Navigation – Plan du site
Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations
Traverses : l’exploration de nouvelles voies d’investigation

Les pratiques normatives

Repenser la normativité entre philosophie et sciences sociales
Roberto Frega

Résumés

Cet article présente une théorie pragmatiste de la normativité qui se situe au carrefour entre philosophie et sciences sociales. Cette théorie s’appuie sur la notion de pratique et se propose d’intégrer une visée de validité et d’objectivité avec un souci pour les formes empiriques au travers desquelles les ordres normatifs sont maintenus et transformés dans des contextes déterminés socio-historiquement. L’article montre pourquoi une approche pragmatiste, transdisciplinaire, est nécessaire et défend l’idée que l’épistémologie pragmatiste met à disposition le cadre théorique pour développer une telle démarche. Les trois piliers principaux d’une telle perspective sont mis en évidence : une conception de la rationalité comme enquête, une conception pragmatique de l’objectivité et une conception multi-perspectiviste du jugement normatif.

Haut de page

Texte intégral

Introduction. Une normativité inclassable ?

  • 1 Le recours à une terminologie habermassienne est dû plus au manque d’autres termes convenables qu’à (...)

1La normativité est un thème central et en même temps problématique à la fois pour la philosophie et pour les sciences sociales. Son statut – du moins cela est mon hypothèse – est problématique en raison du fait qu’elle échappe aux partages catégoriels qui donnent forme au prisme des disciplines : descriptif versus prescriptif, empirique versus conceptuel, scientifique versus philosophique. À travers chacun de ces partages, le normatif se décompose d’une manière qui en compromet l’intelligibilité. Le normatif échappe à toute tentative de classification car il opère à la conjonction entre facticité et validité 1, mêlant incessamment la dimension empirique du contrôle et de la coordination de l’action avec la dimension épistémique du bien-fondé des injonctions qu’il a besoin de mettre en place pour pouvoir opérer. D’un côté la dimension factuelle de ce que les acteurs font – et qui est donc étudié par les sciences sociales ; de l’autre, la dimension prescriptive de ce que les acteurs devraient faire et qui fait l’objet de la philosophie morale et politique. Ou, pour le dire dans le vocabulaire wébérien, le normatif mêle la dimension factuelle de la légitimité en tant que caractéristique de tout ordre institué et non contesté avec celle de la légitimité en tant que conformité à un critère d’évaluation indépendant.

  • 2 J’ai développé plus en profondeur cette idée de l’homme comme « créature normative » (Frega, 2014).
  • 3 Voir la reconstruction de David Beetham, qui montre bien la tension entre perspectives normatives e (...)
  • 4 Sur ce point je suis tout à fait d’accord avec David Beetham, lorsqu’il affirme que « a complete un (...)

2Penser le normatif à partir de ce constat oblige à adopter une démarche résolument interdisciplinaire, ce que je me propose de faire à partir d’une interrogation autour d’une conception de la normativité comme pratique. J’entends par là considérer la normativité comme un trait distinctif de la forme de vie humaine et non pas comme fonction épistémique spécialisée 2. Ce point de départ permet de penser la normativité comme une pratique ordinaire, distribuée à tout niveau de la vie sociale et dépassant largement – car elle la précède – la dimension formelle de la justification ou de la critique des normes. Cette approche se distingue de la plupart des théories philosophiques de la normativité en ce qu’elle vise à réintégrer le moment social et pratique dans le concept même de normativité et de validité normative. Mais elle se met également à l’écart de la plupart des approches sociologiques de la normativité en ce qu’elle refuse de séparer l’étude empirique de la normativité d’une interrogation sur ses conditions de validité 3. On voit ici apparaître clairement le principe de l’opposition entre régularité et normativité qui constitue l’un des enjeux autour desquels se joue la question du statut de la normativité entre philosophie et sciences sociales. Je partirai donc du constat que la sociologie, même lorsqu’elle a fait délibérément du normatif son objet propre, l’a toujours traité, justement, comme un fait, c’est-à-dire comme quelque chose qu’il serait possible d’étudier « objectivement », ce qui signifie en mettant entre parenthèses cette visée de validité sur laquelle les acteurs appuient leurs prétentions normatives et qui au contraire constitue pour la philosophie le trait essentiel de la normativité. Sur ce point, les démarches de la philosophie et de la sociologie demeurent inévitablement distinctes, d’où la nécessité d’en repenser les rapports mutuels 4.

  • 5 Il y a bien sûr des exceptions à cette formulation tranchée. On pensera notamment à la sociologie d (...)

3Le problème que cet article cherche à cerner pourrait alors être formulé ainsi : tandis que pour la philosophie la détermination objective de la normativité présuppose le respect des contraintes épistémologiques qui garantissent la validité des énoncés normatifs que le philosophe formule en son propre nom, pour les sciences sociales l’objectivité est atteignable seulement à condition de neutraliser cette même prétention à la validité d’un énoncé normatif. Voulant utiliser une formule quelque peu cavalière, on dira que là où pour la philosophie il n’y a de validité que dans la possibilité d’une extériorité totale aux pratiques sociales, pour les sciences sociales l’étude des pratiques demande de renoncer au discours de la validité normative 5. D’un côté, la démarche philosophique pose que le normatif n’est pensable qu’à condition d’en assurer l’indépendance de tout ordre factuel. De l’autre, les sciences sociales considèrent le normatif comme étant un épiphénomène du factuel, dont il serait possible de rendre compte par la description de formes de régularité sociale, ou tout au plus de ce que les agents font à partir d’un cadre normatif déterminé par des catégories sociologiques. Dans un cas comme dans l’autre, la question des conditions de validité des ordres et des pratiques normatives en vient à être mise entre parenthèses.

4Cet article présente une première cartographie, encore assez incomplète, des enjeux qu’une approche de la normativité comme pratique permet de mobiliser et des dispositifs théoriques dont on pourrait se servir pour les aborder. L’article est composé de six sections. Dans la première section je propose une problématisation du statut de la normativité et je montre que ma problématique ne concerne pas seulement les théories philosophiques de la normativité, car elle est aussi au cœur du travail même des sciences sociales. Je montre aussi pourquoi il faut aborder l’étude de la normativité à partir des pratiques et je présente les points essentiels de ma démarche. Dans la deuxième section j’introduis le concept de « pratiques normatives » et ses principales articulations conceptuelles, à partir de travaux récents en sociologie et en philosophie. Dans la troisième section j’explique dans quel sens les pratiques normatives ont une visée de validité et incorporent en ce sens un potentiel de rationalité. Dans la quatrième section je présente un modèle pour l’analyse de la validité des pratiques normatives en situation. Dans la cinquième section j’aborde la question de ce que signifie évaluer une prétention normative et je développe un modèle multidimensionnel inspiré par les travaux de Thomas Kuhn, qui permet d’intégrer dans un seul modèle analytique différentes dimensions normatives qui sont à la fois irréductibles et complémentaires. Enfin, dans la sixième section je présente une étude de cas qui illustre la problématique générale de l’article.

Localiser la normativité

5Saisi au carrefour entre philosophie et sciences sociales, le normatif se réfère à au moins trois types d’objets sociaux. D’abord, toute forme de conduite humaine orientée par des normes. Deuxièmement, les ordres normatifs qui orientent la conduite et les dynamiques qui les caractérisent. Troisièmement, les conduites réflexives à travers lesquelles les agents s’adressent à ces ordres normatifs, à la fois pour en faire le point d’appui de leurs démarches et pour les transformer. Une approche complète de la normativité exige que ces trois dimensions soient prises en considération de manière conjointe, c’est-à-dire dans un cadre théorique cohérent et unifié. Je me sers de l’expression « pratiques normatives » précisément pour essayer d’expliquer comment le moment épistémique de la visée d’objectivité qui est présupposé par toute prétention normative peut être inscrit dans la texture du social, c’est-à-dire afin d’expliquer comment notre rapport à la normativité se constitue en même temps et de manière indissociable au carrefour de cette double visée de validité et d’efficacité. Cette double visée est un trait distinctif de la normativité et elle est constitutive tout autant des normes que des valeurs, si bien que la « question centrale que les valeurs posent aux sciences sociales est celle, énigmatique, de leur objectivité, sans laquelle il n’y aurait pas de valeurs au sens propre mais un ensemble épars d’estimations subjectives » (Orléan, 2011, p. 188). Autrement dit, sans une théorie de l’objectivité toute institution sociale devient inexplicable et tout ordre normatif s’expose à l’arbitre du relativisme. Cela vaut tout autant pour les valeurs religieuses, esthétiques, sociales, politiques ainsi que morales. Ainsi comprise, la question de la valeur de la valeur – ainsi que celle, symétrique, de la validité des ordres normatifs – renvoie à deux types de conditions légitimantes. D’un côté, c’est le fait même de l’acceptation collective (au sens wébérien de « légitimation ») qui est la source de la valeur ou de la validité : est une valeur ce que les acteurs considèrent comme telle. Autrement dit, vaut comme légitime tout ordre normatif qu’une collectivité accepte et respecte. De l’autre côté, la question de la légitimité renvoie à la possibilité de la justification, ou validité normative, telle qu’elle se manifeste dans la tension entre les dimensions du de facto et du de jure. Dans cette perspective, la légitimité n’émane pas du simple fait de l’acceptation, mais plutôt du fait théorique de l’acceptabilité, c’est-à-dire de la cohérence avec un ensemble déterminé de principes.

  • 6 L’idée d’une épistémologie des pratiques que j’ai développée entend précisément démontrer que la no (...)
  • 7 Voir aussi James Scott (1979), qui fait un usage systématique de cette expression pour explorer les (...)
  • 8 On notera que la sociologie du droit se trouve confrontée à ce même problème. La tradition ethnomét (...)

6D’après l’hypothèse qui régit mon propos, pour penser la normativité de manière adéquate il faut que ces deux conditions, dont la séparation constitue le fons et origo du partage entre philosophie et sciences sociales, soient traitées de manière conjointe. Approcher la normativité comme un trait des pratiques sociales permet précisément d’atteindre cet objectif, car une pratique normative (a) est un objet social qui peut être étudié avec les outils et les méthodes des sciences sociales et (b) elle est en même temps le lieu de production de la validité normative 6. Comprendre le fonctionnement de la normativité à partir des pratiques normatives est une condition préalable pour saisir les faits normatifs dans leur complexité. L’idée de normativité comme pratique n’est pas totalement neuve. Elle est par exemple présente, quoique de manière encore implicite, dans divers travaux en sociologie et en histoire. On peut se référer notamment à la tradition des études sur les économies morales (Thompson, 1971) 7 et à leur démarche de critique du déterminisme économique. En remettant en cause une tradition d’études fortement consolidée, Edward P. Thompson avait notamment montré que les émeutes populaires dans l’Angleterre des xviiie et xixe siècles n’étaient pas le simple effet d’une causalité économique. Les agents ne réagissaient pas, telles des machines, à la réduction des ressources alimentaires disponibles, mais s’opposaient en même temps à l’expérience de l’injustice qui leur était faite. On ne pouvait donc plus comprendre les faits sociaux sans accéder à cette dimension normative dont on avait cru pouvoir faire l’économie dans l’effort de produire une science sociale « objective ». Si pour la tradition précédente comprendre une émeute signifiait identifier des relations causales entre ordres de faits économiques (hausse du prix du blé, famine, etc.) et protestations sociales, la prise en compte du moment normatif complique considérablement le tableau. Dans ce cadre, plus encore qu’Edward P. Thompson, c’est James Scott qui a montré à quel point la dimension normative des émeutes populaires nous forçait à repenser de manière critique le rapport entre les attitudes normatives des acteurs, celles du chercheur et celles de l’époque dans laquelle vit ce dernier (Scott, 1979, ch. 6). Cet auteur a notamment montré à quelles difficultés est confronté le chercheur en sciences sociales lorsqu’il cherche à comprendre la signification d’un événement normativement chargé comme une forme de protestation sociale. Il a décrit le difficile travail d’interpolation entre le jugement normatif porté sur la justice ou l’injustice d’une action sociale et le jugement des acteurs eux-mêmes et a montré l’importance de savoir se positionner par rapport aux différents points de vue normatifs développés par les sciences sociales ou la philosophie, à partir du constat que la perception d’une injustice ne peut se faire que sur fond d’une norme de justice et que normes et faits s’entrelacent de manière inextricable à la fois dans la réalité sociale et dans la perception du chercheur. L’existence de « faits normatifs » complique donc de manière considérable le travail du chercheur en sciences sociales. D’un côté, ce dernier ne peut pas se confier à ses propres critères normatifs car ils sont extérieurs au contexte. De l’autre, la projection d’une structure normative autre supposée « objective » (marxisme, libéralisme), serait tout autant arbitraire que les résultats auxquels elle donnerait lieu, car « On what the criteria of justice should be, there are almost as many answers as there are social scientists reckless enough to venture onto such treacherous conceptual ground » (Scott, 1979, p. 158). En troisième lieu, se fier simplement aux jugements des acteurs exposerait le chercheur au double risque du piège de la fausse conscience et d’être pris dans les stratégies des acteurs eux-mêmes. Le chercheur est donc confronté au problème de comment porter un jugement normatif sur une situation sociale, dans le cadre d’une enquête, étant donné qu’il ne peut pas se soustraire à cette obligation de jugement, mais ayant l’impression que toute stratégie connue semble vouée à l’échec 8. Autrement dit, dès que nous quittons le terrain théoriquement assez douteux et instable d’une lecture politique du réel à partir des grilles d’évaluation qui sont celles du chercheur – par exemple lorsqu’on lit l’histoire au prisme de la distinction entre classes dominantes et classes dominées – le statut du normatif vient immédiatement se troubler, car le chercheur ne sait plus où puiser ses catégories de structuration normative du réel. Avec James Scott il sera donc contraint d’admettre l’arbitraire de son propre choix d’une vision du bien ou du juste. Nous entrons ainsi dans les eaux troubles du pluralisme radical.

7Comprendre une pratique normative apparait dès lors comme n’étant pas chose aisée, car pour éviter que le pluralisme se transforme en dogmatisme ou qu’un relativisme mal compris fasse écrouler tout espoir de scientificité de l’enquête, il faut que plusieurs perspectives normatives soient mobilisées en même temps : évaluation de l’action des acteurs par rapport à la situation, évaluation du jugement des acteurs par rapport aux ordres normatifs en vigueur, évaluation des ordres normatifs eux-mêmes par rapport à d’autres ordres normatifs, évaluation de tous ces ordres par rapport à l’ordre normatif dans lequel s’insère le sujet qui formule le jugement. Pour ce faire, le chercheur sera obligé de mobiliser plusieurs ordres normatifs de référence : ceux des acteurs eux-mêmes, ceux du contexte historico-social plus large, ceux du savoir disciplinaire dans lequel on s’inscrit, celui du point de vue normatif qui constitue le sujet jugeant en un sujet normatif situé dans l’espace-temps socio-culturel qui est le sien. L’action sociale doit ainsi être située par rapport à une pluralité d’horizons normatifs : ceux des acteurs, ceux de l’époque, ceux des chercheurs, ceux des pratiques scientifiques dans lesquelles on s’inscrit. Il en est ainsi car le normatif ne se manifeste qu’au croisement de cette double injonction entre dire ce qui est juste et déployer les sources normatives sur lesquelles le jugement normatif s’appuie. Le poids et l’importance de cette double injonction n’apparaissent que lorsque nous mettons en tension le point de vue normatif de l’observateur avec celui des acteurs qu’il étudie. Par exemple, si pour Edward P. Thompson le fait de partager les valeurs qu’il attribuait aux émeutiers rendait à ses yeux non-problématique son propre cadre normatif de référence, moins de vingt ans après la réflexion de James Scott montre à quel point une telle réflexion critique est devenue incontournable.

8Comment, dès lors, s’approprier un discours social sur les pratiques normatives sans tomber dans l’identification entre son propre point de vue et celui des agents dont on étudie les pratiques normatives ? Comment, autrement dit, juger des prétentions normatives des agents, s’interroger sur leur légitimité, questionner les conditions de validité de leurs prétentions normatives, tout en gardant la juste distance qu’un tel exercice exige du chercheur ? Mais, également, comment éviter de s’égarer dans cet oubli du contexte qui caractérise la plupart des théories philosophiques de la normativité, que ce soit pour poursuivre une quête de vérité sous la bannière du réalisme moral, ou pour se cantonner à une visée de justesse garantie par un procéduralisme supposé non controversé ? La réflexion que des auteurs comme James Scott ou Thomas Kuhn ont développée sur leur propre expérience de chercheurs en sciences sociales montre que le chercheur, comme tout autre individu engagé dans un acte de jugement, ne peut pas s’empêcher de mobiliser son propre horizon normatif, mais qu’en le faisant il doit se doter d’instruments pour éviter que sa subjectivité le conduise à projeter ses critères et valeurs sur l’expérience sociale qu’il est en train de comprendre. Introduire le point de vue moral – mais de manière plus appropriée il faudra parler de point de vue normatif – paraît donc être chose tout autant nécessaire que difficile : James Scott concluait ses considérations sur la manière d’analyser le contenu normatif des économies morales en remarquant que « any viable analysis of exploitation must, then, encompass at least three elements. It must be attentive to the relational or exchange quality of social relations, it must seek out the shared human needs that social actors expect from these relationships; and, in this context, it must work from the actual notions of “fair value” that prevail » (Scott, 1979, p. 165). Dans ce qui suit, je voudrais montrer que ces éléments sont tous nécessaires à la mise en place d’une approche normative cohérente, mais peut-être pas encore suffisants. Néanmoins, James Scott nous met sur la bonne voie pour comprendre les problèmes tout autant que les enjeux soulevés par l’étude empirique des pratiques normatives.

9Le propos que je défends donc est que, comme ces exemples le montrent, pour rendre compte du potentiel normatif des pratiques sociales nous avons besoin d’une théorie de la normativité capable de faire tenir ensemble une pluralité de perspectives évaluatives provenant d’horizons normatifs hétérogènes et irréductibles. À cet égard, le problème principal est que nous ne disposons pas d’une théorie de la normativité adéquate et cela à cause de la manière dont le normatif a été partagé entre philosophie et sciences sociales dès l’avènement de ces dernières. La réflexion que je propose d’entamer à partir d’une théorie des pratiques normatives entend – en quelque sorte à contre-courant des traditions philosophiques majeures – développer une théorie de la normativité qui pourrait servir de cadre théorique pour des enquêtes empiriques portant sur des pratiques normatives en situation. Une telle démarche permettrait de mieux comprendre comment aborder empiriquement la question soulevée par James Scott d’une manière apte à éclairer la question normative dans toute sa complexité pratique et théorique. Elle devrait expliquer en quoi consiste le potentiel de validité des prétentions normatives formulées en contexte et expliquer comment porter un jugement normatif, ou moral, sur les actions et les discours des agents dont les sciences sociales suivent et reconstruisent les actions en situation.

10Je parlerai donc de « pratiques normatives » pour signifier que les pratiques ont un potentiel de normativité – et donc aussi de rationalité – qu’il s’agit de revendiquer et qu’en même temps la normativité est essentiellement affaire de pratiques sociales plutôt que de contenus propositionnels dont il s’agirait d’établir les conditions de validité, que ce soit en termes de vérité ou de justesse. On peut résumer le sens de cette démarche à partir de trois idées principales, que je présente ici de manière très succincte.

  • 9 Je prends le terme d’accountability au sens technique que lui a été donné par l’ethnométhodologie ( (...)

1. La normativité imprègne toute forme et toute dimension de la vie humaine. Elle est un trait fortement distribué et dont les formes sont hautement différenciées. En suivant une intuition dont le développement est dû notamment à l’ethnométhodologie, j’assume que la normativité, avec le moment réflexif de l’accountability, est un trait irréductible de toute forme d’interaction humaine, si bien que son existence ne peut pas dépendre de conditions sociales déterminées, ni être limitée à son exercice à l’intérieur de systèmes sociaux fonctionnellement spécialisés 9. Rendre compte de notre conduite, c’est-à-dire donner des raisons pour ce que nous disons et faisons, dans la perspective ouverte par l’ethnométhodologie est un trait irréductible de toute interaction humaine, des plus simples aux plus complexes, car de ce trait dépend la possibilité même de l’ordre social.

2. Les pratiques normatives et non pas les normes doivent servir de socle pour une théorie de la normativité. Une théorie de la normativité doit expliquer comment, par le biais de quelles actions et de quels discours, les agents mobilisent et modifient les ordres normatifs qui régissent leur vie en commun. Les pratiques normatives constituent le facteur dynamique des ordres normatifs. Un corollaire de cette idée est que si la normativité se déploie essentiellement à travers des pratiques, son étude demande le passage par des analyses d’ordre empirique. D’où l’importance de thématiser la dimension pratique de la normativité, c’est-à-dire le fait que c’est à travers des pratiques que nous nous adressons aux ordres normatifs qui régissent le fonctionnement de la société, que ce soit pour les critiquer, pour les justifier, pour les ajuster, ou pour les destituer ou en instituer de nouveaux.

  • 10 La notion d’assertabilité garantie constitue la cheville ouvrière de l’épistémologie des pratiques (...)
  • 11 Dans cette perspective, voir aussi Anderson (1993) et Misak (2000).

3. Toute pratique normative est dotée d’un contenu cognitif. C’est ce contenu cognitif qui rend possible à la fois des pratiques normatives comme la critique et la justification et qui permet de tenir chaque agent pour responsable des prétentions normatives qu’il avance. Les pratiques normatives sont caractérisées par une visée d’objectivité, au sens où toute prétention normative, qu’elle soit linguistiquement formulée ou exprimée à travers l’action, expose son acteur au fait d’en devoir rendre compte. Je suggère que pour rendre compte de cette visée d’objectivité nous devons renoncer aux catégories dont on s’est traditionnellement servi pour le faire : la catégorie de vérité, comme le voudrait la tradition du réalisme moral, la catégorie de justesse comme le veut le procéduralisme et enfin la catégorie de véridicité ou d’authenticité, comme c’est le cas dans la tradition herméneutique. À leur place, en accord avec une théorie pragmatique de l’objectivité, c’est vers la notion d’assertabilité garantie que nous devons nous tourner 10, car le propre de cette notion est de préserver le potentiel cognitif de la notion d’objectivité, tout en la transformant en une notion dynamique, c’est-à-dire capable de tenir compte de variables d’ordre contextuel 11.

11De ces trois prémisses il s’en suit qu’en raison du contenu cognitif des pratiques normatives, une analyse complète de la normativité doit rendre compte de ses conditions empiriques de production tout autant que des conditions de validité qui caractérisent la pratique normative en objet. Pour ce faire, trois conditions méthodologiques doivent être remplies. D’abord, il s’agit de se doter d’un appareillage permettant une analyse empirique et non plus seulement conceptuelle de la normativité, un appareillage qui permette donc de saisir la normativité comme étant un processus en train de se faire dans le tissu des pratiques sociales. Ensuite, il faut se doter d’une épistémologie qui soit capable d’articuler facticité et validité et de repérer les conditions de rationalité qui sont propres à l’agir des agents en situation à partir d’une conception de l’objectivité capable de prendre en compte le principe de contextualité. Enfin, il faudra abandonner le postulat de neutralité axiologique et adopter une perspective multidimensionnelle consistant à multiplier et à faire varier les perspectives par rapport auxquelles la question de la validité d’une prétention normative peut être posée. Comprendre une pratique normative, c’est comprendre à quelles conditions ses conclusions sont valides. Comprendre les conditions de validité demande à son tour qu’on mobilise une pluralité de perspectives et de démarches. Une théorie de la normativité comme pratiques vise à remplir la première condition, une théorie de la rationalité comme enquête et une théorie de l’objectivité pragmatique permettent de remplir la deuxième, tandis qu’une théorie multiperspectiviste remplit la troisième. Le reste de cet article analyse ces trois aspects plus en détail.

Qu’est-ce qu’une pratique normative ?

  • 12 Pour une analyse plus approfondie de cette notion, je me permets de renvoyer à mon article Frega (2 (...)
  • 13 Je remercie Louis Quéré pour ses suggestions concernant cette liste

12La pratique normative est l’unité d’analyse que je propose d’adopter pour mener à bout ce projet. Une pratique normative consiste en un ensemble organisé d’actions et de discours socialement formés et qualifiés épistémiquement, au travers desquels les agents participent à la construction, la révision, la défense, l’articulation d’un ordre normatif donné 12. Par ordre normatif j’entends me référer à des objets sociaux d’ordre symbolique comme les croyances, les valeurs et les principes. J’entends également me référer aux arrangements institutionnels qui président à la coordination de l’action à l’intérieur d’un cadre social donné, aussi bien qu’aux habitudes et aux procédures dans la mesure où elles incorporent et elles traduisent en action des contenus normatifs. Les ordres normatifs sont ici considérés dans la perspective de leur capacité à orienter et à organiser l’action humaine au niveau individuel et collectif. La notion de pratiques normatives couvre un spectre très vaste d’activités humaines qui vont de la critique ordinaire adressé par un acteur à un autre acteur jusqu’à des activités sociales comme le journalisme ou le droit. Une première distinction s’impose dès lors selon la taille de la pratique. Je me sers à cet effet de la distinction entre pratiques intégratives et pratiques dispersées proposée par Theodore Schatzki (1996 et 2002). Ces deux définitions renvoient à deux aspects fort différents de la normativité des pratiques. D’après Theodore Schatzki, une pratique intégrative est un ensemble organisé d’actions et de discours ayant une orientation téléologique. Toute pratique sociale peut en ce sens être dite intégrative, dans la mesure où elle constitue un nexus organisé d’activités hétérogènes orientées vers la poursuite de finalités particulières. Une pratique de cuisine, une pratique religieuse, une pratique politique sont d’après Theodore Schatzki des exemples de pratiques de type intégratif, car elles sont constituées par l’intégration et l’agrégation d’une pluralité d’éléments dispersés et hétérogènes, dont elles assurent l’organisation. Pour éviter de définir la pratique par la pratique, on dira qu’une sphère sociale peut se comprendre comme une pratique dans la mesure où on la conçoit du point de vue des activités qui la caractérisent, plutôt qu’à partir de sa structure, de ses valeurs, ou du point de vue de sa manière de donner une orientation générale à une forme de vie. Par exemple, de la démocratie on dira qu’elle est une pratique pour souligner comment elle s’incarne dans des procédures, des manières de faire, des rituels, des institutions et des ethos spécifiques. Le deuxième membre de la distinction proposée par Theodore Schatzki est la pratique dispersée. Une pratique dispersée dénote une unité d’action considérablement plus simple, qui se centre autour d’un seul type d’action, mais qui peut se retrouver dans une pluralité de pratiques intégratives différentes. Comme exemple de pratiques dispersées cet auteur cite : décrire, ordonner, questionner, référer et examiner. Il remarque que les pratiques dispersées manquent de structure téléonomique, ce qui signifie qu’elles ne possèdent pas des finalités intrinsèques et qu’elles se plient donc aux finalités exprimées par les pratiques intégratives dans lesquelles elles sont mobilisées. Dans la perspective normative adoptée dans cet article, parmi les pratiques normatives dispersées on inclura : argumenter, persuader, former une stratégie, documenter (une action, un événement), faire pression, se plaindre. On ajoutera également réviser, réparer, corriger les gaffes, les erreurs ou les fautes, approuver, désapprouver, sanctionner, rappeler à l’ordre, dresser, discipliner les corps 13. On remarquera que la discursivité, bien qu’importante, ne constitue pourtant pas une condition essentielle pour attester l’existence d’une pratique normative.

13Telles que je les conçois, les pratiques normatives appartiennent aux deux catégories de pratiques sociales, à savoir les pratiques intégratives et les pratiques dispersées. D’un côté, un système juridique, les médias, un système politique, la critique sociale ou ce que Charles Tilly appelait des pratiques de contestation, constituent des pratiques normatives intégratives. En ce sens, la locution « pratique normative » permet d’isoler à l’intérieur d’un contexte social l’ensemble de ces pratiques dont le propre est de jouer un rôle privilégié dans la gestion des dynamiques normatives, que ce soit d’une manière institutionnalisée (c’est le cas du droit et des médias), ou non (c’est le cas de toute forme de protestation). Cette définition permet notamment d’identifier, par exemple, une pratique de résolution de controverses au sein d’une société sans droit formel et de l’étudier comme un système structuré d’actions et de discours ayant une portée normative, doté de procédures et de règles, ayant ses propres conditions épistémologiques de validité, ses propres rôles définis, son propre répertoire de sources normatives, sa conception de l’objectivité et ainsi de suite (Abel, 1973 ; Comaroff & Roberts, 1981). Ou, en suivant la présentation suggestive de Asef Bayat, on décrira les pratiques de « Quiet Encroachment » diffuses au Moyen-Orient comme une forme spécifique de pratique normative intégrative, car elle permet de définir une stratégie socialement diffuse de forme de résistance des dominés au pouvoir constitué (Bayat, 2010).

  • 14 Sur la notion de répertoire normatif voir Lascoumes & Bezes (2009). Pour la tenue de mon propos il (...)

14La première étape d’une analyse sociale de la normativité consiste donc dans le repérage et dans la description des pratiques normatives intégratives au travers desquelles un système social assure le maintien des ordres normatifs qui le caractérisent. De l’autre côté, cette démarche permet d’isoler et de décrire des pratiques, telles que la justification et la critique, comme étant des unités plus simples et sans structure téléonomique, ce qui leur permet de préserver la même structure d’action, y compris dans le cadre de pratiques sociales intégratives différentes. On remarquera toutefois que les conditions épistémiques qui président à la validité de ces pratiques peuvent varier d’un contexte social à l’autre, formant ainsi des « répertoires normatifs » spécifiques 14. En distinguant et en examinant les attitudes normatives d’agents impliqués dans des pratiques normatives, il s’agit alors de répondre aux questions suivantes : quelles sont les conditions épistémiques qui assurent la validité d’une pratique normative déterminée ? Quelles sources sociales sont mobilisées dans chaque type de pratique normative ? Quelles sont les pratiques dispersées qui caractérisent une pratique intégrative donnée ? Comment sont-elles mobilisées par différentes catégories d’acteurs sociaux ? Quelle notion d’objectivité est présupposée par chaque pratique afin de rendre raison des prétentions normatives des agents ? L’hypothèse dont je pars est que les conditions de validité varient en raison de facteurs d’ordre contextuel, c’est-à-dire qui dépendent des caractéristiques de la pratique intégrative de référence. Ces conditions influent à leur tour dans la formation et la diffusion des pratiques normatives dispersées à son intérieur.

  • 15 Pour une analyse détaillée de cette distinction, voir Frega (2014).

15J’ai dit plus haut que les pratiques normatives se caractérisent par une double visée transformatrice : elles visent à transformer les ordres normatifs existants mais aussi à intervenir dans les pratiques sociales courantes à l’appui des ordres normatifs en vigueur. Un deuxième trait qui caractérise les pratiques normatives est leur obligation d’accountability. Ces deux aspects peuvent par ailleurs se trouver distribués sur des pratiques différentes, les unes ayant une visée uniquement transformatrice – comme c’est le cas de la plupart des formes de résistance et de contestation – et les autres ayant un potentiel explicite de justification 15. C’est donc par souci de simplicité que j’assume ici que toute pratique normative incorpore les deux éléments. Disons plutôt que chacun des deux éléments doit être présent dans un contexte socio-politique et que parfois on peut assister à une division fonctionnelle du travail normatif entre pratiques différentes, par exemple là où une classe d’intellectuels professionnels se développe et se voue à la fonction critique. Étudier la normativité en tant que pratique implique de prendre au sérieux les prétentions de validité que ces pratiques soutiennent d’une manière qui nous force à remettre en question le clivage entre sciences de la description et sciences normatives. Rendre compte de ce qu’un agent réclame signifie comprendre non seulement la dynamique sociale dans laquelle il est pris – les formes de son appartenance sociale, sa constitution psychologique, les circonstances de son action – mais aussi comprendre les conditions épistémiques qui légitiment le résultat de la pratique normative dans laquelle il s’engage. Autrement dit, il signifie comprendre à quelles conditions et dans quels termes il serait possible d’établir les bases de validité de sa revendication. Sur ce point, la démarche que je propose se caractérise par la manière de comprendre ces ordres normatifs qui font l’objet des pratiques normatives.

  • 16 La référence est ici bien évidemment à Richard Rorty et à son projet de « culturalisation » de la v (...)
  • 17 Au sens où, par exemple, Luc Boltanski et Laurent Thévenot postulent l’existence d’une série de cri (...)

16J’ai défini plus haut un ordre normatif comme un nexus hétérogène d’assomptions tacites, normes, procédures, habitudes qui servent à orienter et coordonner l’agir dans une sphère déterminée de la vie sociale. En ce sens, un ordre normatif n’est pas une structure que l’on supposerait régir la totalité d’une société, mais un horizon de pertinence qu’il s’agit chaque fois de reconstruire en raison de l’étendue de la pratique normative intégrative qu’on analyse. Pour mieux comprendre comment cette définition peut influer sur la manière d’analyser une pratique normative, il suffit de la comparer à d’autres conceptions de la normativité. Tout d’abord, un ordre normatif n’est pas un vocabulaire 16. En ce sens, l’étude des pratiques normatives ne se réduit pas à l’étude des variations culturelles ou des formes expressives, selon un modèle propre aux approches interprétatives et postmodernes. Ensuite, il n’est pas une grammaire dont il s’agirait de retracer les formes d’invariance, au sens de formes élémentaires qu’on retrouverait partout égales. Mais il n’est pas non plus un principe d’ordonnancement qui serait capable à lui seul de régir le fonctionnement d’une sphère sociale et qui serait en ce sens en mesure de justifier le bien-fondé de toute prétention en son sein 17. Dès lors, l’explication du déroulement d’une dynamique normative ne passe pas, ou en tout cas pas de manière exclusive, par la mise à nu d’un changement de vocabulaire, ni par une analyse du rapport entre des règles et leur application, ou par la référence à un ou plusieurs principes d’ordonnancement dominant. L’approche de la normativité par les pratiques ne présuppose pas un appareillage théorique lourd. Cette souplesse théorique est notamment rendue possible du fait que la notion de pratique est une notion riche du point de vue normatif et en même temps très flexible du point de vue de sa capacité à varier d’échelle en fonction du contexte.

17L’assomption dont je pars est donc mince du point de vue des postulats épistémologiques de départ, mais exigeante du point de vue des attentes de validité : elle exige que toute pratique visant un ordre normatif – que ce soit pour le critiquer, pour le justifier, pour l’institutionnaliser ou pour le destituer – doit être en mesure de montrer les sources de validité sur lesquelles elle s’appuie.

Le potentiel de rationalité des pratiques normatives

18On pourrait craindre que l’adoption du point de vue situé des pratiques nous oblige à renoncer à toute visée de validité, réduisant le contenu normatif des pratiques sociales aux intérêts des acteurs et des groupes sociaux, que ce soit dans les termes du déterminisme socio-économique, d’une théorie du pouvoir, ou dans ceux d’une conception purement stratégique de la rationalité. Le rejet des oppositions qui régissent les conceptions courantes de la rationalité pratique et fondent la possibilité d’articuler un jugement normatif ne nous laisse pourtant pas dépourvus de points de repères pour articuler une visée normative. Même sans pouvoir accéder au point de vue contraignant d’une raison publique idéale ou d’une rationalité procédurale capable d’assurer à nos jugements leur pouvoir d’obligation, les pratiques normatives sont tout de même dotées d’une visée de validité qui ne se limite pas à la simple expression de conventions ou de rapports de force. Ce pouvoir leur vient d’un potentiel de rationalité qui est implicite dans les pratiques elles-mêmes et qui consiste dans la possibilité de mettre en tension les différentes sources normatives socialement accessibles par le biais d’un discours apte à rendre explicites les bases de nos engagements. Dans toute controverse portant sur les ordres normatifs il est toujours possible de voir les acteurs comme étant engagés dans un échange de raisons qui, à l’appui des sources d’évidence dont ils se servent, permet de mettre en lumière l’existence d’asymétries entre options normatives en compétition. Bien que de telles démarches ne permettent pas toujours de trier de manière définitive entre jugements normatifs en compétition, elles nous permettent néanmoins de rendre explicites les implications et les enjeux de chaque position normative. La question à laquelle il s’agit de répondre est alors comment rendre justice à ces prétentions ? Quelle théorie de la rationalité permettrait de trier entre revendications légitimes et non légitimes ?

  • 18 J’ai défini ce cadre en détail dans Frega (2012c ; 2006b).
  • 19 J’ai examiné certains de ces modèles de rationalité ainsi que leurs implications pour une conceptio (...)

19Il y a différentes manières pour rendre compte du potentiel de rationalité des sources sociales de la normativité qui sont mobilisées à l’intérieur de pratiques normatives dont il s’agit d’évaluer les prétentions à la validité. La solution que je propose s’appuie sur une conception pragmatiste de la rationalité, qui conçoit la validité des énoncés normatifs dans les termes d’enquêtes expérimentales et faillibles visant à la fois les états de fait et les ordres normatifs 18 et dont les résultats peuvent être falsifiés. Cette approche est intégrée par une série d’arguments qui visent à implémenter un modèle de rationalité se fondant sur des stratégies d’argumentation de type comparatif et qui pointent vers une conception « expressive » de la rationalité. Ce deuxième élément fournit des indications plus précises concernant la manière spécifique de traiter des conflits entre ordres normatifs en compétition et constitue un complément nécessaire lorsqu’on rejette toute dichotomie entre faits et valeurs, ou entre valeurs et normes 19. Tandis que le moment pragmatiste permet d’enraciner la visée d’objectivité à la considération des contraintes qui sont propres au monde social et naturel par le biais de la considération des conséquences des actions, le moment expressif permet d’incorporer des éléments d’ordre culturel relatifs à la sous-détermination de chaque ordre normatif.

20Ce cadre se compose donc de plusieurs éléments qui sous-tendent la théorie des pratiques normatives, dont notamment : (a) une théorie de la rationalité des agents axée sur la conception pragmatiste de l’enquête ; (b) une notion d’objectivité pragmatique qui permet de faire varier les critères normatifs d’évaluation en fonction de paramètres qui dépendent des conditions propres à la pratique et qui justifient la conception de la rationalité comme institution sociale ; (c) une conception expressive de la validité normative en tant que fonction du rôle des ordres normatifs dans l’articulation d’un ordre tacite ; (d) une conception stratifiée des perspectives normatives.

21Cette section et les deux qui suivent offrent quelques éclaircissements concernant le contenu de ces quatre principes de méthode afin d’expliquer quelles sont les bases théoriques qui régissent l’idée de validité qui est au cœur de la théorie des pratiques normatives. Elles devraient montrer aussi que ce modèle est à la fois descriptif et normatif : il nous permet de repérer et de décrire des pratiques sociales du point de vue de leur « teneur » en rationalité et il nous permet également de nous interroger sur leurs conditions de validité. Ce double statut du modèle de l’enquête est ce qui permet d’articuler en charnière analyses empiriques et analyses épistémiques des pratiques normatives. Autrement dit, d’analyser les pratiques normatives comme étant des pratiques sociales et comme étant orientées par une visée de validité.

22Le modèle épistémologique dont je me sers pour décrire et analyser le déroulement des pratiques normatives est issu de la théorie pragmatiste de la rationalité comme enquête et s’inspire notamment de la conception deweyenne de la logique comme science du raisonnement en situation. La notion d’enquête se réfère à l’idée de rationalité comme modalité d’affrontement des problèmes par voie d’ajustement des croyances qui guident l’action. Il n’y a donc pas de privilège de la connaissance sur l’action ou de la théorie sur la pratique, mais attention à la dimension située et pratique de toute activité cognitive, y compris de nos engagements avec les ordres normatifs. Ce modèle remonte à la théorie de la fixation des croyances de Charles Sanders Peirce et à la théorie du jugement de pratique de John Dewey. Pour ces deux auteurs, aussi bien que pour la plupart des pragmatistes, l’enquête est une forme d’activité essentiellement socialisée et spatio-temporellement étendue, que ce soit dans le modèle peircéen de la recherche scientifique comme activité exercée par une communauté d’enquête, ou dans l’idée deweyenne du caractère social et coopératif des pratiques de résolution de problèmes.

  • 20 Sur la notion d’enquête chez Charles Sanders Peirce voir notamment Hookway (2003) et Short (2000). (...)
  • 21 Pour une formulation pragmatiste claire de cette thèse, on peut se référer à Putnam (2002).
  • 22 Cette thèse, loin d’être banale, va à l’encontre de toute une tradition d’épistémologie politique q (...)
  • 23 Je me permets de renvoyer à Frega (2013a) pour une analyse plus détaillée de cet aspect et de ses c (...)

23De ce modèle, dont il existe plusieurs variantes, je ne donne ici qu’un très bref aperçu, qui retient notamment les éléments suivants 20. D’abord, l’idée que les croyances doivent être évaluées par rapport à leurs fonctions comme guides pour l’action. Ce passage est essentiel pour orienter l’analyse de la normativité dans les termes de leur visée pratique, c’est-à-dire en tant que visant la résolution de situations problématiques plus ou moins localisées. Ce principe implique le refus de traiter les acteurs sociaux comme des philosophes moraux en puissance : dans leurs controverses normatives les acteurs ne visent pas la détermination du bien et du juste mais le déblocage d’une impasse dans l’action. L’impasse peut être aussi limitée qu’une dispute entre riverains ou aussi étendue qu’une controverse autour du nucléaire. Ensuite, l’idée que la rationalité est une qualité de l’action. Ce deuxième principe implique que lorsqu’ils affrontent des doutes ou des problèmes réels, les agents tiennent pour valide la grande majorité de leurs croyances et pratiques actuelles, d’après ce qu’on pourrait appeler le « principe de Neurath », dont on connaît la phrase célèbre : « nous sommes comme des marins qui doivent reconstruire leur navire au grand large, sans jamais pouvoir le décomposer en cale sèche, afin de le reconstruire à partir des meilleurs composants » (Neurath, 1932/33). La conséquence de ce principe est que tout élément de l’ordre normatif n’étant pas mis en cause au même moment par l’enquête en train de se faire peut être mobilisé comme source normative sur laquelle appuyer une revendication. Troisièmement, l’enquête est une pratique orientée par le problème qui la fait surgir. La conception de l’enquête implique donc qu’une pratique normative vise une solution locale à un problème tel qu’il émerge dans un contexte social spatio-temporellement situé et pour des acteurs sociaux déterminés. Le quatrième principe consiste dans le rejet de la dichotomie entre faits et valeurs 21, ce qui implique que les normes et les valeurs peuvent faire l’objet d’enquêtes expérimentales au même titre que les faits, si bien que le même type de rationalité régit les deux cas 22. Ce principe permet d’étendre au domaine des désaccords normatifs le paradigme de l’enquête et de faire l’économie de toute la série de dualismes dont on se sert couramment pour saisir le normatif : entre faits et valeurs, entre valeurs et normes, entre vérité et justesse, entre éthicité et moralité et ainsi de suite 23. Le cinquième élément concerne la place des conséquences dans l’évaluation des prétentions normatives, à la fois pour en éclairer la signification (maxime pragmatiste de Charles Sanders Peirce) et pour favoriser les processus de prise de décision publique (conception des publics de John Dewey). Il fournit donc un critère – à intégrer avec d’autres – pour évaluer la validité des prétentions normatives avancées par des agents en situation à partir des conséquences sur la vie des agents concernés dont elles sont porteuses. Le sixième et dernier critère est le faillibilisme, qu’il s’agit d’appliquer à la fois à la démarche d’enquête propre aux chercheurs en sciences sociales et aux philosophes lorsqu’ils avancent des prétentions normatives, mais aussi aux acteurs engagés dans des disputes, des désaccords et dans toute autre pratique normative.

24À partir de cette perspective, une pratique normative peut être vue comme étant une pratique sociale dont l’élément qualifiant concerne sa manière propre de mobiliser des normes, des valeurs et d’autres éléments des ordres normatifs, qu’il est possible d’identifier et d’analyser à partir des variables suivantes. D’abord, l’émergence d’un désaccord concernant une action à entreprendre. Toute pratique normative est déclenchée par l’avènement d’un désaccord visant la légitimité qu’un ordre normatif revendique pour régler une situation sociale ou la manière de l’interpréter. Deuxièmement, une pratique normative est mise en place lorsque les agents se trouvent face à une pluralité de sources normatives hétérogènes auxquelles ils peuvent faire référence. Troisièmement, une pratique normative se caractérise par l’existence de stratégies d’accountability à travers lesquelles les agents rendent compte de leurs prétentions normatives. Quatrièmement, les pratiques normatives sont en rapport dynamique avec les ordres normatifs, si bien qu’on doit s’attendre à des formes de retour réflexif des conséquences de la pratique normative sur les ordres normatifs qu’elle a mobilisés. Enfin, le concept de pratique normative présuppose la possibilité de mettre en place des analyses comparatives de revendications en conflit. L’analyse d’une pratique normative sera dès lors caractérisée par la mise en tension d’interprétations différentes dont il s’agira de déterminer les conditions de validité à partir d’une reconstruction détaillée du contexte de référence.

25Ce cadre analytique permet de définir et d’analyser toute pratique normative d’une manière apte à en saisir les conditions de validité à partir de l’analyse de ses conditions empiriques de fonctionnement. Cette coexistence de facticité et de validité n’est possible que dans le cadre d’une conception de l’objectivité comme objectivité pragmatique.

Objectivité pragmatique et rationalité comme institution sociale

  • 24 J’ai montré les limites des approches procédurales à la normativité en m’appuyant sur certains des (...)

26Dans un texte précédent (Frega, 2013b) j’ai identifié et examiné une pluralité de stratégies qui permettaient d’expliquer la visée de validité des pratiques normatives sans devoir faire appel à des formes transcendantes de garantie ni s’appuyer sur des solutions d’ordre procédural dont le caractère insatisfaisant a été montré à plusieurs reprises 24. Ces stratégies offrent des bases de légitimation adéquates aux exigences épistémiques propres aux pratiques normatives et permettent de réintroduire la notion d’objectivité dans l’étude de la normativité sans pour autant postuler des formes transcendantes d’accès à la validité des revendications avancées par les agents, ni des formes d’universalité dont la plausibilité est de plus en plus douteuse. Elles fournissent les critères pour discriminer entre prétentions normatives en compétition et constituent une ressource, sous-déterminée mais puissante, pour établir la validité des prétentions normatives telles qu’elles sont formulées par les agents dans le contexte de leurs pratiques normatives. Ces stratégies explicatives ont en commun le fait de s’appuyer sur des démarches comparatives : elles ne traitent pas la question de la validité dans les termes de la justification abstraite d’une institution, norme ou croyance mais visent plutôt à trier entre options en compétition dans le cadre d’une situation problématique socio-historiquement déterminée. Elles peuvent donc aisément s’émanciper de la quête de vérité ou de fondation qui hante les approches philosophiques de la normativité mais qui au contraire n’a aucune place dans les démarches des sciences sociales. Ces approches abandonnent ainsi comme étant non nécessaire la tâche de produire des justifications universelles qui pourraient valoir face à toute prétention contraire et au nom de tout sujet rationnel. Nous voyons ainsi apparaître l’idée que les prétentions normatives des agents peuvent aspirer à une légitimité dont la source de justification n’est pas une raison neutre et universelle ni un ensemble de « faits moraux » dont la consistance demeure très controversée, mais des repères plus localisés et pourtant capables de contraindre les agents concernés à reconnaître la supériorité relative d’une prétention par rapport à une autre.

  • 25 Ma conception de la critique immanente diffère toutefois des conceptions herméneutiques ou interpré (...)

27Ce principe de contextualisation dépend à un degré important du fait d’avoir reconnu – dans le sillon du pragmatisme – que la normativité a toujours une orientation pratique, ce qui signifie entre autre qu’elle est toujours indexée à un contexte de référence : les cadres normatifs sont définis par rapport à leur fonction dans la résolution de problèmes dont la nature est contextuelle. Plusieurs philosophes y compris Alasdair MacIntyre, Charles Taylor, Stanley Cavell, Michael Walzer et la plupart des pragmatistes, ont montré que la primauté du moment pratique qui caractérise la normativité explique le caractère partiellement interne (ou immanent) de toute stratégie normative 25. En ce sens, une pratique normative présente un ensemble cohérent d’assomptions et de méthodes d’enquête développées en vue de la résolution des problèmes que cette même pratique considère comme pertinents. La rationalité, en ce sens, peut être conçue comme étant une institution sociale sans s’exposer pour autant aux impasses relativistes.

  • 26 À des titres fort différents, l’anthropologie sociale et le fonctionnalisme sociologiques permetten (...)
  • 27 J’examine les implications épistémologiques de la thèse de Michael Walzer dans Frega (2013b, ch. 3)
  • 28 Voir notamment les analyses de Frederick L. Will sur la « gouvernance » des pratiques (Will, 1997).
  • 29 J’ai proposé une justification de la démocratie en ces termes et je montre qu’une justification his (...)

28Une conception de la rationalité comme institution sociale implique que la rationalité des pratiques normatives ne repose pas sur l’existence de critères de validité transcendants, car elle peut fonctionner à partir de ressources normatives locales. Ces sources sont au moins de quatre ordres. D’un côté, il y a des faits généraux concernant la nature humaine (faits anthropologiques) ou le fonctionnement social (faits sociaux) dont l’universalité a posteriori justifierait leur usage en tant que critères normatifs valables dans tout contexte 26. Ces faits généraux toutefois, comme le remarque Michael Walzer, ne nous permettent pas d’aller au-delà d’une morale très minimale qui consentirait au mieux de régler certaines controverses portant sur des formes d’injustice très évidentes comme les génocides (Walzer, 1994) 27. Ils n’offrent donc pas des points d’appui pour régler les différends ordinaires. Le deuxième ordre de sources sociales est donné par les normes et critères qu’une société ou tradition fait siennes. Dans ce cas, c’est en se réclamant de ce qu’ils partagent que les agents peuvent entreprendre les pratiques de la justification et de la critique, en engageant leurs partenaires sur les plans variés de la cohérence de leur forme de vie, de la prise de responsabilité pour l’ordre qu’ils assignent aux valeurs dans lesquels ils se reconnaissent, en critiquant une action ou pensée singulière à travers un principe ou norme acceptée. Mais la critique interne, comme le rappelle encore Michael Walzer, est rendue possible aussi par le fait que chaque culture – tout aussi bien que chaque agent – est dotée d’une pluralité de critères coexistants qui peuvent fonctionner comme autant d’instances normatives alternatives et concurrentes à partir desquelles une position peut être défendue ou critiquée du point de vue d’une autre. Selon un modèle dont on peut rendre compte à travers la conception meadienne de la généralité, la légitimité normative se produirait alors comme effet de l’intégration de la pluralité des points de vue engagés dans la situation. On parvient ainsi à des généralisations empiriques a posteriori dont la force normative peut toutefois être défendue sur des bases rationnelles. Le troisième ordre est celui des pratiques normatives existantes et qui constituent des instances indépendantes de production d’effets normatifs potentiellement en conflit 28. On pensera en ce sens aux tensions qui se produisent lorsque la recherche scientifique, les médias, la politique et le droit fonctionnent en tant que sources normatives concurrentes, chacune pouvant servir de contrepoids à l’autre. À ces trois ordres de critères qui caractérisent une rationalité d’ordre comparatif, la référence à l’épistémologie pragmatiste permet d’en ajouter un autre : celui de la validité expérimentale des processus sociaux : c’est l’idée d’une expérimentation sociale et historique qui va donc prendre le relais afin de proposer des critères aptes à justifier les ordres normatifs et les institutions autrement exposés aux risques d’un conventionnalisme relativiste dont on connaît les conséquences négatives 29.

29Ces quatre types de sources normatives ne sont pas indépendants les uns des autres, comme il pourrait paraître à première vue, car ils se lient réciproquement par le biais de ces formes de contrainte que toute société doit satisfaire afin d’assurer sa survie (les bases sociales de la normativité), mais que chaque société satisfait d’une manière partiellement différente. Ces manières, qui articulent la dimension de la nécessité du besoin à la contingence de la réponse, joignant ainsi l’objectivité du principe à la conventionnalité de sa formulation, permettent de rendre compte de la force normative de ces sources de validité et permettent d’expliquer comment une norme peut être en même temps conventionnelle et objective. Cela signifie que le caractère conventionnel des pratiques normatives est tout de même contraint par des faits sociaux qui limitent et définissent la gamme des options normatives disponibles. C’est à partir de cette reconnaissance que s’affirme la nécessité de réconcilier réflexion normative et recherche empirique, car sans une exploration empirique des différentes conditions sociales présidant à la stabilité et à la réussite des formes de vie associées, tout discours normatif tend inévitablement à manquer des bases nécessaires pour asseoir des prétentions de validité normative.

30La reconnaissance de la primauté des pratiques, jointe à ce principe de prolifération des sources implique que si les pratiques normatives ne peuvent pas s’émanciper entièrement du contexte socio-institutionnel qui les encadre, elles ne sont pas pour autant entièrement exposées à l’arbitraire des aléas culturels. Dans cette perspective la notion de critique interne ne peut apparaître que comme un effort incomplet de conceptualisation du normatif ; elle constitue un moment nécessaire mais non suffisant de la théorie de la normativité, car même à l’intérieur du cadre d’une culture et d’une tradition donnée, il est toujours possible d’accéder à des critères normatifs partiellement indépendants, qui offrent autant de ressources épistémiques pour juger du bien-fondé de toute prétention normative. Comment alors porter un jugement sur leur signification, leur validité, la légitimité des conclusions qu’elles entraînaient ? Si, comme je viens de le montrer, comprendre une pratique normative présuppose comprendre sur quelles bases elle prétend asseoir sa validité, on voit que la question des critères de validité sort du domaine désincarné de l’épistémologie pour pénétrer celui de l’étude des pratiques sociales. Dès lors, une liste de critères de rationalité devient ainsi un élément nécessaire pour l’étude des pratiques normatives. C’est seulement par référence à de tels critères que nous pouvons prétendre évaluer les prétentions de validité qui sont avancées dans le cadre d’une pratique normative concrète. Ces critères nous permettent notamment de juger de la légitimité d’une prétention revendiquée par des acteurs sociaux, que ce soit des citoyens ordinaires, des professionnels de l’information, des fonctionnaires publics ou des politiciens. Sans prétendre à l’exhaustivité, il faut rappeler au moins les critères suivants : (a) les faits très généraux dont la nature non controversée en justifie l’usage en tant que critères normatifs ; (b) les principes ou valeurs internes reconnus par un groupe social ; (c) des méta-critères pour la hiérarchisation de principes ou valeurs en conflits ; (d) des interprétations alternatives provenant d’autres pratiques, traditions, groupes mais qui peuvent être appliquées à la situation en objet.

31Le premier critère formule une idée d’objectivité qui part d’une forme d’universalité a posteriori : elle ne se réclame pas d’une démarche de fondation mais s’appuie sur une évidence qui permet de supposer la validité de la norme. En ce sens, elle permet de résister à toute prétention qui chercherait à légitimer une conduite ou institution enfreignant cette règle générale. Ce genre de régularité est invoqué par exemple dans des controverses de droit international lorsque, en l’absence d’un cadre normatif partagé, on a toutefois besoin de juger d’actes dont l’étendue et l’intensité des conséquences ne permettent pas de les laisser à la jurisprudence nationale. C’est notamment le cas des génocides. Le deuxième critère revendique une forme d’objectivité qui s’appuie plus directement sur des principes et valeurs dont la validité n’est pas contestée. On peut se réclamer de cette forme d’objectivité lorsque plusieurs critères différents sont invoqués pour critiquer ou défendre une action ou institution déterminée et qu’il s’agit alors de hiérarchiser. Par exemple, lorsqu’une même action ou institution est défendue en raison de sa cohérence avec la valeur de la liberté mais critiquée car elle enfreint le principe d’égalité ou de solidarité. Dans ce cas, à travers un mouvement articulatif, il est possible d’expliciter chaque position dans les termes des principes qu’elle présuppose et articule et d’évaluer sa capacité en termes de réalisation de ce principe mais aussi d’autres principes qui peuvent entrer en jeu. Les opposants sont ainsi forcés de rendre explicites leurs choix et les critères pouvant les légitimer. Ces choix, à leur tour, pourront faire l’objet d’une discussion portant sur leur signification à l’intérieur d’une tradition ou société donnée et visant la réalisation d’« équilibres réfléchis » (John Rawls) dont il est toujours possible d’évaluer la capacité à prendre en considération de manière plus ou moins adéquate toutes les instances en jeu. La troisième option est une variante de la deuxième qui a lieu lorsqu’il est possible de hiérarchiser les principes en compétition de sorte qu’à travers leur articulation les agents parviennent à s’accorder sur un ordonnancement partagé qui permettrait ensuite d’évaluer les différentes positions en compétition. Le quatrième critère présente un autre cas de conflit d’interprétation. Il surgit lorsque deux descriptions différentes d’une même institution ou action sont revendiquées et qu’il s’agit de choisir l’une ou l’autre. Ici, le critère de cohérence permet d’effectuer le choix en raison de l’efficacité comparative des interprétations pour rendre compte de l’objet à expliquer par rapport au cadre plus vaste de la culture engagée. Mais cela peut arriver aussi lorsque deux groupes sociaux différents divergent dans leur interprétation d’une pratique car ils font référence à deux conceptions différentes de la même valeur, comme par exemple la dignité humaine ou la liberté.

  • 30 Frederick Will a développé une théorie sociale de la normativité qui incorpore plusieurs des élémen (...)

32Ces quatre démarches constituent les moments d’une véritable stratégie de légitimation des prétentions qu’un agent peut revendiquer dans le cadre de ses pratiques normatives. Bien qu’elles ne permettent pas d’atteindre un point de vue totalement non controversé ni de produire des épreuves justifiant de manière concluante une prétention normative, elles permettent néanmoins d’introduire dans les pratiques normatives des critères desquels les agents peuvent se réclamer afin de résoudre leurs controverses, en revendiquant ainsi la justesse de leur propos. Elles offrent, en ce sens, les bases pour une théorie de l’objectivité morale ouverte à la dimension contextuelle de l’expérience individuelle et sociale. Une telle théorie est caractérisée par une sous-détermination irréductible, car elle doit tenir compte du rôle joué par les contextes dans la détermination des normes de conduite. En même temps, au lieu de proposer d’asseoir la normativité sur une source unique et capable de produire un ordonnancement univoque et non controversé des différentes options, cette conception vise plutôt à expliquer la normativité comme se produisant par l’effet conjoint et cumulatif de différentes sources et critères. Dès lors, tout en reconnaissant qu’aucun de ces critères n’est à lui seul en mesure de justifier un acte normatif, c’est grâce à leur convergence qu’un accord normatif peut se produire. En ce sens, on pourrait parler d’une conception de la rationalité non universelle mais plutôt « trans-culturelle » ou « trans-sociale » ou même, en suivant Frederick Will, « trans-pratique » (Will, 1997) 30. On remarquera alors que chacune de ces stratégies est compatible avec l’idée d’une nature intrinsèquement transformative des pratiques normatives. Ce moment transformatif (dont le pragmatisme montre l’importance) permet de dépasser l’idée de justification purement interne : les pratiques normatives dispersées ne se limitent pas à mettre à jour des postulats (normes ou faits moraux) qui seraient donnés par avance, mais elles soutiennent également les agents dans des processus de création de nouveaux ordres normatifs. Les pratiques normatives sont en ce sens de véritables pratiques de création et de transformation du monde social.

Évaluer les prétentions normatives : une approche multi-dimensionnelle

  • 31 J’examine les implications épistémologiques de cette distinction dans (Frega, 2013d). On trouve une (...)
  • 32 À la tripartition de Thomas Kuhn (scientifique, historien des sciences, philosophe des sciences), o (...)

33J’en viens maintenant au troisième élément de cette théorie de la normativité que j’ai évoqué plus haut et que j’ai appelé une conception stratifiée des dimensions normatives. Afin d’atteindre un regard sur les pratiques normatives capables d’interroger les prétentions de validité qui les caractérisent, il ne suffit pas d’avoir à disposition une théorie de la rationalité. Il faut aussi articuler la pluralité des perspectives normatives qui sont impliquées dans la situation d’une manière qui tienne compte des différentes positions d’agent (acteurs et observateurs) qui sont en jeu. Pour ce faire, nous devons pouvoir faire varier la perspective d’après laquelle nous observons ces pratiques et leurs prétentions. Dans cette section je me propose trois objectifs. D’abord, de distinguer trois ordres de signification du normatif. Ensuite, de lier chacun de ces ordres à une perspective spécifique d’analyse des faits sociaux. Enfin, d’articuler ces trois perspectives d’observation à trois conceptions de la validité normative. En m’appuyant sur un modèle qui s’inspire assez librement d’une distinction conceptuelle développée par Thomas Kuhn (Kuhn, 1970) 31, je propose de différencier trois points de vue normatifs qui sont irréductibles et néanmoins complémentaires, si bien que tous les trois doivent trouver leur place à l’intérieur d’une théorie de la normativité cohérente avec les principes que je viens d’énoncer. Pour éviter de charger cette distinction de significations qui lui seraient étrangères 32, je me sers de trois termes neutres pour distinguer ces trois niveaux ou approches de la normativité : Normativité 1, Normativité 2, Normativité 3. Chacune de ces trois approches renvoie à la fois à un niveau de description empirique et à une conception de normativité qui lui correspond.

34Normativité 1 correspond à la perspective des agents impliqués dans la pratique normative dans laquelle des prétentions normatives sont avancées. Sur le plan descriptif, N1 enjoint de s’en tenir à une reconstruction détaillée des ordres normatifs (ainsi que des pratiques) adoptés de manière tacite ou explicite par les agents. Sur le plan des théories de la validité normative, elle trouve correspondance avec les théories relativistes : N1 se limite à énoncer et discuter la légitimité des prétentions normatives plurielles avancées par les agents à partir du cadre local qu’ils partagent. Elle suspend donc le jugement sur la validité des prétentions normatives à l’extérieur de cet horizon. Ce niveau d’analyse de la normativité est par exemple celui adopté par un historien examinant les justifications avancées par un médecin nazi qui revendique la légitimité de ses actions par rapport à l’ordre normatif en vigueur dans les camps, ou celui adopté par un ethnologue face à des rituels magiques ou à des pratiques de cannibalisme qu’il se limite à reconstruire en contexte. Bien évidemment, l’expression « point de vue normatif des agents » est une abstraction, car on peut faire l’hypothèse que dans chaque situation normativement chargée il existe toujours une pluralité de points de vue qui se réfère à des aspects différents des ordres normatifs en vigueur. Dès lors, le point de vue normatif des agents peut à son tour être différencié en raison des différents rôles normatifs adoptés par les acteurs, comme on peut le voir lorsqu’en examinant un litige juridique on différencie les points de vue normatifs que les défenseurs, accusés, juges, experts, témoins peuvent y prendre. À ce niveau d’observation, la validité normative est essentiellement une question de cohérence interne, de rapport à des ordres normatifs existants et les revendications normatives doivent être évaluées par rapport aux normes, valeurs, principes qui régissent la pratique normative en question et dont il s’agit de reconstituer la trame et les dynamiques de mobilisation. Ce qu’il faut étudier ce sont alors les jugements normatifs élaborés par les agents eux-mêmes, et la façon dont ces jugements se rapportent à des sources normatives existantes à la fois pour les justifier, les critiquer, les transformer. Dans cette perspective les standards normatifs sont donnés – et c’est le rôle des recherches empiriques de les rendre visibles – et des analyses conceptuelles de montrer comment ils sont mobilisés, afin de vérifier la validité des inférences produites, de comprendre quelles sources sont mobilisées, par qui, quand et pourquoi. Une telle étude ne doit pourtant pas se limiter à la simple mise en forme des engagements explicites, mais demande un travail d’explicitation de ce qui dans le discours ne fait souvent que l’objet d’allusions opaques. À ce niveau on demandera d’une prétention normative comment elle se rapporte à un ordre normatif donné et d’une justification quelles ressources normatives elle mobilise et comment.

35La deuxième perspective, Normativité 2, ouvre un regard différent car elle se propose de rendre intelligible le contexte sociohistorique de ce qui est objet d’étude, à partir de l’hypothèse qu’une pratique normative peut être rendue intelligible à travers l’examen de l’arrière-plan social et/ou de l’horizon historique dans lequel les participants agissent, aussi bien que des procès de changement dans lesquels ils sont pris. Sur le plan des théories de la validité normative, le paradigme de référence n’est plus le relativisme mais ce que j’ai appelé plus haut une rationalité trans-contextuelle. On s’efforce donc d’atteindre un point de vue comparatif en surplomb par rapport à l’ordre normatif endossé par les agents étudiés, par exemple en comparant une pratique avec l’ordre normatif ou les pratiques propres à d’autres groupes humains. Comme dans les reconstitutions historiques des sciences élaborées par Thomas Kuhn, une telle perspective est utile pour expliquer pourquoi une solution normative donnée – par exemple des pratiques de mutilation corporelle – peut être considérée comme légitime, voir préférable à d’autres également accessibles, compte tenu des ressources normatives accessibles aux agents en raison de leur positionnement sociohistorique, même si de notre point de vue actuel elles peuvent paraître discutables. Mais elle est également utile pour évaluer la qualité normative d’une transition, lorsqu’une pratique est abandonnée et remplacée par une autre. Dans cette perspective, interroger la validité d’une prétention normative a une signification différente que dans le cas précédant. Une distance critique peut être prise à l’égard des paroles dites et des choses faites et des standards normatifs mobilisés dans la pratique normative peuvent à leur tour être remis en question. Par exemple, à ce niveau on peut se demander si une pratique est moralement justifiée dans la perspective de la transformation culturelle, sociale et économique d’une société, ainsi que des contraintes qui pèsent sur elle. On peut se demander également si à travers une transformation de la société les valeurs et les conduites se sont améliorées ou appauvries. Le cadre du jugement normatif est ici offert par la transition – on peut parler en ce sens de « rationalité transitionnelle » – et le jugement s’appuie sur les éléments de continuité et de discontinuité produits par la transition.

36La troisième approche, Normativité 3, vise à radicaliser le propos de généralisation déjà implicite dans N2. Sur le plan de l’enquête empirique N3 implique l’abandon de la perspective comparative pour adopter celui de la quête de généralisations portant sur les formes générales d’attitude normative. Du point de vue de la validité normative, cette perspective trouve correspondance dans la visée d’universalité qui caractérise par exemple le réalisme moral. L’adoption d’un tel point de vue permet de se demander si une prétention normative qu’un agent formule dans un certain contexte est valable généralement, c’est-à-dire si elle est conforme à des conditions de validité qu’on peut estimer transcender le contexte de référence. Une telle perspective peut s’appliquer par exemple à l’étude des mœurs d’autres peuples, aussi bien qu’aux décisions qui sont prises par les institutions de notre société. Les théories philosophiques de justification de la démocratie ainsi que les pratiques des tribunaux internationaux de justice en fournissent des exemples. Sur ce point, c’est juste le cas de le rappeler, c’est la question même de possibilité d’une telle perspective qui est sujette à controverse, les relativistes en tout genre niant sa légitimité et les réalistes tendant souvent à la considérer comme le seul point de vue qui peut être dit « normatif ». Mais la question pourtant centrale et à mon sens incontournable, est que quoi qu’il en soit du débat suranné entre relativistes et réalistes, face à des événements aussi différents que les génocides ou les transformations contemporaines de l’espace public global, la question de comment porter un jugement normatif sur un événement qui outrepasse le cadre de notre propre ordre normatif et du statut qu’il faut dès lors donner à ce point d’énonciation très particulier ne peut pas être évitée, rendant de nouveau flou ce partage entre le descriptif et le normatif, ou entre faits et valeurs, que la division académique des disciplines tend à imposer à nos démarches de recherche. Et c’est justement dans ces cas où les conséquences sociales de nos pratiques normatives sont importantes que nous nous apercevons de la fragilité des ordres normatifs qui régissent nos vies.

Les pratiques normatives en action : notes sur la délibération d’un jury

37Avant de conclure, dans cette partie je me sers d’une étude de cas pour résumer mon propos et pour en montrer les implications pour l’étude de la normativité. Je le fais à partir de l’analyse du fonctionnement d’un jury populaire, que je considère comme un type de pratique normative auquel je vais appliquer les catégories analytiques développées jusqu’ici. Dans les termes dont je me sers, le jury populaire constitue une pratique normative intégrative dont il s’agit tout d’abord d’identifier les éléments qui sont pertinents du point de vue de la compréhension de sa capacité à produire des conséquences d’ordre normatif. Une pratique normative intégrative peut être analysée à partir de la distinction entre les éléments suivants : les institutions, les actions, les agents, la situation et les pratiques dispersées.

38D’abord les institutions normatives : les codes du droit qui disciplinent le fonctionnement d’un jury, mais aussi les coutumes et les valeurs qui régissent le fonctionnement des jurys populaires dans un espace-temps déterminé et auxquelles les membres du jury sont confrontés dès qu’ils entrent dans cette institution. Mais encore les procédures techniques de déroulement (tour de parole, temps de parole, procédure de vote, etc.). Ensuite les agents normatifs : il faut à ce propos distinguer les différents rôles qui structurent le déroulement d’une procédure de délibération et leur fonction en son sein et en examiner la responsabilité épistémique, c’est-à-dire le rôle dans la production des effets normatifs visés par la pratique en question (juge, membres du jury, président du jury, etc.). Troisièmement, il s’agit d’analyser et de typifier les actions normatives accomplies à l’intérieur de la pratique : attribution et prise de parole, pratiques de vote, pratiques pour la résolution d’impasses, actes de persuasion ou de dissuasion, possibilités d’interruption et de sortie et ainsi de suite. Enfin, la catégorie de situation normative est mobilisée pour détailler les éléments contingents qui caractérisent une instance spécifique de la pratique et qui ne dérivent pas directement des traits communs à la typologie de pratique en question. Il s’agirait par exemple d’événements qui ont eu lieu pendant ou avant le procès, d’éléments du contexte social, ou liés à la composition du jury lui-même. Une reconstruction du jury en tant que pratique normative intégrative se distingue d’autres reconstructions ethnographiques par le fait que la description des différents éléments doit viser à rendre explicites surtout les propriétés normatives du processus, c’est-à-dire celles qui sont le plus susceptibles d’être prises en charge par le processus réflexif lui-même. En ce sens, une telle analyse se distingue nettement d’une approche visant, par exemple, à étudier l’influence des facteurs sociodémographiques dans les orientations de décision des membres du jury ou à reconstruire les dynamiques d’influence personnelle dans la formation du consensus.

  • 33 Toutes les références aux aspects empiriques de fonctionnement du jury proviennent de ce texte, not (...)

39Mon analyse s’appuie sur la transcription partielle des actes du processus délibératif d’un jury populaire nord-américain qui constitue le point de départ d’un article célèbre de Douglas Maynard et John Manzo (Maynard & Manzo, 1993) 33. Le cas concerne le déroulement d’un jury populaire devant décider de la culpabilité d’un individu ayant été trouvé en possession d’une arme, alors que la loi l’interdit à ceux qui ont déjà été condamnés pour un délit pénal. Les membres du jury ne doivent pourtant pas délibérer directement sur la culpabilité de l’accusé mais sur le fait que trois états de choses se soient produits : le fait que l’accusé était en liberté conditionnelle lorsque la violation a eu lieu ; le fait que l’accusé possédait une arme, le fait qu’il savait qu’il la possédait. Ces trois éléments constituent en fait les causes nécessaires et suffisantes pour déterminer ensuite si l’accusé est effectivement coupable ou non. Les jurés ne sont donc pas appelés à formuler un jugement normatif, leur mandat étant de s’en tenir à des considérations d’ordre purement factuel.

40L’examen du déroulement de la réunion du jury montre que dans l’effort de comprendre et puis de résoudre la situation problématique dans laquelle ils se trouvent, les acteurs mobilisent différentes sources normatives et s’engagent en différentes pratiques normatives dispersées. Par exemple, le membre du jury qui prend la parole le premier formule un dilemme : d’un côté il est persuadé que les éléments d’évidence fournis lors du procès suffisent à tenir l’accusé pour coupable. De l’autre, il pense que dans les circonstances présentes il ne serait pas juste de le condamner. Le deuxième élément du dilemme ne semble s’appuyer sur rien de plus qu’un scrupule de conscience et il n’est pas articulé ultérieurement. Ce membre amorce donc, quoique de façon embryonnaire, une analyse normative dans laquelle il mobilise deux types de sources normatives : d’un côté, le texte de la loi et son appareillage procédural. De l’autre, il invoque des éléments de l’ordre normatif qui dépassent le strict cadre de la loi et qui renvoient à l’ordre moral de la conscience individuelle. Un autre membre, par contre, estime qu’aucune source ne peut être invoquée qui excède les limites strictes de ce que dit la loi. D’après lui, seule la loi constitue une source normative légitime, toute autre source devant être écartée. Un troisième membre formule le même point de vue que le premier mais en s’appuyant de manière plus précise sur une autre source de normativité : l’identité de chaque membre du jury en tant que citoyen. C’est donc la valeur de l’identité politique qui est ici mobilisée contre la force de la loi. Un autre argument se réclame d’une conception sociale de la justice : il est dit que la justice doit donner des chances aux individus et non pas se limiter à les punir. C’est donc une théorie de la justice qui est mobilisée afin de produire des conséquences normatives. Un cinquième argument évoque la question de la protection de la société : l’accusé serait-il une menace pour la société ?

41Dans ces échanges normatifs les agents s’adressent de manière critique en même temps aux critères d’évaluation et aux modes de leur application. Autrement dit, ils se demandent à la fois comment déterminer si l’accusé est coupable d’après la loi et s’il est juste de décider de son sort simplement en appliquant la loi. Dès lors, si on étudie ce déroulement du point de vue des pratiques normatives, on remarque les aspects suivants. D’abord, cette pratique est régie par un ordre normatif explicite qui est l’ordre du droit pénal et du droit de procédure, ordre qui est rappelé aux membres du jury avant qu’ils se retirent pour délibérer. L’ordre de la loi ne constitue pourtant pas un cadre fixe qu’il ne s’agirait que d’appliquer. Face à la situation problématique qu’ils doivent résoudre, les membres en viennent donc à interroger la légitimité de cet ordre normatif à opérer comme source normative de référence exclusive. Ils évoquent donc un supplément normatif : la conscience, la condition de citoyenneté, les obligations sociales du système de la justice, la protection des citoyens et ainsi de suite. Ce passage à mon sens ne peut pas être expliqué uniquement dans les termes de ce que l’ethnométhodologie appelle la nature constituante des ordres sociaux (Rawls, 2009). À cet aspect, sans doute essentiel, il faut ajouter ce travail de la raison qui s’exprime dans le choix et la mobilisation de sources normatives supplémentaires. On comprendra ainsi le fait qu’en s’efforçant d’introduire des sources normatives supplémentaires à côté de la loi, voire de leur assigner un rôle prioritaire, les membres du jury avancent un certain nombre d’arguments normatifs. D’un côté, des arguments qui tendent à souligner les aspects contradictoires de la situation particulière en objet, dont notamment : (a) l’état de faiblesse cognitive de l’accusé ; (b) son état de détresse morale et (c) les témoignages de sa bonne volonté à recommencer une vie honnête après la première condamnation. De l’autre côté, ils invoquent des éléments qu’ils nomment « objectifs » et qui renvoient à l’obligation de formuler un jugement le plus possible « non émotionnel » ou « non emphatique », un jugement qui se limiterait « tout simplement à suivre la lettre de la loi ». Mais les jurés évoquent également des arguments d’ordre pragmatique, notamment lorsque les derniers membres en position de minorité vont accepter de voter à l’unanimité pour éviter que la délibération en reste à un point mort. Mais là encore les arguments concernant la légitimité d’un vote contraire à ce qu’on croit vraiment divergent.

42Je ne peux continuer cette esquisse d’analyse. Mais je voudrais remarquer comment une pratique de ce genre pourrait être analysée du point de vue de sa teneur normative, en mobilisant les trois perspectives normatives que j’ai évoquées plus haut.

43D’après la première perspective (Normativité 1), une démarche d’analyse de type ethnométhodologique nous permet de reconstruire le déroulement de la pratique, de repérer, d’analyser, de classer et d’étudier les différentes sources normatives que les agents mobilisent au cours de l’enquête. Il s’agit déjà d’un progrès considérable par rapport aux approches courantes en sociologie du droit. Aucune question n’est pourtant soulevée à propos de la teneur normative du processus délibératif ainsi que de sa conclusion. De même, aucune réflexion sur ses implications éthiques et politiques n’émerge. L’analyse sociale nous livre donc un point de départ nécessaire mais pourtant insuffisant, dont il faut se servir pour approfondir l’analyse de la pratique normative et notamment pour rendre explicites ces éléments de l’ordre normatif de référence qui ne sont mobilisés que de manière tacite et que seule une analyse d’ordre différent permettrait de dégager et d’éclairer.

44À un deuxième niveau, on pourrait – comme le ferait un historien au sens kuhnien – reconstruire cette pratique normative comme étant l’une des pièces d’un plus vaste ordre social et ainsi décrire et évaluer les positions normatives mobilisées comme étant les éléments d’un champ normatif qui serait ouvert et rendu possible par la configuration propre à une société ou à une époque, décrire son évolution historique, ou la comparer à d’autres dispositifs en vigueur dans d’autres pays. On pourrait relier les options normatives mobilisées par les acteurs au plus vaste horizon de l’ordre normatif de cette société à cette époque, ou à des événements qui pourraient avoir introduit des changements. Dans ce cas, le type de considérations normatives qui serait pertinent et le sens du jugement porté sur la conduite et les décisions des agents serait tout autre.

45Il y a, enfin, un troisième niveau, qui est celui d’une réflexion plus abstraite sur les principes mobilisés par les agents. Ce troisième point de vue viserait à poser d’une manière plus générale la question de la validité normative des discours et des actions qu’on aura observés. Dans le cas du jury, cela reviendrait par exemple à s’interroger sur la légitimité de la juxtaposition entre justice et droit telle que plusieurs membres la comprennent et l’évoquent, ou à s’interroger sur la légitimité d’un appel à la conscience morale lorsqu’on agit dans un rôle institutionnel tel celui d’un membre du jury plutôt que celui d’un juge, ou enfin à discuter l’ordre de priorité donné aux différents arguments avancés.

46Imaginons un moment ce que pourrait signifier reconstruire à partir de la perspective des pratiques normatives le déroulement des délibérations d’une cour internationale de justice, où les perspectives des agents peuvent différer des nôtres et où l’idée même d’un ordre normatif partagé est absente. Mais pensons aussi aux défis que les expériences de la souffrance et de la mutilation corporelle imposent à la capacité de mise à distance du chercheur, ou à toutes les formes de déformation culturelle qui ont été dénoncées par le mouvement des subaltern studies. Comme il a été rappelé par Didier Fassin, c’est notamment là où l’expérience sociale qu’on doit analyser se heurte à notre sens de l’intolérable que l’effort pour distinguer et pour tenir à distance plusieurs perspectives normatives devient plus difficile (Fassin, 2005). Si j’associe des exemples tirés du fonctionnement des cours de justice, de l’histoire et de l’anthropologie c’est précisément pour souligner l’étendue du problème ouvert par la question du normatif et pour montrer comment cette mise en tension des perspectives affecte en même temps la philosophie, le droit et les sciences sociales.

47Il me semble que dans ce genre de cas, comme dans bien d’autres, le fait de disposer d’une méthodologie capable de restituer la structure complexe, stratifiée sur plusieurs échelles, pratique et en même temps argumentative de ces pratiques permettrait d’atteindre un regard plus riche et plus nuancé sur les dynamiques normatives, un regard capable d’articuler des considérations d’ordre explicatif avec d’autres d’ordre épistémique. C’est seulement à ces conditions qu’il me semble possible de comprendre ce que pourrait signifier, pour un agent agissant dans cette situation, agir et penser d’une manière qu’il serait possible d’appeler juste.

Conclusions

48Si nous acceptons les traits essentiels de cette théorie de la normativité encore incomplète, nous avons un moyen de sortir des problèmes théoriques que j’ai évoqués au début de cet article. Une telle approche, me semble-t-il, permettrait une meilleure compréhension du fait de la normativité et permettrait ainsi de poser des questions qui d’habitude échappent tout autant à l’agenda de la philosophie qu’à celle des sciences sociales. Cela est rendu possible du fait que cette approche : (a) privilégie le social sur l’individu en tant que source principale de normativité (approche centrée sur la société) ; (b) reconnaît le pouvoir normatif propre aux pratiques (approche fondée sur les pratiques) ; et (c) incorpore la dimension empirique dans l’analyse de la validité normative de manière beaucoup plus soutenue que cela a été fait jusqu’à présent (approche multidisciplinaire).

49Cinq traits conceptuels caractérisent cette approche à la normativité. Le premier est l’accent mis sur l’interaction des normes et des actions qui fournit le cadre conceptuel et méthodologique pour une approche pluridisciplinaire engageant sciences humaines et sociales et philosophie sur une base non réductionniste. Le deuxième est l’adoption de la perspective de l’agent situé comme point de départ de la théorie normative. Le troisième est la définition des pratiques normatives par rapport à leur fonction régulatrice dans le jeu dynamique entre les agents et leurs environnements. Le quatrième est que les normes et les valeurs sont définies en conformité avec une épistémologie faillibiliste et expérimentale. Le cinquième est la priorité accordée à l’analyse empirique et à l’histoire des processus sociaux en tant que facteurs-clés des pratiques normatives.

50Toutes ces hypothèses, qui devront être mises au point en détail, définissent le cadre méthodologique d’un programme de recherche pragmatique sur la normativité et proposent une façon d’encadrer notre compréhension de la normativité d’une manière qui est conforme à notre compréhension de nous-mêmes en tant que créatures normatives et qui nous permet donc de comprendre les pratiques normatives à partir aussi des aspirations à la légitimité qu’elles incorporent.

Haut de page

Bibliographie

Abel R. (1973), « Comparative Theory of Dispute Institutions in Society», Law and Society Review, vol. 8, n° 2.

Anderson E. (1993), Values in Ethics and Economics, Cambridge Ma, Harvard University Press.

Barthe Y. et al. (dir.) (2013), « Sociologie pragmatique. Mode d’emploi », Politix, vol. 103, n° 3, pp. 175-204.

Bayat A. (2010), Life as Politics: How Ordinary People Change the Middle East, Stanford, Stanford University Press.

Beetham D. (1991), The Legitimation of Power, Londres, Macmillan Editor.

Boltanski L. & L. Thévenot (1991), De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Éditions Gallimard.

Comaroff J. & S. Roberts (1981), Rules and Processes, Chicago, University of Chicago Press.

Dewey J. (1938), Logic. The Theory of Inquiry, The Later Works, 1925-1953, vol. 12, Carbondale, Southern Illinois University Press.

Fassin D. (2005), « L’ordre moral du monde. Essai d’anthropologie de l’intolérable », dans Fassin D. & P. Bourdelais (dir.), Les Constructions de l’intolérable, Paris, Éditions La Découverte, pp. 17-50.

Fassin D. (2009), « Les économies morales revisitées», Annales. Histoire, sciences sociales, novembre-décembre 2009, n° 6, pp. 1237-1266, en ligne http://www.cairn.info/revue-annales-2009-6-page-1237.htm .

Fassin D. & P. Bourdelais (dir.) (2005), Les Constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, Éditions La Découverte.

Frega R. (2006a), John Dewey et la philosophie comme épistémologie de la pratique, Paris, Éditions L’Harmattan.

Frega R. (2006b), Pensée, expérience, pratique. Essai sur la théorie du jugement de John Dewey, Paris, Éditions L’Harmattan.

Frega R. (2010), « From Judgment to Rationality: Dewey’s Epistemology of Practice », Transactions of the C. S. Peirce Society, vol. 46, n° 4, pp. 591-610.

Frega R. (2012a), « A Pragmatist Critique of Liberal Epistemology: Towards a Practice-Based Account of Public Reason », Critical Horizons, vol. 13, n° 3, pp. 293-316.

Frega R. (2012b), « Equal Accessibility to All: Pragmatism, and the Place of Religious Beliefs in a Post-Secular Society », Constellations, vol. 19, n° 3, pp. 267-287.

Frega R. (2012c), Practice, Judgment, and the Challenge of Moral and Political Disagreement. A Pragmatist Account, Lanham, Lexington Editor.

Frega R. (2012d), « The Practice-based approach to Normativity of Frederick Will », Transactions of the C. S. Peirce Society, vol. 48, n° 4, pp. 483-511.

Frega R. (2013a), « From Normative Spheres to Normative Practices: New Prospects for Normative Theory after Habermas », International Journal of Philosophical Studies, vol. 21, n° 5), pp. 1-33, en ligne http://cems.ehess.fr/docannexe/file/2303/moral_inquiry_and_the_pragmatic_basis_of_objectivity.pdf .

Frega R. (2013b), Les Sources sociales de la normativité, Paris, Éditions Vrin.

Frega R. (2013c), « Moral inquiry and the pragmatic basis of objectivity », The Southern Journal of Philosophy, vol. 51, n° 1, pp. 1-23.

Frega R. (2013d), « Thomas Kuhn et l’oubli de la pratique», Dialogue, vol. 52, n° 3, pp. 1-28.

Frega R. (2014), « The Normative Creature: Toward a Practice-Based Account of Normativity», Social Theory and Practice, vol. 40, n° 1.

Garfinkel H. (1967), Studies in Ethomethodology, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall Editor.

Gautier C. (2008), Critique sociologique du sens commun, Amiens, Presses de l’Université de Picardie, pp. 411-438.

Heritage J. (1984), Garfinkel and Ethnomethodology, Cambridge, Polity Press.

Hitlin S. & S. Vaisey (dir.) (2010), Handbook of the Sociology of Morality, Dordrecht, Springer Editor.

Hookway C. (2003), Truth, Rationality, and Pragmatism: Themes from Peirce, Londres, Oxford University Press.

Jaeggi R. (2014), Kritik von Lebensformen, Frankfort, Suhrkamp Verlag.

Karsenti B. (2010), « Présentation», dans Durkheim É., Sociologie et philosophie, Paris, Presses universitaires de France.

Kuhn T. (1970), The Structure of Scientific Revolutions, vol. 73, Chicago, University of Chicago Press, 2e éd.

Lascoumes P. & P. Bezes (2009), « Les formes de jugement du politique », L’Année sociologique, vol. 59, n° 1, pp. 109-147.

Manzo J. & M. Travers (dir.) (1997), Law in Action. Ethnomethodological and Conversation Analytic Approaches to Law, Aldershot, Ashgate Editor.

Maynard D. & J. Manzo (1993), « On the Sociology of Justice: Theoretical Notes from an Actual Jury Deliberation», Sociological Theory, vol. 11, pp. 171-193.

Misak C. (2000), Truth, Politics, Morality, Londres, Routledge Editor.

Neurath O. (1932/33), « Protokollsätze », Erkenntnis, vol. 3, n° 1.

Orléan A. (2011), L’Empire de la valeur, Paris, Éditions du Seuil.

Putnam H. (2002), The Collapse of the Fact/value Dichotomy and Other Essays, Cambridge Ma, Harvard University Press.

Rawls A. W. (2009), « An Essay on Two Conceptions of Social Order: Constitutive Orders of Action, Objects and Identities vs Aggregated Orders of Individual Action», Journal of Classical Sociology, vol. 9, n° 4, pp. 500-520.

Sabia D. (2010), « Defending Immanent Critique », Political Theory, vol. 38, n° 5, pp. 684-712.

Schatzki T. (1996), Social Practices. A Wittgensteinien Approach to Human Activity and the Social, Cambridge, Cambridge University Press.

Schatzki T. (2002), The Site of the Social, University Park, Pennsylvania University Press.

Scott James (1979), The Moral Economy of the Peasant, New Haven, Yale University Press.

Short T. L. (2000), « Peirce on the Aim of Inquiry: Another Reading of “Fixation” », Transactions of the Charles S. Peirce Society, vol. 36, n° 1, pp. 1-23.

Sleeper R. (2001), The Necessity of Pragmatism, Chicago, University of Illinois Press.

Thompson E. (1971), « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century», Past & Present, vol. 50, pp. 76-136.

Wagner P. (2001), Theorising Modernity, Londres & Thousand Oaks, Sage Publications.

Walzer M. (1994), Thick and Thin. Moral Arguments at home and Abroad, Londres, Notre Dame Press.

Will F. (1997), Pragmatism and Realism, Lanham, Rowman & Littlefield Editors.

Haut de page

Notes

1 Le recours à une terminologie habermassienne est dû plus au manque d’autres termes convenables qu’à la volonté de s’inscrire dans le sillon de son œuvre. Reste que parmi les contemporains Jürgen Habermas est l’un des rares théoriciens à avoir formulé clairement l’exigence de faire tenir ensemble ces deux dimensions. Pour une autre vision de la nécessité de dépasser ce dualisme, mais du point de vue des sciences sociales, voir Peter Wagner (2001, ch. 2).

2 J’ai développé plus en profondeur cette idée de l’homme comme « créature normative » (Frega, 2014).

3 Voir la reconstruction de David Beetham, qui montre bien la tension entre perspectives normatives et empiriques et ses effets dans le clivage de l’étude de la normativité entre philosophie et sciences sociales (Beetham, 1991). Cette thèse peut paraître surprenante, si on pense qu’en sociologie – en tout cas dans la tradition française – depuis Émile Durkheim le normatif constitue le trait distinctif du social par excellence. Il suffit juste de rappeler que ce dernier définit le fait social par l’élément de la coercition, ce qui l’amène à concevoir la sociologie comme une « science de la morale » et donc du normatif. Néanmoins, comme le dit Bruno Karsenti à propos du projet durkheimien d’une science de la morale, la « sociologie, comme l’atteste la tournure ouvertement juridique de l’analyse conduite dans La Division du travail social, ne peut qu’extraire d’une société les formes régulières des pratiques qu’elle valorise ; ce faisant, elle s’interdit de penser la nature même de la valeur ou de l’idéal, qui, transcendants par rapport aux faits, définissent l’élément moral lui-même » (Karsenti, 2010, xxxi). La tension entre les deux moments demeure donc au cœur de l’analyse du normatif. Pour des raisons qui apparaîtront dans ce qui suit, même la sociologie de la critique de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, malgré ses efforts considérables pour défaire ce partage, en fin de compte n’échappe pas à ce constat. S’il est vrai que cette démarche accomplit une innovation considérable du fait de donner pleine légitimité au point de vue normatif des acteurs, la question de la validité normative des pratiques ordinaires n’y apparaît en dernière instance que sur le fond de critères normatifs socialement déterminés, par rapport auxquels le sociologue demeure dans un état de neutralité fort classique. Voir Claude Gautier (2008) pour une analyse approfondie de ce point aveugle de la sociologie pragmatique (Gautier, 2008).

4 Sur ce point je suis tout à fait d’accord avec David Beetham, lorsqu’il affirme que « a complete understanding of legitimacy can only be attained through an adequate specification of the relation in which social science and normative philosophy stand to each other. For that reason the subject of legitimacy can claim to constitute, not merely an important topic, but the central issue in social and political theory » (Beetham, 1991, p. 41.)

5 Il y a bien sûr des exceptions à cette formulation tranchée. On pensera notamment à la sociologie dite « pragmatique» ou « des épreuves » (Barthe et. al., 2013), malgré les réserves qu’il serait possible d’avancer à l’égard de son traitement de questions épistémologiques qui concernent notamment le statut de l’objectivité et du relativisme. Le multiperspectivisme avancé plus bas répond à mon sens de manière plus efficace au souci d’objectivité tel que cette tradition sociologique le pose.

6 L’idée d’une épistémologie des pratiques que j’ai développée entend précisément démontrer que la notion de pratique a des propriétés épistémologiques que d’autres entités collectives comme la communauté, la culture ou même le social ne possèdent pas (Frega, 2006a).

7 Voir aussi James Scott (1979), qui fait un usage systématique de cette expression pour explorer les ordres normatifs qui soutiennent les économies de subsistance (Scott, 1979). Tout récemment Didier Fassin s’est réclamé de cette tradition (Fassin, 2009). Pour une perspective plus vaste sur le regain d’intérêt pour les questions normatives en sciences sociales, voir Hitlin & Vaisey (2010).

8 On notera que la sociologie du droit se trouve confrontée à ce même problème. La tradition ethnométhodologique, mais j’y reviendrai en détail dans la dernière section de l’article, a notamment longtemps insisté sur le fait que la sociologie du droit tend à imposer aux acteurs les conceptions « savantes » de la justice, méconnaissant ainsi la pluralité de strates normatifs qui caractérisent tout phénomène social ainsi que son explication. « Social scientists tend to impute some model of justice and to measure either actors’ conformity with this model or their use of such a model in perceiving a situation to be just or unjust » (Maynard & Manzo, 1993, p. 172).

9 Je prends le terme d’accountability au sens technique que lui a été donné par l’ethnométhodologie (Garfinkel, 1967 ; Heritage, 1984 ; Rawls, 2009).

10 La notion d’assertabilité garantie constitue la cheville ouvrière de l’épistémologie des pratiques de John Dewey (1938). J’en offre un commentaire dans Frega (2013c).

11 Dans cette perspective, voir aussi Anderson (1993) et Misak (2000).

12 Pour une analyse plus approfondie de cette notion, je me permets de renvoyer à mon article Frega (2014).

13 Je remercie Louis Quéré pour ses suggestions concernant cette liste

14 Sur la notion de répertoire normatif voir Lascoumes & Bezes (2009). Pour la tenue de mon propos il n’est pas sans importance de remarquer que cette notion fut d’abord utilisée pour étudier l’ordre social dans une société sans droit formel, donc dans le cadre d’un contexte dans lequel la dimension pratique du normatif s’avère irréductible (Comaroff & Roberts, 1981).

15 Pour une analyse détaillée de cette distinction, voir Frega (2014).

16 La référence est ici bien évidemment à Richard Rorty et à son projet de « culturalisation » de la vie sociale, qui tend à traduire tout problème d’ordre normatif dans un problème de description, c’est-à-dire un problème qu’il serait possible de résoudre par un changement dans notre vocabulaire. Le problème avec cette approche est qu’ainsi la vie sociale perd toute sa consistance et son épaisseur. Il s’agit donc d’un pragmatisme fort éloigné de celui que je défends.

17 Au sens où, par exemple, Luc Boltanski et Laurent Thévenot postulent l’existence d’une série de critères normatifs qu’ils extraient d’une analyse de textes et projettent sur la réalité sociale (Boltanski & Thévenot, 1991). Au contraire, l’existence et la consistance d’un ordre normatif ne peut être reconstruite que par une analyse empirique de la situation. Ma démarche se rapproche de celle de ces auteurs en ce que toutes les deux s’inspirent d’une matrice au sens large pragmatiste. Ma démarche se caractérise toutefois par une conception plus élargie du normatif et par un questionnement plus soutenu de la dimension épistémique de la validité.

18 J’ai défini ce cadre en détail dans Frega (2012c ; 2006b).

19 J’ai examiné certains de ces modèles de rationalité ainsi que leurs implications pour une conception sociale de la normativité dans Frega (2013b). Cette section résume les conclusions de cette recherche.

20 Sur la notion d’enquête chez Charles Sanders Peirce voir notamment Hookway (2003) et Short (2000). Sur la notion d’enquête chez John Dewey voir Frega (2010) et Sleeper (2001).

21 Pour une formulation pragmatiste claire de cette thèse, on peut se référer à Putnam (2002).

22 Cette thèse, loin d’être banale, va à l’encontre de toute une tradition d’épistémologie politique qui assume au contraire un dualisme infranchissable entre rationalité scientifique et rationalité morale ou politique. Habermas n’est qu’un des représentants d’un tel courant.

23 Je me permets de renvoyer à Frega (2013a) pour une analyse plus détaillée de cet aspect et de ses conséquences pour l’épistémologie politique.

24 J’ai montré les limites des approches procédurales à la normativité en m’appuyant sur certains des arguments que je mobilise dans cet article (Frega, 2012a et 2012b).

25 Ma conception de la critique immanente diffère toutefois des conceptions herméneutiques ou interprétatives (Sabia, 2010) car l’appel à l’objectivité pragmatique permet d’expliciter à un degré beaucoup plus élevé les conditions de validité des pratiques normatives, notamment en raison du principe d’expérimentalisme faillible, car ce dernier permet d’évaluer les prétentions normatives en termes de leurs implications factuelles et non seulement de leur cohérence avec une tradition ou histoire partagée.

26 À des titres fort différents, l’anthropologie sociale et le fonctionnalisme sociologiques permettent d’identifier certains de ces traits.

27 J’examine les implications épistémologiques de la thèse de Michael Walzer dans Frega (2013b, ch. 3).

28 Voir notamment les analyses de Frederick L. Will sur la « gouvernance » des pratiques (Will, 1997).

29 J’ai proposé une justification de la démocratie en ces termes et je montre qu’une justification historique est préférable aux justifications épistémiques et morales qui dominent la discussion contemporaine (Frega, 2012c, ch. 7).

30 Frederick Will a développé une théorie sociale de la normativité qui incorpore plusieurs des éléments que je discute dans cet article. J’examine en détail la conception de la normativité de Frederik Will dans Frega (2012d).

31 J’examine les implications épistémologiques de cette distinction dans (Frega, 2013d). On trouve une distinction similaire dans la théorie de la légitimité de David Beetham (Beetham, 1991, ch. 1) et également dans la théorie critique, notamment à partir de la distinction entre critique interne, critique immanente et critique externe ou transcendante (Jaeggi, 2014). Malgré nombre de points de contact, ces manières d’organiser le rapport à la normativité demeurent néanmoins très différentes.

32 À la tripartition de Thomas Kuhn (scientifique, historien des sciences, philosophe des sciences), on pourrait associer aussi celle proposée jadis par Claude Levi-Strauss, qui distinguait entre les points de vue de l’ethnographe, de l’ethnologue et de l’anthropologue, afin de différencier trois prises de vue normatives sur la réalité sociale. Il s’agit d’une typologie d’analyse qui diffère à la fois de celle que je propose et de celle de Thomas Kuhn, mais qu’il convient d’évoquer ici en raison des similitudes superficielles qui apparentent les trois démarches. On remarquera également la tentative récente de Didier Fassin, qui s’appuie sur la tripartition de Claude Lévi-Strauss, pour différentier trois niveaux de généralisation des entités morales : le niveau ethnographique, le niveau ethnologique et le niveau des universaux anthropologiques (Fassin & Bourdelais, 2005).

33 Toutes les références aux aspects empiriques de fonctionnement du jury proviennent de ce texte, notamment des pages 178 à 187. Douglas Maynard et John Manzo s’appuient sur un enregistrement intégral de la réunion du jury. Pour une mise en contexte des approches ethnométhodologiques à l’étude des pratiques normatives voir aussi Manzo & Travers (1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberto Frega, « Les pratiques normatives », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4969

Haut de page

Auteur

Roberto Frega

CEMS- EHESS, Paris (France) - fregarob@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page