Navigation – Plan du site
Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français

L’auto-socio-analyse du sociologue ou les conditions pour garantir la rigueur scientifique de la sociologie

Grazia Scarfò Ghellab

Résumés

L’article se propose de montrer que la réflexivité – qui est une auto-socio-analyse réalisée par le sociologue pour objectiver son propre inconscient social - est l’une des conditions fondamentales pour garantir la rigueur scientifique de la pratique sociologique. En effet, sans une posture réflexive, les déterminismes historiques et sociaux du chercheur, si engagés inconsciemment par ce dernier dans le processus de recherche, sont à l’origine d’une pratique d’enquête profondément biaisée. Le chercheur doit alors utiliser ses propres instruments de recherche pour s’auto-analyser ou, en d’autres termes, pour analyser celui qui pratique la sociologie afin d’améliorer sa façon de la pratiquer.

Haut de page

Texte intégral

1Dans ce texte, nous proposerons quelques éléments de réflexion sur la réflexivité comme l’une des conditions qui contribuent à assurer la rigueur scientifique de la sociologie et, par là, sur ses retombées sur la pratique de recherche.

Notes introductives

2Qu’est-ce que nous entendons par « réflexivité » ? En s’inscrivant dans la pensée de Pierre Bourdieu, la réflexivité est cette posture qui permet d’« objectiver le sujet de l’objectivation » (Bourdieu, 2003 & 2004b) en activant tous les instruments de la « vigilance épistémologique » : le chercheur (le sociologue dans notre cas) doit utiliser ses propres instruments de recherche pour s’auto-analyser, c’est-à-dire pour analyser celui qui pratique cette même recherche afin d’améliorer sa façon de la pratiquer. Plus précisément, il faut faire progresser la science sociologique en faisant progresser le sujet de la science sociologique.

3Pierre Bourdieu explique cela très clairement :

« Bref, la sociologie la plus critique est celle qui suppose et implique la plus radicale autocritique et l'objectivation de celui qui objective est à la fois une condition et un produit de l'objectivation complète : le sociologue n'a quelque chance de réussir son travail d'objectivation que si, observateur observé, il soumet à l'objectivation non seulement tout ce qu'il est, ses propres conditions sociales de production et par là les "limites de son cerveau", mais aussi son propre travail d'objectivation, les intérêts cachés qui s'y trouvent investis, les profits qu'ils promettent. » (Bourdieu, 1978, p. 68).

La posture réflexive

4Nous savons avec Gaston Bachelard que l’épistémologie n’est pas une méthodologie abstraite (Bachelard, 1993). Au contraire, elle permet très concrètement au chercheur de soumettre à une critique constante non seulement les « vérités » découvertes par la science, mais surtout les méthodes utilisées par le chercheur pour les découvrir. En effet, la connaissance scientifique et la connaissance de soi-même et de son propre « inconscient social » influent l’une sur l’autre et se nourrissent l’une l’autre de façon réciproque.

5Accompagner le travail de recherche par une analyse systématique de soi-même ainsi que des conditions sociales dans le cadre desquelles on produit les recherches sociologiques, signifie découvrir les mêmes déterminismes sociaux que d’habitude nous, sociologues, recherchons chez nos objets d’étude. L’objectif de ce travail d’auto-analyse est de voir de quelle façon ces déterminismes peuvent interférer avec la pratique sociologique.

6L’existence de ces déterminismes dépend du fait que le sociologue est un être défini sociologiquement : il peut être de sexe masculin ou féminin, il a un certain âge, il est issu d’un certain milieu social, il possède ou il ne possède pas une certaine foi religieuse ou politique, il a une nationalité, il appartient à un domaine scientifique déterminé. Mais surtout il appartient à l’univers de la « skholè ». Pierre Bourdieu nous dit qu’il s’agit de l’un des présupposés parmi les plus difficiles à contrôler.

7La « skholè » détermine la force de l’habitus spécifique de l’intellectuel. Elle implique que le chercheur sait parfaitement comment se rapporter au monde de la pensée scientifique ; il sait parfaitement comment observer les objets de recherche et il prend le juste recul de celui qui ne doit pas résoudre un problème parce que de cette solution dépend son existence, mais seulement parce qu’il est animé par sa curiosité intellectuelle. L’école, le temple des « loisirs studieux » (Bourdieu, 1997, pp. 27-31), nous enseigne, comme dit Erving Goffman, la « distance au rôle » ; distance qui nous permet l’acquisition de la véritable capacité de construction symbolique. Naturellement, ce processus mental de construction symbolique n’est pas impossible, mais il est certainement plus simple pour ceux qui ont été habitués par l’école à développer cette attitude, en résolvant par exemple des problèmes de mathématiques, de géométrie, etc. En revanche, ceux qui grandissent loin de cet univers développent un sens pratique qui les amène à ne pas savoir se confronter « naturellement » à la pratique symbolique : l’urgence des vrais problèmes quotidiens exige des attitudes mentales différentes. Si nous – les chercheurs – « refoulons » notre appartenance à l’univers de la « skholè », l’une des conséquences sera de poser sur les objets de recherche un regard que nous concevrons comme le seul regard possible – parce que selon nous il est naturel – que l’on puisse poser sur les objets (Bourdieu, 1997, pp. 34-42).

8Cela a des retombées très importantes et graves sur notre travail de recherche. Notre processus de construction symbolique nous amène à concevoir les hommes et leurs comportements comme objets d’observation et en tant que tels comme un système qui peut être interprété théoriquement (Boschetti, 2004, pp. 161-183). De cette conviction naît la prétention d’interpréter les réponses de l’objet, interrogé sur ses propres pratiques, comme si le rapport que l’objet a vis-à-vis du monde de la pratique ne peut qu’être le même que le nôtre : c’est-à-dire caractérisé par une posture théorico-intellectuelle typique de tous ceux qui s’inscrivent dans l’univers de la « skholè ».

9Le sociologue réfléchit aux problèmes du monde comme à des objets de recherche et c’est ça qui lui donne la capacité de les expliciter : c’est un expert de l’explicitation. En revanche, celui qui représente l’objet de l’objectivation, justement parce qu’il vit ces problèmes quotidiennement, ne saura pas les expliciter (selon la logique de l’explicitation symbolique).

10Voyons-en plus concrètement les conséquences sur la pratique sociologique. Et, pour ce faire, nous prenons comme exemple un travail de recherche réalisé il y a désormais trente ans. Nous sommes au début des années 1980 et nous travaillions en Italie sur le phénomène de la sélection scolaire. Dans ce cadre, nous conduisions une enquête sur l’abandon à l’école élémentaire. Notre interlocuteur avait une vingtaine d’années environ et, comme la presque totalité de ses camarades de classe de l’école primaire, avait abandonné l’école au début du collège. Il appartenait à une famille rurale, très modeste. Le village où il vivait et où il avait grandi était aussi rural et touché par un taux de chômage de jeunes très important.

11L’une des questions posée pendant l’entretien semi-directif avait été la suivante : « Pourquoi avez-vous abandonné l’école à la fin du cycle primaire ? ». La réponse avait été : « Je n’étais pas fait pour l’école ». La même question avait été posée aux parents (en l’absence du jeune homme) et la réponse avait été la même : « Il n’était pas fait pour l’école ». Avec ce type de question – sans en avoir conscience – nous imposions aux interviewés de prendre des distances face à l’acte de l’abandon, pour en analyser la logique qui le soutenait. Mais, quand l’enfant – à l’époque il avait dix ans – avait quitté l’école, ni lui, ni ses parents ne se sont posé cette question : il l’a fait et c’est tout. La logique de l’abandon est profondément « pratique » et une telle question occulte cette logique.

12Pour pouvoir comprendre la portée de l’enjeu, il faut analyser le concept de « pratique » – et là encore nous nous inscrivons dans la pensée bourdieusienne – qui est fondamental pour la compréhension sociologique des faits. Il faut lire un individu comme un « agent socialisé » qui se comporte en mettant en acte des stratégies qui sont le fruit de son « sens pratique ». La stratégie est fille du sens pratique, que nous pouvons aussi définir comme « sens du jeu », un jeu particulier, social et historique. Avoir le sens du jeu signifie agir en sachant comment et quand on doit agir ; et cela implique en même temps que l’action choisie est concrète, particulière, créative. Le terme « choix » ne nous doit pas faire penser au fait qu’à la base de nos actions pratiques il y ait un calcul rationnel : l’acte pratique doit être compris dans le cadre de la logique de la pratique. Une action est « pratique » dans le sens où l’on agit dans une situation avec le comportement qui nous paraît le plus logique, mais sans analyser logiquement la situation. Or pour une famille – comme celle de l’interviewé – qui possédait un très modeste capital scolaire, culturel, social et économique, l’abandon était l’acte le plus « pratique » à accomplir dans ce genre de situation et de conjoncture : besoin d’un salaire, faible réussite scolaire, désintérêt de l’élève pour l’école. Le passé (des parents qui avaient le même parcours scolaire) est présent dans les dispositions observées (pour l’enfant : quitter l’école ; pour les parents : laisser que l’enfant quitte l’école) et il se manifeste avec ces « choix » particuliers qui font que l’enfant établit avec l’école un rapport désintéressé. Rapport probablement vécu sans surprise – si non même attendu – par les parents.

13Mais la question a été posée – « Pourquoi avez-vous abandonné l’école à la fin du cycle primaire ? » – et la réponse a été donnée. Mais cette réponse ne traduit pas la réalité du choix fait par l’enfant et sa famille. Ce n’est qu’un artefact produit par le sociologue – nous-mêmes. Or, comprendre la logique de l’abandon sur la base d’un artefact est impossible. En fait, ce que nous avons prétendu avec notre question est que les interviewés – l’objet de l’objectivation – pourraient faire à notre place ce travail d’objectivation, d’explicitation de leurs pratiques ; travail que même le sociologue ne fait pas quand, dans son quotidien, il agit pratiquement. Alors, « l’oubli » pour le sociologue de faire partie de l’univers de la « skholè » a des conséquences catastrophiques sur la pratique d’enquête et au moins à deux niveaux : le premier concerne l’élaboration de l’outil, comme, par exemple, la formulation des questions d’un entretien ou d’un questionnaire. Le deuxième niveau concerne l’interprétation des réponses : le sociologue pensera avoir obtenu « la vérité » objective – parce qu’exprimée par l’objet ; alors qu’il n’a en sa possession qu’un artefact produit par lui-même.

14En outre, le sociologue ne doit pas oublier que les individus sont des personnes comme lui. En effet, le sociologue ressemble à ses objets d’étude dans le sens que quand lui-même accomplit une action, il ne se positionne pas comme observateur de sa propre action. On pourrait même aller jusqu’à affirmer qu’il ne sait pas ce qu’il fait : de même, l’enfant et la famille ne sont pas conscients de participer au phénomène de l’abandon scolaire et de le faire en mettant en place une stratégie qui permet à nous sociologues d’affirmer a posteriori que l’une des variables principales, nécessaire pour comprendre la sélection scolaire, est l’origine sociale. Quand nous disons alors qu’ils ne savent pas ce qu’ils font, c’est dans le sens de ne pas savoir ce que le sociologue veut savoir en qualité du sujet de l’objectivation : « Ils n’ont pas dans la tête la vérité savante de leur pratique que j’essaie de dégager de l’observation de leur pratique » (Bourdieu, 2003, p. 51).

15De plus, si on s’écarte de la logique de la « pratique », le comportement de l’enfant se prêtera à des interprétations style « théorie de l’acteur », selon lesquelles le sujet décide, individuellement et rationnellement, de sa propre destinée, comme dans une espèce de vide historique. En revanche, l’enfant et sa famille ont agi plus « pratiquement » que rationnellement, et ils jouent ce qu’ils estiment être leurs meilleures cartes dans une situation déterminée : l’abandon représente leur carte la meilleure. Ce qui est donc important pour nous est que l’interprétation de l’action au-delà d’une logique pratique est profondément inadéquate et la posture réflexive – qui aurait permis dans ce cas précis au sociologue de prendre conscience de son appartenance à l’univers de la « skholè » et des biais liés à cette appartenance – aide à se rapporter aux phénomènes sociaux d’une façon scientifiquement correcte. Mais il faut qu’il soit parfaitement clair que :

« la réflexivité épistémique se déploie non pas en fin de projet, ex post, au moment de rédiger le compte rendu final, mais durante, à toutes les étapes de l’investigation. Elle vise l’ensemble des opérations les plus routinières, depuis la sélection du site et le recrutement des informateurs jusqu’aux questions à poser ou à éviter, en passant par l’engagement des schèmes théoriques, des outils méthodologiques et des techniques d’exposition, au moment où elles sont employées » (Wacquant, 2010, p. 118).

La pratique d’enquête

16Si la posture réflexive doit nous accompagner dans toutes les phases et dans le cadre de tous les outils mobilisables sur le terrain, dans ce paragraphe nous nous concentrerons en particulier sur l’entretien semi-directif. Cela permettra, par ailleurs, de montrer d’autres déterminismes qui sont à l’œuvre et qui peuvent entrer « par infraction » dans la pratique de recherche.

17Dans le cadre de l’entretien, il est essentiel d’établir une relation avec l’objet sans s’imposer ; il faut faire en sorte que ce dernier ne nous ressente pas comme un agresseur. Pour réaliser une telle condition il faut qu’il existe une certaine affinité sociale avec l’interviewé. Il est préférable, dans la mesure du possible, que l’entretien soit réalisé par des personnes plus proches, d’un point de vue sociologique, de l’interviewé et qui – s’il ne s’agit pas de chercheurs – puissent être formées à cette fin. Cela n’est pas toujours possible. Et, bien au contraire, nous nous retrouvons le plus souvent dans le cas de figure où nous conduisons nous-mêmes l’interview et cela indépendamment de la distance sociale qui peut nous séparer de l’interviewé.

18Ici, le déterminisme en jeu est le milieu social d’appartenance du chercheur. Les effets d’une incursion incontrôlée de ce dernier dans l’enquête peuvent être la non création du lien qui est indispensable pour que la personne puisse se raconter en se sentant en confiance ; pire, l’interviewé nous ressent comme un agresseur qui viole son intimité. Mais, souvent on ne peut pas faire autrement. Dans le cas de nos enquêtes sur les ingénieurs au Maroc – nous-mêmes, étrangère, ne parlant pas l’arabe et étant de milieu social, vis-à-vis de certains interviewés, bien plus élevé – cette distance sociale entre le chercheur et les interviewés est bien réelle. Par ailleurs, étant mariée à un ingénieur, fréquentant des amis ingénieurs, enseignante dans une école d’ingénieurs, notre expérience « indigène » – analysée et tenue sous contrôle grâce à la réflexivité – est d’une grande aide. Citer Pierre Bourdieu est essentiel dans ce cas :

« la critique de l’ethnocentrisme […] peut, à un autre niveau, empêcher l’anthropologue (comme le sociologue ou l’historien) d’utiliser rationnellement son expérience indigène, mais préalablement objectivée, analysée, pour comprendre et analyser des expériences étrangères. Rien n’est plus faux, selon moi, que la maxime universellement admise dans les sciences sociales suivant laquelle le chercheur ne doit rien mettre de lui-même dans sa recherche. Il faut, au contraire, se référer en permanence à sa propre expérience, mais pas, comme c’est trop souvent le cas, même chez les meilleurs chercheurs, de manière honteuse, inconsciente ou incontrôlée » (Bourdieu, 2003, p. 51).

19Cela dit, pour faire en sorte que le lien se tisse et l’interviewé se raconte, il faut « recueillir » tout d’abord son discours. Cette opération est rendue possible non pas par une attitude détachée – qui est souvent présentée démagogiquement comme la seule possibilité de laisser l’objet libre d’exprimer sa pensée – mais, au contraire, grâce à une attitude d’écoute attentive de l’histoire de l’objet en question.

20L’expérience du chercheur dans la technique de l’entretien est aussi importante. En nous référant, encore une fois, à l’une de nos recherches d’il y a une trentaine d’années, le fait d’être un chercheur pas vraiment expérimenté s’est ressenti sur nos premiers entretiens. Mais cette fois il s’agissait d’entretiens non directifs réalisés lors de la phase exploratoire de notre travail. Le manque d’un savoir antérieur sur l’objet de recherche, qui caractérisait en particulier cette première phase, produisait en effet une curiosité qui nous amenait à vouloir interroger l’interviewé au fur et à mesure qu’on avançait dans l’exploration de la problématique. Mais les interrogations ont souvent comme résultat de casser la production du discours comme dans l’exemple présenté ci-dessous.

21Il s’agit d’une recherche sur les business schools italiennes et leur rôle dans la transformation du système d’enseignement supérieur italien. L’interviewé est le responsable du secteur financier de la société IBM. Sollicité par une question concernant les rapports entre le monde de l’enseignement et les entreprises, il parle de son expérience à propos de la formation ; il commence un discours sur l’Université Bocconi (l’une des rares universités privées italiennes qui par ailleurs est très prestigieuse) et sur le rapport de cette institution avec l’univers entrepreneurial : « Les étudiants qui sortent de cette université sont généralement des personnes arrogantes, qui prétendent, dès la fin de leurs études, être embauchés dans toutes les entreprises en qualité de hauts dirigeants ». Il avait commencé dans le cadre de ce discours à parler à la première personne, à faire allusion à son fils (il avait un seul fils qui à l’époque avait 28 ans, fréquentait la quatrième année à l’Université Bocconi, qui n’était pas encore diplômé et qui donc était très en retard dans ses études), tout en révélant un engagement de plus en plus émotif dans son discours et en commençant à produire effectivement une exploration à haute voix. Très intéressée au thème que l’interviewé avait touché (le jugement négatif des entreprises sur l’Université Bocconi), nous sommes intervenue de cette façon : « C’est-à-dire, de façon plus précise ? ». La requête de précision n’a pas favorisé une réflexion ultérieure ; au contraire, elle a permis à l’interviewé de rétablir une distance intellectuelle : il a donc donné quelques exemples sur le comportement de la société IBM à propos de la problématique traitée et s’en est tenu là. Une écoute attentive de notre part aurait permis à notre interlocuteur de continuer son auto-exploration et à nous de collecter des informations précieuses pour notre recherche. Dans ce cas nous voyons à l’œuvre un autre déterminisme – le fait d’être un chercheur qui n’a pas une grande expérience dans les techniques d’enquête – qui, si préalablement objectivé, aurait pu être tenu facilement sous contrôle.

22Le sociologue, en faisant en sorte que l’auto-socio-analyse devienne comme un véritable réflexe dans sa pratique de recherche, apprend alors à se connaître, à objectiver ses caractéristiques sociologiques. De cette façon il peut aussi se mettre à la place de celui qui parle et faire preuve d’empathie (Bourdieu, 1993, p. 1389). Cela ne signifie en aucun cas que le chercheur annule les différences existantes : au contraire elles sont là et il en a bien conscience. Cela veut dire en revanche que le sociologue est capable d’accepter que s’il s’était retrouvé dans la même situation que l’interviewé il aurait pu se comporter de la même façon.

23Se présenter avec un statut différent de celui occupé réellement fait partie, selon nous, d’une attitude empathique. Dans notre recherche sur les business schools citée, nous nous présentions par exemple comme historienne, et non pas comme sociologue, à des patrons d’entreprises italiens : ce « mensonge » répondait à cet impératif. La sociologie – surtout pendant les années 1970, 1980 et 1990 – était en Italie identifiée comme une discipline qui se situait à « gauche ». Or, les patrons se positionnaient traditionnellement plutôt à « droite ». Se présenter comme sociologue aurait créé un malaise qui était évidemment négatif pour la recherche. Mais aussi il aurait été le signe d’un manque d’empathie ou de capacité de se mettre à la place d’un individu qui, étant inscrit dans une certaine conjoncture historique, ne pouvait que ressentir de la méfiance vis-à-vis de l’univers sociologique.

24La plupart des exemples cités montrent un chercheur encore à ses débuts, qui, n’utilisant pas systématiquement la réflexivité, se piège lui-même. Mais le fait d’être un chercheur expérimenté doit aussi être objectivé et tenu sous contrôle. En effet, l’habitude de la situation d’entretien peut porter le chercheur à assumer une attitude distraite face à l’interviewé. Or, le sociologue risque de la sorte de banaliser l’incroyable effort que la personne fait pour se raconter : pour une question posée, il y a toujours une réponse significative qui exige de la part du sociologue une attention pleine de respect et d’amour intellectuel pour un individu qui décide de s’ouvrir à lui et de lui offrir, seulement parce qu’il le lui a demandé, du temps de sa vie.

Conclusion

25Comme nous voyons, notre position sociale, notre inscription dans un certain univers culturel, le fait d’être un sociologue affirmé ou débutant, mais aussi celui d’appartenir à un certain courant de pensée (être « bourdieusien » par exemple), être femme ou homme, toutes ces caractéristiques, en somme, qui font l’identité du chercheur, interfèrent avec notre façon de pratiquer la sociologie. À nous de faire en sorte qu’elles soient des atouts, une fois objectivées et puis analysées grâce à la réflexivité, plutôt que des sources de biais.

26Toutefois, il ne faut pas sous-estimer la difficulté de ce travail. Le sociologue fait un métier qui l’amène à explorer les autres et le monde. Or, la réflexivité doit l’accompagner tout au long de cette entreprise. Grâce à elle (ou à cause d’elle) le sujet de l’objectivation sera aussi – et pour tout le temps qu’il exercera ce métier – son propre objet le plus important et le plus complexe. C’est pour cela que nous pouvons parler d’une auto-socio-analyse. Comme toute auto-analyse il s’agit d’un travail long, difficile, déstabilisant, riche en frustrations et en incertitudes. Mais sans aucun doute le seul possible si on vise la rigueur scientifique de notre travail de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bachelard G. (1993 [1938]), La Formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective, Paris, Librairie philosophique J. Vrin.

Boschetti A. (2004), « Réflexion sur le langage et réflexivité », dans Pinto L., Sapiro G. & P. Champagne (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Éditions Fayard, pp. 161-183.

Bourdieu P. (1978), « Sur l'objectivation participante. Réponses à quelques objections », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 23, pp. 67-69, [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1978_num_23_1_2609].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu P. (1980), Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.
DOI : 10.3406/arss.1976.3383

Bourdieu P. (dir.) (1993), La Misère du monde, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (1994), Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2001), Science de la science et réflexivité, Paris, Éditions Raison d’agir.

Bourdieu P. (2003 [1997]), Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2003), « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 150, pp. 43-58, [http://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2003-5-page-43.htm].

Bourdieu P. (2004a), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Éditions Raison d’agir.

Bourdieu P. (2004b), « L’objectivation du sujet de l’objectivation », dans Heilbron J., Lenoir R. & G. Sapiro (dir.), Pour une Histoire des sciences sociales, Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Éditions Fayard, pp. 19-23.

Bourdieu P., Chamboredon J.-C. & J.-C. Passeron (1968), Le Métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Paris-La Haye, Éditions Mouton/Bordas.

Bouveresse J. (2003), « La connaissance de soi et la science », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 150, pp. 59-64, [http://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2003-5-page-59.htm].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Corcuff P. (1993), « Bourdieu Pierre, avec Loïc J. D. Wacquant, Réponses. Pour une anthropologie réflexive », Revue française de sociologie, n° 34-2, pp. 293-296, [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1993_num_34_2_4247].
DOI : 10.2307/3322492

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Corcuff P. (2011), « Présupposés anthropologiques, réflexivité sociologique et pluralisme théorique dans les sciences sociales », Raisons politiques, n° 43, pp. 193-210, [http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2011-3-page-193.htm].
DOI : 10.3917/rai.043.0193

Gingras Y. (2004), « Réflexivité et sociologie de la connaissance scientifique », dans Pinto L., Sapiro G. & P. Champagne (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Éditions Fayard, pp. 337-447.

Paolucci G. (2011), Introduzione a Bourdieu, Bari, Laterza Edizione.

Scarfò Ghellab G. (2011), « La formation d’ingénieur dans les grandes écoles françaises : des nouvelles stratégies d’internationalisation des étudiants marocains ? », dans Leclerc-Olive M., Scarfò Ghellab G. & A.-C. Wagner (dir.), Les Mondes universitaires face aux logiques du marché : circulation des savoirs et pratiques des acteurs, Paris, Éditions Karthala, pp. 77-92.

Scarfò Ghellab G. (2010), « L’Auto-socio-analisi del sociologo o gli interessi interessati dei ricercatori », dans Paolucci G. (dir.), Bourdieu dopo Bourdieu, Turin, Utet Edizioni, pp. 34-53.

Soulié C. (1995), « L’anatomie du goût philosophique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 109, pp. 3-28, [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1995_num_109_1_3151].

Wacquant L. (2010), « L’habitus comme objet et méthode d’investigation. Retour sur la fabrique du boxeur », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 174, pp. 109-121, [http://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2010-4-page-108.htm].

Williams R. (1977 [1973]), « Plaisantes perspectives. Invention du paysage et abolition du paysan », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 17-18, pp. 29-36, [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1977_num_17_1_2574].

Wittgenstein L. (1977), « Remarques sur "Le Rameau d’or" de Frazer » (remarques de 1930-1932 et de 1949-1951), Actes de la recherche en sciences sociales, n° 16, pp. 35-42, [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1977_num_16_1_2566].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grazia Scarfò Ghellab, « L’auto-socio-analyse du sociologue ou les conditions pour garantir la rigueur scientifique de la sociologie », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pour un dialogue épistémologique entre sociologues marocains et sociologues français, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 24 mai 2016. URL : http://sociologies.revues.org/5145

Haut de page

Auteur

Grazia Scarfò Ghellab

Professeure habilitée de sociologie, École Hassania des Travaux Publics, Casablanca, Maroc - grazia.scarfo@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page