Skip to navigation – Site map
Où en est le pavillonnaire ?

Où en est le pavillonnaire ?

Introduction du Dossier
Hervé Marchal and Jean-Marc Stébé

Full text

  • 1 Cf. avant-propos de l’ouvrage (non paginé).

1Ce Dossier sur la question pavillonnaire s’inscrit de fait dans le sillage des études menées par le Centre de recherche d’urbanisme à l’Institut de sociologie urbaine (ISU) au cours des années 1960-1970 et se veut un hommage à Henri Raymond – décédé le 19 septembre 2016, jour anniversaire de ses 95 ans – et à ses collègues, Marie-Geneviève Raymond, Nicole Haumont et Antoine Haumont qui vient de disparaître à l’âge de 81 ans le 16 août 2016, puisqu’il paraît cinquante ans après la sortie de l’ouvrage L’Habitat pavillonnaire (1966). Celui-ci présentait alors les résultats d’une importante recherche portant sur « l’attitude des citadins à l’égard de l’habitat pavillonnaire » 1 confiée à l’ISU.

Un ouvrage pionnier qui fait du pavillon et de ses habitants un objet de recherche

  • 2 Il faut souligner à cet égard que l’analyse n’est pas structurale stricto sensu dans la mesure où l (...)

2L’Habitat pavillonnaire consiste plus précisément en une analyse « structurale » 2 de l’espace fondée sur les relations entre les principales « formes d’habiter » aux plans pratique, symbolique et idéologique (Stébé & Mathieu-Fritz, 2001). Cette démarche d’enquête a permis de porter à nouveaux frais un éclairage quant à la dimension symbolique et sociale non seulement du pavillon mais également de l’habitat en général. Elle souligne par ailleurs l’inévitable ancrage spatial de la socialisation ainsi que le caractère pulsionnel de l’appropriation socio-spatiale et, plus précisément, du marquage et de la clôture de l’espace de l’habitat. Les résultats de l’analyse mettent en évidence à quel point l’habitat en maison individuelle semble correspondre davantage aux aspirations humaines profondes que le logement collectif. À ce titre, il ne constitue ni un archaïsme, ni une pure expression culturelle et idéologique de l’« individualisme petit-bourgeois ».

3Ce qu’il faut retenir cinquante ans après la publication de L’Habitat pavillonnaire, c’est le caractère novateur et la portée heuristique de l’analyse proposée qui rend visibles certains défauts majeurs de l’habitat collectif au moment même où celui-ci commence à s’implanter massivement sur le territoire français (Flamand, 1989 ; Panerai, Castex & Depaule, 1997). Plus encore, l’analyse avancée s’éloigne à plus d’un titre du cadre classique des enquêtes sociologiques des années 1960. D’une part, l’interprétation échappe à tout sociologisme étant donné qu’elle transcende les frontières des sciences sociales en puisant de façon plus ou moins explicite dans la philosophie, la psychanalyse, la sémiologie, l’anthropologie, l’éthologie... ce qui permet de saisir de façon originale toute la complexité de la relation de l’homme à son habitat. D’autre part, l’ouvrage se veut, d’un point de vue épistémologique, une rupture aussi bien avec les analyses fonctionnalistes d’un grand nombre d’architectes et d’urbanistes qu’avec le paradigme structuralo-marxiste à partir duquel de nombreux sociologues de l’époque développent leur analyse sociologique (Stébé & Marchal, 2010). La démarche de recherche entretient en effet des relations avec une approche compréhensive qui, par définition, fait la part belle au sens que les individus confèrent à leurs pratiques sociales, plus particulièrement aux pratiques d’habiter.

4La recherche est menée au cours de la première moitié des années 1960 au moment où urbanistes et architectes pensent avoir trouvé la réponse à la crise du logement français à travers un certain rationalisme dont la caractéristique principale est le primat accordé à l’aspect fonctionnel de l’habitat collectif. Fruit d’une volonté « rationalisatrice », urbanistique et architecturale des besoins de l’habitant, ce « fonctionnalisme » alimente une idéologie anti-pavillonnaire dénonçant les multiples désordres inhérents à l’habitat individuel français de cette époque (Magri, 2008) : le désordre spatial, d’un point de vue urbanistique et le désordre de l’habitat individuel en lui-même, d’un point de vue architectural (Le Corbusier, 1971 ; Kaës, 1963).

5Les recherches sur le pavillon menées au sein de l’ISU représentent non seulement les premières analyses sociologiques d’envergure consacrées à ce type d’habitat mais également – et conséquemment – une rupture décisive avec une vision commune envisageant le pavillon comme l’expression manifeste de l’« individualisme petit-bourgeois ». D’un point de vue général, les résultats de l’enquête sur les pavillonnaires s’inscrivent dans le droit fil des travaux d’Henri Lefebvre qui, dès les années 1960, dénoncent le mal des grands ensembles dans un article paru dans la Revue française de sociologie (Lefebvre, 1960) et invitent à porter une plus grande attention à la dimension spatiale de la vie quotidienne. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les propos d’Henri Raymond et de ses collègues :

« Sans abandonner la part de l’utopie et de l’idéologie, il nous est donc apparu que lorsque nous déclarions, au début de la recherche, que "l’utopie pavillonnaire gouverne la pensée du Français sur la maison" c’était une mauvaise formulation. L’attachement des Français au pavillon n’est pas seulement le reflet d’une utopie mais – comme on l’a indiqué et comme on a essayé de l’expliquer dans le deuxième chapitre – c’est aussi "l’habiter pavillonnaire", la "pratique" d’un certain type de logement dans un certain mode de vie. » (Raymond et al., 1966, p. 32).

L’habitat pavillonnaire en questions

6À l’occasion du cinquantième anniversaire des travaux pionniers de l’équipe de l’ISU, il paraît plus que jamais nécessaire de revenir sur la question pavillonnaire. En effet, s’intéresser aujourd’hui au pavillon à partir d’une perspective sociologique s’impose d’autant plus qu’il occupe une place majeure dans la vie quotidienne de nombreux ménages, qu’ils soient en début ou en fin de parcours résidentiel. De fait, la question au centre de ce dossier ne peut faire l’économie des problématiques liées au travail, à l’école, aux loisirs, à la consommation, au vieillissement de la population, sans compter bien évidemment les problématiques relatives aux mobilités, au développement durable et à l’aménagement des villes et des territoires.

7En France, si l’engouement pour la maison individuelle se confirme au cours de la seconde moitié du xixème siècle et entre les deux guerres mondiales (Faure & al., 1991 ; Dezès, 2001), il n’en reste pas moins que l’habitat pavillonnaire se développe surtout dans le cadre de la périurbanisation à partir de la fin des années 1960 (Jaillet, 2004) dans un contexte d’aide à l’accession à la propriété (Bourdieu & Christin, 1990). Parallèlement, ce type d’habitat s’implante dans des espaces semi-ruraux, voire ruraux, phénomène qui sera conceptualisé en termes de « rurbanisation » (Bauer & Roux, 1976). Aujourd’hui, l’extension des nappes de pavillons au-delà des couronnes périurbaines classiques dessine les contours d’un territoire en formation que l’on peut qualifier de « pré-urbain » (Marchal & Stébé, 2015 ; Stébé & Marchal, 2016). C’est donc aussi bien le pavillonnaire périurbain que le pavillonnaire de banlieue ou encore semi-rural/rural que le regard sociologique se doit d’interroger. Mais c’est également à travers de nouvelles formes émergentes, à commencer par les gated communities et certaines seniors cities, que la maison individuelle continue à marquer de son empreinte les territoires et les hommes (Charmes, 2005).

8Se focaliser sur le pavillonnaire, c’est aborder de front son avenir à un moment où plus que jamais il se trouve de fait au centre de tout un ensemble de préoccupations relatives à l’extension des agglomérations urbaines, à l’aménagement des territoires communaux et naturels, à la protection des paysages et des terres arables, à la préservation du cadre de vie et plus fondamentalement à l’organisation des sociétés post-carbone. De même, s’arrêter sur la figure du pavillon, n’est-ce pas interroger la situation de millions de ménages confrontés à une conjoncture socio-économique qui ne leur est pas forcément favorable alors qu’ils sont contraints d’être mobiles – et ce parfois d’autant plus qu’ils font l’acquisition d’un pavillon éloigné de toute centralité, pavillon dont le principal attrait réside alors dans le prix du foncier concurrentiel ? (Pinson & Thomann, 2002 ; Cartier et al., 2008) Se centrer sur le pavillonnaire, c’est en outre comprendre des formes majeures de ségrégation et d’agrégation de populations, dans la mesure où les lotissements sont de plus en plus le théâtre de replis sur soi et de séparatismes (Donzelot, 2004). Ce qui, au demeurant, ne laisse pas d’interroger les choix opérés en la matière par les habitants eux-mêmes – notamment par les classes moyennes (Damon, 2013) – et par les décideurs politiques, ainsi que les stratégies mises en œuvre par les constructeurs et les promoteurs immobiliers (Djellouli et al., 2010).

9Par extension, interroger le phénomène pavillonnaire, c’est s’intéresser aux nouveaux contours de la géographie électorale, autrement dit aux effets politiques de la vie en pavillon, vie bien souvent éloignée des grandes centralités politiques, économiques et culturelles (Esprit, 2013). C’est aussi, par voie de conséquence, réfléchir aux modes de gouvernance locaux et globaux, à l’intégration des populations vivant en pavillon au sein des dynamiques métropolitaines (Ghorra-Gobin, 2015) et donc à la solidarité entre territoires (fiscalité, équipements, participation citoyenne…).

10De fait, le phénomène pavillonnaire suscite bien d’autres questions. Comment comprendre l’engouement toujours aussi fort pour la maison individuelle alors qu’elle tend encore à s’éloigner géographiquement des centres-villes étant donné que les agglomérations urbaines ne cessent de s’étendre ? Pourquoi le pavillon est-il toujours autant plébiscité quand les temps de transport s’allongent et que le réseau (auto)routier est de plus en plus saturé, du moins dans les grandes agglomérations ? Comment saisir la place croissante occupée par l’habitat individuel dans les espaces périurbains à l’heure où les préoccupations exprimées en termes de développement durable deviennent centrales dans les politiques publiques, notamment en matière d’économie d’énergie, d’approvisionnement énergétique, d’artificialisation des sols, de protection de l’environnement ? (Hamman, 2012) Derrière ces questions au centre de ce dossier thématique émergent inévitablement les problématiques relatives aux modes de vie, aux mobilités, aux sociabilités, aux manières d’habiter (Segaud, 2010) ou encore à la gouvernance territoriale. 

La question pavillonnaire aujourd’hui

11Anne Gotman ouvre ce dossier en revenant sur son itinéraire de chercheuse qui prend sens au regard des pistes ouvertes par Henri Raymond, notamment sur le plan de la méthode d’analyse des entretiens. Elle insiste aussi et surtout sur l’héritage et la transmission patrimoniale dans les classes moyennes et populaires en milieu urbain, héritage qui, lorsqu’il est constitué du pavillon parental, recouvre une ambivalence dans la mesure où il est pour certains individus facteur de sécurité matérielle et financière et pour d’autres synonyme de charge tant au niveau économique qu’au niveau psycho-affectif et symbolique.

12De son côté, Julien Damon analyse les données des grandes enquêtes statistiques pour comprendre ce qui est au centre de la préférence pavillonnaire des Français. Pour y voir plus clair, il propose de distinguer les préférences révélées et déclarées, ce qui l’amène à souligner combien le pavillon, souvent décrié au regard de certaines conséquences environnementales et déceptions familiales, se situe incontestablement au plus haut des aspirations résidentielles.

13Tout en adoptant de façon assumée un regard beaucoup plus critique sur le sujet, Daniel Pinson montre avec force détails à quel point le pavillon moderne ordinaire doit beaucoup, dans son architecture, aux petites résidences aristocratiques (appelées « folies ») construites à la campagne durant le xviiième siècle et à l’hygiénisme du xixèmee siècle. C’est dire s’il faut comprendre le pavillon d’aujourd’hui comme intégré dans une histoire et, partant, comme une construction culturelle parmi d’autres suscitant autant de l’attrait que du rejet.

14Toujours dans une veine assez critique, pour ne pas dire pessimiste, Jean-Michel Léger rappelle que l’engouement pour le pavillonnaire ne faiblit pas malgré les nombreuses contraintes réglementaires qui pèsent aujourd’hui sur cette forme urbaine peu propice à satisfaire les exigences pour la construction de la ville durable de demain. C’est à travers quatre figures de l’« individualité habitée » (pavillon, maison de ville, maison en bande, gated community) que l’auteur saisit les ressorts de l’attractivité pavillonnaire depuis un demi-siècle partout dans le monde.

15De son côté, Éric Le Breton montre justement qu’au sein du périurbain pavillonnaire la voiture, objet de discussions et au centre des questions environnementales, demeure le moyen de transport dominant car incontournable. Cela s’observe d’autant plus que les mobilités des habitants révèlent une dispersion significative des lieux d’activité, de fortes inégalités quant aux possibilités réelles de se déplacer conjuguées à un investissement relativement faible des décideurs politiques dans ce domaine.

16C’est plus particulièrement vers les États-Unis que Catherine Maumi d’un côté, et Cynthia Ghorra-Gobin de l’autre, se tournent pour identifier les fondements de l’imaginaire pavillonnaire à partir de perspectives socio-historiques distinctes mais se montrant finalement consensuelles quant à la diffusion massive de la maison individuelle. La première cherche à décoder en quoi la maison isolée dans la nature participe du rêve américain, lequel n’a cessé de mobiliser les esprits dans l’espoir de voir se réaliser un monde idéal, un Nouveau Monde, où règne une harmonie – quasi mythique – entre ville, campagne et nature. La seconde met en évidence combien la maison individuelle environnée d’un jardin a été un vecteur central de l’urbanisation et de la suburbanisation de la société américaine, pour finalement incarner l’American Way of Life. Mais comment ne pas voir dans la crise des subprime de 2008 un tournant dans l’histoire de la maison individuelle au profit d’un cadre de vie plébiscitant la ville dense et compacte.

17C’est aux trajectoires résidentielles des habitants des pavillonnaires que Matthieu Gateau s’intéresse pour en souligner toute la diversité. À partir de recherches de terrain réalisées en Bourgogne (située à l’est de la France), il revient sur les parcours de ceux qui ont choisi l’habitat pavillonnaire afin de mettre en exergue les facteurs communs au centre des choix résidentiels. In fine, c’est à travers une typologie des trajectoires résidentielles construite à partir de quelques variables prépondérantes (sociales et économiques, cycle de vie et transformations de la cellule familiale) que l’auteur rend visibles les contours socio-culturels de l’habitat pavillonnaire.

18Enfin, loin des discours convenus et optimistes sur la vie en pavillon, Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé terminent ce dossier par une question que les habitants des lotissements pavillonnaires n’abordent pas facilement – et pour cause – puisqu’il s’agit de leur déception quant à leur choix résidentiel. En effet, les auteurs, en interrogeant le quotidien de familles qui ont voulu accéder à tout prix à une maison éloignée de la métropole de Nancy (située au nord-est de la France), ont mis en évidence combien les contraintes quotidiennes (nombreux déplacements automobiles, relations de voisinages difficiles voire inexistantes…) s’avèrent pesantes et se traduisent, in fine, par un « désenchantement » pavillonnaire.

Top of page

Bibliography

Bauer G. & J.-M. Roux (1976), La Rurbanisation ou la ville éparpillée, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. & R. Christin (1990), « La construction du marché », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 81-82, pp. 65-85.

Cartier M., Coutant I., Masclet O. & Y. Siblot (2008), La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, Éditions La Découverte.

Charmes É. (2005), La Vie périurbaine face à la menace des gated communities, Paris, Éditions L’Harmattan.

Damon J. (2013), Les Classes moyennes, Paris, Presses universitaires de France.

Dezès M.-G. (2001), La Politique pavillonnaire, Paris, Éditions L’Harmattan.

Djellouli et al. (2010), L’Étalement urbain : un processus incontrôlable ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Donzelot J. (2009), La Ville à trois vitesses, Paris, Éditions de la Villette.

Esprit (2013), Tous périurbains !, n° 393.

Faure A. et al. (1991), Les Premiers banlieusards, Paris, Éditions Créaphis.

Flamand J.-P. (1989), Loger le peuple, Paris, Éditions La Découverte.

Ghorra-Gobin C. (2015), La Métropolisation en question, Paris, Presses universitaires de France.

Hamman P. (2012), Sociologie urbaine et développement durable, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Jaillet M.-C. (2004), « L’espace périurbain : un univers pour les classes moyennes », Esprit, n° 303, pp. 40-62.

Kaës R. (1963), Vivre dans les grands ensembles, Paris, Éditions Ouvrières.

Le Corbusier (1971), La Charte d’Athènes, Paris, Éditions du Seuil.

Lefebvre H. (1960), « Les nouveaux ensembles urbains. Un cas concrets : Lacq-Mourenx et les problèmes de la nouvelle classe ouvrière », Revue française de sociologie, vol. 1, n° 2, pp. 186-201.

Magri S. (2008), « Le pavillon stigmatisé », L’Année sociologique, vol. 58, n° 1, pp. 171-202.

Marchal H. & J.-M. Stébé (2015), « La multiplication des centralités à l’heure de la périurbanisation », L’Année sociologique, vol. 65, n° 1, pp. 247-278.

Panerai P., Castex J. & J.-C. Depaule (1997), Formes urbaines : de l’îlot à la barre, Marseille, Parenthèses Éditions.

Pinson D. & S. Thomann (2002), La Maison en ses territoires, Paris, Éditions L’Harmattan.

Raymond H., Raymond M.-G., Haumont N. & A. Haumont (1966), L’Habitat pavillonnaire, Paris, CRU (réédition aux Éditions L’Harmattan, 2001).

Segaud M. (2010), Anthropologie de l’espace. Habiter, distribuer, fonder, transformer, Paris, Éditions Armand Colin.

Stébé J.-M. & A. Mathieu-Fritz (2001), Architecture, urbanistique et société. Hommage à Henri Raymond, Paris, Éditions L’Harmattan.

Stébé J.-M. & H. Marchal (2010), Sociologie urbaine, Paris, Éditions Armand Colin.

Stébé J.-M. & H. Marchal (2016), « Acquérir et rénover une maison au cœur d’un village. Regards sur un territoire émergent : le pré-urbain », Ethnologie française, vol. XLVI, n° 4, pp. 719-730.

Top of page

Notes

1 Cf. avant-propos de l’ouvrage (non paginé).

2 Il faut souligner à cet égard que l’analyse n’est pas structurale stricto sensu dans la mesure où l’interprétation se fonde également sur une analyse socio-historique de la genèse de l’habitat pavillonnaire et se démarque ainsi du structuralisme traditionnel.

Top of page

References

Electronic reference

Hervé Marchal and Jean-Marc Stébé, « Où en est le pavillonnaire ? », SociologieS [Online], Files, Où en est le pavillonnaire ?, Online since 21 February 2017, connection on 28 May 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5880

Top of page

About the authors

Hervé Marchal

2L2S, Université de Lorraine, France - herve.marchal@univ-lorraine.fr

By this author

Jean-Marc Stébé

2L2S, Université de Lorraine, France - jean-marc.stebe@univ-lorraine.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page