences Po Paris, France - julien.damon@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page