Navigation – Plan du site
Des communs au commun : un nouvel horizon sociologique ?

Quelle politique du commun ?

Les cas de l’Italie et de l’Espagne
Pierre Sauvêtre

Résumés

L’objet de ce texte est de présenter un certain nombre d’expérimentations et de réflexions menées sur le commun comme projet sociopolitique. Il délimite d’abord cinq « foyers » de pratiques qui ont fait émerger le commun comme enjeu politique. Il identifie ensuite deux grandes formes de problématisation distinctes (« économico-politique » et « politico-instituante ») qui ont été élaborées à partir de ces foyers. Il analyse enfin plusieurs expériences contemporaines en Italie et en Espagne qui correspondent à différentes tactiques politiques possibles et il en évalue les intérêts respectifs. Il soutient finalement, au regard de ces pratiques, qu’une politique du commun vise davantage à « relativiser l’État » qu’à en faire son « partenaire ».

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1À partir de 2009, les communs ont commencé à être légitimés sur la scène publique. En janvier, le Forum social mondial de Belém a lancé un appel « Pour la récupération des biens communs » et en octobre Elinor Ostrom a obtenu le prix Nobel d’économie pour ses travaux sur la gouvernance économique et les communs. Depuis, la question des « biens communs », des « communs » ou du « commun » (nous allons brièvement revenir sur le problème de la terminologie) comme horizon des mouvements sociaux et politiques n’a cessé de se poser avec une acuité toujours plus grande (Helfrich, 2010).

2Une sociologie du commun, relativement à cette question du commun comme projet politique, doit se poser plusieurs questions. Premièrement, la question des expérimentations sociales et politiques actuelles qui revendiquent le commun comme horizon de leurs luttes et de leurs pratiques. Deuxièmement, la question de la définition du commun que ces expérimentations entreprennent de construire et qui découle directement de l’identification de celles-ci parce qu’elle est le résultat d’une élaboration à partir d’un processus empirique et non une construction in abstracto. Troisièmement, une sociologie, ou, dans le cas de notre objet dans ce texte, une « sociopolitique » du commun, doit enfin analyser la diversité des stratégies politiques mises en œuvre par les expérimentations et les mouvements pour parvenir à l’objectif du commun, cette diversité étant elle-même liée à la question des définitions.

3C’est ce réseau de questions que cet article tente de défricher en présentant quelques expériences sociales et politiques significatives autour du commun en Italie et en Espagne. De manière à justifier ce choix, il convient dans un premier temps de revenir sur les différents « foyers » de pratiques à la fois théoriques et militantes qui ont contribué à introduire l’horizon du commun dans le champ des mouvements sociaux et politiques. On interrogera dans un second temps les perspectives théoriques auxquelles la réflexion sur ces pratiques a donné lieu du point de vue d’une « politique du commun ». Cela nous permettra de justifier enfin notre focalisation sur plusieurs expériences en Italie et en Espagne : occupation du Teatro Valle à Rome, gestion du service de l’eau et occupation de l’ex Asilo Filangieri à Naples et réglementation des biens communs à Bologne pour l’Italie ; Coopérative intégrale catalane et plateforme citoyenne « Barcelone en commun » pour l’Espagne.

Les cinq foyers du mouvement des communs

4Cinq foyers de pratiques intellectuelles ou militantes ont contribué au développement de mouvements sociaux et politiques autour des communs. Ils ne sont pas autonomes les uns des autres car ils entretiennent des rapports de circulations et de transferts, mais ils ne sont pas réductibles les uns aux autres, car chacun d’entre eux produit des déplacements et présente des traits spécifiques :

51/ Le foyer de la science politique américaine. Au début des années 1990, dans le milieu académique américain, la politologue Elinor Ostrom publie le livre Governing the commons, dans lequel elle analyse sur des dizaines de cas empiriques la durabilité de systèmes autogouvernés et auto-organisés de gestion de ressources naturelles par des communautés d’utilisateurs (zones de pêcherie, systèmes d’irrigation, pâturages, forêts, parcs naturels). Dans les années 2000, elle poursuit avec Charlotte Hess ses recherches en les étendant aux communs de la connaissance que sont les informations, sciences, connaissances, données et autres types de ressources intellectuelles et culturelles (Ostrom & Hess, 2007).

62/ Le foyer indigène et altermondialiste. À la fin des années 1990 et au tournant des années 2000, les mouvements altermondialistes et écologistes en connexion avec des luttes paysannes indigènes contre des multinationales font de la défense des biens communs et des droits fondamentaux d’accès à certaines ressources naturelles une nouvelle stratégie politique (Massiah, 2011). Parmi ces luttes, la « guerre de l’eau » en Bolivie contre la multinationale Bechtel ou la lutte des paysans indiens contre l’imposition de semences transgéniques par Monsanto sont emblématiques (Shiva, 2005). En 2009, les milieux altermondialistes mettent au point au Forum social mondial de Belém un Manifeste pour la récupération des biens communs (2009).

73/ Le foyer du mouvement des logiciels libres est né dans le monde des hackers dès les années 1980, mais a pris au tournant années 2000 la forme d’un mouvement pour les communs dans le contexte du combat contre l’extension des droits de propriété intellectuelle qualifiée par James Boyle de « second mouvement des enclosures » (Boyle, 2003). Alors qu’il n’était pas originairement lié à la théorie des communs, c’est par l’entremise de juristes anglo-saxons (Carol Rose, Lawrence Lessig, James Boyle et Yochai Benkler) que le « mouvement du libre » a importé en son sein le langage des communs (Broca & Coriat, 2015).

84/ Le foyer du « mouvement des places » déclenché à partir de 2011, sur la place Tahrir en Égypte, puis en Espagne avec le mouvement du 15M, sur la place Syntagma en Grèce, aux États-Unis avec le mouvement Occupy Wall Street et en 2013 en Turquie avec le mouvement de la place Taksim. Ces mouvements, qui ont émergé à travers les problématiques de la confiscation des richesses par une minorité, de la corruption des élites politiques et du déni de démocratie, ont rencontré très directement la problématique des communs à travers la création de formes directes de solidarité et de démocratie (Stravides, 2013 ; Cangelosi, 2014). Ils ont fait surgir le champ des communs urbains en reprenant au foyer altermondialiste et indigène la thématique d’un droit de la collectivité aux communs et en la déplaçant du côté d’un « droit à la ville » (Festa, 2015) et ils lui ont surtout ajouté la forme essentielle de l’occupation, avec ses caractères physique et spatial, donnant ainsi au commun une dimension immédiatement concrète.

95/ Le foyer du mouvement des beni comuni (« biens communs ») est lui-même le produit de la rencontre entre les travaux des juristes de la Commission Rodotà en 2007 pour introduire la catégorie de « biens communs » dans le code civil italien et un ensemble d’initiatives sociales et d’actions d’occupation. Celles-ci se sont notamment multipliées dans les secteurs de la culture et des services publics après la victoire du référendum de 2011 contre la privatisation des services publics et la marchandisation de l’eau. La portée spécifique de ce mouvement réside dans la mise en évidence des communs comme vecteur de transformation du droit public et des institutions. Il est lié non seulement au foyer « indigène altermondialiste » à travers la liaison entre biens communs et droits fondamentaux mais aussi au « mouvement des places » avec la dimension de l’occupation.

Les deux formes de problématisation politique du commun

10Les pratiques du commun engagées par ces différents « foyers » ne sont pas équivalentes et elles ont fait l’objet de deux grandes formes de problématisation politique. Celles-ci divergent sur un certain nombre de points, en particulier sur les questions de la propriété, de l’État et de la démocratie.

La stratégie économico-politique des communs

  • 1 Pour Benjamin Coriat (2015), « il y a deux et deux seulement terrains de référence solides et éprou (...)

11Pour la première de ces problématisations, qui s’est constituée à partir d’une réflexion gravitant essentiellement autour des ressources naturelles et des ressources numériques 1, les « communs » sont avant tout des systèmes de ressources spécifiques définis par des critères de type économique – ce sont des biens non exclusifs et rivaux (Ostrom, 1990) – autorégulés à travers des systèmes de droits partagés et autogouvernés par des communautés d’utilisateurs, plus efficacement qu’ils ne le seraient par le marché ou par l’État. Suivant la pente actuelle d’extension illimitée des droits de propriété privée, ils subissent ou sont susceptibles de subir – d’après l’exemple des communaux agricoles des campagnes anglaises au xvième et au xviième siècle – de nouvelles « enclosures », c’est-à-dire le démantèlement de la propriété commune au profit d’un propriétaire unique et exclusif. Le « retour des communs » (Coriat, 2015) consiste alors dans la récupération ou la défense par les communautés d’utilisateurs des systèmes de droits de propriété partagés menacés par les enclosures.

12Consciente que le maintien de « communs » isolés au sein d’une économie capitaliste ne peut tenir lieu de politique, la stratégie du « retour des communs » invite à sortir du « micro-institutionnalisme » dans laquelle est prise l’analyse d’Elinor Ostrom pour s’intéresser à « l’architecture globale des systèmes sociaux de production » et aux relations que les communs dans l’économie entretiennent avec d’autres formes institutionnelles, notamment à partir du constat que les logiciels libres sont certes concurrents mais aussi bien instrumentalisés par les firmes capitalistes, ou que l’« économie du partage » dérive le plus souvent vers une logique commerciale (Weinstein, 2015). Dans son versant propositionnel et politique, elle vise au niveau de l’organisation macro-sociale à substituer à la traditionnelle dualité de l’État et du marché une « nouvelle triarchie » comprenant l’État, le marché et les communs et qui repose sur le concept d’un « État-partenaire qui crée les conditions optimales pour la constitution et la promotion de communs, stimule l’autoproduction, régule le marché, garantit la sécurité publique et l’intérêt général » (Bauwens, 2015).

13Cette thèse de Michel Bauwens pose au moins deux problèmes importants. D’une part, elle est portée par une vision de l’État et de son histoire pour le moins discutable puisqu’elle occulte sa transformation néolibérale et sa position actuelle dans les rapports de force institutionnels comme agent de la domination du marché (Brown, 2015). D’autre part, elle repose sur l’idée d’un réarrangement institutionnel global entre ces trois instances que sont le marché, l’État et les communs et au sein duquel ces derniers seraient en position de force à la faveur du développement de la production entre pairs sur Internet qui marquerait le début d’une « troisième révolution de la productivité » (Bauwens, 2015). Or cette description des rapports de force économiques, en plus d’être très contestable, se rapproche beaucoup de la vieille thèse marxienne de la transformation sociale produite par la contradiction entre l’état des forces productives et celui des rapports sociaux de production.

14En somme, la stratégie du « retour des communs » se caractérise par l’enjeu de la redistribution de la propriété, le rapport à l’État-partenaire et une vision de la démocratie par les communs qui viendrait « compléter la démocratie représentative par de la démocratie participative » (Coriat, 2015b). Sa principale faiblesse se situe dans son angle d’entrée économique à laquelle toute sa politique de réarrangement institutionnel est subordonnée et dont découle une définition du sujet politique restreinte aux communautés d’utilisateurs de ressources spécifiques. La démultiplication des communs économiques, fussent-ils efficients et soutenus par les meilleures solutions juridiques, ne constitue pas à proprement parler une politique du commun.

La stratégie politico-instituante du commun

  • 2 Dans les deux cas – communs et commun – une distance est prise avec la notion de « biens communs » (...)

15La deuxième grande forme de problématisation politique du commun s’est plutôt constituée autour des deux derniers foyers de pratiques évoqués plus haut (le « mouvement des places » et le mouvement italien des beni comuni). Son point de départ est très différent puisqu’il substitue à la définition des communs, comme ressources spécifiques autorégulées par une communauté d’utilisateurs, celle du commun 2, au sens d’une pratique d’autogouvernement qui fonde l’obligation réciproque de ceux qui s’y engagent sur la co-participation et la co-décision (Dardot & Laval, 2014). Autrement dit, le commun – dont la généalogie remonte à la démocratie grecque (le « koinôn ») plus qu’aux communaux agricoles – est une activité démocratique dans laquelle l’engagement de chacun à respecter les règles du collectif est conditionné par le fait qu’il ait participé à la délibération et au choix de ces règles.

16Au sein du « mouvement des places », des pratiques délibératives se sont organisées dans les commissions et les assemblées pour instituer les règles de la co-obligation nécessaires à la gestion d’un certain nombre de problèmes. Par exemple, dans le cas du mouvement de la place Syntagma à Athènes, pour assurer le ravitaillement, se défendre contre les attaques de la police, organiser un système de soins médicaux, ou encore un point de rencontre pour discuter de la question des sans-abris (Stravides, 2013). Pour la problématisation qu’on appelle « politico-instituante » du commun, le commun ne se définit pas d’abord par la ressource et ses caractéristiques économiques spécifiques, mais par l’activité commune qui, à travers des problèmes qui se posent à elle, va prendre en charge des ressources qui ainsi deviennent des communs (Dardot & Laval, 2014a).

17Comme Stavros Stavrides l’a bien perçu, ces nouveaux espaces communs dans le mouvement des places n’ont pas consisté à faire émerger des « espaces d’altérité radicale », à l’image des occupations dans les années 1970. Ils sont plutôt parvenus à bouleverser les usages ordinaires de l’espace pour les faire coexister avec des « usages expérimentaux à la recherche d’une nouvelle culture citoyenne » (Stravides, 2013). L’enjeu central de ces pratiques du commun, c’est donc « la question de l’usage » au sens « des règles coproduites par un collectif qui prend en charge une chose, qui est amené à délibérer, à décider des règles de cet usage » (Dardot & Laval, 2014b). C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas seulement de redistribuer les droits de propriété pour les rendre plus égalitaires, mais aussi d’instituer de nouveaux usages et pour cela il faut viser l’institution d’un droit d’usage « hors propriété » (Ibid.). On retrouve donc le thème de la propriété mais depuis un point d’entrée inverse que pour la stratégie économico-politique des communs, puisqu’au lieu que ce soit la possibilité des communs qui découle de la propriété comme problème, c’est au contraire la critique de la propriété qui découle du problème du droit d’instituer un usage commun.

18S’agissant ensuite de la question de la démocratie, les pratiques du commun, qui ont une dimension directement politique, doivent contribuer non pas simplement à compléter la démocratie représentative, mais à s’y substituer. Enfin, elles ont pour objectif non pas de rechercher un partenariat avec l’État, mais de « relativiser le niveau étatique, par le haut comme par le bas » : il ne s’agit ni de la prise du pouvoir d’État, ni de sa destruction, mais de la « reconstruction de formes politiques nouvelles » (Dardot & Laval, 2014b). Cela doit impliquer en particulier la possibilité pour les pratiques du commun d’édicter leurs propres règles de droit en portant politiquement la question de la déconnexion entre la production du droit et la loi de l’État.

19En définitive, la stratégie politico-instituante du commun se caractérise par l’enjeu central de l’institution d’un droit d’usage hors propriété, la relativisation de l’État par l’institution autonome d’un droit du commun et l’objectif de la substitution d’une démocratie de la participation à une démocratie de la représentation.

Les politiques du commun en Italie et en Espagne

20Certaines pratiques dérivées du foyer du mouvement des places et du mouvement d’occupation des beni comuni en Italie ont récemment connu des développements significatifs. Leur examen schématique va nous permettre de passer en revue les différentes tactiques possibles des politiques du commun en cours et, à travers elles, d’approfondir l’analyse de la stratégie politico-instituante des communs.

L’Italie : le mouvement des occupations et les réglementations communales

21Le mouvement des beni comuni en Italie s’est développé à partir de 2011 à travers la conjonction de mouvements citoyens et de cette initiative de transformation du droit légal qu’a été le projet de loi de la Commission Rodotà. De cet ensemble se sont dégagés en particulier deux tactiques et deux types de pratiques du commun spécifiques : les occupations et les réglementations sur les biens communs.

22L’occupation la plus visible a été celle du Teatro Valle, entre juin 2011 et août 2014 – date à laquelle la mairie de Rome a décrété l’expulsion du théâtre. Dès le début de l’occupation, les travailleurs du spectacle (acteurs, techniciens, metteurs en scène), maintiennent les représentations données gratuitement tandis qu’une assemblée générale publique décide de la programmation et organise la gestion collective du théâtre. Les occupants affirment que le théâtre est un « bien commun » qui doit être « autogouverné » indépendamment de l’État et dont la pratique doit garantir la « relation d’usage » comme « droit fondamental » sans pour autant « devoir recourir à la fixation du droit des propriétaires exclusifs » (Teatro Valle Occupato, 2012). Il ne s’agit donc pas seulement de changer le titulaire de la propriété, mais, en définissant un nouvel usage commun entre les travailleurs du spectacle et le public, de produire un nouveau sujet collectif. En vue de faire reconnaître la forme juridique adaptée à cet autogouvernement commun du théâtre, les occupants, soutenus par les juristes Ugo Mattei et Stefano Rodotà, rédigent les statuts et créent la Fondation Teatro Valle Bien Commun qui a été reconnue par un notaire. L’objectif est certes de chercher à légaliser une occupation illégale au regard du droit italien de la propriété, mais aussi de faire la démonstration que la production du droit, plutôt que d’être accomplie sous la forme désignée par le gouvernement représentatif, doit « être dérivée et imposée par les efforts des citoyens à travers un mouvement social » (Bailey & Marcucci, 2013). Cependant la mairie de Rome refuse de reconnaître la Fondation et ordonne finalement un arrêté d’expulsion du théâtre. Ce qui a manqué aux occupants du Valle, c’est l’espace politique suffisant pour obtenir la validation juridique de leur action créatrice en matière de droit.

  • 3 Qui recouvre en droit italien les anciens droits d’usage des communaux.

23La politique du commun à Naples est intéressante du point de vue de cette impasse puisqu’elle a été opérée depuis l’espace politique de la municipalité. Sous l’impulsion d’Alberto Lucarelli, lui-même ancien membre de la Commission Rodotà et nommé par le nouveau maire de Naples au poste d’« adjoint aux biens communs », le Conseil municipal adopte en 2011 une série de délibérations relatives aux biens communs. L’une d’entre elles organise une quasi « communalisation » du service public de l’eau (Fattori, 2013) à travers la transformation de la société par actions qui assurait jusqu’ici la gestion de l’eau en une société spéciale de droit public appelée « Acqua Bene Comune (ABC) Napoli » dotée en particulier d’un Comité de surveillance associant des membres du Conseil municipal, des employés d’ABC, des représentants des associations environnementales et cinq représentants des usagers du service de l’eau (Mattei & Quarta, 2015). Une autre de ces délibérations reconnaît l’occupation du centre culturel de l’Ex-Asilo Filangieri (un ancien couvent) par les travailleurs de l’art qui le font fonctionner sur la base d’un « autogouvernement » organisé autour d’assemblées publiques et d’une forme d’« usage collectif » définie dans un règlement écrit collectivement par les usagers et des juristes et reposant sur la vieille notion d’« usage civique » 3 (Micciarelli, 2014).

24De manière plus générale encore, avec l’institution du « Laboratoire de Naples pour la Constituante des biens communs », la mairie de Naples a mis en place les conditions d’une véritable démocratie participative à travers des assemblées thématiques au cours desquelles les citoyens ont le droit de faire des propositions de réforme que l’administration de la ville est tenue d’examiner. Ce modèle transforme complètement la conception traditionnelle des rapports entre l’État et la citoyenneté, le premier n’étant plus qu’un simple « administrateur » (Napoli, 2014) pour une citoyenneté qui devient pleinement active (Lucarelli, 2011).

25Cependant, l’expérience napolitaine a connu un coup d’arrêt avec le renvoi du président d’ABC Napoli Ugo Mattei par le maire Luigi de Magistris, pour des raisons politiciennes, ce qui a entraîné également le départ de Lucarelli. Cela pose la question des limites d’une politique du commun qui repose sur le « militantisme institutionnel » de personnalités engagées au sein des appareils classiques de la démocratie représentative et qui est impulsée en partie « par le haut », fût-ce à l’échelle municipale. Si, par conséquent, un espace politique peut faire défaut aux pratiques du commun lorsqu’elles sont isolées, il existe un risque symétrique à se servir de cet espace politique dans ses formes classiques.

26À partir des rudiments de l’expérience napolitaine, la ville de Bologne a été le première à adopter en février 2014 un « Règlement sur la collaboration entre citoyens et administration pour le soin et la régénération des biens communs urbains » et elle a été suivie dans cette voie par de nombreuses autres villes italiennes. Ces règlements sont centrés sur l’administration partagée des biens communs de la ville à travers un système de « pactes de collaboration » entre les citoyens et la municipalité. Ce qui est essentiel à travers cette démarche, c’est la tentative de créer de nouvelles relations entre les citoyens et l’administration municipale, qui équivaut à une manière non étatique d’investir un espace de l’État, en l’occurrence l’espace du gouvernement local. Dans cette mesure, la politique du commun, en même temps qu’elle fait émerger une citoyenneté active, contribue à la relativisation de l’État dont nous parlions plus haut.

L’Espagne : la coopérative intégrale et le municipalisme

27En Espagne – et plus particulièrement à Barcelone – deux expériences en matière de tactiques du commun retiennent tout particulièrement notre attention : la Coopérative Intégrale Catalane et la plateforme citoyenne « Barcelone en commun ».

28La Coopérative Intégrale Catalane (CIC) est née en 2010 de multiples confluences distinctes et décentralisées parmi lesquelles le mouvement pour la décroissance, les « éco-réseaux » régionaux catalans et des publications comme celles en 2009 du collectif Crisis intitulée « Podemos vivir sin capitalismo » (Colectivo Crisis, 2009) qui en appelle à une alternative réelle par la base (Serra & Solé, 2014). Les activistes catalans autour d’Enric Duran se sont appuyés sur un dispositif légal espagnol, qui exonère de la taxe professionnelle les travailleurs réunis sous le statut de coopérative, pour créer ce qui est en réalité un large réseau de multiples activités indépendantes les unes des autres, mais auxquelles la Coopérative sert de « parapluie » contre le prélèvement fiscal de l’État. Elle se finance avec son budget issu des revenus annuels des activités, une plateforme de crowdfunding et une banque d’investissement sans intérêt, la Casx (Schneider, 2015).

29L’adjectif « intégrale » signifie que la CIC peut prendre en charge tous les aspects fondamentaux d’une économie (production, consommation, finance, sa propre monnaie) et assumer tous les secteurs d’activités qui couvrent les besoins nécessaires à la vie (alimentation, éducation, emploi, santé, logement, culture, énergie, transports, moyens d’information et de communication, sécurité sociale et défense juridique) (Tamayo & Bojica, 2015). L’organisation démocratique de la CIC consiste en de multiples commissions, une assemblée mensuelle et une assemblée « permanente » tous les quinze jours sur des sujets ouvertement soumis à la discussion publique par les participants. Chaque nouveau projet doit être adopté lors de l’assemblée mensuelle par consensus pour recevoir le soutien financier de la CIC dont tous les participants ont un pouvoir de décision sur l’usage des ressources communes.

30Sur le plan économique, les membres de la CIC utilisent différents systèmes de monnaies sociales alternatives qui cherchent à se soustraire aux monnaies nationales tout en développant aussi des pratiques non-monétaires de mutualisation des services de santé et d’éducation. Le point essentiel à cet égard est que la CIC « promeut une économie "avec" un marché, mais qui n’est pas une "économie de marché" » (Ibid.) dans la mesure où toutes les activités économiques sont soumises au critère politique de la décision de l’assemblée.

31L’expérience de la CIC est en somme faite d’un grand nombre de pratiques instituantes promouvant le développement de capacités auto-organisatrices de ses membres de façon à ne plus dépendre du capitalisme et de l’État. Il s’agit bien, là aussi, de « relativiser l’État », mais cette fois en restant absolument en dehors de lui.

32C’est aussi au regard de cet enjeu de la relativisation de l’État qu’on peut envisager enfin l’expérience politique conduisant à la campagne municipale victorieuse de la liste « Barcelone en commun » menée par Ada Colau, depuis mai 2015 la nouvelle maire de Barcelone. « Barcelone en commun » est une plateforme citoyenne regroupant des mouvements sociaux et des associations, qui s’est lancée dans la campagne pour les élections municipales et a coalisé autour d’elle un ensemble de partis de la gauche radicale catalane. Elle présente bien sûr cette différence de tactique vis-à-vis de la CIC qu’il s’agit d’investir un espace de l’État, celui du gouvernement municipal.

33C’est d’abord une expérience qui, en deçà du moment électoral, s’enracine dans un profond travail associatif porté depuis au moins 2009 par la « Plateforme des affectés par l’hypothèque » (PAH) dont Ada Colau a été la principale porte-parole. Ce travail de resocialisation des personnes visées par des expulsions de leur logement a été opéré non par des dispositifs d’aide et de soutien pour défendre le maintien dans le logement, mais par un travail de politisation consistant à faire des victimes de la crise des acteurs mêmes de la transformation sociale, ce en quoi on retrouve la dimension de co-participation propre au commun. Ce travail associatif et militant a pu ensuite être approfondi et étendu sous l’impulsion du mouvement du 15M en 2011, avec ses caractéristiques d’horizontalité et sa méthode de l’assemblée, puis est entré en convergence à partir de 2012 avec de nombreux mouvements sociaux de secteurs, les « marées sociales », contre les politiques de coupes budgétaires et de privatisation, jusqu’à former un réseau structuré de pratiques citoyennes.

34Or, c’est dans la continuité de cette pratique du commun que la liste menée par Ada Colau a investi l’espace électoral : elle s’est appuyée sur les assemblées de quartier et les commissions thématiques citoyennes pour l’élaboration du programme et leur a donné la possibilité de choisir les mesures prioritaires qu’elles tentent depuis son élection de mettre en œuvre dans son « plan de choc ». En d’autres termes, c’est sur une base citoyenne et non étatique que le gouvernement municipal a été investi (Ambrosi & Dardot, 2015), ce qui est encore une manière de relativiser l’État.

35Mais à la différence de la tactique du commun de Bologne, cette production de nouvelles relations politiques n’a pas besoin de passer par une forme de « militantisme institutionnel » et de l’adoption d’un règlement des biens communs « par le haut » dans la mesure où elle a été préparée par le travail politique de terrain dont elle est continuité. Il ne s’agit pas non plus de la dialectique traditionnelle entre un mouvement social et un parti de gauche parce qu’il y a dans cet exemple une très forte « hybridation » (Subirats, 2015) voire une confusion du mouvement et du parti. Elle relève plutôt du « municipalisme » au sens de cette conception du gouvernement municipal qui repose sur l’organisation citoyenne à la base et les instruments de la démocratie directe (Bookchin, 2003).

Conclusion

36L’intérêt d’une « sociologie du commun » est de considérer le primat des pratiques sur les concepts ; elle ne consiste donc pas à partir d’une définition préalable du commun pour voir comment elle se réalise dans des ensembles empiriques déterminés. Elle a en revanche à analyser les différentes expériences théoriques ou pratiques qui font référence au « commun » afin d’apercevoir comment elles ont contribué à enrichir, déplacer et transformer ce concept, dont on peut ensuite diagnostiquer l’unité ou la pluralité, l’homogénéité ou l’hétérogénéité.

  • 4 On pourrait bien sûr trouver une contradiction immédiate à ce que nous registrions le mouvement des (...)

37De ce point de vue, il apparaît que les différents foyers d’expérience que nous avons distingués au début de l’article permettent de distinguer trois notions : les biens communs, portés par le foyer indigène et altermondialiste, au sens des ressources objectives, comme l’air ou l’eau, dont le caractère par essence inappropriable définit un droit d’accès universel ; les communs, portés par le foyer de la science politique autour d’Elinor Ostrom et le mouvement des logiciels libres, comme ressources autogouvernées par une communauté d’utilisateurs ; et le commun, porté par les foyers du mouvement des places et le mouvement des beni comuni 4, comme pratique démocratique de production de règles collectives dont le caractère co-obligeant doit être fondé sur la co-délibération.

38Ensuite, s’agissant d’une « sociopolitique du commun », nous avons distingué deux modes de problématisation et deux stratégies politiques en soulignant les limites d’une stratégie économico-politique des communs qui, en plus d’être animée par une vision idéalisée de « l’État-partenaire », reproduit, en misant sur une prolifération des communs économiques soutenue par l’évolution des formes de la production et des technologies, certaines impasses de l’« économisme ». C’est plutôt, comme les expérimentations italiennes et espagnoles en sont l’ébauche, en arrimant le développement des communs économiques sur la dynamique d’un commun politique qu’une politique du commun peut se donner un horizon.

39Enfin, à l’intérieur même de cette stratégie politico-instituante du commun, les tentatives les plus prometteuses, fussent-elles encore inchoatives, sont celles qui, comme à Naples et à Barcelone, cherchent à relativiser l’État en interne, par l’institution à la base d’un commun politique investissant l’intérieur même des arènes chargées de la reproduction de la logique étatique.

Haut de page

Bibliographie

Ambrosi A. & P. Dardot (2015), « Entretien sur "Barcelone en commun" (avec Frédéric Sultan) », inédit.

Bailey S. & M. E. Marcucci (2013), « Legalizing the Occupation: The Teatro Valle as a Cultural Commons », The South Atlantic Quarterly, vol. 112, n° 2, pp. 396-405.

Bauwens Michel (2015), Sauver le monde. Vers une économie post-capitaliste avec le peer-to-peer, Paris, Éditions Les liens qui libèrent.

Bojica A. & I. Tamayo (2015), « La Cooperativas Integrales. Algo más que un Proyecto de Autogestión en Red », Economía Social y Solidaria, n° 5, pp. 254-260, En ligne : http://www.juntadeandalucia.es/institutodeestadisticaycartografia/InformacionEstadisticayCartografica/RevistaEconomia_Social.pdf.

Bookchin M. (2003), Pour un Municipalisme libertaire, Lyon, Atelier de création libertaire.

Boyle J. (2003), « The Second Enclosure Movement and the Construction of the Public Domain », Law and Contemporary Problems, n° 66, pp. 33-74.

Broca S. & B. Coriat (2015), « Le logiciel libre et les communs », https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01174746.

Brown W. (2015), Undoing the Demos. Neoliberalism’s Stealth Revolution, Cambridge (MA), The MIT Press.

Cangelosi E. (2014), « Commons: Practises of Spaces and Social Change », Comparative Law Review, vol. 5, n° 2, En ligne : http://www.comparativelawreview.unipg.it/index.php/comparative/article/view/30/28

Colectivo Crisis (2009), « Podemos vivir sin Capitalismo », Podemos!, https://enricduran.cat/wp-content/uploads/2013/02/02podemos_cast.pdf.

Coriat B. (dir.) (2015a), Le Retour des communs. La crise de l’idéologie propriétaire, Paris, Éditions Les liens qui libèrent.

Coriat B. (2015b), « Qu’est-ce qu’un commun ? Quelles perspectives le mouvement des communs ouvre-t-il à l’alternative sociale ? », Les Possibles, n° 5, https://france.attac.org/nos-publications/les-possibles/numero-5-hiver-2015/dossier-les-biens-communs/article/qu-est-ce-qu-un-commun

Dardot P. & C. Laval (2014a), Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, Éditions La Découverte.

Dardot P. & C. Laval (2014b), « Politique du commun » (entretien avec la revue Esprit). En ligne : http://esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=356.

Fattori T. (2013), « From the Water Commons Movement to the Commonification of the Public Realm », The South Atlantic Quarterly, vol. 112, n° 2, pp. 378-387.

Festa D. (2015), « La creatività del comune », dans Bernardi C., Brancaccio F., Festa D. & B. M. Mennini (dir), Fare Spazio. Pratiche del comune e diritto alla città, Milan, Mimesis Edizione.

Helfrich S. (2010), « The Commons as a Common Paradigm for Social Movements and Beyond », https://commonsblog.wordpress.com/2010/01/28/the-commons-as-a-common-paradigm-for-social-movements-and-beyond/.

Lucarelli A. (2011), Beni comuni. Dalla teori all’azione politica, Viareggio, Dissensi Edizione.

Lucarelli A. (2013), La democrazia dei beni comuni, Roma, Laterza Edizione.

Manifeste pour la récupération des biens communs (2009), http://bienscommuns.org/signature/appel/index.php?a=appel

Mattei U. & A. Quarta (2015), L’acqua el suo diritto, Rome, Ediesse Edizione.

Massiah G. (2011), Une Stratégie altermondialiste, Paris, Éditions La Découverte.

Micciarelli G. (2014), « I beni comuni e la partecipazione democratica. Da un “altro modo di possedere” ad un “altro modo di governare” », Jura Gentium, vol. XI, n° 1. En ligne : http://www.juragentium.org/topics/rights/it/micciarelli.pdf

Napoli P. (2014), « Indisponibilité, service public, usage. Trois concepts fondamentaux pour le "commun" et les "biens communs" » (tr. fr. A Fossier), Tracés, n° 27, pp. 211-233.

Ostrom E. (1990), Governing the Commons. The Evolution of Institutions for Collective Action, New York, Cambridge University Press.

Ostrom E. & C. Hess (2007), Understanding Knowledge as a Commons, Cambridge (MA), The MIT Press.

Schneider N. (2015), « On the Lam with Bank Robber Enric Duran », Vice, https://www.vice.com/read/be-the-bank-you-want-to-see-in-the-world-0000626-v22n4.

Serra A. & J. Solé (2014), « Entrevista con Ariadna Serra et Joan Solé (avec Frédéric Sultan) », (vidéo) : https://www.youtube.com/watch?v=UTCAnk0HrHs&feature=youtu.be =.

Shiva V. (2005), Globalization’s New Wars. Seed, Water and Life Forms, Londres, Women Unlimited Editor.

Stravides S. (2013), « Re-inventing Spaces of Commoning: Occupied Squares in Movement », Quaderns-e, vol. 18, n° 2, pp. 40-52.

Subirats J. (2015), « Todo se mueve. Acción colectiva, acción conectiva. Movimientos, partidos e instituciones », Revista Española de Sociología, n° 24, pp. 123-131.

Teatro Valle Occupato (2012), La rivolta culturale dei beni comuni, Rome, Derive Approdi Edizione.

Weinstein O. (2015), « Comment se construisent les communs : questions à partir d’Ostrom », dans Coriat B. (dir.), Le Retour des communs. La crise de l’idéologie propriétaire, Paris, Éditions Les liens qui libèrent, pp. 69-86.

Haut de page

Notes

1 Pour Benjamin Coriat (2015), « il y a deux et deux seulement terrains de référence solides et éprouvés sur lesquels travaux et réflexions se sont accumulés : […] : i) les travaux conduits sur les communs à partir d’Ostrom  […] ; ii) les travaux et réalisations initiés par Stallman […] autour du logiciel libre, de l’open source et des creative commons ».

2 Dans les deux cas – communs et commun – une distance est prise avec la notion de « biens communs » au sens où le commun serait une caractéristique intrinsèque du bien, qui serait donc par nature également accessible à tous. Or il ne peut y avoir d’égal accès à une ressource que par un ensemble d’actes et d’institutions qui le garantisse. Le commun est donc une activité, comme le traduit bien l’usage de l’anglais commoning, et non un bien.

3 Qui recouvre en droit italien les anciens droits d’usage des communaux.

4 On pourrait bien sûr trouver une contradiction immédiate à ce que nous registrions le mouvement des beni comuni au « commun » précisément distingué des « biens communs ». C’est pourquoi nous avons explicité comment, dans le mouvement italien, le « commun » comme pratique co-obligative fondée sur la co-participation primait sur la qualification de la ressource comme « bien commun ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Sauvêtre, « Quelle politique du commun ?  », SociologieS [En ligne], Dossiers, Des communs au commun : un nouvel horizon sociologique ?, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5674

Haut de page

Auteur

Pierre Sauvêtre

Chargé de recherche pour la Chaire ESS Nord-Pas-de-Calais-Picardie, postdoctorant au Clersé (Université de Lille1/CNRS), chercheur associé au Sophiapol (Université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense) (France) - pierre.sauvetre@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page