Navigation – Plan du site
La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques

Rhétoriques d’altérité et représentations de l’(im)mobilité : les dynamiques d’ethnicisation à l’œuvre dans le tourisme social

Giulia Fabbiano

Résumés

Les mutations que le tourisme social a connues ces dernières années ont contribué au renouvellement de la réflexion autour de la vocation idéologique du « projet » sous-jacent, en en laissant en même temps transparaître les ambiguïtés. Face à l’augmentation d’usagers fortement défavorisés, le plus souvent étrangers ou d’origine étrangère, les intervenants du secteur dénoncent un phénomène de « ghettoïsation » qui semble remettre en cause leur vocation. À partir de la présentation des tensions vécues ainsi que des discours altérisants que les acteurs produisent sur la nouvelle clientèle, cet article explore les enjeux conflictuels soulevés, dans un cadre vacancier, par la rencontre avec « la différence culturelle ». Il en résulte une vision autant normative que performative qui, distinguant les familles dites « normales » des autres ethnicisées, les enferme dans un immobilisme socio-culturel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression « tourisme social » désigne des activités touristiques à but non lucratif et à vocatio (...)
  • 2 S’insérant à la fin des années 1960 dans la deuxième vague d’aménagement touristique, au moment du (...)
  • 3 Les personnes rencontrées en entretien individuel ou collectif dans le cadre de cette recherche son (...)

1Dès l’apparition du « grand tour » chez la noblesse anglaise à la fin du xviie siècle, le tourisme est valorisé pour sa portée formative, en tant qu’expérience en mesure de décloisonner les horizons, faciliter l’acquisition d’un savoir direct et contribuer au développement personnel. En France, ce qui fut entre le xviiie et le début du xxe une pratique élitiste réservée à l’aristocratie devient, après le vote de la loi de 1936 sur l’extension de la réduction du temps de travail et le droit aux congés payés, un enjeu important d’une stratégie éducative plus vaste, promue par les mouvements d’éducation populaire, à destination des classes défavorisées et des familles ouvrières (Cousin & Réau, 2009). Les travaux sur le tourisme dit social 1 soulignent en effet que les vacances des travailleurs et de leurs familles sont socialement exploitées comme moyen d’encadrement du temps libre, de même que culturellement investies pour contribuer à leur moralisation (Périer, 2002 ; Pattieu 2007, 2009a, 2009b ; Lehto, O’Leary & Morrison, 2004 ; Minneart, Maitland & Miller, 2009). Il en résulte la production, de la part des instances engagées, d’une éthique vacancière, autour du projet, soit-il social, religieux ou encore politique (Froidure, 1997 ; Pattieu, 2007 ; Réau, 2011), de démocratisation des loisirs en tant que moments privilégiés de formation et d’épanouissement personnels. Dès les années 1980, les transformations du secteur touristique ainsi que la baisse des aides des pouvoirs publics obligent cependant le tourisme social à s’adapter aux injonctions de la productivité économique, privilégiant la dimension récréative, autrement dit le confort et les loisirs, à celle éducative. Depuis quelques années, la transformation du public accueilli – baisse des classes moyennes et augmentation d’usagers fortement défavorisés, le plus souvent étrangers ou d’origine étrangère – inaugure une nouvelle période. Il s’avère que cette troisième phase soulève des questionnements importants, conduisant, d’une part, à renouveler la réflexion autour de la vocation idéologique du « projet » et laissant, d’autre part, transparaître les ambiguïtés qui le travaillent lorsque la dimension sociale se charge d’une connotation culturelle. Après une brève présentation du contexte socio-historique dans lequel s’inscrivent les problématiques actuelles du tourisme social, cet article souhaite ainsi explorer, à partir de la présentation des tensions vécues par les acteurs concernés et des discours qu’ils produisent sur la nouvelle clientèle, les enjeux conflictuels que soulève la rencontre avec « la différence culturelle » (Wieviorka & Ohana, 2001). Il se base sur les résultats d’une recherche collective menée, entre 2008 et 2010, auprès d’une importante association d’éducation populaire en France, pionnière dans le développement du tourisme social (Brougère & Fabbiano, 2014), combinant des ethnographies de séjours hebdomadaires dans sept villages vacances 2 et des entretiens individuels et collectifs réalisés auprès des professionnels de la structure 3 et de ses usagers.

Les trois âges du tourisme social en France

  • 4 Voir à ce propos le tableau détaillé des politiques touristiques de l’État en France de 1910 à 2009 (...)
  • 5 Une des personnes rencontrées dans le cadre de la recherche, directrice de centre, se souvient, par (...)

2Les dynamiques éducatives animent le tourisme social dès son essor, quand, dans la deuxième moitié du xxe siècle, les organismes d’éducation populaire, les organisations sociales (syndicats, comités d’entreprise) et l’État4 font des départs familiaux un enjeu d’investissement politique. Bâties sur le modèle de l’animation socio-culturelle développé auparavant pour les plus jeunes (Greffier, 2006), les vacances en familles s’inscrivent dans une politique socio-éducative républicaine dont la promotion de la mixité, la valorisation de l’intégration sociale, la lutte contre la précarité et l’émancipation citoyenne sont les principaux piliers. Le premier âge du tourisme social est ainsi marqué par une vision militante (Lanquar & Raynouard, 1995 ; Froidure, 1997), construite autour des valeurs du « projet » qui en constitue le fondement. L’organisme étudié, engagé de longue date dans le domaine de l’éducation populaire, investit les vacances à cette époque et, dès la fin des années 1960, en fait un des champs d’intervention privilégiés – au même titre que la culture, le sport, les loisirs – à destination des familles. L’importance donnée aux activités et aux espaces collectifs traduit la volonté de privilégier, au nom des valeurs républicaines, la solidarité et la convivialité à l’intérêt et au confort individuels. Cette dynamique, particulièrement présente dans certains centres dont le fonctionnement est proche des maisons familiales avec une gestion collective et coopérative 5, est partiellement remise en question par le processus de professionnalisation du tourisme social, obligé à revoir ses stratégies et ses propositions, pour survivre à la baisse des aides des pouvoirs publics. « On était passé de l’éducatif et du social, au fait que… il fallait être performant » (AB) explique le Vice-président ainsi que rapporteur de la commission vacances à ce sujet, tout en regrettant que « la dimension politique et sociale était un petit peu passée pas au second plan mais si au second plan... ça restait un terme du discours…mais c’était plus … ». Les valeurs fondatrices du « projet » finissent par s’incliner à une logique marchande et fortement concurrentielle. Le deuxième âge est traversé par les injonctions de la productivité économique. Pour « compenser la réduction des aides qui […] permettaient d’accueillir en priorité les catégories modestes ou assistées » (Froidure, 1997, p. 60), davantage de confort, une offre plus variée aussi bien en termes de restauration et de loisirs de même qu’un désinvestissement de la dimension éducative visent à attirer les comités d’entreprise d’une classe moyenne solvable, reléguant dès lors le projet social en marge. Le troisième âge, décrit par les spécialistes comme la phase de la « ghettoïsation » (Froidure, 1997 ; Chauvin, 2002), s’inaugure avec l’entrée en jeu des collectivités locales, dont la politique est de faire partir en vacances « les familles et surtout les enfants des banlieues pour éviter les dégradations estivales » (Périer, 2000, p. 35). La modification progressive des organismes partenaires, à l’origine d’une nouvelle clientèle non solvable, interpelle la structure observée et ouvre une phase critique de réflexion.

  • 6 Caisse d’allocations familiales.
  • 7 Direction de l’action sanitaire et sociale.

« Une de nos mutations, et à mon avis la plus dangereuse en tout cas qui doit appeler une grande vigilance, c’est qu’on est en train, là, d’assister à un renforcement des partenariats avec tous les organismes qui visent à aider les gens à partir en vacances. Notamment les collectivités locales, les travailleurs sociaux, mais c’est surtout la CAF 6, la DASS 7… » (CD, délégué général d’un regroupement local et président du comité vacances de l’association).

3Préoccupés par les changements intervenus, les responsables estiment que l’arrivée de vacanciers soutenus par des dispositifs d’aide sociale est de plus en plus massive, altérant profondément le visage des centres – faisant « fuir les classes moyennes » disent-ils– ainsi que leurs missions. Le terme, fort, de « ghettoïsation » emprunté au langage politique des deux dernières décennies est employé à plusieurs reprises par le délégué général d’un regroupement local, responsable pendant quatorze ans du secteur vacances et actuellement à la tête d’un des groupes de recherche nationale consacré à cette thématique, pour décrire la situation et en dénoncer les dérives.

  • 8 VACAF est un service des caisses d’allocations familiales, créé en novembre 2002 pour favoriser l’a (...)

« On voit s’orienter depuis une quinzaine d’années et se précipiter depuis quatre-cinq ans, c’est le fait d’être passé d’une population relativement brassée il y a une quinzaine d’années à une population de plus en plus composée non pas des extrêmes, mais à la fois…des enfants ou des adultes et des familles provenant…, alors je ne veux surtout pas employer des termes qui vont vous choquer en tant que sociologues, vous qui avez des appellations très spécifiques, mais moi je dirais de classes moyennes, c'est-à-dire enseignants, cadres, cadre sup’ et… voilà, ce milieu là et puis…de familles et d’enfants des centres de vacances provenant plus de familles en difficultés, souvent sociales, quasiment tout le temps économiques. Et puis, au cours des cinq dernières années, à peu près, on a vécu une évolution encore plus radicale ou l’on voit disparaître les classes moyennes, les moyennes sup’ pour s’établir sur un cœur d’accueil, cœur qui peut prendre jusqu’à 80 %, 90 % certaines semaines de familles en difficultés. Donc une paupérisation….Des familles en premier départ, des familles provenant de groupes de centres sociaux, des familles provenant de VACAF 8, des familles en difficultés…. et ça nous interroge beaucoup sur le plan politique parce que la question de la mixité sociale aujourd’hui, par définition, aujourd’hui comme hier, elle se pose. Or on est, dans une espèce, dans une espèce d’orientation de ghettoïsation, de communautarisme, on va dire, pour ne pas dire de ghettoïsation mais voilà, on a cette problématique-là qui est vraiment prégnante et qui, au niveau du conseil d’administration, nous interroge. Est-ce que l’outil village de vacance est encore un outil au service du projet de mixité sociale ? » (EF).

4Les entretiens dressent un portrait autant nostalgique que sombre, où la mixité cèderait le pas à l’homogénéisation du public, qui est cependant nuancé par nos observations. À l’exception d’un village, destiné à recevoir uniquement une population en difficulté (Ulmann, 2014), dans les autres l’équipe a plutôt remarqué la cohabitation de trois catégories de vacanciers : ceux qui payent l’intégralité du séjour, ceux qui bénéficient de réductions par le biais des comités d’entreprise ou d’allocations individuelles d’aide au départ en vacances et, enfin, ceux dont le séjour est entièrement pris en charge et organisé dans le cadre des dispositifs d’animation et d’insertion des services sociaux. Dans les deux premières catégories, composés d’employés et cadres moyens parfois fragilisés par des ruptures biographiques, on retrouve aussi bien des habitués de l’organisme, voire du centre de vacances, venant majoritairement en famille – parent(s)/enfant(s) et parfois grand-parents/petits-enfants – ou en couple, surtout s’il s’agit de retraités, que des primo-vacanciers. La troisième, en revanche, rassemble exclusivement un public socialement vulnérable, majoritairement étranger ou d’origine étrangère avec une surreprésentation de femmes seules avec enfants. Pour cette catégorie, la semaine de vacances est programmée dans un suivi de plus longue durée et s’inscrit dans les activités menées à l’année par les centres sociaux des lieux de résidence. C’est pourquoi les départs sont encadrés par les travailleurs sociaux qui préparent les séjours et accompagnent les groupes (une vingtaine de personnes) formés en amont. Le choix du lieu relève moins du souhait des personnes de visiter tel coin ou telle région que de la disponibilité d’accueil des centres, contraints à accepter les réservations des collectivités locales (un groupe par semaine, voire parfois plusieurs selon les périodes) pour assurer leur taux de remplissage annuel. Alors que les ambitions initiales, premièrement la mixité, semblent plus que jamais se réaliser, comment expliquer la conviction des intervenants d’être en train d’y renoncer ?

« C’est très bien le tourisme caritatif, la journée à la plage, elle est extrêmement importante et il faut la soutenir et on le fait nous en tant qu’organisme. Mais notre métier, c’est pas ça ! La société, c’est pas de permettre à des gens pauvres toute l’année de pouvoir souffler une semaine, dans un ghetto qui serait moins désagréable que celui dans lequel ils vivent toute l’année, c’est une autre dimension » (EF).

5Quel nom donner à cette hantise, qui se dégage avec force des entretiens, d’une mutation radicale du tourisme social, de plus en plus teinté d’une dimension « caritative », au moment où le projet est à nouveau d’actualité ? Les préoccupations des professionnels laissent, nous semble-t-il, transparaître moins la crise de la mixité que les tensions qui entourent le « projet », dès lors qu’il se confronte à un public nouveau, mal connu, cible, dans l’espace public, d’un regard disqualifiant, fortement imprégné de culturalisme (Guénif, 2005 ; Fassin, 2010).

« Ces familles-là » ou l’ethnicisation du nouveau public

  • 9 Malgré les transformations du secteur touristique et de la clientèle, le taux de départ en vacances (...)

6Ce qui est vécu comme le passage du « social » au « caritatif » n’est, à y regarder de près, que l’accomplissement de l’ambition intrinsèque du tourisme social : permettre aux segments les plus vulnérables de la société de partir en vacances 9. Les différences entre le premier et le troisième âge ne concernent donc pas tant les dynamiques ou les orientations – en principe les mêmes –, que le public auquel celles-ci s’adressent et, par conséquence, les déclinaisons qu’elles connaissent. Force est en effet de constater que le réajustement de la clientèle engendre une nouvelle rhétorique d’altérité, non plus uniquement sociale comme cela fut le cas aux débuts, mais aussi et surtout, culturelle, voire religieuse. « Dans une proportion de l’ordre de 70 % à 80 %, ce sont des familles issues de l’immigration, d’origine maghrébine ou africaine, mais musulmanes » (CD) explique le président du comité vacances de l’association. La distance qui sépare « ces familles là » des « familles dites normales » est dès lors d’autant plus opiniâtre qu’elle se situe sur le registre de l’appartenance, réelle ou supposée, de son irréductible essence et des interprétations que cette appartenance essentialisée engage dans le contexte sociétal fortement crispé de la France contemporaine. Le fait que la norme transgressée déborde le plan strictement social – revenu, catégorie socio-professionnelle, situation conjugale – puisant dans un registre ethnique réifie les frontières (Barth, 1969) qui s’interposent entre « un tel public » et le « nous » des intervenants jusqu’à instaurer une étrangeté radicale, qui se traduit en malaise.

« Donc si on prend ces exemples de familles, elles arrivent, elles voient les lits, chez eux il y a pas de lits donc la première chose, c’est de virer tous les lits. Donc on met tous les matelas par terre et on vit comme dans la communauté quoi ! Mais avec nuisance nocturne, avec… voilà et c’est hyper compliqué […] C’est parce que c’est des gens, des familles qui ont tendance à vivre la nuit ! Donc les gamins… sont dehors à trois heures du matin… qu’ils soient petits ou qu’ils soient grands, d’ailleurs ! Hein c’est pas rare qu’on aille récupérer un môme de trois ans qui traîne tout seul dans le village. Voilà ! On est pas du tout sur le même rythme, on est pas du tout sur la même conception du temps vacances, on est pas du tout, euh… » (GH, directrice d’exploitation au sein d’un regroupement local de l’association nationale)

7Les frontières, que l’usage du terme « communauté » ne fait que renforcer, non seulement distinguent deux univers de référence, aux principes et aux valeurs présentés comme contradictoires. Elles servent, aussi, de gage pour naturaliser et dans le même temps objectiver la différence. Elles légitiment ainsi les difficultés rencontrées dans l’accompagnement et la prise en charge, les situant, alors qu’aucune demande de reconnaissance culturelle ou religieuse spécifique (menu hallal, par exemple) n’a été enregistrée, au cœur d’un débat plus général opposant l’universalisme républicain aux tentations communautaires (Lorcerie, 2007 ; Crenn & Kotobi, 2012). Le comportement déplaisant, dont relèvent entre autres les nuisances, les bruits nocturnes, les attitudes déplacées des adultes et l’absence de discipline des enfants, de même que les interactions parfois problématiques sont dès lors interprétés à l’aune de cette différence culturelle, érigée en grammaire d’action : « Elles sont pas forcément prêtes à se plier à des règles de vie entre guillemet qu’il peut y avoir dans un village de vacances et puis voilà, il y a des grandes différences culturelles, éducatives et c’est vrai que c’est compliqué » (GH). En d’autres termes, l’ethnicité, qu’elle prenne la forme de l’origine, de la couleur ou de la religion, est convoquée en tant qu’expression radicale d’altérité (Guillaumin, 2002), assumée comme critère explicatif de l’ensemble des problématiques susceptibles de se poser dans les centres de vacances. « La perception de l’existence d’un caractère culturel distinctif » (Bertheleu, 1997, p. 128) est mobilisée en tant que ressource cognitive et pratique pour apprivoiser, voire anticiper, les interactions sociales, en biaisant la lecture des dynamiques à l’œuvre. Le comportement alimentaire de « ces familles en difficulté » – formule édulcorée et politiquement correcte pour désigner les fractions les plus vulnérables parmi la population immigrée – est un bon exemple pour illustrer la prégnance de l’assignation ethnique dans les logiques de distinction avec les « familles dites normales ».

« On est sous forme de buffet, et avec les publics accueillis, on ne peut malheureusement pas faire autrement que de fliquer, quoi. C'est-à-dire que si tu les calmes pas, ils te vident le buffet dessert en trois minutes, donc il faut fliquer, il faut être là… je sais pas, "tu prends pas dix desserts, vous êtes nombreux...". Il y a une vitrine réfrigérante à l’entrée, et c’est le buffet de desserts, mais après, dans la tête des gens, qui dit buffet, dit à volonté, alors que pour nous, qui dit buffet, dit variété ; mais c’est pas parce qu’il y a dix sortes de desserts qu’il faut prendre les dix, alors que… mais c’est peut-être les problèmes des compagnies qui font buffet à volonté… Donc on est obligé de fliquer, on est obligé d’éduquer […] » (GH).

8La friandise lors des repas, la tentation de goûter à l’ensemble des mets, le plaisir de se servir plusieurs fois et de mettre de côté des fruits ou des sucreries en cas de petite faim sont des attitudes alimentaires banales et communes à tous les vacanciers, comme j’ai pu l’observer lors de la semaine d’observation passée dans un des centres de la structure, sur la côté atlantique, fréquenté encore majoritairement par une clientèle blanche de classe moyenne. Si l’abondance est synonyme en vacances de relâchement du contrôle diététique (Réau, 2005), de droit au choix et à la quantité, elle n’est cependant pointée du doigt, en tant que goinfrerie hors norme, que lorsqu’elle est observée chez des usagers aux traits ethniques spécifiques. Le traitement différentiel dont ceux-ci font l’objet laisse transparaître à quel point la cristallisation culturaliste oriente, sinon même offusque, le regard des professionnels (Kotobi, 2012). Leur malaise est dès lors encore plus dur à élaborer qu’il est vécu comme le résultat d’un affrontement culturel, voire communautaire, irréductible.

« Les communautés sont intolérantes entre elles, quoi… et moi j’étais sidérée… voilà, entre celui qui mange pas de porc, entre celui qui est polygame, entre celui qui… Enfin les cultures, les pratiques, les rites sont complètement différents mais ce qui fait qu’il y a une intolérance, je trouve, par rapport aux traditions et coutumes de l’autre et… vous savez il y avait une famille asiatique, alors je sais pas c’est quoi la fête asiatique qu’il y a l’été ? Il y avait les Hindous, les Asiatiques, alors eux ils étaient en gîte et ils faisaient leur bouffe à 23 heures. Je ne sais plus pour quelle fête, ça a duré toute la semaine… bah c’est vrai que du coup t’as les odeurs, ça sent, ils s’étripaient le soir, c’est euh… » (GH).

  • 10 Dans un tout autre contexte historique et social, au sein duquel le facteur culturel n’est pas pert (...)

9Les problématiques de cohabitation liées aux usages des espaces et à l’accompagnement des vacanciers, bien qu’elles ne se soient guère modifiées depuis les essors du tourisme social 10, sont revisitées et interprétées au prisme des clivages qui traversent la société française. Dans le passage des ouvriers de l’après-guerre « responsables putatifs des papiers gras, du bruit et d’autres pollutions touristiques » dont parle Sylvain Pattieu (2009a) aux « familles en difficulté », culturellement différentes, la question sociale ne disparaît pas mais se meut en question raciale (Fassin & Fassin, 2006). L’ethnicisation du nouveau public, autrement dit ce processus qui associe l’origine, la descendance ou la croyance à « des "mentalités" ou des "aptitudes" individuelles et collectives supposées » (Balibar, 2007), surinvestissant l’appartenance comme critère saillant d’appréhension, montre dès lors les apories du projet. Car le paradoxe est bien là : conçu au nom de l’universalisme républicain, aveugle à la reconnaissance de la pluralité culturelle et religieuse, il est confronté à un public apprivoisé par et enfermé dans son altérité ethnicisée. Il en résulte un inévitable échec que les professionnels ne cessent de dénoncer mais qu’ils provoquent ou, du moins, entretiennent à leur tour.

Les injonctions de la mobilité

10L’ethnicisation du nouveau public ne se limite pas à faire du répertoire culturel un cadre d’action figé, tenu pour responsable des comportements frustes, des incompréhensions réciproques et des interactions difficiles. Dépassant la sphère proprement culturelle, ce processus de catégorisation radicale investit d’autres registres. Ainsi objective-t-il une causalité factice qui associe l’immobilisme des mœurs et des traditions, à l’immobilisme spatial – dont la référence au ghetto (Lapeyronnie, 2008) en est l’illustration par excellence – et à celui social, synonyme de manque d’autonomie et de savoir-vivre en collectivité.

« On part d’une situation où effectivement ces familles-là ne savent pas ce que c’est que les vacances, qui n’ont pas envie de comprendre comment ça marche un centre de vacances… Peut-être parce que derrière, inconsciemment, elles se rendent compte qu’elles rentrent là dans un processus qui va les amener à prendre en compte une harmonie de vie avec d’autres, une rencontre avec d’autres cultures » (CD).

11Se dégage des propos recueillis la conviction que ces familles en difficulté ne savent pas ce que sont les vacances en raison de leur enfermement dans une culture envisagée comme un ensemble statique de normes, valeurs et comportements. Et que cet enfermement serait à l’origine d’un manque, entre autres, de capital mobilitaire et vacancier (Cousin & Réau, 2009).

« Et ça modifie considérablement nos pratiques, nos formations internes, notre organisation parce qu’un tel public, on s’en aperçoit de plus en plus, mérite d’être considéré comme un public qu’il faut éduquer pour partir en vacances : parce qu’on en est là, la vrai difficulté qu’on rencontre elle n’est pas seulement économique, elle est culturelle. Il y a un tas de publics sur beaucoup de nos territoires qui, ne partant plus en vacances depuis une ou deux générations, on ne sait pas comment ça marche un village club, on ne sait pas comment ça marche l’organisation de vacances collectives » (CD).

12L’absence de ressources leur permettant de se déplacer – physiquement ou symboliquement – et d’intégrer les règles que toute situation de déplacement implique les rendrait ainsi inadaptés et dépendants. Les propos de l’éducatrice de rue, en charge des gens de voyages sédentarisés, intervenant au niveau local dans une des missions de la structure, ne s’écarte guère de ceux des autres professionnels de l’organisme.

« Ils ont du mal à comprendre en vacances, quand je leur dis, à partir de 23 h plus de bruit : "Attend, c’est les vacances". Non mais, ils arrivent pas à comprendre qu’il y a des gens qui bossent toute l’année et qui ont besoin d’un peu de calme donc, et puis il y a l’intégration dans les lieux, il faut travailler avec eux, en leur disant que ça ne leur appartient pas le village vacances hein, qu’il y a des règles. Il faut leur apprendre toutes les règles, tout hein, on travaille du début jusqu’à la fin, et puis avec l’expérience donc on fait un règlement intérieur avec l’expérience » (OP).

13Il est là une ultérieure méprise, conséquence d’une représentation ethnicisée peu attentive aux enjeux réels. En premier lieu, si d’immobilisme spatial il est question, celui-ci ne saurait être une conséquence d’une prétendue appartenance culturelle, mais d’une configuration sociale au sein de laquelle les vulnérabilités – résidentielles, professionnelles, familiales – se cumulent. Deuxièmement, contrairement aux portraits qu’en fournissent les professionnels, la plupart des usagers possède un habitus mobilitaire (Stock, 2005) acquis lors des vacances au pays d’origine, des excursions ou encore des pèlerinages religieux effectués. Tout en étant systématiquement occultées et presque jamais valorisées, ces expériences démentent les stéréotypes de l’immobilisme spatial et leurs explications ethniques. Mais elles ne suffisent pas à tempérer l’injonction à l’autonomie (Guénif, 2014) qui traverse les propos des professionnels, dès lors qu’ils développent une rhétorique centrée sur l’incapacité de ces usagers à se projeter et à s’inscrire dans un temps de vacances.

14La non conformité de ce public appréhendé, par ses allégeances culturelles, sous le signe de l’immobilisme et du manque permet, finalement, de réinvestir la mobilité comme instrument de changement social. Et, en même temps, de se réinterroger sur ses enjeux et ses missions. Comme le souligne le Vice-président de l’association, rapporteur de la commission vacances :

« Il y a nécessité aujourd’hui de revenir à un positionnement plus correct et qui en plus correspond à nos souhaits politiques, que [notre structure] fait des vacances pour faire des vacances ça n’a pas de sens, aussi parce qu’elle incarne un projet un peu politique et global… » (AB).

15Alors que, dans le deuxième âge, la dimension commerciale et récréative l’avait emporté, se manifeste donc à nouveau l’exigence de repenser les vacances en tant que pratique formative.

« Enfin voilà les objectifs que nous avions intrinsèquement au départ de toute activité vacances, enfin le fameux projet dans lequel on veut voir les vacances réhabilitées, ben il peut très bien se décliner sur des cibles et des familles en l’occurrence comme celles qu’on décrit là, avec d’autant plus d’espérance de résultats… Et puis quelque part on fait le rapport avec la citoyenneté, parce que c’est vrai que quand on apprend à vivre ensemble dans un village club, dans un moment de vacances, ce qui suppose pour nous des mutations assez profondes, parce qu’il faut des équipes d’encadrement, que nos pratiques d’organisation, que tout ça soit adapté à ce public nouveau, mais ça peut constituer un challenge important quant à la capacité que nous avons dans ces dimensions là avec ce public là, cette organisation là et nos équipes et nos acteurs… peut-être accentuer l’amélioration du vivre ensemble en faisant référence à toutes les réflexions qu’on mène par ailleurs sur la question de la laïcité, sur la question de la mixité sociale, sur la question du frottement culturel, puisqu’en ce moment c’est bien de ça dont on manque le plus dans notre société, cette capacité d’échange et de frottement...bon le temps vacances est encore une fois le temps qui pourrait permettre cela si on a les moyens qui puissent nous permettre d’équiper nos équipes ou centres… » (CD).

  • 11 À propos du relâchement des rythmes en vacances, voir les travaux de Bertrand Réau (2005, 2011).

16Les séjours redeviennent ainsi des espaces privilégiés d’éducation au nom d’un vieil adage qui en fait un temps privilégié de « rattrapage culturel » (Réau, 2011 ; Lehto, O’Leary & Morrison, 2004 ; Minneart, Maitland & Miller, 2009), présentés moins comme des moments d’évasion que comme des outils socio-éducatifs, dont la réussite se mesure dans les acquis qu’ils sont censés produire. Se réaffirme par conséquence une vision normative des villages en tant que microsociétés correctionnelles et de la mobilité en tant qu’espace-temps liminal de transformation et d’intégration (Faist, 2013). Les activités qui y sont pratiquées redeviennent un instrument de transmission de principes socio-sanitaires ou encore de règles d’hygiène susceptibles d’être transposés dans la vie quotidienne : on souhaite apprendre aux familles ethnicisées à ne pas se coucher et à ne pas se lever trop tard 11 ; à ne pas dépenser des sommes d’argent excessives dans des gourmandises frivoles, à réajuster les équilibres et les rapports parents-enfants.

« Qu’on soit capables de répondre à l’accueil des familles en difficulté avec des préoccupations aussi ambitieuses que celles là, ben c'est-à-dire faire évoluer tout ce petit monde dans une logique où le temps de l’assistance n’est qu’une parenthèse et que rapidement on puisse arriver… profiter de ce temps des vacances pour ouvrir des pistes, des portes dans les conditions des individus qui fréquentent nos séjours. Et qu’on puisse participer à l’éducation générale c'est-à-dire à l’éducation citoyenne, voilà c’est le projet de l’éducation populaire de toute façon » (CD).

17Si les usagers de classe moyenne sont désormais exclus de cette réflexion éducative, les nouveaux usagers en sont la cible privilégiée, pris au piège d’un double bind : rendus responsables de la crise de la mixité sociale et par conséquence de celle du projet, ils en deviennent la caution et légitiment la réflexion sur le renouvellement du dispositif.

Remarques conclusives : le poids des représentations, paradoxe du tourisme social face à son ethnicisation

18La recherche menée auprès des intervenants (salariés et bénévoles) d’une des principales associations d’éducation populaire, historiquement engagée dans le domaine du tourisme social, a mis en évidence les principaux enjeux qui accompagnent leurs discours et leurs pratiques. Il en émerge une vision autant normative que performative des vacanciers qui, distinguant les familles dites « normales » de « ces familles-là », formule édulcorée pour désigner un public non plus uniquement défini en termes sociaux (familles nombreuses, monoparentales, démunies d’autonomie), mais aussi, et surtout, ethniques (familles immigrées, musulmanes, culturellement étranges), les construit comme telles. Ces représentations rendent, par ailleurs, moins compte de la crise du projet unanimement dénoncée par les acteurs, que des incertitudes professionnelles engendrées par son inattendu accomplissement et des difficultés rencontrées face aux mutations, pas encore apprivoisées, du secteur. Le besoin éducatif des nouvelles clientèles, prisonnières d’un discours culturaliste qui les assigne à une altérité radicale, restructure dès lors la conception, sinon même l’aménagement, de l’espace-temps vacancier. Il en résulte que le temps libre cesse d’être synonyme de temps libéré mais redevient un temps encadré, censé, non sans paternalisme, traiter les supposées difficultés comportementales, déclinées dans un registre ethnique. Les vacances s’inscrivent, ainsi, dans un programme plus vaste, et non moins fallacieux, d’injonction à l’émancipation et à l’intégration.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Balibar E. (2007), « Le retour de la race », Mouvements, n° 50, pp. 162-171.
DOI : 10.3917/mouv.050.0162

Barth F. (1969), « Les groupes ethniques et leurs frontières », dans Poutignat P. & J. Streiff-Fenart Jocelyne, Théorie de l’ethnicité, Paris, Presses universitaires de France, 1995, pp. 203-249.

Bertheleu H. (1997), « À propos de l'étude des relations inter-ethniques et du racisme en France », Revue européenne de migrations internationales, vol. 13, n° 2, pp. 117-139.

Brougère G. & G. Fabbiano (dir.) (2014), Apprentissages en situation touristique, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Chauvin J. (2002), Le Tourisme social et associatif en France, Paris, Éditions L’Harmattan.

Cousin S. & B. Réau (2009), Sociologie du tourisme, Paris, Éditions La Découverte.

Crenn C. & L. Kotobi (dir.) (2012), Du Point de vue de l’ethnicité, Paris, Éditions Armand Colin.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Faist T. (2013), « The Mobility Turn: A New Paradigm for the Social Sciences? », Ethnic and Racial Studies, vol. 36, n° 11, pp. 1637-1646.
DOI : 10.1080/01419870.2013.812229

Fassin D. & É. Fassin (dir.) (2006), De la Question sociale à la question raciale, Paris, Éditions La Découverte.

Fassin D. (dir.) (2010), Les Nouvelles frontières de la société française, Paris, Éditions La Découverte.

Froidure J. (1997), Du Tourisme social au tourisme associatif, Paris, Éditions L’Harmattan.

Greffier L. (2006), « L’animation est-elle soluble dans le tourisme social ? » Agora – Débats/jeunesse, INJEP, n° 39, pp. 60-72.

Guénif N. (2005), « Sous l’intégration, les discriminations. Glissement des représentations aux stéréotypes vers l’ethnicisation », dans Boucher (dir.), Discriminations et ethnicisation. Combattre le racisme en Europe, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Guénif N. (2014), « Attachements et appartenances : des liens sous réserve », dans Rayna S. & G. Brougère (dir.), Petites enfances, diversités et migrations, Bruxelles, Peter Lang.

Guillaumin C. (2002), L’Idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Paris, Éditions Gallimard.

Kotobi L. (2012), « Réflexions sur l’altérité migrante comme support de traitements différentiels à l’hôpital et sur la production des données d’enquêtes par l’ethnologue », dans Crenn C. & L. Kotobi (dir.) (2012), Du Point de vue de l’ethnicité, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 179-229.

Lanquar R. & Y. Raynouard (1995), Le Tourisme social et associatif, Paris, Presses universitaires de France.

Lapeyronnie D. (2008), Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Éditions Robert Laffont.

Lehto X. Y., O’Leary J. T. & A. M. Morrison (2004), «The Effect of Prior Experience on Vacation Behavior», Annals of Tourism Research, vol. 31, n° 4, pp. 801-818.

Lorcerie F. (2007) « Le primordialisme français, ses voies, ses fièvres », dans Smouts M.-C. (dir.), La Situation postcoloniale, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 298-343.

Minneart L., Maitland R. & G. Miller (2009), «Tourism and Social Policy, The Value of Social Tourism», Annals of Tourism Research, vol. 36, n° 2, pp. 316-334.

Pattieu S. (2007), « Nous n’avons rien à Katmandou. Production militante et usages populaires du tourisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5, pp. 88-101.

Pattieu S., (2009a), Tourisme et travail. De l’éducation populaire au secteur marchand (1945-1985), Paris, Presses de Sciences Po.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pattieu S. (2009b) « Voyager en pays socialiste avec Tourisme et travail », Vingtième siècle, p. 63-77.
DOI : 10.3917/ving.102.0063

Périer P. (2000), Vacances populaires. Images, pratiques et mémoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Périer P. (2002), « De l’exclusion à la réappropriation du temps de vacances », Informations sociales, n° 100, pp. 114-125.

Réau B. (2005), « Évasions temporaires : socialisations et relâchements des contrôles dans les villages de vacances familiaux », Espaces et sociétés, n° 120-121, pp. 123-139.

Réau B. (2011), Les Français et les vacances, Paris, CNRS Éditions.

Stock M. (2005), « Les sociétés à individus mobiles : vers un nouveau mode d’habiter ? », EspacesTemps.net, http://espacestemps.net/documents1353.htm

Ulmann A.-L. (2014), « Les professionnels du tourisme social : des modes d’agir contre la barrière culturelle », dans Brougère G. & G. Fabbiano (dir.), Apprentissages en situation touristique, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 54-70.

Wieviorka M. & J. Ohana (dir.) (2001), La Différence culturelle, Paris, Éditions Balland.

Haut de page

Notes

1 L’expression « tourisme social » désigne des activités touristiques à but non lucratif et à vocation sociale, initialement conçues grâce à l’intervention de l’État et à l’investissement des organisations syndicales, patronales, politiques et religieuses.

2 S’insérant à la fin des années 1960 dans la deuxième vague d’aménagement touristique, au moment du programme de création de villages de vacances, les centres de la structure (une quarantaine) sont situés dans des endroits (mer, montagne, campagne) pas très prisés en termes de patrimoine territorial et touristique.

3 Les personnes rencontrées en entretien individuel ou collectif dans le cadre de cette recherche sont : AB, Vice-président de l’association, rapporteur de la commission vacances ; CD, Délégué général d’un regroupement local et président du comité vacances ; EF, Délégué général d’un regroupement local, responsable pendant quatorze ans du secteur vacances et actuellement responsable d’un des groupes de recherche nationale autour des vacances ; GH, Directrice d’exploitation au sein d’un regroupement local ; KL et MN, Directrices de centre de vacances ; OP, Éducatrice, intervenante au niveau local dans le cadre d’une des missions sociales de la structure ; QR, Directrice du village de vacances accueillant un public en difficulté ; ST, Directeur de centre de vacances ; UV, Chargé de mission du secteur vacances.

4 Voir à ce propos le tableau détaillé des politiques touristiques de l’État en France de 1910 à 2009 (Cousin & Réau, 2009).

5 Une des personnes rencontrées dans le cadre de la recherche, directrice de centre, se souvient, par exemple, de l’époque du « bar coopératif avec la corbeille où on mettait des francs quand on prenait la bouteille soi-même du frigo ».

6 Caisse d’allocations familiales.

7 Direction de l’action sanitaire et sociale.

8 VACAF est un service des caisses d’allocations familiales, créé en novembre 2002 pour favoriser l’accès et l’accompagnement aux vacances des familles.

9 Malgré les transformations du secteur touristique et de la clientèle, le taux de départ en vacances en France n’a guère varié depuis les années 1990 : 40 % de personnes en sont exclues. Le tourisme social semble continuer à permettre le départ du 30 % des Français-es qui ne partaient pas en vacances en 1950 (Chauvin, 2002) et avoir dû mal à atteindre le pourcentage élevé des exclus.

10 Dans un tout autre contexte historique et social, au sein duquel le facteur culturel n’est pas pertinent, Sylvain Pattieu évoque, par exemple, les difficultés que peut provoquer la coexistence de catégories hétérogènes, tels les jeunes qui « dorment tard et sont bruyants » ou encore les « vacanciers bruyants aux enfants mal élevés » (Pattieu, 2009a).

11 À propos du relâchement des rythmes en vacances, voir les travaux de Bertrand Réau (2005, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giulia Fabbiano, « Rhétoriques d’altérité et représentations de l’(im)mobilité : les dynamiques d’ethnicisation à l’œuvre dans le tourisme social », SociologieS [En ligne], Dossiers, La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5172

Haut de page

Auteur

Giulia Fabbiano

Post-doctorante au Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (EHESS-CNRS), chercheuse associée à l’Idemec (CNRS-AMU-MMSH), France - gfabbiano[at]hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page