Navigation – Plan du site
Relation d’aide et de soin et épreuves de professionnalité

Accompagner sans fin

Épreuves temporelles dans les hébergements sociaux de longue durée
Édouard Gardella

Résumés

Dans un contexte de précarisation structurelle, s’est peu à peu développée, à côté d’une relation d’aide orientée vers l’avenir, une aide à la relation visant à consolider les liens présents. Quelles sont les conséquences de cette transformation de la relation d’assistance sur le travail social quotidien ? Cet article en explore quelques-unes à partir du type de relation d’assistance qui naît de cette métamorphose : l’accompagnement sans fin, au double sens de finalité et de durée. À partir des mutations qu’a connues le secteur de l’urgence sociale depuis 2007, l’enquête, qui s’est déroulée en région parisienne entre 2009 et 2011, se focalise sur les épreuves rencontrées par les intervenants travaillant dans des hébergements de longue durée. Elle montre comment ceux-ci surmontent les tensions qu’ils rencontrent à force d’être en présence continue de personnes à aider, que ce soit par une revisite des pratiques d’autonomisation ou par un durcissement des contreparties. L’enquête vise plus généralement à interroger les formes prises par l’autonomie dans des pratiques d’intervention sociale à durée indéterminée.

Haut de page

Texte intégral

1La relation d’assistance connaît une grande transformation depuis les années 1980. À côté d’une relation d’aide orientée vers l’avenir, meilleur et accessible de façon progressive, s’est peu à peu développée une « aide à la relation » qui vise à consolider les liens présents (Laval & Ravon, 2005). Il est courant, depuis, de présenter le domaine du travail social et plus globalement du « travail sur autrui » (Dubet, 2002) comme inscrit dans des temporalités spécifiques. Il faut « du temps », entend-on et lit-on souvent, pour que l’accompagnement s’accomplisse et que le soin se fasse. On peut alors souligner avec Marc-Henry Soulet, que « la durée […] constitue […] aujourd’hui un impensé remarquable des analyses du travail social » (Soulet, 2012, p. 186).

2Les politiques sociales sont en effet souvent abordées sous l’angle des « politiques génératives » (Giddens, 1994), dont la figure centrale est « l’activation ». Opérant surtout dans les politiques d’accès à l’emploi, l’activation correspond notamment à la réduction des durées d’indemnisation du non-emploi en passant des dépenses « passives » aux dépenses « actives » conduisant les individus à (re)devenir indépendants des allocations le plus rapidement possible. Il existe cependant un autre ensemble de politiques sociales dont l’objectif premier est d’éviter que la situation n’empire (« réduction des risques » dans le champ de la toxicomanie, « création de lien » dans le champ de la « grande exclusion »). Elles sont nommées « politiques sociales d’entretien » (Giddens, 1994) ou « travail social palliatif » (Soulet, 2012) : elles « visent plus spécifiquement la création de places au sein de situations qui, de fait, durent. Plus que d’une étape segmentée dans un cursus de retour à la conventionnalité, on assiste alors à la création d’un secteur transitionnel stabilisé et stabilisateur supportant des formes d’intégration intermédiaires, relatives, mais qui deviennent des horizons en soi » (Ibid., p. 186).

3Le versant palliatif du travail social a été moins étudié que son versant génératif (Soulet, 2009). Ce type de travail social concentre pourtant de forts enjeux théoriques quand on analyse « le temps dans les politiques sociales » (Châtel, 2008). Ces politiques présentent un immense continent de temporalités à explorer, en décalage ou en discussion avec la thèse d’une temporalité dominante de l’accélération (Rosa, 2010) prenant les formes de l’activation et plus généralement de l’urgence (Aubert, 2003 ; Bouton, 2013 ; Gardella, 2014a), de la précarité diffuse, de la montée des incertitudes (Castel, 2009) et du « sentiment de manque de temps » (Méda, 2003).

  • 1 C’est l’une des conséquences peu connues de la loi DALO. Est ainsi en train de s’institutionnaliser (...)

4L’inscription dans la durée caractérise particulièrement bien le tournant qu’a pris l’action sociale en direction des personnes en situation de sans-abrisme (Gardella, 2014b). Après le renforcement continu depuis les années 1980 de l’urgence sociale adossée à un dispositif d’hébergement de très courte durée visant l’insertion par le logement, le droit à l’hébergement, depuis 2007 et la loi DALO (art. 4), stipule que les durées de séjour ne sont plus réglementairement limitées. Les personnes ont en principe le droit de rester dans un hébergement social tant qu’elles n’ont pas été orientées vers un autre habitat durable 1. Même si le turnover reste important dans l’urgence, ce changement des règles de séjour porte avec lui un renouvellement des questions portées par l’émergence du logement social au tournant des 19e et 20e siècles (Bonnet, 2013) : comment les institutions peuvent garantir, aux groupes et individus marginalisés par le marché, un habitat sans durée limitée et financièrement abordable (quitte à être gratuit) ?

5Pour donner des éléments de réponse à ce problème, le concept de chronopolitique est utile à l’enquête (Gardella, 2014b). Il invite à entrer dans les problèmes politiques et moraux par l’ajustement ou le désajustement, entre temporalités des institutions et temporalités des personnes aidées ; questionnement important, mais encore peu abordé, de la relation d’assistance (Simmel, 1998). Autrement dit, il s’agit de porter attention aux synchronisations et désynchronisations entre les institutions d’aide et les personnes aidées. Si la relation d’aide est vue comme une action collective, elle engage alors une coordination des actions qui se fait sur plusieurs dimensions temporelles. La première est la durée de séjour en hébergement. Dans les hébergements sociaux où a été menée l’enquête, la durée, autrefois adossée aux exigences du fonctionnement en turnover des institutions, s’adosse désormais aux exigences du déroulement de l’accompagnement des personnes. Les règles de séjour sont passées d’une « activité mesurée par unité de temps » (règle des trois nuits, par exemple) à un « temps “orienté par la tâche” » (Thompson, 2004). Mais « le temps » n’est pas réductible à la durée. Trois autres dimensions temporelles peuvent être prises en compte dans le cadre d’une analyse chronopolitique. La deuxième, la plus souvent abordée d’ailleurs dans les études de sociologie du temps, est celle des horizons temporels (passé, présent et avenir) et de l’articulation explicite entre « champ d’expérience » et « horizon d’attente » (Koselleck, 1990). Comment les acteurs coordonnent au présent leurs projections ? Cette question englobe les enjeux liés à l’incitation au projet dans nombre de politiques sociales (Vidal-Naquet, 2009) mais aussi les récits de trajectoires (dans des perspectives très différentes, voir Astier & Duvoux, 2006 et Ravon, 2008). Une troisième dimension est celle du tempo auquel s’accomplissent les activités conjointes (Rosa, 2010). Elle invite à regarder les ajustements ou les décalages de vitesse existant entre institutions d’aide et personnes aidées. Enfin, quatrième dimension, le rythme désigne la façon de fluer des activités (Michon, 2005). Par exemple, la personne hébergée sur longue durée suit-elle le rythme régulier des repas collectifs, des ateliers dans lesquels elle s’est inscrite ou encore du retour dans sa chambre chaque nuit avant 22 heures ? Ces quatre dimensions invitent à caractériser temporellement des activités conjointes entre aidants et aidés. Elles dessinent plus globalement les axes d’une chronopolitique de la protection sociale, à diverses échelles d’analyse.

  • 2 L’article repose sur une enquête conduite dans le cadre d’une thèse de doctorat (Gardella, 2014b), (...)
  • 3 Cet article ne s’appuie pas sur des observations directes de type ethnographique mais sur des entre (...)
  • 4 Comme le rappelle Joëlle Zask, la notion d’expérience chez John Dewey se distingue à la fois de la (...)

6L’enquête propose de voir ces ajustements entre institutions et personnes aidées depuis la perspective des intervenants sociaux 2 en se centrant sur l’ordinaire des interactions entre intervenants et hébergés. Cet article propose donc une analyse chronopolitique de type microsociologique des hébergements sociaux de longue durée 3, et il y entre par les épreuves temporelles que rencontrent les intervenants sociaux dans des situations où les diverses temporalités de la relation d’aide (durée, projections, tempo, rythme) sont sources de troubles, de tensions, de doutes. Ces diverses épreuves prennent sens dans la figure de l’accompagnement sans fin au double sens du mot « fin », à savoir la finalité et la durée. Elles peuvent conduire les intervenants à se sentir épuisés, découragés, usés, tout comme elles peuvent faire émerger de nouvelles réponses, de nouvelles ficelles, une forme d’inventivité professionnelle (Ravon, 2010). Il s’agit alors de voir comment les intervenants sociaux racontent les épreuves qu’ils ont traversées pour réguler des temporalités problématiques et en faire « des expériences » (Dewey, 2005 ; Zask, 2011) 4.

Inscrire dans la durée, rythmer la « présence sociale »

7Le changement des règles de l’hébergement d’urgence a conduit à une resynchronisation entre les temporalités des institutions d’aide et les temporalités des personnes sans-abri. Les hébergements sociaux ont pour mission première, du moins officiellement, de « stabiliser » les personnes accueillies, c’est-à-dire de leur accorder le « temps nécessaire » à leur « reconstruction ». Les personnes doivent pouvoir rester autant de temps qu’il leur faut pour envisager l’accès à un hébergement social de longue durée, voire un logement (très social ou social). Cette volonté de faire se reposer les personnes a donné son nom à un nouveau dispositif d’habitat pour les pauvres, « centres d’hébergement de stabilisation ». Quelles en sont les conséquences sur le travail social au quotidien ?

8La relation entre intervenants sociaux et personnes en situation de sans-abrisme change par rapport à l’urgence sociale. L’aide s’inscrit dans une coprésence durable, au sens où tous les jours et potentiellement pendant la journée durant, les mêmes intervenants côtoient les mêmes hébergés. La « présence sociale » (Bessin, 2014), prise dans une durée indéterminée et dans un rythme continu, doit, aux yeux des intervenants, être organisée afin que les hébergés puissent tirer des bénéfices pour leur insertion de ce passage dans ces habitats.

Les ateliers : rythme collectif des hébergements sociaux

9La vie durable sur un même site conduit les intervenants sociaux à organiser des ateliers au sein de l’hébergement. Les ateliers introduisent une variété de moments et de significations au sein du rythme continu de l’occupation de ces habitats. Il s’agit à la fois de proposer aux personnes des prises pour reprendre confiance en elles et d’éviter l’ennui profond d’une coprésence dénuée de direction.

10Cette façon de rythmer l’assistance au quotidien n’est pas toujours une évidence. Dans la Maison des femmes du Samu social de Paris (ouverte en 2008), l’organisation des ateliers n’a pas été une demande des 14 hébergées. Au départ, les femmes ne restaient que très peu dans le centre pendant la journée, vaquant à leurs occupations comme au temps de l’urgence : un peu de mendicité par-ci, un peu de récupération par-là, la visite des « amis de rue » à certains moments, des démarches auprès de leur assistante sociale. « Pas envie » : c’est le mot qui a marqué la responsable quand elle leur a proposé d’organiser des ateliers. Pas envie de rester dans le centre, pas envie d’être infantilisées à faire des activités organisées collectivement, pas envie de se sentir obligées de participer : « Comment on va travailler derrière ce “pas envie” ? ».

11L’inscription dans la durée est une épreuve, au sens où il faut bien « faire quelque chose » de ce temps de présence dans l’institution. Un planning d’ateliers a ainsi été mis en place progressivement, « à la semaine, pour travailler la projection pour chacune ». Le rythme hebdomadaire sert de support temporel pour introduire une certaine diversité. Les hébergées peuvent savoir à l’avance ce qui est prévu, vaincre leurs réticences et entrer petit à petit dans certains ateliers, en regardant d’abord puis en y participant pleinement. Le lundi, c’est l’art thérapie, le mardi et le dimanche l’atelier créatif, le mercredi matin, acupuncture et tai-chi et le soir groupe de parole. Le vendredi matin un bénévole propose un atelier de son choix. Enfin, le samedi après-midi est consacré à la cuisine qui comprend autant la gestion du budget que l’acquisition de savoir-faire culinaires, de règles d’hygiène ou encore du « sens de la responsabilité ».

12L’atelier qui connaît le plus de succès auprès des résidentes est celui de « socio-esthétique », assuré par des esthéticiennes, qui a lieu le jeudi après-midi, pendant quatre heures. Se déroulant dans l’espace commun, toutes les hébergées s’y retrouvent, soit pour regarder, soit pour participer. L’objectif affiché de l’atelier est la « réappropriation de son corps et de sa féminité », afin que les hébergées reprennent confiance en elles par le contact corporel, en acceptant de se détendre, de se faire toucher et masser, de se maquiller, de se parfumer, de se « faire belle » et d’entrer à nouveau dans des rapports de séduction.

13La responsable du centre observe les conséquences de cet atelier sur certaines participantes qui s’achètent de nouveaux vêtements, en parlent entre elles et échangent sur le plaisir qu’elles ont à les choisir. Elles se mettent à avoir de nouvelles conversations : au lieu d’invariablement finir par parler de la manche, de la rue, des problèmes de santé, des blessures de leur vie passée, elles parlent de plaisir, de sensations, parfois même de sexualité. Ces échanges fonctionnent comme un bouche-à-oreille et donnent envie de participer à celles qui ne faisaient que regarder, y compris les femmes les plus « clochardisées » qui finissent, du moins pour certaines d’entre elles, à se laisser maquiller.

14La confiance en soi passe par la confiance en l’autre. Accepter que quelqu’un prenne soin de nous, nous touche, nous procure du plaisir est une compétence morale nécessaire à l’accomplissement du care (Tronto, 2009). Identifier l’aide reçue et manifester cette reconnaissance au care-giver est l’étape qui boucle tout processus de caring. Il faut qu’à un moment ou à un autre, entre l’aidant et l’aidé, il y ait résonance des affects, synchronisation des engagements, écho des intentions. À ces conditions l’aide se fait influence réciproque et donc expérience (Dewey, 2005).

Observer et suivre les transformations d’individus : la métamorphose de Madame Bravade

15Les animateurs rapportent des cas de « réussite » rendus visibles par leur présence continue. Le regard aiguisé de certains leur donne à voir et à raconter des processus de transformation chez les résidents à partir des « petits riens » du quotidien. L’attention aux effets positifs de ce qu’ils font donne une signification à la durée indéterminée de l’accompagnement.

  • 5 Ce cas reviendra trois fois au cours de l’entretien, qui a duré 2 h 30. Le nom, comme celui des aut (...)

16Après avoir abordé le cas d’une femme qui a été éloignée pendant trois jours pendant l’été, Mansoria, animatrice à la Maison des femmes du Samusocial de Paris, aborde, comme pour compenser cette douloureuse situation, le cas de « Madame Bravade » 5 :

« Et on a des succès, hein ! Une grande alcoolique, ça fait un an, bon elle a fait des rechutes c’est normal, mais elle tient bien là !
- Elle a fait des cures ?
- Non, elle avait déjà fait des cures avant mais ça n’avait pas fonctionné. Et il se trouve que là, le transfert affectif s’est bien fait, avec le personnel. Ça a été difficile avec cette dame mais elle progresse, vraiment, à vue d’œil. C’était une femme avec une grande addiction. Et elle est en mobilité réduite, elle a eu une perte d’équilibre etc. Donc elle peut pas sortir sans être accompagnée. En même temps elle est devenue coquette. Je l’ai connue en urgence, elle est méconnaissable.
- Elle était comment avant ?
- [silence, elle cherche le mot qui convient ; elle lâche] Inhumaine. Inhumaine dans le sens où elle faisait pipi sur elle, caca sur elle. Grosse addiction. Quand quelqu’un boit six litres de vin par jour, il n’a plus d’estime de lui-même. Il est errant. […] Non seulement c’est une autre société mais c’est une société que nous, personnels du social, heu, c’est très délicat parce que heu… on est au courant de ça, ça, ça, il faut les réinsérer etc. etc. etc. [elle tapote sur la table avec ses doigts pour scander les étapes]. Mais la réinsertion ne se fait pas en deux trois mouvements, c’est très long ! […] C’est pas un an, c’est trois ans. MI-NI-MUM trois ans ».

17Les effets du care dans un hébergement à durée indéterminée sont visibles : Madame Bravade est passée d’un état « inhumain » dans l’urgence à un état « humain » en stabilisation ; du moins, elle est vue dans un état non déviant par rapport à l’hygiène du corps, règle centrale de l’« apparence normale » (Goffman, 1973). La fierté professionnelle provient du sentiment d’explorer un univers social à la fois impensable et éprouvant. Pour rapporter son expérience de ce monde, Mansoria reprend des termes proches de ceux véhiculés par les cliniciens de la désocialisation (Declerck, 2001 ; Emmanuelli & Malabou, 2009). Une conséquence de cette clinique passe par la reprise d’un « vocabulaire de motifs » (Mills, 1940). Ce vocabulaire clinique offre des supports pour définir des situations problématiques et les articuler à des pratiques : Mansoria raconte que cette transformation vers un état « humain » s’est faite par des « petits riens », comme des compliments sur sa façon de s’habiller ou des conversations sur les dessins qu’elle faisait dans l’atelier artistique. Il confère aussi un prestige à faire ce travail d’aide, dans un univers de discours distinct de ceux de la charité ou de la solidarité. Le récit du cas singulier de cette transformation fait émerger la figure du « nous, personnels du social » et confère une signification à l’accompagnement sans fin : « C’est pas un an, c’est trois ans. MI-NI-MUM ». Décrit à l’intersection d’un vocabulaire d’expertise et d’une épreuve singulière surmontée, l’accompagnement sans fin se transforme en expérience, vecteur d’identification à un collectif.

La présence continue comme usure

18Garantir le maintien dans le centre pendant la journée évite la maltraitance qui a cours dans certains centres continus de contraindre les hébergés à rester dehors. Mais la non remise à la rue a des conséquences sur la pratique des intervenants sociaux, conséquences qui peuvent être éprouvantes. Suivre les personnes au jour le jour est une source de satisfaction professionnelle et personnelle, une reconnaissance des pratiques de soins mises en œuvre dans les ateliers collectifs ou l’accompagnement individualisé. Cela suppose aussi tout un ensemble de tâches invisibles, peu gratifiantes, qui concernent la logistique. Le care, composé d’une infinité d’attentions, d’égards et de conseils pour les personnes, passe aussi par l’aménagement de l’environnement matériel. Accomplir ces tâches au quotidien, avec un salaire au niveau du SMIC, fait parfois regretter le rythme discontinu de l’urgence, comme le raconte Mansoria :

- « Et symétriquement aux difficultés, est-ce qu’il y a des moments où vous vous dites “Là c’est du bon boulot”, que ce soit en stabilisation ou quand c’était dans l’urgence ? Et est-ce qu’il y a des différences ?
- C’est très différent entre l’urgence et la stabilisation, parce qu’à la Maison des femmes, il y a un suivi, on voit l’évolution des personnes. Mais en contrepartie l’urgence c’est dur, mais c’est moins dur au sens où les gens sortent à 11 heures et demie, on les voit pas tout le temps. Là c’est plus compliqué, il y a de la proximité, on est obligé de déjeuner avec elles, il y a des fois on n’a juste pas envie, quoi, parce que c’est, c’est, c’est lourd. Et quand elles s’y mettent toutes, c’est lourd. Quand elles sont toutes en délire c’est vraiment les femelles en délire, quoi, c’est très dur, faut gérer quoi. Bon y a une dame qui est ménopausée, on sait très bien qu’elle a plus de règles, elle vient nous demander des serviettes hygiéniques ! Voilà on est dans ce genre de délire. Et dans ce genre de déni, aussi ! Entre l’autre qui ramasse des choses dans la poubelle et qui les lave dans la douche pour les revendre à l’extérieur, on est obligé de surveiller tout un tas de choses comme ça. Et c’est aussi surveiller la structure, les trucs défaillants, les lumières. Y a plein de trucs dans une structure : la machine à laver qui marche plus, la chasse d’eau qui pète. Y a plein de trucs au-delà, y a la partie logistique, y a la logistique. Et on fait tout ça. C’est-à-dire qu’on s’occupe des dames mais on fait aussi la partie logistique.
- Pour un salaire au niveau du Smic.
- Exactement même ».

19La comparaison entre urgence et stabilisation débouche sur une forme de paradoxe : la stabilisation, sensiblement meilleure pour les personnes hébergées, apparaît plus dure pour les intervenants sociaux en raison de la proximité au quotidien avec les hébergées d’une « présence sociale » (Bessin, 2014) qui devient pesante. L’avantage de l’urgence est que les personnes partent à un moment donné. Le travail en continu, nuit et jour, dans le centre, vient interroger le sens de la présence des intervenants.

20Ce poids de la présence continue au quotidien, par son excès de proximité, peut conduire au sentiment d’« insupportable » (Breviglieri, 2009), exprimé contre des hébergées dont le comportement, et plus particulièrement le rythme de vie, fait basculer les intervenants dans le désarroi et la sanction.

Épreuves de synchronisation

  • 6 Il existe deux grands types d’hébergements sociaux : les hébergements collectifs et les hébergement (...)

21En région parisienne, là où j’ai mené l’enquête, les hébergements sociaux sont en majorité collectifs 6. Cette vie collective implique un certain nombre de règles, en particulier temporelles. Dans les trois centres, les responsables m’indiquent qu’ils demandent aux hébergés de les prévenir de leurs absences, que ce soit pour les repas prévus par l’institution ou pour leur présence la nuit. Les rappels à l’ordre temporel émergent alors quand les personnes pratiquent leur hébergement comme un habitat autonome, en suivant leur rythme indépendamment du rythme de la collectivité organisé par les intervenants sociaux. L’autonomie temporelle des hébergés vis-à-vis du rythme de la vie collective est source de tensions, de désarroi et de sanctions.

Troubles dans le rythme : les contreparties de l’activation

22Les intervenants sociaux œuvrant dans des hébergements à durée allongée croient fortement que la stabilisation offre un environnement plus favorable que l’urgence pour le bien-être des résidents. Ils se sentent ainsi désorientés face à des attitudes qui poursuivent à leurs yeux le « rythme de l’urgence » au sein même des hébergements de stabilisation.

23Emmanuelle, la responsable du centre de stabilisation pour femmes du Samusocial, décrit un cas précis qui lui a révélé la « difficulté » que rencontreraient certaines hébergées pour changer de rythme, arrêter le mode de vie « en urgence » et passer à la stabilisation :

« Une femme avec un temps d’errance assez long, qui ne se servait du centre que comme un hébergement. C’est-à-dire qu’elle revenait… Elle partait souvent… Ce sont les absences injustifiées [elle parlait quelques minutes avant des absences au moment des repas]… Elle retournait souvent à la rue, ramenée par les EMA [Équipes mobiles d’aide] parfois ou partait deux jours et revenait trois jours dans la structure, recommençait etc.
- Elle était là depuis le début ?
- Oui, enfin je vous dis, j’avais une inquiétude… […] On avait des inquiétudes sur l’état sanitaire de la personne, parce qu’il y avait parfois des blessures apparentes, l’hygiène qui avait complètement été mise de côté qui avait des répercussions sur les problèmes de peau […]. Donc cette façon de produire de façon répétée ces ruptures entre la stabilisation et la rue, ça n’a pas du tout aidé cette femme à se reconstruire ; en tout cas au niveau de sa santé. Donc au bout d’un moment, au vu de tout ce qu’elle mettait en place, on a décidé d’arrêter.
- Alors comment ça s’est passé ?
- De toute façon, les personnes, on ne les prend pas au dépourvu, on travaille beaucoup sur l’entretien individuel, on avait déjà évoqué avec elle d’autres orientations, ça lui avait déjà été dit. Ce qu’elle souhaitait pas forcément. Une première fois, elle y était allée, en lits infirmiers, sa place lui avait été gardée et on s’est rendu compte que son état était de pire en pire. […] Une fois revenue dans la structure, ça n’a été que des mises en échec des derniers examens [médicaux] qu’il restait à faire et qui étaient importants. […] Et au-delà de ça, elle revenait dans des états… Elle était de plus en plus abimée. Donc on a… lui a été dit…
- Elle était alcoolisée de plus en plus souvent ?
- Non, toujours autant. Ça a toujours été de la même façon. Tout le temps [lassitude et impatience transpercent le ton de la voix]. La décision a été prise de rompre la prise en charge à la Maison des femmes, et qu’il y ait une réorientation en lits infirmiers qui soit faite. Il a fallu travailler l’adhésion de la personne, ça fait partie du travail, et on l’a donc amenée dans ce centre d’hébergement médicalisé.
- Elle a finalement accepté ou bien… ?
- Elle a accepté mais à contre cœur, je pense. Et elle y est encore [c’était en novembre 2008, l’entretien a lieu en février 2009].
- Et elle pourrait réintégrer la Maison des femmes ?
- [Brusque] Non, pas pour le moment. Elle reviendrait à la Maison des femmes, on reviendrait dans les mêmes choses ».

24L’insupportable sourd dans le récit : la lassitude de l’alcoolisation permanente, l’agacement face au non respect du rythme de la vie collective, l’incompréhension de voir une personne ne pas parvenir à se poser dans un habitat. Le trouble conduit l’équipe à placer la personne, contre sa volonté, en dehors du centre de stabilisation, pour créer de la distance. Le placement en lit infirmier pourrait paraître violent, vu que cette solution semble ne pas avoir fonctionné auparavant. Mais la remettre dehors, dans l’urgence, relèverait de la maltraitance aux yeux de la responsable. Et l’hébergement d’insertion ne semble même pas accessible, la conditionnalité y étant beaucoup plus forte. L’orientation choisie est donc un moindre mal à ses yeux. Cette médicalisation du traitement de la personne indique même une certaine justesse dans la prise en compte de la projection de soi de la personne : dans ces structures, aucun projet n’est exigé.

25L’exclusion d’un centre correspond à une expérience négative pour les intervenants sociaux. Même si elle paraît nécessaire à leurs yeux, elle est interprétée comme un « échec ». Ne pas parvenir à « établir le lien », à « prendre contact », à « gagner la confiance » et ici « à faire entrer dans le rythme de la stabilisation » sont catégorisés par les professionnels du social que j’ai rencontrés comme des « mises en échec » de leur travail et de leurs efforts. Plus qu’une volonté clairement définie d’éviter l’assistanat et d’activer les résidentes quitte à les sanctionner par une exclusion, la responsable du centre exprime son désarroi : que faire face à une personne qui ne joue pas le jeu de l’hébergement, qui en fait un usage autonome, sans prendre en considération l’équipe éducative ?

26Si une « activation » peut émerger par l’imposition de « contreparties », il faut en saisir la dimension processuelle donc incertaine et inscrite dans une série d’épreuves. Un comportement analogue n’a en effet pas conduit à l’exclusion du centre dans le cas d’une autre hébergée de Montrouge.

Autonomie versus autonomisation

27Emmanuelle tient à évoquer une autre hébergée, elle aussi en décalage rythmique avec le reste de la collectivité mais qui n’a pas été exclue du centre :

« On a vu qu’elles revenaient sur ce lieu, elles savaient qu’elles pouvaient y être bien. Je veux vous parler juste de l’exemple d’une personne. Une femme très clochardisée à la Maison des femmes…
- Qui y est encore ?
- Qui y est encore, qui a un temps d’errance assez long aussi, qui est très très clochardisée. Je vous en parlais tout à l’heure : elle fait les poubelles la journée, elle mange dans les poubelles, elle se balade toute la journée, elle a pas envie de rester dans un centre toute la journée, pas du tout ; elle le dit elle-même quand on la retient trop : “Faut me laisser, faut que je sorte sinon je vais devenir folle”. Et après elle va se balader, avec son petit caddie, elle est dans un coin de Paris, dans ses repères. Et le soir, elle rentre manger, prendre sa douche et aller se coucher. Point ! Et ça fait un an [silence]. À long terme, à la Maison des femmes, on va être bloqué à un moment donné dans ce qu’on peut proposer. Alors effectivement, pour le moment c’est bien, elle respecte le cadre, elle respecte le règlement, etc.
- C’est elle qui s’est maquillée dans l’atelier de socio-esthétique dont vous me parliez tout à l’heure ?
- Une fois, oui. Alors est-ce qu’on va réussir à mettre du sens dans cette prise en charge ? Oui, parce que ça reste des rythmes différents, etc. Mais, heu, qu’est-ce qu’on va pouvoir y travailler, sûrement certaines choses. Mais est-ce que finalement ça lui correspond vraiment dans nous, ce qu’on projette ? Elle, elle en a pas envie, elle a juste envie d’être tranquille le soir, de dormir et de repartir le lendemain, point ! ».

  • 7 Pour un usage analogue, c’est-à-dire « inconditionnel », du projet dans le domaine du handicap, voi (...)

28La signification visée dans l’accompagnement sans fin, située entre la sollicitude reposante et la sollicitation activante, se précise du point de vue des intervenants sociaux. Dans des hébergements où la durée de séjour est indéterminée, ils formulent non pas tant une injonction (la sanction est loin d’être systématique), mais une attente, plus ou moins insistante, selon les moments et les hébergés, à se temporaliser différemment vis-à-vis de l’institution, en s’engageant dans des projets qui concernent aussi l’équipe éducative. Les personnes sont invitées par les intervenants sociaux à faire équipe avec eux, à suivre le rythme de la vie collective et des activités éducatives et à se projeter en dehors de l’habitat en prenant appui sur leur aide 7.

29Dans les deux cas de troubles racontés par la responsable, cette attente ne se fait sur le mode ni du contrat ni de la contrainte. Les deux cas, traités différemment, montrent que l’attente se fait peut-être d’abord et avant tout comme une demande d’attachement à l’équipe aidante. Comme si le fait de se côtoyer sur la continuité implique que pour donner du sens à cette institution de la vie quotidienne, il fallait que chaque membre fasse attention à l’autre : les travailleurs sociaux aux hébergées (ils sont rémunérés pour cela) et, réciproquement, les hébergées aux propositions des travailleurs sociaux (cela conditionne du moins une bonne cohabitation). L’attente de la responsable est ainsi une attente d’attention réciproque, source de reconnaissance (Ricoeur, 2004).

30Se confrontent là deux conceptions de l’autonomie : une autonomisation qui passe aux yeux de l’intervenant social par le respect des règles collectives posées et par l’entrée dans une dynamique de « projet » via le contact avec « l’équipe » ; et une autonomie temporelle dans l’usage personnalisé de son habitat par l’hébergée, désynchronisée du rythme de la collectivité.

L’éternel retour du provisoire

31Le passage du turnover à la continuité et à la stabilisation est globalement soutenu par les professionnels : les personnes doivent pouvoir se poser et se reposer dans les hébergements sociaux. Mais le désarroi s’accroît à mesure que les durées de séjour s’allongent. Quelle est la « bonne » durée de séjour ? Accorder une durée de séjour indéterminée en hébergement aux personnes sans-abri n’est pas toujours valorisé par les intervenants. Cette règle semble même avoir été accueillie avec une certaine circonspection. Le fait que les personnes restent longtemps dans ce type d’habitat est encore perçu de façon stigmatisante : il s’agit d’une absence de mobilité, d’une stagnation de la personne, d’une marginalisation. Dans ces moments, les intervenants endossent les perspectives héritées de l’histoire de l’habitat des pauvres depuis la fin du xixème siècle (Brodiez-Dolino, 2013 ; Katz, 2015) et cristallisées dans les normes officielles et certaines habitudes : la perspective du « modèle en escalier » reprend sa place dominante et fait voir un séjour qui s’allonge non plus comme le support d’une capacitation d’individus exclus des marchés du logement et parfois du travail, mais comme productrice d’incapacités. Les résidents se voient alors réattribuer leur rôle historique de « passagers du provisoire » (Laé & Murard, 1988).

Reposer : installer ou préparer à la sortie ?

32Je visite en juillet 2011 un hébergement de « stabilisation » en banlieue parisienne, monté par une association pionnière dans ce type d’hébergement, le Cœur des haltes. Au cours de la journée, je discute avec des animateurs travaillant dans le centre. À l’occasion d’une pause cigarette pendant laquelle Joé, le responsable hiérarchique, n’est pas là, je prends le parti de leur poser frontalement la question qui me taraude : est-ce que les hébergés savent qu’ils ont droit à une durée illimitée ? Aucun animateur ne réagit vraiment, je ressens comme un léger malaise. En guise de réponse, le jeune stagiaire en éducation spécialisée me raconte l’histoire de Céline, qu’on venait d’entendre évoquer ses projets de vacances avec Joé :

« Tu vois Céline, au départ elle voulait rester un mois, hyper autonome et tout et tout. Elle voulait retrouver vite fait un logement. Et là, elle a finalement fêté, entre guillemets, son troisième anniversaire ici dans le centre ».

33Soumeya, animatrice sur le pavillon, poursuit :

« Ben ouais, les gens, ils risquent de s’enliser ici, dans un dispositif qui est en dehors de la réalité. La vie, c’est quand même payer son loyer tous les mois, faire la vaisselle. Et ici, tout est gratuit, donc les personnes elles veulent plus partir. En plus, elles se sentent dans une sorte de nouvelle famille, donc bon ».

34Aux yeux de ces intervenants, le séjour dans l’hébergement de stabilisation n’a pas le même sens que l’occupation d’un logement, qui reste l’horizon de la normalité. Rester dans un hébergement peut être légitime, tant que ce séjour ne se transforme pas en occupation d’un chez-soi. L’hébergement social est un habitat considéré comme à part, nécessaire mais transitoire ; il est un sas vers la « vie normale » mais il n’est pas la vie normale. L’hébergement social est un espace de transition, dans lequel les pratiques d’intervention se projettent vers « la sortie ». Le fait que des personnes en viennent à rester dans un hébergement social suscite des doutes, voire des critiques de la part de ces intervenants.

35Cette perspective n’a pas de nom unifiant en France, mais elle a été conceptualisée dans la littérature anglo-saxonne comme Shelterization, du terme anglais « shelter » qui signifie abri ou hébergement. Ce concept a une trajectoire intéressante en regard des évolutions des politiques d’habitats destinées aux personnes n’accédant pas au logement. La Shelterization a au départ une portée critique (Gounis, 1992). Par ce terme, il s’agit de dénoncer l’enfermement des personnes dans des habitats collectifs au fonctionnement analogue aux « institutions totales » conceptualisées par Erving Goffman (1968) : séparation entre le personnel et les résidents, entraves dans les possibilités de sortie et d’entrée, contraintes de la vie collective, prise en charge institutionnelle de tous les besoins de l’existence. L’argument principal, à la fin des années 1980, est la critique de l’institutionnalisation d’habitats distincts du logement, qui correspondrait à la reconnaissance, fataliste, d’une société divisée entre les individus ayant accès à un logement adapté et ceux devant se contenter d’hébergements collectifs et contraignants. Mais au fil des années 1990, la critique portée par la Shelterization pointe plutôt les conséquences néfastes sur les possibilités d’action des personnes dues à leur séjour prolongé. La critique, portée par nombre d’intervenants sociaux dans plusieurs pays occidentaux (Grimard, 2011), est la suivante : en restant dans des habitats marginaux où elles sont aidées pour tous les aspects de la vie quotidienne matérielle (cuisine, lessive, vaisselle, démarches administratives), les personnes perdent leur capacité d’action « autonome » et en viennent même à acquérir de nouvelles compétences adaptées à la vie déviante (trafics en tout genre, recyclages d’objets chinés ou volés). L’aide prolongée dans les centres conduit ainsi à renforcer la marginalisation des personnes par la perte de leur « potentiel » d’action et / ou par l’acquisition de conduites déviantes. En France, cette trajectoire de la critique des hébergements sociaux suit celle du passage de la dénonciation des asiles (dans la lignée du travail de Michel Foucault) à celle de la dénonciation de l’assistanat, visible dans l’histoire produite par la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS) elle-même, dans ses présentations publiques (Bonnet, 2013).

36C’est dans cette perspective, héritée de l’histoire institutionnelle de l’hébergement social qui s’est construite depuis plus d’un demi-siècle, que se comprennent les pratiques de contractualisation et de participation financière. Dans les trois centres où j’ai enquêté en région parisienne, ces pratiques émergent comme des nouveautés consécutives à l’allongement des durées de séjour. Le séjour n’est pas simplement conçu comme la garantie d’un lieu où habiter, avec services et couverts. Il s’agit de faire en sorte que la personne se responsabilise, en faisant des démarches pour se « réinsérer », c’est-à-dire trouver un autre lieu durable où habiter, si possible en trouvant un emploi permettant de payer régulièrement un loyer. Le temps de l’hébergement, c’est-à-dire sa durée temporaire, son rythme, son tempo et ses projections, est un temps de préparation à la sortie.

37Les intervenants sociaux sont pris entre deux perspectives temporelles qui affectent le sens de leur mission et de leur profession. D’un côté, ils doivent s’efforcer de faire se reposer les personnes, de les aider à « se reconstruire » en prenant leur temps et en sortant de l’urgence. De l’autre côté, ils doivent limiter une installation trop durable qui pourrait conduire à une marginalisation, voire à une dépendance trop grande au mode de vie en hébergement accompagné (Shelterization).

Contourner le problème de l’installation : ne pas dire le droit

38Pour éviter de s’empêtrer dans des situations inextricables à leurs yeux, les intervenants sociaux que j’ai rencontrés mobilisent la même ficelle : rester évasifs, voire ne rien dire, sur les durées de séjour.

39Joé, le responsable du centre de stabilisation de l’association Cœur des haltes, raconte comment il s’appuie sur ce que les économistes appelleraient une « asymétrie d’information » concernant le droit des hébergés :

- « Comme la durée n’est pas limitée, est-ce que vous constatez des problèmes, en lien avec cette règle de durée indéterminée ?
- Ah non mais par contre, eux, ils savent pas que la durée n’est pas limitée… [silence] […] C’est justement-là le bienfait des contrats de séjour, c’est que : “T’as un projet, il faut le respecter, t’as trois mois pour réaliser ça, ou six mois, et dans trois mois il faut que tu l’aies fait ! Après on passe à autre chose. Il faut qu’t’avances !” Ah non, non...
- Mais avant, avant les contrats de séjour ?
- C’était pareil, si c’était pas écrit…Mais c’est vrai que c’est de là que […], j’allais pas dire qu’il y avait un certain laxisme mais… […]. Il y avait des hébergés qui avaient le sentiment que ça avançait pas, que de toute façon ils étaient bien ici, que c’était gratuit, que c’était un petit peu la vie de château. Parce qu’il y en a ici [il baisse le volume de la voix, le bureau étant grand ouvert sur l’entrée et la salle principale], s’ils pouvaient rester jusqu’à la retraite, ça leur conviendrait tout à fait.
- Ben oui, oui
- Donc la mise en place du contrat de séjour, la mise en place de la participation financière, ça remobilise tout le monde, aussi bien au niveau des salariés qu’au niveau des hébergés… Ça c’est quand même un gros plus, hein… ».

  • 8 Entretien que j’ai réalisé dans le centre d’urgence le 22 juillet 2011.

40Une variante du contournement du problème de l’installation est de brandir une « menace de fin de séjour », qui n’a aucune assise légale mais qui est utilisée à des fins éducatives, comme le raconte la responsable d’un hébergement d’urgence continu de la Ville de Paris. Noémie décrit le processus du changement induit par le passage à la règle de continuité 8. Comme le centre n’est plus dans l’urgence de la mise à l’abri à la nuitée mais dans l’éducatif, « on n’est pas là pour rien faire ». L’inscription dans la durée vient réinterroger le sens de la présence des intervenants sociaux. Les éducateurs deviennent alors plus exigeants avec les jeunes sur le contrat de séjour, pour leur demander de faire des démarches, d’avoir des projets, de se projeter dans l’avenir, de sortir du « rien » dans lequel certains, « dépressifs », se retrouvent à leurs yeux. Mais si aucune démarche n’est faite malgré tout ? Et si la personne habite de façon autonome dans l’hébergement, sans rien demander ni rendre de compte à personne ?

- « On brandit alors la menace de fin de séjour.
- Mais c’est pas contraire à la continuité ?
- Si… Mais c’est aussi un effet pervers de la durée illimitée, ça donne le vertige aux intervenants sociaux. Du coup, nous, on ne le dit pas aux jeunes ; on a besoin de cet instrument de menace, la fin de séjour, pour avoir l’autorité suffisante et faire notre travail éducatif ».

41S’engager dans un accompagnement sans fin conduit parfois à l’affect du « vertige ». Pour le faire cesser, il faut alors s’accrocher à des prises et ces prises sont la possibilité d’exercer une contrainte incitative, la fin de séjour, pour espérer améliorer la situation des hébergés.

Conclusion

42Ces situations d’accompagnement sans fin qui s’étendent dans une « durée sans finalité » (Soulet, 2012) donnent à voir une tension, source d’épreuves quotidiennes multiples, entre deux pratiques de l’autonomie (Vidal-Naquet, 2009) :

43- l’autonomie-indépendance : elle recouvre une perspective traditionnelle, selon laquelle les personnes hébergées doivent être activées pour devenir, un jour, « autonomes », c’est-à-dire « indépendantes » de dispositifs d’aide sociale dans lesquels elles sont vouées à ne rester que provisoirement ;

44- l’autonomisation-capacitation : les mêmes intervenants sociaux qui parlent d’autonomie-indépendance, peuvent aussi, dans certains cas, appréhender l’autonomie autrement. L’autonomie revient alors à la capacité de faire quelque chose, aussi minimale soit cette chose : accepter de se faire maquiller et masser, parler (à nouveau), se projeter dans un projet, même vague. L’autonomie ne se définit alors plus par les moyens par lesquels les actions sont accomplies (sans aide, « seul », indépendamment des dispositifs et des professionnels d’aide sociale) mais plutôt par le résultat d’une action conjointe : s’autonomiser, c’est pouvoir accomplir quelque chose, y compris en y étant aidé.

45Prolongeons alors cette seconde perspective sur l’autonomie qui pose à nouveaux frais la question de la professionnalité des intervenants sociaux. Se déploie là une définition capacitaire de l’autonomie (Ricoeur, 2004), largement compatible avec une aide sociale de longue durée. La frontière séparant ces deux formes d’autonomies se brouille pour orienter le regard sur les possibilités d’action produites par les supports des individus, qu’ils soient institutionnels, personnels, matériels. Ce qui se passe dans ces hébergements sociaux – et plus globalement dans les dispositifs d’aide sociale où la durée d’accompagnement s’allonge – marque le passage d’une anthropologie disjonctive à une anthropologie conjonctive (Genard, 2009). On passe ainsi de la capacité à la capacitation, de l’autonomie à l’autonomisation. Ces catégories ne désignent plus des classes d’êtres séparables mais des processus s’étendant sur des temporalités indéterminées ou, plutôt, toujours à déterminer en situation.

46Comprendre la relation d’assistance, d’aide et de soin dans le cadre de l’anthropologie conjonctive conduit à réévaluer la distinction héritée d’Anthony Giddens (politiques sociales génératives et d’entretien) et retravaillée par Marc-Henry Soulet (promotionnelles et palliatives) qui s’inscrit, par le vocabulaire dévalorisant accordé au second type de travail social, dans une anthropologie disjonctive. Si cette distinction est très utile pour éclairer des pratiques de travail social laissées dans l’ombre de l’activation, elle peut parfois orienter l’analyse dans des directions divergentes par rapport à ce qui est observable. Les pratiques de travail social dans des dispositifs où la durée s’étend sont à la fois génératives et palliatives. Pour réintroduire un continuum adéquat quant au sens des épreuves et expériences enquêtées, on pourrait parler de politiques sociales de consolidation, qui peuvent abriter en leur sein autant des pratiques dites palliatives que des pratiques dites génératives, et qui se développent en réponse au problème collectif de la vulnérabilité et de la fragilité durables.

Haut de page

Bibliographie

Astier I. & N. Duvoux (dir.) (2006), La Société biographique. Une injonction à vivre dignement, Paris, Éditions L’Harmattan.

Aubert N. (2003), Le Culte de l’urgence. La société malade du temps, Paris, Éditions Flammarion.

Bessin M. (2014), « Présences sociales : une approche phénoménologique des temporalités sexuées du care », Temporalités [en ligne], n° 20, mis en ligne le 26 février 2015, consulté le 26 novembre 2015. URL : https://temporalites.revues.org/2944

Bonnet L. (2013), La Métamorphose du logement social. Faire de l’habitat un support de capacités, thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales.

Bouton C. (2013), Le Temps de l’urgence, Paris, Éditions Le Bord de l’eau.

Breviglieri M. (2009), « L’insupportable. L’excès de proximité, l’atteinte à l’autonomie et le sentiment de violation du privé », dans Breviglieri M., Lafaye C. & D. Trom (dir.), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Éditions Economica, pp. 125-149.

Brodiez-Dolino A. (2013), Combattre la pauvreté. Vulnérabilités sociales et sanitaires de 1880 à nos jours, Paris, CNRS Éditions.

Castel R. (2009), La Montée des incertitudes, Paris, Éditions du Seuil.

Châtel V. (dir.) (2008), Les Temps des politiques sociales, Fribourg, Academic Press Fribourg.

Declerck P. (2001), Les Naufragés. Avec les clochards de Paris, Paris, Éditions Plon.

Dewey J. (2005), L’Art comme expérience, Tours, Éditions Farrago.

Dubet F. (2002), Le Déclin de l’institution, Paris, Éditions du Seuil.

Emmanuelli X. & C. Malabou (2009), La Grande exclusion, Paris, Éditions Bayard Culture.

Gardella É. (2014a), « L’urgence comme chronopolitique. Le cas de l’hébergement des sans-abri », Temporalités [en ligne], n° 19, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 26 novembre 2015. URL : http://temporalites.revues.org/2764

Gardella É. (2014b), L’Urgence sociale comme chronopolitique. Temporalités et justice sociale dans l’assistance aux personnes sans-abri en France depuis les années 1980, thèse de doctorat, École normale supérieure de Cachan.

Genard J-L. (2009), « Une réflexion sur l’anthropologie de la fragilité, de la vulnérabilité et de la souffrance », dans Périlleux T. & J. Cultiaux (dir.), Destins politiques de la souffrance, Toulouse, Éditions érès, pp. 27-45.

Giddens A. (1994), Les Conséquences de la modernité, Paris, Éditions L’Harmattan.

Goffman E. (1968), Asiles, Paris, Les Éditions de Minuit.

Goffman E. (1973), « Les apparences normales », dans E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Les Éditions de Minuit, pp. 227-311.

Gounis K. (1992), « Temporality and The Domestication of Homelessness », dans Rutz H. J. (dir.), The Politics of Time, Washington D. C., American Anthropological Association, pp. 127-149.

Grimard C. (2011), Les Refuges pour hommes itinérants à Montréal, lieux de passage ou d’ancrage ? Enquête sociologique sur une institution paradoxale, thèse de doctorat, Université de Montréal.

Katz L. (2015), Sans-abri : l’émergence des asiles de nuit à Paris (1878-1910), thèse de doctorat, Université Paris 1-Sorbonne.

Koselleck R. (1990), Le Futur passé. Contribution à une sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Laé J-F. & N. Murard (1988), « Temporalité, historicité et décalages », dans Laé J-F. & N. Murard (dir.), Mémoire des lieux : une histoire des taudis, Dossier des séminaires TTS, pp. 11-22.

Laval C. & B. Ravon (2005), « Relation d’aide ou aide à la relation ? » dans J. Ion (dir.), Le travail social en débat(s), Paris, Éditions La Découverte, pp. 235-250.

Méda D. (2003), « Manquons-nous de temps ? », Interventions économiques [en ligne], n° 31, mis en ligne le 01 juin 2003, consulté le 26 novembre 2015. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/920

Michon P. (2005), Rythmes, pouvoir, mondialisation, Paris, Presses universitaires de France.

Mills C. W. (1940), « Situated Actions and Vocabularies of Motive », American Sociological Review, vol. 5, n° 6, pp. 904-913.

Ravon B. (2008), « Le temps présent de l’accompagnement social : une temporalité bien à soi », dans Châtel V. (dir.), Les Temps des politiques sociales, Fribourg, Academic Press Fribourg, pp. 223-233.

Ravon B. (2010), « Travail social, souci de l’action publique et épreuves de professionnalité », dans Félix C. & J. Tardif (dir.), Actes éducatifs et de soins entre éthique et gouvernance [en ligne], Actes du colloque international, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 26 novembre 2015. URL : http://revel.unice.fr/symposia/actedusoin/?id=600

Ricoeur P. (2004), Parcours de la reconnaissance, Paris, Éditions Folio Essais.

Rosa H. (2010), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, Éditions La Découverte.

Simmel G. (1998), Les Pauvres, Paris, Presses universitaires de France.

Soulet M-H. (2009), « Le travail social palliatif : entre réduction des risques et intégration relative », Les politiques sociales, n° 1 & 2, pp. 93-115.

Soulet M-H. (2012), « De l’insertion sociale à la gestion des immotiles. Le travail social en reconfiguration », dans Castel R. & C. Martin (dir.), Changements et pensées du changement, Paris, Éditions La Découverte, pp. 183-194.

Thompson E. P. (2004), Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, La fabrique éditions.

Tronto J. (2009), Un Monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, Éditions La Découverte.

Vidal-Naquet P. (2009), « Quels changements dans les politiques sociales aujourd’hui ? Le projet entre injonction et inconditionnalité », La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, n° 47, pp. 61-76.

Zask J. (2011), « L’expérience comme méthode démocratique », dans Dewey J., Démocratie et éducation, Paris, Éditions A. Colin, pp. 29-40.

Haut de page

Notes

1 C’est l’une des conséquences peu connues de la loi DALO. Est ainsi en train de s’institutionnaliser un secteur d’habitats gratuits (ou presque) à durée allongée, voire indéterminée pour les pauvres.

2 L’article repose sur une enquête conduite dans le cadre d’une thèse de doctorat (Gardella, 2014b), menée dans trois centres d’hébergement en région parisienne. Ces trois centres ont été choisis pour la diversité des organismes gestionnaires (trois institutions très différentes) et pour la diversité de leur trajectoire : un des premiers centres de stabilisation mis en place en France, un ancien centre d’hébergement d’urgence pour femmes devenu centre de stabilisation, un centre d’hébergement d’urgence mettant en application le « principe de continuité ».

3 Cet article ne s’appuie pas sur des observations directes de type ethnographique mais sur des entretiens semi-directifs.

4 Comme le rappelle Joëlle Zask, la notion d’expérience chez John Dewey se distingue à la fois de la simple passivité (tout le monde a des expériences, au sens où il reçoit des sensations et des informations depuis l’extérieur), de l’agitation désordonnée et des habitudes : « L’expérience complète suppose donc la découverte d’une activité qui, parce qu’elle s’articule aux conditions subies, est capable de les transformer et ainsi de restaurer l’influence réciproque et la pluralité qui caractérisent les situations paisibles (ou heureuses) […] : s’il n’y a aucun trouble, si la continuité existentielle se maintient sans heurt, aucune expérience n’advient » (Zask, 2011, p. 36).

5 Ce cas reviendra trois fois au cours de l’entretien, qui a duré 2 h 30. Le nom, comme celui des autres, est anonymisé.

6 Il existe deux grands types d’hébergements sociaux : les hébergements collectifs et les hébergements en appartements individuels (appelés aussi « en diffus »).

7 Pour un usage analogue, c’est-à-dire « inconditionnel », du projet dans le domaine du handicap, voir Vidal-Naquet (2009).

8 Entretien que j’ai réalisé dans le centre d’urgence le 22 juillet 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Gardella, « Accompagner sans fin », SociologieS [En ligne], Dossiers, Relation d’aide et de soin et épreuves de professionnalité, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5458

Haut de page

Auteur

Édouard Gardella

Docteur en sociologie et science politique. Postdoctorant à l’Université catholique de Louvain (Belgique), rattaché au Centre de recherches interdisciplinaires « Développement, Institutions, Subjectivité » (CriDis) - edouardgardella@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page