Navigation – Plan du site
Sociétés en mouvement, sociologie en changement
Décentrer le regard

Des Men’s Studies aux Masculinity Studies : du patriarcat à la pluralité des masculinités

Jean-Yves Le Talec

Résumés

Parce qu’elles ont mis en évidence le biais androcentrique des sciences sociales au début des années 1970, les féministes académiques ont revendiqué d’étudier les hommes en tant que catégorie sociale de sexe, et non plus en tant que cas général du social. En conséquence, selon la théorie matérialiste, les pratiques sociales des hommes devraient toujours être analysées dans le cadre des rapports sociaux de sexe et du patriarcat. Par la suite, Raewyn Connell et d’autres spécialistes anglophones ont proposé le concept de masculinité afin de comprendre les rapports de pouvoir entre différents groupes d’hommes, en référence aux rapports de genre et à la masculinité hégémonique, censée assurer la domination des hommes sur les femmes. En dépit de quelques différences, ces deux approches ont beaucoup en commun et permettent de nos jours d’étudier les masculinités dans un monde globalisé, qu’elles soient banales ou remarquables, qu’elles s’opposent ou non au féminisme et au changement social.

Haut de page

Texte intégral

1En chaussant aujourd’hui les « lunettes du genre », une très large part de la production des sciences humaines serait à considérer comme implicitement centrée « sur les hommes », du moins jusqu’à ce que la critique féministe en pointe l’androcentrisme et analyse les processus conduisant à une invisibilisation ou une particularisation quasi systématique des femmes. D’Olympe de Gouges (1791) à Simone de Beauvoir (1949), ce constat de la prééminence des hommes était affirmé de longue date ; il s’inscrit aujourd’hui dans la trame théorique des rapports sociaux de sexe (Mathieu, 1991), tout en reconnaissant aux femmes un statut de « sujets d’histoire » (Corradin & Martin, 1999). En posant initialement la division sexuelle du travail – y compris domestique – comme enjeu central des rapports hiérarchisés entre hommes et femmes, la théorie féministe matérialiste a véritablement centré le regard de la sociologie sur la dynamique du genre. Le concept de patriarcat, pensé comme un système d’exploitation et de domination (Delphy, 1998), a permis d’analyser la place sociale et politique des femmes, tout en mettant en évidence la position privilégiée des hommes et les bénéfices qu’ils en retirent, tant dans l’espace public que dans la sphère familiale et privée. Le fait d’objectiver les hommes, non plus comme représentant de manière tacite l’ensemble de la société, mais en tant que groupe social engagé dans un rapport hiérarchique autour d’enjeux matériels a constitué une rupture épistémologique majeure (Kergoat, 2004). Dans une perspective féministe, étudier les hommes en tant que catégorie de sexe constitue dès lors un nouvel objet de recherche, ainsi que le suggère Nicole-Claude Mathieu dès 1971, en constatant que « la catégorie homme en tant que catégorie sociologique spécifiée n’existe pas » (Mathieu, 1991, p. 35).

  • 1 Cet article doit beaucoup aux discussions et aux échanges que j’ai eus avec ma collègue Julie Jarty (...)

2Cet article s’attache à retracer le développement de ces « études sur les hommes », en soulignant les étapes de leur problématisation et les débats qu’elles ont soulevés (et continuent de susciter) 1. Il reste difficile, dans un texte court, de prétendre à l’exhaustivité dans ce domaine des études sur le genre s’intéressant aux hommes : en prévision du xxème congrès de l’AISLF, qu’annonce ce « Dossier » de la revue SociologieS, l’accent est mis sur une littérature francophone, sans pour autant écarter les contributions majeures publiées dans d’autres langues, dont certaines ont été traduites en français, parfois tardivement.

3L’objectif programmatique des études féministes était donc clairement établi, dès le début des années 1970 : sortir les femmes de l’invisibilité ou des positions marginales où elles étaient tenues, décrire et analyser les rapports sociaux de sexe et leurs effets réels et matériels dans la vie sociale, mais aussi ouvrir la « boîte noire » que constitue ce « groupe social des hommes », jusque là non spécifié en tant que catégorie de sexe, dominante en l’occurrence.

Les hommes confrontés au féminisme

4En évoquant l’idéologie masculine, sans doute faudrait-il commencer par une contribution féministe majeure et mentionner l’ouvrage de Kate Millet, qui n’est pas spécifiquement consacré aux hommes, si ce n’est par son titre : La Politique du mâle (1971). L’auteure s’intéresse à la dimension politique des rapports sociaux de sexe, c’est-à-dire à ce qui « se réfère aux rapports de force, aux dispositions par l’intermédiaire desquelles un groupe de personnes en contrôle un autre » (Ibid, p. 37). Son étude est fondée sur une approche historique et culturelle (littéraire), mais dans une partie théorique préalable, elle fait largement référence aux « organisations exclusivement masculines que l’anthropologie désigne sous le nom de "maisons des hommes" » (Ibid, p. 63). Kate Millet les commente longuement et les compare aux situations non mixtes masculines contemporaines, en soulignant que « ce qui inspire la maison des hommes, c’est donc la situation patriarcale, plus qu’une quelconque circonstance inhérente à une relation homo-amoureuse » (Ibid, pp. 65-66). Cette configuration anthropologique, par la suite étudiée dans différents contextes socioculturels, d’abord lointains (Godelier, 1996) sera largement utilisée comme métaphore de l’apprentissage de la domination des hommes sur les femmes et des rapports de pouvoir entre hommes.

5En France, l’ouvrage de Georges Falconnet et Nadine Lefaucheur, La Fabrications des mâles, paraît en 1975 et fait figure de repère précurseur. Les auteur·e·s s’appuient sur une étude qualitative, menée par entretiens auprès de trente-deux hommes et présentée comme exploratoire, dans le but de cerner « l’idéologie masculine » et revendiquent une posture située, comme « partisans », en soulignant que la neutralité dans cette démarche de recherche n’est « ni souhaitable, ni possible ». Les hommes sont d’emblée placés dans un contexte précis, celui de leurs réactions au mouvement des femmes et aux revendications féministes :

« […] les critiques souvent virulentes que font des mouvements comme le MLF n’ont épargné aucun des domaines jadis protégés par le secet de la vie privée : travail ménager, rapports affectifs et sexuels, etc. Les hommes, attaqués au niveau de comportements qu’ils considéraient depuis toujours comme "naturellement" masculins, ont deux types principaux de réactions : soit ils se durcissent et se cramponnent à leur personnage dominateur et autoritaire, soit ils admettent, à des degrés divers, le bien-fondé des revendications féminines – ce qui les mène à se sentir coupables d’être des hommes, chargés à ce titre de tous les "péchés" de la masculinité. Dans un cas comme dans l’autre, le malaise est profond. Sortis de l’attitude caricaturale de l’homme "viril", fier de se revendiquer tel, les hommes paraissent condamnés au désarroi ou à l’insincérité » (Falconnet & Lefaucheur, 1979, pp. 7-8).

6Le livre est organisé en trois parties, dont la première, « Puissance, pouvoir, possession », explore la pratique des rapports de pouvoir exercés par les hommes ; la deuxième est consacrée à « La vie privée » (relations affectives et sexuelles, mariage, couple, famille) et la troisième à la « Formation et reproduction de l’idéologie masculine », c’est-à-dire à l’éducation des garçons et aux instances de construction de la virilité. Les auteur·e·s accordent une large place à la sexualité, en raison notamment de la conjonction des « idées de libération des femmes » avec l’évolution sociale en faveur « sinon d’une révolution sexuelle, du moins d’une libération » qu’ont renforcée la légalisation des méthodes de contraception, mais en précisant toutefois que « cette "libération sexuelle" selon la nouvelle morale réformiste ne change pratiquement pas les rôles et les relations entre les sexes » (Ibid, pp. 14-15). L’ouvrage fait une large place aux verbatim des hommes interviewés et cherche à restituer la manière dont ils se représentent et comprennent leur identité et leurs pratiques en tant qu’hommes. Tout en admettant que leur échantillon de convenance est probablement « gauchi », les auteur·e·s pensent avoir restitué « la réalité vivante d’hommes concrets ». Leur conclusion paraît sans équivoque : « Le cercle vicieux des rapports entre les sexes, tel que Simone de Beauvoir l’analysait avec beaucoup de lucidité en 1949, est loin d’être brisé aujourd’hui […] Les hommes se retrouvent aliénés par l’oppression qu’ils font subir aux femmes » (Ibid, p. 177).

7Si la division sexuelle du travail est identifiée comme l’un des enjeux majeurs des rapports sociaux de sexe, la question de l’hétérosexualité y est tout aussi centrale : elle constitue le cadre du système patriarcal (Delphy, 1998), elle sous-tend l’idée de nature comme idéologie du sexage (Guillaumin, 1992), elle tient lieu de régime politique de la pensée straight (Wittig, 2007), elle est au centre des échanges économico-sexuels entre les sexes (Tabet, 2004). Rien d’étonnant, donc, à ce que la sexualité puisse représenter sinon un enjeu, du moins un contexte privilégié d’analyse des rapports entre les sexes, et les études sur les hommes n’échappent pas à cette logique. Déjà, en dehors de tout contexte féministe, la sexualité des hommes et des femmes avait suscité de nombreux travaux, tels que ceux d’Alfred Kinsey (1948 ; 1954) ou de William Masters et Virginia Johnson (1970).

8Le Rapport Hite sur les hommes (Hite, 1983) se place dans le sillage de ces grandes études sur la sexualité, en adoptant une prespective féministe. À l’époque, Shere Hite était déjà connue pour un premier ouvrage à succès sur la sexualité des femmes publié aux États-Unis, qui questionnait principalement l’expérience de l’orgasme féminin (Hite, 1977). Son étude sur la sexualité masculine repose sur une enquête par questionnaire ouvert, à partir d’un large échantillon de convenance. En citant abondamment les enquêtés, elle s’intéresse principalement à leurs relations avec les femmes, à leurs pratiques sexuelles et aux violences qu’ils exercent sur les femmes. Mais elle aborde aussi les relations entre les hommes, l’éducation des garçons par leurs pères et les représentations associées à la virilité. Sur l’ensemble de ces thèmes, elle constate un désarroi des hommes :

« Aujourd’hui beaucoup d’hommes […] sont inquiets : ils se demandent comment définir leur vie en tant qu’hommes, ils se demandent ce que signifie être un homme. La majorité d’entre eux se sentent l’objet d’énormes pressions, éprouvent beaucoup de colère et de frustrations mais en tiennent d’ordinaire pour cause les femmes, et non pas les valeurs de la société dans laquelle nous vivons » (Hite, 1983, pp. 108-109).

9En d’autres termes, ils ne questionnent, ni encore moins ne renoncent à la domination dans les rapports de sexe. L’auteure confirme plus loin cette conclusion à propos du viol et des violences, en les généralisant à toutes les situations de contrainte exercées sur les femmes :

« À un autre niveau il est important de remarquer qu’il existe de nombreuses formes de viol – pas seulement pénétrer de force le vagin d’une femme – mais aussi essayer plus ou moins quotidiennement de pénétrer de force l’amour-propre d’une femme et son statut de membre à part entière de la communauté, ayant des droits égaux à ceux des hommes. L’idée de "prendre" une femme, d’utiliser une femme quand elle est soumise à une quelconque obligation de coopérer – que ce soit une pression physique, psychologique, légale ou financière – n’est qu’un symptôme de l’attitude culturelle générale vis-à-vis des femmes » (Hite, 1983, p. 672).

10Ces trois ouvrages illustrent la manière dont la question des hommes a été abordée au cours des années 1970 et 1980. Entre comptes rendus de recherches empiriques et essais « grand public », ils s’attachent à décrire les attitudes et les représentations des hommes, lorsqu’ils sont confrontés aux revendications féministes et à la réalité des rapports de sexe et font le constat du malaise masculin qui en découle. « Plus conscients de ce qui les aliène, peut-être pourront-ils envisager de poser les bases de rapports nouveaux – entre eux, avec les femmes, avec les enfants – sans se sentir déchirés entre des exigences contradictoires ni se contenter d’attendre le Grand Soir qui résoudrait tous les problèmes » (Falconnet & Lefaucheur, 1979, p. 18).

« Aliénation masculine » ou domination ?

11Ce constat, qui tend à établir une forme de symétrie entre les catégories de sexe et une correspondance entre oppression des femmes et aliénation des hommes, fait l’objet d’un débat critique au sein des études féministes. Un axe de réflexion franco-québécois se développe à la fin des années 1980 et se concrétise par la parution d’un numéro conjoint des revues Nouvelles questions féministes et Recherches féministes intitulé « Ils changent, disent-ils ». Dans leur introduction, Huguette Dagenais et Anne-Marie Devreux affirment l’importance de « traiter de la question des hommes comme dominants dans le rapport de domination que subissent les femmes, dans une perspective dynamique d’évolution de leurs pratiques et de leurs représentations » et se demandent dans quelle mesure « les changements sociaux qu’entraînent les luttes des femmes ou les luttes entre classes sociales induisent des transformations dans les pratiques et les représentations masculines » (Dagenais & Devreux, 1998, pp. 2-3). En regard de ces attentes, elles constatent des « avancées sous le signe de l’ambiguïté », illustrées par les contributions réunies dans ce numéro thématique. Dans la littérature scientifique sur les hommes des années 1970-90 qu’elles passent en revue, les auteures soulignent que les analyses proposées se limitent parfois au recueil de témoignages masculins (Quérouil, Laurier & Royer, 1978), s’intéressent d’abord aux coûts du changement pour les hommes (Welzer-Lang & Filiod, 1992) ou adoptent trop souvent une perspective différentialiste (Kaufman, 1992 ; Welzer-Lang & Filiod, 1993 ; Duret, 1999). En se référant de manière rassurante aux « rôles », plutôt qu’aux rapports entre les sexes, une « telle position théorique témoigne aussi de l'espoir fou qu'on pourrait transformer les rôles masculins, comme les rôles féminins, sans transformer la structure sociale, le rapport social qui les produit, bref sans rien changer à l'oppression des femmes » (Dagenais & Devreux, 1998, p. 11). Ainsi, ajoutent-elles, « Les dominants gardaient somme toute le dessus et le projet féministe, qui est de supprimer l'oppression des femmes, se perdit souvent dans les méandres des états d'âme d'hommes mal dans leur peau d'oppresseurs » (Ibid, p. 12). Le cas de La Domination masculine (Bourdieu, 1990 ; 1998) fait l’objet d’une critique particulière ; les auteures y voient l’affirmation d’une position d’autorité d’un « grand sociologue » voulant signifier « l'immobilisme auquel il est raisonnable de se résoudre en matière de rapports entre les sexes, en dépit de quelques avancées reconnues comme devant être mises à l'actif du mouvement féministe. […] les limites sont données, la chose est entendue, Bourdieu a dit que la domination masculine était une affaire d'honneur entre les hommes, point » (Dagenais & Devreux, 1998, p. 17). D’autres analyses ont par la suite renforcé cette lecture féministe et critique du texte de Bourdieu (Mathieu, 1999 ; Louis, 1999 ; Thiers-Vidal, 2004).

12En 2004, la question du rapport des hommes aux transformations sociales initiées par le mouvement des femmes est de nouveau abordée, cette fois sous l’angle des « résistances des hommes au changement ». Même si les recherches ont progressé, notamment dans le champ du travail (Molinier, 2000), Anne-Marie Devreux souligne que l’analyse des rapports sociaux de sexe « nécessite une interrogation sur la construction sociale de la masculinité et de la virilité et de leur rôle dans la reproduction de la domination masculine et dans les résistances au changement » (Ibid, p. 9). Il s’agit donc d’observer « au niveau microsociologique des pratiques individuelles des hommes [qui tendent] à protéger leurs privilèges et les bénéfices qu’ils tirent personnellement de l’exploitation collective et individuelle du travail des femmes » (Ibid, p. 12), une démarche illustrée dans ce numéro des Cahiers du genre. L’auteure mentionne cependant l’émergence d’un champ d’études sur « les hommes et le masculin », qui adopte une « perspective plus proche de l’analyse des rapports sociaux de sexe et une conception de la socialisation au sein du groupe des hommes reposant sur l’idée de la "Maison des hommes" reprise de Maurice Godelier [1996] » (Welzer-Lang & Filiod, 1992 ; Welzer-Lang, 1991 ; 2000). Anne-Marie Devreux estime toutefois que « ces travaux tendent à postuler une équivalence heuristique entre l’analyse du masculin pour laquelle il faudrait combler un retard pris par les sciences sociales, et les recherches sur les femmes, un peu comme si les spécificités des femmes étaient équivalentes aux spécificités des hommes » (Devreux, 2004, p.7).

Masculinités et conception relationnelle du genre

  • 2 L’ouvrage est initialement signé Robert William Connell, avant sa transition male to female (Hagège (...)

13En 1995, la sociologue australienne Raewyn Connell 2 publie un ouvrage de référence, Masculinities, dans lequel elle développe le concept de « masculinité hégémonique », défini comme « la configuration de pratique de genre qui incarne la réponse acceptée à un moment donné au problème de la légitimité du patriarcat, garantissant (ou étant censée garantir) la position dominante des hommes et la subordination des femmes » (Connell, 1995, p. 77). Ce thème de recherche se trouve déjà abordé dès les années 1980 dans un article fondateur : Raewyn Connell et ses collègues y proposent un historique des études sur les hommes et cherchent à dépasser les références théoriques aux « rôles de sexe » (Carrigan, Connell & Lee, 1985). Ils affirment la dimension politique des études sur la masculinité en ce qu’elles traitent de la question du pouvoir : « L’idée féministe fondamentale selon laquelle l’ensemble des relations entre hommes et femmes implique la domination ou l’oppression constitue la pierre angulaire de notre approche » (Ibid, p. 552). Ils situent enfin leurs réflexions théoriques dans une perspective de changement social :

« Les ferments de la Nouvelle Gauche (New Left) qui ont produit la contre-culture, le nouveau féminisme, la libération gay et de nombreuses tentatives de vie en communauté et d’éducation collective des enfants, ont aussi suscité bon nombre d’expérimentations dans le domaine de la masculinité et de tentatives de mise en œuvre de pratiques non oppressives de l’hétérosexualité. […] Il existe ici et là un potentiel pour des politiques plus libératrices, et il y a de réelles opportunités d’améliorations, non par un grand bouleversement, mais par des coalitions entre féministes, hommes gais et hétérosexuels progressistes » (Ibid, p. 600).

14L’idée de masculinité hégémonique telle que les auteurs la proposent déjà ne ressort ni d’une essence, ni d’une condition, mais vise à décrire comment « certains groupes d’hommes occupent des positions de pouvoir et de richesse et comment ils légitiment et reproduisent les relations sociales qui engendre leur domination » (Ibid, p. 592).

15La masculinité présente une diversité d’expressions, mais les décrire comme autant de positions dans la trame des rapports de genre, de classe, de race, pourrait conduire à les essentialiser : « Il serait en effet facile d’en déduire l’existence d’une masculinité noire ou d’une masculinité populaire » (Connell, 2014a, p. 73). Elle ne constitue pas non plus un système : « il s’agit plutôt d’une configuration de pratiques situées au sein d’un système de genre » (Ibid, p. 84), que l’auteure décrit à trois niveaux : les rapports de genre (le « patriarcat »), les rapports de production (« la division genrée du travail ») et les rapports fondés sur les émotions et la sexualité (« cathexis »). Les configurations de la masculinité sont ainsi pensées comme dépendantes du contexte social et historiquement dynamiques ; elles peuvent alors se trouver contestées et remises en cause (par le féminisme, par le mouvement homosexuel…). Cette dynamique historique génère des tensions et des violences, d’abord envers les femmes, mais aussi entre hommes, qui sont autant de signes de tendances à la crise de l’ordre de genre.

16En interaction avec la position d’hégémonie, Raewyn Connell propose trois configurations de masculinités : la complicité, la marginalisation et la subordination. La configuration de complicité ne réalise pas totalement le projet hégémonique, mais en tire largement profit : « Le nombre d’hommes qui se conforment rigoureusement au modèle hégémonique dans son entier est sans doute assez limité. Pourtant la majorité des hommes bénéficient de cette hégémonie, en tant qu’ils bénéficient des dividendes du patriarcat, c’est-à-dire des avantages que le groupe des hommes tire de la subordination des femmes » (Ibid, p. 77). Les configurations de marginalisation traduisent les relations entre les masculinités selon la classe et la race, « en s’opér[ant] toujours par rapport à l’autorité de la masculinité hégémonique du groupe dominant [de classe, de race] » (Ibid, p. 79). Cette perspective permet de comprendre la masculinité non blanche ou la masculinité ouvrière et leurs évolutions dans divers contextes sociaux, non occidentaux et postcoloniaux notamment (Connell, 2015 ; Cervulle, Farges & François, 2015).

17La subordination, enfin, renvoie à des rapports de domination entre différents groupes d’hommes, par exemple entre hétérosexuels et homosexuels. Selon l’auteure, cette configuration « va bien au delà d’une stigmatisation culturelle de l’homosexualité ou de l’identité gay », elle regroupe « un ensemble de pratiques tout à fait matérielles », telles que l’exclusion sociale, politique, économique, la violence symbolique, les insultes, les agressions. Dans le registre idéologique de l’hégémonie, « l’identité gaie est aisément assimilable à la féminité », une représentation qui motive aussi la subordination de certains hommes hétérosexuels « qui se trouvent également exclus du cercle restreint de la légitimité » (Ibid, p. 76). L’étude de l’homosexualité masculine constitue sans doute l’un des domaines où le concept de masculinités a été particulièrement mis à profit et Raewym Connell y a largement contribué, en s’intéressant notamment à la sexualité gaie dans le contexte de l’épidémie de VIH-sida et en participant à l’un des groupes de recherche les plus réputés en la matière (Connell et al., 1989 ; Connel & Kippax, 1990 ; Connel & Dowsett, 1992 ; Kippax et al., 1993). Les enjeux liés aux trajectoires sociales, à la formation de l’identité et aux relations entre masculinités, abordés dans Masculinities (Connell, 1995, pp. 143-163) ont été par la suite largement étudiés selon diverses approches de genre (Le Talec 2013a ; Le Talec & Linard, 2015).

18Le fait que Raewyn Connell, qui a mené l’essentiel de sa carrière universitaire en Australie, ait auparavant travaillé sur les rapports de classe, les allusions à la New Left et au changement social, les références explicites au genre et au féminisme, évoquent inévitablement une inscription dans le projet des Cultural Studies britanniques. Raewyn Connell mobilise le concept d’hégémonie dans un sens très précis : « Emprunté à l’étude des rapports de classe d’Antonio Gramsci, le concept d’hégémonie renvoie à la dynamique culturelle par laquelle un groupe revendique et maintient une position sociale de leadership » (Connell 2014a, p. 74). La mention explicite de ce philosophe renvoie précisément aux débats théoriques et postmarxistes sur la culture développés notamment au Center for Cultural Studies à l’université de Birmingham (Mattelart & Neveu, 2008, pp. 37-38 ; Cervulle & Quemener, 2015, pp. 21-27). Cette proximité avec le courant des Cultural Studies, longtemps peu diffusé en France, pourrait en partie expliquer la réception très discrète de Masculinities. L’ouvrage n’est par exemple pas cité par Huguette Dagenais et Anne-Marie Devreux, lorsqu’elles évoquent les travaux anglosaxons sur les masculinités :

« On assiste à des analyses critiques des "masculinités" à l'œuvre dans différents contextes théoriques, disciplinaires ou organisationnels […] qui élargissent et complexifient le champ d'étude des hommes par les hommes tout en signalant à ceux-ci qu'un changement délibéré dans les idéologies et les pratiques est possible sans cesser d'être un homme » (Dagenais & Devreux, 1998, p. 14).

19Bien qu’elles citent plusieurs auteurs anglosaxons (Hearn & Morgan, 1990 ; Brod & Kaufman, 1994 ; Messner, 1997 ; Digby, 1998), en soulignant la problématique des « intellectuels qui se situent dans le féminisme », elles ne se réfèrent pas aux ouvrages qui ont contribué, dès les années 1980, au champ des études sur les hommes et les masculinités, notamment ceux de Michael Kimmel (Kimmel, 1987 ; 1990 ; 1995 ; 1996 ; Kimmel & Messner, 1989 ; Kimmel & Mosmiller, 1992).

20En 2002, les éditrices d’un dossier de Nouvelles questions féministes intitulé « Les répertoires du masculin » ne se réfèrent pas non plus aux travaux de Raewyn Connell dans leur introduction (Hertz, Martin & Rey, 2002). Elles y discutent pourtant d’un point important, celui de la terminologie, et argumentent leur choix d’utiliser le terme « masculin » au détriment de « masculinité », au singulier.

« Nous n’utilisons pas le concept de "masculinité" parce qu’il renvoie de manière forte à une supposée essence masculine qui relierait tous les hommes et dont les chercheurs et chercheuses pourraient, avec suffisamment de patience, faire l’inventaire des expressions particulières. Mais la démarche essentialiste, fausse pour les femmes, l’est tout autant pour les hommes, et nous insistons pour prendre nos distances par rapport à la pensée naturalisante » (Ibid, p. 7).

21Quant à un usage au pluriel, les auteures indiquent qu’il aurait plus de sens, en montrant « la variabilité qui préside à la répartition des qualités assignées au masculin et au féminin tout en insistant sur l’universalité de la hiérarchie qui valorise le premier au détriment du second », tout en présentant le risque « d’avoir comme effet de voiler le rapport social de sexe, c’est-à-dire la domination masculine » et finalement de conduire « à une dépolitisation de la thématique » (Ibid, pp. 7-8). Ces auteures n’ont apparemment pas perçu (ou retenu l’intérêt de) l’approche relationnelle de genre proposée par Raewyn Connell, peut-être parce qu’elle ne procède pas d’une stricte démarche matérialiste. Un même constat peut être fait, dans le numéro thématique de la revue Utinam consacré au genre et comportant un chapitre sur les hommes, les masculinités et les sexualités (Le Feuvre, 2002). Mais en 2003, dans une publication portant sur l’enseignement du genre, Nicky Le Feuvre se réfère précisément aux travaux de Raewyn Connell sur l’historicité des différentes composantes du genre, qui implique « des approches théoriques de type constructivistes, qui insistent sur la plasticité potentielle des rapports sociaux de sexe » (Connell, 1987 ; Le Feuvre, 2003, p. 48). Dans cette perspective dynamique du genre, « il s’ensuit, ajoute-t-elle, que les notions de "masculinité" et de "féminité" s’avèrent inopérantes pour nous, en tous cas, tant qu’elles sont utilisées en dehors de l’analyse d’un "ordre de genre", historiquement situé, qui les fait advenir et qui leur donne sens » (Le Feuvre, 2003, p. 51).

22En tant qu’auteure, Raewyn Connell est pour la première fois traduite et publiée en français dans un recueil collectif consacré « Nouvelles approches des hommes et du masculin », aux côtés d’ailleurs de Michael Kimmel, Jeff Hearn et Terry Kupers (Welzer-Lang, 2000). Dix ans plus tard, la réflexion théorique de Raewyn Connell fait l’objet d’un net regain d’intérêt en France, d’abord sous la forme d’entretiens (Debenest, Gay & Girard, 2010 ; Gourarier, Rebucini & Voros, 2013 ; Vuatoux & Hagège, 2013), puis de traductions d’articles ou de chapitres d’ouvrages (Connell, 2013 ; 2014a ; 2015 ; Connell & Messerschmidt, 2015).

Le masculinisme et le pro-féminisme

23De nombreux récits médiatiques et culturels, se rapportant explicitement ou non à des univers en majorité masculins (par exemple à propos du sport, du monde politique et économique, des arts, de la science) avancent l’hypothèse d’une « crise de la masculinité » contemporaine, qui se trouve aussi questionnée dans la littérature scientifique (par exemple : Bessin et al., 2004 ; Molinier, 2004 ; Courtine, 2011). Selon ces récits, les hommes se trouveraient diminués ou discrédités sur le plan social et intime, ce qui porterait atteinte à « l’identité » et à la « condition masculine ». L’évocation d’une telle crise est analysée principalement comme une manifestation de résistance d’une partie des hommes aux avancées féministes et aux progrès sociaux en termes d’égalité des sexes, qui remettent en cause la domination masculine.

« Évidemment, les discours de la crise ne s’expriment pas tous sur le même registre, n’exercent pas la même influence et ne sont pas diffusés dans les mêmes réseaux. Cela dit, ils participent dans leur ensemble à consolider la certitude que les hommes d’aujourd’hui ont des problèmes et souffrent en tant qu’hommes, à cause de l’influence indue des femmes en général et des féministes en particulier. Cette crise de la masculinité aurait comme principaux symptômes l’absence de modèles masculins positifs, l’échec scolaire des garçons, l’incapacité des hommes à séduire les femmes, voire le déclin de la libido masculine, la perte de contrôle des pères divorcés et séparés sur leur(s) enfant(s), la violence des femmes contre les hommes et le taux de suicide masculin » (Dupuis-Déri, 2012, p. 90).

24Ce courant, à la fois intellectuel et revendicatif, qui repose sur une « idéologie du patriarcat », est couramment désigné par le terme de masculinisme et assimilé à une forme d’antiféminisme (Bard, 1999 ; Blais & Dupuis-Déri, 2008 ; Devreux & Lamoureux, 2012 ; Blais & Dupuis-Déri, 2014 ; Lamoureux & Dupuis-Déri, 2015). Dès les années 1990, l’ambiguïté et la violence du mouvement masculiniste, notamment au Québec, ont été documentées (Dufresne, 1998 ; Dupuis-Déri, 2004). Martin Dufresne, au nom du Collectif masculin contre le sexisme, souligne que « Cette cause, c'est celle des hommes, le genre privilégié, à qui le discours et la pratique masculinistes prêtent une position d'opprimés et de détresse pour mieux attiser un mouvement de ressac et imposer de nouveaux modes d'exercice de l'oppression des femmes par les hommes, en exploitant un discours libertaire » (Dufresne, 1998, p. 133). En France, trois politistes invitent à analyser le « discours de la plainte » de certains hommes en termes de « coûts de la domination masculine » (Dulong, Guionnet & Neveu, 2012). Il s’agit d’en analyser les coûts objectifs, mais aussi les coûts subjectifs liés aux progrès de l’égalité des sexes, que certains hommes ressentent en termes de perte de position sociale et de reconnaissance.

« Une problématique des coûts […] sera facilement mobilisée par les groupes qui s’estiment les perdants de certaines évolutions sociales. Et ce processus mêlera des évolutions objectives et des "coûts" fantasmés ou imaginés. La question des coûts de la masculinité a toute chance d’émerger comme problème public, quand les groupes d’hommes estiment que les privilèges qu’ils tirent des rapports de genre vont déclinant… des gains croissants étant rarement posés par les bénéficaires comme un problème » (Neveu, 2012, p. 118).

  • 3 Voir Don’t be that dude: Handy tips for the male academic, un ensemble de conseils adressés aux hom (...)
  • 4 Sur cette question, on peut consulter le dossier de la Gazette des femmes (publiée au Québec) intit (...)

25Le masculinisme a une longue histoire, qui remonte au xixème siècle, et il conviendrait probablement d’employer le terme au pluriel, tant sa signification a varié selon les époques et les contextes d’usage (Dupuis-Déri, 2009). Néanmoins, en sciences sociales et en études sur le genre, sa définition comme idéologie patriarcale et antiféministe fait aujourd’hui consensus. Michèle Le Dœuff le désigne comme « ce particularisme, qui non seulement n’envisage que l’histoire ou la vie sociale des hommes, mais encore double cette limitation d’une affirmation (il n’y a qu’eux qui comptent, et leur point de vue) » (Le Dœuff, 1989, p. 55). De son côté, Léo Thiers-Vidal propose sa propre définition : « le masculinisme consiste à produire et reproduire les pratiques d’oppression envers les femmes – quel que soit le domaine d’action – et ce à partir de la masculinité, la position vécue de domination selon l’axe du genre » (Thiers-Vidal, 2013, p. 151). En étant ainsi délimitée, la posture masculiniste pose, en creux, la question du pro-féminisme : dans quelle mesure et sous quelles conditions des hommes peuvent-ils s’engager aux côtés des femmes, adhérer au féminisme et participer à son progrès ? Dans le champ scientifique, Anne-Marie Devreux s’interroge sur le sexe des chercheur·e·s et sur leurs objets, en soulignant que l’étude des masculinités « ne conduit pas forcément à l’étude des hommes comme acteurs des rapports sociaux de sexe », tandis que l’analyse de ces rapports « nécessite une interrogation sur la construction sociale de la masculinité et de la virilité et de leur rôle dans la reproduction de la domination masculine et dans les résistances au changement » (Devreux, 2004, p. 9). De fait, l’affichage pro-féministe de certains intellectuels peut parfois masquer des positions masculinistes (Collectif Stop masculinisme, 2013, pp. 35-38) ; dans ce registre, la question du harcèlement sexuel à l’université a largement mobilisé les organisations féministes en France et ailleurs 3. Selon Léo Thiers-Vidal, si l’objectif est bien pour les chercheurs engagés « de produire, à partir des analyses féministes de la dynamique de l’oppression, des savoirs qui documentent de l’intérieur toutes les dimensions de l’action oppressive masculine », cela nécessite de la part des hommes chercheurs une vigilance particulière « quant à leur propre subjectivité et action oppressives envers les femmes ». « En effet, conclut l’auteur, si [ils] peuvent analyser de l’intérieur les moyens de l’action oppressive masculine, il ne s’agit pas de créer un nouveau bastion masculin où l’appartenance au groupe social oppresseur serait transformée en privilège épistémologique contre les femmes » (Thiers-Vidal, 2002, p. 82). Enfin, dans le champ social plus large des luttes féministes, la participation éventuelle d’hommes pro-féministes devrait requérir de leur part un renoncement concret (jusqu’à « refuser d’être un homme », comme l’a préconisé John Stolenberg [2013]), avec l’objectif « de s’engager dans un processus de disempowerment, c’est-à-dire de réduction du pouvoir qu’ils exercent sur les femmes individuellement et collectivement, et d’une mise à disposition pour les féministes, dont ils se constitueraient auxiliaires » (Dupuis-Déri, 2008, p. 153) 4.

Conclusion

26Les études sur les hommes et les Men’s Studies anglophones offrent un vaste champ de recherches et de lectures, dont il est rendu compte ici (de manière non exhaustive) selon un partage en deux continents épistémologiques principaux : celui de l’analyse matérialiste des rapports sociaux de sexe, historiquement francophone, et celui de l’hégémonie organisant les masculinités, à l’origine anglophone (sont évidemment exclues ici les productions idéologiques masculinistes). L’analyse matérialiste donne lieu à la publication de réflexions théoriques et d’études de cas souvent réunies en dossiers consacrés aux hommes, dans des revues telles que Nouvelles questions féministes (France et Suisse), Recherches féministes (Québec), Travail genre et société (France), Recherches sociologiques et anthropologiques (Belgique) et à l’édition d’ouvrages dans des collections thématiques. Elle structure également les analyses de nombreuses « grandes enquêtes », qui permettent d’éclairer les pratiques sociales des hommes agissant dans la trame des rapports sociaux de sexe (par exemple dans l’enquête « Sexualité en France » [Bajos & Bozon, 2008]). Pour sa part, l’étude des masculinités regroupe de nombreux travaux de recherche, largement publiés dans un ensemble de revues thématiques, telles que Men’s Studies, Men and Masculinities, Culture Society and Masculinities, International Journal for Masculinity Study, Men’s Health… sans oublier les revues plus généralistes sur le genre (Gender & Society, Gender Studies…), les collections d’éditeurs et les manuels spécifiques (Hearn, Kimmel & Connell, 2005).

27Ce qui distingue ces deux approches tient peut-être à leur façon de conceptualiser l’ordre du genre, entre universalité et historicité, un débat ouvert par Judith Butler dès 1990, qui questionnait « le postulat politique selon lequel il faut au féminisme une base universelle à trouver dans une identité présumée transculturelle [allant] souvent de pair avec l’idée que l’oppression des femmes aurait une forme spécifique, identifiable au niveau de la structure universelle ou hégémonique du patriarcat, ou encore de la domination masculine. » (Butler, 2006, p. 63). De fait, si certaines perspectives féministes postulent l’universalité du patriarcat, d’autres pensent que « la domination masculine et l’oppression des femmes résultent d’un processus historique et non d’un système d’auto-reproduction » et refusent « de renvoyer les fondements de l’ordre du genre à un principe régulateur non historicisé » (Connell & Messerschmidt, 2005, p. 844 ; Le Feuvre, 2003, p. 50). Il n’en reste pas moins que se dégage une très large convergence, comme nous avons tenté de le montrer, sur la manière de concevoir le genre, sur la réalité des rapports de pouvoir entre les sexes, sur l’affirmation anti-essentialiste. Si la perspective matérialiste tend à inclure les travaux sur les hommes dans l’étude des rapports sociaux de sexe, et si l’approche par les masculinités tend à définir un champ plus autonome dans une conception relationnelle du genre, l’ambition serait aujourd’hui de rapprocher ces deux points de vue théoriques, qui sont l’un et l’autre évolutifs et sujets à des questionnements croisés, notamment sur les évolutions de l’ordre du genre et l’importance des changements sociaux (Connell & Messerschmidt, 2005 ; Le Feuvre, 2014). Une convergence s’opère déjà, par des travaux qui élargissent une sociologie « occidentale » du genre (CROME, 2006 ; Hearn & Pringle, 2006) et se tournent vers d’autres aires géographiques et d’autres contextes socio-économiques, en se référant aussi bien à l’intersectionnalité des rapports sociaux de classe, de genre et de race, qu’à la globalisation des masculinités (Christensen & Jensen, 2014 ; Connel, 2014b).

28Il serait enfin intéressant de s’interroger sur la construction des objets d’études sur les hommes, souvent caractérisés par leur « exceptionnalité » ou leur « marginalité » : par exemple les hommes pro-féministes (Jacquemart, 2013), les « séducteurs » (Gourarier, 2013), les hommes exerçant des métiers dits « féminins » (Buscatto & Fuselier, 2013), les hommes « militants » (Le Quentrec, 2009) et surtout les hommes gais, objets d’une très abondante littérature francophone, dans le contexte du VIH/sida ou non (Le Talec 2008 ; 2013b). Ces travaux illustrent, par la marge en quelque sorte, les pratiques de genre des hommes, à la fois dans la trame des rapports sociaux de sexe et dans les configurations de masculinités et suggèrent d’étendre de telles recherches à des situations ou à des objets moins « remarquables », comme l’illustrent déjà des contributions sur la vie familiale et professionnelle (Fusulier & Marquet, 2007), le sport (Fraysse & Mennesson, 2009 ; Guérandel & Beyria, 2012) ou les socialisations masculines (Bertrand et al., 2015).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bajos N. et Bozon M. (dir.) (2008), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, Éditions La Découverte.

Bard C. (dir.) (1999), Un Siècle d’antiféminisme, Paris, Éditions Fayard.

Beauvoir S. de (1949), Le Deuxième sexe. Les faits et les mythes, Paris, Éditions Gallimard.

Bertrand J., Court M., Mennesson C. & V. Zabban (2015), « Socialisations masculines, de l’enfance à l’âge adulte », Terrains & travaux, n° 27, pp. 5-19.

Bessin M., Bretin H., Gaudillère J.-P. et al. (2004), « Le masculin en question », Mouvements, n° 31, pp. 11-14.

Blais M. & F. Dupuis-Déri (2008), Le Mouvement masculiniste au Québec : l’antiféminisme démasqué, Montréal, Éditions du remue-ménage.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Blais M. & F. Dupuis-Déri (2014), « Antiféminisme : pas d’exception française », Travail, genre et société, n° 32, pp. 151-156.
DOI : 10.3917/tgs.032.0151

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu P. (1990), « La domination masculine », ARSS, n° 84, pp. 2-31.
DOI : 10.3406/arss.1990.2947

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu P. (1998), La Domination masculine, Paris, Éditions du Seuil.
DOI : 10.3406/arss.1990.2947

Brod H. et Kaufman M. (dir.) (1994), Theorizing Masculinities, Thousands Oaks, Sage Editor.

Buscatto M. & B. Fusulier (2013), « Présentation. Les "masculinités" à l’épreuve des métiers "féminins" », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 44, n° 2 « Transgresser le genre au travail : des hommes dans des domaines professionnels "féminins" », pp. 1-19.

Butler J. (2006 [1990]), Trouble dans le genre, Paris, Éditions La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Carrigan T., Connell B. & J. Lee (1985), « Toward a New Sociology of Masculinity », Theory and Sociology, vol. 14, n° 5, pp. 551-604.
DOI : 10.1007/BF00160017

Cervulle M., Farges P. & A. I. François (dir.) (2015), Marges du masculin : exotisation, déplacements, recentrements, Paris, Éditions L’Harmattan.

Cervulle M. & N. Quemener (2015), Cultural Studies. Théories et méthodes, Paris, Éditions Armand Colin.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Christensen A.-D. & S. Q. Jensen (2014), « Combining Hegemonic Masculinity and Intersectionality », International Journal for Masculinity Study, vol. 9, n° 1, pp. 60-75.
DOI : 10.1080/18902138.2014.892289

Collectif Stop masculinisme (2013), Contre le masculinisme. Guide d’autodéfense intellectuel, Lyon, Éditions Bambule.

Connell R. W (1987), Gender & Power: Society, the person and Sexual Politics, Londres, Polity Press.

Connell R. W. (1995), Masculinities, Cambridge UK, Polity Press.

Connell R. W. (2000) « Masculinités et mondialisation », dans Welzer-Lang D. (dir.), Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 195-219.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Connell R. (2013), « Fantasmes de meurtre et vie pratique », Travail, genre et sociétés, n° 29, pp. 175-180.
DOI : 10.3917/tgs.029.0175

Connell R. (2014a), Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam.

Connell R. (2014b), « Margin Becoming Center: For a World-centred Rethinking of Masculinities », International Journal for Masculinity Study, vol. 9, n° 4, pp. 217-231.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Connell R. (2015), « Hégémonie, masculinité, colonialité », Genre, sexualité & société, n° 13. URL : http://gss.revues.org/3429
DOI : 10.4000/gss.3429

Connell RW, Crawford June, Kippax Susan, Dowsett Gary, Baxter Don et al. (1989), « Facing the epidemic : changes in the sexual lives of gay and bisexual men in Australia and their implications for AIDS prevention strategies », Social Problems, vol. 36, n° 4, p. 384-402.

Connell R.W. & G.W. Dowsett (dir.) (1992), Rethinking Sex: Social Theory and Sexuality Research, Melbourne, Melbourne University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Connell R.W. & S. Kippax (1990), « Sexuality in the AIDS Crisis: Patterns of Sexual Practice and Pleasure in a Sample of Australian Gay and Bisexual Men », The Jounal of Sex Research, vol. 27, n° 2, pp. 167-198.
DOI : 10.1080/00224499009551551

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Connel R.W. & J. W. Messersschmidt (2005), « Hegemonic Masculinity: Rethinking the Concept », Gender & Society, vol. 19, n° 6, pp. 829-859.
DOI : 10.1177/0891243205278639

Connell R.W. & J.W. Messerschmidt (2015), « Faut-il repenser le concept de masculinité hégémonique ? », Terrains & Travaux, n° 27, pp. 151-192.

Corradin I. & J. Martin (dir.) (1999), Les Femmes sujets d’histoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Courtine J.-C. (dir.) (2011), Histoire de la virilité, tome III : La virilité en crise ? xxe-xxie siècle, Paris, Éditions du Seuil.

CROME Network (Critical Research On Men In Europe), (2006), Men and Masculinities in Europe, London, Whiting & Birch Editors.

Debenest P., Gay V. & G. Girard (dir.) (2010), « Les masculinités et les hommes dans les mouvements féministes, entretien avec Raewyn Connell », Féminisme au pluriel, Paris, Éditions Syllepse, pp. 59-76.

Delphy C. (1998), L'ennemi principal : tome 1, Économie politique du patriarcat, Paris, Éditions Syllepse.

Dagenais H. & A.-M. Devreux (1998), « Les hommes, les rapports sociaux de sexe et le féminisme : des avancées sous le signe de l’ambiguïté », Nouvelles questions féministes, vol 19, n° 2-3-4 et Recherches féministes, vol. 11, n° 2, 1998, pp. 1-22.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Devreux A.-M. (2004), « Les résistances des hommes au changement social : émergence d’une problématique », Cahiers du genre, n° 36, pp. 5-20.
DOI : 10.3917/cdge.036.0005

Devreux A.-M. & D. Lamoureux (2012) « Les antiféminismes : une nébuleuse aux manifestations tangibles », Recherches féministes, vol. 25, pp. 3-14.

Digby T. (dir.) (1998), Men Doing Feminism, New York, Routledge Editor.

Dufresne M. (1998), « Masculinisme et criminalité sexiste », Recherches féministes, vol. 11, n° 2, pp. 125-137.

Dulong D., Guionnet C. & É. Neveu (dir.) (2012), Boys Don’t Cry! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dupuis-Déri F. (2004), « Féminisme au masculin et contre-attaque "masculiniste" au Québec », Mouvements, n° 31, pp. 70-74.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dupuis-Déri F. (2009), « Masculinisme, une histoire politique du mot (en anglais et en français) », Recherches féministes, vol. 22, n° 2, pp. 97-123.
DOI : 10.7202/039213ar

Dupuis-Déri F. (2012), « Le discours de la "crise de la masculinité" comme refus de l’égalité des sexes : histoire d’une rhétorique antiféministe », Recherches féministes, vol. 25, n° 1, pp. 89-109.

Duret P. (1999), Les Jeunes et l'identité masculine, Paris, Presses universitaires de France.

Epstein B. (2010), « Pourquoi le poststructuralisme est une impasse pour le féminisme », Revue Agone, n° 43, pp. 85-105.

Falconnet G. & N. Lefaucheur (1979 [1975]), La Fabrication des mâles, Paris, Éditions du Seuil.

Fraysse M. & C. Mennesson (2009), « Masculinités hégémoniques et féminités : les modèles de genre dans une revue de VTT », Sciences sociales et sport, n° 2, pp. 25-53.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fusulier B. & J. Marquet (2007), « Hommes, pères et travailleurs », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 38, n° 2 « Articuler vie familiale et vie professionnelle : une entrée par les pères », pp. 1-7.
DOI : 10.4000/rsa.453

Godelier M. (1996 [1982]), La Production des grands hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruyas de Nouvelle-Guinée, Paris, Éditions Fayard.

Gouges O. de (2003 [1791]), Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Paris, Mille et une nuits. En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k426138

Gourarier M. (2013), « La Communauté de la séduction en France. Des apprentissages masculins », Ethnologie française, vol. 43, n° 3, pp. 425-432.

Gourarier M., Rebucini G. & F. Voros (2013), « Masculinités, colonialité et néolibéralisme. Entretien avec Raewyn Connell », Contretemps, mis en ligne le 10 septembre 2013. URL : http://www.contretemps.eu/interviews/masculinit%C3%A9s-colonialit%C3%A9-n%C3%A9olib%C3%A9ralisme-entretien-raewyn-connell

Guérandel C. et Beyria F. (2012), « Le sport, lieu de questionnement des rapports sociaux de sexe ? », SociologieS, URL : http://sociologies.revues.org/3974

Guillaumin C. (1992), Sexe, race et pratique du pouvoir : l’idée de nature, Paris, Éditions Côté-femmes.

Hagège M. & A. Vuattoux (2014), « Introduction », dans Connel R., Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amasterdam, pp. 9-21.

Hearn J., Kimmel M. & R. Connell (2005), Handbook of Studies on Men and Masculinities, Thousand Oaks (CA), Sage Editor.

Hearn J. & D. Morgan (dir.) (1990), Men, Masculinities & Social Theories, Londres, Unwin Hyman Editor.

Hearn J. & K. Pringle (dir.) (2006), European Perspectives on Men and Masculinities: National and Transnational Approaches, Basingstoke, Palgrave Macmillan Editor.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hertz E., Martin H. & S. Rey (2002) « Composer avec l’égalité : re(ma)niements masculins », Nouvelles questions féministes, vol. 21, n° 3, pp. 4-12.
DOI : 10.3917/nqf.213.0004

Hite S. (1977 [1976]), Le Rapport Hite, Paris, Éditions Robert Laffont.

Hite S. (1983 [1981]), Le Rapport Hite sur les hommes, Paris, Éditions Robert Laffont.

Jacquemart A. (2013), « L'engagement féministe des hommes, entre contestation et reproduction du genre », Cahiers du Genre, n° 55 « Associations féministes », pp. 49-63.

Kaufmann J.-C. (1992), La Trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Éditions Nathan.

Kergoat D. (2004 [2000]), « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », dans Hirata H., Laborie F., Le Doaré H. & D. Senotier (dir.), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, Presses universitaires de France, pp. 35-44.

Kimmel M. (dir.) (1987), Changing Men: New Directions in the Study of Men and Masculinity, Newbury Park (CA), Sage Publications.

Kimmel M. (dir.) (1990), Men Confront Pornography, New York, Crown Editor.

Kimmel M. (1995), The Politics of Manhood. Profeminist Men Respond to the Mythopoetic Men's Movement (And the Mythopoetic Leaders Answer), Philadelphie, Temple University Press.

Kimmel M. (1996), Manhood in America: A cultural history, New York, Free Press.

Kimmel M. & M. Messner (dir.) (1989), Men's Lives, New York, Macmillan Editor.

Kimmel M. & T. Mosmiller (1992), Against the Tide: Pro-Feminist Men in the United States, 1776-1990, A Documentary History, Boston, Beacon Press.

Kinsey A., Pomeroy W. & C. Martin (1948), Le Comportement sexuel de l’homme, Paris, Éditions Pavois.

Kinsey A., Pomeroy W., Martin C. & P. Gebhard (1954 [1953]), Le Comportement sexuel de la femme, Paris, Éditions Amiot Dumont.

Kippax S., Connell R. W., Dowsett G. W. & J. Crawford (1993), Sustaining Safe Sex: Gay Communities Respond to AIDS, London, Falmer Press.

Lamoureux D. & F. Dupuis-Déri (dir.) (2015), Les Antiféminismes. Analyse d’un discours réactionnaire, Montréal, Éditions du remue-ménage.

Le Dœuff M. (1989), L’Étude et le rouet. Des femmes, de la philosophie, etc., Paris, Éditions du Seuil.

Le Feuvre N. (dir.) (2002), « Le genre : de la catégorisation du sexe », Utinam, revue d’anthropologie et de sociologie, n° 5.

Le Feuvre N. (2003), « Le "genre" comme outil d’analyse sociologique », dans Fougeyrollas-Schwebel D., Planté C., Riot-Sarcey M. & C. Zaidman (dir.), Le Genre comme catégorie d’analyse : sociologie, histoire, littérature, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 39-52.

Le Feuvre N. (2014), « Appréhender les défis de l’incertain sous l’angle du genre », dans Vranken D. (dir.), Penser l’incertain, Québec, Presses de l’université Laval, pp. 113-135.

Le Quentrec Y. (2009), « Portraits de militants et d’hommes de militantes », dans Fillieule O. & P. Roux (dir.), Le Sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 115-139.

Le Talec J.-Y. (2008), Folles de France. Repenser l’homosexualité masculine, Paris, Éditions La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Le Talec J.-Y. (2013a), « Questions sur une sexualité gratuite. Récit d’un ouvrier gai », Ethnologie française, vol. 43, n° 3, pp. 477-484.
DOI : 10.3917/ethn.133.0477

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Le Talec J.-Y. (2013b), « Sortir des placards de la République : visages de l’homosexualité dans le monde politique français », L’Homme et la société, vol. 3-4, n° 189-190, « Sexe et politique », pp. 123-144.
DOI : 10.3917/lhs.189.0123

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Le Talec J.-Y. & F. Linard (2015), « Plaisirs chimiques : sexualité et usage de drogues chez des hommes gais séropositifs », Psychotropes, vol. 21, n° 2-3, pp. 157-182.
DOI : 10.3917/psyt.212.0157

Louis M.-V. (1999), « Bourdieu : défense et illustration de la domination masculine », Les Temps Modernes, n° 604, pp. 325-358.

Masters W. & V. Johnson (1970 [1966]), Les Réaction sexuelles [Human Sexual Response], Paris, Éditions Robert Laffont.

Mathieu N.-C. (1991), L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Éditions Côté-femmes.

Mathieu N.-C. (1999), « Bourdieu ou le pouvoir auto-hypnotique de la domination masculine », Les Temps Modernes, n° 604, pp. 286-324.

Mattelard A. & É. Neveu (2008), Introduction aux Cultural Studies (nouvelle édition), Paris, Éditions La Découverte.

Messner M. (1997), Politics of Masculinities. Men in Movements, Thousands Oaks, Sage Editor.

Millet K. (1971 [1970]), La politique du mâle, Paris, Éditions Stock.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Molinier P. (2000), « Virilité défensive, masculinité créatrice », Travail, genre et sociétés, n° 3, pp. 25-44.
DOI : 10.3917/tgs.003.0025

Molinier P. (2004), « Déconstruire la crise de la masculinité », Mouvements, n° 31, pp. 24-29.

Neveu É. (2012), « Gérer les "coûts de la masculinité" ? Inflations mythiques, enjeux pratiques », dans Dulong D., Guionnet C. & É. Neveu (dir.), Boys Don’t Cry! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses universitaires de France, pp. 111-139.

Quérouil O., Laurier F. & A. Royer (dir.) (1978), « Masculinités », Recherches, n° 35.

Stolenberg J. (2013 [1989]), Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité, Mont-Royal et Paris, Éditions M et Syllepse.

Tabet P. (2004 [2002]), La Grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, Éditions L’Harmattan.

Thiers-Vidal L. (2002), « De la masculinité à̀ l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive », Nouvelles questions féministes, vol. 21, pp. 71-83.

Thiers-Vidal L. (2004), « Le masculinisme de La Domination masculine de Bourdieu », URL : http://1libertaire.free.fr/LeoThiersVidal06.html (consulté en septembre 2015).

Thiers-Vidal L. (2013), Rupture anarchiste et trahison pro-féministe, Lyon, Éditions Bambule.

Vuatoux A. et Hagège M. (2013), « Les masculinités : critique de l’hégémonie, recherche et horizons politiques », Contretemps, mis en ligne le 25 octobre 2013. URL : http://www.contretemps.eu/interventions/masculinit%C3%A9s-critique-lh%C3%A9g%C3%A9monie-recherche-horizons-politiques

Welzer-Lang D. & J.-P. Filiod (1992), Des hommes et du masculin, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Welzer-Lang D. & J.-P. Filiod (1993), Des Hommes à la conquête de l'espace domestique : du propre et du rangé, Montréal, Éditions VLB.

Welzer-Lang D. (1991), Les Hommes violents, Paris, Lierre et Coudrier éditeur.

Welzer-Lang D. (dir.) (2000), Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Wittig M. (2007), La Pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam.

Haut de page

Notes

1 Cet article doit beaucoup aux discussions et aux échanges que j’ai eus avec ma collègue Julie Jarty, maîtresse de conférences à l’université Toulouse Jean-Jaurès, et surtout avec Nicky Le Feuvre, professeure de sociologue à l’université de Lausanne, qui m’a suggéré quelques pistes de travail avec son acuité habituelle, et qui me fit surtout découvrir les charmes de la sociologie du genre et des rapports sociaux de sexe, à l’époque héroïque, peut-on dire, de « l’équipe Simone ».

2 L’ouvrage est initialement signé Robert William Connell, avant sa transition male to female (Hagège & Vuattoux, 2014, pp. 14-15).

3 Voir Don’t be that dude: Handy tips for the male academic, un ensemble de conseils adressés aux hommes dans le monde académique (https://tenureshewrote.wordpress.com/2013/09/26/dont-be-that-dude-handy-tips-for-the-male-academic/), récemment traduit en français (http://csu.hypotheses.org/84). Voir également en France le Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur (Clashes, http://www.clasches.fr/).

4 Sur cette question, on peut consulter le dossier de la Gazette des femmes (publiée au Québec) intitulé « Des hommes féministes, c’est possible ? » (URL : https://www.gazettedesfemmes.ca/dossiers/des-hommes-feministes-cest-possible/).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Le Talec, « Des Men’s Studies aux Masculinity Studies : du patriarcat à la pluralité des masculinités », SociologieS [En ligne], Dossiers, Sociétés en mouvement, sociologie en changement, mis en ligne le 07 mars 2016, consulté le 24 août 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5234

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Le Talec

Sociologue, Certop-Sagesse (UMR 5044), CNRS et université Toulouse Jean Jaurès (France) - letalec@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

  • Amours Transi(t)s [Texte intégral]
    Transactions sexuelles au prisme de la migration
    Paru dans SociologieS, Dossiers, Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page