Navigation – Plan du site
Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français

La sociologie au Maroc : retour réflexif et engagé d’un praticien

Abdelmalek Ouard

Résumés

Cet article s’efforce de fournir des repères en ce qui concerne l’état de la sociologie marocaine dans une démarche à la fois réflexive et engagée. Trois plans principaux sont investigués : 1) la question de l’engagement, dans ses dimensions épistémologiques et historiques ; 2) les nœuds institutionnels de l’enseignement et de la recherche ; et 3) l’amorce d’une typologie des sociologues marocains. Les inerties postcoloniales dans le rapport à l’univers linguistique francophone, avec ses effets sur l’espace de la sociologie marocaine elle-même, sont en particulier analysées. L’article s’ouvre sur le caractère souhaitable de transformations institutionnelles à venir.

Haut de page

Texte intégral

1Dans ce texte, nous proposerons un éclairage de la situation de la sociologie marocaine à travers une évaluation réflexive et impliquée.

Préalables introductifs

2La sociologie marocaine a élaboré très tôt une série de problématiques en vue d’apporter une réponse aux différentes dynamiques de la société, avec une attention particulière à « la nature de l’État », à la place qu’il occupe dans le système politique, son rapport au couple « tradition »/« modernisation », etc. Cet intérêt était largement déterminé par les luttes et les enjeux politiques incessants qui ont accompagné, pendant le demi-siècle écoulé, l'émergence de l’État-nation postcolonial, en tant qu'un des principaux outils de la construction de l'identité nationale.

3Si l’on remonte aux années 60 et 70 du siècle dernier, la tâche essentielle de la sociologie, aux yeux d’un nombre prépondérant de sociologues marocains, se concentrait dans un double travail critique : un travail se souciant à la fois de la déconstruction des concepts ethnocentristes de la sociologie coloniale et de l’affirmation d’une critique du savoir et des discours multiples produits par la société marocaine sur elle-même.

4Le souci d'accomplir ce double travail critique, qui semble marquer encore largement plusieurs travaux universitaires, mérite d'être interpellé à la lumière de l'émergence de nouveaux producteurs de la connaissance du social dans le Maroc d’aujourd’hui, en termes d’offre de formation, de langue d’enseignement, de méthodes utilisées, de structures de la recherche, etc. Une interpellation qui engage essentiellement une problématique aussi large que celle des conditions à la fois endogènes et exogènes de la production sociologique au Maroc après un demi-siècle de pratique et de présence universitaires. En effet, si la question de la scientificité de la sociologie se pose encore aujourd’hui pour des sociologues de nationalités et de cultures différentes, elle demeure plus vive pour l’université des pays classés dans les derniers rangs en matière de recherche scientifique.

5Dans ce cadre, notre propos consistera à livrer quelques repères sur l’évolution et sur le mode de fonctionnement de la sociologie marocaine dans son état actuel par le biais d’un témoignage engagé susceptible de nourrir une réflexivité épistémologique plus large des sciences sociales relativement à leurs conditions sociales, institutionnelles et socio-psychologiques, et cela en complément d’autres éclairages (comme Rachik & Bourqia, 2011). Les aperçus que nous proposerons auront trois temps : 1) des éclaircissements historiques et épistémologiques autour de la notion d’engagement dans le cas de la sociologie marocaine ; 2) des éléments critiques sur la place institutionnelle de l’enseignement et de la recherche en sociologie aujourd’hui au Maroc ; et 3) un essai de typologisation des sociologues marocains. Nos analyses seront extrêmement ramassées dans le cadre restreint de cet article.

Que reste-t-il de l’engagement des sociologues marocains ?

6Historiquement et pratiquement, l’engagement a été important dans la sociologie marocaine au cours des années 1970 sous des formes principalement marxistes. Aujourd’hui, l’engagement a pu devenir un thème plus paisible de débat méthodologique. Que peut-on dire de cette évolution tendancielle ? La notion d’engagement appelle des clarifications épistémologiques générales et un regard tout à la fois réflexif et engagé au sujet de certains déplacements historiques propres au contexte marocain.

  • 1 Natif de Fès en 1932, d’une famille de colons français et naturalisé marocain en 1964, Paul Pascon (...)

7L’utilité pratique de la sociologie, qui est très sollicitée depuis Émile Durkheim, ne peut prendre pleinement sa forme en l’absence d’une interprétation plus large dotant les acteurs d’une réflexion ayant de l’intérêt et de la valeur dans l’élaboration de la théorie sociologique. C’est la raison pour laquelle Paul Pascon 1, pour qui une sociologie neutre politiquement n’existe pas, associe cette discipline à la transformation du monde comme à la défense des paysans et des masses exploitées (Pascon, 1986). Pour nous également, c’est l’horizon éthico-politique qui doit nourrir l’activité du sociologue et enrichir ses capacités à répondre aux questions immédiates et brûlantes, afin que la nécessaire distanciation scientifique ne soit pas un refuge confortable. C’est une connaissance qui se construit dans et par l’action, en prenant au sérieux la connaissance produite par les acteurs sociaux. Ces derniers, selon François Dubet commenté par Jacques Hamel, « disposent en réalité de la "vraie connaissance de leur action" et les sociologues doivent s’obliger à en tenir compte du fait qu’ils ont affaire en définitive à un "acteur épistémique" capable de réfléchir et de produire la connaissance de son action » (Hamel, 2007). La connaissance du social, selon cette perspective, constitue un agrégat d’actions et de rationalités multiples.

8Le sociologue se trouve privé de tout prestige quand il s’agit de l’interprétation en se transformant en un :

« sujet ordinaire, porteur du savoir (ou de l’illusion) qu’il soutient, qui le soutient et le structure, peut être l’individu ou le groupe, et ce qu’énonce ce sujet vaut alors grandement en tant que ce dernier est le véhicule et le lieu d’énonciations de significations et d’intérêts qui le dépassent et l’enveloppent, la plupart du temps à son insu. C’est par exemple sa religion qui parle en lui, ou son éducation, ou le dogme de son parti, ou les valeurs de sa tribu, ou les habitudes de sa famille, ou l’ambition de son groupe, la politique de son entreprise, les mots d’ordre de son syndicat, ses peurs et ses désirs, etc. » (Farrugia, 2005, pp. 16-17).

9S’inscrivant dans un tel cadre de manière diversifiée en fonction des auteurs, la sociologie contemporaine la plus dynamique, à travers l’angle méthodologique développé par Alain Touraine et François Dubet sous le nom d’« intervention sociologique » ou celui de « l’auto-socioanalyse » promue par Pierre Bourdieu, s’est engagée dans la voie d’une plus grande équité quant à la relation enquêteur/enquêté, appelant une co-construction susceptible de se protéger contre l’intuitionnisme aussi bien que contre un empirisme plat. Cela n’empêche pas les sociologues de protéger les exigences de rigueur scientifique au sein de cette relation.

10À l’inverse de ces cheminements pluriels et féconds, on doit pointer les tentations corporatistes présentes dans la communauté des sociologues. C’est le cas de ceux qui la définissent comme un groupe de scientifiques supposé monopoliser le sens des sens et tout le champ de l’interprétation du social. S’exprime là l’une des formes de la domination de la classe des intellectuels qui, quoiqu’elle en constitue une fraction dominée, appartient elle-même à la catégorie des dominants (Bourdieu, 1998, p. 50). Le risque pour ces intellectuels est alors de se constituer en délégués qui parlent pour les autres, c’est-à-dire en leur faveur mais aussi à leur place (Bourdieu, 2000, p. 226).

11La relation entre les sociologues eux-mêmes n’échappe pas aux logiques de domination. Un sociologue branché à différents réseaux nationaux et internationaux peut reproduire des schèmes analogues de domination sociale dans le champ académique, en accaparant des pouvoirs universitaires qui peuvent aller au-delà de son département ou même de son université. Sa légitimité s’intensifie et son pouvoir s’élargit proportionnellement à l’extension de ses réseaux. Ce type de phénomènes pose des problèmes débordant le seul milieu universitaire. En tant que professionnel, le sociologue « "joue sa partition", exécute, incarne, interprète son métier ; mais il explicite aussi des actions, donne une signification aux faits sociaux, actes, paroles : il les interprète en un autre sens » (Dolbeau, 2005, p. 193). On ne peut pas comprendre les positions du sociologue en se référant uniquement à son petit univers corporatif. Car l’homo academicus (Bourdieu, 1984) est lié à des enjeux et à des pouvoirs correspondant à des trajectoires sociales et scolaires qui ne sont pas identiques tout en se manifestant au nom de la science.

12Ainsi, un témoignage-engagement de l’intérieur comme le nôtre permet d’éclairer, à titre d’exemple, des pratiques qui ne se distinguent guère, sur certains plans, de celles d’autres catégories socioprofessionnelles, telles que le népotisme et le clientélisme, basées sur la subordination des uns vis-à-vis des autres. Cet éclairage corrobore ce qui a été déjà pointé par Peter Berger : « la compétition pour les postes dans les universités est souvent plus sauvage qu’à Madison Avenue, dans le monde des affaires, ne serait-ce que parce que sa virulence se dissimule sous les dehors de l’érudition courtoise et de l’idéalisme pédagogique » (Berger, 2006, p. 212.).

13Dans les années 1970, nombre de sociologues se sont engagés au Maroc, comme en France et dans d’autres pays, dans la lutte des classes marxiste. Aujourd’hui – parfois les mêmes avec des cheveux blancs en plus – ne sont pas rares ceux qui s’adonnent à la lutte des places académiques… C’est une autre face de l’engagement du sociologue d’aujourd’hui !

Entre l’enseignement et la recherche, le local et le global

14Ne serait-ce qu’à cause de la place du corps des enseignants-chercheurs dans la profession de sociologue, une réflexion sur la sociologie marocaine ne peut éviter de prendre en compte la question de l’enseignement dans ses rapports avec la recherche.

15Examiner la problématique de l’enseignement de la sociologie nous oblige à nous retourner sur notre expérience au sein d’un établissement classique. Si la sociologie, associée dans un même département à la philosophie et la psychologie au sein de la Faculté des lettres et des sciences humaines (FLSH), n’existait que dans deux universités avant la mise en place du système LMD (Licence Master Doctorat), elle est actuellement en plein essor avec l’entrée en vigueur de ce système depuis 2003-2004. Parmi les quatorze Facultés des lettres abritées par les différentes universités sur le territoire marocain, les filières de sociologie sont présentes aujourd’hui dans huit facultés. Les effets de cet élargissement sont directs à l’égard de la qualité de l’enseignement comme de la recherche.

  • 2 Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de l (...)
  • 3 50 ans de développement humain & perspectives 2025, janvier 2006, en ligne [http://www.amb-maroc.fr (...)

16Dans ce contexte, un enseignant se trouve face à d’innombrables difficultés pour promouvoir son métier et valoriser le savoir sociologique ; des difficultés qui sont liées au nombre des étudiants encadrés, à la diversité et la dispersion des matières enseignées et au défi de l’évaluation qui dévore la plus grosse partie de son budget temps. Cette situation n’est pas nouvelle mais s’aggrave. L’étude, réalisée et rendue publique en 2009 par le ministère de l’Enseignement supérieur, sur l’état de la recherche en sciences humaines et sociales 2, supervisée par l’éminent sociologue Mohamed Cherkaoui, a démontré une carence notable en matière de production scientifique. Redynamiser la recherche dans le domaine, en pourvoyant les éléments nécessaires au raffermissement du nouveau processus lancé depuis la production du rapport cinquantenaire sur le développement humain au Maroc 3, était l’objectif principal de cette étude.

17Sociologues et/ou enseignants de sociologie sont aussi présents dans d’autres institutions universitaires qui ne produisent pas des spécialistes en sociologie, telles que les Facultés des sciences juridiques, économiques et sociales (FSJES), les Écoles et Instituts d’ingénieurs, etc. Mais, attachés à d’autres départements, ils sont en quelque sorte des enseignants de « second choix ». Toutefois, en contrepartie, ils peuvent bénéficier des privilèges de ces établissements, telle que la participation à la réalisation d’un projet de recherche supervisé par un chercheur soutenu par des réseaux, puisqu’ils appartiennent à un établissement davantage réputé, à l’opposé de la Faculté des lettres qui, dans l’imaginaire des décideurs, est souvent associée à une certaine inertie et au règne d’un aspect littéraire et poétique, voire dans le meilleur des cas à un « prolétariat intellectuel ».

  • 4 Ce sont des établissements accueillant les étudiants issus de familles pauvres, car n’exigeant aucu (...)
  • 5 Nous pensons à un réseau central, constitué de sociologues, anthropologues, juristes, économistes, (...)

18Si, la formation et l’enseignement de la sociologie se font dans un établissement universitaire « à accès ouvert » 4 doté de peu de moyens par rapport aux autres établissements à cause de cette raison aveugle du marché envahissant notre manière d’être, les sociologues ou tuteurs de la sociologie ayant une présence significative sur la scène nationale aussi bien qu’internationale sont fréquemment issus d’autres établissements que la Faculté des lettres 5. Cette reconnaissance facilite leur accès aux médias et augmente leurs chances d’être nommés à la tête de hautes instances étatiques.

19La place occupée actuellement par la Faculté des lettres, responsable de la formation et de la remise des diplômes en sociologie, pose donc problème. Si le fléau du chômage met en cause la formation fournie par presque toutes les disciplines, l’offre de formation de cet établissement se trouve tout particulièrement fragilisée devant les challenges de « la professionnalisation de la formation universitaire », formule par laquelle les décideurs prétendent résoudre les problèmes du chômage et de l’employabilité. Par ailleurs, l’accroissement de la demande vis-à-vis de la sociologie dans ce contexte propre aux FLSH n’échappe pas aux contraintes sociales de la massification de l’enseignement en général et des établissements ouverts en particulier. C’est une massification quantitative, qui stimule paradoxalement les inégalités et réfute les envolées des discours officiels en matière d’égalité des chances et de démocratisation du fait éducationnel. Or, dans un marché du travail faiblement structuré et en l’absence d’un cadre organisationnel des métiers qui portent directement sur le social, les lauréats de sociologie sont parmi les plus exposés aux aléas du chômage et de l’exclusion.

20C’est dans ce sens que la mise en place du système LMD au Maroc (à la manière de ce qui s’est passé en France) « a débouché sur une inflation et une hétérogénéité de l’offre de formation. En effet, l’offre finale est une agrégation de situations de négociations locales et peu régulées : les membres du gouvernement des universités et les membres du Ministère ont eu du mal à contrer les disciplines qui résistaient à leurs orientations ; ils ont d’autant moins régulé que le Ministère ne voulait pas trop censurer les projets émergents afin que la réforme passe » (Mignot-Gérard 2011, p. 137) et s’installe, comme n’importe quel autre projet basé sur l’improvisation.

21Cette fragilité institutionnelle de la sociologie marocaine, insérée dans son versant « enseignement », apparaît couplée à des inégalités fortes liées à l’état des rapports de force sur le marché des biens linguistiques (Bourdieu, 2001), qui affecte son versant « recherche ». Ce qui a à voir avec l’héritage colonial tendant à nous mettre sur les rails d’un certain type de rapport entre le local et le global. Or si, dans le cadre de « la mondialisation » ou « globalisation » en cours, la sociologie marocaine a tout intérêt, d’un point de vue scientifique, à nouer des liens forts entre le local et le global, différentes voies sont susceptibles de s’ouvrir en ce sens, ne suivant pas nécessairement les chemins coloniaux d’antan vis-à-vis de la France, ni d’ailleurs ceux aujourd’hui hégémoniques dans le monde de l’impérialisme étasunien.

22Pourtant, encore aujourd’hui, l’excellence sociologique passe largement au Maroc par l’usage de la langue française. Voilà comment pourrait s’énoncer le cogito sociologique post-cartésien marocain : J’écris et je publie en français donc je suis. Comme si, dans un contretemps postcolonial, la langue française était encore dotée d’un privilège international au temps de la domination de la langue anglaise à l’heure des NTIC et d’Internet ! Pour les adeptes les plus extrémistes de cette vision, la production sociologique ne pourrait même pas émaner de gens formés en arabe. Les stéréotypes associant le français au « modernisme » et l’arabe à « la régression intégriste » viennent consolider ces évidences. Ces représentations ne sont pas, de manière performative, sans effets de pouvoir sur l’espace de la sociologie marocaine. Ainsi fonctionne la croyance, adossée à des ressources institutionnelles inégales, selon laquelle la publication en français permettrait la conquête de l’espace académique international et donc l’accès au global, à l’opposé de la publication en arabe qui ferait de ses producteurs des êtres simplement « locaux » et marginalisés. Le plaidoyer pour la décolonisation de la sociologie, pourtant déjà formulé par les sociologues marocains quelques années après l’indépendance, demeure donc actuel, comme si l’horloge avait cessé de fonctionner.

23À rebours de cette inertie postcoloniale, et sans pour autant céder à l’impérialisme académique étasunien, un autre horizon pourrait cependant se dessiner. Il s’agirait d’instaurer un nouveau rapport à la diversité linguistique et de rendre fluide et fructueux le dialogue entre un cognitif local, sans néanmoins l’essentialiser de manière culturaliste, et un autre global à inventer à travers une hybridation de fils pluriels. Dans cette perspective, la question de l’organisation de la recherche apparaît comme une question capitale dans la phase actuelle de l’évolution de notre structure universitaire. La gageure requiert le changement des schèmes de perception par rapport à la pratique de la recherche et de l’enseignement en fournissant les procédés nécessaires pour un apprenant novateur avec un esprit ouvert sur son univers glocal ou colocal dans la diversité de ses composantes.

Esquisse d’une typologie des sociologues marocains

24Après ces interrogations sur le cadre institutionnel de la sociologie marocaine et ses périls actuels, pouvons-nous commencer à repérer des figures idéales-typiques du sociologue marocain à partir d’un ensemble de caractères ? Et en déduire une certaine typologie des sociologues marocains ?

  • 6 « Schumpeter a qualifié de caméraliste l’activité qui vise à renseigner des commanditaires réels ou (...)
  • 7 Raymond Boudon avance ainsi que : « si les types de sociologie que j’ai distingués, du cognitif au (...)

25Conformément à ce qui se passe dans d’autres pays, la connaissance du social existe bel et bien sous différentes formes. Raymond Boudon a, pour sa part, distingué quatre types de connaissance à l’œuvre dans les productions sociologiques : « cognitif » (ou « scientifique »), « expressif » (ou « esthétique »), « caméraliste » 6 (ou « descriptif ») et « critique » (ou « engagé ») (Boudon, 2009). Certes, en rapport avec ce que nous avons avancé précédemment quant à l’appui de la sociologie sur un horizon éthico-politique comme de ses liens avec les savoirs des acteurs sociaux eux-mêmes, nous ne pensons pas que la fonction cognitive de la sociologie puisse se passer, pour le bénéfice de la logique scientifique elle-même, d’une certaine hybridation avec les trois autres genres (« expressif », « caméraliste » et « critique »). Raymond Boudon abonde d’ailleurs lui-même dans le sens de l’importance des quatre catégories pour la sociologie, tout en donnant légitimement une place particulière à la logique cognitive 7. Une fois admises ces précautions quant à l’usage de la catégorisation proposée par Raymond Boudon, on doit noter qu’elle lui permet de dresser un tableau utile, révélant des résonances avec la situation marocaine :

« si la sociologie classique adopte surtout un objectif de nature cognitive et si les genres expressif et caméraliste sont alors relativement secondaires, des rééquilibrages se sont produits ensuite, pour des raisons qui tiennent d’abord à l’augmentation de la demande publique et privée de données sociales, laquelle a contribué à gonfler l’offre sociologique de type caméraliste. Par ailleurs, l’importance sociale croissante des médias a provoqué une augmentation de la production de caractère expressif » (Ibid., p. 20)

26Sur la base de ce constat et de notre connaissance interne du milieu des sociologues marocains, nous pouvons ébaucher la typologie suivante en rassemblant schématiquement les différentes pratiques de la sociologie sous quatre grandes figures. Une typologie qui, loin d’être exhaustive, demeure assez importante pour un redressement de l’état de la sociologie.

27Il y aurait tout d'abord, le sociologue enseignant, dont la vocation principale est l’enseignement. On le trouve à la Faculté des lettres là où les filières de sociologie s’installent indépendamment des autres, aussi bien que dans d’autres établissements universitaires où l’enseignement de la sociologie est secondaire. Il a souvent coupé ses liens avec l’enquête de terrain dès la soutenance de sa thèse de doctorat. La production scientifique, chez lui, prend surtout la forme de spéculations théoriques, en lien avec la confection de ses cours et des réminiscences de sa thèse. Il tient peu compte de l’état des recherches dans les domaines qui sont censés être les siens. Il est largement déconnecté de réseaux susceptibles de lui fournir les instruments vitaux d’un autre fonctionnement.

28En second lieu, apparaîtrait le sociologue figure politico-médiatique. Il participe au traitement des questions de société qui animent l’actualité médiatique. Il contribue à la production caméraliste, pourvoyeuse d’informations servant à la sensibilisation plus qu’à l’action proprement dite.

29Le troisième cas serait le sociologue expert consultant. C’est un mandarin de la spécialité qui témoigne de son intégration dans des réseaux nationaux et internationaux et d’un contrôle à tendance oligopolistique des enquêtes commanditées par l’État et des organismes internationaux. Il est techniquement compétent, mais demeure limité sur le plan de la contribution à la théorisation des thématiques étudiées.

30Enfin, une quatrième catégorie de sociologues, aux faibles effectifs, se dégagerait : ceux qui ont pu enrichir des thématiques de recherche en associant enquête de terrain et travail théorique. Cette catégorie, qui s’inscrit dans une tradition qui a réussi à rassembler l’empirique et le théorique, se situe au cœur de la fonction cognitive (ou scientifique) de la sociologie.

31Bien entendu, cette typologie en pointillés ne prétend pas épuiser la diversité des pratiques, loin de là, mais pourrait contribuer à les éclairer sous un jour intéressant.

Conclusion

32Adopter une démarche réflexive et engagée ne nous a pas seulement aidé à mieux situer la sociologie marocaine au sein du système d’enseignement et de recherche, mais elle nous a également permis de commencer à réinterpréter autrement les données concourant à la formation identitaire de la catégorie « les sociologues marocains ». Le rapport à la langue en constitue une des dimensions notoires.

33De tels aperçus appellent des transformations institutionnelles d’ampleur du système d’enseignement et de recherche marocain. Des ressources épistémologiques seraient aussi, dans ce contexte, fort utiles pour les enseignants-chercheurs en sociologie, afin de pouvoir surmonter des obstacles intellectuels classiques et de promouvoir la pensée sociologique dans son environnement. Mais sur ce plan également les composantes institutionnelles comptent, car en l’absence d’une action scientifique organisée, la rigueur scientifique peut difficilement s’établir de manière générale et durable.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Berger P. L. (2006 [1963]), Invitation à la sociologie, trad. franç. De C. Merllié-Young, Paris, Éditions La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boudon R. (été 2009), « À quoi sert la sociologie ? », Esprit critique, vol. 12, n° 02, pp. 9-22, [http://www.espritcritique.fr/publications/1202/esp1202.pdf].
DOI : 10.3917/cite.010.0133

Bourdieu P. (1984), Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (1998), Contre-feux, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu P. (2000 [1972]), Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Éditions du Seuil.
DOI : 10.3917/droz.bourd.1972.01

Bourdieu P. (2001), Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil.

Dolbeau M. (2005), « La maréchalerie : interprétations et réflexivité sociologiques », dans Farrugia F. (dir.), Le Terrain et son interprétation. Enquêtes, comptes rendus, interprétation, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 193-207.

Farrugia F. (2005), « Avant-propos. La connaissance comme interprétation. Pour une sociologie critique et perspectiviste de la connaissance », dans Farrugia F. (dir.), Le Terrain et son interprétation. Enquêtes, comptes rendus, interprétation, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 13-48.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hamel J. (2007), « De la nature réflexive de la sociologie et de la disparition de son objet », Revue européenne des sciences sociales, vol. XLV, n° 139, pp. 45-56, [http://ress.revues.org/185].
DOI : 10.4000/ress.185

Mignot-Gérard S. (2011), « Les disciplines universitaires sont-elles disciplinées ? Le cas de la mise en place du LMD dans les universités françaises », dans Barthélémy F. (dir.), Sociologie de l’action organisée. Nouvelles études de cas, Bruxelles, Éditions De Boeck, pp. 121-142.

Pascon P. (1986), « La sociologie rurale pour quoi faire ? » (texte d’octobre 1979), dans « Pascon, 30 ans de sociologie du Maroc (Textes anciens et inédits) », Rabat, Bulletin économique et social du Maroc, n° 155-156, pp. 59-70.

Rachik H. & R. Bourqia (2011), « La sociologie au Maroc. Grandes étapes et jalons thématiques », SociologieS, Théories et recherches, [https://sociologies.revues.org/3719].

Haut de page

Notes

1 Natif de Fès en 1932, d’une famille de colons français et naturalisé marocain en 1964, Paul Pascon est l’un des pionniers de la sociologie au Maroc, et plus précisément de la sociologie rurale au sein de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV) à Rabat, où il a fait son entrée en 1970 après avoir exercé des responsabilités dans l’administration. Il est mort accidentellement en avril 1985 en Mauritanie au cours d’une mission de terrain conjointe de la F.A.O et l’IAV.

2 Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique, Enquête sur l’évaluation du système national de la recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales, Projet R&D Maroc SHS, 12/12/05.

3 50 ans de développement humain & perspectives 2025, janvier 2006, en ligne [http://www.amb-maroc.fr/Dossiers/rdh-doc.pdf].

4 Ce sont des établissements accueillant les étudiants issus de familles pauvres, car n’exigeant aucun pré-requis hormis le baccalauréat, contrairement aux instituts et écoles scientifiques « à accès limité ». Le nombre total des inscrits au titre de l’année 2009-2010 classe la FSJES au premier rang avec un nombre d’environ 114 000 étudiants, devant la FLSH avec 90 000 étudiants, puis la faculté des sciences avec presque 55 000 étudiants. Source : [http://www.enssup.gov.ma].

5 Nous pensons à un réseau central, constitué de sociologues, anthropologues, juristes, économistes, etc. installé principalement entre Rabat et Casablanca.

6 « Schumpeter a qualifié de caméraliste l’activité qui vise à renseigner des commanditaires réels ou supposés sur les phénomènes sociaux plutôt qu’à les expliquer » (Boudon, 2009, p. 19).

7 Raymond Boudon avance ainsi que : « si les types de sociologie que j’ai distingués, du cognitif au critique et au caméraliste en passant par l’expressif, persistent depuis les origines des sciences sociales jusqu’à nos jours, quoique en des proportions variables, tous ont leur légitimité et leur intérêt, l’objectif cognitif étant toutefois le plus "naturel", pour la sociologie comme pour toute discipline s’affichant comme scientifique » (Ibid., p. 20).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdelmalek Ouard, « La sociologie au Maroc : retour réflexif et engagé d’un praticien », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 30 août 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5148

Haut de page

Auteur

Abdelmalek Ouard

Professeur habilité de sociologie, Université Moulay Ismaïl, Meknès, Maroc - ouard.abdo@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page