Navigation – Plan du site
Sociétés en mouvement, sociologie en changement
Décloisonner la sociologie

La « fabrique du cerveau » en tensions entre sciences sociales et neurosciences

Francesco Panese, Mathieu Arminjon et Vincent Pidoux

Résumés

Cet article esquisse la situation actuelle des relations entre les sciences sociales et les neurosciences, dans une perspective épistémologique, historique et critique. Il aborde dans un premier temps les conditions d’émergence, le succès et les effets contrastés de la cérébralisation du sujet dans les sciences humaines et sociales, partagées entre neuro-scepticisme et neuro-optimisme. Dans un second temps, les auteurs proposent de déplacer le point de vue de la question classique du déterminisme biologique vers celle de la performativité sociale des sciences du cerveau. Ils analysent notamment la construction expérimentale et parfois problématique des inférences neuro-sociales qui sont au cœur des explications cérébralistes des comportements des sujets sociaux. L’article conclut sur une discussion de l’éventuelle complémentarité entre neurosciences et sciences sociales et humaines.

Haut de page

Texte intégral

« Il n’y a rien à mon avis de si beau, ni de si bien inventé dans tous les écrits de notre Auteur, que la description qu’il fait de la fabrique de notre cerveau. Il a même expliqué cette fabrique si nettement et si clairement qu’il n’est presque pas possible de ne pas se laisser persuader que la chose est comme il le dit ».
Louis de la Forge (1687), L’Homme de René Descartes, et la formation du fœtus. Avec les remarques de Louis de la Forge, Paris, Chez Théodore Girard, p. 267.

Introduction

1Les sciences du cerveau se sont fortement reconfigurées dès les années 1990, selon deux mouvements : l’un, centripète, de convergence d’une variété de disciplines vers les « neurosciences » ; l’autre, centrifuge, de conquête de phénomènes et de territoires nouveaux propres à la psychiatrie, la philosophie, la sociologie, la théologie ou encore l’économie. Cette « neuro-contamination » engendre trois effets corrélatifs : 1) la reformulation ontologique et épistémique de phénomènes humains et sociaux ramenés à des mécanismes neurobiologiques ; 2) l’éclosion de sous-disciplines, neurofinance, neuromarketing, neurothéologie, etc., et surtout les « neurosciences sociales », terme inventé en 1992 par deux psychologues d’inspiration naturaliste ; 3) l’émergence de tensions à l’intérieur des disciplines « conquises ». Dans ces zones frontières, non seulement les neurosciences investissent des phénomènes relevant des sciences humaines et sociales (SHS), mais ces dernières en viennent aussi, en retour, à intégrer des données et des méthodes des sciences du cerveau afin de reconfigurer leurs propres objets de recherche.

2Nous esquisserons ici une vue générale des relations entre les neurosciences et les SHS. Dans un premier temps, nous situerons l’hypothèse du « cerveau social » en nous interrogeant sur des conditions qui ont permis son déploiement dans l’espace social comme au sein d’autres disciplines. Nous situerons ensuite la critique sociale et sociologique du « cérébralisme », soit la tendance à concevoir et à décrire des phénomènes sociaux et psycho-sociaux en termes de structures et d’activités cérébrales. Nous poursuivrons par une analyse critique des technologies expérimentales qui fondent la « cérébralisation du sujet » et de la façon dont les sciences du cerveau d’hier et d’aujourd’hui construisent des inférences entre le cérébral et le social. Nous aborderons enfin la question de la performativité de la cérébralité en faisant l’hypothèse que là réside l’une des raisons des tensions que nous aurons parcourues. Nous terminerons par une courte réflexion sur la question du complémentarisme entre cérébralité et socialité.

L’hypothèse du « cerveau social »

3L’hypothèse du « cerveau social » naît dès les années 1990 à la croisée de plusieurs développements. Sur le plan de l’éthologie, on assiste à la montée en puissance du cérébralisme dans l’étude des comportements dit sociaux des primates. Leslie Brothers par exemple défend l’hypothèse du « cerveau social » sur la base d’études neurophysiologiques menées chez les primates supérieurs (Brothers, 2002), opérant ainsi une jointure avec l’« anthropologie évolutionnaire » (Fleagle 1992). Cette hypothèse établit une corrélation entre la taille du cerveau de nos ancêtres phylogénétiques et la complexité de leur « système social » (Barton & Dunbar 1997 ; Dunbar 2009). Les « exigences cognitives de socialité » nécessaires à la gestion de leur vie sociale expliqueraient la conformation spécifique de leur cerveau. La théorie des « neurones miroirs » (Rizzolati & Craighero, 2004) vise notamment à comprendre les relations entre cérébralité et socialité. Par analogie, ces auteurs transposent à l’humain l’hypothèse selon laquelle des patterns comportementaux seraient inscrits dans des structures cérébrales et sous-tendraient une grande variété de comportements relationnels impliquant la « cognition sociale » : imitation, résonnance empathique, etc.

4Toujours dans les années 1990, les hypothèses de cérébralisation du sujet social rencontrent un fort écho du côté de la philosophie de l’esprit. Daniel C. Dennett par exemple soutient que l’architecture des principales structures cérébrales aurait été établie et stabilisée il y a 50 000 ans, soit avant les premières traces de la civilisation. Sur le plan phylogénétique, le câblage complexe du cerveau humain serait un effet matériel de la socialisation, par l’entremise des mécanismes évolutionnaires, que des mécanismes de plasticité neuronale affineraient sur le plan ontogénétique (Dennett, 1991). John Searle avance quant à lui l’hypothèse que la conscience et l’intentionnalité seraient façonnées par des structures cérébrales supérieures impliquées dans la manipulation des symboles et la production contextuelle des pensées, des sentiments et des comportements (Searle, 1992).

5Les thèses socio-cérébralistes de l’hominisation fondées sur une théorie évolutionnaire tendent à gommer les discontinuités qui constitueraient « classiquement » le « propre de l’humain ». Du côté de la critique, de nombreux débats portent sur la nature et la sélection des phénomènes permettant de construire des modèles neurobiologiques de comportements constitutifs de la subjectivité. Ils portent aussi sur l’administration de la preuve fondant ces théories cérébralistes du social et sur la question de l’implication des métabolismes cérébraux liés aux traitements cognitifs de l’information sociale. Ces débats témoignent de la constitution de « zones de négociation » (Galison, 1997, chap. 9) entre des communautés scientifiques jusque-là relativement disjointes. L’hypothèse du « cerveau social » se propage ainsi dans une variété de champs disciplinaires, faisant converger des chercheurs d’horizons hétérogènes, sciences sociales incluses, vers les neurosciences, qu’il s’agisse d’en faire la critique ou, au contraire, de développer des « neuro-disciplines » (Ortega & Vidal, 2007 ; Feuerhahn & Mandressi, 2011).

6Nous verrons que l’une des conditions de possibilité de ces reconfigurations est liée à l’extension du paradigme localisationniste à l’étude des comportements sociaux : des phénomènes cognitifs et affectifs « activant » de manière préférentielle des sites cérébraux. On assiste à l’essor d’une anatomie du « cerveau social » avec ses sites privilégiés, tels le cortex temporal postérieur, le sillon temporal supérieur, la jonction temporo-pariétale ou encore le cortex insulaire (voir par ex. Saxe et al., 2004).

La fortune du « cerveau social »

  • 1 Les notions de « cercle ésotérique » et de « cercle exotérique » ont été proposées par Ludwik Fleck (...)

7Il est utile de s’interroger sur quelques éléments contextuels du succès de ces inférences neuro-sociales. À la faveur de la « Decade of the Brain » lancée par George H. W. Bush (1990-1999), la montée en puissance du « cerveau social » sera dopée par d’importants investissements permettant aux instituts de recherche d’exploiter de coûteux instruments, d’inonder de résultats les revues scientifiques et de créer de nombreux nouveaux journaux. Au moment où se développe l’économie des « rankings », cette situation engendre une très forte concurrence entre grands éditeurs qui multiplient les stratégies de marketing pour annoncer des « révolutions du cerveau ». Cette stratégie qui parvient à enrôler les médias non spécialisés contribue grandement à populariser une conception cérébralisée de l’humain en général et du « self » en particulier, entrainant un raz-de-marée « neurocentriste » (Satel & Lilienfeld, 2013) ayant pour effet de faire sortir la question des relations corps-esprit-société des discussions spécialisées pour devenir « un sujet commun de préoccupation » (Ehrenberg, 2008, p. 79). Du fait de cette diffusion sociale inédite, on assiste ainsi à une jonction nouvelle entre le versant ésotérique de la recherche neuroscientifique et le versant exotérique 1 des usages sociaux des neurosciences.

  • 2 Dans le cas français par exemple, le catalogue des Éditions Odile Jacob créées en 1986 compte aujou (...)

8La communauté neuroscientifique fait très tôt un usage stratégique de cette notoriété publique qui peut parfois devenir un capital précieux reconvertible en ressources de recherche. On assiste à la multiplication de publications au caractère hybride, entre ouvrages de recherche et de vulgarisation 2. À une plus grande échelle, la cérébralité joue un rôle majeur dans le développement de grands projets augmentant encore la visibilité sociale, l’attractivité scientifique et culturelle des neurosciences : en 2013 avec le Human Brain Project européen, suivi par la B.R.A.I.N. Initiative états-unienne qui prend le relais de la Decade of the brain, suivis aujourd’hui par le China Brain Science Project, le Brain/MINDS japonais ou encore le Inspiring Smarter Brain Research in Australia. Ces initiatives fortement soutenues par les États participent d’un « imaginaire sociotechnique » (Jasanoff 2004 ; 2015) d’amélioration du présent qui installe la connaissance du fonctionnement du cerveau au cœur de nouvelles espérances : l’amélioration de l’état de santé des populations touchées par les maladies neurodégénératives, par les « souffrances psychiques », l’innovation technologique liée au transfert espéré des mécanismes neuronaux dans de nouvelles infrastructures informatiques, ou encore le développement économique attendu des États qui investissent dans le domaine (Panese, 2015).

  • 3 Signalons ici la parenté entre les critiques des neurosciences par les SHS et celles que leur adres (...)

9Ce contexte engendre dès les années 2000 deux phénomènes contrastés en ce qui concerne les relations des SHS avec les neurosciences : d’une part, la concurrence entre ces domaines dans leur capacité à proposer des explications des comportements humains, normaux et pathologiques 3 ; d’autre part, l’intérêt grandissant des chercheurs des SHS pour les résultats des neurosciences qu’une partie d’entre eux tentent d’intégrer à leurs recherches. Du côté des sciences sociales, cette situation est à l’origine de critiques vis-à-vis des neurosciences.

Critiques sociales du cérébralisme

10Au tournant des années 2000, le développement des neurosciences, leur forte visibilité publique et leurs multiples incursions sur des objets des SHS, engendrent une variété de critiques que l’on ne saurait réduire à de vaines querelles territoriales, attendu qu’elles soulèvent de multiples enjeux : ontologiques, en ce qui concerne l’intégration de l’humain social à l’homo cerebralis ; moraux et politiques, en lien avec la « naturalisation des sujets » ; et épistémologiques, s’agissant de la contribution des neurosciences à la compréhension des phénomènes sociaux. Ces différents niveaux sont souvent enchevêtrés dans des critiques relativement polarisées entre « neuroscepticisme » (Forest, 2014, en particulier chap. 4) et « neuro-optimisme ».

11Une part des critiques sociologiques des neurosciences porte sur la remise en question de l’ontologie des faits sociaux et leur « naturalisation ». Cette posture trouve des échos notamment chez Alain Ehrenberg qui insiste sur la nécessité pour les sciences sociales de se positionner par rapport à ce qu’il identifie comme une forme renouvelée de « naturalisme réductionniste » :

« Le paradoxe des neurosciences est qu’en éliminant la question des valeurs, trop subjectives, et en se focalisant exclusivement sur des faits, objectifs, elles reproduisent l’illusion individualiste la plus commune. Une réflexion sur ce qui différencie (et relie) un fait biologique et un fait social est alors une nécessité pratique » (Ehrenberg, 2008, p. 81).

12Cette critique réactive en fait un débat qui remonte aux origines de la sociologie et à ses efforts de démarcation avec d’autres disciplines. Dans son effort pour fonder la sociologie naissante, Émile Durkheim affirmait déjà que considérer qu’un « phénomène social [soit] directement expliqué par un phénomène psychique » enfreignait les « règles de la méthode sociologique » (Durkheim, 1919, p. 128). Gabriel Tarde critiquait quant à lui la « grande lacune » de l’organicisme de Herbert Spencer qui, selon lui, ne pouvait parvenir à rendre compte des phénomènes de la religion et du langage :

« […] il est clair que ces deux côtés des sociétés, la religion et le langage, ne correspondent à rien en biologie. Et, précisément, ce sont les côtés les plus proprement sociaux ! En somme, la conception de l’organisme social n’a servi qu’aux naturalistes, auxquels elle a inspiré la théorie cellulaire, la division du travail physiologique, et d’autres explications aussi lucides que pénétrantes. Mais, autant il est bon de sociologiser la biologie, autant il est inutile et nuisible de biologiser la sociologie » (Tarde 1897, p. 239 ; nous soulignons).

13Faisant écho à ces Pères fondateurs, la critique actuelle des neurosciences se situe toutefois dans une configuration « épistémo-politique » spécifique (Dodier, 1999). D’un côté, on leur reproche une naturalisation neurobiologique qui conduirait à désocialiser les identités, les parcours de vie des individus et, par extension, leur prise en charge par les institutions sociales ; de l’autre, on emprunte aux (neuro)sciences cognitives des méthodes et résultats susceptibles de renouveler la compréhension des faits sociaux modulés par la biologie des sujets (voir Lahire, 2013, p. 135). Cette opposition doit toutefois être nuancée car elle néglige une tierce critique qui ne consiste pas à rejeter sommairement les neurosciences, mais à considérer que la « cérébralisation du sujet » est moins un effet de leurs avancées scientifiques que le symptôme d’une forme contemporaine de naturalisation du social qui correspondrait à une représentation de l’humain caractéristique de l’individualisme contemporain. Dans le domaine francophone, la critique d’Alain Ehrenberg, par exemple, est inséparable de l’enjeu que représente selon lui la montée en puissance des neurosciences dans le champ de la santé mentale : un glissement problématique des « pratiques de l’esprit humain » – pour reprendre le terme de Gladys Swain et Marcel Gauchet (Swain & Gauchet, 1980) – à des « pratiques du cerveau humain » qui tendraient à sortir la subjectivité contextuelle des sujets souffrants du périmètre de leur prise en charge. Cette critique vise ainsi l’affirmation scientifique, clinique et politique d’une conception de l’individu désocialisé par sa cérébralisation, une posture qui conduit à considérer que les neurosciences et les faits qu’elles produisent sont des phénomènes sociaux dont il s’agirait précisément de faire la sociologie :

« Il faut aborder les neurosciences cognitives en tant que phénomène social. Un phénomène social n’est ni vrai ni faux, en conséquence, il n’est pas soumis, en tant que phénomène social, à des critères épistémologiques de vérité et d’erreur. Ce dépassement passe par une démarche où les neurosciences sont appréhendées dans le cadre d’une description des croyances communes et des significations imaginaires qui imprègnent la vie des sociétés, ce que la sociologie d’Émile Durkheim appelle des représentations collectives » (Ehrenberg, 2015, p. 70).

14Cette posture est partagée par les analyses critiques des effets politiquement problématiques des neurosciences sur les modalités de « gouvernement des gens ». Tel est par exemple le cas du sociologue britannique d’inspiration foucaldienne Nikolas Rose et sa collègue Joelle M. Abi-Rached :

« […] the brain has become an object and target for governing human beings. How, and to what extent, has governing the conduct of human beings come to require, presuppose and utilize a knowledge of the human brain? How, and with what consequences, are so many aspects of human existence coming to be problematized in terms of the brain? And what role are these new "cerebral knowledges" and technologies coming to play in our contemporary forms of subjectification, and our ways of governing ourselves? […] Neuroscience has let the lab and became entangled with the government of the living: psychopharmacology, brain imaging, neuroplasticity and genomics » (Rose & Abi-Rached, 2014, p. 3; voir aussi 2013).

15Ce questionnement se cristallise aujourd’hui dans des études qui visent à saisir les évolutions actuelles des politiques sanitaires reconfigurées par l’essor des neurosciences en général et des neurosciences psychiatriques en particulier, telles celles de Martyn Pickersgill et Tineke Broer qui analysent la manière dont les acteurs impliqués dans la définition et la mise en œuvre des politiques socio-sanitaires intègrent les termes, les concepts et les résultats des neurosciences. Ces chercheurs montrent, par exemple, comment se développent, en Ecosse, des mesures de prise en charge des enfants centrées sur leur « physical and physiological and neural development » (Broer & Pickersgill, 2015, p. 54 ; voir aussi Pickersgill & Van Keulen, 2012). Relevons que ces recherches problématisent moins les neurosciences elles-mêmes que leurs effets contextuels et structurels sur la vie concrète des gens.

16À l’opposé de la posture neurosceptique, des travaux de sciences sociales inspirés par la philosophie de l’esprit et son tournant naturaliste tentent plutôt d’intégrer l’ancrage cérébral des compétences cognitives, émotionnelles et communicationnelles, comme par exemple la tentative de Laurence Kaufmann et Laurent Cordonier qui, « à la croisée des sciences sociales et des sciences cognitives », reprennent à leur compte l’hypothèse du « cerveau social » :

« […] les travaux récents en sciences cognitives permettent de falsifier cette anthropologie artificialiste du social ["hobbésienne"] et de remettre en question les modèles socialisants et/ou contractuels qui tendent à opposer terme à terme état de nature et état de société. […] L’être humain ne considère ni ses pairs, ni la société comme une option facultative ou un choix stratégique ; il est une créature premièrement et nécessairement pro-sociale dont le cerveau a été "pré-câblé" pour la vie en société » (Kaufmann & Cordonier, 2011, p. 8).

17Dans une veine apparentée, Bernard Lahire évoque une théorie de l’action qui allierait « dispositionnalisme » et « contextualisme ». La cérébralité, marquée par l’évidence de la plasticité cérébrale, permettrait d’envisager l’inscription organique d’une « modularité dispositionnelle socialement construite » (Lahire, 2013, p. 147) sous la forme de patterns neuronaux fonctionnant comme des programmes d’action façonnés par la socialisation expérientielle des sujets.

  • 4 C’est ce que tentent des recherches inspirées par l’anthropologie de laboratoire et plus généraleme (...)
  • 5 Nous empruntons ici aux travaux de Steven Shapin et Simon Schaffer qui ont développé la notion de « (...)

18Sans prendre parti entre ces postures contrastées, relevons qu’elles témoignent de différences et de différends quant à la façon d’envisager l’articulation de la socialité et de la cérébralité problématisée à des niveaux et dans des registres assez hétérogènes : les sciences sociales au contact des neurosciences adoptent des méthodes et abordent des terrains contrastés, de l’analyse des discours, des représentations et des pratiques, jusqu’à l’importation de dispositifs expérimentaux, en sociologie cognitive par exemple. Une question reste pourtant peu abordée dans ces travaux : les conditions de possibilité de la cérébralisation du sujet par les neurosciences elles-mêmes et qui implique de considérer avec attention la fabrique des faits neuroscientifiques 4. Nous proposons de l’aborder en deux temps : en interrogeant les technologies expérimentales 5 qui permettent cette cérébralisation, puis en analysant la fabrique des inférences neuro-sociales par lesquelles les sciences du cerveau passent d’énoncés basés sur des observations organiques, structurelles ou métaboliques à des assertions relatives à des identités ou des comportements sociaux.

Technologies expérimentales et cérébralisation du sujet

  • 6 À lire les bibliographies de leurs travaux, on relève en effet que bon nombre de chercheurs de SHS (...)

19La thèse d’un « cerveau social » est intimement liée dès les années 1990 à la très forte productivité technique des neurosciences. La disponibilité de nouveaux dispositifs d’imagerie et la standardisation croissante de leurs usages vont permettre la production d’un nombre important de résultats qui posent des problèmes d’interprétation souvent négligés ou sous-estimés 6. En effet l’essor des neurosciences « socio-cognitivo-affectives » correspond moins à un changement de compréhension des fonctions supérieures de l’esprit – la longue histoire de la « physiologie des passions » en témoigne – qu’à des innovations technologiques permettant de construire expérimentalement des « neural substrates of behaviors ». Comme l’expriment les fondateurs des neurosciences sociales :

« Developments in electrophysiological recording, functional brain imaging, neurochemical techniques, neuroimmunologic measures, and ambulatory recording procedures have increasingly made it possible to investigate the role of neural systems and processes in intact humans. These developments have fostered multilevel integrative analyses of the relationship between neural and social processes » (Cacioppo & Bernston, 2002, p. 7).

  • 7 Sans pouvoir entrer ici dans la longue histoire de ces dispositifs, signalons qu’il en sera de même (...)

20L’imagerie cérébrale occupant une place centrale dans cet inventaire technologique (Dumit, 2003), un bref rappel historique permet d’en appréhender le principe, établi près d’un siècle avant son essor par le physiologiste italien Angelo Mosso. Dans une étude publiée en 1886 sur les phénomènes de la « peur », il imagine et réalise une « balance pour étudier la circulation du sang dans l’homme » – judicieusement nommée dans son laboratoire « balance à peser la pensée » – et qui démontrait selon lui « que la plus légère émotion détermine l’afflux du sang au cerveau » (Mosso, 1886, pp. 69-72 ; voir Pidoux, 2015). Si le dispositif d’Angelo Mosso ne s’imposera pas dans la recherche physiologique des activités cérébrales 7, force est de constater sa dimension paradigmatique : les mouvements sanguins y deviennent l’instanciation matérielle de l’activité cérébrale de sujets vivants soumis à des expérimentations cognitives ou affectives contrôlées par l’expérimentateur, un principe qui est au fondement des techniques d’imagerie cérébrale fonctionnelle des neurosciences. Celles-ci produisent en effet l’évidence visible et localisée d’une corrélation physiologique mesurable entre une réponse mentale à des stimulations cognitives ou émotionnelles et une augmentation du débit sanguin cérébral dans des aires spécifiques.

  • 8 Le paradigme de ce développement a donc été – et continue d’être – l’hybridation conceptuelle, méth (...)

21La standardisation de ce paradigme sera le fruit d’un processus sociotechnique jouant un rôle cardinal dans l’émergence des neurosciences cognitives (Chamak, 2014). Dès les années 1960, des disciplines qui se partageaient traditionnellement l’organe cérébral convergent (neuroanatomie, neurologie, neuropharmacologie, neuroendocrinologie, etc.), rejointes dès les années 1970 par une partie de la psychologie cognitive qui « impliquait des acteurs bien différents (psychologues, philosophes, chercheurs en informatique) » (Chamak, 2014, p. 24). Ce mouvement centripète se cristallisera dans une nouvelle configuration. Sur le plan technique, dès le milieu des années 1970, se développe l’imagerie par résonance magnétique (IRM) puis, dès les années 1990, l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), à la croisée des sciences du cerveau et des sciences computationnelles. L’IRMf offre la possibilité de visualiser les processus cérébraux individuels et de construire des « types cérébraux moyens » par l’intégration de données relatives à des séries d’individus sous la forme de patterns d’activités de sujets en situation expérimentale et/ou clinique (Posner & Raichle, 1994). Sur le plan épistémique, cette technique donne aux phénomènes de la cognition située une nouvelle facticité qui permettra aux neurosciences d’entrer en force dans le champ des études comportementales 8.

  • 9 Devenus désormais classiques en neurosciences cognitives, ils consistaient à présenter à des sujets (...)

22Dès les années 1990, le champ d’investigation des neurosciences s’étend progressivement aux comportements « sociaux » pour inscrire dans des registres « neuro-centrés » des entités telles « le soi », « l’empathie », « la croyance », « l’affect », « la morale », « l’intention », etc. L’étude de « l’humain en activité » est alors devenue un territoire partagé et disputé entre les sciences sociales et humaines et les neurosciences. Dès les années 2000, on assiste ainsi à une prolifération de résultats qui prétendent démontrer les « bases neurales » de comportements sociaux et de la subjectivité. Signalons pour exemple des travaux problématiques tels ceux de Andreas Bartels, Semi Zeki et John Paul Romaya (Bartels & Zeki, 2000 ; Zeki & Romaya, 2008) sur les supposées « neural bases of romantic love » ou les « neural correlates for hate ». Ce type de résultats témoigne des limites de la méthode corrélative sensée les fonder : inférer les bases neurales supposées de comportements et d’attitudes complexes – l’amour et la haine, par exemple – à partir de patterns d’activités métaboliques produites selon un protocole expérimental simpliste 9 sur le plan phénoménologique (Panese, 2009). Ce type d’inférences mérite notre attention car il constitue la base méthodologique d’une grande partie des expériences en neurosciences sociocognitives.

La construction des inférences neuro-sociales

  • 10 Selon Karin Knorr-Cetina (2001 ; voir aussi 1999), on peut les définir comme des objets d’investiga (...)

23Contrairement à ce que pourrait faire accroire le présentisme d’une supposée « neuro-révolution » (entre maints exemples, Linch, 2010), la question des bases organiques des activités mentales des sujets sociaux est ancienne. Rappelons que depuis le xixème siècle au moins, la question de savoir « ce qu’est l’humain » est partagée entre la philosophie morale et la physiologie, comme aujourd’hui entre les SHS et les sciences du cerveau. Dans ces deux domaines, les tentatives d’y répondre ont été controversées, particulièrement à des moments caractérisés comme aujourd’hui par l’extension de la raison physiologique aux dimensions morales et sociales des comportements humains, constitués en nouveaux « objets épistémiques 10 » dotés d’une instanciation matérielle et cérébrale. Cette démarche est inséparable de la mise en œuvre de dispositifs d’inférences (Panese, 2014) entre la « matière » et l’« esprit », le « physique » et le « moral », le « corps » et le « tempérament », le « biologique » et le « social ».

24Pour expliciter ce point, retournons à l’histoire. L’« organologie » de Franz Joseph Gall, souvent caricaturée dans le rejet sommaire de la « phrénologie », est ici paradigmatique. Dans Sur l’Origine des qualités morales et des facultés intellectuelles de l’homme, Franz Joseph Gall expose une théorie de la localisation des « fonctions du cerveau », considérée comme « pionnière » par la communauté neuroscientifique (Eling & Finger, 2015) :

« Le but de toutes mes recherches est de fonder une doctrine sur les fonctions du cerveau. Cette doctrine doit avoir pour résultat une parfaite connaissance de la nature humaine. La possibilité d’une doctrine sur les fonctions morales et intellectuelles du cerveau suppose […] que le cerveau est composé d’autant d’organes particuliers qu’il y a de penchants, de sentiments, de facultés qui diffèrent essentiellement entre eux » (Gall, 1825, tome vi).

25On sait que l’erreur de Franz Joseph Gall est d’avoir conçu que ces différences dans l’organisation cérébrale se répercutaient sur la forme du crâne, dont la palpation permettrait de diagnostiquer « les qualités et les facultés fondamentales » des sujets. Le cérébralisme localisationniste et son dispositif d’observation devenaient dès lors les clés du décryptage des « penchants », « sentiments », « facultés perceptives » et « facultés réflexives ». Un exemple fait singulièrement écho à des recherches contemporaines en neurosciences affectives. Au troisième volume de son Anatomie et physionomie du système nerveux en général et du cerveau en particulier, Franz Joseph Gall relate l’« historique de la découverte de l’amour de la progéniture et de son organe » que la tradition phrénologique nommera la « philogéniture » :

« Je remarquai enfin que les crânes de singes ont, sous le rapport de cette proéminence [de l’amour de la progéniture], une singulière analogie avec les crânes de femmes. J’en conclus que la partie cérébrale placée immédiatement sous cette proéminence, était très probablement l’organe d’une qualité ou d’une faculté que les femmes et les singes possèdent également à un haut degré. […] À cela se joint encore que l’organe qui nous occupe est placé tout près de celui de l’instinct de la propagation ; que pouvait-il y avoir de plus conforme à l’ordre de la nature ? » (Gall, 1818, pp. 139-140).

26Franz Joseph Gall problématise ainsi un « penchant fondamental » dans le registre cérébral puis recherche des différences afin d’identifier leur instanciation matérielle et localisée dans le cerveau via le crâne, et cette matérialisation devient la preuve de la corrélation entre « bosse », « organe » et « penchant », ou, en termes plus actuels, entre trace, cerveau et comportement.

27Mutatis mutandis, des démarches expérimentales contemporaines intégrant l’IRMf semblent très proches de la méthode de Franz Joseph Gall (Raichle, 1999). Dans « The neural correlates of maternal sensitivity: An fMRI study », une équipe de recherche étudie les « maternal sensitivity, intrusiveness, and mother–infant dyadic harmony as correlates of mothers’ neural responses to the cries of their own infants » (Musser, Kaiser-Laurent & Ablow, 2012). On y retrouve une problématisation cérébraliste de la relation mère-enfant, la recherche de différences de comportements de mères réagissant aux pleurs de nourrissons, des différences visualisées par l’IMRf sous la forme de traces qui, comme la bosse de la philogéniture, constituent l’instanciation matérielle et localisée du phénomène étudié : « Mothers who displayed more sensitive behaviors with their infant exhibited greater activation to their own infant’s cry compared to that of an unfamiliar infant in the right frontal pole and inferior frontal gyrus » (Ibid., p. 428).

28Cette comparaison anachronique rappelle un élément épistémologique important : ces dispositifs expérimentaux ne produisent pas des « représentations » des phénomènes étudiés, mais des reformulations. Dans ce dernier exemple, le dispositif expérimental traduit la « sensibilité maternelle » en un « complex program of behaviors related to but not fully captured by approach–avoidance, situational emotional valence, or even maternal mood regulation » (Ibid., p. 435). Un « programme comportemental » trouve ainsi son assise dans des patterns cérébraux de zones activées lors de comportements induits expérimentalement et considérés de nature « maternelle ». Ce genre de protocole, classique dans les neurosciences comportementales, permet aux neuroscientifiques de « tester » une grande partie de la phénoménologie cognitive et affective. C’est là une des raisons du développement important du domaine.

Des résultats (parfois) contestés

29Relevons que la critique de ce type de résultats corrélatifs se développe aussi au sein des neurosciences. On leur reproche tout d’abord leur fragilité statistique. En 2009, par exemple, une méta-analyse de 55 études montre que les résultats produits par l’IRMf sur l’émotion, la personnalité et la cognition sociale, conduiraient à des « correlations [which] are higher than should be expected given the (evidently limited) reliability of both fMRI and personality measures. […] The underlying problems described here appear to be common in fMRI research of many kinds – not just in studies of emotion, personality, and social cognition » (Vul et al., 2009, p. 274. Pour une analyse de cette controverse, voir Borck, 2014).

30Plus récemment, une méta-analyse plus large encore relève l’important déficit de reproductibilité d’une large part des études de ce type et conclut sur leur caractère non éthique :

« Here, we show that the average statistical power of studies in the neurosciences is very low. The consequences of this include overestimates of effect size and low reproducibility of results. There are also ethical dimensions to this problem, as unreliable research is inefficient and wasteful. Improving reproducibility in neuroscience is a key priority and requires attention to well-established but often ignored methodological principles » (Button et al., 2013, p. 365).

  • 11 Notons que les auteurs mobilisent des travaux de psychologie transculturelle pour corréler les donn (...)

31Les fondateurs des neurosciences sociales évoquaient déjà des limites induites par la simplification instrumentale du « déterminisme réciproque » entre le biologique et le social (voir Cacioppo & Bernston, 2002, p. 3). Cette critique sera reprise par le programme des « neurosciences critiques » (Choudhury et al., 2009 ; Choudhury et al., 2012). Pour le psychologue Jeffrey Arnett par exemple, de l’alliance entre la psychologie cognitive et les neurosciences naîtraient des prétentions supposément universelles à partir d’expériences menées sur des participants au profil singulier : 96% d’entre eux proviendraient exclusivement de riches pays occidentaux qui ne couvrent que 12% de la population mondiale et dont, de surcroît, 67% seraient des étudiants de psychologie (Arnett, 2008 ; voir aussi Henrich et al., 2010). Cette critique est partagée par les tenants des « neurosciences culturelles » qui critiquent aussi ce type de prétentions à la généralisation (Chiao, 2009 ; Chiao et al., 2013) et montrant, au contraire, que des différences « culturelles » seraient repérables dans des patterns cérébraux (Nisbett & Miyamoto, 2005) 11. Ces tentatives de cérébralisation localisationniste restent toutefois controversées, comme en témoigne la critique d’Eddie Harmon-Jones et Piotr Winkielman :

« Empirically, it is very difficult to verify with certainty that a particular structure or network of structures is involved with only one psychological process, especially when the process is as complex as many discussed in social psychology […]. Theoretically, the "mapping game" tends to produce an increasingly growing list of various functions assigned to a particular area, with little benefit for research interested in testing psychological propositions » (Harmon-Jones & Winkielman, 2007, p. 5).

32Relevons que si les neurosciences sociales poursuivent le projet de trouver des fondements neurobiologiques à la constitution du social, une partie d’entre elles prônent un « biologisme non déterministe » qui trouve dans la plasticité cérébrale le fondement d’une singularité cérébrale. On peut dès lors interroger doublement le rôle des neurosciences tant au plan du façonnage des sujets qu’opère leur performativité, que du point de vue du déterminisme réciproque entre le neurobiologique et le social.

Performativité des neurosciences et façonnage des sujets

  • 12 L’hypothèse selon laquelle le cerveau serait modifié matériellement par le « vécu » des individus s (...)
  • 13 Nous entendons la notion de performativité au sens de John Searle (1995) en mettant ici en question (...)

33Dans les représentations savantes et populaires du cerveau, la plasticité cérébrale est investie aujourd’hui 12 comme la condition organique de sa modulation en fonction des expériences et des contextes de vie des sujets. Du côté des SHS, des réflexions considèrent réciproquement que les conceptions neurobiologiques des sujets contribuent à façonner leurs identités et leurs modes d’existence. Dans une perspective foucaldienne, Paul Rabinow repère par exemple la formation de collectifs réunis autour de nouvelles formes de vie « biosociales » (Rabinow, 1996) et Nikolas Rose et Carlos Novas la formation contemporaine d’« individualités somatiques » (Novas & Rose, 2000). Ces approches permettent, d’une part, de rendre compte des modes de subjectivation des conditions biologiques des sujets sociaux et permettent, d’autre part, de déplacer la question du « déterminisme biologique » vers celle de la performativité 13 des neurosciences sur la subjectivité des sujets, comme nous y invite l’historien des sciences Roger Smith : « People [are] knowledge-making subjects who make themselves as they make knowledge. […] One implication of this […] is that knowledge about human beings changes what people are » (Smith, 2007, p. 8).

  • 14 Citons ici le cas de la cérébralisation de l’autisme qui donne lieu aujourd’hui à une cascade de pu (...)

34Dans cette veine, l’anthropologue Joseph Dumit considère que les usages sociaux de l’imagerie cérébrale contribuent de manière notoire à l’« auto-façonnage du soi objectif », soit la manière dont « we take facts about ourselves – about our bodies, our minds, our capacities, traits, states, limitations, propensities, etc. – that we have read, heard or otherwise encountered in the world, and incorporate them into our lives » (Dumit, 1998, p. 84 ; 2003). Nikolas Rose fait pour sa part l’hypothèse que le nouveau style de raisonnement de la psychiatrie biologique produirait un « changement dans l’ontologie humaine » via la subjectivation neuro-pharmaco-centrée d’états psychiques pathologiques qui participeraient de l’essor de « sois neurochimiques » (Rose, 2007). Ce type de phénomènes découlerait de l’emprise sociale et subjective de la « cérébralité » comme puissant registre d’objectivation de soi (Vidal, 2005 ; 2009). Les neurosciences induiraient ainsi de nouvelles formes de vie « neuro-sociales », par des « effets de boucles » (Hacking, 1995 ; 2002, chap. 6) qui façonneraient les identités et l’agentivité des individus dans le registre du cérébral 14.

35On comprend que ce type d’hypothèses, à nos yeux très prometteuses dans les SHS des neurosciences, nécessite l’identification claire des médiations par lesquelles s’opèrent ces phénomènes de façonnage de soi. Il est dès lors utile d’envisager qu’elles déploient leurs effets au sein de ce que nous identifions, en référence à Michel Foucault, comme un « neuro-dispositif » (Foucault, 1994, p. 299), soit un ensemble hétérogène et dynamique comportant des objets matériels impliqués dans l’instanciation organique de la vie sociale humaine (neurones, neurotransmetteurs, gènes, etc.), des agencements technico-expérimentaux (outils génétiques, instruments d’imagerie, équipements, etc.) dans le cadre de laboratoires (disciplines, protocoles, styles de recherche), grâce à des ressources allouées dans des contextes sanitaires, institutionnels, sociaux et politiques, selon des cadres normatifs constitués d’énoncés scientifiques (biologiques, cliniques, psychologiques, sociologiques, etc.) et des propositions philosophiques (anthropologiques, morales, éthiques, esthétiques, etc.). L’articulation dynamique de ces éléments hétérogènes qui contribuent au façonnage des modes d’existence cérébraux des sujets sociaux prend de fait les allures d’un programme de recherche.

Ouverture. Possibilités et difficultés du complémentarisme

36Au terme de ce parcours, nous pouvons encore nous demander si l’hypothèse de l’ontologie sociale et historique du cerveau/sujet ne serait pas tout autant l’outil d’une approche intégrative que le symptôme d’une radicalisation du partage entre sciences naturelles et SHS. Si l’on admet que des catégories émergent et se transforment dans des contextes sociaux et historiques spécifiques, on admet aussi, sans trop de difficultés, que ces catégories n’ont pas le même effet sur les objets catégorisés. Si le quark ou le bacille de Koch restent relativement indifférents à leur catégorisation, nous avons vu qu’il n’en est vraisemblablement pas de même du sujet humain qui tend à aligner son identité et ses comportements sur les catégories prescriptives qui lui sont appliquées. En tant que chercheurs en SHS dialoguant avec des neuroscientifiques, nous prenons la mesure des difficultés de faire converger nos approches sur ce point. De leur point de vue, ils peuvent reprocher aux SHS de n’appréhender le neurobiologique que sous l’angle des modes de subjectivation, au risque de reconduire « le grand partage » entre nature et société (Schaeffer, 2007), comme si le biologique restait indifférent ou passif face à la force performative du social. Pour beaucoup de nos collègues neuroscientifiques, l’une des difficultés importantes que rencontrent les SHS est de considérer pleinement les sujets humains comme une catégorie d’êtres dont la « nature » est d’emblée plongée dans et contrainte par le « social », en reconnaissant ainsi à l’ontologie naturaliste la capacité d’intégrer une forme d’historicité. Rappelons que ces questions certes difficiles occupaient déjà les réflexions de Marcel Mauss, aux prises avec les techniques du corps :

« […] je conclus que l’on ne pouvait avoir une vue claire de tous ces faits, de la course, de la nage, etc., si on ne faisait pas intervenir une triple considération au lieu d’une unique considération, qu’elle soit mécanique et physique, comme une théorie anatomique et physiologique de la marche, ou qu’elle soit au contraire psychologique ou sociologique. C'est le triple point de vue, celui de "l’homme total", qui est nécessaire » (Mauss, 1934, p. 369).

37Pour Marcel Mauss, les comportements ne s’épuisent pas dans le rapport d’une subjectivité à des règles sociales, mais engage l’appareil physiologique qui constitue cette « roue d’engrenage » (Ibid.) entre le corps et le social. Le physiologique ne devrait donc pas forcément être consigné au rang d’une supposée « origine biologique du social », comme si la vie sociale dépendait de la possession de modules élémentaires (Fodor, 1981), et en particulier cérébraux, qui seraient les conditions de possibilité d’un « altruisme réciproque » entendu comme le fondement des capacités sociales nécessaires aux diverses formes de socialités (voir Trivers, 1971; Cosmides & Tooby, 1992). Marcel Mauss considérait au contraire l’appareil physiologique comme une composante du fait social qu’il contribue à actualiser tout en étant forgé par lui. Actualiser la posture du Père fondateur de nos disciplines aurait pour avantage d’éviter le double écueil de la limitation du façonnage social aux seules subjectivités et de l’assignation des comportements sociaux à des conditions exclusivement neurophysiologiques en admettant, comme Georges Canguilhem, que « l’espèce humaine, en inventant des genres de vie, invente du même coup des allures physiologiques » (Canguilhem, 1988, p. 114, voir Arminjon, 2014, 2015).

  • 15 Un argument que formule Alain Ehrenberg dans sa critique lorsqu’il écrit que « la caractéristique d (...)
  • 16 Nous remercions de leurs précieuses contributions Bernard Voutat, Vincent Barras, ainsi que les mem (...)

38On retrouve bien sûr ici l’hypothèse selon laquelle il serait possible de fonder une neurophysiologie qui ne prétendrait pas décrire des bases cérébrales universelles de la diversité supposément « épiphénoménale » des individus, des sociétés et des cultures. Mais force est de constater la difficulté d’une telle perspective intégrative qui a pour condition une démarche « complémentariste » (Devereux, 1972) permettant de dépasser l’argument selon lequel le fait social se caractériserait par des normes et des valeurs que les neurosciences évacueraient dans leur quête d’objectivité 15 comme l’argument inverse prétendant que le fait biologique « précède » le fait social. Un préalable à ce rapprochement consisterait, dès lors, à entreprendre l’analyse attentive des manières dont s’établissent, ou non, des règles d'échanges entre les disciplines qui attribuent aujourd’hui des significations contrastées et souvent incompatibles aux objets de savoir qu’ils ont en partage. C’est là sans doute un chantier fécond auquel peuvent travailler les sciences sociales 16.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arminjon M. (2014), « Allostasie : cérébralité, physiologie et normativité sociale », Bulletin d’Histoire et de d’épistémologie des sciences de la vie, vol. 21, n° 1, pp. 87-100.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arminjon M. (2015), « Birth of the Allostatic Model: From Cannon’s Biocracy to Critical Physiology », Journal of the History of Biology, vol. 1, n° 27. (en ligne avant impression) http://doi.org/10.1007/s10739-015-9420-9 .
DOI : 10.1007/s10739-015-9420-9

Arnett J. J. (2008), « The Neglected 95%: Why American Psychology Needs to Become Less American », American Psychologist, vol. 63, n° 7, pp. 602-614.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bartels A. & S. Zeki (2000), « The Neural Basis of Romantic Love », Neuroreport, vol. 11, n° 17, pp. 3829-3834.
DOI : 10.1097/00001756-200011270-00046

Barton R. A. & R. I. M. Dunbar (1997), « Evolution of the Social Brain », dans Whiten A. & R. Byrne (dir.), Machiavellian intelligence II, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 240-263.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beaulieu A. (2001), « Voxels in the Brain: Neuroscience, Informatics and Changing Notions of Objectivity », Social Studies of Science, vol. 31, n° 5, pp. 635-680.
DOI : 10.1177/030631201031005001

Beaulieu A. (2002), « Images Are Not the (only) Truth: Brain Mapping, Visual Knowledge, and Iconoclasm », Science, Technology & Human Values, vol. 27, n° 1, pp. 53-86.

Borck C. (2014), « How to Do Voodoo with Functional Neuroimaging », EspacesTemps.net [en ligne], http://www.espacestemps.net/articles/neuroimaging/

Brothers L. (2002 [1990]), « The Social Brain: A Project for Integrating Primate Behavior and Neuro-physiology in a New Domain », dans Cacioppo J. T. et al. (dir.), Foundations in Social Neuroscience, Cambridge MA, MIT Press, pp. 367-386.

Button K. S., Ioannidis J. P. A., Mokrysz C., Nosek B. A., Flint J., Robinson E. S. J., & M. R. Munafò (2013), « Power Failure: Why Small Sample Size Undermines the Reliability of Neuroscience », Nature Reviews Neuroscience, vol. 14, n° 5, pp. 365-376.

Cacioppo J. T. & G. G. Bernston (2002), « Social Neuroscience », dans Cacioppo J. T. et al. (dir.), Foundations in Social Neuroscience, Cambridge MA, MIT Press, pp. 3-10.

Canguilhem G. (1999 [1943]), Le Normal et le Pathologique, Paris, Presses universitaires de France.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chamak B. (2013), « Autisme: Nouvelles représentations et controverses », Psychologie clinique, n° 36, pp. 59-67.
DOI : 10.1051/psyc/201336059

Chamak B. (2014) « Neurosciences et sciences cognitives : quelle histoire et quelles orientations ? », dans Chamak B. & B. Moutaud (dir.), Neurosciences et société. Enjeux des savoirs et pratiques sur le cerveau, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 23-50.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chamak B. & D. Cohen (2013), « Les classifications en pédopsychiatrie : controverses et conflits d’intérêts », Hermès, La Revue, n° 66, pp. 93-101.
DOI : 10.4267/2042/51559

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cheng W., Rolls E. T., Gu H., Zhang J. & J. Feng (2015), « Autism: Reduced Connectivity between Cortical Areas Involved in Face Expression, Theory of Mind, and the Sense of Self », Brain, vol. 138, n° 5, pp. 1382-1393.
DOI : 10.1093/brain/awv051

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chiao J. Y. (2009), « Cultural Neuroscience: A Once and Future Discipline », Progress in Brain Research, pp. 287-304.
DOI : 10.1016/S0079-6123(09)17821-4

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chiao J. Y., Cheon B. K., Pornpattananangkul N., Mrazek A. J. & K. D. Blizinsky (2013), « Cultural Neuroscience: Progress and Promise », Psychological Inquiry, vol. 24, n° 1, pp. 1-19.
DOI : 10.1080/1047840X.2013.752715

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Choudhury S., Nagel S. K. & J. Slaby (2009), « Critical Neuroscience: Linking Neuroscience and Society through Critical Practice », BioSocieties, vol. 4, n° 1, pp. 61-77.
DOI : 10.1017/S1745855209006437

Choudhury S. & J. Slaby (dir.) (2012), Critical Neuroscience: A Handbook of the Social and Cultural Contexts of Neuroscience, Chichester, West Sussex, Wiley-Blackwell Editor.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cohn S (2004), « Increasing Resolution, Intensifying Ambiguity: An Ethnographic Account of Seeing Life in Brain Scans », Economy and Society, vol. 33, n° 1, pp. 52-76.
DOI : 10.1080/0308514042000176739

Cosmides L. & J. Tooby (1992), « Cognitive Adaptations for Social Exchange », dans Barkow J., Cosmides L. & J. Tooby (dir.), The Adapted Mind: Evolutionnary Psychology and the Generation of Culture, New York, Oxford University Press, pp. 163-228.

Daston L. (2000), « The Coming into Being of Scientific Objects », dans Daston L. (dir.), Biographies of Scientific Objects, Chicago-London, University of Chicago Press, pp. 1-14.

Dennett D. (1991), Consciousness Explained, Boston-New York-London, Back Bay Books.

Devereux G. (1972), Ethnopsychanalyse complémentariste, Paris, Éditions Flammarion.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dodier N. (1999), « L’espace public de la recherche médicale. Autour de l’affaire de la ciclosporine », Réseaux, n° 17, pp. 107-154.
DOI : 10.3406/reso.1999.2157

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Droz-Mendelzweig M. (2010), « La plasticité cérébrale de Cajal à Kandel : Cheminement d'une notion constitutive du sujet cérébral », Revue d'histoire des sciences, n° 63, pp. 331-367.
DOI : 10.3917/rhs.632.0331

Dumit J. (2003), Picturing Personhood: Brain Scans and Biomedical Identity, Princeton, Princeton University Press.

Dumit J. (1998), « A Digital Image of the Category of the Person: PET Scanning and Objective Self-fashioning », dans Lee Downey G. & J. Dumit (dir.), Cyborgs and Citadels: Anthropological Interventions in Emerging Sciences, Technologies and Medicines, Santa Fe (N.M.), School of American Research Press, pp. 83-102.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dunbar R. I. (2009), « The Social Brain Hypothesis and its Implications for Social Evolution », Annals of human biology, vol. 36, n° 5, pp. 562-72.
DOI : 10.1080/03014460902960289

Durkheim É. (1919), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Éditions Alcan.

Ehrenberg A. (2008), « Le cerveau "social". Chimère épistémologique et vérité sociologique », Esprit, janvier, n° 1, pp. 79-103.

Ehrenberg A. (2015), « Se définir par son cerveau. La biologie de l’esprit comme forme de vie », Esprit, janvier, n° 1. 68-81.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Eling P. & S. Finger (2015), « Franz Joseph Gall on Greatness in the Fine Arts : A Collaboration of Multiple Cortical Faculties of Mind », Cortex, n° 71, pp. 102-115.
DOI : 10.1016/j.cortex.2015.06.017

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Feuerhahn W. & R. Mandressi (2011), « Les "neurosciences sociales" : historicité d'un programme », Revue d'Histoire des Sciences Humaines, vol. 2, n° 25, pp. 3-12.
DOI : 10.3917/rhsh.025.0003

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fleagle J. F. (1992), « The Mission of Evolutionary Anthropology », Evolutionary Anthropology, vol. 1, n° 1, p. 1.
DOI : 10.1002/evan.1360010102

Fleck L. (2005 [1934]), Genèse et développement d’un fait scientifique, Paris, Éditions Les Belles Lettres.

Fodor J. A. (1983), The Modularity of Mind: An Essay on Faculty Psychology, Cambridge, MA, MIT Press.

Forest D. (2014), Neuroscepticisme. Les sciences du cerveau sous le scalpel de l’épistémologue, Paris, Éditions Ithaque, 2014.

Foucault M. (1994), « Le jeu de Michel Foucault », dans Dits et écrits, t. III (1976-1979), Paris, Éditions Gallimard, pp. 298-329.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Galison P. (1997), Image & Logic: A Material Culture of Microphysics, Chicago, The University of Chicago Press.
DOI : 10.1063/1.882027

Gall F. J. (1818), Anatomie et physionomie du système nerveux en général et du cerveau en particulier, t. 3, Physiologie du cerveau en particulier, Paris, Librairie Grecque-Latine-Allemande.

Gall F. J. (1825), Sur les Origines des qualités morales et des facultés intellectuelles de l’homme, t. 1, Paris, Éditions J. B. Baillières.

Gasser J. (2010), « Quelle place pour les neurosciences dans les procédures judiciaires, en particulier dans l’expertise psychiatrique », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie, vol. 161, n° 8, pp. 299-304.

Hacking I. (1995), « The Looping Effects of Human Kinds », dans Sperber D. et al. (dir.), Causal Cognition: A Multidisciplinary Debate, Oxford, UK, Oxford University Press, pp. 51-383.

Hacking I. (2002), Historical Ontology, Cambridge, Mass.-London, Harvard University Press.

Harmon-Jones E. & P. Winkielman (2007), Social Neuroscience: Integrating Biological and Psychological Explanations of Social Behavior, New York, Guilford Press.

Harrington A. (1992), So Human a Brain: Knowledge and Values in the Neurosciences, Bâle, Éditions Birkhauser.

Henrich J., Heine S. J. & A. Norenzayan (2010), « The Weirdest People in the World? » Behavioral and Brain Sciences, vol. 33, n° 2-3, pp. 61-83.

Jasanoff S. (2004), « The Idiom of Co-Production », dans Jasanoff S. (dir.), States of Knowledge: The Co-production of Science and the Social Order, London, Routledge Editor, pp. 1-12.

Jasanoff S. & S.-H. Kim (dir.) (2015), Dreamscapes of Modernity: Sociotechnical Imaginaries and the Fabrication of Power, Chicago, University of Chicago Press.

Kaufmann L. & L. Cordonier (2011), « Vers un naturalisme social. À la croisée des sciences sociales et des sciences cognitives », SociologieS [en ligne], https://sociologies.revues.org/3595 .

Knorr-Cetina K. (2001). « Objectual Practice », dans Schatzki T. R., Knorr-Cetina K. & E. von Savigny (dir.), The Practice Turn in Contemporary Theory, New York, Routledge Editor.

Knorr-Cretina K. (1999), Epistemic Cultures: How the Sciences Make Knowledge, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Lahire B. (2013), Dans les Plis singuliers du social. Individus, institutions, socialisations, Paris, Éditions La Découverte.

Linch Z. (2010), The Neuro Revolution: How Brain Science is Changing our World, New York, St. Martin's Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mauss M. (2010 [1934]), « Les techniques du corps », dans Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, pp. 363-383.
DOI : 10.1522/cla.mam.tec

Mosso A. (1886), La Peur. Étude psycho-physiologique, Paris, Éditions Félix Alcan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Moutaud B. (2015), « Neuromodulation Technologies and the Regulation of Forms of Life: Exploring, Treating, Enhancing », Medical Anthropology, pp. 1-17. DOI: 10.1080/01459740.2015.1055355.
DOI : 10.1080/01459740.2015.1055355

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Musser E. D., Kaiser-Laurent H. & J. C. Ablow (2012), « The Neural Correlates of Maternal Sensitivity: An fMRI Study », Developmental Cognitive Neuroscience, vol. 2, n° 4, pp. 428-436.
DOI : 10.1016/j.dcn.2012.04.003

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Nisbett R. E. & Y. Miyamoto (2005), « The Influence of Culture: Holistic versus Analytic Perception », Trends in Cognitive Sciences, vol. 9, n° 10, pp. 467-473.
DOI : 10.1016/j.tics.2005.08.004

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Novas C. & N. Rose (2000), « Genetic Risk and the Birth of the Somatic Individual », Economy and Society, vol. 29, n° 4, pp. 485-513.
DOI : 10.1080/03085140050174750

Ortega F. & F. Vidal (2007), « Mapping the Cerebral Subject in Contemporary Culture », RECIIS. Electronic Journal of Communication, Information and Innovation in Health, vol. 1, n° 2, pp. 255-259.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Panese F. (2009), « The Neural Basis of What? Discontents in Defining "Human Nature" », Frontiers in Human Neuroscience, vol. 3, n° 41, pp. 1-3 – En ligne : http://journal.frontiersin.org/article/10.3389/neuro.09.041.2009
DOI : 10.3389/neuro.09.041.2009

Panese F. (2014), « La fabrique du "Nègre" au Cap du XIXe siècle: Petrus Camper, Johann Friedrich Blumenbach et Julien-Joseph Virey », dans Bancel N., David T. & D. Thomas (dir.), L'Invention de la race. Des représentations scientifiques aux exhibitions populaires, Paris, Éditions La Découverte, pp. 59-74.

Panese F. (2015a), « Cerveau et imaginaire sociotechnique : le Human Brain Project entre science et politique », dans Audétat M. (dir.), Sciences et technologies émergentes. Pourquoi tant de promesses ?, Paris, Les Éditions Hermann, pp. 165-193.

Panese F. (2015b), « Les "esprits animaux" au défi de l’expérience. Enquête sur un objet de connaissance en voie de disparition au 18ème siècle », dans Laboulais I. & M. Guédron (dir.), Écrire les sciences, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, pp. 15-30.

Pickersgill M. D. & I. van Keulen (dir.) (2012), Sociological Reflections on the Neurosciences, dans Série : Advances in Medical Sociology, volume 13, Bingley, Emerald Editor.

Pidoux V. (2010), « Expérimentation et clinique électroencéphalographiques entre physiologie, neurologie et psychiatrie (Suisse, 1935-1965) », Revue d’histoire des sciences, vol. 63, n° 2, pp. 439-472.

Pidoux V. (2015), « Sur les traces d’une théorie énergétique de l’esprit. Angelo Mosso et le travail des émotions », Psychiatrie, Sciences humaines, Neurosciences, vol. 13, n° 2, pp. 43-69 - En ligne : https://www.cairn.info/revue-psn-2015-2.htm.

Posner M. I. & M. E. Raichle (1994), Images of Mind, New York, Scientific American Library.

Rabinow P. (1996), « Artificiality and Enlightenment: From Sociobiology to Biosociality », dans Essays on the anthropology of reason, Princeton, NJ, Princeton University Press, pp. 91-112.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Raichle M. E. (1999), « Modern Phrenology: Maps of Human Cortical Function », Annals of the New York Academy of Sciences, n° 882, pp. 107-118.
DOI : 10.1111/j.1749-6632.1999.tb08537.x

Rizzolatti G. & L. Craighero (2004), « The Mirror-neuron System », Annual Review of Neuroscience, n° 27, pp. 169-192.

Rose N. (2004), « Becoming Neurochemical Selves », dans Stehr N. (dir.), Biotechnology, Commerce And Civil Society, pp. 89-128.

Rose N. (2007), « Governing the Will in a Neurochemical Age », dans Massen S. & B. Sutter (dir.), On Willing selves. Neoliberal Politics and the Challenge of Neursoscience, Houndmills, Hampshire, Palgrave Macmillan Editor, pp. 81-99.

Rose N. & J. Abi-Rached (2013), Neuro: The New Brain Sciences and the Management of the Mind, Princeton N. J., Princeton University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rose N. & J. Abi-Rached (2014), « Governing through the Brain. Neuropolitics, Neuroscience and Subjectivity », Cambridge Anthropology, vol. 32, n° 1, pp. 3-23.
DOI : 10.3167/ca.2014.320102

S. n (2009), « Editorial: What were the Neuroscientists Thinking? », New Scientist [En ligne], https://www.newscientist.com/article/mg20126912-800-editorial-what-were-the-neuroscientists-thinking/

Satel S. & S. O. Lilienfeld (2013), Brainwashed: The Seductive Appeal of Mindless Neuroscience, New York, Basic Books.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Saxe R., Xiao D.-K., Kovacsc G., Perrett D. I. & N. Kanwisher (2004), « A Region of Right Posterior Superior Temporal Sulcus Responds to Observed Intentional Actions », Neuropscyhologica, n° 42, pp. 1435-1446.
DOI : 10.1016/j.neuropsychologia.2004.04.015

Schaeffer J.-M. (2007), La Fin de l’exception humaine, Paris, Éditions Gallimard.

Schaffer, S. (2014), La Fabrique des sciences modernes, Paris, Éditions La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Schull N. D. & C. Zaloom (2011), « The Shortsighted Brain: Neuroeconomics and the Governance of Choice in Time », Social Studies of Science, vol. 41, n° 4, pp. 515-538.
DOI : 10.1177/0306312710397689

Searle J. (1992), The Rediscovery of the Mind, Cambridge MA, MIT Press.

Shapin S. & S. Schaffer (1981), Leviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, Éditions La Découverte.

Smith R. (2007), Being Human: Historical Knowledge and the Creation of Human Nature, New York, Columbia University Press.

Swain G. & M. Gauchet (1980), La Pratique de l’esprit humain. L'institution asilaire et la révolution démocratique, Paris, Éditions Gallimard.

Tarde G. (1897), « [Débat sur] La théorie organique des sociétés », Annales de l’Institut international de sociologie, n° 4, pp. 237-260.

Triandis H. C. (1995), Individualism & collectivism, Boulder, CO, Westview Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Trivers R. L. (1971), « The Evolution of Reciprocal Altruism », The Quarterly Review of Biology, vol. 46,n ° 1, pp. 35-57.
DOI : 10.1086/406755

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vidal F. (2005), « Le sujet cérébral : une esquisse historique et conceptuelle », Psychiatrie, Sciences humaines , Neurosciences, vol. 3, n° 11, pp. 37-48.
DOI : 10.1007/BF03006830

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vidal F. (2009), « Brainhood, Anthropological Figure of Modernity », History of the Human Sciences, vol. 22, n° 1, pp. 5-36.
DOI : 10.1177/0952695108099133

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vul E., Harris C, Winkielman P. & H. Pashler (2009), « Puzzlingly High Correlations in fMRI Studies of Emotion, Personality, and Social Cognition », Perspectives on Psychological Science, vol. 4, n° 3, pp. 274-290.
DOI : 10.1111/j.1745-6924.2009.01125.x

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Zeki S. & J. P. Romaya (2008), « Neural Correlates of Hate », PLoS One [en ligne], vol. 3, n° 10, e3556.
DOI : 10.1371/journal.pone.0003556

Haut de page

Notes

1 Les notions de « cercle ésotérique » et de « cercle exotérique » ont été proposées par Ludwik Fleck (Fleck, 2005).

2 Dans le cas français par exemple, le catalogue des Éditions Odile Jacob créées en 1986 compte aujourd’hui plus de 200 ouvrages traitant d’une manière ou d’une autre du cerveau, dont plus de 130 des neurosciences.

3 Signalons ici la parenté entre les critiques des neurosciences par les SHS et celles que leur adresse la psychiatrie, caractérisée par la coexistence de courants à tendance biologique et organiciste, d’une part et psychodynamique, d’autre part. On s’y interroge dès lors également sur la place des neurosciences en son sein (voir par exemple pour le cas de l’expertise psychiatrique : Gasser, 2010).

4 C’est ce que tentent des recherches inspirées par l’anthropologie de laboratoire et plus généralement par les science studies (voir notamment Beaulieu, 2001, 2002 ; Cohn, 2004 ; Dumit, 2003 ; Harrington, 1992 ; Moutaud, 2015 ; Schull & Zaloom, 2011).

5 Nous empruntons ici aux travaux de Steven Shapin et Simon Schaffer qui ont développé la notion de « technologies » dans le domaine de l’histoire des sciences expérimentales (Shapin & Schaffer, 1981 ; Schaffer, 2014).

6 À lire les bibliographies de leurs travaux, on relève en effet que bon nombre de chercheurs de SHS découvrent et s’approprient ces résultats dans des versions vulgarisées, souvent caractérisées par la surinterprétation de données publiées dans les travaux spécialisés auxquels ils remontent rarement du fait notamment de leur technicité.

7 Sans pouvoir entrer ici dans la longue histoire de ces dispositifs, signalons qu’il en sera de même de l’électroencéphalographie (EEG) développée par Hans Berger dans les années 1920 à 1930 et qui ne se développera dans les pratiques cliniques et expérimentales que dans les années 1950 (voir Pidoux, 2010).

8 Le paradigme de ce développement a donc été – et continue d’être – l’hybridation conceptuelle, méthodologique, disciplinaire, pratique, professionnelle et institutionnelle. Rappelons, en renvoyant à la très bonne synthèse de Brigitte Chamak, le Neuroscience Research Program (NRP) créé au MIT en 1962 par Francis Schmitt, la création de l’Organisation internationale pour la recherche sur le cerveau (IBRO) en 1961et de la Society for Neuroscience en 1969, et en 1978 la création de l’Annual Review of Neuroscience.

9 Devenus désormais classiques en neurosciences cognitives, ils consistaient à présenter à des sujets (dix-sept dans les deux cas) des portraits de personnages qu’ils sont censés « aimer » ou « haïr » et d’enregistrer par IRMf la réaction métabolique déclenchée lorsque ces portraits leur sont présentés.

10 Selon Karin Knorr-Cetina (2001 ; voir aussi 1999), on peut les définir comme des objets d’investigation façonnés par des dispositifs de recherche qui constituent leur instanciation matérielle, celle-ci étant par définition partielle – c’est la question du réductionnisme. Sur le plan historique, ces objets sont caractérisés par des « ontologies variables » (Daston, 2000), ce qui permet de rendre compte de leurs métamorphoses diachroniques et synchroniques, tant sur le plan de leurs propriétés que sur celui des significations qui leur sont attachées.

11 Notons que les auteurs mobilisent des travaux de psychologie transculturelle pour corréler les données d’imagerie avec des catégories générales, dans cet exemple l’« individualisme » et le « collectivisme », en se référant, comme de nombreux autres, à Harry C. Triandis (Triandis, 1995).

12 L’hypothèse selon laquelle le cerveau serait modifié matériellement par le « vécu » des individus se trouve déjà dans la théorie des « esprits animaux » chère à la physiologie cartésienne et à la théorie de l’imagination de Nicolas Malebranche (Panese 2015) ; la notion de plasticité quant à elle est explicitement étudiée à la fin du xixème siècle par le médecin belge Jean Demoor (1896 ; voir Droz-Mendelzweig, 2010, pp. 345-349).

13 Nous entendons la notion de performativité au sens de John Searle (1995) en mettant ici en question l’idée selon laquelle des éléments performatifs seraient susceptibles de déployer leurs effets au-delà de la construction des réalités sociales au sens classique, vers l’identité subjective des individus, voire le substrat organique de leur cerveau.

14 Citons ici le cas de la cérébralisation de l’autisme qui donne lieu aujourd’hui à une cascade de publications en neurosciences (voir p. ex. Cheng, Rolls, Gu, Zhang & Feng, 2015) qui contribuent à sa recatégorisation nosologique, qui reconfigure à son tour l’identité des sujets concernés (« patients » et proches), les bases théoriques et pratiques de leur prise en charge, leur reconnaissance institutionnelle (par exemple au niveau scolaire) et, plus généralement, leur existence sociale transformée par l’affirmation de leur « neuro-identité » (voir Chamak, 2013 ; Chamak & Cohen, 2013).

15 Un argument que formule Alain Ehrenberg dans sa critique lorsqu’il écrit que « la caractéristique du fait social est précisément que l’opinion n’est pas extérieure à l’objet, mais en est bien au contraire une propriété » (Ehrenberg, 2008, p. 92).

16 Nous remercions de leurs précieuses contributions Bernard Voutat, Vincent Barras, ainsi que les membres du groupe de recherche « Psychiatrie, Neurosciences, Sujets-Santé-Société » (PNS3) qui traite les thèmes que nous avons parcourus à l’Institut d’histoire de la médecine et de la santé publique de l’Université de Lausanne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Panese, Mathieu Arminjon et Vincent Pidoux, « La « fabrique du cerveau » en tensions entre sciences sociales et neurosciences  », SociologieS [En ligne], Dossiers, Sociétés en mouvement, sociologie en changement, mis en ligne le 07 mars 2016, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5264

Haut de page

Auteurs

Francesco Panese

Institut des sciences sociales et Institut d’histoire de la médecine et de la santé publique, Université de Lausanne (Suisse) - Francesco.Panese@unil.ch

Mathieu Arminjon

Département de psychiatrie, Université de Genève et Fondation Agalma, Genève (Suisse) - mathieu.arminjon@unige.ch

Vincent Pidoux

Institut de psychologie et Institut d’histoire de la médecine et de la santé publique, Université de Lausanne (Suisse) - Vincent.Pidoux@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page