Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Les déterminants dispositionnels du « touriste pluriel ». Expériences, socialisations et contextes

Christophe Guibert

Résumés

Décrire et interpréter les usages sociaux du tourisme nécessite de croiser les propriétés sociales des touristes, leurs trajectoires et leurs expériences touristiques d’une part avec les caractéristiques historiques, culturelles, géographiques et sociales des contextes d’autre part dans lesquels s’inscrivent et se produisent leurs actions. L’objet de cet article est, à partir d’une sélection de matériaux qualitatifs, d’expliquer les raisons pour lesquelles un individu s’engage dans une ou plusieurs modalités de pratiques touristiques. Il convient ainsi de considérer comme nécessaire la prise en compte des expériences touristiques et de caractériser les socialisations, éminemment plurielles et variées, comme déterminants de la constitution des goûts en matière de tourisme. L’analyse (sociologique) entend dès lors consolider la conception de « touriste pluriel ».

Haut de page

Texte intégral

« Si les loisirs, comme le pense J. Dumazedier, doivent être définis par opposition à l’ensemble des nécessités et obligations de la vie quotidienne, il faut admettre que le milieu familial constitue une région sociologique où se déroulent les activités de loisirs »
Pierre Fougeyrollas, Esprit, « Le loisir », 1959.

Introduction

1Comprendre pourquoi les individus, seuls, en famille ou en voyage organisé, en France ou à l’étranger, font ce qu’ils font lorsqu’ils pratiquent le tourisme, pensent ce qu’ils pensent en situation touristique, disent ce qu’ils disent au retour de voyages plus ou moins exotiques et lointains, etc., constitue en partie l’ambition de la sociologie appliquée au domaine du tourisme. Un tel exercice scientifique implique de rompre ou, a minima, de tenir à distance la somme interminable et sans cesse renouvelée d’études quantitatives, de sondages et autres enquêtes ministériels et d’organismes ad hoc en la matière. Le danger de la typification abstraite (telle la formule médiatique « les Français préfèrent la plage en été ») réside dans l’excès de généralisation et de surinterprétation ayant pour effet de méconnaître l’extraordinaire variété de modalités de pratiques touristiques, autrement dit « un arc-en-ciel de réactions inégales » (Veyne, 2000). Un constat similaire peut être opéré au sujet des pratiques culturelles (ex : le nombre de livres possédés et/ou lus sur une période donnée) ou des pratiques sportives (ex : type de sport pratiqué).

  • 1 Il n’est bien évidemment pas question de penser les méthodologies quantitatives comme inopérantes. (...)

2La description fine des modalités de pratiques touristiques repose ainsi davantage sur ce que font les touristes (dans toutes les dimensions) plutôt que, par exemple, sur le nombre de touristes fréquentant tel lieu ou tel pays, le taux de départ en vacances selon les ressources économiques ou encore les mobilités touristiques selon le lieu de résidence à l’aune d’une typologie pour le moins essentialiste (urbain, périurbain, rural). Si l’intérêt des connaissances issues d’analyses macrosociologiques sont nécessaires et scientifiquement fondées 1, l’examen des processus de socialisations et des modalités de pratiques touristiques – c’est-à-dire les « manières de faire » (Lahire, 2007) – à l’échelle des individus permet de rendre plus intelligibles les raisons pour lesquelles les individus font ce qu’ils font quand ils sont touristes. Les données quantitatives permettent en effet de dessiner les principales tendances de consommation touristique. Elles identifient des régularités statistiques selon les propriétés sociales des individus et attestent notamment, concomitamment à une « massification » du nombre de touristes, que « les écarts entre les classes sociales se maintiennent » (Cousin & Réau, 2009). Cette critique sociale globale dans une société hiérarchisée, à l’aune des inégalités d’accès de certaines classes sociales ou fractions de classes sociales au tourisme, s’exprime d’ailleurs à travers les aides sociales au départ en vacances d’organismes publics ou parapublics tels la CAF (Fabianno, 2015). Selon une enquête du CREDOC en 2014, le taux de départ en vacances des Français atteint en effet 60%. Plus précisément, 82°% des cadres supérieurs partent en vacances contre 47°% des ouvriers et 86°% des individus déclarant avoir un salaire supérieur à 3 000 € contre 40°% de ceux gagnant moins du SMIC.

3Ces données n’expliquent toutefois que partiellement les variations de modalités de pratiques touristiques d’une part ou les intensités et les modes d’engagement d’autre part selon chaque individu. Les structures essentielles du monde social s’expriment autant dans les pratiques et les représentations des individus que dans les classes sociales que ces derniers composent : il en résulte un cadre subtil et nuancé des rapports socialement différenciés aux pratiques touristiques. En effet, « à côté des enquêtes quantitatives qui révèlent la récurrence des modèles de vacances […], l’observation ethnographique permet d’en savoir un peu plus » (Cousin & Réau, 2009) sans céder toutefois aux « oppositions de principes » (Grenier, Grignon & Menger, 2001) entre les interprétations quantitatives et qualitatives. S’il n’est évidemment pas question de gommer les rapports sociaux de classe, d'âge ou de genre, c’est en prenant en compte les « complexités enchevêtrées » des déplacements, comme l’entend John Urry, que l’on envisage d’expliquer les mobilités touristiques singulières, autrement dit les « modes de voyager et d'habiter » (Urry, 2005).

Encadré méthodologique
Décrire, comprendre et interpréter les usages sociaux du tourisme à l’échelle d’un individu ou d’un groupe social nécessite en effet de croiser les propriétés sociales des touristes, leurs trajectoires et leurs expériences touristiques d’une part avec les caractéristiques historiques, culturelles, géographiques et sociales des contextes d’autre part dans lesquels s’inscrivent et se produisent leurs actions (Lahire, 2012). L’objet de cet article est donc, à partir d’une sélection de matériaux qualitatifs, d’expliquer les raisons pour lesquelles un individu s’engage dans une ou plusieurs modalités de pratiques touristiques à l’aune de sa trajectoire sociale, de ses expériences (parfois contingentes et impromptues), de ses caractéristiques sociales. Sur un plan méthodologique, une quarantaine d’entretiens semi-directifs, tous enregistrés, ont été menés de 2013 à 2015. Ils ont été menés dans l’agglomération de la ville d’Angers, aux fins de commodité, auprès d’un corpus d’individus adultes en faisant varier les propriétés sociales les plus ordinaires (âge, classe sociale). Enfin, un « classement » et une hiérarchisation ont été effectués (Beaud & Weber, 2003). Si, dans la pratique d’enquête, le nombre d’entretiens à réaliser est classiquement déterminé par la variété des situations rencontrées, le critère de « saturation » a toutefois justifié le fait de stopper le recueil de données empiriques dès que les derniers entretiens n’apportaient plus d’information nouvelle – en terme de processus – au regard des hypothèses retenues. L’étude des entretiens « principal moyen de la découverte progressive "d’univers parlants" » (Dauvin & Siméant, 2001) a permis de mettre en relation les positions objectives avec les points de vue subjectifs en vue d’entrer dans le détail des préférences et des goûts, parfois ambivalents, en matière de tourisme.
Dépassant « l’espèce de Surmoi quantitatif qui incite le chercheur à multiplier le nombre de ses entretiens » (Beaud, 1996), un choix raisonné et réduit de portraits, de cas approfondis, a ainsi été opéré pour comparer, problématiser et rendre raison des variations individuelles dans les comportements touristiques selon les contextes mais aussi aux fins d’interprétation générale. La description, l’explication ou encore l’interprétation des phénomènes sociaux étudiés dans le présent texte résultent en effet de « l’exploration et l’approfondissement d’une singularité accessible à l’observation » dans le but non pas d’y circonscrire l’analyse mais pour « en extraire une argumentation de portée plus générale, dont les conclusions seront réutilisables » (Passeron & Revel, 2005). Partant de cette posture méthodologique et épistémologique et, plus que des exemples isolés établis à partir de leurs propriétés intrinsèques, expliquer les cas singuliers (ici des touristes) implique de prendre en compte les contextes et les trajectoires individuelles où l’agencement particulier de ces derniers fait la singularité de chaque cas. À l’aune de ce parti pris méthodologique et interprétatif, l’objectif n’est pas d’identifier des représentativités statistiques. En effet, « pas plus qu’un "quantitativiste" n’est censé épuiser la richesse d’une base de données, nul n’attend d’un "qualitativiste" qu’il utilise l’entièreté de tous ses entretiens » (Alber, 2010) dans une sorte d’« illusion nomologique » (Passeron, 1991). S’autoriser à mobiliser dans cet article uniquement quelques cas (quatre précisément), longuement exposés, renvoie finalement à « un monde de représentations » qui permet de « parler de la société » (Becker, 2009).

4S’il n’est évidemment pas question (a fortiori dans un article de revue) de prétendre au rêve de l’exhaustivité descriptive – suivant en cela la dénonciation du « quantitatif honteux » (Passeron, 1991) – étant donné « l’infinité inépuisable du monde sensible » (Weber, 1992), quelques cas empiriques (voir Tableau 1 en annexe) permettront toutefois d’affirmer qu’il convient 1- de considérer comme nécessaire la prise en compte des trajectoires et les expériences individuelles et 2- de caractériser les socialisations éminemment plurielles et variées comme déterminants de la constitution des goûts en matière de tourisme.

Prendre au sérieux le passé (familial) des individus

  • 2 Constitutif des pratiques touristiques, le processus d’altérité implique une rencontre, « une confr (...)
  • 3 La famille est un haut lieu de socialisation aux loisirs comme le suggère Pierre Fougeyrollas en 19 (...)

5Le passé incorporé, c’est-à-dire tous les modes de pensée et les possibilités concrètes d’action déjà vécues que les individus importent dans les scènes d’action touristiques, se caractérise par les sources socialisatrices différenciées auxquelles sont confrontés inconsciemment les touristes dès leurs premières pratiques touristiques. Ces multiples processus d’expériences socialisatrices (les vacances familiales pendant l’enfance, les colonies à l’adolescence, les séjours entre amis, en couple ou en famille à l’âge adulte, etc.) contribuent à façonner des dispositions qui, elles-mêmes, structurent les goûts en matière de tourisme comme le choix d’une destination et son corollaire en termes d’altérité 2, les modalités d’hébergement et de transport, les types de pratiques touristiques (culturelles et/ou de repos et/ou sportives, etc.). Ces dispositions socialement constituées, acquises tout au long de la « carrière » individuelle de touriste, fonctionnent telles des capacités potentiellement mobilisables en fonction des configurations et des contextes mêmes des pratiques touristiques. Un individu socialisé dès son plus jeune âge, au sein de la sphère familiale 3, à la visite à la fois régulière et variée de pays étrangers – et nécessitant par exemple des moyens de transport peu ordinaires comme l’avion – aura plus de chances (au sens de probabilité) d’avoir acquis une solide « compétence de mobilité » (Lévy, 2000) ou un « habitus mobilitaire » (Stock, 2005) qu’un autre n’ayant pu cumuler de telles expériences. Les diverses et multiples socialisations à la mobilité augmentent en quelque sorte « l’espace des possibles » des modalités de pratiques touristiques, sans qu’il y soit toutefois conféré automatiquement une reproduction sociale des pratiques qui ont eu lieu durant l’enfance. Il n’y a pas d’effet mécanique selon lequel plus un individu a voyagé « touristiquement » de manière répétée, plus il aura tendance à partir loin, souvent, dans une recherche affirmée d’altérité culturelle, etc. Partant, il est possible de nuancer l’idée selon laquelle « se déplacer, c’est donc franchir un horizon d’altérité » où l’altérité, telle « une préoccupation première » occuperait « une place centrale dans les pratiques touristiques » (Équipe MIT, 2002). Produits de l’expérience sociale, de substantielles dispositions aux pratiques touristiques ne sont finalement que des capacités disponibles (et mobilisées de manière variable) ayant pour conséquence – et uniquement cela – d’élargir et de structurer l’espace des possibles des goûts et des modalités de pratiques touristiques. Processus cumulatif et générateur, les pratiques touristiques nouvelles alimentent, à leur tour, les dispositions et les représentations suivant le principe selon lequel « les aspirations des sujets sociaux s’ajustent aux chances objectives » (Bourdieu, 2015).

  • 4 Le rapport qu’entretiennent les Chinois à la plage (et les usages touristiques et de loisirs qui lu (...)

6L’ensemble des expériences touristiques passées et donc incorporées – constitutives d’une dimension éminemment spatiale (Genard, 2016) – qu’elles aient plus ou moins marqué les représentations d’un individu et plus ou moins laissé des traces mnésiques, suscitent des conséquences dispositionnelles. Elles structurent mentalement les inclinations au tourisme en général et les propensions à tel ou tel mode de pratique touristique en particulier. Issu de ces expériences répétées et analogue à un « sens pratique touristique », le patrimoine de compétences touristiques (savoir prendre un taxi à Shanghai, acheter un « vol sec » pour une destination lointaine, se repérer dans une mégalopole, etc. ou plus prosaïquement définir un itinéraire de visites) est, tel un héritage, disponible en soi mais il n’est activé chez un individu que lorsque la situation touristique l’exige. Les « stratégies individuelles » et les « raisonnements logiques » en matière de pratique touristique relèvent donc chez les individus davantage de compétences socialement acquises de manière inconsciente, dans et hors la pratique touristique elle-même, que de propension ou de goûts naturellement constitués (tel l’exemple souvent affirmé sous le sceau de l’évidence : « J’ai toujours voulu visiter la Californie »). Les goûts en matière de tourisme sont en effet le produit de l'histoire des individus (au sens de trajectoire individuelle sociologiquement et historiquement localisée ou située), c'est-à-dire un système élastique de dispositions qui est sans cesse confronté à des expériences touristiques nouvelles et donc affecté par elles. À cette perspective individuelle s’ajoute nécessairement une prise en compte des singularités culturelles et sociétales des touristes 4.

7Convoquer, dans l’analyse, les processus d’expériences touristiques et d’incorporation de schèmes mentaux implique en conséquence de prendre au sérieux le passé des individus (voir les cas empiriques n°1 et n°2). Les socialisations plurielles, cumulatives ou contradictoires dans la formulation des goûts personnels, structurent les habitudes mentales dès l’enfance et ce tout au long de la vie sociale d’un individu. Marie-Claude se remémore ainsi ses premières vacances avec ses parents : « Mes parents tenaient un commerce, ils étaient restaurateurs […] et euh… on est toujours parti en vacances ! Je me souviens, très jeune, mes parents avaient une tente, enfin une caravane… une tente pliante. Et on allait toujours à Fromentine. J’avais 14, 15 ans ». Ces manières de penser incorporées définissent ainsi, plus ou moins durablement, les différentes modalités de pratiquer le tourisme selon les contextes (historiques, culturels, économiques, etc.) par des individus sociohistoriquement situés. Si les pratiques touristiques sont moins institutionnalisées, en termes d’apprentissage lors de l’enfance, que certaines pratiques culturelles (fréquentation des musées d’art, pratique d’un instrument de musique classique, etc.), il n’en demeure pas moins que le tourisme à forte dimension culturelle pratiqué lors de l’enfance et de l’adolescence répond fréquemment à « une incitation parentale forte » au sens où Philippe Coulangeon l’exprime pour les activités culturelles (Coulangeon, 2005). Le propos d’Anne (cas empirique n°2) est explicite en la matière : elle affirme que sa socialisation enfantine au tourisme dans les Cévennes « doit influencer un peu » ce qu’elle a « envie de visiter ». Transmises par les parents, des modalités de pratiques touristiques et/ou la fréquentation répétée de destinations touristiques alimentent, dans certaines conditions et certains contextes, le processus de reproduction sociale. Capucine (voir le cas empirique n°3) liste ainsi les destinations internationales fréquentées avec ses parents, en famille : « L’Italie j’ai fait avec et sans mes parents, l’Italie et Londres aussi, c’était des voyages scolaires, et puis après j’ai refait sans mes parents et avec mes parents. Par contre l’Allemagne, l’Autriche, le Portugal, c’était avec mes parents… qu’est-ce que j’ai fait d’autres avec eux… ? j’en oublie c’est sûr, on en a fait plusieurs. Bref j’en ai fait quand même beaucoup avec eux ».

Cas 1 - « Je suis toujours partie en vacances, tout le temps ! »
Marie-Claude, âgée de 57 ans, réside avec Michel, son mari, à Brissac Quincé – une petite commune de l’agglomération d’Angers – dans une maison dont elle est propriétaire, située dans un quartier plutôt résidentiel. Marie-Claude est mère de trois enfants âgés de 33 ans, 29 ans et 25 ans. Dotée d’un capital culturel modeste – elle est titulaire d’un CAP de cuisine, ne parle pas de langue étrangère – sa trajectoire sociale, ainsi que celle de son mari (fils d’agriculteurs devenu cadre dans une société de surveillance), témoignent d’une ascension sociale. Fille de petits commerçants, ses parents étaient propriétaires d’un restaurant « routier », elle a travaillé dans l’entreprise familiale jusqu’à trente ans, moment où ses parents ont vendu l’affaire. Ne souhaitant pas « reprendre », elle a « trouvé une place au collège » de Brissac Quincé où elle a « remplacé le cuisinier pendant dix ans ». Par la suite, une importante entreprise de restauration collective qui avait le marché au collège où Marie-Claude travaillait, lui « a proposé un poste à Rochefort-sur-Loire en tant que responsable » il y a un peu plus d’une dizaine d’années. Elle et son mari sont propriétaires d’une maison secondaire aux Sables d’Olonne en Vendée.
Marie-Claude a connu des expériences socialisatrices différentes aux différentes périodes de sa vie. Elle a, à partir de l’adolescence, toujours voyagé, jeune avec des amis, puis mariée avec son mari et ses enfants et maintenant même avec ses petits-enfants. Sa culture personnelle des vacances, acquise dans son environnement familial, a par ailleurs permis à son mari de découvrir les vacances et le tourisme. À partir d’une quinzaine d’années, soit vers la fin des années 1960, Marie-Claude part chaque été à Fromentine, en Vendée, en camping avec ses parents qui possèdent une caravane et une tente. Lourdes constitue aussi une destination privilégiée (« on allait voir la Vierge »), toutefois mise à profit pour visiter l’Espagne et les Pyrénées. C’est à partir de la reprise du restaurant par ses parents en qualité de gérant (« avant, ils avaient un autre métier, ils n’avaient pas les moyens ») et de la hausse du capital économique familial mais aussi des problèmes de santé de sa mère (« elle a fait des cures ») que Marie-Claude accompagne ses parents pour des destinations touristiques variées mais à la fois régulières.
« Mes parents tenaient un commerce, ils étaient restaurateurs donc j’ai toujours été dans la restauration et euh… on est toujours parti en vacances ! Je me souviens, très jeune, mes parents avaient une tente, enfin une caravane… une tente pliante. Et on allait toujours à Fromentine. J’avais 14, 15 ans, hein. […] Avant, mes parents n’avaient pas forcément… avant d’être restaurateurs ils avaient un autre métier qui n’était pas très bien rémunéré… Ils n’avaient pas les moyens… donc, c’est après qu’ils étaient plus à l’aise… c’était plus facile. Et donc, on allait toujours, j’me souviens, on allait à Lourdes [rires]. Ils aimaient bien Lourdes, bon, on allait voir la Vierge ça c’est sûr ! Mais on allait à Cauterets, on allait à Gavarnie, on allait en Espagne… On allait tout le temps là, tout le temps ! Et après, ma maman, elle a fait des cures, parce qu’elle avait des problèmes de santé et on allait à Dax. Donc, tous les ans on allait à Dax et après j’ai plus suivi, vous savez quand je suis arrivée à 18, 19 ans, je sais plus, les vacances euh… j’suis allée peut-être avec les copains, on est allés à la mer. Mais c’est différent ! Vous savez quand on est jeune, on plante la tente, enfin c’était ça ! Mais c’est vrai que je suis toujours partie en vacances tout le temps ! C’est marrant ! Au départ, mes parents prenaient peut-être que huit jours… et puis après, ben c’était devenu euh… c’était quinze jours et puis après ça été trois semaines ! Ils fermaient trois semaines le restaurant ! C’était un routier qu’ils avaient, donc c’était plus facile. L’été au mois d’août y avait moins de monde... et comme maman faisait une cure à l’époque euh, donc c’était trois semaines ! »

Cas 2 - Des souvenirs d’enfance structurants : « ça doit influencer un peu que j’ai envie de visiter »
Anne, 32 ans, rédactrice en chef d’un magazine culturel angevin, habite la commune de Saint Sylvain d’Anjou et travaille dans le centre-ville d’Angers. Ses parents sont retraités (son père était photographe et sa mère enseignante en classes SEGPA dans une petite commune rurale de Loire-Atlantique). Son conjoint est professeur de musique remplaçant en établissement scolaire (« il a plus de vacances que moi »). Ils ont une fille d’un an et demi (« depuis, on ne fait plus de camping sauvage, on fait plus attention… on va attendre un peu qu’elle grandisse »).
« Pendant mes périodes de vacances, en général je vais partir. J’aime bien partir en France et je pars de temps en temps à l’étranger, je suis partie par exemple en Croatie il y a deux ans mais sinon je fais des week-ends plutôt : à Berlin, à Madrid, Budapest, etc. Voilà, je me fais des petits week-ends. J’ai un oncle qui habite à Bruxelles, sinon je vais dans des gîtes ou des offres avec AirBnB. Mais souvent des petits temps courts… ce n’est pas vraiment des vacances : à l’étranger, c’est plus toute seule ou avec une amie, je pars… c’est plus des petites pauses détente entre copines. Et puis sinon en vacances je pars plus en famille en général, on va dire un mois, enfin ça dépend des vacances, dont un quart des vacances qui va être consacré à Angers. Je vais rester dans les environs même si c’est des périodes de deux jours : j’aime bien avoir mon petit temps à Angers pour être hors cadre, hors période de travail où j’ai rien à faire, où il y a des amis qui viennent… prendre le temps d’être à Angers en fait et puis faire visiter aux amis.
Donc cet été, on est partis en Auvergne et au Puy de Dôme. On est partis une semaine et puis après, une semaine à la Baule où j’ai de la famille et on est partis aussi sur la côte à Pornic, Quimiac, Piriac, La Turballe. Là on est partis dans le coin, pour une fois on est restés assez proches. Après ça nous arrive de partir en Bretagne Nord : mes parents maintenant habitent Dinan donc on a commencé à découvrir les Côtes d’Armor et on a fait la Côte de Granit Rose, ce genre de chose… enfin voilà, on aime bien aller en Bretagne, ça fait partie de nos destinations pour un week-end.
Avec mes parents on est allés dans de nombreuses destinations en France et on a visité quelques pays européens. J’en garde de bons souvenirs et, quelque part, ça doit influencer un peu que j’ai envie de visiter, ce que j’ai envie de faire en vacances. Le fait d’avoir des souvenirs d’enfance de vacances me donne envie de repartir dans ces coins-là et d’ailleurs par exemple, l’année prochaine on s’est dit : moi je veux absolument retourner dans les Cévennes, car souvent je suis allée dans les Cévennes, au moins trois fois avec mes parents quand j’étais enfant, en fait j’ai des bribes de souvenirs mais j’ai très envie d’y retourner. J’ai des souvenirs de paysages qui me plaisent beaucoup, d’ambiances de villages et on s’est dit que l’an prochain on se faisait ça ! ».

La multiplicité des socialisations au principe du « touriste pluriel »

8Si la plupart des enquêtes statistiques mettent en exergue l’effet de la pratique régulière et variée pendant l’enfance d’activités sportives, artistiques ou culturelles sur les pratiques durant la vie adulte, toujours est-il qu’une proportion non négligeable d’adultes pratique des activités découvertes après les expériences socialisatrices familiales. Autrement dit, des touristes à l’âge adulte peuvent très bien ne pas avoir été incités par leur milieu familial et en conséquence avoir, à l’inverse, été confrontés à d’autres univers socialisateurs favorables au cours de leur vie d’adulte. Ce phénomène d’apprentissage tardif des pratiques touristiques se rencontre principalement dans les milieux professionnels agricoles et ouvriers. Des influences conjugales ou professionnelles prennent en quelque sorte le relais de socialisations touristiques familiales modestes voire manquantes. Des cas individuels illustrent des configurations « sous influence conjugale » (Lahire, 2012) et donc de transformation progressive des goûts et inclinations à l’égard du tourisme lorsque une personne du couple, dotée de ressources culturelles et d’expériences touristiques faibles ou nulles, vit avec une autre personne dotée de dispositions acquises lors de sa propre enfance/adolescence principalement dans le cadre familial. Le cas de Michel, fils d’agriculteurs (cas empirique n°1), illustre bien ce processus de socialisation conjugale selon Marie-Claude, sa femme : « Je crois qu’on était un petit peu privilégiés par rapport aux parents de Michel par exemple… Michel, il n’est jamais parti en vacances, ses parents étaient agriculteurs ». Si Michel découvre les mobilités touristiques grâce à sa femme, tous deux s’engagent dans des pratiques moins accessibles (aller à l’étranger, prendre l’avion) à des moments précis de leur existence. Ainsi, le premier voyage à l’étranger de Marie-Claude et son mari Michel (« la première fois qu’on avait pris l’avion ») constitue un évènement, c’est-à-dire « une bifurcation » (Bessin, Bidart & Grossetti, 2010) de leur trajectoire de touriste. Ce turning point, latent chez ce couple, a été organisé pour leurs dix ans de mariage : « Oui, voilà, et y a pas des années, des années. Le premier, premier voyage qu’on a dû faire, on avait dû aller aux Canaries et c’était pour nos dix ans de mariage, donc ça fera trente-cinq ans cette année ! Oui, c’est vrai, c’est le premier voyage qu’on avait fait et en plus, c’était la première fois qu’on a pris l’avion ! On a été avec des amis aux Canaries ». La première fois que Michel et Marie-Claude ont pris l’avion et sont allés à l’étranger établit bien un événement irréversible de leur parcours de touristes. Cet événement ne peut toutefois pas être autonomisé en soi : il résulte des dispositions propres à ces deux individus (l’un ayant pu influencer l’autre) et alimente potentiellement les séquences touristiques futures.

Cas 3 - Des influences multiples et cumulatives
Capucine, 23 ans, est orthophoniste en cabinet libéral puis en centre médico-psychologique auprès d’enfants autistes. Elle déclare gagner environ 2000 € net par mois. Elle réside à Angers depuis quelques mois après avoir suivi des études à Lille. Son père est ingénieur en électronique dans le secteur de l’automobile et sa mère occupe un poste d’aide à domicile (après avoir toutefois validé un diplôme d’assistante de service social).
Capucine a fait du tourisme avec ses parents et en voyage scolaire en France et dans de nombreux pays étrangers. Si elle pratique le tourisme dorénavant plutôt avec ses cercles d’amis, elle avoue que ses expériences passées, avec ses parents – où la culture occupe une place importante – ou lors de voyages scolaires, influencent les destinations qu’elle souhaite découvrir ou redécouvrir. Entrée récemment dans la vie active, ses ressources économiques et son âge font qu’elle peut encore partir en vacances en famille avec ses parents.

« J’ai fait vraiment de tout, alors en France plutôt quand même. J’ai fait un peu toute la France, autant le nord que le sud, l’est que l’ouest. Mais je n’ai pas de lieu de prédilection, honnêtement… oh si, je suis peut-être quand même plus la côte Atlantique, genre Vendée et un peu en-dessous, la Gironde quoi. Mais sans plus, je n’ai pas de ville particulièrement, quoi. Jusqu’à il y a quelques années je partais plutôt avec mes parents, maintenant ça n’arrive plus trop. C’est plutôt des… avec des amis, oui, en ce moment c’est plutôt ça : des groupes d’amis, pendant les vacances scolaires en général. C’est plus concentré sur l’été en général, parfois au mois d’avril aussi, mais les autres vacances non. Mes parents partent encore avec ma sœur, elle a que 16 ans donc elle part toujours avec eux. Mais oui, ils sont partis à trois, et toujours à l’étranger un peu, par exemple l’été dernier ils sont partis en Irlande. Et ils me proposent encore de partir avec eux, des fois c’est tentant mais ça dépend du coup de ce que je fais, ça dépend si j’ai déjà prévu des vacances de mon côté avec des amis qui me coûtent déjà cher ou pas, et si j’ai le temps ou pas. Mais c’est vrai que j’ai le choix, j’ai encore la possibilité de partir avec mes parents.
Les États-Unis, c’était avec des amis qui connaissaient déjà ce pays, l’Angleterre c’était tout le temps sans mes parents. Par contre l’Italie j’ai fait avec et sans mes parents, l’Italie et Londres aussi, c’était des voyages scolaires, et puis après j’ai refait sans mes parents et avec mes parents, j’ai un peu tout fait. Par contre l’Allemagne, l’Autriche, le Portugal… c’était avec mes parents… qu’est-ce que j’ai fait d’autre avec eux ? J’en oublie c’est sûr, on en a fait plusieurs. Bref j’en ai fait quand même beaucoup avec eux et c’était souvent dans une dimension culturelle : visite de musées, visites du patrimoine architectural, etc. comme s’ils voulaient absolument que les voyages touristiques soient utiles sur le plan culturel. J’aime bien aussi retourner sur les anciens lieux visités, mais plutôt en France. Par exemple j’avais souvenir de telle ville ou de tel endroit que j’avais bien aimé une année, et je me disais "tiens on retournerait bien de ce côté-là". Les voyages scolaires aussi, j’y suis retournée après : oui, Londres plusieurs fois. La première fois c’était en 4ème en voyage scolaire et puis après j’y suis retournée deux ou trois fois. C’est à chaque fois le plaisir d’y retourner et de découvrir de nouvelles petites choses ».

9Les socialisations et influences amicales contribuent également à la structuration et à la constitution des envies de découverte, des intérêts culturels, des mobilités internationales, etc. Les connaissances et les amis investis d’autorité en matière de pratiques touristiques légitimes (voyager « loin », visiter des sites culturels ou patrimoniaux qu’il convient « d’avoir vu dans sa vie », etc.) produisent des discours qui sont autant d’injonctions, possiblement peu compatibles avec les dispositions acquises dans le milieu familial, visant potentiellement à affiner ou à réorienter les choix et les pratiques en matière de tourisme. Ces relations amicales ne sont toutefois pas les seules à influencer les goûts et les intérêts. D’autres connaissances, dont les pratiques sont éloignées des formes légitimes de tourisme, peuvent également être source d’inspiration. Claudine est ainsi soumise à de multiples influences (des membres de sa famille, ses amis, des clientes, un comité d’entreprise mais aussi les médias), processus qui renforce chez elle et son mari des goûts composites à l’égard des différentes modalités de pratiques touristiques (voir cas empirique n°4).

  • 5 Voir sur ce point les précisions apportées par Bernard Lahire au sujet du principe de pluralité dis (...)

10L’ensemble de ces sources d’influence, variées dans leur rapport aux individus et diachroniques, augmentent « les chances objectives » (Bourdieu, 1992) de pratiquer le tourisme, autrement dit, d’un point de vue dispositionnel, d’être un « touriste pluriel ». À la manière des consommations culturelles, les alternances entre le légitime et le vulgaire, entre le singulier et le populaire, le lointain et le proche, etc. sont donc au fondement de la plupart des pratiques touristiques. Un touriste a d’autant plus de chances d’être « pluriel » qu’il a été confronté à des contextes socialisateurs hétérogènes (contradictoires ou non), plus ou moins précoces, plus ou moins durables 5. Ainsi, les touristes sont potentiellement « pluriels » en ce sens que la dignité culturelle et symbolique des touristes fréquentant les musées d’art contemporain dans certaines capitales européennes ne les empêchent pas, la période estivale venue, de s’adonner à des pratiques de plage pour le moins ordinaires où la question de « l’encombrement » (Boltanski, 1976) est moins problématique. Les mobilités touristiques lointaines et exotiques, en couple par exemple, ne sont pas incompatibles avec les déplacements de proximité réalisés dans le cadre familial, etc. Le cas de Claudine illustre bien l’analyse selon laquelle la pluralité des pratiques, selon les contextes (avec l’aide du comité d’entreprise, entre amis, en famille, etc.), s’ancre à la fois dans des légitimités culturelles où le sens distinctif est bien présent et, à l’opposé, dans des usages moins classants symboliquement :

« Ces cinq dernières années nous sommes partis à l’étranger, il y a cinq ans nous sommes allés en Californie, après on est restés assez franco-français et en début d’année 2011 nous sommes partis à Dubaï. [Les États-Unis] par contre c’était en voyage organisé. Autrement, on utilise très peu les voyages organisés, mais pour les États-Unis on l’a fait. Les deux autres fois on les a faits seuls : New York seuls et la Floride on l’a fait seuls, en famille on va dire. Pour Dubaï nous l’avons fait en couple ».

11Les touristes sont en conséquence « pluriels » lorsque leurs expériences et leurs goûts traduisent une sorte de « mélange des genres » alimenté par des modalités de pratiques socialement et symboliquement dissonantes. La pluralité des compétences et des dispositions se structure au final aussi bien à partir d’éléments factuels comme les destinations, les périodes et les fréquences, les distances, les conditions et modes de transports ou d’hébergement, etc. que dans les manières d’être touriste plus ou moins déroutinisantes, les modalités variées de visites touristiques, les sens, intentionnalités et motifs donnés par les touristes aux mobilités touristiques, les rapports à l’altérité, etc.

Cas 4 - Des opportunités variées, des goûts composites
Claudine, âgée de 63 ans, réside avec son mari à Bouchemaine, commune résidentielle de l’agglomération angevine, à quelques minutes au sud d’Angers. Elle et son mari sont retraités et habitent une grande maison « moderne » dont ils sont propriétaires. Ils sont parents d’un fils de 42 ans et grands-parents depuis quelques mois seulement (une petite fille de 5 mois, Fanny). Claudine, originaire d’Angers, était « assistante en gestion de patrimoine, dans le domaine bancaire au Crédit Agricole » et son mari était commerçant dans la téléphonie. Claudine a « un niveau BEPC » et, après être « rentrée à 17 ans et demi » puis avoir « bénéficié d’une formation interne », elle a « travaillé 43 ans dans la même entreprise ». Leur fils, titulaire d’un BTS « force de vente » a repris l’entreprise paternelle de vente de téléphones. Les grands-parents de Claudine sont espagnols tandis que son mari, « pied-noir » est « arrivé à 13 ans à Angers et il y est resté ».

La définition du tourisme selon Claudine se résumé en deux mots : « découvrir et apprendre », même si, dans les faits, elle s’adonne, avec son mari, à des activités plus « reposantes » de type farniente : « Alors c’est toujours pareil, c’est d’abord découverte : du pays, des habitants, de leur culture, de la gastronomie, des vins, etc. Pour moi c’est ça le tourisme : découvrir et apprendre ». Claudine possède une solide expérience touristique en France comme dans de nombreux pays étrangers, que ce soit en voyage organisé, avec des amis, par l’intermédiaire d’un comité d’entreprise, etc. Elle liste facilement, consciente du profit symbolique apporté par cette énumération, une suite de pays visités en insistant sur le nombre de fois où elle est allée dans le même pays : « Espagne, Italie, Portugal, Belgique, Allemagne, Suisse, Angleterre, Algérie, Tunisie, Dubaï, États-Unis (trois fois), Maurice (trois fois) donc entre quinze et vingt, c’est pas mal non !? ». Au-delà des pays étrangers, visités dans une logique de découverte de la culture locale principalement, elle et son mari ont profité pendant de nombreuses années d’un système de location d’appartements dans de nombreuses destinations françaises par l’intermédiaire de Pierre et Vacances (ils sont propriétaires d’un appartement à La Baule qu’ils « échangent » contre d’autres destinations). Enfin, ils mobilisent, depuis quelques années, le réseau des chambres d’hôtes, moyen permettant selon Claudine « de découvrir une région avec les autochtones qui nous disent : « N’oubliez pas d’aller à tel endroit parce que c’est magnifique, d’aller dans tel restaurant, ou d’éviter tel autre, c’est mauvais »…
« Ces cinq dernières années nous sommes partis à l’étranger, il y a cinq ans nous sommes allés en Californie, après on est restés assez franco-français et en début d’année 2011 nous sommes partis à Dubaï. Voilà donc je pense que pour l’étranger ça doit être tout, hormis peut-être des sauts de puce en Espagne, des choses comme ça. Les États-Unis, on est restés deux semaines et Dubaï on est restés la semaine. Alors pourquoi ces destinations ? Parce que les États-Unis ça faisait… nous y sommes allés trois fois au total, on a fait New-York seuls, on a fait la Floride mais c’est vrai que le Grand Canyon c’était un vieux rêve. Donc Las Vegas, San Francisco… et Los Angeles un petit peu moins, mais bon c’est vrai que c’était surtout par rapport à tous ces endroits mythiques, quoi. Par contre ce n’était pas du tout gastronomique [rires], non, parce que justement nous n’y sommes pas allés pour manger mais juste pour profiter des paysages magnifiques. Enfin on a fait tout ce qui était hautement touristique, c’était vraiment des paysages Western, le Grand Canyon et puis le… je ne sais plus comment ça s’appelait, mais enfin bon c’était du tourisme typique mais qui nous a beaucoup plu, voilà. Là par contre c’était en voyage organisé. Autrement on utilise très peu les voyages organisés, mais pour les États-Unis on l’a fait. Les deux autres fois on les a faits seuls : New York seuls et la Floride on l’a fait seuls, en famille on va dire. Pour Dubaï nous l’avons fait en couple ».
« Donc autrement, pour les autres destinations on aime beaucoup le sud de la France. Nous avons un appartement par le biais de Pierre et Vacances. Donc on est propriétaires d’un appartement qui nous donne le loisir disons de… notre appartement est à La Baule, mais il nous donne droit à des échanges dans tous les coins de France. Alors ce qu’on a fait avant d’arriver à la fin – parce que maintenant on a laissé complètement La Baule en location pure et simple – on a fait presque toute la France en se déplaçant très souvent car nous avions de nombreuses semaines d’échange. Alors ça passait par l’Alsace et beaucoup le Sud de la France : c’était plus du côté de Sainte-Maxime, qu’on affectionne plus particulièrement. Donc faire ça nous a permis de découvrir la France, le Pays Basque, l’Alsace, le Lot-et-Garonne. Donc là on est vraiment restés un petit peu plus en France que les années précédentes où on voyageait peut être un petit peu plus à l’étranger. Ca permettait de bouger pas mal. On restait une semaine ou 15 jours. La Bretagne aussi, on est amoureux de la Bretagne donc on bouge beaucoup en Bretagne. »
Les choix des destinations touristiques sont, à l’heure de la retraite, objet de compromis entre Claudine et son mari. Toutefois pendant leurs carrières professionnelles respectives, le couple a bénéficié des offres proposées par leurs employeurs. Claudine, notamment, a profité du comité d’entreprise du Crédit Agricole, pour partir aux États-Unis avec son mari. Son neveu, salarié au sein d’un Tour Operator, les conseille et organise pour eux des séjours selon leurs attentes. Le couple n’est pas lecteur de magazines spécialisés dans le domaine du tourisme mais reconnaît que « les documentaires à la télévision plutôt » peuvent les influencer. Le cercle amical proche constitue également une source d’influence propre à alimenter les choix de destinations.
« On passe en général par un Tour opérateur ou lorsque je travaillais au Crédit Agricole on avait un Comité d’entreprise, ce qui nous facilitait les démarches… on a fait ça sur le tard mais… par exemple les États-Unis, nous sommes partis dans ce cadre-là avec le Comité d’entreprise. Autrement on va voir notre opérateur, où nous avons un neveu qui est dans le tourisme : c’est lui qui nous a fait notre voyage à Dubaï. On est bien placés et on est sûrs. Bon, Internet !! Je pense que pour une location d’appartement, maintenant, on n’aurait aucun problème pour des grands voyages on n’a pas encore essayé ! »
« En fait, par exemple sur l’île de Djerba on a choisi l’Hôtel Radisson (une belle hôtellerie, une belle restauration). À l’époque, j’étais encore en activité, c’est une cliente qui en rentrait : c’est un peu le bouche à oreille. Elle m’a fait tellement envie avec son hôtel et ses prestations que j’en ai parlé à mon mari et à ce moment-là il devait déjà être à la maison et il regarde sur Internet et puis on a fini par aller dans notre agence de voyages, mais cela peut être une envie suscitée par une autre personne qui dit : c’est pas mal ! Et c’est vrai que même si c’est Djerba, il faut dire que, enfin moi je trouve ça très moche, mais quand on était dans l’hôtel, le complexe hôtelier… c’est très agréable : partir avec des bouquins, dans un cadre super avec piscine et tout au mois d’avril, avec une température agréable ! »

Conclusion

12Les pratiques touristiques des individus et les goûts en matière de tourisme se construisent selon des processus sociaux finalement assez similaires à ceux étudiés dans les secteurs des pratiques culturelles ou des pratiques sportives. Les quelques cas empiriques convoqués dans cet article illustrent bien le fait que les processus de socialisation touristique sont éminemment pluriels et possèdent « un caractère séquentiel » (Coulangeon, 2011). Si les apprentissages touristiques débutent généralement lors de l’enfance (au sein de la famille, de l’école) et se poursuivent tout au long de l’avancée en âge des individus, les expériences socialisatrices cumulatives ou, à l’inverse, les expériences socialisatrices contradictoires, renforcent l’idée selon laquelle rien n’est finalement linéaire, limitant de fait la portée mécanique et essentialiste des héritages culturels familiaux comme unique schéma explicatif. Selon les contextes historiques, les capacités économiques des individus, les configurations familiales, les rencontres amicales et professionnelles, l’offre de biens touristiques (les destinations et les modalités de pratiques proposées), etc. les pratiques touristiques s’inscriront dans une sorte de reproduction des pratiques passées ou dans des logiques de découvertes, occasionnellement dissonantes, propres à alimenter un sentiment d’altérité. Au-delà des régularités statistiques relatives aux effets de classes sociales, d’âge, de sexe, etc. la prise en compte des combinaisons relatives aux socialisations et aux expériences touristiques individuelles permet ainsi d’affiner les interprétations macrosociologiques des consommations touristiques.

  • 6 C’est ce que démontre Anne-Catherine Wagner au sujet des « élites » notamment, pour qui les rencont (...)
  • 7 Mobiliser le concept « d’agent social » n’a jamais eu pour ambition le fait d’envisager les individ (...)

13Si, au final, rien n’est joué à l’avance et rien n’est mécanique, l’analyse sociologique permet de justifier le fait que les dispositions socialement constituées – à l’égard du tourisme au sens large – acquises tout au long de la « carrière » individuelle de touriste à l’aune de sources socialisatrices hétérogènes, fonctionnent telles des capacités potentiellement mobilisables dans le cadre des futures pratiques touristiques. Il en résulte que les individus fortement dotés en ressources économiques ne sont pas systématiquement les mieux dotés en compétences et en ressources mobilitaires. Le corpus d’influences socialisatrices qui structure les représentations et les comportements des individus à l’égard du tourisme n’est toutefois pas homogène, allant des influences quantitativement pauvres et modestes avec l’exemple quasi-idéaltypique des « paysans à la plage » (Champagne, 1975) aux influences les plus contrôlées et relatives à l’entre soi de la bourgeoisie dans les lieux de villégiatures dédiés (Pinçon & Pinçon-Charlot, 2007) en passant par les socialisations les plus variées et hétéroclites de certaines « élites » (Wagner, 2007) 6. Des socialisations anciennes, acquises pendant l’enfance par exemple, peuvent parfois, en fonction des contextes d’actions touristiques, être les plus prégnantes car les plus solidement intériorisées ou, à l’inverse, être inhibées et peu structurantes. Ces multiples socialisations, par définition hétérogènes et diachroniques, ne s’accordent donc pas mécaniquement à leur agencement successif. C’est sans doute la raison pour laquelle, au-delà des injonctions publicitaires et culturelles, les touristes, au sens d’agents sociaux 7, sont pluriels, différents et souvent dissonants dans leur rapport aux mobilités et usages touristiques.

Haut de page

Bibliographie

Alber A. (2010), « Voir le son : réflexions sur le traitement des entretiens enregistrés dans le logiciel Sonal », Socio-logos [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 07 juillet 2010, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://socio-logos.revues.org/2482

Beaud S. (1996), « L'usage de l'entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour "l'entretien ethnographique" », Politix, Revue des sciences sociales du politique, vol. 9, n° 35, pp. 226-257.

Beaud S. & F. Weber (2003), Guide de l’enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Becker H. (2009), Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, Éditions La Découverte.

Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti (2010), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, Éditions La Découverte.

Boltanski L. (1976), « L'encombrement et la maîtrise des "biens sans maître" », Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 2, n° 1, « L’État et les classes sociales », pp. 102-109.

Bourdieu P. (avec Wacquant L.) (1992), Réponses, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2015), Sociologie générale. Volume 1. Cours au Collège de France 1981-1983, Paris, Éditions Raisons d’agir / Seuil.

Boyer M. (2011), Ailleurs. Histoire et sociologie du tourisme, Paris, Éditions L’Harmattan.

Champagne P. (1975), « Les paysans à la plage », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n° 2, pp. 21-24.

Coulangeon P. (2005), Sociologie des pratiques culturelles, Paris, Éditions La Découverte.

Coulangeon P. (2011), Les Métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, Paris, Éditions Grasset.

Cousin S. & Reau B. (2009), Sociologie du tourisme, Paris, Éditions La Découverte.

CREDOC (2015), « Vacances 2014 : l’éclaircie », n°320, www.credoc.fr

Dauvin P. & J. Simeant (2001), « Travailler sur l'humanitaire par entretiens. Retour sur une "méthode" », Mots. Les langages du politique, vol. 65, n° 1, pp. 117-133.

ÉQUIPE MIT (2002), Tourismes 1. Lieux communs, Paris, Éditions Belin.

Fabbiano G. (2015), « Rhétoriques d’altérité et représentations de l’(im)mobilité : les dynamiques d’ethnicisation à l’œuvre dans le tourisme social », SociologieS [En ligne], Dossiers, La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 12 avril 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5172

Fougeyrollas P. (1959), « La famille, communauté de loisirs », Esprit, « Le loisir » (dir. J. Dumazedier), n° 6, pp. 1073- 1084.

Genard J.-L. (2016), « Postface au Dossier "Penser l’espace en sociologie" », SociologieS [En ligne], Dossiers, Penser l'espace en sociologie, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5592

Grenier J.-Y., Grignon C. & P.-M. Menger (2001), Le Modèle et le récit, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Guibert C., Coëffe V. & B. Taunay (2012), « Émergences et diffusions mondiales du surf : de l’invention à la mise à l’épreuve de normes corporelles », Géographie et cultures, n° 82, pp. 61-76.

Lahire B. (2007), L’Esprit sociologique, Paris, Éditions La Découverte/Poche.

Lahire B. (2012), Monde pluriel, penser l’unité des sciences sociales, Paris, Éditions du Seuil.

Lévy J. (2000), « Les nouveaux espaces de la mobilité », dans Bonnet M. & D. Desjeux (dir.), Les Territoires de la mobilité, Paris, Presses universitaires de France, pp. 155-170.

Passeron J.-C. (1991), Le Raisonnement sociologique. L'espace non-popperien du raisonnement naturel, Paris, Éditions Nathan.

Passeron J.-C. & J. Revel (dir.) (2005), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS.

Pincon M. & M. Pincon-Charlot (2007), Sociologie de la bourgeoisie, Paris, Éditions La Découverte.

Stock M. (2005), « Les sociétés à individus mobiles : vers un nouveau mode d’habiter ? », EspacesTemps.net, Travaux, http://www.espacestemps.net/articles/societes-individus-mobiles/

Urry J. (2005), Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Éditions Armand Colin.

Veyne P. (2000), « L’interprétation & l’interprète », Agone, n° 23, pp. 241-272.

Wagner A.-C. (2007), « La place du voyage dans la formation des élites », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 170, pp. 58-65.

Weber M. (1992), Essais sur la théorie de la science, Paris, Éditions Plon.

Haut de page

Annexe

Tableau 1 - Profils synoptiques des cas

Prénom

Sexe / Age

Situation familiale

Diplôme

Profession ou principale occupation

Propriétés économiques

Cas n°1

Marie-Claude

F /57 ans

Mariée, trois enfants

CAP cuisine

Responsable d’équipe dans la restauration scolaire

Propriétaire d’une maison dans une commune de l’agglomération d’Angers et d’une résidence secondaire aux Sables d’Olonne

Cas n°2

Anne

F / 32 ans

Concubinage, un enfant

Bac + 3 en communication, option journalisme

Rédactrice en chef d’un magazine culturel local

Propriétaire d’une maison dans une commune de l’agglomération d’Angers. Conjoint professeur de musique en établissement scolaire.

Salaire : environ 1800 € nets/mois

Cas n°3

Capucine

F / 23 ans

Vit seule, sans enfant

Bac + 5 (Certificat de capacité d'orthophoniste)

Orthophoniste

Loue un appartement à Angers.

Salaire : 2000 € nets/mois

Cas n°4

Claudine

F / 63 ans

Mariée, un enfant, une petite fille

Niveau BEPC

Retraitée (assistante en gestion de patrimoine au Crédit Agricole)

Propriétaire d’une villa dans une commune résidentielle de l’agglomération d’Angers

Haut de page

Notes

1 Il n’est bien évidemment pas question de penser les méthodologies quantitatives comme inopérantes. Mais, au sujet du tourisme en particulier, les multiples typologies de touristes, dont certaines sont difficilement captables par l’enquête par questionnaire (par exemples les touristes en hébergement non marchands, en résidence secondaire ou dans leur famille), rendent la compréhension générale de ce phénomène complexe parcellaire et approximative. Ce constat est renforcé par les problèmes de limites conceptuelles de ce qu’est « le tourisme » : chaque organisme, institution, ministère, pays, etc. possède sa propre définition.

2 Constitutif des pratiques touristiques, le processus d’altérité implique une rencontre, « une confrontation » (Équipe MIT, 2002) du touriste avec d’autres lieux, d’autres personnes, d’autres temps, etc. à la faveur du déplacement dans des lieux « extra-ordinaires », c’est-à-dire hors de lieux du quotidien.

3 La famille est un haut lieu de socialisation aux loisirs comme le suggère Pierre Fougeyrollas en 1959. Dans son article « La famille, communauté de loisirs », prolongeant les réflexions de Joffre Dumazedier, Pierre Fougeyrollas énonce des préceptes sociologiques qui ont été, dans les décennies suivantes, largement illustrés et établis dans les domaines de la lecture, de l’art, du sport, de la photographie, de la musique, de la télévision, etc., mais nettement moins au sujet du tourisme. La sociologie, à l’inverse de la géographie sociale ou des sciences de gestion, s’est très tardivement emparée d’un objet pourtant fondamental dans la société française comme en témoignent les emplois directs et indirects, l’existence d’un Secrétariat d’État, les orientations politiques des collectivités locales, les aménagements du territoire, le secteur marchand du tourisme, les usages sociaux du tourisme, etc. Si les ouvrages et les numéros spéciaux de revues scientifiques se multiplient à partir des années 2000 (par exemple dans Ethnologie française, Actes de la recherche en sciences sociales, etc.), l’état du champ de la recherche sociologique dans le domaine autorise encore des interprétations fâcheuses (Marc Boyer illustre par exemple la faiblesse de certaines analyses sociologiques : « Nous n’avons pas les données pour dire quelle est la part de rationalité dans la décision du départ, nous savons simplement par des enquêtes IFOP que la majorité des non-partants ne se sont pas posé la question » [Boyer, 2011]).

4 Le rapport qu’entretiennent les Chinois à la plage (et les usages touristiques et de loisirs qui lui sont liés) témoignent bien, par exemple, de la nécessité d’inscrire dans l’analyse la dimension culturelle et normative des usages sociaux du corps (et notamment le rapport au bronzage). Voir sur ce point Guibert, Coeffé & Taunay (2012).

5 Voir sur ce point les précisions apportées par Bernard Lahire au sujet du principe de pluralité dispositionnaliste (Lahire, 2012).

6 C’est ce que démontre Anne-Catherine Wagner au sujet des « élites » notamment, pour qui les rencontres fortuites dans les voyages à l’international peuvent être fort dissonantes et « exotiques » (Wagner, 2007).

7 Mobiliser le concept « d’agent social » n’a jamais eu pour ambition le fait d’envisager les individus comme des « moutons grégaires » tel que l’on peut le lire ici où là dans des travaux universitaires portant sur le tourisme. Accoler l’idée de « simple exécutant » ou de « touriste conditionné » au concept « d’agent social » est un non-sens théorique qui empêche au final de penser le tourisme comme phénomène social au sens strict du terme : les « stratégies individuelles » des touristes ne tombent pas du ciel !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Guibert, « Les déterminants dispositionnels du « touriste pluriel ». Expériences, socialisations et contextes », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5688

Haut de page

Auteur

Christophe Guibert

Maître de conférences en sociologie, Université d’Angers, UFR ESTHUA Tourisme & Culture et Laboratoire ESO (UMR CNRS 6590) - christophe.guibert@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page