Navigation – Plan du site
Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français

Antinomies et analogies comme outils transversaux en sociologie : en partant de Proudhon et de Passeron

Philippe Corcuff

Résumés

L’article propose les notions d’« antinomies » et d’« équilibration des contraires » (Pierre-Joseph Proudhon), puis d’« analogies » (Ludwig Wittgenstein, Paul Ricœur et Jean-Claude Passeron), comme instruments transversaux de la sociologie en dialogue avec le « jeu de connaissance » de la philosophie. Sont alors explorées, au moyen de ces outils, trois dimensions présentes dans le « jeu de connaissance » de la sociologie : ontologique, épistémologique et théorique. Cette investigation réflexive et prospective s’inscrit dans la reconstitution de cadres globalisants en sciences sociales, se distinguant des prétentions totalisantes sans céder pour autant à l’émiettement « postmoderne ».

Haut de page

Texte intégral

1Cet article déploie son exploration d’instruments épistémologiques et théoriques transversaux en sociologie à travers trois moments : 1) une série de repères préalables quant à la démarche proposée ; 2) un examen de la notion d’« antinomies » et de celle, associée, d’« équilibration des contraires », en s’inspirant de Pierre-Joseph Proudhon ; et 3) un examen de la notion d’« analogie », en partant de Ludwig Wittgenstein, de Paul Ricœur et surtout de Jean-Claude Passeron, qui en a fait une notion cardinale de son épistémologie sociologique. Se retournant de manière réflexive sur des présupposés, des composantes épistémologiques et des outillages conceptuels de la sociologie, il dessine de manière prospective une approche renouvelée du global.

Quelques repères préalables

2Nous allons intervenir dans le champ des relations entre deux disciplines académiques, la sociologie et la philosophie, en tentant de clarifier épistémologiquement certains aspects de leurs dialogues. Ces deux disciplines académiques sont envisagées comme des « jeux de connaissance » autonomes ayant des relations. Nous empruntons la notion de « jeux de connaissance » au biologiste Henri Atlan, qui l’a lui-même dérivée de la notion de « jeux de langage » propre à « la seconde philosophie » de Ludwig Wittgenstein (Atlan, 1986, pp. 271-293). Rappelons que pour Ludwig Wittgenstein dans ses Recherches philosophiques : « L’expression "jeu de langage" doit ici faire ressortir que parler un langage fait partie d’une activité ou d’une forme de vie » (Wittgenstein, 2002, p. 39, partie 1, §23).

3L’effort de clarification épistémologique proposé quant à certains aspects des dialogues entre sociologie et philosophie sera conduit à déborder le seul plan de l’épistémologie, c’est-à-dire de la théorie de la connaissance. Et cet essai de clarification épistémologique ne s’effectuera pas en général, quant aux rapports globaux entre la sociologie et la philosophie, mais à propos d’un terrain plus particulier, en se focalisant sur des instruments conceptuels qui apparaissent heuristiques pour la sociologie, tout en bénéficiant de dialogues avec la philosophie. Ces instruments conceptuels sont ceux associés aux notions d’« antinomies » et d’« analogie ». Nous présentons donc quelque chose comme un essai de clarification épistémologique, en acte et doté d’une portée élargie, à propos de certains outils conceptuels et de leurs usages.

4Cette investigation s’inscrit dans un effort mené depuis plusieurs années – et qui a pu être développé dans un livre de théorie sociologique paru sous le titre Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs (Corcuff, 2012 ; Löwy, 2012 ; Corcuff, 2014 ; Frère, 2014 ; Laugier, 2014). Cet effort vise à promouvoir un nouveau style de théorie générale. Ce nouveau style de théorie générale s’éloigne des « systèmes » théoriques bouclés à prétentions totalisatrices (comme « le marxisme ») pour s’orienter davantage dans une dynamique exploratoire, testant des connexions entre des espaces d’interrogation différents. La vieille catégorie philosophique de « totalité » est abandonnée. Le total, dans la tradition philosophique, ce sont deux plans non nécessairement emboîtés : 1) un plan ontologique s’intéressant aux propriétés du réel, en postulant une cohérence fondamentale malgré les apparences de dispersion, ce qui existe et les mouvements de l’histoire faisant système, et 2) un plan épistémologique renvoyant à un dispositif de connaissance de ce réel, prétendant en faire le tour grâce à des concepts. La particularité de la philosophie hégélienne dans ce double cadre, c’est que ce tout (du côté des caractéristiques du réel comme du côté de sa connaissance) n’est pas achevé, est en mouvement, dans un processus de totalisation (Hegel, 1965).

5La rupture avec la totalité s’effectue ici au profit de la quête d’une approche renouvelée du global, dans une connaissance globalisante ne prétendant pas épuiser un réel envisagé dans sa diversité. C’est pourquoi ce nouveau style de théorie générale s’éloigne également du démembrement conceptuel dit « postmoderne » et de sa perte de vue globalisante au profit d’un émiettement non ordonné des savoirs et des points de vue. Ainsi une théorie systématique et totalisatrice n’est plus dans ce cas recherchée, mais on ne se résout pas pour autant à une dilution « postmoderne » du sens.

6Se dégagerait plutôt une constellation lacunaire en mouvement, qui n’abandonnerait pas le souci du global, sans pour autant s’abandonner aux charmes incontrôlés du « total ». Le résultat à chaque fois provisoire ne se présenterait pas comme un « tout » refermé sur lui-même prétendant voir tout. Il déborderait certes, dans le souci d’une cartographie globale, l’état des savoirs vérifiés et vérifiables. On peut ainsi penser qu’il est utile pour la sociologie de situer les différents savoirs produits dans ses enquêtes au sein d’un paysage global, évitant l’émiettement de savoirs de plus en plus spécialisés, sans pour autant prétendre saisir le tout. Ce faisant, la cartographie globale s’alimenterait aux enquêtes, tout en les débordant, ouvrant alors de nouvelles pistes pour d’autres enquêtes sur un réel pluriel. Ces nouvelles enquêtes seraient elles-mêmes susceptibles de déplacer les lignes de la cartographie globale. Une hypothèse ontologique serait associée à ce style de théorie générale dans le cadre du « jeu de connaissance » sociologique : il serait polyphonique et doté seulement de cohérences partielles.

7Les investigations partielles et provisoires présentées ici autour des notions d’« antinomies » et d’« analogie » se situent à l’intérieur d’une telle démarche. Ces notions sont appréhendées comme des outils transversaux à cinq dimensions cognitives en relation, les deux premières ayant déjà commencé à être abordées à propos de la notion de totalité :

  • dimension ontologique, concernant au sens large la caractérisation de « ce qui est et qui pourrait être » ; dimension qui constitue une région importante du « jeu de connaissance » philosophique, mais qui n’est pas au cœur du « jeu de connaissance » sociologique, même si les présupposés ontologiques ont des effets sur ce « jeu de connaissance » ; on pourrait dire que la dimension ontologique se situe à la périphérie du « jeu de connaissance » sociologique, le dialogue avec le « jeu de connaissance » philosophique aidant à y voir plus clair au sein de cette zone périphérique ;

  • dimension épistémologique, concernant la réflexion sur la connaissance ; cette dimension constitue tout à la fois une des modalités du « jeu de connaissance » philosophique, quand il s’interroge sur son propre rapport à la connaissance qu’il met en branle, une des branches du « jeu de connaissance » philosophique, quand il s’interroge sur les sciences et une modalité du « jeu de connaissance » sociologique quand il s’interroge sur son propre rapport à la connaissance ; là aussi les dialogues transfrontaliers entre ces deux « jeux de connaissance » peuvent se révéler fructueux ;

  • dimension théorique, qui renvoie aux concepts dont s’outillent les enquêtes sociologiques ; concepts qui peuvent être empruntés, entre autres et non exclusivement, au « jeu de connaissance » philosophique ;

  • dimension méthodologique, qui renvoie aux méthodes utilisées par les enquêtes sociologiques ;

  • et dimension de l’enquête sociologique proprement dite, quand les outils conceptuels et méthodologiques rencontrent pratiquement des terrains d’observation délimités.

8La transversalité des outils retenus, à travers cette pluralité de dimensions, est un facteur important de globalisation de la démarche. Dans la phase exploratoire de ces investigations et l’espace imparti à ce texte, nous ne traiterons que les trois premières dimensions. On doit noter que la cinquième dimension, celle de l’enquête sociologique, joue un rôle particulier au sein du « jeu de connaissance » sociologique, car les dimensions épistémologique, théorique et méthodologique sont nécessairement en rapport avec elle, tout à la fois par des enquêtes passées, par des enquêtes en cours et/ou dans la perspective d’enquêtes futures.

9Ces trois (ou cinq) dimensions ne sont pas vues sous un angle hiérarchique tel qu’il a pu être pratiqué par la philosophie traditionnelle, avec la prétention d’un magister philosophique sur les sciences sociales, dont elle supposait détenir les clés conceptuelles à travers la clarification de ses présupposés ontologiques, anthropologiques, etc. ; « l’empirique » (ou « le mondain » dans le vocabulaire classique de la philosophie) étant alors appréhendé dédaigneusement comme second par rapport à la conceptualisation philosophique. On peut se demander d’ailleurs si, au sein même du « jeu de connaissance » sociologique, la prétention de la dimension théorique à occuper les sommets ne constituerait pas un effet réfracté de cette vieille hiérarchie philosophiste ? Dans les investigations proposées, les trois (ou cinq) dimensions distinguées sont donc envisagées dans leur autonomie respective et dans leurs interactions au sein d’une configuration non hiérarchique.

Antinomies et équilibration des contraires : avec Pierre-Joseph Proudhon

10Militant anarchiste et philosophe autodidacte du xixe siècle, Pierre-Joseph Proudhon a produit une critique méconnue de la dialectique hégélienne, ou plutôt d’une version simplifiée que Maurice Merleau-Ponty a appelé « le Hegel des manuels » (Merleau-Ponty, 1996, p. 100), autour de la triade thèse-antithèse-synthèse. Dans De la Justice dans la Révolution et dans l’Église, Pierre-Joseph Proudhon écrit :

« La formule hégélienne [thèse-antithèse-synthèse] n’est une triade que par le bon plaisir ou l’erreur du maître, qui compte trois termes là où il n’en existe véritablement que deux, et qui n’a pas vu que l’antinomie ne se résout point, mais qu’elle indique une oscillation ou antagonisme susceptible seulement d’équilibre » (Proudhon, 1988, p. 35).

11L’antinomie serait donc première, sous la forme d’un équilibre instable et mouvant. Le principe d’antinomie remplace chez Pierre-Joseph Proudhon le principe d’inspiration hégélienne de dépassement : dépassement des contradictions dans une entité englobante ou « synthèse ».

12Pierre-Joseph Proudhon précise dans un livre posthume, publié peu de temps après sa mort en 1866, Théorie de la propriété :

« J’ai reconnu que si l’antinomie est une loi de la nature et de l’intelligence, comme toutes les notions qu’elle affecte, elle ne se résout pas ; elle reste éternellement ce qu’elle est, cause première de tout mouvement, principe de toute vie et évolution, par la contradiction de ses termes ; seulement elle peut être balancée, soit par l’équilibration des contraires, soit par son opposition à d’autres antinomies » (Proudhon, 1997, p. 206).

13Ici Pierre-Joseph Proudhon se situe bien dans une dimension ontologique : l’antinomie se présente comme « une loi de la nature » et donc « cause première de tout mouvement, principe de toute vie et évolution ». Apparaît aussi, associée à la notion d’antinomies, celle d’« équilibration des contraires », qui en constitue pour Pierre-Joseph Proudhon une modalité, et pour nous une formule peut-être encore davantage heuristique.

14Les notions d’antinomies et d’équilibration des contraires peuvent se révéler utiles pour le « jeu de connaissance » sociologique, en constituant un outil transversal aux dimensions ontologique, épistémologique et théorique.

  • 1 Nous devons cet assouplissement à des échanges avec Michaël Löwy (7 novembre 2012).

15Dimension ontologique ? Nous partirons du caractère premier logiquement des antinomies chez Pierre-Joseph Proudhon, mais en assouplissant ses formulations, afin de ne pas exclure tout à fait la figure du dépassement des contradictions 1. Dans cette perspective, les antinomies seraient premières et leur dépassement second, car susceptible de ne valoir que dans certains cas restreints. La figure générale de la dynamique historique serait alors le déplacement, terme que nous empruntons à la sociologie des sciences et des techniques développée par Michel Callon (1986), plutôt que le dépassement hégélien. « Ce qui est et pourrait être » serait ainsi d’abord caractérisé par le mouvement et l’équilibration d’antinomies. Du point de vue du « jeu de connaissance » sociologique, cette dimension ontologique doit être considérée à la manière d’un « comme si » hypothétique, point d’appui d’une série d’outils théoriques et méthodologiques. Il ne s’agit pas, du point de vue du « jeu de connaissance » sociologique, de trancher définitivement sur les caractéristiques de « ce qui est et pourrait être », mais de bâtir des modèles présupposant différents « comme si » ontologiques et de faire alors varier ces « comme si » afin d’élargir et de pluraliser les éclairages produits sur la réalité observable.

16Plutôt que d’universaliser et de réifier, sans s’en rendre compte, certains présupposés ontologiques non perçus comme tels, clarifier de tels présupposés, en dialogue avec le « jeu de connaissance » philosophique, c’est se donner les moyens justement de mieux contrôler les effets de ces présupposés : 1) en aidant à mieux délimiter les domaines de validité des énoncés scientifiques calés sur ces présupposés et donc à doter ces énoncés de davantage de rigueur ; et 2) en rendant possible le recours à une variété de « comme si » ontologiques nourrissant des conceptualisations sociologiques davantage diversifiées.

17Dimension épistémologique ? Les notions d’antinomies et d’équilibration des contraires orientent la réflexion épistémologique vers la mise en tensions de différents pôles, plutôt que sa « résolution » au profit d’un seul pôle ou une synthèse englobante de ces pôles. Quelques exemples de cette approche dynamique de la réflexion épistémologique peuvent être donnés à titre indicatif :

  • plutôt que de trancher dans le sens d’une « rupture épistémologique » ou, à l’inverse, d’une indifférenciation entre savoirs ordinaires et savoirs savants, partir tout à la fois des intersections et des tensions dynamiques (et de leur équilibration variable) entre connaissance savante et connaissance ordinaire (Corcuff, 1991) ;

  • plutôt que de trancher en faveur d’une séparation intangible entre « jugements de faits » et « jugements de valeurs » (dans le sens d’une « neutralité axiologique » stricte) ou, à l’inverse, d’une indifférenciation, partir tout à la fois des intersections et des tensions dynamiques (et de leur équilibration variable) entre ces deux registres (Corcuff, 2011) ;

  • plutôt que de trancher unilatéralement en faveur de la distanciation scientifique ou de l’engagement dans la vie sociale, partir tout à la fois des intersections et des tensions dynamiques (et de leur équilibration variable) entre ces deux registres (Ibid.).

18Ce ne sont que des exemples parmi d’autres possibles.

19Dimension théorique ? Les notions d’antinomies et d’équilibration des contraires peuvent aussi nourrir les conceptualisations de nos enquêtes sociologiques, en orientant nos regards vers les tensions propres aux relations sociales. Nous prendrons ici trois exemples de construction théoriques mettant l’accent sur des tensions au cours d’enquêtes que nous avons pu mener :

20- Avec la philosophe Natalie Depraz, nous avons bâti, dans le cadre de la sociologie des régimes d’action initiée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot, un régime d’interpellation éthique dans le face à face (ou de compassion) modélisé à partir de l’éthique du visage d’Emmanuel Levinas (Corcuff, 2005). Il formule une tension entre un autrui singulier et une attention à tous les autres, en particulier dans des cas variés de confrontation à la détresse au sein de services publics. Des enquêtes ont ainsi été menées à l’hôpital, dans des agences d’emploi et dans des caisses d’allocations familiales. Cela nous a notamment permis de construire théoriquement une des antinomies travaillant le temps de travail infirmier : entre le fait d’être happé par une relation singulière et ce qui est dû à l’ensemble des malades.

21- Toujours dans le cadre de la sociologie pragmatique dessinée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot, le Groupe d’études machiavéliennes de l’IEP de Lyon a modélisé à partir du Prince de Machiavel un régime d’action machiavélien (ou tactique-stratégique). Cela a servi de base théorique à une enquête sur le processus décisionnel ayant mené à une plateforme multimodale (avions-TGV-autoroute) sur le site de l’aéroport de Lyon (Corcuff & Sanier, 2000). Ce régime d’action permet d’explorer la tension entre des finalités publiques associées à la promotion d’un bien commun et des scènes officieuses où les moyens utilisés, pour faire aboutir ces fins, devenaient flexibles, avec des écarts moraux vis-à-vis du contenu de ces fins.

22- Enfin, dernier exemple, dans le cadre de recherches plus récentes sur l’individualisme contemporain, nous avons élaboré la notion d’inspiration marxienne de contradiction capital/individualité (Corcuff, 2006). Il s’agit de penser en tension le capitalisme, comme forme contradictoire justement, entre les contraintes structurelles pesant sur les individualités et les possibilités d’émancipation qu’il laisse ouvertes. Et ces possibilités d’émancipation sont elles-mêmes prises dans une antinomie entre des frustrations relatives (du côté du négatif) et des imaginaires utopiques (du côté du positif). Dans ce cas aussi, la réalité observable est théoriquement interrogée sous l’angle d’antinomies qui la travaillent. Cette conceptualisation a outillé une enquête de réception de la série télévisée américaine Ally McBeal parmi des téléspectatrices (surtout) et téléspectateurs français (Corcuff, 2006a).

23On pourrait également prolonger quant aux deux autres dimensions retenues : dimension méthodologique et dimension de l’enquête sociologique.

24On comprend mieux au bout de cette première étape – celle concernant les notions d’antinomies et d’équilibration des contraires – en quoi de tels outils transversaux apportent à la démarche sociologique des gains de globalisation, dans le dialogue avec le « jeu de connaissance » philosophique. Toutefois, comme ces outils ne sont pas exclusifs dans les repères épistémologiques et théoriques dessinés et qu’ils ne prétendent pas, non plus, rendre compte de tout, la globalisation n’équivaut pas à l’arrogance totalisatrice.

Analogies : dans le sillage de Ludwig Wittgenstein, Paul Ricœur et Jean-Claude Passeron

25La polarité entre le Même et l’Autre, l’identité et la différence, constitue une de celle qui, historiquement, a tendu à marquer les débats philosophiques, puis ceux des sciences sociales. Et des partisans, explicites ou implicites, du primat de l’identité ou, à l’inverse, du primat de la différence ont souvent occupé les devants de la scène intellectuelle. Une troisième voie, moins visible, a toutefois pu être esquissée dans certains travaux.

26Premier repère important : Ludwig Wittgenstein. Dans son Cahier bleu, il critique les approches substantialistes (ou essentialistes), caractérisées comme la « recherche "d’une substance qui réponde à un substantif" » (Wittgenstein, 1988, p. 51). Le substantialisme (ou essentialisme) est en quelque sorte un primat donné à la logique identitaire ; un substantif (comme « l’État », « l’islam » ou « l’amour ») étant censé exprimer une identité substantielle, une essence homogène et durable purgée des différences. Toutefois Ludwig Wittgenstein ne propose pas que le primat de la différence remplace le primat de l’identité, car comment comparer si nous n’avons affaire qu’à des choses radicalement hétérogènes ? Ludwig Wittgenstein nous met alors sur la piste d’un mode de pensée qui puisse tout à la fois appréhender ce que des éléments « peuvent avoir en commun » et « ce par quoi ils se distinguent » (Ibid., p. 70), un mode de pensée justement comparatif. Il suggère alors la notion d’« air de famille » ou de « ressemblance de famille ». Cette notion intervient alors qu’il prend l’exemple du mot « jeu » :

« Nous pensons ainsi que tous les jeux ont en commun une certaine propriété, et que celle-ci justifie le vocable générique de "jeu" que nous leur appliquons ; alors que tous les jeux sont groupés comme une famille dont tous les membres ont un air de ressemblance. Les uns ont le même nez, les autres les mêmes sourcils, d’autres encore la même démarche, et ces ressemblances sont enchevêtrées » (Ibid., p. 68).

27Les « ressemblances de famille » wittgensteiniennes nous mettent sur la piste d’un mode de pensée mettant en tension le Même et l’Autre : le registre de l’analogie.

28Dans son ouvrage Temps et récit, le philosophe Paul Ricœur a justement repéré trois principaux « genres » dont l'usage a été frayé dans les mises en récit des histoires humaines : le genre du Même, le genre de l'Autre et le genre de l'Analogue (ou du semblable, du comme, qui emprunte tout à la fois au Même et à l'Autre) (Ricœur, 1991, tome 3, pp. 252-283). Dans un autre ouvrage, La Métaphore vive, Paul Ricœur avait déjà caractérisé la métaphore comme relevant d’une « tension entre le même et l'autre » (Ricœur, 1997, p. 321). Avec Paul Ricœur, la troisième voie de l’analogie se trouve ainsi consolidée.

29Cependant, c’est Jean-Claude Passeron qui va mettre l’analogie au cœur du régime épistémologique de la sociologie, dans une série de textes fort stimulants, dont trois seront cités ici : l’article séminal de la Revue française de sociologie de 1982, « L’inflation des diplômes. Remarques sur l’usage de quelques concepts analogiques en sociologie » (Passeron, 1982), le magistral ouvrage Le Raisonnement sociologique de 1991 (Passeron, 2006) et un article de 2000 de la Revue européenne des sciences sociales, « Analogie, connaissance et poésie » (Passeron, 2000).

30Jean-Claude Passeron propose une caractérisation d’inspiration wébérienne des sciences sociales comme des sciences historiques, contraintes à « la circonstanciation spatio-temporelle de leurs assertions les plus générales », car « les phénomènes leur sont toujours donnés dans le devenir du monde historique qui n’offre ni répétition spontanée ni possibilité d’isoler des variables en laboratoire » (Passeron, 2006, p. 81). Ainsi, pour lui, la sociologie se présenterait comme une science de la comparaison historique se déployant dans un espace épistémologique fait de tensions entre les ambitions généralisantes de ses constructions théoriques et la singularité des contextes historiques au sein desquels sont prélevées ses observations. Tout concept sociologique aurait alors une dimension analogique, c’est-à-dire qu’il pointerait tout à la fois des ressemblances et des différences entre des phénomènes sociaux singuliers aux coordonnées temporelles et spatiales diverses, seulement apparentés dans la construction théorique. C’est pourquoi Jean-Claude Passeron parle de « la compréhension analogique », comme « placée au cœur de la formulation des généralités dans les disciplines de l’observation historique » (Ibid., p. 250).

31Or, ces conceptualisations analogiques (qu’il s’agisse de la notion d’« intérêt » ou de celle d’« identité », par exemple) tendent à focaliser l’attention sur certains aspects des logiques sociales analysées et à en laisser d’autres à l’abri du regard. Si on ne travaille que sur le versant « adéquations » à l’objet étudié, en délaissant son versant « inadéquations », on risque une routinisation et une dogmatisation des concepts sociologiques (Passeron, 1982 et 2000). La place de l’analogie dans la scientificité des sciences sociales déboucherait sur un pluralisme théorique irréductible. Un pluralisme sans relativisme, car toutes les constructions théoriques ne seraient pas a priori équivalentes du point de vue de la production de vérités scientifiques partielles et provisoires (Passeron, 1999).

32On saisit bien ici en quoi l’analogie nourrit la dimension épistémologique de notre investigation. Et les dimensions ontologique et théorique ?

33Dimension ontologique ? On peut appréhender « ce qui est et pourrait être » comme relevant principalement de singularités nouant entre elles des « ressemblances enchevêtrées », pour reprendre l’expression de Ludwig Wittgenstein. Encore une fois, on devrait traiter sociologiquement ces caractéristiques sur le mode d’un « comme si » ontologique, apte à nourrir une série, non exclusive, de conceptualisations sociologiques ouvrant sur des enquêtes variées.

34Dimension théorique ? Les dimensions épistémologique et théorique peuvent être ici emboîtées. Comment ? En recourant justement à un usage analogique de nos concepts. En ce sens, le concept d’« État » ou de « capitalisme », par exemple, ne viseraient pas un ensemble de phénomènes qu’on pourrait qualifier de « mêmes choses », mais des réseaux de ressemblances et de différences.

35Dans ce cas également, on pourrait prolonger l’investigation sur le plan méthodologique et sur celui de l’enquête sociologique. Par ailleurs, ici aussi, la notion d’analogie est susceptible d’apporter des gains de globalisation à la démarche sociologique, en dialogue avec le « jeu de connaissance » philosophique, sans pour autant la boucler au sein d’un système théorique totalisateur prétendant voir tout.

En guise d’ouverture : vers le global

36Les pistes présentées dans ce texte sont encore largement exploratoires et tâtonnantes et elles appellent tout particulièrement l’aide coopérative des « contrôles croisés » propres au débat scientifique. Les outils transversaux avancés constituent une des manières d’alimenter une conception reproblématisée du global évitant les écueils de la nostalgie de la totalité et de l’émiettement « postmoderne », qui dominent encore trop souvent le débat épistémologique en sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Atlan H. (1986), À tort ou à raison. Intercritique de la science et du mythe, Paris, Éditions du Seuil.

Callon M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, n° 36, pp. 169-208, [https://yannickprimel.files.wordpress.com/2014/07/mcallon_la-domestication-des-coquilles-saint-jacques-et-des-marins-pc3aacheurs-dans-la-baie-de-saint-brieuc_1986.pdf].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Corcuff P. (août 1991), « Éléments d'épistémologie ordinaire du syndicalisme », Revue française de science politique, vol. 41, n° 4, pp. 515-536, [http://www.persee.fr/showPage.do?urn=rfsp_0035-2950_1991_num_41_4_394576].
DOI : 10.3406/rfsp.1991.394576

Corcuff P. (2005), « De la thématique du "lien social" à l’expérience de la compassion. Variété des liaisons et des déliaisons sociales », Pensée Plurielle. Parole, Pratiques & Réflexions du social (Haute École Charleroi-Europe/Université Catholique de Lille/Éditions De Boeck Université-Bruxelles), n° 9, pp. 119-129, [http://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2005-1-page-119.htm].

Corcuff P. (2006a), « De l’imaginaire utopique dans les cultures ordinaires. Pistes à partir d’une enquête sur la série télévisée Ally McBeal », dans Gautier C. & S. Laugier (dir.), L’Ordinaire et le politique, Paris, Presses univrsitaires de France, pp. 71-84.

Corcuff P. (2006), « Individualité et contradictions du néocapitalisme », SociologieS, Théories et recherches, [http://sociologies.revues.org/document462.html].

Corcuff P. (2011), « Le savant et le politique », SociologieS, La recherche en actes/Régimes d’explication en sociologie, [https://sociologies.revues.org/3533].

Corcuff P. (2012), Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, Éditions La Découverte.

Corcuff P. (2014), « Grand résumé de Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs », SociologieS, Grands résumés, [http://sociologies.revues.org/4813].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Corcuff P. & M. Sanier (2000), « Politique publique et action stratégique en contexte de décentralisation. Aperçus d'un processus décisionnel "après la bataille" », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 55, n° 4, pp. 845-869, [http://www.persee.fr/showPage.do?urn=ahess_0395-2649_2000_num_55_4_279884].
DOI : 10.3406/ahess.2000.279884

Frère B. (2014), « De la légitimité du bricolage en sociologie ? », SociologieS, Grands résumés, [http://sociologies.revues.org/4814].

Hegel G. W. F. (1965), La Raison dans l’histoire (cours de 1830), trad. franç. de K. Papaioannou, Paris, UGE/10-18.

Laugier S. (2014), « Politique de l’ordinaire et cultures populaires : Philippe Corcuff self-made man », SociologieS, Grands résumés, [http://sociologies.revues.org/4815].

Löwy M. (2012) « Recension de P. Corcuff, "Où est passée la critique sociale" », Mediapart, [http://blogs.mediapart.fr/blog/michael-lowy/061112/recension-de-pcorcuff-ou-est-passe-la-critique-sociale].

Merleau-Ponty M. (1996 [1945]), « La querelle de l’existentialisme », dans Sens et non-sens, Paris, Éditions Gallimard, pp. 88-101.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Passeron J.-C. (1982), « L’inflation des diplômes. Remarques sur l’usage de quelques concepts analogiques en sociologie », Revue française de sociologie, vol. XXIII, n° 4, pp. 551-584, [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1982_num_23_4_3604].
DOI : 10.2307/3321659

Passeron J.-C. (1999), « De la pluralité théorique en sociologie. Théorie de la connaissance sociologique et théories sociologiques », Revue européenne des sciences sociales, vol. XXXII, n° 99, pp. 71-116.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Passeron J.-C. (2000), « Analogie, connaissance et poésie », Revue européenne des sciences sociales, vol. XXXVIII, n° 117, pp. 13-33, [http://ress.revues.org/706].
DOI : 10.4000/ress.706

Passeron J.-C. (2006 [1991]), Le Raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation, Paris, Éditions Albin Michel.

Proudhon P.-J. (1988 [1858]), De la Justice dans la Révolution et dans l’Église, tome 1, Paris, Éditions Fayard.

Proudhon P.-J. (1997 [1866]), Théorie de la propriété, Paris, Éditions L’Harmattan.

Ricœur P. (1991 [1983-1985]), Temps et récit, 3 tomes, Paris, Éditions du Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ricœur P. (1997 [1975]), La Métaphore vive, Paris, Éditions du Seuil.
DOI : 10.1111/j.1748-0922.1976.tb00004.x

Wittgenstein L. (1988), « Le Cahier bleu (cours de 1933-1934) », dans Le Cahier bleu et Le Cahier brun, trad. franç. de G. Durand, Paris, Éditions Gallimard, pp. 43-157.

Wittgenstein L. (2002), Recherches philosophiques (manuscrit de 1936-1949), trad. franç. de F. Dastur, M. Élie, J.-L. Gautero, D. Janicaud et É. Rigal, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Nous devons cet assouplissement à des échanges avec Michaël Löwy (7 novembre 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Corcuff, « Antinomies et analogies comme outils transversaux en sociologie : en partant de Proudhon et de Passeron », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5154

Haut de page

Auteur

Philippe Corcuff

Maître de conférences HDR de science politique à l’Institut d’études politiques de Lyon, France. Membre du laboratoire CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux, CNRS/Université de Paris Descartes) - philippe.corcuff@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page