Navigation – Plan du site
Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels

Les agriculteurs face à la question énergétique : mythe de la transition et inertie du changement

Rudy Amand, Stéphane Corbin, Maxime Cordellier et Estelle Deléage

Résumés

En France, si l’émergence de la question écologique a bien modifié certaines pratiques, si elle est à l’origine d’une rupture entre certains agriculteurs et le système intensif dominant, ce dernier n’est pourtant nullement remis en question. À partir d’un travail mené auprès d’agriculteurs de l’ouest de la France, portant sur leur positionnement vis-à-vis de la « transition énergétique », cet article montre que la logique productiviste, actualisée par la production d’énergie renouvelable, conduit à la poursuite de la disparition des exploitations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si en France, depuis les années 1970, le productivisme agricole a été questionné, la popularisation du concept de « développement durable » a entretenu l’illusion qu’il était possible d’en sortir. C’est dans ce contexte qu’a émergé la notion d’agriculture « raisonnée » portée par la profession agricole conventionnelle et censée participer à la remise en cause du modèle intensif dominant. Qu’en est-il concrètement ? L’analyse de la « transition énergétique », en cours dans le domaine agricole, permet d’apporter une réponse à cette question. Souvent conçue comme une opportunité économique par le secteur agricole, parfois imaginée comme vecteur de dynamisation du territoire par les acteurs locaux, la production d’énergie renouvelable est fréquemment conditionnée par la seule volonté de trouver une « niche » économique. Il semble par conséquent nécessaire de questionner cette notion de « transition énergétique » du point de vue de ses effets sur la reconfiguration des rapports de production au sein de la profession agricole. Le nouveau modèle agricole, porté par l’agriculture raisonnée, semble en effet perpétuer les logiques anciennes de classement entre les acteurs de la profession agricole, selon leur propension à s’inscrire dans une dynamique de « modernisation » qui conduit au déclassement d’une partie de ses membres. Cet article propose d’explorer cette hypothèse en trois temps. Après avoir rappelé comment la question écologique a été progressivement intégrée dans l’agriculture, il s’agit d’analyser le positionnement d’agriculteurs de l’ouest de la France vis-à-vis de la « transition énergétique » pour finalement interroger l’absence de renouvellement du paradigme de l’agriculture productiviste.

D’un paradigme dominant à sa remise en cause : l’émergence de la question écologique dans l’agriculture

  • 1 Voir le rapport Noirfalise de 1974 commandé par la Commission européenne.
  • 2 Voir le rapport de Jacques Poly (1978), alors PDG de l’Institut national de la recherche agronomiqu (...)

2Après la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte de pénurie alimentaire, de dévalorisation de l’image du paysan et de reconstruction imposée entre autres par le plan Marshall, l’agriculture française a connu une accélération dans le processus de modernisation engagé depuis la première révolution industrielle (Alphandéry, Bitoun & Dupont, 1989). Cette accélération a en partie reposé sur la mise en œuvre d’une agriculture minière basée sur l’utilisation massive des énergies fossiles. Cette dernière a commencé à être décriée dès les années 1970 1, y compris au sein de l’institution agronomique, pourtant très engagée dans la logique productiviste de l’époque 2.

  • 3 1 263 000 exploitations agricoles lors du recensement de 1979, 1 017 000 lors du recensement de 198 (...)
  • 4 Comme en témoigne la poursuite de la crise écologique.

3Dans les années 1980-1990, sous l’effet de la globalisation des problèmes environnementaux, une nouvelle prise de conscience des conséquences écologiques et sociales de la modernisation de l’agriculture a contribué à l’émergence du concept de « développement durable » qui devient, à l’issue de la Conférence de Rio de juin 1992, le nouveau mot d’ordre à l’échelle internationale. C’est à la même époque que se multiplient en France les initiatives visant la mise en œuvre d’agricultures alternatives au modèle productiviste hérité des années 1960 : agriculture durable, biologique, paysanne, etc. (Deléage, 2011). Ces dernières constituent une remise en cause de la logique industrielle de l’agriculture productiviste et s’appuient sur un projet qui vise à la promotion d’une relation pérenne entre les sociétés et les écosystèmes. Or, l’agrandissement des exploitations agricoles et l’érosion démographique qui lui est associée 3 ne permettent pas d’assurer cette relation 4.

4C’est dans ce contexte que la notion de « développement durable » commence à être massivement réutilisée – et instrumentalisée – par les tenants de l’agriculture productiviste. Ainsi, l’appareil de développement agricole « conventionnel » invente en 1993 la notion d’agriculture raisonnée au moment de la création du Forum pour une agriculture raisonnée et respectueuse de l’environnement (FARRE). Ce dernier regroupe des agriculteurs liés à la profession agricole conventionnelle (Chambres d’agriculture, Crédit agricole, etc.), au complexe agro-industriel et qui pratiquent une agriculture qui se situe toujours dans une logique technicienne (Féret & Douguet, 2001). À la suite de la publication d’un rapport rédigé à la fin des années 1990 par le président de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) de l’époque, cette dernière sera considérée comme le nouveau standard de l’agriculture française.

  • 5 Pollution, diminution du nombre d’exploitations agricoles (664 000 exploitations agricoles lors du (...)
  • 6 Ensemble de rencontres politiques organisées en France 2007, à l’initiative du gouvernement, visant (...)

5À partir des années 2000, on peut estimer que l’agriculture raisonnée devient pour l’essentiel la nouvelle dénomination de l’agriculture intensive héritée de l’après-guerre. Dans un contexte de poursuite globale de l’industrialisation de l’agriculture accompagnée de ses effets pervers 5, on voit alors se multiplier les projets de reconversion de l’agriculture – dans le cadre des réformes successives de la Politique agricole commune (PAC) à l’échelle de l’Union européenne, du Grenelle de l’environnement 6, etc. L’enseignement agricole participe à cette réorientation de l’agriculture en intégrant au moins partiellement dans ses formations des réflexions relatives au « développement durable » :

  • 7 C’est nous qui soulignons.

« Dans tous les référentiels, il y a au moins une semaine autour du développement durable et nous avons mis en place l’Agenda 21 il y a trois ans, même si ce n’est pas une dynamique au quotidien. […] Nous sommes aussi impliqués dans le plan de gestion des haies sur l’établissement, en partenariat avec la Chambre d’agriculture. Cela fait partie des choses positives. Nous sommes également engagés dans un plan de réduction des intrants et dans le plan écophyto 2018. Cela fait partie de l’image, de la tendance 7… » (Entretien auprès d’un directeur de lycée agricole réalisé le 1er juin 2012.

6Ces réorientations successives sont également censées accompagner la transition énergétique de l’agriculture, c’est-à-dire le passage d’une agriculture basée exclusivement sur les énergies fossiles à une agriculture fonctionnant sur un mix énergétique comprenant entre autres les énergies renouvelables (solaire, éolien, biomasse, etc.) dans le contexte plus global du changement climatique. Cette transition énergétique doit par ailleurs, ainsi que le soutiennent certains auteurs, participer à des formes de « redynamisation » des territoires ruraux et permettre aux agriculteurs concernés de retrouver des formes d’autonomie :

« Concernant l’énergie, la production y est donc gérée sous forme de coopératives, de sociétés d’économie mixte ou d’associations. Une coopération autour de l’énergie qui se révèle dès lors “lieu” de cohabitation entre les habitants, en réconciliant notamment activités de production et de résidence. Mais c’est aussi la place et le rôle des agriculteurs, souvent initiateurs ou acteurs centraux de ces projets, qui se redéfinissent dans ces communes : création de liens sociaux, tant à l’intérieur de ces communes qu’à l’extérieur, identification des habitants à celles-ci et même modification de l’image que ces habitants ont d’eux-mêmes. Toute une dynamique locale se met donc en place autour de cette autonomie énergétique […] » (Dobigny, 2012, p. 139).

  • 8 Cette dichotomie opérée par Henri Mendras n’est sans doute pas sans rappeler la façon dont Claude L (...)

7Bien loin de cette vision « réenchantée » de l’agriculture, une enquête sur les freins et les leviers relatifs à la production et à la consommation énergétiques chez les agriculteurs de deux régions de l’ouest de la France (Basse-Normandie et Pays de la Loire) révèle une réalité plus complexe. En effet, la transition énergétique telle qu’elle est pensée de manière dominante s’inscrit dans la poursuite d’une conception devenue classique du changement. Dans l’agriculture, cette conception est celle qui prévaut depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Plus précisément, comme l’a montré Henri Mendras, avec le développement de l’industrialisation, on assiste au passage des sociétés à changement lent (les sociétés paysannes) aux sociétés à changement rapide (les sociétés industrielles) (Mendras, 1976 et 1984) 8. Ce passage entérine la suprématie d’une conception du changement qui valorise l’accélération technique et l’accroissement du capital (matériel, bâtiments, etc. dans le cas de l’agriculture) ; conception qui suppose, conformément à l’idéologie du progrès, que la rationalité économique se réduise à la logique du marché et à l’accumulation du capital comme le précise cet agriculteur : « On fonctionne comme un industriel. Ce n’est pas la même échelle, c’est tout. Une entreprise qui n’investit pas, c’est une entreprise qui à terme disparaît… […] Quand on voit le gars qui s’installe avec cinq chèvres, dix cochons, cela ne peut pas être l’avenir » (Entretien avec un agriculteur réalisé le 15 juin 2012).

  • 9 Il s’agit ici de la contre-productivité telle qu’elle est définie par Ivan Illich (1973).

8Plus globalement, cette conception du changement se caractériserait par un triple processus d’accélération : technique, du changement social et du rythme de vie (Rosa, 2012, pp. 13-32). Ce processus ne serait pas pour autant synonyme de transformation profonde puisque « la vitesse prodigieuse des événements semble n’être qu’un phénomène superficiel, cachant à peine la profonde inertie culturelle et structurelle de notre époque » (Ibid., p. 52). On peut même estimer que cela participerait, selon l’expression de Paul Virilio, au développement d’une « immobilité fulgurante» (Virilio, 1990). Dans l’agriculture, cette immobilité se caractérise par le maintien du projet productiviste et énergivore hérité de l’après-guerre et par la poursuite de ses effets contre-productifs 9 : crise écologique et sanitaire, crise sociale, etc. En ce sens, la transition énergétique mise en œuvre aujourd’hui dans l’agriculture et qui accompagne la valorisation et le développement de l’agriculture raisonnée s’inscrit dans cette conception univoque du changement.

Il était une fois dans l’Ouest…

  • 10 74,7 % des exploitations qui composent l’échantillon de l’étude ont une production laitière à titre (...)

9L’enquête menée au sein de quatre départements de l’ouest de la France (Orne, Mayenne, Manche et Sarthe) visait à comprendre comment les agriculteurs installés sur ce territoire se positionnaient vis-à-vis de la question de la transition énergétique dans l’agriculture. L’enquête a été réalisée à partir de la constitution d’un échantillon de 75 exploitations agricoles représentant la diversité de l’agriculture du territoire concerné et dont la production dominante est l’élevage laitier 10.

L’agriculture biologique comme révélateur des freins au changement de pratiques

  • 11 Le terme d’agriculture conventionnelle peut-être globalement assimilé à celui d’agriculture raisonn (...)

10L’objectif de cette enquête était d’identifier les résistances qui empêchent les agriculteurs conventionnels 11 de mettre en place un système productif plus autonome et économe c’est-à-dire moins énergivore. Pour ce faire, l’agriculture biologique a été considérée comme un paramètre susceptible de jouer le rôle de révélateur de différentes catégories. En effet, la transition vers l’agriculture biologique nécessite plusieurs années entre le moment où l’agriculteur a décidé de changer de système de production et celui où il sera effectivement certifié ; années durant lesquelles l’agriculteur concerné doit repenser ses méthodes de production et modifier ses circuits de commercialisation. Pendant cette même période, le prix de vente de ses produits ne bénéficie souvent d’aucune plus-value apportée par le label AB (agriculture biologique) et l’agriculteur doit travailler autant sur le changement de ses techniques productives qu’à la (re)constitution de ses réseaux de distribution :

« Le fait de pratiquer l’agriculture biologique implique d’abandonner des comportements antérieurs, de se différencier d’autres praticiens, avec ce que cela entraîne comme conflits, rejets, incertitudes, chocs émotionnels, etc. […] Pratiquer l’agriculture biologique implique de mettre en place du neuf, individuellement et collectivement, par l’expérimentation, la recherche, l’échange, etc. » (Van Dam et al., 2009, p. 8).

11Pour toutes ces raisons, il semble que l’agriculture biologique représente un changement de paradigme qui exige une rupture totale avec les manières de faire, les manières de penser propres au système agricole conventionnel qui se situe globalement dans la continuité de l’héritage productiviste. Quelles sont alors les raisons qui ont poussé un certain nombre d’agriculteurs à s’engager dans la voie d’une telle rupture ? La réponse à cette question a permis d’identifier, en creux, les freins au changement de pratiques chez les autres agriculteurs.

  • 12 Ce conservatisme est perçu, par les défenseurs de la modernisation de l’agriculture, comme un retou (...)

12Les agriculteurs convertis à l’agriculture biologique rencontrés au cours de l’enquête nous ont permis de comprendre les raisons de ce « basculement » vers un mode de production alternatif. La première raison peut prendre le nom de « mémoire cristallisée ». Elle s’incarne par exemple dans la trajectoire biographique de personnes dont l’enfance s’est déroulée dans le milieu agricole qu’elles ont quitté en choisissant un parcours dans un autre milieu professionnel. Elles ont alors conservé en mémoire une image idéalisée du monde rural. Lorsqu’elles décident de reprendre une exploitation, elles se rendent compte que l’image « romantique », bucolique, qu’elles avaient conservée de cet univers ne correspond plus à la réalité présente. Ne se reconnaissant pas dans l’architecture la plus commune de l’agriculture actuelle, elles se tournent plus facilement vers un mode de production alternatif (herbager ou biologique) qui correspond mieux à l’image qu’elles ont conservée en mémoire. Cette posture s’apparente à une forme de « conservatisme » qui passe par une réinterrogation de la tradition 12 :

« Chaque agriculteur qui refuse de se transformer en industriel peut être considéré comme le légataire d’une culture paysanne […]. [Il faut s’appliquer] […] à imaginer un conservatisme qui, […] permette de résister aux appels suborneurs du capitalisme mondialisé – appels à une débauche de “réformes”, de “changements”, de “modernisations”, de “ruptures” et d’“adaptations” » (Taguieff, 2001, pp. 170-171).

13La deuxième raison expliquant le basculement vers un mode de production alternatif est celle de la motivation économique : la meilleure rentabilité d’une exploitation bénéficiant de la certification AB devient l’argument central de la conversion. Enfin, la raison politique constitue le troisième ressort de la conversion : elle passe par la critique des effets de la mondialisation néolibérale des échanges commerciaux agricoles et permet d’entamer une réflexion autour de la nature des rapports sociaux. Les agriculteurs concernés proposent un mode d’agriculture local et alternatif visant à requalifier les échanges – qui reposent sur une division extrême du travail organisant la dépendance des acteurs dans le contexte agricole conventionnel – selon un principe d’autonomie décisionnelle des acteurs locaux et d’autonomie des territoires et en cela proche d’un mode de production autonome et économe tel qu’il est par exemple porté par le Réseau agriculture durable (RAD) 13.

14L’évocation des trois raisons centrales de la conversion à l’agriculture biologique, c’est-à-dire d’un changement complet de paradigme pour les producteurs, permet, par un jeu de miroir, d’identifier les points de résistance au changement de pratiques chez les agriculteurs conventionnels. Le premier type de résistance est constitué par la volonté d’apporter des évolutions perpétuelles à l’exploitation (volonté sous-tendue par l’idée de progrès permanent). Intégrés dans la communauté professionnelle de l’agriculture conventionnelle (les collègues, les techniciens, les banquiers, etc.), les agriculteurs appartenant à cette catégorie trouvent que le fonctionnement de l’agriculture tel qu’ils le connaissent est, économiquement, techniquement et socialement, performant : une remise en cause serait alors incongrue et irait à contre-courant de l’évolution considérée comme nécessaire de l’agriculture dans un contexte de modernisation permanente des structures de production et d’accroissement démographique à l’échelle internationale. Le deuxième type de résistance est d’ordre économique. Les agriculteurs concernés pensent qu’un changement vers un système herbager ou biologique, plus généralement alternatif au modèle dominant, remettrait en cause la bonne santé financière de leur entreprise. L’incertitude liée aux rendements de la production d’herbe considérés comme plus aléatoires est par exemple mise en avant. Enfin, le troisième type de résistance est d’ordre politique et correspond au sentiment que le « système » n’est pas forcément « bon », mais qu’il est impossible d’en changer la logique. Là où, chez certains agriculteurs biologiques, on va essayer de peser sur le système agricole mondialisé en changeant de pratiques pour lutter contre la dépendance des agriculteurs vis-à-vis de l’appareil de développement, du marché, etc., certains agriculteurs conventionnels vont au contraire penser que ce système global est trop puissant pour qu’on puisse l’influencer ou s’y opposer.

Typologie des positionnements vis-à-vis d’un changement de pratiques

  • 14 Sur le plan personnel, il y a une perte de sens dans l’activité productive : quel est en effet aujo (...)

15Concevoir le monde agricole comme « pétrifié » ne révèle pas la réalité des logiques qui le traversent. En effet, il existe une accélération du changement dans l’agriculture dont la part visible prend corps dans la poursuite de la logique technicienne. C’est l’un des traits caractéristiques de la profession agricole que d’être inscrite dans un processus de changement continu qui se caractérise par une technicisation toujours plus grande du métier. Ce type de changement voile en partie les effets qu’il induit du point de vue personnel et collectif 14 puisqu’il donne le sentiment à certains agriculteurs d’être inscrits dans le processus « normal » de modernisation sous-tendu par l’idéologie du progrès. Toutefois, tous les agriculteurs conventionnels n’entretiennent pas un rapport unique au changement. Deux axes semblent susceptibles d’organiser l’ensemble des agriculteurs enquêtés : le rapport à l’agriculture biologique et la capacité à introduire de nouvelles techniques de production plutôt inscrites dans la poursuite de la modernisation de l’activité.

  • 15 Nous ne parlons pas ici de l’agriculture biologique « industrielle » qui ne remet pas en question l (...)

16Un premier axe est donc constitué par la représentation de l’agriculture biologique chez les agriculteurs conventionnels. L’agriculture biologique 15 représente un changement complet de paradigme qui nécessite une remise en cause du modèle agricole tel qu’il s’est développé dans l’après-guerre. Elle suscite chez les agriculteurs conventionnels des réactions qui permettent de situer, dans l’ordre du discours, leur capacité à accepter des modes de productions alternatifs et d’analyser leur démarche productive au regard de leurs représentations de l’agriculture biologique. Plusieurs arguments récurrents permettent de révéler un discours commun sur cette dernière. Ces arguments servent autant à disqualifier l’agriculture biologique comme système pour l’agriculteur (et pour le monde), qu’à marquer sa proximité ou son éloignement – volontaire – vis-à-vis de ce mode de production. Plus précisément, pour les agriculteurs conventionnels enquêtés, la croissance démographique mondiale imposerait de produire plus et disqualifierait l’agriculture biologique dont les rendements sont considérés comme aléatoires et parfois moins élevés qu’en agriculture conventionnelle. Par ailleurs, l’agriculture biologique est perçue comme plus contraignante du point de vue de la pénibilité du travail car elle nécessiterait une répétition de certains gestes « mécaniques » dont il est possible de se dispenser dans l’agriculture conventionnelle grâce, en particulier, à l’utilisation des pesticides. Enfin, la connaissance pointue qu’ont les agriculteurs biologiques de l’agro-écosystème est considérée par les agriculteurs conventionnels comme un savoir-faire « très technique » difficile à acquérir et par conséquent comme une contrainte supplémentaire qui les conforte dans leur volonté de rester dans un modèle agricole qui est « plus simple » et « plus sûr ».

  • 16 « Les agriculteurs bio, on les reconnaît tout de suite car leurs champs sont sales et ils vivent da (...)

17Ces trois arguments récurrents constituent une « neutralité bienveillante », un rapport « neutre » à l’égard des agriculteurs biologiques, une sorte de relativisme « doux ». D’autres arguments très péjoratifs, voire caricaturaux sur le mode de production biologique 16 sont le ressort d’agriculteurs qui considèrent que le mode de production alternatif en question est un « anti-modèle » qui va à l’encontre du « progrès ». L’ensemble de ces représentations de l’agriculture biologique permet de situer les agriculteurs selon leur plus ou moins grande ouverture à l’existence d’alternatives au modèle dominant sans pour autant saisir leur propension à s’orienter vers des pratiques différentes, d’où la nécessité de faire appel à un autre élément de catégorisation des agriculteurs. Ce second élément est constitué par leur propension à adopter de nouvelles techniques, dans leur exploitation ou dans le cadre de projets collectifs, en particulier en matière de réduction ou de production énergétique. À partir de ces deux éléments, il est possible de mettre en évidence quatre idéal-types.

  • 17 L’échantillon est ici constitué de 69 exploitations agricoles ce qui correspond aux 75 exploitation (...)
  • 18 Selon René Lourau, l’institution repose à la fois sur de l’institué (le passé sédimenté) et de l’in (...)
  • 19 Ce rôle associé à une nouvelle représentation de la profession d’agriculteur a pris le nom de volti (...)

18Le premier idéal-type est celui des « pionniers ». Ces agriculteurs témoignent d’un certain intérêt pour les techniques de l’agriculture biologique sans adhérer aux valeurs véhiculées par cette dernière ou, plutôt, sans adhérer aux valeurs que l’agriculture biologique véhicule selon eux. Néanmoins, les critiques des « pionniers » restent cantonnées aux éléments retenus ci-avant pour caractériser un rapport « neutre » aux modes de production alternatifs. La catégorie des « pionniers » (10,1 % de l’échantillon 17) est la plus faiblement représentée dans l’échantillon ; pourtant son rôle est primordial car elle pèse fortement sur la configuration de l’agriculture par sa forte capacité « d’innovation technique » mais aussi par sa faculté à s’inscrire dans des projets collectifs de production d’énergie (usine de méthanisation par exemple) auxquels elle peut associer d’autres agriculteurs (le plus souvent issus de la catégorie des « opportunistes »). Le ressort profond de la production collective d’énergie, à laquelle ces agriculteurs participent, n’est, la plupart du temps, pas constitué par une volonté d’adapter les modes de production agricoles à la « transformation écologique » des modes de vie ; il s’agit plutôt de diversifier les productions pour augmenter les revenus de l’exploitation (71,4 % des exploitations « pionnières » ont au moins trois productions contre 43,5 % pour le reste de l’échantillon). Ainsi par exemple, une usine de méthanisation représente une nouvelle source d’investissement, permettant de limiter l’assujettissement à l’impôt tout en se conformant à l’idée selon laquelle seules les exploitations s’inscrivant dans une démarche de « progrès permanent » survivent dans un contexte de vulnérabilités économiques et sociales. Dans cette optique, le « progrès » consiste à avoir des exploitations de plus en plus importantes : « Le progrès est […] synonyme d’augmentation de la taille des exploitations, il se mesure par l’accroissement des consommations matérielles. […] L’efficacité technique équivaut à produire plus que son voisin afin de gagner la compétition dont la nature est le support » (Prével, 2007, p. 42). Cette compétition accrue entre les exploitants fait naître chez certains l’espoir que ceux qui s’adaptent le mieux à l’idéologie du progrès survivront au processus de prolétarisation des agriculteurs. Processus qui vise pourtant, à terme, à faire passer du statut d’exploitant au statut d’exploité selon une logique de production de la dépendance à l’égard de l’amont (agrofourniture et agrochimie) et de l’aval (agro-alimentaire). En effet, les « pionniers » ont le sentiment de cultiver la « libre entreprise » quand ils sont à l’origine de projets collectifs de production d’énergie. Or finalement, ils co-construisent souvent les conditions d’une nouvelle dépendance à la logique industrielle qui les dépossédera in fine de leurs capacités de décision. Toutefois, même si les « pionniers » perpétuent le modèle dominant productiviste – ils ont par exemple la moyenne de production laitière par hectare la plus élevée de l’échantillon – ils peuvent être partiellement inscrits dans une démarche alternative puisqu’au moment où ils participent à une action en matière énergétique, le modèle dominant ne s’est pas encore saisi de leur démarche pour définir un nouveau standard de production. Toutes les alternatives, quelles qu’elles soient, sont en effet souvent prises dans un processus d’institutionnalisation. C’est ce qui permet de donner sens aux actions des « pionniers » : leur mode de production doit, selon eux, devenir le nouveau modèle institué 18, celui qui permet d’ajouter au rôle de producteur alimentaire, le rôle de producteur d’énergie renouvelable 19.

  • 20 On peut supposer qu’en devenant le nouveau modèle dominant, l’agriculture biologique prenne une for (...)
  • 21 Électricité de France (établissement public à caractère industriel et commercial, premier producteu (...)

19Le second idéal-type est celui des agriculteurs « opportunistes » (40,6 % de l’échantillon). Ces derniers ont les plus grandes exploitations agricoles (surface moyenne de 140,7 hectares) et ont majoritairement (pour 65,8 % d’entre eux) moins de 50 ans. Les agriculteurs « opportunistes » entretiennent un discours très négatif envers l’agriculture biologique. Toutefois il arrive que certains d’entre eux déclarent qu’ils seraient prêts à « basculer » dans le mode de production agro-biologique si ce dernier était rentable économiquement en devenant le nouveau modèle dominant 20. Pour ces agriculteurs, toute perspective de changement pratique, à moins qu’il ne soit imposé par voie législative, repose sur un calcul coût/bénéfice. Ainsi, les agriculteurs « opportunistes » se tiennent informés des nouvelles « niches » de production énergétique et des volets d’incitations financières relatifs à la réduction de leurs consommations dans la mesure où ils peuvent leur permettre d’améliorer l’exercice financier de leur exploitation. Par conséquent, ils n’hésitent pas à investir des sommes importantes dans un nouveau dispositif s’ils ont la certitude que celui-ci sera une ressource pérenne et rémunératrice. Il est assez fréquent de les entendre dire qu’il y eut une bonne époque du photovoltaïque mais que celle-ci est arrivée à son terme depuis que le prix du kilowattheure, payé par EDF 21, a décliné. Les agriculteurs « opportunistes » n’ont pas une réflexion globale sur le système de production et de consommation énergétique, ils mettent plutôt en œuvre des pratiques individuelles de réduction ou de production d’énergie (panneaux photovoltaïques, récupérateur de chaleur…). Toutefois, ils ont la capacité financière de participer à des projets collectifs, mais n’en sont pas les porteurs. À cet égard, on peut les considérer comme des personnes « ressources » pour le développement d’initiatives venant des « pionniers ».

  • 22 Il est ici utile d’insister sur le sentiment subjectif de la proximité de cette fin de carrière pui (...)

20Troisième idéal-type, les agriculteurs « routiniers » (37,7 % de l’échantillon) qui se caractérisent par une opinion neutre vis-à-vis de l’agriculture biologique et une capacité « d’innovation technique » réduite par la proximité subjective 22 de leur cessation d’activité. Certains d’entre eux adoptent des pratiques ponctuelles de réduction de la consommation d’énergie, que le recours aux techniques culturales simplifiées illustre le mieux. Cependant, il est difficile d’établir si leurs actions sont liées à une volonté de réduction de la consommation énergétique ou bien à un souhait d’améliorer leurs conditions de travail. La production d’énergie renouvelable se conçoit exclusivement à travers les panneaux photovoltaïques, à travers une démarche individuelle et elle ne trouve, le plus souvent, aucun prolongement dans les faits. La lourdeur des investissements nécessaires et des démarches administratives conjuguée à la proximité de la fin de carrière constitue en effet un frein apparemment difficilement surmontable.

  • 23 Leur surface moyenne d’exploitation est de 73 hectares alors qu’elle est de 127,5 hectares pour les (...)

21Le qualificatif « marginalisé » (11,6 % de l’échantillon), employé pour définir le dernier idéal-type, doit être pensé du point de vue du corps professionnel (Chambres d’agriculture, centres de gestion, banques, etc.) qui met en œuvre des logiques structurelles qui mènent à la marginalisation d’une partie de ses membres. À ce processus de marginalisation s’ajoutent des formes de résignation qui s’expriment dans la parole des « marginalisés ». Toutefois, il n’existe pas de relation ascendante entre résignation et marginalisation, ce qui reviendrait à faire porter la responsabilité du processus sur les seuls individus marginalisés. Les agriculteurs dont il est question ici ont réduit malgré eux leurs consommations énergétiques. La structure d’exploitation est considérée comme marginale (en surface 23, en matériel...) dans le contexte agricole actuel. De fait, ils sont plus économes que leurs pairs. Économies qu’ils ne valorisent souvent pas car elles leur sont imposées par les contraintes qui pèsent sur leur exploitation. Ils sont ainsi plus proches techniquement du paradigme autonome et économe mais l’engagement volontaire n’est pas à la source de cette proximité. Il existe une rupture idéologique – entre les « marginalisés » et les « volontaires » qui ont fait le choix de rompre avec le modèle agricole productiviste. Si les seconds sont marginaux dans l’alternative qu’ils mettent en acte de façon volontaire pour lutter contre les effets induits par le modèle agricole dominant, les premiers subissent leur statut de marginalisé alors même qu’ils ont basé leurs espoirs sur l’intégration au modèle dominant. Les « marginalisés » n’ont pas de possibilités d’investissement financier du fait de la structure économique de leur exploitation, mais aussi de leur capital social réduit (sur les neuf agriculteurs marginalisé enquêtés, un seul est adhérent d’un syndicat agricole). Ils sont économes malgré eux et les prescriptions de la Chambre d’agriculture ainsi que les incitations « environnementales » sont vécues comme une remise en cause de leur libre-arbitre, sont perçues comme une accumulation de décisions technocratiques coupées du travail agricole concret.

22La « transition énergétique » telle qu’elle est perçue et pratiquée par les agriculteurs conventionnels participe-t-elle finalement à une transformation du modèle agricole dominant ?

La révolution écologique agricole

23Il y a bien une « révolution écologique » dans l’agriculture, mais une « révolution » au sens d’un mouvement en courbe fermée autour d’un axe ou d’un point, réel ou fictif, dont le point de retour coïncide avec le point de départ. L’agriculture française a bien opéré un détour par le développement durable, mais elle n’a jamais modifié pour autant sa trajectoire, celle du « progrès » permanent.

Domination et idéologie du progrès

24La typologie présentée ci-avant correspond assez bien aux représentations que certains acteurs du milieu agricole – conseillers de gestion, conseillers techniques, agriculteurs élus dans certaines organisations professionnelles, etc. – portent sur ce dernier. Les « marginalisés » existent car ils les ont rencontrés. Ce sont ceux dont les conseillers de gestion disent qu’ils sont en déclin tant leur situation financière ou leur capacité d’investissement est « préoccupante » du point de vue de la conception « croissanciste » du changement. Ce sont ceux qui ne participent pas aux différents diagnostics « énergétiques » proposés par l’appareil conventionnel de développement agricole. Ceux qui, enfin, ne peuvent plus participer à l’entraide avec les autres agriculteurs car leur matériel ne correspond plus aux besoins des autres exploitants.

  • 24 Marché totalement administré… dans le cadre de la PAC.

25Le fait qu’il puisse exister des agriculteurs « marginalisés », « disqualifiés » par la dynamique sociale dominante, constitue la part visible du phénomène. Par contre, le fait qu’un rapprochement soit possible entre les agriculteurs « marginalisés » et les modes de production alternatifs semble aller, soit à l’encontre des représentations de la plupart des acteurs locaux du milieu agricole enquêté, soit révéler que l’agriculture biologique ne constitue pas un « modèle » à suivre pour ces mêmes acteurs alors qu’elle peut apparaître comme écologiquement « responsable ». Dans le même ordre d’idées, il paraît nécessaire de s’attarder sur un élément qui peut sembler symptomatique du processus de marginalisation qui opère dans le monde agricole. Les données qui ont servi à la constitution de l’échantillon de l’enquête ont été fournies par les Chambres d’agriculture des départements concernés par cette dernière. Dans leurs fichiers, elles ont systématiquement exclu les exploitations de moins de 20 hectares qui représentent, dans une partie du territoire, d’après le recensement agricole de 2010, une part importante des exploitations agricoles. Cette élimination systématique des petites exploitations est symbolique de la place qui leur est laissée : elles sont considérées comme inadaptées au contexte de poursuite de la modernisation de l’agriculture. Mais quelle est donc cette agriculture « moderne » ? L’agriculture « moderne » – référence ultime que les agriculteurs conventionnels mobilisent en affirmant qu’elle seule peut « nourrir la planète » ou « améliorer leurs conditions de travail » – qui guide les pratiques et les représentations des individus est devenue institution dans la mesure où certains acteurs du monde agricole ne questionnent plus sa « naissance » et son idéologie fondatrice : « Une institution est réussie lorsqu’elle a réussi à s’imposer [comme allant de soi] » (Bourdieu, 2012, p. 185). Ainsi, l’autonomie dont certains agriculteurs conventionnels pensent être les porteurs par leur statut d’entrepreneur et par la voie de l’« innovation technique » est en fait « frappée » par les dérives d’un environnement de travail stressant, provoqué par l’agrandissement systématique et rendu nécessaire dans un régime de compétition organisé selon les règles du marché 24. Les dérives pointées ici conduisent les agriculteurs à ressentir une pression quotidienne accrue, tant dans l’organisation temporelle de leurs activités que du point de vue des exigences de « performance » qu’ils s’affligent dans leur « libre-entreprise ». Cette contradiction entre le projet initial de l’agriculture moderne (réduire la pénibilité du travail, se libérer des contingences de la nature, etc.) et sa réalité vécue est devenue une donnée objective qui fixe la conduite des agriculteurs, donc les rend hétéronomes, totalement dépendants du système. Ils en acceptent tacitement les règles (« c’est comme çà »), bien que ces dernières les conduisent à s’éloigner du projet initial de l’agriculture moderne. Il existe bien une soumission aux injonctions que porte cette agriculture « moderne » ainsi qu’une violence symbolique exercée par les agriculteurs qui ont le mieux intégré les nouvelles valeurs de l’agriculture sur ceux qui n’ont pas pu ou pas souhaité suivre ce mouvement et qui n’ont plus les moyens, ou même l’idée, de questionner ces injonctions.

26Les mécanismes de domination qui sont à l’œuvre dans le monde agricole prennent ainsi corps dans la soumission aux lois de l’autre, l’autre étant en particulier à la fois collègue et concurrent. La profession entre ainsi dans un jeu de « compétition-égalité » dans la mesure où les agriculteurs jouent à égalité statutaire, entrepreneurs « libres », mais où il vaut mieux dépasser ses pairs pour tirer son épingle du jeu. Toutefois, si ce propos révèle une logique de classement par rapport à des « groupes prescripteurs » (des agriculteurs érigés en modèles), il est insuffisant pour comprendre l’ensemble des mécanismes de domination à l’œuvre dans l’agriculture. Pour en avoir une vision plus fine, l’analyse de la production d’énergie renouvelable est certainement encore plus pertinente.

Les porteurs du « changement »

  • 25 On remarquera que cette définition de l’institution ne se confond pas avec celles de Pierre Bourdie (...)

27Prenons un exemple significatif de ce processus de domination à partir d’un projet d’usine de méthanisation dans le centre de la France. Ce projet, porté par des agriculteurs, a coûté plus de trois millions d’euros et a été en partie financé par l’Union européenne et les collectivités locales. On peut considérer que le fait de vendre l’énergie produite à EDF constitue déjà une forme de dépendance à un groupe industriel. Par ailleurs, seules certaines exploitations ont pu bénéficier de la « bienveillance » des collectivités locales par le biais des subventions. Enfin, onze exploitations ont participé à ce projet pour une surface totale de 1 750 hectares, soit une moyenne de 159,1 hectares. Or, selon le recensement agricole de 2010, la surface moyenne des exploitations du département concerné est de 93,4 hectares. Si la surface n’est pas le seul critère pour déterminer le type d’agriculture pratiqué, cet écart est très significatif : les exploitations concernées par ce projet ont intériorisé le « jeu » de l’agrandissement, vécu comme nécessaire, au détriment des plus petites. Ce projet permet ainsi aux agriculteurs les plus « importants » de diversifier leur activité pour augmenter leur capital, via le soutien des élus qui financent ce type de projets, sans y associer les plus petites exploitations. Ainsi, les hommes font l’institution 25, font la profession et c’est « l’élite » qui, placée « à sa tête », a « la possibilité de fixer les règles du jeu social » (Denord in Mills, 2012, p. XIX). À l’image de l’enquête réalisée dans l’ouest de la France, cet exemple montre que ce sont des agriculteurs « pionniers » qui jouent probablement ce rôle. Leur caractéristique majeure semble être cette capacité à convaincre les organisations professionnelles agricoles et les organismes financiers de la faisabilité de leur projet. Cette faculté, ils l’ont développée à travers leur participation aux instances du syndicalisme agricole majoritaire et plus largement à l’ensemble des organisations professionnelles conventionnelles. Par ailleurs, ces agriculteurs maîtrisent également le langage commun avec les acteurs irrigant financièrement la sphère agricole. Ils sont ce que Charles Wright Mills appelle des « transfuges », des personnes qui établissent des ponts entre les différentes sphères de décision de la profession (Mills, 2012) et qui, par-là même, ont le pouvoir d’esquisser le portrait de l’agriculture d’aujourd’hui et de demain. Portrait qui ressemble trait pour trait au modèle d’hier. Un modèle qui élimine une partie des agriculteurs au profit de quelques-uns. Enfin, ces agriculteurs « pionniers » se sentent plus libres dans leurs décisions ; ils considèrent qu’ils effectuent leurs choix indépendamment des volontés politiques, voire même qu’il est de leur devoir d’engager le changement par la pratique afin de montrer aux autres agriculteurs qu’ils ont des solutions à apporter pour s’engager vers une agriculture « vertueuse ». Or, les projets qu’ils développent ne font que réaffirmer leur dépendance au système et révèle à quel point ils sont aliénés à l’idéologie du progrès.

Les mystifiés de la révolution

28Les autres agriculteurs jouent également un rôle dans cette « révolution ». Les « opportunistes », persuadés qu’ils ont « tout à gagner », jouent le jeu des « pionniers » et participent aux projets portés par ces derniers. Les « routiniers » peuvent avoir une importance cruciale. En effet, leur ancienneté dans la profession et sur le territoire les ont conduits à occuper des responsabilités professionnelles et/ou politiques au sein du syndicat majoritaire et dans les communes auxquelles ils appartiennent : ils peuvent donc être des alliés objectifs pour les « pionniers ». Non par leur investissement personnel dans des projets, mais plutôt par leur « bienveillance » dans les sphères du pouvoir professionnel ou politique. Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui l’exploitation agricole typique des « routiniers » se caractérise par un principe d’inertie, qu’ils n’ont pas participé à l’édification de l’agriculture « moderne » et ne sont pas sensibles aux arguments s’y référant. Quant aux « marginalisés », leur disparition est « programmée » par le système tel qu’il fonctionne aujourd’hui. Néanmoins, ils ne remettent pas fondamentalement en cause ce système et ses valeurs pour adhérer à un autre paradigme (l’agriculture biologique par exemple). Paradoxalement, leur avenir se lit dans celui des « pionniers » : alors que ces derniers concentrent les ressources foncières et financières, les « marginalisés » en sont quant à eux dépossédés. Ils ne participent pas aux projets collectifs de production d’énergie ; ils sont « hors-jeu » pour la reprise de terre et ne bénéficient plus de la « bienveillance » des banques pour les investissements minimum nécessaires à leur survie dans le contexte d’une agriculture « moderne ». La révolution écologique agricole a bien eu lieu : elle a permis de renouveler les causes de l’élimination systématique des plus petites exploitations agricoles. Les dispositifs qui encadrent cette révolution sont le produit de ce que Béatrice Hibou nomme la « bureaucratie néolibérale ». Cette dernière travaille à diffuser dans toutes les sphères sociales, y compris dans la sphère de l’intime, les principes de la rationalité instrumentale, de l’efficacité et de la rentabilité à court terme et s’autorise à exclure des populations entières sur des critères qu’elle considère comme objectifs car mesurables : « Aujourd’hui […], le registre de l’ordre du marché et de l’entreprise est dominant, avec ses définitions des populations utiles et inutiles, rentables et non rentables, efficaces et inefficaces, autonomes et dépendantes… » (Hibou, 2012, p. 124).

  • 26 Notion nouvelle et très en vogue qui désigne la capacité à reprendre la maîtrise de son propre dest (...)

29Ainsi, cette logique bureaucratique renforce l’indifférence généralisée au sort de l’autre dans la mesure où sa rhétorique dominante repose sur l’idée d’autonomie des acteurs et de l’empowerment 26, renvoyant ainsi les réussites comme les échecs sur les seules épaules des individus. De ce fait, les agriculteurs qui sont aujourd’hui en situation favorable vis-à-vis du système agricole dominant peuvent se trouver marginalisés parce qu’ils ne parleront plus le langage de l’institution de demain. En guise d’autonomie décisionnelle, qu’ils valorisent aujourd’hui sous le vocable de « l’entreprise capitaliste néolibérale » (Ibid.), ils ont en fait obtenu davantage de dépendance envers le système bancaire, gestionnaire et institutionnel que les agriculteurs qui ont fait le choix de la rupture avec la rationalité technicienne et croissanciste. Ils perpétuent la tradition technocratique, c’est-à-dire l’imaginaire technoscientifique porté par la bureaucratie d’État et capitaliste. En requalifiant leurs pratiques sous un label entendu comme écologique (via l’agriculture raisonnée par exemple), ils poursuivent un imaginaire social institué par les élites, qui n’a rien de spécifique au milieu agricole, mais qui rentre dans une conception générale des rapports de production, organisés selon un modèle unique, industriel. Le seul mouvement caractéristique de la profession agricole est donc bien celui qui en revient toujours au même point.

Conclusion

30La transition énergétique, telle qu’elle est portée par les agriculteurs « pionniers » et à laquelle participent les « opportunistes », s’inscrit globalement dans la continuité de l’agriculture productiviste, requalifiée de raisonnée depuis l’émergence de la question écologique.

31Avec la généralisation de l’agriculture raisonnée, en France, la transition énergétique est ainsi toujours pensée sur les fondements de la centralisation énergétique propre au système basé sur les énergies non renouvelables : « L’énergie, c’est le pouvoir. […] Ceux qui détiennent l’énergie – ses moyens de production, de distribution – détiennent le pouvoir : leur emprise s’étend avec le niveau de dépendance énergétique de la population qu’ils régentent. Voilà trois siècles que cette dépendance croît sans relâche » (Gaillard, 2012, p. 7). En ce sens, cette transition montre ses limites, voire même s’inscrit dans la poursuite du projet productiviste et énergivore hérité de l’après-guerre.

  • 27 De certains agriculteurs « marginalisés » mais aussi plus globalement de tous les agriculteurs qui, (...)

32C’est la raison pour laquelle cette transition est en partie un leurre : si elle consiste en une diversification des sources d’énergie, elle ne remet pas fondamentalement en cause la centralisation énergétique et conduit en outre à la disparition des agriculteurs qui ne peuvent suivre l’accélération de la production ainsi que celle de la consommation énergétique 27. Ainsi, la transition énergétique telle qu’elle est pensée aujourd’hui de manière dominante, ne fait que reproduire les mécanismes anciens de domination (économique et politique) qui traversent le monde agricole ; avec d’un côté, ceux qui se considèrent toujours comme les représentants de la modernité (technoscientifique) – ceux qui appartiennent à la profession agricole conventionnelle – et de l’autre, les « marginalisés » qui, paradoxalement, au moins pour certains d’entre eux, sont plus à même de participer aux conditions d’une « véritable » transition énergétique à partir d’un renouvellement complet du paradigme de l’agriculture productiviste.

33La question des besoins n’est ainsi jamais réinterrogée dans le cadre de cette « transition » qui, pour être effective, nécessiterait une diminution globale de la consommation (un changement dans les systèmes agricoles eux-mêmes permettant des économies d’énergie avant d’envisager la production d’énergies renouvelables) donc un changement profond du rapport qu’entretiennent les sociétés occidentales à ce que l’on peut qualifier de « mythe du progrès ».

Haut de page

Bibliographie

Alphandéry P., Bitoun P. & Y. Dupont (1989), Les Champs du départ, Paris, Éditions La Découverte.

Bourdieu P. (2012), Sur l’État : cours au collège de France 1989-1992, Paris, Éditions Raisons d’agir/Seuil.

Charbonnier G. (1961), Entretiens avec Claude Lévi-Strauss, Paris, Éditions Plon/Julliard.

Deléage E. (2011), « Les mouvements agricoles alternatifs », Informations sociales, n° 164, mars-avril, pp. 44-50.

Dobigny L. (2012), « Produire et échanger localement son énergie. Dynamiques et solidarités à l’œuvre dans les communes rurales », dans Papy F., Mathieu N. & C. Ferault (dir), Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, Versailles, Éditions Quæ, pp. 139-152.

Féret S. & J.-M. Douguet (2001), « Agriculture durable et agriculture raisonnée. Quels principes et quelles pratiques pour la soutenabilité du développement en agriculture ? », Natures, Sciences, Sociétés, vol. 9, n° 1, pp. 58-64.

Gaillard F. (2012), Le Soleil en face, Montreuil, Éditions L’Échappée.

Hibou B. (2012), La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, Éditions La Découverte.

Illich I. (1973), La Convivialité, Paris, Éditions du Seuil.

Lourau R. (1969), L’Instituant contre l’institué, Paris, Éditions Anthropos.

Mendras H. (1976), Sociétés paysannes, Paris, Éditions Armand Colin.

Mendras H. (1984), La Fin des paysans, Arles, Éditions Actes Sud.

Mills C. W. (2012 [1956]), L’Élite au pouvoir, Marseille, Éditions Agone.

Noirfalise A. (1974), Conséquences écologiques de l’application des techniques modernes de production en agriculture, Commission européenne.

Poly J. (1978), Pour une agriculture plus économe et plus autonome, Paris, INRA.

Prével M. (2007), L’Usine à la campagne. Une ethnographie du productivisme agricole, Paris, Éditions L’Harmattan.

Rosa H. (2012), Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, Éditions La Découverte.

Taguieff P.-A. (2001), Résister au bougisme. Démocratie forte contre mondialisation techno-marchande, Paris, Éditions Mille et une nuits.

Van Dam D., Nizet J., Dejardin M. & M. Streith (2009), Les Agriculteurs biologiques : ruptures et innovations, Dijon, Éducagri éditions.

Virilio P. (1990), L’Inertie polaire, Paris, Éditions Christian Bourgois.

Haut de page

Notes

1 Voir le rapport Noirfalise de 1974 commandé par la Commission européenne.

2 Voir le rapport de Jacques Poly (1978), alors PDG de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

3 1 263 000 exploitations agricoles lors du recensement de 1979, 1 017 000 lors du recensement de 1988.

4 Comme en témoigne la poursuite de la crise écologique.

5 Pollution, diminution du nombre d’exploitations agricoles (664 000 exploitations agricoles lors du recensement agricole de 2000, 490 000 exploitations agricoles lors du dernier recensement de 2010), diminution de la biodiversité, etc.

6 Ensemble de rencontres politiques organisées en France 2007, à l’initiative du gouvernement, visant à prendre des décisions à long terme en matière d'environnement et de développement durable.

7 C’est nous qui soulignons.

8 Cette dichotomie opérée par Henri Mendras n’est sans doute pas sans rappeler la façon dont Claude Lévi-Strauss opposait nos sociétés d’entropie et les sociétés primitives. Si celles-ci correspondent au modèle d’une société qui « essaie de se perpétuer comme une horloge où tous les rouages participent harmonieusement à la même activité », par opposition, celles-là s’apparentent aux « machines qui semblent receler dans leur sein un antagonisme latent : celui de la source de chaleur et celui de l’organe de refroidissement » (Charbonnier, 1961, pp. 40-41).

9 Il s’agit ici de la contre-productivité telle qu’elle est définie par Ivan Illich (1973).

10 74,7 % des exploitations qui composent l’échantillon de l’étude ont une production laitière à titre principal ou secondaire.

11 Le terme d’agriculture conventionnelle peut-être globalement assimilé à celui d’agriculture raisonnée.

12 Ce conservatisme est perçu, par les défenseurs de la modernisation de l’agriculture, comme un retour en arrière, dans la mesure où ils l’assimilent à un gel de l’histoire, de l’évolution progressiste des sociétés.

13 Voir http://www.agriculture-durable.org/.

14 Sur le plan personnel, il y a une perte de sens dans l’activité productive : quel est en effet aujourd’hui la fonction d’un agriculteur conventionnel si ce n’est de produire pour produire ? Sur le plan collectif, l’accélération du changement technique perpétue l’érosion démographique qui touche le monde agricole.

15 Nous ne parlons pas ici de l’agriculture biologique « industrielle » qui ne remet pas en question le modèle de production dominant.

16 « Les agriculteurs bio, on les reconnaît tout de suite car leurs champs sont sales et ils vivent dans la misère. »

17 L’échantillon est ici constitué de 69 exploitations agricoles ce qui correspond aux 75 exploitations ayant participé à l’enquête dont ont été soustraites les six exploitations en agriculture biologique.

18 Selon René Lourau, l’institution repose à la fois sur de l’institué (le passé sédimenté) et de l’instituant (contestation et création) et ces deux facettes de l’institution se rejoignent dans ce qu’il est convenu d’appeler un processus dynamique d’institutionnalisation (Lourau, 1969).

19 Ce rôle associé à une nouvelle représentation de la profession d’agriculteur a pris le nom de volticulture, néologisme créé par un groupe d’entrepreneurs.

20 On peut supposer qu’en devenant le nouveau modèle dominant, l’agriculture biologique prenne une forme industrielle. Ainsi, dans leurs représentations, ces agriculteurs considèrent que le modèle dominant industriel est rentable économiquement ; or ce modèle ne tient pas compte des coûts écologiques et sociaux en les externalisant.

21 Électricité de France (établissement public à caractère industriel et commercial, premier producteur et fournisseur l’électricité en France).

22 Il est ici utile d’insister sur le sentiment subjectif de la proximité de cette fin de carrière puisque 43,7 % des routiniers ont moins de 50 ans.

23 Leur surface moyenne d’exploitation est de 73 hectares alors qu’elle est de 127,5 hectares pour les autres catégories de l’échantillon.

24 Marché totalement administré… dans le cadre de la PAC.

25 On remarquera que cette définition de l’institution ne se confond pas avec celles de Pierre Bourdieu ou de René Lourau, mobilisées précédemment.

26 Notion nouvelle et très en vogue qui désigne la capacité à reprendre la maîtrise de son propre destin. On peut considérer que, le plus souvent, cette capacité est illusoire.

27 De certains agriculteurs « marginalisés » mais aussi plus globalement de tous les agriculteurs qui, engagés dans une « course » sans fin à la productivité, participent finalement aux conditions de leur propre disparition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rudy Amand, Stéphane Corbin, Maxime Cordellier et Estelle Deléage, « Les agriculteurs face à la question énergétique : mythe de la transition et inertie du changement », SociologieS [En ligne], Dossiers, Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5010

Haut de page

Auteurs

Rudy Amand

Centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERReV), université de Caen, France - rudy.amand@unicaen.fr

Stéphane Corbin

Centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERReV), université de Caen, France - stephane.corbin@unicaen.fr

Maxime Cordellier

Centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERReV), université de Caen, France - maxime.cordellier@unicaen.fr

Estelle Deléage

Centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERReV), université de Caen, France - estelle.deleage@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page