Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Les rapports de pouvoir dans l’underworld de la prostitution (Buenos Aires, 1924)

Éléments pour une sociologie dépassionnée des « réseaux de prostitution »
Nicolas Marquis

Résumés

L’objet de cet article est de construire un modèle d’analyse des relations de pouvoir dans le milieu de l’underworld de la prostitution, pour l’appliquer ensuite à un matériau riche et non exploité : les comptes-rendus de terrain produits par les enquêteurs undercover mandatés par la Société des Nations pour infiltrer le milieu de la prostitution entre 1924 et 1926. La thèse défendue est qu’il est possible et pertinent d’appréhender la vulnérabilité objective de la prostituée non pas tant à travers la question de sa volonté respectée ou non, qu’à travers l’analyse minutieuse du degré de réduction de sa marge de manœuvre dans un système d’action précis.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la question de la volition de la prostituée

  • 1 L’auteur remercie sincèrement Jean-Michel Chaumont, Gérard Mauger et les relecteurs de la revue pou (...)

1Les débats moraux et éthiques que soulève la prostitution ont de remarquables caractéristiques : ils sont d’une part répétitifs voire figés – certains arguments survivant durant des siècles – et d’autre part souvent très tranchés 1. Plusieurs auteurs ont pu construire la généalogie de ce qui semble s’apparenter à une « histoire sans fin » (Chimienti, 2008), en montrant comment, malgré l’apparition de nouvelles problématiques (changements dans les flux d’immigration ou dans les formes de « traite », etc.) et malgré l’évolution des contextes économiques, sociaux et culturels, la structure même de ce débat se modifie très peu.

2Cette stabilité dans la confrontation provient en grande partie de la mobilisation récurrente par les commentateurs, scientifiques ou non, d’une série d’axiomes qui concernent la représentation de la prostituée, en tant que personnage (réel ou fantasmé, observé ou imaginé) cristallisant toutes les tensions du débat. Il s’agit d’une anthropologie qui pousse ceux qui en font usage à affubler la prostituée, de façon consciente ou non, d’une série de compétences ou d’incompétences, de capacités ou d’incapacités qui vont ensuite commander toute la logique argumentative du discours tenu. Ces qualités sont pensées de façon binaire : soit totalement présentes, soit totalement absentes. Se dessine alors un clivage, assimilable à un ensemble de disjonctions structurales, entre d’une part une grammaire de la contrainte externe (postulant l’irresponsabilité, l’inconscience, l’incapacité à choisir et à savoir ce qui est bon pour elle-même, etc.) qui essentialise la prostituée comme une « victime » (bonne ou mauvaise) et d’autre part une grammaire du choix personnel (prétendant à l’existence chez la prostituée d’un libre-arbitre, d’une volonté, d’une responsabilité, d’une capacité de décision en connaissance de cause, etc.) qui en fait alors un acteur plus ou moins réflexif.

  • 2 Il s’agissait déjà du raisonnement pratiqué par les militants qui luttaient contre le phénomène de (...)
  • 3 Cette perspective, principalement née d’une réaction à la posture abolitionniste déresponsabilisant (...)

3D’autres postulats anthropologiques peuvent venir renforcer ces disjonctions idéal-typiques. Par exemple, les auteurs qui prétendent qu’il n’est pas naturel pour une femme de vendre des services sexuels et que l’essence de la prostitution est la domination, considéreront dès lors qu’une personne se trouvant dans cette situation ne peut pas l’avoir choisie (sauf à être atteinte d’une forme de pathologie, d’être sous le coup d’une menace ou d’avoir intériorisé les modèles véhiculés par le patriarcat, qui sont d’autres formes d’arguments déresponsabilisants). Le jeu de langage qui découle de cette grammaire de la contrainte externe, bien que très ancien 2, est actuellement pratiqué par les tenants du mouvement (néo-)abolitionniste (voir par exemple les écrits de Barry [1979], Louis [1991] et Poulin [2005] qui en constituent des parangons). De l’autre côté, certains défenseurs de la « liberté de se prostituer » et de la « reconnaissance sociale des métiers du sexe » célèbrent, à travers la grammaire du choix personnel, la possibilité de disposer de son propre corps comme un impératif universel applicable en tout lieu et en tout temps et dont la liberté de choix est du seul ressort de la prostituée 3.

4Bien évidemment, il s’agit ici de deux postures dessinées de façon idéal-typique et leur présentation ne rend pas compte de l’ensemble de la littérature sur la prostitution et des positions plus fines qui tendent à s’y exprimer. Ainsi, il existe des travaux proches de la défense de la liberté de se prostituer, mais qui se montrent particulièrement attentifs à la pluralité des pratiques prostitutionnelles (parmi lesquels ceux de Catherine Deschamps [2006], Colette Parent et Chris Bruckert [2010]) qui, tout en s’inscrivant en faux contre les essentialismes à partir de recherches empiriques contrôlées, tiennent une position plus nuancée, ne défendant pas une liberté abstraite, mais une décriminalisation réfléchie (Corriveau, 2010, p. 47).

5Force est cependant de constater que cette fracture idéologique reste, dans le débat public, particulièrement prégnante et que son usage dans les arènes scientifiques rend les analyses objectivantes ou dépassionnées du phénomène de la prostitution très difficiles – raison pour laquelle les travaux qui viennent d’être cités sont particulièrement importants. D’abord, elle moralise une série de termes comme en témoigne la charge idéologique qui semble inévitablement accompagner l’usage de notions comme « traite », « travail du sexe », ou même « prostitution ». Elle entretient ensuite une suspicion sur l’usage du discours des acteurs (faibles) de la prostitution. Enfin, elle fait planer sur le chercheur le risque d’une disqualification automatique de son propos s’il se voit, à tort ou à raison et malgré les éventuelles précautions qu’il a pu prendre, situé d’un côté ou de l’autre de l’alternative dessinée ici. Le nœud gordien qui semble tétaniser l’analyse (et peut-être l’action politique) reste celui de la volition : la situation de la prostituée résulte-t-elle du libre choix de celle-ci ou au contraire de facteurs (liés à la volonté d’autres personnes) qui l’y maintiennent contre son gré ? Dans cette fracture idéologique, la volonté semble elle aussi se laisser saisir uniquement de façon totalement présente ou absente : soit la personne fait quelque chose qu’elle a voulu, choisi et désiré (authentiquement), soit elle fait quelque chose qu’elle n’a pas voulu, ce qui signifie qu’elle y a été forcée.

6Trancher ce nœud, c’est-à-dire mettre de côté, au moins temporairement, cette question de la volition, permet d’aborder à nouveaux frais, de manière analytique et dépassionnée, la question essentielle des relations de pouvoir (en tant que possibilité d’agir sur la conduite d’autrui) au sein du monde de la prostitution, sans réduire celle-ci à son appréhension par la volonté respectée ou non de la prostituée. La question de la volonté, si elle est socialement particulièrement pertinente, ne constitue peut-être pas le meilleur point de départ pour une enquête sociologique. Contre les versions extrêmes et abstraites de la « liberté de se prostituer », il faut reconnaître l’existence de ces relations de pouvoir et en attester à travers des études empiriques. Contre le moralisme abolitionniste, il faut d’une part porter son attention sur le pouvoir réel (et non sur le pouvoir fantasmé, ce qui suppose de déconnecter la question de la prostitution de celle de la traite) et d’autre part comprendre le pouvoir comme un phénomène relationnel et systémique prenant place dans des contextes particuliers (et non comme une essence appartenant à des personnes aux qualités morales variables).

  • 4 Pour une description succincte des archives, voir la présentation qu’en donne Jean-Michel Chaumont (...)

7Le pari de cet article est de pousser au maximum le processus d’objectivation sociologique à l’aide d’outils célébrés pour leur capacité à formaliser des situations – et critiqués par ailleurs pour la pauvreté de leur modèle anthropologique – à savoir l’analyse stratégique des organisations et l’analyse des réseaux d’acteurs sociaux. Cette analyse dépassionnée ne disqualifie pas une posture morale. Cependant, elle la subordonne, par un « détour de production » au temps de la description des faits. Pour réaliser cet exercice, nous avons l’opportunité de disposer d’un matériau exceptionnel 4 : les comptes-rendus d’enquête undercover réalisés dans les années 1920 dans le milieu de la prostitution dans différentes parties du monde. Vu la spécificité de ce matériau, un premier point est consacré à sa présentation, ainsi qu’à l’évocation de sa plus-value et de ses limites. Dans un deuxième temps, nous tenterons de proposer une formalisation des systèmes de prostitution rencontrés par les enquêteurs à l’aide de l’analyse stratégique et de l’analyse des réseaux d’acteurs sociaux. Dans un troisième temps, nous nous concentrons sur une situation particulière : celle du monde interlope de la prostitution à Buenos Aires en 1924. En conclusion, nous verrons en quoi cette analyse permet de jeter un regard neuf sur l’organisation de la prostitution et l’épineuse question de la vulnérabilité de la « fille » (pour reprendre l’expression [Girl] des enquêteurs américains) dans ce système.

L’enquête de la SDN sur l’underworld de la prostitution (1924-1926)

Une enquête internationale aux rapports oubliés

8De 1924 à 1926, la Société des Nations (SDN) réalise la première enquête d’ampleur mondiale sur un phénomène qualifié de criminel : la traite des femmes et des enfants (précédemment qualifiée de « traite des blanches »). L’ensemble des prestations ont été financées par la fondation dirigée par John D. Rockfeller Jr qui, en riche philanthrope, se préoccupait depuis 1910 de la lutte contre ce qui était déjà identifié comme un « fléau ». John D. Rockfeller avait déjà soutenu deux enquêtes de moindre ampleur en 1913 et 1914. La première d’entre elles avait été conduite par Georges Kneeland (Commercialized prostitution in New-York), qui avait innové sur un point méthodologique important : l’introduction de l’enquête undercover, dans laquelle le chercheur-policier ne dévoile rien de sa posture réelle et tente d’intégrer le milieu investigué en se faisant passer pour l’un d’entre eux. George Jacson Kneeland dira :

« Il est communément admis que les individus qui vivent des bénéfices de la prostitution ne sont pas fiables, qu’on ne peut ajouter foi à leurs déclarations. C’est vrai sans doute en ce qui concerne leurs propos à la barre des témoins ou devant une commission d’enquête. Mais entre eux, ils parlent de leurs affaires en toute franchise et probablement avec une vue généralement assez exacte des choses. Ils mangent et boivent, achètent et vendent, planifient et organisent comme d’autres hommes d’affaires ; c’est dans ces circonstances que les faits et les conversations ici présentés ont été recueillis » (Kneeland cité dans Chaumont, 2009, p. 43).

9Affublée d’une crédibilité importante aux yeux des commanditaires, cette technique, tant policière que scientifique, fut appliquée à bien plus grande échelle dans l’enquête de 1924. Les deux principaux enquêteurs engagés dans le travail de terrain, Paul Kinsie (signant « PK » et codé « #70 » dans les rapports d’enquête) et Samuel Auerbach (codé « SMA ») reçurent pour mission de Bascom Johnson, adjoint de William Snow, lui-même directeur de l’Association américaine d’hygiène sociale (ASHA) mais également président du Comité d’experts de la SDN chargé de produire le rapport, d’infiltrer le monde interlope de la prostitution afin d’y déceler l’existence de cas de traite des femmes et enfants. Durant deux ans, 28 pays furent visités par les enquêteurs, de l’Europe de l’Est à l’Amérique du Sud, du Canada au Moyen-Orient. Les rapports de terrain fournis par les enquêteurs comportent plusieurs milliers de pages et témoignent de leurs rencontres avec plus de 400 acteurs de l’underworld de la prostitution – et non 5000 comme le rapport final l’annoncera – dont ils consignèrent autant que possible l’identité dans un code-book. Parmi ceux-ci, des prostituées (codées Girls – G), souteneurs (Pimps – P), madames (Madames – M), trafiquant (Trafficker – T, chargé du recrutement et de l’acheminement des prostituées) et personnes possédant un/des bordel(s) (Disorderly Housekeeper – DH), sans oublier les « personnes respectables » (Respectable people – R).

10Dans son ouvrage Le Mythe de la traite des blanches (2009), Jean-Michel Chaumont montre comment les résultats des enquêtes de terrain furent travestis par les « experts », convaincus à l’avance de l’existence d’un trafic massif de jeunes femmes à réprimer. Leur rapport d’alors, largement célébré et diffusé et pourtant fondé sur des données qui n’en corroborent pas les thèses, a participé à la solidification de ce « mythe fondateur ». Il reste cependant que les données récoltées par les enquêteurs n’ont jusqu’à présent pas fait l’objet d’un traitement systématique et contrôlé, alors que, comme nous le montrerons, elles constituent, toutes considérations morales mise à part, une mine d’informations d’une richesse sociologique inégalée. Avant de présenter brièvement la façon dont ce matériau a été analysé, il importe de faire quelques considérations sur son statut, son intérêt et ses limites.

Un matériau unique et encore inexploité

11Cette recherche à grande échelle constitue un parangon des enquêtes réalisées dans un contexte d’indifférenciation relative entre d’une part l’enquête policière mandatée par un pouvoir – étatique ou, en l’espèce, privé – soucieux de mieux connaître pour mieux contrôler ou réprimer, mettant en place une forme de biopolitique appliquée aux flux et visant principalement les populations marginales (Foucault, 2004a et 2004b ; Corbin, 1982 ; Donzelot, 1977) ; et d’autre part la recherche sociale qui vise à mettre au jour des phénomènes et leurs lois inaccessibles à la compréhension de ceux qui n’ont pas de méthodes d’enquête (Knepper, 2011).

  • 5 En particulier Motche Goldberg (codé 1-DH), propriétaire de plusieurs bordels à Buenos-Aires, Schlo (...)

12Deuxièmement, s’il est difficile d’imaginer comment, de nos jours, des enquêteurs pourraient évoluer undercover durant plus de deux ans dans des dizaines de pays, c’est au regard des conditions spatio-temporelles qui ont permis cela en 1924 et qui n’existent probablement plus aujourd’hui. La manière dont les enquêteurs – PK en particulier – ont infiltré les différents milieux de la prostitution suit souvent la même structure. Faisant preuve d’une audace et d’un sang-froid certains, PK se fit tantôt passer pour un souteneur qui cherche à placer une prostituée dans une maison, tantôt pour un homme de main d’une personne importante dans le réseau pour qui il cherche à acquérir une maison de passe. Si l’enquêteur a ainsi réussi à parcourir des réseaux entiers (presque uniquement juifs) de prostitution, c’est, outre ses qualités personnelles d’enquêteur, parce que la lenteur de la propagation de l’information ainsi que le coût de la mobilité – absence de moyens de transports rapides, cherté des communications, insertion très locale d’un grand nombre d’acteurs – l’ont mis en position de doubler nombre de ses interlocuteurs, jouant de recommandations fictives mais invérifiables, inventant de toutes pièces des situations alors que les membres de l’underworld ne pouvaient faire autrement que de lui laisser au minimum le bénéfice du doute, car il leur était bien souvent impossible de recouper l’information. PK a parfaitement profité de cette situation pour éviter de susciter le doute chez ses interlocuteurs, allant même jusqu’à se faire adouber par des personnages clés des réseaux investigués 5.

  • 6 Les enquêteurs assimilent par exemple dans leurs descriptions fellations et sodomies à des « perver (...)

13Les rapports composés par les enquêteurs sont extrêmement riches, relatant de façon ethnographique les interactions qu’ils ont entretenues avec les membres du milieu. Cependant, il n’est certainement pas question d’une quelconque « charité herméneutique » et encore moins de « neutralité axiologique » dans l’attitude d’enquête de PK et SMA. Leur profonde antipathie à l’égard du milieu de la prostitution est bien visible, notamment dans l’utilisation sporadique de certains termes peu amènes pour qualifier les prostituées ou leurs pratiques 6. Cependant, cette détestation ne semble avoir entaché ni leur capacité à intégrer ces milieux, ni celle de les décrire avec la précision et la froideur d’un examen de légiste. Ces rapports sont précieux car ils offrent le discours décomplexé d’un nombre très important d’acteurs de l’underworld, la situation d’enquête undercover permettant de réduire fortement le biais introduit par la désirabilité sociale qui risque d’affecter les propos tenus sur des sujets sensibles face à un enquêteur identifié comme tel.

  • 7 Au contraire, ils semblaient « animés d’une éthique professionnelle forte qui leur faisait par exem (...)
  • 8 Or, PK ne manque pas de relater des situations terribles de prostitution locale. À La Barbade, il d (...)

14Une caractéristique importante de ce matériau est à signaler. Malgré le fait que l’immense majorité des comptes-rendus semblent très complets et le fait qu’il n’y a pas de raison de penser que les enquêteurs auraient pu chercher à dissimuler de l’information 7, ceux-ci n’avaient pas pour mandat de réaliser une enquête sur la prostitution, mais sur l’existence de situation de traite (des blanches) dans le milieu de la prostitution. Leur enquête s’est donc uniquement focalisée sur des scènes par hypothèse favorables à l’émergence de telles situations. Ainsi, la prostitution locale, les filles parfois mineures issues de la campagne et prostituées (souvent par leurs familles) pour échapper à la misère n’ont reçu quasiment aucune attention de la part des enquêteurs 8.

15Il s’agit néanmoins d’un matériau parmi les plus fournis, les plus originaux et les plus complets, probablement sans équivalent pour l’analyse du fonctionnement de l’underworld de la prostitution durant cette période. Il offre la possibilité d’en construire une cartographie multi-niveaux, alliant l’étude de situations micrologiques spatio-temporellement situées à la possibilité d’une prise en compte du contexte macrologique. L’intégralité des rapports des enquêteurs a été retranscrite. Notre présente analyse s’est concentrée sur les rapports de l’enquêteur le plus productif, à savoir PK. Dans un premier temps, nous avons reconstruit graphiquement l’entièreté du réseau investigué par PK dans les 28 pays, en mentionnant la nature des relations qui unissaient les différents contacts 9. Dans un second temps, nous avons procédé à la construction d’un modèle d’analyse à partir des comptes-rendus de ce même enquêteur, en cherchant à décrire puis à dépasser l’extrême diversité des situations rencontrées par PK dans les 28 pays visités.

Formaliser l’underworld de la prostitution

  • 10 La gestion de la dépendance mutuelle des parties constituant justement la définition de base d’un s (...)

16Comment qualifier la structure relationnelle dans laquelle évoluent les membres de l’underworld de la prostitution ? Nous suivons l’argument de Lilian Mathieu lorsqu’il défend l’idée que le complexe relationnel qui se forme autour de la prostitution ne peut être qualifiée de « champ » au sens de Bourdieu (Mathieu, 2007). On peut par contre considérer qu’il s’agit là d’un système d’action concret (Crozier & Friedberg, 2004) d’une forme particulière, que l’analyse en réseau (Lemieux, 2004) permet de préciser. L’underworld constitue une organisation informelle, constituée d’individus en interdépendance, qui poursuivent des buts souvent personnels et entre lesquels des ressources circulent 10. Ces individus partagent au moins trois caractéristiques : ils sont tous mus par des intérêts susceptibles d’être – à un moment du moins – traduits en avantages pécuniaires, ils exercent tous une activité qui se trouve, à des degrés divers, aux limites de la loi (autrement dit, ils sont tous concernés par la zone d’incertitude que contrôlent les représentants du pouvoir) et enfin, ils dépendent tous (à des degrés divers également) de la relation d’argent qui prend place entre la prostituée et ses clients.

17Quels sont les acteurs qui répondent à cette description ? Il y a bien sûr les prostituées elles-mêmes, mais également les policiers et les médecins corrompus, les souteneurs, les tenanciers de bordel, les maquerelles, les trafiquants. Outre ces groupes d’acteurs, peuvent également être inclus dans le réseau de prostitution une myriade d’individus qui exercent des compétences particulières plus ou moins nécessaires à l’exercice de la prostitution, qu’elles soient actives (fabricant de faux passeports, avocat de DH, individu capable de se procurer du sérum contre la syphilis, agent chargé d’enquêter sur la réputation d’un souteneur, etc.), ou passives (voisins, policiers, médecins qui acceptent de fermer les yeux contre rémunération, etc.).

18Il est possible de reconstruire une formalisation idéal-typique de son fonctionnement à partir de son unité de base : la relation de prostitution elle-même. On peut formaliser l’underworld par cette simple proposition : si la relation principale de l’exercice de la prostitution est celle – d’argent – qui a cours entre la prostituée et son client – par ailleurs la seule relation « productive » – d’innombrables intermédiaires viennent s’y greffer, en tentant souvent de se rendre indispensables, afin de justifier le dû qu’ils peuvent ponctionner au passage. Il y a ceux qui offrent l’infrastructure, ceux qui payent le voyage des prostituées, ceux qui amènent les clients, ceux qui graissent la patte des officiels, ceux qui décident de ne pas appliquer les règles, etc. Plus précisément, si une série d’acteurs sont directement dépendants de la relation prostituée-client (la prostituée elle-même, les souteneurs, les « madames », etc.), d’autres acteurs sont dépendants de la dépendance des premiers à l’égard de cette relation. Par exemple, pour qu’ils puissent tirer un bénéfice de leur position, les policiers corrompus ont besoin que les acteurs qui les corrompent aient à leur tour besoin de la relation entre la prostituée et le client. Il en va de même pour les médecins, les individus qui fabriquent de faux passeports, des voisins de bordels illégaux qui monnayent leur silence, etc. Et ainsi de suite. Ainsi, la rencontre entre la prostituée et le client n’a plus rien d’automatique ou de donné, elle est conditionnée par toute une série de dispositifs qui visent à la faciliter (même si dans la réalité c’est loin d’être toujours l’effet concret produit), ces derniers étant à la mesure des difficultés que d’autres acteurs, souvent officiels, créent et qui ont pour effet (intentionnel ou objectif) de diminuer la probabilité que cette rencontre puisse s’effectuer. « Adopter des stratégies gagnantes » dans l’underworld (Crozier & Friedberg, 2004), c’est donc être en mesure de se rendre indispensable à l’exercice de la prostitution pour justifier sa place, c’est contrôler une zone d’incertitude qui permette de justifier le profit que l’on peut en tirer. Ainsi se crée un système d’obligations, d’interdépendances complexes à l’intérieur duquel chacun essaye de s’y retrouver en profitant de la circulation des ressources. Analytiquement, le choix d’inclure un acteur dans ce système de prostitution dépend du fait qu’il entretienne des dépendances à l’égard d’autres membres du système. Dès lors, c’est aux relations de coopération/concurrence qui prennent place dans les systèmes de prostitution que le terme d’interdépendance s’applique (voir fig. 1).

Figure 1 : Configuration typique d’un système de prostitution à Buenos Aires (1924)

Figure 1 : Configuration typique d’un système de prostitution à Buenos Aires (1924)

19Notons également que certains segments des systèmes de prostitution que rencontre PK peuvent avoir intérêt à renforcer leur position collective dans le système, quitte à ce que ce soit au détriment de l’intérêt individuel de certains (qui pourraient encore être plus puissants s’ils la jouaient « solo »). La communauté d’intérêt peut se voir renforcée par la création de règles (de conduite, d’honneur, etc.), souvent informelles, mais aussi de symboles communs. Ainsi, des groupes d’acteurs fortement connexes luttent contre la menace constante de désintégration du système d’interaction en cherchant à installer des relations de confiance ou d’obligation morale qui dépassent la simple coïncidence conjoncturelle d’intérêts (voir infra et Albert Londres [2007] sur une organisation de souteneurs français à Buenos Aires) .

Un cas de prostitution à Buenos Aires en 1924

  • 11 Cela correspond au dossier S.171 (Argentine) des archives de la Ligue des Nations à Genève. Les cit (...)

20Si le modèle d’analyse présenté a été construit à partir de l’entièreté des situations relatées par PK, il est impossible ici de faire état de chacune d’entre elles tant, comme on va le voir, les configurations des systèmes de prostitution sont fonction du contexte dans lequel elles évoluent. Nous l’illustrerons donc à partir d’une configuration particulière d’un système de prostitution : celle repérée à Buenos Aires en 1924 11.

Décrire le contexte du système de prostitution

21Il n’est pas question ici de chercher à décrire l’entièreté de l’environnement dans lequel évolue ce système, mais de noter les éléments qui, du plus local au plus global, possèdent un impact sur son existence et sa forme. Deux ordres d’éléments doivent être présentés : ceux qui tiennent à l’environnement socio-économique général et immédiat et ceux qui concernent l’environnement législatif et réglementaire du territoire. Le premier suppose de se confronter à la question de la rareté des moyens de subsistance (et donc à la question de la misère) ainsi qu’à la distribution inégale des ressources qui permettent de vivre ou de survivre. Il est, en ce sens, la condition d’existence des systèmes de prostitution en tant que moteur des dépendances (tous les acteurs sont, au final, dépendants de la dépendance de la prostituée aux revenus de la prostitution). Le second concerne la plus ou moins grande tolérance des autorités par rapport aux différents acteurs de la prostitution. Il questionne ainsi la distribution de la coercition et de la violence légitimes. Il est celui qui donne leurs formes particulières aux systèmes de prostitution.

L’environnement socio-économique

  • 12 C’est-à-dire, dans le langage vernaculaire, des filles qui ont des rapports sexuels de passage cont (...)

22Au tournant du xxème siècle, Buenos Aires occupe une place particulière dans l’imaginaire occidental. La ville est à la fois le « Paris » de l’Amérique du Sud, l’« Eldorado » pour de nombreux Européens désargentés, mais aussi la « Sin City », la Sodome des temps modernes (Guy, 1988, 1991 ; Fischer, 2009). Ce statut lui octroie un pouvoir d’attraction important qui occasionne un décuplement de la population entre 1869 et 1914, pour atteindre près de 1,4 millions d’habitants. La Première Guerre mondiale ne fait que renforcer cette tendance. Si l’économie argentine a globalement pu en tirer parti, l’économie européenne se porte mal. Quand PK demande à son informateur principal (1-DH) d’où viennent les prostituées qui immigrent, celui-ci répond qu’il est très facile de les trouver, notamment en « Pologne, en Russie, en Allemagne, en Roumanie et en France. Partout où elles crèvent de faim ». Les filles, dont certaines sont déjà des « charity girls » 12, sont « contentes de partir et de profiter de l’occasion de faire un peu de fric ».

  • 13 En Pologne (Dantzig, 1925), PK apprendra de ses informateurs qu’il est très facile pour une juive d (...)

23À cela se rajoute, particulièrement dans les pays d’Europe de l’Est, un antisémitisme de plus en plus marqué et politiquement organisé 13. Nombreuses sont celles pour qui n’importe quel avenir vaudra mieux que de rester au pays. Une Madame (7-M) tenant un bordel à Rio présente à PK sa nièce qu’elle a fait venir de Pologne, en lui expliquant qu’elle va être « gardée » par un homme riche. PK demande alors à 7-M si elle pense que sa nièce aimera (« like ») cet homme et si cette dernière ne devrait pas plutôt être mariée en Pologne selon le souhait de ses parents. 7-M lui répond :

« "L’aimer ?" Qu’est-ce que ça change ? Si quelqu’un te donne tout ce que tu veux, évidemment que tu vas l’aimer [...] Qu’est-ce qu’elle pourrait faire d’autre ? Marier un raté à Varsovie ? Elle est bien mieux ici ! ».

24Ces phénomènes conjoints accentuent les flux migratoires, que seule l’augmentation faramineuse (de 300% entre 1923 et 1926) du prix de la traversée en bateau de l’Atlantique vient tempérer (Sofer dans Guy, 1991, p. 45).

  • 14 Pour rappel, les conditions sont tout à fait différentes pour les prostituées indigènes et PK renco (...)
  • 15 Selon Albert Londres, les « Polaks » tarifaient la passe à 2 pesos, tandis que les Françaises pouva (...)

25À côté de l’Égypte et du Canada, l’Amérique du Sud – et en particulier l’Argentine et sa capitale – constituent une terre promise pour les acteurs du monde de la prostitution internationale 14. Tout le monde, prostituées comprises, peut espérer faire fortune en quelques années pour ensuite regagner son pays. De nombreux membres de l’underworld partagent cet espoir : « C’est le seul endroit où faire du fric, dira une Madame (4-M) rencontrée en Uruguay à PK, en Amérique du Sud, une fille peut gagner plus que n’importe où. Je connais des filles qui se sont fait assez de fric pour vivre confortablement en France pour des années ». À Buenos Aires, la clientèle est nombreuse et libérale et il n’est jamais fait mention d’une concurrence, entre souteneurs du moins. Ceci peut s’expliquer d’une part par le fait que chez les étrangers, très majoritaires à Buenos Aires, le rapport entre la proportion d’hommes et la proportion de femmes était de deux pour un en 1914 (Seefeld dans Guy, 1991, p. 41) et d’autre part parce que la prostitution était suffisamment intégrée dans les moeurs au point que, selon Donna Guy, « men of all classes before 1936 often received their sexual initiation in a bordello » (Guy, 1991, p. 46). L’importance du contingent de prostituées dans la ville témoigne aussi de l’absence d’alternative pour les femmes natives comme immigrées. Au crépuscule du xixème siècle, 65% des femmes de plus de 14 ans se retrouvaient sans emploi à Buenos Aires. Les autres se voyaient principalement employées dans les secteurs des services domestiques et du textile (et de la couture), payées à des salaires relativement bas. C’est ainsi que la première prostituée rencontrée par PK à Buenos Aires, une Allemande (2-G), divorcée et immigrée dans l’espoir d’un travail, se vit contrainte de vendre ses charmes parce que les 4 pesos par jour que lui offraient ses autres emplois ne lui permettaient pas de vivre, alors qu’une seule passe lui rapporte entre 5 et 10 pesos, parfois plus 15. Ainsi, les souteneurs rencontrés par PK insistent sur la facilité avec laquelle les prostituées dans lesquelles ils ont investi, une fois au courant des « salaires de misère » (6-P) payés à Buenos Aires, se rendent à cette évidence. Les « madames » ne disent pas autre chose à PK. Lorsque celui-ci, se faisant passer pour un souteneur, fait mine de vouloir laisser sa « fille » se prostituer à Rio, une « madame » (7-M) lui dit :

« Et alors, ta fille ? Pourquoi tu ne l’amènes pas ? Laisse moi y jeter un œil. Si elle est jeune, ou si elle paraît jeune, je peux lui arranger quelque chose avec un homme riche. Elle pourra vivre ici et il lui payera toutes ses dépenses. Elle peut faire des extra [au bordel], mais si elle ne veut pas elle ne doit pas. C’est une bonne opportunité, surtout pour une fille qui parle Anglais ».

  • 16 « À la base de la prostitution de la femme, il y a la faim. Il ne faudra pas perdre un instant ce p (...)

26Le contexte économique peut donc être considéré comme le véritable moteur des différents comportements des acteurs impliqués dans le milieu de la prostitution internationale 16. Il est contraignant dans le sens où c’est lui qui pousse certains acteurs à intégrer ce milieu. Il est également habilitant dans la mesure où il offre des opportunités : lorsque les affaires tournent, il permet à des individus de survivre, de devenir relativement puissants dans le système de prostitution ou d’en sortir. La quasi-totalité des individus rencontrés par PK et Albert Londres ont comme but parfaitement assumé de faire de l’argent, dans les diverses proportions évoquées (de la survie à l’opulence). Chez les « madames », les souteneurs ou les DH, la terminologie de l’investissement et du rendement est extrêmement fréquente : on investit dans des « filles », on fait des prêts usuraires à d’autres, on fait croître son business. L’argent sert à pratiquement tout : voyager, corrompre, se sortir d’une situation difficile, mais surtout à créer des obligations. Il faut enfin signaler que la plupart des acteurs envisagent, une fois suffisamment d’argent amassé, de sortir de la prostitution, dans l’espoir de retourner en Europe, pour y « vivre comme un Lord », selon le mot de 1-DH.

L’environnement législatif

27Depuis 1875, la prostitution est légalisée à Buenos Aires, dans un système réglementariste qui s’inspire des politiques napoléoniennes en la matière. L’argument qui en est au principe est d’ordre médical : il s’agit de contrôler la transmission de maladies sexuelles. L’aspect économique est également prégnant : chaque bordel est censé s’acquitter annuellement d’une somme de 10,000 pesos pour pouvoir exercer. Sous l’impulsion du Parti socialiste argentin et certains de ses représentants qui s’étaient donné pour mission la lutte contre la « licensed prostitution », ce système fut réformé à de multiples reprises, pour finalement aboutir en 1930 à l’abolition de la prostitution légalisée. Le combat fut cependant acharné entre les défenseurs d’un système totalement réglementariste et ceux qui, pour des questions sanitaires, sociales ou de réputation du pays, désiraient son abrogation. Depuis 1919, la Ley Gimenez bannit l’existence des maisons de prostitution collectives pour en arriver à un système hybride, où la prostitution est autorisée pourvu qu’une série interminable de règles soient respectées. Chaque prostituée doit exercer seule dans une maison qu’elle doit avoir achetée. Le seul autre acteur légal est une madame (nécessairement âgée de plus de 45 ans) que la prostituée peut employer. S’il n’y a pas de Red-Light District à Buenos Aires, les règles concernant le lieu d’établissement d’une maison sont très contraignantes : interdiction de proximité de moins de 200 mètres avec les églises, écoles ou autres maisons de prostitution ; invisibilité (à partir de la rue et des voisins) obligatoire, etc. Chaque prostituée doit être enregistrée à la police et subir des examens médicaux hebdomadaires. Dans le cas où une pathologie est découverte, elle est écartée et sa maison fermée jusqu’à son rétablissement.

28Le but de cette législation est, d’une part, d’en finir avec les intermédiaires de la prostitution – formellement, les souteneurs et disorderly-housekeepers sont interdits (risque de 30 jours de prison, voire de déportation si le budget de la ville le permet) – et d’autre part de contrôler les flux de prostituées – l’exercice de la prostitution sans être inscrite ou en rue est également interdit – sans pour autant nuire de façon trop importante au business de la prostitution étrangère. Souvent, les prostituées ne sont pas arrêtées, mais elles reçoivent une amende équivalente à 30 pesos. Il est également envisageable – mais interdit – d’exercer dans des bordels clandestins tenus par des « madames » qui ponctionnent de multiples façons les gains de la prostituée, ou d’exercer – également clandestinement (c.-à-d. sans être enregistrées) – au Casino de la ville.

  • 17 Ceci rejoint la thèse de Judith Walkowitz (1991), qui décrivait le souteneur comme un personnage ré (...)

29L’application de ces différentes mesures implique un nombre d’acteurs très important, chacun contrôlant une nouvelle zone d’incertitude. « Clairement, les prostituées se retrouvaient au beau milieu d’une continuelle lutte entre policiers, médecins et autorités locales » (Guy, 1991, p. 55). Ce qui apparaît comme une évidence à la lecture des travaux de PK et d’Albert Londres est l’absence d’une politique claire et cohérente, remplacée par des actions sporadiques d’individus investis d’un certain pouvoir dont ils peuvent décider de faire (partiellement) usage ou non. La multiplicité des règles et l’arbitraire dans leur application instaurent un climat de méfiance dans l’underworld, forçant les membres du système de prostitution à adopter des stratégies de couverture et de corruption, pour répondre à la pression qu’exerce sur eux le risque permanent d’être pris en défaut et tenter de réduire la zone d’incertitude contrôlée par les officiels. « Tu sais, dit 1-DH à PK, un flic peut retenir n’importe quelle charge contre toi. Même s’il n’a pas les preuves, il peut te faire arrêter ». Paradoxalement, l’effet objectif de cette législation fut non seulement de renforcer certains acteurs visés 17, mais qui plus est de multiplier les interdépendances dans les systèmes de prostitution, principalement au bénéfice des agents corrompus qui se retrouvent structurellement en position de tirer un maximum d’intérêts et au détriment des prostituées pour lesquelles le nombre d’interlocuteurs directs ou indirects augmente.

30Ainsi, chaque système de prostitution possède une forme que l’on peut qualifier d’idiosyncrasique, entièrement dépendante du contexte législatif et de son application. En imposant des règles, la loi crée en même temps une possibilité (au moins théorique) de les transgresser, de les contourner, ou de s’y adapter. Ce faisant, elle participe inévitablement à la valorisation de compétences possédées par certains acteurs, rendus indispensables aux yeux d’autres acteurs de l’underworld. Autrement dit, la présence de la règle organise la rareté des moyens de s’en accommoder. Le système de prostitution est comme organisé en miroir par ces règles qui créent des capitaux, fragilisent ou renforcent des positions d’acteurs jamais totalement stabilisées.

31La description du mode de fonctionnement d’un système de prostitution à Buenos Aires par 1-DH, l’informateur de PK, selon qui il y a entre 600 et 700 maisons de passe à Buenos Aires, permet de voir clairement comment ce réglementarisme valorise concrètement les différents types de capitaux et crée des interdépendances complexes. Théoriquement, le fonctionnement est très simple et ne laisse aucune place aux DH ou aux souteneurs. Selon 1-DH, à Buenos Aires, du point de vue de la législation, « tout est fait en faveur de la fille ». Dans la pratique, la situation est cependant très différente :

« Comme je te l’ai dit, [à Buenos Aires] il n’est pas censé y avoir de Madame, de maquereau, ou de tenanciers de bordels. Donc, pour que ça passe quand une fille s’enregistre auprès de la commune, elle doit montrer un papier qui prouve que le propriétaire de la maison dans laquelle elle va exercer lui vend effectivement cette maison et qu’il l’autorise à faire du business dedans. Tu vois, moi, en tant que propriétaire de la maison, comme tous les autres propriétaires, je donne à la fille un papier sur lequel il est écrit combien elle a payé la maison. Évidemment, quand je lui donne ce papier, elle se fait passer pour le propriétaire et moi je dois me protéger, parce que du coup elle pourrait garder la maison et m’obliger à dégager. La façon dont on se protège, c’est de demander une garantie de 1000 pesos à la fille. En plus, elle doit signer ce papier [avec une entête officielle] que tu peux acheter n’importe où. La fille le signe et ma femme ou moi on le contresigne. Je le garde et on n’écrit rien dessus sauf si la fille refuse de partir quand je lui demande. Si elle résiste, je peux donner ce papier à mon avocat et il peut la mettre à ce point dans la mouise qu’elle doit quitter la ville. […] Une fille reste en général six mois dans la maison, si elle est bonne. Puis je lui dis de partir et je la remplace par une autre. Et avant que l’autre ne rentre, on annule le document vierge de la première fille et je fais signer à la nouvelle un autre papier. La première fille retrouve sa garantie et l’autre doit payer 1000 pesos. C’est comme ça le business. Tu comprends maintenant pourquoi toutes les filles ont besoin d’un homme [un proxénète]. La fille n’a pas d’argent et il leur faut un homme pour arranger les choses et avancer le fric » (1-DH à PK).

  • 18 Concrètement, cela signifie que la « fille » doit accepter de pratiquer sodomie et fellation, vu l’ (...)
  • 19 Ce « club » rassemble autour de quelques figures emblématiques de nombreux souteneurs et autres act (...)

32En obligeant les filles à pratiquer en maison (et ainsi à s’acquitter d’une taxe), la loi assoit le capital de ceux qui détiennent les moyens de production. Bien sûr, aucune prostituée n’a les moyens de s’acheter une maison ou de payer un loyer. Elles doivent donc faire appel à un DH qui les sélectionnera du point de vue de leur « désirabilité » 18, leur louera une maison et leur demandera de partager leurs gains. Cependant, le DH, qui doit agir « undercover », ne peut légalement posséder la maison et développe ainsi des stratégies de couverture à l’instar de bien d’autres acteurs. Aux yeux de l’État, il se fait passer pour un propriétaire terrien dont le business n’a rien à voir avec la prostitution. Celle-ci est donc renseignée aux autorités comme appartenant à la prostituée qui l’occupe et qui emploie une madame de plus de 45 ans, dont le titre officiel est celui de waitress (dans les faits, celle-ci est au service du DH, soit par l’intermédiaire d’un agent qui en est responsable auprès de lui en cas de problème, soit parce qu’elle est sa femme « légitime »). Pour se protéger, le DH demande une caution souvent importante, que la fille ne peut fournir. Dès lors, elle doit faire appel à son souteneur pour qu’il avance la somme (ou donne sa garantie en tant que membre du « Hevra », club de souteneurs juifs, où l’entrée se joue principalement à la réputation 19). La madame rapporte l’entièreté des gains au DH, qui en rétrocède ensuite 50% au souteneur de chaque prostituée (celle-ci doit, en sus, payer un montant hebdomadaire). Si la fille tombe malade (ce qui arrive fréquemment) et puisque la loi ne permet aux prostituées d’exercer que si elles sont en bonne santé, il faudra trouver quelqu’un qui peut corrompre un médecin ou falsifier les tests. Les acteurs qui possèdent un capital connexionnel ou informationnel s’en trouvent dès lors renforcés.

  • 20 Non seulement envers les DH, les souteneurs et les madames, mais aussi indirectement envers une kyr (...)

33De manière générale, dès qu’une loi contraint d’une quelconque manière l’exercice de la prostitution, il semble que la conséquence automatique soit la création d’obligations directes ou indirectes pour la prostituée qui s’en trouve redevable 20. Selon les membres de l’Hevra, il est dès lors impossible pour une prostituée d’exercer sans souteneur à Buenos Aires. Lorsque PK demande à 1-DH s’il est envisageable pour une fille qui débarque à Buenos Aires de s’installer dans une maison, celui-ci lui répond « elle ne peut pas, elle doit avoir un homme. Quelqu’un que nous connaissons, qui soit fiable ». PK insiste et demande ce qui se passerait s’il débarquait en tant qu’étranger avec une fille à placer : pourrait-elle alors travailler dans une des maisons ? 1-DH répond :

« Certainement pas tant que nous n’avons rien trouvé sur toi. La première chose que tu devrais faire c’est d’aller dans une maison et de demander une place pour ta fille. Le tenancier t’enverra un commission agent. Il enquêtera sur toi et ta fille et si tu as l’air clean et que tu connais ou quelqu’un qu’on connait, il essaiera de trouver une place pour ta fille dès que possible. Tu sais que tu devras payer cet agent environ 200 pesos pour qu’il t’arrange ? ».

Penser la marge de manœuvre de la prostituée

34Analytiquement, la marge de manœuvre de la prostituée peut être analysée comme la résultante de la distribution des capitaux et des zones d’incertitudes organisée par la loi et son application. D’un côté, les contraintes imposées à l’exercice de la prostitution rendent la prostituée d’autant plus dépendante de ceux qui lui permettent de les contourner. Ainsi, la politique réglementariste à Buenos Aires renforce la position des intermédiaires au lieu de la déforcer. Par ailleurs, la prostituée est sans doute (avec, dans certains cas, le souteneur) l’acteur le plus fragile du système prostitution décrit ici, car le plus durement soumis à la contrainte économique. Un proxénète dira à PK : « Quand la fille se rend compte des salaires de misère qu’on paye à Buenos Aires et qu’elle n’a personne pour l’aider, ça ne prend vraiment pas longtemps pour qu’elle rentre dans le business ».

35D’un autre côté, puisque cette même politique place la plupart des acteurs à la marge de l’illégalité, l’existence du système de prostitution dépend autant des gains de la prostituée que du fait qu’elle ne donne pas aux autorités les clés de fonctionnement de l’underworld. La dénonciation est, outre l’exercice même de la prostitution, la principale zone d’incertitude théorique que la prostituée contrôle et qui limite fortement le pouvoir et la violence que les autres acteurs du système peuvent exercer sur elle. C’est ainsi que malgré l’acharnement de PK à détecter ce genre de situation, il ne retrouvera à Buenos Aires aucun cas de « fille » forcée à se prostituer contre son consentement (il fait mention d’ « histoires » qu’on lui a racontées, mais il n’a rien pu observer directement). Les autres acteurs se montrent d’ailleurs bien conscients de l’impossibilité de mettre en place un système qui puisse se passer du consentement de la prostituée – et font part à PK de leur incompréhension face sa volonté d’aller chercher une fille « green » qui ne connaîtrait pas encore les règles du jeu (« that doesn’t know the game »). C’est ainsi qu’un souteneur (codé 6-P) prévient PK de l’importance de s’attacher sa prostituée et lui déconseille fortement de choisir une néophyte alors que tant de prostituées attendent consciemment de pouvoir exercer :

« De nos jours, on ne peut plus forcer les filles […]. Suppose que tu dépenses un paquet de milliers de dollars pour une jolie petite Française. Tu la mets dans une maison de passe et après un moment, elle prend son fric et te file entre les doigts. C’est pas la Russie ici, tu sais : tu ne vas pas pouvoir l’arrêter. Si tu la maltraites, tu as de bonnes chances d’avoir de gros problèmes ».

36De façon plus générale, si PK ne trouve aucune prostituée tenue captive, il peut néanmoins décrire les très nombreux arrangements par lesquels celles-ci sont amenées à contracter des dettes envers toute une série d’acteurs : le souteneur qui avance la caution, la madame et le DH qui prennent un pourcentage sur toutes les passes, le trafiquant qui avance le prix exorbitant de la traversée de l’Atlantique, etc. À Rio et à Montevideo, par exemple, les membres de l’underworld assurent à PK que, théoriquement, une fille peut partir lorsque ces dettes sont épongées, tout en insistant sur le fait que cela n’arrive que rarement : les dettes obligent à contracter d’autres dettes et le contexte d’une monnaie si faible, à Rio, par exemple, rend très difficile le fait d’économiser suffisamment pour partir.

37Cependant, dans la pratique, la principale menace qui pèse sur cette zone d’incertitude réside dans l’application arbitraire de la loi par de multiples agents qui se retrouvent en position de force. À Buenos Aires, la corruption qui existe ne semble pas structurée et n’est pas instaurée en système auquel participent les agents officiels. Par ailleurs, il en est souvent – mais pas seulement – fait usage au bénéfice de l’exercice de la prostitution par la fille (et partant, de tous ceux qui bénéficient de l’argent qu’elle produit), comme c’est le cas de la fabrication de faux certificats médicaux.

« Avant qu’elle [la fille imaginaire de PK] n’aille s’enregistrer au Département de la Santé, fais le moi savoir. Ils sont bien corrompus là-bas. Neuf filles sur dix qui passent le test de sang sont en fait contaminées et normalement elles ne peuvent pas retourner travailler dans leur maison avant d’être guéries. La façon la plus sûre d’éviter ça est de me dire quand ta fille va faire le test, comme ça je dis à ma femme d’arranger les choses. Tu peux être sûr que son test de sang sera parfait ! Ca coûte environ 100 pesos de s’arranger avec le gars dans le bureau » (1-DH à PK).

38Par contre, la corruption à grande échelle fait perdre son effet à la menace d’arrestation consécutive à une dénonciation de la prostituée. Cette dernière a intérêt à ce que les situations restent instables et conflictuelles, parce que c’est ce caractère mouvant qui lui donne sa marge de manœuvre. Une situation stabilisée, comme c’est le cas lorsque underworld et officiels s’entendent, porte une atteinte sérieuse à la zone d’incertitude qu’elle contrôle. C’est le cas de bien d’autres pays et villes visitées au même moment par PK (Turquie, Italie, Espagne, etc.). À Colon, au Panama, PK écrira dans son rapport que « les proxénètes "tiennent" avec la police et sont dès lors en mesure de causer à leurs femmes d’importants problèmes si jamais celles-ci refusaient de partager leurs gains avec eux ». Des trois possibilités théoriques décrites par Albert O. Hirschman, il ne reste plus alors que la loyalty, puisque la lutte à travers la dénonciation (voice) et la fuite (exit) (Hirschman, 2004), sont rendues impossibles par la connexion entre ceux dont la marge de manœuvre consiste à appliquer ou non la loi et les autres membres de l’underworld.

Conclusion

39Si, dans les rapports de l’enquêteur sur Buenos Aires (et a minori de façon générale), on trouve peu voire pas de cas de traite telle que définie par la Société des Nations, c’est probablement parce que cette appréhension de la traite par la SDN se raccroche à une définition très classique du pouvoir (« juridico-morale », aurait dit Michel Foucault) : il s’agit de cas où les filles sont forcées à se prostituer, ce qu’elles n’auraient pas fait sans l’intervention de membres de l’underworld. Autrement dit, leur libre-arbitre, leur volonté se retrouvent soumis à ceux d’autres personnes (Foucault, 2004a).

40Or, on peut être forcé à se prostituer sans que personne ne vous ait obligé à le faire. Cet article espère avoir montré à l’aide de la formalisation du système de prostitution empruntant à l’analyse stratégique et à l’analyse des réseaux d’acteurs sociaux que la question de la volition, posée de façon scolastique, ne constitue peut-être pas le meilleur point de départ pour une enquête de sciences sociales. Le détour par la description de la vulnérabilité objective de chaque acteur – en particulier des prostituées – dans un système d’action précis invite à réfléchir au degré de réduction de la marge de manœuvre de la prostituée, ce qui ne peut se faire qu’à travers la prise en compte minutieuse du contexte dans lequel chaque individu tente d’exercer du pouvoir pour survivre en tant qu’acteur. Au terme de ce détour, la question de la volonté peut être posée à nouveaux frais, de manière plus informée, car plus consciente des contraintes objectives qui forment en quelque sorte l’infrastructure sur laquelle viennent se greffer des contraintes morales. Ce faisant, cette approche peut constituer un tremplin pour une nouvelle forme de critique qui engage le moins possible de présupposés anthropologiques.

Barry K. (1979), Female Sexual Slavery, New York, New York University Press.

Chaumont J.-M. (2006), « A New Archival Source of Interest to Sociologists », Timelines, e-newsletter of the American Sociological Association, vol. 7, n° 5.

Chaumont J.-M. (2009), Le Mythe de la traite des blanches, Paris, Éditions La Découverte.

Chaumont J.-M. (2012), « Présentation. Entre paniques et croisades : sociologues et claims-makers », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 43, n° 1, pp. 1-13.

Chimienti M. (2008), « Prostitution. Une histoire sans fin ? », Sociétés, n° 99, pp. 11-20.

Corbin A. (1982), Les Filles de noces. Misère sexuelle et prostitution XIXème siècle, Paris, Éditions Flammarion.

Corriveau P. (2010), « Réguler le travail du sexe. Entre la victimisation et la liberté de choisir », dans Parent C., Bruckert C. et al. (dir.), Mais oui c’est un travail ! Penser le travail du sexe au-delà de la victimisation, Québec, Presses Universitaires de Québec, pp. 29-54.

Crozier M. & E. Friedberg (2004), L’Acteur et le système. Paris, Éditions du Seuil.

Degenne A. & M. Forsé (1994), Les Réseaux d’acteurs sociaux, Paris, Éditions Armand Colin.

Deschamps C. (2006), Le Sexe et l'argent des trottoirs, Paris, Éditions Hachette.

Donzelot J. (1977), La Police des familles, Paris, Éditions de Minuit.

Fischer T. (2009), Frauenhandel und Prostitution – das Beispiel Buenos Aires in den 1920er Jahren, consulté le 18 mai 2013 à l’adresse http://www.regionenforschung.uni-erlangen.de/​publikationen/​dokumente/​6/​09.pdf

Foucault M. (2004a), Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, Éditions Gallimard-Seuil.

Foucault M. (2004b), Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Éditions Gallimard-Seuil.

Friedberg E. (1993), Le Pouvoir et la Règle, Paris, Éditions du Seuil.

Gartner L.P. (1982), « Anglo-Jewry and the Jewish International Traffic in Prostitution 1885-1914 », AJS Review, n° 7, pp. 129-178.

Guy D. J. (1988), « White Slavery, Public Health, and the Socialist Position on Legalized Prostitution in Argentina, 1913-1936 », Latin American Research Review, vol. 23, n° 3, pp. 60-80.

Guy D. J. (1991), Sex and Danger in Buenos Aires. Prostitution, Family, and Nation in Argentina, Lincoln, NE, University of Nebraska Press.

Hirschman A. (2004), Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Iacub M. (2006), Le Crime était presque sexuel, Paris, Éditions Epel.

Kinsie P. (1962), « Impact of Prostitution on Syphilis Control », dans U.S. Department of Health, Education and Welfare, Proceedings of World Forum on Syphilis and Other Treponematoses, Washington, U.S. Governement Printing Office, pp. 149-152.

Knepper P. (2011), International Crime in the Twentieth Century: The League of Nations Era, 1919-1939, London, Palgrave Editor.

Lemieux V. (1999), Les Réseaux d’acteurs sociaux, Paris, Presses universitaires de France.

Londres A. (2007), « Le chemin de Buenos Aires », dans Œuvres Complètes, Paris, Éditions Arléa, pp. 380-472.

Louis M.-V. (1991), « Prostitution et droit de la personne », dans Cette Violence dont nous ne voulons plus, n° 11-12, pp. 3-10.

Mathieu L. (2007), La Condition prostituée, Paris, Éditions Textuel.

Parent C. & C. Bruckert (2010), « Le débat actuel sur le travail du sexe », dans Parent C., Bruckert C. et al. (dir.), Mais oui c’est un travail ! Penser le travail du sexe au-delà de la victimisation, Québec, Presses Universitaires de Québec, pp. 7-28.

Poulin R. (2005), La Mondialisation des industries du sexe, Paris, Éditions Imago.

Walkowitz J. (1991), « Sexualités dangereuses », dans Duby G., Perrot M. & G. Fraisse (dir.), Histoires des femmes en Occident. Le XIXème siècle, Paris, Éditions Plon, pp. 389-418.

Haut de page

Notes

1 L’auteur remercie sincèrement Jean-Michel Chaumont, Gérard Mauger et les relecteurs de la revue pour leurs commentaires sur des versions précédentes de cet article.

2 Il s’agissait déjà du raisonnement pratiqué par les militants qui luttaient contre le phénomène de la « Traite des blanches » (cf. infra et Chaumont, 2009) : si une femme se retrouvait dans un bordel, c’est forcément parce qu’elle y avait été contrainte par quelqu’un d’autre.

3 Cette perspective, principalement née d’une réaction à la posture abolitionniste déresponsabilisante, s’inscrit également dans une histoire longue (Guy, 1991). On la retrouve aujourd’hui par exemple chez Marcela Iacub (2006).

4 Pour une description succincte des archives, voir la présentation qu’en donne Jean-Michel Chaumont dans le bulletin de l’American Sociological Association (Chaumont, 2006).

5 En particulier Motche Goldberg (codé 1-DH), propriétaire de plusieurs bordels à Buenos-Aires, Schloymer de Lalker (2-T) à Paris et Chaim Leiner (6-T) à Varsovie.

6 Les enquêteurs assimilent par exemple dans leurs descriptions fellations et sodomies à des « perversions ». Par ailleurs, la réalisation de l’enquête ne détruira pas le rêve de PK d’un monde sans prostituées, puisqu’il déclarera près de 40 ans plus tard dans le cadre d’une communication lors un congrès sur la syphilis qu’il faudra absolument bannir la prostitution lors de la future colonisation humaine de la Lune, afin d’éviter la propagation des maladies vénériennes : « I propose here and now that, as lunar communities are established, steps be taken to prevent the practice of prostitution in such communitites » (Kinsie, 1962, p. 150). De façon plus générale, il y reprend le jeu de langage abolitionniste le plus pur, notamment en ce qui concerne la confusion entre prostitution et traite, l’exploitation et la victimisation de la prostituée et la dangerosité sociétale de la prostitution : « It must be underscored, emphasized again and again, that in dealing with the prostitution racket we cannot be satisfied - we cannot turn our backs - we cannont relax our vigil […]. Elimination of prostitution is still a dream, a far-off goal. But, I think no one will refute the point that vigorous and consistent law enforcement which has reduced prostitution to its lowest denominator has been a major factor in the control of veneral diseases » (Ibid., p. 152).

7 Au contraire, ils semblaient « animés d’une éthique professionnelle forte qui leur faisait par exemple un devoir de recouper scrupuleusement les informations à plusieurs sources » (Chaumont, 2009, p. 49)

8 Or, PK ne manque pas de relater des situations terribles de prostitution locale. À La Barbade, il dit : « de toute ma vie, je n’ai jamais rencontré autant d’enfants qui se prostituaient ». À Puerto Columbia : « Les femmes étaient à peine vêtues, leurs huttes puaient la crasse, leurs visages et leurs mains avaient l’air de ne jamais avoir vu l’eau de près ». À Montevideo : « Pour décrire correctement les conditions dégoûtantes de ce quartier [de prostitution locale], on pourrait dire que les prostituées et les hommes qui les fréquentent font partie des gens que des personnes respectables ne voudraient pas fréquenter même dans une rue bondée ».

9 Le résultat graphique de cet exercice est consultable à l’adresse : http://www.miniurl.be/r-5fh

10 La gestion de la dépendance mutuelle des parties constituant justement la définition de base d’un système (Friedberg, 1993).

11 Cela correspond au dossier S.171 (Argentine) des archives de la Ligue des Nations à Genève. Les citations de propos d’acteurs proviennent principalement de ce dossier et leur traduction de l’anglais vers le français est de mon fait.

12 C’est-à-dire, dans le langage vernaculaire, des filles qui ont des rapports sexuels de passage contre une maigre compensation (de la compagnie, un repas, etc.), mais sans que cela soit «  professionnalisé ».

13 En Pologne (Dantzig, 1925), PK apprendra de ses informateurs qu’il est très facile pour une juive d’obtenir un passeport, car les autorités semblent heureuses de voir les juifs émigrer. L’antisémitisme n’est qu’une facette d’un problème plus complexe, tant économique que démographique et culturel. La population juive de l’Europe de l’Est connut une croissance importante au tournant du xxème siècle, accentuant le décalage avec les opportunités économiques à leur disposition. Ce furent surtout les femmes qui en souffrirent, déjà fragilisées par le statut subordonné que leur conférait le mode de vie hassidique (voir les rapports de la féministe allemande Bertha Pappenheim, cités par Gartner, 1982, p. 134). Ainsi, l’Association juive pour la protection des filles et des femmes (JAPG&W) pouvait écrire dans un rapport en 1908 : « In Russia, Rumania and Galicia the conditions under which the Jews are largely forced to live is a direct incentive to the White Slave Traffic. Girls are only too glad to escape from the weariness and grinding poverty of homes where they are often not allowed to learn a trade » (Gartner, 1982, p. 141). Ainsi, les trafiquants juifs partis « en remonte » n’avaient aucun mal à trouver des filles prêtes à partir, soit que leurs parents y consentaient, soit qu’elles se prostituaient déjà « gratuitement ».

14 Pour rappel, les conditions sont tout à fait différentes pour les prostituées indigènes et PK rencontrera des situations de pauvreté extrême partout en Amérique du Sud, où des femmes et des enfants se prostituent « for nothing » dans des conditions « truly beyond description » (voir p. ex. La Barbade, Puerto Columbia, Caracas, etc).

15 Selon Albert Londres, les « Polaks » tarifaient la passe à 2 pesos, tandis que les Françaises pouvaient en espérer 5 pesos. Les pratiques particulières, comme la fellation, rapportent 10 pesos (Londres, 2007). Selon les interlocuteurs de PK, il n’est pas rare qu’une prostituée rapporte près de 1500 pesos par semaine (Albert Londres parle de 2000 pesos). Dans ses rapports, PK déclare que le taux de change d’alors est de 3 pesos argentins pour 1 dollar US. Selon le « purchasing power calculator » du site measuringworth.com, cela correspondrait à 12,80$ (ou 9,6 euros) en valeur de 2010. 1 peso argentin de 1924 équivaut donc environ à 3,2 euros. Le récit d’Albert Londres permet des calculs différents (1 peso de 1927 vaudrait actuellement environ 7 euros), mais l’instabilité du franc français à la fin des années 1920 rend délicate toute extrapolation.

16 « À la base de la prostitution de la femme, il y a la faim. Il ne faudra pas perdre un instant ce point de vue-là » (Londres, 2007, p. 469).

17 Ceci rejoint la thèse de Judith Walkowitz (1991), qui décrivait le souteneur comme un personnage résultant principalement des changements législatifs destinés à contrôler ou interdire l’exercice de la prostitution.

18 Concrètement, cela signifie que la « fille » doit accepter de pratiquer sodomie et fellation, vu l’immense demande pour ce type de pratique. C’est ce que PK confirme dans la conclusion de son rapport sur la situation à Buenos Aires : « Le chef de l’organisation [du réseau de prostitution] m’a dit que si une fille voulait faire de l’argent à Buenos Aires, elle devait apprendre à commettre des perversions [fellations et sodomies]. En effet, les perverses sont tellement demandées qu’aucun propriétaire n’acceptera de laisser travailler une fille si elle ne l’est pas ». Par ailleurs, du point de vue très pragmatique de 1-DH, ces pratiques ont également l’avantage de ne pas rendre la « fille » incapable de travailler durant ses menstruations.

19 Ce « club » rassemble autour de quelques figures emblématiques de nombreux souteneurs et autres acteurs juifs (masculins) du monde de la prostitution (adhésion à 20 pesos par mois). L’enquêteur qui s’y introduit se voit vanter l’entraide et la confiance mutuelle dont font preuve les différents membres, on se tient les coudes, on se renvoie l’ascenseur, on prête de l’argent à ceux qui sont dans le besoin et surtout, on ne se fait pas de sale coup entre nous (par exemple, on ne vole pas la fille d’un collègue, même si ça représenterait un « coup » intéressant). Ces règles ont d’abord pour but que la méfiance ne prenne pas continuellement le dessus, ce qui ne manquerait pas de nuire au business, mais aussi de renforcer la position collective du segment face à d’autres acteurs (les policiers, les filles, etc.) : « We boys must stick together. We have a little club and we each know what the other is doing » (1-DH). Elles peuvent alors prendre la forme d’un code de conduite fait de symboles partagés, comme une certaine richesse ou un certain style de vie (l’oisiveté, par exemple). À ce propos, la lecture en miroir du récit du séjour d’Albert Londres parmi les pimps français et des entretiens de PK avec les souteneurs juifs révèle une remarquable symétrie dans les qualifications et invectives mutuelles, révélant la prégnance d’un code d’honneur manifesté dans la distinction « nous-eux » (Hoggart) : l’absence d’honneur, les violences internes (« They are always cutting each other’s throat », dira 1-DH à propos des pimps français), mais surtout la violence envers les femmes (visiblement séduits par les codes du « Milieu », Albert Londres dira : « La traite des blanches, la véritable, la chose que le terme évoque à l’imagination populaire, ce sont les hommes polaks qui la pratiquent » (Londres, 2007, p. 439), alors que 1-DH, figure importante du Hevra juif à Buenos Aires, dira des souteneurs français qu’ils sont des « susicher (white slaver) » : « The French pimps are different. Some have two and three women. They beat their girls to make them bring money. They make real slaves out of them: our boys treat women right, and they never have more than one at time ».

20 Non seulement envers les DH, les souteneurs et les madames, mais aussi indirectement envers une kyrielle d’agents qui prennent une commission pour n’importe quoi : trouver une place dans une maison, enquêter sur la respectabilité d’un souteneur, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Configuration typique d’un système de prostitution à Buenos Aires (1924)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4991/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Marquis, « Les rapports de pouvoir dans l’underworld de la prostitution (Buenos Aires, 1924) », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4991

Haut de page

Auteur

Nicolas Marquis

Centre d’Anthropologie, sociologie, psychologie, études et recherches (CASPER) - Université Saint-Louis à Bruxelles, Belgique et Centre de recherche Médecine, santé, santé mentale, société (CERMES3) - Université Paris-Descartes, France - nicolas.marquis@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page